Cent cinquante-quatrième session

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cent cinquante-quatrième session"

Transcription

1 ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent cinquante-quatrième session 154 EX/14 PARIS, le 17 avril 1998 Original français Point de l'ordre du jour provisoire PROJET DE CREATION D'UNE BANQUE DE FILMS ET D'UNE BASE DE DONNEES A L'USAGE DES CHAÎNES DE TELEVISION PUBLIQUES DES PAYS EN DEVELOPPEMENT RESUME Le présent document, qui rend compte de la situation du projet de création d une banque de films et d une base de données à l usage des chaînes de télévision publiques des pays en développement, est soumis au Conseil exécutif en application du paragraphe 6 de la décision 151 EX/ Un résumé de la deuxième partie de l étude de faisabilité est donné en annexe. Projet de décision : paragraphe A sa 149e session, le Conseil exécutif a invité le Directeur général "à élaborer, conformément à la suggestion du Conseil intergouvernemental du Programme international pour le développement de la communication (PIDC), un projet en vue de la création d'une banque de films et d'une base de données à l'usage des chaînes de télévisions publiques des pays en développement" (149 EX/Déc., 7.1.2). 2. Réalisée en 1997 sous le titre "Ecrans sans frontières", une première étude de faisabilité a dressé un constat de l existant et a évalué les possibilités d un tel projet qui par son caractère international, multiculturel et ambitieux nécessitait un certain nombre de confirmations de sa viabilité et de précisions dans les estimations financières. 3. Au vu des résultats de cette première approche, à sa 151e session (151 EX/Déc., 3.4.1), le Conseil exécutif a invité le Directeur général à : préciser les objectifs et les modalités de la création d une telle banque et de sa base de données ; poursuivre les contacts avec tous les partenaires éventuels ; étudier l opportunité d organiser une réunion avec les pays et les organismes intéressés ; (d) établir des estimations financières détaillées ainsi qu un plan de financement ; (e) lui rendre compte des résultats obtenus à sa 154e session.

2 - page 2 4. La deuxième partie de l étude de faisabilité a été réalisée sous la responsabilité du même expert, alors que les aspects techniques, opérationnels et financiers ont été confiés à l URTI (Université radiophonique et télévisuelle internationale). 5. Une large consultation a été entreprise. L avis de plus de 130 grandes compagnies de production privées et de 90 télévisions publiques ou privées, des fonds de programmes spécialisés, a été sollicité. L ensemble des 40 télévisions à caractère public des pays les moins avancés ont fait l objet d un questionnaire sur les conditions d exploitation des programmes (et de l information sur les programmes), en provenance de l étranger. Les contacts ont également été réactualisés avec plusieurs délégations permanentes des Etats membres de l UNESCO. Cette consultation professionnelle représentative a réuni à Paris, le 30 mars 1998, la quasi-totalité des organisations régionales d audiovisuel. 6. Si, dans cette nouvelle phase, rien n est venu contredire fondamentalement les précédents constats, les consultations ont souligné certains éléments clés déjà évoqués, notamment : la confirmation d un intérêt général de principe pour la nature du projet, exprimé dans les contacts directs et à travers 65 réponses écrites ; l existence de sources de programmes appropriées : institutionnelles ou disponibles auprès d organismes de télévision sans compter des propositions sur catalogues à négocier spécifiquement ; les attentes de nombreux pays de figurer dans une Base internationale qu ils n ont pas la compétence ou la possibilité de réaliser pour une production limitée ; (d) l absence quasi totale de réponses en provenance du marché privé ; (e) (f) (g) la rareté (sinon l absence) de bases de données concernant le service public en général ou destinées aux programmateurs en particulier ; la complexité qu ils imposent mais le devoir impératif de respecter le droit d auteur, les droits voisins et la propriété intellectuelle ; l effort à entreprendre par certains fournisseurs potentiels pour techniquement "internationaliser" leurs documents, et libérer les droits éventuellement. 7. Afin de partir sur des bases réalistes, plusieurs études financières ont été entreprises. Celle qui a été réalisée par l Université radiophonique et télévisuelle internationale (URTI) de manière approfondie mentionne - pour la partie commune à l ensemble des partenaires et un plein exercice du projet - des montants respectifs de 195 et dollars des Etats-Unis pour les équipements d une Base de données et d une Banque de programmes, ainsi qu un coût de fonctionnement annuel allant de 755 à dollars des Etats-Unis.

