CIRCUIT DU MALADE DANS LE PSORIASIS. Marie Beylot-Barry Michel Le Maître

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CIRCUIT DU MALADE DANS LE PSORIASIS. Marie Beylot-Barry Michel Le Maître"

Transcription

1 CIRCUIT DU MALADE DANS LE PSORIASIS Marie Beylot-Barry Michel Le Maître

2 Patrick R 45 ans Psoriasis depuis l âge de 25 ans A eu des traitements locaux multiples > 250 séances de PUVA et UVB Essai de Soriatane mal toléré et peu efficace il y a 5 ans

3 Il est adressé en consultation à l hôpital

4 Je te ré adresse le patient

5 Le médecin traitant lui propose d être vacciné contre la grippe mais ne sait pas si il peut le faire

6 CIRCUIT DU MALADE DANS LE PSORIASIS Marie Beylot-Barry Michel Le Maître

7 Le Psoriasis : la prise en charge doit être partagée La relation ville hôpital s est déjà modifiée dans la prise en charge du mélanome (plan cancer) : RCP, naissance des réseaux Psoriasis Ciclosporine, biothérapies : obligation d une prescription initiale à l hôpital suivi possible en ville avec consultation obligatoire à l hôpital une fois par an si le traitement est poursuivi. prise en charge partagée Renforcement de la relation ville/hôpital Avantage pour le patient Bon pour notre spécialité

8 Dans la réalité quotidienne, plusieurs situations existent Le dermatologue libéral peut ne pas souhaiter s impliquer dans le suivi d un traitement systémique, et confie la prise en charge totale de son patient à l hôpital Un patient peut être inclus dans un essai clinique ce qui nécessite son suivi hospitalier exclusif La prise en charge partagée peut échouer : mauvaise coordination ville/hôpital, demande du patient d un suivi hospitalier etc.

9 Quels sont les points clés d une réussite de la prise en charge partagée? La bonne connaissance par le dermatologue libéral du suivi des patients sous ciclosporine et biothérapie : indications contre-indications, effets secondaires, précautions d emploi, signes cliniques et biologiques d alerte, vaccins contre-indiqués, autorisés ou recommandés, conduite à tenir en cas de grossesse, d intervention chirurgicale, de séjour à l étranger

10 Quels points clés d une réussite de la prise en charge partagée? Une bonne interface ville/ hôpital : Un référent hospitalier identifié et accessible Une communication optimale avec : un courrier détaillé confié au patient pour le correspondant hospitalier : en retour un courrier détaillé du correspondant hospitalier

11 Quels sont les éléments indispensables des courriers d échange? Courrier au correspondant hospitalier Histoire de la maladie Tts systémiques suivis posologie, dose cumulée, nbre cumulé de séances de photothérapie tolérance, effets secondaires, efficacité Arguments décisionnels du ttt par ciclosporine ou par biothérapie Réponse du correspondant hospitalier Ttt systémique (biothérapie, ciclosporine) retenu et justification de ce choix, posologie, durée prévisible Eléments du suivi clinique et biologique Effets secondaires qui doivent alerter

12 Quels points clés d une réussite de la prise en charge partagée? Les choix du correspondant hospitalier peuvent être différents de ceux proposés par le dermatologue libéral raisons cliniques modification de l acceptation du patient après complément d information, décision de l inclusion dans un essai clinique. Une récusation ou un choix différent doit être expliqué au patient et au dermatologue libéral. Indispensable pour l harmonie et la confiance de la relation praticiens/dermatologue/patient

13 Les points potentiellement difficiles de la prise en charge partagée La responsabilité d un traitement prescrit ne se partage pas dermatologue hospitalier responsable jusqu à la consultation de suivi dermatologue libéral responsable dès le renouvellement du médicament La gestion des incidents et des effets secondaires nécessitent : une facilité pour joindre un référent hospitalier une disponibilité du dermatologue libéral pour répondre à son patient ou au médecin généraliste.

14 Les points potentiellement difficiles de la prise en charge partagée Le médecin traitant est souvent le premier recours pour l'identification des effets indésirables des traitements : fièvre, dyspnée, manifestations cutanées. Son information doit être complète et il doit recevoir le double des courriers. En cas d incident ou d effets secondaires le patient doit savoir à qui s adresser.

15 Etapes du parcours Médecin traitant Information Dermatologue Libéral Éligibilité du patient Ttt antérieurs Évaluer : Gravité, QdV Contre-indication Information du patient «négociation» Décision d une biothérapie Renouvellement Suivi Dermatologue Hospitalier Evaluation Vérification de l éligibilité Réalisation du bilan pré thérapeutique 1 ère prescription Information Education thérapeutique

16 Comment optimiser la prise charge partagée? Développement Professionnel Continu (DPC) Création d outils d interfaces (livret de suivi, plaquettes d information patient et médecins) et d outils multimédia d information des patients et des médecins : site web fournissant des réponses à des questions fréquemment posées, permettant l interrogation d experts Mise en place de «Hotline» Elaboration de recommandations pour la pratique, de guidelines M. Beylot-Barry Psoriasis Aquitaine : un site pour échanger les informations Le concours médical 2010 ; 132 :

17 Quelles sont les recommandations et guidelines existantes? Deux recommandations (2009) Recommandations européennes* European Dermatology Forum (EDF) European Academy of Dermatology and Venereology (EADV) International Psoriasis Council (IPC). Recommandations anglaises** British Association of Dermatologists (BAD) Groupe Psoriasis de la SFD : élaboration de fiche pratique (travail en cours) *Pathirana D et al. European S3-Guidelines on the systemic treatment of psoriasis vulgaris. J Eur Acad Dermatol Venereol 2009, Oct; 23 (Suppl. 2) : 5-70 **Smith CH et al. British Association of Dermatologists guidelines for biologic interventions for psoriasis Br J Dermatol 2009, Nov;161:

