Corrigé du problème de Mathématiques générales Partie I

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Corrigé du problème de Mathématiques générales 2010. - Partie I - 0 0 0. 0."

Transcription

1 Corrgé du problème de Mathématques générales Parte I - 1(a. Sot X S A. La matrce A est un polynôme en X donc commute avec X. 1(b. On a : 0 = m A (A = m A (X n ; le polynôme m A (x n est annulateur de X donc est un multple de m X. 1(c. Le corps K est un sous-corps de C donc l est nn (l content Q. Il y a donc une nnté de matrces (p, p de la forme : 0 0 λ 0 0 0, λ K Ces matrces sont de carré nul (p 2 donc de pussance n-ème nulle (n 2. Donc S 0p est nn. 1(d. Supposons S λip non vde. S X S λip, X n = λi p mplque (det X n = det λi p = λ p, donc le polynôme x n λ p admet det X pour racne. Récproquement, sot μ une racne du polynôme x n λ p. Comme n et p sont supposés premers entre eux, d'après le théorème de Bezout, l exste des enters a et b tels que an + bp = 1. Ans λ = λ an+bp = λ an (λ p b = (λ a n (μ n b = (λ a μ b n, donc l'homothéte H de rapport λ a μ b vére H n = λi p. I2(a. Sot A semblable à A et sot P une matrce nversble telle que A = P AP 1. Sot X S A, alors (P XP 1 n = P X n P 1 = P AP 1 = A. donc P XP 1 S A. On a ans montré que {P XP 1, X S A } S A. Récproquement, s Y S A, Y = P (P 1 Y P P 1, avec P 1 Y P S A, pusque A = P 1 A P. Ce qu démontre l'égalté. 2(b. Supposons que A et P commutent. Alors, pour tout X dans S A, (P XP 1 n = P AP 1 = AP P 1 = A, donc P XP 1 S A. Récproquement, supposons X S A et P XP 1 S A. Alors, A = (P XP 1 n = P X n P 1 = P AP 1, donc A et P commutent. 3(a. On démontre cette proprété par récurrence sur le degré du polynôme. L'hypothèse de récurrence au rang n est: Pour tout corps k et tout polynôme P de degré n dans k[x], un corps de décomposton K de P sur k vére [K : k] n!. S n = 1, pour tout corps k et tout polynôme P de degré 1 dans k[x], P est scndé dans k donc un corps de décomposton de P sur k est égal à k et on a 1 = [k : k] 1!. Sot n un enter > 1. Supposons l'hypothèse vrae au rang n 1. Pour tout corps k et tout polynôme P de degré n dans k[x], sot K un corps de décomposton de P sur k et sot α une racne de P dans K. Alors [k(α : k] est le degré du polynôme mnmal de α sur k ; ce polynôme mnmal est un dvseur de P donc [k(α : k] n. Dans k(α[x], P se factorse sous la forme P = (X αq où Q est un polynôme de degré n 1. Le corps K est engendré sur k par les racnes de P, donc engendré sur k(α par les racnes de Q, c'est donc un corps de décomposton de Q sur k(α. Par hypothèse de récurrence [K : k(α] (n 1!. On nvoque ensute la multplcatvté des degrés : [K : k] = [K : k(α][k(α : k] (n 1!n = n!. Claudne Pcaronny 1 E.N.S. de Cachan

2 3(b. On démontre cette proprété par récurrence sur d. Sot P un polynôme dans C[X!,..., X d ] dont la foncton polynomale f est nulle sur K d. Montrons que P = 0 et par conséquent f est dentquement nulle sur C d. Consdérons le polynôme P dans C[X!,..., X d 1 ][X d ] : P = n =0 Q X d, avec les polynômes Q dans C[X!,..., X d 1 ]. Alors pour tout (a 1,..., a d 1 dans K d 1, la foncton polynomale assocée au polynôme n =0 Q (a 1,..., a d 1 X d est nulle sur K ; comme K est nn (l content Q, ce polynôme en une varable a une nnté de racnes et est donc nul, ce qu assure que Q (a 1,..., a d 1 = 0, pour tout dans {0,..., n}. Les polynômes Q ont donc des fonctons polynomales nulles sur K d 1 et sont donc par hypothèse de récurrence tous nuls. Ans P = 0. 3(c. Le polynôme m A = m A est scndé dans L, donc A (respectvement A est semblable à une rédute de Jordan sur L, sot J (respectvement J ; ces deux matrces sont unques à l'ordre de leurs blocs dagonaux près. Or les matrces A et A sont semblables sur C, donc les matrces J et J sont semblables sur C, ce qu mplque qu'elles sont égales à l'ordre des blocs dagonaux près (uncté de la réducton de Jordan dans C. Donc A et A sont semblables à une même rédute de Jordanet donc semblables sur L. 3(d. On peut ben sûr nvoquer le théorème des nvarants de smltude : L'uncté dans ce théorème assure que les nvarants de smltude de la matrce A consdérée dans M n (K sont égaux aux nvarants de smltude de la matrce A consdérée dans M n (L. Comme A et A sont semblables sur L, elles ont les mêmes nvarants de smltude sur L donc sur K et donc sont semblables sur K. La queston que pose cet argumentaton est pourquo être passé par L?, les nvarants de smltude étant auss ben les mêmes sur K et sur C. On peut auss prendre une matrce P nversble dans M n (L telle que A = P AP 1 ; sot (b 1,..., b n une base de L sur K. Soent P 1,..., P n des matrces dans M n (K telles que P = b P. Alors A P = P A mplque b A P = b P A, sot (b 1,..., b n étant une famlle lbre, A P = P A, pour tout. Par lnéarté, on a : β A P = β P A, pour tout (β 1,..., β n dans K n. Le polynôme det( X P a une foncton polynomale non nulle sur L (det( b P = det P = 0, donc est non nul, donc a une foncton polynomale non nulle sur K (K est nn. Donc l exste (β 1,..., β n dans K n tel que det( β P = 0 ; la matrce Q = β P dans M n (K est nversble et vére A = QAQ 1, ce qu démontre que A et A sont semblables sur K. 4(a. En applquant la queston 3, l sut de montrer qu'l exste un nombre n de rédutes de Jordan de polynôme mnmal m, dans M n (L, L étant un corps de décomposton de m. Dans L, notons α 1,..., α r les racnes de m, m 1,..., m r leurs multplctés respectves : m = (X α m. Une rédute de Jordan de polynôme mnmal m admet un bloc J m (α, pour tout comprs entre 1 et r ; ses autres blocs sont de la forme J n (α, avec n m. Il y en a au plus n. Le nombre de telles matrces est donc majoré très grossèrement par {1,...,r} n n = j {1,...,m } np m!. 4(b. Le sous-groupe C(A opère par conjugason sur S A (cf. I2(b, donc S A se parttonne selon les orbtes de cette opératon. Or d'après I2(b, l'orbte de la matrce X de S A sous cette opératon est la trace de la classe de smltude de X sur S A. Il sut donc de montrer que S A ne rencontre qu'un nombre n de classes de smltude ; or on sat depus la queston I1b qu'un élement de S A a un polynôme mnmal dans S et depus I4(a, qu'l n'y a qu'un nombre n de classes de smltudes de matrces dont le polynôme mnmal est xé. 5(a. Sot Y S A. Sot ω son orbte sous l'opératon de C(A. Alors ω est en bjecton avec le quotent de C(A par le stablsateur de Y qu est l'ensemble des matrces de C(A qu commutent avec Y, sot C(A C(Y. Donc s C(Y = C(A, l'orbte de Y est rédute à Y. L'hypothése de la queston assure que toutes les orbtes sont de cardnal 1, et comme l y en a un nombre n (I4(b, S A est n. 5(b. On démontre la contraposée. Supposons l'orbte de Y ne, sot {Y, Y 2,..., Y p }. Sot M dans C(A et sot α C tel que M + αid sot nversble (et donc dans C(A. Il exste α tel que (M + αidy (M + αid 1 = Y α. On peut trouver un vosnage V de 0 tel que α V vére M + αid sot nversble. Par le prncpe des trors, l exste deux valeurs α < β dans V telles que α = β =. Ans MY + αy = Y M + Y et MY + βy = Y M + βy ; on en dédut Y = Y et MY = Y M, sot C(A = C(Y. 6(a. On montre par récurrence sur d qu'l exste un polynôme Q d de coecent constant 1 et de degré au plus d 1 tel que Q n d 1 + X modulo xd. Claudne Pcaronny 2 E.N.S. de Cachan

3 S d = 1, Q 1 = 1 convent. Supposons d 2 et Q d 1 construt. Alors l exste un polynôme B tel que Q n d 1 = 1 + X + Xd 1 B. Ans (Q d 1 + a d X d 1 n = Q n d 1 + na dx d 1 Q n 1 d 1 + ( n k k 2 = 1 + X + X d 1 (B + na d + X d R. a k dx k(d 1 Q n k d 1 Il sut donc de chosr a d de façon à annuler le coecent constant du polynôme B + na d et le polynôme Q d = Q d 1 + a d X d 1 convent. On en dédut par récurrence l'exstence d'un polynôme Q p tel que Q n p 1 + X modulo x p. Alors, pusque N p p = 0, on obtent Q p (N p n = I p + N p. 6(b. Il sut de montrer que tout bloc de Jordan correspondant à une valeur propre non nulle est la pussance n-ème d'une matrce. Sot α = 0. Alors αi p + N p et α(i p + N p dont semblables (ce sont tous deux des endomorphsmes cyclques de polynôme mnmal (X α p. Or par 6(a, I p + N p est la pussance n-ème d'une matrce ; comme C est algèbrquement clos, α est la pussance n-ème d'un nombre complexe, et donc α(i p + N p est la pussance n-ème d'une matrce. Donc αi p + N p auss. - Parte II - 1. Toute norme d'opérateur assocée à une norme sur C p vére cette proprété : S est une norme sur C p, la norme d'opérateur assocée est déne par N(A = sup {x, x =1} Ax, pour A M p (C. S B, C M p (C, on a pour tout vecteur x de norme 1, BC(x = B(C(x N(B C(x N(BN(C; donc par passage à la borne supéreure : N(BC N(BN(C. 2(a. Par récurrence sur k, on obtent que X k est un polynôme en X 0, pour tout enter naturel k ; les polynômes en X 0 commutent entre eux, donc tous les termes de la sute (X k commutent entre eux. Par passage,à la lmte (le produt étant une applcaton blnéare donc contnue, on en dédut que tous les termes de la sute (X k commutent avec la lmte Y. Comme X 0 commute avec A, l en est de même de tous les polynômes en X 0. Et toujours avec passage à la lmte, on en dédut que Y commute avec A. 2(b. On a, pour tout enter naturel k, : X k+1 = ((1 + 1 n I p 1 n BXn k X k. Le produt étant contnu, on obtent par passage à la lmte : Y = ((1 + 1 n I p 1 n BY n Y. Comme Y est supposé nversble, on obtent : I p = (1 + 1 n I p 1 n BY n, donc BY n = I p,.e. Y n = A. 2(c. On peut écrre X k = (U k + I p Y, pour tout enter naturel k. On remarque de plus que pusque X k commute avec Y (cf. II1, l en est de même de U k et Y. Donc l'égalté X k+1 = (1 + 1 n X k 1 n BXn+1 k mplque l'égalté n(u k+1 + I p Y = (n + 1(U k + I p Y B(U k + I p n+1 Y n+1. On smple par Y, qu est nversble, et on utlse la commutattvté de U k et Y pour obtenr : n(u k+1 + I p = (n + 1(U k + I p BY n (U k + I p n+1. Or BY n = I p (cf. II2(b. On développe en utlsant la formule du bnôme (U k et I p commutent : n=1 ( n + 1 nu k+1 = I p + (n + 1U k =0 Après smplcaton, on obtent : Claudne Pcaronny 3 E.N.S. de Cachan U k.

4 n=1 ( n + 1 nu k+1 + =2 U k = 0. 3(a. Sot f la foncton polynômale déne sur R + par f(x = ( n+1 n + 1 =2 x nx = (x+1 n+1 (+1x 1. Alors sa foncton dérvée f (x = (n+1(x+1 n (+1 ne s'annule qu'en un seul pont α n = n ( + 1/(n > 0. L'étude du tableau de varatons montre que f décrot sur ]0, α n [, et comme sa valeur en 0 est négatve, elle est strctement négatve sur cet ntervalle ; pus f crot strctement sur l'ntervalle ]α n, + [ ; Comme elle tend vers + en +, elle admet donc une unque racne sur cet ntervalle, sot r. 3(b. Sot g la foncton polynomale déne par g(x = (1/n ( n+1 n + 1 j=2 Sa foncton dérvée g (x = ((n + 1/n((x + 1 n 1 est postve sur R + donc crossante, sur R +. x = (1/n((x+1 n+1 (n+1x 1. Comme g(0 = 0 et g(r = r (r étant dén en II3(a, g([0, r] < g([0, r]. La sute récurrente (x k déne par x 0 ]0, r[ et x k+1 = g(x K est donc une sute monotone bornée, donc elle converge. Sa lmte est un pont xe de g (g est contnue donc 0 ou r ; comme la foncton g est convexe ( g (x = (n + 1(x + 1 n 1 0, g est sous la dagonale entre 0 et r, donc la sute est décrossante. Elle converge donc vers Posons, ( pour un enter naturel k, y k = N(U k dén en II2(c. Supposons y k x k. Alors ( y k+1 = N(U k+1 = 1 n N( n=1 n + 1 =2 U k par II3(a. Donc l'négalté trangulare donne y k+1 1 n=1 n + 1 n =2 N(U k. La norme N vérant la proprété III1, on a, pour tout : N(Uk N(U k = yk donc y k+1 ( n=1 n + 1 =2 y k ( n=1 n + 1 =2 x k = x k+1. Posons α = r/n(y 1 > 0. Alors N(X 0 Y < α y 0 N(Y 1 N(X 0 Y < r. En ntalsant la sute (x k déne en II3(b avec x 0 = y 0, on obtent par récurrence, pour tout enter naturel k, y k x k et donc la sute de nombres postfs y k converge vers 0. La multplcaton par Y étant contnue, on obtent ans que la sute X k converge vers Y. - Parte III - Les hypothèses fates dans cette parte assurent que K p est un A-espace cyclque engendré par le vecteur v. 1(a. On remarque que pour tout vecteur y de K p, l exste un polynôme g e de degré < p tel que y = g(av ; en eet, comme la famlle (A j v 0 j<p est génératrce, l exste (α j 0 j<p dans K p tels que y = p 1 =0 α ja j v. Le polynôme g = p 1 =0 α X convent. Sot X S A. Sot h un polynôme de degré < p tel que h(av = X(v. Comme A et X commutent (A est un polynôme en X, tout polynôme en A commute avec X. Sot alors y K p ; l exste un polynôme g de degré < p tel que y = g(av. Donc X(y = X(g(av = g(axv = g(ah(av = h(a(g(av = h(ay ; Donc X = h(a. 1(b. Sot φ le morphsme d'algèbre de K[x] dans M p (K qu envoe un polynôme g sur la matrce g(a. Son noyau est l'déal (m A. Sot X S A. Sot h un polynôme de degré < p tel que h(a = X. Alors φ(h n = X n = A. Récproquement, s z K[X]/(m A vére z n = x, sot h dans K[X] tel que φ(h = z ; on a φ(h n = φ(h n = z n = x = φ(x, donc h n x annule A. Ans h n (A = A, donc z = h(a S A. On obtent donc cette bjecton par factorsaton du morphsme φ. 1(c. On suppose m A rréductble donc le quotent K[X]/(m A est un corps. L'équaton de degré n z n x admet au plus n solutons donc, va la bjecton φ, S A a au plus n éléments. Claudne Pcaronny 4 E.N.S. de Cachan

5 Dans le cas où m A est le produt de s polynômes rréductbles non assocés deux à deux, le lemme chnos assure que K[X]/(m A est un anneau somorphe au produt cartésen de s corps, donc l'équaton de degré n z n x admet au plus n s solutons et va la bjecton φ, S A a au plus n s éléments. 1(d. Par hypothèse (A nlpotente et A p 1 v = 0, la matrce A est nlpotente d'ndce de nlpotence exactement p (A p = 0 et A p 1 = 0. Son noyau est exactement de dmenson 1 (consdérer la sute des noyaux térés {0} ker A ker A 2 ker A p 1 ker A p = K p qu est strctement crossante. S X est une matrce telle que X n = A, alors X est nlpotente. En consdérant la sute des noyaux térés pour X, on obtent que ker X = ker X 2 = = ker X n = ker A (n 2, pusque tous ces sous-espaces vectorels sont non trvaux et contenus dans la drote ker A. Comme la sute des noyaux térés est strctement crossante jusqu'à l'ndce de nlpotence, on en dédut que cet ndce est égal à 1, sot X = 0 et donc A = 0. Cec contredt p 2. 1(e. Par hypothèse, l exste u dans K[x] tel que y n 1 = g + uf r. Sot q dans K[x] ; posons y 2 = y 1 + qf r. On a : y2 n = (y 1 + qf r n = y1 n + ( n n =1 q f r y1 n g + (u + nqf r, [f r+1 ]. Donc y 2 y 1 [f r ] et y n 2 g[f r+1 ] s et seulement s y 2 = y 1 uf r /n, ce qu démontre l'exstence d'une soluton et son uncté modulo f r+1 par récurrence sur r (s y 2 est une soluton modulo f r+1, c'est une soluton modulo f r.. 1(f. Sot f un polynôme rréductble non assocé à x dans K[x]. La queston III1(e permet d'armer que le morphsme surjectf de K[x]/(f r sur K[x]/(f (qu envoe la classe d'un polynôme modulo f r sur sa classe modulo f ndut une bjecton de l'ensemble des solutons de l'équaton y n x[f r ] sur l'ensemble des solutons de l'équaton y n x[f]. Et K[x]/(f étant un corps, cette dernère équaton a au plus n solutons. Pour trater le cas général, on utlse le lemme chnos comme en II1(c. Le polynôme m A se factorse en produt d'rréductbles f r1 rp 1...fP ; L'anneau K[x]/(m A est somorphe au produt cartésen p r =1 K[x]/(f. En notant S l'ensemble des solutons de l'équaton y n = x dans le quotent K[x]/(f r, on obtent que S A est en bjecton avec p =1 S. S f est non assocé à x, alors S est de cardnal au plus n (cf. c dessus. S f = x et r 2, alors S = (queston III1(d. S f = x et r = 1 alors K[x]/(x = K et S est l'ensemble des racnes d'un polynôme de degré n donc de cardnal au plus n (cf. III1(c. Donc S est au plus de cardnal n s. 2. S m A est un polynôme sans racnes réelles, sa décomposton en élements rréductbles P = f r1 rp 1...fP est telle que tous les f sont de degé 2. On a alors pour tout, R[x]/(f C, algébrquement clos, et donc l'équaton polynomale y n = x y admet une soluton. La queston III1(e montre alors que l équaton polynomale y n = x admet une soluton dans R[x]/(f r. Cec étant vra pour tout, le lemme chnos assure l'exstence d'une soluton dans R[x]/(m A, donc S A est non vde (par III1(b. 3(a. La relaton de récurrence est a n+1 = a n 2 2. Comme a 0 = 2 cos (rπ = 2s par hypothèse, a0 Q et la relaton de récurrence montre alors que les a n sont tous dans Q. Posons d le plus grand dvseur mpar du dénomnateur de r et sot m l'ordre de 2 modulo d (dans (Z/dZ. Alors a m+ = 2 cos (2 m+ rπ et (2 m+ r 2 m rπ est un multple enter de 2π pour m assez grand. Ce qu démontre que la sute est pérodque à partr d'un ceran rang. 3(b. Posons a n = p n /b n avec p n et b n premers entre eux. Alors a n+1 = a n 2 2 = (p n 2 2b n 2 /b n 2 et le p.g.c.d. de p n 2 2b n 2 et de b n 2 est le p.g.c.d. de p n 2 et de b n 2, sot 1 pusque p n et b n sont premers entre eux. Donc on a ans obtenu une forme rréductble pour a n+1 de dénomnateur b n 2. 3(c. S b 0 dénomnateur de 2s est > 1, alors la queston III3(b montre que la sute des dénomnateurs des a N est strctement crossante et la sute (a n ne peut être pérodque. Donc on a oblgatorement b 0 = 1 et 2s Z. Comme s [ 1, 1], les seules possbltés sont 1, 1/2, 0, 1/2, 1. Claudne Pcaronny 5 E.N.S. de Cachan

6 4(a. On remarque que A est matrce de rotaton d'angle π 2. La matrce A est telle que son premer vecteur colonne nést pas colnéare au vecteur (1, 0, donc elle vére l'hypothèse de la parte III. Par III1(a, un élément X dans S A est un polynôme de degré au plus 1 en A, donc l exste des réels a, b tels que X = aa + bi. On en dédut que X est une matrce de smltude, sot en chosssant θ correctement : ( b a X = a b = ( cos θ sn θ a 2 + b 2 sn θ cos θ Alors X n = A mpose a 2 + b 2 = 1. Et X n = A est alors équvalent à nθ = π 2, modulo 2π. S A est donc l'ensemble formé par les n rotatons d'angle (4k+1π, pour k {0,..., n 1}. 4(b. Lorsque K = Q, S A = SA R M 2(Q, SA R étant l'ensemble des solutons dans M 2(R calculé en III4(b. On est donc ramené à détermner les valeurs de k, k {0,..., n 1}, pour lesquelles cos( (4k+1π et sn( (4k+1π sont des nombres ratonnels. D'après II3(c, on a les possbltés : cos( (4k+1π = 0 ; dans ce cas, sn( (4k+1π = ±1 et c'est donc un enter, donc un ratonnel. sot (4k+1π = π 2 modulo p, ce qu mpose 4k + 1 = n ou 4k + 1 = 3n. Dans le cas où n est par, l n y a pas de telles valeurs. S n est mpar alors l y a exactement une valeur de k qu convent. cos( (4k+1π = 1 ; dans ce cas, sn( (4k+1π = 0 et c'est donc un enter, donc un ratonnel. Cec n'est pas possble, 0 (4k+1π < π 2. cos( (4k+1π cos( (4k+1π = 1 ; dans ce cas, sn( (4k+1π = 0 et c'est donc un enter, donc un ratonnel. = ±1/2 ; mas dans ce cas, sn( (4k+1π = ± 3/2, et donc n'est pas un ratonnel.. 4(c. Lorsque K = C, la matrce A est dagonalsable, de valeur propre et. Toute soluton X sera alors dagonalsable sur cette même base. Sur le premer vecteur, les valeurs possbles sont e (4k+1π pour k {0,..., n 1}. Sur le second vecteur, les valeurs possbles sont e (4l 1π, pour l {0,..., n 1}. Récproquement, sur une telle base et avec de telles valeurs propres, X n = A. Il sut ensute d'applquer le changement de base pour obtenr S A. - Parte IV - 1(a. Sot X dans S A. Le polynôme x nk annule X pusque X nk = A k = 0. Donc le polynôme mnmal de X est un dvseur de x nk donc de la forme x r avec r nk. De plus A k 1 = 0 par dénton de k, donc X n(k 1 = 0, ce qu démontre que r > n(k 1. 1(b. Supposons S A non vde : S X S A, X est une matrce nlpotente (cf. IV1(a, donc X p = 0 (cec s'obtent par exemple en constatant que les blocs d'une rédute de Jordan de X sont tous de talle p. En partculer l'ndce de nlpotence dce X vére r p donc p > n(k 1 (cf. IV1(a. 2(a. L hypothèse fate sur X assure que X est exactement d'ndce de nlpotence p. S n p, X n = 0. Snon, la matrce de de X n est de la forme ( 0 0. N p n+1 0 2(b. On suppose n < p, snon X n = 0. On eectue la dvson eucldenne de p par n : p = ln+r, avec 0 r < n. Une étude de l'acton de X n sur la base canonque e 1,..., e p montre qu'une réducton de Jordan de X n comporte n blocs, engendrés respectvement par les vecteurs e 1,..., e n. Le bloc engendré par le vecteur e est porté par Claudne Pcaronny 6 E.N.S. de Cachan

7 e, e n+,..., e tn+ où t est le plus grand enter tel que tn + p. On a donc t = l s r et t = (l 1 snon. Cette rédute de Jordan possède donc r blocs de talle l + 1 et n r blocs de talle l. 2(c. Sot n > 1 tel qu'l exste une matrce X dans S A. Alors le polynôme mnmal de X est x r avec n < r. Comme r 4, les seules possbltés sont n = 2 et r = 3, n = 2 et r = 4, n = 3 et r = 4. Alors : S r = 4,.e. une rédute de Jordan de X est un bloc de dmenson 4 ; la descrpton IV2(b montre que n = 2. Récproquement,le carré de N 4 est semblable à A. S r = 3, une rédute de Jordan de X comporte un bloc de talle 3 et un bloc de talle 1. Il est alors mpossble d'obtenr deux blocs de talle 2 dans une pussance de X (on obtendra un unque bloc de talle 2 et deux de talle 1. Cette étude de cas montre que S A est non vde s et seulement s n = 1 (trvalement ou n = 2. 3(a. Sot k p. Alors dm Nk = s < k et k s k. Donc dm N k 1 dm Nk = 1 s k et 0 s > k. Or la décomposton en blocs de la réducton de Jordan correspond à une décomposton en sousespaces A-stables de K p. Le noyau de A est alors la somme drecte des noyaux de Nkj. On en dédut que dm A dm A 1 = {j k 1 = Card({j k j } j }. 3(b. 3(c. Sot n > 1 tel qu'l exste une matrce X dans S A. Alors le polynôme mnmal de X est x r avec < r 3n. Comme r 7, les seules possbltés sont n = 2 et r = 5, n = 2 et r = 6, n = 2 et r = 7, n = 3 et r = 7. Alors : S r = 7,.e. une rédute de Jordan de X est un bloc de dmenson 7 ; Le carré de X a un bloc de dmenson 4 donc n = 2. Le cube de X a la bonne décmposton, n = 3 convent. S r = 6, une rédute de Jordan de X comporte un bloc de dmenson 6 et un bloc de dmenson 1. Le carré du bloc de dmenson 6 donne deux blocs de dmenson 3. Ce qu ne convent pas. S r = 5, une rédute de Jordan de X comporte un bloc de dmenson 5 dont le carré comporte un bloc de dmenson 3 et un bloc de dmenson 2. Mas l n'est pas possble d'obtenr l'autre bloc de dmenson 2 avec le ou les deux blocs restants, qu sont de carrés nuls. Cette étude de cas montre que S A est non vde s et seulement s n = 1 (trvalement ou n = 3. 3(d. 4. Sot k maxmal tel que x k dvse m A ; ans, m A = x k P ou P (0 = 0. Par le lemme de décomposton des noyaux, K p = ker A k ker P (A. Sur une base adaptée à cette décomposton, la matrce de A est de la forme ( B 0, 0 C avec B k = 0 (B est une matrce de la restrcton de A sur ker A k et donc B p = 0, et C est nversble : en eet,c étant une matrce de la restrcton de A sur ker P (A, C annule P qu n'admet pas 0 comme racne, donc C n'admet pas la valeur propre 0. Sot alors X dans S A. Comme X est un polynôme en A, X conserve les deux sous-espaces ker A k et ker P (A. Sur cette même base, sa matrce est donc auss de la forme ( U 0. 0 V Et U n = B, V n = C. On obtent ans une applcaton surjectve de S B S C sur S A. Elle est clarement njectve. Claudne Pcaronny 7 E.N.S. de Cachan

8 5. On eectue le résultat de la queston V4, ans que ses notatons. Pour toute valeur de n, S C est non vde par le résultat I6b. Donc S A est non vde s et seulement s S B est non vde. On applque la queston V3b à la matrce B. Enn, ker A = ker B (à conjugason près, donc les d ntervenant dans la parte II sont les mêmes pour la matrce A et la matrce B. Claudne Pcaronny 8 E.N.S. de Cachan

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire

Théorie des Nombres - TD1 Rappels d arithmétique élémentaire Unversté Perre & Mare Cure Master de mathématques 1 Année 2012-2013 Module MM020 Théore des Nombres - TD1 Rappels d arthmétque élémentare Exercce 1 : Trouver tous les enters n N tels que ϕ(n) = 6. Même

Plus en détail

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i

Solution : 1. Soit y = α + βt, l équation de la droite considérée. Le problème de régression linéaire s écrit. i=1 2(α + βt i b i )t i Exercces avec corrgé succnct du chaptre 3 (Remarque : les références ne sont pas gérées dans ce document, par contre les quelques?? qu apparassent dans ce texte sont ben défns dans la verson écran complète

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

Utilisation du symbole

Utilisation du symbole HKBL / 7 symbole sgma Utlsaton du symbole Notaton : Pour parler de la somme des termes successfs d une sute, on peut ou ben utlser les pontllés ou ben utlser le symbole «sgma» majuscule noté Par exemple,

Plus en détail

Les nombres premiers ( Spécialité Maths) Terminale S

Les nombres premiers ( Spécialité Maths) Terminale S Les nombres premers ( Spécalté Maths) Termnale S Dernère mse à jour : Mercred 23 Avrl 2008 Vncent OBATON, Ensegnant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 2007-2008) Lycée Stendhal, Grenoble ( Document de

Plus en détail

Exercices d algorithmique

Exercices d algorithmique Exercces d algorthmque Les algorthmes proposés ne sont pas classés par ordre de dffculté Nombres Ecrre un algorthme qu renvoe la somme des nombre entre 0 et n passé en paramètre Ecrre un algorthme qu renvoe

Plus en détail

TD n 3. 1 Modules libres. MM002 (Algèbre et théorie de Galois) Automne 2012

TD n 3. 1 Modules libres. MM002 (Algèbre et théorie de Galois) Automne 2012 Unversté Perre & Mare Cure M de Mathématques MM002 (Algèbre et théore de Galos) Automne 202 TD n 3. Modules lbres Exercce. Montrer que Z/nZ n est pas un Z-module lbre. Plus généralement, montrer que s

Plus en détail

Cours de Calcul numérique MATH 031

Cours de Calcul numérique MATH 031 Cours de Calcul numérque MATH 03 G. Bontemp, A. da Slva Soares, M. De Wulf Département d'informatque Boulevard du Tromphe - CP22 http://www.ulb.ac.be/d Valeurs propres en pratque. Localsaton. Méthode de

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

Prérequis de Mathématiques pour GMP

Prérequis de Mathématiques pour GMP Prérequs de Mathématques pour GMP V. Nolot Sommare. Rappels sur les vecteurs La noton de foncton. Foncton et graphe de foncton..................... Nombre dérvé et foncton dérvée.................. 3.3

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Nous avons placé nos idéaux bien plus haut que les plus hauts des idéaux. (Francis Blanche)

Nous avons placé nos idéaux bien plus haut que les plus hauts des idéaux. (Francis Blanche) 1 Unversté Claude Bernard Lyon I Agrégaton de Mathématques : Algèbre & géométre Année 2009 2010 Anneaux Z/nZ Nous avons placé nos déaux ben plus haut que les plus hauts des déaux. (Francs Blanche) A ne

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

PC* Devoir 6: Corrigé 2011 2012. Partie I : Généralités

PC* Devoir 6: Corrigé 2011 2012. Partie I : Généralités PC* Devoir 6: Corrigé 20 202 Partie I : Généralités I.A - Questions préliminaires a b c I.A.) M S M = b l m avec (a, b, c, l, m, t) R 6. c m t Les éléments de S sont les matrices de la forme : M = ae +

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques

classification non supervisée : pas de classes prédéfinies Applications typiques Qu est ce que le clusterng? analyse de clusterng regroupement des obets en clusters un cluster : une collecton d obets smlares au sen d un même cluster dssmlares au obets appartenant à d autres clusters

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe

MATHÉMATIQUES I. lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe MATHÉMATIQUES I On dit qu une suite réelle a = ( a n ) n IN est ultimement périodique lorsqu elle est périodique à partir d un certain rang, c est-à-dire s il existe n 0 IN et p IN tels que : ( R) n IN,

Plus en détail

Interprétation cristalline de l isomorphisme de Deligne-Illusie (cas des courbes)

Interprétation cristalline de l isomorphisme de Deligne-Illusie (cas des courbes) Interprétaton crstallne de l somorphsme de Delgne-Illuse (cas des courbes) C. Huyghe et N. Wach 6 avrl 23 Abstract In 987, Delgne and Illuse proved the degeneraton of the spectral sequence de Hodge vers

Plus en détail

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique

Ch 4 Séries statistiques à une dimension Définitions et représentation graphique Ch 4 Séres statstques à une dmenson Défntons et représentaton graphque Termnologe Ensemble étudé = populaton Eléments de cet ensemble = ndvdus ou untés Attrbut consdéré = caractère qu peut être qualtatf

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Équations différentielles et systèmes dynamiques. Jean-Christophe yoccoz, membre de l institut (Académie des sciences), professeur

Équations différentielles et systèmes dynamiques. Jean-Christophe yoccoz, membre de l institut (Académie des sciences), professeur Équatons dfférentelles et systèmes dynamques Jean-Chrstophe yoccoz, membre de l nsttut (Académe des scences), professeur enseignement Cours : Quelques aspects de la théore des systèmes dynamques quaspérodques

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant

Champ magnétique. 1 Notions préliminaires. 1.1 Courant électrique et densité de courant 4 Champ magnétque 1 Notons prélmnares 1.1 Courant électrque et densté de courant Un courant électrque est défn par un déplacement de charges électrques élémentares (ex : les électrons de conducton dans

Plus en détail

Le théorème du viriel

Le théorème du viriel Le théorème du vrel On se propose de démontrer le théorème du vrel de deux manères dfférentes. La premère fat appel à deux "trcks" qu l faut vor. Cette preuve met en avant une quantté, notée S c, qu permet

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

Electricité II : Régimes sinusoïdaux et transitoires AC and transient circuit analysis Fascicule d'exercices de Travaux Dirigés

Electricité II : Régimes sinusoïdaux et transitoires AC and transient circuit analysis Fascicule d'exercices de Travaux Dirigés Electrcté II : égmes snusoïdaux et transtores and transent crcut analyss Fasccule d'exercces de Travaux Drgés 5 cours / Séances de TD / 5 séances de TP égmes snusoïdaux Nombre de séances de TD prévues

Plus en détail

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y )

COR TD 2. Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : x + x, y + y ) COR TD 2 Année 21 Exercice 1. Déterminer si les applications f i suivantes sont linéaires : f 1 : R 2 R 2 f 1 x, y = 2x + y, x y f 2 : R R f 2 x, y, z = xy, x, y f : R R f x, y, z = 2x + y + z, y z, x

Plus en détail

Evaluation des actions

Evaluation des actions Akrem ISCAE archés nancers : Evaluaton des actons Evaluaton des actons Secton I : Dénton hypothèses et notatons I-- La noton d un act nancer -a- Dénton Un act nancer est tout ben qu un nvestsseur désre

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal

Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal 19 Espaces vectoriels euclidiens. Groupe orthogonal Dans un premier temps, E est un espace vectoriel réel de dimension n 1. 19.1 Espaces vectoriels euclidiens Dénition 19.1 On dit qu'une forme bilinéaire

Plus en détail

Algorithme approché d optimisation d un modèle de Processus Décisionnel de Markov sur Graphe

Algorithme approché d optimisation d un modèle de Processus Décisionnel de Markov sur Graphe Algorthme approché d optmsaton d un modèle de Processus Décsonnel de Markov sur Graphe Nathale Peyrard Régs Sabbadn INRA-MIA Avgnon et Toulouse E-Mal: {peyrard,sabbadn}@toulouse.nra.fr Réseau MSTGA, Avgnon,

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA)

MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) MASTER ECONOMETRIE ET STATISTIQUE APPLIQUEE (ESA) Unversté d Orléans Econométre des Varables Qualtatves Chaptre 3 Modèles à Varable Dépendante Lmtée Modèles Tobt Smples et Tobt Généralsés Chrstophe Hurln

Plus en détail

Sous-groupes additifs de rangs dénombrables dans un corps séparablement clos

Sous-groupes additifs de rangs dénombrables dans un corps séparablement clos Sous-groupes addtfs de rangs dénombrables dans un corps séparablement clos Thomas Blosser 25 novembre 2010 Résumé Pour tout enter n, on construt des sous-groupes, nfnment défnssables de rang de Lascar

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous.

Les domaines d'existence des deux solides sont représentés sur le graphe ci-dessous. Concours Centralesupélec TSI 2011 corrge sous reserves I L'élément soufre et les sources naturelles de soufre I.A.1. Les règles pour obtenr la confguraton électronque d un atome dans son état fondamental

Plus en détail

Partie I - Valeurs propres de AB et BA

Partie I - Valeurs propres de AB et BA SESSION 9 Concours commun Centrale MATHÉMATIQUES. FILIERE PSI Partie I - Valeurs propres de AB et BA I.A - Cas de la valeur propre. I.A.) Sp(AB) Ker(AB) {} AB / G L n (R) det(ab) =. I.A.) Sp(AB) det(ab)

Plus en détail

Normalisation holomorphe d algèbres de type Cartan de champs de vecteurs holomorphes singuliers

Normalisation holomorphe d algèbres de type Cartan de champs de vecteurs holomorphes singuliers Annals of Mathematcs, 6 25, 589 62 Normalsaton holomorphe d algèbres de type Cartan de champs de vecteurs holomorphes sngulers By Laurent Stolovtch Abstract Nous montrons un résultat de normalsaton holomorphe

Plus en détail

Mémento de théorie de l information

Mémento de théorie de l information Mémento de théore de l nformaton Glles Zémor 6 octobre 204 0 Rappels de probabltés Espaces probablsés. Un espace probablsé (Ω, P ) est un ensemble Ω mun d une mesure de probablté P qu est, lorsque Ω est

Plus en détail

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels.

Exo7. Sujets de l année 2008-2009. 1 Partiel. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay. Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. Enoncés et corrections : Sandra Delaunay Exo7 Sujets de l année 28-29 1 Partiel Exercice 1 Soit A une matrice 2 2 à coefficients réels. On suppose a + c = b + d = 1 et a b 1. ( ) a b c d 1. Soient (x 1,x

Plus en détail

Sujets des projets. Informatique de Base Université Pierre et Marie Curie

Sujets des projets. Informatique de Base Université Pierre et Marie Curie 1 Sujets des projets Informatque de Base Unversté Perre et Mare Cure D Bernard, F Hecht, N Segun Master I / sesson 2004/2005 Table des matères 1 Sujet : Recherche rapde d un trangle contenant un pont dans

Plus en détail

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES Pour le Jeudi 14 Octobre 2010 NOTATIONS Soit V un espace vectoriel réel ; l'espace vectoriel des endomorphismes de l'espace vectoriel V est désigné par L(V ). Soit f un endomorphisme de l'espace vectoriel

Plus en détail

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP

Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 POLYNÔMES Résumé du cours d algèbre de Maths Spé MP 1 Polynômes 1) Formule de Taylor pour les polynômes. Soit P un polynôme non nul de degré n N. a K, P(X) = k=0 P (k) (a) (X a) k et en particulier P(X)

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES

MODELISATION DES PROCESSUS LINEAIRES MDELISATIN DES PRCESSUS LINEAIRES Dans un premer temps, nous ne consdérons que des processus partculers, supposés notamment statonnare. Cec permet de présenter un certan nombre d'outls dans un cadre relatvement

Plus en détail

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite

SIMNUM : Simulation de systèmes auto-gravitants en orbite SIMNUM : Smulaton de systèmes auto-gravtants en orbte sujet proposé par Ncolas Kelbasewcz : ncolas.kelbasewcz@ensta-parstech.fr 14 janver 2014 1 Établssement du modèle 1.1 Approxmaton de champ lontan La

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries

Chapitre 4. Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries Chapitre 4 Adjoints Opérateurs auto-adjoints et isométries I. Adjoint : Cas général d une forme { bilinéaire symétrique sesquilinéaire hermitienne On suppose dans tout I que E est un espace vectoriel de

Plus en détail

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM ère parte : Electrocnétque Chaptre ntroducton L Electrocnétque est la parte de l Electrcté qu étude les courants électrques. - Courant électrque -- Défntons Défnton : un courant électrque est un mouvement

Plus en détail

Gestion et stratégie Utilisateur

Gestion et stratégie Utilisateur Geston et stratége Utlsateur GESTION ET STRATEGIE UTILISATEUR...2 1.) Comment gérer des utlsateurs?...2 1.1) Geston des utlsateurs en groupe de traval...2 1.2) Geston des utlsateurs par domane...2 Rôle

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University Économétre 5 e édton Annexes : exercces et corrgés Wllam Greene New York Unversty Édton françase drgée par Dder Schlacther, IEP Pars, unversté Pars II Traducton : Stéphane Monjon, unversté Pars I Panthéon-Sorbonne

Plus en détail

Courant alternatif. Dr F. Raemy La tension alternative et le courant alternatif ont la représentation mathématique : U t. cos (!

Courant alternatif. Dr F. Raemy La tension alternative et le courant alternatif ont la représentation mathématique : U t. cos (! Courant alternatf Dr F. Raemy La tenson alternatve et le courant alternatf ont la représentaton mathématque : U t = U 0 cos (! t + " U ) ; I ( t) = I 0 cos (! t + " I ) Une résstance dans un crcut à courant

Plus en détail

DEA de physique subatomique Corrigé de l examen d analyse statistique des données et de modélisation session de février - année 2002-2003

DEA de physique subatomique Corrigé de l examen d analyse statistique des données et de modélisation session de février - année 2002-2003 DEA d physqu subatomqu Corrgé d l xamn d analys statstqu ds donnés t d modélsaton ssson d févrr - anné 22-23 Jérôm Baudot sur 45 ponts I- Errur sur la msur d un asymétr avant-arrèr ponts I-a La formul

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Corrigé Pondichéry 1999

Corrigé Pondichéry 1999 Corrigé Pondichéry 999 EXERCICE. = 8 = i ). D'où les solutions de l'équation : z = + i et z = z = i. a. De manière immédiate : z = z = b. Soit θ la mesure principale de arg z : cos θ = Par suite arg z

Plus en détail

THÉORIE DES INTÉGRALES et des FONCTIONS ELLIPTIQUES Gand mp C Annoot-Bracckman G) THEORIE DES INTÉGRALES ET DES FONCTIONS ELLIPTIQUES PAR LE D' OSKAR SGHLOEMILGH Professeur à TÉcole Polytechnque de Dresde

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls.

est diagonale si tous ses coefficients en dehors de la diagonale sont nuls. Diagonalisation des matrices http://www.math-info.univ-paris5.fr/~ycart/mc2/node2.html Sous-sections Matrices diagonales Valeurs propres et vecteurs propres Polynôme caractéristique Exemples Illustration

Plus en détail

5- Analyse discriminante

5- Analyse discriminante 5. ANALYSE DISCRIMINANTE... 5. NOTATION ET FORMULATION DU PROBLÈME... 5. ASPECT DESCRIPTIF...3 5.. RECHERCHE DU VECTEUR SÉPARANT LE MIEUX POSSIBLE LES GROUPES...4 5.. Cas partculer de deu groupes...7 5.3

Plus en détail

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES

AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES AGRÉGATION INTERNE: RÉDUCTION DES ENDOMORPHISMES VINCENT GUEDJ 1. Notions fondamentales 1.1. Noyau, Image. On se donne E un K-espace vectoriel de dimension finie (K = R, C principalement) et f L(E) un

Plus en détail

Exercices de mathématiques MPSI et PCSI

Exercices de mathématiques MPSI et PCSI Exercices de mathématiques MPSI et PCSI par Abdellah BECHATA www.mathematiques.ht.st Table des matières Généralités sur les fonctions 2 2 Continuité 3 3 Dérivabilité 4 4 Fonctions de classes C k 5 5 Bijections

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX *

LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX * LES DIMENSIONS DANS LA PERCEPTION DES INTERVALLES MUSICAUX * "W.J.M. LEVELT et R. PLOMP (Insttute for Percepton R.V.O.-T.N.O., SOESTERBERG, PAYS-BAS) Introducton Il est ntéressant de savor de quelle manère

Plus en détail

Soutien : Modèle de Potts mars 2015

Soutien : Modèle de Potts mars 2015 Année 04 05 Physque Statstque hors équlbre et transtons de phase Souten : Modèle de Potts mars 05 On onsdère une varante du modèle d Isng, dte de Potts, dans laquelle les N degrés de lberté (qu on appellera

Plus en détail

MODELISATION ET SIMULATION NUMERIQUE DES SYSTEMES ANALOGIQUES

MODELISATION ET SIMULATION NUMERIQUE DES SYSTEMES ANALOGIQUES MODELISATION ET SIMULATION NUMERIQUE DES SYSTEMES ANALOGIQUES Hervé MOREL Drecteur de Recherche - CNRS Herve.Morel@nsa-lyon.fr AMPERE - INSA de LYON mard 2 octobre 24 Modélsaton et smulaton des systèmes

Plus en détail

Exercices de révision pour examen #1

Exercices de révision pour examen #1 Exercces de révson pour examen #1 Queston 1. Questons théorques. a) Nommez les courants qu exstent quand une dode est en équlbre. Courants de dffuson et de drft. b) Dessnez la structure physque réelle

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Introduction. 1. le modèle de survie de COX utilisé par O. Brandmeyer dans son stage de Master 2 IMOI au Centre de Médecine Préventive de Nancy ;

Introduction. 1. le modèle de survie de COX utilisé par O. Brandmeyer dans son stage de Master 2 IMOI au Centre de Médecine Préventive de Nancy ; Introducton Le groupe de Bo-Statstque a eu une actvté soutenue en 2006-2007. Cette dernère s est concrétsée par des réunons de petts groupes de traval autour de thèmes de recherche partculers et par la

Plus en détail

LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE

LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE LE PRINCIPE DU RAISONNEMENT PAR RÉCURRENCE. Exemple troductf (Les élèves qu coasset déà be le prcpe peuvet sauter ce paragraphe) Cosdéros la sute (u ), défe pour tout, par : u u u 0 0 Cette sute est défe

Plus en détail

ESPACES VECTORIELS ET APPLICATIONS LINÉAIRES

ESPACES VECTORIELS ET APPLICATIONS LINÉAIRES 30-9- 2010 J.F.C. p. 1 ESPACES VECTORIELS ET APPLICATIONS LINÉAIRES Exercice 1 Intersection d hyperplans. E est un espace vectoriel de dimension n sur K (n [2, + [). Q1. Montrer que si F et G sont deux

Plus en détail

Calcul de tableaux d amortissement

Calcul de tableaux d amortissement Calcul de tableaux d amortssement 1 Tableau d amortssement Un emprunt est caractérsé par : une somme empruntée notée ; un taux annuel, en %, noté ; une pérodcté qu correspond à la fréquence de remboursement,

Plus en détail

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques

Applications Bilinéaires et Formes Quadratiques Ce cours peut être librement copié et distribué. Il est recommandé d en télécharger la version la plus récente à partir de : http://www.math.jussieu.fr/~alp. Toute remarque, correction ou suggestion doit

Plus en détail

éléments d'analyse statistique

éléments d'analyse statistique éléments danalse statstque applcaton à lhdrologe deuxème édton D. Ther octobre 989 R 30 73 EAU 4S 89 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES ET MINIERES SERVICES SOL ET SOUS-SOL Département Eau B.P. 6009-45060

Plus en détail

Cours Diagonalisation

Cours Diagonalisation Cours Diagonalisation par Pierre Veuillez 1 Objectif Pour une matrice A donnée, déterminer une matrice D diagonale et une matrice P inversible telle que A = P D P 1. Interprètation : Quelle relation reconnaît-on?

Plus en détail

TD 5- Applications linéaires

TD 5- Applications linéaires TD 5- Applications linéaires Exercice 1. Soit f l'application dénie sur R 2 par f(x, y) = (2x y, 3x + y). 1. Montrer que f est un endomorphisme de R 2. 2. Montrer que f est injective. 3. Montrer que f

Plus en détail

Information mutuelle et partition optimale du support d une mesure de probabilité

Information mutuelle et partition optimale du support d une mesure de probabilité Informaton mutuelle et partton optmale du support d une mesure de probablté Bernard Coln et Ernest Monga Département de Mathématques Unversté de Sherbrooke Sherbrooke JK-R (Québec) Canada bernard.coln@usherbrooke.ca

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means

Proposition d'une solution au problème d initialisation cas du K-means Proposton d'une soluton au problème d ntalsaton cas du K-means Z.Guelll et L.Zaou, Unversté des scences et de la technologe d Oran MB, Unversté Mohamed Boudaf USTO -BP 505 El Mnaouer -ORAN - Algére g.zouaou@gmal.com,

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé

PAD - Notes de cours. S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé ALGÈBRE PAD - Notes de cours S. Rigal, D. Ruiz, et J. C. Satgé November 23, 2006 Table des Matières Espaces vectoriels Applications linéaires - Espaces vectoriels............................... 3 -. Approche

Plus en détail

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire

Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la programmation linéaire Cours 02 : Problème général de la Programmation Linéaire. 5 . Introduction Un programme linéaire s'écrit sous la forme suivante. MinZ(ou maxw) =

Plus en détail

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q

1 Codes linéaires. G = [I k A]. Dans ce cas on constate que la matrice. H = [ t A I n k ] est une matrice de contrôle de C. Le syndrome de x F n q 1 Codes linéaires Un code de longueur n est une partie de F n q. Un code linéaire C de longueur n sur le corps ni F q est un sous-espace vectoriel de F n q. Par défaut, un code sera supposé linéaire. La

Plus en détail

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77

IV.1 Dual d un espace vectoriel... 77 76 IV FORMES LINÉAIRES, DUALITÉ IV Formes linéaires, dualité Sommaire IV.1 Dual d un espace vectoriel.......... 77 IV.1.a Rappels sur les e.v................... 77 IV.1.b Rappels sur les applications linéaires........

Plus en détail

L anonymat dans les protocoles cryptographiques

L anonymat dans les protocoles cryptographiques École normale supéreure Département d nformatque Équpe CASCADE INRIA Unversté Pars 7 Dens Dderot L anonymat dans les protocoles cryptographques Thèse présentée et soutenue publquement le jeud 1 er octobre

Plus en détail

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé

X-ENS PSI - 2009 Un corrigé X-ENS PSI - 009 Un corrigé Première partie.. Des calculs élémentaires donnent χ A(α) = χ B(α) = X X + et χ A(α)+B(α) = X X + 4α + 4 On en déduit que Sp(A(α)) = Sp(B(α)) = {j, j } où j = e iπ 3 Sp(A(α)

Plus en détail