3 - page 3 8. La consultation des organismes professionnels représentatifs (le 30 mars 1998) a validé les hypothèses techniques émises et le souhait de ces organismes de collaborer (certains mêmes, tels que l Union européenne de radiotélévision (UER) et l URTI en tant qu opérateurs), sous réserve cependant que le projet "réunisse les premières conditions financières et les appuis politiques". Ce partenariat aurait l avantage de pouvoir mobiliser des compétences, des réseaux existants, et aiderait considérablement à la promotion du projet. En outre, la réunion a fait ressortir le conseil unanime d être, en tous points, réaliste, de commencer de manière pragmatique par la mise en place de la base de données, identifiant les possibilités et les gisements existants, faisant la prospection des réseaux, établissant les premiers contacts et pour la partie banque de programmes de commencer à gérer un fonds principalement constitué de produits nouveaux ou en provenance de pays mal équipés pour les diffuser directement. 9. En guise de conclusions : Au terme de cette étude, les objectifs se trouvent reprécisés de la manière suivante et constituent ainsi les points qui prêchent en faveur du projet : action et finalités correspondant parfaitement aux missions de l UNESCO ; (d) opportunité d animer concrètement un réseau des télévisions du service public dans un esprit de solidarité ; de soutenir les plus démunis, et ce, en partenariat avec un grand nombre d organisations internationales prêtes à jouer un rôle de relais ; possibilités de faire accéder et de former un maximum de nouveaux partenaires à des actions de coopération culturelle dans le domaine de l audiovisuel, sans parler d initiation aux technologies nouvelles et aux questions des droits d auteur ; économie globale du projet relativement modeste, à géométrie variable et d un bon rapport coût/efficacité. La mise en place de cette initiative nécessitera d envisager une première année de fonctionnement, sous la présidence d une personnalité désignée, avec un chef de projet et une équipe minimale qui s attacherait à établir les protocoles d accord entre les partenaires, et à identifier de nouveaux interlocuteurs. Ainsi commencerait la mise en place de la base intégrant les bases de données existantes et appropriées, et les catalogues disponibles. Elle préparerait la gestion et la tenue d une banque de programmes (existant hors des circuits de coopération habituels), et permettrait d établir un bilan de son action en vue de décider des étapes ultérieures. Sur la base des précédentes estimations, ce premier investissement porterait sur le budget suivant : dollars pour les équipements et dollars pour les coûts de fonctionnement (1re année). Il reste à noter que la complexité et l ambition du projet, même mis en place modestement et progressivement, l entraînera à prendre en compte des pratiques, des langues et des cultures géographiquement très diverses et un volume de contacts très étendu.

4 - page 4 En outre, ce projet (quels que soient les apports des milieux professionnels en équipements, mises à disposition, mobilisations des réseaux) exigera, outre le parrainage affirmé de l UNESCO, un partenariat étroit avec les autorités nationales des pays impliqués. Il est évident enfin, que bien que techniquement faisable, le projet repose sur la nécessité de garantir sur une période déterminée les crédits pour qu il puisse faire la preuve de son utilité et lui permette de trouver son autofinancement. 10. Au vu de ce qui précède, le Conseil exécutif souhaiterait peut-être adopter le projet de décision suivant : Le Conseil exécutif, 1. Ayant examiné le document 154 EX/14 relatif au projet de création d'une banque de films et d'une base de données à l'usage des chaînes de télévision publiques des pays en développement : projet intitulé "Ecrans sans frontières", 2. Rappelant les résolutions de la Conférence générale relatives aux "Rôle et mission du service public de radio et de télévision" et notamment la résolution 29 C/28, concernant le grand programme IV qui inter alia invite le Directeur général "à renforcer la mission éducative et culturelle des médias de service public...", 3. Félicite l'auteur de l'étude et l'université radiophonique et télévisuelle internationale (URTI) de la qualité du travail accompli, ainsi que toutes les organisations professionnelles internationales et nationales, qui se sont intéressées à cette initiative et ont contribué à ce projet ; 4. Souligne l'importance de ce projet culturel de solidarité, dont la mise en oeuvre aurait d'importantes incidences du point de vue des ressources humaines et financières ; 5. Réaffirme la nécessité d'associer étroitement à ce projet les organismes professionnels des médias ; 6. Fait appel aux Etats membres pour qu ils apportent leur plein soutien à ce projet aussi bien par des contributions financières et en nature que par le biais d initiatives nationales, régionales et internationales ; 7. Encourage les fondations publiques et privées et les mécènes à manifester leur solidarité en appuyant financièrement ce projet ; 8. Remercie le Conseil intergouvernemental du Programme international pour le développement de la communication (PIDC) de sa coopération et réaffirme son souhait que le PIDC envisage la possibilité de contribuer au financement de ce projet ;

5 - page 5 9. Invite le Directeur général à : identifier les sources de financement extrabudgétaires en vue de trouver les contributions nécessaires pour assurer le lancement de la première phase du projet : la mise en place de la base de données intégrant les sources existantes et appropriées, ainsi que la création d un partenariat entre les organismes concernés ; faire appel aux organisations professionnelles (comme l Union européenne de radiotélévision ou l Université radiophonique et télévisuelle internationale qui se sont déclarées intéressées à devenir opérateurs), afin de leur confier la mise en oeuvre de cette première phase ; l informer des résultats obtenus à sa 157e session.

6 Annexe ANNEXE PROJET DE CREATION D'UNE BANQUE DE FILMS ET D'UNE BASE DE DONNEES A L'USAGE DES CHAÎNES DE TELEVISION PUBLIQUES DES PAYS EN DEVELOPPEMENT Rapport de synthèse 1. La première étude 1 dégageait l intérêt soulevé par le projet, sans sous-estimer cependant sa complexité du fait de son ambition internationale et muticulturelle. Projet qui ne présentait pas d impossibilités techniques majeures pour sa mise en œuvre, pour peu cependant : (d) (e) qu il soit soutenu et organisé, sans ambiguïté, par et avec la caution morale de l UNESCO ; qu il représente de véritables engagement nationaux liant, dans les pays donateurs, les professionnels de l audiovisuel et les autorités susceptibles de leur donner les moyens complémentaires pour l alimenter ; qu il respecte les législations internationales en vigueur concernant la protection des œuvres 2 et des droits d auteur en général ; qu il se mette en œuvre de façon progressive, pragmatique, et surtout dans une coopération avec les organismes interprofessionnels régionaux et autres ; qu il se dote (et pour une période bien déterminée et sur des estimations qu il restait à affiner) de moyens à la hauteur de ses buts. 2. Dans la deuxième partie de l étude, rien n est venu contredire fondamentalement les précédents constats. Il a été rappelé un certain nombre de points sensibles et reprécisé un certain nombre de données. 2.1 Les droits d auteurs, souci récurrent. Devant la sensibilité du propos, le projet doit bien marquer sa volonté de s inscrire dans le respect du droit d auteur et des droits voisins et la propriété intellectuelle 3, tant par les pays donateurs que par l utilisateur final qui, pour sa part, devra s engager à respecter la propriété et l intégralité des œuvres Voir document 151 EX/INF.6. Bien entendu, le terme de "films" ne pouvait s entendre qu en termes de produits audiovisuels en général, que ce soit sous forme originale de support vidéo ou de pellicule, et non seulement issus du cinéma. Voir Conventions internationales de Berne (1886/1971), de Genève (1952/1971), Rome (1961), Recommandation pour la sauvegarde des images en mouvement (Conférence générale de l'unesco, 21e session, Belgrade, 27 octobre 1980), Directives récentes des Communautés européennes (1991/1997), etc.

7 Annexe - page Banque de programmes : documents d accompagnement. Pour être véritablement utilisable, en dehors de respecter certains critères de sélection, une production doit se présenter techniquement sous des aspects standardisés et surtout être accompagnée des documents en langue véhiculaire internationale nécessaires à sa traduction pour sa diffusion finale en langues locales. Pour beaucoup de "fournisseurs" éventuels, non organisés, cela représente un travail supplémentaire pour lequel ils devront trouver des conseils, des compétences, du temps, et des ressources. Si besoin, le projet devra songer à offrir là des services (en soustraitance), comme des aides à la traduction, la fabrication de descriptifs adaptés, la préparation des dossiers concernant les droits, etc. 2.3 Nature des sources de programmes recensées. Les programmes qui pourraient convenir a priori et dans un premier temps, pour une diffusion générale, relèvent de sources bien catégorisées. Ce sont : (d) (e) certaines télévisions publiques ou centres d archives (surtout dans les pays en transition) détenant de plein droit des documents utilisables mais qui devront trouver des ressources spécifiques pour "internationaliser" leurs documents ; les producteurs privés propriétaires des droits (ou leurs représentants), très organisés, qui vivent de la commercialisation de leurs produits, donc peu enclins à les offrir gratuitement, sauf pour "occuper" le marché ; les organismes spécialisés, acheteurs de droits dans la production nationale pour des diffusions conditionnelles et dont la mission officielle est de répandre dans le monde l image (culturelle et commerciale) du pays à travers son expression audiovisuelle ; des organismes internationaux regroupant dans un but voisin une communauté d échanges de programmes pour un même bassin linguistique ou régional, mais qui pourraient imaginer une extension de leur aire de diffusion, pour peu que leurs tutelles les y encouragent et leur en donnent les moyens ; de grandes institutions, des ONG souvent, des groupes ou des producteurs audiovisuels spécialisés sur une thématique précise : la santé, l environnement, le sport, les droits de l homme, la religion, etc., et dont les produits sont en général disponibles. 2.4 Les offres de produits. Si cela devait suffire pour constituer le projet, il a bien été confirmé, qu un premier fonds crédible de programmes pourrait être rapidement constitué, afin d assurer un démarrage de la banque de programmes envisagée. Encore faudra-t-il s interroger sur la pertinence de quelques-unes de ces offres, les contraintes qu elles imposent et (face aux délais pour obtenir de nouvelles acquisitions), les conditions nécessaires pour entraîner l extension et le renouvellement des dépôts, la manière de les faire connaître et de les diffuser. Ceci suppose d envisager un rôle d animation et de prospection incontournable pour la structure opérationnelle du projet.

