Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ"

Transcription

1 Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ Katy Tari, Orange Kiwi Chargée de projet 1. Mise en contexte La Société des musées québécois (SMQ) s intéresse à la problématique des produits dérivés depuis quelques années. En effet, deux formations offertes en 1999 puis en 2002 ont révélé l intérêt des participants, particulièrement des petites et moyennes institutions muséales. En 2004, la SMQ s est penchée de nouveau sur ce dossier en menant une réflexion plus en profondeur. Nous voulons partager ici les faits saillants de cette démarche. Depuis les années 1980, on assiste dans le monde muséal à une diversification des services offerts par les musées se traduisant, entre autres, par : Le développement des boutiques; La production de produits dérivés; La création d un marché propre aux musées. Par ailleurs, une transition déterminante s opère en passant de comptoirs de vente à de véritables boutiques. Ainsi : Les musées optent pour un espace de vente le plus visible possible; Il s agit d un nouvel enjeu consistant à anticiper les besoins du public; Les boutiques offrent des gammes complètes de produits en lien avec l institution, la collection, l exposition ou la thématique. Cette démarche s inscrit dans une volonté de la part des musées d aller au-devant d une demande du public, les visiteurs manifestant leur goût pour les «objets de musée» tous aussi variés les uns que les autres. MÉTHODOLOGIE La SMQ a voulu comprendre et définir cette problématique afin de préciser le potentiel d une démarche auprès des boutiques de musées du Québec. Pour y parvenir, plusieurs études ont été menées en collaboration avec divers organismes afin de recueillir les données nécessaires à la compréhension des besoins et des marchés : Sondage d opinion réalisé par la firme Léger & Marketing auprès de 1015 Québécois sur leur opinion et leurs habitudes de consommation dans les institutions muséales du Québec; Enquête interne auprès des gestionnaires de boutique de musée sous la forme d un sondage sur les pratiques de vente des musées québécois (88 répondants sur 270 institutions membres); Sondage sur l édition de produits de métiers d art réalisé par le Conseil des métiers d art (CMA); Formation sur l édition de produits dérivés; Consultation auprès de spécialistes en marketing et en marketing culturel; Conception graphique d une éventuelle ligne de produits.

2 L ensemble des travaux, à l exception du sondage du CMA, a pu être réalisé grâce aux financements du Programme d aide aux musées de Patrimoine Canada (PAM) et du Fonds de stabilisation et de consolidation des arts et de la culture du ministère de la Culture et des Communications. OBJECTIFS ET STRATÉGIES Les objectifs de la démarche visent à : Affermir la stabilité économique des institutions muséales en maximisant les ventes de leurs boutiques; Améliorer leur positionnement afin d élargir leurs publics; Susciter l intérêt et augmenter la demande dans les boutiques de musées; Refléter la diversité et la singularité des collections et des thématiques. Les stratégies pour atteindre ces objectifs sont : Faciliter le développement et la commercialisation des produits par le développement d un portefeuille de produits; Encourager la mise en place d une ligne de produits dérivés «Musées»; Favoriser les réseaux et les partenariats entre les institutions muséales; Développer les partenariats avec le milieu de production des métiers d art et celui des fournisseurs commerciaux; Élargir l offre actuelle des boutiques de musées. Dans notre étude, le terme boutique est inclusif et comprend tout espace délimité dans le musée, destiné à la vente de produits inventoriés, qu il s agisse d un comptoir de vente ou d une boutique proprement dit. 2. Le potentiel muséal On dénombre au Québec 431 institutions muséales qui ont reçu 12,4 millions de visiteurs en 2003 pour une population de sept millions d habitants; ce qui représente un excellent ratio. RÉPARTITION DU NOMBRE DE MUSÉES ET D INSTITUTIONS MUSÉALES Type d institution Qté Nombre de visiteurs Nombre d institutions Musées d art (beaux-arts, 20 art décoratif) 8 millions de visiteurs 123 musées Musées d histoire, 78 d ethnologie et d archéologie Musées de sciences 25 Centres d exposition visiteurs 61 centres Lieux d interprétation en histoire, en ethnologie et en archéologie Lieux d interprétation en science ,8 millions de visiteurs 221 lieux d interprétation Source : Statistiques en bref, Observatoire de la culture et des communications, no. 6, mai Pour une stratégie des produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ 2

