Le comité de rédaction attend et reçoit vos informations, vos suggestions, vos articles à l adresse de

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le comité de rédaction attend et reçoit vos informations, vos suggestions, vos articles à l adresse de"

Transcription

1 BULLETIN ÉDITÉ AVEC LE SOUTIEN DE s o m m a i r e 8 4 s e p t e m b r e Le comité de rédaction attend et reçoit vos informations, vos suggestions, vos articles à l adresse de l inspection académique, cellule communication, cité administrative, boulevard Armand Duportal, bâtiment F B.P Toulouse cedex 6 et reste à votre écoute au du lundi au vendredi de 8.00 à LE DOSSIER : LES ADOLESCENTS DIFFICILES 5 Un ado difficile : différents points de vue 12 Témoignages 14 Le décrochage scolaire 21 Comment faire face 26 Pour aller plus loin dans la réflexion 33 Bibliographie Directeur responsable : Jean Rafenomanjato Rédaction en chef : Catherine Lasserre Conception graphique : Daniel Giltaix Impression : Graphic Pyrénées Dépôt légal: avril 1992 ISSN : Ce n a été imprimé à exemplaires l a v e n i r p a s s e p a r l é c o l e

2 LES ADOLESCENTS DIFFICILES SOMMAIRE INTRODUCTION I. UN ADO DIFFICILE : LES DIFFÉRENTS POINTS DE VUE 5 - médecin scolaire, - infirmière, - proviseur de LP, - CPE, - professeur, - surveillant, - principal de collège en ZEP. II. TÉMOIGNAGES 12 - Cyril, un étudiant ancien «ado difficile». - Sébastien, une intégration en collège réussie. 4 III. LE DÉCROCHAGE SCOLAIRE : PROBLÈME MAJEUR EN COLLÈGE 14 - Qui sont les décrocheurs? - Origines du décrochage, - Une réflexion indispensable sur les formes scolaires, - À propos des élèves qu on nomme «difficiles» : une expérience en collège menée dans le cadre de la mission déscolarisation Europe. IV. COMMENT FAIRE FACE : QUELQUES INDICATIONS UTILES 21 - Au sein de l établissement. - Les signes d appel d un adolescent qui va mal. - Les dispositifs de l Éducation nationale en Haute-Garonne. - Les dispositifs en dehors de l Éducation nationale. V. POUR ALLER PLUS LOIN DANS LA RÉFLEXION 26 - Jean-Philippe Raynaud : adolescents difficiles : partenariats indispensables! - Nicole Delvolvé : pour qu il n y ait plus d élèves en difficulté. - André Tricot : pourquoi existe-t-il des différences entre élèves telles que certains vont en SEGPA et d autres dans les grandes écoles? VI. BIBLIOGRAPHIE 33

3 INTRODUCTION Qu est-ce qu un ado difficile? Pour obtenir des éléments de réponse, nous avons sollicité différents professionnels en contact quotidien avec les adolescents pour qu ils nous donnent leur définition de l adolescent difficile. Des exemples illustreront la diversité de cette définition. Un jeune étudiant étiqueté comme tel durant son adolescence témoignera de son parcours. On évoquera également le décrochage scolaire, souvent à l origine de comportements difficiles avant d aborder les stratégies d intervention que l école peut mettre en place pour prendre en compte la problématique de ces ados qui posent problème. I. Un ado difficile : les différents points de vue férents d une rue à l autre, d un champ professionnel à l autre. Mais qui est-il cet adolescent difficile? Cliché : Jean Delord Parler des adolescents difficiles, c est en réalité évoquer un ado qui nous met en difficulté, qui n a pas su, ou pu décoder de façon acceptable les règles de la vie sociale, ni choisir de les respecter : il met nos codes à mal, il se rend insupportable. Mais ce n est pas le même pour chacun de nous, cet adolescent et c est ça qu il est difficile d affronter, nos limites, que l ado qui n en a pas met cruellement en évidence, la validité de nos codes dif- Pour un CPE, ce sera peut-être celui qui sèche les cours du vendredi après-midi et arrive en retard les autres jours, chaloupé, désinvolte, les pantalons en bas des fesses, baladeur sur les oreilles. Pour un prof, celui qui ne rend pas ses devoirs c est tellement moins douloureux que d avoir une mauvaise note et s entendre traité de nul qui fait rire les copains pendant les cours, ou rouspète quand il le double dans la file du self sans s excuser. Pour le psychologue, celui qui ne décroche pas les mâchoires sauf pour montrer l anneau sur sa langue et raconte partout que c est lui qui dit rien et qu il veut plus y aller de toute façon, ça lui prend la tête. Pour certains parents, peut-être celui qui a de mauvaises notes et qui sera refusé en S dans un lycée de renom avec l option japonais. Pour la dame de la cantine, celui qui l insulte parce qu il n y a pas de rab de frites. Pour le principal celui pour qui on a mis en place avec les partenaires extérieurs un PEIIS sur mesure et qui se débrouille quand même pour mettre le bazar dans les rares cours où il a choisi d aller. 5

4 6 Pour le comité de vigilance celui à qui on doit encore trouver un nouveau collège accueillant après 4 exclusions en 2 ans. Pour l assistante sociale, celle qui explose dans son bureau parce qu elle ne rentre pas dans le cadre d attribution de l allocation jeune majeur. Pour l éducateur, celui qui a fugué de l ITEP le matin du départ en séjour neige qu on prépare ensemble depuis des semaines. Pour l infirmière, ce diabétique qui a encore fait un malaise parce qu il ne suit pas correctement son régime, et qu il ne veut plus faire ses glycémies à l infirmerie. Pour le juge, celui qui a mis à mal la dernière tentative innovante pour lui éviter la prison (le séjour à la mer avec 2 éducateurs rien que pour lui). Pour le médecin l anorexique qui n a pas pris un gramme malgré le contrat passé avec elle et qui refuse l hospitalisation. Illustration : Victor Lasserre Alors qui est-il vraiment? Quels sont leurs modes d apprentissage et leur motivation? Quelles stratégies d intervention mettre en place pour améliorer leur pratique de l école? On parle de démobilisation scolaire, de démotivation, d absentéisme scolaire, d abandon scolaire. Je suis médecin scolaire, je rencontre des «ados difficiles» dans les collèges et lycées à la demande de l équipe éducative, de l adolescent ou des parents et ce ne sont pas forcément les mêmes qui m inquiètent. Quelques-uns quand même : celui du PEIIS qui a été difficile à mettre en place, ou le diabétique qui était tellement autonome en CM2, ou l anorexique qui persuade tout le monde qu elle va bien. Il y a M. qui est absente du lycée 2 jours par mois : elle souffre de dysménorrhées majeures et avale alors jusqu à 12 Antaldys ; elle a sûrement des ovaires polykystiques et refuse de faire le bilan gynéco que je lui conseille : deux mois pour obtenir qu elle fasse une échographie (polykystiques bien sûr ces ovaires) après l avoir rappelé 3 fois, et ses parents, et le médecin traitant. Ou K., dépressif, insomniaque, qui a de nouvelles traces de scarifications sur les bras, une histoire douloureuse, et qui n est allé qu à un seul rendez-vous chez le psychiatre à qui je l avais adressé, il n a plus le temps, il prépare le permis de conduire il n a pas non plus pris contact avec la conseillère d orientation malgré son inintérêt grave pour le lycée et l étincelle entrevue quand il m a parlé de son grand-père menuisier. La ligne de séparation entre ce qui est normalement attendu d un ado et ce qui n est pas admissible, est floue pour les ados comme pour les adultes, parce qu au-delà de nos fonctions, elle est liée à nos rencontres ou à notre histoire, à nos échecs et à nos réussites. Les ados ont des attentes sur lesquelles ils ne savent pas toujours mettre les mots, mais quasiment tous ont envie de grandir et la plupart ont envie de comprendre la règle du jeu, quitte à la transgresser un peu, pour le fun, pas pour se détruire. On peut sourire, râler parfois, mais on n avancera pas ensemble si on ricane à l ado de l autre. Avec nos compétences, nos spécificités, on a quand même tous dit une fois ou l autre : «celui-là, il n est pas pour nous au lieu de je n y arrive pas». Ma place de médecin scolaire est au croisement de plusieurs champs, l école, les parents, le soin, le médico-social et j ai entendu les reproches faits aux uns et aux autres. C est vrai que la plupart des ados à l école vont bien. Mais, contrairement aux professionnels des secteurs sanitaires, sociaux ou judiciaires qui rencontrent les jeunes individuellement, ou en tout petit groupe, l enseignant, à chaque heure de cours, affronte seul une trentaine d ados plus ou moins disponibles, qui vont, ou pas, frapper à la porte du savoir qu il est supposé leur apporter L enseignant est seul, après une toute petite an-