8 Annexe - page Base de données : la situation existante. Contre toutes attentes, très peu de catalogues, propres à l audiovisuel, sont accessibles par l'internet par exemple, ou tous autres moyens de liaison informatique pour les productions et les fonds constitués. En ce sens, pour peu qu elle soit appropriée (et reprenne celles qui existent) la création d une base d informations serait déjà une action fort utile pour les programmateurs des chaînes visées 4. Permettant de renseigner sur les ressources, relayant les informations existantes, renvoyant directement sur certains fournisseurs, elle constituerait déjà un avantage considérable dans la connaissance des produits, les échanges possibles entre utilisateurs, la création d un véritable réseau propre au service public ; sans compter sur les développements possibles concernant l information sur les formations, les coproductions éventuelles, les stages envisageables, etc. Base de données techniquement facile à mettre en place pour peu qu une équipe structurée anime le réseau, négocie, prospecte, traduise, vérifie. 2.6 Les attentes. Le but ultime de cette base serait de permettre, dans deux ou plusieurs langues véhiculaires, à des responsables de programmation, de consulter des listes thématiques de produits disponibles, sélectionner des fiches de présentation (et de conditions d obtention) détaillées et éventuellement "passer commande" pour les obtenir selon un mode approprié, avec les documents permettant de les traduire ou de les présenter valablement. Si "l offre de programmes" ne peut trouver qu avantage au regroupement de "catalogues" sous une seule adresse Internet identifiée (diffusée de manière publique ou réservée à un réseau d abonnés), cette création ne se fera pas sans un véritable travail éditorial de la Base : prospection de l information, mise en forme des fiches, traductions, mises à jour, etc. De plus, il n est pas exclu, si cela devait se réaliser, que les responsables de son animation, par le biais de la messagerie électronique, en viennent à des demandes plus spécifiques et joue un véritable rôle de relais d informations sur des programmes plus récents et d autres domaines du service public, au profit des télévisions concernées par le projet. 3. La consultation des organismes de coopération professionnels. Regroupant (à quelques exceptions près) l ensemble des "ententes" professionnelles régionales ou les grands organismes de coopération télévisuelle internationale 5, la réunion a du 30 mars 1998 a permis de connaître les dispositions du secteur public de la télévision face à cette étude, de recueillir les mises en garde et les encouragements de la profession, ainsi que leurs propositions 6. En dehors de son analyse critique, de la validation globale de ses hypothèses, tant professionnelles que prévisionnelles, la réunion a exprimé un grand nombre de conseils qui sont Après s être assuré des conditions informatiques dans lesquelles ils pourraient recevoir et exploiter ces données. Asia Pacific Broadcasting Union (ABU), Arab State Broadcasting Union (ASBU), Commonwealth Broadcasting Association (CBA), Canal France international (CFI), l Association européenne des télévisions régionales (CIRCOM), le Conseil international des radiotélévisions d expression française (CIRTEF), la Direction générale VIII de la Commission européenne (CEE), le Programme international pour le développement de la communication (PIDC), l Union européenne de radiotélévision (EBU/UER), Federal Service of Russia for Television and Radio Broadcasting (FSTR), l Université radiophonique et télévisuelle internationale (URTI), Japan Media Communication Center (JAMCO), l Union des radiodiffusions et télévisions nationales africaines (URTNA). Empêchés pour des raisons techniques : Caribbean Broadcasting Union (CBU) ainsi que Organisation of Television in Ibero America (OTI). Compte rendu de la réunion disponible auprès du Secteur de la communication, de l information et de l informatique.

9 Annexe - page 4 largement repris dans ce document. Cela concerne notamment la progressivité d une mise en place, le respect des droits d auteur, le travail en réseau, etc. Les participants ont insisté pour un démarrage réaliste par la Base de données à laquelle certains sont déjà prêts à collaborer, en fournissant des données et/ou en relayant sa diffusion dans leur propre réseau (URTI, UER, URTNA, ABU, CIRCOM, etc.). En ce qui relève de leur participation active, si la plupart d entre eux accepteraient déjà de travailler au sein d ateliers de mise en place, de servir de relais auprès de leurs membres (URTNA, ASBU, ABU, CBA, CIRCOM, UER, etc.), la plupart des participants désireraient néanmoins connaître "la volonté politique réelle des gouvernements quant au soutien effectif et financier du projet". Ces précisions apportées, l UER se déclarerait concrètement prête "à jouer un rôle moteur" dans le projet. L URTI propose d être l opérateur technique et éditorial du projet. CFI offre, pour sa part, une collaboration technique immédiate en mettant son réseau de diffusion par satellite à la disposition d une expérience pour une durée à préciser ainsi que ses services pour mieux identifier la clientèle "potentielle". Enfin, des souhaits ont été exprimés pour que les sources de financement soient identifiées dès que possible (ASBU, CIRTEF, ABU). A cet égard, le représentant de la Commission européenne a informé la réunion des procédures à respecter, en soulignant que, pour la Commission, les demandes devraient être soumises par les pays concernés. 4. Les estimations financières entreprises. Réalisée par l Université radiophonique et télévisuelle internationale (URTI), une étude juridique, technique et financière a porté sur l hypothèse d une base de données liée, dès sa création, à une banque regroupant l ensemble des productions disponibles. Elle présente les éléments suivants : Estimation Base de données Hypothèse basse (traitement de notices augmentées de 10 % par année suivante) Hypothèse basse (traitement de notices augmentées de 10 % par année suivante) 1re année pleine de fonctionnement 2e année et suivantes 1re année pleine de fonctionnement 2e année et suivantes Frais de personnel (9 p) F F F F Frais opérationnels F F F F Frais généraux F F F F Sous-traitance technique F F F F Sous-total fonctionnement de la Base F F F F Equipements de la Base F F Totaux F F F F

