ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ"

Transcription

1 ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ Introduction Cette étude a pour but de dresser un premier bilan de la situation de l entreprenariat féminin à la suite de l obtention d un Micro-crédit BRUSOC. Avant toute chose, rappelons que BRUSOC a pour principal objectif de soutenir la reconversion économique et sociale des zones en difficulté et d aider au développement de quartiers fragilisés, tous regroupés sous un périmètre, bien précis, appelé zone Objectif II. Les moyens mis en œuvre par BRUSOC se présentent sous forme de deux instruments financiers permettant le démarrage d activité sous statut d indépendant en tant que personne physique ou au travers de la création ou du soutien de société commerciale. BRUSOC est active dans le champ de la microfinance ce qui signifie que la nature des activités et des entreprises créées ou soutenues sont de petites entités très souvent d une ou deux personnes. Rappelons que toute personne exclue du circuit du travail ou vivant dans des conditions instables et qui désire se définir un avenir professionnel sous la forme d une activité économique peut prétendre à l octroi d un prêt BRUSOC. Précisons encore que l ensemble des partenaires bénéficient automatiquement d un accompagnement individualisé et ce, durant toute la durée du prêt. Cette étude est réalisée sur une période s étalant de 2001 à Elle prend en compte toutes les femmes ayant reçu un prêt BRUSOC. L objectif est de pouvoir non seulement dresser un état de la situation quantitative sur base d un travail statistique, mais également qualitative, afin d évaluer l impact du Micro-crédit dans l évolution financière et sociale des partenaires féminines. Cette population représente 25 % de l ensemble des partenaires BRUSOC, ce qui se rapproche du taux d activité entrepreunariale des femmes à l échelle régionale et nationale. HBA/

2 1. Investissement réalisé L étude porte sur un échantillon composé de 39 projets, ils sont tous développés par des femmes. Le volume d investissement total est de EUR ce qui porte l investissement moyen à EUR Ces montants sont supérieurs de 13 % à la moyenne «masculine» qui est de EUR Cependant, la valeur modale est pratiquement identique pour les deux groupes de population : elle est de EUR Notons que l investissement total au cours de cette période est de EUR L investissement utilisé par l entreprenariat féminin représente 27 % des fonds utilisés. 2. Situation professionnelle 2.1. Profil Le graphique ci-dessous reprend le statut des femmes au moment de la demande de financement. Près de 50 % des partenaires avaient un statut d indépendant à titre principal. Elles avaient démarré leur activité avec un minimum de moyens financiers. Les personnes sans emploi représentent 46 %. Peu de personnes quittaient leur emploi pour une activité d indépendante étant donné que seulement 5 % des partenaires avaient un statut d employé. De plus, ces emplois n offraient que très peu de sécurité étant donné qu il s agissait dans la grande majorité de contrats à durée déterminée avec des salaires minimum. Cette information nous permet de penser que la motivation, lors du lancement de l activité économique dans le chef des candidats, est bien la volonté de subvenir financièrement à son existence. On peut également remarquer que l ensemble des candidates sont dans une situation précaire quel que soit le statut dans lequel elles se trouvent. Cette précarité se vérifie également lors de l analyse du point suivant lié au revenu perçu au moment de la demande de prêt. HBA/

3 Répartition par statut Sans emploi 46% Indépendante 49% Indépendante Employée Sans emploi Employée 5% 2.2 Revenu Le revenu moyen du panel au moment de l obtention du prêt était de EUR. 709 ce qui correspond au salaire perçu dans le cadre d une allocation de chômage. L évolution du revenu est positive étant donné que la rémunération moyenne, au 31 décembre 2006, de l ensemble des partenaires était de EUR La rémunération du panel a pratiquement doublé et ce, malgré un nombre important d activités en phase de démarrage. Nous remarquons également qu un grand nombre d entrepreneurs s offrent un salaire minimum et choisissent d investir dans leur affaire, ce qui peut se comprendre aisément vu les difficultés rencontrées lors de la recherche de financement. HBA/

4 2.3 Situation familiale Le graphique ci-dessous indique que 61 % des femmes ne sont pas mariées au moment de l obtention du prêt. Situation familiale Divorcée 15% Séparée 8% Mariée 31% Mariée Célibataire Divorcée Séparée Célibataire 46% 49 % des femmes sont sans enfants et 18 % d entre elles n ont qu un enfant à charge. Seuls 2 % des femmes développent un projet d entreprise avec trois enfants. Les femmes avec plusieurs enfants à charge sont peu présentes dans le panel ce qui peut facilement se comprendre compte tenu des obligations qu elles connaissent au sein de leur famille. Cette responsabilité laisse malheureusement peu de place à la possibilité d entreprendre et ce, malgré des compétences et la présence d un esprit d entreprise. Le graphique ci-dessous reprend la répartition de la population en fonction de l âge. Une majorité de femmes se situent dans la tranche 31/40 ans. Age 44% 45% 40% 35% 30% 25% 20% 15% 21% 18% 18% Entre 0 et 20 Entre 21 et 30 Entre 31 et 40 Entre 41 et 50 >= 51 10% 5% 0% 0% Nombre HBA/

5 Sur base de ces premiers éléments, une première définition de l entreprenariat féminin, présent au sein des partenaires BRUSOC, peut être défini comme suit : la majorité des femmes qui décident d entreprendre sont des personnes seules ou ayant une petite famille avec de faible revenu. Précisons que 51 % d entre elles sont d origines étrangère et près de 62 % de la population habitent en dehors de la zone Objectif II. Cette dernière donnée indique clairement que la création de ce type d outil financier permet le développement de projet dans des quartiers qui n ont pas forcément un attrait économique établi. Ne négligeons pas le fait que 38 % des partenaires proviennent de la zone Objectif II. 2.3 Secteur d activité Les activités présentes dans le portefeuille BRUSOC diffèrent peu quand nous les soumettons à la question du genre. Les proportions des secteurs rencontrés restent comparables. La nature des activités est conforme au type de projet pouvant être soutenu par le secteur de la microfinance ; il s agit très souvent de commerces de détail (alimentaire, vêtement, décoration, etc.), de création de meubles et de petits restaurants. Le secteur du commerce de détail et celui du service représentent à eux seuls 50 % de l ensemble des secteurs présents. Notons également que plus d un quart des personnes célibataires (28 %) développent un commerce de détail. La gestion de l activité «salons de beauté» reste cependant liée aux femmes. Notons en outre que les secteurs «informatique» et «transport» sont uniquement présents dans le panel masculin et absents de l entreprenariat féminin. Le graphique ci-dessous reprend l ensemble des données sectorielles de l entreprenariat féminin. Répartition par secteur 10% 5% 5% 5% 8% 10% 18% 8% 31% Commerce (de détail et d'alimentation) Horeca Divers Meubles et design Coiffure et beauté Mode et vêtements Artisanat Art et Décoration Services HBA/

6 3. Résultat De 2001 à 2007 et dans le cadre de l entreprenariat féminin, BRUSOC a rencontré 9 cessations d activité. Aucune faillite n a été enregistrée, toutes les promotrices ont arrêté leur activité avant la cessation de paiement définitive. Le taux d échec est 23 % alors que l ensemble des projets représente un volume financier de EUR soit 9 % des investissements totaux, ce qui correspond à un prêt moyen de EUR alors que la valeur modale est de EUR Répartition projets 23% Activité Cessation 77% Une première remarque est de constater que les partenaires les moins financés sont ceux qui ont rencontré le plus de difficultés. En effet, le prêt moyen et la valeur modale des dossiers en difficulté sont nettement en dessous de l investissement moyen pour l ensemble des partenaires. Comme nous l avons cité ci-dessus, les fonds investis sont de EUR De cette somme, BRUSOC a d ores et déjà été remboursée à concurrence de 32,5 %. Plusieurs facilités de paiement ont été accordées : le total est de EUR (35,5 %). Les candidates respectent le plan de remboursement ce qui nous permet de considérer que ces sommes ne sont pas perdues. Par contre nous estimons que la somme de EUR (32 %) ne sera pas remboursées. Par contre, les fonds perdus, au 31 décembre 2006, représentent moins de 3 % de l investissement total (EUR ). Les causes qui expliquent l échec sont de plusieurs ordres mais avant de rentrer dans le détail, il nous semble important de retirer le cas de 2 partenaires dont l échec était davantage imputable à une volonté délibérée de détourner cet argent à des fins personnelles et non à l affectation d un projet économique. L étude des causes se fait sur les 7 projets restants. HBA/

7 Le graphique ci-dessous reprend la répartition des projets en activité et en difficulté et ce, en fonction des secteurs d activité. Nous remarquons que les secteurs d activité qui présentent le plus de risques sont ceux de l HORECA et de l artisanat. Ceci peut aisément se comprendre compte tenu de la concurrence déloyale importante présente dans ces deux secteurs. Les difficultés rencontrées par les petits commerces sont liées en grande partie à des problèmes de localisation et non à de la concurrence. Notons que deux personnes ont cessé leur activité à la suite de problèmes de santé sérieux. Situation de l'activité selon le secteur Activité Cessation Services Art et Décoration Artisanat Mode et vêtements Coiffure et beauté Meubles et design Divers Horeca Commerce (de détail et d'alimentation) Sur les 9 promotrices ayant cessé leur activité, 6 d entre elles ont retrouvé un travail endéans l année. Les contacts et rencontres professionnels ont permis à ces candidates de ne pas récupérer leur ancien statut de «sans emploi». HBA/

8 Le tableau ci-dessous reprend l analyse des cessations d activité en fonction du statut juridique des partenaires. Ces données ne nous donnent aucune information pouvant cibler une catégorie permettant d améliorer ou de diminuer les chances de réussite. Résultat de l'activité selon la situation familiale Cessation Activité Cessation Célibataire mariée divorcée séparée Activité Par contre, les femmes ayant un statut «célibataire» ou «mariée» sont les plus entreprenantes alors que les femmes sous statut de «divorcée» ou «séparée» développent moins de projets. Ces dernières catégories connaissent également un taux d échec proportionnellement plus important. HBA/

9 Conclusion L entreprenariat féminin représente une part significative dans l ensemble des partenaires BRUSOC : 25 % des projets développés sont portés par des femmes. La principale motivation d entreprendre est économique, le salaire moyen au moment du lancement est très faible et se situe au seuil d un revenu minimum d intégration faisant fonction en Belgique. Par contre, l évolution du revenu s améliore étant donné que le revenu moyen a doublé en très peu de temps. L étude montre que les femmes avec deux enfants ou plus sont très peu présentes ; il semble que la charge familiale laisse peu de place à l entreprenariat et ce, malgré la présence de compétences et d une volonté d entreprendre un projet à vocation économique. Il est certain que le développement d un outil financier adapté comblerait d une part ces carences et permettrait d autre part à de nombreuses femmes de se réaliser professionnellement. Il va de soi qu un produit financier prenant en considération les spécificités familiales et sociales de ces femmes (principalement le manque de moyens financiers et l incapacité de disposer de structures adaptées) serait un incitant non négligeable. C est dans ce contexte que nous envisageons sérieusement la mise en place d un produit financier composé de : Une prime au démarrage de EUR afin d éviter le problème lié au sous-financement ; l étude nous indique que les dossiers ayant connu une cessation d activité ont tous souffert du manque de moyens financiers. Rappelons que le prêt moyen était nettement inférieur au prêt moyen de l ensemble du panel. Un prêt conventionnel destiné aux investissements à réaliser, il serait doté d un taux préférentiel. Espaces crèches et gardes d enfants destinés prioritairement et gratuitement le temps du démarrage aux femmes bénéficiant d un prêt. Afin de respecter les compétences de chacun, nous envisageons de travailler avec des organismes tels que l Office de la Naissance et de l Enfance (O.N.E) et Kind&Gezin. Pour conclure, nous pouvons affirmer que les résultats restent positifs et que l entreprenariat féminin se porte bien, la perte des fonds mis à disposition représentant moins de 3 % des investissements totaux. Par ailleurs, deux tiers des femmes ayant cessé leur activité ont par la suite retrouvé un emploi stable, conséquence probable de la dynamique positive développée dans le HBA/

10 cadre du lancement de l activité et du soutien, notamment psychologique, apporté par BRUSOC au moment de la cessation d activité. HBA/

PLACEMENT SOLIDAIRE CREDIT

PLACEMENT SOLIDAIRE CREDIT Administration Comment mesurer l impact social? PLACEMENT SOLIDAIRE CREDIT UN PLACEMENT SOLIDAIRE Quels moyens? Pour quelle utilisation? 24 millions placés par 2100 coopérateurs 954 crédits solidaires

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 10 ème anniversaire du rapport de l Observatoire national de la petite enfance :

DOSSIER DE PRESSE. 10 ème anniversaire du rapport de l Observatoire national de la petite enfance : DOSSIER DE PRESSE 29 janvier 2016 10 ème anniversaire du rapport de l Observatoire national de la petite enfance : Depuis 10 ans, les parents confient davantage la garde de leurs jeunes enfants aux professionnels

Plus en détail

Dares Analyses. Les salariés effectuant des heures supplémentaires rémunérées en 2010

Dares Analyses. Les salariés effectuant des heures supplémentaires rémunérées en 2010 Dares Analyses MARS 2013 N 015 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Les salariés effectuant des heures rémunérées en 2010 En 2010, 49 % des salariés

Plus en détail

Prospectus simplifié : Fonds commun de placement X

Prospectus simplifié : Fonds commun de placement X Prospectus simplifié : commun de placement X Présentation du fonds commun de placement 1. Dénomination : X 2. Date de constitution : xx/xx/xxxx 3. Durée d existence : durée illimitée (ou jusqu au xx/xx/xxxx)

Plus en détail

Regards sur l éducation : Les indicateurs de l OCDE 2012. Sous embargo jusqu au 11 septembre, 11:00 (heure de Paris)

Regards sur l éducation : Les indicateurs de l OCDE 2012. Sous embargo jusqu au 11 septembre, 11:00 (heure de Paris) NOTE-PAYS Regards sur l éducation : Les indicateurs de l OCDE 2012 Sous embargo jusqu au 11 septembre, 11:00 (heure de Paris) CANADA Pour toute question, contacter : Andreas Schleicher, Conseiller spécial

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES NOVEMBRE 2014 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES Enquête typologique 2013 Analyses nationale et régionale Sommaire INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble

Plus en détail

Programme famille Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle

Programme famille Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Programme famille Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l'emploi des femmes 1 er sous-indicateur : taux d'emploi

Plus en détail

Situation. La création et la reprise. d établissements en 2010

Situation. La création et la reprise. d établissements en 2010 Situation AQUITAINE La création et la reprise d établissements en 2010 Données de cadrage Note méthodologique : Les statistiques ci-après concernent des établissements et non pas des entreprises. Les créations

Plus en détail

Dmat Newsletter n 3 Protection des épargnants

Dmat Newsletter n 3 Protection des épargnants DMAT TASK FORCE Dmat Newsletter n 3 Protection des épargnants Introduction En réponse aux turbulences de ces derniers mois sur les marchés financiers, le législateur a pris certaines mesures visant notamment

Plus en détail

Des formules à taux variable et taux fixe qui font la différence

Des formules à taux variable et taux fixe qui font la différence Des formules à taux variable et taux fixe qui font la différence Le Crédit Foncier se développe à l international et ouvre une succursale à Bruxelles Filiale du Groupe Caisse d Épargne, un des tous premiers

Plus en détail

Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse

Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse Étude auprès du panel d entreprises tiré de l enquête sur le financement des PME en Suisse Etude réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Novembre 2009 Table des matières 2 Page 1. Descriptif

Plus en détail

Taux d emploi, taux de chômage : des indicateurs controversés

Taux d emploi, taux de chômage : des indicateurs controversés Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail Université (FTU) N 2014 04, mars 2014 www.ftu.be/ep Taux d emploi, taux de chômage : des indicateurs controversés Une analyse critique de deux indicateurs

Plus en détail

Évolution de la compétitivité-prix de l hôtellerie suisse de villégiature au niveau international

Évolution de la compétitivité-prix de l hôtellerie suisse de villégiature au niveau international Évolution de la compétitivité-prix de l hôtellerie suisse de villégiature au niveau international L étude présentée ici analyse, pour la seconde fois depuis 23, l évolution de la compétitivitéprix de l

Plus en détail

TITRE I : TERMINOLOGIE

TITRE I : TERMINOLOGIE Version juin 2013 RÈGLEMENT DES PRÊTS À CONSENTIR PAR LE FONDS DU LOGEMENT DES FAMILLES NOMBREUSES DE WALLONIE (FONDS AB) À DES PROPRIÉTAIRES POUR LA RÉHABILITATION ET LA RESTRUCTURATION DE BIENS IMMOBILIERS

Plus en détail

Activités. Une maison de jeux pour enfants. Rapport d activités Une réalisation de l UCN en collaboration avec villa YoYo.ch

Activités. Une maison de jeux pour enfants. Rapport d activités Une réalisation de l UCN en collaboration avec villa YoYo.ch Activités Une maison de jeux pour enfants Rapport d activités 2012 Une réalisation de l UCN en collaboration avec villa YoYo.ch Rapport d activités 2012 Introduction La Villa YOYO de Neuchâtel a vécu en

Plus en détail

Règlement de gestion financière et du fonds de réserve du Gymnase intercantonal de la Broye (RGFF) du 22 mars 2005 Etat au 25.1.

Règlement de gestion financière et du fonds de réserve du Gymnase intercantonal de la Broye (RGFF) du 22 mars 2005 Etat au 25.1. Règlement de gestion financière et du fonds de réserve du Gymnase intercantonal de la Broye (RGFF) du mars 005 Etat au 5..0 Le Conseil du Gymnase intercantonal de la Broye vu la Convention intercantonale

Plus en détail

Elixis 3. Tirez parti de l évolution des marchés actions de la zone euro*

Elixis 3. Tirez parti de l évolution des marchés actions de la zone euro* Elixis 3 Une nouvelle potion pour vos placements À souscrire avant le 10 décembre 2009 Éligible au PEA Tirez parti de l évolution des marchés actions de la zone euro* * En cas de hausse de l indice jusqu

Plus en détail

émunération et carrière

émunération et carrière Rémunération des fonctionnaires fédéraux Comparaison avec le secteur privé et le secteur public Édition : mars 2016 Document réalisé par l équipe politique de rémunération et de carrière Table des matières

Plus en détail

La formation continue Stratégie et évaluation. Marie Monville et Kris Degroote Conseil Central de l économie

La formation continue Stratégie et évaluation. Marie Monville et Kris Degroote Conseil Central de l économie 1 La formation continue Stratégie et évaluation Marie Monville et Kris Degroote Conseil Central de l économie 1 La formation professionnelle continue : nécessités et avantages 2 Croissance économique Amélioration

Plus en détail

Note d information aux membres du Conseil national supérieur de l Enseignement supérieur et de la Recherche, en date du 17 décembre 2012

Note d information aux membres du Conseil national supérieur de l Enseignement supérieur et de la Recherche, en date du 17 décembre 2012 Note d information aux membres du Conseil national supérieur de l Enseignement supérieur et de la Recherche, en date du 17 décembre 2012 Répartition des crédits aux universités Annexe : - n 1 : fonctionnement

Plus en détail

Les allocataires du RSA dans le. Département du Nord

Les allocataires du RSA dans le. Département du Nord Les allocataires du RSA dans le Département du Nord Evolution depuis 2009 et Profil des bénéficiaires Direction Générale de la Solidarité DPMC - Service pilotage et observation sociale Paule Laidebeur

Plus en détail

Etat des lieux de la création reprise en Bretagne : en avantpremière, Animé par : Ronan Lhermenier (Direccte) Laurent Auzet (Insee)

Etat des lieux de la création reprise en Bretagne : en avantpremière, Animé par : Ronan Lhermenier (Direccte) Laurent Auzet (Insee) Etat des lieux de la création reprise en Bretagne : en avantpremière, étude 2015 de l'insee Animé par : Ronan Lhermenier (Direccte) Laurent Auzet (Insee) CREATIONS D ENTREPRISE DEPUIS 2009 en milliers

Plus en détail

Appel à projets FSE 2016 Soutien aux dispositifs d accompagnement à la création/reprise d entreprises en Alsace

Appel à projets FSE 2016 Soutien aux dispositifs d accompagnement à la création/reprise d entreprises en Alsace Appel à projets FSE 2016 Soutien aux dispositifs d accompagnement à la création/reprise d entreprises en Alsace Axe 1 : Activité indépendante, entreprenariat et création d entreprise Objectif spécifique

Plus en détail

Agir pour l emploi et la création d activités 2014/2017 Signature de la convention locale d application «Partenariat Embauche premier salarié»

Agir pour l emploi et la création d activités 2014/2017 Signature de la convention locale d application «Partenariat Embauche premier salarié» Agir pour l emploi et la création d activités 2014/2017 Signature de la convention locale d application «Partenariat Embauche premier salarié» Dossier de Presse La Convention de partenariat en faveur des

Plus en détail

Etude de cas : Faites vacciner votre enfant : Appels téléphoniques pour encourager la vaccination: Fonctionnent-ils?

Etude de cas : Faites vacciner votre enfant : Appels téléphoniques pour encourager la vaccination: Fonctionnent-ils? Etude de cas : Faites vacciner votre enfant : Appels téléphoniques pour encourager la vaccination: Fonctionnent-ils? Cette étude de cas est fondée sur «Comparaison de méthodes expérimentales et des méthodes

Plus en détail

PRIVALTO SELECT Profitez dès aujourd hui des opportunités de demain

PRIVALTO SELECT Profitez dès aujourd hui des opportunités de demain PRIVALTO SELECT Profitez dès aujourd hui des opportunités de demain Période de commercialisation : du 15 août au 19 décembre 2008 (12 heures) Code ISIN : FR0010645341 Documentation communiquée à l AMF

Plus en détail

Table des matières. Édition Christiane Bessette, conseillère en communication, MAPAQ

Table des matières. Édition Christiane Bessette, conseillère en communication, MAPAQ Table des matières COÛT DE LOCATION DES TERRES AGRICOLES EN ESTRIE 2015... 3 MÉTHODOLOGIE...3 STATISTIQUES SUR LES RÉPONDANTS ET LES LOCATIONS...4 COÛTS DE LOCATION FAITS SAILLANTS...5 PRÉSENTATION DES

Plus en détail

Saisie des contrôles retraits et corrections financiers (FSE)

Saisie des contrôles retraits et corrections financiers (FSE) Le guide WEB Saisie des contrôles retraits et corrections financiers (FSE) Version presage_web : L1.16 Version guide 1 Date décembre 2011 Auteurs : ASP DGEFP/Sous-direction FSE Chapitres modifiées Nouveau

Plus en détail

Le deuxième pilier de pension est une nécessité! I Introduction 02. I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03

Le deuxième pilier de pension est une nécessité! I Introduction 02. I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03 ssur 01 N 11 I Bulletin hebdomadaire du 19/03/2009 Le deuxième pilier de pension est une nécessité! Contenu I Introduction 02 I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03 I 2. Situation

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Objet : Interprétation relative à la TPS Interprétation relative à la TVQ Services financiers Courtier en prêt d argent N/Réf.

Objet : Interprétation relative à la TPS Interprétation relative à la TVQ Services financiers Courtier en prêt d argent N/Réf. Direction principale des lois sur les taxes et l administration fiscale et des affaires autochtones Québec, le 27 août 2014 ***** Objet : Interprétation relative à la TPS Interprétation relative à la TVQ

Plus en détail

BILAN DU 1 er SEMESTRE 2007 DU PLAN NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL

BILAN DU 1 er SEMESTRE 2007 DU PLAN NATIONAL DE LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL PREMIER MINISTRE MINISTERE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ DILTI Délégation Interministérielle à la Lutte contre le Travail Illégal BILAN DU 1 er SEMESTRE 2007 DU PLAN NATIONAL DE

Plus en détail

Spécial prestations familiales

Spécial prestations familiales Spécial prestations familiales Les prestations familiales des enseignants exerçant en métropole sont, depuis juillet 2005 directement allouées par les Caisses d Allocations Familiales. Le présent document

Plus en détail

Etude de 16 pays comparables

Etude de 16 pays comparables Conseil de l Europe CEPEJ rapport 2010 (données 2008) Etude de 16 pays comparables Jean-Paul Jean Avocat général près la cour d appel de Paris Expert de la CEPEJ Président du Groupe de travail Evaluation

Plus en détail

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création

Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises. existent toujours trois ans après leur création entreprises Plus des deux-tiers des nouvelles entreprises existent toujours trois ans après leur création Maryse Aguer Le Limousin se place au deuxième rang des régions françaises pour le taux de survie

Plus en détail

GenCap FCPI Ave n i r

GenCap FCPI Ave n i r GenCap Avenir FCPI GenCap Avenir Une philosophie d investissement unique grâce à : 1 2 3 Une vision internationale du capital investissement L utilisation de techniques d investissement innovantes telles

Plus en détail

«X Post-bac» Formulaire de demande de bourse. Demande de bourses X-POSTBAC de la Fondation de l Ecole Polytechnique - année 2015 / 2016

«X Post-bac» Formulaire de demande de bourse. Demande de bourses X-POSTBAC de la Fondation de l Ecole Polytechnique - année 2015 / 2016 «X Post-bac» Formulaire de demande de bourse alice.carpentier@polytechnique.edu / 01.69.33.38.99-06.89.71.78.99 page : 1 / 11 alice.carpentier@polytechnique.edu / 01.69.33.38.99-06.89.71.78.99 page : 2

Plus en détail

Métiers du Bâtiment. Observatoire économique 2014. Inscrit au tableau de l Ordre des Experts-comptables. www.cerfrance-alliancecentre.

Métiers du Bâtiment. Observatoire économique 2014. Inscrit au tableau de l Ordre des Experts-comptables. www.cerfrance-alliancecentre. Métiers du Bâtiment Observatoire économique 2014 Inscrit au tableau de l Ordre des Experts-comptables www.cerfrance-alliancecentre.fr Les entreprises du bâtiment adhérentes de CERFRANCE Alliance Centre

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1 : la création du statut VDI. Chapitre 2 : le VDI : un statut mixte. Chapitre 3 : le VDI mode d emploi.

Sommaire. Chapitre 1 : la création du statut VDI. Chapitre 2 : le VDI : un statut mixte. Chapitre 3 : le VDI mode d emploi. Sommaire Chapitre 1 : la création du statut VDI La loi de 1993 Chapitre 2 : le VDI : un statut mixte Statut social Statut fiscal Chapitre 3 : le VDI mode d emploi Les droits et les obligations Le VDI et

Plus en détail

Evolution des dons des particuliers aux grandes associations et fondations en 2012

Evolution des dons des particuliers aux grandes associations et fondations en 2012 Evolution des dons des particuliers aux grandes associations et fondations en 2012 Panel / source 23 associations et fondations membres de France générosités, dont 15 organisations qui reçoivent le plus

Plus en détail

www.medirectbank.be Rapport trimestriel Gestion de patrimoine All content 2016 MeDirect Plus d infos sur www.medirectbank.be Janvier Mars 2016

www.medirectbank.be Rapport trimestriel Gestion de patrimoine All content 2016 MeDirect Plus d infos sur www.medirectbank.be Janvier Mars 2016 www.medirectbank.be Rapport trimestriel Gestion de patrimoine Janvier Mars 2016 All content 2016 MeDirect Plus d infos sur www.medirectbank.be Dans le 1er trimestre volatil de 2016, la Gestion de Patrimoine

Plus en détail

Rapport Financier Semestriel

Rapport Financier Semestriel Rapport Financier Semestriel 30 juin 2008 1. FAITS MARQUANTS DU 1ER SEMESTRE 2008 «FORTE CROISSANCE ET PERSPECTIVES FAVORABLES» CHIFFRES CLÉS En '000 06/2008 06/2007 Chiffre d'affaires 10.470 7.755 Marge

Plus en détail

Reconnaissance du mérite. partenariat globalité stratégie

Reconnaissance du mérite. partenariat globalité stratégie Reconnaissance du mérite partenariat globalité stratégie Programme de reconnaissance du mérite des conseillers des Garanties collectives 2015 Un programme de reconnaissance unique pour la rémunération

Plus en détail

Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent

Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent 1 - Une diminution de l épargne pour la première fois depuis 6 ans Si on neutralise les effets de la suppression des contingents communaux

Plus en détail

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 23 novembre 2011-9 h 30 «Niveaux des pensions et taux de remplacement» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Evolution du niveau

Plus en détail

SOlidarité ENfants FAmilles (SOL EN FA)

SOlidarité ENfants FAmilles (SOL EN FA) SOlidarité ENfants FAmilles (SOL EN FA) Toutes les demandes sont présentées de façon anonyme, aux membres de la Commission Sociale. La solidarité enfant : intervient en cas de décès Hors Service Commandé,

Plus en détail

Le régime fiscal des associations loi 1901

Le régime fiscal des associations loi 1901 Le régime fiscal des associations loi 1901 1 Sommaire I) Le principe de la fiscalité associative II) Comment déterminer son statut fiscal III) Les impôts IV) Les exonérations possibles V) Les factures

Plus en détail

Du tableau de bord financier à la stratégie de financement

Du tableau de bord financier à la stratégie de financement Du tableau de bord financier à la stratégie de financement Intervenants Michael Fontaine Expert-comptable Nadine Fain Expert-comptable Christian Gulino Expert-comptable Contenu de l atelier Toute société

Plus en détail

LA MICROFINANCE Un levier de développement mais à quelles conditions?

LA MICROFINANCE Un levier de développement mais à quelles conditions? LA MICROFINANCE Un levier de développement mais à quelles conditions? Abderrahim BOUAZZA Directeur de la Supervision Bancaire La microcrédit dans la région: un secteur encadré et orienté vers le tissu

Plus en détail

ÉTUDE DE L INVALIDITÉ Pensions - Allocations - Rentes. Flux 2001 CNRACL - ATIACL

ÉTUDE DE L INVALIDITÉ Pensions - Allocations - Rentes. Flux 2001 CNRACL - ATIACL ÉTUDE DE L INVALIDITÉ Pensions - Allocations - Rentes Flux 2001 CNRACL - ATIACL Caisse des Dépôts et Consignations Etablissement de Bordeaux Service "Etudes et Actuariat" octobre 2002 Caisse des dépôts

Plus en détail

Fiche d information financière Assurance-vie pour les branches 21 et 23

Fiche d information financière Assurance-vie pour les branches 21 et 23 Fiche d information financière Assurance-vie pour les branches 21 et 23 Type d assurance-vie isave Free Invest 1 Le produit isave Free Invest est une assurance-vie où le client a le choix entre un ou une

Plus en détail

DIRECTION D ADMINISTRATION DES AFFAIRES

DIRECTION D ADMINISTRATION DES AFFAIRES Vous trouverez ci - joint le formulaire de demande ainsi qu un règlement en vue de l obtention d un prêt pour l achat ou la construction d un logement. Le formulaire et les différents documents requis

Plus en détail

Graphique 1 Montant du cofinancement de l État (2000-2009) 15,7 14,8 14,8

Graphique 1 Montant du cofinancement de l État (2000-2009) 15,7 14,8 14,8 FORMAbref Janvier 2012 Observatoire de la formation Cofinancement public Analyse de la contribution de l État à la formation continue en entreprise Cette publication porte sur le cofinancement public en

Plus en détail

Agence Pour la Création d Entreprises

Agence Pour la Création d Entreprises Agence Pour la Création d Entreprises Elizabeth VINAY Vendez sur les marchés! Deuxième édition Éditions APCE, 2002, 2004 Éditions d Organisation, 2002, 2004 ISBN : 2-7081-3080-3 INTRODUCTION...1 ÊTES-VOUS

Plus en détail

Dîner-débat : «Combattre le chômage, les solutions des patrons alsaciens» *** Vendredi 27 Mars 2015, Hôtel Europe à Horbourg-Wihr

Dîner-débat : «Combattre le chômage, les solutions des patrons alsaciens» *** Vendredi 27 Mars 2015, Hôtel Europe à Horbourg-Wihr Dîner-débat : «Combattre le chômage, les solutions des patrons alsaciens» *** Vendredi 27 Mars 2015, Hôtel Europe à Horbourg-Wihr Déroulement : 1. Constat : L emploi en Alsace Lucas Fattori, responsable

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.22/2006/7 16 février 2006 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Tax shelter Prêt Prêt Win-Win Prêt Coup de pouce

Tax shelter Prêt Prêt Win-Win Prêt Coup de pouce Fédéral Région flamande Région wallonne Tax shelter Prêt Prêt Win-Win Prêt Coup de pouce Type d instrument Actions ou parts sociales Prêt Prêt Prêt Avantage Réduction d impôt sur les personnes physiques

Plus en détail

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France

> La part des familles nombreuses est moins importante à Paris qu en Ilede-France Composition des ménages et des familles, modes de garde des enfants Modes de cohabitation > Huit jeunes Parisiens sur dix de 15-19 ans vivent chez leurs parents. > Deux Parisiennes sur cinq de 20-34 ans

Plus en détail

6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR

6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR 6 ÉDUCATION PRIORITAIRE CARACTERISATION DU PASSAGE DU DISPOSITIF RAR AU DISPOSITIF ECLAIR À la rentrée 2011, 297 collèges publics font partie du dispositif ECLAIR (écoles, collèges, lycées pour l ambition,

Plus en détail

1 Le salaire. Définition du salaire. Liberté de fixer le salaire. Interdiction de toute discrimination. À travail égal, salaire égal

1 Le salaire. Définition du salaire. Liberté de fixer le salaire. Interdiction de toute discrimination. À travail égal, salaire égal 1 Le salaire Définition du salaire Le salaire est la contrepartie de la prestation de travail qu effectue le salarié pour l employeur dans le cadre d un contrat de travail. La définition du salaire relève

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES

COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE FRUITS ET LÉGUMES... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL

Plus en détail

Journée d étude ADL. La couveuse d entreprises Les aides financières. 14 juin 2010

Journée d étude ADL. La couveuse d entreprises Les aides financières. 14 juin 2010 Journée d étude ADL La couveuse d entreprises Les aides financières 14 juin 2010 PLAN 1. La couveuse d entreprises 2. Les aides financières destinées à la préparation du projet au démarrage de l entreprise

Plus en détail

LE BUDGET DE SCIENCES PO EN 13 QUESTIONS

LE BUDGET DE SCIENCES PO EN 13 QUESTIONS Printemps 2003 LE BUDGET DE SCIENCES PO EN 13 QUESTIONS FONDATION NATIONALE DES SCIENCES POLITIQUES / INSTITUT D ETUDES POLITIQUES DE PARIS 27, RUE SAINT-GUILLAUME 75337 PARIS CEDEX 07. TEL : +33 (0)1

Plus en détail

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants :

Cette nouvelle édition met en évidence les enseignements suivants : 6 ème baromètre annuel Energie-Info sur l ouverture des marchés, réalisé par le médiateur national de l énergie et la Commission de régulation de l énergie. Enquête réalisée par l institut CSA du 5 au

Plus en détail

Canevas d évaluation des projets de. l Initiative spécifique «accueil de la petite enfance».

Canevas d évaluation des projets de. l Initiative spécifique «accueil de la petite enfance». Canevas d évaluation des projets de l Initiative spécifique «Accueil de la petite enfance» 1. Introduction Ce document vise : à décrire la méthode utilisée en vue de l évaluation des 9 projets retenus

Plus en détail

ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE

ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE SYNTHESE Le groupe de travail a examiné avec une particulière attention les options disponibles pour le recouvrement d une cotisation sur la valeur ajoutée ou de

Plus en détail

Critères de prise en charge. TPE (1 à 9 salariés) INTERPROFESSION REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON Lettre générale du 12 avril 2012

Critères de prise en charge. TPE (1 à 9 salariés) INTERPROFESSION REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON Lettre générale du 12 avril 2012 Critères de prise en charge TPE (1 à 9 salariés) INTERPROFESSION REGION LANGUEDOC-ROUSSILLON Lettre générale du 12 avril 2012 Applicables aux dossiers de formation à compter du 1er janvier 2013 5 000 HT

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Décret n o 2007-1282 du 28 août 2007 relatif aux aides à l investissement immobilier

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises

Politique de soutien aux entreprises Politique de soutien aux entreprises Préambule Suite à l adoption de la Loi 28 par le gouvernement du Québec, des modifications ont été apportées à la mise en œuvre de la nouvelle gouvernance municipale

Plus en détail

Le plafond de ressources ci-dessous est commun à la prime de naissance, à la prime d adoption et à l allocation de base de la PAJE

Le plafond de ressources ci-dessous est commun à la prime de naissance, à la prime d adoption et à l allocation de base de la PAJE Spécial prestations familiales Les prestations familiales des enseignants exerçant en métropole sont, depuis juillet 2005 directement allouées par les Caisses d Allocations Familiales. Le présent document

Plus en détail

Les demandeurs d emploi bénéficiaires du RSA

Les demandeurs d emploi bénéficiaires du RSA AOUT 2012 Pôle emploi Centre 3A rue Pierre-Gilles de Gennes - Bâtiment B 45035 Orléans cedex 1 Tél. : 02 38 78 88 20 Fax : 02 38 78 87 32 Les demandeurs d emploi I. Evolution du nombre de demandeurs d

Plus en détail

Pour les montants soumis à la retenue à la source au taux de 15% :

Pour les montants soumis à la retenue à la source au taux de 15% : Pour les montants soumis à la retenue à la source au taux de 15% : - des commissions prélevées par les émetteurs des tickets restaurant, - des commissions prélevées par les agences de voyages, - des commissions

Plus en détail

Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et

Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et inégalités en français. Il a fait l objet d une grande attention,

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION DU FONDS AG Protect+ Global Megatrends 90

REGLEMENT DE GESTION DU FONDS AG Protect+ Global Megatrends 90 REGLEMENT DE GESTION DU FONDS Valable au 11/04/2016 Exposition à 100% de la prime nette investie via un dépôt auprès de BNP Paribas Fortis Ce règlement de gestion est applicable au fonds lié aux assurances-vie

Plus en détail

Majoration de la contribution patronale d assurance chômage pour les embauches en CDD

Majoration de la contribution patronale d assurance chômage pour les embauches en CDD Chère cliente, cher client, Veuillez trouver ci-dessous le rappel des nouveautés du mois de juillet 2013: 1 ) Définition de la modulation de la contribution patronale d assurance chômage (source URSSAF)

Plus en détail

3 800 + 50 points 3 750. Prix d Exercice = Barrière Désactivante = 3 700 points 1,10 +0,50 0,60

3 800 + 50 points 3 750. Prix d Exercice = Barrière Désactivante = 3 700 points 1,10 +0,50 0,60 CERTIFICATS TURBOS POURQUOI INVESTIR DANS UN CERTIFICAT TURBO? Les Certificats Turbos sont des produits de Bourse qui permettent d investir sur un actif sous-jacent (indice, matière première) en offrant

Plus en détail

Avis aux actionnaires des compartiments OYSTER Credit Opportunities et OYSTER European Fixed Income

Avis aux actionnaires des compartiments OYSTER Credit Opportunities et OYSTER European Fixed Income OYSTER (la «SICAV») Société d'investissement à capital variable Siège social: 11/13, boulevard de la Foire L-1528 Luxembourg R.C.S. Luxembourg B-55.740 Avis aux actionnaires des compartiments OYSTER Credit

Plus en détail

Un revenu catégoriel : les revenus fonciers (cours)

Un revenu catégoriel : les revenus fonciers (cours) Un revenu catégoriel : les revenus fonciers (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I Définition des revenus fonciers... 4 Les revenus imposables... 4 Les revenus exonérés...

Plus en détail

créer de l emploi dans les territoires

créer de l emploi dans les territoires 3 créer de l emploi dans les territoires 3 Créer de l emploi dans les territoires L Économie sociale et solidaire trouve sa force dans les territoires : quartiers urbains, zones rurales, bassins industriels

Plus en détail

TALENSIA. Pertes d exploitation Plus Risques Simples. Dispositions spécifiques

TALENSIA. Pertes d exploitation Plus Risques Simples. Dispositions spécifiques TALENSIA Pertes d exploitation Plus Dispositions spécifiques L introduction et la présentation du plan d assurances Entreprises Les dispositions communes Le lexique sont également d application. Article

Plus en détail

LA COMPTABILISATION DES FLUX D'AIDE AU MALI

LA COMPTABILISATION DES FLUX D'AIDE AU MALI Non classifié SAH/REFA(2000)2 Club du sahel OLIS : 09-Aug-2000 Organisation de Coopération et de Développement Economiques Dist. : 10-Aug-2000 Or. Fra. CLUB DU SAHEL SAH/REFA(2000)2 Or. Fra. Non classifié

Plus en détail

Les aides pour la création et reprise d entreprise

Les aides pour la création et reprise d entreprise Les aides pour la création et reprise d entreprise Pour créer sa boite, mieux vaut être accompagné Pourquoi SE FAIRE ACCOMPAGNER lors du lancement? Pour gagner du temps en ayant accès à des informations

Plus en détail

7) La politique familiale

7) La politique familiale 1 FIPECO le 26.06.2017 Les fiches de l encyclopédie VIII) Assurances sociales et redistribution 7) La politique familiale Les dépenses publiques et les avantages fiscaux ne sont pris en compte dans cette

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS

LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS NOTE D'INFORMATION N 134 À substituer à la note d information n 119 LE SURENDETTEMENT DES PARTICULIERS La première loi «relative à la prévention et au règlement des difficultés liées au surendettement

Plus en détail

BROCHURE D INFORMATION RENDEMENT BOUYGUES SOUSCRIPTION : DU 17 OCTOBRE 2013 AU 20 DÉCEMBRE 2013 (ENVELOPPE ET SOUSCRIPTION LIMITÉES) (1)

BROCHURE D INFORMATION RENDEMENT BOUYGUES SOUSCRIPTION : DU 17 OCTOBRE 2013 AU 20 DÉCEMBRE 2013 (ENVELOPPE ET SOUSCRIPTION LIMITÉES) (1) BROCHURE D INFORMATION RENDEMENT BOUYGUES SOUSCRIPTION : DU 17 OCTOBRE 2013 AU 20 DÉCEMBRE 2013 (ENVELOPPE ET SOUSCRIPTION LIMITÉES) Titres de créance présentant un risque de perte en en cours de vie et

Plus en détail

Auto-entrepreneur Passez à la vitesse supérieure!

Auto-entrepreneur Passez à la vitesse supérieure! Gilles Daïd et Pascal Nguyên Auto-entrepreneur Passez à la vitesse supérieure! EIRL, EURL, SARL, SASU, SAS, 2011 ISBN : 978-2-212-55168-6 S OMMAIRE Introduction............................. 9 CHAPITRE

Plus en détail

Programme services-conseils (PSC)

Programme services-conseils (PSC) Programme services-conseils (PSC) Dans le présent document, l emploi du masculin pour désigner des personnes n a d autres fins que celle d alléger le texte. Des mesures d aide décrites dans ce programme

Plus en détail

Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique. Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young

Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique. Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young I. Le formidable enjeu économique de la couverture du risque climatique Comment peut-on

Plus en détail

Investir. Caisse Fédérale du Crédit Mutuel Nord Europe (France) Autocallable Note

Investir. Caisse Fédérale du Crédit Mutuel Nord Europe (France) Autocallable Note Investir Caisse Fédérale du Crédit Mutuel Nord Europe (France) Autocallable Note Une durée d investissement maximum de 8 ans Un droit de remboursement de l intégralité du capital investi (1) à maturité

Plus en détail

... p p p p p. 12. garantie de l Etat. prime d acquisition. prime d épargne. subvention d intérêt

... p p p p p. 12. garantie de l Etat. prime d acquisition. prime d épargne. subvention d intérêt garantie de l Etat... p. 3 prime d acquisition... p. 5 prime d épargne... p. 8 subvention d intérêt... p. 9 bonification d intérêt... p. 12 Edition 07/2013 garantie de l Etat Qu est-ce qu une garantie

Plus en détail

BIENVENUE. 120' INFO - Séance d'information collective JobYourself

BIENVENUE. 120' INFO - Séance d'information collective JobYourself BIENVENUE 1 Coopératives d activités? En Belgique : Définies par une Loi fédérale Public cible fixé par Arrêté Royal www.coopac.be A Bruxelles: 4 coopératives d activités «Une coopérative d activités est

Plus en détail

Le Fonds de Garantie pour la création, la reprise et le développement d entreprises à l initiative des femmes

Le Fonds de Garantie pour la création, la reprise et le développement d entreprises à l initiative des femmes Le Fonds de Garantie pour la création, la reprise et le développement d entreprises à l initiative des femmes PREFET DE LA MARTINIQUE Un prèt pour les femmes, une garantie pour la banque PREFET DE LA MARTINIQUE

Plus en détail

Projet de loi RSA et politiques d insertion I. Le RSA 1. La création du RSA : une avancée, un pari et un risque

Projet de loi RSA et politiques d insertion I. Le RSA 1. La création du RSA : une avancée, un pari et un risque Uniopss 5 septembre 2008 BG/JD Projet de loi RSA et politiques d insertion I. Le RSA 1. La création du RSA : une avancée, un pari et un risque Le RSA, en cours d expérimentation dans 34 zones géographiques,

Plus en détail

Conférence de presse annuelle Jeudi 16 juin Dons des particuliers de 2008 à 2010

Conférence de presse annuelle Jeudi 16 juin Dons des particuliers de 2008 à 2010 Conférence de presse annuelle Jeudi 16 juin 2011 Dons des particuliers de 2008 à 2010 2 sources d information complémentaires 2008-2009 Données de la DGFiP, traitées par le CerPhi : Montant global des

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. S. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 6 Appel n o : GE-13-1616 ENTRE : M. S. M. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL

Plus en détail

RAPPORT SUR LES REMUNERATIONS 2012 (ARTICLES L. 225-102-1 ET L. 225-37 ALINEA 9 DU CODE DE COMMERCE)

RAPPORT SUR LES REMUNERATIONS 2012 (ARTICLES L. 225-102-1 ET L. 225-37 ALINEA 9 DU CODE DE COMMERCE) RAPPORT SUR LES REMUNERATIONS 2012 (ARTICLES L. 225-102-1 ET L. 225-37 ALINEA 9 DU CODE DE COMMERCE) Mise à jour du 26 février 2013 Rémunérations des mandataires sociaux Attributions d'options aux mandataires

Plus en détail

Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007)

Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007) Page 1 de 6 Demande d Hydro-Québec relative à l établissement des tarifs d électricité pour l année tarifaire 2008-2009 (dossier R-3644-2007) Réponse de l Union des consommateurs (UC) à la demande de renseignements

Plus en détail

es dirigeants arantie chômage Une solution simple et complète pour s assurer le maintien d un revenu fixe en cas de perte d emploi

es dirigeants arantie chômage Une solution simple et complète pour s assurer le maintien d un revenu fixe en cas de perte d emploi [ RISQUES SPÉCIFIQUES] arantie chômage es dirigeants Une solution simple et complète pour s assurer le maintien d un revenu fixe en cas de perte d emploi L assurance n est plus ce qu elle était. [ RISQUES

Plus en détail

Université de Brest UFR Droit, Economie, Gestion, AES. Cours de mathématiques S2 Licence AES 2015-2016

Université de Brest UFR Droit, Economie, Gestion, AES. Cours de mathématiques S2 Licence AES 2015-2016 Université de Brest UFR Droit, Economie, Gestion, AES Cours de mathématiques S2 Licence AES 2015-2016 Chapitre 4 - Quelques notions de mathématiques financières 1 Ce chapitre vise à présenter quelques

Plus en détail

Processus de reporting

Processus de reporting Processus de reporting Référentiel de reporting Afin de formaliser les pratiques de reporting des indicateurs de développement durable pour le groupe, un référentiel commun de reporting a été élaboré en

Plus en détail