Relance des réseaux des personnes de confiance et renouvellement des cadres syndicaux - Thèses

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Relance des réseaux des personnes de confiance et renouvellement des cadres syndicaux - Thèses"

Transcription

1 Comité européen de l IBB - Istanbul, 11/ Relance des réseaux des personnes de confiance et renouvellement des cadres syndicaux - Thèses Document présenté par Vasco Pedrina, vice-président régional de l IBB pour l Europe La force des syndicats dépend notamment - du nombre de leurs affiliés et du degré d organisation syndicale dans les branches où ils sont actifs ; mais aussi - de la densité et de la qualité des réseaux de personnes de confiance/militant-e-s syndicaux, ainsi que - du nombre et de la qualité de leurs cadres permanents, tout comme du potentiel de la relève. La figure de la personne de confiance (PC) du syndicat n est pas la même et ne connaît pas la même désignation dans les différents pays, ni même dans les différents syndicats au sein d un même pays. En France ou en Italie p. ex., on parle plutôt de «militant-e-s syndicaux» ou de «délégués syndicaux dans les entreprises» ; en Suisse, selon les cas, de «personnes de confiance», de «militant-e-s» ou d «activistes» ; en Allemagne de «Vertrauensleute» ; en Angleterre de «trade union workplace representatives» et de «shop-stewards». Nous utiliserons dans ce texte en français le terme de «personne de confiance (PC)». Dans de nombreux pays européens, nous ne sommes pas seulement confrontés à une baisse du nombre d affiliés, mais aussi au recul du nombre et du rôle des PC ; et cela depuis des années. Dans bien des cas, il s agit même d une véritable crise des réseaux des PC, à laquelle s ajoute un manque de relève au niveau des appareils syndicaux! Ce problème acquiert une acuité d autant plus grande que dans maint syndicat un changement générationnel pointe à l horizon, du fait notamment que la génération des cadres syndicaux, issue des mouvements de masse de mai 68, s approche de l âge de la retraite. Les thèses présentées ci-après se veulent une contribution à un débat nécessaire et urgent. 1. Problèmes et causes 1.1. Problèmes Dans de nombreux pays européens, les problèmes en la matière présentent des caractéristiques similaires: - affaiblissement des réseaux de personnes de confiance (RPC) ; - affaiblissement du lien entre la représentation sur les lieux de travail (comités d entreprises, commissions de personnel) et les syndicats ;

2 - absence (ou présence insuffisante) d une nouvelle génération de militant-e- s socialisés lors des luttes syndicales ou dans des mouvements sociaux (altermondialisme, féminisme, etc.) ; - grosses difficultés de renouvellement des appareils syndicaux, le potentiel de jeunes permanents syndicaux de valeur, formés politiquement et étant prêts à un engagement aussi absorbant, étant en diminution Causes Cette évolution est due à plusieurs facteurs à la fois objectifs et subjectifs, dont l importance peut varier d un pays et d une situation à l autre, mais qui se retrouvent un peu partout : - Tendances du marché du travail : impact des changements structurels, avec l affaiblissement des branches économiques à forte tradition syndicale au profit de branches, comme dans les services, à faible ancrage syndical ; privatisations, précarisation des rapports de travail - Effets de la société dite de consommation, le revers de la médaille étant un individualisme qui érode les solidarités - Impact similaire et encore plus grave de la montée du néo-libéralisme et du néoconservatisme en Europe ; source de politiques patronales de plus en plus antisyndicales - Pression sur les lieux de travail, qui restreint le temps pour l entretien des contacts syndicaux et pour l exercice de fonctions de PC dans les entreprises - Longue période de politique de «paix du travail» qui, dans un certain nombre de pays, a fait perdre une tradition de lutte et en conséquence de prise de conscience syndicale par la lutte - Délitement des liens politiques, qui fait que les partis politiques ne sont plus autant que jadis des réservoirs de cadres potentiels formés pour les syndicats - Absence de grands mouvements sociaux ayant le même impact motivant sur toute une génération que mai 68 - Encadrement des PC, soin des RPC, investissements dans la recherche et la promotion de la relève de secrétaires syndicaux négligés par l appareil syndical en raison de la surcharge de travail, d un manque de vision à long terme, d une fixation de priorités erronée et parfois aussi par crainte de perdre des prérogatives. 2. Que faire? Il n y a pas de recette miracle pour inverser la tendance et ouvrir la voie à un avenir prometteur. Mais pour y parvenir, quelques points méritent d être pris en considération : - Tout d abord, malgré les problèmes évoqués, les syndicats sont encore aujourd hui souvent les organisations qui comptent le plus grand nombre de PC et de cadres et qui ont la plus grande force de mobilisation. La 1 re question qui mérite d être approfondie est dès lors la suivante : «Qu est-ce qui les motive encore en 2008 à se dévouer à nos causes pendant une partie de leur temps libre?» - Deuxièmement, un peu partout dans nos organisations, on peut trouver et découvrir de «bonnes pratiques», des expériences très positives, qui prouvent d ailleurs que l engagement de ressources dans ce domaine, même au temps de la globalisation capitaliste et du néo-libéralisme rampant, n est pas voué à l échec, bien au contraire. - Troisièmement, notre réalité organisationnelle se présente la plupart du temps ainsi : «Tout le monde juge la question des RPC importante au sein du syndicat, mais personne n y accorde la priorité nécessaire». Les tentatives entreprises dans le passé pour changer cette situation sont restées souvent vaines en raison : de la diversité des causes de la crise des RPC, d une tendance à sous-estimer la complexité de cette tâche, 2

3 d un manque de priorité et de concentration des moyens, mais surtout aussi d un manque de persévérance dans la maîtrise de cette mission tant au niveau central que sur le plan décentralisé des sections syndicales, des groupes professionnels et des groupes de membres. Or pour que l entreprise de relance des RPC aboutisse, elle doit - être véritablement déclarée «une affaire des chefs/fes» par les directions au niveau national comme dans les régions du syndicat, qui doivent en assumer le conduite et en assurer la continuité nécessaire ; et - être intégrée à l activité quotidienne de l organisation au même titre que l activité de recrutement (au lieu d être traitée comme une activité en plus, à accomplir lorsqu on trouve un peu de temps que l on ne trouve finalement jamais!). 3. Eléments-clés pour une relance des réseaux de personnes de confiance 3.1. Définir une «unité de doctrine» Dans les syndicats en particulier, qui organisent les salarié-e-s de branches aux traditions culturelles les plus disparates, le premier obstacle est la définition d une «unité de doctrine» minimale en matière de construction de RPC à laquelle adhèrent les secrétaires syndicaux, à tous les niveaux de l organisation. Celle-ci doit comprendre notamment une définition des PC, de leur catégorisation et de leurs rôles dans les différentes fonctions qu elles sont appelées à exercer. A titre d exemple, le syndicat Unia (CH) sous le slogan «Sans personnes de confiance, pas d Unia» s est entendu notamment sur les points suivants : - Définition des PC : les PC sont tous les membres qui ne se contentent pas de payer des cotisations et d utiliser des prestations. Elles sont le trait d union entre les membres/salarié-e-s et l organisation syndicale, les multiplicateurs de l action syndicale et les ambassadeurs du syndicat. Etant donné cette définition très large, une catégorisation plus fine s impose : - Types de PC (catégories) : Personne de contact (antenne du syndicat ; ne s expose pas nécessairement en tant que membre) Personne de référence (soutient le syndicat, sans qu il s agisse nécessairement d un engagement régulier ; s expose en tant que membre du syndicat) Militant-e (participe activement et avec régularité). 3

