CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE"

Transcription

1 CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE La gestion financière et la comptabilité relève d enseignements spécifiques. Le chapitre ne consiste pas à traiter des points techniques, mais à situer la place et les enjeux de ces techniques dans le cadre de l organisation et de la stratégie d entreprise. I- LA GESTION DE LA FONCTIONCOMPTABLE A) Ses finalités et ses moyens 1) Les finalités de la fonction comptable - Enregistrer les informations micro-économiques La finalité première de la fonction comptable est de caractériser et de connaître l état des créances et des dettes de l entreprise. - Justifier et rendre compte : A partir de cet état des lieux, la comptabilité permet de caractériser l état du patrimoine de l entreprise qu elle devra justifier et rendre compte à travers des états périodiques (balance) et annuels (bilan, compte de résultat, annexes, ) La comptabilité apparaît donc comme l activité qui rassemble, caractérise, présente et interprète les informations économiques de l entreprise. 2) Les moyens exploités a) Le Système d Information Comptable (le SIC) Pour gérer ces différentes dimensions, la fonction comptable s appuie sur la gestion d un SIC qui : b) Les principes comptables à respecter Plusieurs principes dont surtout : - saisie et enregistre les informations comptables - stocke et traite ces informations - met en forme et qui diffuse les données - principe de régularité : respecter les règles et les procédures de la normalisation comptable - principe de sincérité : appliquer de bonne foi les règles - principe de prudence : ne pas engager l entreprise dans des situations d incertitude et de risque c) La normalisation comptable : le Plan Comptable Générale (PGC) Son objet est de normaliser les méthodes d enregistrement comptables, la présentation et le contenu des documents comptables. Le PGC s applique à toute personne physique ou morale soumise à l obligation légale d établir des comptes annuels comprenant : le bilan, le compte résultat et une annexe G.Lécrivain DCG3 Management CH25 La fonction comptable et financière 1

2 G.Lécrivain DCG3 Management CH25 La fonction comptable et financière 2

3 B. Les mécanismes fondamentaux de la fonction comptable : 1) La Comptabilité Générale : La comptabilité générale est un mode de traitement des données comptables qui est obligatoire et qui permet de caractériser : - le bilan : véritable photographie du patrimoine de l entreprise - le compte de résultat : qui caractérise l activité de l entreprise sur un exercice. La comptabilité générale conduit donc à enregistrer des comptes, des flux, le plus souvent à partir de documents commerciaux (factures, chèques, ) pour les consolider dans des documents de synthèse. Ces documents de synthèse constituent : - un moyen de preuve des transactions commerciales - un moyen d information pour les parties prenantes - un support de calcul de certaines taxes et impôts : TVA, IS,. 2. La comptabilité analytique : Contrairement à la comptabilité générale, sa tenue n est pas obligatoire mais indispensable : elle est un mode de traitement des données comptables qui,à partir des informations enregistrées par la comptabilité générale permet de : - calculer des coûts (par produit, coût de revient, d achat, de production, - d établir des prévisions G.Lécrivain DCG3 Management CH25 La fonction comptable et financière 3

4 II. L A GESTION DE LA FONCTION FINANCIERE A) Ses finalités et ses domaines d action 1. Ses finalités Définition de Georges DEPALLENS «La fonction financière a pour but essentiel de mettre à la disposition de l entreprise, aux moments opportuns, et par les procédés les plus économiques, les capitaux nécessaires à son équipement rationnel et à son fonctionnement normal, tout en assurant son indépendance permanente et sa liberté d action industrielle et commerciale.» Deux objectifs principaux : - La solvabilité de l entreprise : mise à la disposition de l entreprise des fonds nécessaires à son activité et notamment à satisfaire ses engagements. - La rentabilité : allouer des fonds aux activités de l entreprise et générés des revenus. Ces objectifs sont poursuivis par toutes les entreprises, mais les méthodes utilisées varient grandement en fonction de la taille de l entreprise. Il y a un lien étroit entre la taille de l entreprise, sa structure et la place occupée par la gestion financière. La fonction financière est une interface entre l entreprise qui a besoin de ressources et les apporteurs de ressources (clients et banques notamment) 2. Ses domaines d action Deux activités essentielles : - L ANALYSE FINANCIERE Analyse des besoins de financement et étude de synchronisation des besoins et des ressources de financement (gestion des encaissements et des décaissements) - LA GESTION FINANCIERE Prendre des décisions à partir des résultats de l analyse financière. Allouer les fonds en fonction de la durée, des coûts, de la rentabilité prévue : o Gestion de trésorerie (assurer la solvabilité de l entreprise à moindre coût,) o Gestion du crédit à la clientèle, gestion des conditions d emprunt o Gestion des couvertures pour se protéger des risques de taux, de change G.Lécrivain DCG3 Management CH25 La fonction comptable et financière 4

5 III. LE CONTROLE DE GESTION A. Une fonction qui a évolué 1) Présentation de la fonction Les entreprises évoluent dans des contextes environnementaux de plus en plus incertains et turbulents. De fait, il est extrêmement complexe d établir des prévisions. Ainsi, d une fonction originelle de calcul de coûts et d écarts budgétaires, le contrôle de gestion est désormais une fonction tactique et stratégique du pilotage du changement au service de la stratégie d entreprise. 2) Les facteurs d évolution de la fonction contrôle de gestion A l origine, le contrôle de gestion se limitait essentiellement à contrôler le respect des budgets et des prix de revient. Or différents facteurs,ont fait évoluer cette fonction : - intensification de la concurrence et nouvelles approches marketing centrées sur l anticipation de la demande - Polyvalence des machines et des technologies qui sont exploités pour plusieurs produits en même temps remettant ainsi en cause le principe de l homogénéité des coûts complets et de l approche par les coûts complets. - Les coûts sont de plus en plus» hors production» (marketing, publicité, logistique, distribution, )et partagés entre différents produits, voire différentes activités. Ainsi, il y a 30 ans, les coûts directs représentaient 90% du coût total et ils n en représentent plus qu en moyenne 30% aujourd hui. (coûts indirects : R/D, études de marché,.) 3) Des méthodes et approches du contrôle de gestion a) la méthode des coûts complets : Cette méthode permet de redistribuer les valeurs de charges de la comptabilité générale, réfléchies en comptabilité analytique, par destination. Des comptes de section vont recevoir les valeurs ventilées. Il en existe trois sortes : Les sections intermédiaires Les sections de production Les sections de stocks et d en cours. Les sections intermédiaires sont ventilées périodiquement dans les sections de production. Les sections de productions alimentent les sections de stocks et d en cours. En vérité cette méthode est difficile à employer pour de très nombreuses raisons. Elle est extrêmement lourde et demande un appareil d enregistrement des éléments détaillés dont le coût a pu être longtemps considéré comme hors de proportion avec le gain de fiabilité par rapport à des méthodes plus empiriques. Elle est largement arbitraire. Les clefs de répartition qui doivent régler la ventilation des sections ne sont pas toujours évidentes à imaginer et encore moins à constater. Ce qui aboutit à des constructions parfois bancales et peu significatives. La sortie des résultats peut se faire attendre très longtemps. Attendre plusieurs mois pour avoir des chiffres éventuellement arbitraires a découragé plus d une entreprise. Mais surtout elle entraîne une variation arbitraire du coût complet d un produit en fonction de circonstances qui ne sont pas de la responsabilité des producteurs. De ce fait elle ne permet pas un dialogue fécond pour l amélioration de la gestion. G.Lécrivain DCG3 Management CH25 La fonction comptable et financière 5

6 b) La méthode de l imputation rationnelle On sépare les frais généraux qui ne sont pas directement imputables et dans les sections de production on définit un niveau normal de production. On détermine alors un coefficient d imputation rationnelle, ratio entre l activité normale et l activité constatée. Les coûts unitaires calculés ne dépendent plus de l activité, que ce soit pour un produit donné ou pour l ensemble des produits Cette méthode peut être raffinée pour tenir compte des variations saisonnières dans la production de résultats mensuels. La difficulté de la méthode est évidemment de définir des niveaux «normaux» qui peuvent être définis soit par rapport au passé, soit par rapport à une prévision soit par rapport à la capacité de l usine ou de la ligne de production. c) La méthode du direct costing Le direct costing,en introduisant la notion et la distinction entre coût direct/coût indirect, et en la combinant avec la distinction entre coût variable/ cout fixe, apporte un nouveau regard sur la manière de présenter le processus de fabrication de la rentabilité. Des outils d'analyse ( précis, rapides et relativement simples ) et de présentation qui en découlent fournissent une aide appréciable dans des domaines très utiles comme - la détermination du seuil de rentabilité : Au total, L'Entreprise est-elle rentable ou non? - la tarification (politiques de prix) : Quels sont les produits rentables et non rentables? - la mesure du risque : Comment cette rentabilité peut-elle être affectée par une variation des volumes? ( à la hausse comme à la baisse ) - la construction des budgets : Comment présenter le tableau de la rentabilité générale? les tableaux de rentabilité par produits? d) la méthode ABC (Activity Based Costing) Née au début des années 80, elle cherche à identifier le coût de revient en considérant son impact sur la création de valeur : La méthode ABC est une variante des coûts complets qui permet d aller plus loin que le simple calcul des coûts de revient. Les méthodes traditionnelles de calcul des coûts ne présentent pas les rapports avec les facteurs clés de succès sur le marché et l analyse des causes de performance (ou de dérapage) n est pas prépondérante. De plus contrairement aux autres méthodes dont le langage est celui du comptable et non des opérationnels, qui se trouvent exclus de la compréhension de l analyse de performance de leur métier, la méthode ABC permet une meilleure politique de communication interne. Afin de comprendre le raisonnement à adopter pour la mise en place de la méthode ABC il faut connaître la signification des mots employés. Activité : Ensemble de tâches élémentaires réalisées par un individu ou un groupe. Tâches homogènes en termes de performance permettant de fournir un produit ou un service à un client (externe ou interne). Ces tâches sont réalisées à partir d un ensemble de ressources (matériels, heures de travail, jours travaillés, ). Ressources Tâches Activités Processus Produit / Service Pour mettre au point une gestion des coûts par l activité il faut raisonner en amont : Quelle est la cause du coût et pas la conséquence? consomment consomment Ressources Activités Produit / Service G.Lécrivain DCG3 Management CH25 La fonction comptable et financière 6

PROGRAMME DE FORMATIONS PROPOSEES PAR LA SPRL TRAINCONSULT

PROGRAMME DE FORMATIONS PROPOSEES PAR LA SPRL TRAINCONSULT PROGRAMME DE FORMATIONS PROPOSEES PAR LA SPRL TRAINCONSULT CHANTEUX ANNE Associée SPRL TRAINCONSULT Consultante agréée Région Wallonne Chargée de cours HEC Ecole de Gestion de l ULg anne.chanteux @tele2.be

Plus en détail

La rentabilité d une action de formation

La rentabilité d une action de formation TutoFOP : la formation de formateurs à la carte RC_Budget_Rentabilite_Marges_FP1 La rentabilité d une action de formation Les produits Au sens strict les produits sont les flux sortant de l entreprise

Plus en détail

1. Retour sur les racines de la comptabilité 11 2. Un aperçu sur les différents courants de pensée en science comptable 13

1. Retour sur les racines de la comptabilité 11 2. Un aperçu sur les différents courants de pensée en science comptable 13 Avant-propos 5 Les objectifs de l ouvrage 5 Le public concerné 6 Liste des sigles 7 Introduction 11 1. Retour sur les racines de la comptabilité 11 2. Un aperçu sur les différents courants de pensée en

Plus en détail

Module 01 - Leçon 01 : Introduction

Module 01 - Leçon 01 : Introduction Module 01 - Leçon 01 : Introduction Chacun d entre vous a déjà étudié la "Comptabilité générale" (appelée plus généralement comptabilité financière) qui peut être définie 1 comme «un système d organisation

Plus en détail

Méthode ABC Activity Based Costing

Méthode ABC Activity Based Costing Méthode ABC Activity Based Costing Systèmes traditionnels de coûts : Couts des produits : ils apparaissent dans le compte de résultat lorsque les produits sont vendus, avant, ils sont au stock - MOD -

Plus en détail

Le petit. Contrôle. de gestion. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard

Le petit. Contrôle. de gestion. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard Le petit 2016 Contrôle de gestion Les notions clés en 21 fiches Charles-Édouard Godard Séverine Godard Liste des abréviations utilisées dans cet ouvrage ABC : Activity based costing (Coûts à base d activité)

Plus en détail

LA METHODE DE L'IMPUTATION RATIONNELLE DES CHARGES DE STRUCTURE. Imputation des charges de structure au niveau d'activité. TABLE DES MATIERES

LA METHODE DE L'IMPUTATION RATIONNELLE DES CHARGES DE STRUCTURE. Imputation des charges de structure au niveau d'activité. TABLE DES MATIERES LA METHODE DE L'IMPUTATION RATIONNELLE DES CHARGES DE STRUCTURE Objectif(s) : o Pré requis : o Modalités : o o o o Imputation des charges de structure au niveau d'activité. Analyse des charges par variabilité.

Plus en détail

Gestion Appliquée Comptabilité de gestion : analyse et maîtrise des coûts 2e édition. table des matières

Gestion Appliquée Comptabilité de gestion : analyse et maîtrise des coûts 2e édition. table des matières table des matières Introduction 11 1 La societe Dianis 17 L entreprise et ses acteurs 17 Objectifs et possibilités analytiques 19 Données comptables 21 Achats de matières et de fournitures 21 Services

Plus en détail

Détail du programme par Unité d Enseignement

Détail du programme par Unité d Enseignement Détail du programme par Unité d Enseignement UE 1 - INTRODUCTION AU DROIT : 150 heures / 12 ECTS Semestre 1 : 6 ECTS 1. Introduction générale au droit 1.1 Prolégomènes 1.2 Les sources du droit 1.3 La preuve

Plus en détail

Table des matières. Introduction Présentation du contrôle de gestion Présentation de l ouvrage... 15

Table des matières. Introduction Présentation du contrôle de gestion Présentation de l ouvrage... 15 Introduction... 13 Présentation du contrôle de gestion... 13 Présentation de l ouvrage... 15 Chapitre 1. Introduction aux coûts... 17 Introduction... 17 1. L analyse des coûts dans une approche comptable...

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONALISANT. Autres OPCA (Non OPCALIM)

PARCOURS PROFESSIONALISANT. Autres OPCA (Non OPCALIM) PARCOURS PROFESSIONALISANT COMPTABILITÉ, GESTION & FINANCE Autres OPCA (Non OPCALIM) Le parcours proposé se découpe en 9 modules qui permettent d aborder l ensemble des missions couvertes par les fonctions

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DE L ENTREPRISE. Les coûts partiels 2014/2015

LE CONTROLE DE GESTION DE L ENTREPRISE. Les coûts partiels 2014/2015 LE CONTROLE DE GESTION DE L ENTREPRISE Les coûts partiels 1 2014/2015 2 Introduction Plan Introduction Définition des couts partiels I-Principe de la méthode des coûts partiels II-Schéma de détermination

Plus en détail

Cas TROCA-ABC. Le Directeur financier demande une augmentation du prix de vente de 3 %.

Cas TROCA-ABC. Le Directeur financier demande une augmentation du prix de vente de 3 %. La société anonyme TROCA est une entreprise industrielle qui est spécialisée dans la fabrication d'un produit P. Bien qu'elle soit leader dans sa spécialité, ses résultats sont en baisse et l'objectif

Plus en détail

Calendrier 2017 de la formation

Calendrier 2017 de la formation Calendrier 2017 de la formation SEPTEMBRE 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 OCTOBRE 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27

Plus en détail

Lorsqu'on demande s'il est possible d'accepter une commande supplémentaire, il faut toujours se poser la question du coût marginal.

Lorsqu'on demande s'il est possible d'accepter une commande supplémentaire, il faut toujours se poser la question du coût marginal. mpb 1/7 RAPPELS : + Marge sur coûts variables - Charges fixes = Résultat Seuil de rentabilité : lorsque 0= Marge sur coûts variables charges fixes marge sur coût variable globale = chiffre d'affaire charges

Plus en détail

Comptabilité de gestion. Evaluation sur les définitions 10 Fev. 2014

Comptabilité de gestion. Evaluation sur les définitions 10 Fev. 2014 Promo 2016 Comptabilité de gestion Evaluation sur les définitions 10 Fev. 2014 1. Pourquoi mesurer des coûts de revient dans une entreprise? Un bon système de coût doit permettre d améliorer significativement

Plus en détail

Méthode de l imputation rationnelle des charges fixes

Méthode de l imputation rationnelle des charges fixes chapitre Méthode de l imputation rationnelle des charges fixes Le coût de revient unitaire d un produit dépend des charges variables qui lui sont imputées et d une partie des charges fixes, d autant plus

Plus en détail

Comptabilité analytique

Comptabilité analytique Comptabilité analytique École des mines de Paris, 2007 60, boulevard Saint-Michel - 75272 Paris Cedex 06 - France email : presses@ensmp.fr http://www.ensmp.fr/presses ISBN : 978-2-91-176285-7 Dépôt légal

Plus en détail

Formation BTS Comptabilité et Gestion

Formation BTS Comptabilité et Gestion Formation BTS Comptabilité et Gestion épreuve 1 - Culture générale et expression Culture générale et expression Guide pédagogique Présentation de la matière Conseils pour travailler la matière avec Comptalia

Plus en détail

Analyse du Risque de Crédit Bancaire Migros (Genève)

Analyse du Risque de Crédit Bancaire Migros (Genève) Analyse du Risque de Crédit Bancaire Migros (Genève) Le rapport d activité 05: http://wwwmigros-genevech/html/extrefjsp?extref=/pdf/migrosra05pdf Le détail des calculs se trouve dans le fichier Excel joint

Plus en détail

LE CALCUL ET L ANALYSE DES ECARTS SUR CHARGES INDIRECTES: APPLICATION AUX ACTIVITES

LE CALCUL ET L ANALYSE DES ECARTS SUR CHARGES INDIRECTES: APPLICATION AUX ACTIVITES LE CALCUL ET L ANALYSE DES ECARTS SUR CHARGES INDIRECTES: APPLICATION AUX ACTIVITES Jean TANNOUS Professeur à la FGM RESUME Les écarts occupent une place importante dans les systèmes de mesure de performance

Plus en détail

Instruments dérivés de couverture juste valeur passif : Instruments dérivés de transaction juste valeur passif :

Instruments dérivés de couverture juste valeur passif : Instruments dérivés de transaction juste valeur passif : Instruments dérivés de couverture juste valeur passif : Instruments dérivés de transaction juste valeur passif : RAPPORT FINANCIER ANNUEL 2008 72 Opérations sur instruments dérivés : montant des engagements

Plus en détail

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 6. Leçon n 6 : l imputation rationnelle

AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 6. Leçon n 6 : l imputation rationnelle Leçon n 6 : l imputation rationnelle PLAN DE LA LEÇON : 1! L imputation rationnelle des charges fixes : principes et fondements... 1! 1.1! Fondements théoriques et techniques de l imputation rationnelle...

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES SOSSOU Comlan Hervé Dissertation originale présentée en vue de l obtention du grade de docteur

Plus en détail

devez fixer un prix de vente pour vos marchés d exportation.

devez fixer un prix de vente pour vos marchés d exportation. Jeudi 08 juin 2017 } Dans le cadre de votre stratégie internationale, vous devez fixer un prix de vente pour vos marchés d exportation. } La politique prix est une décision essentielle, complexe et technique

Plus en détail

Introduc)on à la comptabilité analy)que télécoms Généralités et terminologie

Introduc)on à la comptabilité analy)que télécoms Généralités et terminologie 1 Introduc)on à la comptabilité analy)que télécoms Généralités et terminologie 2 Définition La comptabilité analytique est un outil d aide à la décision. Elle peut être définie comme l ensemble des techniques

Plus en détail

Situation n 1 : Cette décision vous semble t elle justifiée? Situation n 2 : Cette décision vous semble t elle justifiée?

Situation n 1 : Cette décision vous semble t elle justifiée? Situation n 2 : Cette décision vous semble t elle justifiée? Situation n 1 : L entreprise Dynasup fabrique des décodeurs dans une usine fortement automatisée. Son dirigeant souhaite en améliorer les performances et recrute deux nouveaux salariés : - un directeur

Plus en détail

Thème 1. Le contrôle de gestion et le calcul des coûts. Coûts et gestion à base d activités

Thème 1. Le contrôle de gestion et le calcul des coûts. Coûts et gestion à base d activités Thème 1. Le contrôle de gestion et le calcul des coûts Coûts et gestion à base d activités 1 Introduction Un coût : valeur d un ensemble de consommations dont le regroupement est utile à la prise de décisions

Plus en détail

Cas Lorie : Coût avec imputation rationnelle des charges fixes

Cas Lorie : Coût avec imputation rationnelle des charges fixes Cas Lorie : Coût avec imputation rationnelle des charges fixes La société LORIE fabrique des emballages pour les entreprises du secteur industriel notamment pour l industrie agroalimentaire et pharmaceutique.

Plus en détail

Sujet #4 Les coûts indirects et l imputation La problématique Le choix de la base d imputation Le calcul du taux d imputation

Sujet #4 Les coûts indirects et l imputation La problématique Le choix de la base d imputation Le calcul du taux d imputation Sujet #4 Les coûts indirects et l imputation L imputation La problématique Le choix de la base d imputation Le calcul du taux d imputation Problématique du calcul du coût complet réel; les coûts indirects

Plus en détail

Chapitre 4 : Coûts partiels Variables et directs

Chapitre 4 : Coûts partiels Variables et directs Économie et management. Licence 2. Comptabilité analytique et contrôle de gestion. Année 2014-2015 Chapitre 4 : Coûts partiels Variables et directs M. Trabelsi. Méthode des coûts partiels : non-incorporation

Plus en détail

La Gestion Optimale des Stocks

La Gestion Optimale des Stocks La Gestion Optimale des Stocks Cible : - Tous collaborateurs chargés de la gestion des stocks, de l approvisionnement ou de la logistique ; - Toutes personnes intéressées par ce thème. Objectifs de la

Plus en détail

L ABC ABM : 1 La présentation. L ABC représente le concept le plus important d une nouvelle vision du contrôle de gestion.

L ABC ABM : 1 La présentation. L ABC représente le concept le plus important d une nouvelle vision du contrôle de gestion. L ABC ABM : L ABC représente le concept le plus important d une nouvelle vision du contrôle de gestion. 1 La présentation La comptabilité par les activités est souvent définie comme «une méthode de calcul

Plus en détail

L ANALYSE DES ECARTS SUR CHARGES INDIRECTES

L ANALYSE DES ECARTS SUR CHARGES INDIRECTES - 03 - L ANALYSE DES ECARTS SUR CHARGES INDIRECTES Objectif(s) : o Analyse des charges indirectes : Pré requis : o o o Modalités : o o o o Ecarts sur Budget, Ecarts sur Activité, Ecarts sur Rendement.

Plus en détail

SYLLABUS DES COURS. M2 DEFI - Semestre 3

SYLLABUS DES COURS. M2 DEFI - Semestre 3 1 SYLLABUS DES COURS M2 DEFI - Semestre 3 S3 - UE1. Diagnostic économique d entreprise : outils et méthodes (phase 1) Objectif : Connaissance des méthodes et outils du diagnostic économique d entreprise

Plus en détail

besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise et pour un niveau de service déterminé... La logistique fait

besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise et pour un niveau de service déterminé... La logistique fait DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise et pour un niveau

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2014 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2014 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2014 (PONDICHERY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU MANAGEMENT ET DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : GESTION ET FINANCE ÉLÉMENTS INDICATIFS DE CORRIGÉ Ce dossier comporte des

Plus en détail

Table des matières Table des matières

Table des matières Table des matières Table des matières 1. Systèmes d information financière 13 1. Qu est-ce que la comptabilité? 13 2. Utilisateurs de l information comptable 14 3. Financial versus management accounting 15 3.1. Financial

Plus en détail

ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE

ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE SYNTHESE Le groupe de travail a examiné avec une particulière attention les options disponibles pour le recouvrement d une cotisation sur la valeur ajoutée ou de

Plus en détail

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR

UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR UNIVERSITE CHEIKH ANTA DIOP DE DAKAR 1/5 15 T 36 A 01 Durée : 5 heures OFFICE DU BACCALAUREAT Coef. 6 Téléfax (221) 864 67 39 Tél. : 824 95 92 824 65 81 E T U D E D E C A S DOSSIER 1 : COMPTABILITE ANALYTIQUE

Plus en détail

SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : COMPTABILITÉ ET FINANCE D ENTREPRISE

SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : COMPTABILITÉ ET FINANCE D ENTREPRISE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2012 (PONDICHÉRY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : COMPTABILITÉ ET FINANCE D ENTREPRISE ÉPREUVE : ÉTUDE DE SPÉCIALITÉ ÉLÉMENTS INDICATIFS DE

Plus en détail

AMELIORATION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT QUALITE PAR LA GESTION DES COÛTS DE LA NON-QUALITE

AMELIORATION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT QUALITE PAR LA GESTION DES COÛTS DE LA NON-QUALITE AMELIORATION DU SYSTÈME DE MANAGEMENT QUALITE PAR LA GESTION DES COÛTS DE LA NON-QUALITE Abdelmalek ZIADI Responsable Management Qualité Transgénèse et Archivage d Animaux Modèles UPS44 Orléans-Villejuif

Plus en détail

INVESTIR DANS LE STOCK

INVESTIR DANS LE STOCK INVESTIR DANS LE STOCK Il est une cause entendue par tous les décideurs formés au politiquement correct de la gestion, qu il vaut mieux détenir de la trésorerie que des stocks. Le bon sens commun fait

Plus en détail

Pensez-vous que les objectifs du projet ERP ont bien été mis en évidence? Quels auraient été les points que vous auriez voulu connaître?

Pensez-vous que les objectifs du projet ERP ont bien été mis en évidence? Quels auraient été les points que vous auriez voulu connaître? ENSIIE Logistique DM Cas Viviana Wilson JOUËT 3ème année Option NTOE Ce devoir a pour sujet la modernisation de certains composants du système d informations de l entreprise de cosmétiques Viviana, notamment

Plus en détail

DEFINITION DE REFERENCE DE L OCDE POUR LES INVESTISSEMENTS DIRECTS INTERNATIONAUX (TROISIEME EDITION)

DEFINITION DE REFERENCE DE L OCDE POUR LES INVESTISSEMENTS DIRECTS INTERNATIONAUX (TROISIEME EDITION) DEFINITION DE REFERENCE DE L OCDE POUR LES INVESTISSEMENTS DIRECTS INTERNATIONAUX (TROISIEME EDITION) 4 TABLE DES MATIERES Page I. INTRODUCTION... II. PRINCIPAUX CONCEPTS ET DÉFINITIONS... 1. Investissements

Plus en détail

Le contrôle des coûts. Une dimension du contrôle de gestion

Le contrôle des coûts. Une dimension du contrôle de gestion Le contrôle des coûts Une dimension du contrôle de gestion Les calculs de coûts La distinction de la nature des coûts : Coûts directs coûts indirects La distinction de l impact des coûts : Les charges

Plus en détail

LE PETIT CONTRÔLE DE GESTION. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard

LE PETIT CONTRÔLE DE GESTION. Les notions clés en 21 fiches. Charles-Édouard Godard Séverine Godard LE PETIT 2014 CONTRÔLE DE GESTION Les notions clés en 21 fiches Charles-Édouard Godard Séverine Godard Table des matières Fiche 1 Définition et objectifs du contrôle de gestion Fiche 2 Le modèle des centres

Plus en détail

COMPTABILITE COURANTE DE L ENTREPRISE

COMPTABILITE COURANTE DE L ENTREPRISE Service Continue COMPTABILITE COURANTE DE L ENTREPRISE Situer une opération comptable de son enregistrement à son incidence sur le bilan Utiliser le plan comptable général pour enregistrer des écritures

Plus en détail

Troisième partie. Le management de la performance financière. Ouvrage de référence : chap.4 p , chap. 5 p , chap.6 p.

Troisième partie. Le management de la performance financière. Ouvrage de référence : chap.4 p , chap. 5 p , chap.6 p. Troisième partie Le management de la performance financière Ouvrage de référence : chap.4 p. 184-198, chap. 5 p. 215-221, chap.6 p. 255-299 1 Plan de la troisième partie Chapitre 5 : Finaliser et piloter

Plus en détail

Du tableau de bord financier à la stratégie de financement

Du tableau de bord financier à la stratégie de financement Du tableau de bord financier à la stratégie de financement Intervenants Michael Fontaine Expert-comptable Nadine Fain Expert-comptable Christian Gulino Expert-comptable Contenu de l atelier Toute société

Plus en détail

Eric Astien 2005/2006 INITIATION AU CONTRÔLE DE GESTION

Eric Astien 2005/2006 INITIATION AU CONTRÔLE DE GESTION Eric Astien 2005/2006 INITIATION AU CONTRÔLE DE GESTION 0 introduction Objectifs D ou l intérêt d une comptabilité de gestion Et la mise en place d une comptabilité de gestion 1 introduction Si la comptabilité

Plus en détail

Production à flux poussés? Production à flux tirés? Production à flux. tendus?

Production à flux poussés? Production à flux tirés? Production à flux. tendus? Production à flux poussés? Production à flux tirés? Production à flux tendus? Quelles sont les principales sources de gaspillage en production Eliminer le gaspillage? sous toutes ses formes dans un système

Plus en détail

VOLET CALCUL ET MAITRISE DES PRIX DE REVIENT

VOLET CALCUL ET MAITRISE DES PRIX DE REVIENT PROGRAMME DE FORMATIONS PROPOSEES PAR LA SPRL TRAINCONSULT VOLET CALCUL ET MAITRISE DES PRIX DE REVIENT LES BASES DU CALCUL DES PRIX DE REVIENT (1 jour) 3 Pour pouvoir agir sur le niveau des coûts, il

Plus en détail

CORRIGE DU DS TYPE BAC - TOTAL DES POINTS : 66 POINTS DOSSIER 1 INFORMATION FINANCIERE, OUTIL D AIDE A LA DECISION

CORRIGE DU DS TYPE BAC - TOTAL DES POINTS : 66 POINTS DOSSIER 1 INFORMATION FINANCIERE, OUTIL D AIDE A LA DECISION DOSSIER 1 INFORMATION FINANCIERE, OUTIL D AIDE A LA DECISION 12 PTS 1- Que révèlent ces informations sur la santé financière de l entreprise «Les transorts Albertins». 2 pts Les informations montrent que,

Plus en détail

HIGHTECH Contrôle de gestion et tableau de bord Pr. Rabhi Décembre 2012

HIGHTECH Contrôle de gestion et tableau de bord Pr. Rabhi Décembre 2012 HIGHTECH Contrôle de gestion et tableau de bord Pr. Rabhi Décembre 2012 1. Les mots clés du contrôle de gestion? Définition proposée par l Association Nationale des Contrôleurs de Gestion : «Le contrôleur

Plus en détail

GESTION INTEGREE DES CABINETS DE COURTAGE EN ASSURANCES

GESTION INTEGREE DES CABINETS DE COURTAGE EN ASSURANCES GESTION INTEGREE DES CABINETS DE COURTAGE EN ASSURANCES UN SERVICE GLOBAL AU CŒUR DE LA COMMUNICATION Écouter Conseiller S engager Bâtir Accompagner Gescourt & son environnement ERIVAL investit depuis

Plus en détail

PRESENTATION DES CONTENUS DE FORMATION

PRESENTATION DES CONTENUS DE FORMATION ANNEXE 3 PRESENTATION DES CONTENUS DE FORMATION CDG FONDAMENTAUX CDG-PRO (ou PERFECTIONNEMENT) LES CONTENUS DES 5 BLOCS DE FORMATION Bloc 1 - La fonction «contrôle de gestion» et les processus 2,5 jours

Plus en détail

GESTIONNAIRE DE L'ENTREPRISE ARTISANALE DU BÂTIMENT GEAB

GESTIONNAIRE DE L'ENTREPRISE ARTISANALE DU BÂTIMENT GEAB ARFAB Bretagne tél : 02.99.85.51.21 GESTIONNAIRE DE L'ENTREPRISE ARTISANALE DU BÂTIMENT GEAB ENJEUX La formation de Gestionnaire de l'entreprise Artisanale du Bâtiment (GEAB) s adresse aux personnes en

Plus en détail

Chapitre 1 n Comprendre un bilan 5 Les fondamentaux du bilan 7. Présentation détaillée du bilan 10

Chapitre 1 n Comprendre un bilan 5 Les fondamentaux du bilan 7. Présentation détaillée du bilan 10 Préface Prologue IX XI Partie I Fondamentaux 1 Chapitre 1 n Comprendre un bilan 5 Les fondamentaux du bilan 7 L actif 7 Le passif 8 La notion de patrimoine 9 Présentation détaillée du bilan 10 Le haut

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D'ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D'ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D'ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE article 117 de la

Plus en détail

COMPRENDRE & INTERPRETER UN BILAN & UN COMPTE DE RESULTAT

COMPRENDRE & INTERPRETER UN BILAN & UN COMPTE DE RESULTAT GEST 01 COMPRENDRE & INTERPRETER UN BILAN & UN COMPTE DE RESULTAT Durée : 14 heures 990 HT / jour Dates : à définir en 2012 Comprendre la logique du compte de bilan et du compte de résultat Identifier

Plus en détail

TECHNIQUES ET OUTILS DE LA FONCTION D ACHETEUR Réf : A 01

TECHNIQUES ET OUTILS DE LA FONCTION D ACHETEUR Réf : A 01 TECHNIQUES ET OUTILS DE LA FONCTION D ACHETEUR Réf : A 01 Assimiler les techniques et outils d approvisionnement Etre opérationnel dans sa gestion des flux Savoir communiquer avec les différents acteurs

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

La démarche marketing

La démarche marketing La démarche marketing D où vient le marketing? T.1 La poêle TEFAL est une poêle qui n attache pas Les piles DURACEL durent plus longtemps EAYSYJET propose des vols aériens à prix bas DARTY offre un excellent

Plus en détail

- 07 - SYNTHESE DES METHODES DE CALCUL ET D ANALYSE DES COÛTS

- 07 - SYNTHESE DES METHODES DE CALCUL ET D ANALYSE DES COÛTS - 07 - SYNTHESE DES METHODES DE CALCUL ET D ANALYSE DES COÛTS o Récapituler de façon synthétique les éléments caractéristiques des différentes méthodes de calcul et d analyse des coûts. Pré requis : o

Plus en détail

Revenu du travail en production laitière

Revenu du travail en production laitière Newsletter Berne, le 27 septembre 2013 Revenus 2012 en production laitière suisse En 2012, le revenu moyen tiré de la production laitière en Suisse a stagné à un bas niveau, soit à 14,15 CHF par heure

Plus en détail

Évaluer le risque financier. Évaluer le risque financier Introduction. Évaluer le risque financier Introduction

Évaluer le risque financier. Évaluer le risque financier Introduction. Évaluer le risque financier Introduction Introduction Les documents comptables Analyse de la rentabilité Analyse de la situation financière Les prévisions Introduction Pourquoi évaluer le risque financier : Les professionnels paient à crédit

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 143 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION. Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation»

DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION. Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation» DOCUMENT DE SOUMISSION EN VUE DE LA SELECTION Premier appel à projets «Plates-formes mutualisées d innovation» RECOMMANDATIONS SUR LA REDACTION DU DOCUMENT Le présent document a pour but d aider et d accompagner

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3244 Convention collective nationale IDCC : 1505. COMMERCE DE DÉTAIL DES FRUITS ET LÉGUMES, ÉPICERIE ET

Plus en détail

Etude patrimoniale des réseaux d eau potable : A la croisée des chemins!

Etude patrimoniale des réseaux d eau potable : A la croisée des chemins! Etude patrimoniale des réseaux d eau potable : A la croisée des chemins! Intervention du Syndicat départemental de l eau de la Manche (SDeau50) Bruno CARBONNEL GESTION PATRIMONIALE DES RESEAUX Office International

Plus en détail

GE Capital. Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada. Principaux événements

GE Capital. Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada. Principaux événements mai-11 sept.-11 mai-12 sept.-12 mai-13 sept.-13 mai-14 sept.-14 PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux événements Les ventes d habitations au

Plus en détail

Chapitre 5. Corrigés

Chapitre 5. Corrigés Chapitre 5 Corrigés 1 Question 1. Coûts de production et coûts de revient préétablis. Qu il résulte de données historiques, donc d un constat, ou de données préétablies, donc d une prévision, le sens fondamental

Plus en détail

amptabilité Gestion uanno 12 e édition 2011-2012

amptabilité Gestion uanno 12 e édition 2011-2012 Béatrice et Francis GRANDGUILLOT amptabilité Gestion Éléments fondamentaux Méthodes classiques des coûts complets et méthode ABC Coûts partiels Coûts préétablis et coût cible Comptabilité analytique 12

Plus en détail

Cours de Marketing Licence 1 Comptabilité Contrôle Audit Exposé du Groupe 1 : S ces Comptables Thème : Politique de Produit Syllabus du Cours.

Cours de Marketing Licence 1 Comptabilité Contrôle Audit Exposé du Groupe 1 : S ces Comptables Thème : Politique de Produit Syllabus du Cours. Université Kofi Annan de Guinée L ambition de L excellence et de la modernité --------------------------------------------------------------------------------------------------------- Cours de Marketing

Plus en détail

Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique. Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young

Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique. Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young I. Le formidable enjeu économique de la couverture du risque climatique Comment peut-on

Plus en détail

PATRIMOINE INFORMATIONNEL. DOMINIQUE ORBAN DE XIVRY dominique.orban@rever.eu

PATRIMOINE INFORMATIONNEL. DOMINIQUE ORBAN DE XIVRY dominique.orban@rever.eu PATRIMOINE INFORMATIONNEL DOMINIQUE ORBAN DE XIVRY dominique.orban@rever.eu REVER (spin-off de l université de namur - belgique) informations structurées ÉDITEUR DE LOGICIELS SPÉCIALISÉS «DONNÉES» «aller

Plus en détail

T ABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE : CONTEXTE ET EFFETS DES POLITIQUES

T ABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE : CONTEXTE ET EFFETS DES POLITIQUES T ABLE DES MATIÈRES Table des matières Sommaire....................................................... 7 PREMIÈRE PARTIE : CONTEXTE ET EFFETS DES POLITIQUES INTRODUCTION Politiques et outils de «l école

Plus en détail

Luxembourg School for Commerce

Luxembourg School for Commerce Luxembourg School for Commerce Séance d information Comptabilité et finance 7 & 13 décembre 2011 Votre formateur pour la réussite Rôle et Missions de la Luxembourg School for Commerce Lancement:1 er octobre

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 198 19 octobre 2015. S o m m a i r e BREVET DE MAÎTRISE

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 198 19 octobre 2015. S o m m a i r e BREVET DE MAÎTRISE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4525 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 198 19 octobre 2015 S o m m a i r e BREVET DE MAÎTRISE Règlement

Plus en détail

SESSION 2008 UE6 - FINANCE D ENTREPRISE

SESSION 2008 UE6 - FINANCE D ENTREPRISE 810006 DCG SESSION 2008 UE6 - FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre information.

Plus en détail

Gestion marketing et financière

Gestion marketing et financière Gestion marketing et financière I. INTRODUCTION GÉNÉRALE REMARQUE IMPORTANTE POUR LA SUITE : Le bilan et le compte de résultat sont les documents de base de la comptabilité. Economie (grec : oikonomia)

Plus en détail

Exercice Énoncé 13B.9 Budget d exploitation

Exercice Énoncé 13B.9 Budget d exploitation Exercice Énoncé 13B.9 Budget d exploitation L'entreprise fabrique un seul produit de haute technologie qui requiert une maind œuvre spécialisée. En vue de préparer le budget du prochain exercice financier,

Plus en détail

CONCOURS INTERNE ET EXTERNE D ATTACHE D ADMINISTRATION DE L ETAT POUR LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS SPECIALITE CONTRȎLE DE GESTION

CONCOURS INTERNE ET EXTERNE D ATTACHE D ADMINISTRATION DE L ETAT POUR LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS SPECIALITE CONTRȎLE DE GESTION CONCOURS INTERNE ET EXTERNE D ATTACHE D ADMINISTRATION DE L ETAT POUR LA CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS SPECIALITE CONTRȎLE DE GESTION Mercredi 15 février 2017 EPREUVE D ADMISSIBILITE durée : 4h Coefficient

Plus en détail

EFREI L2 TD N 5 COMPTE DE RESULTAT TEDDY N

EFREI L2 TD N 5 COMPTE DE RESULTAT TEDDY N Exercice 1 : Entreprise TEDDY COMPTE DE RESULTAT TEDDY N CHARGES PRODUITS Charges d exploitation Produits d exploitation Achats de marchandises 200 Ventes de marchandises 1.501 Variation de stock marchandises

Plus en détail

Audit des sociétés holdings

Audit des sociétés holdings Soirée CRCC Toulouse 20 septembre 2016 Audit des sociétés holdings 1 Sommaire Les différents types de holdings et enjeux Les relations holding/filiales : quels risques et points d attention du commissaire

Plus en détail

Exercices de Gestion Budgétaire Budget Général de Trésorerie

Exercices de Gestion Budgétaire Budget Général de Trésorerie Exercices de Gestion Budgétaire Budget Général de Trésorerie Exercice 1 : On vous fournit les informations relatives à l activité prévisionnelle de 2012 de l entreprise SALL Budget des ventes CA HT 2 000

Plus en détail

Le régime fiscal des associations loi 1901

Le régime fiscal des associations loi 1901 Le régime fiscal des associations loi 1901 1 Sommaire I) Le principe de la fiscalité associative II) Comment déterminer son statut fiscal III) Les impôts IV) Les exonérations possibles V) Les factures

Plus en détail

Foire aux questions T1 2007

Foire aux questions T1 2007 Foire aux questions T1 2007 1. Pourquoi n avez-vous pas fractionné vos actions? Nous nous penchons régulièrement sur toutes les questions liées au capital, y compris les fractionnements d actions. Tel

Plus en détail

TRANSVERSALITE EN 2 NDE BAC PRO

TRANSVERSALITE EN 2 NDE BAC PRO Groupe de Travail N 1 Economie - Identifier l 'entreprise niveau micro L organigramme - Définir l organisation de l activité - Identifier les interlocuteurs économique Droit - Identifier les opérations

Plus en détail

Création d'entreprises «DB_sb_Survey_Economy_FullName1» http://francais.doingbusiness.org/

Création d'entreprises «DB_sb_Survey_Economy_FullName1» http://francais.doingbusiness.org/ Création d'entreprises «DB_sb_Survey_Economy_FullName1» http://francais.doingbusiness.org/ «FirstName» «LastName», Nous tenons à vous remercier pour votre collaboration au projet Doing Business. Votre

Plus en détail

BUSINESS LUNCH AVEC LES PARTENAIRES DE CAGEC CONSULTING SARL HOTEL KAMTE, Yaoundé

BUSINESS LUNCH AVEC LES PARTENAIRES DE CAGEC CONSULTING SARL HOTEL KAMTE, Yaoundé BUSINESS LUNCH AVEC LES PARTENAIRES DE CAGEC CONSULTING SARL HOTEL KAMTE, Yaoundé Thème d échange : LA COMPTABILITE DANS L ENTREPRISE : A QUOI CELA SERT-IL? Présenté par Bernard DONGMO Consultant, Expert

Plus en détail

CHAPITRE 5 LES COUTS A BASE D'ACTIVITES

CHAPITRE 5 LES COUTS A BASE D'ACTIVITES CHAPITRE 5 LES COUTS A BASE D'ACTIVITES La méthode des coûts à base d'activités, ou comptabilité d'activités, en anglais ABC (Activity Based Costing), a pour objectif de mieux rattacher le coût des ressources

Plus en détail

Concours interne de l agrégation et CAER - PA

Concours interne de l agrégation et CAER - PA Les candidats à l'agrégation interne d'économie et gestion ont le choix entre cinq options : - option A : administration et ressources humaines ; - option B : finance et contrôle ; - option C : marketing

Plus en détail

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Total Productive Maintenance - - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Tous Pour la Machine, résume l idée principale de la Total Productive Maintenance TOTAL Transverse à tous les services centrés

Plus en détail

UE 7 Management Le programme

UE 7 Management Le programme UE 7 Management Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction au management

Plus en détail

LE COUT DE REVIENT HT.

LE COUT DE REVIENT HT. LE COUT DE REVIENT HT. 1.1 LES ELEMENTS CONSTITUTIFS DU COUT DE REVIENT. BAREME HIERARCHISE PRODUITS ACCESSOIRES (1) REMISES (1) FRAIS COUT D'APPROCHE (2) COUT DE D'ACHAT - = + = REVIENT BRUT HT (4) COUT

Plus en détail

Bloc 2 : L approche par les coûts complets (méthode des centres d analyse)

Bloc 2 : L approche par les coûts complets (méthode des centres d analyse) DUT GEA Option GMO et GCF Bloc 2 : L approche par les coûts complets (méthode des centres d analyse) I. Principe de la méthode (et définitions) a) Définition des coûts directs, indirects et des objets

Plus en détail

DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION II. L INFORMATION DANS LA DISTRIBUTION

DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION II. L INFORMATION DANS LA DISTRIBUTION LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION I. LES FONCTIONS DE LA DISTRIBUTION La fonction de distribution se situe entre la fonction de production et la fonction de consommation. La distribution couvre l ensemble

Plus en détail

Comment construire le budget de son ASBL? De la planification stratégique aux budgets opérationnels, de frais fixes et d investissements

Comment construire le budget de son ASBL? De la planification stratégique aux budgets opérationnels, de frais fixes et d investissements FISC/COMP Comment construire le budget de son ASBL? De la planification stratégique aux budgets opérationnels, de frais fixes et d investissements I. Introduction Votre budget représente une série de paris

Plus en détail