Origine des eaux souterraines

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Origine des eaux souterraines"

Transcription

1

2 Origine des eaux souterraines Les eaux souterraines proviennent essentiellement de l'infiltration dans un terrain des eaux de l atmosphère et de l hydrosphère : précipitations, eau des lacs, des océans et des cours d eau. Les magmas sont la seule source d eau neuve ou juvénile. La fusion partielle des roches du manteau ou de la croûte libère l eau incorporée aux minéraux. La vitesse d infiltration varie de 1 mètre par an dans la craie à quelques mètres par heure dans un karst (les conduits de dissolution dans un massif calcaire). Eau souterraine qui sort d une falaise de grès (Gaspésie)

3 Un aquifère = eau-porteur Adaptation d une image de Ressources naturelles Canada, Géopanorama du Canada : Un aquifère est une formation rocheuse poreuse et perméable capable d emmagasiner et de fournir une quantité appréciable d eau souterraine. C est un contenant. La partie d un aquifère où les pores et les fractures sont totalement occupées par l eau forme la zone saturée de l aquifère. Dans la zone non saturée les pores et les fractures contiennent de l air et de l eau. L eau de la zone saturée d un aquifère, eau capable de s écouler et qu on peut capter, forme une nappe d eau.

4 La porosité La porosité désigne l état d une roche qui possède des ouvertures (des vides). C est dans ce sens qu on parle de porosité primaire, celle due aux pores qui se forment au moment de la naissance de la roche, et de porosité secondaire, celle due aux fractures qui apparaissent dans la roche au cours de sa vie. La porosité désigne aussi une série de paramètres «n» qui mesurent l influence de ces ouvertures sur l eau que peut contenir une roche. Dans tous les cas : n = x 100 % volume d eau volume de la roche Nous n aborderons pas le problème de savoir comment on mesure en laboratoire les divers paramètres n.

5 Le n le plus simple est obtenu en utilisant le volume de tous les vides de la roche. C est la porosité totale. La porosité totale n est que de quelques % dans une roche cristalline saine, comme un granite non fracturé. Elle peut monter à plus de 50 % dans un dépôt meuble d argile. La porosité totale d un dépôt de sable et de gravier se situe entre 25 et 40 %. Sa valeur dépend de la forme des particules, de la granulométrie et du tassement. Notamment, une granulométrie échelonnée (étalée) et un bon mélange des particules donne des porosités plus faibles qu une granulométrie uniforme (serrée).

6 Ce massif rocheux a acquis au fil du temps une forte porosité secondaire (Cabo Espichel, Portugal).

7 Question Quel avantage tire-t-on dans le cas d un béton de ciment à utiliser des granulats dont la granulométrie est échelonnée? Réponse : Une granulométrie échelonnée laisse moins de vides et exige une plus petite quantité de pâte de ciment. Comme le ciment est beaucoup plus cher que les agrégats, on économise beaucoup d argent. [Un excès de ciment donne aussi un béton dont la surface se fendille excessivement et qui se dégrade plus rapidement.]

8 Une nappe libre ou captive Une nappe est libre si elle se trouve dans un aquifère qui a une zone non saturée et que sa surface peut monter et descendre librement en fonction des entrées et des sorties d eau. Une nappe libre superficielle, qu on peut donc exploiter avec un puits simple, est dite phréatique (du grec «puits»). Une nappe est captive si elle se trouve dans un aquifère entièrement saturé recouvert partout, à l exception de son aire d alimentation, par une formation de faible perméabilité.

9 Une nappe perchée Imaginez un grand aquifère qui possède une zone non saturée. Une formation imperméable peut créer un second aquifère dans cette zone. La nappe libre qui occupe ce second aquifère (de temps à autre) est une nappe perchée.

10 La frange capillaire La surface d une nappe captive est bien définie, la nappe se terminant au contact de la couverture de faible perméabilité (du plafond du contenant). La surface d une nappe libre est moins nette parce que l eau monte plus haut que la nappe par capillarité (le nom vient du fait qu on a d abord étudié cet effet dans des tubes fins comme des cheveux). La transition de la zone saturée à la zone non saturée se fait donc sur une certaine épaisseur, la frange capillaire. Frange d un tube de carton trempant dans l eau Zone saturée

11 En pratique, on peut trouver la surface libre de la nappe en creusant un trou jusqu à la nappe, c est-à-dire en enlevant les pores et les fissures où l eau monte par capillarité. Le niveau de l eau dans le trou nous indique le sommet de la nappe. Aquifère Surface libre frange nappe Zone non saturée Zone saturée L eau de la frange a un comportement très différent de celle de la nappe parce qu elle est en quelque sorte suspendue à la roche. Notamment, elle ne peut pas s écouler comme l eau d une nappe ou être captée par un puits.

12 Infiltration des précipitations L eau de pluie ou l eau de fonte de la neige se répartit en eau de ruissellement qui participe à l écoulement de surface et en eau d infiltration qui pénètre dans les pores et les fractures du terrain. Dans les premières dizaines de centimètres du terrain, cette eau d infiltration est retournée en tout ou en partie à l atmosphère par évaporation et par transpiration des plantes. En France, l évapotranspiration correspond en moyenne aux 3/5 des précipitations. Image tirée de L eau souterraine, Les cahiers de l Agence de l Eau Artois- Picardie.

13 L eau d infiltration qui franchit la zone d évapotranspiration rencontre un second obstacle à sa descente dans le terrain. Elle colle aux particules d humus et d argile (et à divers autres minéraux) par adsorption ; elle se fait piéger dans les petits espaces vides par capillarité. C est le phénomène de rétention dont nous avons déjà parlé. Quand l infiltration amène une quantité d eau qui dépasse le volume d eau de rétention, la force d attraction de la Terre peut alors attirer l eau non retenue en profondeur. Cette eau mobile qui s infiltre par gravité est appelée eau gravitaire.

14

15 Question L été, après une période de sécheresse, une petite pluie n arrive pas en général à alimenter la nappe d eau d un terrain comme elle le fait habituellement. Pourquoi? Réponse : L eau de rétention ne peut pas s égoutter, mais elle peut s évaporer. L air sec qui circule dans le terrain durant la sécheresse diminue la quantité d eau de rétention qui se trouve dans le terrain. La première petite pluie doit refaire la réserve d eau de rétention avant que de l eau gravitaire puisse alimenter la nappe d eau.

16 La porosité efficace n e L eau gravitaire est l eau mobile d un aquifère, celle qui sort par les sources et les puits. On peut l extraire d un échantillon initialement saturé par simple égouttage (figure ci-contre), c est-à-dire en laissant agir l attraction de la Terre. La porosité efficace n e d une roche nous dit combien elle peut contenir d eau gravitaire : n e = x 100 % volume d eau gravitaire volume de la roche La porosité efficace d un dépôt d argile ayant une porosité totale de 50 % n est possiblement que de quelques % parce que l eau est retenue par les très fines particules. La rétention étant moins importante, la porosité efficace d un dépôt de sable ou de gravier est plus proche de sa porosité totale.

