Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge"

Transcription

1 Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Caractéristiques des virus de la grippe (influenza) Plusieurs sous-types : parmi les 24 sous types, 4 sont humains et 17 sont aviaires (H1 à H15 ET N1 à N9) Souches fortement contagieuses Certaines hautement pathogènes. Formation des personnels SMIT, UHLIN, Médecine du travail, Qualité et gestion des risques Hôpital Bichat - Claude Bernard, septembre 2009 Capacité de variations fréquentes Nouveaux virus souvent plus virulents Grippe : zoonose et transmission inter-espèces Chronologie pandémie H1N1 Prise en charge en ville 23/07

2 Pandémies grippales Mortalité par maladies infectieuses aux Etats-Unis - 20ème siècle Mortalité au cours des pandémies du 20 e siècle «Grippe espagnole» A(H1N1) 30 millions de décès dans le monde Les pandémies ont lieu tous les 10 à 40 ans Jusqu à 50 % de la population mondiale peut être infectée «Grippe asiatique» A(H2N2) 1 million de décès dans le monde «Grippe de Hong-Kong» A(H3N2) 0,8 millions de décès dans le monde Armstrong, et al. JAMA 1999;281: Grippe A / CL-FB / Admission Milliers Pandémie grippale A(H1N1) Après un risque virtuel, une situation bien réelle Projections en France: Nombre de cas = 9 (TA à 15%) et 21 millions (TA à 35%) Hospitalisation : à 1,1 million Décès : à Admissions hospitalières selon les taux d attaque : TA=15% TA=35% TA=25% Pandémie grippale A(H1N1) Quelques évaluations en août 2009 Australie (au 13 août, épidémie encore en cours) : cas confirmés 3281 admissions hospitalières (11%) 95 décès (3/1000) La très grande majorité des cas est bénigne, mais rares cas graves Le taux de décès est faible mais la gravité semble concerner certaines populations = femmes enceintes (13% des décès aux USA, fin de grossesse surtout), obèses morbides, pathologies cardio-respiratoires lourdes chroniques. Les décès sont dus soit à des atteintes virales directes (pneumonies virales avec SDRA) ou à des surinfections. Vague 1 Vague 2

3 Diffusion de la pandémie au 1 septembre 2009 Taux d'incidence hebdomadaire des consultations pour grippe clinique (cas pour habitants), France, S , réseau Sentinelles Du 24 au 30 août 2009, l incidence est en augmentation mais reste inférieure au seuil épidémique : 57 cas / habitants, ce qui correspond à environ consultations pour grippe clinique Ce chiffre est supérieur au maximum historique observé depuis 1984 à semaine équivalente En comparant le nombre de consultations pour grippe clinique à ceux des années antérieures, l excès de consultation est estimé à en semaine 35. Situation en France au 1er septembre 2009, INVS Entre le 1er mai et le 23 août 2009, les CNR rapportent 1078 prélèvements positifs pour la grippe dont : 980 virus grippaux A(H1N1) 2009 Et 98 autres virus grippaux A(H1N1) saisonniers Le virus grippal majoritaire en France métropolitaine est donc le virus A(H1N1) 2009 A ce jour, en France, les virus grippaux A (H1N1) sont sensibles aux inhibiteurs de la neuraminidase (Tamiflu ). Depuis le début de l épidémie en France : 14 décès de malades porteurs du virus A (H1N1) 2009 (2 en métropole, 2 à la Réunion, 7 en Nouvelle-Calédonie et 3 en Polynésie Française) 144 épisodes de cas groupés en France métropolitaine Nombre de cas admis Situation réseau sentinelles septembre 2009

4 Isolements virus 31/8 au 6/9 Fluctuation de la mortalité Passage aux urgences pour grippe

5 REUNION Transmission très directe? Rappel : transmission des agents infectieux Transmission gouttelette : la source Gouttelettes : Grosses particules > 5 µ, produites par la toux, la parole, le mouchage Sédimentation rapide (< 1 m.) Micro-organismes de la sphère ORL (grippe, VRS, méningocoque, ) Dépôt sur les conjonctives, la muqueuse nasale ou buccale, soit direct, soit par contact indirect (mains) Aéroportée : Petites particules 1 µ («droplet nuclei»), sur de longues distances» Ex : tuberculose, Légionella spp., varicelle, variole, Aspergillus spp., (et grippe?) Autres : par contact direct ou indirect, sanguine

6 Et le résultat Transmission de la grippe A(H1N1) Par analogie avec la grippe «saisonnière» «Gouttelettes» : projection de sécrétions respiratoires lors de la toux, de l éternuement Contact direct (mains souillées par sécrétions) et possiblement indirect (surfaces souillées) entraînant une auto-inoculation par contact avec les muqueuses conjonctivales et ORL Possiblement «aérienne» c est-à-dire par aérosols à distance du patient (mécanisme probablement rare, voire très rare) La grippe : une maladie contagieuse La maladie Réplication virale Voies aériennes supérieures ET Voies respiratoires inférieures Incubation : 1-3 j Portage viral : - 24 h. j avant les symptômes j après le début des symptômes Plus important chez l enfant Prolongé chez l immunodéprimé Contagiosité = période de portage

7 Diagnostic clinique de la grippe = syndrome grippal Symptômes des premiers cas Toux Céphalées Maux de gorge Rhinite Fièvre Épidémie grippale locale Début brutal Frissons Asthénie / Faiblesse Myalgies Sensation de malaise Symptômes Nb de cas % Toux Fièvre > 38 C Myalgies Asthénie Céphalées Écoulement nasal Maux de gorge Frissons Douleurs articulaires 23 7 Conjonctivite 18 6 Dyspnée 20 6 Vomissements 18 5 Diarrhée 14 4 Nausées 11 4 Données sur les pathologies associées aux décès Prévention Mortalité dans le monde au 16/07/ décès dont 16 femmes enceintes

