Relance des réseaux des personnes de confiance et renouvellement des cadres syndicaux - Thèses

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Relance des réseaux des personnes de confiance et renouvellement des cadres syndicaux - Thèses"

Transcription

1 Comité européen de l IBB - Istanbul, 11/ Relance des réseaux des personnes de confiance et renouvellement des cadres syndicaux - Thèses Document présenté par Vasco Pedrina, vice-président régional de l IBB pour l Europe La force des syndicats dépend notamment - du nombre de leurs affiliés et du degré d organisation syndicale dans les branches où ils sont actifs ; mais aussi - de la densité et de la qualité des réseaux de personnes de confiance/militant-e-s syndicaux, ainsi que - du nombre et de la qualité de leurs cadres permanents, tout comme du potentiel de la relève. La figure de la personne de confiance (PC) du syndicat n est pas la même et ne connaît pas la même désignation dans les différents pays, ni même dans les différents syndicats au sein d un même pays. En France ou en Italie p. ex., on parle plutôt de «militant-e-s syndicaux» ou de «délégués syndicaux dans les entreprises» ; en Suisse, selon les cas, de «personnes de confiance», de «militant-e-s» ou d «activistes» ; en Allemagne de «Vertrauensleute» ; en Angleterre de «trade union workplace representatives» et de «shop-stewards». Nous utiliserons dans ce texte en français le terme de «personne de confiance (PC)». Dans de nombreux pays européens, nous ne sommes pas seulement confrontés à une baisse du nombre d affiliés, mais aussi au recul du nombre et du rôle des PC ; et cela depuis des années. Dans bien des cas, il s agit même d une véritable crise des réseaux des PC, à laquelle s ajoute un manque de relève au niveau des appareils syndicaux! Ce problème acquiert une acuité d autant plus grande que dans maint syndicat un changement générationnel pointe à l horizon, du fait notamment que la génération des cadres syndicaux, issue des mouvements de masse de mai 68, s approche de l âge de la retraite. Les thèses présentées ci-après se veulent une contribution à un débat nécessaire et urgent. 1. Problèmes et causes 1.1. Problèmes Dans de nombreux pays européens, les problèmes en la matière présentent des caractéristiques similaires: - affaiblissement des réseaux de personnes de confiance (RPC) ; - affaiblissement du lien entre la représentation sur les lieux de travail (comités d entreprises, commissions de personnel) et les syndicats ;

2 - absence (ou présence insuffisante) d une nouvelle génération de militant-e- s socialisés lors des luttes syndicales ou dans des mouvements sociaux (altermondialisme, féminisme, etc.) ; - grosses difficultés de renouvellement des appareils syndicaux, le potentiel de jeunes permanents syndicaux de valeur, formés politiquement et étant prêts à un engagement aussi absorbant, étant en diminution Causes Cette évolution est due à plusieurs facteurs à la fois objectifs et subjectifs, dont l importance peut varier d un pays et d une situation à l autre, mais qui se retrouvent un peu partout : - Tendances du marché du travail : impact des changements structurels, avec l affaiblissement des branches économiques à forte tradition syndicale au profit de branches, comme dans les services, à faible ancrage syndical ; privatisations, précarisation des rapports de travail - Effets de la société dite de consommation, le revers de la médaille étant un individualisme qui érode les solidarités - Impact similaire et encore plus grave de la montée du néo-libéralisme et du néoconservatisme en Europe ; source de politiques patronales de plus en plus antisyndicales - Pression sur les lieux de travail, qui restreint le temps pour l entretien des contacts syndicaux et pour l exercice de fonctions de PC dans les entreprises - Longue période de politique de «paix du travail» qui, dans un certain nombre de pays, a fait perdre une tradition de lutte et en conséquence de prise de conscience syndicale par la lutte - Délitement des liens politiques, qui fait que les partis politiques ne sont plus autant que jadis des réservoirs de cadres potentiels formés pour les syndicats - Absence de grands mouvements sociaux ayant le même impact motivant sur toute une génération que mai 68 - Encadrement des PC, soin des RPC, investissements dans la recherche et la promotion de la relève de secrétaires syndicaux négligés par l appareil syndical en raison de la surcharge de travail, d un manque de vision à long terme, d une fixation de priorités erronée et parfois aussi par crainte de perdre des prérogatives. 2. Que faire? Il n y a pas de recette miracle pour inverser la tendance et ouvrir la voie à un avenir prometteur. Mais pour y parvenir, quelques points méritent d être pris en considération : - Tout d abord, malgré les problèmes évoqués, les syndicats sont encore aujourd hui souvent les organisations qui comptent le plus grand nombre de PC et de cadres et qui ont la plus grande force de mobilisation. La 1 re question qui mérite d être approfondie est dès lors la suivante : «Qu est-ce qui les motive encore en 2008 à se dévouer à nos causes pendant une partie de leur temps libre?» - Deuxièmement, un peu partout dans nos organisations, on peut trouver et découvrir de «bonnes pratiques», des expériences très positives, qui prouvent d ailleurs que l engagement de ressources dans ce domaine, même au temps de la globalisation capitaliste et du néo-libéralisme rampant, n est pas voué à l échec, bien au contraire. - Troisièmement, notre réalité organisationnelle se présente la plupart du temps ainsi : «Tout le monde juge la question des RPC importante au sein du syndicat, mais personne n y accorde la priorité nécessaire». Les tentatives entreprises dans le passé pour changer cette situation sont restées souvent vaines en raison : de la diversité des causes de la crise des RPC, d une tendance à sous-estimer la complexité de cette tâche, 2

3 d un manque de priorité et de concentration des moyens, mais surtout aussi d un manque de persévérance dans la maîtrise de cette mission tant au niveau central que sur le plan décentralisé des sections syndicales, des groupes professionnels et des groupes de membres. Or pour que l entreprise de relance des RPC aboutisse, elle doit - être véritablement déclarée «une affaire des chefs/fes» par les directions au niveau national comme dans les régions du syndicat, qui doivent en assumer le conduite et en assurer la continuité nécessaire ; et - être intégrée à l activité quotidienne de l organisation au même titre que l activité de recrutement (au lieu d être traitée comme une activité en plus, à accomplir lorsqu on trouve un peu de temps que l on ne trouve finalement jamais!). 3. Eléments-clés pour une relance des réseaux de personnes de confiance 3.1. Définir une «unité de doctrine» Dans les syndicats en particulier, qui organisent les salarié-e-s de branches aux traditions culturelles les plus disparates, le premier obstacle est la définition d une «unité de doctrine» minimale en matière de construction de RPC à laquelle adhèrent les secrétaires syndicaux, à tous les niveaux de l organisation. Celle-ci doit comprendre notamment une définition des PC, de leur catégorisation et de leurs rôles dans les différentes fonctions qu elles sont appelées à exercer. A titre d exemple, le syndicat Unia (CH) sous le slogan «Sans personnes de confiance, pas d Unia» s est entendu notamment sur les points suivants : - Définition des PC : les PC sont tous les membres qui ne se contentent pas de payer des cotisations et d utiliser des prestations. Elles sont le trait d union entre les membres/salarié-e-s et l organisation syndicale, les multiplicateurs de l action syndicale et les ambassadeurs du syndicat. Etant donné cette définition très large, une catégorisation plus fine s impose : - Types de PC (catégories) : Personne de contact (antenne du syndicat ; ne s expose pas nécessairement en tant que membre) Personne de référence (soutient le syndicat, sans qu il s agisse nécessairement d un engagement régulier ; s expose en tant que membre du syndicat) Militant-e (participe activement et avec régularité). 3

4 Personne de contact Personne de référence Militant-e Personne de référence Personne de contact Il importe que les secrétaires syndicaux appelés à assurer le lien avec nos réseaux de PC aient en tête cette catégorisation en trois types. Elle leur permet au contact de leurs PC de mieux cibler leur action, qu il s agisse de communiquer ou de donner une formation syndicale, ou encore qu il s agisse de proposer un engagement ou de donner des tâches syndicales adéquates. Militant-e-s et personnes de référence constituent le réservoir pour Recruteurs/euses Représentant-e-s du syndicat (dans nos instances) Représentant-e-s du personnel (élus par leurs collègues) Spécialistes 3.2. PC : le capital le plus précieux du syndicat est à gérer professionnellement! Les RPC constituent le capital le plus précieux du syndicat. Ainsi la création et l entretien des RPC constituent des tâches stratégiques tout comme le recrutement ou le développement du personnel syndical. Or bien souvent ces réseaux ne sont pas soignés comme devrait l être le capital le plus précieux d une organisation. Ce travail d accompagnement est dans bien des cas laissé au bon vouloir de secrétaires syndicaux plus ou moins engagés et conscients de l importance de RPC forts pour le rayonnement syndical. Beaucoup de hasard et d improvisation, peu de professionnalisme, telle est souvent la pratique dominante! Notre objectif doit donc être de professionnaliser et systématiser la gestion des RPC, en vue de leur renforcement et de leur renouvellement. Le préalable indispensable aujourd hui est la mise en place d une gestion électronique des RPC, qui facilite la tâche de contact et d encadrement des secrétaires syndicaux. Une simple liste Excel permet déjà à chaque secrétaire syndical de tenir une sorte de «Journal-PC» enregistrant tous les contacts établis. D où aussi la possibilité de fixer dans les objectifs personnels annuels, grâce à un tel instrument, un objectif en matière de contacts/entretiens avec des PC (pour connaître leurs besoins et leurs vues, leurs disponibilités à s engager, leurs aspirations de carrière, etc.). Ce serait déjà un réel saut qualitatif dans la systématisation de la gestion évoquée plus haut Construction des RPC dans les secteurs/branches et parmi les groupes de membres L état et le niveau de développement de nos RPC varient fortement d une branche à l autre, d un groupe de membres à l autre, surtout dans des syndicats à caractère interprofessionnel et au sociétariat très hétérogène par sa composition. Les modalités de construction de ces 4

5 réseaux varient tout autant. Car ce n est pas la même chose de faire du syndicalisme là où il existe des systèmes de représentation institutionnalisés (ancrés dans la loi ou dans des contrats collectifs de travail) et là où il n y en a pas. Les rôles des PC et les exigences en la matière ne sont pas les mêmes dans les deux cas de figure. Tout projet de relance des RPC doit donc tenir compte de ces spécificités. Mais une règle est valable partout : sans objectifs clairs et concrets, sans suivi constant de leur réalisation, il n y a pas de progrès durable à espérer. Le renforcement des RPC s impose pour deux autres raisons, à savoir : - l affaiblissement fréquent du lien entre syndicat et comités d entreprise (surtout dans des pays comme l Allemagne où ils jouent un rôle très important ancré constitutionnellement). Il s agit du meilleur antidote aux dérives que l on connaît ; - l importance croissante du rôle des comités d entreprise européens et des réseaux syndicaux internationaux Communication et formation Dans des organisations aussi complexes que les nôtres, il n y a pas de recette miracle pour une communication optimale avec nos PC. Il est tout de même souvent frappant de constater le peu de cohérence et les lacunes actuelles dans ce domaine. Comme notre base active fait un usage croissant d Internet et de la téléphonie mobile, de nouvelles opportunités s ouvrent et il y aurait lieu de populariser les expériences intéressantes qui ont été réalisées. Dans le domaine des «signes de reconnaissance/d incitation» envers les PC, on n en fait souvent pas assez, mais en même temps des idées originales peu connues sont testées avec succès. Un échange des «bonnes pratiques» en la matière est à promouvoir. La systématisation de l offre de base centralisée et décentralisée ainsi que des filières de formation syndicale plus avancées est importante pour faire un saut qualitatif. Une question mérite un examen et une attention particulière : le lien entre les cours de formation pour PC et le «suivi» des collègues qui y participent, dans leur activité syndicale au sein de leur branche, section, groupe de membres, entreprise. Car ce qu ils ont appris lors d un cours ne sert pas à grand-chose si, de retour dans leur cadre syndical quotidien, ils se heurtent à un mur (bureaucratique ou autre)! 3.5. Orientation syndicale et «étoiles fixes» La relance des RPC comporte un volet très important de culture et d orientation syndicale. En effet, la disponibilité à un engagement syndical durable surtout en ces temps de société de consommation, de capitalisme financier et d individualisme rampant! - passe par la formule que le père du syndicalisme suisse (un immigrant allemand!), Hermann Greulich, voulait voir appliquée à la formation syndicale : «Lumière dans les esprits - Feu sacré dans les cœurs!». Plus encore que par la formation syndicale, les RPC se construisent au cours de luttes syndicales. Il est en effet plus facile d y parvenir dans les phases de lutte que dans celles de «paix du travail absolue». Il y a tout intérêt donc à utiliser au maximum de telles phases pour renforcer nos RPC. Pour ce qui est des «Fixsterne/étoiles fixes», pour reprendre un terme du syndicat allemand IG Metall (= étoiles à l horizon de la société de justice et d égalité à laquelle nous aspirons ; à savoir des valeurs et des objectifs de société allant au-delà des objectifs les plus immédiats de promotion des conditions de travail et de protection de l emploi), il convient dans chaque communication d envergure et dans chaque activité avec des PC de répondre à la question suivante : «Quelles «étoiles fixes» pouvons-nous transmettre en lien avec les contenus de l activité prévue?». Selon un adage italien : «Non di solo pane vive l uomo» (= l homme ne vit pas uniquement de pain!). Cela est d autant plus valable pour les PC. La disponibilité à l engagement et à la prise de risques 5

6 inhérents à la fonction de PC est aussi une affaire d émotions, de sentiment d appartenance générateur d identification. En ces temps de capitalisme globalisé, un des grands défis est de réussir à transmettre un sentiment de sécurité social et sociétal, un sens identitaire d ouverture à des salariés et pour commencer à ceux actifs syndicalement qui vivent dans un monde du travail de plus en plus précarisé. Pour dépasser la «crise du militantisme», il faut agir avec acuité sur ces différents plans. Il y a encore un autre aspect culturel à prendre en considération. Souvent, nos structures et pratiques plutôt rigides favorisent le paternalisme, voire même l autoritarisme dans nos rapports avec les PC. Ce n est pas très attrayant, surtout pour les nouvelles générations. La relance des RPC passe aussi par la remise en cause de telles pratiques, par des approches réellement participatives. 4. Renouvellement des cadres syndicaux 4.1. Contexte Si on prend en considération les problèmes évoqués en introduction sous l angle des défis qui attendent les appareils syndicaux, il y a lieu de relever tout particulièrement ceci : L attribution des postes de cadres s est moins basée jusqu ici sur des profils d exigences dûment formulés et tournés sur l avenir que sur la présence de collègues disposés à occuper ces postes. Le réservoir des personnes externes politiquement actives et déjà formées (= relève) est encore plus petit que par le passé (= délitement des liens avec des partis politiques, manque de mouvements sociaux de masse tels que 68, ). Il devient toujours plus difficile de recruter des cadres syndicaux tant à l extérieur des syndicats qu au sein de nos RPC. La «concurrence» sur le marché du travail due à d autres organisations à but non lucratif, elles aussi engagées socialement mais parfois moins profilées politiquement, s est fortement accrue au cours des dernières années. Au cours des dernières années, l évolution des valeurs a conduit à une plus grande responsabilisation des travailleurs, à une valorisation des loisirs et des autres intérêts (work-life balance), à un individualisme croissant et donc à une moindre identification au travail comme pilier central de l existence. Il est vrai que sur ce point précis, on constate des différences entre les pays européens, voire même les branches économiques. La part de femmes décroît à chaque échelon hiérarchique et se situe souvent bien en dessous de 30 % tout au sommet. On constate toutefois d importantes différences entre les syndicats (e.a. en fonction des branches) Mesures à prendre Ces constats appellent une série de mesures possibles concernant le marché du travail interne et le développement du personnel des syndicats : a) Nominations Les nominations de cadres ou collaborateurs syndicaux doivent faire l objet d une grande attention. Angles d attaque : Formulation d un profil d exigences clair et bien ancré dans l organisation, prenant en compte l évolution des tâches à moyen et long terme. 6