17 L écoulement de l eau souterraine L eau souterraine se déplace à cause de l attraction de la Terre et elle s écoule toujours de façon à perdre de la hauteur. Comme le montre la figure, il existe deux types de différence de hauteur qui font s écouler l eau d un réservoir A vers un réservoir B (tant que les niveaux d eau sont différents). La différence de hauteur d eau crée une différence de «pression» entre les 2 bouts du tuyau rouge. Différence de hauteur H de l eau A Même hauteur d eau A B Différence de hauteur z du fond B Même hauteur du fond

18 La pression est la force par m 2 que l eau exerce sur les parois d un réservoir comme celui de droite. Cette force résulte du fait qu un «morceau» d eau doit supporter le poids des morceaux d eau situés audessus de lui dans le réservoir et celui d une colonne d air montant jusqu au sommet de l atmosphère. Puisque l eau résiste à l écrasement, comme les ressorts utilisés pour la représenter sur la figure, la charge verticale qu elle supporte l amène à pousser sur les parois du réservoir. À la surface de l eau, la pression résulte du seul poids de l air, puis elle augmente avec la profondeur. La pression pression atmosphérique pression croissante Colonne d air morceau d eau morceau d eau morceau d eau morceau d eau

19 L exemple ci-dessous devrait vous convaincre que, pour un réservoir ouvert sur l atmosphère (surface libre), la pression ne dépend que de la profondeur et pas du tout de la forme du réservoir. air Surface libre pression atmosphérique La pression ne dépend que de la profondeur H depuis la surface libre air équivalent à

20 La pression dans une nappe La complexité du réservoir n ayant pas d importance, la discussion précédente s applique à une nappe d eau qui occupe un réseau de fractures et de pores dans un terrain. Si l eau est stagnante (immobile) comme dans la discussion. Elle s applique à une nappe libre malgré sa frange capillaire. En effet, l eau de la frange ne pèse pas sur l eau de la nappe. Elle s applique aussi à une nappe captive puisqu elle a nécessairement en quelque part une aire d alimentation ouverte sur l atmosphère. Aire d alimentation aquifère surface libre = pression atmosphérique La pression dépasse la pression atmosphérique et ne dépend que de H H Nappe stagnante

21 Si l eau de la nappe est en mouvement, cela ne change rien à la surface libre. Comme celle-ci est en contact avec l atmosphère (par le réseau de fractures et de pores du terrain), la pression reste la pression atmosphérique. Le mouvement diminue cependant la pression pour un point P de la nappe situé sous la surface libre. On peut mesurer cette pression ainsi : on enfonce un tube ouvert aux deux bouts dans le terrain jusqu au point P ; on laisse l eau de la nappe monter dans le tube et se stabiliser ; l eau du tube étant stagnante, la pression est fixée par la profondeur H du point P depuis la surface de l eau dans le tube. Ce tube est un piézomètre (= pression-mesure).

22 surface libre : pression atmosphérique P 2 2 nappe libre Formation de faible perméabilité 1 nappe captive P 1 Formation de faible perméabilité Principe du piézomètre. La pression dans l eau en mouvement, aux points P, est fixée par la profondeur H de l eau dans chaque piézomètre. L eau du tube agit comme un bouchon, son poids équilibrant la poussée vers le haut créée par la pression qui existe à l extrémité inférieure du tube.

23 Question Pour faire des mesures précises le tube d un piézomètre doit avoir un diamètre qui dépasse 1 cm. Quel est la source d erreur si le tube est plus fin? Réponse : Avec un tube fin la force capillaire fait grimper l eau dans le tube plus haut que la hauteur nécessaire pour créer la pression qu on cherche à mesurer. Plus le tube est fin et plus l erreur est grande.

24 La charge hydraulique h La charge hydraulique h en un point P d une nappe combine les deux hauteurs évoquées précédemment. L eau de la nappe s écoule d un point P 1 vers un point P 2 seulement si elle perd ainsi de la charge hydraulique. h = z + H où z est l altitude du point P mesurée depuis une référence quelconque et H est la profondeur de l eau dans un piézomètre enfoncé jusqu au point P. Si on préfère, h est l altitude de la surface de l eau dans le piézomètre. Dans une nappe stagnante, la surface libre est horizontale et l eau dans un piézomètre se stabilise à cette hauteur. La figure montre que cela donne la même charge hydraulique partout. Cela est normal puisque l eau ne bouge pas. contenant rempli de sable référence (z=0) z 1 H 2 surface libre H 1 z 2 h = z 1 +H 1 = z 2 +H 2

25 Puisque la pression est partout atmosphérique à la surface d une nappe libre (H = 0), cette surface doit pencher dans le sens de l écoulement pour que z (et donc h) diminue. Dans le cas d une nappe captive, c est la surface de l eau dans une série de piézomètres qui doit pencher dans le sens de l écoulement. nappe libre nappe captive h 1 =z 1 h 2 =z 2 h 1 h 2 h 3 référence (z=0)

26 Question On remarque sur une image utilisée plus tôt que la nappe libre est rabattue (enfoncée) autour d un puits qui en tire activement de l eau. Pourquoi cet enfoncement est-il nécessaire? Réponse : Le puits étant actif, l eau s écoule vers lui (flèches blanches). Or, l eau ne s écoule que si cela lui fait perdre de la charge hydraulique. Comme l eau de surface ne peut pas perdre de profondeur (H=0), elle doit perdre de l altitude z en direction du puits.

27 La surface piézométrique Nous venons de voir que l eau d une nappe s écoule dans la direction où sa surface libre réelle ou équivalente (dans des piézomètres) penche. On parle de surface piézométrique. Pour une nappe libre, c est simplement la surface de l eau de la nappe. Pour une nappe captive, c est la surface de l eau dans une série de piézomètres enfoncés jusqu à la surface de la nappe. L eau de la partie captive d une nappe est située en profondeur (par rapport à l aire d alimentation) et sa pression dépasse toujours la pression atmosphérique. Elle va donc monter dans un piézomètre. La surface piézométrique de la partie captive d une nappe se trouve donc toujours plus haut que le plafond sur lequel bute l eau.

