Analyse. Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse. Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies?"

Transcription

1 Analyse Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies? À découvrir dans cette analyse Sans motivation, il n y a pas d apprentissage. Et l un des aspects importants de la motivation est la confiance en soi, qui est connue dans la littérature scientifique sous le nom de «sentiment d efficacité personnelle» (SEP). Il s agit des croyances que les gens ont concernant leur capacité à réussir une tâche par exemple, apprendre à utiliser les nouvelles technologies. Dans cette analyse, nous nous pencherons sur le SEP des aînés face à l apprentissage des nouvelles technologies et nous proposerons quelques conseils pour le renforcer. Questions pour lancer et/ou prolonger la réflexion Qu est-ce qui pousse les aînés à découvrir les nouvelles technologies? Quel est le rôle de la confiance en soi dans l apprentissage des aînés? Comment motiver les aînés à apprendre à utiliser les nouvelles technologies? Existe-t-il une limite d âge pour apprendre? Thèmes Nouvelles technologies Motivation Apprentissage Confiance en soi Les technologies numériques sont de plus en plus omniprésentes dans notre quotidien. Or, l utilisation des nouvelles technologies par les seniors est en décalage avec celle des plus jeunes. En effet, en comparaison avec les plus jeunes, les seniors ont tendance à se sentir plus anxieux lorsqu ils utilisent les outils informatiques. Ils rapportent se sentir moins compétents non seulement pour utiliser un ordinateur, mais aussi pour apprendre à le faire (Marquié, Jourdan-Boddaert, & Huet, 2002). Des chercheurs écossais (Morris et coll., 2006) se sont intéressés aux raisons pour lesquelles les seniors n utilisent pas Internet. Parmi celles-ci, 60 % des seniors ont rapporté ne pas s y intéresser, et 40 % ont confié qu ils «se sentaient trop vieux pour cela». Les résultats de cette recherche indiquent la nécessité de mieux comprendre les sources de ce manque de confiance face à l utilisation des nouvelles technologies et d Internet. D autant que l utilisation d Internet peut s avérer fort utile et pourrait faciliter le quotidien des seniors en leur permettant, par exemple, de s acquitter plus aisément aux formalités administratives, de maintenir un contact plus régulier avec les membres de leur famille, ou encore de faciliter les achats (Dou Goarin, 2014). Dans la section qui suit, nous allons, pour commencer, aborder les sources du SEP ou, autrement dit, la manière dont le SEP d une personne se forme. Ensuite, sur cette base nous allons donner des pistes d intervention possibles afin que les seniors puissent accroître leur propre SEP relatif à l utilisation des nouvelles technologies. Qu est-ce qui influence le SEP? Comme déjà mentionné, le sentiment d efficacité personnelle (SEP) est l un des aspects de ce que l on appelle communément la confiance en soi. Le SEP fait référence aux croyances que les gens ont 1