7 Recours soigneux et rigoureux à des instruments de sélection adaptés au contexte culturel (demande de références, tests d aptitude, journées de stage, évaluations, etc.) Entretien de contacts avec les partis proches et les nouveaux mouvements sociaux (altermondialisme, écologie, etc.), dans le but d y recruter des activistes déjà formés comme futurs collaborateurs et collaboratrices. Recherche ciblée et contacts avec des personnes intéressées partageant les mêmes opinions tout en étant extérieures au syndicat, afin de les convaincre d entrer à son service (recherche de talents). b) Fidélisation du personnel Tout indique que le recrutement et la fidélisation de cadres et de collaborateurs n aboutiront que si les syndicats adaptent leurs conditions de travail aux attentes du personnel d aujourd hui, même s il est bien clair qu un poste de travail dans un syndicat exigera toujours un engagement supérieur à la moyenne et une plus grande flexibilité, sur le plan tant des horaires que de la mobilité géographique : Encouragement du travail à temps partiel ou d un bonne conciliation entre travail et vie personnelle (work-life balance). Délégation de responsabilités (le travail doit avoir un sens et faire plaisir, procurer des émotions fortes et pouvoir être aménagé librement). Accent sur les possibilités de développement au sein du syndicat. c) Promotion du personnel Les syndicats consentent depuis des années d importants investissements dans la formation de leurs cadres. Il s agit d accroître ces efforts, et en outre l une des priorités absolues des cadres doit être d identifier et encourager systématiquement la relève interne. Autrement dit : Les syndicats doivent davantage investir dans la formation, en particulier sur le terrain de la politique et de l internationalisme, au niveau de la collaboration avec les personnes de confiance mais également du management (conduite du personnel, économie d entreprise, etc.). Il faut définir des critères servant à recenser la relève interne potentielle. D où la nécessité d examiner ce qu implique une bonne gestion dans le contexte syndical. Les critères doivent être élaborés avec les cadres aujourd hui en fonction, afin d être acceptés au sein des organisations. La promotion ciblée de la relève exige l élaboration d instruments adéquats, comme les évaluations de potentiel et les programmes d encouragement. Outre les mesures traditionnelles de formation, il faut miser ici sur la direction de projets et sur les programmes d échanges internationaux avec d autres syndicats. Le développement du personnel doit également toujours veiller à préserver l employabilité des collaborateurs et collaboratrices. 5. En guise de conclusion La relance de nos réseaux de personnes de confiance constitue une des clés pour réaliser le changement de cap recherché en termes de recrutement et de renouvellement de nos organes de milice, ainsi que de l appareil syndical (=cadres syndicaux permanents), mais aussi plus généralement en termes de force syndicale. Pour dépasser la «crise du militantisme», il faut agir sur différents plans : réorienter la pratique syndicale vers un «syndicalisme de lutte», formuler et transmettre des valeurs et des «étoiles fixes» attrayantes et convaincantes, promouvoir une identification au combat syndical et des pratiques véritablement participatives, etc. 7

8 Le renouvellement des cadres syndicaux permanents et un changement générationnel réussis passent aussi par là. Ils requièrent en outre une professionnalisation de la sélection, de la gestion et du développement du personnel syndical permanent. VPE/MHA,

Rapport du secteur organisation-vie syndicale 18 ème Congrès de l Union Départementale

Rapport du secteur organisation-vie syndicale 18 ème Congrès de l Union Départementale 1 Rapport du secteur organisation-vie syndicale 18 ème Congrès de l Union Départementale L emploi, les services publics, les salaires, les droits des salariés, des retraités, des sans papiers, des privés

Plus en détail

#3Élargir. visuel+nouveau basline.indd 3 13/11/14 16:27. CONGRèS CSC 2015 # EXPRIME-TOI # ÉLARGIR # 15

