L impact de la Charte canadienne des droits et libertés sur le droit civil: une relecture de l arrêt Dolphin Delivery

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L impact de la Charte canadienne des droits et libertés sur le droit civil: une relecture de l arrêt Dolphin Delivery"

Transcription

1 L impact de la Charte canadienne des droits et libertés sur le droit civil: une relecture de l arrêt Dolphin Delivery à l aide d une réflexion sur les sources du droit civil québécois Résumé France ALLARD L impact de la Charte canadienne des droits et libertés sur le droit civil québécois a longtemps été analysé en fonction du seul domaine d application de la Charte canadienne et de l impact de la décision rendue dans l arrêt Dolphin Delivery sur le droit civil en raison du lieu d expression principal du droit commun du droit civil québécois le Code civil qui, contrairement au droit d application générale dans la tradition de common law est, au Québec, issu d un acte législatif, donc potentiellement soumis à la Charte canadienne. Fondée sur la distinction entre la common law et le droit légiféré, une autre règle a cependant été établie dans l arrêt Dolphin Delivery: les tribunaux doivent tenir compte des valeurs de la Charte canadienne pour faire évoluer la common law. C est en posant un regard sur la transposition de cette règle en droit civil que la mesure réelle de la Charte canadienne sur le droit civil québécois peut être saisie. La forme que prend ce devoir en droit civil québécois ne coule pas de source, le rôle du «droit jurisprudentiel» en droit civil étant différent de celui qu il joue en common law. Le but de la réflexion est alors de trouver les lieux de transposition de ce devoir dans les sources du droit civil qui ont une fonction similaire au droit développé par les juges dans la tradition de common law. C est alors que l on découvre que ce devoir est pris en compte dans l interprétation, par les tribunaux, des règles du droit civil et qu il se transpose dans le développement de la coutume et des principes généraux du droit. De plus, l impact plus Revue du Barreau/Numéro spécial 1

2 général de la Charte canadienne sur le droit civil se manifeste par la découverte de «valeurs» partagées par la Charte canadienne et les différentes sources du droit civil au regard de la personne humaine. Ce partage des «valeurs» tirées des différentes règles du droit civil et du droit public permet de fonder, à partir de celles-ci, des principes généraux propres au droit civil québécois, conformes à sa logique et son mode de raisonnement. Dans cette perspective, l arrêt Dolphin Delivery prend une tout autre signification pour le droit civil. 2 Revue du Barreau/Numéro spécial

3 L impact de la Charte canadienne des droits et libertés sur le droit civil: une relecture de l arrêt Dolphin Delivery à l aide d une réflexion sur les sources du droit civil québécois France ALLARD* Introduction A- Les valeurs de la Charte canadienne dans le droit jurisprudentiel: une intégration propre à la common law? Les valeurs de la Charte: un facteur d évolution du droit jurisprudentiel de common law La fonction d interprète du droit jurisprudentiel: un mode d intégration des valeurs de la Charte en droit civil B- Les valeurs de la Charte dans les principes du droit civil: une transposition naturelle * Avocate générale, spécialiste du droit comparé, Direction des services législatifs, ministère de la Justice, Gouvernement du Canada et chercheure au Centre de recherche en droit privé et comparé du Québec, Université McGill. Je remercie mes collègues Élise Charpentier, professeure à l Université de Montréal et Nicholas Kasirer, professeur à l Université McGill et directeur du Centre de recherche en droit privé et comparé du Québec, qui ont lu une version antérieure de ce texte. Je tiens également à remercier M me Nathalie Lacroix, parajuriste à la Direction des services législatifs, ministère de la Justice, Gouvernement du Canada, qui, avec générosité, dévouement et son enthousiasme habituel, a collaboré à la recherche. Les opinions exprimées dans ce texte sont celles de l auteure et ne doivent pas être imputées au ministère de la Justice. Revue du Barreau/Numéro spécial 3

4 1- La coutume et les principes généraux du droit: une fonction similaire au droit jurisprudentiel de common law Le droit civil et la Charte: des valeurs partagées fondatrices de principes généraux Conclusion Revue du Barreau/Numéro spécial

5 «[...] la protection des droits de l homme à l encontre de l État conduit de façon inéluctable à les protéger aussi dans les rapports entre particuliers.» 1 INTRODUCTION Le thème retenu pour ce texte pourrait en surprendre quelques-uns. L impact de la Charte canadienne des droits et libertés 2 sur le droit civil québécois ne suscite en effet que très peu, sinon pas de débat dans la pratique de tous les jours. C est pourtant un truisme d affirmer que l adoption de la Charte canadienne a modifié le cadre conceptuel général du droit canadien. Dans l ordre juridique québécois, la Charte canadienne se situe au sommet de la hiérarchie des normes. La Charte n est pas une loi ordinaire, ni même une loi de nature exceptionnelle comme le sont la Déclaration canadienne des droits 3 et la Charte des droits et libertés de la personne 4. Elle fait partie intégrante de la constitution qui est la loi suprême du pays et le fondement de toutes les lois. Ce caractère particulier de la Charte canadienne, que n ont pas les autres lois de protection des droits de la personne, lui confère nécessairement un rôle dans l articulation des règles juridiques, qu elles soient législatives ou autres. La Charte canadienne sert en quelque sorte d assise à partir de laquelle se conçoivent et s articulent toutes les autres règles, même si la mesure de son impact peut varier selon les sources propres à chacune de ces règles. Au regard du droit civil québécois, la Charte canadienne aurait un impact sinon sur les règles juridiques à proprement parler, du moins sur notre vision et notre interprétation de ces règles. On pourrait dire d elle que, par son statut, les garanties qui y sont 1. Jean RIVERO, «La protection des droits de l homme dans les rapports entre personnes privées», dans René Cassin amicorum discipulorumque liber, III, Protection des droits de l homme dans les rapports entre personnes privées, Paris, Pedone, 1971, 310, Partie I de la Loi constitutionnelle de 1982, Annexe B de la Loi de 1982 sur le Canada, R.-U. 1982, c. 11 [ci-après: Charte canadienne]. 3. L.R.C. (1985), App. III. 4. L.R.Q., c. C-12 [ci-après citée au long ou identifiée par l expression Charte québécoise]. Revue du Barreau/Numéro spécial 5

6 énoncées fondent des préceptes qui guident notre manière de penser le droit dans son ensemble. Sorte d expression d une conscience collective partagée au sein de l ordre juridique canadien, la Charte canadienne aurait une fonction pédagogique par son caractère symbolique qui découle de la constitutionnalisation des droits qui y sont garantis. Depuis 1982, il n est en effet plus possible d interpréter les règles juridiques, quel que soit leur contexte d application, sans tenir compte des valeurs que la Charte véhicule. Malgré la suprématie de la Charte canadienne dans l ordre juridique canadien, celle-ci ne s applique pourtant pas directement à l ensemble des règles de droit. On s est longuement interrogé sur la portée d application de la Charte canadienne en matière privée, tant en ce qui a trait aux rapports entre particuliers 5 qu à son application aux décisions des tribunaux 6, mais le rôle même de la Charte canadienne dans le domaine plus général du droit privé semble pour le moins résolu depuis la décision de la Cour suprême du Canada dans l affaire SDGMR c. Dolphin Delivery Ltd. 7. Si, avant cette décision, la question se posait de savoir si la Charte canadienne s appliquait ou non aux rapports et aux litiges privés, la Cour suprême du Canada a, dans cette affaire, sonné le glas de l application directe de la Charte canadienne aux rapports privés, ceux-ci ne tombant sous le couvert de la Charte canadienne que dans la seule mesure où une règle de droit qui les régit découle d une action gouvernementale, notamment par la voie d un acte législatif. Il y aurait sur ce point une sorte de certitude partagée par plusieurs. Je ne reviendrai donc pas en arrière sur la question de l applicabilité de la Charte canadienne hors du champ de l action gouvernementale, ni sur la critique des fondements de l une ou l autre des thèses sur cette question Voir notamment, Dale GIBSON, «The Charter of Rights and the Private Sector», (1982) 12 Man. L.J. 213; Anne McLELLAN et Bruce P. ELMAN, «To Whom Does the Charter Apply? Some Recent Cases on Section 32», (1986) 24 Alta. L. Rev Voir notamment, Dale GIBSON, «Distinguishing the Governors and the Governed: The meaning of Government under Section 32(1) of the Charter», (1983) 13 Man. L.J. 505; Katherine SWINTON, «Application de la Charte canadienne des droits et libertés», dans Gérald-A. BEAUDOIN et Walter S. TARNAPOLSKY (dir.), Charte canadienne des droits et libertés, Montréal, Wilson & Lafleur / Sorej, 1982, [1986] 2 R.C.S. 573 [ci-après Dolphin Delivery]. 8. Pour un aperçu de deux positions contraires sur ces questions, voir notamment, K. SWINTON, loc. cit., note 6 et D. GIBSON, loc. cit., note 5. 6 Revue du Barreau/Numéro spécial