2 concernant leur capacité à réaliser des performances particulières (Bandura, 1997 ; 2003) et représente l un des facteurs cruciaux de la motivation à apprendre. Ainsi, pour pouvoir agir sur la motivation à apprendre, il est nécessaire de comprendre le SEP et les facteurs qui l influencent. Albert Bandura, le fondateur du concept de sentiment d efficacité personnelle (SEP) propose quatre sources d informations sur lesquelles les gens se basent pour former leur sentiment d efficacité personnelle dans un domaine particulier. Ces quatre sources sont les expériences de maîtrise, le comportement vicariant, la persuasion verbale et les états émotionnels (Bandura, 1997), que nous allons parcourir une à une dans les paragraphes qui suivent. a) Les expériences de maîtrise Premièrement, les gens se basent sur leurs expériences passées pour se former une idée de leur capacité à effectuer une tâche dans un domaine donné. Nos réussites et nos échecs passés contribuent à la formation de nos croyances liées à notre capacité à réussir des tâches similaires. Ainsi, des expériences d échecs répétées liées à l utilisation des nouvelles technologies pourraient diminuer la motivation d une personne à les utiliser. A l inverse, si une personne a l occasion de vivre des réussites, même minimes, celles-ci peuvent l encourager à fournir plus d effort et à continuer à apprendre. Ainsi, une étude réalisée à Portland, aux États-Unis (Wild et coll., 2012) s est notamment intéressée au sentiment d efficacité personnelle lié à l utilisation d Internet chez les aînés. Les chercheurs ont suivi 152 retraités âgés de 67 à 96 ans en comparant leur sentiment d efficacité personnelle relatif à l utilisation d un ordinateur avant et après une formation en informatique d un an. Sans surprise, après un an d utilisation informatique pratiquement quotidienne, les participants ont rapporté un niveau de sentiment d efficacité plus élevé quant à leur capacité à accomplir des tâches spécifiques sur l ordinateur. De plus, leur niveau d anxiété lié à l utilisation d un ordinateur a été également réduit. Que peut-on en conclure? Plus les seniors ont l occasion d utiliser un ordinateur, plus ils auront un sentiment d efficacité élevé face à son utilisation. Seulement ce n est pas aussi simple. Il est en effet important de s assurer que l utilisation d un ordinateur ou des nouvelles technologies de manière générale soit à chaque fois catégorisée dans la mémoire comme une réussite. Il est donc important que les formations proposées soient aussi individualisées et adaptées au rythme de chaque participant que possible, et visent un apprentissage progressif. En réussissant des petites étapes, les apprenants pourront avoir davantage confiance en eux pour atteindre leur objectif final. Enfin, une en s exposant plus souvent à la tâche par le biais d une pratique régulière, le nombre d expériences de maîtrise sur lesquelles l apprenant pourrait se baser pour former son SEP augmente. Il est donc intéressant qu un senior s expose davantage aux nouvelles technologies en les utilisant régulièrement. Une pratique régulière pourrait avoir un effet bénéfique sur son SEP relatif à l apprentissage d une nouvelle technologie. b) Le comportement vicariant Deuxièmement, le comportement vicariant ou, autrement dit, l observation de nos semblables à réussir ou à échouer dans une tâche donnée peut aussi augmenter ou diminuer notre sentiment d efficacité personnelle relatif à cette tâche. Concrètement, les seniors qui observent les gens de leur entourage apprendre à utiliser une nouvelle technologie peuvent voir leur confiance en leur capacité à utiliser un outil similaire s améliorer. Le comportement vicariant est particulièrement important dans les situations où la personne n a pas eu d expériences préalables sur lesquelles de baser (expériences de maîtrise). Ainsi un senior qui n a jamais eu l occasion de surfer sur le web constituera son sentiment d efficacité personnelle en fonction de son expérience avec l informatique en général, mais surtout à partir de l expérience des gens de son entourage. Cet effet d observation d autrui, positif ou négatif, sera d autant plus important que la personne observée partage avec l apprenant un certain nombre de caractéristiques, telles que l âge, le genre ou encore le statut socio-économique. Plus le nombre de caractéristiques communes est élevé, plus l identification à l autre est importante et plus les réussites ou les échecs de l autre auront tendance à influencer la représentation de nos propres capacités à réaliser une tâche similaire. L observation des membres de sa famille ou de ses amis (idéalement, de la même tranche d âge et du même genre que lui) utilisant avec succès des nouvelles technologies pourrait permettre l accroissement du sentiment d efficacité personnelle chez l apprenant senior. c) La persuasion verbale 2