#3Élargir. visuel+nouveau basline.indd 3 13/11/14 16:27. CONGRèS CSC 2015 # EXPRIME-TOI # ÉLARGIR # 15 #3Élargir visuel+nouveau basline.indd 3 13/11/14 16:27 CONGRèS CSC 2015 # EXPRIME-TOI # ÉLARGIR # 15 #3 Elargir Ligne de force 29 Nous voulons être un mouvement syndical large, représentatif, qui doit

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE

PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE Votre première affectation Votre position de stagiaire n est reconnue qu à compter de la nomination en délégation sur un emploi et ce pour deux ans à partir du 1 er septembre

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014 Améliorer durablement la qualité de l audit Juin 2014 L enjeu Selon les résultats du plus récent cycle d inspection du Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC), sur le plan de la qualité de

Plus en détail

Statuts de «pr suisse»

Statuts de «pr suisse» Statuts de «pr suisse» Art. 1 L'Association Sous le nom «Association Suisse de Relations Publiques», «Schweizerischer Public Relations Verband», «Associazione Svizzera di Relazioni Pubbliche», «Swiss Public

Plus en détail

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main!

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main! Pourquoi adhérer? Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé,

Plus en détail

Rapport final d'évaluation Fernstudien Schweiz FS-CH Avril 2004, Annexe 1, page 1/5

Rapport final d'évaluation Fernstudien Schweiz FS-CH Avril 2004, Annexe 1, page 1/5 $QQH[H,QIRUPDWLRQVFRQFHUQDQWO pydoxdwlrqgho HQVHLJQHPHQWXQLYHUVLWDLUHj GLVWDQFH,QWURGXFWLRQ L enseignement à distance de niveau universitaire est d apparition récente en Suisse, où il est soutenu par des

Plus en détail

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE Dans un contexte économique général difficile caractérisé, notamment, par une croissance faible, les entreprises de la restauration rapide sont confrontées à

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

Ministère du travail (22 janvier 2013)

Ministère du travail (22 janvier 2013) Ministère du travail (22 janvier 2013) Les apports de l accord sur la sécurisation de l emploi Conformément aux engagements de la feuille de route sociale de juillet et en réponse au document d orientation

Plus en détail

LES ENJEUX DE LA GRH PUBLIQUE LOCALE

LES ENJEUX DE LA GRH PUBLIQUE LOCALE Convention sectorielle 2005-2006 Pacte pour une fonction publique locale et provinciale solide et solidaire Formation du personnel des pouvoirs locaux et provinciaux LES ENJEUX DE LA GRH DANS L ADMINISTRATION

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

Management development et mobilité

Management development et mobilité Daniel Held : Management development et mobilité Paru dans : Persorama, no 4, 1996 sous le titre «Devoir apprendre en permanence». Résumé Le Management development connaît aujourd hui des remises en question

Plus en détail

Politique des Ressources Humaines Nestlé

Politique des Ressources Humaines Nestlé Table des matières 2 Politique des Ressources Humaines Nestlé 4 Responsabilité partagée 5 Les relations humaines 6 Joindre Nestlé 8 L emploi chez Nestlé 9 Equilibre entre travail et vie privée 10 Rémunération

Plus en détail

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE Contexte et historique L évaluation du Centre de recherche Innocenti (IRC) a été effectuée d octobre 2004 à janvier 2005 à la demande du

Plus en détail

Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION

Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION Édition 2015 Dès sa création, le Sgen-CFDT a fait le choix de se structurer en syndicat général, c'est à dire regroupant l'ensemble des catégories professionnelles

Plus en détail

VIIIème CONGRES NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE CGIL Viterbe, les 14 15 et 16 février 2006 DOCUMENT POLITIQUE DE CONCLUSION

VIIIème CONGRES NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE CGIL Viterbe, les 14 15 et 16 février 2006 DOCUMENT POLITIQUE DE CONCLUSION VIIIème CONGRES NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE CGIL Viterbe, les 14 15 et 16 février 2006 DOCUMENT POLITIQUE DE CONCLUSION Le VIIIème Congrès de la Fonction Publique de la CGIL, qui s est tenu à Viterbe

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires

Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires Document d orientation politique du CSEE sur la direction des établissements scolaires Soumis pour adoption par le Comité du CSEE à la Conférence du CSEE, la Conférence régionale de l'internationale de

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente

Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Page1 Volume 4, numéro 3 Le Fonds de solidarité FTQ : trente ans plus tard, une innovation sociale toujours aussi pertinente Mario Tremblay, Vice-président aux affaires publiques et corporatives, et secrétaire

Plus en détail

Foire aux questions. : Campagne Savoir décider

Foire aux questions. : Campagne Savoir décider Mise à jour : 2009-12-08 Foire aux questions. : Campagne Savoir décider Voici la liste des questions auxquelles vous trouverez réponse dans les pages qui suivent. 1. Pourquoi lancer une nouvelle campagne

Plus en détail

D une grande conférence sociale à l autre

D une grande conférence sociale à l autre D une grande conférence sociale à l autre Une année de réformes par le dialogue Il y a un an, les forces économiques et sociales françaises et le Gouvernement faisaient ensemble un pari : inventer un «dialogue

Plus en détail

Modèle commercial 2015 de la FOAP DCA 33 Annexe 1 à l ordre de la FOAP DCA 33 de 2015

Modèle commercial 2015 de la FOAP DCA 33 Annexe 1 à l ordre de la FOAP DCA 33 de 2015 Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Armée suisse Forces aériennes Formation d application de la défense contre avions 33 Marcel Amstutz 30.09.2014 Modèle

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger

Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger 1 Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger Résumé des propositions et recommandations de la commission

Plus en détail

Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain?

Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain? Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain? Marc Antonin Hennebert, Ph.D. Professeur agrégé HEC Montréal Chercheur CRIMT marc antonin.hennebert@hec.ca & Olivier

Plus en détail

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 STATUTS CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 Les présentes dispositions statutaires sont décidées par le Conseil d administration de l Apec dans le respect du principe général de transparence applicable

Plus en détail

Stratégie ALPDS 2012 2015

Stratégie ALPDS 2012 2015 VZLS Verband Zahntechnischer Laboratorien der Schweiz ALPDS Association des Laboratoires de Prothèse Dentaire de Suisse ALPDS Associazione dei Laboratori di Protesi Dentaria Svizzeri Stratégie ALPDS 2012

Plus en détail

Faire son bilan de compétences, mettre à plat ses objectifs professionnels

Faire son bilan de compétences, mettre à plat ses objectifs professionnels Fiche 1 Faire son bilan de compétences, mettre à plat ses objectifs professionnels Bien dans ses baskets ou besoin d air? Non, entrer dans l enseignement ce n est pas entrer en religion! Votre dévouement

Plus en détail

Support entretien professionnel

Support entretien professionnel Guide d utilisation du Support entretien professionnel de deuxième partie de carrière L entretien professionnel de deuxième partie de carrière doit être un moment privilégié, tous les cinq ans, pour examiner

Plus en détail

Former en commun une chance importante pour la poêlerie-fumisterie

Former en commun une chance importante pour la poêlerie-fumisterie Réseau d entreprises formatrices Former en commun une chance importante pour la poêlerie-fumisterie Pour de nombreux membres VHP il est difficile de former un apprenant, la capacité de l entreprise étant

Plus en détail

24 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009

24 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 1 avril 2009 24 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 22-24 juin 2009 Déclaration de l Association du Personnel du Secrétariat de l ONUSIDA Document préparé par

Plus en détail

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France

TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE. 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France TRAVAUX DE LA COMMISSION DES DRH DE L URIOPSS ILE DE FRANCE 1/ Position de la Commission des DRH de l URIOPSS Ile de France La rencontre des employeurs et des syndicats salariés dans les organisations

Plus en détail

Pour une école obligatoire forte

Pour une école obligatoire forte PDC suisse Pour une école obligatoire forte Dégager les potentiels de formation des enfants, encourager la performance et le respect et l épanouissement, exiger le respect de règles et de valeurs Document

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

AG 2015 - Tableau récapitulatif des questions écrites des actionnaires

AG 2015 - Tableau récapitulatif des questions écrites des actionnaires IPAC : Initiative pour un actionnariat citoyen 1. Le rapport RSE évoque de nombreuses actions environnementales menées par Saint-Gobain mais n aborde pas la question du papier carton. Cette question peut

Plus en détail

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 27 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/19 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

CONFÉRENCE SOCIALE 2015

CONFÉRENCE SOCIALE 2015 CONFÉRENCE SOCIALE 2015 SOMMAIRE LA DÉLÉGATION DE LA CFDT RENCONTRE AVEC LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Intervention de Laurent Berger TABLE-RONDE 1 La sécurisation des parcours professionnels et la création

Plus en détail

Campagne (note de référence)

Campagne (note de référence) CE199/FR/5 COMITÉ EXÉCUTIF Bruxelles, 17-18 octobre 2012 Point 5 à l ordre du jour Campagne (note de référence) Le Comité exécutif est invité à prendre acte de cette documentation et à approuver les prochaines

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

Ressources humaines. Formation et formation continue interne (en milliers de jours de formation)

Ressources humaines. Formation et formation continue interne (en milliers de jours de formation) Ressources humaines Pour relever les défis posés par la mondialisation ainsi que par l évolution démographique et aider nos collaborateurs à faire face à un niveau d exigences de plus en plus élevé, la

Plus en détail

Prise de position politique de la Société suisse des employés de commerce

Prise de position politique de la Société suisse des employés de commerce Prise de position politique de la Société suisse des employés de commerce Société suisse des employés de commerce Hans-Huber-Strasse 4 Case postale 1853 CH 8027 Zurich Téléphone +41 44 283 45 45 Fax +41

Plus en détail

L accompagnement à 360 avec Rhesoe!