5 née de formation pédagogique et la quasi-absence de soutien personnel pendant sa carrière, devant 25 chérubins qui ont chacun leur histoire, des moyens et des rêves différents. Oui, la plupart des ados vont bien, mais je sais que c est difficile d intervenir devant une classe entière : l infirmière était avec moi, ils n auraient pas d interro sur le sujet, et ce que je leur racontais semblait les intéresser plus que la reproduction des amibes, ou la formation du quartz, je les ai quand même parfois trouvé épuisants et pas toujours faciles à rencontrer là où ils se tiennent. On sait la nécessaire cohérence éducative des adultes pour que l ado sache où poser ses baskets Devant un adolescent qui va mal, il est indispensable de ne pas rester seul, de travailler ensemble, avec les parents et avec les partenaires mais connaît-on bien leur mission, la place de chacun et la nôtre? Pour que l ado la reconnaisse aussi, il faut que la nôtre soit claire : pédagogique, éducative, sociale, médicale, psychologique. Nous avons chacun un morceau de la réponse, un fil rouge capable de faire lien avec l ado en manque de repères ou de perspectives. Ce fil rouge doit être assez solide pour lui permettre de le suivre, suffisamment souple pour ne pas l étrangler, stable pour s y agripper, sans augmenter son insécurité intérieure comme le dit le professeur Jeammet. Qu est-ce qu il nous dit l ado difficile? C est que le monde des adultes qu on lui donne à voir est plein de paradoxes, comme lui, qui oscille entre le héros et le petit enfant. Avec nos barrières mouvantes, parfois irréconciliables, entre la maison, l école, le foyer, nos cadres à géométrie variable partout où il traîne un corps qui l encombre ou qu il maltraite, qu il n habite pas encore. Nos projets pour lui de réussite à long terme, loin de ses rêves ou effrités au béton de la cité, nos regards sur lui qui évaluent, jugent, notent, nos oreilles qui n entendent que la télé et ne supportent pas sa musique à lui, nos mains qui ne fabriquent plus rien et ne savent même pas se servir de la webcam, comment ose-t-il me dire ce que je dois faire? Disqualifiés. Nos bouches qui prennent l apéro ou le Lexomil et qui hurlent devant un peu d herbe, ça le gave, ça le saoule. Un clip de publicité vu à la télé ressemble à notre rencontre avec l ado : Une femme s enferme chez elle à triple tour, 4 verrous sur grosse porte blindée ; sur le palier, un jeune livreur souriant toque et la porte s effondre bruyamment, la porte était solide, mais le cadre mal fixé au mur. Il y a de chaque côté de cette porte une totale stupéfaction, une sidération réciproque, une peur partagée, un désarroi, aucun mot n est échangé dans ce face à face. Il y a du côté de l adulte, un sentiment d effraction, d incongruité, d intolérable intrusion dans un lieu où elle se croyait en sécurité, installée, chez elle, elle se sent agressée et la colère, après la peur, n est pas bien loin. Entre les deux, le seuil, infranchi, un malentendu, qui va rendre la parole difficile. Il y a du côté de l ado, un élan stoppé, le poing en l air qui vient de frapper, le sentiment de n être pas à sa place, il est démuni, déséquilibré par l espace ouvert devant lui, l impression de puissance n est pas loin non plus, d avoir démoli la porte par la seule force de son geste. On ne sait pas dans cette pub, si la rencontre est possible après cet instant arrêté, ou le rire (Le clip commente : à quoi ça sert d être solide si on n est pas solidement attaché?) La rencontre avec l ado, chacun dans nos lieux, n est quasiment jamais comme on l attend : trop tôt, trop tard, pas ici, pas là, pas comme ça. Une ribambelle de portes sépare l adulte de l adolescent, dans sa tête et dans la nôtre, il doit les franchir, il doit prendre ce risque là pour devenir grand : cet élan est en lui depuis qu il sait marcher, et qu il a lâché la main de ses parents mais peut-être qu il avait besoin d être accompagné plus loin dans ses premiers pas, peut-être qu il n en a jamais eu à ouvrir : trop ouvertes, et que cette absence de limites l effraie, ou qu elles restaient toujours fermées, et qu il veut les faire voler en éclat dans la rage de les trouver en travers de son chemin : grandir est un acte agressif a dit Winnicot. Des portes, il doit en pousser dès l école maternelle : il apprendra à toquer, prendra confiance en lui, s il y a des adultes bienveillants près de lui quand il y coincera ses doigts, attentifs quand il aura peur d avancer ou peur de ne pas avancer Nos métiers sont autant de portes pour l ado qui en a besoin mais il n y a que lui qui pourra en franchir le seuil, à son rythme, à sa manière, avec ses passions, ses pulsions, sa nonchalance ou son impatience : à nous d inventer avec lui ce qui lui permettra d aller plus loin, de lui donner des clés. En tant que médecin scolaire, j ai accepté d être derrière une de ces portes que l ado aura peut-être l occasion d ouvrir, et chacun des adultes auprès des 7

6 ados aussi, ensemble nous pouvons apprendre à les connaître ces portes, à les reconnaître, sans mépris pour celles qui sont de couleurs différentes. Peut-être aider l enfant à en éviter certaines, accepter qu il ait parfois envie de les repeindre ou de s attarder un peu, l écouter pour bien entendre celle qu il devine, peut-être lui en proposer de nouvelles, pour qu il puisse aller voir plus loin, ailleurs, et ce ne sera pas forcément passe ton bac d abord. On peut aussi travailler ensemble pour qu elles s ouvrent toutes dans le même sens, ces portes et que ne lui claque pas au nez celle de son devenir. Docteur Fanny Delon, médecin scolaire le souhaiterait ou qui sent l incapacité de l élève à intégrer les savoirs, soit le personnel de vie scolaire qui ne parvient pas à le «cadrer». «L adolescence est une période de turbulences où tout se bouscule». Ph. Jeammet L adolescent est centré sur lui-même. Il a besoin de beaucoup d énergie pour gérer le trouble qui l habite. L école lui demande de vivre en collectivité. Il doit en accepter les règles et les lois pour pouvoir y vivre correctement et pour se diriger progressivement vers le monde des adultes. Alors qu il doute, l école lui demande d être performant, de réussir. Son avenir est en jeu, son avenir professionnel! Et lui qui a tant de difficultés à se projeter dans le futur! Les contradictions, les clivages entre les visées de l école et la problématique adolescente peuvent nous permettre de comprendre combien il peut être compliqué pour certains adolescents d investir leur scolarité. Dès lors que la difficulté d un jeune s exprime à l école, il faut s interroger sur la situation de ce jeune au niveau familial et social. On rencontre bien souvent dans ce cadre-là, des situations complexes. En s appuyant sur les compétences des personnels médicaux et sociaux, on tentera d identifier à l intérieur du contexte de vie de cet adolescent, ses difficultés personnelles. 8 Cliché : Luigi Zuccante L adolescent difficile à l Éducation nationale est un adolescent qui met les adultes en échec car il ne rentre pas dans ce qui lui est demandé : il n apprend pas correctement, il n écoute pas, il ne se tient pas tranquille il est incapable de se montrer coopérant avec ses professeurs. Il peut être agité, agressif, irrespectueux ou tout à la fois il peut aussi être trop calme, trop silencieux, seul au fond de la classe, peu participatif. Ce dernier générera a priori moins de réactions de rejet de la part de ses professeurs car il est moins perturbateur. Mais il les inquiétera tôt ou tard. Il mérite une attention particulière car ce comportement est certainement le signe d une souffrance. L adolescent qualifié de difficile est un adolescent qui dérange. Il met en difficulté le professeur qui ne se sent plus à même d assurer son cours comme il Anne Dedieu, infirmière en collège Un élève difficile Ce terme de «difficile» évoque pour moi quelqu un qui n aime pas le met qu on lui propose En ce sens, oui ; nos lycées professionnels sont des «réserves» de personnes difficiles, d élèves qui, exclus de la voie générale ou technologique pour cause d allergie au menu proposé, se retrouvent dans une situation similaire dans nos établissements où on leur propose, parfois même sous une forme semblable, la même «soupe». On n a jamais soigné l anorexie par la routine alimentaire. Alors oui, ces jeunes qui n aiment pas ce qu ils font, qui ne sont pas bien où ils sont lâchent peu à peu prise et se réfugient dans le phénomène «cayra». Un élève difficile est tout autant celui qui subit, prostré dans son coin, les cours et celui qui réagit violemment, refuse le travail, la discipline imposée, l autorité de l adulte. Le terme de «difficile», vu du

7 côté de l adulte, est synonyme d interrogation, voire de défaite. On se sent impuissant face à l attitude du jeune que l on ne comprend pas, toutes les «recettes» ont échoué, on ne sait que faire et on se retranche derrière les habitudes, la loi, on appelle au secours les intervenants extérieurs, on mobilise institutions, protocoles, et scénario un : on finit par baisser les bras, on se retrouve autour de la table du conseil de discipline, ce qui est l ultime ponctuation de l échec ou et oui cela arrive aussi, on finit par trouver une démarche qui satisfasse tout le monde et l élève en premier. Ouf! Celui-là on l a «sauvé». Le seul interdit : jouer la politique de l autruche qui amène à terme l éclosion d une classe «difficile». Illustration : Victor Lasserre Amélie Angrieu, proviseur du LP Guynemer Adolescent difficile ou adolescent en difficulté? Enseignants, CPE, surveillants sommes trop souvent, dans nos établissements scolaires, confrontés à des élèves aux comportements et propos qui nous interrogent. Ceux-ci ne sont pas systématiquement violents au sens propre du terme. Provocation, refus des règles et des contraintes, déni, il s agit avant tout de l expression manifeste de difficultés personnelles (familiales, scolaires, sociales ). De la simple tension au véritable conflit, les relations que crée l adolescent avec l adulte révèlent son impossibilité à mettre en mots ses difficultés. Ces attitudes parfois ingérables dans le groupe classe nous amènent à considérer l élève comme un adolescent difficile. Or l adolescent confronté à ses propres difficultés de vie ne peut adopter le comportement scolaire et attendu par l institution. Ces adolescents sont nos élèves, ceux que nous, CPE, recevons régulièrement suite à une exclusion de cours, un acte violent, des absences à répétition, des provocations en tous genres Notre rôle va être alors de lui reposer les règles car pour se construire et se structurer, l adolescent a besoin de se confronter aux règles et à leurs limites. Pour se faire il est nécessaire de pouvoir créer avec l adolescent un climat de confiance : lui faire entendre que les adultes en général (et nous en particulier) ne sont pas contre lui mais avec lui et désireux de l aider. Créer, recréer des liens avec sa famille, lorsqu elle existe, est indispensable afin que le jeune puisse percevoir une cohérence autour de lui, tout au moins dans les discours qui peuvent être tenus notamment en ce qui concerne l école. Mais l école a-t-elle toujours les moyens de donner une place à ces jeunes adultes qui ne sont plus à même de répondre aux exigences de performance et de réussite? Comment pouvons-nous aider ces jeunes en décalage avec les attentes de l institution, et redonner du sens aux apprentissages et contraintes de l école? Nous sommes bien souvent dans ce paradoxe et ce questionnement. Mme Cayzac, CPE du collège Anatole France Le plus pénible à «contenir» est celui qui considère que le refus de l autorité, le rapport de force sont ses seuls moyens d exister. Ne pouvant se distinguer positivement par de bons résultats scolaires, il parvient par ses actes violents, ses agressions verbales à obtenir un statut différent dans le groupe! Dans ce cas précis, l enseignant se heurte à une difficulté majeure : parvenir à communiquer, à établir un dialogue sans que l adolescent ait l impression de baisser sa garde! Nous sommes également amenés à rencontrer des 9

8 adolescents pouvant être qualifiés de «difficiles» dès lors qu ils refusent tout dialogue avec quiconque (adultes et camarades). Dans cette hypothèse, l élève érige des barrières qui l empêchent de prendre sa place au sein du groupe, il agit comme s il n existait pas! Un constat s impose : l absence de communication est bien souvent au centre des problèmes rencontrés avec ces adolescents qui se cherchent! Nathalie Saunier, professeur de technologie L adolescence, le comportement des enfants change beaucoup et ainsi un enfant qualifié de difficile à cet âge évolue le plus souvent dans le bon sens dès le lycée. Je suis conscient cependant qu un environnement social et familial difficile est parfois révélateur de problèmes. Ces problèmes sont le plus souvent d ordre comportemental et se traduisent par un refus systématique de se conformer aux règles de l établissement et d une manière générale, le «vivre ensemble» apparaît difficile pour eux tant leurs repères sont différents. Ils ont de réels troubles dans la relation à autrui se manifestant dans la majorité des cas par un manque de communication flagrant et une volonté de chercher le conflit. Cette provocation peut aller jusqu à la violence envers ses camarades et le corps enseignant dans son ensemble. Un élève difficile a besoin d écoute, de soutien et de compréhension. C est souvent auprès des surveillants et de la vie scolaire que les enfants trouvent des oreilles attentives, la cour de récréation étant un lieu qui facilite les échanges. Les enfants se livrent plus et entrent dans un rapport d adultes à adultes. La cour de récréation est de ce fait un lieu privilégié d observation où les enfants ne trichent pas et se comportent au naturel. Parfois la vie scolaire s apparente au bureau des pleurs et des doléances, mais c est surtout un lieu d échanges en tout genre où toute l équipe éducative est au service des enfants. C est pourquoi, je pense que pour redonner de la confiance à ces enfants en perte de repères, les surveillants sont indispensables et représentent pour eux des soutiens incontestables. Le système scolaire ne doit pas isoler ces enfants en difficulté même si les résultats sont bien loin des attentes. Il faut une prise de conscience générale afin que chaque enfant ne soit pas un laisser pour compte du système éducatif. Rémi, surveillant au collège Anatole France 10 Illustration : Victor Lasserre Considérations générales sur l adolescent en difficulté en ZEP : J introduirai mon propos en rappelant que la période de l adolescence recouvre largement la classe d âge de ans et que mon analyse s appuiera sur les aspects familiaux, médicaux et sociaux que les adolescents de La Reynerie, classée en ZEP et zone sensible, entretiennent avec les différents acteurs et partenaires du collège. En premier lieu, une enquête de l INSERM de 2003 indique que 15 % des adolescents seulement traversent une période de mal-être plus ou moins aigu que la société doit prendre en charge. Mais qu en estil sur un quartier tel que La Reynerie où une concentration de difficulté s effectue avec un taux de chômage de 45 % et un pourcentage de 85 % de familles défavorisées selon les critères de l Éducation nationale? En deuxième lieu, il apparaît opportun de constater une discordance entre le monde qui environne les adolescents en difficulté de La Reynerie et leur propre évolution, discordance qui peut se développer en quatre points : - ils n ont pas la même vision que les adultes du temps et exigent des solutions immédiates à des problèmes qui relèvent du moyen ou long terme, - ils ne donnent pas la même dimension que les adultes à ce qui les concerne : ainsi l échec scolaire peut revêtir une importance restreinte pour ces adolescents et une importance très grande pour la famille. Leur projection dans l avenir étant différente, elle est souvent source d angoisse pour les adultes, - ils sont hypersensibles aux conflits de toute nature, qu il s agisse de peines de cœur, de conflits avec la

9 famille, les enseignants, les autres adultes et adolescents - enfin, comme tous les adolescents, ils ont le besoin structurel de s opposer. Illustration : Victor Lasserre Les causes de ces problèmes sont multiformes, endogènes et exogènes. Les premières tiennent à la formation naturelle du futur adulte et sont portées par les modifications physiologiques et psychologiques que vit l adolescent. Les secondes s expliquent par l immersion de l adolescent au sein d une famille et d une société toutes deux en crise. Les causes bien entendu n étant pas exclusives les unes des autres et peuvent se cumuler comme c est très souvent le cas chez les adolescents de La Reynerie où les problèmes évoqués sont amplifiés. Dans ces quartiers populaires, les adolescents vivent sur trois lieux et ces trois lieux constituent chacun une référence forte. Il s agit de la famille, de l école et de la rue. L école représente la culture républicaine et l enseignant y est l adulte réfèrent. Le domicile est dominé par la culture familiale et par les parents et la culture de la rue est marquée par un certain code de l honneur, un mode spécifique d organisation, comme l économie parallèle, un code de communication largement influencé par les médias, et le rôle des aînés. On peut ainsi mesurer la marginalisation d un jeune selon le temps qu il passe dans la rue : si celle-ci représente un espace de circulation, le jeune est bien intégré ; si elle est un lieu de vie, le jeune est marginalisé. L une des difficultés principales de nos adolescents tient à ce que les trois catégories d adultes référents, enseignants, parents et aînés, se contredisent et se dévalorisent en permanence. Les enseignants attribuent l attitude des adolescents à la démission des parents ou à la rue. Les parents, tout en reconnaissant l influence de la rue, affirment que les enseignants ne savent pas assurer la discipline alors qu ils se prétendent des professionnels de l éducation. Les aînés expliquent aux adolescents que travailler à l école ne sert à rien, leur école étant «pourrie» et l avenir bouché pour eux. Il est vrai que le fossé s est creusé entre les différents collèges. La carte scolaire constituait autrefois un outil pertinent, à l époque où régnait une certaine mixité sociale, mais elle conduit aujourd hui à une terrible ségrégation. Dans un tel système de contradiction, le risque pour l adolescent c est la folie ou la violence! Il est impossible donc de comprendre l adolescent si on ne comprend pas ce qu il vit à l école, dans la famille et dans la rue et un des grands dysfonctionnements de la politique nationale provient justement de la très grande sectorisation des interventions. Il nous faut donc trouver une cohérence entre ces trois lieux de référence de l adolescent en développant des activités éducatives autour des trois pôles et en créant un lien entre eux. Dans ce quartier, la dépendance de certains adolescents à l égard du groupe rend souvent très difficile le travail d éducation des parents des professeurs et des éducateurs. Le groupe représente le même enjeu pour l adolescent bien intégré de centre-ville que pour l adolescent de La Reynerie en difficulté. Seule la nature du groupe change : l un se préoccupe de foot, de musique ou de danse, tandis que l autre s occupe de vente de cannabis, de vols de voiture. Dans ce dernier groupe, il est impensable de parler d école, car elle signifie échec scolaire, d avenir, car il n y en a pas, de famille, car elle rappelle les conflits familiaux. Chacun sait que pour réussir son adolescence il faut passer du rêve au projet mais pour les adolescents de La Reynerie en échec scolaire c est beaucoup plus difficile car ils sont incapables d investir une seule parcelle de bon sens dans leurs activités scolaires et fuguent sans arrêt pour se donner une existence. En mal de projet ils risquent de se replier dans le monde du rêve (cannabis) ou de se rebeller contre tout ce qui représente la société : la police, le pompier, la voiture L adolescent de La Reynerie n est pas porté sur l autocritique et reporte sur la société toutes ses difficultés en adoptant certains simplismes : il estime qu habitant au il ne peut devenir que fraiseur alors que s il avait habité rue du Taur il serait devenu ingénieur Monsieur Palau, principal du collège La Reynerie 11

10 II. Témoignage Cyril : ancien ado difficile 12 Vingt-et-un ans, étudiant en fac de droit à Albi, Cyril a le regard franc, la parole directe et facile, un aspect soigné. Il est surveillant d internat dans un lycée de Toulouse et travaille à l hôpital au service gériatrie les week-ends et pendant les vacances scolaires pour payer ses études. Il a tout du jeune bien dans sa peau, prêt à prendre sa vie en mains pour construire son avenir. Pourtant, Cyril a longtemps porté l étiquette «ado difficile», il possède un dossier impressionnant de plaintes de ses professeurs, il a connu des résultats scolaires catastrophiques et une demande d exclusion par l ensemble de l équipe pédagogique. Fort de quelques années de recul, il a accepté de nous livrer son point de vue sur son comportement d une époque révolue. Déjà à l école primaire, Cyril avait tendance à se couper du cours, à rêver et parfois à faire le contraire de ce qu on lui demandait par jeu. C est en CM1 que son comportement commence à changer avec le divorce de ses parents, il devient pénible, dérange volontiers le déroulement de la classe mais les compétences sont acquises, rien n est vraiment alarmant. En fin de CM2, Cyril traverse un moment difficile qui se traduit par un blocage passager du langage, il n arrive plus à parler comme si ce qu il voulait dire restait inaccessible. Puis arrive l entrée au collège où les ennuis commencent sérieusement, les résultats scolaires restent corrects jusqu au 3e trimestre où là, il décroche complètement, perturbe tous les cours, ne fournit aucun travail pendant et hors du cours. Il redouble sa 5e et arrive en 3e avec un dossier catastrophique. Pourtant, Cyril n a jamais été violent, ni injurieux. Il était constamment dans la provocation, prenant un malin plaisir à «casser» le cours, à pousser les professeurs à bout. «Je savais très vite où je pouvais aller, je sentais la faille et j y allais sans répit.» Cyril avait tout à fait conscience d avoir l étiquette «ado difficile». «On en est fier, on la cultive sans jamais se remettre en question, on en a besoin pour exister, c est une question de survie. C est certainement une carapace, une protection, mais avant tout, c est une fuite guidée par la peur de l avenir. Si on se remet dans le droit chemin, on se retrouve face à la réalité et on en a trop peur. Être ado difficile, ça permet de rester dans le flou. J ai le souvenir d avoir été habité par l angoisse, présente déjà dans mon enfance. Dans cet état, on a l impression d être perdu, de se cogner aux murs et quand on se retrouve seul, on se sent très fragile.» Cyril n a jamais dépassé certaines limites. Il tient à préciser qu il ne faut pas confondre ado difficile et ado violent ou délinquant. Pour lui, il y a un monde entre les deux. Il est conscient de ne pas avoir franchi le pas, ni être tombé dans des conduites addictives parce qu il avait un cadre familial, un soutien, même si parfois sa mère semblait dépassée par les événements, et quelques personnes pour lui faire confiance. «D ailleurs, dit-il, même si je prenais les adultes pour des incapables, je m attachais très facilement à toute personne qui me prêtait une oreille attentive et compréhensive. Dans ces périodes, tout s enchaîne, les relations familiales se dégradent, les problèmes de santé surviennent, ce qui a contribué à transformer ma 3e en désastre. À ce moment m a manqué un soutien psychologique fort». À l issue du collège, personne ne veut de lui, pas

11 question d aller en seconde générale. Que faire? Sa mère finit par l inscrire dans un CAP EII (exploitation d installations industrielles) dans un lycée professionnel du Tarn, CAP qui vient d ouvrir et qui recrute des candidats! Cette orientation qui ne correspond à rien ne va pas améliorer la situation, au contraire. Cyril accumule les réprimandes, amplifie ses attitudes provocatrices, y compris avec son employeur lors de son stage (il décroche le téléphone avec les mains pleines de peinture ), se plaint auprès de la direction que ses professeurs ne respectent pas le référentiel du CAP qui, de leur côté, réclament un conseil de discipline. Mais aucun incident majeur ne peut être repéré et justifier la mise en place du conseil et une éventuelle exclusion. Cyril prend en horreur ce CAP dont il est certain qu il ne le mènera nulle part. Heureusement, le proviseur adjoint de cette époque comprend que Cyril est en souffrance et pas à sa place, il essaie de trouver une issue pour le sortir de là et lui propose un BEP carrière sanitaire et sociale, seule passerelle possible vers le tertiaire permettant d envisager ensuite une première d adaptation puis un bac SMS. Le désir secret de Cyril était de devenir médecin pour faire de l humanitaire. Surpris par cette proposition, il finit par accepter en faisant confiance à la direction du lycée. Son arrivée en BEP marquera un tournant dans son attitude, il comprend que c est sa dernière chance sachant au fond de lui qu il a les capacités intellectuelles pour se mettre au travail. Les matières étudiées lui conviennent davantage, ses relations avec les professeurs évoluent, le milieu très féminin de ce BEP ne lui déplaît pas Son goût pour la provocation toujours présent évolue vers une forme humoristique mieux accueillie par ses professeurs qui savent lui donner le change et Cyril se met au travail à tel point qu il veut être le premier de la promotion, il devient même perfectionniste. Il ne se permet des «interventions humoristiques» que lorsqu il a compris le cours. En même temps, il se met à la course à pied qui contribue à son épanouissement personnel (petit il avait pratiqué le foot et le rugby contraint et forcé par son père), les relations familiales s améliorent. «Je me sentais bien, les professeurs me valorisaient, je reprenais confiance en moi.» Cyril obtient son BEP puis son bac SMS sans problème. Il se dirige vers le droit avec l idée d être journaliste ou avocat pour être le porte-parole de ceux qui sont perdus, à défaut de pouvoir faire médecine inenvisageable sans un bac S. «Quand on a la base du «lire et écrire», le retard peut se rattraper très vite. Je suis certain qu il y a plein de jeunes récupérables. Il faut être à l écoute, essayer de faire tomber les murs, valoriser, mettre en confiance et surtout ne pas coller bêtement! Il faudrait que des pédopsychiatres travaillent avec l Éducation nationale, que les gens qui vivent au quotidien avec les ados tiennent la route et qu il existe de vrais conseils d orientation.» Mais pour Cyril, ce qui demeure fondamental, c est qu il existe un lien avec les personnes qui vous importent. «Si les parents décrochent, c est la catastrophe. La famille, c est le socle.» Ce jeune homme mène aujourd hui des études qui lui plaisent, réussit ses examens et a un projet. Il mesure à quoi il a échappé quand il revoit ses copains de ce CAP «poubelle», comme il dit, qui n ont trouvé aucun débouché professionnel et témoigne de sa reconnaissance auprès de ce proviseur qui a su le sortir de là. Sébastien : une intégration réussie Depuis septembre 2004, Sébastien a intégré le collège. C était vraiment une année charnière où il dut démontrer qu il était en mesure de suivre une scolarité autant que possible classique. En effet, mon fils souffre de ce que le jargon professionnel appelle «une dysharmonie de développement». En d autres termes, un peu trop déconnecté de la réalité, de la relation avec l autre et de quelques soucis en psychomotricité. Bien avant son entrée, je me suis préoccupée de son inscription et je souhaitais qu il intègre une structure de taille humaine où tous les professionnels se connaissent et souhaitaient s investir dans une nouvelle expérience. En effet, pour l ex-collège Frédéric Estèbe, aujourd hui, Claude Nougaro, c était une toute nouvelle expérience. Intégrer un enfant qui ne serait pas complètement présent toute la semaine au collège (il passe 2 journées dans une structure psychologique), qui aurait le soutien d une aide à la vie scolaire régulièrement et qui aurait un comportement pas tout à fait simple à comprendre. Je fus particulièrement surprise de l investissement de tous. Tous, ce sont les professionnels de santé qui soutiennent Sébastien dans les soins et qui se déplacent tous les trimestres au collège pour soutenir le corps enseignant, les enseignants qui s interrogent, progressent, comprennent et aident Sébastien, la direction du collège ainsi que la conseillère d'éducation qui l observent et constatent ses évolutions et même, les élèves qui se préoccupent de lui. 13

12 J apprécie les différents contacts téléphoniques et physiques où l on m informe parfois des difficultés de Sébastien mais aussi des heureuses surprises qu il révèle dans le collège. Le contact avec les professeurs qui écoutent mais aussi me rassurent en essayant toujours de trouver des solutions là où il y a des difficultés d acquisition des apprentissages. Savoir par la CPE que Sébastien évolue dans la cour de récréation, qu il démontre de plus en plus de détermination vis-à-vis des autres et qu il se comporte aussi comme tous les adolescents. Et, je peux vous le dire, cela me réjouit qu il agisse comme les autres. Voilà, je remercie l ensemble de l équipe du Collège pour leur investissement, leur compréhension et de continuer encore et encore à soutenir mon fils afin qu il puisse poursuivre autant que possible son éducation scolaire. La maman de Sébastien III. Le décrochage scolaire : problème majeur en collège 14 Les adolescents difficiles sont souvent des adolescents décrocheurs et vice versa : proposition d analyse de ce phénomène par Christine Mimiague, principale du collège de Rieumes. Illustration : Victor Lasserre Qui sont les décrocheurs? Les décrocheurs se recrutent essentiellement chez les élèves qui conjuguent vulnérabilité familiale et difficultés scolaires. Le décrochage scolaire est d abord un processus multifactoriel dont la source est à rechercher du côté des interactions entre l élève et son environnement scolaire, familial et social : registres des apprentissages et des rapports aux savoirs scolaires, des pratiques institutionnelles et enseignantes dans leurs façons de traiter les difficultés proprement scolaires, des processus subjectifs et sociaux à l œuvre chez les élèves tels qu ils se manifestent dans le rapport à soi, aux autres pairs et enseignants, du langage et de la langue en ce qu ils interviennent dans les phénomènes de compréhension des textes, des tâches scolaires, mais aussi dans des phénomènes de stigmatisation quand l écart entre les attentes des enseignants et les productions des élèves est grand. On peut mettre à jour deux profils de décrocheurs : le profil abandon et le profil exclusion. Les «abandonneurs ou décrocheurs silencieux 1» ont beaucoup moins de difficultés relationnelles avec beaucoup moins de difficultés de passages en conseil de discipline et d exclusions temporaires. Les «exclus» réagissent au contraire à leur décrochage cognitif par un rejet violent de l école et la situation devenant insupportable, ils abandonnent. Certains réduisent souvent la déscolarisation à la délinquance et aux incivilités mais ces aspects sont pour la très grande majorité des élèves absentéistes des manifestations d une situation non sa cause et ils ne devraient donc pas servir à construire une catégorie d élèves que l on peut définir sociologiquement tout à fait autrement. Les difficultés de nombre de ces élèves semblent être de deux ordres. D une part, parce qu il a décroché, l élève n a plus de motivation pour travailler sérieusement pendant les cours à moins que le professeur ne le pousse à le faire. Celui-ci peut y par- 1 Oakley Jerry, «RHINOS : un projet de recherche sur les décrocheurs silencieux»

13 venir en lui expliquant clairement le travail, ce qui redonnera confiance dans la capacité à effectuer la tâche demandée. L élève également ne sait pas très bien gérer son temps ou il manque de motivation pour faire son travail. Pour cette raison il attend de ses professeurs la mise en place d un système assez rigide de récompenses et de sanctions susceptible de l encourager à respecter strictement les échéances. Tous les professeurs ne le font pas. Les chances pour l élève de produire un travail valable avec les professeurs qui ne sont pas parvenus à répondre à ces besoins sont faibles. Parfois il y a un défaut de communication entre l école, l élève et entre l école et les parents de l élève. Illustration : Victor Lasserre Origines du décrochage : On a affaire à des élèves qui ne sont plus dans une dynamique d apprentissage et de travail scolaire, qui sont dans les locaux scolaires mais dégagés des obligations cognitives. Le décrochage en collège est en fait l aboutissement d un long processus le plus souvent initié dès l école primaire. Chez des élèves de milieux populaires, l école élémentaire est généralement l objet de souvenirs positifs. Alors qu ils ont l impression que leur scolarité primaire s est déroulée sans problème majeur, ces élèves interprètent les situations scolaires du collège (où ils ont décroché) sur le registre de conflits intersubjectifs, de sentiments de rejet ou d injustice, et cette interprétation a encore plus gêné les relations pédagogiques et les apprentissages. Tout semble indiquer qu après avoir été en difficultés d apprentissage les élèves se réfugient dans l indiscipline ou l abandon qui empêchent d autant plus les acquisitions de savoirs. Mais ce sont bien les difficultés d apprentissage qui sont premières, ce sont elles et le (non) traitement scolaire qui est fait de ces difficultés qui construisent le rapport de désenchantement à l école de l élève. Les élèves en rupture scolaire sont des élèves qui sont arrivés au collège avec des résultats et des acquisitions scolaires très largement insuffisants et très inférieurs à la moyenne nationale, avec un ou plusieurs redoublements au cours de la scolarité primaire. La faiblesse des apprentissages effectués avant l entrée en sixième ne leur permet ni de répondre aux attentes de ce niveau, ni d échapper plus longtemps à la réalisation de leurs difficultés ; la confrontation de ces difficultés peut les conduire à avoir des comportements de fuite ou de compensation dans le bavardage, la provocation, les comportements irrecevables par l institution. La plupart des élèves arrivent la première semaine au collège avec une forte envie d y travailler et d y réussir et ce qui s y produit de malentendus, de rages cognitifs et d interactions va entraîner chez certains élèves, certes dans un délai très bref, (quelques jours), des comportements de rejet des enseignants et de l institution. C est donc sa visibilisation qui ne peut à un moment donné passer inaperçue, qui peut être datée, qui peut être provoquée par un événement particulier (mauvaise note, interaction conflictuelle ) non son origine. «Le passage au collège accroît le décrochage car vient alors s ajouter l opacité de son fonctionnement, de ses enjeux cognitifs, de ces codes relationnels mais aussi de ceux des modalités de travail et d évaluation. Le phénomène de lâchage cognitif et d adaptation aux élèves (simplification et contextualisation des tâches, abandon des enjeux cognitifs au profit de la seule réalisation de la tâche ) repose en grande partie sur des évidences socialement situées : d une part pour les élèves il est évident qu il faut faire ce que l enseignant dit de faire, au pied de la lettre, leur focalisation sur les tâches et les bons résultats dans une logique d obéissance et de valorisation de soi (et non de son travail, de ses acquisitions) occultant ainsi les enjeux d apprentissages. D autre part les enseignants fonctionnent sur l évidence de prérequis aux apprentissages qui seraient partagés par tous, ils ne font donc pas l objet d une construction dans leurs classes. Ces malentendus sociocognitifs n interrogent pas que les pratiques professionnelles d enseignants, 15

14 16 mais également des formes de travail scolaire répandues qui par exemple en voulant rompre avec le formalisme, la systématicité des formes scolaires anciennes, tendent à masquer ce qui peut être nécessaire pour atténuer les malentendus entre l école et les élèves et surtout pour permettre les apprentissages.» 2 Les adultes rencontrés dans l école sont donc vus comme gentils ou méchants, car ayant une position de force dans l institution, et délivrant arbitrairement, personnellement des verdicts. Les formes scolaires d adaptation, de valorisation des élèves se situent alors bien souvent dans une logique de réconfort sans rapport avec les activités d apprentissage : les enseignants gentils ne sont pas ceux qui permettent d apprendre et donc d être fier de nouvelles acquisitions mais ceux qui donnent des exercices faciles permettant d avoir de bonnes notes, ou qui accordent une attention personnelle à l élève, avec qui il y a alors des échanges facilités, comme les jeunes le font dans leurs groupes de pairs et avec leurs aînés hors de l école. On peut penser alors l absentéisme et le décrochage comme un acte d opposition, une manière d existence contre à défaut d existence par et avec. Les situations scolaires sont vécues et interprétées par les élèves et les enseignants sur une pluralité de registres, registre cognitif mais aussi relationnel, affectif, social, registres qui se renvoient les uns les autres suscitant des effets de cumul négatif. Sur le plan cognitif, ces jeunes expriment un refus d apprendre qu en tant qu enseignant, il faut savoir interpréter comme s enracinant dans quelque chose de bien plus profond à savoir «la peur de l apprendre» 3. Un certain nombre de phénomènes d adaptation des enseignants aux élèves de milieux populaires et à leurs difficultés font largement partie des configurations favorables au décrochage. Une réflexion indispensable sur les formes scolaires Il est nécessaire de maîtriser la procédure de décontextualisation / recontextualisation à partir d un exemple pour construire le principe générique et pouvoir le ré appliquer sur d autres exemples. Cette forme scolaire présuppose que soit acquis un certain nombre des compétences non disciplinaires que le 2 Bautier Élisabeth, Décrochage, déscolarisation 3 Boimare Serge, L enfant et la peur d apprendre, Dunod, Paris 1999 Illustration : Victor Lasserre collège ne transmet pas. Ensuite et surtout, plutôt que l école expose les savoirs à retenir, elle sollicite de l élève qu il les construise lui même. Mais elle ne lui transmet pas la compétence à mettre en œuvre une procédure cognitive réflexive vis-à-vis de sa propre activité. L élève doit avoir conscience que les exercices donnés ont une finalité autre que leur résolution : l appropriation de savoirs et de compétences. Par ailleurs, au primaire comme au collège, ces formes procèdent par une mise en situation pédagogique préalable à la désignation du savoir à construire (qui est à redécouvrir par l élève) et souvent aussi préalable à la désignation de la discipline dans laquelle ce savoir est inscrit. Ainsi les élèves sontils confrontés à des savoirs qui non seulement sont rendus invisibles mais dont le caractère disciplinaire est également opacifié. L école co-construit là des difficultés, quand les élèves ne s intéressent qu à l aspect visible des tâches qui lui, n est pas disciplinaire (faire un tableau ) : rien d étonnant alors à ce qu ils aient du mal à percevoir la cohérence de chaque discipline, et à ce que l enseignant soit vu non pas pour sa fonction (chargé de transmettre des savoirs institutionnalisés dans des disciplines où les modes de raisonnement sont spécifiques) mais pour une personne qui prescrit des tâches visibles (transversales entre les disciplines : tableaux de synthèse, exercices à trous ). En primaire, la valorisation des élèves laisse croire aux élèves que cette interprétation est pertinente, cela masque les difficultés. Au collège, quand un élève échoue dans une discipline (parce que sans le savoir il ne s est pas approprié les modes de raisonnement disciplinaires, il met en œuvre ses façons de faire spontanées d enfant et non

15 pas les procédures cognitives d élève). Le ressentiment devient un conflit de personnes. La nécessité de développer les liaisons école-collège prend alors tout son sens avec des problématiques mobilisatrices de même que la mise en place au sein de l école de séquences d aide aux devoirs effectuées par des professionnels de l Éducation nationale. La sixième doit être une priorité en matière d observation de l accrochage scolaire. À PROPOS DES ÉLÈVES QU ON NOMME «DIFFICILES» : UNE EXPÉRIENCE EN COLLÈGE MENÉE DANS LE CADRE DE LA MISSION DÉSCOLARISATION EUROPE. Conclusion «La question du décrochage scolaire agit comme un révélateur des problématiques qui traversent l école d aujourd hui. Ce sont le rapport au savoir, les modalités d apprentissage, les démarches pédagogiques, les relations enseignants/enseignés, la vie scolaire au sein des établissements qu interroge la nouvelle sociologie de l éducation dans la perspective de la réussite de tous». 4 Le décrochage scolaire et la déscolarisation affectent très majoritairement les élèves des milieux populaires (mais pas seulement), peu familiers des valeurs et pratiques culturelles et sociales qui sous-tendent les apprentissages, mais qui bien souvent ne sont pas identifiées comme objets spécifiques d apprentissage. Il n y a pas là de rupture programmée mais il est nécessaire d interroger la part de l institution, de ses pratiques, comme la part des enseignants euxmêmes dans le décrochage des élèves ; il faut tout autant interroger la place de la scolarisation et de l évolution du lien scolarisation-diplôme-insertion dans la société. 5 L école semble entretenir et ou susciter des ambiguïtés sur les places que chacun occupe. L individualisation de la pédagogie, comme la prise en compte des enfants, de leur vie privée, de leurs caractéristiques réelles ou supposées, le souci d épanouissement de chaque enfant, le non formalisme des relations pédagogiques, la multiplication des activités non scolaires dans les établissements scolaires semblent autant de facteurs qui contribuent à ce que les jeunes croient être à l école uniquement en tant que personne vis-à-vis d autres personnes, et non pour s approprier des savoirs structurés en discipline que des enseignants sont là pour transmettre. 4 Cellier Hervé, Le décrochage scolaire, révélateur des maux de l Ecole 5 Bautier Elisabeth, Décrochage, déscolarisation Cliché : Jean Delord La rencontre : état des difficultés On m a confié une dizaine d élèves «difficiles» au collège M. Bécanne de Toulouse. Donc me voilà, début mars avec R, E, deux S, Z, S, M, N, H, E, deux M, des élèves de quatrième et de troisième, n ayant pas de matière précise à enseigner ni de quelconque obligation de résultats scolaires à obtenir. L idée générale consiste à voir ce qu on peut faire d eux et dans quelle mesure il est possible de diminuer les perturbations qu ils occasionnent dans cet établissement. La principale de ce collège, Mme Pond, utilise et connaît à fond les dispositifs existants de l Éducation nationale sur ces élèves hors normes. Sur le fond j ai le sentiment qu à la différence de certains collègues qui pour des raisons explicables mais aussi parfois inexpliquées ont renoncé devant ces élèves, que cette principale lutte Elle considère que l essentiel du travail avec ces élèves est celui de la restauration de l estime de soi. Elle continue à penser que la grande mixité sociale qui caractérise cet établissement est une chance et non un handicap 6. Cette volonté explique pourquoi abandonner le système qu à contrecœur et au moins avec le CFG. L enjeu est de taille : ne pas renoncer à ce qui constitue l essentiel de la laïcité. Me voici avec eux deux fois par semaine, le lundi et le mardi de 12 h 30 à 13 h 30. Cet horaire, très vite s est révélé inapproprié, en particulier pour les deux garçons qui préféraient jouer au football après le re- 6 Cf son intervention à l IUFM Midi Pyrénées en tant que PLC 17

16 18 pas de midi. Il ne pouvait être changé à cause de mes contraintes horaires et de celles de cet établissement. Inapproprié et néanmoins capable de se révéler efficace. Quelques constatations se sont rapidement imposées à moi 1. Ces élèves ne sont pas faibles, ils sont démobilisés, inintéressés par les contenus dits scolaires ou reconnus comme tels. Par contre si on s intéresse à leurs préoccupations profondes (et oui on peut même à douze ans avoir des préoccupations existentielles même si celles-ci sont regardées comme dérisoires par la plupart de nos collègues adultes et «cultivés»). 2. Ils ne sont ni «bêtes» ni «irrécupérables» ni «inintéressants» comme on l entend dire par certains enseignants dans la salle des professeurs. 3. Ils se sentent victimes à tort ou à raison d un racisme ordinaire à l intérieur et à l extérieur du collège. Ce vécu déterminant est invoqué par eux comme le point essentiel de leur désintérêt pour l école des «gadjo» comme ils l affirment en s appropriant un vocable des gens du voyage. 4. Ils se font remarquer dans les apprentissages scolaires par la désaffection de ceux-ci moins par volonté que par désœuvrement, désintérêt et surtout inattention et peur de l échec cognitif. 5. Rien de ce qui constitue leur existence profonde, leur présent n est pris en compte par l institution du moins dans son fonctionnement habituel (horaires, matières, hiérarchie des contenus, emplois du temps). Ils ne peuvent donc pas investir des champs qui au départ sont totalement étrangers à leur vie réelle, à leur vécu, à leur intelligence (stricto sensu). Par contre si on découvre des passerelles et des activités cognitives capables de faire sens pour eux alors on est étonné de leur fraîcheur d esprit de leur capacité intellectuelle, de leur sens de l a propos, de leur pertinence. 6. On peut difficilement prévoir quelque chose avec eux, du moins un contenu, une compétence ou une performance qui soit immédiatement scolaires ou identifiables en tant que telle. Partir de là revient à s interdire toute communication réelle avec eux. Il est nécessaire de leur faire découvrir par eux-mêmes la dimension des apprentissages à laquelle ils accèdent rapidement si on ne commence pas par vouloir la leur imposer. Aucun élève ou étudiant n est docile dans les générations actuelles (à la différence de la génération dont on a pris l habitude de dire qu elle «a fait» 1968 ce qui ne signifie rien) ; a fortiori aucun des élèves qui m étaient confiés. 7. Il est nécessaire d être entièrement disponible et à leur écoute. Ce qui m était possible à la différence des autres collègues prisonniers de l ensemble des différents impératifs pédagogiques et peut-être aussi en raison de ce que pouvait représenter pour eux un professeur de philosophie que d habitude on ne mêle pas à la «cuisine» du collège. Ceux d entre eux qui m appelaient gentiment dans la cour le «philosophe» ne se doutaient pas que malgré des détours des méandres et des hésitations multiples on finissait toujours par faire effectivement de la philosophie (y compris bien sûr quand dans deux séances improvisées nous avons lu des textes de philosophie sur le champ politique et sur la mort qui reste un sujet majeur de leur interrogation) même si celleci ne correspond pas à celle que les «héritiers» considéreraient comme telle. 8. Ces élèves manquent essentiellement de confiance en eux, surtout en ce qui concerne certaines des tâches cognitives qui constituent précisément le pain quotidien des élèves normaux de nos collèges et de nos lycées. Les séances de travail Itinéraire cognitif État des lieux Sur notre petit groupe d élèves quelques paradoxes : deux d entre eux en total décalage scolaire sont pourtant champions inter-régionaux de boxe anglaise. De cette réussite, les enseignants du collège ne font rien dans les apprentissages scolaires, d autant plus que S. est très violente et a des réactions extrêmement dangereuses. L une possède un QI très élevé, s ennuie et visiblement devance en réalité des apprentissages qu elle s ingénie à saccager. Sur les cinq restants deux sont des filles qui sous leur air de révolte et leurs multiples provocations rêvent au prince charmant et dont les familles n ont aucune ambition scolaire. S. qui veut faire coiffeuse et qui sous des aspects de rebelle cache d une part une grande angoisse devant l existence, possède des ambitions démesurées en tout cas disproportionnées par rapport au réel. Il en reste trois qui posent de

17 graves problèmes d absentéisme, de grossièreté et qui font tout pour coïncider avec l image que le professeur en difficulté se fait de l élève difficile Mise en œuvre Avec ces élèves du collège nous avons essayé de vérifier certaines des hypothèses de R. Goigoux 7 et surtout nous nous les sommes appropriées en fonction non pas d élèves du primaire mais de collège. Mon travail a essentiellement porté sur la reconnaissance de soi d élèves en général déconsidérés et qui se déconsidèrent. Prise de contact : quatre heures. Des règles mi- cela, ces élèves le pressentent plus que d autres. III. Où en est-on de la rénovation des SEGPA de la Haute-Garonne? nimales : s écouter, accepter la régulation d un modérateur, tout dire y compris ce qui pourrait fâcher l institution. Ils discutent. Je les aide à réfléchir et à introduire dans leurs propos dogmatiques un peu de critique et beaucoup de réflexion. En fait à la moindre occasion l on fait de la philo ; je les fais réfléchir, prendre conscience que leurs affirmations ne vont pas de soi, je résiste à leur dureté apparente, je me rends sourd à certains de leurs débordements. J essaye de les accompagner dans une réflexion sur euxmêmes et sur le monde. Eux reviennent sans cesse à leur déconsidération. Racaille on m a identifié, racaille je suis et je me comporte comme telle. Totalement absurde. En fait, ils sont curieux, exigeants, volontaires, des ados qui ne demandent qu à retrouver leurs ailes désirantes et pensantes. Pour les amener à de nouveau s estimer, les premières séances ont visé à leur faire rédiger un journal dont la finalité était de «communiquer» avec leurs professeurs et les autres élèves. Puis cinq séances ont été consacrées à la mise à jour de ce que ses élèves voulaient faire plus tard. Par-delà l orientation, chacune de ces séances constituait des leçons de vie, chacun s appropriant la difficulté de l existence des autres. On s en doute, l obstacle majeur rencontré pour la scolarisation était l argument du chômage qui frappe dans les cités les jeunes les plus qualifiés. Il a fallu donner du sens autrement aux activités scolaires que par l idée de la préparation au métier. La philosophie n a pas été inutile dans ce contexte. L «inutilité» sociale de la philosophie qui implique sa nécessité radicale quant à l existence m a donc servi à transformer des préoccupations «matérielles» en rêves. Rien n est plus terrible que la pauvreté spirituelle et Il fallait donc mettre en place des transitions permettant de combler les trous noirs de l esprit tout ce qui n est pas explicite dans le texte ou les images et qui demande interprétation. D où la lecture et l étude du film «Collision» ; reconstitution de l histoire, des couples, des renversements du rapport bon et méchant etc. Puis ultimes séances sur l esprit dans ce film et sur sa philosophie implicite. Au total, aucune concession cognitive. Des activités difficiles plutôt de niveau seconde couplées avec un travail sur CFG : - Utilisation des compétences des uns et de celles des autres sous forme de tutorat. - Partir du présent pour enrichir ce présent. - Mettre en activité la réflexion et l esprit s il le faut en les choquant ou en devenant cognitivement plus provocateur qu eux. - Leur donner le désir de penser et de se penser (plus que de se dépenser au mauvais sens de ce terme) en réconciliant désir et cognition. Remarques théoriques 19 Illustration : Victor Lasserre Un axe de travail avec ces élèves consiste donc à ne jamais renoncer à l exigence cognitive voire à l augmenter. Par exemple ; lors d une séance pour leur redonner confiance au lieu de faire une dictée traditionnelle avec lecture préparatoire, je décide de leur faire une dictée avec Braudiggan extrait de «La pêche à la truite en Amérique» normalement compréhensible seulement par des élèves de seconde voire de première. 7 R. Goigoux, Les interactions de tutelle dans les processus de conceptualisation de la langue écrite, Activités métalangagières et enseignement du Français, Journées d études de l association

18 20 Cliché : Luigi Zuccante Lorsqu on interroge les enseignants sur les causes de l échec scolaire, 77 % d entre eux incriminent les pratiques éducatives familiales, ce qui revient à considérer que l école n a pas les moyens d influer sur le parcours scolaire des enfants qui lui sont confiés. L observation montre que la plupart des enseignants ne centrent pas leurs interventions sur la régulation du fonctionnement intellectuel mais sur celle des comportements sociaux. On y travaille plus à rendre les élèves sages et respectueux des règles qu à s efforcer de faire construire des compétences qui leur permettraient de se conformer par nécessité interne à ce qu on attend d eux. Certains élèves finissent par considérer les règles non plus comme un moyen, mais comme une fin, croyant qu il suffit de les respecter pour apprendre. La peur de décourager les élèves les plus en difficulté amène les enseignants à ne plus les solliciter ou à leur donner des tâches simplifiées pour les mettre en réussite, ce qui concourt à creuser les différences d efficience initiale. Le fonctionnement en ateliers autonomes amène souvent les enseignants à donner des tâches stéréotypées qui mobilisent des savoir-faire de bas niveau, que les élèves peuvent accomplir seuls, mais ils ne prennent pas le temps d expliciter ce que chacune permet d apprendre. On empêche ainsi ces élèves de prendre conscience des véritables enjeux de l école. Tout cela conduit les enseignants à : - Privilégier la quantité d expériences. En procédant ainsi, on fixe l attention des élèves sur les contenus et les résultats de l action, au détriment de l activité réflexive, c est-à-dire du processus de conceptualisation des propriétés de l action efficace. - Devenir des «pourvoyeurs de tâches». L essentiel de l activité des élèves consiste alors à explorer, manipuler, agir sur les objets, au lieu d apprendre à découvrir ou à comprendre. Les enseignants considèrent que la motivation est un pré requis de l activité, alors qu elle est un effet de l éducation. Cette conception explique des choix qui ne sont pas forcément pertinents : - Des tâches simples : Pour motiver leurs élèves, des enseignants, particulièrement en ZEP, leur font traiter des tâches qu ils connaissent et maîtrisent bien, voire leur laissent faire ce qui leur plaît. «Les pratiques enseignantes en ZEP seraient exagérément focalisées sur l entraînement et la vérification d automatismes, de routines et de tâches plus facilement accessibles aux élèves, mais de moindre productivité cognitive et culturelle» A. Ouzoulias Les enseignants efficaces ne font jamais l économie d apprentissages exigeants qui obligent les élèves à dépasser leurs goûts initiaux. - Des tâches attractives : Enseignants et auteurs de manuels déploient des trésors d ingéniosité pour embellir les situations d enseignement, comme si l origine de la motivation n était pas dans la nature de l apprentissage, mais dans le matériel ou les contenus à traiter. Or, la motivation pour les contenus est de courte durée et peut empêcher les élèves de développer une motivation intrinsèque pour l apprentissage lui-même. Il faudrait au contraire permettre aux élèves les plus en difficulté de découvrir que la prise de conscience des stratégies efficaces, l amélioration du fonctionnement cognitif, le développement du sentiment de contrôle pris sur l activité sont aussi des sources de motivation extrêmement puissantes. Conclusion Il est indispensable de faire du développement des compétences cognitives, métacognitives et langagières une priorité si l on veut lutter avec efficacité contre les inégalités sociales et scolaires qui engendrent les élèves difficiles mais aussi les décrocheurs. Jean Delord, professeur agrégé de philosophie Formateur à l IUFM de Toulouse

19 IV. Comment faire face TÉMOIGNAGES : quelques indications utiles AU SEIN DE L'ÉTABLISSEMENT La compréhension du fonctionnement de chaque élève constitue une étape clé dans l élévation de son niveau de réussite. On ne saurait insister sur l importance des réunions de synthèse de classes, de la concertation entre équipes éducatives, de la mobilisation des équipes comme autant de garanties de succès. L action éducative de l équipe consiste à construire un cadre d enseignement rassurant et rigoureux où tout est questionné professionnellement, où tout doit être exploité afin que le jeune y repère des significations sociales qui l incitent à reconsidérer son rapport aux autres, son rapport à l acte d apprendre. Il est bon parfois de rappeler que l équipe éducative d un établissement est constituée de professionnels exerçant des métiers différents les uns des autres, et que chacun doit se tenir aux missions qui lui sont assignées afin de devenir repérables et efficaces pour l élève. Plus le cadre est exigeant, plus il est perçu par le jeune comme rassurant et protecteur, ce qui permet de faire progresser le jeune sur des processus cognitifs dans le cadre de la spécificité des missions de l école, de le remettre en projet par rapport à des activités intellectuelles (de compréhension, d élaboration, de questionnement, de recherche et non des activités de répétition de schèmes opératoires). Les classes relais agissent également sur deux dimensions de la pédagogie : l espace et le temps. 8 Chaque fois que des stratégies d intervention (tutorat par des référents, actions des associations d aide à la scolarité, étudiants de l AFEV, lieux d écoute et de parole, dispositifs de remédiation par projets pédagogiques, remédiation par la pratique du FLE, PPRE, commissions de vie scolaire) ont été adoptées sur la base d une telle information, elles ont donné des résultats intéressants. 8 HUGON Marie-Anne, A propos de trois propositions pour les classes relais et pour le collège en général. LES SIGNES D APPEL D UN ADOLESCENT QUI VA MAL Expression de malaise, de souffrance, ils doivent être pris au sérieux, s ils se cumulent, se répètent, s accentuent ou s ils sont d apparition brutale. Plaintes corporelles - Fatigue, troubles du sommeil. - Troubles alimentaires. - Maux de tête, de ventre. - Difficultés de concentration. - Nombreux passages à l infirmerie. - Marques corporelles, scarifications, mutilations. Modification du comportement - Chute brutale des résultats scolaires ou surinvestissement. - Absentéisme, retards, fugues, clowneries incessantes. - Laisser aller dans l hygiène, l apparence physique. - Transgression et conduites à risque (fugues, violence, délinquance). - Consommation de produits licites ou illicites. - Plaintes réitérées sur la famille. - Isolement, repli sur soi, abandon des activités extérieures. - Vision négative de soi, du monde, de l avenir. - Variations de l humeur, angoisses, rituels. - Bizarreries. Messages directs ou indirects sur le suicide - Don d objets précieux à des amis. - Messages écrits par le suicide. - Messages verbaux directs : «de toute façon, je vais me foutre en l air», «je serai mieux mort», «si ça continue, je laisse tomber, je me casse», - Messages verbaux indirects : «vous seriez mieux sans moi je sers à rien, je suis nul», «bientôt, vous n aurez plus à vous en faire pour moi». L interprétation de ces signes nécessite la plus grande prudence et une évaluation de la gravité ainsi que de l urgence doit être effectuée par un professionnel médical et notamment par le médecin scolaire qui est le médecin de premier recours, afin de juger de l opportunité d une consultation spécialisée. 21

20 LES DISPOSITIFS ÉDUCATION NA NOM L ÉQUIPE PUBLIC ACCUEILLI Classe relais Labitrie Collège Labitrie Tournefeuille Tel : enseignant spécialisé (EN) - 1 éducateur - 2 aides éducateurs (EN) - 1 assistante sociale scolaire - des enseignants du collège intervenant ponctuellement selon les besoins spécifiques de l élèves Collégiens de 11 à 14 ans ne relevant pas de structures spécialisées (ITEP, SEGPA, SESSD ) et ne faisant pas l objet d une procédure d exclusion définitive de l établissement d origine. Elèves en situation de rejet de l institution scolaire qui s exprime sous différentes formes : - Rejet des règles de vie collective - Manquements répétés au règlement intérieur - Absentéisme chronique non justifié - Comportement d agressivité ou de repli - Refus d investissement scolaire 22 Classe relais 5 rue Sainte Lucie Toulouse Dispositif «Parenthèse» à l école Jolimont de Toulouse - 2 éducateurs PJJ - 1 professeur des écoles spécialisé (option F) Psychiatre Psychologue Assistante sociale - Adolescents de 15 à 16 ans en rupture avec l institution scolaire : - en situation d errance scolaire, exclus de plusieurs établissements ou ayant abandonné toute scolarité - encore inscrits dans un établissement de l Éducation nationale mais qui présentent un tel niveau de dysfonctionnement (absentéisme, violences, comportement délictueux ) qu ils sont proches de l exclusion - sous mesure de Justice. Ces mesures sont prononcées par le juge des enfants soit au titre de l enfance en danger, soit dans le cadre d un suivi pénal - sans mesure éducative - ne relevant pas de l éducation spécialisée - ne relevant pas d une prise en charge Français Langue étrangère ou illettrisme. Enfants scolarisés présentant un comportement incompatible avec le maintien dans leur classe Dispositif «parenthèse» au collège Clémence Isaure à Toulouse Sur le même modèle que le dispositif en école élémentaire. La saisine est faite Ateliers relais à Saint-Gaudens (collège Didier Daurat) et à Colomiers (Collège Jean-Jaurès) - 1 coordonnateur - 1 enseignant - 1 aide à l éducation - 1 éducateur spécialisé - partenaires spécifiques selon les activités choisies Collégiens démotivés montrant une inappétence aux activités scolaires, des attitudes problématiques, des relations difficiles, une déconcentration. Elèves très souvent absents MGI (Mission Générale d Insertion) Adolescents de + de 16 ans sortant du systèmes scolaire sans qualification.

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Restaurant Scolaire d Ampuis REGLEMENT

Restaurant Scolaire d Ampuis REGLEMENT Restaurant Scolaire d Ampuis REGLEMENT Préambule : La commune d Ampuis organise un service de restauration destiné à accueillir les enfants de maternelle (service à table) et de primaire (sous forme de

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire.

Pour pouvoir fréquenter le restaurant scolaire, l inscription préalable est obligatoire. Chaque famille demandant l inscription de son ou de ses enfants en restauration scolaire s engage à respecter tous les points du présent règlement, notamment les modalités d inscription, de facturation

Plus en détail

Groupe de travail d enseignants SEGPA : LA GESTION DES ELEVES DIFFICILES

Groupe de travail d enseignants SEGPA : LA GESTION DES ELEVES DIFFICILES Groupe de travail d enseignants SEGPA : LA GESTION DES ELEVES DIFFICILES Année scolaire 2005-06 Coordinateurs : Jean Luc Bourdeau CP AIS, Stéphane André secrétaire CCSD et Christian Gazzano, enseignant

Plus en détail

LA SCOLARITÉ EN FRANCE

LA SCOLARITÉ EN FRANCE P.R.I.P.I Programme Régional pour l Intégration des Populations Immigrées C.A.S.N.A.V Centre Académique pour la Scolarisation des Nouveaux Arrivants et des enfants du Voyage LA SCOLARITÉ EN FRANCE Document

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

"Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute.

Allô Parents Marseille Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. "Allô Parents Marseille" Parents d adolescents, Des professionnels à votre écoute. QuickTime et un décompresseur TIFF (non compressé) sont requis pour visionner cette image. " Mieux faire connaître ce

Plus en détail

La gestion des situations de crise

La gestion des situations de crise agir sur le climat scolaire La gestion des situations de crise Enjeux et procédures Daniel Simon EMS Académie de Montpellier 06 32 82 73 73 daniel.simon@ac-montpellier.fr Sommaire Propos liminaires Avant

Plus en détail

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant

Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant Pour un dialogue réussi enseignant parent parent enseignant le mot du médiateur de l éducation nationale Madame, monsieur, Parent, enseignant, vous aurez l occasion, au long de l année scolaire, de vous

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

PREMIER DEGRE. Marie BOISSAVI-MERCKX

PREMIER DEGRE. Marie BOISSAVI-MERCKX Cité administrative Jean Montalat BP 314 19011 TULLE Cedex PREMIER DEGRE GUIDE DE LA PROTECTION DE L ENFANCE Marie BOISSAVI-MERCKX Responsable départementale Conseillère technique de service social 05.87.01.20.31

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier

Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier Collège Anatole France - Bethoncourt Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier - Rapport d étape - Résumé du projet : Afin de favoriser le lien entre les apprentissages du collège et du lycée en utilisant

Plus en détail

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement

Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Deux pairs aidants, plusieurs milieux d intervention pour le rétablissement Dans cet atelier, nous verrons plusieurs façons d intervenir en tant que pair aidant. Anne-Marie Benoit présentera son travail

Plus en détail

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca 5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 LES TECHNIQUES D INTERVENTION Accepter mes propres émotions, éviter l affrontement, respecter l image du jeune. Ce n est pas toujours évident d intervenir

Plus en détail

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés

Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSE-VAULX EN VELIN Document 6 : Demi-journée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Assises de l éducation prioritaire Collège BARBUSSEVAULX EN VELIN Document 6 : Demijournée de concertation, partie 2 : leviers d évolution proposés Synthèse des échanges sur la mise en œuvre des leviers

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS

Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Comment remplir une demande d AVS Remplir les dossiers administratifs quand on a un enfant autiste et TED (3) : demander une AVS Intégration était le maître mot de la loi de 75, scolarisation est ce lui

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?...

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?... SOMMAIRE I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions 1 Quelles ont été les évolutions importantes du métier d ATSEM?... 15 2 Comment devient-on ATSEM?... 16 3 L obtention du CAP Petite Enfance

Plus en détail

VIVRE ENSEMBLE DANS NOTRE COLLEGE

VIVRE ENSEMBLE DANS NOTRE COLLEGE VIVRE ENSEMBLE DANS NOTRE COLLEGE Être élève de l'ensemble Scolaire Saint-Genès La Salle doit être un choix consenti et assumé pour le jeune et ses parents. Être élève à Saint-Genès La Salle, c'est en

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

TEMOIGNAGES. Chaque cas est singulier.. Christine ARSENAKIS - Directrice du CIO Amiens sud Anne-Sophie AGBO SONAN - IEN EG Maths-Sciences

TEMOIGNAGES. Chaque cas est singulier.. Christine ARSENAKIS - Directrice du CIO Amiens sud Anne-Sophie AGBO SONAN - IEN EG Maths-Sciences TEMOIGNAGES Chaque cas est singulier.. Christine ARSENAKIS - Directrice du CIO Amiens sud Anne-Sophie AGBO SONAN - IEN EG Maths-Sciences Cas d un élève qui s intègre «plutôt» bien Son parcours en 6ème

Plus en détail

JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème :

JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème : JP PRUNIER, Gérant du Cabinet DRH & Associés interviendra le Mardi 20 Mars 2012 de 8h à 10h à la FFB sur le thème : COMMUNIQUEZ : parlez la bonne langue! Le chef d entreprise du bâtiment parle à ses clients,

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Projet Etablissement : Années scolaires 2013/2016

Projet Etablissement : Années scolaires 2013/2016 E.R.E.A. Alain Fournier 99 rue des Blanches Fleurs - BP 20190 21205 BEAUNE Tél : 03 80 22 33 21 Fax : 03 80 22 82 86 Courriel : erea21@ac-dijon.fr Académie de Dijon Date de transmission au rectorat Vie

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique Vous trouverez ici notre guide d utilisation et d accompagnement pour l'aidant familial utilisant la tablette et nos jeux de

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

RESTAURATION SCOLAIRE

RESTAURATION SCOLAIRE RESTAURATION SCOLAIRE REGLEMENT INTERIEUR L admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de l organisation arrêtée par la collectivité

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite

Ecole erber. Dossier de Presse. Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole Kerber. Une école indépendante, laïque et gratuite Dossier de Presse,,,, Une école indépendante, laïque et gratuite Le 20 octobre 2011 Inauguration l Ecole K Une nouvelle chance pour des enfants de pouvoir apprendre dans les meilleures conditions. Ecole

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

contact@farabi.fr www.farabi.fr Carnet de Liaison Année scolaire :... /... Nom :... Prénom :... Classe :...

contact@farabi.fr www.farabi.fr Carnet de Liaison Année scolaire :... /... Nom :... Prénom :... Classe :... contact@farabi.fr www.farabi.fr Carnet de Liaison Année scolaire :... /... Nom :... Prénom :... Classe :... RENSEIGNEMENTS ÉLÈVE Nom Prénom Adresse Classe Tél. / L élève est autorisé à quitter l institut

Plus en détail

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire)

BTS (brevet de technicien supérieur) DUT (diplôme universitaire de technologie) Filière santé (médecine, pharmacie, sage-femme, dentaire) Un BTS ou un DUT, une prépa ou une université, ou bien une école spécialisée? Choisir son orientation après le bac n'est pas toujours facile. Pour vous aider à y voir plus clair, nous vous proposons quelques

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg

Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg Académie de Strasbourg Groupe Professionnel de Secteur CPE Colmar Septembre 2012 : Document validé par le service des ressources humaines et le service juridique du Rectorat de l Académie de Strasbourg

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

L engagement en pratique des gestionnaires de cas

L engagement en pratique des gestionnaires de cas L engagement en pratique des gestionnaires de cas Cyrille Lesenne Président de l'association Française des Gestionnaires de Cas (AFGC) Samuel Lesplulier Vice Président de l AFGC La gestion des cas La gestion

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

LES PARENTS À LA PRÉPARATION D UN VOYAGE SCOLAIRE.

LES PARENTS À LA PRÉPARATION D UN VOYAGE SCOLAIRE. KEEZAM Simplifie l organisation des séjours enfants et ados. www.keezam.fr Fiche Enseignants Nombre de pages : 7 INFORMER ET ASSOCIER LES PARENTS À LA PRÉPARATION D UN VOYAGE SCOLAIRE. Cette fiche s adresse

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

La déontologie, le courriel et la profession de counseling

La déontologie, le courriel et la profession de counseling Aide-mémoire sur la déontologie, les questions d ordre juridique, et les normes pour les conseillers Il me fait plaisir d accueillir Dan et Lawrence comme les premiers invités de la chronique Aide-mémoire.

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents?

Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents? Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents? Oui. Sauf si l intérêt de l enfant nécessite l absence de tous contacts avec ses grands-parents.

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

Retenir les meilleurs talents

Retenir les meilleurs talents Adecco Finance Focus Retenir les meilleurs talents Lundi matin, 9 h Vous vous réjouissez de commencer une nouvelle semaine de travail productif. Vous êtes en pleine forme. Alors que vous entamez votre

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

S organiser autrement

S organiser autrement S organiser autrement Dominique Tibéri enseignant en cycle 3 et formateur à l IUFM Nancy (54) propose ici une alternative à la préparation de classe telle qu elle est demandée par l Institution. Préparer

Plus en détail

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire?

Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? Epilepsies : Parents, enseignants, comment accompagner l enfant pour éviter l échec scolaire? L épilepsie concerne plus de 500 000 personnes en France, dont la moitié sont des enfants ou des adolescents.

Plus en détail

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Ce qu il est bon de savoir concernant le bureau d idées 2 Une excellente idée: le bureau d idées 4 Le bureau d idées: des enfants

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES I - ANALYSE DE SITUATION DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES STRUCTURES PEDAGOGIQUES : 21 divisions LV1 : anglais, allemand, russe allemand section européenne en 4 ème et 3 ème. LV2 : anglais,

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014

FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 FORMATION ET SUIVI DES PROFESSEURS DES ECOLES STAGIAIRES 2013 2014 1 SOMMAIRE 1) Textes de référence 2) Cadrage départemental 3) Charte du tuteur : rôle et missions 4) Les outils des professeurs des écoles

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

la maladie d Alzheimer

la maladie d Alzheimer Prévenir... les difficultés de vie avec un proche atteint de la maladie d Alzheimer 27 La maladie d Alzheimer n est pas la maladie d une seule personne 800 000 français sont atteints par la maladie d Alzheimer

Plus en détail

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP

APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Résumé du rapport de recherche destiné au Centre Alain Savary, INRP APPRENDRE LA CHIMIE EN ZEP Martine Méheut, Olivier Prézeau INRP, Centre Alain Savary Apprendre la chimie en ZEP Résumé 1 Dans une perspective

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

Réactions de deuil des enfants

Réactions de deuil des enfants Le deuil et ses effets 91 Réactions de deuil des enfants Rôle des parents en assistant les enfants dans le deuil Les enfants n ont pas la force émotionnelle de faire seuls leur deuil. Ils ont besoin de

Plus en détail

F I D E S. De la sixième à l enseignement supérieur mixte ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT PRIVÉ. 87, Avenue de La Bourdonnais Paris 7ème

F I D E S. De la sixième à l enseignement supérieur mixte ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT PRIVÉ. 87, Avenue de La Bourdonnais Paris 7ème F I D E S De la sixième à l enseignement supérieur mixte ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT PRIVÉ 87, Avenue de La Bourdonnais Paris 7ème 5, Rue Emile Dubois Paris 14ème 23, Boulevard de Beauséjour Paris 16ème

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail