DES GISEMENTS DE DONNÉES À LA BASE DE SERVICES URBAINS À GENÈVE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DES GISEMENTS DE DONNÉES À LA BASE DE SERVICES URBAINS À GENÈVE"

Transcription

1 OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE TITRE DES GISEMENTS DE DONNÉES À LA BASE DE SERVICES URBAINS À GENÈVE DATE 30 MARS, 2011

2 Lift Lab est une agence d innovation basée à Genève qui aide ses clients à comprendre, prévoir et à se préparer aux changements entrainés par les usages des technologies numériques et nouveaux médias. Nous sommes à l origine de la communauté Lift (7000 membres en 2011) qui nous permet de mobiliser des experts répartis en Europe, Amérique du Nord et Asie. L est un organe d état-major rattaché au Centre des Technologies de l Information (CTI) de l Etat de Genève. Il synthétise les tendances majeures de la société, de la technologie et de l économie et accompagne la définition de stratégies spécifiques au secteur public, prenant en compte un contexte sociétal global. ot-lab.ch La structure de ce rapport applique une procédure d investigation divisée en quatres sections: CADRAGE D UNE PROBLÉMATIQUE DE RECHERCHE REVUE DE LITTERATURE ET PRÉ-ANALYSE ANAYLSE DES CONTRIBUTIONS DE L ATELIER CONCLUSIONS AVEC PLAN D ACTION

3 PHASE SECTION TITRE 01 OBJECTIFS 4 02 LA NUMÉRISATION DE LA VILLE 5 LES INITIATIVES À GENÈVE 6 LES ACTEURS DE L ESPACE NUMÉRIQUE 7 LES OPPORTUNITÉS ET CONTRAINTES 8 03 ATELIER DE CO-CRÉATION 10 SERVICE 1 : «DIS-MOI COMMENT TU BOUGES» 13 SERVICE 2 : LE BONHEUR EN COMMUN 15 SERVICE 3 : AIDE À LA MULTI-MODALITÉ 17 SERVICE 4 : WIKICITY 19 SERVICE 5 : UNE MAQUETTE POUR CRÉER EN COMMUN CONSTATS ET PLAN D ACTION 23 DES DONNÉES AU SERVICE DE LA VILLE ET SES HABITANTS 24 CONSTATS ET PLAN D ACTION AU SUJET DE LA MOBILITÉ 25 CONSTATS ET PLAN D ACTION AU SUJET DU MODÈLE 3D 26 RECOMMANDATIONS POUR UNE MEILLEURE GOUVERNANCE 27 CONCLUSION 28 ANNEXE 1 : LISTE DES PARTICIPANTS 29

4 4 01 OBJECTIFS L émergence des réseaux numériques a longtemps été qualifiée par l épithète cyber, aujourd hui quelque peu tombé en désuétude au profit du digital et du numérique. Hérité entre autres de la science-fiction (mouvement cyber-punk ), le terme n est pas anodin : il provient du grec kubernan, gouverner. De la cyber-cité à la gouvernance de la ville, il n y a donc qu un pas étymologique, reflétant l importance de penser ces problématiques sous le prisme de la gouvernance : comment faire fonctionner l écosystème complexe de ce jeu d acteurs pluriels? Quels services innovants peuvent émerger de ce contexte inédit? Quels sont les enjeux correspondants? Pour stimuler le décloisonnement et l ouverture des discussions sur l'éventail de possibilités que les technologies numériques ouvrent, nous avons rassemblé dans un atelier de co-conception des représentants des parties prenantes du territoire (autorités et services publics, entreprises, experts, associations, habitants). L objectif de cet atelier pluridisciplinaire était d illustrer une démarche visant à co-produire des services urbains innovants, basés sur les données numériques disponibles. Lors de l atelier, chaque acteur a joué un rôle actif dans le développement d idées, dans l échange des expériences et dans le prototypage illustrant des solutions emblématiques et innovantes. Le lien créé entre les différents acteurs lors de la co-conception permet un partage d informations et de valeurs que nous appelons à activer à travers un plan d action.

5 5 02 LA NUMÉRISATION DE LA VILLE La démocratisation progressive - et relativement récente - de l expression ville numérique dans le vocable urbain est un signe qui ne trompe pas : le digital fait aujourd hui partie de notre quotidien. La simplicité de la formule cache pourtant une pluralité d usages, liée à la multiplicité des technologies intervenant dans la composition de cette ville numérique. Envisager les perspectives de cet environnement digital implique de comprendre son développement. La numérisation de la ville suit logiquement l évolution des technologies numériques sur les dernières décennies : croissance exponentielle des capacités de calcul, augmentation des capacités de stockage et de bande passante, réduction des coûts des technologies, miniaturisation, banalisation des technologies de localisation, individualisation... Ces évolutions convergent pour placer le digital au coeur des pratiques urbaines, qu il s agisse des citoyens ou des acteurs de la ville, publics ou privés. Les usages peuvent ainsi varier en fonction des technologies : implantation de puces RFID dans les équipements urbains (arbres, mobilier), développement des nouvelles mobilités en libre service (Vélib, Autolib ), émergence du télétravail spontané, accès aux réseaux sociaux via mobile, etc.

6 6 02 LES INITIATIVES À GENÈVE Genève présente la particularité de disposer d un potentiel important en matière de services innovants. Le canton a en effet développé un système d information géographique d une rare qualité et par essence déjà très ouvert (tant par son architecture que par son mode de fonctionnement). Le Système d Information du Territoire Genevois (SITG) place Genève parmi les agglomérations qui permettent une consultation d un très grand nombre de données publiques géolocalisées concernant des thématiques diverses allant des données de mobilité au données environnementales en passant par une modélisation 3D de l ensemble des bâtiments du canton. Associé à d autres dispositifs et à d autres données, le SITG offre des opportunités susceptibles de développer des services urbains innovants, impliquant de nombreux autres acteurs du canton, des citoyens aux entreprises privées en passant par les associations. À ce jour, les initiatives restent néanmoins peu nombreuses. Rares sont les services qui exploitent pleinement ces données. Cela témoigne de l écart important entre les données disponibles et leur usage, ce qui souligne la difficulté à les exploiter. En simplifiant l accès à ces données et leur usage par l intermédiaire des guichets du SITG et en mobilisant de nombreux autres acteurs autour de projets innovants, Genève pourrait être au coeur de l émergence de services urbains inédits, à l image de nombreuses villes au Royaume-Uni, aux États-Unis ou en Australie.

7 7 02 LES ACTEURS DE L ESPACE NUMÉRIQUE Une des étapes indispensables à l émergence de services urbains innovants exige que les différents acteurs mobilisables participent en ouvrant leurs données, en en simplifiant l accès, en proposant des outils adaptés, en créant des contenus et en impliquant les habitants. L État de Genève occupe bien entendu une place centrale dans cette dynamique, tant il dispose d une quantité d information spatiale considérable, dont la mise à disposition peut être envisagée à moindre coût. Idéalement, les très nombreux contributeurs au SITG devraient se concerter afin d ouvrir à d autres usages et dans les meilleures conditions possibles, les données publiques qu ils produisent. Les associations telles que Pro Velo, à l origine du service collaboratif Points noirs d identification des zones dangereuses pour les cyclistes, ont bien entendu un rôle important à jouer. Des entreprises privées telles que Swisscom ont aussi une responsabilité importante, tant les données à leur disposition peuvent contribuer à rendre la ville et les mobilités plus lisibles. Des entreprises publiques telles que les TPG peuvent elles aussi apporter beaucoup en ouvrant leurs données et leurs services à des projets innovants. Enfin, les écoles d enseignement supérieur de la région lémanique peuvent elles aussi contribuer à l élaboration et à la stimulation de cette dynamique. C est idéalement l ensemble des données et des services existant qui doit s ouvrir le plus efficacement possible afin de transformer le potentiel de Genève en des projets réels et opérationnels. À cette fin, il ne faut pas hésiter non plus à mobiliser d autres acteurs actifs à d autres échelles et dont les services offrent d excellentes opportunités pour le canton de Genève, tels que Google, Facebook ou Foursquare, pour ne citer que les plus connus.

8 8 02 LES OPPORTUNITÉS ET CONTRAINTES Le gisement de données est multiforme : éléments cadastraux (2D/ 3D) et des mesures relative à l activité humaine (déplacements des individus, consommation électrique). La nouveauté réside dans la part du numérique dans ce dernier type de données : photos géolocalisées et/ou géo-annotées et mises en ligne, utilisation de la téléphonie mobile, etc. Ces différentes informations font émerger une nouvelle forme de cartographie et d analyse de la réalité («reality mining»), qui ne se limite pas à une simple logique de représentation (foules, trafic routier, pollution). Premièrement, l'agrégation des données sert la création de nouveaux services bénéficiant de tels éléments : outils de navigation indiquant des promenades urbaines (en fonction de parcours effectués par les autres), systèmes d orientation favorisant l utilisation de transports publics, systèmes de détection de trafic en temps réel, etc. Ensuite, ces cartes ont aussi un rôle dans la compréhension de l espace : pour les acteurs urbains, de telles représentations renouvellent l appréhension des pratiques en en révélant une perspective spatiotemporelle inédite.

9 9 02 LES OPPORTUNITÉS ET CONTRAINTES La visualisation de l évolution des flux peut ainsi mettre en évidence les manques de certains services publics ou d offres commerciales. En représentant notamment les mobilités et l occupation des lieux, urbanistes, architectes, sociétés de transports ou offices de tourisme ont une mine d informations à portée de main pour enrichir les modèles d analyse et identifier des besoins éventuels. Il faut aussi souligner le potentiel de ce type de démarche pour les citoyens. En permettant aux habitants d avoir un retour sur leurs activités quotidiennes (déplacement, utilisation de services urbains), on peut imaginer concrètement ce qu Adam Greenfield dénomme «read/write city» (lift 2007). Différents projets se sont ainsi proposés de montrer des dynamiques urbaines à partir de données publiques, le tout couplé à des ateliers de discussions et des consultations publiques avec des citoyens. Ces différents cas d utilisation de données numériques ne sont en effet pas sans enjeux. Il faut considérer par exemple les possibilités et les craintes d intrusion dans la sphère privée que l utilisation de ces données véhiculent. Les aspects éthiques sont aussi à considérer, la propriété et les droits d utilisation de ces données faisant l objet d intenses débats. Techniquement, il faut aussi souligner que l interopérabilité des systèmes et des données est encore faible. Ces enjeux suggèrent la nécessité de collaborations plus étendues entre acteurs techniques et acteurs de la ville, susceptibles de renouveler efficacement la gouvernance, mais aussi les pratiques individuelles et collectives d une urbanité plus lisible.

10 10 03 ATELIER DE CO-CREATION L atelier s est déroulé durant la matinée du mercredi 2 février 2011 en préambule de la Conférence Lift. Durant 3h30, il a réunit 25 participants répartis en 5 groupes de 5 personnes. La composition des groupes favorisait la diversité des expertises pour produire des réflexions transversales. En effet, lors d un atelier, chaque acteur joue un rôle actif dans le développement d idées et dans le partage des points de vue permettant le prototypage de services et de solutions pertinentes. Le lien créé entre les différents acteurs lors de la coconception permet un partage d informations et de valeurs qui pourront être potentiellement remobilisées plus tard dans des groupes projets. Comme ce processus a parfois besoin de stimulation, chaque groupe était guidé par un sherpa c est-à-dire un expert du domaine qui jouait le rôle de stimulateur et de cadreur des échanges. La présence de ces sherpas a également permis une prise de note détaillée des échanges et des idées.

11 11 03 GÉNÉRER DES IDÉES / EXTRAIRE DES OPPORTUNITÉS Partie 1 : Immersion dans le contexte Chaque groupe crée un diagramme schématisant la présence de l information dans la ville en Ce premier travail dévoile les relations entre les acteurs de la ville, les données, les problèmes, les prises de décision, et les interfaces de communication. Il permet de révéler certains besoins en information des acteurs. Partie 2 : Identification du domaine de travail et des critères d évaluation Chaque groupe crée un diagramme schématisant la présence de l information dans la ville du futur proche. Ce travail permet d identifier un contexte d action et des critères pour évaluer la pertinence des propositions de chaque groupe.

12 12 03 ÉBAUCHE ET PROTOTY Partie 1 : À partir des opportunités définies auparavant, chaque groupe co-crée un service ou une solution idéale pour le futur de la ville. Les participants ont à leur disposition des outils de prototypage (papier, images, feutres), avec des échantillons de données. Le rôle du prototypage est d engager les participants dans une première boucle itérative dans la création et le partage d opportunités, puis de révéler les contraintes et les limitations. Partie 2 : Présentation des ébauches et des discussions. Chaque groupe présente ses résultats et essaie de convaincre les autres de la pertinence du service ou de la solution qu il a imaginés en fonction de ses critères d'évaluation. Un échange avec l ensemble des participants permet de faire ressortir les points saillants, d exprimer les critiques et d intégrer ces retours.

13 13 03 SERVICE 1 : «DIS-MOI COMMENT TU BOUGES» AMELIORER LA GESTION DU TEMPS DANS LA MOBILITE Le service a vocation à mieux informer les utilisateurs des transports publics sur les temps de parcours, en valorisant le partage des expériences individuelles. En particulier, ce service devrait aider les usagers du tram à accepter les changements, lorsque cela n allonge pas leur temps de trajet. Idéalement, Dis-moi comment tu bouges devrait aussi convaincre de l intérêt des pratiques multimodales, en incitant les automobilistes à privilégier les transports en commun dans les centres ville.

14 14 03 SERVICE 1 : «DIS-MOI COMMENT TU BOUGES» Fonctionnalités clés Remontée d informations : les voyageurs informent de leurs expériences de déplacements. Partage / Echange / Invitation / Coaching : un voyageur peut inviter un autre membre du service à prendre le bus avec lui pour lui montrer le chemin. Récompense : les voyageurs actifs sur le système sont récompensés. Validation / garantie : un système de validation des informations contributives est mis en place. Acteurs et données concernés Ce service est essentiellement participatif. Il implique directement les usagers, qui partagent leurs expériences. Le SITG doit être exploité pour les données cartographiques. L Etat, les TPG et des sponsors gagnent à être impliqués pour garantir la qualité des données et assurer la distribution des récompenses (qui peuvent être de tout ordre : réputation, autre services, etc).

15 15 03 SERVICE 2 : LE BONHEUR EN COMMUN OFFRIR AUX USAGERS UNE NOUVELLE MANIERE DE VIVRE L ATTENTE ET LE DEPLACEMENT AU NIVEAU DU RESEAUX DES TRANSPORT PUBLICS GENEVOIS : PLUS CONVIVIALE, PLUS RELATIONELLE. Le bonheur en commun se focalise sur les aspects positifs des transports en commun, et propose une approche relativement ludique pour les valoriser. Il s agit de rendre les attentes et les déplacements plus conviviaux en proposant directement aux usagers de rendre compte de leur expérience de mobilité. Les TPG peuvent collecter des données complémentaires plus subjectives sur la qualité de leur offre. Les améliorations peuvent être diverses : améliorer la qualité des points de connexions (ex. mobilier urbain plus convivial pour les temps d attente...) et mieux identifier les faiblesses de leur service.

16 16 03 SERVICE 2 : LE BONHEUR EN COMMUN Fonctionnalités clés Mettre des distributeurs de smiley (satisfait, neutre, et insatisfait) au niveau des plate-formes de correspondance indiquant l état d esprit et la ligne prise, une sorte d autocollant. Les usagers vont lever les yeux pour observer favorisant l échange de regards et de sourires. Mesure possible : le nombre de smileys par type et par ligne. Profiter des écrans et du son pour lancer des sujets basés sur les données de mobilité SITG sur lesquels les usagers peuvent s amuser et discuter avec leurs voisins s ils le désirent. A partir des données collectées et des stress identifiés, il est possible de proposer aux usagers de modifier leurs choix en fonction de leur humeur. Prenez le tramway de 7h46 plutôt que celui de 7h35 comme à votre habitude, il y a plus d usagers de bonne humeur. Proposer des applications pour téléphones mobiles permettant d obtenir aisément des données qualitatives pouvant être intégrées dans les bases de données des TPG, afin d être analysées plus systématiquement pour adapter l offre. Tout en collectant ces données, l entreprise modifie peu à peu son image, mais aussi l histoire qu elle raconte... Acteurs et données concernés Les usagers des transports en commun sont directement impliqués tout comme les TPG qui peuvent ainsi collecter des données qualitatives subjectives leur permettant d améliorer leurs services, modifier l architecture et le mobilier urbain des plate-formes de correspondance, et pourquoi pas, chercher à mettre de l ambiance dans les déplacements...

17 17 03 SERVICE 3 : AIDE À LA MULTI-MODALITÉ AMELIORER LA MOBILITE A PARTIR DE L ACCES A L INFORMATION DE TRAJETS MULTI-MODAUX ET LA VALORISATION DES POINTS DE CONNEXION. Le service d aide à la mobilité multi-modale se concentre sur les voyageurs combinant un moyen de transport propre avec les transports publics.

18 18 03 SERVICE 3 : AIDE À LA MULTI-MODALITÉ Fonctionnalités clés L utilisateur accède à une interface simple avec deux champs de saisie de données (origine et destination). Le système propose quelques possibilités (multisegments/modaux) évaluées en fonction de quatre critères: temps, coût, confort et empreinte écologique. Le système gère automatiquement la réservation d une place de parc, d un véhicule Mobility ou l achat d un billet de train. Le système peut s adapter en cas d imprévus (trafic congestionné, changement de destination...) Le système utilise les choix des utilisateurs afin d améliorer l offre à partir de la compréhension de leurs comportements et leurs besoins : la mesure du nombre de voyageurs utilisant leur voiture de X à Y pourrait signifier une offre de transport en commun inadaptée. Acteurs et données concernés TPG et CFF pour les horaires, Météo Suisse, Mobility (emplacements, disponibilité et réservation des véhicules), SITG (trafic en temps réel, chantiers en cours et autres problèmes dynamiques), fournisseurs de système de navigation récoltant des données de la vitesse de déplacement (pédestre/voiture) en temps réel, fournisseur de service de co-voiturage.

19 19 03 SERVICE 4 : WIKICITY PERMETTRE L APPROPRIATION DU MODELE 3D DU BATI DE L ETAT DE GENEVE PAR LES HABITANTS EN LEUR PROPOSANT D EN MODIFIER UNE VERSION QUI LEUR SERAIT SPECIFIQUEMENT DEDIEE. L utilisation du modèle du bâti du SITG, que ce soit du côté de son utilisation et plus encore de sa production, est réservé presque exclusivement au monde des professionnels. L appropriation est donc le maître mot de WikiCity, qui livre le modèle 3D existant au public sous une forme facilement modifiable, avec une interface de modélisation simple et accessible de type Google Sketchup. L'expérience déjà importante sur ce type d'outils a prouvé son efficacité et son accessibilité, même si les barrières de compétence subsistent.

20 20 03 SERVICE 4 : WIKICITY Fonctionnalités clés Editer, créer : le service permet de démarrer une proposition sous la forme d'une modification du modèle 3D existant ou de l'ajout d'un nouveau modèle. Cette proposition, sur le mode du wiki, peut ensuite être modifiée par d'autres utilisateurs. Un historique permet de retracer l'ensemble des modifications du modèle. Commenter, évaluer : chaque proposition est associée à un fil de discussion qui permet, à l'image de la page discussion d'un article Wikipédia, de la commenter et de la discuter, ce qui privilégie un travail critique collectif. Parcourir, visualiser : la plate-forme de modélisation devrait être logiquement disponible sur un ordinateur personnel, mais aussi sur des appareils mobiles pour visualiser les propositions in-situ. Informer : l'usage de ce service est lui-même producteur de données, qui peuvent être exploitées et visualisées à différents niveaux. La multiplication des propositions relatives à un même lieu peut être révélatrice de son caractère problématique ou emblématique et inciter les autorités publiques compétentes à s'y intéresser. Acteurs et données concernés La faisabilité technique du projet a été évaluée principalement par un participant du Département de l Intérieur et de la Mobilité de l Etat de Genève. Des cours d architecture et d urbanisme (par exemple à l EPFL) peuvent être utilisés pour stimuler des usages innovants. L ensemble reposera bien entendu sur le modèle 3D du bâti de l Etat de Genève et l implication active des habitants concernés.

21 21 03 SERVICE 5 : UNE MAQUETTE POUR CRÉER EN COMMUN UNE MAQUETTE INTERACTIVE PERMETTANT AUX CITOYENS D INTERVENIR SUR L EBAUCHE D UN ARCHITECTURAL EN QUASI TEMPS-REEL. Actuellement il est difficile pour les porteurs du projet (architectes, urbanistes, etc.) de connaître en temps réel les désirs des populations concernées. Ce service est une plate-forme participative qui offre un moyen de partager les prises de décision et leurs motivations tout en soutenant la créativité des architectes et en impliquant les habitants tout au long du processus créatif.

22 22 03 SERVICE 5 : UNE MAQUETTE POUR CRÉER EN COMMUN Fonctionnalités clés Accès à l ébauche d un projet architectural dans son contexte urbain, celui-ci étant entre autre dessiné à partir des données 3D. Possibilité de modifier la maquette en question en cliquant sur ses diverses composantes : le gabarit (hauteur...), les matériaux, l environnement urbain (arbres, mobiliers, équipements...) Accès aux maquettes proposées par d autres utilisateurs et possibilité de les noter ou de les commenter. Accès à sa maquette depuis son mobile pour l observer in-situ en réalité augmentée. Présentation, par leurs auteurs, des maquettesutilisateurs les mieux notées lors de réunions publiques. Si un usager souhaite faire une modification qui n est pas permise (exemple : selon le type de matériau), il est important qu il puisse quand même faire part de sa volonté (via un commentaire, par exemple). Idéalement, un gestionnaire de communauté peut lui répondre pour expliquer et justifier la non-prise en compte d une telle modification (pour des raisons financières, juridiques, techniques, écologiques, etc.). Acteurs et données concernés Les habitants concernés doivent être mobilisés en plus du SITG (en particulier le modèle 3D de Genève) et d un acteur de l administration cantonale qui jouerait le rôle de gestionnaire de communauté.

23 23 04 CONSTATS ET PLAN D ACTION Les cinq services proposés présentent des similitudes suffisamment claires pour identifier les enjeux les plus structurants d un territoire qui assume pleinement le potentiel des données à sa disposition.

24 24 04 DES DONNÉES AU SERVICE DE LA VILLE ET DE SES HABITANTS L étude des propositions de services présente de nombreuses similitudes, qui engagent à prendre au sérieux quelques éléments structurants : La prise en compte du STIG et de son offre est généralement faible, ce qui souligne la méconnaissance, même par des experts, de la richesse de l offre actuelle. L implication des habitants dans l offre de services est probablement le constat le plus important. Les participants ont insisté sur le manque de services directement dédiés aux habitants et sur la non prise en compte de leur expérience personnelle de l environnement urbain. Les participants ont insisté sur l importance de l articulation des services avec l ensemble de l offre existante. Il est apparu que le risque le plus important serait de demander leur avis aux habitants sans intégrer sérieusement ces avis dans les processus décisionnels et opérationnels. L importance du temps-réel fut aussi soulignée à plusieurs reprises. Les services valorisent une offre qui évolue directement en fonction du contexte spatiotemporel. Il s agit de ne pas proposer des services qui se limitent à informer une fois qu une décision a été prise ou à mettre à jour des données de mobilité sporadiquement, mais au contraire à créer un flux continu d informations qui s intègrent directement dans l action (mobilité, expression citoyenne, etc.).

25 25 04 CONSTATS ET PLAN D ACTION AU SUJET DE LA MOBILITÉ Les services dédiés à la mobilité se sont focalisés sur trois composantes récurrentes. L offre de service est trop éclatée, ce qui nuit à sa lisibilité et à la création de services intégrés qui s adaptent efficacement à la diversité des pratiques. Ce constat fut particulièrement évident lorsqu il s est agi de valoriser les pratiques multimodales, qui supposent d intégrer des services relevant de prestataires divers (CFF, TPG, Mobility, stationnement, embouteillage, travaux. etc.). Les services doivent pouvoir être individualisés le plus efficacement possible, afin de prendre en compte la pluralité des pratiques (notion de confort, trajets spécifiques, mode privilégiés, mobilité réduite, etc.). L optimisation des parcours ne doit surtout pas se limiter au temps de trajet. Il a au contraire été question lors de l atelier de la pluralité des contextes de mobilités. Il apparaît globalement que la qualité des transports en commun n est pas assez valorisée. Les véhicules des TPG devraient idéalement être eux-mêmes porteurs de l information relative à la qualité de leur service afin de mieux rendre compte de leur efficacité (telle que perçue par l usager).

26 26 04 CONSTATS ET PLAN D ACTION AU SUJET DU MODÈLE 3D Les services portant sur le potentiel du modèle 3D du bâti de l État de Genève présentent un intérêt particulier. A la différence des données relatives à la mobilité, son apport à priori est moins évident. Les deux groupes ont cependant abouti à des propositions relativement innovantes, qui insistent sur l implication des habitants dans l aménagement de l espace urbain, en leur offrant la possibilité de s exprimer directement à l aide de ce modèle de la ville. Deux apports se sont imposés : Le modèle 3D du territoire de Genève peut être une occasion inédite d impliquer les habitants de façon continue au cours de projets d urbanisme, afin de multiplier les sources d identification de faiblesses difficilement mises en évidence autrement. Le modèle 3D peut aussi être utilisé plus en amont pour identifier les espaces stratégiques du territoire, en proposant aux habitants de se l approprier virtuellement. Cette possibilité, inédite elle aussi, peut rendre compte efficacement des espaces et des bâtiments qui présentent le plus grand potentiel pour la ville en devenir. Dans les deux cas, l objectif explicite de ce type de service est aussi d impliquer et de sensibiliser les habitants à la dynamique de leur propre ville, ce qui peut se traduire par des événements territoriaux, qui valoriseraient et rendraient compte de ces initiatives.

27 27 04 RECOMMANDATIONS POUR UNE MEILLEURE GOUVERNANCE Cet atelier nous a permis d identifier quelques priorités stratégiques susceptibles de valoriser la richesse des données du SITG et plus généralement d améliorer la gouvernance globale du territoire. En particulier, il semble important de : Ne pas chercher la maîtrise complète des données. se contenter de sécuriser ce qui est stratégique et confidentiel. rendre tout le reste le plus accessible et le plus exploitable possible (standards, documentation...). ajuster seulement si cela se révèle nécessaire Rendre plus lisibles les données produites par les services compétents de l État. ne pas se contenter de rendre les données accessibles. créer des dispositifs matériels présents dans le territoire, qui rendent compte de ces données dans le contexte de leur production et de leur usage potentiel. impliquer des acteurs stratégiques (monde académique, tissu associatif, entreprises) en les aidant à utiliser ces données afin d impulser une dynamique d usage et de lui donner de la visibilité. valoriser les projets pilotes sur le site du SITG afin d illustrer les usages potentiels des données brutes et stimuler ainsi de nouvelles initiatives. Créer des services plus directement dédiés aux habitants. intégrer l offre actuelle qui est trop hétérogène (prestataires multiples) et trop orientée métiers. créer des services qui assurent une meilleure contextualisation de l offre afin de s adapter à la multiplicité des pratiques individuelles. Créer des services qui permettent d impliquer plus directement les habitants dans la production de données et de services. l implication peut aller de l information à la co-production des données. les données et les services ainsi créés s intégreraient naturellement dans les analyses et l offre officielle de l État de Genève.

28 28 04 CONCLUSION Du fait du caractère éclaté des services basés sur des données de mobilités et sur des données 3D, notre démarche durant l atelier a privilégié la création de liens entre les différentes parties prenantes du territoire (autorités et services publics, entreprises, experts, associations, habitants). Au-delà du partage d informations et de valeurs, l'atelier a favorisé le décloisonnement à partir de l'illustration des opportunités de co-production de services urbains innovants. Les exemples mentionnés ont attesté la place centrale de l administration genevoise dans l'impulsion de la dynamique d'usage et d exploitation des données. Cette place est essentielle à la création d'un flux continu d informations qui s intègrent directement dans l action (mobilité, expression citoyenne, etc.). En particulier, le travail en groupe a permis de mettre en avant l'apport des technologies numériques pour non seulement informer, mais également pour impliquer les habitants et les autres acteurs stratégiques dans l offre de services, tout en intégrant leurs avis dans les processus décisionnels et opérationnels. Pour aller de l avant, il est indispensable de rendre les données plus lisibles et de valoriser des projets pilotes dédiés aux habitants en impliquant les acteurs stratégiques du territoire.

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris

www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris www.thalesgroup.com Des innovations pour les voyageurs du Grand Paris 1 2 Avec des solutions françaises et une expertise mondiale dans le domaine du transport, Thales se positionne comme un acteur clé

Plus en détail

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme Projet de Plateforme Technologique pour l Innovation Bâtiment Durable en Bretagne Projet de Plateforme Projet Technologique de Plateforme pour l Innovation Technologique Bâtiment Durable pour en l Innovation

Plus en détail

Valorisation et promotion de l usage du socle 3D jusqu à ce jour peu exploité

Valorisation et promotion de l usage du socle 3D jusqu à ce jour peu exploité Origine de l étude Valorisation et promotion de l usage du socle jusqu à ce jour peu exploité Évaluation du potentiel de développement du SIG de demain au sein du SITG Environnement bâti Vegetation / arbres

Plus en détail

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques

Journée d information du 5 novembre 2012. Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine. économiques Journée d information du 5 novembre 2012 Mobilité Multimodale Intelligente Urbanisme, tourisme, logistique urbaine économiques Gabrielle LABESCAT Principales tendances du tourisme urbain impactant la mobilité

Plus en détail

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais

Débat sur la transition ENERGETIQUE. Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Débat sur la transition ENERGETIQUE Appel à Manifestations d'intérêt pour l organisation de débats citoyens infrarégionaux en Nord - Pas de Calais Cette démarche s inscrit dans le cadre du débat national

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

Présente. Un «réseau social cartographique» (Ouest France)

Présente. Un «réseau social cartographique» (Ouest France) 210 rue St Maur - 75010 Paris Contact : 01 77 12 32 99 Responsable : Eric HAMELIN (voir aussi contacts en fin de document) Présente Un «réseau social cartographique» (Ouest France) Un outil qui permet

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

Géolocalisation grand public

Géolocalisation grand public Géolocalisation grand public De nouveaux outils aux services des territoires Université Laval 2009 Boris Mericskay, doctorant, département de géographie Les 20 prochaines minutes Faire le point sur la

Plus en détail

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS

APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS MODALITÉS APPEL À PROJETS QUARTIERS DURABLES CITOYENS 2015 MODALITÉS PRÉSENTATION DE L APPEL À PROJETS L appel à projets Quartiers Durables Citoyens encourage et soutient les habitants qui s engagent dans leur quartier

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

«SANS-CONTACT-NFC» Billettique et informations voyageurs

«SANS-CONTACT-NFC» Billettique et informations voyageurs «SANS-CONTACT-NFC» Billettique et informations voyageurs Gadget technologique ou un outil de la mobilité durable? www.gart.org Plaq_GART.indd 1 18/11/09 11:20:42 Logica, partenaire du GART dans la conduite

Plus en détail

Une nouvelle approche du Conseil en développement du conseil en levée de fonds & de l investissement...

Une nouvelle approche du Conseil en développement du conseil en levée de fonds & de l investissement... Une nouvelle approche du Conseil en développement du conseil en levée de fonds & de l investissement... Un engagement Voyez cette brochure comme une invitation à nous rencontrer physiquement afin de discuter

Plus en détail

La 3D à la Communauté Urbaine de Bordeaux

La 3D à la Communauté Urbaine de Bordeaux La 3D à la Communauté Urbaine de Bordeaux Mise en place, usages et organisation jpsabatier@cu-bordeaux.fr mgitton@cu-bordeaux.fr 2903/2010 1 1 M i s e e n p l a c e > C o n t e x t e O b j e c t i f s

Plus en détail

VERS DES AGORAS DE L innovation. Partie 1

VERS DES AGORAS DE L innovation. Partie 1 www.inmediats.fr 2 VERS DES AGORAS DE L innovation Partie 1 VERS DES AGORAS DE L innovation Inmédiats est un projet imaginé et construit par six centres de culture scientifique, technique et industrielle

Plus en détail

UNE VILLE QUI SAIT HABILITER SES CITOYENS À PARTICIPER AUX DÉCISIONS PUBLIQUES

UNE VILLE QUI SAIT HABILITER SES CITOYENS À PARTICIPER AUX DÉCISIONS PUBLIQUES MISE EN CONTEXTE: Réalisée à la bibliothèque Marc-Favreau dans le cadre de la démarche stratégique du bureau de la ville intelligente et numérique (BVIN), la causerie citoyenne du 16 novembre 2014 visait

Plus en détail

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011

Groupe de travail. compétences Réunion 4. 8 décembre 2011 Groupe de travail Vers une cartographie interactive des métiers et des compétences Réunion 4 8 décembre 2011 Partenaires présents D.Anglaret DireccteIledeFrance P.Henry DireccteIledeFrance F.Suarez MDEMVS

Plus en détail

Axe 1 Réussir la phase de conception des RSE

Axe 1 Réussir la phase de conception des RSE 60 PROPOSITIONS POUR DEVELOPPER DES USAGES INNOVANTS DES RESEAUX SOCIAUX D ENTREPRISE DANS LES ADMINISTRATIONS Piloté par le secrétariat général pour la modernisation de l action publique (SGMAP) et la

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

ASSEMBLEE PLENIERE. Séance du 7 juillet 2009 AVIS DU CESL BLAGNAC SUR LE PLAN DE DEPLACEMENT LOCAL DE LA VILLE DE BLAGNAC

ASSEMBLEE PLENIERE. Séance du 7 juillet 2009 AVIS DU CESL BLAGNAC SUR LE PLAN DE DEPLACEMENT LOCAL DE LA VILLE DE BLAGNAC Conseil Economique et Social Local de Blagnac ASSEMBLEE PLENIERE Séance du 7 juillet 2009 AVIS DU CESL BLAGNAC SUR LE PLAN DE DEPLACEMENT LOCAL DE LA VILLE DE BLAGNAC Rapporteurs : Jean-Michel VERNHES

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Synthèse du questionnaire en ligne

Synthèse du questionnaire en ligne èmes Rencontres Régionales pour la Biodiversité VENDREDI SEPTEMBRE 0 Université de Caen Basse-Normandie Amphithéâtre Oresme Vers un observatoire régional de la biodiversité en Basse-Normandie Synthèse

Plus en détail

STIMULER L INTELLIGENCE TERRITORIALE

STIMULER L INTELLIGENCE TERRITORIALE STIMULER L INTELLIGENCE TERRITORIALE «Le numérique au service des territoires» Une démarche pour stimuler l innovation «La meilleure façon de prédire l avenir est de l inventer» Alain Kay, pionnier de

Plus en détail

Etude d opportunité pour la coproduction d une base de données régionale du foncier à vocation économique

Etude d opportunité pour la coproduction d une base de données régionale du foncier à vocation économique Etude d opportunité pour la coproduction d une base de données régionale du foncier à vocation économique Réunion de présentation : 28 octobre 2015 IETI Consultants 17 boulevard des Etats-Unis - F-71000

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Directive Régionale d Aménagement

Directive Régionale d Aménagement Directive Régionale d Aménagement Développer les fonctions de centralité autour des quartiers de gare Cahier d intentions Septembre 2010 Mise en œuvre du Schéma Régional d Aménagement et de Développement

Plus en détail

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise)

Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Guichet unique : Aperçu des nouvelles technologies au service du Citoyen (particulier et entreprise) Développer la communication et le travail collaboratif pour mieux servir le citoyen Thomas Coustenoble

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

Agence de communication Evénementielle

Agence de communication Evénementielle Agence de communication Evénementielle L AGENCE Corp est née d un simple constat : nous ne sommes plus uniquement des consommateurs mais aussi des publics. Le brand content a réinventé le discours de la

Plus en détail

Valisette architecture

Valisette architecture Valisette architecture Qu est-ce qu un bâtiment, quels sont ses formes et ses usages? jeu des façades & à la découverte d un bâtiment - Repérer et comparer différents éléments d architecture. - Acquérir

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL

Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL Animateurs Myriam Le Goff-Pronost et Fabien Harel Les Living Labs, le Forum LLSA Thématique : Ecosystème et modèles économiques des LL Dans une démarche d innovation ouverte, le Living Lab favorise de

Plus en détail

Promenade numérique à Neuchâtel Promouvoir une mobilité douce et valoriser l urbanisme durable

Promenade numérique à Neuchâtel Promouvoir une mobilité douce et valoriser l urbanisme durable Promenade numérique à Neuchâtel Promouvoir une mobilité douce et valoriser l urbanisme durable Flâneur d Or 2014 Court Descriptif Dans le cadre des projets urbaine.ch et Holistic, la Ville de Neuchâtel,

Plus en détail

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER QUELS ENJEUX POUR NORAKER? UNE JEUNE ENTREPRISE DE POINTE EN QUÊTE DE DÉVELOPPEMENT Noraker est une entreprise scientifique :

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences

Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Groupe de travail 3 : Emploi, formation, compétences Réunion 3 11 décembre 2013 Ivry-sur-Seine Fiche synthèse Réunion 3 Emploi, formation, compétences Groupe animé par Patrick Loire, directeur des relations

Plus en détail

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics :

Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Prise en compte du développement durable dans les marchés publics : Cahier des charges pour un programme de formation à l attention des agents des institutions publiques (Collectivités locales, services

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

ENJEUX NUMÉRIQUES AUTOUR DU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITÉ

ENJEUX NUMÉRIQUES AUTOUR DU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITÉ ENJEUX NUMÉRIQUES AUTOUR DU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITÉ 15 SEPTEMBRE 2015 7 rue de Bucarest 75008 Paris - +33 1 73 00 28 00 - backelite.com PRÉSENTATION Marie PETIT Responsable du conseil et de l expérience

Plus en détail

Au cœur du marché de la cybersécurité. Incubateur de technologies innovantes & Business accelerator

Au cœur du marché de la cybersécurité. Incubateur de technologies innovantes & Business accelerator Au cœur du marché de la cybersécurité Incubateur de technologies innovantes & Business accelerator Le Contexte Les entreprises et les institutions doivent sans cesse adapter leurs moyens de détection et

Plus en détail

Education au Développement Durable. Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable

Education au Développement Durable. Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable Lyon, 23/11/11 Education au Développement Durable Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable Pierre SOULARD Responsable du service mobilité urbaine

Plus en détail

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data

Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Paris bâtit un programme stratégique de ville intelligente et accélère sur l open data Dossier de presse Mardi 23 juin 2015 1 Sommaire Edito de Jean-Louis Missika 3 Paris bâtit un programme stratégique

Plus en détail

1 - Informatisation du PCS

1 - Informatisation du PCS FICHE N 25 : LES OUTILS INFORMATIQUES Le développement des outils informatiques laisse entrevoir une possible utilisation de ces derniers dans le cadre de la gestion d un événement de sécurité civile.

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT

INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT INNOVATION INITIER UNE DÉMARCHE DE LABORATOIRE VIVANT FICHE D INTENTION MARS 2013 Propriété intellectuelle Les résultats des travaux de recherche réalisés par les chercheurs du projet demeureront la propriété

Plus en détail

La modélisation urbaine : Enjeux et action de l ADEME

La modélisation urbaine : Enjeux et action de l ADEME La modélisation urbaine : Enjeux et action de l ADEME JOURNÉE PROSPECTIVE ET D'ÉMERGENCE DE PROJETS SUR LA MODÉLISATION URBAINE ADVANCITY - 23 SEPTEMBRE 2015 THÈME 3 : COMMENT DÉPLOYER LES APPROCHES DE

Plus en détail

Compte rendu 1 er Séminaire de l Observatoire Numérique Nouvelle Calédonie Lundi 14 Mars 2011 Horaires : 8h 18h Lieu : Hôtel Le Surf à Nouméa

Compte rendu 1 er Séminaire de l Observatoire Numérique Nouvelle Calédonie Lundi 14 Mars 2011 Horaires : 8h 18h Lieu : Hôtel Le Surf à Nouméa Compte rendu 1 er Séminaire de l Observatoire Numérique Nouvelle Calédonie Lundi 14 Mars 2011 Horaires : 8h 18h Lieu : Hôtel Le Surf à Nouméa Atelier (b) : Projets clés du développement numérique en Nouvelle

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX ASHOKA ENVISAGE UN MONDE OÙ CHACUN EST ACTEUR DE CHANGEMENT: UN MONDE QUI RÉPOND RAPIDEMENT ET EFFICACEMENT AUX ENJEUX SOCIAUX ET OÙ CHAQUE INDIVIDU

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Construire la ville numérique durable

Construire la ville numérique durable Construire la ville numérique durable Retour d expérience en Nord Pas-de-Calais Séminaire «L aménagement numérique en Vaucluse, le rôle des documents d urbanisme» Avignon, le jeudi 26 novembre 2015 Laurent

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Terra Magna : premiers pas vers la définition d un SIG 3D pour l aménagement et l urbanisme

Terra Magna : premiers pas vers la définition d un SIG 3D pour l aménagement et l urbanisme Terra Magna : premiers pas vers la définition d un SIG 3D pour l aménagement et l urbanisme Cécile Haëck Nicolas Klein Rencontres SIG la Lettre 2009 Session «Le grand boom de la 3D» 1 En rubriques 1. Le

Plus en détail

Outil de veille environnementale

Outil de veille environnementale Outil de veille environnementale Qu est ce que la veille? «Activité continue et en grande partie itérative visant à une surveillance active de l environnement pour en anticiper les évolutions» Définition

Plus en détail

L immobilier d entreprise artisanale

L immobilier d entreprise artisanale e s c a L immobilier d entreprise artisanale n l B e E n j e u x L i v r S t r a t é g i P r o p o s i t i o n s Ile-de-France Rhône-Alpes Le Livre Blanc de l immobilier d entreprise artisanale Pourquoi?

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

IDEAL Connaissances. Au service de la performance publique

IDEAL Connaissances. Au service de la performance publique IDEAL Connaissances Au service de la performance publique Présentation des premières conclusions de l enquête sur la gestion technique des aires d accueil Présentation du Réseau Gens du Voyage La gestion

Plus en détail

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET

A. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DE LA DEMARCHE DU PROJET Cette étude est cofinancée par l Union européenne. L Europe s engage en Ile-de- France avec le Fonds européen de développement régional. Synthèse de l Etude «Innovation dans les entreprises de services

Plus en détail

Sage 100. La solution de gestion innovante pour les PME à l avenir prometteur

Sage 100. La solution de gestion innovante pour les PME à l avenir prometteur Sage 100 La solution de gestion innovante pour les PME à l avenir prometteur Sage 100, la solution innovante pour les PME à l avenir prometteur Une PME a des besoins de gestion spécifiques, parfois sophistiqués,

Plus en détail

L audit énergétique : maillon faible de la transition énergétique?

L audit énergétique : maillon faible de la transition énergétique? L audit énergétique : maillon faible de la transition énergétique? 26 novembre 2015 Positionnement des prestataires et limite de l audit Un audit énergétique est par définition une analyse croisée entre

Plus en détail

PARIS EXPO 2025 ET TIC

PARIS EXPO 2025 ET TIC PARIS EXPO 2025 ET TIC Les technologies de l information et de la communication sont aujourd hui omniprésentes dans nos quotidiens. Tout développement de projet, quelque soit le domaine dans lequel il

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

Présentation Printemps de la Mobilité 2014

Présentation Printemps de la Mobilité 2014 Présentation Printemps de la Mobilité 2014 Mobile en ville! Le casse-tête des villes pourquoi, un casse-tête? accroissement de la distance domicile travail séparation géographique des activités : logement,

Plus en détail

Sommaire. introduction. 1) éléments de contexte. 2) état des lieux. 3) enjeux du projet. 4) programme. 5) scénarios d aménagement.

Sommaire. introduction. 1) éléments de contexte. 2) état des lieux. 3) enjeux du projet. 4) programme. 5) scénarios d aménagement. Sommaire introduction 1) éléments de contexte 2) état des lieux 3) enjeux du projet 4) programme 5) scénarios d aménagement 6) calendrier 7) prochaine réunion publique Introduction : politique de restructuration

Plus en détail

Aubépine 2 ter rue Général Nicolet - 35200 RENNES Tel : 02 23 30 43 44 - fax : 02 23 30 43 45 - www.aubepine.fr

Aubépine 2 ter rue Général Nicolet - 35200 RENNES Tel : 02 23 30 43 44 - fax : 02 23 30 43 45 - www.aubepine.fr 1 Formations 2014 2 Sommaire Diagnostic de l arbre... 3 Gérer les arbres de parc... 4 Gérer les vieux arbres... 5 SIG : Equiper ou pas ma commune?... 6 Mettre en place un SIG pour les espaces verts...

Plus en détail

Introduction sur la gouvernance partagée, la concertation : questions clés et méthodes

Introduction sur la gouvernance partagée, la concertation : questions clés et méthodes Introduction sur la gouvernance partagée, la concertation : questions clés et méthodes Philippe Barret GEYSER et DialTer www.comedie.org Rencontre du groupe d échange «Trame verte et bleue» Parcs naturels

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Une participation volontaire des organismes de formation

Une participation volontaire des organismes de formation LES PRINCIPES CLES DE LA DEMARCHE QUALITATIVE D ACCUEIL EN FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE Une participation volontaire des organismes de formation Sur la base du volontariat et dans le cadre d un engagement

Plus en détail

Présentation du média salon

Présentation du média salon Présentation du média salon ll existe plusieurs type de salons : les salons professionnels, les salons grand public, les salons mixtes et les foires commerciales. Les salons professionnels sont des événements

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE PARIS - 25-11-2014 REINVENTE SON SITE CORPORATE AVEC DAGOBERT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE PARIS - 25-11-2014 REINVENTE SON SITE CORPORATE AVEC DAGOBERT COMMUNIQUÉ DE PRESSE PARIS - 25-11-2014 REINVENTE SON SITE CORPORATE AVEC DAGOBERT Suite à un appel d offre qui s est déroulé en mai dernier, Necotrans a fait appel à Dagobert pour développer sa nouvelle

Plus en détail

La nouvelle version du réseau social Ecovibio

La nouvelle version du réseau social Ecovibio La nouvelle version du réseau social Ecovibio Ecovibio a le plaisir de vous annoncer la sortie de la nouvelle version du site du réseau social de l éco-habitat, dont nous vous invitons à découvrir les

Plus en détail

PAPYRUS 20 octobre 2004

PAPYRUS 20 octobre 2004 20 octobre 2004 OU COMMENT ÉCRIRE LA NOUVELLE HISTOIRE DES CHANTIERS En dématérialisant les relations de travail sur les chantiers Eurovia Eurovia réalise chaque année en France plus de 30 000 chantiers

Plus en détail

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements

Le Plan de déplacementsd. au Cœur de la des Entreprises. Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. ou comment donner du sens à vos déplacements Le Plan de déplacementsd au Cœur de la Stratégie des Entreprises Démarche globale de mise en œuvre d un d P.D.E. 25 janvier 2006 Document 7ème SenS libre d utilisation sous réserve d en citer la source

Plus en détail

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013

les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 les pauses du renouvellement urbain NOTE DE CADRAGE Programme de travail 2013 CONTEXTE Les «pauses du renouvellement urbain», temps d'échange multipartenarial, se sont tenues tout au long de l année 2012.

Plus en détail

Projet. d espace de coworking. À Combronde / Puy-de-Dôme

Projet. d espace de coworking. À Combronde / Puy-de-Dôme Projet d espace de coworking À Combronde / Puy-de-Dôme CONTACT Si vous souhaitez nous rejoindre dans ce projet, nous sommes à votre disposition pour en discuter et vous apporter tout complément d information.

Plus en détail

Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions

Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions Quelle place pour la logistique en Essonne? Débats/groupes de travail du 22 octobre 2010 Synthèses des échanges et propositions d actions La logistique contribue, de manière significative, au développement

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. offres en architecture de l information cartographie. principes. objectifs.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. offres en architecture de l information cartographie. principes. objectifs. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

IUT de Belfort-Montbéliard Challenge Construction Durable 2014

IUT de Belfort-Montbéliard Challenge Construction Durable 2014 IUT de Belfort-Montbéliard Challenge Construction Durable 2014 Département Génie Civil Point presse 06/02/2014 La 5e édition du challenge national Construction Durable accueillie à Belfort Les 24 départements

Plus en détail

6 ème Orientation INFORMATION ET SENSIBILISATION THEMATIQUE 4: CREER UN SITE INTERNET. Fiche action n 6.4.0 Créer un Site Internet Grenelle Web 2.

6 ème Orientation INFORMATION ET SENSIBILISATION THEMATIQUE 4: CREER UN SITE INTERNET. Fiche action n 6.4.0 Créer un Site Internet Grenelle Web 2. Fiche action n 6.4.0 Créer un Site Internet Grenelle Web 2.0 Mettre en place un lieu de convergence digitale pour toutes les parties prenantes du développement durable sur le territoire de Cités en Champagne.

Plus en détail

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010

Livre Blanc. Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique. Mai 2010 Livre Blanc Construire un système d information collaboratif de pilotage de l action publique Mai 2010 Un livre blanc édité par : NQI - Network Quality Intelligence Tél. : +33 4 92 96 24 90 E-mail : info@nqicorp.com

Plus en détail

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction

1. Contexte de la réunion publique. 2. Introduction Compte-rendu de la réunion publique du 24 novembre 2014 1. Contexte de la réunion publique Une vingtaine de personnes s est réunie à Bordeaux Métropole le 24 novembre 2014 pour prendre connaissance du

Plus en détail

La rencontre des mondes virtuels et du web au service de puissantes applications accessibles à tous

La rencontre des mondes virtuels et du web au service de puissantes applications accessibles à tous Montrer ce qui existe ce qui n existe plus ce qui existera La rencontre des mondes virtuels et du web au service de puissantes applications accessibles à tous la-visite-virtuelle.immersivelab.fr Avec la

Plus en détail

Un service public de la donnée? Enjeux et perspectives juridiques et économiques

Un service public de la donnée? Enjeux et perspectives juridiques et économiques Un service public de la donnée? Enjeux et perspectives juridiques et économiques Christophe Krolik, Professeur de droit, Titulaire de la Chaire de recherche et d innovation Goldcorp en droit des ressources

Plus en détail

Guide du centre de ressources

Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Guide du centre de ressources Nous avons établi ce guide à l intention des enseignants qui souhaitent aborder les thèmes de la sécurité routière et de la mobilité durable

Plus en détail

Illustrer l innovation sociale

Illustrer l innovation sociale Les mercredi de l INET 22 mai 2013 Illustrer l innovation sociale Phrase obligatoire mentions date etc Une définition «L innovation sociale consiste à élaborer des réponses nouvelles à des besoins sociaux

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

D. von der Mühll, collaboratrice scientifique Chôros-EPFL, comité Rue de l Avenir. Photos van de Wetering

D. von der Mühll, collaboratrice scientifique Chôros-EPFL, comité Rue de l Avenir. Photos van de Wetering les gares à pied besoins multiples d usagers multiples «Vers, sur, sous et à travers la gare Accès et traversées pour les modes doux» / Journée d étude Soleure 15 mai 2012 Photos van de Wetering D. von

Plus en détail

Processus et services pour le développement du BIM au sein des petites collectivités territoriales. Espelette

Processus et services pour le développement du BIM au sein des petites collectivités territoriales. Espelette Processus et services pour le développement du BIM au sein des petites collectivités territoriales Sommaire Description du projet Contexte Objectifs du projet Scenarii retenus pour le travail collaboratif

Plus en détail

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus

RITUNE. Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus RITUNE Logiciel pour optimiser la consommation énergétique et les ressources dans les stations d épuration en s appuyant sur tous les processus «ENTRE 10 ET 25 % DES RESSOURCES QUI SONT NÉCESSAIRES DANS

Plus en détail