7 Néanmoins, la décision rendue dans Dolphin Delivery a soulevé plusieurs questions 9 dont celle de celle de l impact de la décision sur le droit civil en raison du lieu d expression principal du droit commun du droit civil québécois le Code civil qui, contrairement au droit d application générale dans la tradition de common law est, au Québec, issu d un acte législatif, donc potentiellement soumis à la Charte canadienne 10.LaCharte canadienne n a toutefois pas eu l impact uniformisateur qui était craint lors de son adoption. L effet dévastateur qui était appréhendé au plan de la contestation des dispositions du Code civil comme droit légiféré ne s est pas produit 11. Nous n en sommes plus à nous interroger sur l application directe de la Charte canadienne aux rapports privés ou à discuter du bien-fondé de la décision. La règle de Dolphin Delivery est là pour rester. Le défi n est donc pas de revisiter ces questions mais de sortir des fausses certitudes qui découlent de l application de la décision en tentant d articuler la mesure réelle de l impact de la Charte canadienne sur le droit civil québécois. Le doute qui m habite est issu d un autre aspect des motifs rendus dans Dolphin Delivery celui du devoir des tribunaux d interpréter et de développer les principes de common law de manière compatible avec les valeurs fondamentales enchâssées dans la Charte canadienne. Par ce devoir, la Charte canadienne aurait un impact nécessaire sur la création et l interprétation du droit par les juges. Comment cet impact se manifeste en droit civil québécois demeure toutefois dans le champ du non-dit judiciaire. En effet, la Cour 9. Voir notamment, Annalise ACORN, «Gender Discrimination in the Common Law of Domicile and the Application of the Canadian Charter of Rights and Freedoms», (1991) 29 Osgoode Hall L.J. 419; Dale GIBSON, «What did Dolphin Deliver?», dans Gérald-A. BEAUDOIN (dir.), Vos clients et la Charte Liberté et égalité, Cowansville, Éditions Yvon Blais, 1988, 75; Brian SLATTERY, «The Charter s Relevance to Private Litigation: Does Dolphin Deliver?», (1987) 32 R.D. McGill 905, qui ont souligné le caractère artificiel de la distinction entre l action gouvernementale par l action législative et l inaction gouvernementale par le maintien volontaire du statu quo à l égard d une règle de droit jurisprudentiel, la première étant soumise à l examen de la Charte canadienne et non la seconde. 10. Yves DeMONTIGNY, «Le domaine des relations privées: un no man s land constitutionnel», (1988) 22 R.J.T. 243; Danielle PINARD, «Les dix ans de la Charte canadienne des droits et libertés et le droit civil québécois: quelques réflexions», (1992) 24 R.D. Ottawa Voir D. PINARD, ibid. Revue du Barreau/Numéro spécial 7

8 suprême du Canada n a, sur cette question, énoncé aucune règle et la doctrine ne semble pas plus s être attardée à la question 12. Il est pourtant commun de dire que les règles de droit doivent être interprétées en tenant compte des valeurs de la Charte canadienne. Cependant, si l on se fie au contexte dans lequel cette idée a fait son chemin, il y aurait un lien nécessaire entre le devoir de prendre en compte les valeurs de la Charte et le mode de raisonnement de la common law. En effet, c est au regard du mode d évolution de la common law, au sens de droit jurisprudentiel, que ce devoir a été développé et appliqué. C est donc à partir de ce lien entre ce devoir et l idée de droit jurisprudentiel (la jurisprudence) que doit s engager la réflexion pour mieux saisir la mesure de son impact sur le droit civil québécois 13. Au plan de l interprétation des règles et du développement des principes de la common law, le devoir de tenir compte des valeurs de la Charte canadienne serait une manifestation de la compétence inhérente des tribunaux de common law de modifier ou d étendre les règles de droit jurisprudentiel de manière à ce que ces règles s adaptent et se conforment aux conditions et aux valeurs sociales ambiantes. Prendre en compte les valeurs de la Charte canadienne ferait ainsi partie du mode de raisonnement propre à la common law (A). Cependant, à partir du moment où l on envisage ce devoir eu égard à l interprétation de toutes les règles de droit, la question se pose nécessairement de savoir si le lien entre ce devoir et le droit jurisprudentiel est nécessaire et, sinon, sous quelle forme les valeurs de la Charte canadienne peuvent être prises en compte par le droit civil québécois. En considérant le mode d évolution des règles en droit civil, il semblerait que l on puisse se détacher du paradigme du droit jurisprudentiel pour voir apparaître une com- 12. Il en est autrement des commentateurs de la common law. Voir notamment, John D.R. CRAIG, «Invasion of Privacy and Charter Values: The Common-Law Tort Awakens», (1997) 42 R.D. McGill 355; Amnon REICHMAN, «A Charter- Free Domain: In Defence of Dolphin Delivery», (2001) 35 U.B.C. Law Review 329. Voir toutefois Christian BEAULIEU, L application de la Charte canadienne des droits et libertés au pouvoir judiciaire, Montréal, Thémis, J ai choisi l expression «droit jurisprudentiel» pour décrire des notions particulières à chacune des traditions par une désignation commune: dans la tradition de common law, la common law, au sens de «judge-made law» droit anglais non écrit de source jurisprudentielle; dans la tradition de droit civil, la jurisprudence l ensemble des décisions des tribunaux. Cette notion de droit jurisprudentiel est différente de l idée d une règle jurisprudentielle qui renvoie à la règle de droit créée par le juge. 8 Revue du Barreau/Numéro spécial

9 munauté de sens entre les valeurs de la Charte canadienne et l évolution des principes directeurs du droit civil, qui pourraient être vus comme un moyen de transposer ces valeurs (B). A- Les valeurs de la Charte canadienne dans le droit jurisprudentiel: une intégration propre à la common law? La Cour suprême du Canada a maintes fois affirmé que l on devait interpréter et faire évoluer la common law de manière compatible avec les valeurs de la Charte canadienne 14. Ce principe est peu utilisé à l égard de l évolution du droit civil. Pourtant, dans son ensemble, la règle tirée de Dolphin Delivery relève du droit public dans la mesure où elle porte sur l interprétation et la portée d application de la Charte canadienne. Que son impact soit considéré eu égard aux relations de droit privé en droit civil ou en common law a peu d importance, elle a valeur de précédent constitutionnel. On peut toutefois s interroger sur l application de cet aspect de la règle au droit civil en raison du lien apparent entre celle-ci et le mode d évolution de la common law (1). Si, par ailleurs, elle doit s appliquer au droit civil, son application repose-telle nécessairement sur la transposition en droit civil d une même fonction du droit jurisprudentiel ou peut-elle s articuler différemment (2)? 1- Les valeurs de la Charte: un facteur d évolution du droit jurisprudentiel de common law On dit souvent de la common law que l un de ses traits spécifiques «consiste dans la capacité formellement reconnue qu a le juge d être source de droit de par ses décisions.» 15 C est l idée même du «judge-made law». Au plan historique, le pouvoir des juges est en effet au centre de l élaboration du modèle de common law, même si ce modèle peut parfois paraître méconnaissable en 14. Voir notamment, dans le cadre de litiges privés, Dolphin Delivery, précitée, note 7; McKinney c. Université de Guelph, [1990] 3 R.C.S. 229; Hill c. Église de scientologie de Toronto, [1995] 2 R.C.S [ci-après Hill] puis, dans le cadre de litiges impliquant une action gouvernementale, B.C.G.E.U. c. Colombie- Britannique (Procureur général), [1988] 2 R.C.S. 214; R. c. Swain, [1991] 1 R.C.S. 933; R. c. Salituro, [1991] 3 R.C.S. 654; Dagenais c. Société Radio- Canada, [1994] 3 R.C.S. 835; Bell ExpressVu c. Rex, 2002 CSC Sheldon LEADER, «Common law», dans André-Jean ARNAUD (dir.), Dictionnaire encyclopédique de théorie et de sociologie du droit, 2 e éd. revue et augmentée, Paris, L.G.D.J., 1993, 72. Revue du Barreau/Numéro spécial 9

10 droit contemporain 16. Malgré le fait que le droit de common law est en grande partie légiféré, du moins en droit canadien contemporain, la notion de droit jurisprudentiel serait toujours au cœur de la common law. Tant au plan historique que méthodologique, il s agirait d une caractéristique essentielle de la common law, qui la distinguerait de toutes les autres traditions juridiques: le pouvoir formel des juges 17. C est ce lien entre le pouvoir créateur des juges sur le raisonnement de common law et sur sa méthodologie qui, dans le contexte de l intégration des valeurs de la Charte canadienne dans le développement du droit jurisprudentiel, m intéresse de façon plus particulière. Ainsi, même si l on peut critiquer l approche classique qui est d opposer le droit civil et la common law selon le rôle et la fonction du droit jurisprudentiel dans la présentation formelle des sources du droit de l une ou l autre des traditions, un regard sur ce qui fait la particularité de la common law au regard de l évolution de son droit jurisprudentiel doit être posé afin de mieux mesurer la portée de l énoncé de Dolphin Delivery sur l impact des valeurs de la Charte canadienne 18, tant sur le droit de common law que sur celui de droit civil québécois. 16. Voir notamment, H. Patrick GLENN, «The Common Law in Canada», (1995) 74 R. du B. can. 261, 262; R.C. VAN CAENEGEM, The Birth of the English Common Law, 2 e éd., Cambridge, Cambridge University Press, 1988; H. Patrick GLENN, «La civilisation de la common law», dans Ernest CAPARROS (dir.), Mélanges Germain Brière, coll. «Bleue», Montréal, Wilson & Lafleur, 1993, 595, Pour un court survol des institutions judiciaires anglaises, voir notamment Henri PALLARD, «La common law et ses institutions », dans Louise BÉLANGER-HARDY et Aline GRENON (dir.), Éléments de common law et aperçu comparatif du droit civil québécois, Scarborough (Ont.), Carswell, 1997, 1; Jacques VANDERLINDEN, Histoire de la common law, coll. «Common law en poche», Bruxelles / Cowansville, Bruylant / Éditions Yvon Blais, Voir notamment, H. Patrick GLENN, Legal Traditions of the World, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 206; René DAVID, «Droit commun et Common law», dans Studi in memoria di Tullio Ascarelli, t. 1, Milan, Giuffrè, 1969, Le passage de Dolphin Delivery (précitée, note 7), qui fonde l ensemble de la réflexion sur l applicabilité de la Charte canadienne aux relations et aux litiges privés, de même que sur la prise en compte des valeurs de la Charte se lit comme suit: «[...] lorsque «A», une partie privée, actionne «B», une partie privée, en s appuyant sur la common law et qu aucun acte du gouvernement n est invoqué à l appui de la poursuite, la Charte ne s appliquera pas. Je dois toutefois dire clairement que c est une question différente de celle de savoir si le judiciaire devrait expliquer et développer des principes de common law d une façon compatible avec les valeurs fondamentales enchâssées dans la Constitution. La réponse à cette question doit être affirmative. En ce sens, donc, la Charte est loin d être sans portée pour les parties privées dont les litiges relèvent de la common law. 10 Revue du Barreau/Numéro spécial

11 Essentiellement, ce qu il importe de souligner dans les énoncés de la Cour suprême du Canada en ce qui a trait au droit jurisprudentiel c est que, en tant que règle de droit, la common law est soumise à la Charte canadienne en vertu de l article 52(1) de cette même Charte 19. Cependant, selon la distinction fondamentale faite dans Dolphin Delivery, seules les règles de common law fondant une action gouvernementale sont soumises à l examen de la Charte en ce qui a tait à leur validité constitutionnelle. Lorsque la règle de common law fonde une relation entre particuliers, la règle ne peut «violer» un droit garanti par la Charte, car ces droits n existent pas en l absence d une action gouvernementale. Il n y a en effet aucune obligation constitutionnelle entre particuliers 20. On ne peut donc fonder sur la Charte canadienne un recours entre deux particuliers en vue de contester des principes judiciaires de common law 21. Cette distinction établie dans Dolphin Delivery est à la base même de la détermination de la portée d application de la Charte canadienne en vertu de l article 32 de la Charte. Elle a été reconduite dans Hill qui étend le principe de Dolphin Delivery au domaine de l interprétation par le développement de critères de pondération entre les principes de common law et les valeurs de la Charte. Ainsi, si la Charte s applique à la common law entre particuliers, ce n est que par le biais des valeurs qu elle véhicule. Les tribunaux devraient «expliquer et développer des principes de common law d une façon compatible avec les valeurs fondamentales enchâssées dans la Constitution» 22. Ce principe est appliqué en toute circonstance où une règle de common law est analysée. Pour en comprendre le sens, un regard doit être posé sur la règle du précédent, sur la valeur des règles jurisprudentielles en common law, sur leur caractère obligatoire, à savoir si elles s imposent pour l avenir aux tribunaux qui les appliquent ou si elles peuvent être modifiées. Mais ceci est différent de la proposition qu une partie privée a envers une autre une obligation constitutionnelle [...].» (p. 603). La Cour suprême a réitéré ces mêmes propos dans Hill, précitée, note Operation Dismantle c. R., [1985] 1 R.C.S Voir Hill, précitée, note 14, p Dans les situations où la règle de common law fonde une action gouvernementale, la règle peut être déclarée invalide, dans les relations entre particuliers, la règle jurisprudentielle ne peut qu être reformulée, modifiée et non complètement abrogée. Voir Hill, précitée, note 14 et M. (A.). c. Ryan, [1997] 1 R.C.S Dolphin Delivery, précitée, note 7, p Revue du Barreau/Numéro spécial 11

12 Le droit jurisprudentiel en common law La règle du précédent se fonde sur l idée de stare decisis (s en tenir à ce qui a été décidé). Lorsque les mêmes solutions sont apportées à des situations qui soulèvent les mêmes questions portant sur des faits similaires, il s agit de l application du concept courant de précédent qui veut que l on tienne compte des manières antérieures d agir qui servent, par l exemple, à comprendre un fait analogue 23. Dans son sens large, l idée de précédent n emporte pas celle de son caractère obligatoire. Dans leurs remarques préliminaires sur la notion de précédent en droit anglais, Cross et Harris soulignent le caractère quasi universel du stare decisis, c est-à-dire du fait de suivre ce qui a été fait auparavant, à la différence pour le droit anglais que le précédent aurait non seulement acquis une autorité persuasive mais un caractère obligatoire et ce, en raison du fait que le droit anglais tire son origine et se fonde d abord sur les décisions des tribunaux 24. C est cet aspect des solutions antérieures développées par les tribunaux qui est au centre du pouvoir créateur des juges, la règle de droit étant une règle juridique «obligatoire», c est-à-dire qui s impose 25. La règle du précédent serait toutefois assez récente dans l histoire de la common law. Elle daterait du 19 e siècle 26.Au Canada, elle a eu un caractère obligatoire durant une certaine période. Les tribunaux canadiens étaient liés par les décisions du 23. Alain REY et Josette REY-DEBOVE (dir.), Le Petit Robert 1. Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Le Robert, 1984, V o «précédent», p Rupert CROSS et J.W. HARRIS, Precedent in English Law, 4 e éd., Clarendon Press, Oxford, Oxford University Press, 1991, p Bien que les juges puissent, par leurs décisions, être sources de droit, ce ne sont toutefois pas toutes les décisions des juges qui sont sources de droit. Certaines ne sont que de simples cas d espèces, d autres ne servent qu à moduler ou à interpréter une règle déjà établie dans une autre décision puis, enfin, il yales décisions qui sont de véritables sources de droit et que l on qualifie de précédent parce que l on peut en tirer un principe d application générale applicable à des cas similaires. 26. Voir notamment, H.P. GLENN, loc. cit., note 16, p. 264; Christian HYDE, «La règle du précédent», dans Louise BÉLANGER-HARDY et Aline GRENON (dir.), Éléments de common law et aperçu comparatif du droit civil québécois, Scarborough (Ont.), Carswell, 1997, 69, p. 69; H. Patrick GLENN, «Sur l impossibilité d un principe de stare decisis», (1993) R.R.J Revue du Barreau/Numéro spécial

13 Conseil privé et de la Chambre des Lords, en tant que tribunaux d une colonie appliquant le droit anglais 27. La règle du précédent n a cependant plus un caractère aussi formel qu elle n y paraît en théorie. En effet, l obligation de suivre les règles antérieures établies par les tribunaux n est plus autant ressentie. Le passage d une analyse procédurale à une analyse plus substantielle des droits, de même qu une maturation de la pensée juridique en vue d adapter et de développer les règles aux situations changeantes ne sont que quelques raisons pour lesquelles la règle du précédent serait plus flexible dans son application. La Chambre des Lords s est d ailleurs formellement détachée de son obligation de suivre ses précédents en prononçant un avis officiel «practice statement» 28. Quant à la Cour suprême du Canada, elle s est affranchie des précédents anglais en matière civile en devenant le dernier tribunal général d appel pour le pays, au moment où les appels au Conseil privé ont été abolis 29. Elle continue quand même de suivre, selon un certain rituel, ses décisions antérieures. Selon certains auteurs, l autorité du précédent ne s imposerait pas à la Cour, le choix de suivre les décisions antérieures ne reposant que sur l autorité persuasive des jugements 30.Iln y aurait donc pas lieu, pour la Cour, de procéder selon une approche aussi formelle, voire rigide en vue de se distancier d une décision antérieure ou d établir des critères formels pour justifier une modification d une règle antérieure. 27. Voir notamment Robins c. National Trust Company Ltd., [1927] A.C. 515 et Trimble c. Hill, (1879) 5 A.C Voir aussi Wolfgang FRIEDMANN, «Stare Decisis at Common Law and under the Civil Code of Quebec», (1953) 31 R. du B. can Practice Statement (Judicial Precedent), [1966] 1 W.L.R Le moyen d énoncer cette règle de conduite, énoncée comme une règle de pratique, est tout de même révélateur de l importance que continue d avoir la règle jurisprudentielle. 29. Voir Bora LASKIN, «The Supreme Court of Canada: A Final Court of and for Canadians», (1951) 29 R. du B. can et James G. SNELL et Frederick VAUGHAN, The Supreme Court of Canada. History of the Institution, Toronto, The Osgoode Society, 1985, p. 171 et s. Voir également sur la règle du précédent au Canada et sur l impact du Practice Statement de la Chambre des Lords, Mark R. MacGUIGAN, «Precedent and Policy in the Supreme Court», (1967) 45 R. du B. can Voir plus particulièrement H.P. GLENN, loc. cit., note 16 et George F. CURTIS, «Stare Decisis at Common Law in Canada», (1978) 12 U.B.C. L. Rev. 1. Revue du Barreau/Numéro spécial 13

14 Cependant, quel que soit le fondement du recours à la règle du précédent que l on adopte, les précédents avaient et continuent de faire autorité 31. À ce titre, ils peuvent être conçus comme des règles de droit. L idée selon laquelle le droit jurisprudentiel de common law est constitutif de règle de droit est d ailleurs généralement admise. Ce ne serait donc pas son caractère formellement obligatoire qui lui donnerait cette qualité, la Cour ne se sentant pas formellement liée par ses propres précédents, mais le caractère normatif des énoncés suivis 32. En effet, si la Cour suprême du Canada ne se sent pas liée par ses propres décisions, elle reconnaît du moins l importance de la règle du précédent, ne serait-ce qu en admettant qu elle joue un rôle important dans le besoin de certitude du droit et en établissant des limites au pouvoir du juge de modifier la common law, même si ces limites sont assez flexibles. La Cour suprême du Canada se préoccupe en effet d assurer une certaine stabilité au droit par le respect de ses décisions antérieures. En même temps, elle assume son devoir de faire évoluer la common law qui doit s adapter aux circonstances nouvelles 33. Dans la compréhension du contexte ambiant dans lequel évolue la common law, la «Charte joue et continuera de jouer un rôle central dans la définition du tissu juridique et social de notre pays» 34. «Les juges peuvent et doivent adapter la common law aux changements qui se produisent dans le tissu social, moral et économique du pays» 35 même si, dans une démocratie constitutionnelle, tout changement important ou complexe devrait relever du législateur qui assume la responsabilité principale en matière de réforme du droit Voir notamment Harrison c. Carswell, [1976] 2 R.C.S. 200; Ministère des affaires indiennes c. Ranville, [1982] 2 R.C.S Voir sur le caractère normatif des décisions de la Cour suprême du Canada pour l ensemble des provinces de common law au Canada, H.P. GLENN, loc. cit., note 16, p Voir pour un exemple de la volonté de la Cour suprême du Canada d agir comme une autorité pour l ensemble du Canada en vue d établir un principe uniforme dans l application d une règle, Bell ExpressVu Limited Partnership c. Rex, précité, note Voir notamment, Watkins c. Olafson, [1989] 2 R.C.S. 750; R. c. Khan, [1990] 2 R.C.S. 531; R. c. Seaboyer, [1991] 2 R.C.S. 577, 760; R. c. Hynes, 2002 CSC 82, par R. c. Salituro, précitée, note 14, p R. c.salituro, précitée, note 14, p Voir les vues divergentes exprimées par les juges de la Cour suprême du Canada sur l étendue du pouvoir des juges de modifier la common law dans R. c. Bernard, [1988] 2 R.C.S Revue du Barreau/Numéro spécial

15 Tenir compte des valeurs de la Charte canadienne serait ainsi intimement lié au mode de raisonnement de la common law et au rôle créateur des juges dans la tradition juridique de common law. L exigence d interpréter la common law de manière conforme aux principes de la Charte canadienne ne serait qu une illustration du pouvoir inhérent des tribunaux en common law de faire évoluer et progresser les règles jurisprudentielles de manière à les rendre conformes aux conditions et valeurs sociales ambiantes 37. Cette exigence s imposerait aux tribunaux dans leur rôle de gardiens de la common law. C est ainsi que, en matière publique les règles de common law fondant une action gouvernementale sont soumises aux mêmes critères d évolution de la common law au regard des valeurs de la Charte 38, avant que ne se fasse leur examen en vertu de l article 1 de la Charte 39. C est dire qu en toute circonstance, les valeurs de la Charte canadienne sont un facteur déterminant dans l analyse du contexte changeant auquel doit s adapter la common law. Elles ser- 37. Hill, précitée, note 14, p. 1169; R. c. Salituro, précitée, note 14, p Par exemple, R. c. Swain, où le juge Lamer précisait: «[s] il est possible d énoncer une nouvelle règle de common law qui ne contrevienne pas au droit de l accusé de contrôler la conduite de sa défense, je n ai aucune difficulté à imaginer que la Cour puisse simplement la formuler, en remplacement de l ancienne, sans chercher à savoir si l ancienne règle pourrait néanmoins être maintenue en vertu de l article premier de la Charte. [...] S il est possible de reformuler une règle de common law de façon à ce qu elle ne s oppose pas aux principes de justice fondamentale, il faudrait le faire. Évidemment, s il n était pas possible de reformuler la règle de common law de sorte qu il n y ait pas violation d une liberté ou d un droit protégé par la Constitution, la Cour devrait alors déterminer si la règle de common law peut être maintenue parce qu elle constitue une limite raisonnable en vertu de l article premier de la Charte.» (précitée, note 14, p ). Voir également Dagenais c. Société Radio-Canada, précitée, note Lorsque le principe de common law fonde une action gouvernementale, la première question qui se pose avant même de procéder à la reformulation d une règle de common law est de savoir si cette règle «viole» un droit garanti par la Charte canadienne et non de savoir si elle est simplement incompatible avec les valeurs de la Charte canadienne. Si elle viole un droit garanti par la Charte canadienne, le tribunal tentera de reformuler la règle de common law plutôt que de l invalider. Il est possible qu après sa reformulation au regard des valeurs de la Charte cette règle ne viole plus l un des droits garantis par la Charte. Si toutefois malgré cet exercice la règle continue de violer un droit garanti par la Charte, la Cour n aura d autre choix que de soumettre la règle au régime de l article 1 de la Charte qui, dans ces critères, tient nécessairement compte des valeurs de la Charte, celles-ci agissant comme principes sousjacents à l ensemble des droits qui sont garantis par la Charte. Revue du Barreau/Numéro spécial 15

16 vent de «lignes directrices quant à toute modification de la common law que la Cour juge nécessaire» 40. Elles influencent l interprétation et l évolution des règles jurisprudentielles développées par les tribunaux. Dans cette perspective, la Charte canadienne a une fonction pédagogique 41. En n établissant pas directement une règle de conduite à laquelle se rattache une sanction, elle joue le rôle de guide et colore l appréhension que l on a du droit en toute circonstance. Elle sert de modèle incontournable à l ensemble des règles juridiques 42. Son caractère symbolique en raison de sa nature constitutionnelle et l intégration dans l inconscient juridique de l idée des droits et libertés qu elle énonce favorisent le développement de toutes les règles selon un schème de pensée qui s y conforme. La prise en compte des valeurs de la Charte peut ainsi aisément être considérée comme une partie intégrante de toute règle de common law. En intégrant ainsi les valeurs de la Charte dans la règle de common law, le principe imposant le devoir de respect des valeurs de la Charte dans l interprétation et le développement de la common law se confirme comme un élément du processus de raisonnement de la common law. C est ce que confirment les commentateurs: Application of Charter values to private action is not the unexpected development that it may seem. There is authority prior to Hill supporting the application of the Charter in developing and applying the common law to private actions. The use of the Charter is simply a refinement of the courts traditional duty to reflect changing societal values in the common law. 43 Les valeurs de la Charte sont donc à la fois un élément contextuel dans lequel évolue la common law et un principe guidant son interprétation et son application. L interprétation par 40. Hill, précitée, note 14, p Voir Nicholas KASIRER, «Honour Bound», (2001) 47 R.D. McGill 237, pour un exemple d utilisation de la législation comme outil pédagogique servant à modeler les comportements sans contrainte. 42. Voir sur l idée de modèle et la vocation de certaines règles de conduite à servir de référence, Antoine JEAMMAUD, «La règle de droit comme modèle», D Chron. 1999, n o Sheila BLOCK et Zarah WALPOLE, «Application of Charter Values to Defamation Actions», dans Les droits de la personne au 21 e siècle: perspectives et modes de protection Human Rights in the 21st Century: Prospects, Institutions and Processes, Montréal, Thémis, 1997, Revue du Barreau/Numéro spécial

17 les juges d une règle jurisprudentielle et leur pouvoir créateur de règles sont alors confondus. Les règles législatives et leur interprétation Lorsque l on transpose ce processus à l interprétation de règles législatives par le juge ou lorsque la règle jurisprudentielle sert d assise à une règle législative, l intégration des valeurs de la Charte canadienne comme élément contextuel et principe d interprétation n est plus aussi évidente. On peut alors s interroger sur le rôle que peuvent jouer les valeurs de la Charte canadienne dans l interprétation des règles législatives. Dans un ordre juridique où les règles jurisprudentielles et leur autorité conditionnent en grande partie la méthodologie et le raisonnement et où le droit législatif se construit à partir des principes de droit jurisprudentiel, l impact d un changement du contenu ou de la portée de ces principes ne peut être passé sous silence compte tenu du rapport étroit entre droit légiféré et droit jurisprudentiel. Ce rapport se manifeste de plusieurs manières. Premièrement, le droit jurisprudentiel sert de droit d application générale et sous-tend les règles énoncées dans les lois particulières 44. Deuxièmement, on considère généralement que les lois sont en principe interprétées de manière à favoriser la stabilité du droit jurisprudentiel et sont rédigées comme autant d exceptions aux principes jurisprudentiels, soit parce qu elles comblent un vide laissé par le droit jurisprudentiel, soit qu elles le corrigent ou le modifient sur des points particuliers 45. Troisièmement, les lois peuvent aussi codifier certaines règles jurisprudentielles, se plaçant en continuité avec l interprétation du principe jurisprudentiel ou, encore, moduler ou qualifier un principe jurisprudentiel Ce rôle n est pas toujours évident. Parfois, la règle jurisprudentielle à partir de laquelle une règle législative a pu être énoncée ne survivra pas toujours à son état brut à la règle législative. Elle pourra évoluer en fonction du droit légiféré et, malgré l abrogation ou l invalidité de la règle législative, être influencée par celle-ci. Voir R. c. Seaboyer, précitée, note 33, p Bell ExpressVu Limited Partnership c. Rex, précitée, note 14, par Ce rapport entre le droit jurisprudentiel et la loi constitue d ailleurs le fondement de la méthode téléologique d interprétation des lois (mischief rule), qui est intégrée dans la méthode contemporaine d interprétation des lois décrites comme la méthode contextuelle. Revue du Barreau/Numéro spécial 17

18 Dans la perspective de ces liens entre droit jurisprudentiel et textes législatifs, la question se pose de savoir si le devoir de respecter les valeurs de la Charte canadienne est limité à l interprétation et au développement du droit jurisprudentiel, auquel cas il serait englobé dans le contenu de la règle jurisprudentielle ou s il peut être vu comme un devoir qui s impose aux tribunaux comme une règle générale d interprétation que le juge appliquerait en toutes circonstances? Il est vrai que «les tribunaux sont chargés d appliquer la common law et de veiller à ce qu elle continue de refléter les valeurs fondamentales de la société». Il est également vrai qu «ils ne jouent pas le même rôle vis-à-vis du droit d origine législative.» 47 En effet, ce sont les législatures qui ont ce rôle essentiel. C est le principe de la suprématie du pouvoir législatif. Par ailleurs, les tribunaux sont des interprètes privilégiés du droit législatif et, à ce titre, jouent un rôle important dans la détermination du sens de la règle législative. La transposition du principe du devoir de tenir compte des valeurs de la Charte peut alors se faire indirectement, par ce rôle d interprète, à même l application de certaines règles d interprétation des lois. Il pourra également être pris en compte de manière plus directe en cas d ambiguïté réelle du texte législatif 48. C est ainsi que la règle d interprétation des lois qui veut «qu une loi qui porte atteinte aux droits et libertés reconnus à l individu par le droit commun doit s interpréter restrictivement et qu en cas de difficulté réelle d interprétation, cette loi doit être appliquée par le juge de manière à favoriser l exercice de ces droits et libertés» 49 facilite la prise en compte des valeurs de la Charte, tant dans l énoncé de la règle jurisprudentielle que dans l interprétation du texte législatif qui s y rattache, en favorisant le respect des droits et libertés. D ailleurs, si la marge de manœuvre pour modifier ou faire évoluer la common law est restreinte et que, malgré tout, ces valeurs doivent être intégrées dans les règles de common law 50, il devrait aller de soi que les textes législatifs avec lesquels ces règles entrent en relation soient aussi interprétés en 47. Bell ExpressVu Limited Partnership c. Rex, précitée, note 14, par Ibid., par. 62 et s. 49. Pierre-André CÔTÉ, Interprétation des lois, 3 e éd., Montréal, Thémis, 1999, p Voir Ruth SULLIVAN, Driedger on the Construction of Statutes,3 e éd., Toronto, Butterworths, 1994, p Revue du Barreau/Numéro spécial

19 tenant compte des valeurs de la Charte 51 de manière à aussi pouvoir évoluer au plan de l interprétation des règles qu ils contiennent si, bien sûr, le texte permet cette lecture. On devrait également tenir compte des valeurs de la Charte canadienne dans l interprétation des textes législatifs, autant que dans l évolution des règles de common law par le biais de la méthode contextuelle d interprétation des lois. Cette règle pourrait s énoncer comme suit: les termes d une loi doivent être lus dans leur contexte global, en suivant leur sens ordinaire et grammatical, en conformité avec l esprit et l objet de la loi, et l intention du législateur 52. Ainsi, dans la mesure où la Charte canadienne sert de cadre juridique à l ensemble des textes législatifs, tous les textes législatifs devraient être interprétés de manière à tenir compte du contexte global dans lequel elles ont été édictées, la Charte canadienne en faisant partie. Au surplus, si on applique plusieurs des présomptions qui sont utilisées dans le processus d interprétation des lois, le besoin de tenir compte des valeurs de la Charte canadienne se confirme. Dans un premier temps, les lois sont interprétées de manière à favoriser la stabilité de la common law et, lorsqu elles sont dérogatoires au droit d application générale, sont interprétées de manière restrictive. En intégrant les valeurs de la Charte canadienne dans la règle de common law qui sert de règle d application générale fondant la règle législative, on tiendra nécessairement compte des valeurs de la Charte dans l interprétation du corpus de règles plus général dans lequel doit s interpréter la règle législative. On présume également que les textes législatifs sont conformes à la Constitution et donc à la Charte canadienne et ne portent pas atteinte aux droits et libertés 53. C est la présomption de cons- 51. Ibid., p Traduction libre du texte de Elmer DRIEDGER, Construction of Statutes, 2 e éd., Toronto, Butterworths, 1983, p. 87, qui se lit comme suit: «Today there is only one principle or approach, namely, the words of an Act are to be read in their entire context and in their grammatical and ordinary sense harmoniously with the scheme of the Act, the object of the Act, and the intention of Parliament.» La Cour suprême du Canada a maintes fois confirmé ce principe. Voir notamment, Rizzo & Rizzo Shoes Ltd. (Re), [1998] 1 R.C.S. 27; Bell ExpressVu Limited Partnership c. Rex, précitée, note 14. Ce principe est repris par le législateur. Voir notamment, article 12, Loi d interprétation, L.R.C. (1985), c. I-21; art. 10, Loi d interprétation, L.R.O. 1990, c. I R. SULLIVAN, op. cit., note 50, p Voir également P.-A. CÔTÉ, op. cit., note 49, p. 468 et s.; Danielle PINARD, «Le principe d interprétation issu de la Revue du Barreau/Numéro spécial 19

20 titutionnalité. Ainsi, lorsqu une loi peut être susceptible de plus d une interprétation dont l une entrerait en conflit avec la Charte canadienne et que chacune des interprétations est plausible, celle qui primera sera celle qui est conforme à la Charte. C est ce que confirmait la Cour suprême du Canada dans Slaight Communications Inc. c. Davidson 54. Une limite s impose toutefois à cette prise en compte des valeurs de la Charte canadienne dans l interprétation des textes législatifs. Il faudrait en effet éviter que ce mode d interprétation empêche les lois d être soumises à l examen de la constitutionnalité en l absence d une ambiguïté dans le texte. La prise en compte des valeurs de la Charte dans l interprétation des textes législatifs, en application de la présomption de constitutionnalité, est donc liée à la présence d une ambiguïté réelle 55. Dans leur ensemble, les règles d interprétation favorisent la mise en œuvre du principe selon lequel les tribunaux doivent prendre en compte les valeurs de la Charte canadienne, quoique à des degrés variables. Cette règle pourrait être qualifiée de principe d interprétation générale, même s il ne s agit pas d une règle formelle d interprétation des lois. Les valeurs de la Charte canadienne seraient ainsi présentes dans l élaboration du droit jurisprudentiel de common law, droit d application générale pour la common law, et dans l interprétation des règles législatives particulières. Le principe imprégnerait le droit de common law. Les valeurs de la Charte canadienne s inséreraient de façon naturelle dans le mode de raisonnement de common law, leur prise en compte par le droit passant nécessairement par le rôle du juge dans l évolution du droit jurisprudentiel, l interprétation des règles jurisprudentielles et des règles législatives. présomption de constitutionnalité et la Charte canadienne des droits et libertés», ( ) 35 R.D. McGill 305; Andrew S. BUTLER, «A Presumption of Statutory Conformity with the Charter», ( ) 19 Queen s L.J [1989] 1 R.C.S. 1038, Voir également Comité pour la république du Canada c. Canada, [1991] 1 R.C.S. 139, ; R. c. Zundel, [1992] 2 R.C.S. 731, 771; Canada (Procureur général) c. Mossop, [1993] 1 R.C.S. 554, ; Bell ExpressVu Limited Partnership c. Rex, précitée, note 14, par Voir Symes c. Canada, [1993] 4 R.C.S. 695, 752; Willick c. Willick, [1994] 3 R.C.S. 670, ; Bell ExpressVu Limited Partnership c. Rex, précitée, note 14, par Revue du Barreau/Numéro spécial

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE Par : Catherine Piché Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Tour de la Bourse Bureau 3400, C.P. 242 800, Place Victoria Montréal

Plus en détail

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise

Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise Le Privilège du secret professionnel des conseillers juridiques en entreprise MODÉRATEUR : Eric Simard Fasken Martineau PANÉLISTES : Martin Sheehan Fasken Martineau Anne Granger Fasken Martineau 3e Symposium

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49

Partie I. Le principe de bonne administration construit par la pluralité des sources de l espace administratif européen... 49 Table des matières Remerciements... 11 Sommaire... 13 Liste des principales abréviations... 15 Préface... 19 Introduction générale... 23 I. L enrichissement de la conception de l administration au sein

Plus en détail

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2186 Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 29bis de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire de la

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète Commentaire Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015 Association pour la recherche sur le diabète (Acceptation des libéralités par les associations déclarées) Le Conseil constitutionnel a été saisi le

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil (exposé fait par Jacqueline de GUILLENCHMIDT lors de la rencontre franco-arménienne du 23 janvier 2007 sur le patrimoine juridique commun)

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site.

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site. Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Avis juridique Veuillez lire les présentes modalités

Plus en détail

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp *

Le droit qui s écrit. Stéphanie Beauchamp * 325 Le droit qui s écrit Stéphanie Beauchamp * Alain ROY et Violaine LEMAY, Le contrat conjugal : pour l amour ou pour la guerre?, Montréal, Éditions Thémis, 2009, 130 p. Tous le savent, le contexte social

Plus en détail

La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires

La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires La récente décision judiciaire en Alberta sur la limitation des dommages non pécuniaires Présenté par Marco Royer Assurance automobile en Alberta : les réformes de 2004 Bill 53 Introduction d une limitation

Plus en détail

Par Raphaël DÉCHAUX. I La protection du domaine des lois de financement de la sécurité sociale (LFSS).

Par Raphaël DÉCHAUX. I La protection du domaine des lois de financement de la sécurité sociale (LFSS). L ÉVOLUTION DE LA JURISPRUDENCE CONSTITUTIONNELLE EN MATIÈRE DE «CAVALIERS» ENTRE 199 ET 00 Par Raphaël DÉCHAUX Le terme «cavalier» désigne, dans le jargon légistique, les dispositions contenues dans un

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

C11 : Principes et pratique de l assurance

C11 : Principes et pratique de l assurance Spécimen de questionnaire d examen C11 : Principes et pratique de l assurance IMPORTANT : Vous disposez de 3 heures pour passer cet examen. Total : 200 points Lorsque vous quittez la salle d examen, vous

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA

BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 S-1003 S-1003 SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA S-1003 S-1003 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, SENATE OF CANADA SÉNAT DU CANADA BILL S-1003 PROJET DE LOI S-1003 An Act to authorize Industrial Alliance

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

LES SOURCES DU DROIT

LES SOURCES DU DROIT Ressources pour les enseignants et les formateurs en français juridique Fiche notion avec activités Crédit : Michel SOIGNET LES SOURCES DU DROIT 1. QU EST-CE QUE LE DROIT? Le droit est constitué de l ensemble

Plus en détail

La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif

La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif Le 30 mars 2010 Le 15 mars 2010, le juge Cullity de la Cour supérieur de justice de l

Plus en détail

Le droit constitutionnel réinterprété

Le droit constitutionnel réinterprété Le droit constitutionnel réinterprété Jérémy MERCIER Selon le philosophe du droit Riccardo Guastini, le droit n est pas un ensemble hiérarchisé de normes mais un langage, utilisé ou manipulé par de nombreux

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources...

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources... TABLE DES MATIÈRES Remerciements......................................................................... 7 Préface.................................................................................... 9

Plus en détail

COMMENTAIRES. du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec. présentés à l Autorité des marchés financiers

COMMENTAIRES. du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec. présentés à l Autorité des marchés financiers COMMENTAIRES du Regroupement des cabinets de courtage d assurance du Québec présentés à l Autorité des marchés financiers portant sur le document de consultation «Ligne directrice sur les pratiques commerciales

Plus en détail

LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE. Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire

LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE. Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire 1 LE JUGEMENT SOMMAIRE À LA COUR FÉDÉRALE ET À LA COUR D APPEL FÉDÉRALE Document de travail du sous-comité des Règles sur le jugement sommaire I. INTRODUCTION Le jugement sommaire est conçu pour que soient

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000

LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 1 LA RECONNAISSANCE DES PROCÉDURES COLLECTIVES OUVERTES DANS LES ÉTATS MEMBRES DANS LE RÈGLEMENT 1346/2000 Michel Menjucq Professeur à l Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne Grâce à la communautarisation

Plus en détail

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION

PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION PARTIE I LE CHAMP D APPLICATION DU DROIT DE LA CONSOMMATION Fiche 1 La notion de consommateur Les objectifs de la fiche : Identifier le consommateur afin de délimiter le champ d application du droit de

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT

SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT SUSPENSION DES MESURES DE RECOUVREMENT PENDANT L OPPOSITION ET L APPEL INTRODUCTION Dans le présent texte, nous analyserons les restrictions imposées par le Législateur aux autorités fiscales dans le cadre

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Étude nationale sur les besoins des clients

Étude nationale sur les besoins des clients Étude nationale sur les besoins des clients Rapport sommaire Canadian Legal Information Institute Institut canadien d information juridique Octobre 2012 CorbinPartners Inc. 2012 Contexte et méthodologie

Plus en détail

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières».

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Dans le règlement sur la marque communautaire (ci-après «le RMC»), l expression

Plus en détail

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois)

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Tout d abord, je voulais remercier Monsieur Marique de m avoir invité à donner mon point de vue lors de la table ronde

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Crawford & Compagnie et toutes ses filiales à travers le monde sont soumises à certaines

Plus en détail

Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010. M. Mathieu P.

Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010. M. Mathieu P. Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010 M. Mathieu P. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 9 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée à l occasion

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

C. L histoire de procédure D. L impartialité et l indépendance du comité E. L effet de n avoir pas soumis de réponse

C. L histoire de procédure D. L impartialité et l indépendance du comité E. L effet de n avoir pas soumis de réponse CONCERNANT UNE PLAINTE EN VERTU DE LA POLITIQUE ET DES RÈGLES DE L AUTHORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET EN MATIÈRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE DEVANT RÉSOLUTION

Plus en détail

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction

Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction Règlement relatif aux sanctions et à la procédure de sanction (dans la version du 24 décembre 2012) La commission de l'organisme d'autorégulation de l'association Suisse des Sociétés de Leasing (OAR /

Plus en détail

Cour fédérale, juge de Montigny Montréal, 16 septembre 2008; Ottawa, 9 janvier 2009.

Cour fédérale, juge de Montigny Montréal, 16 septembre 2008; Ottawa, 9 janvier 2009. RÉFÉRENCE : A&R DRESS CO. INC. c. CANADA, 2009 CF 27, [2009] 4 R.C.F. 192 T-944-07 A&R Dress Co. Inc. (demanderesse) c. Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile (défendeur) REPERTORIE

Plus en détail

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires Stéphane de La Rosa Master I Law Level Delivered Lectures Jean Monnet Chair «Droit de l Union Européenne et Mutations de l intégration

Plus en détail

LA COUR SUPRÊME DE LA C.-B. SE PENCHE SUR DES ENJEUX NOUVEAUX ET INTÉRESSANTS EN MATIÈRE DE POLICE D ASSURANCE DES OUVRAGES EN CONSTRUCTION

LA COUR SUPRÊME DE LA C.-B. SE PENCHE SUR DES ENJEUX NOUVEAUX ET INTÉRESSANTS EN MATIÈRE DE POLICE D ASSURANCE DES OUVRAGES EN CONSTRUCTION Le Comité de gestion des risques est heureux de présenter aux membres de l Institut canadien de design-construction (ICDC) cet article qui fait état d une décision rendue récemment par la cour concernant

Plus en détail

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level

Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires. Master I Law Level Public and European Business Law - Droit public et européen des affaires Stéphane de La Rosa Master I Law Level Delivered Lectures Jean Monnet Chair «Droit de l Union Européenne et Mutations de l intégration

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES Autorité des marchés financiers c. Centre de traitement d'information de crédit (CTIC) inc. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N os : 2009-009 2009-022 BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS

Plus en détail

Faillite et droit civil: Vers une approche asymétrique en matière de compensation?

Faillite et droit civil: Vers une approche asymétrique en matière de compensation? Faillite et droit civil: Vers une approche asymétrique en matière de compensation? Me Éric Vallières La faillite et l insolvabilité, 6 ième conférence Institut Canadien Le 27 septembre 2006 Best Western

Plus en détail

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 28 CHAPTER 28 ASSENTED TO SANCTIONNÉE

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 28 CHAPTER 28 ASSENTED TO SANCTIONNÉE First Session, Forty-first Parliament, 60 Elizabeth II, 2011 Première session, quarante et unième législature, 60 Elizabeth II, 2011 STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPTER 28 CHAPITRE 28

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

Bill Number = numéro du projet de loi C-9; 29 Ne pas insérer «projet de loi n». Legislative Body = numéro de la 35 e légis. (Can.

Bill Number = numéro du projet de loi C-9; 29 Ne pas insérer «projet de loi n». Legislative Body = numéro de la 35 e légis. (Can. Style «GuideLluellesUdeM» Basé sur le Guide des références pour la rédaction juridique, 7 e édition Législation Guide Lluelles EndNote Reference Type Loi = Statute Projet de loi = Bill Champ EndNote Guide

Plus en détail

AVIS SUR L ACCÈS DES ENFANTS AYANT DES LIMITATIONS FONCTIONNELLES AUX SERVICES DE GARDE À L ENFANCE

AVIS SUR L ACCÈS DES ENFANTS AYANT DES LIMITATIONS FONCTIONNELLES AUX SERVICES DE GARDE À L ENFANCE Cat. 2.120-12.48 AVIS SUR L ACCÈS DES ENFANTS AYANT DES LIMITATIONS FONCTIONNELLES AUX SERVICES DE GARDE À L ENFANCE M e Claire Bernard, conseillère juridique Direction de la recherche et de la planification

Plus en détail

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION FÉVRIER 2005 2005 Institut canadien des actuaires Document 205009 This

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise)

Commentaire. Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012. M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) Commentaire Décision n 2011-216 QPC du 3 février 2012 M. Franck S. (Désignation du représentant syndical au comité d entreprise) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel le 18 novembre

Plus en détail

Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card

Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card Denis Gascon Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 15 novembre 2013 Centre d études en droit économique, Université Laval PLAN DE LA

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr Fiche à jour au 18 décembre 2011 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Matière : Introduction

Plus en détail

INDEX ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. -A-

INDEX ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. -A- INDEX ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages. -A- Accessibilité à la justice Problématique coût/bénéfice/ délai, 9 Tribunaux, 68 Accusation, 71, 72, 74 Voir aussi Contradiction, Justice

Plus en détail

Aspects de droit anglais

Aspects de droit anglais UNIVERSITE PANTHEON-SORBONNE MASTER ETUDES JURIDIQUES COMPARATIVES EXAMEN TERMINAL ANNEE UNIVERSITAIRE 2009-2010 Tous documents autorisés Veuillez rédiger une réflexion comparative personnelle et critique

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

Numéro du rôle : 5169. Arrêt n 72/2012 du 12 juin 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5169. Arrêt n 72/2012 du 12 juin 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5169 Arrêt n 72/2012 du 12 juin 2012 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant les articles 23 et 25 du décret de la Communauté flamande du 30 avril 2004 relatif à l

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents Le Comité mixte sur la fiscalité de l Association du Barreau canadien et de l Institut Canadien des Comptables agréés L Institut Canadien des Comptables agréés, 277, rue Wellington Ouest, Toronto (Ontario)

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5263 Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 334 de la loi-programme du 27 décembre 2004, tel qu il a été modifié par l

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

À LA RECHERCHE D UN CABINET D AVOCATS PRO BONO

À LA RECHERCHE D UN CABINET D AVOCATS PRO BONO À LA RECHERCHE D UN CABINET D AVOCATS PRO BONO Guide à l intention des étudiant(e)s «L accès à la justice constitue une caractéristique fondamentale de la société canadienne. Trop souvent les besoins juridiques

Plus en détail

C. L histoire de procédure D. L impartialité et l indépendance du comité E. Présence au Canada : L éligibilité du Plaignant

C. L histoire de procédure D. L impartialité et l indépendance du comité E. Présence au Canada : L éligibilité du Plaignant CONCERNANT UNE PLAINTE EN VERTU DE LA POLITIQUE ET DES RÈGLES DE L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET EN MATIÈRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE DEVANT RÉSOLUTION

Plus en détail

Ce que les conseillers juridiques américains doivent savoir sur les recours collectifs au Québec

Ce que les conseillers juridiques américains doivent savoir sur les recours collectifs au Québec Ce que les conseillers juridiques américains doivent savoir sur les recours collectifs au Québec Dix-huit questions et réponses Q.1 André, mes clients ont reçu par courrier recommandé une «requête pour

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège. Numéro du rôle : 4469 Arrêt n 61/2009 du 25 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège. La Cour

Plus en détail

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3717 Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 147, 148, 149 et 152 du Code des droits de succession, posée par le Tribunal

Plus en détail

Numéro du rôle : 1364. Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T

Numéro du rôle : 1364. Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T Numéro du rôle : 1364 Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 12 et 124, 3, du Code des impôts sur les revenus 1964, posée par la Cour d appel

Plus en détail

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international.

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international. Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international Réflexions Hans Corell Ancien Secrétaire général adjoint aux affaires

Plus en détail

Instruction complémentaire 81-104 Fonds marché à terme

Instruction complémentaire 81-104 Fonds marché à terme Instruction complémentaire 81-104 Fonds marché à terme PARTIE 1 OBJET ET CONTEXTE 1.1 Objet 1.2 Champ d application de la norme 1.3 Contexte d élaboration de la norme 1.4 Principes de réglementation des

Plus en détail

La faillite transnationale après le nouveau règlement

La faillite transnationale après le nouveau règlement + La faillite transnationale après le nouveau règlement Yves BRULARD Avocat à Bruxelles - Mons Paris, Expert de la commission, chargé d enseignement CEFIAD + Champs d application + La situation visée par

Plus en détail

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) ENTRE : SYNDICAT DES INFIRMIERS ET INFIRMIÈRES DU CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ET : ET : CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR JULIENNE

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET Le respect de la règle du conflit d intérêts est un des principes essentiels de la déontologie de l avocat français. 1. La règle Elle est énoncée par l article

Plus en détail

FAILLITES TRANSFRONTALIERES

FAILLITES TRANSFRONTALIERES FAILLITES TRANSFRONTALIERES : Règlement communautaire no 1346/2000 du 29/5/2000 relatif aux procédures d insolvabilité, par Me Serge WORTHALTER, Avocat au Barreau de PARIS Membre de la section internationale

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*)

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) «Renvoi préjudiciel Impôt sur le revenu Législation visant à éviter les doubles impositions Imposition des revenus immobiliers perçus dans un État

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Table des matières. 1 Le droit de la responsabilité : le domaine de la voirie... 7

Table des matières. 1 Le droit de la responsabilité : le domaine de la voirie... 7 Table des matières 1 Le droit de la responsabilité : le domaine de la voirie........................ 7 Ann-Lawrence DURVIAUX professeur à l U.Lg., avocate Benoît KOHL professeur à l U.Lg., avocat Damien

Plus en détail

Avis de consultation de télécom CRTC 2014-604

Avis de consultation de télécom CRTC 2014-604 Avis de consultation de télécom CRTC 2014-604 Version PDF Ottawa, le 20 novembre 2014 Numéro de dossier : 8690-C12-201411868 Instance de justification Date limite de dépôt des interventions : 8 janvier

Plus en détail

Présenté à la : Commission de la culture

Présenté à la : Commission de la culture Mémoire relatif au projet de loi 122 Loi modifiant la Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, la Loi sur la protection des renseignements

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Actualité juridique Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Juin 2013 Mines et ressources naturelles Le 29 mai dernier, madame Martine Ouellet, ministre québécoise des Ressources

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC)

Organisme d arbitrage autorisé par la Régie du bâtiment : Centre canadien d arbitrage commercial (CCAC) ARBITRAGE En vertu du Règlement sur le plan de garantie des bâtiments résidentiels neufs (Décret 841-98 du 17 juin 1998, c. B-1.1, r.0.2, Loi sur le bâtiment, Lois refondues du Québec (L.R.Q.), c. B-1.1,

Plus en détail

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA

RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA RÉGIME GÉNÉRAL D ÉPARGNE ET D ACHAT DE TITRES DE LA BANQUE ROYALE DU CANADA 1. Définitions Pour les fins du présent régime, les termes énumérés ci-dessous ont le sens suivant : «actions ordinaires» désigne

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 77 PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Les lois fédérales sur les brevets, le droit d auteur et les marques de commerce assurent la protection de la propriété intellectuelle au Canada. Le Canada a signé l Accord

Plus en détail

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012

CC, Décision n 2012-284 QPC du 23 novembre 2012 Version pré-print pour citer cet article : «Les droits de celui qui décide de se défendre seul et le principe d égalité» (Cons. Const. 23 nov. 2012), Rev. Pén. Dr. Pén. 2012, p. 917, Les droits de celui

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 28 AVRIL 2003 S.01.0184.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.01.0184.F CORA, société anonyme se trouvant aux droits et obligations de la société anonyme Frabelmar-Distrimas, dont le siège social

Plus en détail