18 Formaliser la prise en charge partagée : Les réseaux de soins (Loi du 4 mars 2002) Objectifs favoriser l accès aux soins, la coordination, la continuité, l interdisciplinarité des prises en charge assurent une prise en charge adaptée aux besoins du patient (prévention, éducation thérapeutique, diagnostic, soins) procèdent à des actions d évaluation : qualité et service des prestations et permettent d harmoniser les pratiques. Références Anaes - Réseaux de santé - Guide d évaluation - juillet les réseaux de santé juin 2006 Varroud-Vial M. et al. Réseaux de santé diabète 2005 ; 712 :

19 Formaliser la prise en charge partagée : Les réseaux de soins (Loi du 4 mars 2002) Acteurs Outils Professionnels, partie prenante de la prise en charge du patient : hospitalier, libéraux spécialistes et généralistes, infirmières etc.. Référentiels de réseau, Fiches de suivi, Fiches des effets secondaires fréquents, conduites à tenir Moyens de communication (Mail, Fax, Téléphone) Actions de formation pour les professionnels intervenants du réseau

20 Formaliser la prise en charge partagée : Les réseaux de soins (Loi du 4 mars 2002) Statut juridique, Permettent de recevoir des fonds. Type de statut : groupements de coopération sanitaire (GCS), groupements d intérêt économiques (GIE), groupements d intérêt public (GIP) associations.

21 Objectifs Organisationnel Première consultation Courrier retour Consultations de suivi Gestion des problèmes (effets secondaires) Information des patients, Education thérapeutique Formation : MG, infirmière Dermatologue hospitalier Patient Fiches pratiques Téléphone Internet Fax Dermatologue libéral Médecin généraliste

22 Les Biothérapies sont une raison (de plus) d optimiser la relation ville/hôpital Pour le plus grand bien de la Dermatologie

Programme personnalisé de soins (PPS)

Programme personnalisé de soins (PPS) Programme personnalisé de soins (PPS) FÉVRIER 2012 Définition et objectifs Le PPS est un outil opérationnel proposé aux professionnels de santé pour organiser et planifier le parcours de soins des personnes

Plus en détail

«LES ULCERES QUELLE PLAIE!!! Diagnostics et Prise en Charge»

«LES ULCERES QUELLE PLAIE!!! Diagnostics et Prise en Charge» DOSSIER PEDAGOGIQUE «LES ULCERES QUELLE PLAIE!!! Diagnostics et Prise en Charge» Aix-en-Provence 9 JUIN 2012 Responsable du Projet : Sophia BEN SEDRINE Médecin Vasculaire L Esplanade C 83 140 Six-Fours

Plus en détail

Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt 59777 EURALILLE - 03.62.72.77.00 Site Internet : http://ars.nordpasdecalais.sante.fr

Adresse postale : 556 avenue Willy Brandt 59777 EURALILLE - 03.62.72.77.00 Site Internet : http://ars.nordpasdecalais.sante.fr Recommandations pour l identification de consultations interdisciplinaires d évaluation oncogériatrique en hôpital de jour dans le cadre des missions régionales de l UCOG et des filières gériatriques.

Plus en détail

vous accompagner MSA Gironde La Prévention Edition 2016 Quelles actions? Pour qui? www.msa33.fr

vous accompagner MSA Gironde La Prévention Edition 2016 Quelles actions? Pour qui? www.msa33.fr vous accompagner MSA Gironde La Prévention Edition 2016 Quelles actions? Pour qui? www.msa33.fr La PRÉVENTION Un enjeu majeur pour la Santé des assurés agricoles et leur famille Le programme de prévention

Plus en détail

Spécificités de l observance des traitements topiques. Dermatologie

Spécificités de l observance des traitements topiques. Dermatologie Spécificités de l observance des traitements topiques Dermatologie L OBSERVANCE THÉRAPEUTIQUE Plusieurs facteurs liés au traitement topique interviennent dans l observance thérapeutique (1) L observance

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

EXEMPLAIRE D INFORMATION

EXEMPLAIRE D INFORMATION Nom et prénom de l étudiant : PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT EN MASSO-KINESITHERAPIE EXEMPLAIRE D INFORMATION Référent Stage de l IFMK : Nom ENSEIGNANT Tél 03 83 51 83 33 email enseignant@kine-nancy.eu PROMOTION

Plus en détail

LE BON USAGE DU MEDICAMENT

LE BON USAGE DU MEDICAMENT LE BON USAGE DU MEDICAMENT L optimisation du rapport bénéfice risque des médicaments La minimisation du risque thérapeutique pour le patient. Une meilleure allocation des ressources disponibles Reposent

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES AVC ACC : délais de prise en charge pluriprofessionnelle de l AVC (ACC2 AVCdélais pec) Préambule

PRISE EN CHARGE DES AVC ACC : délais de prise en charge pluriprofessionnelle de l AVC (ACC2 AVCdélais pec) Préambule PRISE EN CHARGE DES AVC ACC : délais de prise en charge pluriprofessionnelle de l AVC Préambule Ce document est issu des audits cliniques réalisés en 2005 lors de l élaboration des référentiels : «prise

Plus en détail

SÉCURISATION DU CIRCUIT DU MÉDICAMENT en SSR, SLD et EHPAD.

SÉCURISATION DU CIRCUIT DU MÉDICAMENT en SSR, SLD et EHPAD. Strasbourg les 25 et 26 mai 2010. SÉCURISATION DU CIRCUIT DU MÉDICAMENT en SSR, SLD et EHPAD. Pascal Barreau Préparateur en pharmacie hospitalière Technicien supérieur Hospitalier Hôpital des collines

Plus en détail

Lutte contre la iatrogénie médicamenteuse en EHPAD : De nouveaux outils

Lutte contre la iatrogénie médicamenteuse en EHPAD : De nouveaux outils Lutte contre la iatrogénie médicamenteuse en EHPAD : De nouveaux outils 3 e journée Hygiène et gestion des risques en EHPAD ARLIN Pays de la Loire 1 Dr Elise Rochais 9 octobre 2014, Angers Unité de F.

Plus en détail

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique

SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences. I- Conduite d un examen psychiatrique ACTIVITES Référentiel métier SAVOIR FAIRE Référentiel de compétences CONNAISSANCES Référentiel de connaissances et formations de base à acquérir I- Conduite d un entretien psychiatrique à visée diagnostique

Plus en détail

Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles

Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles Retour sur les autres travaux de l ASIP Santé : UNR, HAD et maisons de santé pluri-professionnelles Les Rencontres Inter-Régionales de l'asip Santé Jeudi 10 février 2011 Introduction L existence du SI

Plus en détail

Point d information du GT UAM/RAM sur l intendance des antimicrobiens chez les animaux destinés à l alimentation au Canada Forum 2016

Point d information du GT UAM/RAM sur l intendance des antimicrobiens chez les animaux destinés à l alimentation au Canada Forum 2016 Point d information du GT UAM/RAM sur l intendance des antimicrobiens chez les animaux destinés à l alimentation au Canada Forum 2016 Qu est-ce que l intendance des antimicrobiens? Maintenir l efficacité

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2015-2016 Alexandra CURT - Claire EMERIT - Estelle GARCIA Formatrices Sylvie CLARY - Directrice L équipe

Plus en détail

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique

Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Intérêt d un réseau de santé dans le parcours de soins d un patient atteint d une maladie chronique Brigitte GALAUP Pascale LESTIEU Réseau RELIENCE SOMMAIRE Présentation du réseau L orientation maladie

Plus en détail

santé Aquitaine Dijon, les 27 et 28 septembre 2006 Noëlle Saint Upery

santé Aquitaine Dijon, les 27 et 28 septembre 2006 Noëlle Saint Upery Présentation TélésantT santé Aquitaine Colloque Santé,, Systèmes d Informationd et TélémédecineT Dijon, les 27 et 28 septembre 2006 Noëlle Saint Upery Sommaire Historique Objectifs Principales missions

Plus en détail

Actualités du RRC ONCAUVERGNE

Actualités du RRC ONCAUVERGNE Actualités du RRC ONCAUVERGNE 17 Mars 2015 Professeur Jacques-Olivier BAY Président du RRC ONCAUVERGNE Organisation des soins Coordination des soins en cancérologie Le pré requis indispensable à la qualité

Plus en détail

Le traitement du cancer. dans les établissements de santé en France en 2010

Le traitement du cancer. dans les établissements de santé en France en 2010 2009 2013 Mesure 19 SOINS ET vie des malades Le traitement du cancer mars 2010 dans les établissements de santé en France en 2010 868 établissements de santé sont désormais autorisés à traiter les malades

Plus en détail

Exemple d un nouveau mode de prise en charge du patient diabétique de type 1: La Solution Diabeo

Exemple d un nouveau mode de prise en charge du patient diabétique de type 1: La Solution Diabeo Santé connectée Exemple d un nouveau mode de prise en charge du patient diabétique de type 1: La Solution Diabeo Journées franco-suisses de pharmacie hospitalière Berne, le 2/12/2016 Véronique HUBER, Sanofi

Plus en détail

Formulaire de consentement et procédure de consentement* Aptitude du ou des investigateurs (dont les CV)

Formulaire de consentement et procédure de consentement* Aptitude du ou des investigateurs (dont les CV) Comité de Protection des Personnes Catégorie de recherche : REGION I.. Numèro CPP de la recherche : Un protocole du promoteur x adresse., présenté par le Dr, Service de.., CHU de. N identification : 2015-..

Plus en détail

Anthony BENDER Masseur Kinésithérapeute D.E. Master IRHPM année Suiveur universitaire : Professeur Frédéric TELLIEZ Université de Picardie

Anthony BENDER Masseur Kinésithérapeute D.E. Master IRHPM année Suiveur universitaire : Professeur Frédéric TELLIEZ Université de Picardie Anthony BENDER Masseur Kinésithérapeute D.E. Master IRHPM année 2012 2013 Suiveur universitaire : Professeur Frédéric TELLIEZ Université de Picardie Tuteur de stage : Monsieur Bruno PIERRE Respicard !

Plus en détail

PARTENARIAT RCA - CCECQA

PARTENARIAT RCA - CCECQA PARTENARIAT RCA - CCECQA Illustration avec le projet régional EVADA Sandrine Domecq, sandrine.domecq@ccecqa.asso.fr Dr Laurence Digue, ldigue@canceraquitaine.org Rencontre annuelle du réseau Onco Poitou-Charentes

Plus en détail

Les informations obligatoires d'un compte-rendu d'imagerie. Dr Hervé LECLET. Santopta

Les informations obligatoires d'un compte-rendu d'imagerie. Dr Hervé LECLET. Santopta Les informations obligatoires d'un compte-rendu d'imagerie Dr Hervé LECLET Publié dans : Labelix, lettre d information trimestrielle n 9 octobre 2009 Le critère 2.7.2 du référentiel de labellisation des

Plus en détail

«Comment je traite un psoriasis du visage chez l adulte et chez l enfant?»

«Comment je traite un psoriasis du visage chez l adulte et chez l enfant?» «Comment je traite un psoriasis du visage chez l adulte et chez l enfant?» Michel Le Maître Merci à Aurélie Acher, Sébastien Barbarot, Florence Corgibet Mathilde Kémula, Emmanuel Mahé pour leur précieuse

Plus en détail

Le guichet innovation. Guide à l attention des porteurs de projet

Le guichet innovation. Guide à l attention des porteurs de projet Le guichet innovation Guide à l attention des porteurs de projet 1 L ANSM et l innovation 2 2 Avant de contacter l ANSM 2 3 Quand contacter l ANSM 3 4 Comment contacter l ANSM 3 5 Les critères 3 6 Les

Plus en détail

Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD. Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer

Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD. Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer Améliorer la qualité de la prise en charge des personnes âgées en EHPAD Maîtrise de la iatrogénie des neuroleptiques dans la maladie d Alzheimer La mise en œuvre du plan Alzheimer dans la région Le diagnostic

Plus en détail

AMÉLIORATION DE LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ FRANÇAIS : DÉMARCHE ET OUTILS

AMÉLIORATION DE LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ FRANÇAIS : DÉMARCHE ET OUTILS AMÉLIORATION DE LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE SANTÉ FRANÇAIS : DÉMARCHE ET OUTILS Hôpital de demain : quelles perspectives Venise, 3 décembre 2010 www.anap.fr Agence Nationale d Appui à la Performance des

Plus en détail

La technologie au service du succès Nouveau système de thérapie UV 7002

La technologie au service du succès Nouveau système de thérapie UV 7002 INFORMATION PRESSE La technologie au service du succès Nouveau système de thérapie UV 7002 Waldmann Technique Médicale, leader mondial en appareil de photothérapie, a présenté son nouvel appareil UV 7002

Plus en détail

Plan Cancer. Circulaire d organisation des soins en cancérologie. Place du réseau ONCOLOR

Plan Cancer. Circulaire d organisation des soins en cancérologie. Place du réseau ONCOLOR Plan Cancer Circulaire d organisation des soins en cancérologie Place du réseau ONCOLOR Les principes d une d prise en charge de qualité! Un accès rapide au diagnostic! L information du patient et son

Plus en détail

DAS. Qualité et sécurité des soins: dimensions managériales. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i. 2 septembre 2015 15 juillet 2016

DAS. Qualité et sécurité des soins: dimensions managériales. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i. 2 septembre 2015 15 juillet 2016 DAS Diplôme de formation continue Diploma of Advanced Studies Qualité et sécurité des soins: dimensions managériales 2 septembre 2015 15 juillet 2016 f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i FACULTÉ

Plus en détail

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO

Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Expérimentation de la télémédecine dans le parcours de soins : TéO Dr RAISON Dr MEZGHANI La Télémédecine permet Pratique médicale complémentaire d établir un diagnostic, d assurer un suivi à visée préventive

Plus en détail

La Plateforme régionale de Télémédecine. GCS e-santé Pays de la Loire 1

La Plateforme régionale de Télémédecine. GCS e-santé Pays de la Loire 1 La Plateforme régionale de Télémédecine GCS e-santé Pays de la Loire 1 Introduction L ARS Pays de la Loire a chargé le GCS e-santé Pays de la Loire, porteur de l Espace Numérique Régional de Santé (ENRS),

Plus en détail

Programme d Assistance Voyageurs Groupe BNP Paribas Numéro d Adhérent 15AMMS000116

Programme d Assistance Voyageurs Groupe BNP Paribas Numéro d Adhérent 15AMMS000116 Programme d Assistance Voyageurs Groupe BNP Paribas Numéro d Adhérent 15AMMS000116 Le programme d Assistance aux voyageurs du Groupe BNP Paribas est souscrit auprès de : L assisteur International SOS pour

Plus en détail

Equipe Mobile Croix-Rouge Française «Bel Air» 37390 La Membrolle-sur-Choisille. Livret d accueil

Equipe Mobile Croix-Rouge Française «Bel Air» 37390 La Membrolle-sur-Choisille. Livret d accueil Equipe Mobile Croix-Rouge Française «Bel Air» 37390 La Membrolle-sur-Choisille Livret d accueil Livret d accueil Equipe Mobile 1 Livret d accueil Sommaire Introduction ----------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011

ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011 ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011 ACTIONS EN ETABLISSEMENT DE SANTE POUR AMELIORER LE BON USAGE DES AVK Contexte : En France au moins 600

Plus en détail

Optimisation du recrutement des études à l IFM

Optimisation du recrutement des études à l IFM Optimisation du recrutement des études à l IFM Intergroupe Francophone du Myélome L IFM L IFM (Intergroupe Francophone du Myélome) créé en 1994 et renforcé en 2009 avec la fusion avec le MAG Regroupe des

Plus en détail

en France, qui peut en faire quoi?

en France, qui peut en faire quoi? Données de Santé : en France, qui peut en faire quoi? n 1 PLAN 1/ Les données de santé Qu est est-ce que c est c? 2/ Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 3/ L utilisation L des données

Plus en détail

Activité de soins de traitement du cancer. Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie

Activité de soins de traitement du cancer. Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie Activité de soins de traitement du cancer Convention pour les établissements dits «associés» en chimiothérapie Préambule : L activité de soins «Traitement du cancer» par chimiothérapie est soumise à autorisation,

Plus en détail

Association Réseau de Chirurgie Pédiatrique

Association Réseau de Chirurgie Pédiatrique Réseau de Chirurgie Pédiatrique Midi-Pyrénées 37 allées Jules Guesde 31000 Toulouse A Toulouse, le 12 novembre 2013 Objet : Formations 2014 Madame, Monsieur, Le réseau de chirurgie pédiatrique de Midi-Pyrénées

Plus en détail

LES PRESTATIONS DANS LE CADRE DE PAERPA

LES PRESTATIONS DANS LE CADRE DE PAERPA LES PRESTATIONS DANS LE CADRE DE : le projet en quelques mots La CTA : Coordination Territoriale d Appui Les dispositifs supplémentaires Pilulier électronique Activité Physique Adaptée Interventions d

Plus en détail

ViaTrajectoire EHPAD. Création d un dossier d inscription par l Usager

ViaTrajectoire EHPAD. Création d un dossier d inscription par l Usager ViaTrajectoire EHPAD Création d un dossier d inscription par l Usager Qu est ce que ViaTrajectoire ViaTrajectoire est un outil Web accessible de n importe quel navigateur et moteur de recherche. Il est

Plus en détail

Enquête Régionale «Accès à l information aux Soins Oncologiques de Support (SOS)» Nord Pas-de-Calais 2015

Enquête Régionale «Accès à l information aux Soins Oncologiques de Support (SOS)» Nord Pas-de-Calais 2015 Enquête Régionale «Accès à l information aux Soins Oncologiques de Support (SOS)» Nord Pas-de-Calais 2015 Contexte : Contexte national «élargir l approche du soin en accordant une place systématique aux

Plus en détail

Communication sur le donneur vivant. Plan d actions

Communication sur le donneur vivant. Plan d actions Communication sur le donneur vivant Plan d actions 2010-2012 Constats Une étude identifiant des freins à l activité donneur vivant du côté des professionnels, des patients et des donneurs. Un axe de travail

Plus en détail

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B

Le patient traceur. Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé. Août 2014 ACC01_F205_B Le patient traceur Une méthode d évaluation de la réalité de l activité des établissements de santé Août 2014 ACC01_F205_B 1 La méthode du patient traceur Définition Méthode d évaluation et d amélioration

Plus en détail

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi

Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Programme d Education thérapeutique du Patient atteint de cancer et recevant un traitement oral (Chimiothérapie ou thérapeutique Ciblée) PEPCCi Accompagnement : Ed Innov Santé Dr. GENET Dominique, Médecin

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE.

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE. Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE. COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L hôpital Local Intercommunal de Rocher-LARGENTIÈRE Avenue des Marronniers 07110 LARGENTIERE Octobre 2003 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL POUR LA SECURITÉ DES PATIENTS

PROGRAMME NATIONAL POUR LA SECURITÉ DES PATIENTS JOURNÉE RÉGIONALE DE FORMATION EN HYGIÈNE HOSPITALIÈRE Lorient Mercredi 27 mars 2013 PROGRAMME NATIONAL POUR LA SECURITÉ DES PATIENTS Un engagement de tous Dr Grégory EMERY Bureau Qualité et sécurité des

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100%? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Caisse Nationale

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE Vu les articles R. 6121-4-1 et D. 6124-311 du code de la santé publique, Vu l'article R.

Plus en détail

Education thérapeutique et VHC en milieu carcéral: l expérience du pharmacien

Education thérapeutique et VHC en milieu carcéral: l expérience du pharmacien Education thérapeutique et VHC en milieu carcéral: l expérience du pharmacien Nicolas TERRAIL Pharmacien US de VLM 1 27/10/2015 Le pharmacien Ne prescrit pas Ne fait pas de soins N a pas été bien formé

Plus en détail

L'EPP et l'audit clinique : une méthode de formation efficiente pour améliorer les pratiques préventives

L'EPP et l'audit clinique : une méthode de formation efficiente pour améliorer les pratiques préventives L'EPP et l'audit clinique : une méthode de formation efficiente pour améliorer les pratiques préventives Julien Gelly Aline Seif Christine Chandemerle Bruno Lepoutre Michel Nougairede Jean-Pierre Aubert

Plus en détail

Application de la médecine factuelle à la prévention. Alain LEVEQUE Faculté de Médecine École de Santé Publique ULB

Application de la médecine factuelle à la prévention. Alain LEVEQUE Faculté de Médecine École de Santé Publique ULB Application de la médecine factuelle à la prévention Alain LEVEQUE Faculté de Médecine École de Santé Publique ULB 1 Médecine factuelle? La médecine fondée sur les faits se définit comme l'utilisation

Plus en détail

Quelle architecture et quel pilotage pour la nouvelle certification?

Quelle architecture et quel pilotage pour la nouvelle certification? Quelle architecture et quel pilotage pour la nouvelle certification? 30 septembre 2014 Les ambitions de la V2014 Une certification au service des démarches qualité des ES Une certification continue, mieux

Plus en détail

Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer?

Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer? Coordination ville-hôpital et continuité des soins en ville Quelle est la place de l infirmier libéral dans la PEC globale à domicile d un patient atteint d un cancer? Marina Dauzou, Hélène Labrosse Canat

Plus en détail

Coordination Ville / Hôpital autour du Patient

Coordination Ville / Hôpital autour du Patient Coordination Ville / Hôpital autour du Patient rôle complémentaire mentaire des IDEC évaluation des besoins pour le retour à domicile collaboration avec les autres réseaux r territoriaux 2 ème journée

Plus en détail

Système d information des réseaux de santé. Journée Nationale des Industriels 18 octobre 2011.

