Analyse. Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse. Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies?"

Transcription

1 Analyse Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies? À découvrir dans cette analyse Sans motivation, il n y a pas d apprentissage. Et l un des aspects importants de la motivation est la confiance en soi, qui est connue dans la littérature scientifique sous le nom de «sentiment d efficacité personnelle» (SEP). Il s agit des croyances que les gens ont concernant leur capacité à réussir une tâche par exemple, apprendre à utiliser les nouvelles technologies. Dans cette analyse, nous nous pencherons sur le SEP des aînés face à l apprentissage des nouvelles technologies et nous proposerons quelques conseils pour le renforcer. Questions pour lancer et/ou prolonger la réflexion Qu est-ce qui pousse les aînés à découvrir les nouvelles technologies? Quel est le rôle de la confiance en soi dans l apprentissage des aînés? Comment motiver les aînés à apprendre à utiliser les nouvelles technologies? Existe-t-il une limite d âge pour apprendre? Thèmes Nouvelles technologies Motivation Apprentissage Confiance en soi Les technologies numériques sont de plus en plus omniprésentes dans notre quotidien. Or, l utilisation des nouvelles technologies par les seniors est en décalage avec celle des plus jeunes. En effet, en comparaison avec les plus jeunes, les seniors ont tendance à se sentir plus anxieux lorsqu ils utilisent les outils informatiques. Ils rapportent se sentir moins compétents non seulement pour utiliser un ordinateur, mais aussi pour apprendre à le faire (Marquié, Jourdan-Boddaert, & Huet, 2002). Des chercheurs écossais (Morris et coll., 2006) se sont intéressés aux raisons pour lesquelles les seniors n utilisent pas Internet. Parmi celles-ci, 60 % des seniors ont rapporté ne pas s y intéresser, et 40 % ont confié qu ils «se sentaient trop vieux pour cela». Les résultats de cette recherche indiquent la nécessité de mieux comprendre les sources de ce manque de confiance face à l utilisation des nouvelles technologies et d Internet. D autant que l utilisation d Internet peut s avérer fort utile et pourrait faciliter le quotidien des seniors en leur permettant, par exemple, de s acquitter plus aisément aux formalités administratives, de maintenir un contact plus régulier avec les membres de leur famille, ou encore de faciliter les achats (Dou Goarin, 2014). Dans la section qui suit, nous allons, pour commencer, aborder les sources du SEP ou, autrement dit, la manière dont le SEP d une personne se forme. Ensuite, sur cette base nous allons donner des pistes d intervention possibles afin que les seniors puissent accroître leur propre SEP relatif à l utilisation des nouvelles technologies. Qu est-ce qui influence le SEP? Comme déjà mentionné, le sentiment d efficacité personnelle (SEP) est l un des aspects de ce que l on appelle communément la confiance en soi. Le SEP fait référence aux croyances que les gens ont 1

2 concernant leur capacité à réaliser des performances particulières (Bandura, 1997 ; 2003) et représente l un des facteurs cruciaux de la motivation à apprendre. Ainsi, pour pouvoir agir sur la motivation à apprendre, il est nécessaire de comprendre le SEP et les facteurs qui l influencent. Albert Bandura, le fondateur du concept de sentiment d efficacité personnelle (SEP) propose quatre sources d informations sur lesquelles les gens se basent pour former leur sentiment d efficacité personnelle dans un domaine particulier. Ces quatre sources sont les expériences de maîtrise, le comportement vicariant, la persuasion verbale et les états émotionnels (Bandura, 1997), que nous allons parcourir une à une dans les paragraphes qui suivent. a) Les expériences de maîtrise Premièrement, les gens se basent sur leurs expériences passées pour se former une idée de leur capacité à effectuer une tâche dans un domaine donné. Nos réussites et nos échecs passés contribuent à la formation de nos croyances liées à notre capacité à réussir des tâches similaires. Ainsi, des expériences d échecs répétées liées à l utilisation des nouvelles technologies pourraient diminuer la motivation d une personne à les utiliser. A l inverse, si une personne a l occasion de vivre des réussites, même minimes, celles-ci peuvent l encourager à fournir plus d effort et à continuer à apprendre. Ainsi, une étude réalisée à Portland, aux États-Unis (Wild et coll., 2012) s est notamment intéressée au sentiment d efficacité personnelle lié à l utilisation d Internet chez les aînés. Les chercheurs ont suivi 152 retraités âgés de 67 à 96 ans en comparant leur sentiment d efficacité personnelle relatif à l utilisation d un ordinateur avant et après une formation en informatique d un an. Sans surprise, après un an d utilisation informatique pratiquement quotidienne, les participants ont rapporté un niveau de sentiment d efficacité plus élevé quant à leur capacité à accomplir des tâches spécifiques sur l ordinateur. De plus, leur niveau d anxiété lié à l utilisation d un ordinateur a été également réduit. Que peut-on en conclure? Plus les seniors ont l occasion d utiliser un ordinateur, plus ils auront un sentiment d efficacité élevé face à son utilisation. Seulement ce n est pas aussi simple. Il est en effet important de s assurer que l utilisation d un ordinateur ou des nouvelles technologies de manière générale soit à chaque fois catégorisée dans la mémoire comme une réussite. Il est donc important que les formations proposées soient aussi individualisées et adaptées au rythme de chaque participant que possible, et visent un apprentissage progressif. En réussissant des petites étapes, les apprenants pourront avoir davantage confiance en eux pour atteindre leur objectif final. Enfin, une en s exposant plus souvent à la tâche par le biais d une pratique régulière, le nombre d expériences de maîtrise sur lesquelles l apprenant pourrait se baser pour former son SEP augmente. Il est donc intéressant qu un senior s expose davantage aux nouvelles technologies en les utilisant régulièrement. Une pratique régulière pourrait avoir un effet bénéfique sur son SEP relatif à l apprentissage d une nouvelle technologie. b) Le comportement vicariant Deuxièmement, le comportement vicariant ou, autrement dit, l observation de nos semblables à réussir ou à échouer dans une tâche donnée peut aussi augmenter ou diminuer notre sentiment d efficacité personnelle relatif à cette tâche. Concrètement, les seniors qui observent les gens de leur entourage apprendre à utiliser une nouvelle technologie peuvent voir leur confiance en leur capacité à utiliser un outil similaire s améliorer. Le comportement vicariant est particulièrement important dans les situations où la personne n a pas eu d expériences préalables sur lesquelles de baser (expériences de maîtrise). Ainsi un senior qui n a jamais eu l occasion de surfer sur le web constituera son sentiment d efficacité personnelle en fonction de son expérience avec l informatique en général, mais surtout à partir de l expérience des gens de son entourage. Cet effet d observation d autrui, positif ou négatif, sera d autant plus important que la personne observée partage avec l apprenant un certain nombre de caractéristiques, telles que l âge, le genre ou encore le statut socio-économique. Plus le nombre de caractéristiques communes est élevé, plus l identification à l autre est importante et plus les réussites ou les échecs de l autre auront tendance à influencer la représentation de nos propres capacités à réaliser une tâche similaire. L observation des membres de sa famille ou de ses amis (idéalement, de la même tranche d âge et du même genre que lui) utilisant avec succès des nouvelles technologies pourrait permettre l accroissement du sentiment d efficacité personnelle chez l apprenant senior. c) La persuasion verbale 2

3 Une troisième source du SEP est la persuasion verbale. Cela signifie qu à travers les marques de soutien, les conseils, les encouragements ou encore les attentes de la part des membres de leur famille et de leurs amis, les apprenants peuvent renforcer leurs croyances quant à leurs capacités à réussir à apprendre. L efficacité de la persuasion verbale varie en fonction de facteurs comme le degré de perception de compétence du conseiller et de la fiabilité des sources d information. Ainsi le rôle des proches ou encore des formateurs est fort important. Leurs encouragements, pour autant qu ils restent réalistes, ont tendance à favoriser l accroissement du sentiment d efficacité personnelle des seniors. d) Les états émotionnels Enfin, les états émotionnels jouent aussi un rôle dans le sentiment d efficacité personnelle. Il n y a eu que très peu d études empiriques sur l effet des états émotionnels sur le SEP. De manière générale, les chercheurs pensent qu un état de fatigue ou encore d anxiété pourrait être associé à une faible performance. Cela pourrait donc amener à douter de ses compétences personnelles pour accomplir une tâche donnée et ainsi favoriser un échec. Il est donc important d éviter les périodes de maladies, de fatigue ou encore de stress accru pour apprendre des nouvelles tâches. Il est intéressant de noter qu en réalité, les quatre sources présentées ci-dessus ne forment pas le SEP de manière séparée. Au contraire, les expériences de maîtrise, le comportement vicariant, la persuasion verbale et les états émotionnels interagissent pour influencer le SEP de manière conjointe. En agissant sur l ensemble de ces éléments à la fois, les chances d augmenter le SEP d une personne sont encore plus élevées. Comment améliorer son SEP? Le sentiment d efficacité personnelle se réfère à des croyances qui se construisent et se déconstruisent. Elles ont un impact important sur notre décision d engagement et sur notre persévérance. Nos engagements et nos expériences ont, à leur tour, une influence sur notre confiance en soi, ce qui crée ainsi un phénomène cyclique. Être conscient des quatre sources discutées plus haut peut déjà avoir un effet sur le sentiment d efficacité personnelle. Mais être son propre coach demande quelques efforts supplémentaires. En influençant les quatre sources du SEP, il est possible de l augmenter son SEP. Voici quelques conseils pratiques. Tout d abord, comme nous l avons abordé dans la section précédente, les expériences de maîtrise constituent les souvenirs d expériences passées et peuvent en fait être modulées. Cette modulation peut se faire à deux niveaux. Premièrement, il s agit de multiplier ses expériences de réussite. Pour cela, il est nécessaire de s exposer davantage à la tâche de manière générale et de se fixer des petits objectifs visant l atteinte progressive de l objectif final. Par exemple, au lieu de se fixer comme objectif d apprendre à utiliser un ordinateur (objectif global et trop flou), il serait intéressant de se fixer des sous-objectifs progressifs basés sur son niveau de compétence pour y arriver. Ainsi, pour quelqu un qui n a jamais utilisé un ordinateur, il serait intéressant de se fixer comme sous-objectif d apprendre tout d abord à allumer un ordinateur, à ouvrir une page web, à utiliser le clavier, et ainsi de suite. Pour résumer, il s agit globalement de se créer des événements positifs sur lesquels se baser à l avenir. Pour rappel, la deuxième source du SEP est le comportement vicariant. Ainsi, se remémorer les personnes qui ont réussi plutôt que celles qui ont échoué constituerait une meilleure base pour augmenter son SEP. Avoir un aperçu des expériences d autres personnes peut aussi aider. De plus, quelqu un a eu du mal mais y est quand même parvenu constitue un meilleur exemple que quelqu un qui y est arrivé facilement. Enfin, plus la personne que nous prenons en exemple nous ressemble (mode de vie comparable, âge, genre et statut socio-économique), plus l effet est important : le processus d identification est plus élevé. Ainsi, nos collègues et nos amis sont de meilleures personnes pour nous servir de modèles. Une autre source du SEP est la persuasion verbale. S entourer des gens qui croient en nous et qui nous encouragent n est pas toujours simple et, pourtant, cela semble capital pour augmenter son SEP. Il peut arriver que vous manquiez d encouragements parce que votre entourage n est tout 3

4 simplement pas conscient de vos besoins d être encouragé(e). Une solution consiste à parler autour de vous de ces besoins ou de vos envies d apprendre et de demander explicitement des encouragements, de l aide et des conseils. L effet de ce soutien sera plus efficient s il vient d une personne qui maîtrise elle-même l utilisation des nouvelles technologies et si ses encouragements sont réalistes. Il s agit donc d aller rechercher du soutien auprès d une personne qui représente pour vous une source d information crédible (et qui n ira pas jusqu à tout de suite vous encourager à créer un site web si vous n avez jamais eu l occasion de naviguer sur Internet!). Enfin, rappelez-vous, la perception des réponses physiologiques et affectives concernant une activité spécifique peut aussi influencer le sentiment d efficacité personnelle. Même si la recherche empirique s est surtout centrée sur l effet du SEP sur les émotions, l inverse reste théoriquement valable. Ainsi, éviter de réaliser une tâche lorsque vous êtes stressé(e) et privilégier davantage des tâches ayant un degré de difficulté accessible pour optimiser vos émotions positives pourraient aussi aider à partir du bon pied pour parvenir à vos objectifs d apprentissage et, indirectement, favoriser votre SEP. En guise de conclusion Les aînés ont tendance à manquer de confiance en eux face aux nouvelles technologies. Après avoir passé en revue les quatre sources du SEP, nous pouvons comprendre le pourquoi de ce manque de confiance. Ce manque de confiance peut être dû, entre autres, au manque d expériences liées aux nouvelles technologies ou encore à des expériences d échecs plus que de réussite. Deuxièmement, il pourrait y avoir un manque de personnes à qui s identifier. Les personnes du même âge dans leur entourage ou dans les médias ont-elles vécu des expériences positives avec les nouvelles technologies? Quels exemples les seniors observent-ils et quel effet cette observation peut-elle avoir sur leur SEP relatif à l apprentissage d utilisation des nouvelles technologies? Un éventuel manque d encouragements de la part de leur entourage de même que l anxiété ressentie lors de l utilisation des nouvelles technologies ne poussent pas non plus les aînés à se mettre à la découverte des technologies. Soulignons aussi que le SEP est loin d être le seul facteur influençant la motivation à apprendre. Ainsi, d autres éléments tels que l utilité concrète des nouvelles technologies pour les aînés ou encore l intérêt qu ils y portent jouent également un rôle. Les seniors perçoivent-ils les nouvelles technologies comme des outils utiles dans leur quotidien? Les nouvelles technologies représentent-elles une source de curiosité suffisante pour les seniors pour s investir dans l apprentissage? Enfin, notons que les quatre sources du SEP étaient présentées dans cette analyse en lien avec les aînés et leur rapport aux nouvelles technologies, mais elles restent d application pour les personnes de tous les âges et dans bien d autres contextes. Pour aller plus loin Nané Kochoian et Isabel Raemdonck Bandura, A. (1993). Perceived self-efficacy in cognitive development and functioning. Educational Psychologist, 28(2), Bandura, A. (2001). Social cognitive theory: An agentic perspective. Annual Review of Psychology, 52(1), Dou Goarin, C. (2014). La socialisation tertiaire des seniors. Empan, 94(2), Raemdonck, I., Beausaert, S., Fröhlich, D., Kochoian, N., & Meurant, C. (2015). Aging workers learning and employability. In P. Bal, K. Matthijs, T. A. M. Dorien, & D. M. Rousseau (Eds.), Aging Workers and the Employee-Employer Relationship (pp ). United States : Springer. Wild, K. V., Mattek, N. C., Maxwell, S. A., Dodge, H. H., Jimison, H. B., & Kaye, J. A. (2012). Computer related self-efficacy and anxiety in older adults with and without mild cognitive impairment. Alzheimer s and Dementia, 8(6),

5 Pour citer cette analyse Kochoian, N., & Raemdonck, I. (2015). Comment stimuler la confiance en soi des aînés par rapport à l apprentissage des nouvelles technologies? Analyses Énéo, Avertissement : Les analyses Énéo ont pour objectif d enrichir une réflexion et/ou un débat à propos d un thème donné. Elles ne proposent pas de positions avalisées par l asbl et n engagent que leur(s) auteur(e)(s). Énéo, mouvement social des aînés asbl Chaussée de Haecht 579 BP Schaerbeek Belgique tél. : En partenariat avec Avec le soutien de Avec l appui de 5

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Motivation et confiance en soi : les clés de la réussite?

Motivation et confiance en soi : les clés de la réussite? Fédération des Associations de Parents de l Enseignement Officiel Motivation et confiance en soi : les clés de la réussite? Avec la participation de : Julie Martina Équipe de rédaction : Christophe Desagher

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Dîner-conférence mardi 09 avril 2013 Paris, restaurant Le Cristo

Dîner-conférence mardi 09 avril 2013 Paris, restaurant Le Cristo Dîner-conférence mardi 09 avril 2013 Paris, restaurant Le Cristo "PERFORMANCE, BIEN-ETRE ET MOTIVATION : ET SI VOUS METTIEZ VOTRE MOTIVATION AU SERVICE DE VOTRE PERFORMANCE " L évolution de notre environnement

Plus en détail

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN AVANT LA FORMATION 2.1. AVANT LA FORMATION L avant-formation est l étape initiale du processus de formation et son importance est cruciale pour la réussite du programme. C est en effet lors de ce moment

Plus en détail

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013 L'anglais intensif pour tous au primaire École Le Ruisselet 2012-2013 2013 Historique Depuis plusieurs années les parents de l école Le Ruisselet réclamaient un programme d enseignement intensif de l anglais

Plus en détail

Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke

Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke Comprendre la motivation à réussir des étudiants universitaires pour mieux agir Rolland Viau Jacques Joly U. de Sherbrooke Résumé Ce texte a pour but, dans un premier temps, de présenter un modèle de la

Plus en détail

Séminaire d intégration

Séminaire d intégration Séminaire d intégration Le processus de transition, d un milieu de vie à un autre, chez la personne âgée. Présenté par : Joanie Dufour Marc-André Fleurent Audrey Hébert-Semco Audrey Lanoie Marie-Pier Martel

Plus en détail

UTILISER LES LANGUES POUR APPRENDRE, APPRENDRE EN UTILISANT LES LANGUES

UTILISER LES LANGUES POUR APPRENDRE, APPRENDRE EN UTILISANT LES LANGUES UTILISER LES LANGUES POUR APPRENDRE, APPRENDRE EN UTILISANT LES LANGUES Patricia Bertaux L avenir est entre nos mains : à nous de lui donner la forme que nous voulons. 2 L EMILE présenté aux parents et

Plus en détail

La motivation des étudiants à l université : mieux comprendre pour mieux agir 1. Le problème : une diminution de la motivation chez les étudiants

La motivation des étudiants à l université : mieux comprendre pour mieux agir 1. Le problème : une diminution de la motivation chez les étudiants La motivation des étudiants à l université : mieux comprendre pour mieux agir 1 Rolland Viau Université de Sherbrooke (Canada) I can tell you how to get a Nobel prize. One condition is to have great teachers.»

Plus en détail

Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix

Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix Envisager la vie en résidence: quand réflexions et émotions orientent notre choix Contenu 03 04 06 08 13 Introduction: Est-ce le moment? Un contexte propice à la discussion Une amorce positive à la discussion

Plus en détail

Analyse 2013/16 26 septembre 2013

Analyse 2013/16 26 septembre 2013 Analyse 2013/16 26 septembre 2013 GRAPA : vers une véritable allocation sociale contre la pauvreté des aînés À découvrir dans cette analyse La GRAPA - garantie de revenu aux personnes âgées fut instaurée

Plus en détail

CPE La Grande Ourse, Intégration d enfants à besoins particuliers, 2006. Révisée par l administration provisoire, Avril 2011.

CPE La Grande Ourse, Intégration d enfants à besoins particuliers, 2006. Révisée par l administration provisoire, Avril 2011. POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS AVEC DES BESOINS PARTICULIERS OU HANDICAPÉS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA GRANDE OURSE INTÉGRATION D ENFANTS À BESOINS PARTICULIERS Le centre de la petite enfance La

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE

LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE LA TECHNOLOGIE ET L INSERTION SOCIALE A.Idrissi REGRAGUI TAZA Maroc PLAN : I. L INSERTION SOCIALE I.1. INSERTION PROFESSIONNELLE I.1.1. LE BRAILLE CLE DU SAVOIR I.1.2. LA COMPENSATION DU HANDICAP ET LA

Plus en détail

Qu est-ce qu une tâche?

Qu est-ce qu une tâche? Qu est-ce qu une tâche? «Tâches», «Perspective actionnelle», «activités centrées sur le sens» Ce sont des concepts dont on entend beaucoup parler dans notre profession, mais que signifient-ils exactement?

Plus en détail

Pistes d animation suggérées

Pistes d animation suggérées Grande compétence : Communiquer des idées et de l information B1 : Interagir avec les autres Grande compétence : Rechercher et utiliser de l information A1 : Lire des textes continus Tâche 4 Connaître

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage

Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage Transcription Webémission Questionner pour favoriser l amélioration de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses

Plus en détail

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 Au Québec, les programmes de formation des enseignants accordent une large place à la formation

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 %

4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % 4720.5560.46 (septembre 2009) 30 % Prévenir le jeu excessif chez les adolescents C est toujours gagnant! Pourquoi ce dépliant? [ ] Le rôle des parents est déterminant dans la prévention du jeu excessif

Plus en détail

Analyse 2013/26 10 décembre 2013

Analyse 2013/26 10 décembre 2013 Analyse 2013/26 10 décembre 2013 Allocation pour l aide aux personnes âgées : mesure sacrifiée au profit de la sixième réforme de l État, ou mesure à réinventer? À découvrir dans cette analyse Garder une

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Comment utiliser la vidéo en classe

Comment utiliser la vidéo en classe Comment utiliser la vidéo en classe Aujourd hui, les étudiants sont toujours «branchés» au web et aux médias sociaux, et c est afin de susciter leur intérêt que les enseignants ont recours à la technologie

Plus en détail

Un Précepteur pour réconcilier les élèves avec l envie d apprendre PROJET EDUCATIF. Juillet 2015 COURS DU PONT DE PIERRE. Ecole Privée Hors Contrat

Un Précepteur pour réconcilier les élèves avec l envie d apprendre PROJET EDUCATIF. Juillet 2015 COURS DU PONT DE PIERRE. Ecole Privée Hors Contrat Un Précepteur pour réconcilier les élèves avec l envie d apprendre PROJET EDUCATIF Juillet 2015 COURS DU PONT DE PIERRE Ecole Privée Hors Contrat 11, rue de la Comète - 75007 PARIS TEL : 09 52 53 30 12

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Le burnout des enseignants du secondaire I

Le burnout des enseignants du secondaire I Synthèse du Mémoire de Master présenté à la Faculté des lettres de l Université de Fribourg (CH) Le burnout des enseignants du secondaire I Impact du style cognitif sur l épuisement émotionnel, la dépersonnalisation

Plus en détail

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide

Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Soutenir et Accompagner une Personne Âgée qui Parle de la Mort et du Suicide Journée Régionale sur le Suicide et les Aînés de Laval Jeudi 6 Février 2014 Atelier de Sensibilisation offert en partenariat

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE 1 2 3 4 Développer sa posture managériale : s affirmer dans tous les rôles de manager Définition du rôle et fonction du manager : donner du sens, épauler, accompagner, écouter... Encadrer plus efficacement

Plus en détail

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization

QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS. Préparé pour: Par: Session: 22 juil. 2014. Madeline Bertrand. Sample Organization QE comportemental PROFIL À PLUSIEURS ÉVALUATEURS Préparé pour: Madeline Bertrand Par: Sample Organization Session: Improving Interpersonal Effectiveness 22 juil. 2014 Behavioral EQ (QE comportemental),