L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L accompagnement à 360 avec Rhesoe! L Accompagnement professionnel Groupe d échange et de développement des Talents Prévention et gestion des risques psychosociaux L Accompagnement au recrutement Communication

Plus en détail

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008

ACCORD DU 14 NOVEMBRE 2008 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national interprofessionnel GESTION PRÉVISIONNELLE DES EMPLOIS ET DES COMPÉTENCES

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

«Le contexte général du Projet d Union pour la Méditerranée»

«Le contexte général du Projet d Union pour la Méditerranée» CONVENTION INTERNATIONALE DES JURISTES DE L UNION POUR LA MEDITERRANEE NICE, LE 28 JUIN 2008 «Le contexte général du Projet d Union pour la Méditerranée» Henry Marty-Gauquié, Représentant du Groupe BEI

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables

L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables L approche politique de la FEM en matière de restructurations d entreprise socialement responsables (approuvée par le 100 ième Comité Exécutif de la FEM Luxembourg, les 7 et 8 juin 2005) 1. Ces dernières

Plus en détail

MIEUX ANTICIPER ET GÉRER LE CHANGEMENT

MIEUX ANTICIPER ET GÉRER LE CHANGEMENT EUPAE AISBL / European Public Administration Employers TUNED Trade Union s National and European Delegation ORIENTATIONS POLITIQUES STRATÉGIES DE RENFORCEMENT DES RESSOURCES HUMAINES MIEUX ANTICIPER ET

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances

L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances L innovation managériale en PME : Quand le Dirigeant réinvente la transmission des compétences par la gestion des connaissances Hervé Khider, Doctorant LARGEPA Paris II La question de la transmission des

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

ACCORD DU 14 JANVIER 2009

ACCORD DU 14 JANVIER 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) ACCORD DU

Plus en détail

www.unibe.ch Charte de l Université de Berne

www.unibe.ch Charte de l Université de Berne www.unibe.ch Charte de l Université de Berne Vision et valeurs L Université de Berne se veut une université généraliste de tradition européenne. Ses facultés comprennent la théologie, les sciences humaines

Plus en détail

Un système de paie commun pour les organismes des Nations Unies

Un système de paie commun pour les organismes des Nations Unies Nations Unies A/60/582/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 10 avril 2006 Français Original : anglais Soixantième session Points 122 et 130 de l ordre du jour Examen de l efficacité du fonctionnement

Plus en détail

EXPERTS FINANCIERS (M/F)

EXPERTS FINANCIERS (M/F) EXPERTS FINANCIERS (M/F) SPF FINANCES AFG06820 Contexte de la fonction Le Service Public Fédéral (SPF) FINANCES est entre autre responsable de l établissement, du recouvrement et du contrôle de toute une

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE

CHAPITRE 3 : MARCHE DU TRAVAIL ET CHÔMAGE TABE DES MATIERES Durée... 2 Objectif spécifique... 2 Résumé... 2 I. offre et la demande de travail... 2 1. offre de travail et choix loisir - travail... 2 2. Demande de travail, productivité et salaire

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

LE PROGRAMME DE MENTORAT LIONS

LE PROGRAMME DE MENTORAT LIONS LE PROGRAMME DE MENTORAT LIONS Guide de base de mentorat TABLE DES MATIÈRES Introduction Au mentoré Au mentor Le programme de mentorat Lions Programme de base de mentorat 5 Programme avancé de mentorat

Plus en détail

CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C.

CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C. CONSEILS DES GOUVERNEURS ASSEMBLEE ANNUELLE 1999 WASHINGTON, D.C. J GROUPE DE LA BANQUE MONDIALE BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DEVELOPPEMENT SOCIETE FINANCIERE INTERNATIONALE ASSOCIATION

Plus en détail

Le présent règlement d organisation complète les dispositions du plan de formation mentionné ci-dessus 1 et des statuts de la CIFC Suisse.

Le présent règlement d organisation complète les dispositions du plan de formation mentionné ci-dessus 1 et des statuts de la CIFC Suisse. Règlement d organisation des cours interentreprises destinés aux employées et employés de commerce avec certificat fédéral de capacité (CFC) de la branche de formation et d examens Services et administration

Plus en détail

Guide pratique de la formation syndicale

Guide pratique de la formation syndicale Guide pratique de la formation syndicale Jeunes CGT 63 rue de Paris Case 3-1 9316 Montreuil Cedex tél. : 01 48 18 84 13 / 81 80 courriel: jeunes@cgt.fr www.jeunes.cgt.fr Jeunes CGT 63 rue de Paris Case

Plus en détail

L action internationale du Syndicat norvégien de l éducation

L action internationale du Syndicat norvégien de l éducation L action internationale du Syndicat norvégien de l éducation Fort Engagé Solidaire Professionnel www.utdanningsforbundet.no 2 Introduction Le Syndicat norvégien de l éducation organise les professions

Plus en détail

Savoir déléguer CADRES DE SANTE

Savoir déléguer CADRES DE SANTE Savoir déléguer CADRES DE SANTE Le 3 avril 2015 Walter DALLE VEDOVE Qu est-ce que déléguer? Nous avons vu que le manager: répartit le travail entre ses subordonnés coordonne les activités (dans son équipe

Plus en détail

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF)