4 Personne de contact Personne de référence Militant-e Personne de référence Personne de contact Il importe que les secrétaires syndicaux appelés à assurer le lien avec nos réseaux de PC aient en tête cette catégorisation en trois types. Elle leur permet au contact de leurs PC de mieux cibler leur action, qu il s agisse de communiquer ou de donner une formation syndicale, ou encore qu il s agisse de proposer un engagement ou de donner des tâches syndicales adéquates. Militant-e-s et personnes de référence constituent le réservoir pour Recruteurs/euses Représentant-e-s du syndicat (dans nos instances) Représentant-e-s du personnel (élus par leurs collègues) Spécialistes 3.2. PC : le capital le plus précieux du syndicat est à gérer professionnellement! Les RPC constituent le capital le plus précieux du syndicat. Ainsi la création et l entretien des RPC constituent des tâches stratégiques tout comme le recrutement ou le développement du personnel syndical. Or bien souvent ces réseaux ne sont pas soignés comme devrait l être le capital le plus précieux d une organisation. Ce travail d accompagnement est dans bien des cas laissé au bon vouloir de secrétaires syndicaux plus ou moins engagés et conscients de l importance de RPC forts pour le rayonnement syndical. Beaucoup de hasard et d improvisation, peu de professionnalisme, telle est souvent la pratique dominante! Notre objectif doit donc être de professionnaliser et systématiser la gestion des RPC, en vue de leur renforcement et de leur renouvellement. Le préalable indispensable aujourd hui est la mise en place d une gestion électronique des RPC, qui facilite la tâche de contact et d encadrement des secrétaires syndicaux. Une simple liste Excel permet déjà à chaque secrétaire syndical de tenir une sorte de «Journal-PC» enregistrant tous les contacts établis. D où aussi la possibilité de fixer dans les objectifs personnels annuels, grâce à un tel instrument, un objectif en matière de contacts/entretiens avec des PC (pour connaître leurs besoins et leurs vues, leurs disponibilités à s engager, leurs aspirations de carrière, etc.). Ce serait déjà un réel saut qualitatif dans la systématisation de la gestion évoquée plus haut Construction des RPC dans les secteurs/branches et parmi les groupes de membres L état et le niveau de développement de nos RPC varient fortement d une branche à l autre, d un groupe de membres à l autre, surtout dans des syndicats à caractère interprofessionnel et au sociétariat très hétérogène par sa composition. Les modalités de construction de ces 4

5 réseaux varient tout autant. Car ce n est pas la même chose de faire du syndicalisme là où il existe des systèmes de représentation institutionnalisés (ancrés dans la loi ou dans des contrats collectifs de travail) et là où il n y en a pas. Les rôles des PC et les exigences en la matière ne sont pas les mêmes dans les deux cas de figure. Tout projet de relance des RPC doit donc tenir compte de ces spécificités. Mais une règle est valable partout : sans objectifs clairs et concrets, sans suivi constant de leur réalisation, il n y a pas de progrès durable à espérer. Le renforcement des RPC s impose pour deux autres raisons, à savoir : - l affaiblissement fréquent du lien entre syndicat et comités d entreprise (surtout dans des pays comme l Allemagne où ils jouent un rôle très important ancré constitutionnellement). Il s agit du meilleur antidote aux dérives que l on connaît ; - l importance croissante du rôle des comités d entreprise européens et des réseaux syndicaux internationaux Communication et formation Dans des organisations aussi complexes que les nôtres, il n y a pas de recette miracle pour une communication optimale avec nos PC. Il est tout de même souvent frappant de constater le peu de cohérence et les lacunes actuelles dans ce domaine. Comme notre base active fait un usage croissant d Internet et de la téléphonie mobile, de nouvelles opportunités s ouvrent et il y aurait lieu de populariser les expériences intéressantes qui ont été réalisées. Dans le domaine des «signes de reconnaissance/d incitation» envers les PC, on n en fait souvent pas assez, mais en même temps des idées originales peu connues sont testées avec succès. Un échange des «bonnes pratiques» en la matière est à promouvoir. La systématisation de l offre de base centralisée et décentralisée ainsi que des filières de formation syndicale plus avancées est importante pour faire un saut qualitatif. Une question mérite un examen et une attention particulière : le lien entre les cours de formation pour PC et le «suivi» des collègues qui y participent, dans leur activité syndicale au sein de leur branche, section, groupe de membres, entreprise. Car ce qu ils ont appris lors d un cours ne sert pas à grand-chose si, de retour dans leur cadre syndical quotidien, ils se heurtent à un mur (bureaucratique ou autre)! 3.5. Orientation syndicale et «étoiles fixes» La relance des RPC comporte un volet très important de culture et d orientation syndicale. En effet, la disponibilité à un engagement syndical durable surtout en ces temps de société de consommation, de capitalisme financier et d individualisme rampant! - passe par la formule que le père du syndicalisme suisse (un immigrant allemand!), Hermann Greulich, voulait voir appliquée à la formation syndicale : «Lumière dans les esprits - Feu sacré dans les cœurs!». Plus encore que par la formation syndicale, les RPC se construisent au cours de luttes syndicales. Il est en effet plus facile d y parvenir dans les phases de lutte que dans celles de «paix du travail absolue». Il y a tout intérêt donc à utiliser au maximum de telles phases pour renforcer nos RPC. Pour ce qui est des «Fixsterne/étoiles fixes», pour reprendre un terme du syndicat allemand IG Metall (= étoiles à l horizon de la société de justice et d égalité à laquelle nous aspirons ; à savoir des valeurs et des objectifs de société allant au-delà des objectifs les plus immédiats de promotion des conditions de travail et de protection de l emploi), il convient dans chaque communication d envergure et dans chaque activité avec des PC de répondre à la question suivante : «Quelles «étoiles fixes» pouvons-nous transmettre en lien avec les contenus de l activité prévue?». Selon un adage italien : «Non di solo pane vive l uomo» (= l homme ne vit pas uniquement de pain!). Cela est d autant plus valable pour les PC. La disponibilité à l engagement et à la prise de risques 5

6 inhérents à la fonction de PC est aussi une affaire d émotions, de sentiment d appartenance générateur d identification. En ces temps de capitalisme globalisé, un des grands défis est de réussir à transmettre un sentiment de sécurité social et sociétal, un sens identitaire d ouverture à des salariés et pour commencer à ceux actifs syndicalement qui vivent dans un monde du travail de plus en plus précarisé. Pour dépasser la «crise du militantisme», il faut agir avec acuité sur ces différents plans. Il y a encore un autre aspect culturel à prendre en considération. Souvent, nos structures et pratiques plutôt rigides favorisent le paternalisme, voire même l autoritarisme dans nos rapports avec les PC. Ce n est pas très attrayant, surtout pour les nouvelles générations. La relance des RPC passe aussi par la remise en cause de telles pratiques, par des approches réellement participatives. 4. Renouvellement des cadres syndicaux 4.1. Contexte Si on prend en considération les problèmes évoqués en introduction sous l angle des défis qui attendent les appareils syndicaux, il y a lieu de relever tout particulièrement ceci : L attribution des postes de cadres s est moins basée jusqu ici sur des profils d exigences dûment formulés et tournés sur l avenir que sur la présence de collègues disposés à occuper ces postes. Le réservoir des personnes externes politiquement actives et déjà formées (= relève) est encore plus petit que par le passé (= délitement des liens avec des partis politiques, manque de mouvements sociaux de masse tels que 68, ). Il devient toujours plus difficile de recruter des cadres syndicaux tant à l extérieur des syndicats qu au sein de nos RPC. La «concurrence» sur le marché du travail due à d autres organisations à but non lucratif, elles aussi engagées socialement mais parfois moins profilées politiquement, s est fortement accrue au cours des dernières années. Au cours des dernières années, l évolution des valeurs a conduit à une plus grande responsabilisation des travailleurs, à une valorisation des loisirs et des autres intérêts (work-life balance), à un individualisme croissant et donc à une moindre identification au travail comme pilier central de l existence. Il est vrai que sur ce point précis, on constate des différences entre les pays européens, voire même les branches économiques. La part de femmes décroît à chaque échelon hiérarchique et se situe souvent bien en dessous de 30 % tout au sommet. On constate toutefois d importantes différences entre les syndicats (e.a. en fonction des branches) Mesures à prendre Ces constats appellent une série de mesures possibles concernant le marché du travail interne et le développement du personnel des syndicats : a) Nominations Les nominations de cadres ou collaborateurs syndicaux doivent faire l objet d une grande attention. Angles d attaque : Formulation d un profil d exigences clair et bien ancré dans l organisation, prenant en compte l évolution des tâches à moyen et long terme. 6

7 Recours soigneux et rigoureux à des instruments de sélection adaptés au contexte culturel (demande de références, tests d aptitude, journées de stage, évaluations, etc.) Entretien de contacts avec les partis proches et les nouveaux mouvements sociaux (altermondialisme, écologie, etc.), dans le but d y recruter des activistes déjà formés comme futurs collaborateurs et collaboratrices. Recherche ciblée et contacts avec des personnes intéressées partageant les mêmes opinions tout en étant extérieures au syndicat, afin de les convaincre d entrer à son service (recherche de talents). b) Fidélisation du personnel Tout indique que le recrutement et la fidélisation de cadres et de collaborateurs n aboutiront que si les syndicats adaptent leurs conditions de travail aux attentes du personnel d aujourd hui, même s il est bien clair qu un poste de travail dans un syndicat exigera toujours un engagement supérieur à la moyenne et une plus grande flexibilité, sur le plan tant des horaires que de la mobilité géographique : Encouragement du travail à temps partiel ou d un bonne conciliation entre travail et vie personnelle (work-life balance). Délégation de responsabilités (le travail doit avoir un sens et faire plaisir, procurer des émotions fortes et pouvoir être aménagé librement). Accent sur les possibilités de développement au sein du syndicat. c) Promotion du personnel Les syndicats consentent depuis des années d importants investissements dans la formation de leurs cadres. Il s agit d accroître ces efforts, et en outre l une des priorités absolues des cadres doit être d identifier et encourager systématiquement la relève interne. Autrement dit : Les syndicats doivent davantage investir dans la formation, en particulier sur le terrain de la politique et de l internationalisme, au niveau de la collaboration avec les personnes de confiance mais également du management (conduite du personnel, économie d entreprise, etc.). Il faut définir des critères servant à recenser la relève interne potentielle. D où la nécessité d examiner ce qu implique une bonne gestion dans le contexte syndical. Les critères doivent être élaborés avec les cadres aujourd hui en fonction, afin d être acceptés au sein des organisations. La promotion ciblée de la relève exige l élaboration d instruments adéquats, comme les évaluations de potentiel et les programmes d encouragement. Outre les mesures traditionnelles de formation, il faut miser ici sur la direction de projets et sur les programmes d échanges internationaux avec d autres syndicats. Le développement du personnel doit également toujours veiller à préserver l employabilité des collaborateurs et collaboratrices. 5. En guise de conclusion La relance de nos réseaux de personnes de confiance constitue une des clés pour réaliser le changement de cap recherché en termes de recrutement et de renouvellement de nos organes de milice, ainsi que de l appareil syndical (=cadres syndicaux permanents), mais aussi plus généralement en termes de force syndicale. Pour dépasser la «crise du militantisme», il faut agir sur différents plans : réorienter la pratique syndicale vers un «syndicalisme de lutte», formuler et transmettre des valeurs et des «étoiles fixes» attrayantes et convaincantes, promouvoir une identification au combat syndical et des pratiques véritablement participatives, etc. 7

8 Le renouvellement des cadres syndicaux permanents et un changement générationnel réussis passent aussi par là. Ils requièrent en outre une professionnalisation de la sélection, de la gestion et du développement du personnel syndical permanent. VPE/MHA,

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Savoir déléguer CADRES DE SANTE

Savoir déléguer CADRES DE SANTE Savoir déléguer CADRES DE SANTE Le 3 avril 2015 Walter DALLE VEDOVE Qu est-ce que déléguer? Nous avons vu que le manager: répartit le travail entre ses subordonnés coordonne les activités (dans son équipe

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance

Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Le défi démographique dans le secteur européen de l assurance Déclaration commune des partenaires sociaux européens du secteur de l assurance Introduction Le vieillissement de la population et l inversion

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

Management development et mobilité

Management development et mobilité Daniel Held : Management development et mobilité Paru dans : Persorama, no 4, 1996 sous le titre «Devoir apprendre en permanence». Résumé Le Management development connaît aujourd hui des remises en question

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

Bienvenue Corinne Dulac

Bienvenue Corinne Dulac Bienvenue Corinne Dulac Coach Certifiée ICI Paris Particuliers - Entreprises 11 rue Clos Aubert 45750 Saint-Pryvé-Saint-Mesmin 06.21.33.57.13 happy.attitude.coaching@gmail.fr @ happy-attitude-coaching.com

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire

Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire Château d Émylie Introduction Le service de garde Sainte-Claire a ouvert ses portes au milieu des années 80, et à ses débuts, une trentaine d enfants

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Groupe Helvetia. Politique en matière de ressources humaines

Groupe Helvetia. Politique en matière de ressources humaines Groupe Helvetia Politique en matière de ressources humaines Chères collaboratrices, chers collaborateurs Notre politique en matière de ressources humaines est basée sur la charte d entreprise «Les meilleurs

Plus en détail

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.»

Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Enthousiasme? «Helvetia un lieu pour travailler avec de l espace pour vivre.» Apprentissage de commerce. Pour bien démarrer dans la vie professionnelle. Quels que soient vos projets, nous sommes à vos

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA GRH PUBLIQUE LOCALE

LES ENJEUX DE LA GRH PUBLIQUE LOCALE Convention sectorielle 2005-2006 Pacte pour une fonction publique locale et provinciale solide et solidaire Formation du personnel des pouvoirs locaux et provinciaux LES ENJEUX DE LA GRH DANS L ADMINISTRATION

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique

Le dispositif d évaluation dans la fonction publique Le dispositif d évaluation dans la fonction publique page 1 PLAN Présentation du dispositif d évaluation Enjeux de l évaluation en matière de management et de GRH page 2 L entretien professionnel en pratique

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

Support entretien professionnel

Support entretien professionnel Guide d utilisation du Support entretien professionnel de deuxième partie de carrière L entretien professionnel de deuxième partie de carrière doit être un moment privilégié, tous les cinq ans, pour examiner

Plus en détail

"#$!%&!'(')$$*&!+%)!,#!-.(&,/*.0#!#-!,#!01-(0*.'2*,#3! $45*00#!,41$67#!#-!'.#&8!,*&!#&7*$9! :%-'$(;#0#&-!

#$!%&!'(')$$*&!+%)!,#!-.(&,/*.0#!#-!,#!01-(0*.'2*,#3! $45*00#!,41$67#!#-!'.#&8!,*&!#&7*$9! :%-'$(;#0#&-! "#$%&'(')$$*&+%),#-.(&,/*.0##-,#01-(0*.'2*,#3 $45*00#,41$67##-'.#&8,*&#&7*$9 :%-'$(;#0#&- La continuité d une carrière enrichie par le changement Expert depuis plus de 25 ans en outplacement et conseil

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN La notion de poste de travail préserve les éléments essentiel de la Fonction Publique de carrière L existence d un statut ( 1) et l aménagement

Plus en détail

www.unibe.ch Charte de l Université de Berne

www.unibe.ch Charte de l Université de Berne www.unibe.ch Charte de l Université de Berne Vision et valeurs L Université de Berne se veut une université généraliste de tradition européenne. Ses facultés comprennent la théologie, les sciences humaines

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 22 JANVIER 1985 SUR LES OBJECTIFS ET LES MOYENS DE LA FORMATION DANS LA MÉTALLURGIE Entre : - l Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, et - les Organisations syndicales

Plus en détail

Catalogue de formation 2012

Catalogue de formation 2012 Catalogue de formation 2012 www.h-conseil.com H comme Humain H Conseil est une société de conseil et de formation basée à Saint Nazaire et opérant partout, aussi bien en France qu à l étranger. La conviction

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales.

GBIF (2008) Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales. Titre: Type de document: Expéditeur: Auteur(s) principal(aux)/ contact(s): Vers l établissement d un point nodal opérationnel de participants du GBIF : définitions et considérations générales Présentation

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

FICHE D EVALUATION ANNUELLE

FICHE D EVALUATION ANNUELLE FICHE D EVALUATION ANNUELLE Objectifs de la fiche d évaluation annuelle L évaluation porte sur le travail accompli par le collaborateur. Elle n est pas un jugement, mais une évaluation, pas sur ce qu il

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

GARANTIE JEUNES. AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes

GARANTIE JEUNES. AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes GARANTIE JEUNES Luxembourg le 21 mars 2014 AVIS des travailleurs de jeunesse et des gestionnaires des maisons de jeunes INTRODUCTION Les membres de l EGMJ approuvent fortement la conception d une garantie

Plus en détail

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20)

Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 58 (2015, chapitre 20) Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec

Plus en détail

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE

QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE QUATRE ÉLÉMENTS À NE PAS SOUS-ESTIMER DANS LE CONTEXTE D UNE TRANSMISSION D ENTREPRISE Table des matières 1. Introduction... 1 2. Développement... 2 2.1. Droit successoral, réserve des héritiers... 2 2.2.

Plus en détail

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1. Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1.1. Formation professionnelle dans le cadre des politiques

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Journée nationale du réseau «Egalité» de l enseignement Supérieur et de la Recherche. Action de l INRA contre le harcèlement sexuel

Journée nationale du réseau «Egalité» de l enseignement Supérieur et de la Recherche. Action de l INRA contre le harcèlement sexuel Journée nationale du réseau «Egalité» de l enseignement Supérieur et de la Recherche Action de l INRA contre le harcèlement sexuel Matthieu Philippe Fabrice Marty JOUR / MOIS / ANNEE 01 La question du

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

Formation de professionnels de la vente chez Würth AG

Formation de professionnels de la vente chez Würth AG Formation de professionnels de la vente chez Würth AG Formation de professionnels de la vente 1 Le monde Würth est grand. Permettez-nous de nous présenter. Würth AG est une entreprise commerciale du secteur

Plus en détail

S EXPATRIER EN TOUTE CONNAISSANCE DE CAUSE

S EXPATRIER EN TOUTE CONNAISSANCE DE CAUSE Jean-Luc Cerdin S EXPATRIER EN TOUTE CONNAISSANCE DE CAUSE, 2007 ISBN : 978-2-212-53787-1 1 Sommaire Introduction Préparer un projet de mobilité internationale... 1 Partie 1 ET MA CARRIÈRE DANS TOUT ÇA?

Plus en détail

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation

Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Guide pour aider à l évaluation des actions de formation Pourquoi évaluer? L évaluation constitue la dernière étape du service d ingénierie que le conseiller de l AGEFOS PME Bretagne peut apporter à l

Plus en détail

Enjeux et outils du marketing RH

Enjeux et outils du marketing RH Serge Panczuk Sébastien Point Enjeux et outils du marketing RH Promouvoir et vendre les ressources humaines Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54123-6 Introduction Pourquoi parler de marketing RH?

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors

Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Actualiser, développer et valoriser les compétences des seniors Fiche 6 Enjeux Face aux changements importants que connaissent les entreprises : évolution du contenu des métiers, des technologies et des

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

L art de déléguer Réduire le stress et améliorer la satisfaction du personnel

L art de déléguer Réduire le stress et améliorer la satisfaction du personnel WEKA Business Dossier L art de déléguer Réduire le stress et améliorer la satisfaction du personnel Thèmes du dossier Gestion Personnel Direction Succès & carrière Communication Marketing & Vente Finances

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH

Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH Contribution du CRFB à la professionnalisation de la fonction RH 1 Levier essentiel dans le pilotage des grands changements que conduit l Institution, la fonction RH doit, du fait de ce positionnement

Plus en détail

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel

Guide d utilisation du. - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock. Support entretien professionnel Guide d utilisation du - RCS Nanterre 602 063 323 - Corbis - Shutterstock Support entretien professionnel L entretien professionnel, une occasion pour l entreprise et le salarié de porter un regard sur

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Programme d accompagnement du personnel enseignant en début de carrière

Programme d accompagnement du personnel enseignant en début de carrière Programme d accompagnement du personnel enseignant en début de carrière L identification du programme I : insertion M: mentorat A : accompagnement J : jeune E : enseignant JE : représente la personne avant

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique

Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique Graham S. Lowe Résumé Le rapport de synthèse est accessible à partir du site http://www.rcrpp.org On peut aussi obtenir des

Plus en détail

LSM propose un programme d adaptation et de solutions fondé sur un accompagnement (processus, un diagnostic, le transfert d outils, de connaissances

LSM propose un programme d adaptation et de solutions fondé sur un accompagnement (processus, un diagnostic, le transfert d outils, de connaissances 1 2 Constats en bénévolat Le milieu appelle des solutions Les organisations de la Montérégie placent le recrutement de la relève en priorité des défis à relever Le recrutement et le soutien des bénévoles

