«Bonnes pratiques de retraitement des dispositifs médicaux et audits des cabinets dentaires : des peurs à la réalité»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Bonnes pratiques de retraitement des dispositifs médicaux et audits des cabinets dentaires : des peurs à la réalité»"

Transcription

1 «Bonnes pratiques de retraitement des dispositifs médicaux et audits des cabinets dentaires : des peurs à la réalité» SSO-Fribourg, jeudi 12 février 2015 Dr Christine Cunier Adjointe du médecin-dentiste conseil de l administration cantonale vaudoise Médecin-dentiste ATS stérilisation niveau 1 et 2

2 93/42/CEE 2007/47/CE Cadre légal LPTh LRFP ODIM OMCJ Documents de référence (hors cadre légal) normes Guide des bonnes pratiques Littérature, publications, instructions du fabricant

3 Lois LPTh LRFP loi fédérale sur les produits thérapeutiques, 2000 loi fédérale sur la responsabilité du fait d un produit, 1993 Archivage de documents Maintenance Devoir de dilligence Sanctions Matériovigilance

4 Devoir de dilligence Le devoir de diligence (article 3 LPTh) fait obligation aux utilisateurs de dispositifs médicaux de prendre toutes les mesures nécessaires en fonction de l'état de la science et de la technique pour que la santé des humains et des animaux ne soit pas menacée. Cette exigence peut être remplie en recourant aux normes actuelles et documents auxiliaires (mémentos, guides d'exécution, recommandations des associations).

5 Ordonnances ODIM Ordonnance sur les dispositifs médicaux Entrée en vigueur Modification , mise en application de l ODIM modifié OMCJ Ordonnance sur la maladie de Creutzfeld-Jacob Entrée en vigueur

6 Article 19 Retraitement Article 20 Maintenance Article 20a modification de DMx ODIM Ordonnance sur les dispositifs médicaux, 2001 Mise en application de l ODIM modifiée le Article 24 al 2 Les cantons se chargent du contrôle de la maintenance et du retraitement des DMx par les professionnels qui s en servent, hormis dans les hôpitaux.

7 Lors du retraitement des dispositifs médicaux invasifs réutilisables Précautions particulières contre la transmission des maladies à prions OMCJ Entrée en vigueur Décontamination et désinfection selon l état des connaissances scientifiques Stérilisation à 134 o C pendant 18mn sous pression de vapeur saturée

8 Document de référence Swissmedic, 2010 En collaboration avec: SSO FMH SSSH SSHH société suisse d odonto-stomatologie fédération des médecins suisses société suisse de stérilisation hospitalière société suisse d hygiène hospitalière

9 Document de référence -Unité HPCI Vaud élaboré par Mme Attinger -validé par Dr Pétignat, Dr Nahimana, M. Cavin -document de référence pour l ensemble des professionnels travaillant en cabinet médical ou dentaire Mis à disposition sur le site internet HPCI

10 Site internet HPCI-Vaud Une «mine» d information!

11 Audits, listes de contrôle GRILLE D AUDIT Cabinets médicaux et cabinets dentaires

12 Principe Prévention et contrôle de l infection. Approche globale au cabinet dentaire.

13 Prévention des infections, buts Prévention des infections lors d actes de soins. Prévention de la transmission des infections croisées. Contrôler le risque infectieux lié à l environnement. Mise en conformité des pratiques.

14 Patient à patient: Directement en salle d attente ou indirectement par des instruments ou les mains souillées du personnel Patient au personnel: Par contact ou aérosol Modes de transmission au cabinet A partir de l environnement: Personnel au patient Surfaces, eau, air,.. Par contact ou aérosol Du patient lui-même: Flore endogène

15 Prévention des infections Protéger le patient : éviter la transmission de microorganismes du personnel au patient ou de patient à patient. Protéger le personnel : éviter la transmission de germes du patient au personnel.

16 Retraitement des DMx

17 Établissement de procédures, plan d hygiène Classification des instruments. Procédures et instructions (affichées). Protocoles de libération de charges. Instruction de maintenance et suivi de la maintenance/entretien. Entretien des locaux.

18 Procédures, protocoles, plan d hygiène Chronophage mais très utile! A concevoir comme une aide. Facilite l uniformisation des pratiques au sein du cabinet et la garantie de mise en œuvre optimale au niveau du retraitement.

19 Classification des DMx selon utilisation (Spaulding) 1. Dispositifs non critiques. N'entrent en contact qu'avec la peau intacte du patient 2. Dispositifs semi-critiques. Entrent en contact avec des muqueuses non stériles sans effraction ou la peau lésée superficiellement 3. Dispositifs critiques. Entrent en contact avec un site corporel stérile. Pénètrent la peau et les muqueuses. Entrent en contact avec le sang (vaisseaux sanguins), des tissus internes, des organes ou des blessures.

20 Retraitement en fonction du niveau de criticité Nettoyage-désinfection (bas niveau, niveau intermédiaire, haut niveau). Nettoyage-désinfection-stérilisation.

21 Personnel BPPS p.11 Formation initiale. Formation continue. Conservation des certificats.

22 Retraitement des dispositifs médicaux, respect de la marche en avant.

23 Organisation des différentes zones du cabinet 2 zones distinctes : Locaux sans activités de soins (bureaux, couloir, réception, zones de stockage) Locaux où se pratiquent des activités de soins (salle de consultation, radiologie, stérilisation, laboratoire,.)

24 Local de stérilisation En dehors de la zone de traitement 3 zones: Zone «sale» nettoyage-désinfection Zone «propre» conditionnement Zone «stérile» stérilisation

25 Permet d éviter tout risque de confusion entre le matériel sale/propre/désinfecté/stérilisé

26 US éventuel Bacs lavage manuel +désinfection. + Espace pour déposer le matériel à la sortie du stérilisateur Toujours penser à la marche en avant au niveau architectural + organisation. Jamais de «retour en arrière». Pas de contamination d une zone sur l autre (exemple, pas de projections possibles depuis la zone sale).

27 Marche en avant pré-désinfection/nettoyage/désinfection Pré-désinfection Ultra-sons Lavage Désinfection ou Pré-désinfection Ultra-sons Lavage-désinfection

28 Marche en avant séchage-contrôle-conditionnement séchage contrôle conditionnement Stérilisation-zone de décharge-stockage Stérilisation Zone de décharge Stockage

29 Manuel HPCI

30 Pré-désinfection BPPS Swissmedic, p 13

31 Pré-désinfection Précède le nettoyage But: - Protéger le personnel et réduire la contamination des locaux. - Diminuer la population de micro-organismes. - Faciliter le nettoyage ultérieur.

32 Pré-désinfection Lieu: Dans le local de soins ou à la stérilisation, idéalement au plus près de la zone d utilisation. Peut être court-circuitée en cas de nettoyage immédiat des DMx après utilisation.

33 Pré-désinfection Matériel: Bac avec couvercle. Solution désinfectante (ou détergente- désinfectante) sans aldéhyde/alcool (pour éviter la fixation des protéines). Eau du réseau.

34 Pré-désinfection Contrôles: Solution a une concentration conforme aux indications du fabricant. Instruments complètement imergeś dans le bain. Changement de la solution selon recommandations du fabricant ou de suite si souillures visibles.

35 Pré-désinfection Remarques: Se protéger avec des gants. Respecter le temps d immersion recommandé par le fabricant du produit en fonction de la concentration du produit choisie. Démonter les DMx.

36

37 Rinçage après pré-désinfection incontournable en cas d incompatibilité entre les produits utilisés pour la pré-désinfection et le nettoyage/désinfection. recommandé de routine pour diminuer les salissures. eau potable du réseau rincer abondamment

38 Nettoyage-désinfection BPPS Swissmedic, p 13-14

39 Nettoyage et désinfection manuels Les étapes de nettoyage et de désinfection peuvent être regroupées en une seule étape si le produit utilisé est un détergent désinfectant. Procédure écrite doit être établie

40 Nettoyage-désinfection manuel Matériel: Bac contenant une solution détergente-désinfectante. Matériel (brosses et écouvillons) pour le nettoyage. Eau du réseau. Bain a ultrasons éventuellement avant le bac de nettoyage-désinfection.

41 Nettoyage-désinfection manuel Contrôles: Solution a une concentration conforme aux indications du fabricant. Instruments complètement imergeś dans le bain. Changement de la solution selon les indications du fabricant ou de suite si sale.

42 nettoyage des DMx directement dans la solution matériel de protection (gants de ménage, lunettes ) nettoyage quotidien des brosses et des écouvillons

43 Ultra-sons Pas obligatoires. Aide au nettoyage (ne remplace pas le nettoyage). Rapides et efficace. Règles importantes à respecter (temps, température, fréquence), selon les instructions du fabricant. Inefficace sur les plastiques et matériaux synthétiques. Rinçage minutieux du DM après US (re-déposition de souillure).

44 Ultra-sons Test US réguliers et protocolés: -feuille d aluminium -test Sonocheck Maintenance régulière (min. 1x/an)

45 Rinçage final des instruments Rinçage abondant. Eau déminéralisée ou distillée recommandée. BPPS, p. 14 BPPS, p. 12

46 Nettoyage-désinfection en laveur-désinfecteur Désinfection thermique ou chimique Norme EN ISO

47 Nettoyage-désinfection en laveur-désinfecteur Conformité avec la norme EN ISO Maintenance annuelle de l appareil. Validation/requalification annuelle. BPPS, p 13 BPPS, p 26

48 Nettoyage-désinfection en laveur-désinfecteur - test de salissures

49 Séchage (après lavage-désinfection manuel) Séchage efficace et non contaminant du DM (chiffons propres, secs et non pelucheux ou air comprimé filtré). Contrôle de propreté et de fonctionnalité Vérifier la propreté et la fonctionnalité. Nettoyer a nouveau les DMx encore sales. Eliminer les DMx qui présentent des détériorations. BPPS p. 14

50 Conditionnement DMx protégés pour éviter toute nouvelle contamination. Le plus précocement après le nettoyage. BPPS p

51 Conditionnement Matériel: Emballages conformes aux normes (SN EN ISO ou SN EN 868). Présence obligatoire d un indicateur chimique de classe I (indicateur de passage). Compatibilité avec le processus de stérilisation. Doit permettre la pénétration de l agent stérilisant. Doit assurer le maintien de l état stérile. Doit permettre l extraction aseptique du DM.

52 Conteneurs Contrôle visuel pour vérifier son aptitude au fonctionnement. Système indiquant l intégrité de la fermeture.

53 Sachets Fermeture par thermosoudeuse ou emballage avec bande auto adhésive.

54 Thermosoudeuse Norme ISO Maintenance annuelle. Idéalement test quotidien: Test au bleu de Méthylène ou test Seal and Check

55 Thermosoudeuse Soudure : absence de cheminées, de plis, de zones brûlées. Largeur de la soudure 6 mm, espace suffisant au-dessus de la soudure pour permettre l ouverture correcte. Température de soudure adaptée au sachet (instructions du fabricant du sachet).

56 Etiquetage Doit permettre la traçabilité du processus de stérilisation. date de fabrication/de péremption n du cycle de stérilisation initiales du collaborateur! Ne doit pas compromettre l état stérile du dispositif. Etiquetage réalisé avant ou après le cycle de stérilisation. BPPS p. 15

57

58 Stérilisation BPPS p. 15 La stérilisation a la vapeur d eau saturée «cycle de re feŕence 134 C, 18 min» est la méthode de stérilisation de choix pour les cabinets dentaires.

59 Stérilisation BPPS p. 15, 18, 19, 26 Stérilisateur conforme à la norme EN (petit stérilisateur). Classe B préconisé en cabinet dentaire. Utilisation d eau déminéralisée ou distillée conforme. Validation/requalification 1x/an. BPPPS, p.28

60 Stérilisation Validation et ctrl de routine des procédés de stérilisation selon la norme EN ISO Système d enregistrement du cycle. Formulaire de libération de charge. 1 indicateur chimique de classe 6 (5) par charge.

61 Validation et ctrl de routine d un petit stérilisateur a la vapeur d eau BPPS p 18, 19 Travaux de maintenance (nettoyage extérieur+chambre, ctrl et nettoyage du réservoir d eau, filtre d aération, joint de porte, entretien et maintenance périodique). Ctrl de routine des procédés de stérilisation: Ctrl de l appareil par inspection visuelle. Vérification des fonctionnalités de l appareil par test de vide et test Helix. Utilisation d indicateur chimique classe 6 (idéal) ou 5. Enregistrement des paramètres de chaque cycle de stérilisation.

62 Contrôle de fonctionnalité Test de vide+test Hélix Essai de fuite d air = test de vide Fréquence: hebdomadaire But: vérification qu une fuite d air n empêche pas la pénétration de la vapeur d eau dans la charge a stériliser et ne constituera pas un risque de contamination pendant le séchage.

63 Stérilisation Test de pénétration de vapeur type ou Hélix Fréquence: quotidien But: vérification pénétration de la vapeur

64 Stérilisation Indicateurs chimiques classe 6 (idéal) ou 5

65 Stérilisation Système enregistrement du cycle

66 Stérilisation Que lire sur le graphique? Vérification de la bonne sélection du programme. Vérification des paramètres du cycles, notamment plateau de stérilisation, T o, durée, etc

67 Libération de la charge Contrôle du diagramme de la charge (n de charge, pression, température, temps de maintien) Contrôle visuel des indicateurs chimiques Contrôle visuel de chaque emballage (intègrité et siccité)

68 Protocole, archivage 10 ans (+ 2 ans) Archivage des protocoles, des tests, des tickets de stérilisation.

69 Documentation et archivage BPPS p. 16

70 Récapitulatif recommandations relatives aux contrôles nécessaire à la stérilisation des DMx, BPPS p. 22

71 Stockage Système de rangement selon un classement rationnel (FIFO). Stockage a l abri de la lumière directe, de l humidité, des contaminations. Zone de stockage des dispositifs médicaux stérile spécifique et distincte du stockage de fournitures non stériles. Pas de plicature des emballages ou d assemblage a l aide d élastiques. Date de péremption dépend du stockage.

72 Stérilisation par des tiers Sous-traitance de toutes les étapes excepté la prédésinfection. Le sous-traitant (p. ex. un hôpital ou une entreprise industrielle) doit e tre certifié conformément a la norme SN EN ISO Le contrat de prestations avec l entreprise externe doit e tre disponible ainsi que les procès verbaux de réception des DM retraités.

73 Retraitement des DMx Récapitulatif des opérations de retraitement des DM P Brochure prévention de l infection en pratique libérale

74

75

76

77 Erreurs fréquentes

78 Solutions Supports conformes, emballés dans des sachets.

79 Solution Usage unique

80 1,50.- 0,10.- 0,25.- 1,50.- 0,10.- 0,30.- 2,15.- 0, /pièce

81 Audits dans le canton de Vaud Inspections sur plainte au médecin cantonal (cabinets et cliniques dentaires) non annoncées Audits de tous les cabinets dentaires du Canton de Vaud visites planifiées, sur RDV

82 Feed-back des audits de cabinets dentaires dans le canton de Vaud 251 cabinets dentaires audités en 2 ans Fin des audits le

83 Principaux constats Méconnaissance de la marche en avant, non liée au local. Stérilisateurs ne répondant pas au normes ou non validés. Problèmes d architecture des locaux. Traçabilité incomplète, voir inexistante. Pas de matériel de protection. Formation lacunaire en stérilisation.

84 Exemples de non conformités ayant nécessité une correction immédiate: Stérilisateur non conforme et/ou non validés. Cycle non conforme si actes invasifs. Procédure qui ne respecte pas la marche en avant. Local de stérilisation multifonctionnel. Non respect des mesures d hygiène et des mesures de protection du personnel.

85 Exemple de non conformités ayant nécessité une correction à court terme : Elimination des DMx corrodés, rouillés et bagues sur les DMx. Formation.

86 Exemple de non conformités ayant nécessité une correction à moyen/long terme : Défaut architectural. Formation.

87 La loi comme levier du changement La formation pour améliorer les compétences et réaliser les changements en toute sérénité

88 En conclusion! Gestion de la qualité (plan-do-check-act), roue de «Deming».

89 Les AUDITS Passer de la peur à la réalité! Merci de votre attention

Audit d un service de stérilisation dans une petite structure :

Audit d un service de stérilisation dans une petite structure : Audit d un service de stérilisation dans une petite structure : expérience vaudoise Monica Attinger - Infirmière HPCI Service de la santé publique VD Hôpital Neuchâtelois, 29.09.2011 Procédure en vigueur

Plus en détail

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites structures Circuits et locaux, approche économique Circuit: «La marche en avant» Utilisation Distribution Pré-désinfection Stockage Nettoyage-désinfection

Plus en détail

Nom / prénom : Tél. : E-mail :

Nom / prénom : Tél. : E-mail : Domaine : Risques HPCI Catégorie : Secteur : Centre de charges Surveillance sanitaire année Etablissement concerné : Si multisite, site concerné : Si multisite, prière de remplir 1 fiche par site Personne

Plus en détail

G:\KAP\a Heilmittel\Arbeitsgruppen-Projekte\KAV MEP KiGAP\20_KAV_220911_Checkliste_Formular_Final_Draft_Franz_bearbfc.doc 2/7

G:\KAP\a Heilmittel\Arbeitsgruppen-Projekte\KAV MEP KiGAP\20_KAV_220911_Checkliste_Formular_Final_Draft_Franz_bearbfc.doc 2/7 Liste de contrôle pour le contrôle du retraitement et de la maintenance de dispositifs médicaux dans les cabinets médicaux et dentaires et les autres établissements utilisant de petits stérilisateurs et

Plus en détail

Protocole de Pré-désinfection, nettoyage et stérilisation pour les adaptateurs RISKONTROL

Protocole de Pré-désinfection, nettoyage et stérilisation pour les adaptateurs RISKONTROL I - Instructions pour la pré-désinfection / nettoyage manuel, décontamination et des adaptateurs RISKONTROL. Avertissements: Ne pas utiliser de laine d acier ou des produits de nettoyage abrasifs. Eviter

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE Astrid Demarchi Soins Prédésinfection Lavage Stockage Retraitement des dispositifs médicaux stériles Désinfection Stérilisation Emballage Contrôles Le lavage est

Plus en détail

DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES

DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES PRISE EN CHARGE ET TRAITEMENT KA. Dinh-Van, Pharmacienne Centre Médicochirurgical de Kourou 27 mars 2013 Semaine guyanaise de lutte contre les infections associées aux

Plus en détail

Définition: LA STERILSATION

Définition: LA STERILSATION LA STERILSATION Définition: Procédé par lequel tous les germes (bactéries, virus, levure,.) sont définitivement détruits en surface et en profondeur dans un espace incontaminable clos. Préparation du matériel

Plus en détail

Stérilisation. synthèse des normes ayant trait aux emballages

Stérilisation. synthèse des normes ayant trait aux emballages 1. INTRODUCTION Le but d'un système d'emballage de dispositifs médicaux pouvant être retraités est de permettre la stérilisation, la protection physique, le maintien de la stérilité jusqu'à l'utilisation

Plus en détail

1. Renseignements sur l établissement. Cabinet dentaire :... Rue et numéro :... NPA / Lieu :... Téléphone :... Courriel :...

1. Renseignements sur l établissement. Cabinet dentaire :... Rue et numéro :... NPA / Lieu :... Téléphone :... Courriel :... Commission d hygiène du cabinet dentaire et de la protection de l environnement CHPE Secrétariat Postgasse 19 Case postale 3000 Berne 8 Téléphone : 031 310 20 80 Télécopie : 031 310 20 82 Courriel : info@sso.ch

Plus en détail

Désinfection. version 1.0f / avril 2010. QM-Ident: RN202_00_001d_AL / V01 / wma / wdm / 01.05.10 1 / 38

Désinfection. version 1.0f / avril 2010. QM-Ident: RN202_00_001d_AL / V01 / wma / wdm / 01.05.10 1 / 38 Bonnes pratiques de retraitement des dispositifs médicaux pour les cabinets médicaux et les cabinets dentaires ainsi que d'autres utilisateurs de petits stérilisateurs à la vapeur d'eau saturée Désinfection

Plus en détail

Entretien du MATERIEL de soins

Entretien du MATERIEL de soins Entretien du MATERIEL de soins 1ère partie : Matériel restant au service L. SCHATZ IDE hygiéniste Unité d Hygiène Hospitalière HCC IFSI novembre 09 PLAN Les différents types de matériel Risques Classification

Plus en détail

Stérilisation en EMS et petites structures: quelles perspectives? Contraintes et opportunités

Stérilisation en EMS et petites structures: quelles perspectives? Contraintes et opportunités Stérilisation en EMS et petites structures: quelles perspectives? Contraintes et opportunités H.Ney 02/02/2007 1 Les points abordés Les conditions requises pour retraiter les dispositifs médicaux en EMS

Plus en détail

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation

Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1 gestion du matériel en réanimation Atelier 1: Risque infectieux lié aux dispositifs médicaux Correction des TD et synthèse Principes d entretien des DM Le type d entretien appliqué va dépendre

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER L hygiène et la propreté générale d un établissement sont essentielles pour la santé et la sécurité du personnel, des clients, des visiteurs et de la communauté

Plus en détail

BPR: Le Conditionnement Du guide à la pratique

BPR: Le Conditionnement Du guide à la pratique BPR: Le Conditionnement Du guide à la pratique HNey 20092007 1 Préambule Les dispositifs médicaux m nettoyés s doivent être protégés s pour éviter toute nouvelle contamination Le conditionnement des dispositifs

Plus en détail

Bonnes pratiques de retraitement des dispositifs médicaux stériles

Bonnes pratiques de retraitement des dispositifs médicaux stériles Bonnes pratiques de retraitement des dispositifs médicaux stériles Institut suisse des produits thérapeutiques SSSH, Société suisse de stérilisation hospitalière SSHH, Société suisse d hygiène hospitalière

Plus en détail

NETTOYAGE DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

NETTOYAGE DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX 1. OBJECTIF Eviter la transmission croisée de micro-organismes via les dispositifs médicaux (DM) de bas niveau de risque infectieux et de niveau intermédiaire 2. DOMAINE D APPLICATION Médecins, infirmiers,

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX. Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux

ENTRETIEN DES LOCAUX. Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux ENTRETIEN DES LOCAUX Dr Agnès LASHERAS Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Classification des locaux selon le risque infectieux L entretien doit prendre en compte : la diversité des locaux les

Plus en détail

Nom / prénom : Tél. : E-mail :

Nom / prénom : Tél. : E-mail : Domaine : Risques HPCI Catégorie : Secteur : Centre de charges Surveillance sanitaire année Etablissement concerné : Si multisite, site concerné : Si multisite, prière de remplir 1 fiche par site Personne

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

BON USAGE DES DESINFECTANTS

BON USAGE DES DESINFECTANTS BON USAGE DES DESINFECTANTS Agents antiinfectieux DUCRUET L, Saint Genis Laval Août 2010 Objectif Ce document donne les principes généraux du bon usage des désinfectants pour aider à la mise au point de

Plus en détail

Validation et contrôles de routine des laveurs désinfecteurs pour endoscopes

Validation et contrôles de routine des laveurs désinfecteurs pour endoscopes Validation et contrôles de routine des laveurs désinfecteurs pour endoscopes Forum d hygiène du 12.01.2010 F. Cavin chef du service de stérilisation du CHUV 1 Normes sur les laveurs-désinfecteurs EN ISO

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT Généralités L EAU La tension superficielle : Phénomène naturel; paramètre qu a une surface a être mouillée( tension qu exerce l eau sur une surface) L eau

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

Page 1 / 5 Auto-contrôle // Risques HPCI // Service d endoscopie

Page 1 / 5 Auto-contrôle // Risques HPCI // Service d endoscopie Etablissement concerne : Domaine : Risques HPCI Catégorie : Secteur : Centre de charges Page 1 / 5 Bases légales Loi cantonale du 29 mai 1985 sur la santé publique art. 147, al.1, let. e Loi fédérale du

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

RETRAITEMENT DES MOTEURS ET RESPECT DES INSTRUCTIONS DU FABRICANT?

RETRAITEMENT DES MOTEURS ET RESPECT DES INSTRUCTIONS DU FABRICANT? RETRAITEMENT DES MOTEURS ET RESPECT DES INSTRUCTIONS DU FABRICANT? 1 PLAN Définitions Types de DMx DMx classiques réutilisables, quel traitement? Pourquoi les moteurs Instructions du fabricant : exemples

Plus en détail

DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER

DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER DETERGENTS - DESINFECTANTS MILIEU MEDICO - HOSPITALIER Depuis 1964 Hôpitaux Cliniques Dentisterie Cabinets médicaux Seniories et centres de médication Le nettoyage et la désinfection sont primordiaux pour

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON

ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON ENTRETIEN DES DISPOSITIFS MEDICAUX I DRAGON I. DEFINITIONS ET RAPPELS DISPOSITIFS MEDICAUX? NETTOYAGE ET DESINFECTION? CHOIX DU MODE DE TRAITEMENT ET NIVEAU DE RISQUE LES DIFFERENTS PRODUITS II. LES DM

Plus en détail

Manuel de nettoyage, de désinfection et de stérilisation. Composants prothétiques implanto-portés Straumann

Manuel de nettoyage, de désinfection et de stérilisation. Composants prothétiques implanto-portés Straumann Manuel de nettoyage, de désinfection et de stérilisation Composants prothétiques implanto-portés Straumann Contenu 1. Principes généraux 2 2. Agents de nettoyage et désinfectants 3 2.1 Agents de nettoyage

Plus en détail

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Christine KHAVAS, IDE Hygiéniste EOHH Charles FOIX - IFSI Les Règles R professionnelle des infirmier(e)s e)s L article

Plus en détail

Emballages de stérilisation Rappel de la réglementation

Emballages de stérilisation Rappel de la réglementation Emballages de stérilisation Rappel de la réglementation Monica Attinger Béatrice Tremp Eliane Chassot SSSH Morges 02.11.2010 2010 1 BPR novembre 2005 I Chapitre 10 conditionnement Les dispositifs médicaux

Plus en détail

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX

CIRCUIT GENERAL PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX PREDESINFECTION STERILISATION DES DISPOSITIFS MEDCAUX La ou la stérilisation du matériel propre permet d éliminer les organismes pathogènes présents et d éviter leur transmission par ce matériel à d autres

Plus en détail

Retraitement des porte instruments dynamiques du service d odontologie : Expérience au CHU de Clermont-Ferrand

Retraitement des porte instruments dynamiques du service d odontologie : Expérience au CHU de Clermont-Ferrand Retraitement des porte instruments dynamiques du service d odontologie : Expérience au CHU de Clermont-Ferrand 37 ème JNS Nantes 2 avril 2015 Véra BOIKO ALAUX Pharmacien C.A.M.S CHU CLERMONT- FERRAND 1

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

Annette BEAUGAS, praticien hospitalier pharmacienne. CH Paimpol Marie Agnès GAILLARD, assistante spécialiste. CHU Limoges

Annette BEAUGAS, praticien hospitalier pharmacienne. CH Paimpol Marie Agnès GAILLARD, assistante spécialiste. CHU Limoges Annette BEAUGAS, praticien hospitalier pharmacienne. CH Paimpol Marie Agnès GAILLARD, assistante spécialiste. CHU Limoges Reims, 9 avril 2014 36 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation 1

Plus en détail

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007

Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Niveau d assurance de stérilité (NAS) Hôpital Neuchâtelois Sylvie Schneider Novembre 2007 Plan Objectif de la stérilisation Rappel théorique Niveau d Assurance Stérilité Conséquence Destruction des micro-organismes

Plus en détail

LA STÉRILISATION EN PRATIQUE ORTHODONTIQUE

LA STÉRILISATION EN PRATIQUE ORTHODONTIQUE LA STÉRILISATION EN PRATIQUE ORTHODONTIQUE ETUDE des CONNAISSANCES, ATTITUDES et PRATIQUES Auprès des Dentistes Privés de la Région de Rabat L. BAHIJE, A. BAHOUM, F. ZAOUI, W. RERHRHAYE 1 2 L orthopédie

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

Guide. des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers. Le nettoyage

Guide. des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers. Le nettoyage Guide des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers Le nettoyage 41 Le nettoyage Le nettoyage consiste à éliminer toute souillure visible. Attention Ne

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

Assurance de qualité dans l officine

Assurance de qualité dans l officine Assurance de qualité dans l officine Nous aborderons ici les points essentiels de l assurance de la qualité qui concernent la fabrication d une préparation magistrale depuis la réception des matières premières

Plus en détail

REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CQP AIDE DENTAIRE

REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CQP AIDE DENTAIRE REFERENTIEL D ACTIVITES ET DE COMPETENCES CQP AIDE DENTAIRE 1 ACTIVITES TECHNIQUES AIDE DENTAIRE / GESTION DU RISQUE INFECTIEUX Préparer et entretenir la salle de soins Entretenir la salle de stérilisation

Plus en détail

Contrôle de performance des conteneurs : intérêt du test à l eau

Contrôle de performance des conteneurs : intérêt du test à l eau Contrôle de performance des conteneurs : intérêt du test à l eau Christophe LAMBERT, Pharmacien Unité de stérilisation Centralisée du CH de Chambéry France 1 Sommaire Définitions et terminologie Règlements

Plus en détail

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne Dr Christine BONNAL, PH Hygiène Béatrice HEDOUX-QUEAU Cadre hygiéniste Catherine CHARPINET Infirmière hygiéniste Hôpital Bretonneau,

Plus en détail

LA TRAÇABILITE DE A Z ET DE Z A AU CABINET DENTAIRE

LA TRAÇABILITE DE A Z ET DE Z A AU CABINET DENTAIRE LA TRAÇABILITE DE A Z ET DE Z A AU CABINET DENTAIRE 1 Introduction et définition de la traçabilité Les décès dus aux maladies nosocomiales, le scandale du sang contaminé ont rendu les patients anxieux

Plus en détail

Retraitement des porte-instruments dynamiques (PID)

Retraitement des porte-instruments dynamiques (PID) Retraitement des porte-instruments dynamiques (PID) Solutions envisagées C.BREHIER / H.NEY JNSS BIENNE 2015 1 Benjamin Franklin Si la moitié de nos souhaits étaient exaucés, Nos soucis seraient doublés

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques des endoscopes

Prélèvements microbiologiques des endoscopes Prélèvements microbiologiques des endoscopes 1 Pourquoi? Endoscopes = dispositifs complexes Plusieurs dizaines de pièces assemblées Matériaux divers Canaux >1 m / diamètre ~ 1 mm Reliés par des jonctions

Plus en détail

Emballages de stérilisation Nouvelle norme ISO 11607 1&2 : Quels changements dans les pratiques de conditionnement?

Emballages de stérilisation Nouvelle norme ISO 11607 1&2 : Quels changements dans les pratiques de conditionnement? Emballages de stérilisation Nouvelle norme ISO 11607 1&2 : Quels changements dans les pratiques de conditionnement? Avril 2006 : la norme EN 868-1 devient NF EN ISO 11607 1&2 Dans le cadre du processus

Plus en détail

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes

BOP: Environnement - Entretien des salles d'opération et des locaux annexes 1. ENTRETIEN À L OUVERTURE D UNE SALLE D OPÉRATION NON UTILISÉE AU DELÀ DE 24 H Nettoyer les surfaces (table d opération, table d instruments, éclairage opératoire, appareil d anesthésie), avec un chiffon

Plus en détail

Pro Class.atypik-design.com www Réalisation :

Pro Class.atypik-design.com www Réalisation : Pro Class PRO Class Conformité Fiabilité Fonctionnalité Productivité - Traçabilité Conformité La PRO Class est non seulement conforme à la norme européenne EN 13060, mais comme l ensemble de nos Vacuklav

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL

Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Entretien des locaux : principes et méthodes C. CHAPUIS, HCL Objectifs Assurer une propreté visuelle Assurer un environnement agréable au patient/résident Prévenir la transmission croisée La classification

Plus en détail

La gestion du linge en EMS

La gestion du linge en EMS La gestion du linge en EMS Quelles mesures mettre en place? Journée Cclin Est / ARLIN Lorraine 6 Novembre 2014 K. Guerre Introduction (1) Rôle primordial dans le confort et la protection des résidents

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS?

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS? 3 ème Journée Régionale de formation et d information destinée aux EHPAD HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Jeudi 17 Novembre 2011 CHU de ROUEN Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

systèmes de barrière stérile

systèmes de barrière stérile systèmes de barrière stérile La nouvelle norme internationale ISO 11607 Son impact sur les fabricants, les produits, les utilisateurs et les normes européennes existantes Ordre du jour Pourquoi les normes

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement Hygiène de base Formation 20.. Cours pour Etablissement Objectifs du cours Découvrir le vocabulaire spécifique à l hygiène Expliquer les mécanismes physiopathologiques d une infection Nommer les agents

Plus en détail

Guide pour la validation et le contrôle de routine des procédés de stérilisation à la vapeur d eau dans les établissements de soins

Guide pour la validation et le contrôle de routine des procédés de stérilisation à la vapeur d eau dans les établissements de soins Ingenieur Hospital Schweiz Ingénieur Hôpital Suisse Guide pour la validation et le contrôle de routine des procédés de stérilisation à la vapeur d eau dans les établissements de soins en référence aux

Plus en détail

DOCUMENT DE SUIVI DES ACTIVITES MENEES EN MILIEU PROFESSIONNEL

DOCUMENT DE SUIVI DES ACTIVITES MENEES EN MILIEU PROFESSIONNEL DOCUMENT DE SUIVI DES ACTIVITES MENEES EN MILIEU PROFESSIONNEL Sur le cycle de formation (trois ans : seconde, première, terminale) Cette grille permet de repérer les activités réalisées par le candidat

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES CHIRURGICALES A SUTURE UNIMED

PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES CHIRURGICALES A SUTURE UNIMED U N I M E D S.A. CM/07.12.04 NETSTERIL.SPN Approuvé par/le: Claude Borgeaud / 08.10.13 PREPARATION (NETTOYAGE, DESINFECTION ET STERILISATION) D AIGUILLES MEDICALES, DE RACCORDS, DE ROBINETS ET D AIGUILLES

Plus en détail

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS

FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION - ENREGISTREMENTS FICHES 1et 2 : HYGIENE DU PERSONNEL FICHE 3 : PLAN DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 4 : SUIVI DES OPERATIONS DE NETTOYAGE DESINFECTION FICHE 5 : CONTROLES BACTERIOLOGIQUES DE LA DESINFECTION FICHE 6 : CONTROLES

Plus en détail

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT

DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT DETERGENT DETERGENT DESINFECTANT DESINFECTANT I LES DETERGENTS a) Définition : Substances utilisées pour le lavage ou le nettoyage. Le détergent a uniquement des propriétés nettoyantes. Il ne détruit pas

Plus en détail

Nettoyage et désinfection des chariots de douche en Chirurgie plastique (CPR)

Nettoyage et désinfection des chariots de douche en Chirurgie plastique (CPR) Nettoyage et désinfection des chariots de douche en Chirurgie plastique (CPR) 1. Objet Ce document décrit les modalités de nettoyage et de désinfection à l Incidin Plus des chariots de douche en Chirurgie

Plus en détail

CLASSEMENT : NUMÉRO : TYPE DOCUMENT : N DOCUMENT : PRE-DESINFECTION ET NETTOYAGE D'UN DISPOSITIF MEDICAL

CLASSEMENT : NUMÉRO : TYPE DOCUMENT : N DOCUMENT : PRE-DESINFECTION ET NETTOYAGE D'UN DISPOSITIF MEDICAL 1. Date de création du document : 30/03/2005 2. Service émetteur : Unité de Stérilisation Centralisée Pharmaceutique (USCP) 3. Nombre de pages totales du document : Rédaction Validation Approbation Noms

Plus en détail

Entretien des locaux. «Faut qu ça brille»

Entretien des locaux. «Faut qu ça brille» Entretien des locaux «Faut qu ça brille» Besson Martine cadre hygièniste ARLIN Auvergne Oui, mais pas seulement! L entretien de l environnement à 2 objectifs : Maintenir une propreté visuelle par le nettoyage

Plus en détail

Prévention de l infection en pratique libérale

Prévention de l infection en pratique libérale Unité HPCI - VD Prévention de l infection en pratique libérale Support de formation à l intention des professionnels travaillant en cabinet médical ou dentaire Août 2012 Document élaboré par Monica Attinger

Plus en détail

Prions. Joseph Hajjar Valence

Prions. Joseph Hajjar Valence Prions Joseph Hajjar Valence Quelles actualités sur la transmission en particulier sanguine? Quels risques liés à la manipulation d instruments souillés? Rappels Agents Transmissibles Non Conventionnels

Plus en détail

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène.

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène. Les tableaux suivants ont pour objectifs de définir les moyens de maîtrise à chaque étape du processus de l abattage jusqu au conditionnement et à la livraison, en fonction des dangers sanitaires identifiés

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES

LES DIFFERENTES ETAPES LES DIFFERENTES ETAPES DE LA DEMARCHE R.A.B.C Etape 1 : Dresser la liste de tous les dangers microbiologiques associés à chacune des étapes, puis dresser la liste de toutes les mesures de contrôle destinées

Plus en détail

Le premier dispositif 4 en 1.

Le premier dispositif 4 en 1. TETHYS H10 Le premier dispositif 4 en 1. Décontamination, nettoyage, désinfection et séchage en un seul passage pour un flux de travail plus simple, plus rapide et plus efficace. Tethys H10 est le premier

Plus en détail

DECHETS BIOLOGIQUES ET MEDICAUX

DECHETS BIOLOGIQUES ET MEDICAUX L élimination des déchets comprend: DECHETS BIOLOGIQUES ET MEDICAUX En amont: la collecte, le stockage provisoire et le transport En aval: leur valorisation, leur stockage et leur traitement Selon art.7

Plus en détail

CAMPAGNE D INSPECTION 2008-2009 REPARATION ET MAINTENANCE DES ENDOSCOPES

CAMPAGNE D INSPECTION 2008-2009 REPARATION ET MAINTENANCE DES ENDOSCOPES Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des Dispositifs Médicaux Rédacteurs : Jean-Christophe BORN et Laurent BAUVAL CAMPAGNE D INSPECTION

Plus en détail

1. Qu'est-ce que nettoyer? 2. Pourquoi nettoyer et désinfecter? 3. Où se trouvent les germes? 4. Principe de nettoyage

1. Qu'est-ce que nettoyer? 2. Pourquoi nettoyer et désinfecter? 3. Où se trouvent les germes? 4. Principe de nettoyage 1. Qu'est-ce que nettoyer? Supports de cours L'entretien et la désinfection des locaux C'est rendre propre en éliminant les salissures sans détériorer le matériau que l'on nettoie. Il s'agit d'un assainissement

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre

Plus en détail

La restauration en maison de repos

La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos! Un métier spécifique de plus en plus pointu au niveau de:! La sécurité alimentaire.! La gestion de la qualité.! L Optimisation des

Plus en détail

CONTRÔLE DES CONTENEURS A LA STERILISATION JOURNEE SSSH 10 MARS 2012 HOPITAL DU VALAIS - SION

CONTRÔLE DES CONTENEURS A LA STERILISATION JOURNEE SSSH 10 MARS 2012 HOPITAL DU VALAIS - SION CONTRÔLE DES CONTENEURS A LA STERILISATION JOURNEE SSSH 10 MARS 2012 HOPITAL DU VALAIS - SION PLAN CONTENEURS - Définition - Types CE QUE DISENT LES NORMES - 11607-868 L EMBALLAGE - Intérieur, extérieur

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES

4 PROTOCOLES DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION A APPLIQUER 1 - PROCEDURE APPROFONDIE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES VEHICULES PROTOCOLE DE NETTOYAGE ET DE DESINFECTION DES TRANSPORTS SANITAIRES ET DE LEURS MATERIELS Selon les protocoles du CLIN, du SMUR 54 et du Groupe Synapse (69) Pour assurer une efficacité optimale du nettoyage

Plus en détail

Entretien des jouets et du matériel partagé

Entretien des jouets et du matériel partagé Association des hygiénistes de Picardie 9 ème Journée d automne Noyon - 19 Septembre 2013 Entretien des jouets et du matériel partagé Annie BRENET ARLIN Picardie CCLIN PN Généralités L hygiène est un ensemble

Plus en détail

de propreté est-il garanti? des Hôpitaux Universitaires de Genève

de propreté est-il garanti? des Hôpitaux Universitaires de Genève Nettoyage des instruments creux: le niveau d assurance de propreté est-il garanti? Retour d expérience à la stérilisation centrale des Hôpitaux Universitaires de Genève Hervé Ney JNSS Fribourg 2010 1 Hervé

Plus en détail

Atelier n 3 : Prise en charge des moteurs : de l utilisation à la maintenance

Atelier n 3 : Prise en charge des moteurs : de l utilisation à la maintenance 34èmes JOURNEES NATIONALES D ETUDES SUR LA STERILISATION, LYON, 4 et 5 avril 2012 Atelier n 3 : Prise en charge des moteurs : de l utilisation à la maintenance Dori AFRAIE, Bénédicte BENOIT & Laurent THIERRY

Plus en détail

Le bon usage des gants

Le bon usage des gants Le bon usage des gants Historique Au XVI ème siècle, l obstétricien Plenck recommandait déjà l usage des gants au moment de la naissance d enfants de mère syphilitique. Cette recommandation apparaissait

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE RECOMMANDATIONS EN MATIERE DE STERILISATION. <---- Cliquez. Table des matières

CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE RECOMMANDATIONS EN MATIERE DE STERILISATION. <---- Cliquez. Table des matières CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE RECOMMANDATIONS EN MATIERE DE STERILISATION Table des matières

Plus en détail

Protocoles d échanges en DP

Protocoles d échanges en DP Protocoles d échanges en DP Réalisés par Marketing Global DP Gambro Renal Products Sommaire Prévention de l infection Page 1 PD01/03 Nettoyage et désinfection pour les échanges en DP Page 2 PD02/03 Lavage

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE

ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE ASEPSIE ET PREPARATION DE L ACTE IMPLANTAIRE PRACTIS DENTAL, 22/01/2014 Dr MOSSOT V-L Infectiologie et Implantologie Les germes rencontrés le plus souvent lors d infections post chirurgicales ne sont pas

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE Stérilisation des dispositifs médicaux : la conduite des cycles de stérilisation Décembre 2004 I. PROMOTEURS Association dentaire française (ADF)

Plus en détail

2 ème atelier d information sur le cadre réglementaire relatif à la gestion des DAS. Afef MAKNI-SIALA

2 ème atelier d information sur le cadre réglementaire relatif à la gestion des DAS. Afef MAKNI-SIALA Les Modalités et les Conditions de Gestion des DAS Projet de démonstration et de promotion des bonnes techniques et pratiques pour gérer les DAS et les PCB en Tunisie FEM (Don n : TF 11541) 2 ème atelier

Plus en détail