2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) La société de la connaissance et l apprentissage tout au long de la vie : 2. Le Droit Individuel à la Formation (DIF) Le Luxembourg doit s engager plus concrètement dans la voie ouverte par l Union Européenne

Plus en détail

UN ATOUT POUR L ENTREPRISE

UN ATOUT POUR L ENTREPRISE 1 LE HANDICAP, UN ATOUT POUR L ENTREPRISE DÉMYSTIFIER LE HANDICAP ET FAVORISER LE MAINTIEN DANS L EMPLOI CONNAITRE LA PROCÉDURE DE RECONNAISSANCE ADMINISTRATIVE DU HANDICAP MIEUX CONNAÎTRE LE HANDICAP

Plus en détail

Ambiguïtés, opportunités et défis pour les syndicats

Ambiguïtés, opportunités et défis pour les syndicats NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 7 OCTOBRE - AVRIL 2006 2005 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais 29 mars 2012 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-sixième session 27 février-9 mars 2012 Point 3 a) ii) de l ordre du jour Suivi de la Quatrième Conférence mondiale

Plus en détail

«L ENSEIGNANT : L économie

«L ENSEIGNANT : L économie Peter Macs-fotolia.com L économie sociale et solidaire vient d être dotée d un ministère. Elle passe, certes, sur le devant de la scène mais reste pourtant bien mystérieuse. Que recouvre-t-elle réellement?

Plus en détail

Centre de Formation et de Perfectionnement pour Secouristes Ambulanciers de la Province de Namur. Projet pédagogique 2012

Centre de Formation et de Perfectionnement pour Secouristes Ambulanciers de la Province de Namur. Projet pédagogique 2012 Centre de Formation et de Perfectionnement pour Secouristes Ambulanciers de la Province de Namur Projet pédagogique 2012 SOMMAIRE 1. Avant-propos (Coordinateur)... 3 2. La Cellule pédagogique au sein du

Plus en détail

Sections communautaires d Unifor

Sections communautaires d Unifor Sections communautaires d Unifor Guide des membres potentiels Unifor offre une nouvelle manière d aider les travailleuses et travailleurs à améliorer leur vie par l action collective. Sections communautaires

Plus en détail

Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/PFA/13

Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/PFA/13 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 320 e session, Genève, 13-27 mars 2014 GB.320/PFA/13 Section du programme, du budget et de l administration Segment des questions de personnel PFA

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise

L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise L'EXPERIENCE CAILLEAU PNEUS - PROFIL + Une démarche compétence qui s intègre dans la stratégie de l entreprise ))))))) CAILLEAU PNEUS PROFIL + ))))))) Secteur : Equipements automobiles Activité : Pièces

Plus en détail

POLITIQUE FÉDÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE

POLITIQUE FÉDÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE POLITIQUE FÉDÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE FNEEQ 22 e congrès juin 1993 TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE... 3 1 RE PARTIE : POLITIQUE GÉNÉRALE D ASSISTANCE PROFESSIONNELLE... 5 LES RECOMMANDATIONS...

Plus en détail

STATUT. Favoriser le développement des rapports économiques et commerciaux entre la France et l Italie.

STATUT. Favoriser le développement des rapports économiques et commerciaux entre la France et l Italie. STATUT Art. 1 Constitution, dénomination et siège social Est fondée, avec une durée illimitée, la Chambre Française de Commerce et d Industrie en Italie (ci-après dénommée Association ), association dont

Plus en détail

PROGRAMME A LA CARTE. MODULES DE PERFECTIONNEMENT en RESSOURCES HUMAINES

PROGRAMME A LA CARTE. MODULES DE PERFECTIONNEMENT en RESSOURCES HUMAINES PROGRAMME A LA CARTE MODULES DE PERFECTIONNEMENT en UNE INDIVIDUALISATION DES PARCOURS DE FORMATION Les modules de perfectionnement de CAPITOLIS permettent à une personne qui exerce ou va exercer des responsabilités

Plus en détail

LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT

LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT LIVRE BLANC DANS LA PEAU D UN AGENT DE CENTRE DE CONTACT 2 A PROPOS Il existe de nombreux critères afin de devenir une entreprise prospère et compétitive

Plus en détail

GUIDE DU RECRUTEMENT

GUIDE DU RECRUTEMENT GUIDE DU RECRUTEMENT Les étapes clés : A) CLARIFIER VOTRE BESOIN DE RECRUTEMENT B) REDIGER ET COMMUNIQUER VOTRE OFFRE D EMPLOI C) SELECTIONNER LES CANDIDATURES RECUES D) REUSSIR L ENTRETIEN DE RECRUTEMENT

Plus en détail

Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09

Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09 Résumé de l ARE Le personnel de santé en Europe Livre vert de la Commission Européenne COM(2008) 725/3 ET & OG, version modifiée le 11/02/09 Introduction Pourquoi cette consultation? Les systèmes de santé

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale

Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale Forum des syndicats / L impact des réformes en cours, prévues et prévisibles sur l emploi dans la fonction publique territoriale Animateur : Henri TOULOUZE Secrétaire général de l Union Nationale des Syndicats

Plus en détail