28 Dans cet exemple, on a une nappe captive où l eau stagne. La surface libre dans l aire d alimentation est horizontale et la pression dans l eau est fixée par la profondeur sous cette surface. En suivant le plafond de la partie captive, chaque diminution d altitude z est exactement compensée par une augmentation de profondeur H. C est ainsi que la surface piézométrique reste partout horizontale (pas d écoulement) et au-dessus du plafond. aire d alimentation plafond

29 Dans cet exemple, l eau de l aquifère se déplace de droite à gauche. La surface piézométrique doit donc monter progressivement vers la droite. Elle suit d abord la surface libre de la nappe. On pourrait trouver sa position en creusant des trous et en observant le niveau des mares d eau. Le plafond de la partie captive ayant une altitude constante, c est par une augmentation progressive de la pression vers la droite que la charge hydraulique poursuit sa montée et que la surface piézométrique passe au-dessus du plafond. surface libre plafond

30 Une nappe artésienne On appelle artésienne (du nom de la région d Artois en France) une nappe captive dont la surface piézométrique passe au-dessus du niveau du sol en certains endroits. L eau jaillit toute seule d un puits creusé à l un de ces endroits puisqu elle devrait monter jusqu à la surface piézométrique pour réussir à équilibrer la pression qui la pousse vers le haut. On a un puits sans pompage, un puits artésien. puits artésien

Partie 2. Quelques notions d Hydrogéologie Générale. Hydrogéologie : discipline qui a pour objet l étude de l eau souterraine

Partie 2. Quelques notions d Hydrogéologie Générale. Hydrogéologie : discipline qui a pour objet l étude de l eau souterraine Partie 2. Quelques notions d Hydrogéologie Générale Hydrogéologie : discipline qui a pour objet l étude de l eau souterraine 23 précipitations ruissellement infiltration évaporation Pluie = E + R + I Alimentation

Plus en détail

SYNDICAT MIXTE D'ETUDES POUR LA GESTION DE LA RESSOURCE EN EAU DU DEPARTEMENT DE LA GIRONDE

SYNDICAT MIXTE D'ETUDES POUR LA GESTION DE LA RESSOURCE EN EAU DU DEPARTEMENT DE LA GIRONDE Etude des possibilités de déplacement vers le Nord-Est de prélèvements effectués pour l'alimentation en eau potable dans la nappe de l'eocène au droit de la vallée de l'isle SYNTHESE DE L'ÉTUDE REALISEE

Plus en détail

Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins

Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins Cibler cinq principaux points de contrôle sur un chantier Cinq essentiels Étapes charnières où plusieurs problèmes peuvent être évités Toujours moins $$ de corriger en chantier plutôt qu une fois terminé

Plus en détail

CHAPITRE 3 / ORIGINE ET CAPTAGE DES EAUX

CHAPITRE 3 / ORIGINE ET CAPTAGE DES EAUX Origine des eaux Figure 3.1 : Cycle de l eau Eaux souterraines a- Nappes libres : Lorsque la nappe peut se développer librement vers le haut, on dit que cette nappe est une nappe libre. Puits Terrain naturel

Plus en détail

DECOUVRIR UN PAYSAGE

DECOUVRIR UN PAYSAGE DECOUVRIR UN PAYSAGE Le paysage est compliqué, il se révèle d un coup au regard mais demande un effort de compréhension. Il est en effet le résultat de transformations très différentes. En premier lieu,

Plus en détail

RAPPORT SUR LE TEST DE MINIFORAGES ET POINTS FILTRANTS EN CASAMANCE

RAPPORT SUR LE TEST DE MINIFORAGES ET POINTS FILTRANTS EN CASAMANCE RAPPORT SUR LE TEST DE MINIFORAGES ET POINTS FILTRANTS EN CASAMANCE Travaux réalisées par l entrepreneur Mamadou Mballo en partenariat avec l ONG Entreprise Works Rapport réalisé par Sílvia Gaya, Bureau

Plus en détail

LE RÔLE DES EAUX COURANTES. Comment les eaux courantes façonnent- elles le paysage?

LE RÔLE DES EAUX COURANTES. Comment les eaux courantes façonnent- elles le paysage? Les paysages évoluent sous l action de l érosion, mais qu est ce que l érosion? C est l ensemble des phénomènes qui, à la surface du globe, enlèvent une partie des terrains existants et modifient ainsi

Plus en détail

la pression et de la température. Les molécules d hydrocarbures vont alors migrer d autant

la pression et de la température. Les molécules d hydrocarbures vont alors migrer d autant et huiles ainsi la roche mère. la pression et de la température. Les molécules d hydrocarbures vont alors migrer d autant imperméable, les molécules s accumulent sous cet obstacle. La roche poreuse contenant

Plus en détail

2. Attributs de l entité BD-LISA 113BA et 113AG

2. Attributs de l entité BD-LISA 113BA et 113AG Fiche éditée en octobre 2012 Page 1 Code et libellé des entités NV3 : 01 : Faciès marneux du Ludien moyen (Eocène supérieur) du Bassin Parisien 03 : Masses et Marnes du Gypse de l'eocène du Bassin Parisien

Plus en détail

7 avant-propos 9 le domaine d application du guide Choix des produits Définition de l installation

7 avant-propos 9 le domaine d application du guide Choix des produits Définition de l installation SOMMAIRE 7 Avant-propos 9 Le domaine d application du guide 11 Choix des produits 11 1. Marquage CE des dispositifs d épuration (mise sur le marché européen des produits) 13 2. Documents complémentaires

Plus en détail

Présentation de l entreprise. Méthodologie de construction des ouvrages coulés en place avec terrassement par havage. Moyens humain.

Présentation de l entreprise. Méthodologie de construction des ouvrages coulés en place avec terrassement par havage. Moyens humain. Présentation de l entreprise. des ouvrages coulés en place avec terrassement par havage. Moyens humain. Moyen en matériel. Outils informatiques. Photos diverses. Présentation de l entreprise L entreprise

Plus en détail

Eaux souterraines. Captages AEP. Formation commissaires enquêteurs 17 octobre 2012 Paul CHEMIN

Eaux souterraines. Captages AEP. Formation commissaires enquêteurs 17 octobre 2012 Paul CHEMIN Eaux souterraines Captages AEP Formation commissaires enquêteurs 17 octobre 2012 Paul CHEMIN Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du Logement Languedoc Roussillon Eaux souterraines

Plus en détail

1 ) Fonctions des fondations :

1 ) Fonctions des fondations : On appelle fondation, la partie d'un ouvrage reposant sur un terrain d'assise auquel sont transmises toutes les charges permanentes et variables supportées par cet ouvrage. 1 ) Fonctions des fondations

Plus en détail

Module Les mélanges et la circulation de la matière. Thème 7 La pression des fluides

Module Les mélanges et la circulation de la matière. Thème 7 La pression des fluides Module Les mélanges et la circulation de la matière Thème 7 La pression des fluides La pression est une mesure de la force qui agit de façon perpendiculaire sur une certaine surface. Lorsque tu appuies

Plus en détail

Réseau de la Dent de Crolles

Réseau de la Dent de Crolles Réseau de la Dent de Crolles Descriptif détaillé de la Traversée P40 - Glaz version été 2014 (pour une version actualisée : http://www.sssi.fr rubrique «topos») Spéléo SecourS Isère - SSSI ATTENTION -

Plus en détail

Chapitre 3 HYDRAULIQUE DES SOLS. Dans ce chapitre nous étudierons les écoulements permanents dans un sol saturé.

