Physique - Chimie. Identifier les éléments de l œil sur un modèle élémentaire (ensemble des parties transparentes de l œil/ lentille, rétine/écran).

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Physique - Chimie. Identifier les éléments de l œil sur un modèle élémentaire (ensemble des parties transparentes de l œil/ lentille, rétine/écran)."

Transcription

1 Niveau 4 ème Physique - Chimie Document du professeur 1/ 6 La modélisation de l œil et la correction des ses défauts. Programme C. La lumière : couleurs et images Cette séance expérimentale illustre la partie de programme ci-dessous, parue dans l'annexe IV à l'arrêté du 6 avril 2007 publié au BO hors série n 6 du 19 avril 2007, afin de tenir du socle commun de connaissances et de compétences au collège ( B.O. n 29 du 20 juillet 2006). C2. Que se passe-t-il quand la lumière traverse une lentille? Connaissances Capacités Exemples d'activités La vision résulte de la formation d une image sur la rétine, interprétée par le cerveau. Les verres correcteurs et les lentilles de contact correctrices sont des lentilles convergentes ou divergentes. Identifier les éléments de l œil sur un modèle élémentaire (ensemble des parties transparentes de l œil/ lentille, rétine/écran). Réaliser des expériences pour expliquer et corriger les défauts de l œil (myopie, hypermétropie). [SVT : organe sensoriel = récepteur, observation à l œil nu, à la loupe (classe de 4 ème )] [Arts plastiques : l image] Utilisation d une maquette (ou d un banc d optique) modélisant l œil ou d un logiciel de simulation pour montrer la formation d images sur la rétine et les corrections éventuelles de l œil. Pré requis de l élève o L élève sait représenter un rayon, un faisceau de lumière. o L élève connaît les caractéristiques d une lentille convergente, d une lentille divergente. Mots clés o Rétine o Cristallin o Accommodation o Lentille convergente o Lentille divergente o Verre correcteur Prévoir matériel Par groupe (2 élèves) Coffret d optique avec banc et lentilles OA1 Source lumineuse magnétique Alimentation électrique Références o Myopie o Hypermétropie o Presbytie Pour la classe Maquette de l œil : VISIOPTIC Source lumineuse magnétique Panneau métallique Alimentation électrique PIERRON 2007 L oeil (page 1)

2 Remarques, astuces Document du professeur 2/ 6 o Rappeler en préambule les conditions nécessaires à la vision (programme de 5 ème ) : il faut que la lumière diffusée par les objets entre dans l œil! o Il y a toujours, dans la classe, des élèves (ou le professeur) qui portent des lunettes. Il sera intéressant, à la fin du TP, de tester avec la source à fentes multiples la caractéristique des verres correcteurs de chacun d eux et de diagnostiquer les défauts corrigés. o Il est nécessaire de placer sur les lentilles qui seront utilisées une petite étiquette sur leur pourtour en y notant leurs références (L 1, L 2, L 3, L 4 et L 5 ) afin que l élève s y retrouve! Développement o Dans l activité 1, l utilisation du banc d optique a pour but de définir «l œil réduit» (lentille + écran) et son assimilation, dans l activité 2, avec notre organe de la vision. o Pour chaque défaut de l œil, la recherche de la correction se fera de façon complémentaire avec le banc utilisé dans l activité 1 et la maquette VISIOPTIC. o Choix des lentilles proposées si on utilise le banc d optique : L approche expérimentale des corrections des défauts de l oeil reste qualitative. Il n est pas question, au niveau des élèves, d exprimer et de calculer la vergence de chaque dispositif. Rappelons que la vergence d une lentille, qui s exprime en dioptries (symbole δ) est l inverse de sa distance focale f, exprimée en mètres : C = 1/f - vision normale (activité 1) : Cristallin : lentille L 1, f 1 = 100 mm, C 1 = 1/0,1 = 10 δ - œil myope : Cristallin : lentille L 2, f 2 = 50 mm, C 2 = 1/0,05 = 20 δ Correction : lentille L 3, f 3 = -100 mm, C 3 = - 10 δ On retrouve C 1 = C 2 + C 3 = 10 δ - œil hypermétrope : Cristallin : lentille L 4, f 4 = 150 mm, C 4 = 1/0,15 = 6,6 δ Correction : lentille L 5, f 5 = 300mm, C 5 = 3,3 δ On retrouve C 1 = C 4 + C 5 = 10 δ o Si le professeur le désire ou en a le temps, il pourra faire utiliser par ses élèves le modèle de «l œil plat» référence du catalogue Pierron. L œil plat en matière plastique («Modèle d œil») est peu coûteux, il permet une simulation rapide des défauts de l œil. Prolongements o TC «Santé» : Recherche des autres troubles qui peuvent affecter le cristallin et la rétine (presbytie, astigmatisme, daltonisme) et les techniques réparatrices de microchirurgie. o TC «Sécurité» : Les dangers de la lumière solaire (essentiellement les UV). o TC «Santé» : Test de la distance minimale de vision distincte (punctum proximum). - On approche progressivement un texte quelconque des yeux d une personne : au départ la vision est nette avec accommodation, le cristallin étant de plus en plus convergent. - On s arrête lorsque le texte devient flou. - On mesure alors la distance «d» entre le document et l œil. - Cette distance varie avec l âge de la personne comme le montre le tableau ci-dessous : Age 10 ans 15 ans 20 ans 30ans 40 ans 50 ans 60 ans Valeur Moyenne de «d» 7 cm 8 cm 10 cm 15 cm 25 cm 40 cm 100 cm PIERRON 2007 L oeil (page 2)