3 Parmi les institutions répondantes du sondage interne de la SMQ, 46 % sont des comptoirs de vente. Or, selon l enquête Léger Marketing, l espace est au cœur de l attrait exercé sur la clientèle et par conséquent, du comportement d achat. Les visiteurs de musées s arrêtent plus souvent dans les boutiques (34 % des visiteurs) qu aux comptoirs de vente où ils s attardent peu (5 %)! En 2001, les dépenses culturelles au Québec étaient, en moyenne, de $ par ménage tandis que les dépenses dans les musées et les expositions s établissaient en moyenne à 18 $ (dans une fourchette allant de 3 $ à 33 $ selon les revenus des ménages). Ces dépenses dans les musées traduisent, par rapport à 1997, une baisse des dépenses qui étaient de 23 $ alors que les dépenses globales culturelles ont augmenté. L ensemble de ces données indique clairement qu il existe un potentiel de développement du marché que les boutiques n exploitent pas totalement. Une autre problématique vient s ajouter à ce constat : celle de la fréquentation saisonnière des musées essentiellement concentrée durant l été (juillet à septembre = 44,6 % des visiteurs) puis l automne (octobre à décembre = 26,8 %). Or, près de 40 % des institutions ouvrent leurs portes uniquement durant l été (de la mi ou fin juin à septembre). En somme, les clientèles des boutiques se déclinent généralement ainsi : 73 % sont québécoises; 62 % sont individuelles; 78 % sont de passage; 81 % sont des femmes; 45 % sont âgées entre 35 et 49 ans; 32 % sont âgées entre 50 et 64 ans. 3. Qu est-ce que le produit dérivé muséal? À l origine, les produits dérivés «dérivent» d une œuvre artistique originale, première et souvent unique. Aujourd hui, cette notion a évolué et s est diversifiée, le produit dérivé se définit désormais comme une diversification de l œuvre originelle. Devenu aujourd hui une réalité économique incontournable, le «produit dérivé est un produit, un concept ou un service utilisant la notoriété d une œuvre originale, d un patrimoine, d une marque, d un personnage réel ou de fiction, pour des exploitations commerciales secondaires. Ce principe peut s appliquer à tout concept, toute idée, toute marque ayant un potentiel au-delà de son domaine originel». 1 Typologie du produit dérivé : Reproduction stricte; Copie ou reproduction sur un autre support que l original; Produit dérobé (par exemple un collier dérobé d une peinture); Produit inspiré de ou adapté; Objet labellisé (portant le nom de la marque); Recréation; Création. 1 Elke Germain-Thomas, Formation SMQ, «Les produits dérivés musées», février Pour une stratégie des produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ 3

4 L achat du produit dérivé : Témoigne de l appartenance à un groupe social; Confirme un lien affectif et cristallise un souvenir; Prolonge l expérience de visite. D où l importance d assurer la cohérence entre le site et les produits. La boutique de musée doit se distinguer des autres types de boutiques et viser le prolongement de l expérience muséale (ambiance visuelle et sonore, portefeuille de produits). La sélection d un portefeuille de produits Cette opération est centrale puisque l éventail de produits suscitera le comportement d achat chez le visiteur/consommateur. Les intentions d achat de ce dernier sont directement proportionnelles à l offre. Plusieurs critères permettent de les qualifier : Qualité du produit; Originalité; Design; Rappel de la visite; Extension de l expérience de visite. et de les répartir entre : Les produits dérivés; Les produits griffés; Les produits de revente au nom de la marque. 4. Que se passe-t-il dans nos musées? Les boutiques s avèrent un service très rentable pour un bon nombre d institutions muséales canadiennes (selon une enquête menée par l Association des musées canadiens, AMC, en 2004). Or, au Québec, cela est rarement le cas pour les petites et moyennes institutions muséales bien que l on note une tendance au renouvellement des équipements et à la professionnalisation de la pratique des gestionnaires de boutique. Pour les musées du Québec, les volumes de ventes se traduisent très différemment en fonction de la taille de l institution et du nombre de ses visiteurs. RÉPARTITION DU VOLUME DE VENTE EN FONCTION DU NOMBRE DE VISITEURS Nombre de visiteurs Musées répondants au sondage interne SMQ (total = 88) Ventes approximatives Moyenne des ventes par musée > à à à < musées 2 musées 1 musée 9 musées 65 musées $ $ $ $ $ $ $ $ $ $ Pour une stratégie des produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ 4

5 Source : Sondage interne SMQ, 2004 Dans ce contexte, les musées ayant une plus grande notoriété manifestent généralement peu d intérêt à adhérer à un projet commun de développement de produits dérivés. Pour les petites et moyennes institutions, une telle initiative est envisagée avec plus d ouverture et d intérêt. Elles y voient une occasion pour : Diminuer les coûts de production; Obtenir un meilleur pouvoir d achat; Générer des revenus; Augmenter leur rayonnement muséal; Offrir des produits de qualité; Bénéficier d une meilleure marge de profit. Ce qui se vend le mieux dans les musées selon l enquête interne de la SMQ : 1. Publications et catalogues; 2. Papeterie et objets souvenirs; 3. Produits de l artisanat. Les articles recherchés par les clientèles selon le sondage Léger Marketing : 1. Produits de l artisanat; 2. Objets décoratifs; 3. Catalogues et publications. Il se dessine un décalage entre l offre et la demande. Une visite dans les grandes boutiques muséales permet de constater qu elles ont très bien intégré la notion de l offre assortie, répondant aux besoins des clientèles. Une telle approche devrait être encouragée dans les petites et moyennes institutions n ayant pu amorcer ce virage. La nécessité d accroître l offre et de constituer un portefeuille de produits en adéquation avec la thématique de l institution ou des collections est alors nécessaire. D ailleurs, les institutions elles-mêmes manifestent leurs besoins dans ce sens. Elles souhaitent en effet : Obtenir de l aide pour le développement de leurs boutiques; Diversifier leurs produits; Attirer une nouvelle clientèle; Avoir un réseau de distribution rapide dans les musées du Québec. 5. Les tendances du marché dans les musées Les reproductions classiques ne font plus recette. Le principe du renouvellement de l offre pour susciter une demande oblige à élaborer des produits dérivés dans une approche «actualisée». Dès la fin des années 1980, et particulièrement depuis les événements du 11 septembre 2001, les comportements d achat ont notablement évolué vers la maison et les produits de confort (émergence de produits de soins, livres et décoration pour la maison : textile, bougies, senteurs, cadres, vases). En revanche, on note une baisse des ventes des produits haut de gamme au profit des objets moyens de gamme, une baisse probablement due à la diminution du flot touristique provenant des États-Unis ou de l Europe. Ces acheteurs sont à la recherche de produits d appel et plus chers. Un ajustement de l offre a par conséquent été nécessaire dans plusieurs boutiques. Pour une stratégie des produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ 5

6 De son côté, le Conseil des métiers d art (CMA) a observé, auprès des consommateurs, une tendance réelle pour les objets et les produits de qualité «de plus en plus recherchés, reflétant un retour à la production artisanale de qualité (par exemple, les fromages et autres produits alimentaires). Cette tendance, sur laquelle ils [les membres du CMA] ont décidé de miser, s associe à un discours politique : se procurer des produits artisanaux de qualité, qui proposent une différence majeure avec ceux offerts dans les grandes surfaces commerciales, des produits qui respectent également une philosophie écologique» 2. De plus, l une des tendances semble aller vers la «démocratisation du luxe» en offrant des produits dont les prix se déclinent pour rejoindre un plus grand nombre de consommateurs. Une autre tendance observée dans les boutiques muséales consiste à en faire des «destinations cadeaux» en élargissant considérablement le portefeuille des produits. Par conséquent, plus une boutique offre un vaste portefeuille (merchandising), plus elle augmente son potentiel de vente. Le positionnement de la boutique, que ce soit au centre-ville, en ayant pignon sur rue ou en s inscrivant dans le parcours touristique, est un facteur supplémentaire d augmentation des ventes. Le vieillissement démographique et l amélioration des conditions socio-économiques laissent présager d importants changements en matière de consommation. Plus instruits, plus aisés, en meilleure santé, les acheteurs sont plus nombreux et deviendront des consommateurs assidus. Nous pouvons prévoir une augmentation de la consommation culturelle de la part de ce segment de la population qui consacrera plus de temps aux loisirs et aux explorations culturelles. 6. Réflexion sur le développement d une ligne de produits dérivés et d un bureau d achat En s interrogeant sur la pertinence et la possibilité de développer une ligne de produits dérivés pour les musées, la SMQ visait à contribuer au développement de l assortiment de produits de qualité. Les défis d une ligne de produits sont multiples. Elle doit : Plaire; Atteindre un volume suffisant pour abaisser les coûts de fabrication; Offrir la ligne à des prix abordables pour, en retour, générer les volumes nécessaires; Maintenir des produits d appel et développer la ligne selon ce principe. Pour ce faire, deux modalités de fabrication ont été envisagées : Par des artisans, vecteurs de produits inspirés pour le haut et possiblement le moyen de gamme. Il serait alors possible de mettre en marché des produits personnalisés inspirés des collections muséales. D ailleurs, le sondage du CMA a révélé l intérêt d un certain nombre d artisans membres du CMA à réaliser des produits dérivés pour un musée. On constate qu ils sont deux fois plus nombreux à avoir réalisé des cadeaux corporatifs plutôt que des produits pour les musées. Le travail des artisans est généralement coûteux et non compétitif sur le marché des objets manufacturés. Par des intermédiaires industriels dont les productions sont plus rentables et compétitives pour des produits moyens ou bas de gamme. Les tirages seraient limités selon les produits. 2 Claudine Auger et Laurent Lapierre, L industrie des métiers d art au Québec, Cours de marketing, HEC, 2004, Pour une stratégie des produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ 6

7 La SMQ s est également interrogée sur la pertinence d un bureau d achat afin de déterminer le fonctionnement le plus opérationnel pour l ensemble des intervenants. Le regroupement des commandes laisse présager à première vue un meilleur pouvoir de négociation. Le bureau d achat offrirait des services développés autour de deux axes possibles : Le développement d une marque avec plusieurs lignes; L approvisionnement des boutiques en lignes de produits. Les ressources de la SMQ ne lui permettent pas d assurer un tel service à court terme. Le bureau d achat géré en impartition donnerait la responsabilité des achats à une entreprise extérieure. Une telle collaboration nécessiterait une association avec des spécialistes en marketing et en développement de produits dérivés. L avantage de l impartition reposerait sur l identification de fabricants (artisanaux et industriels) et le développement de partenariats avec eux. De plus, la collaboration avec les gestionnaires de boutique serait nécessaire pour l élaboration d un portefeuille de produits cohérent et correspondant aux goûts du marché. Pour élaborer une stratégie de mise en marché, la SMQ aurait besoin d approfondir l analyse des chiffres des boutiques de musée afin d élaborer de manière détaillée des prévisions de vente, le potentiel et la mise en marché des produits. Tous les scénarios, que ce soit celui du développement d une ligne de produits dérivés, la création d un bureau d achat en impartition ou à l interne de la SMQ, impliquent une participation financière d une masse critique d institutions qui, si minime soit elle, pose problème dans le contexte actuel de sous-financement. Conclusion La SMQ a réalisé, en menant ce projet de recherche, une avancée importante. En effet, elle n avait jamais cumulé autant d informations et de données qui lui fournissent une vue d ensemble du secteur plus juste qu auparavant. Elle est parvenue à prendre le pouls des gestionnaires de boutiques, des producteurs de produits et des consommateurs. Cependant, malgré les multiples signaux positifs recueillis, la précarité du contexte actuel des musées diminue leur capacité d investissement pour développer une ligne de produits dérivés. Ils ne disposent pas pour le moment de la marge de manœuvre nécessaire pour aller de l avant avec ce projet. Les perspectives d action de la SMQ sont donc limitées à court terme, d autant plus qu elle doit recueillir l adhésion d un nombre suffisant de musées et recevoir un mandat clair en ce sens de leur part. Bref, dès que les institutions muséales québécoises pourront passer en mode de «développement», la SMQ pourra envisager une mise en application des résultats de l étude menée en Pour une stratégie des produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ 7

S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E

S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E S E R V I C E D E G E S T I O N P R I V É E 2 QUAND LA GESTION DE PORTEFEUILLE SE DÉMOCRATISE 3 Le debut des activités, en 2011, de la Société de gestion privée des Fonds FMOQ inc. marque une nouvelle

Plus en détail

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles

19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles 19 e édition du Salon Museum Expressions 22 et 23 janvier 2014 Paris Porte de Versailles Un salon Reconnu depuis plus de 18ans comme l unique salon professionnel dédié aux produits dérivés culturels, Face

Plus en détail

NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise

NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise NOM DE L ENTREPRISE NO, RUE MUNICIPALITÉ (QUÉBEC) CODE POSTAL Téléphone d entreprise Nom du promoteur Terminé le : insérer DATE TABLE DES MATIÈRES NOTE AU LECTEUR...4 1. LE PROJET...5 1.1 RÉSUMÉ DU PROJET...5

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

État des lieux de la numérisation. Présentation des résultats

État des lieux de la numérisation. Présentation des résultats État des lieux de la numérisation Présentation des résultats Mise en contexte de l étude Projet initié par BAnQ à laquelle s est associée la Société des musées québécois Réaliser un inventaire du patrimoine

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

Paris, 7 & 8 septembre 2015

Paris, 7 & 8 septembre 2015 Formation Marketing et merchandising d'une boutique de site culturel ou touristique Paris, 7 & 8 septembre 2015 Présentation générale de la formation Valoriser une boutique de site culturel et créer une

Plus en détail

28 e Édition Salon international du design de Montréal Place Bonaventure 26.27.28 mai 2016 PROSPECTUS QUARTIER DES AFFAIRES

28 e Édition Salon international du design de Montréal Place Bonaventure 26.27.28 mai 2016 PROSPECTUS QUARTIER DES AFFAIRES 28 e Édition Salon international du design de Montréal Place Bonaventure 26.27.28 mai 2016 SIDIM.Com PROSPECTUS QUARTIER DES AFFAIRES QUOI SIDIM Salon INTERNATIONAL du design DE MONTRÉAL Jouissant d une

Plus en détail

Paris, 20, 21 & 22 janvier 2016

Paris, 20, 21 & 22 janvier 2016 Formation «Marketing et merchandising d'une boutique de site culturel et touristique» Paris, 20, 21 & 22 janvier 2016 Présentation générale de la formation Valoriser une boutique de site culturel ou touristique

Plus en détail

Paris, 22 & 23 janvier 2015

Paris, 22 & 23 janvier 2015 Formation «Marketing et merchandising d'une boutique de site culturel et touristique» Paris, 22 & 23 janvier 2015 Présentation générale de la formation Valoriser une boutique de site culturel ou touristique

Plus en détail

- Communiqué de Presse -

- Communiqué de Presse - Paris, le 7 janvier 2010 - Communiqué de Presse - L Union Financière de France lance GPS - Gestion Pilotée et Suivi : un concept de gestion innovant en adéquation avec les attentes de la clientèle patrimoniale,

Plus en détail

Politique de formation continue

Politique de formation continue Politique de formation continue Adoptée le 31 mars 2006 Table des matières Introduction 3 Contexte 3 Engagements d Arrimage (principes directeurs) 4 Objectifs 5 Clientèle visée et champs de formation 6

Plus en détail

L étude de marché. L étude de marché se fait en plusieurs étapes. ÉTAPE I

L étude de marché. L étude de marché se fait en plusieurs étapes. ÉTAPE I L étude de marché Le marché d une entreprise est composé de la clientèle, de la concurrence et de l environnement externe. Il est important de distinguer le marché potentiel (individus ou entreprises susceptibles

Plus en détail

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 :

Selon ce sondage en ligne mené à l échelle nationale du 10 au 23 septembre 2014 : SOMMAIRE À LA DIRECTION Dans un nouveau sondage mené à l échelle nationale auprès de 3 000 Canadiens par Greenberg Quinlan Rosner Canada pour le compte de l Institut Broadbent, on a posé des questions

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires

Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Programme de formations et de conférences Stimuler le rayonnement, le professionnalisme l efficacité et le développement des affaires Outils concrets, actualisés et flexibles pour professionnels, gestionnaires,

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Durant cette année de formation, nous vous proposons 29 devoirs à envoyer à la correction qui sont répartis sur l'ensemble des matières.

Durant cette année de formation, nous vous proposons 29 devoirs à envoyer à la correction qui sont répartis sur l'ensemble des matières. Matières Culture générale et expression Expression et culture en langues vivantes étrangères Economie générale Droit Management des entreprises Etudes et veille commerciales Prospection et suivi de clientèle

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec

Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec Profil de compétence et d expérience des administrateurs Des Violons du Roy et de La Chapelle de Québec Société : Les Violons du Roy et La Chapelle de Québec Date du profil : janvier 2011 Mandat de la

Plus en détail

PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine

PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine PROGRAMME INTERNATIONAL DE DOCTORAT Muséologie, Médiation, Patrimoine Doctorat conjoint de l université d Avignon et des Pays de Vaucluse (UAPV) France et de l université du Québec à Montréal (UQAM) Québec,

Plus en détail

direction générale des Infrastructures Transports et de la Mer Déplacements VILLES MOYENNES Certu

direction générale des Infrastructures Transports et de la Mer Déplacements VILLES MOYENNES Certu direction générale des Infrastructures des Transports et de la Mer Certu L Enquête Déplacements VILLES MOYENNES Politique des Transports pour voir loin, autant voir clair Avant d engager la collectivité,

Plus en détail

Présenté pour la Bourse du maire: le Montréal inc. de demain Par Mélodie Hébert

Présenté pour la Bourse du maire: le Montréal inc. de demain Par Mélodie Hébert Présenté pour la Par Mélodie Hébert 1. Présentation du projet L opportunité Lacunes sur le marché Positionnement de la Ville de Montréal Montréal ville Unesco de Design Mission Montréal Métropole Culturelle

Plus en détail

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015

PRÉSENTATION. L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation. Sophie Vincent, 22 janvier 2015 PRÉSENTATION L évaluation sensorielle par les consommateurs, un outil stratégique en innovation Sophie Vincent, Spécialiste en recherche consommateurs et évaluation sensorielle 22 janvier 2015 CINTECH

Plus en détail

ENJEUX PRIORITAIRES DU RÉSEAU COLLÉGIAL PUBLIC. Rencontre thématique Sommet sur l enseignement supérieur. Contribution de la Fédération des cégeps

ENJEUX PRIORITAIRES DU RÉSEAU COLLÉGIAL PUBLIC. Rencontre thématique Sommet sur l enseignement supérieur. Contribution de la Fédération des cégeps ENJEUX PRIORITAIRES DU RÉSEAU COLLÉGIAL PUBLIC Rencontre thématique Sommet sur l enseignement supérieur Contribution de la Fédération des cégeps Février 2013 Fédération des cégeps 500, boul. Crémazie Est

Plus en détail

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Atelier n 18 Benoit QUIGNON, Directeur général, Communauté urbaine de Lyon - Grand Lyon Jean-Gabriel MADINIER,

Plus en détail

Option culture, virage numérique

Option culture, virage numérique Option culture, virage numérique François Macerola Président et chef de la direction Société de développement des entreprises culturelles François Macerola est président et chef de la direction de la Société

Plus en détail

Financement mondial IBM Lettre aux directeurs. Solutions IBM prises en charge par Financement mondial IBM

Financement mondial IBM Lettre aux directeurs. Solutions IBM prises en charge par Financement mondial IBM Financement mondial IBM Lettre aux directeurs Solutions IBM prises en charge par Financement mondial IBM Vous connaissez peut-être IBM en tant que fournisseur majeur de solutions technologiques et de solutions

Plus en détail

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients www.footfall.com + 33 (1) 55 12 10 00 FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients Gardez votre visage toujours vers

Plus en détail

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne Inter Bio Bretagne vous informe Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne - Synthèse des résultats - Début, Inter Bio Bretagne

Plus en détail

Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie

Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie Fonds équilibré à rendement stratégique Manuvie Les épargnants d aujourd hui ont deux défis à relever : se procurer un revenu malgré la faiblesse des taux d intérêt et trouver des placements pour faire

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE

PLAN D AFFAIRES DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE ACTUALISATION DU CONCEPT DE PARC RÉCRÉOTOURISTIQUE À PERCÉ Rapport d étape préliminaire DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE Présenté à la Société de développement économique de Percé Février 2012 580,

Plus en détail

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec À l intention du Comité tripartite sur la valorisation Lévis (Québec)

Plus en détail

PRESTATIONS D APPUI-CONSEILS EN MATIERE DE DECORATION ET D ECO-RENOVATION ET D ECO- GESTION POUR LES HEBERGEMENTS TOURISTIQUES DE LA NIEVRE

PRESTATIONS D APPUI-CONSEILS EN MATIERE DE DECORATION ET D ECO-RENOVATION ET D ECO- GESTION POUR LES HEBERGEMENTS TOURISTIQUES DE LA NIEVRE 1 PRESTATIONS D APPUI-CONSEILS EN MATIERE DE DECORATION ET D ECO-RENOVATION ET D ECO- GESTION POUR LES HEBERGEMENTS TOURISTIQUES DE LA NIEVRE LOT N 2 : d hébergements touristiques du département de la

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE

LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE LE PROJET D ETUDE COMMERCIALE 1. Les objectifs de la recherche commerciale 2. Les types d étude en Amont et en Aval 3. Les sources d informations primaires et secondaires 4. Le projet d étude commerciale

Plus en détail

Services de placement et de gestion de patrimoine pour chaque étape de la vie

Services de placement et de gestion de patrimoine pour chaque étape de la vie Services de placement et de gestion de patrimoine pour chaque étape de la vie Pourquoi choisir la TD pour vos besoins en gestion de patrimoine? Vos occasions se multiplient avec la croissance de votre

Plus en détail

MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING

MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING CONFÉRENCE MAXIMISEZ VOS DOLLARS MARKETING MANUEL DU PARTICIPANT Conférencier : Ronald Martineau, Conseiller stratégique, TAO Design & Marketing Collège de l immobilier du Québec 600, chemin du Golf, Île

Plus en détail

Les fonds de répartition de l actif

Les fonds de répartition de l actif Les fonds de répartition de l actif À la fois simples et élaborés La Great-West vous offre deux types de fonds de répartition de l actif : les fonds de répartition de l actif à risque cible et à date cible.

Plus en détail

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL

MARQUE PARC NATUREL REGIONAL MARQUE PARC NATUREL REGIONAL La présente fiche traite du cas concret du PNR du Morvan. C est un exemple méthodologique transférable à d autres territoires pour l éligibilité du processus de marquage «Parc

Plus en détail

Pour toutes ces raisons, votre présence au Salon est un moyen sûr pour élargir votre champ d action!

Pour toutes ces raisons, votre présence au Salon est un moyen sûr pour élargir votre champ d action! Le Salon The Graduate Fair (Le Salon de l Etudiant Algérien) est un lieu de rencontres incontournable, entre les acteurs de l'éducation (enseignants, formateurs, chefs d'établissements, conseillers d'orientation...),

Plus en détail

plan d affaires 2005-2008 Société du Centre des congrès de Québec

plan d affaires 2005-2008 Société du Centre des congrès de Québec plan d affaires 2005-2008 Société du Centre des congrès de Québec Le plan d affaires 2005-2008 de la Société du Centre des congrès de Québec Le nouveau plan d affaires de la Société du Centre des congrès

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE UN PROJET DE SITE WEB? Typologie des sites web Les sites «vitrines» Les sites de «marque» Les sites «catalogues» Les sites marchands Site web et stratégie commerciale Etapes clés de la

Plus en détail

MSRO MARCHÉ DE SOLIDARITÉ RÉGIONAL DE L OUTAOUAIS PLAN DIRECTEUR 2013-2015

MSRO MARCHÉ DE SOLIDARITÉ RÉGIONAL DE L OUTAOUAIS PLAN DIRECTEUR 2013-2015 MSRO MARCHÉ DE SOLIDARITÉ RÉGIONAL DE L OUTAOUAIS PLAN DIRECTEUR 2013-2015 Révisé le 03 janvier 2013 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DU PLAN DIRECTEUR... 3 MISSION... 4 VISION... 4 VALEURS... 5 ORIENTATIONS

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse

Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec. Rapport d analyse Pénétration du marché par les petites et moyennes entreprises du Québec Rapport d analyse Sommaire Aéro Montréal, forum de concertation stratégique de la grappe aérospatiale du Québec, a demandé à PwC

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

PAPETERIE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

PAPETERIE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 PAPETERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA PAPETERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA PAPETERIE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA PAPETERIE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA PAPETERIE... 10 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR... 12

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

Communiquer, c est entrer dans la structure de l autre.

Communiquer, c est entrer dans la structure de l autre. Le plan de communication marketing ou Communiquer, c est entrer dans la structure de l autre. Atelier - conférence présentée par Diane Lépine Directrice du développement des Affaires et gestionnaire sénior

Plus en détail

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU L I V R E B L A N C En collaboration avec RÉSUMÉ 2 Ce livre blanc repose sur une étude commandée par Karma Gaming et réalisée par Gaming Insights Group. Les données viennent

Plus en détail

Mot de la médiatrice culturelle

Mot de la médiatrice culturelle Mot de la médiatrice culturelle Janvier 2015 Au beau milieu des années 10, nous pouvons nous questionner sur la nécessité de voir plus loin que le présent et sur notre capacité à générer un renouveau sain

Plus en détail

Cours orienté vers la pratique Assurance-vie individuelle et rentes Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES

Cours orienté vers la pratique Assurance-vie individuelle et rentes Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES Cours orienté vers la pratique Assurance-vie individuelle et rentes Examen Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES L EXAMEN COMPORTE SIX (6) QUESTIONS À DÉVELOPPEMENT VALANT 44 POINTS ET SIX (6) QUESTIONS À CHOIX

Plus en détail

FICHE INFORMATION LABORATOIRE RURAL 2007 2014 Sélection 2008

FICHE INFORMATION LABORATOIRE RURAL 2007 2014 Sélection 2008 Nom du projet De la terre à la table volet mise en marché FICHE INFORMATION LABORATOIRE RURAL 2007 2014 Sélection Territoire du projet MRC de Coaticook Région touristique des Cantons de l Est Durée 3 ans

Plus en détail

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente

Définition des objectifs Caractéristiques de l offre définitive Marché cible positionnement. Evaluation du potential de vente Chapitre 3 Lancement et développement de la jeune entreprise Une fois, l étude de marché réalisée, le créateur doit maintenant l explorer, c'est-à-dire en tirer les éléments qui serviront à la rédaction

Plus en détail

Enquête de perceptions

Enquête de perceptions Enquête de perceptions sur les Québécois et le voyage de groupe par autocar Présenté lors du colloque d ARF Québec 2 Pourquoi une enquête de perceptions? Dernière étude sur le tourisme de groupe et le

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Services d affaires mondiaux IBM. Centre national des sondages IBM

Services d affaires mondiaux IBM. Centre national des sondages IBM Services d affaires mondiaux IBM Centre national des sondages IBM Saviez-vous que dans votre organisation se cachent des trésors de connaissances que vous pourriez découvrir et mettre à profit? Un système

Plus en détail

À la hauteur de vos projets

À la hauteur de vos projets INVESTIR Banque Nationale À la hauteur de vos projets INVESTIR Banque Nationale 01 Que sont les Portefeuilles de revenu mensuel? Une façon simple de percevoir une distribution régulière. Six portefeuilles

Plus en détail

Harvest. l intelligence logicielle au cœur du conseil patrimonial. Admission sur Alternext juin 2005

Harvest. l intelligence logicielle au cœur du conseil patrimonial. Admission sur Alternext juin 2005 Harvest l intelligence logicielle au cœur du conseil patrimonial Admission sur Alternext juin 2005 Sommaire 1. Harvest : un éditeur de référence 2. Un marché porté par une demande croissante 3. Une offre

Plus en détail

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFERENCE DE LA FONDATION D ATTIJARIWAFA BANK CASABLANCA, 23 OCTOBRE 2014 M. Mohammed Tawfik MOULINE Directeur Général, Institut

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Mesdames et messieurs, chers actionnaires,

Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Allocution de monsieur Réal Raymond président et chef de la direction de la Banque Nationale du Canada Fairmont Le Reine Elizabeth Montréal, le 8 mars 2006 Mesdames et messieurs, chers actionnaires, Permettez-moi

Plus en détail

L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES ENTREPRISES EN TIC

L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES ENTREPRISES EN TIC BAROMÈTRE DE COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES EN TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS AU QUÉBEC L ENQUÊTE A ÉTÉ EFFECTUÉE DE JUIN À SEPTEMBRE 2013 UN RAPPORT DÉTAILLÉ SUR LES PRIORITÉS DES

Plus en détail

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années).

Le programme éducatif «Graffitis cacher l histoire?» s adresse aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire (3 e, 4 e, 5 e et 6 e années). Graffitis Cacher l histoire? Créé par Mélissa Duquette, chargée de projet à l animation au Musée de société des Deux-Rives, en lien avec le Programme du ministère de l Éducation du Québec. PRÉSENTATION

Plus en détail

Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 6 & 7 avril 2016

Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 6 & 7 avril 2016 Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 6 & 7 avril 2016 Présentation générale de la formation Créer une boutique dans un site culturel ou touristique conduit tout d abord

Plus en détail

Politique de formation continue

Politique de formation continue Politique de formation continue Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches Avec sa Politique de formation continue, le Conseil de la culture officialise et rend publiques les

Plus en détail

Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit!

Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit! Actio Ressources Humaines Expertise, Simplicité, Solutions pour la tranquillité d esprit! Actio Ressources Humaines vous offre des solutions pratiques, adaptées à votre organisation et une gamme complète

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences

Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Histoire-Géographie Analyse économique Stratégie, avantage concurrentiel et compétences Michel Claessens Professeur de Marketing, groupe ESC Nantes Atlantique. Les firmes évoluent dans un environnement

Plus en détail

Soutenir sa croissance en misant sur ses compétences clés

Soutenir sa croissance en misant sur ses compétences clés C E R C L E C A N A D I E N D E M O N T R É A L - 27 avril 2015 François Olivier Président et chef de la direction TC Transcontinental Soutenir sa croissance en misant sur ses compétences clés Information

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

CAHIER DU PARTICIPANT

CAHIER DU PARTICIPANT CAHIER DU PARTICIPANT Coordination des travaux : Pascale Daigle, Chaire de Tourisme de l UQAM Conception,recherche, rédaction : Pascale Daigle et Brigitte Maheu, Chaire de Tourisme de l UQAM Collaboration

Plus en détail

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.935.4400 F.508.988.7881 www.idc-ri.com S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

Plus en détail

Programme et concept initiés par Palason Billard Inc.

Programme et concept initiés par Palason Billard Inc. Programme et concept initiés par Palason Billard Inc. Opérant déjà des magasins Palason Jeux, Billard & Décor, nous mettons en place un programme d expansion afin d étendre notre présence à la grandeur

Plus en détail

Plan de commercialisation

Plan de commercialisation Plan de commercialisation Plan de commercialisation Organigramme VAliDATiON Du POSiTiONNEMENT ET DE la MiSSiON STrATÉGiES MArKETiNG MESSAGE PuBliciTÉ relations PuBliQuES PrOMOTiONS radio AcTiViTÉS SOciAlES

Plus en détail

La séance photo à 8,50 Euros? Analyse du marché des séances photo des photographes professionnels

La séance photo à 8,50 Euros? Analyse du marché des séances photo des photographes professionnels La séance photo à 8,50 Euros? Analyse du marché des séances photo des photographes professionnels XXLPIX Mars 2013 Une séance photo à 8,50 Euro? À propos de cette étude de marché XXLPIX GmbH teste régulièrement

Plus en détail

Elaboration du PLH 2013-2019

Elaboration du PLH 2013-2019 Elaboration du PLH 2013-2019 Présentation du projet de PLH2 Communauté de Communes du Genevois Mars 2013 Programme Le PLH : qu est-ce que c est? Principales conclusions du diagnostic Objectifs quantitatifs

Plus en détail

ETUDE COMMERCE & TOURISME

ETUDE COMMERCE & TOURISME ETUDE COMMERCE & TOURISME Présentation aux Rendez-Vous du Commerce, MINEFI, 13 mars 2012 Union du Grand Commerce de Centre-Ville, Fédération des Enseignes de l Habillement, DGCIS et Atout France Contexte

Plus en détail

Quels outils pour prévoir?

Quels outils pour prévoir? modeledition SA Quels outils pour prévoir? Les modèles de prévisions sont des outils irremplaçables pour la prise de décision. Pour cela les entreprises ont le choix entre Excel et les outils classiques

Plus en détail

ÉTUDE sur les pratiques, la rémunération et les avantages sociaux des OSBL au Québec

ÉTUDE sur les pratiques, la rémunération et les avantages sociaux des OSBL au Québec 2013 ÉTUDE sur les pratiques, la rémunération et les avantages sociaux des OSBL au Québec CENTRE québécois de services aux associations Une initiative du RLSQ En collaboration avec : Centre québécois de

Plus en détail

SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES

SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES SOUMISSION DE LA PART DE HONDA CANADA INC. ET DES SERVICES FINACIERS HONDA INC. AU MINISTÈRE DES FINANCES CONCERNANT LA LOCATION-BAIL DE VÉHICULES INTRODUCTION Honda Canada Inc. et les Services Financiers

Plus en détail

Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 - .I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude -

Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 - .I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude - Du diagnostic au plan marketing stratégique - - dossier 3 -.I. Les études de marché - La phase exploratoire et l organisation générale de l étude - 1.1 - La recherche ou phase exploratoire : Définir précisément

Plus en détail

p a t r i m o in e : Comment c r é e r d e l a valeur g r â ce au «Customer Analytics»

p a t r i m o in e : Comment c r é e r d e l a valeur g r â ce au «Customer Analytics» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.620.5533 F.508.988.6761 www.idc-fi.com Banques et Institutio ns de Gestion de p a t r i m o in e : Comment c r é e r d e l a valeur

Plus en détail

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE?

ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? 1 er trimestre ACTIVITE EN BERNE AVANT UN RETOUR DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE? Un baisse d activité au cours de ce 1 er trimestre pour les entreprises savoyardes, mais les prévisions pour le 2 ème trimestre

Plus en détail

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE

RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 0 1 5 RAPPORT SUR LA CONFIANCE DES INVESTISSEURS DE PLACEMENTS MONDIAUX SUN LIFE 2 Le premier rapport sur la confiance des investisseurs (fondé sur un sondage mené auprès de 1 502 Canadiens ayant au

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

Mix Distribution : où vendre ses produits?

Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous droits de reproduction réservés 1 mondirecteurmarketing N attendez pas d être grand pour croître! Mix Distribution : où vendre ses produits? 28/07/2010 Confidentiel - Tous

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

Historique et mise en contexte du dossier

Historique et mise en contexte du dossier COMMUNIQUÉ Internet Haute Vitesse : Positionnement de la MRC d Argenteuil quant au processus d implantation et de déploiement d un service Internet Haute Vitesse, en vue de desservir le plus grand nombre

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse 1 «Le Perche souhaite accueillir de nouveaux arrivants et met en place une politique volontariste et des actions. La session d accueil s adresse à tous les porteurs de projet souhaitant créer ou reprendre

Plus en détail

Bâtir votre marque employeur : une approche stratégique au recrutement et à la rétention

Bâtir votre marque employeur : une approche stratégique au recrutement et à la rétention Bâtir votre marque employeur : une approche stratégique au recrutement et à la rétention Table des matières Pourquoi est-il si important pour les entreprises d aujourd hui d adopter une stratégie de marque

Plus en détail

La dynamique d évolution des marchés

La dynamique d évolution des marchés R e n d e z - v o u s d E x p e r t PEA Consulting Aligner sa Supply Chain sur la stratégie de l entreprise Depuis plusieurs années, les entreprises ont consenti d importants efforts pour améliorer la

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal

LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal Orlando G. Cerocchi LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal :: INTRODUCTION :: OBJECTIF DU PROGRAMME :: FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS TOURISTIQUES ADMISSIBLES :: CHAMPS

Plus en détail

Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 24 & 25 mars 2015

Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 24 & 25 mars 2015 Formation «Gestion d une boutique de site culturel et touristique» Paris, 24 & 25 mars 2015 Présentation générale de la formation Créer une boutique dans un site culturel ou touristique conduit tout d

Plus en détail