10 Annexe - page 5 Estimation banque de programmes en fonction ajoutée à la Base de données Frais de personnel F F F F Frais opérationnels F F F F Supports F F F F Sous-traitance technique F F F F Sous-traitance traductions F F F F Frais généraux F F F F Sous-total fonctionnement de la banque F F F F Equipements de la banque F F Totaux F F F F N.B. : Estimations en francs français, sur la base de prix pratiqués en France, hors taxes (TVA = 20,36 %) Estimation totale en dollars des Etats-Unis (1 dollar = 6,10 FF) Fonctionnement Base Fonctionnement Banque Equipement Base Equipement Banque Totaux Il restera à ajouter aux estimations de cette partie commune les sommes que les donateurs souhaiteront consacrer dans leurs pays 7. D autres devis sont parvenus et surtout des budgets d organismes comparables existants ont été analysés (CBA, CIRTEF, URTI, etc.) permettant de valider les évaluations avancées en 1997 et Celles-ci pouvant varier dans de grandes proportions, rappelons-le, en fonction des coûts locaux attachés aux droits, comme à ceux de la mise en conformité technique des productions. Dans les faits, il appartiendra aux professionnels des pays concernés d apprécier les coûts techniques spécifiques propres à cette coopération.

11 Annexe - page 6 Sur les mêmes paramètres financiers, une autre estimation a été calculée. Elle porte sur une première année de démarrage avec une équipe de mise en place réduite, telle qu elle figure plus loin dans les recommandations. Année de mise en place du projet (estimations hors taxes, base France dollar des Etats-Unis = 6,10 FF) Frais de personnel (3 p) F Fonctionnement F Sous-traitance informatique F Sous-traitance juridique F Frais généraux F Total fonctionnement F A ce montant s ajoutent évidemment les frais d équipement minimaux : FF soit dollars. 5. En guise de conclusions, les travaux de cette étude de faisabilité ont montré que : nombreux services publics de télévision des pays économiquement les moins avancés cherchent à se procurer (davantage) de productions adaptées à leur programmation dans des conditions satisfaisantes, ce qui devrait leur permettre de se consacrer davantage à la production locale et aussi, par la même occasion, de mieux la faire connaître ; (d) des gisements de programmes appropriés existent (surtout institutionnels ou au sein de coopérations spécifiques) qui pourraient s augmenter de produits spécialement négociés en conséquence par les "donateurs" et préparés pour une diffusion internationale 8 ; certains pays la pratiquent déjà sous forme de relations bilatérales 9 ; d autres réalisent bien l intérêt (sur des fonds nationaux de produits disponibles ou à constituer) de s inscrire dans une action partagée de coopération ; il ne pourra y avoir de banque de programmes sans mettre en place une base de données accessible, neutre et conçue principalement pour renseigner sur ses disponibilités mais aussi pour renvoyer sur les sources existantes, constituer un réseau de circulation de l information et jouer à terme un rôle d agence ; 8 9 Sans que, parfois, cette offre prenne clairement en compte les dotations nécessaires pour l'"internationalisation" de leurs documents et la participation aux frais communs du dispositif. Pour laquelle ils consacrent des sommes importantes, notamment dans la rémunération de leurs auteurs et autres ayants droit.

12 Annexe - page 7 (e) (f) à ce niveau de rapports professionnels aussi éclatés, aussi complexes, rien ne se fera sans l aide, la collaboration étroite des organismes interrégionaux et nationaux existants. Leur adhésion de principe, telle qu exprimée reste une des chances de réussite du projet ; enfin, ce projet s inscrit obligatoirement dans la notion de service public des médias et de sa mission culturelle. En conséquence, les tutelles du projet veilleront à ce qu il se coordonne autant que possible avec d autres programmes portant sur les mêmes objectifs notamment en matière de formation aux droits d auteurs, à la traduction dans l audiovisuel, l aide à l informatisation des services publics de ces pays, etc. Programmes auxquels la Base de données pourrait servir aussi de porte-parole. 6. En fonction de ces remarques, les auteurs de cette étude recommanderaient, au cas où la décision de poursuivre serait prise et le financement du projet assuré : (d) (e) s il pouvait être techniquement abrité par un organisme (nécessairement de vaste compétence internationale), qu il soit bien identifié comme un projet indépendant, parrainé et clair dans ses intentions ; qu il ne cherche pas pour autant à tout recréer mais s appuie sur un maximum de réseaux et les acquis de structures existantes ; que l importance du rôle de la prospection et de l animation (de ce qui va constituer un réseau) ne soit pas sous-estimée tant sur le plan budgétaire qu en matière de recherche de compétences. Qu il s avérera indispensable, notamment, de s assurer du recrutement de personnes qualifiées d origine culturelle appropriée pour l identification des sources, les négociations, etc. ; que la désignation des pays autorisés à recevoir et diffuser soit laissée à l initiative des donateurs pour tout ou partie de leurs mises à disposition, plutôt que sur une liste arrêtée ; que le projet se déroule avec une durée garantie de fonctionnement (d au moins 5 ans) et selon trois phases progressives : 1. une phase constitutive (12 mois) correspondant à : - la mise en place des tutelles ; - le recrutement d un chef de projet et d une équipe minimale de gestion (3/4 agents) ; - la conception, la mise au point et la formalisation des accords entre les institutions tutelles et partenaires du projet ; - l installation physique du projet ; - des prospections pour découvrir de nouvelles sources, mieux identifier les utilisateurs ; - un effort de concertation avec des donateurs et des fournisseurs potentiels pour organiser valablement leur coopération ;

13 Annexe - page 8 - la mise au point éditoriale et technique de la Base de données, le recueil et la mise en forme des premières informations, la mise en réseau ; 2. une période de recueil et de diffusion de l information (18 mois) portant sur : - des recrutements opérationnels complémentaires et l installation de la cellule de coordination du projet ; - la gestion d un stock de produits (isolés) en banque de programmes limitée ; - le fonctionnement de services d aides éventuelles aux fournisseurs : à la traduction, la rédaction de script, la transcription etc. ; 3. une phase de pleine activité de diffusion (30 mois) : - permettant, en fonction des engagements des partenaires, de la prospection et de l appréciation du service rendu, d orienter le service davantage vers un rôle d information sur la production mondiale adaptée aux objectifs ou la fourniture directe d éléments.

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

UNE FENÊTRE OUVERTE SUR LES MÉDIAS DE SERVICE PUBLIC EUROPÉENS

UNE FENÊTRE OUVERTE SUR LES MÉDIAS DE SERVICE PUBLIC EUROPÉENS UNE FENÊTRE OUVERTE SUR LES MÉDIAS DE SERVICE PUBLIC EUROPÉENS LA COMMUNAUTÉ DE MÉDIAS LA PLUS INFLUENTE DU MONDE L UER, qui compte des Membres dans 56 pays d Europe et d alentour, est la plus grande alliance

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Distribution limitée IFAP-2008/COUNCIL.V/3 4 février 2008 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Conseil intergouvernemental du Programme Information

Plus en détail

RÈGLEMENTS FINANCIERS DES COMPTES SPÉCIAUX. Résumé

RÈGLEMENTS FINANCIERS DES COMPTES SPÉCIAUX. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-onzième session 191 EX/30 PARIS, le 25 mars 2013 Original anglais Point 30 de l'ordre du jour provisoire RÈGLEMENTS FINANCIERS DES COMPTES SPÉCIAUX Résumé Conformément

Plus en détail

72f. Établir la liste des dépenses et les chiffrer. Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel

72f. Établir la liste des dépenses et les chiffrer. Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel Établir un budget est une étape indispensable pour aborder sereinement un projet et rechercher des soutiens financiers auprès de partenaires privés et publics.

Plus en détail

ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs

ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21. Conseil économique et social. Nations Unies. Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.15/AC.1/2015/21 Distr. générale 9 janvier 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Groupe

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République

Plus en détail

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC)

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Considérations stratégiques et objectifs 1. L objet du Fonds international pour la diversité

Plus en détail

Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015

Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015 Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015 Table des matières Introduction... 1 Services de plafonnement et d échange... 2 Système de

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger DOCUMENT PROJET Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger Synthèse de l étude Réunion CPU du 18 juin 2009 Membre du réseau Ernst & Young Global Limited Les

Plus en détail

MOBILITE INTERNATIONALE

MOBILITE INTERNATIONALE MOBILITE INTERNATIONALE 1. ORGANIGRAMME Anne France Malvache (Directrice de l ISTC) : anne france.malvache@istc.fr Olivier Garnier (Directeur des études et Relations Internationales) : olivier.garnier@istc.fr

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Politique des stages. Direction des études

Politique des stages. Direction des études Direction des études Service des programmes et de la réussite scolaire Politique des stages Recommandée par la Commission des études du 6 décembre 2011 Adoptée par le conseil d administration du 15 mai

Plus en détail

RÔLE DU MÉCANISME DE CENTRE D ÉCHANGE EN VUE DE FACILITER ET DE PROMOUVOIR LA COOPÉRATION TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

RÔLE DU MÉCANISME DE CENTRE D ÉCHANGE EN VUE DE FACILITER ET DE PROMOUVOIR LA COOPÉRATION TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT CBD CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/COP/3/4 Le 18 septembre 1996 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE Troisième

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section J Division 60 60 PROGRAMMATION ET DIFFUSION Cette division comprend les activités d édition de chaines

Plus en détail

ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES

ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES Direction des garanties publiques ASSURANCE PROSPECTION - GLOSSAIRE DES DÉPENSES Sont garanties en assurance prospection les dépenses nouvelles, non récurrentes, par opposition aux dépenses engagées régulièrement

Plus en détail

MOBILISATION DES RESSOURCES

MOBILISATION DES RESSOURCES Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education MOBILISATION DES RESSOURCES Mini Guide pratique pour le ROCARE Ce guide est conçu et diffusé par le Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

CONTRAT TYPE DE CESSION DE DROITS D AUTEUR

CONTRAT TYPE DE CESSION DE DROITS D AUTEUR CONTRAT TYPE DE CESSION DE DROITS D AUTEUR ENTRE LES SOUSSIGNES : L'AGENCE XXX dont le siège est situé représentée aux fins des présentes par CI-APRES DENOMMEE : " L'Agence" D'une part, ET : «NOM» Photographe,

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques

Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques F MM/LD/WG/13/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques Treizième session

Plus en détail

Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution

Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution Strasbourg, le 02/04/2015 Règles 2015-2016 - Programme de soutien à la distribution Introduction Le programme de soutien à la distribution a pour objectif de renforcer la distribution des films européens

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L OMPI OMPI WO/GA/24/4 Rev. ORIGINAL : anglais DATE : 19 juillet 1999 F ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L OMPI Vingt-quatrième session (14 e session ordinaire)

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale

Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale SOIXANTE-CINQUIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A65/35 Point 18.2 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2012 Rapport de la Commission de la Fonction publique internationale Rapport du Secrétariat 1.

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance

P RO - enfance. Plateforme Romande pour l accueil de l enfance P RO - enfance Plateforme Romande pour l accueil de l enfance Rapport de la phase d analyse 1. Résumé Le présent document contient la description du déroulement et des résultats de la phase d analyse des

Plus en détail

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire

11 114 annexe 1. Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire Appel à projets «Circuits alimentaires de proximité et de qualité» de la Région des Pays de la Loire 1. Contexte et objectifs visés par l appel à projets Menée dans le cadre du Schéma Régional de l Economie

Plus en détail

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

FICHE METIER. «Directeur de production» APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Directeur de production activité 1 APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Le directeur de production assume les responsabilités de la préparation, de la gestion budgétaire et du bon déroulement

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE CONSIDÉRANT les réels problèmes d accessibilité aux services

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/ENERGY/GE.5/2007/3 13 août 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE L ÉNERGIE DURABLE Groupe spécial

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

Huitième session. Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous

Huitième session. Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous IFAP-2014/COUNCIL.VIII/Inf.10 Paris, le 27 mars 2014 Original anglais Distribution limitée Huitième session Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous 19-20 mai 2014 Maison de l UNESCO,

Plus en détail

Sommaire. Préambule. Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité

Sommaire. Préambule. Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité Sommaire Préambule I Les objectifs Professionnalisme Compréhension et disponibilité Anticipation et développement Personnalisation Réactivité II La stratégie : définition des messages et des cibles Professionnalisme

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence

PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION 2014 : Appel à propositions et termes de référence Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education Educational Research Network for West and Central Africa PROGRAMME ROCARE DES SUBVENTIONS POUR LA REHCERCHE EN EDUCATION, 9 ième EDITION OU EDITION

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

développement innovation

développement innovation phases d un projet de recherche développement innovation Programme, projet et opération Programme : un ensemble de projets concourant à un même objectif. Projet : un ensemble finalisé d activités et d

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA COMMANDE PUBLIQUE Article 1 Lorsque les marchés publics de fournitures, services et travaux sont d un montant inférieur au seuil de 230 000 euros HT, l autorité adjudicatrice

Plus en détail

Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008

Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008 ACTIONS EN MATIÈRE D'INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES DU MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Synthèse de la CNCH du 19 juin 2008 LE CONTEXTE La Commission nationale Culture-Handicap La

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

Coface et les soutiens publics à l Exportation

Coface et les soutiens publics à l Exportation Coface et les soutiens publics à l Exportation LES OPPORTUNITES D AFFAIRES AUX EMIRATS ARABES UNIS Financer sa démarche de prospection, Son projet export. 16 décembre 2014 / Saint Denis de La Réunion Les

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

> LE CONTRAT DE COPRODUCTION

> LE CONTRAT DE COPRODUCTION CENTRE NATIONAL DE LA DANSE > Département des métiers > LE CONTRAT DE COPRODUCTION Centre national de la danse Département des métiers 1 rue Victor Hugo 93507 Pantin cedex Le contrat de coproduction, l

Plus en détail

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP

INGENIERIE ET DEPLOIEMENT DE RESEAUX COMPLEXES WiMAX - INTERNET - VoIP PRESENTATION DE LA PROBLEMATIQUE Dans le cadre de la dérégulation des télécommunications d un pays Africain, un industriel Européen s appuyant sur sa filiale basée dans ce pays, souhaite devenir «ISP»

Plus en détail

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier

Notre offre de service : un accompagnement par des experts sur l ensemble des problématiques liées au diagnostic financier SANTE Diagnostic financier et aide à l élaboration d un plan de redressement Comment s approprier la démarche de diagnostic? Les enjeux Depuis la mise en place de la T2A, les établissements de santé sont

Plus en détail

l accès aux données médicales partout en Europe

l accès aux données médicales partout en Europe l accès aux données médicales partout en Europe En 2011, la directive européenne 1 «relative à l application des droits des patients en matière de soins de santé transfrontaliers» a identifié la nécessité

Plus en détail

Avis de consultation

Avis de consultation Avis de consultation Introduction Conformément aux traités de l UE, les décisions relatives à la politique commerciale sont prises au niveau de l UE. Les représentants des gouvernements des États membres

Plus en détail

REGLEMENT BOURSE PROJET JEUNE

REGLEMENT BOURSE PROJET JEUNE REGLEMENT BOURSE PROJET JEUNE Afin de vous aider à réaliser vos aspirations et à concrétiser vos projets, le CCAS du Touvet vous accompagne avec le dispositif «Bourse Projet Jeune». Les objectifs de la

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

WP Promotion No. 8/06

WP Promotion No. 8/06 WP Promotion No. 8/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 22 septembre 2006 Original : portugais

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Guide du porteur de projet

Guide du porteur de projet infos : 0810 18 18 18 Union européenne Fonds Social Européen Guide du porteur de projet Mesure «appui aux microprojets associatifs» FSE 4.2.3 en Ile-de-France Cette action est soutenue par le Fonds social

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Sommaire analytique. Livre I - Clausier. Agent... I.120 Arbitrage... I.140 Attribution de compétence... I.160 Back-up... I.180

Sommaire analytique. Livre I - Clausier. Agent... I.120 Arbitrage... I.140 Attribution de compétence... I.160 Back-up... I.180 Sommaire analytique Livre I - Clausier Numéro des dossiers PARTIE 1 A B Agent............................................................................................ I.120 Arbitrage........................................................................................

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010

PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION. Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 PUBLICITÉ ET CRÉDIT À LA CONSOMMATION Les modifications apportées par la Loi du 1 er juillet 2010 La Directive «crédit à la consommation» du 23 avril 2008 a été transposée par la loi n 2010-737 du 1 er

Plus en détail

Plan de développement de la validation des acquis de l expérience

Plan de développement de la validation des acquis de l expérience Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère délégué à l emploi, au travail et à l insertion professionnelle des jeunes Plan de développement de la validation des acquis de l

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

LE COURTAGE D ASSURANCE

LE COURTAGE D ASSURANCE Programme 1ère conférence : l éthique du courtier 2ème conférence : la profession du courtier Courtage et environnement concurrentiel Le cadre de l activité L activité La responsabilité des courtiers d

Plus en détail

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE

GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE GUIDE DE STAGE EN ENTREPRISE TABLE DES MATIÈRES Alternance travail-études au niveau collégial... 5 Rôles et responsabilités de chacun... 6 Avantages de l alternance travail-études... 7 Situations particulières...

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET 25 (SE 2014) N 2 25 (SE 2014) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET visant à créer un «Explorateur de droits», outil d aide à l information sur tous les droits des citoyens

Plus en détail

Programme Bourses Diversité et Réussite

Programme Bourses Diversité et Réussite Donner à chacun les meilleures chances de réussir Programme Bourses Diversité et Réussite La Fondation INSA de Lyon Ensemble développons notre vocation L INSA de Lyon tire sa force de l intégration de

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux

Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Planification, performance et qualité Guide d élaboration des cadres de gestion des banques de données et de matériel biologique constituées à des fins de recherche Unité de l Éthique Octobre 2012 Rédaction

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier

Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Cession en garantie d un contrat d assurance vie détenu par un particulier Introduction L assurance vie cédée en garantie d un prêt est une stratégie de planification financière qui utilise la valeur de

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD

AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AGENCE DE PLANIFICATION ET DE COORDINATION DU NEPAD AVIS DE RECRUTEMENT: CHEF DE BUREAU RÉGIONAL, RÉSEAU AFRICAIN D EXPERTISE EN BIOSÉCURITÉ (ABNE) NO.VA/NPCA/22 L Union Africaine (UA), créée en tant qu

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE

TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE TERMES DE REFERENCE DE L AUDIT DU PROGRAMME DE VENTES ANTICIPEES A LA MOYENNE 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Depuis la campagne 2012-2013, l Etat de Côte d Ivoire a engagé une réforme de la filière café-cacao

Plus en détail

Règlement Intérieur 2015 Défi Lor

Règlement Intérieur 2015 Défi Lor Règlement Intérieur 2015 Défi Lor 1 Préambule Depuis 10 ans, la situation de la jeunesse française s est aggravée. A la fracture sociale, s ajoute désormais une fracture territoriale et à court terme une

Plus en détail

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL :

LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : LES ORGANISMES DE BIENFAISANCE, LES CITOYENS ET LE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : UN PARTENARIAT POUR BÂTIR DES COLLECTIVITÉS PLUS FORTES, PLUS PROSPÈRES ET PLUS DYNAMIQUES Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine

Plus en détail

ÉTUDE DE L ARUCC ET DU CPCAT SUR LES NORMES EN MATIÈRE DE RELEVÉS DE NOTES ET DE NOMENCLATURE DES TRANSFERTS DE CRÉDITS

ÉTUDE DE L ARUCC ET DU CPCAT SUR LES NORMES EN MATIÈRE DE RELEVÉS DE NOTES ET DE NOMENCLATURE DES TRANSFERTS DE CRÉDITS SOMMAIRE ÉTUDE DE L ARUCC ET DU CPCAT SUR LES NORMES EN MATIÈRE DE RELEVÉS DE NOTES ET DE NOMENCLATURE DES TRANSFERTS DE CRÉDITS Examen des pratiques actuelles des établissements postsecondaires canadiens

Plus en détail