Chapitre 3 HYDRAULIQUE DES SOLS. Dans ce chapitre nous étudierons les écoulements permanents dans un sol saturé. Chapitre 3 HYDRAULIQUE DES SOLS Dans ce chapitre nous étudierons les écoulements permanents dans un sol saturé. 3.1 - DÉFINITIONS 3.1.1 - Vitesse de l eau dans le sol Par définition, la vitesse apparente

Plus en détail

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc»

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» un projet du Programme de Gestion et de Protection de l Environnement en Maroc (PGPE) en coopération

Plus en détail

Fiche 6 a Conditions techniques de réalisation d un forage : précautions particulières et foration

Fiche 6 a Conditions techniques de réalisation d un forage : précautions particulières et foration Fiche 6 a Conditions techniques de réalisation d un forage : précautions particulières et foration Dispositions techniques spécifiques de l arrêté «forage» du 11 septembre 2003 (article 7). Conditions

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME

FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF (SPANC) COMMUNE de : DOSSIER de Mme / Mr : FORMULAIRE DE DEMANDE D INSTALLATION ou DE REHABILITATION D UN SYSTEME D ASSAINISSEMENT AUTONOME Pour tous renseignements

Plus en détail

Petites expériences avec l'eau et l'air Matériel : deux verres, deux bougies

Petites expériences avec l'eau et l'air Matériel : deux verres, deux bougies Petites expériences avec l'eau et l'air Matériel : deux verres, deux bougies Place un verre sur une bougie. Que constates-tu? Place en même temps le grand et le petit verre sur les deux bougies. Que constates-tu?

Plus en détail

DECOUVRIR UN PAYSAGE

DECOUVRIR UN PAYSAGE DECOUVRIR UN PAYSAGE Le paysage est un ensemble complexe qui se révèle d un coup au regard mais demande un effort de compréhension. Il est en effet le résultat d une évolution à des échelles temporelles

Plus en détail

RESISTANCE DES MATERIAUX

RESISTANCE DES MATERIAUX RESISTANCE DES MATERIAUX Par: Richard Bonneville * Il s agit ici, non pas d un exposé technique, mais simplement d une rapide description des principaux matériaux de construction: la pierre (de construction),

Plus en détail

Voici ci-dessous la correction de l exercice de la page 149. A partir de cette correction type, faites votre autocorrection en vert.

Voici ci-dessous la correction de l exercice de la page 149. A partir de cette correction type, faites votre autocorrection en vert. Voici ci-dessous la correction de l exercice de la page 149. A partir de cette correction type, faites votre autocorrection en vert. Ex de la page 149 Ques 3 page 149 : La roche qui forme la partie la

Plus en détail

Licence Professionnelle. Exercices et problèmes d hydrogéologie. Corrigé

Licence Professionnelle. Exercices et problèmes d hydrogéologie. Corrigé Licence Professionnelle Exercices et problèmes d hydrogéologie Corrigé Exercice 1) Calculer le gradient hydraulique et le contraste de perméabilité K2/K1. Exercice 2) Déterminer le débit d'un puits en

Plus en détail

Vulnérabilité des eaux souterraines: Enjeux et perspectives. Lorienne Thüler

Vulnérabilité des eaux souterraines: Enjeux et perspectives. Lorienne Thüler Vulnérabilité des eaux souterraines: Enjeux et perspectives Lorienne Thüler Exploitation des eaux souterraines en CH 80% de l eau potable provient de l eau souterraine Différents traitements à différents

Plus en détail

Introduction générale à la géologie de Bruxelles

Introduction générale à la géologie de Bruxelles Introduction générale à la géologie de Bruxelles Christian SCHROEDER & Pierre GERARD, ULB christian.schroeder@ulb.ac.be piergera@ulb.ac.be Journée d étude SBGIMR 22/02/2013 Les pièges de la géologie de

Plus en détail

Les Chirats dans le massif du Pilat

Les Chirats dans le massif du Pilat Les Chirats dans le massif du Pilat Notre région, et plus particulièrement le massif du Pilat, comporte des paysages particuliers, rares à l échelle du globe, ce sont les Chirats. Ces «langues rocheuses»

Plus en détail

ULTIMATE. Protect PROTECTION FEU PASSIVE. Manuel d'installation et de spécifications

ULTIMATE. Protect PROTECTION FEU PASSIVE. Manuel d'installation et de spécifications PROTECTION FEU PASSIVE TM ULTIMATE Protect La formule pour une isolation efficace des conduits de ventilation et de désenfumage Manuel d'installation et de spécifications Le Leader Mondial de l'isolation

Plus en détail

Corrigé du bac 2015 : SVT obligatoire Série S Asie

Corrigé du bac 2015 : SVT obligatoire Série S Asie Corrigé du bac 2015 : SVT obligatoire Série S Asie BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2015 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE SÉRIE S Durée de l épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L usage

Plus en détail

Les jardins pluviaux. Association des Bassins Versants de la grande et Petite Rivière Tracadie inc. Équipe des Bassins Versants de Tracadie

Les jardins pluviaux. Association des Bassins Versants de la grande et Petite Rivière Tracadie inc. Équipe des Bassins Versants de Tracadie Association des Bassins Versants de la Grande et Petite Rivière Tracadie inc. 2016 Les jardins pluviaux Équipe des Bassins Versants de Tracadie Association des Bassins Versants de la grande et Petite Rivière

Plus en détail

> Filières. Schémas techniques. Assainissement non collectif. Tranchées d épandage. Ventilation de colonne de chute.

> Filières. Schémas techniques. Assainissement non collectif. Tranchées d épandage. Ventilation de colonne de chute. Schémas techniques > Filières Tranchées d épandage Ventilation de colonne de chute. Ventilation haute. Tuyau d extraction ø00mm pris en sortie de fosse avec extracteur statique ou éolien en toiture. Canalisation

Plus en détail

Ressources majeures en eau potable

Ressources majeures en eau potable KARST DU MASSIF DU JURA Ressources majeures en eau potable pour aujourd hui et pour demain Inventaire, gestion et protection Source Bleue à Malbuisson Quels enjeux? L alimentation en eau potable de nos

Plus en détail

D où vient l eau? Quel est son parcours jusqu au robinet? Que devient-elle après avoir été salie?