3 Document du professeur 3/ 6 - On peut aussi mesurer cette distance minimale de vision distincte comme indiqué dans le livre de 4 e des Éditions Delagrave (collection Marc Lecoeuche), page 169, «Expérimenter à la maison», deuxième volet. - Il est également possible de déterminer l acuité visuelle d une personne et son évolution avec l âge grâce au test optométrique d après Parinaud, chez tous les opticiens. Pistes d évaluation Expérimentales - Réalisation d un «œil réduit» et obtention de l image d un objet lumineux. - Retrouver cette image en fonction de différentes positions de l objet lumineux. - Déterminer, avec une source de lumière (ex : source lumineuse magnétique proposée) la nature d un verre correcteur (lentille convergente ou lentille divergente). Théoriques - Schématiser une lentille. - Connaître, pour l œil réduit, les similitudes lentille convergente/milieux convergents de l oeil et écran/rétine. - Schématiser le faisceau de lumière issu d un point lumineux (de préférence parallèle à l axe optique) passant au travers d une lentille convergente, d une lentille divergente. - Déterminer le défaut d un œil myope ou hypermétrope et la propriété (convergent ou divergent) du verre correcteur utilisé. PIERRON 2007 L oeil (page 3)

4 Nom : Prénom : Classe : Date : Physique Chimie Document du professeur 4/ 6 Modélisation de l oeil Approche expérimentale des corrections des défauts de l oeil Objectifs : - Modéliser l oeil - Découvrir le rôle du cristallin et de la rétine - Comprendre certains défauts de l œil et leur correction. I. Activité 1 : L œil et la vision 1.1 L œil : détecteur de lumière Après avoir examiné, ci contre, le schéma de l œil (Doc. 1) et sachant que la lumière doit atteindre la rétine, préciser quels sont les milieux transparents de l œil. La cornée, l humeur aqueuse, le cristallin, le corps vitré (ou l humeur vitrée). Quel est le rôle de la rétine? La rétine est la membrane photosensible de l œil. Elle envoie, par le nerf optique, les informations au cerveau qui les interprète. 1.2 Modélisation de l œil Vous disposez d un banc d optique, d un objet lumineux «F», d un écran E et d une lentille convergente L 1 de distance focale f 1 = 10 cm. Placer l objet «F» sur la graduation 0 du banc, la lentille L 1 sur la graduation 30 cm. Placer l écran E derrière L 1 et le déplacer jusqu à obtenir une image de la lettre «F». Comment est cette image par rapport à l objet F? Elle est plus petite et renversée. Doc.1 Doc.2 L œil est assimilable à cet ensemble «lentille - écran», le cristallin et les autres milieux transparents correspondant à la lentille convergente du dispositif et la rétine à l écran E. Dans l expérience précédente (Doc.2), mesurer la distance P entre la lentille et l écran. Cette distance, mesurée dans le cas d un œil supposé normal (modélisé avec la lentille L 1 ) servira de repère, dans les expériences suivantes, pour déterminer les défauts de la vision : P = 15 cm. 1.3 Le rôle du cristallin. Quand nous observons un objet éloigné, les rayons de lumière qui en proviennent traversent le cristallin et les milieux transparents de l oeil pour venir converger naturellement sur la rétine et donner une image de l objet. Si l objet se rapproche, l image devant toujours se former sur la rétine il faut que l œil «accommode». Doc. 3 PIERRON 2007 L oeil (page 4)

5 Document du professeur 5/ 6 En examinant le document 3, expliquer comment l image de l objet peut rester sur la rétine lors de la vision rapprochée : lorsque l objet observé est plus proche, le cristallin se «bombe» un peu plus. Il permet ainsi aux rayons issus de l objet de converger davantage pour que l image se forme toujours sur la rétine. EN CONCLUSION : Compléter la phrase ci dessous : Le cristallin de l œil est une lentille convergente souple qui peut se déformer. Lors de la vision rapprochée, le cristallin est plus «bombé» ; il est plus convergent. Lorsque le cristallin se déforme pour passer de la vision éloignée à la vision rapprochée ou inversement, c est le phénomène d accommodation de l œil. II. Activité 2 : Deux défauts de l œil et leur correction. 2.1 La myopie Remplacer, sur le banc, la lentille L 1 par la lentille L 2 de distance focale plus petite (f 2 = 5 cm) et rechercher comment déplacer l écran pour retrouver l image de la lettre F. Conclusion : Il a fallu rapprocher l écran de la lentille. Mesurer la distance lentille - écran : est-elle plus grande ou plus petite que P? Elle est plus petite. L image de cet objet se forme avant la rétine. Doc.4 Un œil myope possède un cristallin trop convergent pour sa profondeur, ou, si son cristallin est normal, l oeil est trop allongé (Doc. 4) Ce défaut se corrige avec une lentille divergente L 3 que l on place devant L 2. La lentille divergente L 3 va «ouvrir» le faisceau de lumière provenant de l objet observé. L ensemble lentille - œil provoque alors la convergence de la lumière sur la rétine et permet d avoir ainsi une image de l objet éloigné. Réaliser l expérience puis compléter, sur le schéma ci-contre (Doc.5), la représentation des rayons de lumière issus du point éloigné S et qui convergent sur la rétine au point S. Doc L hypermétropie Remplacer sur le banc, la lentille L 2 par la lentille L 4 de distance focale f 4 = 15 cm et rechercher comment déplacer l écran pour retrouver l image de la lettre F. Il faut éloigner l écran de la lentille. Mesurer la distance lentille - écran : est-elle plus grande ou plus petite que P? Elle est plus grande. L image de cet objet se forme derrière la rétine. Doc.6 PIERRON 2007 L oeil (page 5)

6 Document du professeur 6/ 6 Un œil hypermétrope possède un cristallin pas assez convergent pour sa profondeur, ou, si son cristallin est normal, l oeil est trop petit (Doc. 6) Ce défaut se corrige avec une lentille convergente L 5 que l on place devant L 2. La lentille convergente L 5, de distance focale f 5 = 30 cm, va commencer à concentrer le faisceau de lumière provenant de l objet observé. L ensemble lentille - œil provoque alors la convergence de la lumière sur la rétine et permet d avoir ainsi une image de l objet éloigné. Réaliser l expérience, puis dans le schéma cicontre (Doc.7), placer devant l œil la lentille correctrice adaptée et compléter la représentation des rayons de lumière issus du point éloigné S qui convergent sur la rétine en S. Doc.7 EN CONCLUSION. L œil myope est trop convergent, l image de l objet se forme avant la rétine. Le verre correcteur sera une lentille divergente. L œil hypermétrope n est pas assez convergent, l image de l objet se forme derrière la rétine. Le verre correcteur sera une lentille convergente. Avec l âge, le cristallin perd de sa souplesse et il n est plus assez convergent pour la vision rapprochée : c est la presbytie. Le verre correcteur sera aussi une lentille convergente. PIERRON 2007 L oeil (page 6)

Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE

Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Université Bordeaux 1 MIS 103 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE Année 2006 2007 Table des matières 1 Les grands principes de l optique géométrique 1 1 Principe de Fermat............................... 1 2 Rayons lumineux.

Plus en détail

Les bases de l optique

Les bases de l optique Vision to Educate Les 10 pages essentielles Edition 2014 Introduction Edito Si résumer le métier d opticien dans un livret de 12 pages n est pas possible, nous avons essayé dans ce document d apporter

Plus en détail

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire

Séquence 1. Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique. Sommaire Séquence 1 Physique Couleur, vision et image Chimie La réaction chimique Sommaire 1. Physique : Couleur, vision et image Résumé Exercices 2. Chimie : La réaction chimique Résumé Exercices Séquence 1 Chapitre

Plus en détail

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision.

7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7. Exemples de tests pour détecter les différents troubles de la vision. 7.1 Pour la myopie (mauvaise vue de loin) : Test de vision de loin Sur le mur d un pièce, fixez l illustration ci-dessous que vous

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement

Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement Chapitre 2 : étude sommaire de quelques instruments d optique 1 Grandeurs caractéristiques des instruments d optique Grossissement Puissance Pouvoir de résolution ou pouvoir séparateur Champ 2 l œil comme

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

Activité scientifique et recherche :

Activité scientifique et recherche : L INSTITUT DE L ŒIL Notre Mission: L Institut de l Œil de Montréal a pour mission d offrir à chaque patient, une évaluation individuelle de l état de santé de ses yeux, qui tient compte de l ensemble de

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

L'ORDINATEUR ET LA VUE

L'ORDINATEUR ET LA VUE 45 L'ORDINATEUR ET LA VUE On parle beaucoup des troubles liés au travail devant écran d'ordinateur. Qu'en est-il des recherches dans ce domaine? On peut dire que les problèmes de la vision sur écran en

Plus en détail

LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DOCUMENT ÉTABLI PAR LA COMMISSION PARITAIRE SANTÉ ET PRÉVENTION DES RISQUES DES TÉLÉCOMMUNICATIONS LE CONTEXTE Quel que soit le secteur d activité,

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE. Comment se déroule la chirurgie de la cataracte?

LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE. Comment se déroule la chirurgie de la cataracte? LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE Comment se déroule la chirurgie de la cataracte? Une intervention de routine En France, plus de 500 000 chirurgies de la cataracte sont réalisées chaque année. L intervention

Plus en détail

Bien voir pour bien conduire

Bien voir pour bien conduire Bien voir pour bien conduire Bien voir pour sa sécurité Que signifie avoir une bonne vue? Voir bien donne plus d assurance sur la route. Diverses études récentes prouvent qu une bonne vue et une perception

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS

OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE POLYCOPIE DE COURS PR. MUSTAPHA ABARKAN EDITION 014-015 Université Sidi Mohamed Ben Abdallah de Fès - Faculté Polydisciplinaire de Taza Département Mathématiques, Physique et Informatique

Plus en détail

Faculté de physique LICENCE SNV EXERCICES PHYSIQUE Par MS. MAALEM et A. BOUHENNA Année universitaire 2010-2011

Faculté de physique LICENCE SNV EXERCICES PHYSIQUE Par MS. MAALEM et A. BOUHENNA Année universitaire 2010-2011 Faculté de physique LICENCE SNV L1 EXERCICES DE PHYSIQUE Par Année universitaire 2010-2011 OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE: GÉNÉRALITÉS ET MIROIR PLAN Ex. n 1: Citer quelques systèmes optiques, d'usage courant. Ex.

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Approche d'un projecteur de diapositives...2 I.Questions préliminaires...2 A.Lentille divergente...2 B.Lentille convergente et

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile

Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile Sur le grossissement des divers appareils pour la mesure des angles par la réflexion d un faisceau lumineux sur un miroir mobile W. Lermantoff To cite this version: W. Lermantoff. Sur le grossissement

Plus en détail

Forest Stewardship Council. Guide simplifié d utilisation des marques à l intention des titulaires de certificats

Forest Stewardship Council. Guide simplifié d utilisation des marques à l intention des titulaires de certificats Forest Stewardship Council Guide simplifié d utilisation des marques à l intention des titulaires de certificats A propos des marques FSC et de ce guide simplifié Les marques FSC sont l outil de communication

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation

Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation TP Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation Règles de sécurité Blouse, lunettes de protection, pas de lentilles de contact, cheveux longs attachés. Toutes les solutions aqueuses seront jetées

Plus en détail

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013

Sensibilisation à la Sécurité LASER. Aspet, le 26/06/2013 Sensibilisation à la Sécurité LASER Aspet, le 26/06/2013 Modes d émission LASER P c P 0 P moy 0 Emission pulsée Salve ou train de N impulsions Emission continue Q i t i t Longueur d onde λ Emission continue

Plus en détail

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi Les solutions envisagées Laurent PINARD Responsable Technique Laboratoire des Matériaux Avancés - Lyon 1 Plan de l exposé Introduction Virgo, les

Plus en détail

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -,

Physique Chimie. Réaliser les tests de reconnaissance des ions Cl -, Document du professeur 1/5 Niveau 3 ème Physique Chimie Programme A - La chimie, science de la transformation de la matière Connaissances Capacités Exemples d'activités Comment reconnaître la présence

Plus en détail

QUIZ 260-81512-B SE PROTÉGER DU SOLEIL, C EST PROTÉGER SA SANTÉ

QUIZ 260-81512-B SE PROTÉGER DU SOLEIL, C EST PROTÉGER SA SANTÉ QUIZ? 260-81512-B SE PROTÉGER DU SOLEIL, C EST PROTÉGER SA SANTÉ Testez vos enfants 10 questions pour jouer avec vos enfants 2. Nous sommes tous sensibles au soleil. VRAI! Le soleil est dangereux pour

Plus en détail

Cercle trigonométrique et mesures d angles

Cercle trigonométrique et mesures d angles Cercle trigonométrique et mesures d angles I) Le cercle trigonométrique Définition : Le cercle trigonométrique de centre O est un cercle qui a pour rayon 1 et qui est muni d un sens direct : le sens inverse

Plus en détail

TP N 3 La composition chimique du vivant

TP N 3 La composition chimique du vivant Thème 1 : La Terre dans l'univers, la vie et l'évolution du vivant : une planète habitée Chapitre II : La nature du vivant TP N 3 La composition chimique du vivant Les conditions qui règnent sur terre

Plus en détail

Système de surveillance vidéo

Système de surveillance vidéo Conrad sur INTERNET www.conrad.fr N O T I C E Version 12/01 Entretien Pour un fonctionnement correct de votre système de surveillance vidéo, prenez note des conseils suivants : 1/ Tenez la caméra et le

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Géologie externe, évolution des paysages (16 heures) Notions. contenus Compétences Exemples d activités L procure à l Homme des ressources. [Thèmes : Environnement,

Plus en détail

La maladie de Stargardt

La maladie de Stargardt La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur la maladie de Stargardt.

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Notice Technique 01.Type4.NT001.rév.A0 IROISE-T4P+ Equipement d'alarme incendie type 4 autonome à pile. . Conforme selon la norme NFS 61936

Notice Technique 01.Type4.NT001.rév.A0 IROISE-T4P+ Equipement d'alarme incendie type 4 autonome à pile. . Conforme selon la norme NFS 61936 Notice Technique 01.Type4.NT001.rév.A0 Equipement d'alarme incendie type 4 autonome à pile Classe B selon la norme NFS 32001. Conforme selon la norme NFS 61936 52, rue Paul Lescop 92000 NANTERRE t. +33

Plus en détail

ANNEXE 1 V 1 du 15/07/2014. Annexe réglementaire et normative relative au référentiel de certification de services : RE/OP/09 Version 2

ANNEXE 1 V 1 du 15/07/2014. Annexe réglementaire et normative relative au référentiel de certification de services : RE/OP/09 Version 2 ANNEXE 1 V 1 du 15/07/2014 Annexe réglementaire et normative relative au référentiel de certification de services : RE/OP/09 Version 2 Qualité de service des établissements exerçant le métier d opticien

Plus en détail

RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR

RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR PROFITEZ DU SOLEIL EN TOUTE SÉCURITÉ Nous profitons tous du soleil et en connaissons ses bienfaits : il dope le moral et favorise

Plus en détail

Haute Ecole de la Ville de Liège. Institut Supérieur d Enseignement Technologique.

Haute Ecole de la Ville de Liège. Institut Supérieur d Enseignement Technologique. Haute Ecole de la Ville de Liège. Institut Supérieur d Enseignement Technologique. Laboratoire Electronique Méthodologie. Jamart Jean-François. - 1 - La fabrication d un circuit imprimé. SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

P R O PA G AT I O N & C O U L E U R S

P R O PA G AT I O N & C O U L E U R S P R O PA G AT I O N & C O U L E U R S Modèle de l oeil, lentilles, miroirs, couleurs, synthèse additive et soustractive L ensemble permet une approche globale et simple des phénomènes optiques : propagation

Plus en détail

novatis Agence Web innovatrice

novatis Agence Web innovatrice QUI SOMMES NOUS? 02 novatis La théorie c est quand on comprend tout et que rien ne marche La pratique c est quand tout marche mais on ne sait pas pourquoi! Chez Novatis, nous avons réussi les deux... tout

Plus en détail

La réglementation et les obligations qui en découlent

La réglementation et les obligations qui en découlent Accessibilité en milieu urbain La réglementation et les obligations qui en découlent Actualités : les BEV La norme Afnor NF P 98-351 relative aux caractéristiques et essais des dispositifs podotactiles

Plus en détail

Faites l expérience d une meilleure vision

Faites l expérience d une meilleure vision Faites l expérience d une meilleure vision IRIS est le plus grand réseau d optométristes, d opticiens et d ophtalmologistes au Canada répartis dans 160 boutiques et cliniques. Chaque professionnel IRIS

Plus en détail

La malvoyance d un instant n est pas celle d une vie

La malvoyance d un instant n est pas celle d une vie La malvoyance d un instant n est pas celle d une vie La malvoyance, un handicap grave Une personne malvoyante est une personne dont la vue est déficiente malgré le port de lunettes ou de lentilles, ou

Plus en détail

LE PROJOPHONE de Fresnel

LE PROJOPHONE de Fresnel LE PROJOPHONE de Fresnel Le principe général est assez simple : l'image de l écran est agrandie et projetée à l'aide de la lentille optique. Nous allons commencer par créer un élément dans lequel le téléphone

Plus en détail

Publicité Une nouvelle vision de la complémentaire santé

Publicité Une nouvelle vision de la complémentaire santé Publicité Une nouvelle vision de la complémentaire santé Swiss santé, Ma formule Édito Swiss santé, Ma formule Créez votre complémentaire santé personnalisée Rester en bonne santé est ce qu il y a de plus

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS SESSION 2014 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté

Plus en détail

Entrées d'air hygroréglables

Entrées d'air hygroréglables Entrées d'air hygroréglables Tableaux de sélection p. 22 1. Mise en œuvre en menuiserie 2. Mise en œuvre dans le bâti Entrée d air hygroréglable et acoustique de type p. 24 1. Description 2. Caractéristiques

Plus en détail

Comment fabriquer un miroir de télescope?

Comment fabriquer un miroir de télescope? Comment fabriquer un miroir de télescope? Origine et historique du projet: Le concours «olympiades de physique» étant consacré plus particulièrement cette année à l'astronomie, un groupe de lycéens de

Plus en détail

Panneau solaire ALDEN

Panneau solaire ALDEN SOMMAIRE 1. Présentation... 1.1. Mise en situation... 1.2. Analyse du besoin... 4 1.. Problématique... 4 1.4. Expression du besoin... 5 1.5. Validation du besoin... 5 2. Analyse fonctionnelle... 2.1. Définition

Plus en détail

RDP : Voir ou conduire

RDP : Voir ou conduire 1S Thème : Observer RDP : Voir ou conduire DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution de problème telle

Plus en détail

Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS

Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS Découverte du logiciel ordinateur TI-n spire / TI-n spire CAS Mémento Ouvrir TI-Nspire CAS. Voici la barre d outils : L insertion d une page, d une activité, d une page où l application est choisie, pourra

Plus en détail

LE PROCESSUS ( la machine) la fonction f. ( On lit : «fonction f qui à x associe f (x)» )

LE PROCESSUS ( la machine) la fonction f. ( On lit : «fonction f qui à x associe f (x)» ) SYNTHESE ( THEME ) FONCTIONS () : NOTIONS de FONCTIONS FONCTION LINEAIRE () : REPRESENTATIONS GRAPHIQUES * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Plus en détail

RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES. Ecole de MIRANGO I

RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES. Ecole de MIRANGO I RAPPORT MISE A L ACCESSIBILITE DE 6 ECOLES PRIMAIRES Ecole de MIRANGO I Vincent DAVID Le 21 décembre 2010 Table des matières 1- Les outils d accessibilité principalement utilisés 1-1 Les rampes d accès

Plus en détail

Enseigner la prévention des risques professionnels. Éclairage et vision. Fiches principales

Enseigner la prévention des risques professionnels. Éclairage et vision. Fiches principales Enseigner la prévention des risques professionnels Éclairage et vision Fiches principales EV 1 OBJECTIF : Identifier les caractéristiques physiques de la lumière et de l environnement lumineux de travail

Plus en détail

Des ondes ultrasonores pour explorer le corps humain : l échographie

Des ondes ultrasonores pour explorer le corps humain : l échographie Seconde Thème santé Activité n 3(expérimentale) Des ondes ultrasonores pour explorer le corps humain : l échographie Connaissances Compétences - Pratiquer une démarche expérimentale pour comprendre le

Plus en détail

QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive. Comment installer le format de compression divx?

QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive. Comment installer le format de compression divx? Lycée Bi h t QUELQUES ACTIVITES RELATIVES A LA PARTIE A Propagation d une onde ; onde progressive Il semble nécessaire d utiliser des fichiers images, de grande taille généralement, aussi, nous proposons

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 4 heures DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 4 heures Sujet Spectrophotomètre à réseau...2 I.Loi de Beer et Lambert... 2 II.Diffraction par une, puis par deux fentes rectangulaires... 3

Plus en détail

Les puissances 4. 4.1. La notion de puissance. 4.1.1. La puissance c est l énergie pendant une seconde CHAPITRE

Les puissances 4. 4.1. La notion de puissance. 4.1.1. La puissance c est l énergie pendant une seconde CHAPITRE 4. LES PUISSANCES LA NOTION DE PUISSANCE 88 CHAPITRE 4 Rien ne se perd, rien ne se crée. Mais alors que consomme un appareil électrique si ce n est les électrons? La puissance pardi. Objectifs de ce chapitre

Plus en détail

Mémento à l usage du personnel des laboratoires

Mémento à l usage du personnel des laboratoires Mémento à l usage du personnel des laboratoires sécurité laser édition février 2005 Pôle Maîtrise des Risques Direction de la Protection et de la Sûreté Nucléaire Symbole des nouvelles technologies, l

Plus en détail

STRUCTURE D UN AVION

STRUCTURE D UN AVION STRUCTURE D UN AVION Cette partie concerne plus la technique de l avion. Elle va vous permettre de connaître le vocabulaire propre à l avion. Celui ci vous permettra de situer plus facilement telle ou

Plus en détail

Objet : Liste de fournitures rentrée 2013

Objet : Liste de fournitures rentrée 2013 Collège de Bonifacio Objet : rentrée 2013 Chemin de Bancarello 20169 BONIFACIO - 1 Rouleau de plastique non adhésif pour couvrir les livres, 1 rouleau de ruban adhésif, une pochette d étiquettes. - Feuilles

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

ECTS CM TD TP. 1er semestre (S3)

ECTS CM TD TP. 1er semestre (S3) Organisation du parcours M2 IRS en alternance De façon générale, les unités d enseignements (UE) sont toutes obligatoires avec des ECTS équivalents à 3 sauf le stage sur 27 ECTS et réparties sur deux semestres

Plus en détail

Offre santé 2014 FGMM-CFDT

Offre santé 2014 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2014 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

TP n 1: Initiation au laboratoire

TP n 1: Initiation au laboratoire Centre Universitaire d El-Tarf Institut des Sciences Agronomiques 3 ème année Contrôle de Qualité en Agroalimentaire TP n 1: Initiation au laboratoire Introduction L analyse de la matière vivante au laboratoire

Plus en détail

Monte charge de cuisine PRESENTATION DU MONTE CHARGE

Monte charge de cuisine PRESENTATION DU MONTE CHARGE Nom.. Prénom.. Monte charge de cuisine Réalisation /0 Mise en service /0 Dépannage /0 PRESENTATION DU MONTE CHARGE M ~ S0 (Atu) S (appel pour monter) S (descente) H (descendez les déchets S.V.P.!) Sh Salle

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

CH 11: PUIssance et Énergie électrique

CH 11: PUIssance et Énergie électrique Objectifs: CH 11: PUssance et Énergie électrique Les exercices Tests ou " Vérifie tes connaissances " de chaque chapitre sont à faire sur le cahier de brouillon pendant toute l année. Tous les schémas

Plus en détail

VOTRE REGIME DE FRAIS DE SANTE. en vigueur au 1 er Janvier 2012. Ensemble du Personnel

VOTRE REGIME DE FRAIS DE SANTE. en vigueur au 1 er Janvier 2012. Ensemble du Personnel VOTRE REGIME DE FRAIS DE SANTE en vigueur au 1 er Janvier 2012 Ensemble du Personnel Le présent livret a pour objet de vous aider dans vos démarches administratives liées à votre régime frais de santé.

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

Commune X. Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007

Commune X. Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007 Commune X Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007 Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée Les cheminements

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

GMEC1311 Dessin d ingénierie. Chapitre 1: Introduction

GMEC1311 Dessin d ingénierie. Chapitre 1: Introduction GMEC1311 Dessin d ingénierie Chapitre 1: Introduction Contenu du chapitre Introduction au dessin technique Normes Vues Traits Échelle Encadrement 2 Introduction Les dessins ou graphiques sont utilisés

Plus en détail

Generali Prévoyance - Santé

Generali Prévoyance - Santé Entreprises Generali Prévoyance - Santé La solution modulable pour les entreprises et leurs salariés L Accord National Interprofessionnel (ANI) conclu en janvier 2013 et les différents textes juridiques

Plus en détail

Spécialiste en Sublimation Textile et Objet

Spécialiste en Sublimation Textile et Objet NUMERIQUE NUMERIQU NUMERIQUE NUMERIQU NUMERIQUE La LEF-20 est une imprimante flatbed à polymérisation UV. Elle permet d imprimer des objets jusqu à 10 cm d épaisseur. Trois têtes d impression en ligne

Plus en détail

Une plongée vers l invisible

Une plongée vers l invisible Charlie Leprince Yohann Roiron Damien Toussaint Lycée Pothier Orléans Une plongée vers l invisible Comment voir la structure de la matière SOMMAIRE REMERCIEMENTS....... LA PROBLÉMATIQUE LA DÉMARCHE SCIENTIFIQUE

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

L EFFET PARALLAXE N EST

L EFFET PARALLAXE N EST 50 3 Objets L EFFET PARALLAXE N EST PAS SPÉCIFIQUEMENT UN TRUCAGE D AFTER EFFECTS. C est un principe que vous devriez avoir à l esprit quand vous travaillez en 3D. En raison de la nature de la 3D dans

Plus en détail

Information génétique

Information génétique chapitre 3 Information génétique et division cellulaire L étude de la division cellulaire est abordée pour découvrir comment est transmise et conservée l information génétique portée par les chromosomes.

Plus en détail

Ensemble léger de prise de photo sous UV-A Tam Photo Kit n 1 pour appareil photo compact

Ensemble léger de prise de photo sous UV-A Tam Photo Kit n 1 pour appareil photo compact Ensemble léger de prise de photo sous UV-A Tam Photo Kit n 1 pour appareil photo compact Phone +33 (0)130 808 182 - Fax. +33 (0)130 808 199 /15 rue des Frères Lumière - ZI des Ebisoires BP136-78374 PLAISIR

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

facilitez-vous la vie avec Ray Technologie avancée pour le Confort

facilitez-vous la vie avec Ray Technologie avancée pour le Confort Dose réduite - Scan ultra-rapide - Tube x-ray pulsé - Plusieurs modes de balayage partielles 3 détecteurs exclusifs - Procédure fiable - Aucun risque de dommage - Longue durée de vie Mise à niveau facile

Plus en détail

et déterminant à elle seule la réussite ou non d une page.

et déterminant à elle seule la réussite ou non d une page. Facebook est un réseau social créé en 2004 qui compte désormais plus d 1,35 Milliard d utilisateurs actifs à travers le monde. En France, il y a plus de 21 Millions d utilisateurs réguliers, ce qui montre

Plus en détail

LAYHER ECHELLES ET ESCALIERS POUR LA CONSTRUCTION ET L INDUSTRIE CATALOGUE

LAYHER ECHELLES ET ESCALIERS POUR LA CONSTRUCTION ET L INDUSTRIE CATALOGUE LAYHER ECHELLES ET ESCALIERS POUR LA CONSTRUCTION ET L INDUSTRIE CATALOGUE Edition 04.2015 Certificé selon ISO 9001:2008 TÜV-CERT Echelles d aluminium Les classiques. Qualité TOPIC et sécurité optimale

Plus en détail

Révision mars 2015. 2. Un terrain que la famille Boisvert veut acheter mesure 100m par 200m. Calcule la longueur de ses diagonales.

Révision mars 2015. 2. Un terrain que la famille Boisvert veut acheter mesure 100m par 200m. Calcule la longueur de ses diagonales. Révision mars 2015 1. Mario part de sa maison. Pour se rendre au restaurant, sa famille doit conduire 11,5 km vers le nord et ensuite ils doivent tourner vers l ouest pendant 5,4km. Calcule la distance

Plus en détail

La recherche d'indices par fluorescence

La recherche d'indices par fluorescence La recherche d'indices par fluorescence Ces sources d éclairage à haute intensité permettent, en fluorescence, la mise en évidence d indices qui ne sont pas visibles ou peu à l oeil nu. Ex : empreintes

Plus en détail

Pourquoi utiliser des visuels et des logiciels de présentation?

Pourquoi utiliser des visuels et des logiciels de présentation? Pourquoi utiliser des visuels et des logiciels de présentation? Jacques Lanarès 3 fonctions principales Mémorisation Compréhension Renforcer Attention Les visuels peuvent faciliter la mémorisation : En

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

La boule de fort. Olympiades de Physique. Année 2010-2011. Simon Thomas. Thomas Roussel. Julien Clabecq. Travail de recherche réalisé par :

La boule de fort. Olympiades de Physique. Année 2010-2011. Simon Thomas. Thomas Roussel. Julien Clabecq. Travail de recherche réalisé par : Olympiades de Physique Année 2010-2011 La boule de fort Travail de recherche réalisé par : Julien Clabecq Thomas Roussel Simon Thomas Manuel Coffin Nous nous sommes intéressés à un sport plutôt méconnu,

Plus en détail

La Photographie - Page 1 / 13

La Photographie - Page 1 / 13 La Photographie - Page 1 / 13 Table des matières 1. Généralités sur la lumière... 3 2. La photographie... 5 2.a. Le support... 5 2.a.i. L argentique... 5 2.a.ii. Le numérique... 6 3. L outil appelé appareil

Plus en détail

VARIO 200 / 200ZR LE FOUR À CÉRAMIQUE DOTÉ D UNE TECHNOLOGIE DE CUISSON RÉVOLUTIONNAIRE. www.zubler.de

VARIO 200 / 200ZR LE FOUR À CÉRAMIQUE DOTÉ D UNE TECHNOLOGIE DE CUISSON RÉVOLUTIONNAIRE. www.zubler.de FR VARIO 200 / 200ZR LE FOUR À CÉRAMIQUE DOTÉ D UNE TECHNOLOGIE DE CUISSON RÉVOLUTIONNAIRE www.zubler.de Made in Germany Précision, innovation, pérennité et haute qualité. De telles valeurs sont pour nous

Plus en détail

La sécurité des biens et des personnes Comment se protéger des intrusions?

La sécurité des biens et des personnes Comment se protéger des intrusions? Etablir un croquis du circuit d alimentation énergétique et un croquis du circuit ACOT-02 1/4 Problématique : Nous connaissons ce qu est un système d alarme, sa fonction et les différents éléments qui

Plus en détail

Publicité. Spécial professionnel indépendant. Swiss santé, Ma formule

Publicité. Spécial professionnel indépendant. Swiss santé, Ma formule Publicité Spécial professionnel indépendant Vulputate Des garanties putamus typi quam personnalisées in claram pour Ma formule vous et votre famille Ma formule Édito Ma formule Créez votre complémentaire

Plus en détail