Source : htp://genevalunch.com/guest-bloggers/files/2010/07/cern_dominique_bertolla_aerial-view.jpg LA BELGIQUE ET LE CERN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Source : htp://genevalunch.com/guest-bloggers/files/2010/07/cern_dominique_bertolla_aerial-view.jpg LA BELGIQUE ET LE CERN"

Transcription

1 Source : htp://genevalunch.com/guest-bloggers/files/2010/07/cern_dominique_bertolla_aerial-view.jpg LA BELGIQUE ET LE CERN Février 2012

2 TABLE DES MATIERES 1. EXECUTIVE SUMMARY page 3 2. LA GOUVERNANCE ET LE FINANCEMENT page Création et mission page Les organes de décision et la représentation de la Belgique page Les moyens financiers et leur utilisation page Les récents thèmes de discussion et décisions page L élargissement géographique page La Caisse des Pensions page Le paiement des contributions dans des monnaies autres que le franc suisse page Plan à moyen terme pour la période et projet de budget pour 2012 page LES ENJEUX SCIENTIFIQUES page LHC page CMS page ISOLDE page NA62 page OPERA page LES DIMENSIONS ECONOMIQUES ET SOCIETALES page Le retour industriel pour la Belgique page Le personnel belge au CERN page La diffusion des connaissances page 24 ANNEXE page 26 2

3 1. EXECUTIVE SUMMARY Le CERN, l Organisation européenne pour la recherche nucléaire, dont le siège administratif est situé à Genève, constitue l un des plus grands et des plus prestigieux laboratoires scientifiques du monde. Il a pour vocation la physique fondamentale, la découverte des constituants et des lois de l Univers. Organisation intergouvernementale créée par une convention internationale signée à Paris le 19 juillet 1953, à l initiative de douze pays dont la Belgique, elle comprend aujourd hui 20 Etats membres. Compte tenu de la mondialisation croissante de la recherche dans les hautes énergies, certains Etats non européens sont autorisés à contribuer à certaines activités du CERN. Quelques uns (Inde, Israël, Japon, Russie, Turquie et USA) sont invités à assister, à titre d observateur, à certaines parties des réunions des organes de décision de l Organisation. Par ailleurs, celle-ci envisage de participer, à moyen terme, à des projets hors Europe. Le Conseil est l autorité suprême du CERN. Il est assisté dans sa tâche par des comités ad hoc dont le Comité des Finances. Depuis toujours étroitement associée aux décisions stratégiques, la Belgique est représentée depuis 2009 au Conseil par V. Halloin, Secrétaire générale du F.R.S.- FNRS. W. Van Doninck (VUB) siège à ses côtés à titre de représentant des scientifiques. Les prises de position de la Belgique au cours des débats résultent d une concertation très régulière entre les autorités fédérales en charge du dossier. La contribution financière annuelle de notre pays représente 2,82% des contributions totales au CERN, soit, en 2010, 31 MCHF ( ,23 ) 1 sur un total de MCHF ( ,70 ). Ces dernières années, l Organisation a mené une politique budgétaire rigoureuse. L année 2010 s est clôturée par un solde budgétaire positif. Les produits financiers se sont accrus, notamment en raison de l augmentation croissante de projets financés par l UE, dans le cadre de laquelle le CERN rencontre des taux de succès particulièrement élevés. L Organisation a adopté tout récemment, d une part, un plan de mesures drastiques pour stabiliser la situation financière de la Caisse de Pensions et, d autre part, le plan des ressources à moyen terme pour la période Près de 58% des charges de l Organisation relèvent de frais de personnel, 33% de la consommation de matériel, plus de 7% de la consommation d énergie et près de 2% de frais liés au remboursement de dettes. Le nombre total de membres de personnel employé payés par les comptes du CERN et des équipes de recherche s élève à 2808,9 ETP 2. Le personnel de nationalité belge a toujours été présent dans toutes les catégories professionnelles de l Organisation. Ces dernières années, on constate que l augmentation des effectifs de nationalité belge concerne davantage les administratifs de haut niveau que le personnel de R&D. Environ 8000 scientifiques visiteurs, soit la moitié des physiciens des particules du monde, viennent au CERN pour mener des recherches. 580 universités y sont représentées. Parmi cellesci, les universités belges ULB, VUB, UCL, KULeuven, UMONS, UGent et UA assurent des 1 Taux de conversion au 26 août 2011, utilisé pour tous les montants existants dans le présent document 2 Données

4 responsabilités importantes au sein des expériences majeures du Laboratoire. Cette communauté de chercheurs s élève à une centaine d unités. L European Committee for Future Accelerators (ECFA) a souligné la qualité de cette recherche qui se caractérise par un étroit dialogue entre théoriciens et expérimentateurs 3. L implication de nos chercheurs au CERN permet à notre communauté de physiciens de développer de manière significative les connaissances dans le domaine et, en conséquence, de former à l excellence les générations d étudiants qu ils encadrent. Si l on considère les lauréats du Prix Francqui depuis 1954, année de création officielle de l Organisation, sur les 32% de lauréats en sciences exactes, 57% sont des physiciens. Les publications scientifiques attestent également de la qualité et du rayonnement de cette recherche. Pour participer aux activités du CERN, les équipes universitaires bénéficient de crédits alloués par l IISN 4 /IIKW 5, fonds associés respectivement près le F.R.S.-FNRS et le FWO. Ces fonds, dont la mission participe d une contribution à l approfondissement de l étude de la matière, perçoivent annuellement des subventions fédérales et communautaires dont l utilisation se fonde, au Nord et au Sud du pays, sur une évaluation scientifique rigoureuse et transparente des projets de recherche soumis à financement. Le CERN fonde ses activités sur des accélérateurs et des détecteurs de particules. Mis en fonctionnement en septembre 2008, le Grand collisionneur de hadrons (LHC) va recréer les conditions qui existaient juste après le Big Bang. Nos chercheurs participent aux expériences installées dans le LHC ainsi qu à des expériences associées, soit essentiellement CMS, ISOLDE, NA62 et OPERA. Ces expériences sont tout à fait stratégiques pour la Belgique dans la mesure où elles devraient, en théorie, mener à la découverte du boson de Higgs, Brout et Englert. Ces deux derniers chercheurs sont belges. Si le mécanisme de brisure de symétrie responsable de la masse des bosons Z et W est bien établi (tout calcul en physique des particules en dépend profondément), le détail de sa réalisation, compte tenu du très bon fonctionnement du LHC, serait, de l avis de la direction du CERN, mis en évidence expérimentalement d ici à maximum deux ans. Il pourrait valoir à nos chercheurs, déjà couronnés par le prix Wolf de physique, un prix Nobel. Outre le prestige pour notre recherche, on peut raisonnablement espérer qu une telle reconnaissance concourra à attirer davantage de jeunes vers les filières scientifiques. Les projets de recherche contribuent non seulement aux progrès de la physique mais les technologies développées trouvent également des applications dans la médecine et l industrie. Il n est pas inutile de rappeler qu il y a 30 ans, le CERN a été le lieu de naissance du World Wide Web (www), développé par T. Berners-Lee stimulé par son chef de groupe, le belge R. Cailliau. La participation de la Belgique au CERN ne concerne pas exclusivement le monde scientifique, elle implique aussi les acteurs économiques. En effet, l Organisation dispose d un budget d achats en matériel, fournitures et prestations de services d un montant de 1 milliard de CHF ( ,81 d ), dont 400 MCHF ( ,56 ) d achats en biens et services. Elle poursuit une politique d achat en tenant compte du retour industriel allant à chaque pays 3 Lettre de M. T. Nakada, Président de l ECFA, envoyée à Mme V. Halloin, le 23 avril 2010, suite à la visite de l ECFA en Belgique 4 Institut Interuniversitaire des Sciences Nucléaires 5 Interuniversitair Instituut voor Kernwetenschappen 4

5 membre 6. La Belgique est considérée comme un pays dit «équilibré», c est-à-dire qui atteint le seuil minimal de retour industriel. Cette notion recouvre des contrats importants pour les entreprises belges dans différents domaines allant de la mécanique de haute précision à l électronique, en passant par les moulages plastiques spéciaux. Toutefois, les cinq dernières années correspondent à une baisse des dépenses en services industriels et, dans une moindre mesure, des dépenses en fournitures ayant la Belgique comme pays d origine. On peut espérer une reprise dans le futur du fait des périodes de travail technique prévues sur le LHC. Dans cette perspective, l AWEX 7 et Flanders Investment and Trade développent actuellement un programme de visites et de contacts susceptible d intensifier les relations commerciales entre nos entreprises et le CERN. Enfin, l Organisation diffuse auprès d un large public les informations relatives à ses activités en cours et progrès engrangés. Elle contribue de manière significative, par une compréhension sans cesse affinée de notre Univers, à l accroissement de la connaissance et à l évolution technologique de notre société. La Belgique, pays fondateur du CERN, peut s enorgueillir de contribuer depuis plus de 50 ans, avec excellence, à ce fleuron de la science et de la technologie. Le présent rapport poursuit l objectif de préciser les caractéristiques de notre collaboration au sein de cette grande infrastructure de recherche. 6 Proportion des achats du pays dans l ensemble des achats du CERN en relation avec la proportion de la contribution dans le total du budget du CERN. 7 Agence wallonne à l Exportation et aux Investissements étrangers 5

6 2. LA GOUVERNANCE ET LE FINANCEMENT 2.1. Création et mission L'Organisation Européenne pour la Recherche Nucléaire (CERN) est une organisation intergouvernementale européenne créée par une convention internationale, signée à Paris le 19 juillet 1953 à l'initiative de douze pays dont la Belgique. Elle compte aujourd'hui vingt Etats membres 8. Compte tenu de la mondialisation croissante de la recherche dans les hautes énergies, certains Etats non-membres (Inde, Israël, Japon, Russie, Turquie et USA) se sont vus reconnaître le statut d'observateur ce qui leur ouvre le droit d'assister à certaines parties de réunions du Conseil mais pas de prendre part au processus de décisions de l'organisation. Le statut d'associé permet aux Etats non européens de participer et de contribuer à une ou plusieurs des activités du CERN. Les Etats membres du CERN 9 8 Actuellement, les États membres sont : l Allemagne, l'autriche, la Belgique, la Bulgarie, le Danemark, l'espagne, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l'italie, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République slovaque, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. 9 6

7 Les laboratoires du CERN s'étendent de part et d'autre de la frontière franco-suisse entre le Jura et le lac Léman; le siège administratif est localisé en Suisse. Le CERN a pour vocation la physique fondamentale, la découverte des constituants et des lois de l'univers. Il utilise des instruments scientifiques très complexes pour sonder les constituants ultimes de la matière: les particules fondamentales. En étudiant ce qui se passe lorsque ces particules entrent en collision, les physiciens appréhendent les lois de la Nature. Les instruments qu utilise le CERN, sont des accélérateurs et des détecteurs de particules. Les accélérateurs portent des faisceaux de particules à des énergies élevées pour les faire entrer en collision avec d'autres faisceaux ou avec des cibles fixes. Les détecteurs, eux, observent et enregistrent le résultat de ces collisions Les organes de décision et la représentation de la Belgique Le Conseil du CERN est l'autorité suprême et est responsable de toutes les décisions importantes. Il détermine la politique de l'organisation dans les domaines scientifique, technique et administratif. Il approuve le programme d'activités, adopte les budgets et contrôle les dépenses. A deux reprises dans l'histoire du CERN, la présidence du Conseil fut confiée à une personnalité belge, d abord J. Willems et par la suite P. Levaux. Le Conseil est assisté dans sa tâche par le Comité des directives scientifiques et le Comité des finances. Le Directeur général, nommé par le Conseil, gère le Laboratoire. Cette fonction est occupée depuis 2009 par R. Heuer (AIIemagne). Le Directeur général est assisté par un Directoire et administre le Laboratoire en s'appuyant sur une structure de départements. Cette fonction fut assurée de 1976 à 1980, par un scientifique belge, L. Van Hove. Chaque État membre est représenté par deux délégués officiels au Conseil, dont l'un représente les autorités de son pays et l'autre les milieux scientifiques nationaux. Chaque État membre dispose d'une seule voix et la plupart des décisions se prennent à la majorité simple, même si, en pratique, le Conseil cherche à atteindre un consensus aussi large que possible. Depuis août 2009, V. Halloin représente notre pays au Conseil, W. Van Doninck y siégeant au nom des milieux scientifiques belges. Les intéressés participent également aux réunions du Comité des Finances. J.-M. Warêgne, attaché économique et commercial de la Région wallonne à Genève, et K. Castelein, attaché économique et commercial pour la Région flamande à Zürich, sont autorisés à suivre les travaux de ce Comité. Toutes les activités se déroulent en étroite collaboration avec la Représentation permanente de la Belgique à Genève. Par ailleurs, membre de l'advisory Committee of CERN Users (ACCU) depuis 2008 à la suite de C. Bricman et G. Wilquet, C. Van der Velde préside aux destinées de ce Comité depuis Afin de préparer la position belge de manière concertée, V. Halloin prend régulièrement le soin de solliciter le Cabinet du Ministre du Climat et de l Energie, le Cabinet de la Politique scientifique et 7

8 la Direction générale de l Energie du Ministère des Affaires économiques. Enfin, la cellule COORMULTI, créée au sein du SPF Affaires étrangères, Commerce Extérieur et Coopération au Développement, organise, le cas échéant, des réunions de coordination en vue de contrôler la cohérence de la politique belge à l égard du CERN Les moyens financiers et leur utilisation 10 En 2010, la Belgique participe à concurrence de 2,82 % aux contributions totales au CERN, soit 31 MCHF ( ,23 ) sur MCHF ( ,53 ). Figure I. Sweden 2,40% Slovak Republic 0,60% Portugal 1,18% Poland 2,66% Norway 2,76% Netherlands 4,55% Switzerland Austria 2,25% 2,41% United Kingdom 14,64% Spain 8,89% Italy 11,64% Belgium 2,82% Hungary 0,68% Greece 1,93% Bulgaria 0,32% France 15,63% Germany 20,30% Czech Republic 1,08% Denmark 1,76% Finland 1,48% Comme l indique le résumé des produits et charges repris au sein du tableau I. ci-dessous, le solde budgétaire 2010 est positif, à concurrence de 110 MCHF ( ,38 ). Les produits se sont accrus en raison des contributions qu a versées la Roumanie en tant que candidate à l adhésion, de l augmentation du nombre de projets de l UE (dans le cadre desquels le CERN a rencontré un taux de succès très élevé, particulièrement pour les projets Marie Curie) et de membres de personnel rémunérés sur les comptes d équipes de visiteurs ou en détachement, ainsi que d autres produits (y compris les ventes, compensations d assurance, contributions en nature et accords de collaboration). 10 La plupart des informations reprises dans cette section du rapport sont extraites du Bilan d activités annuel de l Organisation pour le cinquante-sixième exercice financier

9 Avec 18 nouveaux projets de l UE retenus pour un financement et une contribution correspondante de la part de la Commission européenne se montant à 23,8 MEuros ( ,71 CHF) (sur une période de 2 à 5 ans), 2010 a été l année la plus fructueuse du CERN en ce qui concerne sa participation au 7 ème programme-cadre (PC). Outre les projets Marie Curie, l infrastructure électronique et les Programmes d infrastructures de recherche, pour lesquels l Organisation est très active depuis plusieurs années, la participation du CERN au 7 ème PC s étend à 18 nouveaux projets parmi lesquels 5 sont coordonnés par le CERN et 2 sont de type «monosite» (le CERN est le seul bénéficiaire de la convention de subvention). Pour l ensemble des programmes de recherche, les charges d exploitation s élèvent en 2010 à 899,4 MCHF ( ,93 ). Près de 58% relèvent de frais de personnel, 33% de la consommation de matériel, plus de 7% de la consommation d énergie et d eau et près de 2% de frais liés au remboursement de dettes. 9

10 Figure II Ventilation des dépenses assortie du détail pour les dépenses de personnel Personnel 57,50% Energie et eau 7,60% Intérêts et coûts financiers 1,90% Matériel 33% Figure II. a. Catégories de personnel Figure II. b. Répartition des charges de personnel par nature (hors personnel payé par les équipes) 11 Autres membres (boursiers, attachés, étudiants et apprentis) 30% Physiciens de recherche 2% Ingénieurs scientifiques 27% Ouvriers qualifiés 5% Personnel administratif 11% Techniciens 25% En 2010, le nombre total de membres de personnel employé payés sur les comptes du CERN et des équipes est de 2.808,9 ETP, soit 2724,7 ETP à charge des comptes du CERN et 84,2 ETP à charge des comptes des équipes. 11 Bilan d activités annuel de l Organisation pour le cinquante-sixième exercice financier (2010) 10

11 Pour les charges de personnel budgétisées, le personnel payé sur le compte du CERN représente une charge de kchf ( ,87 k ) (la charge du personnel payé sur le compte des équipes représente 10,36MCHF ( ,01 )) Les récents thèmes de discussion et décisions Ces derniers mois, le Conseil a été saisi de nouveaux défis inhérents à l évolution de l Organisation, soit, entre autres, son élargissement géographique, la pleine capitalisation de la Caisse de Pensions, le paiement des contributions des Etats membres dans des monnaies autres que le franc suisse et l adoption de son plan à moyen terme pour la période L élargissement géographique Les discussions ont porté, d une part, sur l ouverture du CERN à des Etats non européens et, d autre part, sur la possibilité pour l Organisation de participer à de futurs projets hors Europe. Elles ont abouti à une décision, lors du Conseil de juin 2010, en vertu de laquelle, d une part, n importe quel pays peut soumettre au Conseil une demande en vue de devenir Etat membre ou Etat membre associé du CERN, moyennant le respect de critères définis dont l existence, dans le chef de l Etat demandeur, d une assise solide en physique des particules élémentaires, bénéficiant d un financement suffisant pour le soutien de la recherche au plan national et d une industrie nationale suffisamment développée pour lui permettre de soumissionner pour les contrats du CERN ; d autre part, des mécanismes sont prévus pour permettre au Laboratoire de participer, s il le souhaite, à des projets hors Europe. De plus, les dispositifs actuels relatifs au statut d observateur sont appelés à disparaître progressivement La Caisse de Pensions Le régime de pensions du CERN est géré par la Caisse de Pensions qui fait partie intégrante de l Organisation. Afin que la Caisse puisse remplir son rôle de pourvoyeur de sécurité sociale et que ses avoirs soient sanctuarisés, le Conseil lui a conféré une autonomie administrative au sein du CERN. Les avoirs de la Caisse sont tenus séparés de ceux de l Organisation. En décembre 2010, le Conseil a approuvé un train de mesures visant à dégager, pour le court terme, 60 MCHF ( ) par an nécessaires pour interrompre la détérioration de la situation financière de la Caisse de Pensions et, pour le long terme, une somme supplémentaire de 34 MCHF ( ,82 ) par an afin de rétablir une pleine capitalisation. Lors du Conseil de juin 2011, des mesures complémentaires ont été adoptées dont certaines concernent les nouveaux membres et futurs bénéficiaires de la Caisse de Pensions : à partir du 1 er janvier 2012, l âge de la retraite est porté de 65 à 67 ans ; le niveau de cotisation s élève à 28,33% au lieu de 34%, en vertu d une répartition pays membre/organisation de 40%-60% en lieu et place de 1/3-2/3 ; la contribution des employés reste à 11,33 % (si les 28,33% sont suffisants pour faire face à la future augmentation de la durée de vie) ; la pension maximale est atteinte après 37 ans et 10 mois de service et non plus 35 ans ; elle est calculée sur la moyenne des trois dernières années de salaire et non plus sur la base du dernier salaire perçu. Moyennant les différents trains de mesures adoptés, on peut espérer une pleine capitalisation dans maximum trente ans. 11

12 Le paiement des contributions dans des monnaies autres que le franc suisse Cette question se place dans le cadre du calcul du barème des contributions qui prendra effet à compter de Certaines délégations avaient préconisé des options alternatives par rapport à la situation actuelle, soit le paiement de la contribution des Etats membres en franc suisse. Toutefois, lors du récent Conseil de juin 2011, le statu quo a été décidé. Cette position rejoint l option défendue par la Belgique qui estimait que, quelle que soit la solution adoptée, le principe du paiement en franc suisse devait rester une possibilité Plan à moyen terme pour la période et projet de budget pour Le Conseil du 23 juin dernier a approuvé la stratégie globale pour la période de référence, a pris note du plan des ressources pour les années 2012 à 2016 et a approuvé le budget 2012 aux prix de 2011 proposé par le Comité des Finances. 12 «Plan à moyen terme pour la période et projet de budget de l Organisation pour le cinquante-huitième exercice financier (2012)», document du CERN référencé CERN/SPC/970-CERN/FC/5534-CERN/2970, daté du 15 juin

13 3. LES ENJEUX SCIENTIFIQUES 3.1 LHC Appelé à succéder au Grand collisionneur électron-positon (LEP), le Grand collisionneur de hadrons (LHC) a été conçu dans les années 1980 et sa construction a été approuvée par le Conseil du CERN en Les travaux de génie civil pour creuser les cavernes des expériences ont été terminés en De nombreuses techniques de pointe ont été améliorées pour répondre à des contraintes sans précédent. Par exemple, en prévision de la quantité phénoménale de données qui seront produites par les expériences du LHC (environ 1% de la production mondiale d'information), une nouvelle approche en matière de stockage, de gestion, de partage et d'analyse des données a été adoptée : c'est le projet de Grille de calcul pour le LHC. Deux faisceaux de particules subatomiques de la famille des «hadrons» (des protons et plus tard des ions de plomb) circulent en sens inverse à l'intérieur de l'accélérateur circulaire de 27 kilomètres de circonférence, emmagasinant de l'énergie à chaque tour. En faisant entrer en collision frontale les deux faisceaux à une vitesse proche de celle de la lumière et à de très hautes énergies, le LHC va recréer les conditions qui existaient juste après le Big Bang. Des équipes de physiciens du monde entier analysent les particules issues de ces collisions en utilisant des détecteurs spéciaux. Avec des éléments de réponse attendus sur la façon dont les particules acquièrent leur masse, sur la matière noire de l'univers, sur le rapport matière-antimatière, sur l'état de la matière quelques fractions de seconde après le Big Bang, la manière de comprendre notre Univers risque d'être modifiée de manière significative. L'injection du premier faisceau dans l'accélérateur est réalisée en septembre Cet événement historique marque la transition vers une nouvelle ère de découvertes scientifiques. Arrêté à deux reprises pour des problèmes électriques, l'accélérateur redémarre en octobre Le 23 novembre 2009 marque la première collision de faisceaux de particules au sein de l'instrument. À partir de la mi-décembre 2009, a lieu un arrêt technique qui s'achève fin février 2010; le but était de préparer la machine à une exploitation à 3,5 TeV par faisceau pendant l année Cela permet d'atteindre des collisions avec une énergie totale de 7 TeV, bien qu'avec une luminosité encore très inférieure à la cible nominale du LHC. Les premières collisions à cette énergie dans le centre de masse sont effectuées en mars Lors de la conférence bisannuelle Lepton-Photon organisée à Mumbai (Inde) en août 2011, il a été souligné que les performances récentes du LHC ont permis de réunir un nombre important de données nouvelles susceptibles de conduire à des découvertes majeures d ici mi Non seulement, la compréhension du Modèle standard s affine de jour en jour mais aussi l existence du boson scalaire ou son inexistence ainsi que la plupart des hypothèses posées en physique depuis près de 50 ans devraient être vérifiées très prochainement. Le LHC doublera au moins, d ici à la fin de l année, le volume de données fournies jusqu ici aux expériences. Le CERN a annoncé que le LHC fonctionnera jusqu à la fin 2012, avec un bref arrêt technique fin Après un long arrêt, le LHC sera exploité à plus haute énergie à partir de

14 La localisation des expériences du LHC (Source : /cern.jpg) Six expériences sont installées dans le LHC : ALICE (A Large Ion Collider Experiment), ATLAS (A Toroidal LHC ApparatuS), CMS (Compact Muon Solenoid), LHCb (Large Hadron Collider beauty experiment), LHCf (Large Hadron Collider forward experiment) et TOTEM (TOTal Cross Section, Elastic Scattering and Diffraction Dissociation at the LHC). Ces expériences sont tout à fait stratégiques pour la Belgique. En effet, elles devraient en théorie mener à la découverte du boson de Higgs, Brout et Englert. Ces deux derniers chercheurs sont belges et ont, en 1964, indépendamment de Peter Higgs, proposé le mécanisme de brisure de symétrie responsable de la masse des bosons Z et W. Si le boson de Higgs, Brout et Englert était mis à jour dans les collisions du LHC, cela permettrait sans doute à la recherche belge d être couronnée par le prix Nobel. En 2004, les chercheurs concernés ont été récompensés par le prix Wolf de physique, que certains considèrent comme une antichambre du Nobel. Les expériences ALICE, ATLAS, CMS et LHCb sont installées à l'intérieur de quatre énormes cavernes souterraines construites autour des quatre points de collision des faisceaux du LHC. L'expérience TOTEM est placée près du point d'interaction de CMS, tandis que LHCf se trouve près d'atlas. Si, dans le passé, les chercheurs belges se sont concentrés sur les expériences DELPHI et H1, ils contribuent aujourd'hui essentiellement à l'expérience CMS mais participent aussi à l'expérience de physique nucléaire ISOLDE, en physique des neutrinos à OPERA et au projet NA62 en physique des kaons, initié au SPS (Super Proton Synchrotron). 14

15 Saluée pour la qualité de sa recherche par l'european Committee for Future Accelerators (ECFA) dans son rapport d'avril , la communauté scientifique belge des physiciens se caractérise par un étroit dialogue entre théoriciens et expérimentateurs. Rien qu en 2010, 15 doctorants, financés directement par le F.R.S.-FNRS, ont poursuivi des travaux dans les laboratoires de l UCL, de l ULB et de l UMONS en relation avec les expériences menées au CERN. L implication des chercheurs belges au CERN permet à notre communauté de physiciens de développer de manière significative les connaissances dans le domaine. Si l on considère les lauréats du Prix Francqui depuis 1954, année au cours de laquelle l Organisation voit officiellement le jour, sur les 32% de lauréats de sciences exactes, 57% sont des physiciens. L intensité des échanges scientifiques qui se déroulent au CERN, explique que l Organisation enregistre un excellent taux de réussite dans le cadre des programmes européens. Expert pour ce qui relève de la physique des particules, le CERN participe activement à l'élaboration de ce volet dans le cadre de la feuille de route européenne des grandes infrastructures de recherche CMS Sur l'un des quatre points de collisions du LHC se trouve le détecteur CMS (Compact Muon Solenoid). L'objectif de l'expérience est de découvrir des nouvelles particules élémentaires comme le boson de Higgs, et de trouver des particules supersymétriques ou de mettre en évidence des dimensions supplémentaires de l'espace. Ce détecteur hors du commun est un véritable titan, long de 21,5 mètres, d'un diamètre de 15 mètres, et d'une masse de tonnes. Source : 13 Lettre de M. T. Nakada, Président de l ECFA, envoyée à Mme V. Halloin, le 23 avril 2010, suite à la visite de l ECFA en Belgique 15

16 3772 physiciens et ingénieurs provenant de 166 instituts répartis dans 38 pays œuvrent dans le cadre de cette large collaboration internationale. En ce qui concerne la Belgique, six laboratoires universitaires (ULB-VUB, UCL, UMONS, UGent et UA) unissent leurs efforts pour participer à l'expérience. Il est à souligner que le niveau de leur participation dans le cadre de cette coopération internationale ainsi que le nombre de thésards impliqués se révèlent nettement plus élevés que la moyenne des autres partenaires. L'Institut interuniversitaire de Bruxelles, le département de physique des particules de l'ucl, l'umons et l'ua ont participé à la conception et à la réalisation de la partie du détecteur de traces constituée d'un ensemble de compteurs silicium à micro pistes qui équipent le cœur du détecteur. Les laboratoires de Bruxelles se sont focalisés sur deux types de processus: ceux qui impliquent une paire d'électrons ou de photons de très haute énergie dans l'état final, ainsi que ceux impliquant une paire de quarks top-antitop dans l'état final. En utilisant ces canaux, le groupe se concentre sur la recherche d'une nouvelle physique au-delà du Modèle Standard, en particulier dans le contexte des théories de grande unification, des modèles à dimensions spatiales supplémentaires compactifiées ou encore des modèles supersymétriques. Le Centre de Cosmologie, Physique des Particules et Phénoménologie de l'ucl analyse les données selon trois axes: la recherche de processus physiques au-delà du Modèle Standard, la physique du quark top et la phénoménologie associée aux réactions induites par des protons de haute énergie. En 2008, une amélioration des chambres RPC dans la région vers l'avant de CMS a du être apportée. L'UGent et la VUB (avec une collaboration UCL jusqu en 2010) ont pris la responsabilité de la construction, de l'assemblage, des tests et des installations de ces chambres. L'UCL collabore aussi à la réalisation, dans le cadre du LHC Computing GRID, d'un centre de calcul utilisé pour analyser et simuler les données de l'expérience CMS. Sur les dix dernières années, l I.I.S.N. a accordé près de 9,2 MEuros pour permettre aux équipes de l ULB, l UCL et l UMONS de participer activement à l expérience CMS ; près de la moitié des crédits accordés servent à financer de l équipement. En ce qui concerne les universités flamandes (VUB, UA, UGent), le Fonds Wetenschappelijk Onderzoek-Vlaanderen (FWO) a consenti, de 2006 à 2014, un effort de l ordre de 15,3 MEuros tant au travers de projets et de mandats de recherche que via les programmes Big Science et Odysseus ISOLDE Machine hors du commun, ISOLDE (On-Line Isotope Mass Separator - Séparateur d'isotopes en ligne), située sur l'injecteur du Synchrotron à protons (PS Booster), est comme une petite usine alchimique transformant un élément en un autre, un peu à l'image de ce que les alchimistes s'étaient figuré. Elle produit plus de 1000 isotopes différents utilisés pour des recherches très diverses. Plus de 600 isotopes ayant une demi-vie de quelques millisecondes ont ainsi été obtenus à partir de plus de 60 éléments allant de l'hélium au radium. La plupart des expériences associées à ISOLDE ont pour objet l'étude de la structure du noyau par différents moyens, certains relevant de la physique atomique, de l'astrophysique nucléaire, de la physique fondamentale, de Ia physique du solide ou des sciences de la vie. 16

Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars

Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars Compte Rendu du voyage à Genève Du 27 février au 1 er mars Grâce au Lions Club, nous avons eu la chance de pouvoir nous rendre à Genève (et ses environs) afin de visiter le CERN (Organisation Européenne

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale

Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale Convention relative à la Conférence universitaire de Suisse occidentale L Université de Fribourg; L Université de Genève; L Université de Lausanne; L Université de Neuchâtel; (ci-après désignées par «les

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Budget 2016 Barème des contributions

Budget 2016 Barème des contributions CERN/FC/5926 Original : anglais 10 juin 2015 ORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CERN EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH Suite à donner Procédure de vote Recommandation au Conseil

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2.

Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. 1. Cadre 2. THEMATIQUE A Titre : Expérience de la Coopération Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne Ecole Supérieure Polytechnique d Antsiranana. Présenté par : Professeur Chrysostôme RAMINOSOA, Directeur de l

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

4) des données informatiques liées aux activités au sein de l institution ;

4) des données informatiques liées aux activités au sein de l institution ; CONSEIL DE L'INFORMATIQUE (Adopté par le Conseil d'administration en sa séance du 24 février 2014) I. Préambule Le système d information 1 de l ULB a trait à la conception, au déploiement et à la gestion

Plus en détail

Désignation d organismes intergouvernementaux aux fins de l article 76 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organismes intergouvernementaux aux fins de l article 76 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 16 avril 2013 Français Original: anglais TD/B/EX(57)/R.4 Conseil du commerce et du développement Cinquante-septième

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid

Réseau de transport suisse. Mission et défis de Swissgrid Réseau de transport suisse Mission et défis de Swissgrid 2 La mission de Swissgrid La mission de Swissgrid: la sécurité de l approvisionnement Qui est Swissgrid? La société nationale pour l exploitation

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

autres MiSSionS 3.1 au niveau international

autres MiSSionS 3.1 au niveau international Autres missions 27 3. autres MiSSionS 3.1 au niveau international 3.1.1 Fonds monétaire international En concertation avec le gouvernement, la Banque participe à la préparation des prises de position de

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012

Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012 Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012 Par Thierry GAHUNGU, Etudiant en master 2, politique et gestion des systèmes de santé Sous la supervision de Mr Thomas Rousseau,

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR

Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR Tableau de bord de l Union de l innovation 2015 Synthèse Version FR Marché intérieur, industrie, entrepreneuriat et PME SYNTHÈSE Tableau de bord de l Union de l innovation 2015: la performance en matière

Plus en détail

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013

Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 2004 et 2013 R EGARD SUR... Les prestations servies dans la zone UE-EEE-Suisse entre 24 et 213 (application des règlements (CEE) n 148/71 puis (CE) n 883/24) Chaque année, les paiements effectués par la France en application

Plus en détail

Couverture des régimes de retraite privés

Couverture des régimes de retraite privés Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Couverture des régimes de retraite privés Merci

Plus en détail

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège STATUTS DE LA SOCIETE INTERNATIONALE E D D ANNOTATION ASSOCIATION DE DROIT SUISSE A BUT NON LUCRATIF Etat au 9 Décembre 2008; Révisé le 10 Septembre 2014 PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux

Présentation à l Institut Canadien de la retraite et des avantages sociaux Bureau du surintendant des institutions financières Bureau de l actuaire en chef Office of the Superintendent of Financial Institutions Des régimes de retraite mieux financés dans un système équilibré

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/IP/CONF.1/2007/1 30 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services

Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services Comité technique du 23 avril 2015 Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services Références : décret no 2010-619 du 7 juin 2010

Plus en détail

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE

La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE La situation en matière de pension privées et de fonds de pension dans les pays de l OCDE Colloque Protection sociale d entreprise Paris, 26 mars 2010 http://www.irdes.fr/espacerecherche/colloques/protectionsocialeentreprise

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution.

DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. DECRET n 2009-522 du 4 Juin 2009 portant organisation et fonctionnement des Agences d exécution. Le Président de la République Vu la Constitution, Vu la loi n 90-07 du 28 juin 1990 relative à l organisation

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL.

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL. LHCb est l'une des expériences installées sur le LHC. Elle recherche la physique au-delà du Modèle standard en étudiant les mésons Beaux et Charmés. L accent est mis entre autres sur l étude de la violation

Plus en détail

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET 266 (2014-2015) N 2 266 (2014-2015) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2015-2016 28 SEPTEMBRE 2015 PROJET DE DÉCRET portant assentiment à l accord de coopération du 15 juillet 2014 entre l État fédéral, la Région

Plus en détail

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état.

Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros dans les caisses de l'état. Page 1 sur 5 COMMUNIQUE DE PRESSE Augmentation des accises du tabac : plus de revenus et moins de fumeurs Une augmentation des revenus fiscaux liés au tabac peut faire entrer de 200 à 300 millions d euros

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Cadre général pour l organisation de la formation continue pour le personnel de direction

Cadre général pour l organisation de la formation continue pour le personnel de direction Écoles Européennes Bureau du Secrétaire général Réf. : 2010-D-531-fr-5 Orig. : FR Cadre général pour l organisation de la formation continue pour le personnel de direction Approuvé par le Conseil supérieur

Plus en détail

ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves

ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves ERASMUS 2011-2012 Etude et Stage en entreprise Note d information aux élèves Les élèves de l ei.cesi et d exia.cesi peuvent bénéficier d une bourse Erasmus : - pour leur mission à l étranger - pour une

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Statuts GS1 Suisse. Ensemble pour créer des valeurs

Statuts GS1 Suisse. Ensemble pour créer des valeurs Statuts GS1 Suisse Ensemble pour créer des valeurs GS1 Suisse Statuts Statuts Association GS1 Suisse I Nom, siège et objectif de l association Art. 1 Nom et siège 1. Sous le nom Association GS1 Suisse

Plus en détail

AVIS CG110216-051 CONSEIL GENERAL COMMISSION DE RÉGULATION DE L ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ. relatif

AVIS CG110216-051 CONSEIL GENERAL COMMISSION DE RÉGULATION DE L ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ. relatif Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz rue de l Industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. : 02/289.76.11 Fax : 02/289.76.09 COMMISSION DE RÉGULATION DE L ÉLECTRICITÉ ET DU GAZ CONSEIL GENERAL AVIS

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

E 4817 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 15 octobre 2009 le 15 octobre 2009

E 4817 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010. le 15 octobre 2009 le 15 octobre 2009 E 4817 ASSEMBLÉE NATIONALE S É N A T TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Reçu à la Présidence de l'assemblée nationale Enregistré à la Présidence du Sénat le 15 octobre 2009 le 15 octobre

Plus en détail

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN Étude de marché Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN EDMS N : 1382269 MS-4034/GS Afin d être pris en considération en tant que soumissionnaire

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Politique en matière d investissement responsable

Politique en matière d investissement responsable Politique en matière d investissement responsable Le 12 février 2009 1. Notre mandat... 1 2. Nos principes... 1 3. Stratégie de placement...2 4. Engagement des actionnaires...3 5. Processus d engagement...4

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE

LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE La recherche européenne en action LE SEPTIÈME PROGRAMME-CADRE (7 e PC) Placer la recherche européenne au premier plan Définir un nouveau standard pour la recherche européenne Le septième programme-cadre

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER. Objectifs de la formation DIPLÔME D ETAT Programme détaillé BTS ASSISTANT DE MANAGER Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur d'assistant de Manager est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire exerce

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

RÉSUMÉS DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES

RÉSUMÉS DES CONTRIBUTIONS ÉCRITES DGIV EDU HE (2007) 35 Orig. ang. Strasbourg, 24 septembre 2007 Séminaire de Bologne Forum de l enseignement supérieur du Conseil de l Europe : Les cadres de qualifications Siège du Conseil de l Europe,

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

L apprentissage dans l enseignement supérieur. une ressource pour votre avenir

L apprentissage dans l enseignement supérieur. une ressource pour votre avenir L apprentissage dans l enseignement supérieur une ressource pour votre avenir qu est-ce que L apprentissage? quels avantages? L apprentissage est un dispositif de formation en alternance qui associe l

Plus en détail

Office de réglementation des maisons de retraite. Conseil consultatif des parties prenantes Mandat

Office de réglementation des maisons de retraite. Conseil consultatif des parties prenantes Mandat Conseil consultatif des parties prenantes Mandat Autorité : L (ORMR) est établi en tant que personne morale sans capital-actions en vertu de la Loi de 2010 sur les maisons de retraite. Le mandat de l ORMR

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/51/18 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 16 SEPTEMBRE 2013 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante et unième série de réunions Genève, 23 septembre 2 octobre 2013 FINANCEMENT DES PRESTATIONS À LONG

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

STATUTS adoptés par le Conseil de Faculté du 29/1//2015 et le Conseil d'administration du 5/2/2015

STATUTS adoptés par le Conseil de Faculté du 29/1//2015 et le Conseil d'administration du 5/2/2015 UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES STATUTS adoptés par le Conseil de Faculté du 29/1//2015 et le Conseil d'administration du 5/2/2015 Vu le Code de l Education, et notamment ses articles L 713-1, L 713-3,

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

SECRETAIRE GENERAL DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER. PRES Université européenne de Bretagne. Définition de fonction. www.ueb.

SECRETAIRE GENERAL DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER. PRES Université européenne de Bretagne. Définition de fonction. www.ueb. Définition de fonction SECRETAIRE GENERAL DIRECTEUR ADMINISTRATIF ET FINANCIER PRES Université européenne de Bretagne 5, bd Laënnec 35 000 RENNES www.ueb.eu 1 I Le PRES Université européenne de Bretagne

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011

Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Faire de la liberté d'investissement un vecteur de croissance verte Table ronde sur la liberté d'investissement Avril 2011 Organisation de coopération et de développement économiques Division de l'investissement,

Plus en détail

INFORMATIONS SUR L INTERMEDIATION

INFORMATIONS SUR L INTERMEDIATION Organisation Non Gouvernementale (ONG) créée en 1967, reconnue d utilité publique depuis 1981. Volontariat de Solidarité Internationale : INFORMATIONS SUR L INTERMEDIATION 1 SOMMAIRE LA GUILDE... 3 QU

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES

REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES Université Moulay Ismail Faculté des Sciences et Techniques Errachdia REGLEMENT INTERIEUR DU CENTRE D ETUDES DOCTORALES : SCIENCES ET TECHNIQUES CEDOC-ST DENOMINATION DU CEDOC Article 1: Le Centre d Etudes

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : DEVR1405019A Intitulé du texte : Projet d arrêté modifiant l arrêté du 7 février 2007 relatif aux profils et aux droits unitaires de stockage. Ministère

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

et de conduire la recherche;

et de conduire la recherche; WHA18.44 Création d'un Centre international de Recherche sur le Cancer La Dix -Huitième Assemblée mondiale de la Santé, Attendu que l'article 18 de la Constitution prévoit, notamment, que l'une des attributions

Plus en détail

200 M (accélérateurs) 15 M (attractivité) 175 M 126 M 175 M 50 M. Transition numérique de l Etat. French Tech. Technos et usages du numérique

200 M (accélérateurs) 15 M (attractivité) 175 M 126 M 175 M 50 M. Transition numérique de l Etat. French Tech. Technos et usages du numérique 1 Technos et usages du numérique Transition numérique de l Etat French Tech Subventions et avances remboursables Appels à projets Fonds propres Investissement avisé Prêts Subventions Subventions Fonds

Plus en détail