Système d information des réseaux de santé. Journée Nationale des Industriels 18 octobre 2011. Système d information des réseaux de santé Journée Nationale des Industriels 18 octobre 2011. Les acteurs au service du patient différents profils, différentes missions, différentes organisations Radiologue

Plus en détail

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier

Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Consultation d Annonce en cancérologie (CsA) Ph Rougier Sce HépatoGastroentérologie, Oncologie Digestive Fédération des Spécialités Digestives Hop Ambroise Paré, Boulogne PRINCIPES CONDITIONS Consultation

Plus en détail

Le carnet de vaccination électronique de MesVaccins.net : utilisation en médecine du travail

Le carnet de vaccination électronique de MesVaccins.net : utilisation en médecine du travail Le carnet de vaccination électronique de MesVaccins.net : utilisation en médecine du travail Pr Jean-Louis Koeck Groupe d études en préventologie CCLIN Ouest - Rennes, 19 avril 2016 Petites questions Infirmier

Plus en détail

COORDINATION VILLE-HOPITAL AUTOUR DU VIH Comment faire? JP AUBERT, 20/1/2015, COREVIH IDF NORD

COORDINATION VILLE-HOPITAL AUTOUR DU VIH Comment faire? JP AUBERT, 20/1/2015, COREVIH IDF NORD COORDINATION VILLE-HOPITAL AUTOUR DU VIH Comment faire? JP AUBERT, 20/1/2015, COREVIH IDF NORD La problématique 90% de patients stabilisés sous traitement Des indications formalisées de suivi des personnes

Plus en détail

Du dossier patient informatisé en. Journée organisée par l ANAP, le 14 décembre 2010

Du dossier patient informatisé en. Journée organisée par l ANAP, le 14 décembre 2010 Du dossier patient informatisé en établissement t vers le DMP Journée organisée par l ANAP, le 14 décembre 2010 ASIP Santé : Anne Monnier, Pôle Territoires Ordre du jour Les référentiels publiés par l

Plus en détail

GALE: ÉPIDÉMIOLOGIE, TRAITEMENT ET PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE

GALE: ÉPIDÉMIOLOGIE, TRAITEMENT ET PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE Hygiène et prévention des infections en EMS Besançon, 12 novembre 2014 GALE: ÉPIDÉMIOLOGIE, TRAITEMENT ET PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE Pr Olivier Chosidow Dr Giao Do-Pham Service de Dermatologie

Plus en détail

Prendre en charge les urgences vitales à l hôpital

Prendre en charge les urgences vitales à l hôpital Prendre en charge les urgences vitales à l hôpital Annie Brethes 1, Michel Thicoïpé 2 1 Pôle d anesthésie réanimation 2 Département des Urgences SAMU/CESU (Bordeaux) 1. Cadre réglementaire 1.1. L urgence

Plus en détail

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande -

RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS. - Dossier de demande - RECONNAISSANCE DE LITS IDENTIFIES EN SOINS PALLIATIFS - Dossier de demande - Le présent document s adresse à l ensemble des établissements publics et privés d Aquitaine souhaitant identifier au sein de

Plus en détail

Enquêtes sur la prise en charge des sujets âgés atteints d un cancer auprès des professionnels de santé de Bretagne et Pays de la Loire :

Enquêtes sur la prise en charge des sujets âgés atteints d un cancer auprès des professionnels de santé de Bretagne et Pays de la Loire : Enquêtes sur la prise en charge des sujets âgés atteints d un cancer auprès des professionnels de santé de Bretagne et Pays de la Loire : Pratiques, difficultés rencontrées et besoins SHS 22 05 2015 Patient

Plus en détail

Feuille de route régionale. Plan Cancer III

Feuille de route régionale. Plan Cancer III Feuille de route régionale Plan Cancer III 9 ème colloque Inter 3C des 3C 9 et 10 Marseille 6 novembre 2015 Action 2.1 : Garantir aux patients, avec l appui du médecin généraliste ou de l équipe de premier

Plus en détail

Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle

Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle Une évaluation des pratiques transfusionnelles au CHU de Nantes en 2012 Xème Congrès National d Hémovigilance et de Sécurité Transfusionnelle Nantes - Jeudi 15 novembre 2012 Léa Bruneau - Dr JC. Rigal

Plus en détail

La Clinique des Anticoagulants de Beaujon (CAC) Programme d éducation thérapeutique

La Clinique des Anticoagulants de Beaujon (CAC) Programme d éducation thérapeutique La Clinique des Anticoagulants de Beaujon (CAC) Programme d éducation thérapeutique Journée FILFOIE novembre 2015 La Clinique des Anticoagulants de Beaujon (CAC) 1. Surveillance du traitement par AVK -

Plus en détail

Place de l Infirmière Coordonatrice et rôle du service social dans le processus de prise en charge des patients atteints d un cancer thoracique

Place de l Infirmière Coordonatrice et rôle du service social dans le processus de prise en charge des patients atteints d un cancer thoracique Place de l Infirmière Coordonatrice et rôle du service social dans le processus de prise en charge des patients atteints d un cancer thoracique Projet INCa / DGOS : «Expérimentation du parcours personnalisé

Plus en détail

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE PROCEDURE n 01 ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE Rédigé le : 05 janvier 2009 par : Gilles NALLET Modifié le : 13 janvier 2010 Validé le : 13 janvier 2010 par

Plus en détail

Inventaire des initiatives internationales

Inventaire des initiatives internationales Inventaire des initiatives internationales L AIEA: Conventions d assistance mutuelle en cas d accident nucléaire L OMS: coordination avec les autres agences ONU L OCDE/ AEN: exercices CIPR: guide d intervention

Plus en détail

SYNTHESE DE L INSPECTION

SYNTHESE DE L INSPECTION REPUBLIQUE FRANCAISE DIVISION DE BORDEAUX Bordeaux, le 29/06/16 N/Réf. : CODEP-BDX-2016-019210 Polyclinique Marzet Madame la Directrice générale 40 bd Alsace Lorraine 64000 PAU Objet : Inspection de la

Plus en détail

L infirmier consultant douleur: quel référentiel proposé par la SFETD? Alexandra DANGUIRAL Infirmière Ressource Douleur

L infirmier consultant douleur: quel référentiel proposé par la SFETD? Alexandra DANGUIRAL Infirmière Ressource Douleur 6 ème Journée des actualités de la douleur L infirmier consultant douleur: quel référentiel proposé par la SFETD? Alexandra DANGUIRAL Infirmière Ressource Douleur «Je déclare ne pas avoir de conflit direct

Plus en détail

Informatique de santé : le défi de la veille sanitaire. Agir ensemble pour soigner mieux

Informatique de santé : le défi de la veille sanitaire. Agir ensemble pour soigner mieux Informatique de santé : le défi de la veille sanitaire Agir ensemble pour soigner mieux 16 septembre 2010 Déroulé Intervenants Jeanne Bossi, Secrétaire générale de l ASIP Santé Marc Giroud, Président de

Plus en détail

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT

MALADIES CHRONIQUES PARCOURS PATIENT MALADIES CHRONIQUES ET PARCOURS PATIENT Louise ULRIC, Suzanne GERMANY 1 Réflexion née de l expérience des filières existantes en Martinique, en lien avec les réseaux ville - hôpital : - AVC : réseau Ermancia

Plus en détail

Formation à distance : l exemple de la prise de poste dans les métiers du web en 2005

Formation à distance : l exemple de la prise de poste dans les métiers du web en 2005 Version intégrale du texte paru dans En Lignes n 34 Formation à distance : l exemple de la prise de poste dans les métiers du web en 2005 Depuis quelques années, les actions de formation mises en œuvre

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR LE DEPLOIEMENT DES PLATEFORMES TERRITORIALES D APPUI (PTA) EN NORMANDIE

CAHIER DES CHARGES POUR LE DEPLOIEMENT DES PLATEFORMES TERRITORIALES D APPUI (PTA) EN NORMANDIE CAHIER DES CHARGES POUR LE DEPLOIEMENT DES PLATEFORMES TERRITORIALES D APPUI (PTA) EN NORMANDIE 1- Contexte et enjeux des Plateformes Territoriales d Appui (PTA) La loi n 2016-41 du 26 janvier 2016 de

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT en Établissement de Santé

CIRCUIT DU MÉDICAMENT en Établissement de Santé CIRCUIT DU MÉDICAMENT en Établissement de Santé Enquête A.R.H 2004 1 Circuit du médicament MÉDECIN Prescription de médicaments PHARMACIEN Dispensation de médicaments PATIENT Administration de médicaments

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR COMPTABILITE ET GESTION

BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR COMPTABILITE ET GESTION BREVET DE TECHNICIEN SUPERIEUR COMPTABILITE ET GESTION Informatique et Systèmes d Information CG ISDI M 1/10 Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 3 Matériel autorisé Aucun matériel n est autorisé.

Plus en détail

Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD

Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Amélioration de la qualité et sécurité de la prise en charge médicamenteuse dans les EHPAD Rôle de l OMEDIT Bertrice LOULIERE OMEDIT Aquitaine 1 1. Présentation et missions de l OMEDIT 2 L Observatoire

Plus en détail

Centre Hospitalier D Etampes

Centre Hospitalier D Etampes Centre Hospitalier D Etampes Offre des soins pour vos patients diabétiques En collaboration avec le réseau REVEDIAB SOMMAIRE AVEC LIENS CONSULTATION MEDICALE CONSULTATION DE DIETETIQUE CONSULTATION INFIRMIERE

Plus en détail

Collecte et inventaire des données SAMU

Collecte et inventaire des données SAMU 10 Octobre 2014 Collecte et inventaire des données SAMU Dr L. MAILLARD ORU Aquitaine 20 Mars 2014 Page 1 SOMMAIRE Les indicateurs L organisation des SAMU Les données L état des lieux L objectif La conclusion

Plus en détail

Présentation de ViaTrajectoire et de son déploiement en Aquitaine

Présentation de ViaTrajectoire et de son déploiement en Aquitaine Présentation de ViaTrajectoire et de son déploiement en Aquitaine ViaTrajectoire permet : Une orientation personnalisée pour faciliter le parcours des patients à leur sortie d hospitalisation, Aujourd

Plus en détail

LAB 3. L expérience de la télémédecine mise au service de la prise en charge des personnes âgées. - Directeur de l EHPAD Les Charmilles

LAB 3. L expérience de la télémédecine mise au service de la prise en charge des personnes âgées. - Directeur de l EHPAD Les Charmilles LAB 3 L expérience de la télémédecine mise au service de la prise en charge des personnes âgées Caroline DUBOIS Pierrick PENVEN Vincent COULIER Karl OPSOMER - Directrice GCS MATISS - Chef de projet GCS

Plus en détail

Soirée Médicale : 19/11/205

Soirée Médicale : 19/11/205 Nouveautés dans la prise en charge des patients Diabétiques au CH de Montélimar Soirée Médicale : 19/11/205 Dr Sawsan Olivieri Service de Diabétologie Endocrinologie Sawsan.olivieri@ch-montelimar.fr Tél

Plus en détail

D.U. Chef de projet - IRC. «Audits et Inspections»

D.U. Chef de projet - IRC. «Audits et Inspections» D.U. Chef de projet - IRC «Audits et Inspections» URC Groupe Hospitalier F.Widal Lariboisière Saint Louis 1 Préparation d un audit ou d une inspection 2 Préparation d un audit ou d une inspection à la

Plus en détail

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE

CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE RAPPORT AU CONSEIL GENERAL Direction Générale des Services Direction de la Solidarité 81 CHARTE QUALITÉ DES SERVICES D AIDE À DOMICILE Par délibération du 2 juillet 2007, notre assemblée a adopté son schéma

Plus en détail

ROLE ET PLACE DE LA PHARMACIE AU SEIN D UNE EHPAD

ROLE ET PLACE DE LA PHARMACIE AU SEIN D UNE EHPAD DIU MEDECIN COORDONNATEUR ROLE ET PLACE DE LA PHARMACIE AU SEIN D UNE EHPAD ALAIN DANOWICZ coordonnateur janvier 2007 1 1. INTRODUCTION PLAN 2. PHARMACIE ET LÉGISLATION 3. APPROVISIONNEMENT ET FOURNITURE

Plus en détail

Bases de données et Logiciels métiers. Quel(s) niveau(x) d intégration

Bases de données et Logiciels métiers. Quel(s) niveau(x) d intégration Bases de données et Logiciels métiers Quel(s) niveau(x) d intégration Dr Xavier Dode Groupement Hospitalier Est - Hospices Civils de Lyon Liens d intérêts : Centre National Hospitalier d Information sur

Plus en détail

DECLARATION 29/06/2016. AU 37 Traitements des données de santé par messagerie sécurisée

DECLARATION 29/06/2016. AU 37 Traitements des données de santé par messagerie sécurisée DECLARATION 29/06/2016 AU 37 Traitements des données de santé par messagerie sécurisée TRAITEMENTS DES DONNÉES DE SANTÉ PAR MESSAGERIE SÉCURISÉE (Déclaration N 37 ) L'autorisation unique AU-037 encadre

Plus en détail

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Caractéristiques des virus de la grippe (influenza) Plusieurs sous-types : parmi les 24 sous types, 4 sont humains et 17 sont aviaires

Plus en détail

SERVICE DE MEDIATION HOSPITALIERE. Réglement d ordre intérieur

SERVICE DE MEDIATION HOSPITALIERE. Réglement d ordre intérieur SERVICE DE MEDIATION HOSPITALIERE Réglement d ordre intérieur Coordonnées Médiatrice Laetitia Salembier Tel : 065 41 30 40 Fax : 065 41 30 19 Mail : mediation@hap.be Boulevard Kennedy 2 7000 MONS Edité

Plus en détail

Conseiller en génétique

Conseiller en génétique Conseiller en génétique Centre Hospitalier Régional d Orléans Julie GENOT Blois - 21 juin 2016 Définition Professionnels de Santé exerçant une activité salariée au sein d une équipe pluridisciplinaire

Plus en détail

- 1 - RESUME. Institut Claudius Regaud, 20-24 rue du Pont Saint-Pierre 31052 TOULOUSE cedex.

- 1 - RESUME. Institut Claudius Regaud, 20-24 rue du Pont Saint-Pierre 31052 TOULOUSE cedex. ETUDE - 1 - METAL3 Page 1 / 5 RESUME Titre de l essai pronostique afin d identifier parmi les patientes présentant un cancer du sein métastatique celles qui bénéficient d une 3 ième ligne de chimiothérapie

Plus en détail

LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE?

LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE? LOI HPST, MISSIONS DU PHARMACIEN, COOPÉRATION, RELATIONS VILLE-HÔPITAL H A D, EHPAD NOUVELLE DONNE? Marie Josée Augé-Caumon Conseiller USPO 1 ACCÈS DE TOUS À DES SOINS DE QUALITÉ Article 36 I. Les articles

Plus en détail

«Sécurité de la médication aux interfaces des coupures aux sutures»

«Sécurité de la médication aux interfaces des coupures aux sutures» Amélioration de la transmission de l information entre les milieux intra et extra-hospitalier «Sécurité de la médication aux interfaces des coupures aux sutures» 23 avril 2013 R. Pichon Renaud.pichon@phnvb.ch

Plus en détail

Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde. Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Télémédecine en EHPAD Retours d expériences en Gironde Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux + Contexte réglementaire Loi HPST du 21/7/2009 «Dans son article 78, la loi «Hôpital,

Plus en détail

> DOSSIER DE PRESSE. Le serious game au service de l éducation thérapeutique de demain. Entrez dans l univers du serious game avec CCCP.

> DOSSIER DE PRESSE. Le serious game au service de l éducation thérapeutique de demain. Entrez dans l univers du serious game avec CCCP. > DOSSIER DE PRESSE Le serious game au service de l éducation thérapeutique de demain. Entrez dans l univers du serious game avec CCCP. CCCP sera présent sur le Salon HIT Paris 2011 STAND H11 Les 17, 18

Plus en détail

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT TRACEUR Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie Pauline Bailleul, Responsable Département Management de la Qualité et de la Gestion des Risques 12 juin

Plus en détail