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

Progressons vers l internet de demain

Progressons vers l internet de demain Progressons vers l internet de demain QU'EST CE QUE LE TÉLÉTRAVAIL? Le télétravail est une forme d organisation et/ou de réalisation du travail, utilisant les technologies de l information et de la communication

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Stage RésoLP 2012 Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Celui qui acquiert les compétences définies par le programme à chaque niveau du cursus et dans chaque APSA :la «C.A.» avec son versant «moteur» et son

Plus en détail

PREBAT2. 24 juin 2011- Rennes

PREBAT2. 24 juin 2011- Rennes 24 juin 2011- Rennes PREBAT2 Plate-forme de recherche et d expérimentation sur l énergie dans le bâtiment "Vers des réhabilitations à très basse consommation Analyse des facteurs socioéconomiques en jeu

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

Description Modules 1-13 Contenu et objectifs

Description Modules 1-13 Contenu et objectifs Description Modules 1-13 et objectifs Module 1 Introduction à la formation GEDEon et outils de travail (2 jours) Présentation de la formation GEDEon Outils d organisation du temps et du travail Analyse

Plus en détail

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE

ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE Travailler- en- Suisse.ch ENTRETIENS, VIE EN ENTREPRISE, VIE DE TOUS LES JOURS 5 CONSEILS EN OR POUR AVOIR LA SWISS ATTITUDE A lire absolument si vous voulez avoir une approche professionnelle sur le marché

Plus en détail

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs?

www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? www.accountemps.be 1 Comment faire pour conserver vos meilleurs collaborateurs? Fournir du personnel intérimaire spécialisé dans le domaine de la comptabilité et des finances, c est notre métier. Mais

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

Les outils du manager commercial

Les outils du manager commercial OBJECTIFS Améliorer sa force de conviction et asseoir son leadership sur son équipe de collaborateurs mais aussi dans sa relation-clientèle Saisir l importance de la dimension relationnelle comportementale

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

Positionnement global comme base pour le marketing

Positionnement global comme base pour le marketing Positionnement global comme base pour le marketing Check-list pour homes médicalisés Extrait de la publication «Communication interne et externe dans l entreprise home» par Markus Leser (2004) Publication

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse Laetitia Gill, Directerice du Réseau et Développement Philias Forum 20 ans Mode d Emploi 16 novembre UNIL Lausanne www.philias.org www.philias.org

Plus en détail

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014

Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Entretien professionnel une nouvelle obligation à ne pas négliger Revue du 10/07/2014 Intégré au Code du travail par la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012

Experience N 52. Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Mars 2012 Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 MIGRATIONS Garder la maîtrise lors de migrations GARdER la maîtrise LORS de migrations Lors

Plus en détail

Les premiers 100 jours en tant que cadre dirigeant

Les premiers 100 jours en tant que cadre dirigeant WEKA Business Dossier Les premiers 100 jours en tant que cadre dirigeant Thèmes du dossier Gestion Personnel Direction Succès & carrière Communication Marketing & Vente Finances IT & Office Avantages immédiats

Plus en détail

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013

Les étapes de recherche d emploi Mai 2013 Service Alternance Travail-Études et Placement Les étapes de la recherche d emploi La démarche 1. Établir un projet de carrière réaliste. Avant de vous fixer des objectifs de carrière, il faut d abord

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM

La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM La Qualité de Vie au Travail, Pourquoi aujourd hui? C est quoi? Pour faire quoi? Comment? Jeudi 5 février 2015 Rencontre Prévention - STSM Organisation générale Une association paritaire Un conseil d administration

Plus en détail

À propos de l étude. ce que les bénévoles appuyés par leur employeur recherchent dans leurs expériences bénévoles;

À propos de l étude. ce que les bénévoles appuyés par leur employeur recherchent dans leurs expériences bénévoles; À propos de l étude L étude pancanadienne de 2010 fait partie d un projet conjoint; elle a été commandée par la Financière Manuvie en partenariat avec Bénévoles Canada et a été menée par le Centre de recherche

Plus en détail

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA

Principes de gestion et leadership. Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Principes de gestion et leadership Kaoutar Mdarhri Alaoui Chef de division de l observatoire de l emploi public MFPMA Sommaire Expérience du MFPMA en matière d institutionnalisation de l égalité entre

Plus en détail