Plus en détail

LES BASES DU COACHING SPORTIF

LES BASES DU COACHING SPORTIF LES BASES DU COACHING SPORTIF Module N 1 Motivation, concentration, confiance, communication Module N 2 L apprentissage : «Apprendre à apprendre» LES BASES DU COACHING SPORTIF APPRENTISSAGE PLAISIR PERFORMANCE

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pourquoi moi? Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pleins feux sur les croyances entourant le cancer Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ 2 1 Vous venez d apprendre

Plus en détail

Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices

Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices Page # 1 Vitae Dynamics Inc. Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices Introduction Le cahier d exercice qui suit est conçu pour vous aider à clarifier les émotions que vous ressentez à

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE

SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE CATALOGUE DE FORMATION POUR LES ENSEIGNANTS DE USPC 2014-2015 Le service SAPIENS créé en janvier 2014 propose durant l année 2014-2015

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION»

PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» PROMOUVOIR «LE DIALOGUE INTERNE EN TANT QUE FACTEUR D AMÉLIORATION» Février 2012 1. INTRODUCTION Depuis quelques années, la Justice s interroge sur la qualité de son fonctionnement. En novembre 2010, le

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus CHAPITRE UN EXEMPLES DE FORMATIONS EN LIGNE En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus pratique que les autres méthodes, l apprentissage en ligne est aujourd hui en train de transformer

Plus en détail

4.1. Exercice pour mieux se connaître

4.1. Exercice pour mieux se connaître Fiche de travail 4.1 4.1. Exercice pour mieux se connaître Objectif: Trouver ou retrouver qui vous êtes. Identifier ce que vous aimez chez vous. 1 ère étape Compléter les phrases suivantes: 1. Ce que j'aime

Plus en détail

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) Raquel Partemi rpartemi@logos.uncu.edu.ar María Cristina Azcona sanchere@speedy.com.ar Noemí Jiménez castellotejimenez@yahoo.com.ar

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

Sing for Literacy Toolkit

Sing for Literacy Toolkit SECTION 4 Sing for Literacy Toolkit Cette année, le thème de la Journée de l alphabétisation familiale est «Chantons pour l alphabétisation». Nous encourageons les Canadiens à y participer en organisant

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Table des matières. MODULE 1 Évaluation de vos talents d entrepreneur

Table des matières. MODULE 1 Évaluation de vos talents d entrepreneur Table des matières MODULE 1 Introduction. 2 Résultats visés 3 Notes à l intention du formateur. 3 Compétences en gestion. 4 Habiletés financières... 5 Compétences en marketing. 6 Compétences personnelles.

Plus en détail

Former n est pas jouer.

Former n est pas jouer. Former n est pas jouer. Pour quels objectifs et à quelles conditions miser sur la pédagogie ludique? Emmanuelle ROHOU, Consultante-experte en Sciences de l Education 1. Le principe de l utilisation du

Plus en détail

Appel à contributions pour le congrès annuel de la SSCM 2016. Médias et changement social : des origines aux développements récents

Appel à contributions pour le congrès annuel de la SSCM 2016. Médias et changement social : des origines aux développements récents Appel à contributions pour le congrès annuel de la SSCM 2016 Médias et changement social : des origines aux développements récents Le changement social est souvent guidé par des idées anticipant de possibles

Plus en détail

L ENFANT EN DEUIL Conseils aux parents et à l entourage

L ENFANT EN DEUIL Conseils aux parents et à l entourage LES ACCOMPAGNEMENTS PROPOSÉS As trame propose différentes formes de soutien aux familles concernées par une situation de deuil. Pour les enfants et les adolescents : suivis en groupe, en individuel, en

Plus en détail

La psychologie scientifique au service de l humain

La psychologie scientifique au service de l humain THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES La psychologie scientifique au service de l humain Ces techniques interviennent à 3 niveaux COMPORTEMENT -COGNITIF- EMOTIONNEL Environnement Comportement Cognition

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD

LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD LA FORMATION CONTINUE DES SOIGNANTS EN EHPAD Renato SAIU (2009). En ligne sur detour.unice.fr Master 2 de psychologie clinique et gérontologique Résumé : La formation professionnelle du personnel en EHPAD

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation

Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation Utilisation d une tablette numérique dans le développement des compétences et réflexives d enseignant-e-s en formation Maud Foerster 1, Pierre-François Coen 1 1 Service Recherche & Développement, Haute

Plus en détail

La formation pour booster vos compétences

La formation pour booster vos compétences La formation pour booster vos compétences DROIT SOCIAL MANAGEMENT DéVELOPPEMENT PERSONNEL gestion financière informations sectorielles SUR MESURE 2014-2015 introduction UCM Academy Intéressé par le management

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Modules de formations proposés

Modules de formations proposés Modules de formations proposés 1. La boîte à outils de l organisateur 2. Améliorer les performances par l approche processus 3. Réussir un diagnostic d organisation 4. Manager un projet jusqu au succès

Plus en détail

Association Vivre Sa Vie 78 www.vivresavie.org

Association Vivre Sa Vie 78 www.vivresavie.org L association : Association Vivre Sa Vie 78 L association Vivre Sa Vie 78 a pour but le développement personnel et professionnel, le mieux être, une meilleure connaissance de soi et l amélioration de la

Plus en détail

Comment naviguer sur le site Web de PSMT

Comment naviguer sur le site Web de PSMT Comment naviguer sur le site Web de PSMT Bienvenue sur le site Web de Protégeons la santé mentale au travail (PSMT)! Ce document a pour but de vous familiariser avec l organisation générale du site. Il

Plus en détail

LA FORMATION CONTINUE BÉNÉFIQUE POUR VOUS?

LA FORMATION CONTINUE BÉNÉFIQUE POUR VOUS? LA FORMATION CONTINUE BÉNÉFIQUE POUR VOUS? Questions Vrai Faux J ai suivi un cours ou lu un livre traitant de mon secteur d activité au 1 cours des trois dernières années. 0 1 Mon secteur d activité a

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS

PARCOURS MANAGEMENT RESSOURCES MANAGERS La transversalité des compétences managériales Un parcours sur 3 niveaux pour tous les managers du Groupe selon leur expérience dans la fonction. Cette segmentation a pour objectif de doter les managers

Plus en détail

LE SENTIMENT D EFFICACITÉ PERSONNELLE DES STAGIAIRES

LE SENTIMENT D EFFICACITÉ PERSONNELLE DES STAGIAIRES LE SENTIMENT D EFFICACITÉ PERSONNELLE DES STAGIAIRES Olivia Monfette, étudiante 2 e cycle, UQAM Johanne Grenier, professeure, UQAM Plan de la présentation 2 o Questionnaire sur SEP des stagiaires en éducation

Plus en détail

PETIT GUIDE DE SURVIE

PETIT GUIDE DE SURVIE PETIT GUIDE DE SURVIE PRÉPARATION POUR LA CARAVANE La Caravane démystifiée! Vous trouverez dans ce petit guide une multitude d information qui vous permettra de mieux comprendre l étape importante qu est

Plus en détail

Comment prévenir le syndrome du Burn-out?

Comment prévenir le syndrome du Burn-out? Comment prévenir le syndrome du Burn-out? 1 Qui suis-je? Je suis analyste transactionnel certifié, formateur et superviseur spécialisé en prévention et gestion des risques psychosociaux. Ma mission : «Etre

Plus en détail

Conduire le changement avec succès

Conduire le changement avec succès Conduire le changement avec succès Lynn M.Levo, CSJ Occasional Papers Eté 2012 Le changement est inévitable et selon la nature du changement, il peut aussi être un défi. Les responsables d aujourd hui

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

Le Brain Gym. Le mouvement au service de l'apprentissage. Aline Besonhé - L'Elixir de l Être : +32(0)478 83 02 59

Le Brain Gym. Le mouvement au service de l'apprentissage. Aline Besonhé - L'Elixir de l Être : +32(0)478 83 02 59 Le Brain Gym Le mouvement au service de l'apprentissage A la fois thérapeute et éducatrice en milieu scolaire, mon métier me met en contact avec des jeunes en difficulté d apprentissage, des adolescents

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

La méthode de coaching

La méthode de coaching La méthode de coaching De Françoise Barquin Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75 136 rue du Faubourg Poissonnière Paris 75010 - T/ 01 42 73 18 36-06 79 64 01 15 frbarquin@lobbycom.fr

Plus en détail

Trading up High School and Beyond: Five Illustrative Canadian Case Studies. Mame McCrea Silva et Susan M. Phillips. Résumé

Trading up High School and Beyond: Five Illustrative Canadian Case Studies. Mame McCrea Silva et Susan M. Phillips. Résumé Trading up High School and Beyond: Five Illustrative Canadian Case Studies Mame McCrea Silva et Susan M. Phillips Résumé Collection Voies d accès au marché du travail No 4 Mai 2007 Réseaux canadiens de

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

manaxiome l Homme, moteur de la performance Georges Rapp 06 87 03 60 58 georges.rapp@manaxiome.fr manaxiome Georges Rapp www.manaxiome.

manaxiome l Homme, moteur de la performance Georges Rapp 06 87 03 60 58 georges.rapp@manaxiome.fr manaxiome Georges Rapp www.manaxiome. manaxiome l Homme, moteur de la performance Georges Rapp 06 87 03 60 58 georges.rapp@manaxiome.fr manaxiome Georges Rapp www.manaxiome.fr 1 un cabinet de conseil de formation d accompagnement dédié à la

Plus en détail

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière.

Le champ d exercice de l infirmière. diplômée DIRECTIVE PROFESSIONNELLE. Directive professionnelle : Le champ d exercice de l infirmière. DIRECTIVE PROFESSIONNELLE Le champ d exercice de l infirmière (mai 2012) (1/11 ) Mission L Association des infirmières et infirmiers du Nouveau Brunswick est un organisme de réglementation professionnel

Plus en détail

Le meilleur remède pour le «deuxième pilier» : le «premier pilier» (légal)!

Le meilleur remède pour le «deuxième pilier» : le «premier pilier» (légal)! A n a l y s e 2015/03 Mars 2015 Le meilleur remède pour le «deuxième pilier» : le «premier pilier» (légal)! À découvrir dans cette analyse En ce début d année 2015, nous constatons que les velléités des

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté

Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté Vaincre la pauvreté par la formation La position de Caritas sur le rôle de la politique de formation dans la prévention de la pauvreté Prise de position de Caritas_ juillet 2011 Risques de pauvreté élevés

Plus en détail

Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire?

Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire? Note Synthétique Juin 2010 Comment les jeunes perçoivent ils le marché du travail et le rôle du travail intérimaire? Dossier rédigé sur la base du rapport homonyme d IDEA Consult Le bureau d études IDEA

Plus en détail

MOTIVATION, CONFIANCE EN SOI ET COURSE A PIED

MOTIVATION, CONFIANCE EN SOI ET COURSE A PIED MOTIVATION, CONFIANCE EN SOI ET COURSE A PIED Christophe DEVILLE 1 Abstract In the french comumity from Belgium, from several years, there are a lot of clubs which propose programs of jogging. Since the

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre pédagogique «La motivation des étudiant e s à l Université» 23 avril 2013

Compte rendu de la rencontre pédagogique «La motivation des étudiant e s à l Université» 23 avril 2013 Compte rendu de la rencontre pédagogique «La motivation des étudiant e s à l Université» 23 avril 2013 Participant e s : Nathalie Janz (Adjointe Enseignement et Affaires étudiantes), Marie-Paule Charnay

Plus en détail

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/19 1 er novembre 2015 Original anglais Point 4.5 de l ordre du jour provisoire CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES Du 26 au 28 octobre 2015, environ 500 jeunes femmes et

Plus en détail

Révélatrice de talents. Développement personnel

Révélatrice de talents. Développement personnel Révélatrice de talents Développement personnel Révélatrice de talents Une entreprise à votre écoute pour vous accompagner de manière professionnelle dans tous vos projets Le développement personnel Notre

Plus en détail

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Une démarche d'accompagnement pour une autoévaluation réflexive Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Université

Plus en détail

de formateurs, consultants, manager coach

de formateurs, consultants, manager coach Formation de formateurs, consultants, manager coach 18 jours pour grandir et pour développer tout votre potentiel P I E R R E M O R I Z E C O N S E I L V E R S U N M A N A G E M E N T E Q U I L I B R E

Plus en détail

Synthèse de mémoire de master

Synthèse de mémoire de master Synthèse de mémoire de master Département des sciences de l éducation Centre d enseignement et de recherche francophone des enseignant-e-s du secondaire I et II (CERF) Comment les enseignants soutiennent-ils

Plus en détail

Éclairer les choix en matière de recherche :

Éclairer les choix en matière de recherche : Éclairer les choix en matière de recherche : Indicateurs et décisions Sommaire Le savoir au service du public Sommaire 1 Sommaire La création de nombreux biens publics passe par la recherche exploratoire

Plus en détail

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation

Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les domaines, les résultats d apprentissage et les indicateurs de réalisation Les éléments du Cadre FL2 (M-8) sont formulés en termes de résultats d apprentissage généraux, de résultats d apprentissage

Plus en détail

Nos clients une réussite!

Nos clients une réussite! BULLETIN SARCA Commission scolaire des Premières-Seigneuries Volume 4, n o 3 Juin 2014 CONTENU Au babillard... 1 Nos clients une réussite!... 1 Retourner en classe Moi?.. 2 Démystifier la formation professionnelle...

Plus en détail

Gestion du mental de l archer. (Mental Management System for Archers) Posté le 9 mars 2013 in Mental Management, Sport Psychology

Gestion du mental de l archer. (Mental Management System for Archers) Posté le 9 mars 2013 in Mental Management, Sport Psychology Gestion du mental de l archer (Mental Management System for Archers) Posté le 9 mars 2013 in Mental Management, Sport Psychology Traduction : Vince Tabourier, juillet 2014 Copyright ACINZ 2013 «Il faut

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail