«Bonnes pratiques de retraitement des dispositifs médicaux et audits des cabinets dentaires : des peurs à la réalité»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Bonnes pratiques de retraitement des dispositifs médicaux et audits des cabinets dentaires : des peurs à la réalité»"

Transcription

1 «Bonnes pratiques de retraitement des dispositifs médicaux et audits des cabinets dentaires : des peurs à la réalité» SSO-Fribourg, jeudi 12 février 2015 Dr Christine Cunier Adjointe du médecin-dentiste conseil de l administration cantonale vaudoise Médecin-dentiste ATS stérilisation niveau 1 et 2

2 93/42/CEE 2007/47/CE Cadre légal LPTh LRFP ODIM OMCJ Documents de référence (hors cadre légal) normes Guide des bonnes pratiques Littérature, publications, instructions du fabricant

3 Lois LPTh LRFP loi fédérale sur les produits thérapeutiques, 2000 loi fédérale sur la responsabilité du fait d un produit, 1993 Archivage de documents Maintenance Devoir de dilligence Sanctions Matériovigilance

4 Devoir de dilligence Le devoir de diligence (article 3 LPTh) fait obligation aux utilisateurs de dispositifs médicaux de prendre toutes les mesures nécessaires en fonction de l'état de la science et de la technique pour que la santé des humains et des animaux ne soit pas menacée. Cette exigence peut être remplie en recourant aux normes actuelles et documents auxiliaires (mémentos, guides d'exécution, recommandations des associations).

5 Ordonnances ODIM Ordonnance sur les dispositifs médicaux Entrée en vigueur Modification , mise en application de l ODIM modifié OMCJ Ordonnance sur la maladie de Creutzfeld-Jacob Entrée en vigueur

6 Article 19 Retraitement Article 20 Maintenance Article 20a modification de DMx ODIM Ordonnance sur les dispositifs médicaux, 2001 Mise en application de l ODIM modifiée le Article 24 al 2 Les cantons se chargent du contrôle de la maintenance et du retraitement des DMx par les professionnels qui s en servent, hormis dans les hôpitaux.

7 Lors du retraitement des dispositifs médicaux invasifs réutilisables Précautions particulières contre la transmission des maladies à prions OMCJ Entrée en vigueur Décontamination et désinfection selon l état des connaissances scientifiques Stérilisation à 134 o C pendant 18mn sous pression de vapeur saturée

8 Document de référence Swissmedic, 2010 En collaboration avec: SSO FMH SSSH SSHH société suisse d odonto-stomatologie fédération des médecins suisses société suisse de stérilisation hospitalière société suisse d hygiène hospitalière

9 Document de référence -Unité HPCI Vaud élaboré par Mme Attinger -validé par Dr Pétignat, Dr Nahimana, M. Cavin -document de référence pour l ensemble des professionnels travaillant en cabinet médical ou dentaire Mis à disposition sur le site internet HPCI

10 Site internet HPCI-Vaud Une «mine» d information!

11 Audits, listes de contrôle GRILLE D AUDIT Cabinets médicaux et cabinets dentaires

12 Principe Prévention et contrôle de l infection. Approche globale au cabinet dentaire.

13 Prévention des infections, buts Prévention des infections lors d actes de soins. Prévention de la transmission des infections croisées. Contrôler le risque infectieux lié à l environnement. Mise en conformité des pratiques.

14 Patient à patient: Directement en salle d attente ou indirectement par des instruments ou les mains souillées du personnel Patient au personnel: Par contact ou aérosol Modes de transmission au cabinet A partir de l environnement: Personnel au patient Surfaces, eau, air,.. Par contact ou aérosol Du patient lui-même: Flore endogène

15 Prévention des infections Protéger le patient : éviter la transmission de microorganismes du personnel au patient ou de patient à patient. Protéger le personnel : éviter la transmission de germes du patient au personnel.

16 Retraitement des DMx

17 Établissement de procédures, plan d hygiène Classification des instruments. Procédures et instructions (affichées). Protocoles de libération de charges. Instruction de maintenance et suivi de la maintenance/entretien. Entretien des locaux.

18 Procédures, protocoles, plan d hygiène Chronophage mais très utile! A concevoir comme une aide. Facilite l uniformisation des pratiques au sein du cabinet et la garantie de mise en œuvre optimale au niveau du retraitement.

19 Classification des DMx selon utilisation (Spaulding) 1. Dispositifs non critiques. N'entrent en contact qu'avec la peau intacte du patient 2. Dispositifs semi-critiques. Entrent en contact avec des muqueuses non stériles sans effraction ou la peau lésée superficiellement 3. Dispositifs critiques. Entrent en contact avec un site corporel stérile. Pénètrent la peau et les muqueuses. Entrent en contact avec le sang (vaisseaux sanguins), des tissus internes, des organes ou des blessures.

20 Retraitement en fonction du niveau de criticité Nettoyage-désinfection (bas niveau, niveau intermédiaire, haut niveau). Nettoyage-désinfection-stérilisation.

21 Personnel BPPS p.11 Formation initiale. Formation continue. Conservation des certificats.

22 Retraitement des dispositifs médicaux, respect de la marche en avant.

23 Organisation des différentes zones du cabinet 2 zones distinctes : Locaux sans activités de soins (bureaux, couloir, réception, zones de stockage) Locaux où se pratiquent des activités de soins (salle de consultation, radiologie, stérilisation, laboratoire,.)

24 Local de stérilisation En dehors de la zone de traitement 3 zones: Zone «sale» nettoyage-désinfection Zone «propre» conditionnement Zone «stérile» stérilisation

25 Permet d éviter tout risque de confusion entre le matériel sale/propre/désinfecté/stérilisé

26 US éventuel Bacs lavage manuel +désinfection. + Espace pour déposer le matériel à la sortie du stérilisateur Toujours penser à la marche en avant au niveau architectural + organisation. Jamais de «retour en arrière». Pas de contamination d une zone sur l autre (exemple, pas de projections possibles depuis la zone sale).

27 Marche en avant pré-désinfection/nettoyage/désinfection Pré-désinfection Ultra-sons Lavage Désinfection ou Pré-désinfection Ultra-sons Lavage-désinfection

28 Marche en avant séchage-contrôle-conditionnement séchage contrôle conditionnement Stérilisation-zone de décharge-stockage Stérilisation Zone de décharge Stockage

29 Manuel HPCI

30 Pré-désinfection BPPS Swissmedic, p 13

31 Pré-désinfection Précède le nettoyage But: - Protéger le personnel et réduire la contamination des locaux. - Diminuer la population de micro-organismes. - Faciliter le nettoyage ultérieur.

32 Pré-désinfection Lieu: Dans le local de soins ou à la stérilisation, idéalement au plus près de la zone d utilisation. Peut être court-circuitée en cas de nettoyage immédiat des DMx après utilisation.

33 Pré-désinfection Matériel: Bac avec couvercle. Solution désinfectante (ou détergente- désinfectante) sans aldéhyde/alcool (pour éviter la fixation des protéines). Eau du réseau.

34 Pré-désinfection Contrôles: Solution a une concentration conforme aux indications du fabricant. Instruments complètement imergeś dans le bain. Changement de la solution selon recommandations du fabricant ou de suite si souillures visibles.

35 Pré-désinfection Remarques: Se protéger avec des gants. Respecter le temps d immersion recommandé par le fabricant du produit en fonction de la concentration du produit choisie. Démonter les DMx.

36

37 Rinçage après pré-désinfection incontournable en cas d incompatibilité entre les produits utilisés pour la pré-désinfection et le nettoyage/désinfection. recommandé de routine pour diminuer les salissures. eau potable du réseau rincer abondamment

38 Nettoyage-désinfection BPPS Swissmedic, p 13-14

39 Nettoyage et désinfection manuels Les étapes de nettoyage et de désinfection peuvent être regroupées en une seule étape si le produit utilisé est un détergent désinfectant. Procédure écrite doit être établie

40 Nettoyage-désinfection manuel Matériel: Bac contenant une solution détergente-désinfectante. Matériel (brosses et écouvillons) pour le nettoyage. Eau du réseau. Bain a ultrasons éventuellement avant le bac de nettoyage-désinfection.

41 Nettoyage-désinfection manuel Contrôles: Solution a une concentration conforme aux indications du fabricant. Instruments complètement imergeś dans le bain. Changement de la solution selon les indications du fabricant ou de suite si sale.

42 nettoyage des DMx directement dans la solution matériel de protection (gants de ménage, lunettes ) nettoyage quotidien des brosses et des écouvillons

43 Ultra-sons Pas obligatoires. Aide au nettoyage (ne remplace pas le nettoyage). Rapides et efficace. Règles importantes à respecter (temps, température, fréquence), selon les instructions du fabricant. Inefficace sur les plastiques et matériaux synthétiques. Rinçage minutieux du DM après US (re-déposition de souillure).

44 Ultra-sons Test US réguliers et protocolés: -feuille d aluminium -test Sonocheck Maintenance régulière (min. 1x/an)

45 Rinçage final des instruments Rinçage abondant. Eau déminéralisée ou distillée recommandée. BPPS, p. 14 BPPS, p. 12

46 Nettoyage-désinfection en laveur-désinfecteur Désinfection thermique ou chimique Norme EN ISO

47 Nettoyage-désinfection en laveur-désinfecteur Conformité avec la norme EN ISO Maintenance annuelle de l appareil. Validation/requalification annuelle. BPPS, p 13 BPPS, p 26

48 Nettoyage-désinfection en laveur-désinfecteur - test de salissures

49 Séchage (après lavage-désinfection manuel) Séchage efficace et non contaminant du DM (chiffons propres, secs et non pelucheux ou air comprimé filtré). Contrôle de propreté et de fonctionnalité Vérifier la propreté et la fonctionnalité. Nettoyer a nouveau les DMx encore sales. Eliminer les DMx qui présentent des détériorations. BPPS p. 14

50 Conditionnement DMx protégés pour éviter toute nouvelle contamination. Le plus précocement après le nettoyage. BPPS p

51 Conditionnement Matériel: Emballages conformes aux normes (SN EN ISO ou SN EN 868). Présence obligatoire d un indicateur chimique de classe I (indicateur de passage). Compatibilité avec le processus de stérilisation. Doit permettre la pénétration de l agent stérilisant. Doit assurer le maintien de l état stérile. Doit permettre l extraction aseptique du DM.

52 Conteneurs Contrôle visuel pour vérifier son aptitude au fonctionnement. Système indiquant l intégrité de la fermeture.

53 Sachets Fermeture par thermosoudeuse ou emballage avec bande auto adhésive.

54 Thermosoudeuse Norme ISO Maintenance annuelle. Idéalement test quotidien: Test au bleu de Méthylène ou test Seal and Check

55 Thermosoudeuse Soudure : absence de cheminées, de plis, de zones brûlées. Largeur de la soudure 6 mm, espace suffisant au-dessus de la soudure pour permettre l ouverture correcte. Température de soudure adaptée au sachet (instructions du fabricant du sachet).

56 Etiquetage Doit permettre la traçabilité du processus de stérilisation. date de fabrication/de péremption n du cycle de stérilisation initiales du collaborateur! Ne doit pas compromettre l état stérile du dispositif. Etiquetage réalisé avant ou après le cycle de stérilisation. BPPS p. 15

57

58 Stérilisation BPPS p. 15 La stérilisation a la vapeur d eau saturée «cycle de re feŕence 134 C, 18 min» est la méthode de stérilisation de choix pour les cabinets dentaires.

59 Stérilisation BPPS p. 15, 18, 19, 26 Stérilisateur conforme à la norme EN (petit stérilisateur). Classe B préconisé en cabinet dentaire. Utilisation d eau déminéralisée ou distillée conforme. Validation/requalification 1x/an. BPPPS, p.28

60 Stérilisation Validation et ctrl de routine des procédés de stérilisation selon la norme EN ISO Système d enregistrement du cycle. Formulaire de libération de charge. 1 indicateur chimique de classe 6 (5) par charge.

61 Validation et ctrl de routine d un petit stérilisateur a la vapeur d eau BPPS p 18, 19 Travaux de maintenance (nettoyage extérieur+chambre, ctrl et nettoyage du réservoir d eau, filtre d aération, joint de porte, entretien et maintenance périodique). Ctrl de routine des procédés de stérilisation: Ctrl de l appareil par inspection visuelle. Vérification des fonctionnalités de l appareil par test de vide et test Helix. Utilisation d indicateur chimique classe 6 (idéal) ou 5. Enregistrement des paramètres de chaque cycle de stérilisation.

62 Contrôle de fonctionnalité Test de vide+test Hélix Essai de fuite d air = test de vide Fréquence: hebdomadaire But: vérification qu une fuite d air n empêche pas la pénétration de la vapeur d eau dans la charge a stériliser et ne constituera pas un risque de contamination pendant le séchage.

63 Stérilisation Test de pénétration de vapeur type ou Hélix Fréquence: quotidien But: vérification pénétration de la vapeur

64 Stérilisation Indicateurs chimiques classe 6 (idéal) ou 5

65 Stérilisation Système enregistrement du cycle

66 Stérilisation Que lire sur le graphique? Vérification de la bonne sélection du programme. Vérification des paramètres du cycles, notamment plateau de stérilisation, T o, durée, etc

67 Libération de la charge Contrôle du diagramme de la charge (n de charge, pression, température, temps de maintien) Contrôle visuel des indicateurs chimiques Contrôle visuel de chaque emballage (intègrité et siccité)

68 Protocole, archivage 10 ans (+ 2 ans) Archivage des protocoles, des tests, des tickets de stérilisation.

69 Documentation et archivage BPPS p. 16

70 Récapitulatif recommandations relatives aux contrôles nécessaire à la stérilisation des DMx, BPPS p. 22

71 Stockage Système de rangement selon un classement rationnel (FIFO). Stockage a l abri de la lumière directe, de l humidité, des contaminations. Zone de stockage des dispositifs médicaux stérile spécifique et distincte du stockage de fournitures non stériles. Pas de plicature des emballages ou d assemblage a l aide d élastiques. Date de péremption dépend du stockage.

72 Stérilisation par des tiers Sous-traitance de toutes les étapes excepté la prédésinfection. Le sous-traitant (p. ex. un hôpital ou une entreprise industrielle) doit e tre certifié conformément a la norme SN EN ISO Le contrat de prestations avec l entreprise externe doit e tre disponible ainsi que les procès verbaux de réception des DM retraités.

73 Retraitement des DMx Récapitulatif des opérations de retraitement des DM P Brochure prévention de l infection en pratique libérale

74

75

76

77 Erreurs fréquentes

78 Solutions Supports conformes, emballés dans des sachets.

79 Solution Usage unique

80 1,50.- 0,10.- 0,25.- 1,50.- 0,10.- 0,30.- 2,15.- 0, /pièce

81 Audits dans le canton de Vaud Inspections sur plainte au médecin cantonal (cabinets et cliniques dentaires) non annoncées Audits de tous les cabinets dentaires du Canton de Vaud visites planifiées, sur RDV

82 Feed-back des audits de cabinets dentaires dans le canton de Vaud 251 cabinets dentaires audités en 2 ans Fin des audits le

83 Principaux constats Méconnaissance de la marche en avant, non liée au local. Stérilisateurs ne répondant pas au normes ou non validés. Problèmes d architecture des locaux. Traçabilité incomplète, voir inexistante. Pas de matériel de protection. Formation lacunaire en stérilisation.

84 Exemples de non conformités ayant nécessité une correction immédiate: Stérilisateur non conforme et/ou non validés. Cycle non conforme si actes invasifs. Procédure qui ne respecte pas la marche en avant. Local de stérilisation multifonctionnel. Non respect des mesures d hygiène et des mesures de protection du personnel.

85 Exemple de non conformités ayant nécessité une correction à court terme : Elimination des DMx corrodés, rouillés et bagues sur les DMx. Formation.

86 Exemple de non conformités ayant nécessité une correction à moyen/long terme : Défaut architectural. Formation.

87 La loi comme levier du changement La formation pour améliorer les compétences et réaliser les changements en toute sérénité

88 En conclusion! Gestion de la qualité (plan-do-check-act), roue de «Deming».

89 Les AUDITS Passer de la peur à la réalité! Merci de votre attention

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

LA TRAÇABILITE DE A Z ET DE Z A AU CABINET DENTAIRE

LA TRAÇABILITE DE A Z ET DE Z A AU CABINET DENTAIRE LA TRAÇABILITE DE A Z ET DE Z A AU CABINET DENTAIRE 1 Introduction et définition de la traçabilité Les décès dus aux maladies nosocomiales, le scandale du sang contaminé ont rendu les patients anxieux

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Plan Objectif de la stérilisation Rappel théorique Niveau d Assurance Stérilité Conséquence Destruction des micro-organismes

Plus en détail

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes 1. ENTRETIEN À L OUVERTURE D UNE SALLE D OPÉRATION NON UTILISÉE AU DELÀ DE 24 H Nettoyer les surfaces (table d opération, table d instruments, éclairage opératoire, appareil d anesthésie), avec un chiffon

Plus en détail

REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CQP AIDE DENTAIRE

REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CQP AIDE DENTAIRE REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CQP AIDE DENTAIRE 1 ACTIVITES TECHNIQUES AIDE DENTAIRE / GESTION DU RISQUE INFECTIEUX Préparer et entretenir la salle de soins Entretenir la salle de stérilisation

Plus en détail

Guide pour la validation et le contrôle de routine des procédés de stérilisation à la vapeur d eau dans les établissements de soins

Guide pour la validation et le contrôle de routine des procédés de stérilisation à la vapeur d eau dans les établissements de soins Ingenieur Hospital Schweiz Ingénieur Hôpital Suisse Guide pour la validation et le contrôle de routine des procédés de stérilisation à la vapeur d eau dans les établissements de soins en référence aux

Plus en détail

Assurance de qualité dans l officine

Assurance de qualité dans l officine Assurance de qualité dans l officine Nous aborderons ici les points essentiels de l assurance de la qualité qui concernent la fabrication d une préparation magistrale depuis la réception des matières premières

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES CHIRURGICALES A SUTURE UNIMED

PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES CHIRURGICALES A SUTURE UNIMED U N I M E D S.A. CM/07.12.04 NETSTERIL.SPN Approuvé par/le: Claude Borgeaud / 08.10.13 PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Le premier dispositif 4 en 1.

Le premier dispositif 4 en 1. TETHYS H10 Le premier dispositif 4 en 1. Décontamination, nettoyage, désinfection et séchage en un seul passage pour un flux de travail plus simple, plus rapide et plus efficace. Tethys H10 est le premier

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES TRANSPORTS SANITAIRES ET DE LEURS MATERIELS Selon les protocoles du CLIN, du SMUR 54 et du Groupe Synapse (69) Pour assurer une efficacité optimale du nettoyage

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

de propreté est-il garanti? des Hôpitaux Universitaires de Genève

de propreté est-il garanti? des Hôpitaux Universitaires de Genève Nettoyage des instruments creux: le niveau d assurance de propreté est-il garanti? Retour d expérience à la stérilisation centrale des Hôpitaux Universitaires de Genève Hervé Ney JNSS Fribourg 2010 1 Hervé

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE RECOMMANDATIONS EN MATIERE DE STERILISATION. <---- Cliquez. Table des matières

CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE RECOMMANDATIONS EN MATIERE DE STERILISATION. <---- Cliquez. Table des matières CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE RECOMMANDATIONS EN MATIERE DE STERILISATION Table des matières

Plus en détail

Réception du tissus documentation examens sérologiques inspection préparation façonnage

Réception du tissus documentation examens sérologiques inspection préparation façonnage Déroulement du processus Tutoplast Don de tissus accord du patient questionnaire au patient (don vivant) questionnaire aux proches du défunt (don mort) prélèvement du tissus sur le patient (ou en pathologie)

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

Méthode de contrôle des performances des bacs ultrasons

Méthode de contrôle des performances des bacs ultrasons Méthode de contrôle des performances des bacs ultrasons Camille FAYARD Interne en Pharmacie Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry 2 ème JIFS -12 & 13 septembre 2014 Sommaire Généralités

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

A LIRE IMPERATIVEMENT AVANT TOUTE UTILISATION A REMETTRE A L UTILISATEUR ET A CONSERVER

A LIRE IMPERATIVEMENT AVANT TOUTE UTILISATION A REMETTRE A L UTILISATEUR ET A CONSERVER 4 Le Pas du Château 85670 SAINT PAUL MONT PENIT TEL : 02-51-98-55-64 FAX : 02-51-98-59-07 EMAIL : info@medicatlantic.fr Site Internet : http//: www.winncare.fr MANUEL D UTILISATION Des Systèmes d Aide

Plus en détail

1 Introduction 2. 1.1 Description 2. 1.2 Accessoires et numéros de pièces 2. 1.3 Caractéristiques 3. 1.4 Aspects réglementaires 3. 2 Mise en service 4

1 Introduction 2. 1.1 Description 2. 1.2 Accessoires et numéros de pièces 2. 1.3 Caractéristiques 3. 1.4 Aspects réglementaires 3. 2 Mise en service 4 Table des matières 1 Introduction 2 1.1 Description 2 1.2 Accessoires et numéros de pièces 2 1.3 Caractéristiques 3 1.4 Aspects réglementaires 3 2 Mise en service 4 2.1 Déballage et inspection 4 2.2 Batterie

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

Référentiel d activités

Référentiel d activités Référentiel d activités Activités 1 - Délivrance de médicaments et de dispositifs médicaux. 2 - Réalisation des opérations d'approvisionnement et de gestion au sein de la pharmacie à usage intérieur et

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31

PROCÉDURE. Code : PR-DSI-000-31 Code : PR-DSI-000-31 PROCÉDURE Instance responsable : Direction des soins infirmiers Approuvée par : Diane Benoit Présentée et adoptée au comité de direction le : 16 janvier 2013 Entrée en vigueur le :

Plus en détail

Incidence sur la siccité de différents types d emballages dans un conteneur

Incidence sur la siccité de différents types d emballages dans un conteneur Incidence sur la siccité de différents types d emballages d dans un conteneur Frédy Cavin Responsable stérilisation - Hospices/CHUV Lausanne 1ères Journées Nationales Suisses sur la stérilisation Définition

Plus en détail

A 2 7 1 4 5 1b 3 1a 6 B C 1b 1a 3

A 2 7 1 4 5 1b 3 1a 6 B C 1b 1a 3 PEP S-System A 2 7 1 4 5 1b 3 1a 6 B C 1b 1a 3 ^ 1 2 3 4 5 FR FR Notice d'utilisation Veuillez lire la présente notice d utilisation avant la première mise en service. Conservez soigneusement cette notice

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

Transport sur la route

Transport sur la route Transport sur la route Dans un camion ou un fourgon, il faut garder le poisson et les produits du poisson au froid et éviter la contamination, pendant toute la période de la livraison aux clients. Suivez

Plus en détail

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux

Étape 1: Rassembler le matériel avant d'entrer dans la chambre du patient. Étape 1a: Rassembler le matériel pour réaliser les écouvillonnages oraux Situation sur le terrain Comment procéder sans risque à des écouvillonnages oraux (prélèvements de salive) chez des patients décédés, que l on suspecte d être infectés par le virus Ebola Étape 1: Rassembler

Plus en détail

Comment peut-il stériliser autant dans si peu d espace? Il cache bien son secret.

Comment peut-il stériliser autant dans si peu d espace? Il cache bien son secret. Le secret. 2 Comment peut-il stériliser autant dans si peu d espace? Il cache bien son secret. Le Getinge Quadro est un stérilisateur de table totalement révolutionnaire, conçu pour traiter davantage d

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux

Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux Utilisation de la vapeur d eau pour l entretien des locaux Journée de formation du RRESO Brest le 24 mai 2007 Jean-Christophe HILAIRE Cadre infirmier Service hygiène hospitalière Centre Hospitalier de

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur.

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Référence : PT/HYG/007-A Page :Page 1 sur 7 Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Résumé des modifications

Plus en détail

AMIGO Désinfecteur à chargement par le dessus

AMIGO Désinfecteur à chargement par le dessus AMIGO Désinfecteur à chargement par le dessus with people in mind UN APPAREIL PERFORMANT À DOUBLE FONCTION Amigo est un désinfecteur à chargement par le dessus, extrêmement facile à utiliser avec un évier

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009

Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD. Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage. Jeudi 28 mai 2009 Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD Maîtrise de la bio contamination et place du bio nettoyage Jeudi 28 mai 2009 Alain LEFEBVRE - Cadre supérieur de santé Hygiéniste 1 Le bio nettoyage

Plus en détail

BioSonic Ultrasonic Cleaning System

BioSonic Ultrasonic Cleaning System BioSonic Ultrasonic Cleaning System Nettoyage aux ultrasons des plus efficaces atteint les endroits les plus difficilement accessibles les instruments ne s émoussent pas et ne se déforment pas BioSonic

Plus en détail

CRÉATION D'UN ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL SÉCURITAIRE. Stérilisation à la vapeur

CRÉATION D'UN ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL SÉCURITAIRE. Stérilisation à la vapeur Sara B Francais Cher client, Ce document vous conduire à travers une installation standard de votre autoclave SOLE BA. Nous vous recommandons fortement de lire ce guide pour vous familiariser avec la façon

Plus en détail

VERRE DECORATIF AGC POUR APPLICATIONS INTERIEURES GUIDE DE NETTOYAGE ET D ENTRETIEN

VERRE DECORATIF AGC POUR APPLICATIONS INTERIEURES GUIDE DE NETTOYAGE ET D ENTRETIEN VERRE DECORATIF AGC POUR APPLICATIONS INTERIEURES GUIDE DE NETTOYAGE ET D ENTRETIEN VERSION 2.0 MAI 2015 Cette version du guide annule et remplace toutes les versions précédentes. Consultez régulièrement

Plus en détail

Désinfection du matériel médical et stérilisation Josée Savoie, Julie Moreau, Maroussia Groleau

Désinfection du matériel médical et stérilisation Josée Savoie, Julie Moreau, Maroussia Groleau La prévention des infections en cabinet privé Désinfection du matériel médical et stérilisation Josée Savoie, Julie Moreau, Maroussia Groleau 6 Vous recevez Martine à votre cabinet pour son examen annuel.

Plus en détail

AUTOMATE NETTOYeur-DéSINFECTeur POUR INSTRUMENTS rotatifs et dynamiques

AUTOMATE NETTOYeur-DéSINFECTeur POUR INSTRUMENTS rotatifs et dynamiques AUTOMATE NETTOYeur-DéSINFECTeur et lubrificateur POUR INSTRUMENTS rotatifs et dynamiques Cycles de Nettoyage, désinfection et lubrification Pour une hygiène parfaite Nettoie, désinfecte et lubrifie 4

Plus en détail

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand

Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand Hygiène des mains : pourquoi, comment et quand POURQUOI? Des milliers de personnes meurent chaque jour des suites d infections acquises au cours des procédures de soins. Les germes sont principalement

Plus en détail

Produits de contrôle de l efficacité de lavage et de garantie

Produits de contrôle de l efficacité de lavage et de garantie Produits de contrôle de l efficacité de lavage et de garantie de stérilité GETINGE ssured anufacturer s protocol M Manufacturer s protocol 2 Getinge ssured Getinge vous comprend Chaque jour, vous retraitez

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Réglementation Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Sommaire Avant de s installer, les démarches à suivre p.3/4 Concevoir la cuisine p.5 Hygiène - Les bonnes pratiques

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION

LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION LA DÉMARCHE GLOBALE DE PRÉVENTION La méthode HACCP olet 3 : Ressource documentaire 1 Exemples de protocoles (A1 à A5) 2 Exemples de fiches de contrôle (B1 à B4) Année : 2005-2006 A - 1 PROTOCOLE DE FABRICATION

Plus en détail

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale.

Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. DELVAUX Stéphanie 4ème I.G.Pédiatrique Travail de chirurgie pédiatrique : La préparation du champ opératoire en chirurgie abdominale. Professeur : Dr. Erpicum Année scolaire : 2004-2005 1 1. Définition

Plus en détail

NEW GENERATION. Protection 4U

NEW GENERATION. Protection 4U Protection 4U A NEW GENERATION FR Certified System Protection 4U A New Generation! Unident S.A., basée à Genève (Suisse), a été fondée en 1970, et s est depuis fait une place parmi les leaders du secteur

Plus en détail

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson 6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) 35 Cuisson 36 Fabrication culinaires maîtrisées Manger varié J aime J aime pas 37 Le respect des recettes : fiches techniques 38 Tests de dégustations

Plus en détail

I. L HYGIENE CORPORELLE

I. L HYGIENE CORPORELLE L HYGIENE AU SERVICE DU TATOUAGE 1) Un peu de vocabulaire pour se mettre d accord sur les mots : L Hygiène = c est une science qui a pour but d améliorer la santé et de la préserver. Microbe ( germe ou

Plus en détail

Ablation de sutures. Module soins infirmiers

Ablation de sutures. Module soins infirmiers Ablation de sutures Module soins infirmiers Equipe enseignante de l IFSI du Centre Hospitalier de ROUBAIX Diaporama réalisé par : Stéphane Dubus, Formateur I. Définition Il s agit d ôter les sutures cutanées

Plus en détail

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES

ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES 1 ENTRETIEN MENAGER D UNE CHAMBRE D UN PATIENT FAISANT L OBJET DE PRECAUTIONS SPECIFIQUES A. NETTOYAGE COURANT Il est effectué: en dernier lieu, Idéalement ½ heure minimum après la réfection du lit. en

Plus en détail

Problèmes de qualité du lait? Causes possibles et mesures à prendre

Problèmes de qualité du lait? Causes possibles et mesures à prendre Problèmes de qualité du lait? Causes possibles et mesures à prendre 1 ère édition septembre 2003 Tables des matières 1) Généralités... 3 a) Sources de germes... 3 b) Laver et nettoyer dans les règles de

Plus en détail

Les Mesures Additionnelles aux Précautions Standard

Les Mesures Additionnelles aux Précautions Standard Les Mesures Additionnelles aux Précautions Standard Guide Romand pour la prévention des infections liées aux soins 1 Préambule Ce document est destiné à tous les professionnels travaillant dans les structures

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com Expo 60+ 09/10/2009 Smiley AFSCA en restauration collective - De la législation à la mise en application sodexo.com Sommaire 1. Définition & législation 2. Mise en application page 2 Développement d un

Plus en détail

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE Service Conseil et Formation RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES INOVALYS PARTENAIRE DU FAFIH VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE SOMMAIRE CALENDRIER 3 FORMATION

Plus en détail

LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012

LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012 LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012 SOMMAIRE La norme RABC, qu est-ce que c est? Les grandes lignes La blanchisserie et la Fonction linge - incidences sur l application de la méthode Les

Plus en détail

Nouvelles exigences et avancées technologiques de la filtration de l eau au point d utilisation

Nouvelles exigences et avancées technologiques de la filtration de l eau au point d utilisation Cette présentation est le résultat d un travail confidentiel de Pall Corporation et aucun extrait de cette présentation ne doit être copié, publié, présenté ou distribué sans l autorisation express et

Plus en détail

MODES D EMPLOI DES APPAREILS

MODES D EMPLOI DES APPAREILS MODES D EMPLOI DES APPAREILS MEDELA VARIO S:\00 Direction\Mes documents\site internet\docus word et pdf\appareils emploi\mode d'emploi Proximos Vario.doc/27/10/2011 1/7 En cas de questions ou de problèmes,

Plus en détail

FICHES DE STÉRILISATION

FICHES DE STÉRILISATION FICHES DE STÉRILISATION Ces fiches sont parues sous forme d un numéro thématique de la revue HYGIENES, en 1996 «Fiches de stérilisation» GOULLET D., DEWEERDT C., VALENCE B., CALOP J. HEALTH & CO BP 14

Plus en détail

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances :

Tous les produits de la gamme SAF offrent des résistances : Fiche Technique Strengths Are Flex La gamme SAF est basée sur une technologie et des polymères méthacrylates brevetés. Ces adhésifs de nouvelle génération permettent d adhérer sur de nombreux supports

Plus en détail

Soudal Panel System SPS. La force extrême derrière vos panneaux de façade. www.soudal.com SOUDAL PANEL SYSTEM. Soudal Panel System 1 SPS SOUDAL PANEL

Soudal Panel System SPS. La force extrême derrière vos panneaux de façade. www.soudal.com SOUDAL PANEL SYSTEM. Soudal Panel System 1 SPS SOUDAL PANEL www.soudal.com Soudal Panel System La force extrême derrière vos panneaux de façade WINDOW Soudal Panel System 1 Soudal Panel System () Qu est-ce que le? Les panneaux de façade existent dans tous les modèles

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

La réglementation quelques incontournables

La réglementation quelques incontournables Unité d Hygiène et d Épidémiologie 2012 La réglementation quelques incontournables Code du Travail - Article L 231-2 du titre 3 Hygiène, sécurité et conditions de travail Paragraphe 2 : «Les établissements

Plus en détail

GAMASONIC. BACS INOX de DÉSINFECTION. BAC INOX de RINCAGE. APPAREILS de NETTOYAGE par ULTRASONS. APPAREILS de SÉCHAGE. Édition 4 Décembre 2006

GAMASONIC. BACS INOX de DÉSINFECTION. BAC INOX de RINCAGE. APPAREILS de NETTOYAGE par ULTRASONS. APPAREILS de SÉCHAGE. Édition 4 Décembre 2006 GAMASONIC BACS INOX de DÉSINFECTION BAC INOX de RINCAGE APPAREILS de NETTOYAGE par ULTRASONS APPAREILS de SÉCHAGE MANUEL D IMPLANTATION Édition 4 Décembre 2006 BACS de DÉSINFECTION : BACS de RINCAGE :

Plus en détail

1 Organiser et gérer. son poste de travail

1 Organiser et gérer. son poste de travail 1 Organiser et gérer son poste de travail r é f é r e n t i e l Modes de contamination (contamination initiale) Hygiène du personnel Prévention des risques professionnels Situation Dès son arrivée dans

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

Démarche Qualité et Certification de Service d un cabinet libéral SCP OLLU-RENAUD LE MANS

Démarche Qualité et Certification de Service d un cabinet libéral SCP OLLU-RENAUD LE MANS Démarche Qualité et Certification de Service d un cabinet libéral SCP OLLU-RENAUD LE MANS Management de la qualité et Gestion des risques dans la Santé Vendredi 29 Mai 2009 à Strasbourg SCP Drs OLLU et

Plus en détail

Adhésif structural pour le collage de renforts

Adhésif structural pour le collage de renforts Notice Produit Edition 18/07/2014 Numéro 3022 Version N 2014-253 N identification : 020206040010000001 Adhésif structural pour le collage de renforts Description est une colle structurale thixotrope à

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS

CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES VÉHICULES DE TRANSPORT DES PORCS VIVANTS Ce projet a été financé dans le cadre du Programme de biosécurité et de stabilisation sanitaire des entreprises porcines du Québec, une initiative du Conseil canadien de la santé porcine. Le financement

Plus en détail

Nettoyage et désinfection Stérilisation Documentation Garanties. La solution complète Miele pour le traitement des instruments dentaires

Nettoyage et désinfection Stérilisation Documentation Garanties. La solution complète Miele pour le traitement des instruments dentaires Nettoyage et désinfection Stérilisation Documentation Garanties La solution complète Miele pour le traitement des instruments dentaires Miele Professional : le choix de la qualité Miele travaille depuis

Plus en détail

de gestion des instruments et de documentation des données processus 7 èmes Journées nationales suisses sur la stérilisation de la SSSH,

de gestion des instruments et de documentation des données processus 7 èmes Journées nationales suisses sur la stérilisation de la SSSH, Validation des logiciels i l à des fins de gestion des instruments et de documentation des données processus Présentation de Markus Geissmann à l occasion des 7 èmes Journées nationales suisses sur la

Plus en détail

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT

ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT ANALYSE COMPARATIVE DES ÉQUIPEMENTS DE TRAITEMENT DES BASSINS DE LIT Points clefs tirés de l étude de l Agence d Evaluation des Technologies et des Modes d Intervention en Santé(AETMIS) ETMIS 2009 Préface

Plus en détail

Hygiène et Sécurité INSTRUCTIONS IMPORTANTES

Hygiène et Sécurité INSTRUCTIONS IMPORTANTES Hygiène et Sécurité INSTRUCTIONS IMPORTANTES L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande un allaitement exclusif jusqu à l âge de 6 mois. Nestlé soutient ces recommandations. CONSIGNES DE SÉCURITÉ

Plus en détail

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire VWR Tour 2012! Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire Christian Siatka Directeur général Consultant qualité règlementations européennes Master BIOTIN Management de la

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

Fiche de données de sécurité

Fiche de données de sécurité Produit 2T QUAD R BIODEGRADABLE Page 1/5 Etiquette du produit ETIQUETAGE (d usage ou CE) Phrases de risque Conseils de prudence ETIQUETAGE TRANSPORT Non concerné Néant Néant Non concerné 1. IDENTIFICATION

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ conformément au Règlement (CE) nº1907/2006 REACH Nom : KR-G KR-G KR-G Page 1 de 5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE 1.1 Identificateur de produit : Nom du produit : KR-G 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE Risque infectieux et psychiatrie - Jeudi 15 novembre 2012 - Rennes. Christelle MORINIERE IDE hygiéniste CH saint Jean de Dieu-Dinan-St Brieuc Pôle

Plus en détail

LABO EXPRESS - 6, avenue Charles de Gaulle - 78150 Le Chesnay 451 372 361 00027 RCS Versailles SARL au capital de 20 000 Tél. 01.39.43.78.78 / Fax.

LABO EXPRESS - 6, avenue Charles de Gaulle - 78150 Le Chesnay 451 372 361 00027 RCS Versailles SARL au capital de 20 000 Tél. 01.39.43.78.78 / Fax. LABO EXPRESS - 6, avenue Charles de Gaulle - 78150 Le Chesnay 451 372 361 00027 RCS Versailles SARL au capital de 20 000 Tél. 01.39.43.78.78 / Fax. 01.39.43.78.79 www.laboexpress.fr SOMMAIRE I. PRESENTATION

Plus en détail

pur et silencieux dentaire

pur et silencieux dentaire pur et silencieux dentaire de l air pur JUN-AIR a produit son premier compresseur il y a 50 ans et développé la technologie et le design qui ont fait du compresseur JUN-AIR le choix numéro UN des cabinets

Plus en détail

Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale. Programme d appui au secteur de la santé- 8 ÈME FED

Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale. Programme d appui au secteur de la santé- 8 ÈME FED République du Mali Ministère des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale Programme d appui au secteur de la santé- 8 ÈME FED Mars 2006 Elaboration d un guide concernant les grossistes sur

Plus en détail

RVTM3 ASPIRATION REGULATEURS DE VIDE. Version française 07/2011. Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon

RVTM3 ASPIRATION REGULATEURS DE VIDE. Version française 07/2011. Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon Version française 07/2011 09/2011 Coordination : Serge Itzkowitch Création : Photographies : Fréderic Marigaux Imprimeur : Darmon RVTM3 ASPIRATION rvtm3_8pages_31_08.indd 2 05/09/11 16:19 RVTM3 Le régulateur

Plus en détail

GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM CENTRALE DE DOSAGE LESSIVIEL GETINGE

GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM CENTRALE DE DOSAGE LESSIVIEL GETINGE GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM CENTRALE DE DOSAGE LESSIVIEL GETINGE 2 Getinge Clean Management System GETINGE CLEAN MANAGEMENT SYSTEM (CMS) UN PROCESSUS OPTIMISÉ, UNE SOLUTION UNIQUE Getinge peut vous

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail