Séquence 9 Éducation Civique. Thème 1 : L opinion politique et les médias. Opinion et médias Internet, sondages et opinion publique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séquence 9 Éducation Civique. Thème 1 : L opinion politique et les médias. Opinion et médias Internet, sondages et opinion publique"

Transcription

1 Sommaire Séance 1 Séance 2 Éducation Civique Thème 1 : L opinion politique et les médias Opinion et médias Internet, sondages et opinion publique Thème 2 : La recherche de la paix, la sécurité collective, la coopération internationale Séance 3 L organisation pacifique du monde Séance 4 La gestion actuelle des conflits Thème 3 : La défense et l action internationale de la France Séance 5 La défense nationale : notion, menaces et risques actuels Séance 6 la défense nationale : missions et défense globale Objectifs Ces séances permettent d étudier les objectifs à atteindre des compétences 6 et 7 du socle commun : a) Savoirs : Les règles fondamentales de la vie démocratique (la souveraineté nationale) ; le lien entre le respect des règles de la vie sociale et politique et les valeurs qui fondent la République (les principaux acteurs de la vie politique : la presse) ; les grands organismes internationaux : connaître le rôle de l ONU ; le rôle de la défense nationale : connaître, dans les grandes lignes, l organisation et les missions essentielles de la Défense nationale, donner la signification de la Journée Défense et citoyenneté ; fonctionnement et rôle de différents médias : connaître les grands médias d information (presse écrite, presse audiovisuelle, nouvelles technologies de l information et de la communication). b) Savoir-faire : Les élèves devront être capables de jugement et d esprit critique, ce qui suppose : de savoir évaluer la part de subjectivité ou de partialité d un discours, d un récit, d un reportage ; de savoir distinguer un argument rationnel d un argument d autorité ; d apprendre à identifier, classer, hiérarchiser, soumettre à critique l information et la mettre à distance ; d être éduqué aux médias et avoir conscience de leur place et de leur influence dans la société ; de savoir construire son opinion personnelle et pouvoir la remettre en question, la nuancer (par la prise de conscience de la part d affectivité, de l influence de préjugés, de stéréotypes). c) Savoir-être : Au terme de son parcours civique scolaire, l élève doit avoir conscience de la valeur de la loi et de la valeur de l engagement. Ce qui implique : la conscience de ses droits et devoirs ; l intérêt pour la vie publique et les grands enjeux de société ; la conscience de l importance du vote et de la prise de décision démocratique ; la volonté de participer à des activités civiques. 112 Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e

2 séance 1 éducation civique Thème 1 : L opinion publique et les médias Séance 1 Opinion et médias Question : quels liens peut-il y avoir entre l opinion publique et les médias? Recopie le titre de la séquence «l opinion publique et les media» sur ton cahier d éducation civique en haut d une page, et encadre-le en rouge. Écris en rouge le titre de la séance «opinion et media» puis souligne- le en rouge. De même, écris la question «quels liens entre l opinion publique et les media?» puis encadre-la en rouge. Tout au long de cette séance, on essaiera d y répondre. On appelle «media» les moyens de communication et d information. Il s agit de la contraction de l expression angliciste «mass media» ou «médias de masse». Cela signifie alors les moyens de communication utilisés pour atteindre le maximum de personnes. La télévision est le média par excellence ainsi que la radio car ce sont deux moyens répandus dans presque tous les foyers en France. D autres moyens d information ou de communication ont une audience plus faible comme la presse et enfin, d autres se développent comme Internet, que nous étudierons lors de la prochaine séance de ce thème. Toutefois, il s agit ici de comprendre les liens qui existent entre l opinion publique et les médias. L opinion publique peut être définie comme le jugement majoritaire d une population donnée sur un fait d actualité. On la baptise quelques fois le «cinquième pouvoir» puisqu elle peut échapper aux médias : c est ce que l on verra dans la deuxième séance. Exercice 1 Les médias et leur pouvoir Inscris en rouge le numéro de l exercice dans ton cahier ainsi que son titre en dessous de la question encadrée. Réponds aux questions après avoir inscrit leur numéro en utilisant un stylo noir. N oublie pas de te référer à ton cours de quatrième si tu en as besoin Il existe plusieurs médias dont l existence est associée au développement des technologies. Le premier d entre eux historiquement est la presse dont l apparition est associée au développement de l imprimerie. Cependant, son essor fut freiné par le pouvoir politique en place, voyant d un mauvais œil ce moyen d informer des sujets qu il voulait contrôler. Ce rôle politique de «former l opinion publique» lui fut d emblée conféré et on l a surnommée le quatrième pouvoir (après l exécutif, le législatif et le judiciaire) et avant le cinquième, l opinion publique. Dès 1789, l article 11 de la déclaration des droits de l Homme proclame la liberté d informer et d être informé : «La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e 113

3 séance 1 plus précieux de l homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi». Regardons un texte de loi, essentiel pour comprendre le lien qui existe entre la presse (et par extension, les autres médias) et le pouvoir politique ou la Société en général. Ce texte est long et pour mieux l appréhender, on le questionnera au fur et à mesure. Documents 1 : la loi du 29 juillet 1881 (extraits) Sous la présidence de Jules Grévy - Président du conseil des ministres : Jules Ferry Article 1 L imprimerie et la librairie sont libres. Article 2 Le secret des sources des journalistes est protégé dans l exercice de leur mission d information du public. Est considérée comme journaliste au sens du premier alinéa toute personne qui, exerçant sa profession dans une ou plusieurs entreprises de presse, de communication au public en ligne, de communication audiovisuelle ou une ou plusieurs agences de presse, y pratique, à titre régulier et rétribué, le recueil d informations et leur diffusion au public. Il ne peut être porté atteinte directement ou indirectement au secret des sources que si un impératif prépondérant d intérêt public le justifie Cette atteinte ne peut en aucun cas consister en une obligation pour le journaliste de révéler ses sources. Est considéré comme une atteinte indirecte au secret des sources le fait de chercher à découvrir les sources d un journaliste au moyen d investigations portant sur toute personne qui, en raison de ses relations habituelles avec un journaliste, peut détenir des renseignements permettant d identifier ces sources. 1- De quand date cette loi souvent remaniée depuis? 2- Sous quel régime politique a-t-elle été prise? 3- Qui était le président de la République? Qui était le président du conseil? 4- Quelle liberté fondamentale met en place l article 1? 5- Quelle définition donne la Loi au terme «journaliste»? 6- Grâce à quoi le journaliste peut-il assurer la liberté de la presse? Quel lien effectues-tu entre ce moyen et cette liberté? 7- Pourquoi cet article concerne-t-il aussi les autres médias tels la télévision, la radio, ou dans une certaine mesure, Internet? Article 3 Tout écrit rendu public, à l exception des ouvrages de ville ou bilboquets, portera l indication du nom et du domicile de l imprimeur [ ] Article 5 Tout journal ou écrit périodique peut être publié, sans autorisation préalable et sans dépôt de cautionnement, après la déclaration prescrite par l article 7. Article 6 Toute publication de presse doit avoir un directeur de la publication. Le directeur et, éventuellement, le codirecteur de la publication doivent être majeurs, avoir la jouissance de leurs droits civils et n être privés de leurs droits civiques par aucune condamnation judiciaire. 114 Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e

4 séance 1 8- Pourquoi la loi demande-t-elle de faire figurer le nom de l imprimeur et de faire une déclaration de titre de journal et de nom de directeur? N est-ce pas une atteinte à la liberté de la presse? Article 26 L offense au Président de la République [ ] est punie d une amende de euros. Les peines prévues à l alinéa précédent sont applicables à l offense à la personne qui exerce tout ou partie des prérogatives du Président de la République. Article 29 Toute allégation ou imputation d un fait qui porte atteinte à l honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés. Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l imputation d aucun fait est une injure. 9- Comment sont définies, par la loi, la diffamation et l injure? 10- Quel est le thème commun à ces deux articles? Là encore, quelles sont les limites à la liberté des médias? 11- Qui est protégé par la loi? D après toi, pourquoi? Article 39 [ ] Le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu en soit le support, des renseignements concernant l identité d une victime d une agression ou d une atteinte sexuelles ou l image de cette victime lorsqu elle est identifiable est puni de euros d amende. Le fait de révéler, par quelque moyen d expression que ce soit, l identité des fonctionnaires de la police nationale, de militaires, de personnels civils du ministère de la défense ou d agents des douanes appartenant à des services ou unités désignés par arrêté du ministre intéressé et dont les missions exigent, pour des raisons de sécurité, le respect de l anonymat, est puni d une amende. Article 41 [ ] la communication audiovisuelle est regardée comme un mode de publication. Article 42 Seront passibles, comme auteurs principaux des peines qui constituent la répression des crimes et délits commis par la voie de la presse, dans l ordre ci-après, savoir : 1 Les directeurs de publications ou éditeurs, quelles que soient leurs professions ou leurs dénominations, et, dans les cas prévus au deuxième alinéa de l article 6, de les codirecteurs de la publication ; 2 À leur défaut, les auteurs ; 3 À défaut des auteurs, les imprimeurs ; 4 À défaut des imprimeurs, les vendeurs, les distributeurs et afficheurs. Article 59 S il y a condamnation, l arrêt pourra, ( ) prononcer la confiscation des écrits ou imprimés, placards ou affiches saisis et, dans tous les cas, ordonner la saisie et la suppression ou la destruction de tous les exemplaires qui seraient mis en vente, distribués ou exposés aux regards du public. Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e 115

5 séance Quel est le sens de l article 41? 13- Qui est responsable aux yeux de la loi du non-respect des limites données à la liberté des médias? Quels sont les risques encourus par ceux qui ne les respectent pas? Va ensuite vérifier tes réponses sur le livret de corrigés. Au stylo rouge, barre proprement les réponses qui ne conviennent pas et inscris la correction au-dessous de ta réponse. Le texte de loi était long mais il est essentiel pour comprendre le pouvoir que peuvent avoir les médias sur l opinion publique. Il permet aussi de comprendre pourquoi il est nécessaire de donner des limites à cette liberté. Ce sont les mêmes limites que celles déjà vues en quatrième à propos des libertés individuelles et collectives dans le respect des libertés d autrui. As-tu bien compris que cette loi concerne aussi les autres médias? En 1989, un texte vient la compléter et précise la liberté dans l audiovisuel en créant le Conseil supérieur de l audiovisuel (CSA). Exercice 2 Les rapports médias-opinion publique Inscris en rouge le numéro de l exercice dans ton cahier ainsi que son titre en dessous de la question encadrée. Réponds aux questions après avoir inscrit leur numéro en utilisant un stylo noir. N oublie pas de te référer à ton cours de quatrième si tu en as besoin Les médias ont le pouvoir d informer les citoyens, donc ils peuvent former l opinion publique. Ils gardent ce pouvoir en préservant leurs sources, en mettant en avant certains faits et en cachant certains autres, et en se limitant pour préserver la liberté individuelle et les libertés collectives. Les rôles sont cependant divers : 1- Recopie le tableau ci-dessous en veillant à laisser trois lignes dans chaque cellule. Exemples de médias, d émissions, ou d articles proposés par les médias Journal de 20 heures Plus belle la vie (fiction quotidienne sur la chaine France 3) Mon quotidien Avatar Thalassa (émission hebdomadaire sur la mer) Annonce publicitaire France Inter Science et vie junior Médias concernés Rôles associés 116 Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e

6 séance 1 Puis complète ce tableau en utilisant les verbes associés aux médias, émissions, articles, ou titres que proposent différents médias. Ces verbes sont ceux proposés dans la liste ci-dessous, tu peux en mettre plusieurs par cellule : informer, cultiver, amuser, détendre, faire consommer, s évader. On comprend alors que les médias n informent pas seulement le citoyen : ils le divertissent, le cultivent, lui ouvrent de nouveaux horizons, lui permettent de rêver, d oublier. Les séries télévisées sont faciles d accès et permettent de s évader facilement d un quotidien qui peut paraître difficile à vivre. Voici quelques extraits d un texte publié sur le site du premier ministre qui permet de s informer de l actualité politique en France. Document 2 : les médias et l opinion publique ( ) La question de la transparence : si en démocratie, il est nécessaire de proscrire tout secret, faut-il pour autant tout porter à la connaissance du public ( ) Tout gouvernement a besoin d une certaine part de secret au moins dans la préparation des décisions ou s agissant des affaires internationales. En revanche, la démocratie exige la transparence absolue après-coup. Le risque de manipulation. Le financement des médias dépend de capitaux privés qui peuvent vouloir modifier l information en fonction de leurs intérêts ou peser sur le fonctionnement démocratique. Pluralisme des médias ne rime donc pas toujours avec pluralité d opinions et diversité de l information. De même, les sondages peuvent influencer, voire fausser, les comportements électoraux. L État continue d encadrer les médias. Il doit le faire démocratiquement (organes de contrôle non soumis aux pressions politiques, comme le Conseil supérieur de l audiovisuel (CSA)) afin de garantir l égalité d accès, le pluralisme de l information, la neutralité de la presse dans le respect de la liberté d opinion, etc. Les médias doivent respecter les choix et les attentes des citoyens. Les médias reflètent autant qu ils forment les phénomènes de société. L audimat sert d instrument de mesure et permet de constituer les programmes proposés. 2- Pourquoi peut-on dire que les médias peuvent être un danger pour la démocratie? 3- Quel est le rôle de l État sur les médias? 4- Comment peut-on qualifier alors les liens entre l opinion publique et les mass médias? Va ensuite vérifier tes réponses sur le livret de corrigés. Au stylo rouge, barre proprement les réponses qui ne conviennent pas et inscris la correction au-dessous de ta réponse. CONCLUSION Écris au stylo rouge, le mot «conclusion» en utilisant des majuscules d imprimerie. En guise de conclusion à cette séance, réponds à la question initiale du cours (quels liens peut-il y avoir entre l opinion publique et les médias?) Relis attentivement toutes tes réponses. Reporte-toi ensuite à ton livret de correction. Corrige en rouge. Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e 117

7 séance 1 j e retiens Les médias sont les moyens de communication. Ils ont un rôle important d informations et d interprétations de cette information. Ils ont aussi un rôle de divertissement, de documentation Ils bénéficient dans une démocratie d une grande liberté tout en devant respecter les droits fondamentaux des citoyens. Ils ont donc un rapport étroit avec l opinion publique, qui est le jugement partagé sur un fait d actualité par un grand nombre de personnes. En effet, ils peuvent soit la façonner soit l influencer. je vérifie mes connaissances Réponds à ces affirmations par vrai ou faux : a) La loi de 1881 est la loi qui met en place le rôle des médias : Vrai Faux b) La loi de 1881 met en place la liberté de la presse : Vrai Faux c) Il n y a que la presse qui est concernée par la loi du 29 juillet 1881 : Vrai Faux d) L opinion publique est indépendante de tous les mass médias : Vrai Faux e) Le journaliste est obligé de fournir ses sources : Vrai Faux Lexique : Médias : moyens d informer, de divertir, de faire rêver un grand nombre de personnes. Opinion publique : jugement partagé par un grand nombre de personnes sur un fait d actualité. 118 Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e

8 séance 2 Séance 2 Internet, sondage et opinion publique Question : quels liens peuvent exister entre Internet et l opinion publique? Recopie le titre de la séquence «l opinion publique et les média» sur ton cahier d éducation civique en haut d une page, et encadre-le en rouge. Écris en rouge le titre de la séance «Internet, sondage et opinion publique» puis souligne-le en rouge. De même, écris la question «quels liens peuvent exister entre Internet et l opinion publique?» puis encadre-la en rouge. Tout au long de cette séance, on essaiera d y répondre. Internet a vu son développement associé à la diffusion de l informatique et à la démocratisation des ordinateurs. Ainsi, beaucoup de foyers en France peuvent avoir un lien avec le monde entier sans passer par des intermédiaires comme les journalistes de radio, de télévision ou de presse. La première conséquence de la diffusion d Internet est la diminution de la diffusion de la presse-papier! De même, certains téléspectateurs ne font plus confiance à la télévision pour être informés, préférant surfer sur le net pour aller à la découverte de l information. L opinion publique devient alors moins façonnée par les média classiques, plus indépendante et plus complexe à connaître. Cela a comme conséquence la multiplication des sondages. Exercice 3 L opinion publique et les médias Inscris en rouge le numéro de l exercice dans ton cahier ainsi que son titre en dessous de la question encadrée. Réponds aux questions après avoir inscrit leur numéro en utilisant un stylo noir. N oublie pas de te référer à ton cours de quatrième si tu en as besoin Internet devient un moyen de s informer. Le citoyen va à l information alors qu avec les autres médias, on lui apporte l information. Essayons de comprendre pourquoi. Voici un extrait de livre : Document 3 : «[...] coincé entre le propriétaire du journal, son rédacteur en chef, son audimat, sa concurrence et ses complicités croisées, le journaliste n a plus guère d autonomie. [...] Révérence face au pouvoir, prudence devant l argent : assurément, cette double dépendance de la presse française crée déjà les conditions d un pluralisme rabougri.» Serge Halimi, journaliste et écrivain, Les nouveaux chiens de garde, Liber, Quelle est la nature de ce document? 2- De quand date-t-il? 3- Comment est dépeint le métier de journaliste? 4- Comment apparaît alors la liberté des médias? Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e 119

9 séance 2 Document 4-5 : l opinion publique et les médias Source : TNS-SOFRES Voici un document reflétant l opinion publique face à ses médias. 5- Quelle place occupent respectivement la radio, la télévision la presse et Internet dans l opinion publique quant à la véracité des faits relatés? 6- D après toi pourquoi? Va ensuite vérifier tes réponses sur le livret de corrigés. Au stylo rouge, barre proprement les réponses qui ne conviennent pas et inscris la correction au-dessous de ta réponse. Ainsi, les médias classiques donnent l impression aux citoyens d être manipulés par eux. Ces citoyens se tournent, alors, vers un moyen qui donne l impression d être plus libre de leurs pensées, opinions ou engagements : Internet avec ses moteurs de recherche. Qu en est-il? Exercice 4 Le rôle d Internet Inscris en rouge le numéro de l exercice dans ton cahier ainsi que son titre en dessous de la question encadrée. Réponds aux questions après avoir inscrit leur numéro en utilisant un stylo noir. N oublie pas de te référer à ton cours de quatrième si tu en as besoin Les citoyens qui le peuvent, vont chercher l information grâce à des moteurs de recherche sur le net. Ces derniers (Yahoo!, Voila, Google, Orange et bien d autres) leur permettent de s informer, de connaître des données publiques, des programmes politiques, d échanger avec d autres citoyens voire avec leurs représentants politiques, de partager et de confronter des points de vue sur des forums, de ne plus être isolés, d organiser des manifestations politiques ou festives (printemps arabes 2011 et 2012) Il s agit donc de partager le savoir ce qui donne le pouvoir au peuple. En cela, le Net fait avancer la démocratie. Souvienstoi du cours de quatrième au sujet de Wikileaks révélant des secrets d État des États-Unis d Amérique! 1- Pourquoi peut-on dire que le Net permet le développement de la démocratie? 2- Pourquoi le Net permet-il la création d une opinion publique? Cette opinion publique peut paraître alors plus diversifiée, moins uniforme avec ce média. 3- Quels risques pour les partis politiques dont on a étudié le rôle pourrait créer le développement d une opinion publique via le Net? Quelle en est la conséquence pour la vie politique? 120 Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e

10 séance 2 Internet peut présenter des dangers pour la démocratie. En effet, les cookies sont de petits fichiers textes qui permettent de naviguer sur les sites web. En les téléchargeant, le site web peut acquérir les informations contenues dans l ordinateur. Ils deviennent donc des mouchards Devant les agressions concernant la vie privée, un organisme de contrôle a été créé en 1978 : il s agit de la CNIL (la Commission nationale informatique et libertés). Elle défend les droits fondamentaux de tout internaute, dont le respect de la vie privée et la non-diffusion d informations personnelles. Va ensuite vérifier tes réponses sur le livret de corrigés. Au stylo rouge, barre proprement les réponses qui ne conviennent pas et inscris la correction au-dessous de ta réponse. Exercice 5 Les sondages et l opinion publique Inscris en rouge le numéro de l exercice dans ton cahier ainsi que son titre en dessous de la question encadrée. Réponds aux questions après avoir inscrit leur numéro en utilisant un stylo noir. N oublie pas de te référer à ton cours de quatrième si tu en as besoin Ainsi, pour connaître l opinion publique, des instituts de sondage existent (Médiamétrie, Ipsos, TNS Sofres, CSA ). Remarque que dès l exercice 1, on s est référé à un sondage Ils questionnent un ensemble de citoyens que l on considère comme représentatifs de la population française et ils communiquent les résultats à ceux qui commandent ces sondages : cela peut être des distributeurs de produits mais aussi des hommes politiques. Ces derniers connaîtraient ainsi l opinion de ceux qu ils gouvernent ou aimeraient gouverner et peuvent leur proposer des programmes politiques répondant à leurs attentes. Les sondages seraient alors des moyens pour faire avancer la démocratie! Cependant, en publiant des résultats sur des faits divers par exemple, les instituts éclaireraient certains phénomènes et laisseraient dans l ombre d autres événements : les instituts de sondage feraient alors la politique et l opinion publique : ils ne sont plus au service de la démocratie. Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e 121

11 séance 2 Regardons ces deux caricatures : Document 6 : Croire ou pas les sondages? Luki Bancher / Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e

12 séance 2 1- Décris les éléments qui composent cette caricature. 2- Quelle opinion présente ainsi le dessinateur Luki Bancher? Ainsi, la fiabilité des sondages dépend du nombre de sondés, ceux qu ils représentent, la question posée, la manière dont elle est posée Cela fait donc beaucoup de points qui permettent de relativiser la confiance que l on peut avoir dans ce moyen de connaître ou de faire l opinion publique! Va ensuite vérifier tes réponses sur le livret de corrigés. Au stylo rouge, barre proprement les réponses qui ne conviennent pas et inscris la correction au-dessous de ta réponse. CONCLUSION Écris au stylo rouge, le mot «conclusion» en utilisant des majuscules d imprimerie. En guise de conclusion à cette séance, réponds à la question initiale du cours (quels liens entre Internet, opinion publique et sondages?) Relis attentivement toutes tes réponses. Reporte toi ensuite à ton livret de correction. Corrige en rouge. j e retiens L opinion publique n est pas indépendante des médias même quand ce média est Internet et que les personnes vont à la recherche des informations sans passer par des intermédiaires. Il faut donc utiliser son esprit critique et être éduqué aux médias pour pouvoir faire sa propre opinion. Les sondages veulent donner un aperçu de ce que pense la population mais il faut relativiser leur valeur étant donné les outils qu ils utilisent (sondés, questions, interprétations des réponses ) le coin des curieux Voici quelques sites qui te permettront d aller plus loin dans ta réflexion sur le rôle des médias et des sondages dans l influence de l opinion publique internet-bienfait-ou-danger-pour-democratie.html medias-contribuent-ils-au-debat-democratique.html Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e 123

13 séance 3 Thème 2 : La recherche de la paix, la sécurité collective, la coopération internationale Séance 3 L organisation pacifique du monde Question : quels sont les moyens dont l humanité dispose pour une organisation pacifique du monde? Recopie le titre de la séquence «la recherche de la paix, la sécurité collective, la coopération internationale» sur ton cahier d éducation civique en haut d une page, et encadre-le en rouge. Écris en rouge le titre de la séance «l organisation pacifique du monde» puis souligne-le en rouge. De même, écris la question «quels sont les moyens dont l humanité dispose pour une organisation pacifique du monde?» puis encadre-la en rouge. Tout au long de cette séance, on essaiera d y répondre. Le monde connaît des situations de conflits importants et pourtant on ne cesse d ériger la paix comme le but à atteindre dans les relations internationales! Ainsi de nombreuses organisations internationales sont mises en place : quelles sont-elles? Quelles sont leurs actions? Exercice 6 Les organisations pour la paix dans le monde Inscris en rouge le numéro de l exercice dans ton cahier ainsi que son titre en dessous de la question encadrée. Réponds aux questions après avoir inscrit leur numéro en utilisant un stylo noir. N oublie pas de te référer à ton cours de quatrième si tu en as besoin Il existe plusieurs organisations pour la paix : la première d entre elles est l ONU, organisation des Nations Unies, siégeant à New York, aux États Unis d Amérique. Elle regroupe 193 États (et non Nations) sur 196 que connaît le monde. Elle a été mise en place à la fin de la seconde guerre mondiale. Une charte fixe son but et les moyens pour y parvenir. Document 7 : la charte des Nations Unies, le 26 juin 1945 Article 1 Les buts des Nations Unies sont les suivants : 1- Maintenir la paix et la sécurité internationales et à cette fin : prendre des mesures collectives efficaces en vue de prévenir et d écarter les menaces à la paix et de réprimer tout acte d agression ou autre rupture de la paix, et réaliser, par des moyens pacifiques, conformément aux principes de la justice et du droit international, l ajustement ou le règlement de différends ou de situations, de caractère international, susceptibles de mener à une rupture de la paix ; 124 Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e

14 séance 3 2- Développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du principe de l égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde ; 3- Réaliser la coopération internationale en résolvant les problèmes internationaux d ordre économique, social, intellectuel ou humanitaire, en développant et en encourageant le respect des droits de l homme et des libertés fondamentales pour tous, sans distinctions de race, de sexe, de langue ou de religion ; 4- Être un centre où s harmonisent les efforts des nations vers ces fins communes. 1- Quelle est la nature de ce document? 2- De quand date-t-il? 3- Qui sont les auteurs? 4- Quels sont les buts de cet organisme? 5- Quels sont les moyens pour assurer ces buts? 6- Quel lieu se propose-t-il d être? Document 8 : le logotype de l ONU 1- Décris les éléments qui composent ce logotype. 2- Quelle signification peut-on leur donner? ONU D autres organisations existent comme le BIP (Bureau International pour la Paix) créé en 1891, connu aussi sous le nom de CLIOP (comité de liaison international des organisations de paix). Il siège en Suisse à Genève et ses buts sont de mettre en relation les différents organismes oeuvrant pour une organisation pacifique du monde. À ce jour, le bureau rassemble 262 organismes pour la paix représentant 70 pays. Document 9 : le logotype du BIP 3- Décris les éléments qui composent cette image. 4- Que signifient : le cercle, le rameau, et le sigle? IPB Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e 125

15 séance 3 L organisation de la francophonie est aussi un organisme dont l un des objectifs est l organisation de la paix dans le monde francophone. L OIF ou organisation internationale de la francophonie a été mise en place le 20 mars 1970 et représente 75 pays membres. Document 10 : le logotype de l OIF Source : oif.org 5- Décris ce logotype : quels sont les éléments qui le composent? 6- Quelles sont les significations du cercle, des 5 morceaux qui le composent ainsi que des couleurs qui y figurent? Il existe d autres organisations pour qui la paix dans le monde est un des objectifs à atteindre par des moyens économiques, militaires ou culturels, comme l OTAN (Organisation du traité de l atlantique nord qui est intervenu en Libye en 2011), ou l OMS (Organisation mondiale pour la santé qui par ses actions cherche à améliorer les conditions de vie des habitants et, les amène ainsi à se développer durablement) ou bien encore l Union Européenne. On les retravaillera durant la seconde séance. Va ensuite vérifier tes réponses sur le livret de corrigés. Au stylo rouge, barre proprement les réponses qui ne conviennent pas et inscris la correction au-dessous de ta réponse. Tu comprends donc que beaucoup d États agissent pour la paix. Pourtant, de nombreux conflits existent : au moment de l écriture de ces lignes, on peut citer la Syrie, l Afghanistan. Est-ce à dire que l action des organisations internationales pour la paix n est pas utile? Quelles sont-elles? Exercice 7 Leurs actions Inscris en rouge le numéro de l exercice dans ton cahier ainsi que son titre en dessous de la question encadrée. Réponds aux questions après avoir inscrit leur numéro en utilisant un stylo noir. N oublie pas de te référer à ton cours de quatrième si tu en as besoin Dans la charte des Nations Unies, le mode d action est fixé. Celui-ci est précisé dans le chapitre VII et comme c est aussi un texte long, son étude se fera de manière successive. Document 11 : chapitre VII de la Charte des Nations Unies Constat de rupture de paix possible puis actions : Article 39 Le Conseil de sécurité constate l existence d une menace contre la paix, d une rupture de la paix ou d un acte d agression et fait des recommandations ou décide quelles mesures seront prises [ ] pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationales [ ]. 126 Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e

16 séance 3 Article 41 Le Conseil de sécurité peut décider quelles mesures n impliquant pas l emploi de la force armée doivent être prises pour donner effet à ses décisions, et peut inviter les Membres des Nations Unies à appliquer ces mesures. Celles-ci peuvent comprendre l interruption complète ou partielle des relations économiques et des communications ferroviaires, maritimes, aériennes, postales, télégraphiques, radioélectriques et des autres moyens de communication, ainsi que la rupture des relations diplomatiques. Article 42 Si le Conseil de sécurité estime que les mesures prévues à l Article 41 seraient inadéquates ou qu elles se sont révélées telles, il peut entreprendre, au moyen de forces aériennes, navales ou terrestres, toute action qu il juge nécessaire au maintien ou au rétablissement de la paix et de la sécurité internationales. Cette action peut comprendre des démonstrations, des mesures de blocus et d autres opérations exécutées par des forces aériennes, navales ou terrestres de Membres des Nations Unies. 1- Quelle est la première étape existante lors d une possible rupture de paix? 2- Quelles sont les mesures que peut prendre l ONU alors? 3- Si ces mesures ne se révèlent pas efficientes, que propose de faire l ONU? Article 43 Tous les Membres des Nations Unies, afin de contribuer au maintien de la paix et de la sécurité internationales, s engagent à mettre à la disposition du Conseil de sécurité, sur son invitation et conformément à un accord spécial ou à des accords spéciaux, les forces armées, l assistance et les facilités, y compris le droit de passage, nécessaires au maintien de la paix et de la sécurité internationales. L accord ou les accords susvisés fixeront les effectifs et la nature de ces forces, leur degré de préparation et leur emplacement général, ainsi que la nature des facilités et de l assistance à fournir. L accord ou les accords seront négociés aussitôt que possible, sur l initiative du Conseil de sécurité.. Ils seront conclus entre le Conseil de sécurité et des Membres de l Organisation [ ] et devront être ratifiés par les États signataires selon leurs règles constitutionnelles respectives 4- Quel est l élément constitutif de l ONU qui apparaît dans cet article? Sache qu il est composé de Cinq membres permanents (Russie, Chine, États-Unis d Amérique, Grande Bretagne et France) qui ont le droit de veto (c est-à-dire que leur opposition à une résolution fait qu elle ne peut pas être prise) et dix membres non permanents élus pour deux ans. 5- À quoi s engagent les membres de l assemblée des Nations Unies dans l alinéa 1 de cet article? 6- Qui apparaît comme le maître d œuvre? Article 45 Afin de permettre à l Organisation de prendre d urgence des mesures d ordre militaire, des Membres des Nations Unies maintiendront des contingents nationaux de forces aériennes immédiatement utilisables en vue de l exécution combinée d une action coercitive internationale. Dans les limites prévues par l accord spécial ou les accords spéciaux mentionnés à l Article 43, le Conseil de sécurité, avec l aide du Comité d état-major, fixe l importance et le degré de préparation de ces contingents et établit des plans prévoyant leur action combinée. Article 46 Les plans pour l emploi de la force armée sont établis par le Conseil de sécurité avec l aide du Comité d état-major. Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e 127

17 séance 3 Article 47 Il est établi un Comité d état-major chargé de conseiller et d assister le Conseil de sécurité pour tout ce qui concerne les moyens d ordre militaire nécessaires au Conseil pour maintenir la paix et la sécurité internationales, l emploi et le commandement des forces mises à sa disposition, la réglementation des armements et le désarmement éventuel. Le Comité d état-major se compose des chefs d état-major des membres permanents du Conseil de sécurité ou de leurs représentants. Il convie tout Membre des Nations Unies qui n est pas représenté au Comité d une façon permanente à s associer à lui, lorsque la participation de ce Membre à ses travaux lui est nécessaire pour la bonne exécution de sa tâche. [ ] 7- Que met en place l article 47? De quoi est-il composé? 8- Quels États interviennent lorsqu il est décidé d utiliser les forces armées, appelées force de maintien de la paix ou encore casques bleus? 9- Quels dispositifs permettent l intervention rapide des forces armées? 10- Comment expliques-tu que le rétablissement de la paix conduise à prendre les armes? La question est difficile mais pour y répondre imagine deux forces armées s opposant : que peut faire alors une armée de casques bleus? D autres actions, sans recours à la force armée, sont prises pour éviter de faire naître des conflits et permettre l établissement de la Paix dans le monde. Ainsi, au sein même de l ONU, et au niveau des autres organisations internationales, des mesures participent à l élaboration d un monde pacifique. On présentera l utilisation de la justice (Cour internationale et tribunal pénal international) dans la prochaine séance. Cette série de documents doit te permettre d identifier certaines de ces actions. Document 12-a Document 12-b Source : un.org Source : unesco.org 128 Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e

18 séance 3 Document 12-c La planète atteint un des Objectifs du Millénaire pour le développement L Objectif du Millénaire pour le développement de réduire de moitié la part de la population qui ne dispose pas d eau potable a été réalisé, devançant largement la date butoir selon un rapport de l UNICEF (united nations international children emergency funds, ou fonds des Nations unies pour l enfance) et l Organisation mondiale de la Santé (OMS) Unicef Document 12-d un.org Document 12-e AFP/Yvan Travert / Photonoshop/ Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e 129

19 séance 3 Recopie le tableau ci-dessous en veillant à laisser trois à quatre lignes par cellule. Documents 12 Description des éléments le composant Lien avec la construction de la paix Organismes Document 12 a Document 12 b Document 12 c Document 12 d Document 12 e 1- Remplis les cellules de ce tableau. 2- Comment expliques-tu que la diffusion de la culture, l inscription de monuments au patrimoine historique de l humanité, l aide au développement durable participent à la construction de la paix dans le monde? Va ensuite vérifier tes réponses sur le livret de corrigés. Au stylo rouge, barre proprement les réponses qui ne conviennent pas et inscris la correction au-dessous de ta réponse. Tu comprends bien qu organiser la paix dans le monde ne signifie pas seulement prendre les armes pour séparer les belligérants. Il faut aussi préparer la paix dans les esprits pour amener à construire l idée d une humanité fondée sur l égalité de tous, de toutes les cultures. Il s agit alors de mettre en place une coopération internationale. CONCLUSION Écris au stylo rouge, le mot «conclusion» en utilisant des majuscules d imprimerie. En guise de conclusion à cette séance, réponds à la question initiale du cours (quels sont les moyens dont l humanité dispose pour une organisation pacifique du monde?) Relis attentivement toutes tes réponses. Reporte-toi ensuite à ton livret de correction. Corrige en rouge. 130 Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e

20 séance 3 j e retiens La paix est le but que s est donné la majorité des États du monde. Ils participent pour cela à des organisations internationales oeuvrant pour la paix et la solidarité internationale comme l ONU, Le BIP, l OMS, L Union européenne ou l OIF. L ONU est composée d un conseil de sécurité (5 membres permanents et 10 membres élus pour deux ans), d une assemblée générale, d une Cour de justice et d un Comité d état-major. Pour arriver à cet état pacifique, l ONU a une armée : la force de maintien de la paix des Nations Unies (ou casques bleus) qui intervient si les 5 membres permanents ne s y opposent pas, mais aussi des organismes qui en dépendent tels l UNESCO, l UNICEF. Le développement de l éducation, de la santé, de la culture mondiale, le désarmement devraient permettre l établissement d une paix durable. je vérifie mes connaissances Réponds à ces affirmations par vrai ou faux : a) L ONU est seul organisme chargé d édifier la paix dans le monde : Vrai Faux b) L ONU a 193 états membres sur 196 que comprends le monde : Vrai Faux c) L ONU a été créée après la première guerre mondiale : Vrai Faux d) L OIF signifie Organisation internationale des forces armées : Vrai Faux e) L OIF a été créée en 1970 : Vrai Faux f) L éducation de la population mondiale participe à l établissement de la paix dans le Monde : Vrai Faux Cned, Histoire-géographie et éducation civique 3e 131

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France

Education-Civique. Chapitre n. La Défense et l action internationale en France Education-Civique Chapitre n. La Défense et l action internationale en France I) La Défense globale du territoire national Problématique : Comment le territoire national et la population sont-ils protégés?

Plus en détail

Sommaire de la séquence 9

Sommaire de la séquence 9 Sommaire de la séquence 9 Éducation civique Séance 1........................................................................................................... Une commune, comment ça marche?........................................................................................

Plus en détail

Avertissement. Le Conseil général. L association ADEJ. Les jeunes connaissent bien les dangers d Internet.

Avertissement. Le Conseil général. L association ADEJ. Les jeunes connaissent bien les dangers d Internet. 2 Le Conseil général Equiper l ensemble d une tranche d âge d ordinateurs portables et lui permettre d accéder à l informatique et aux moyens de communication : c est le pari très ambitieux fait au cours

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 27 juin 2014

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat

Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat Convention de Vienne sur la succession d Etats en matière de biens, archives et dettes d Etat 1983 Faite à Vienne le 8 avril 1983. Non encore en vigueur. Voir Documents officiels de la Conférence des Nations

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2012/753. Lettre datée du 8 octobre 2012, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2012/753. Lettre datée du 8 octobre 2012, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général Nations Unies S/2012/753 Conseil de sécurité Distr. générale 9 octobre 2012 Français Original : anglais Lettre datée du 8 octobre 2012, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Secrétaire général

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION I. OBJET La corruption est interdite par le droit de presque tous les pays et territoires de la planète. Danaher Corporation («Danaher»)

Plus en détail

LOI N 04/002 DU 15 MARS 2004 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES PARTIS POLITIQUES

LOI N 04/002 DU 15 MARS 2004 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES PARTIS POLITIQUES LOI N 04/002 DU 15 MARS 2004 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES PARTIS POLITIQUES L Assemblée Nationale a adopté, Le Président de la République promulgue la Loi dont la teneur suit: CHAPITRE I:

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE HAUT CONSEIL DE LA COMMUNICATION HCC CODE DE BONNE CONDUITE POUR LES ACTEURS POLITIQUES, SOCIAUX ET LES MEDIAS A L OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES DE 2011 -*-*-*-*-*-*- Bangui, décembre

Plus en détail

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955)

Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle (Varsovie, 14 mai 1955) Légende: Le 14 mai 1955, l'albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la République démocratique allemande, la Pologne, la Roumanie,

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 Commission permanente de la C-III/130/DR-am démocratie et des droits de l homme 6 mars 2014 PROTEGER LES DROITS DES ENFANTS, EN PARTICULIER

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés.

LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. LA CHARTE D'ETHIQUE PROFESSIONNELLE DES EDUCATEURS SPECIALISES ONES. Organisation nationale des éducateurs spécialisés. -Avril 2014- Article premier Les dispositions qui suivent constituent la charte d

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011 L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans Juin 2011 Sommaire 1. La moitié des 8-17 ans connectés à un réseau social p. 4 2. L attitude des parents face à l utilisation des réseaux sociaux par leurs

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Les médias sociaux Présentation aux collégiens

Les médias sociaux Présentation aux collégiens Groupe SSI Les médias sociaux Présentation aux collégiens Les médias sociaux Les médias sociaux Groupe SSI Les réseaux sociaux : L exemple de Facebook Que fait-on sur Facebook? Facebook regroupe en un

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE

TABLE DES MATIÈRES TITRE I L AUTEUR DE L INFRACTION PÉNALE TABLE DES MATIÈRES PLAN................................................................ 5 LISTE DES PRINCIPALES ABRÉVIATIONS...................................... 7 LES TITULAIRES DE LA CHAIRE DE DROIT

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

Ce projet de loi fixe un plafond pour le budget de la Défense et un plancher pour le budget de l Aide internationale.

Ce projet de loi fixe un plafond pour le budget de la Défense et un plancher pour le budget de l Aide internationale. NOTES EXPLICATIVES Ce projet de loi crée les Forces d autodéfense du Québec. Il vise à modifier la politique québécoise de défense nationale dans le sens d une renonciation au droit de belligérance, sauf

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

Le statut des «Gens du Voyage»

Le statut des «Gens du Voyage» Le statut des «Gens du Voyage» et ses conséquences discriminatoires légales Mars 2010 Sommaire 1 ère partie Quelques définitions 1.1. Les «Gens du Voyage» 1.2. Sans Domicile ni Résidence Fixe 1.3. Les

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes 2. L original de la présente Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l Organisation des Nations

Plus en détail

N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2807 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 septembre 2010. PROPOSITION DE LOI visant à modifier les conditions

Plus en détail

Mise en œuvre de la responsabilité du maire

Mise en œuvre de la responsabilité du maire Mise en œuvre de la responsabilité du maire Les conditions d engagement de la responsabilité du maire relèvent du droit commun de l engagement de la responsabilité des personnes publiques. A ce titre,

Plus en détail

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE

DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE DU ROLE D UN BUREAU MILITAIRE AU SEIN D UNE MISSION PERMANENTE Capitaine de vaisseau Ndome Faye, Conseiller Militaire à la Mission Permanente du Sénégal auprès des Nations unies à New York Dans certains

Plus en détail

Fiche informative sur les droits et responsabilités en ligne

Fiche informative sur les droits et responsabilités en ligne Fiche informative sur les droits et responsabilités en ligne On a tous des droits en ligne. Respect! «La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l homme ;

Plus en détail

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission.

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission. Fiche n 68 164 Parfois les sapeurs-pompiers, sont amenés pour porter secours à entrer par effraction soit par la fenêtre ou par la porte. Cette action est appelée «ouverture de porte». Textes de référence

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013

CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE. Rabat Jeudi 4 avril 2013 PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE Service de presse CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE Rabat Jeudi 4 avril 2013 LE PRESIDENT : «Ce voyage et cette visite arrivent au terme de tous leurs moments

Plus en détail

Protection juridique de l enfant en situation difficile

Protection juridique de l enfant en situation difficile Protection juridique de l enfant en situation difficile INTRODUCTION I- MESURES DE PROTECTION DES ENFANTS EN DANGER MORAL ET LES ORGANES JUDICIAIRES COMPETENTS II- SITUATION JURIDIQUE DES ENFANTS ABANDONNES

Plus en détail

Application de la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. (Croatie c. Serbie).

Application de la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. (Croatie c. Serbie). COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE Palais de la Paix, Carnegieplein 2, 2517 KJ La Haye, Pays-Bas Tél : +31 (0)70 302 2323 Télécopie : +31 (0)70 364 9928 Site Internet : www.icj-cij.org Communiqué de presse

Plus en détail

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels (Loi sur le transfert des biens culturels, LTBC) 444.1 du 20 juin 2003 (Etat le 1 er janvier 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014

Allocution de M. Hassan B. Jallow Procureur du TPIR et du MTPI, devant le Conseil de sécurité de l ONU 10 décembre 2014 United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux ALLOCUTION (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non officiel.)

Plus en détail

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) 1. Questions (6 points) 1. A quels siècles correspond l «âge des églises gothiques»? (1 point) L «âge des églises gothiques» va

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international.

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international. Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international Réflexions Hans Corell Ancien Secrétaire général adjoint aux affaires

Plus en détail

Sommaire. Objectifs. Séance 1. Séance 2. Séance 3. Séance 4. Séance 5. a) Savoir :

Sommaire. Objectifs. Séance 1. Séance 2. Séance 3. Séance 4. Séance 5. a) Savoir : Sommaire Séance 1 Séance 2 Séance 3 Séance 4 Séance 5 Objectifs a) Savoir : Éducation civique Les valeurs, les principes et les symboles de la République Valeurs et principes de la République Les valeurs,

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

Les responsabilités civile et pénale de l'élu local. > Observatoire SMACL des risques de la vie territoriale

Les responsabilités civile et pénale de l'élu local. > Observatoire SMACL des risques de la vie territoriale Les responsabilités civile et pénale de l'élu local des risques de la vie territoriale Nombre de poursuites contre les élus locaux, les fonctionnaires territoriaux, et les collectivités territoriales (toutes

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale (Le contenu de cette présentation n engage pas le Ministère public) 1 Objectifs et plan I. Tour d horizon des différentes

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA

LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS CLAP SUD-OUEST/VA LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS RESPONSABILITE PEDAGOGIQUE JURIDIQUE MORALE CIVILE PENALE ETHIQUE TRIBUNAUX TRIBUNAUX MORALE CIVILS REPRESSIFS - Conscience du devoir - Instance - Police - Grande Instance

Plus en détail

MONTENEGRO - CODE DU TRAVAIL DE 2003 I. DISPOSITIONS FONDAMENTALES Article premier Les droits et obligations des employés sur la base du travail, le

MONTENEGRO - CODE DU TRAVAIL DE 2003 I. DISPOSITIONS FONDAMENTALES Article premier Les droits et obligations des employés sur la base du travail, le MONTENEGRO - CODE DU TRAVAIL DE 2003 I. DISPOSITIONS FONDAMENTALES Article premier Les droits et obligations des employés sur la base du travail, le mode et la procédure de leur réalisation, sont régis

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE VISANT À PRÉVENIR, RÉPRIMER ET PUNIR LA TRAITE DES PERSONNES, EN PARTICULIER DES FEMMES ET DES ENFANTS

Plus en détail

LA CAPACITE DU MINEUR Ai-je le droit d agir seul en tant que mineur?

LA CAPACITE DU MINEUR Ai-je le droit d agir seul en tant que mineur? Droit civil LA CAPACITE DU MINEUR Ai-je le droit d agir seul en tant que mineur? Peux-tu effectuer des achats dans un magasin ou ailleurs? Peux-tu ouvrir un compte bancaire et en retirer de l argent? Pourras-tu

Plus en détail

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme,

utilisés en faveur d un relativisme culturel, allant à l encontre de l universalité des droits de l homme, Documents de synthèse DS 2 20.12.09 IIEDH Observatoire de la diversité et des droits culturels Situation des droits culturels Argumentaire politique www.droitsculturels.org 1. Définition des droits culturels

Plus en détail

Sommaire. 1. Préambule

Sommaire. 1. Préambule 2. Annexe juridique Sommaire 1. Préambule.......................... page 11 2. La protection des données nominatives..... page 11 3. La protection des personnes............. page 12 4. La protection des

Plus en détail

PACTE DE NON-AGRESSION ET DE DEFENSE COMMUNE DE L UNION AFRICAINE

PACTE DE NON-AGRESSION ET DE DEFENSE COMMUNE DE L UNION AFRICAINE PACTE DE NON-AGRESSION ET DE DEFENSE COMMUNE DE L UNION AFRICAINE 1 PACTE DE NON-AGRESSION ET DE DEFENSE COMMUNE DE L UNION AFRICAINE PREAMBULE Nous, Chefs d'etat et de gouvernement des Etats membres de

Plus en détail

Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon

Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon La présente charte a pour but : de définir les termes relatifs à la diffusion d informations sur l internet

Plus en détail

Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies

Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies Introduction et raison d être 1. La Police des Nations Unies fut déployée pour la première fois dans les années 1960 au sein d une

Plus en détail

LOI 614.05 du 21 novembre 2006. sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD

LOI 614.05 du 21 novembre 2006. sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD LOI 614.05 du 21 novembre 2006 sur la Cour des comptes LE GRAND CONSEIL DU CANTON DE VAUD vu l article 166 de la Constitution du Canton de Vaud du 14 avril 2003 vu le projet de loi présenté par le Conseil

Plus en détail

Observations de Reporters sans frontières relatives aux projets de loi sur la presse marocains -

Observations de Reporters sans frontières relatives aux projets de loi sur la presse marocains - Dernière révision : 19 novembre 2014 Observations de Reporters sans frontières relatives aux projets de loi sur la presse marocains 15 novembre 2014 Reporters sans frontières (RSF), organisation internationale

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales

Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales Remarque à propos Du projet de loi n 01-12 concernant les garanties fondamentales accordées aux militaires des Forces Armées Royales 18 Mai 2012 Site web : www.cedhd.org 1 L administration de la défense

Plus en détail

N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3039 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 26 août 2015. PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

N 728 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012. Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI

N 728 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012. Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI N 728 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 31 juillet 2012 PROPOSITION DE LOI relative au statut juridique des gens du voyage et à la sauvegarde de leur mode

Plus en détail

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE

SURVEILLANCE ÉLECTRONIQUE Strasbourg, 21 juin 2012 pc-cp\docs 2012\pc-cp (2012) 7 f rév PC-CP (2012) 7 rév COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) Conseil de coopération pénologique (PC-CP) CHAMP D APPLICATION ET DÉFINITIONS

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

Les 7 Principes fondamentaux

Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux de la Croix-Rouge Humanité Impartialité Neutralité Indépendance Volontariat Unité Universalité La Croix-Rouge trouve son origine dans la solidarité

Plus en détail

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004)

0.512.134.91. Accord. Texte original. (Etat le 25 mai 2004) Texte original Accord entre le Conseil fédéral suisse et le Gouvernement de la République française relatif aux activités communes d instruction et d entraînement des armées françaises et de l armée suisse

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION DIPLOMATIQUE...

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION DIPLOMATIQUE... TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... VII PRÉFACE....IX LISTE DES ABRÉVIATIONS... XXVII INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE L ENGAGEMENT D UNE PROTECTION CLASSIQUE DE L INDIVIDU À TRAVERS L ACTION EN PROTECTION

Plus en détail

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG Version Octobre 2014 Rectorat de l académie de Strasbourg 6 Rue de la Toussaint 67975 Strasbourg cedex 9 1 Page 1/14

Plus en détail

Conditions générales d assurance

Conditions générales d assurance Fo. 15 286f 03.15 Conditions générales d assurance pour les assurances de rentes viagères différées, à prime unique, avec option de restitution (tarif LRVE), édition 2015 Table des matières Parties au

Plus en détail

Document mis en distribution le 24 novembre 1999 N o 1931 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 novembre 1999.

Plus en détail

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale

Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Approche juridique de la profession infirmier(e) dans l Education Nationale Le 13 octobre 2010, Madame GOUTTENOIRE, Professeur à la faculté de Droit de Bordeaux 4, Directrice de l institut des Mineurs

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

Séquence. «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser»

Séquence. «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser» Séquence «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser» CADRE PREALABLE : - Présentation du projet au CESC du collège en juin 2014. - Présentation du projet à Mme la Principale en septembre

Plus en détail

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions.

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions. LA REBELLION La rébellion est le fait de s'opposer violemment aux fonctionnaires et officiers publics qui agissent pour l'exécution et l'application des lois. I - ELEMENTS CONSTITUTIFS A - L ELEMENT LEGAL

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

3 ème CONFERENCE MONDIALE DES PRESIDENTS DE PARLEMENT

3 ème CONFERENCE MONDIALE DES PRESIDENTS DE PARLEMENT 3 ème CONFERENCE MONDIALE DES PRESIDENTS DE PARLEMENT Nations Unies, Genève, 19-21 juillet 2010 SP-CONF/2010/1-Inf.3 10 juillet 2010 INFORMATION A L INTENTION DES DELEGUES ET DES MISSIONS PERMANENTES A

Plus en détail

ARROW ELECTRONICS, INC.

ARROW ELECTRONICS, INC. 7459 South Lima Street Englewood, Colorado 80112 Aout 2013 P 303 824 4000 F 303 824 3759 arrow.com CODE DE CONDUITE DES PARTENAIRES COMMERCIAUX ARROW ELECTRONICS, INC. Cher partenaire commercial, Le succès

Plus en détail