D où vient l eau? Quel est son parcours jusqu au robinet? Que devient-elle après avoir été salie? D où vient l eau? Quel est son parcours jusqu au robinet? Que devient-elle après avoir été salie? D où vient l eau? Grâce à son cycle naturel, l eau alimente la végétation, les rivières, les mers ainsi

Plus en détail

Forage et fracturation hydraulique

Forage et fracturation hydraulique Forage et fracturation hydraulique Jean-Jacques Biteau d après la documentation utilisée en conférences par Total Plan La conception des puits pétroliers La construction des puits La fracturation hydraulique

Plus en détail

CONCLUSION GENERALE - 245. Transfert par infiltration de l'eau et du soluté dans les sols non saturés - Utilisation de la méthode TDR-

CONCLUSION GENERALE - 245. Transfert par infiltration de l'eau et du soluté dans les sols non saturés - Utilisation de la méthode TDR- CONCLUSION GENERALE - 245 - 246 CONCLUSION GENERALE L'étude présentée dans ce mémoire concerne principalement l'analyse et l'interprétation d'essais d'infiltration d'eau et de soluté réalisés, au laboratoire,

Plus en détail

Epuration Assainissement autonome

Epuration Assainissement autonome Epuration Assainissement autonome P20.1/2 Réglementation P20.3/4 Différentes filières de traitement P21 Fosses toutes eaux P22 Fosse toutes eaux polyéthylène P23 Micro station 20.0 Epuration Aspect réglementaire

Plus en détail

LE FORAGE HORIZONTAL

LE FORAGE HORIZONTAL LE FORAGE HORIZONTAL 1.Principe Ce procédé est spécialement conçu pour réaliser des travaux de forage horizontal avec fonçage de gaines de protection, de diamètre nominal 400 mm à 2800 mm. Il permet le

Plus en détail

Cours Mr Lemdani EPAU

Cours Mr Lemdani EPAU 1. éfinitions. Les fondations. La fondation d un bâtiment ou d un ouvrage est la partie de ce dernier qui repose sur un terrain ou sol d assise et qui transmet à ce dernier toutes les sollicitations (charges

Plus en détail

Porosité, perméabilité en grand et en petit des basaltes

Porosité, perméabilité en grand et en petit des basaltes Séquence 3 : Quels sont les comportements des roches vis à vis de l'eau? Porosité, perméabilité en grand et en petit des basaltes L'eau des précipitations peut ruisseler en surface, et participer à la

Plus en détail

Drain up Postes de relevage pour l habitat individuel vers un assainissement non col ectif o d u a v s e sa rs in le iss r e é m se e a n u t colectif

Drain up Postes de relevage pour l habitat individuel vers un assainissement non col ectif o d u a v s e sa rs in le iss r e é m se e a n u t colectif Drain up Postes de relevage pour l habitat individuel vers un assainissement non collectif ou vers le réseau d assainissement collectif Une gamme de postes de relevage pour différentes applications Bac

Plus en détail

Pour les élèves de tous niveaux :

Pour les élèves de tous niveaux : Pour les élèves de tous niveaux : L écologie: protection de la nature Projet de classe pour venir à l Aquarium : Tout le monde connait la poésie : «océan 00» de Claude Roy Si tu trouves sur la plage Un

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif 39, Grande Rue- 71340 IGUERANDE Tél. : 06.43.28.22.30. / 03.85.25.94.20. Mail : spancdubrionnais@orange.fr Commune de : Demande d autorisation pour l installation

Plus en détail

LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU

LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Fitiavana - Tanindrazana - Fandrosoana LIVRET DES SOURCES D APPROVISIONNEMENT EN EAU MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE 1 Introduction L accès à l eau potable et à l assainissement

Plus en détail

COURS DE SCIENCES PHYSIQUES Classe de 2 nd GT

COURS DE SCIENCES PHYSIQUES Classe de 2 nd GT NOM et Prénom de l élève : COURS DE SCIENCES PHYSIQUES Classe de 2 nd GT ACTIVITÉS 9 PRESSION FORCES PRESSANTES 10 COMPORTEMENT DES GAZ 11 PRESSION DANS UN LIQUIDE 1 Activité 9 OBJECTIFS Etre capable de

Plus en détail

F fluide / S = Fluide à la pression P S 1. Fluide à la pression P S 3 S 2

F fluide / S = Fluide à la pression P S 1. Fluide à la pression P S 3 S 2 Chapitre 9 : Pression et sport (Physique SPORT) Objectifs : Savoir que dans les liquides et les gaz la matière est constituée de molécules en mouvement. Utiliser la relation P = F/S, F étant la force pressante

Plus en détail

LA SÉLECTION DES POMPES CENTRIFUGES ET L INTERPRÉTATION DES COURBES CARACTÉRISTIQUES

LA SÉLECTION DES POMPES CENTRIFUGES ET L INTERPRÉTATION DES COURBES CARACTÉRISTIQUES LA SÉLECTION DES POMPES CENTRIFUGES ET L INTERPRÉTATION DES COURBES CARACTÉRISTIQUES 4.0 LES CLASSES DE POMPES On divise les pompes en deux grandes classes, dynamique et déplacement positif. Les pompes

Plus en détail

Sc7.4 : La croûte terrestre

Sc7.4 : La croûte terrestre Sciences 7 e année 2015 Nom : Classe : Sc7.4 : La croûte terrestre A. Les roches et minéraux 1. définitions et exemples (p.326) 2. Les trois familles de roches (p.326) Les roches ignées intrusives et extrusives,

Plus en détail

T5 COMMENT PEUT-ON SE DEPLACER DANS UN FLUIDE?

T5 COMMENT PEUT-ON SE DEPLACER DANS UN FLUIDE? T5 COMMENT PEUT-ON SE DEPLACER DANS UN FLUIDE? 1. Pourquoi un bateau flotte-t-il? a. Mise en évidence de la force de poussée d Archimède Matériel : Un solide cylindrique - Un dynamomètre et son support

Plus en détail

Les effets liés à l exploration et l exploitation des ressources naturelles sur les nappes phréatiques aux Iles-de-la-Madeleine.

Les effets liés à l exploration et l exploitation des ressources naturelles sur les nappes phréatiques aux Iles-de-la-Madeleine. Les effets liés à l exploration et l exploitation des ressources naturelles sur les nappes phréatiques aux Iles-de-la-Madeleine. 1 Installations principales de surface Puits de production (#2) 259 m de

Plus en détail

Protection des captages

Protection des captages En Wallonie, 80 % de l eau potable provient des nappes d eau souterraine soit environ 310.000 m 3 par an. Les 20 % restants sont quant à eux prélevés dans les eaux de surface (cours d eau, lacs, etc.).

Plus en détail

ECOULEMENT UNIFORME : LECON 4 : DISTRIBUTION DES VITESSES ET FORMES DES CANAUX ET DES RIVIERES

ECOULEMENT UNIFORME : LECON 4 : DISTRIBUTION DES VITESSES ET FORMES DES CANAUX ET DES RIVIERES ECOULEMENT UNIFORME : LECON 4 : DISTRIBUTION DES VITESSES ET FORMES DES CANAUX ET DES RIVIERES Objectifs Suite aux 3 premières leçons, nous disposons d'une équation de l'écoulement uniforme, ainsi que

Plus en détail

Une brique dans le cartable. Equilibre et Verticalité

Une brique dans le cartable. Equilibre et Verticalité Une brique dans le cartable Equilibre et Verticalité Une brique dans le cartable Equilibre et Verticalité Points de départ possibles - Pourquoi construire sa maison avec des murs verticaux? - Pourquoi

Plus en détail

INTRODUCTION. Les travaux de la construction du point d eau de la localité de MBOURSOU ont été effectués en cinq (06) phases :

INTRODUCTION. Les travaux de la construction du point d eau de la localité de MBOURSOU ont été effectués en cinq (06) phases : INTRODUCTION Les travaux de la construction du point d eau de la localité de MBOURSOU ont été effectués en cinq (06) phases : I- FORATION II- CONSTRUCTION DE LA SPERSTRUCTURE III- ESSAI DE POMPAGE IV-

Plus en détail

Mouvements de terrain

Mouvements de terrain Mouvements de terrain RISQUES ET CATASTROPHES NATURELS Mouvements de terrain Les mouvements de terrain regroupent un ensemble de déplacements, plus ou moins brutaux, du sol ou du sous-sol, d origine naturelle

Plus en détail

CHAPITRE 1 - NOTIONS DE GEOLOGIE

CHAPITRE 1 - NOTIONS DE GEOLOGIE CHAPITRE 1 - NOTIONS DE GEOLOGIE I - LA PLANETE TERRE : I - 1 Formation de la terre : Les astronomes et les astrophysiciens supposent que la création de l univers remonte à 15 milliards d années et celle

Plus en détail

AMENDEMENT AU RÈGLEMENT N «RÈGLEMENT SUR LES BRANCHEMENTS À L ÉGOUT»

AMENDEMENT AU RÈGLEMENT N «RÈGLEMENT SUR LES BRANCHEMENTS À L ÉGOUT» CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SEPT-ÎLES RÈGLEMENT N 2012-238 AMENDEMENT AU RÈGLEMENT N 92-964 «RÈGLEMENT SUR LES BRANCHEMENTS À L ÉGOUT» ATTENDU QUE le conseil municipal a adopté le 19 octobre 1992

Plus en détail

Pression dans les liquides.

Pression dans les liquides. http://www.bauchrie.sscc.edu.lb Pression dans les liquides. http://mazenhabib.webs.com 1 Notion de pression. La pression exercée sur un corps diminue lorsque l aire de la surface de contact augmente. Ex

Plus en détail

Animation pédagogique Air et objets volants(1) Circonscriptions de Montigny - Guyancourt

Animation pédagogique Air et objets volants(1) Circonscriptions de Montigny - Guyancourt Animation pédagogique 2005-2006 Air et objets volants(1) Circonscriptions de Montigny - Guyancourt Ce document est un essai de synthèse des activités que l on peut réaliser autour des questions posées

Plus en détail

L incertain. Plan. Agir dans l incertitude. Agir dans l incertain; Probabilités; Distributions de probabilités jointes; Indépendance.

L incertain. Plan. Agir dans l incertitude. Agir dans l incertain; Probabilités; Distributions de probabilités jointes; Indépendance. L incertain 1 Plan Agir dans l incertain; Probabilités; Distributions de probabilités jointes; Indépendance. 2 Agir dans l incertitude Les approches logiques que l on a vues aux chapitres précédents permettent

Plus en détail

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc»

Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» Formation «Planification, construction, exploitation et fermeture des décharges contrôlées au Maroc» un projet du Programme de Gestion et de Protection de l Environnement en Maroc (PGPE) en coopération

Plus en détail

LA KARSTIFICATION. par Johan BARRIQUAND et Lionel BARRIQUAND

LA KARSTIFICATION. par Johan BARRIQUAND et Lionel BARRIQUAND LA KARSTIFICATION par Johan BARRIQUAND et Lionel BARRIQUAND ARPA, UFR des Sciences de la terre, Université Claude Bernard, Lyon I, Villeurbanne, France Sommaire 1. Dossier de documentation Enseignant :

Plus en détail

TP PRESSION. Montrer l'existence de forces pressantes exercées par l'air sur une paroi. Pompe à vide ; Cloche à vide ; Gants de ménagère ; sphère

TP PRESSION. Montrer l'existence de forces pressantes exercées par l'air sur une paroi. Pompe à vide ; Cloche à vide ; Gants de ménagère ; sphère LA POMPE A VIDE Objectif : TP PRESSION Montrer l'existence de forces pressantes exercées par l'air sur une paroi. Matériel : Pompe à vide ; Cloche à vide ; Gants de ménagère ; sphère LA CAPSULE MANOMETRIQUE

Plus en détail

PHYSIQUE N4 1 PRESSIONS P = F / S. 1.1 Définition : 1 Bar = 1 kg / cm 2. Quand une force s exerce sur une surface il en résulte une pression.

PHYSIQUE N4 1 PRESSIONS P = F / S. 1.1 Définition : 1 Bar = 1 kg / cm 2. Quand une force s exerce sur une surface il en résulte une pression. 1 PRESSIONS 1.1 Définition : PHYSIQUE N4 Quand une force s exerce sur une surface il en résulte une pression. F S P = F / S La pression est d autant plus grande que : 1) La force exercée est grande 2)

Plus en détail

GUIDE POSEUR.indd 2 15/07/ :36:19

GUIDE POSEUR.indd 2 15/07/ :36:19 GUIDE POSEUR.indd 1 15/07/2010 17:36:18 2 GUIDE POSEUR.indd 2 15/07/2010 17:36:19 SOMMAIRE INFORMATIONS Règles du dimentionnement en fonction des caractéristiques de l habitation et / ou du nombre d usagers

Plus en détail

Chapitre 17 : La pression

Chapitre 17 : La pression 1. Les gaz 1.1. Le modèle microscopique Chapitre 17 : La pression Définitions : - Un modèle permet de représenter un phénomène ou une situation de manière schématique, il n est pas la réalité mais permet

Plus en détail

Service Public d Assainissement Non Collectif

Service Public d Assainissement Non Collectif Service Public d Assainissement Non Collectif Demande d installation d un dispositif d assainissement autonome Date de la demande : / /20 IDENTIFICATION : Demandeur : Nom, Prénom :... Adresse :... Ville

Plus en détail

Lycée Viette TSI 1. DS h 50. Problème 01 Trajectoire d une particule

Lycée Viette TSI 1. DS h 50. Problème 01 Trajectoire d une particule DS 03 02 12 2011 1 h 50 Problème 01 Trajectoire d une particule On considère un point matériel en mouvement dans un référentiel. L équation en polaire de la trajectoire en polaire s écrit : =.. avec =.,