3 Une troisième source du SEP est la persuasion verbale. Cela signifie qu à travers les marques de soutien, les conseils, les encouragements ou encore les attentes de la part des membres de leur famille et de leurs amis, les apprenants peuvent renforcer leurs croyances quant à leurs capacités à réussir à apprendre. L efficacité de la persuasion verbale varie en fonction de facteurs comme le degré de perception de compétence du conseiller et de la fiabilité des sources d information. Ainsi le rôle des proches ou encore des formateurs est fort important. Leurs encouragements, pour autant qu ils restent réalistes, ont tendance à favoriser l accroissement du sentiment d efficacité personnelle des seniors. d) Les états émotionnels Enfin, les états émotionnels jouent aussi un rôle dans le sentiment d efficacité personnelle. Il n y a eu que très peu d études empiriques sur l effet des états émotionnels sur le SEP. De manière générale, les chercheurs pensent qu un état de fatigue ou encore d anxiété pourrait être associé à une faible performance. Cela pourrait donc amener à douter de ses compétences personnelles pour accomplir une tâche donnée et ainsi favoriser un échec. Il est donc important d éviter les périodes de maladies, de fatigue ou encore de stress accru pour apprendre des nouvelles tâches. Il est intéressant de noter qu en réalité, les quatre sources présentées ci-dessus ne forment pas le SEP de manière séparée. Au contraire, les expériences de maîtrise, le comportement vicariant, la persuasion verbale et les états émotionnels interagissent pour influencer le SEP de manière conjointe. En agissant sur l ensemble de ces éléments à la fois, les chances d augmenter le SEP d une personne sont encore plus élevées. Comment améliorer son SEP? Le sentiment d efficacité personnelle se réfère à des croyances qui se construisent et se déconstruisent. Elles ont un impact important sur notre décision d engagement et sur notre persévérance. Nos engagements et nos expériences ont, à leur tour, une influence sur notre confiance en soi, ce qui crée ainsi un phénomène cyclique. Être conscient des quatre sources discutées plus haut peut déjà avoir un effet sur le sentiment d efficacité personnelle. Mais être son propre coach demande quelques efforts supplémentaires. En influençant les quatre sources du SEP, il est possible de l augmenter son SEP. Voici quelques conseils pratiques. Tout d abord, comme nous l avons abordé dans la section précédente, les expériences de maîtrise constituent les souvenirs d expériences passées et peuvent en fait être modulées. Cette modulation peut se faire à deux niveaux. Premièrement, il s agit de multiplier ses expériences de réussite. Pour cela, il est nécessaire de s exposer davantage à la tâche de manière générale et de se fixer des petits objectifs visant l atteinte progressive de l objectif final. Par exemple, au lieu de se fixer comme objectif d apprendre à utiliser un ordinateur (objectif global et trop flou), il serait intéressant de se fixer des sous-objectifs progressifs basés sur son niveau de compétence pour y arriver. Ainsi, pour quelqu un qui n a jamais utilisé un ordinateur, il serait intéressant de se fixer comme sous-objectif d apprendre tout d abord à allumer un ordinateur, à ouvrir une page web, à utiliser le clavier, et ainsi de suite. Pour résumer, il s agit globalement de se créer des événements positifs sur lesquels se baser à l avenir. Pour rappel, la deuxième source du SEP est le comportement vicariant. Ainsi, se remémorer les personnes qui ont réussi plutôt que celles qui ont échoué constituerait une meilleure base pour augmenter son SEP. Avoir un aperçu des expériences d autres personnes peut aussi aider. De plus, quelqu un a eu du mal mais y est quand même parvenu constitue un meilleur exemple que quelqu un qui y est arrivé facilement. Enfin, plus la personne que nous prenons en exemple nous ressemble (mode de vie comparable, âge, genre et statut socio-économique), plus l effet est important : le processus d identification est plus élevé. Ainsi, nos collègues et nos amis sont de meilleures personnes pour nous servir de modèles. Une autre source du SEP est la persuasion verbale. S entourer des gens qui croient en nous et qui nous encouragent n est pas toujours simple et, pourtant, cela semble capital pour augmenter son SEP. Il peut arriver que vous manquiez d encouragements parce que votre entourage n est tout 3

4 simplement pas conscient de vos besoins d être encouragé(e). Une solution consiste à parler autour de vous de ces besoins ou de vos envies d apprendre et de demander explicitement des encouragements, de l aide et des conseils. L effet de ce soutien sera plus efficient s il vient d une personne qui maîtrise elle-même l utilisation des nouvelles technologies et si ses encouragements sont réalistes. Il s agit donc d aller rechercher du soutien auprès d une personne qui représente pour vous une source d information crédible (et qui n ira pas jusqu à tout de suite vous encourager à créer un site web si vous n avez jamais eu l occasion de naviguer sur Internet!). Enfin, rappelez-vous, la perception des réponses physiologiques et affectives concernant une activité spécifique peut aussi influencer le sentiment d efficacité personnelle. Même si la recherche empirique s est surtout centrée sur l effet du SEP sur les émotions, l inverse reste théoriquement valable. Ainsi, éviter de réaliser une tâche lorsque vous êtes stressé(e) et privilégier davantage des tâches ayant un degré de difficulté accessible pour optimiser vos émotions positives pourraient aussi aider à partir du bon pied pour parvenir à vos objectifs d apprentissage et, indirectement, favoriser votre SEP. En guise de conclusion Les aînés ont tendance à manquer de confiance en eux face aux nouvelles technologies. Après avoir passé en revue les quatre sources du SEP, nous pouvons comprendre le pourquoi de ce manque de confiance. Ce manque de confiance peut être dû, entre autres, au manque d expériences liées aux nouvelles technologies ou encore à des expériences d échecs plus que de réussite. Deuxièmement, il pourrait y avoir un manque de personnes à qui s identifier. Les personnes du même âge dans leur entourage ou dans les médias ont-elles vécu des expériences positives avec les nouvelles technologies? Quels exemples les seniors observent-ils et quel effet cette observation peut-elle avoir sur leur SEP relatif à l apprentissage d utilisation des nouvelles technologies? Un éventuel manque d encouragements de la part de leur entourage de même que l anxiété ressentie lors de l utilisation des nouvelles technologies ne poussent pas non plus les aînés à se mettre à la découverte des technologies. Soulignons aussi que le SEP est loin d être le seul facteur influençant la motivation à apprendre. Ainsi, d autres éléments tels que l utilité concrète des nouvelles technologies pour les aînés ou encore l intérêt qu ils y portent jouent également un rôle. Les seniors perçoivent-ils les nouvelles technologies comme des outils utiles dans leur quotidien? Les nouvelles technologies représentent-elles une source de curiosité suffisante pour les seniors pour s investir dans l apprentissage? Enfin, notons que les quatre sources du SEP étaient présentées dans cette analyse en lien avec les aînés et leur rapport aux nouvelles technologies, mais elles restent d application pour les personnes de tous les âges et dans bien d autres contextes. Pour aller plus loin Nané Kochoian et Isabel Raemdonck Bandura, A. (1993). Perceived self-efficacy in cognitive development and functioning. Educational Psychologist, 28(2), Bandura, A. (2001). Social cognitive theory: An agentic perspective. Annual Review of Psychology, 52(1), Dou Goarin, C. (2014). La socialisation tertiaire des seniors. Empan, 94(2), Raemdonck, I., Beausaert, S., Fröhlich, D., Kochoian, N., & Meurant, C. (2015). Aging workers learning and employability. In P. Bal, K. Matthijs, T. A. M. Dorien, & D. M. Rousseau (Eds.), Aging Workers and the Employee-Employer Relationship (pp ). United States : Springer. Wild, K. V., Mattek, N. C., Maxwell, S. A., Dodge, H. H., Jimison, H. B., & Kaye, J. A. (2012). Computer related self-efficacy and anxiety in older adults with and without mild cognitive impairment. Alzheimer s and Dementia, 8(6),

5 Pour citer cette analyse Kochoian, N., & Raemdonck, I. (2015). Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies? Analyses Énéo, Avertissement : Les analyses Énéo ont pour objectif d enrichir une réflexion et/ou un débat à propos d un thème donné. Elles ne proposent pas de positions avalisées par l asbl et n engagent que leur(s) auteur(e)(s). Énéo, mouvement social des aînés asbl Chaussée de Haecht 579 BP Schaerbeek Belgique tél. : En partenariat avec Avec le soutien de Avec l appui de 5

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN AVANT LA FORMATION 2.1. AVANT LA FORMATION L avant-formation est l étape initiale du processus de formation et son importance est cruciale pour la réussite du programme. C est en effet lors de ce moment