8 Quel masque pour la grippe A(H1N1)? Pour le patient : masque de soins Pour le personnel : Par précaution, masque de protection respiratoire FFP2 Importance de l ajustement au visage : un masque FFP2 mal ajusté ne protège pas bien des aérosols Mise en place avant l entrée dans la chambre Jeté à la sortie de la chambre : en DASRI, pas de ré-utilisation Grippe A(H1N1) : mesures de prévention Deux niveaux de prévention Soins courants (malade portant un masque = la majorité de situations) Manœuvre à risque ou absence de masque chez les patient : Prélèvement naso-pharyngé Intubation / Extubation Ventilation mécanique avec circuit expiratoire «ouvert» Ventilation mécanique non invasive Aspiration endo-trachéale en système ouvert Fibroscopie bronchique ou digestive Kinésithérapie respiratoire Aérosolthérapie Les autres intervenants (visiteurs, le moins possible) respectent les mêmes mesures que les soignants Grippe A(H1N1) : mesures de prévention Soins courants Chambre seule Pour le patient : Port d un masque chirurgical dès présence d un tiers et si sortie de la chambre (à limiter au maximum) Mouchoirs à usage unique Pour le personnel : Masque FFP2 :» Par les soignants + visiteurs» Dès l entrée dans la chambre» A garder tout au long des soins» A jeter dès qu il est retiré hygiène des mains (SHA) Grippe A(H1N1) : Hygiène des mains Efficacité supérieure de la friction (SHA) sur le lavage des mains : privilégiée en milieu de soins Préalable : pas de bijoux, ni montre, pas de souillures visibles, ni poudres sur les mains Les SHA sont efficaces sur les virus enveloppés (dont Influenzae) et les virus nus (sous certaines conditions) Respect de la technique et du temps de contact avec le PHA

9 Vaccination contre le pneumocoque La grippe est un facteur de risque de pneumopathie bactérienne PNEUMO 23 + rappel si délai > 5 ans Renforcer vaccination anti-pneumococcique chez les sujets à risque Insuffisant respiratoire et cardiaque Syndrome néphrotique Patient alcoolique avec hépatopathie chronique Splénectomisé, drépanocytaire Patient infecté par le VIH Personne âgée institutionnalisée Patient immunodéprimé Pas de recommandations au-delà de ces sujets à risque, ni de recommandations pour le vaccin méningococcique Vaccin A(H1N1) Vaccin saisonnier : pas de protection sur A(H1N1) Culture du A(H1N1) sur œuf embryonné ou culture cellulaire Évaluation antigénicité, efficacité clinique, tolérance 4 à 6 mois de délai de production 2 injections à 3 semaines d intervalle La majorité contient un adjuvant (meilleure immunogénicité, effets secondaires en cours d évaluation) 3 laboratoires producteurs Sanofi Pasteur, Novartis, GSK 94 millions de doses de vaccins commandées Coût : 879 millions d euros Vaccinations H1N1 : recommandations OMS (juillet 2009) Vaccins H1N1 v en cours d enregistrement au 7/09/09 Professionnels Population OMS 1 ère priorité Agents de soins de santé Puis par ordre de priorité : 1 femmes enceintes 2 sujets > 6 mois avec FDR 3 adultes ans 4 enfants 5 adultes ans 6 adultes > 65 ans Les recommandations françaises sont en cours de validation

10 Vaccination H1N1 : recommandations (en cours de validation) 2 doses du même vaccin espacées d au moins 21 jours ( en discussion) Vaccin H1N1 = priorités HCSP 7 septembre Vaccins multidoses Les vaccins sans adjuvants (CELVAPAN, PANENZA ) moins immunogènes devraient être réservés aux nourrissons, femmes enceintes et immunodéprimés Le vaccin saisonnier devrait être administré le plus tôt possible (début octobre) avec un intervalle d au moins 21 jours avant la 1ère dose du vaccin pandémique Priorités décroissantes

Grippe saisonnière Mesures de prévention. Unité HPCI octobre 2011

Grippe saisonnière Mesures de prévention. Unité HPCI octobre 2011 Grippe saisonnière Mesures de prévention Unité HPCI octobre 2011 Cours élaboré par l Unité HPCI Octobre 2010 Révisé en octobre 2011 Objectifs du cours I. Grippe saisonnière II. Mesures de prévention 1)

Plus en détail

Grippe A (H1N1)v : caractéristiques et modalités de prise en charge

Grippe A (H1N1)v : caractéristiques et modalités de prise en charge 30 Juillet 2009 Grippe A (H1N1)v : caractéristiques et modalités de prise en charge Pr François CARON, Dr Manuel ETIENNE Maladies Infectieuses et Tropicales Virus grippaux : Myxovirus influenzae Sérotype

Plus en détail

La grippe. Philippe Brouqui, Elisabeth Bothélo

La grippe. Philippe Brouqui, Elisabeth Bothélo La grippe Philippe Brouqui, Elisabeth Bothélo lo-nevers & Rémi R Charrel Pôle des Maladies Infectieuses et Tropicales Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Université de la MéditerranM diterranée URMITE

Plus en détail

Grippe. Cours du IFSI Hélène GUILLOT- CCA maladies infectieuses et tropicales GHPS

Grippe. Cours du IFSI Hélène GUILLOT- CCA maladies infectieuses et tropicales GHPS Grippe Cours du IFSI Hélène GUILLOT- CCA maladies infectieuses et tropicales GHPS Généralités Maladie hautement transmissible Liée à un VIRUS (Myxovirus influenzae) 3 types : A, B, C A: sous-type HxNy

Plus en détail

Prévention de la transmission par voie respiratoire : Recommandations

Prévention de la transmission par voie respiratoire : Recommandations Prévention de la transmission par voie respiratoire : Recommandations SF2H 2013 B Croze IDE hygiéniste CH Valence 1 Déclaration d intérêts de 2012 à 2014 Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents

Plus en détail

Bilan de la pandémie H1N1. D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales

Bilan de la pandémie H1N1. D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales Bilan de la pandémie H1N1 D. Christmann Maladies Infectieuses et Tropicales La menace H1N1 (I) Alerte OMS le 24 avril 2009. Flambée de cas humains de grippe porcine au Mexique, une centaine de décès sont

Plus en détail

Prise en charge de la grippe A / H1N1

Prise en charge de la grippe A / H1N1 Metz, 1er septembre 2009 Prise en charge de la grippe A / H1N1 Pr C. RABAUD Pr Th. MAY Dr L. LETRANCHANT On avait prévu Une grippe H5 avec des oiseaux On a une grippe H1 avec des cochons On avait prévu

Plus en détail

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Formation des personnels SMIT, UHLIN, Médecine du travail, Qualité et gestion des risques Hôpital Bichat - Claude Bernard, septembre

Plus en détail

Grippe A / H1N1 et Immunodépression

Grippe A / H1N1 et Immunodépression Grippe A / H1N1 et Immunodépression Dr S. CHADAPAUD Spécialiste en Maladies Infectieuses Référent Grippe CH de Hyères Octobre 2009 On avait prévu Une grippe H5 avec des oiseaux... Et on a une grippe H1

Plus en détail

Vaccin contre la grippe saisonnière 2013-2014. Direction régionale de santé publique de Québec Octobre 2013

Vaccin contre la grippe saisonnière 2013-2014. Direction régionale de santé publique de Québec Octobre 2013 Vaccin contre la grippe saisonnière 2013-2014 Direction régionale de santé publique de Québec Octobre 2013 Plan Vaccin influenza Préparations sur le marché Indications Vaccins injectables Vaccin intranasal

Plus en détail

Précautions Complémentaires Air & Gouttelettes

Précautions Complémentaires Air & Gouttelettes Précautions Complémentaires Air & Gouttelettes Xavier Moreau-gaudry xmg@agduc.com AGDUC 38700 La Tronche 13 juin 2015 Xavier Moreau-gaudry xmg@agduc.com Précautions (AGDUC 38700 Complémentaires La Tronche)

Plus en détail

Bulletin Epidémiologique Trimestriel Sur La Grippe Saisonnière Octobre, Novembre, Décembre 2016

Bulletin Epidémiologique Trimestriel Sur La Grippe Saisonnière Octobre, Novembre, Décembre 2016 La Direction des Soins de Santé de base coordonne la surveillance de la grippe saisonnière en Tunisie. Cette surveillance est épidémiologique et virologique. Comité de redaction Dr Souad M RAD EL BEKRI

Plus en détail

A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009

A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009 Grippe A(H1N1) Irlande et Belgique 06 décembre 2009 A(H1N1)2009 : Irlande, Belgique Point épidémiologique 06 Décembre 2009 Département International & Tropical Cette note décrit la situation épidémiologique

Plus en détail

Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution. Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord

Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution. Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord Impact de la grippe sur les résidents dans institutions= études

Plus en détail

2 mécanismes de transmission différents LES MASQUES A L HOPITAL SUPPORTS ET OUTILS D INFORMATION INRS. Mesures d isolement différentes

2 mécanismes de transmission différents LES MASQUES A L HOPITAL SUPPORTS ET OUTILS D INFORMATION INRS. Mesures d isolement différentes TRANSMISSION AEROPORTEE OU PAR VOIE RESPIRATOIRE LES MASQUES A L HOPITAL SUPPORTS ET OUTILS D INFORMATION INRS 2 mécanismes de transmission différents Transmission «gouttelettes» Transmission «aérienne

Plus en détail

Dynamique et impact de l'épidémie de grippe A(H1N1)2009 en France métropolitaine et dans la région Nord Pas de Calais

Dynamique et impact de l'épidémie de grippe A(H1N1)2009 en France métropolitaine et dans la région Nord Pas de Calais Dynamique et impact de l'épidémie de grippe A(H1N1)2009 en France métropolitaine et dans la région Nord Pas de Calais Dr Pascal Chaud Cellule de l InVS en RÉgion (CIRE) Nord XVIIe Journée Régionale de

Plus en détail

LA GRIPPE. Épidémiologie Clinique Complications Traitement prophylaxie

LA GRIPPE. Épidémiologie Clinique Complications Traitement prophylaxie LA GRIPPE Épidémiologie Clinique Complications Traitement prophylaxie La grippe : une maladie contagieuse Réplication virale Voies aériennes supérieures ET Voies respiratoires inférieures Incubation :

Plus en détail

Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires

Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires Fiche C.4 - Mesures barrières sanitaires Cette fiche nécessite des travaux permanents. Elle est actualisée au fur et à mesure de leurs évolutions S agissant de la contamination de l animal à l homme, le

Plus en détail

Grippe A H1N1 : grippe pandémique et saisonnière. épidémiologie. prélèvement nasopharyngé

Grippe A H1N1 : grippe pandémique et saisonnière. épidémiologie. prélèvement nasopharyngé Grippe A H1N1 : grippe pandémique et saisonnière épidémiologie prélèvement nasopharyngé Virus influenza Type A chez homme et autres espèces animales les oiseaux sont le réservoir naturel du virus seuls

Plus en détail

Précautions standard et précautions complémentaires

Précautions standard et précautions complémentaires Précautions standard et précautions complémentaires 22 novembre 2012 Journée inter-hospitalière Correspondants Para-médicaux en Hygiène Hospitalière Hélène Zanovello, IDE hygiéniste Prévention primo-secondaire

Plus en détail

Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé

Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé A propos de l épisode grippal 2014-2015 3 ème Journée régionale de veille sanitaire en Bretagne -15 décembre 2015- Dr F. Cellier-Dr P. Kergaravat

Plus en détail

L actualité du risque lié à la grippe pour les soignants. Dr Pierre Tattevin, Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale, CHU Rennes

L actualité du risque lié à la grippe pour les soignants. Dr Pierre Tattevin, Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale, CHU Rennes L actualité du risque lié à la grippe pour les soignants Dr Pierre Tattevin, Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale, CHU Rennes La Grippe: Généralités A. Fixation du virus par l hémagglutinine B.

Plus en détail

Bilan de la surveillance de l épidémie de grippe saisonnière en Haute-Normandie saison hivernale 2013/14

Bilan de la surveillance de l épidémie de grippe saisonnière en Haute-Normandie saison hivernale 2013/14 1 Bilan de la surveillance de l épidémie de grippe saisonnière en Haute-Normandie saison hivernale 2013/14 Benjamin LARRAS Cire Normandie Journée régionale de veille sanitaire de Haute-Normandie 6 novembre

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE en bref

EPIDEMIOLOGIE en bref Grippe A / H1N1 1 Sommaire 1. Etat des lieux de la grippe A/H1N1 situation épidémiologique 2. Campagne de vaccination 2 EPIDEMIOLOGIE en bref La pandémie est là (niveau mondial) L épidémie en France a

Plus en détail

Je m informe sur la grippe

Je m informe sur la grippe Je m informe sur la grippe Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Adresse du site : www.docvadis.fr/malinf.sat.paris Validé par le Comité Scientifique Infectiologie La grippe est une maladie infectieuse

Plus en détail

On avait prévu. Une grippe H5 avec des oiseaux On a une grippe H1 avec des cochons

On avait prévu. Une grippe H5 avec des oiseaux On a une grippe H1 avec des cochons GRIPPE A (H1N1) GRIPPE A (H1N1) On avait prévu Une grippe H5 avec des oiseaux On a une grippe H1 avec des cochons On avait prévu Une attaque venant d Asie Elle est arrivée par l Ouest La pandémie,c est

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES

RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES RÉFÉRENTIEL : Page 1/6 GRIPPE ET GROSSESSE RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES Validation :.2016 RÉFÉRENTIEL : Grossesse et troubles psychiques Page 2/6 AVERTISSEMENT Ces référentiels sont diffusés à titre

Plus en détail

Le virus de la grippe. Présenté par GRATOL Rémy

Le virus de la grippe. Présenté par GRATOL Rémy Le virus de la grippe Présenté par GRATOL Rémy Introduction La Grippe décrite par Hippocrate en 412 av. J-C. 1580 Première pandémie grippale Depuis, 31 pandémies recensées, dont 3 au XXème 1918, 1957 et

Plus en détail

François BRICAIRE Hôpital Pitié-Salpêtrière Paris VI

François BRICAIRE Hôpital Pitié-Salpêtrière Paris VI GRIPPE François BRICAIRE Hôpital Pitié-Salpêtrière Paris VI Bilan epidemiologique,prevention et traitement, vaccination et alternative therapeutique Un fléau familier La grippe est hautement contagieuse

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée e par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Journée du CCLIN PN 25 juin 2013 Paris Dr Anne Berger-Carbonne Pour le groupe de travail Recommandations pour la pratique

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Journée de Formation des Correspondants en Hygiène Hospitalière 11/04/2013 Dr Agathe Mattei Contexte 2004 : CTINILS demande

Plus en détail

Pneumonies virales. O. Leroy

Pneumonies virales. O. Leroy Pneumonies virales O. Leroy Pourquoi moi?? Je n y connais rien!!! Merci Benoit Mr X, 65 ans Pas d antécédents connus Admission aux urgences pour hyperthermie et toux A votre avis Quel agent causal? Pneumocoque

Plus en détail

Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes. D. Christmann

Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes. D. Christmann Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes D. Christmann Vaccinations Vaccin «grippe saisonnière» Vaccin 2009 Cultivé sur œufs embryonnés Fragmenté, inactivé Composition 2009 A/Brisbane/59/2007(H1N1)

Plus en détail

Bilan des infections virales en Ehpad en Languedoc-Roussillon

Bilan des infections virales en Ehpad en Languedoc-Roussillon Bilan des infections virales en Ehpad en Languedoc-Roussillon Amandine Cochet, Cire LR Journée EHPAD LR - 6 novembre 2014 Surveillance des infections virales en Ehpad Contexte Saisine InVS 2005 du ministre

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

Grippe A (H1N1) 2009 Le point au 3 septembre. Robert Cohen

Grippe A (H1N1) 2009 Le point au 3 septembre. Robert Cohen Grippe A (H1N1) 2009 Le point au 3 septembre Robert Cohen Les virus grippaux C : uniquement humain, cas sporadiques B : uniquement humain, cas sporadiques + épidémiques, essentiellement enfant A +++: humain

Plus en détail

Maladies transmissibles Recommandations provisoires pour la prise en charge d un patient suspect de grippe aviaire H5N1. Etat au 10 octobre 2005

Maladies transmissibles Recommandations provisoires pour la prise en charge d un patient suspect de grippe aviaire H5N1. Etat au 10 octobre 2005 Maladies transmissibles Recommandations provisoires pour la prise en charge d un patient suspect de grippe aviaire H5N1. Etat au L algorithme et ses annexes ont été conçus pour faciliter la prise en charge

Plus en détail

Situation, prise en charge

Situation, prise en charge Grippe pandémique A(H1N1) Situation, prise en charge DAUMAS Aurélie HIA LAVERAN COURS IFSI Des grippes pandémiques Groupe A Secondaires à une cassure (rôle animal) Absence d immunité collective Létalité

Plus en détail

Epidémie de grippe H1N1. 06 juin 2009

Epidémie de grippe H1N1. 06 juin 2009 Epidémie de grippe H1N1 06 juin 2009 Le virus grippal Comporte plusieurs genres: A, B, C. Seuls les genres A et B sont pathogènes pour l homme Chaque genre est divisé en sous types selon la composition

Plus en détail

LA GRIPPE ET SES VIRUS Grippe Peste aviaire Grippe aviaire

LA GRIPPE ET SES VIRUS Grippe Peste aviaire Grippe aviaire LA GRIPPE ET SES VIRUS Grippe Peste aviaire Grippe aviaire Patrice MASSIP Toulouse, le 15/02/2006 La grippe «classique» Grippe vient de l anglais l to grip ou allemand grippen La grippe se déclare d brutalement

Plus en détail

Note sur l état de la circulation de A(H1N1)2009 dans plusieurs pays et territoires de l hémisphère sud

Note sur l état de la circulation de A(H1N1)2009 dans plusieurs pays et territoires de l hémisphère sud Département International & Tropical Note sur l état de la circulation de A(H1N1)2009 dans plusieurs pays et territoires de l hémisphère sud 14 septembre 2010 L évolution de l épidémie de grippe A(H1N1)

Plus en détail

La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona...

La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona... La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona... Dr Emmanuel MORTIER, Médecine interne Louis-Mourier pas de lien d intérêt

Plus en détail

Précautions en hygiène

Précautions en hygiène Philippe Berthelot Unité d hygiène inter hospitalière, service des maladies infectieuses et laboratoire de microbiologie CHU de Saint-Etienne Isolement technique Entretiens d HygièneS 2004 Maîtrise des

Plus en détail

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 1 Généralités (1) Risque accru d infections et notamment infections sévères Risque de survenue de maladie vaccinale si vaccins vivants : Contre-indiqués

Plus en détail

La grippe saisonnière

La grippe saisonnière De Sambre Centre Avesnois Hospitalier La grippe saisonnière Bibbliographie Maladies infectieuses et tropicales. E.PILLY 20 édition 2006 Dr Levent. Équipe opérationnelle en hygiène Référent en antibiothérapie.

Plus en détail

Prise en charge de la grippe. F. Jacobs Clinique des maladies Infectieuses Hôpital Erasme 8 octobre 2009

Prise en charge de la grippe. F. Jacobs Clinique des maladies Infectieuses Hôpital Erasme 8 octobre 2009 Prise en charge de la grippe F. Jacobs Clinique des maladies Infectieuses Hôpital Erasme 8 octobre 2009 Plan de l exposé Présentations cliniques Méthodes diagnostiques Traitements Vaccination La grippe

Plus en détail

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Epidémiologie et conduite à tenir autour d un cas Dr JAFFUEL Sylvain Définitions Maladies infectieuses à transmission directe inter-humaine

Plus en détail

Wallis et Futuna. 1 ière Vague Grippe A(H1N1) Jean François Yvon et Elisabeth Dutaut Agence de Santé Wallis et Futuna

Wallis et Futuna. 1 ière Vague Grippe A(H1N1) Jean François Yvon et Elisabeth Dutaut Agence de Santé Wallis et Futuna Wallis et Futuna 1 ière Vague Grippe A(H1N1) Jean François Yvon et Elisabeth Dutaut Agence de Santé Wallis et Futuna Wallis et Futuna Le territoire ultramarin le plus isolé N elle Calédonie : 2 100 km

Plus en détail

Aspects institutionnels, Vaccination

Aspects institutionnels, Vaccination Grippe A (H1N1) 2009 Aspects institutionnels, Vaccination RV de l URGENCE 24 septembre 2009 Dr Pascale FRITSCH DRASS d Alsace Historique des mesures 1ère phase (mai-juin) : Prise en charge hospitalière

Plus en détail

Vaccination anti-grippale

Vaccination anti-grippale Vaccination anti-grippale Dr Sophie Blanchi Service Maladies Infectieuses et Tropicales Journée des correspondants paramédicaux en hygiène 09 décembre 2016 Virologie (1) Virus à ARN Sous types A et B caractérisés

Plus en détail

L épidémie de grippe 2009 à Mayotte : données chiffrées et gestion par le centre hospitalier

L épidémie de grippe 2009 à Mayotte : données chiffrées et gestion par le centre hospitalier Centre Hospitalier de Mayotte L épidémie de grippe 2009 à Mayotte : données chiffrées et gestion par le centre hospitalier Dr Gérard Javaudin 19 novembre 2009 Contexte et généralités 2 Contexte et généralités

Plus en détail

Les Vaccins contre la Grippe. Fédération Française d Infectiologie

Les Vaccins contre la Grippe. Fédération Française d Infectiologie Les Vaccins contre la Grippe Dr Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Pôle de médecine Hôpital Cochin, Paris Fédération Française d Infectiologie 12/11/2009 1 Cas hospitalisés confirmés grippe

Plus en détail

Grippe A (H1N1) 2009 Novembre 2009

Grippe A (H1N1) 2009 Novembre 2009 Grippe A (H1N1) 2009 Novembre 2009 Diaporama préparé par : Bruno Housset (CHI Créteil) Robert Cohen (CHI Créteil) Diaporama validé par : Alain Didier (Secrétaire scientifique SPLF) Le pire n est pas certain

Plus en détail

1 La Grippe en questions

1 La Grippe en questions 1 La Grippe en questions Qu est ce que la grippe? Que sont les virus grippaux? La grippe est une infection virale respiratoire aiguë contagieuse. Les virus grippaux se répartissent entre différents types

Plus en détail

Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» M Bouskraoui

Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» M Bouskraoui Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» M Bouskraoui Le pire n est pas certain mais il faut s y préparer Épidémie de grippe H1N1 de 2009 Les virus grippaux C : uniquement humain, cas sporadiques

Plus en détail

GRIPPE A (H1N1) Comprendre Protéger - Prévoir

GRIPPE A (H1N1) Comprendre Protéger - Prévoir GRIPPE A (H1N1) Comprendre Protéger - Prévoir 1 Qu est ce que la grippe A (H1N1)? Le virus de la grippe A (H1N1) est un nouveau virus. Il est très contagieux et touche surtout des sujets jeunes. La plupart

Plus en détail

BACILLE DE KOCH (LA TUBERCULOSE)

BACILLE DE KOCH (LA TUBERCULOSE) Page 1/11 BACILLE DE KOCH (LA TUBERCULOSE) CE DOCUMENT CONCERNE L'EVALUATION DES RISQUES BIOLOGIQUE EN MILIEU DE SOINS. IL EST COMPLEMENTAIRE DU GUIDE EFICATT DE L'INRS ET A ETE ELABORE PUIS VALIDE PAR

Plus en détail

Syndromes grippaux nosocomiaux dans une unité de médecine gériatrique: résultats de 5 années de surveillance saisonnière

Syndromes grippaux nosocomiaux dans une unité de médecine gériatrique: résultats de 5 années de surveillance saisonnière Syndromes grippaux nosocomiaux dans une unité de médecine gériatrique: résultats de 5 années de surveillance saisonnière Corinne Régis et Coll. Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive Equipe Epidémiologie

Plus en détail

Gestion d une saison de grippe à l hôpital. Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes

Gestion d une saison de grippe à l hôpital. Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes Gestion d une saison de grippe à l hôpital Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes Plan Généralités Historique Symptomatologie Conséquences Incubation et contagiosité

Plus en détail

Prise en charge hospitalière d un patient atteint de la grippe - Conduite à tenir face à un soignant atteint de la grippe

Prise en charge hospitalière d un patient atteint de la grippe - Conduite à tenir face à un soignant atteint de la grippe Prise en charge hospitalière d un patient atteint de la grippe - Conduite à tenir face à un soignant atteint de la grippe Dr L. Simon PH Coordonnateur - CClin Est Octobre 2009 Le pire n est pas certain.mais

Plus en détail

Bilan épidémiologique des épidémies grippales. Dr Isabelle Bonmarin InVS

Bilan épidémiologique des épidémies grippales. Dr Isabelle Bonmarin InVS Bilan épidémiologique des épidémies grippales Dr Isabelle Bonmarin InVS Systèmes de surveillance de la grippe Insee CépiDC Décès Oscour Cas graves Virologie : Rénal-CNR Hôpital IRA Réseau : Sentinelles

Plus en détail

Germes respiratoires transmissibles Comment se protéger

Germes respiratoires transmissibles Comment se protéger Germes respiratoires transmissibles Comment se protéger Alain Paradis Microbiologiste i infectiologue i CHAUQ , 53 ans, MPOC O 2 Choc, 39.7 o C , 22 ans, asthme, obèsité IVRS x 1 sem Fièvre x 24 h, 40

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» 22e Journée annuelle du GERES. Vendredi 7 Décembre 2012

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» 22e Journée annuelle du GERES. Vendredi 7 Décembre 2012 Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» 22e Journée annuelle du GERES Vendredi 7 Décembre 2012 Dr Anne Berger-Carbonne pour le groupe de travail Contexte 2004

Plus en détail

Eric Froguel Service infectiologie/diabétologie. Premier octobre 2009

Eric Froguel Service infectiologie/diabétologie. Premier octobre 2009 Le Tamiflu et la vaccination «en pratique» Eric Froguel Service infectiologie/diabétologie Premier octobre 2009 LE TAMIFLU EN 4 QUESTIONS 1) Quelle balance bénéfice/risque: efficacité, résistance, effets

Plus en détail

Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale

Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale Infection à virus Ebola Notions générales et conduite à tenir en phase initiale XX/XX/XX Qu est-ce que la maladie à virus Ebola?. Le virus Ebola provoque l une des infections virales les plus graves connue

Plus en détail

Direction générale de la santé. Département des urgences sanitaires (DUS) NOR : SJSP0731501C

Direction générale de la santé. Département des urgences sanitaires (DUS) NOR : SJSP0731501C 1 sur 10 18/12/2015 10:59 Direction générale de la santé Département des urgences sanitaires (DUS) Circulaire interministérielle DGS/DGAS/DHOS/DUS n o 2007-419 du 23 novembre 2007 précisant les actions

Plus en détail

Prévention et gestion des infections respiratoires aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir

Prévention et gestion des infections respiratoires aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir Annexe 1 - IRA Annexe n 1-1 MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Prévention et gestion des infections respiratoires aiguës dans une collectivité de personnes âgées Objectif Prévenir ou contrôler

Plus en détail

Les particularités de la grippe A

Les particularités de la grippe A La grippe A en EHPAD Fiche synthétique Les particularités de la grippe A La grippe A n est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière, mais le virus en cause est très différent des virus saisonniers.

Plus en détail

Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention. R. Abdelmalek Le 10/10/2013

Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention. R. Abdelmalek Le 10/10/2013 Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention R. Abdelmalek Le 10/10/2013 Introduction Infections fréquentes Evoluent par bouffées épidémiques Virus multiples dominés par la grippe Transmission

Plus en détail

La grippe aviaire et le personnel des établissements de santé. Dr. Cédric FOUCAULT Équipe Opérationnelle d Hygiène Hospitalière Hôpitaux Sud

La grippe aviaire et le personnel des établissements de santé. Dr. Cédric FOUCAULT Équipe Opérationnelle d Hygiène Hospitalière Hôpitaux Sud La grippe aviaire et le personnel des établissements de santé Dr. Cédric FOUCAULT Équipe Opérationnelle d Hygiène Hospitalière Hôpitaux Sud Grippe généralités Le virus de la grippe appartient à la famille

Plus en détail

GRIPPE Conduite à tenir lors d une épidémie

GRIPPE Conduite à tenir lors d une épidémie GRIPPE Conduite à tenir lors d une épidémie Xème journée hygiène du CHAN 13 octobre 2016 F.Gaucher IDE Hygiéniste CH de Cosne sur Loire Grippe saisonnière en France Grippe : maladie infectieuse virale

Plus en détail

Suivi de Pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1)

Suivi de Pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1) Bulletin n 9 21 octobre au 27 décembre 2009 26/11/2009 Suivi de Pharmacovigilance des vaccins grippaux A(H1N1) 30/12/2009 Dans le cadre de la campagne nationale de vaccination contre la grippe A (H1N1)

Plus en détail

DU d hygiène hospitalière 2015/2016 Université Bordeaux 2

DU d hygiène hospitalière 2015/2016 Université Bordeaux 2 DU d hygiène hospitalière 2015/2016 Université Bordeaux 2 RAPPELS : Précautions Standard et Précautions Complémentaires F. Boyer - F. Binard Service hygiène hospitalière, CHU Bordeaux Objectifs du cours

Plus en détail

La grippe nosocomiale en gériatrie: expérience dans une unité de court séjour à l hôpital Edouard Herriot, Lyon

La grippe nosocomiale en gériatrie: expérience dans une unité de court séjour à l hôpital Edouard Herriot, Lyon La grippe nosocomiale en gériatrie: expérience dans une unité de court séjour à l hôpital Edouard Herriot, Lyon 2004-2009 Philippe Vanhems, Corinne Régis, Brigitte Comte, Christine Gorain, Silene Pires-Cronenberger,

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIÈRE LIGNES DIRECTRICES SUR LA PRÉVENTION ET LE CONTRÔLE DES INFECTIONS POUR LA GESTION DANS LE CONTEXTE DES SOINS À DOMICILE

GRIPPE SAISONNIÈRE LIGNES DIRECTRICES SUR LA PRÉVENTION ET LE CONTRÔLE DES INFECTIONS POUR LA GESTION DANS LE CONTEXTE DES SOINS À DOMICILE GRIPPE SAISONNIÈRE LIGNES DIRECTRICES SUR LA PRÉVENTION ET LE CONTRÔLE DES INFECTIONS POUR LA GESTION DANS LE CONTEXTE DES SOINS À DOMICILE i Promouvoir et protéger la santé des Canadiens grâce au leadership,

Plus en détail

Surveillance sanitaire des épidémies hivernales Bronchiolite, gastro-entérite aiguë et grippe Région Normandie

Surveillance sanitaire des épidémies hivernales Bronchiolite, gastro-entérite aiguë et grippe Région Normandie Cire Normandie Surveillance sanitaire des épidémies hivernales Bronchiolite, gastro-entérite aiguë et grippe Région Normandie Point épidémiologique du 28/12/2016 Données actualisées au 25/12/16 (semaine

Plus en détail

Mesures de prévention et contrôle Grippe A (H1N1) en milieux de soins

Mesures de prévention et contrôle Grippe A (H1N1) en milieux de soins Mesures de prévention et contrôle Grippe A (H1N1) en milieux de soins Marie Gourdeau M.D. Microbiologiste-infectiologue CHA Comité CINQ, INSPQ Mesures de prévention et contrôle (PCI) Grippe A (H1N1) en

Plus en détail

ASPERGILLOSE INVASIVE CHEZ UN PATIENT HORS HEMATOLOGIE. Bruno PHILIPPE. Pneumologie. Centre Hospitalier René Dubos. Pontoise

ASPERGILLOSE INVASIVE CHEZ UN PATIENT HORS HEMATOLOGIE. Bruno PHILIPPE. Pneumologie. Centre Hospitalier René Dubos. Pontoise ASPERGILLOSE INVASIVE CHEZ UN PATIENT HORS HEMATOLOGIE Bruno PHILIPPE Pneumologie Centre Hospitalier René Dubos Pontoise Femme de 56 ans Bronchite chronique post-tabac méconnue. 40 PA Alcoolisme modéré

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» RIPHH Languedoc Roussillon Castelnau le Lez - 12 avril 2013

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» RIPHH Languedoc Roussillon Castelnau le Lez - 12 avril 2013 Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» RIPHH Languedoc Roussillon Castelnau le Lez - 12 avril 2013 Pascale CHAIZE - Cadre hygiéniste CHRU Montpellier Relecteur

Plus en détail

Surveillance de la grippe A (H1N1) 2009 en France : outils et méthodes 26 novembre 2009

Surveillance de la grippe A (H1N1) 2009 en France : outils et méthodes 26 novembre 2009 Surveillance de la grippe A (H1N1) 2009 en France : outils et méthodes 26 novembre 2009 L Institut de veille sanitaire (InVS) coordonne la surveillance de la grippe en France notamment celle liée au virus

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

Campagne de promotion de la vaccination contre la grippe saisonnière chez les professionnels

Campagne de promotion de la vaccination contre la grippe saisonnière chez les professionnels Campagne de promotion de la vaccination contre la grippe saisonnière chez les professionnels travaillant en EHPAD Qu est ce que la grippe? Ce n est pas un simple rhume! La grippe saisonnière est une infection

Plus en détail

Bulletin grippe A (H1N1) 2009

Bulletin grippe A (H1N1) 2009 Point de situation au 16 juillet 29 (11h) En France la dynamique de l épidémie est suivie dorénavant par : - le nombre de cas groupés dus au virus ; - le nombre de cas graves ; - les indicateurs de surveillance

Plus en détail

Nouvelle Grippe A(H1N1)v Notes Cliniques

Nouvelle Grippe A(H1N1)v Notes Cliniques X èmes Journées Nationales d Infectiologie 10-12 juin 2009, Lyon Nouvelle Grippe A(H1N1)v Notes Cliniques Christian Chidiac Maladies Infectieuses et Tropicales, CHU de Lyon INSERM U851, Université Claude

Plus en détail

Nous tenons à vous remercier chaleureusement pour votre participation active et régulière tout au long de l année 2015

Nous tenons à vous remercier chaleureusement pour votre participation active et régulière tout au long de l année 2015 2015 Nous tenons à vous remercier chaleureusement pour votre participation active et régulière tout au long de l année 2015 2015 Nombre de MG Sentinelles par région ayant participé à la surveillance continue,

Plus en détail

Bilan de la surveillance de l épidémie de grippe saisonnière en Basse-Normandie - saison hivernale

Bilan de la surveillance de l épidémie de grippe saisonnière en Basse-Normandie - saison hivernale 1 Bilan de la surveillance de l épidémie de grippe saisonnière en Basse-Normandie - saison hivernale 2012-2013 Arnaud MATHIEU / Benjamin LARRAS Cire Normandie 7 novembre 2013 Missions de l InVS et de ses

Plus en détail

LA GRIPPE CHEZ LA PERSONNE AGEE. Grippe saisonnière Grippe A H1N Grippe aviaire H5N1

LA GRIPPE CHEZ LA PERSONNE AGEE. Grippe saisonnière Grippe A H1N Grippe aviaire H5N1 LA GRIPPE CHEZ LA PERSONNE AGEE Grippe saisonnière Grippe A H1N1 2009 Grippe aviaire H5N1 DESCOTES GENON Cécile 25/02/2010 Rappel Virologique Myxovirus influenzae ARN simple brin segmenté N H Réassortiments

Plus en détail

Plan national de prévention et de lutte «pandémie grippale» : la place des infirmières du travail

Plan national de prévention et de lutte «pandémie grippale» : la place des infirmières du travail Plan national de prévention et de lutte «pandémie grippale» : la place des infirmières du travail Anne Mosnier Coordination Nationale des GROG Add GROG 1. De quoi parle-t-on? - grippe - pandémie 2. Le

Plus en détail

Vaccination des professionnels de santé

Vaccination des professionnels de santé Vaccination des professionnels de santé Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France Priorités pour les personnes responsables de la prévention du risque nosocomial? Evidente = mise en œuvre des moyens nécessaires

Plus en détail

LA GRIPPE. Journées Claude Bernard 15 novembre Dr Christophe Rioux Service de maladies infectieuses Hôpital Bichat-Claude Bernard

LA GRIPPE. Journées Claude Bernard 15 novembre Dr Christophe Rioux Service de maladies infectieuses Hôpital Bichat-Claude Bernard LA GRIPPE Journées Claude Bernard 15 novembre 2011 Dr Christophe Rioux Service de maladies infectieuses Hôpital Bichat-Claude Bernard Les virus de la grippe Les virus de la grippe Myxovirus influenzae

Plus en détail

L épidémie de grippe : dynamique nationale et régionale, impact sur les soins et la mortalité

L épidémie de grippe : dynamique nationale et régionale, impact sur les soins et la mortalité L épidémie de grippe 2016-2017 : dynamique nationale et régionale, impact sur les soins et la mortalité Isabelle BONMARIN Rencontres Santé publique France 31 mai 2017 Systèmes de surveillance de la grippe

Plus en détail

La grippe. Un fléau familier.!!! Le pire n est pas certain mais il faut s y préparer

La grippe. Un fléau familier.!!! Le pire n est pas certain mais il faut s y préparer La grippe Un fléau familier.!!! Le pire n est pas certain mais il faut s y préparer La grippe: Histoire Décrite depuis Hippocrate 500 avt JC Grande vague épidémique au moyen âge Grippe terme germanique

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» 13 e journée du RRH-ARLIN de Basse- Normandie Jeudi 7 Novembre 2013 Dr Anne Berger-Carbonne pour le groupe de travail Contexte

Plus en détail

devient un cas possible si dans les 7 jours avant le début de ses signes :

devient un cas possible si dans les 7 jours avant le début de ses signes : CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS POSSIBLE DE GRIPPE A (H1N1) dite «Mexicaine» ou «Porcine» à bord d un navire Centre de Consultation Médicale Maritime - Rédaction : Dr. J.L. Ducassé M. Pujos CCMM / SAMU

Plus en détail

LE SIGNALEMENT, LA DÉCLARATION OBLIGATOIRE

LE SIGNALEMENT, LA DÉCLARATION OBLIGATOIRE CIRCUIT DE SIGNALEMENT OBJECTIFS DU SIGNALEMENT Détecter et signaler pour agir et prévenir les risques d Analyser l évolution dans le temps des maladies et adapter les recommandations, les politiques de

Plus en détail

Prise en charge de la grippe A / H1N1v

Prise en charge de la grippe A / H1N1v 14 Septembre 2010 Prise en charge de la grippe A / H1N1v Pr J BEYTOUT Pr Ch. RABAUD On avait prévu Une grippe H5, grave, nous venant des oiseaux et d ASIE Grippe aviaire (1997) : 442 cas ; 262 décès ;

Plus en détail

Foire aux Questions. Recommandations pour la prévention de la transmission croisée «Air et Gouttelettes»

Foire aux Questions. Recommandations pour la prévention de la transmission croisée «Air et Gouttelettes» Foire aux Questions Recommandations pour la prévention de la transmission croisée «Air et Gouttelettes» A) R0 : B) Mode de transmission «Air» ou «Gouttelettes» 1/ Pour la transmission «Gouttelettes» :

Plus en détail

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques

Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Comment est évaluée la sécurité des vaccins au cours des essais cliniques Odile Launay Colloque Sécurité des vaccins Paris, 4 octobre 2016 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi

Plus en détail

Isolement respiratoire

Isolement respiratoire Isolement respiratoire Précautions gouttelettes, Précaution aérosols JLPR 13 èmes journées Lyonnaises paramédicales M.C. Nicolle PH Hygiène Hospitalière HCL 08.03.06 1 Deux niveaux de précautions : Précautions

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes»

Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» Prévention de la transmission croisée par voie respiratoire «Air ou Gouttelettes» XIXème Journée "Hôpital propre en Franche-Comté" Besançon 20/06/2013 Hervé Blanchard pour le groupe de travail Contexte

Plus en détail