Plus en détail

Mécanique VII: La pression de surface

Mécanique VII: La pression de surface Sciences Stage n Mécanique VII: La pression de surface Construire sur du sable C.F.A du bâtiment Ermont 1 Expérience 1 : Nous prenons trois pieux dont la surface de contact avec le sol vaut 1cm². Ils sont

Plus en détail

09 Pesanteur et chute libre

09 Pesanteur et chute libre 09 Pesanteur et chute libre Physique passerelle hiver 2016 1. Gravitation et pesanteur Dans tout l univers, les masses s attirent réciproquement selon la loi de la gravitation universelle : = (page 135)

Plus en détail

Animations optionnelles

Animations optionnelles Animations optionnelles L approche expérimentale est importante car les connaissances proposées sont d autant mieux assimilées qu elles sont nées de questions qui se sont posées à l occasion de manipulations,

Plus en détail

Comment retranscrire les résultats des 13 bassins versants à l ensemble des bassins versants de la Bourgogne?

Comment retranscrire les résultats des 13 bassins versants à l ensemble des bassins versants de la Bourgogne? Comment retranscrire les résultats des 13 bassins versants à l ensemble des bassins versants de la Bourgogne? C.DONEY Hydrogéologue BRGM Bourgogne c.doney@brgm.fr 1 Le contexte géologique bourguignon La

Plus en détail

VOLET «EAUX PLUVIALES» NOTICES TECHNIQUES. Localisation : Commune de MONNETIER-MORNEX. Nature de l étude :

VOLET «EAUX PLUVIALES» NOTICES TECHNIQUES. Localisation : Commune de MONNETIER-MORNEX. Nature de l étude : Localisation : Département : Commune : Département de Haute Savoie Commune de MONNETIER-MORNEX Commanditaire : Nature de l étude : VOLET «EAUX PLUVIALES» NOTICES TECHNIQUES 1 2 3 4 5 Puits d infiltration

Plus en détail

Défi EDD : adopter une charte de l'eau pour l'école. Réponse de la classe de CM2 de Madame Verroye, école André Le Nôtre, Ormesson (Val-de-Marne)

Défi EDD : adopter une charte de l'eau pour l'école. Réponse de la classe de CM2 de Madame Verroye, école André Le Nôtre, Ormesson (Val-de-Marne) Défi EDD : adopter une charte de l'eau pour l'école Réponse de la classe de CM2 de Madame Verroye, école André Le Nôtre, Ormesson (Val-de-Marne) Illustrations Ce que nous avons trouvé Quelques utilisations

Plus en détail

Les ponts en maçonnerie Du diagnostic à la réparation

Les ponts en maçonnerie Du diagnostic à la réparation Les ponts en maçonnerie Du diagnostic à la réparation Réparation et renforcement des fondations Florian POUGET Cerema DTer Est DOA NANCY, 24 septembre 2015 1 Réparation des fondations des ponts voûtes

Plus en détail

Traitement thermique des LNAPL: procédé NSR City

Traitement thermique des LNAPL: procédé NSR City Traitement thermique des LNAPL: Application du procédé NSR City 1 LNAPL & DNAPL NAPL (Non-Aqueous-Phase-Liquid) : Phase liquide non aqueuse Light (LNAPL): tout produit plus léger que l eau (densité

Plus en détail

Formation en Télédétection spatiale et SIG. CRTS, 18-21 janvier 2016

Formation en Télédétection spatiale et SIG. CRTS, 18-21 janvier 2016 Formation en Télédétection spatiale et SIG CRTS CRTS, 18-21 janvier 2016 Génération du Modèle Numérique de Terrain et des Produits Dérivés Laila Rasmy, CRTS, rasmy@crts.gov.ma PLAN DU COURS Définitions

Plus en détail

PHYSIQUE N4. Michaël MORIN adapté par Christian DUTT 10/2010. PRESSIONS force par surface les unités Patm Phydro Pabs P en altitude exercices

PHYSIQUE N4. Michaël MORIN adapté par Christian DUTT 10/2010. PRESSIONS force par surface les unités Patm Phydro Pabs P en altitude exercices : PHYSIQUE N4 : Michaël MORIN adapté par Christian DUTT 10/2010 : F PRESSIONS Définition : Quand une force s exerce sur une surface il en résulte une pression. S : : F F PRESSIONS La pression est d autant

Plus en détail

Emmanuel LAURENTIN Vice-président de L AFPAC Conseiller professionnel de l UNA CPC de la CAPEB

Emmanuel LAURENTIN Vice-président de L AFPAC Conseiller professionnel de l UNA CPC de la CAPEB Emmanuel LAURENTIN Vice-président de L AFPAC Conseiller professionnel de l UNA CPC de la CAPEB Alain DESPLAN BRGM Département Géothermie Administrateur de l AFPAC 1 Pompes à chaleur géothermiques Les critères

Plus en détail

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif

Demande d autorisation pour l installation d un dispositif d Assainissement Non Collectif SERVICE PUBLIC D ASSAINISSEMENT Commune de NON COLLECTIF DU CLUNISOIS ZA du Pré Saint Germain 16 rue Albert Schmitt 71250 CLUNY Mobile : 06 87 46 98 18 ou 06 37 91 55 09 Tél. : 03 85 59 26 98 Demande d

Plus en détail

Différentes origines. Polarisation Spontanée (PS) Mécanisme supposé du potentiel de minéralisation. Roger GUÉRIN

Différentes origines. Polarisation Spontanée (PS) Mécanisme supposé du potentiel de minéralisation. Roger GUÉRIN Polarisation spontanée et Polarisation provoquée Roger GUÉRIN roger.guerin@upmc.fr, http://www.sisyphe.upmc.fr/~guerin/ UMR 7619 Sisyphe, Université Pierre et Marie Curie-Paris6 case 105, 4 place Jussieu,

Plus en détail

IMAGES MENTALES DES ENFANTS

IMAGES MENTALES DES ENFANTS Mon cahier d expérience sur l air - je manipule. - j observe. - j écris ce que je vois. - je formule des hypothèses (réponses au pourquoi) sur ce que j ai constaté. IMAGES MENTALES DES ENFANTS : - Déplacement

Plus en détail

QROC. B. 1. Rappelez la composition chimique du pétrole. 2. Citez les propriétés du pétrole brut. ~ 1 ~

QROC. B. 1. Rappelez la composition chimique du pétrole. 2. Citez les propriétés du pétrole brut. ~ 1 ~ PREMIÈRE PARTIE : 10 POINTS QCM Pour chacun des items suivants (de 1 à 4), il peut y avoir une ou deux réponse(s) exacte(s). Sur votre copie, reportez le numéro de chaque item et indiquez dans chaque cas

Plus en détail

Exercices, feuille 8 Hydrostatique

Exercices, feuille 8 Hydrostatique Paris 7 PH314 2001 02 MÉCANIQUE DES MILIEUX DÉFORMABLES Exercices, feuille 8 Hydrostatique 1 Isotropie de la pression Au sein d un fluide au repos dans le champ de pesanteur, on isole un prisme rectangulaire,

Plus en détail

Gaz de schiste. Données et modes d extraction

Gaz de schiste. Données et modes d extraction Gaz de schiste Données et modes d extraction Patrick Monassier Université Lyon 1-2012 GAZ DE SCHITE - également appelé «gaz de roche-mère» ou «gaz de shale» D'origine naturelle, engendré par la décomposition

Plus en détail

Fluide à la pression P

Fluide à la pression P Chapitre 9 : Pression et sport (Physique SPOR) Objectifs : Savoir que dans les uides et les gaz la matière est constituée de molécules en mouvement. Utiliser la relation P = F/S, F étant la force pressante

Plus en détail

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux

OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux OUTIL 6 Indicateurs environnementaux globaux INDICATEURS EAU Indicateurs d'activité Volume total d'eau prélevée Volume total des rejets Consommation d'eau totale DBO 5 (Demande Biochimique en Oxygène)

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX COMMUNE DE TOUSSIEUX AMENAGEMENT TROTTOIR ROUTE DE REYRIEUX ET TRAVAUX CHEMIN DE GATEFER Bordereau des prix Page 1 sur 8 BP 01 Enlèvement haie et grillage Au forfait, l arrachage

Plus en détail

Les méthodes de forage. par Gilles Bresson

Les méthodes de forage. par Gilles Bresson Les méthodes de forage par Gilles Bresson Chacune de ces méthodes est adaptée au but recherché : - Exploration géologique et minière - Recherche et exploitation des eaux souterraines - Recherche et exploitation

Plus en détail

Brochure produit. ACO Infiltration Line. La solution enterrée pour l infiltration des eaux pluviales à la parcelle. ACO. The future of drainage.

Brochure produit. ACO Infiltration Line. La solution enterrée pour l infiltration des eaux pluviales à la parcelle. ACO. The future of drainage. Brochure produit ACO Infiltration Line La solution enterrée pour l infiltration des eaux pluviales à la parcelle ACO. The future of drainage. ACO. The future of drainage. La chaîne ACO Collect-Clean-Hold-Release

Plus en détail

Pompe manuelle à tringle India Mark II : généralités

Pompe manuelle à tringle India Mark II : généralités Pompe manuelle à tringle India Mark II : généralités La pompe à tringle India Mark II prise en exemple dans le schéma ci-dessous comprend trois parties : A : le mécanisme de surface ; B : les éléments

Plus en détail

LE MONDE DES MATIERES COLOREES NATURELLES

LE MONDE DES MATIERES COLOREES NATURELLES T.P n 4 : LE MONDE DES MATIERES COLOREES NATURELLES Observer Tout est coloré : le Smartphone, les encres d impression... Pour cela l industrie utilise des pigments ou des colorants. Certains sont naturels...

Plus en détail

Drainage. II- Causes de l'excès d'humidité du sol : il y a 3 causes essentielles : Apports externes et/ou apports parasites d'eau

Drainage. II- Causes de l'excès d'humidité du sol : il y a 3 causes essentielles : Apports externes et/ou apports parasites d'eau Drainage I- Définition : Le drainage englobe diverses techniques qui assurent l élimination des eaux excédentaires du sol, ce qui permet de le cultiver et d obtenir une production suffisante et de qualité.

Plus en détail

Déclaration d installation d un dispositif d assainissement non collectif Examen préalable de la conception IDENTIFICATION

Déclaration d installation d un dispositif d assainissement non collectif Examen préalable de la conception IDENTIFICATION Déclaration d installation d un dispositif d assainissement non collectif Examen préalable de la conception Le contrôle de la conception et de la réalisation de toute installation d assainissement non

Plus en détail

LE GUIDE DE L ASSAINISSEMENT À CRÉTEIL

LE GUIDE DE L ASSAINISSEMENT À CRÉTEIL LE GUIDE DE L ASSAINISSEMENT À CRÉTEIL RÈGLEMENT e règlement d assainissement communal permet de préciser les modalités de déversements d effluents* dans les réseaux d assainissement communaux. Ce règlement

Plus en détail

PHYSIQUE N4. Michaël MORIN MF2 - CPI Philippe FLORY - MF1 - CPI

PHYSIQUE N4. Michaël MORIN MF2 - CPI Philippe FLORY - MF1 - CPI PHYSIQUE N4 Michaël MORIN MF2 - CPI Philippe FLORY - MF1 - CPI CHARLES PRESSIONS F Définition : Quand une force s exerce sur une surface il en résulte une pression. S CHARLES PRESSIONS La pression est

Plus en détail

Chapitre 5.5 L écoulement des liquides avec viscosité

Chapitre 5.5 L écoulement des liquides avec viscosité Chapitre 5.5 L écoulement des liquides avec viscosité Théorème de la l écoulement horizontal des fluides Le théorème de l écoulement horizontal dans un système subissant une variation de pression s énonce

Plus en détail

ESSAIS ET MESURES IN-SITU

ESSAIS ET MESURES IN-SITU ESSAIS ET MESURES IN-SITU 1 INTRODUCTION La détermination des caractéristiques d'un sol nécessite la réalisation d'essais. Certains essais (relatifs au comportement à court terme), peuvent être effectués

Plus en détail

Niveau : Cycle 3 Qu est-ce qu un volcan, qu une éruption volcanique? Séance : 1/5 Domaine : le Ciel et la Terre

Niveau : Cycle 3 Qu est-ce qu un volcan, qu une éruption volcanique? Séance : 1/5 Domaine : le Ciel et la Terre SCIENCES Les volcans Niveau : Cycle 3 Qu est-ce qu un volcan, qu une éruption volcanique? Séance : 1/5 Domaine : le Ciel et la Terre Compétences: - Maîtriser des connaissances dans divers domaines scientifiques

Plus en détail

Averse de pluie du 11 août 2012 Mesures de protection des propriétés

Averse de pluie du 11 août 2012 Mesures de protection des propriétés Averse de pluie du 11 août 2012 Mesures de protection des propriétés Formateur : Gilles Rivard, ing., M.Sc. PLAN 1. DESCRIPTION DU FONCTIONNEMENT D UN RÉSEAU D ÉGOUT ET DES BRANCHEMENTS RÉSIDENTIELS AU

Plus en détail

Les fondations superficielles

Les fondations superficielles Les fondations superficielles SOMMIRE 1- Définition d une fondation superficielle.... a) Les semelles isolées.... b) Les semelles filantes.... c) Profondeur hors gel des semelles de fondation.... - Dimensionnement

Plus en détail