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires

Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires «L Avenir de l agriculture : l Agriculteur!» Le jeudi 10 novembre 2011 Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires Edith Luc, Ph.D. Consultante et auteure en leadership des personnes

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Coaching RelationCare

Coaching RelationCare Coaching RelationCare Les fondamentaux Notre formation associe les approches les plus récentes en matière de coaching individuel et d équipe, de systémique, de connaissances dans les neurosciences, de

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

Comment utiliser la vidéo en classe

Comment utiliser la vidéo en classe Comment utiliser la vidéo en classe Aujourd hui, les étudiants sont toujours «branchés» au web et aux médias sociaux, et c est afin de susciter leur intérêt que les enseignants ont recours à la technologie

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Conseil RH Coaching Formation

Conseil RH Coaching Formation 30 ans d'expérience Management, conseil RH, développement des compétences, relation avec les IRP, recrutement Coaching individuel - Accompagnement en développement personnel et professionnel Conseil RH

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Managers, comment construire et exercer efficacement votre leadership?

Managers, comment construire et exercer efficacement votre leadership? SEMINAIRE DE FORMATION Pour Qui? Ce séminaire est destiné aux PCA PDG, DG, DGA,... et Directeurs Opérationnels. Managers, comment construire et exercer efficacement votre leadership? 1 DANS SON ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Stage RésoLP 2012 Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Celui qui acquiert les compétences définies par le programme à chaque niveau du cursus et dans chaque APSA :la «C.A.» avec son versant «moteur» et son

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Choisir ensemble Notre projet collectif

Choisir ensemble Notre projet collectif 5 module Choisir ensemble Notre projet collectif p. 01 Pendant les pauses, on ne parle plus de tout et de rien, on parle de notre projet! C est bien de faire un projet ensemble, pour voir les capacités

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

COMPTE RENDU DE CONFERENCE

COMPTE RENDU DE CONFERENCE COMPTE RENDU DE CONFERENCE Maîtrise des effectifs et développement des clubs. Quels enjeux et stratégies motivationnelles? Présentation de Julie Doron et du cadre de son intervention. Elle a la volonté

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus CHAPITRE UN EXEMPLES DE FORMATIONS EN LIGNE En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus pratique que les autres méthodes, l apprentissage en ligne est aujourd hui en train de transformer

Plus en détail

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 Au Québec, les programmes de formation des enseignants accordent une large place à la formation

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pourquoi moi? Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pleins feux sur les croyances entourant le cancer Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ 2 1 Vous venez d apprendre

Plus en détail

Cultiver l esprit d équipe

Cultiver l esprit d équipe Cultiver l esprit d équipe Les objectifs : Promouvoir une prise de conscience de la nécessité de travailler en équipe et de cultiver les liens entre les personnes pour consolider l esprit d équipe Fournir

Plus en détail

De l anglais pour VOTRE métier

De l anglais pour VOTRE métier De l anglais pour VOTRE métier Easy Access English a pour objectifs de former, accompagner, mais aussi motiver et inspirer toute personne évoluant dans le monde de l entreprise et souhaitant progresser

Plus en détail

Bienvenue Corinne Dulac

Bienvenue Corinne Dulac Bienvenue Corinne Dulac Coach Certifiée ICI Paris Particuliers - Entreprises 11 rue Clos Aubert 45750 Saint-Pryvé-Saint-Mesmin 06.21.33.57.13 happy.attitude.coaching@gmail.fr @ happy-attitude-coaching.com

Plus en détail

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet

Plus en détail

Nos Solutions de Formation à Distance

Nos Solutions de Formation à Distance Nos Solutions de Formation à Distance Easy Access English vous offre un accompagnement personnalisé, avec un formateur anglophone attitré pour assurer votre suivi, vous guider, vous motiver tout au long

Plus en détail

Motivation et confiance en soi : les clés de la réussite?

Motivation et confiance en soi : les clés de la réussite? Fédération des Associations de Parents de l Enseignement Officiel Motivation et confiance en soi : les clés de la réussite? Avec la participation de : Julie Martina Équipe de rédaction : Christophe Desagher

Plus en détail

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Journée Régionale sur le Suicide et les Aînés de Laval Jeudi 6 Février 2014 Atelier de Sensibilisation offert en partenariat

Plus en détail

25 stratégies efficaces pour enfin tenir vos résolutions du Nouvel An

25 stratégies efficaces pour enfin tenir vos résolutions du Nouvel An 25 stratégies efficaces pour enfin tenir vos résolutions du Nouvel An Une nouvelle année apporte de nouvelles possibilités, de nouveaux choix et un nouvel espoir pour l'avenir. C'est pourquoi, chaque Nouvel

Plus en détail

Enseigner par tâches complexes

Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes Enseigner par tâches complexes pour permettre aux élèves d'acquérir les compétences du socle commun et favoriser la différenciation pédagogique. 1. Pourquoi enseigner par

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Microsoft Office Specialist

Microsoft Office Specialist Microsoft Office Specialist http://www.microsoft.com/france/formation/cert/office Contactez-nous par e-mail : infomos@microsoft.com 2005 Microsoft Corporation. Tous droits réservés. Microsoft, le logo

Plus en détail

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3

T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 T R A V A I L E T E V A L U A T I O N P A R C O M P E T E N C E S A U C Y C L E 3 C O M P E T E N C E 7 : L A U T O N O M I E, L I N I T I A T I V E. D après Ph Meirieu. Année scolaire 2011/2012 http://www.meirieu.com/index.html

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Dîner-conférence mardi 09 avril 2013 Paris, restaurant Le Cristo

Dîner-conférence mardi 09 avril 2013 Paris, restaurant Le Cristo Dîner-conférence mardi 09 avril 2013 Paris, restaurant Le Cristo "PERFORMANCE, BIEN-ETRE ET MOTIVATION : ET SI VOUS METTIEZ VOTRE MOTIVATION AU SERVICE DE VOTRE PERFORMANCE " L évolution de notre environnement

Plus en détail

LA PREPARATION MENTALE. «Aller vers l efficience»

LA PREPARATION MENTALE. «Aller vers l efficience» LA PREPARATION MENTALE «Aller vers l efficience» Sommaire Préambule: Mon parcours Introduction La Démarche Les Méthodes/Les Outils Le Fonctionnement Conclusion Mon Parcours Stéphane LIMOUZIN : - Entraîneur

Plus en détail

La mémoire (en bref)

La mémoire (en bref) Lamémoire(enbref) Les modèles développés en psychologie cognitive conçoivent l individu comme une «entité»quitraitedel information.danscestraitements,lamémorisationtientuneplace particulièrement importante

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices

Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices Page # 1 Vitae Dynamics Inc. Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices Introduction Le cahier d exercice qui suit est conçu pour vous aider à clarifier les émotions que vous ressentez à

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Système d information : Maximiser le retour sur investissement

Système d information : Maximiser le retour sur investissement Améliorer le contrôle interne Système d information : Maximiser le retour sur investissement LAURA FREDERICK, CONSULTANTE EN TI ET GESTION DU CHANGEMENT, ECHANGE, LLC, (MARS 2002) WWW.GLOBALECHANGE.COM

Plus en détail

Évaluation annuelle de la performance

Évaluation annuelle de la performance 4/21/2013 Canadian Tenpin Federation, Inc. Évaluation annuelle de la performance Nom de l entraîneur: Échéancier considéré dans cette évaluation: Date de la rencontre d évaluation: Personnes qui ont participé

Plus en détail

DEVENIR MANAGER. PUBLIC : Manager débutant

DEVENIR MANAGER. PUBLIC : Manager débutant PARCOURS MANAGEMENT Un parcours permettant le développement commun et cohérent des managers du groupe qui facilite des passerelles en entre BU/ métiers. DEVENIR MANAGER Manager débutant Réussir sa prise

Plus en détail

La Menace du Stéréotype

La Menace du Stéréotype La Menace du Stéréotype Fabrice GABARROT Bureau M6158 - Uni Mail Université de Genève 40, Bld du Pont d'arve CH-1205 Genève SUISSE Courriel : Fabrice.Gabarrot@pse.unige.ch Les stéréotypes sont, pour simplifier,

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

- Le Coaching - C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés.

- Le Coaching - C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés. Le Coaching 1 Qu estce que le coaching? C est un processus d accompagnement individuel permettant d aider la personne à atteindre le ou les objectifs qu elle s est fixés. Grâce à un questionnement précis,

Plus en détail

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Bienvenue au Module 6 du cours EBM formation des formateurs. Dans ce module, vous apprendrez comment traduire un audit clinique en question

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail

Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail Questions à se poser pour concevoir, tenir et évaluer une activité de formation en milieu de travail Présentation en soutien au webinaire réalisé dans le cadre de la Semaine québécoise des adultes en formation

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

La confiance. Les maths. L anglais. Ce que votre enfant apprendra chez Kumon :

La confiance. Les maths. L anglais. Ce que votre enfant apprendra chez Kumon : Kumon, le plus important programme d apprentissage parascolaire au monde. La méthode Kumon est issue de l amour d un parent. Résolu à aider son fils de huit ans, Toru Kumon, un professeur de mathématiques,

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Après 3 ANS d existence Plus de 4 MILLIONS d euros collectés, pour plus de 2500 PROJETS créatifs et innovants sur KissKissBankBank.

Après 3 ANS d existence Plus de 4 MILLIONS d euros collectés, pour plus de 2500 PROJETS créatifs et innovants sur KissKissBankBank. hello! Après 3 ANS d existence Plus de 4 MILLIONS d euros collectés, pour plus de 2500 PROJETS créatifs et innovants sur KissKissBankBank.com Nous lancons la première plateforme de prêts solidaires entre

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

Congrès orientant 2 e secondaire 2015

Congrès orientant 2 e secondaire 2015 Congrès orientant 2 e secondaire 2015 Intentions de la rencontre Informer sur les parcours en science pour le 3 e secondaire Accompagner votre enfant à faire des choix éclairés Déroulement de la présentation

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10)

Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Retour d expérience : atelier «reportage numérique» (Doc AMP n 8 - Dossier Nouvelles technologies au service de l AMP - page 10) Interview complète d Aurore Deschamps Aurore DESCHAMPS, ancienne stagiaire

Plus en détail

Tous pour un... un pour tous!

Tous pour un... un pour tous! Tous pour un... un pour tous! Activités de développement de la solidarité Élèves du primaire GUIDE D ANIMATION À L INTENTION DES ENSEIGNANTS proposé par 5935, St-Georges, bureau 310 Lévis (Québec) G6V

Plus en détail

Accédez à votre Génie Personnel

Accédez à votre Génie Personnel Une formation unique en Neuro-Sémantique 3 jours pour apprendre à Dépasser vos limites actuelles Atteindre le sommet de votre efficacité personnelle Utiliser vos émotions au service de votre réussite «La

Plus en détail

APPROCHE MENTALE DES CONCOURS (Nicolas DOMBROWSKI, 2009)

APPROCHE MENTALE DES CONCOURS (Nicolas DOMBROWSKI, 2009) APPROCHE MENTALE DES CONCOURS (Nicolas DOMBROWSKI, 2009) Les concours peuvent être considérés comme des compétitions mettant en concurrence des candidats issus de tout le territoire national. On peut les

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Vous souhaitez commencer à mettre en œuvre une formation en CE, mais vous

Plus en détail

FORMATIONS «CATALOGUE 2015» CRDC-CONSULTANTS

FORMATIONS «CATALOGUE 2015» CRDC-CONSULTANTS «CATALOGUE 2015» CRDC-CONSULTANTS Ci-après, vous trouverez les formations «Catalogue 2015» de CRDC-Consultants. Ces formations peuvent se dérouler soit en intra-entreprise, soit en inter-entreprises. Ce

Plus en détail

SUPPORT AUX CONJOINTS(ES)

SUPPORT AUX CONJOINTS(ES) 1 SUPPORT AUX CONJOINTS(ES) EXPATRIÉS(ES) DÉVELOPPÉ EN PARTENARIAT AVEC Animation et présentation par : Céline Chabée, Formateur et coach certifiée RENCONTRE 2 Le point sur la rencontre 2: 3 SOMMAIRE 1.

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d activité en tant qu organisme formateur : 42670364267

Plus en détail

Le guide l entretien professionnel

Le guide l entretien professionnel Le guide l entretien professionnel L évalué La loi a prévu la mise en place d un entretien professionnel annuel pour les fonctionnaires territoriaux. L entretien professionnel remplace la notation annuelle.

Plus en détail

Évaluation en cours d EPS

Évaluation en cours d EPS Évaluation en cours d EPS Autoréflexion Évaluation en cours d EPS Conditions-cadres d évaluation dans le canton de Zurich Problématique Fonctions et normes de référence pour l évaluation L évaluation dans

Plus en détail

Le sentiment d'autonomie des collaborateurs conscients de pouvoir innover sans être freinés par les procédures internes,

Le sentiment d'autonomie des collaborateurs conscients de pouvoir innover sans être freinés par les procédures internes, LES FONDAMENTAUX L ANIMATION D EQUIPE Animer une équipe, c est créer les conditions pour que ses collaborateurs : Contribuent le mieux possible aux objectifs du service Respectent les règles et valeurs

Plus en détail

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement»

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» «Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» Louis Fortin, MBA Président Actualisation IDH Le 23 avril 2014 Contenu de la présentation 1 L engagement en chiffre 4 Un leader mobilisateur 2 Les piliers

Plus en détail

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions)

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions) Le ce rcl e de lecture ( ) 1 Le principe : C est un temps d échanges entre des élèves ayant lu le même livre qui se déroule de la manière la plus autonome possible. Afin de rendre ce temps d échanges riche,

Plus en détail

Le concept inédit de formation sur-mesure

Le concept inédit de formation sur-mesure Le concept inédit de formation sur-mesure Les formations innovantes Allor permettent aux cadres, managers et dirigeants d optimiser leur efficacité professionnelle (Organisation, communication, etc.) et

Plus en détail

Carrière & Leadership

Carrière & Leadership Carrière & Leadership www.100jours.ca Carrière & Leadership est un cabinet-conseil dont la mission est d accompagner les cadres supérieurs et intermédiaires... hors de leur zone de confort. Notre service

Plus en détail

TROUSSE D INFORMATION

TROUSSE D INFORMATION TROUSSE D INFORMATION POUR LA CAMPAGNE ÉLECTORALE 2015 FONDATION CANADIENNE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE CARRIÈRE Fondation canadienne pour le développement de carrière Rédaction explicative pour les élections

Plus en détail

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail.

De l école au métier. Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. De l école au métier Nos exigences pour permettre aux jeunes handicapés d accéder au monde du travail. Prise de position sur l intégration professionnelle d insieme Suisse, de l association Cerebral Suisse

Plus en détail

Fiche Synthèse aide au concours 2SEP ENS Rennes. La motivation

Fiche Synthèse aide au concours 2SEP ENS Rennes. La motivation La motivation 1) Définition La motivation comprend des comportements adaptatifs mais aussi non adaptatifs : l élève peut montrer de la motivation en EPS mais pas envers la tâche prescrite Ex : : élève

Plus en détail

Qu'est-ce que l'innovation?

Qu'est-ce que l'innovation? Qu'est-ce que l'innovation? Résumé : L innovation est avant tout un état d esprit. C est un processus vivant qui amène la direction à chercher à tous les niveaux la manière d être la plus performante pour

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

1-9 August 2003, Berlin

1-9 August 2003, Berlin World Library and Information Congress: 69th IFLA General Conference and Council 1-9 August 2003, Berlin Code Number: 014-F Meeting: 91. Education and Training Simultaneous Interpretation: Yes Rapport

Plus en détail

Annexe B. Liste des tableaux disponibles en ligne. L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185

Annexe B. Liste des tableaux disponibles en ligne. L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185 Annexe B Liste des tableaux disponibles en ligne L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185 Annexe B : Liste des tableaux disponibles en ligne Annexe B Liste

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail