MTM LEAN EVALUATIONS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MTM LEAN EVALUATIONS"

Transcription

1 MTM LEAN EVALUATIONS SOURCES ET PARALLELES dans la genèse du stress et de la souffrance dans la vie active Dr Margaret Moreau Médecin du Travail

2 MTM = METHOD TIME MEASUREMENT Méthode industrielle, créée par des bureaux des méthodes pour allouer des temps prédéfinis à l exécution de gestes et de tâches, sensés pouvoir se reproduire à l infini et sur des modèles identiques. EX: atteindre, placer, saisir Ces temps sont modulés par des coefficients de repos ou de récupération selon des barêmes (pas de validation scientifique) Un calcul pseudo savant de ces temps permettra de déterminer une durée estimée suffisante pour réaliser une ou plusieurs tâches/salarié. (toujours pas de validation ni de source scientifique) Ainsi un poste de travail de 8h / j peut être créé à partir de ces cumuls de temps admis par toutes les industries du monde. Cette méthode n est contestée par personne. Elle est vendue comme méthode ergonomique par différents cabinets.

3 EXEMPLES INDUSTRIELS Les unités de temps sont exprimées en 1/ d heures Des abaques des temps d exécution d actions élémentaires et de coefficient de récupération permettent de construire des gammes de travail: - d 1 seconde dans les fromageries - d 1 minute dans l industrie automobile Ces gammes de travail peuvent être contrôlées par des «chronométrages» sur le terrain. On mesure à l aide d un chronomètre l allure des mouvements imposés et on compare le temps réel avec le temps alloué. On se réfère à l allure d 1 homme de 35 ans 1m75, 65 kg sans restriction médicale qui s activerait selon une dépense énergétique pour une marche à 4km/h (exemple de l industrie automobile). Extrapolation intuitive sans confirmation scientifique.

4 LEAN Organisation du travail qui s inspire du TOYOTISME -Recherche permanente de l excellence -Elimination de tous les types d inefficacité -Performance en continu sur des tâches productives standardisées -Application du LEAN par des «chantiers d amélioration et participatifs» Le discours sur les bienfaits du LEAN sonne -bienveillant -méthodique Mais le LEAN induit sur le terrain l effacement: - des interfaces aléatoires et ingérables entre l individu et son environnement -les stéréotypes opératoires spécifiques aux salariés, à leur expérience, à leur culture. L individu est souvent réduit à une entité standard. Le LEAN promet de placer l individu au centre d une «meilleure» organisation du travail. En réalité, le LEAN favorise le concept de l individu, «entité quantifiable», opposable à d autres indicateurs chiffrés. Ces concepts non validés par la science ne sont pas soumis à critique sur le terrain.

5 CONSEQUENCES DU LEAN SUR L INTENSITE DU TRAVAIL Le LEAN amplifie l intensité des tâches définies par le MTM en chassant le moindre aléa, ex:par des améliorations ergonomiques. Les 1/100 èmes de secondes récupérées sont allouées à d autres tâches. Les chronométrages du terrain par des techniciens sont de plus en plus remplacés par une simple vérification des chiffres alloués par rapport aux barêmes définis. La performance continue s accompagne de fait par une réduction des temps de travail de toutes les fonctions et une réduction de l effectif puis, par effet feed-back on obtient une intensification des missions restantes

6 LA REALITE DES MODELES MODULE DE TRAVAIL Les temps prédéfinis des cycles de travail imposent théoriquement des postes au profil global identique. La réalité est caractérisé par les «ANTI-MODELES»: changements continus, grandes variabilité des indicateurs normalisés par le LEAN. Les EVALUATIONS qui en découlent multiplient les biais, déjà présents dans leurs protocoles d évaluation. La performance par le LEAN doit permettre le nivellement par le haut, sans limitation de l excellence, quelque soit le potentiel individuel de départ. Le LEAN correspond à une recherche de «l absolu» comme en «religion». Aménagement Poste senior Aménagement Poste handicap But du LEAN Poste standard d excellence OPERATEURS La physiologie humaine doit s adapter aux exigences du LEAN au prix de défaillances, qui ne sont pas «éligibles» dans le monde des indicateurs. Leurs particularités, pourtant évidentes, sont simplement gommées Subtilité: Il existe des postes pour des salariés à capacité restreinte. Ces postes obéissent néanmoins à des critères standardisés. Le LEAN se chargera d élever le standard plus faible en standard général par la recherche de l excellence et l élimination des effets de gaspillage. Problème: il n existe pas de limite au standard d excellence.

7 EVALUATION PAR LE LEAN: Application de la méthode ANDON: une composante du LEAN PRATIQUE D ANDON DANS UN MODULE DE TRAVAIL Système de contrôle participatif réalisé par des opérateurs, qui évoluent dans un cadre inextensible composé de tâches et de temps prédéfinis. En théorie, chaque salarié est autorisé à interrompre le flux du travail dès qu il trouve un défaut. Problèmes: le seuil minimal du défaut n est pas défini et le temps de production est inextensible. En pratique, les salariés sont sanctionnés quand leur perception du défaut n est pas partagée avec la hiérarchie, l interruption du flux est alors considérée comme une perte de temps et de productivité. Tout le monde en a conscience, mais personne ne remet en question les incohérences de base. Exemple: Définir concrètement un catalogue de défauts partagés par tous. Définir la perte de temps tolérée

8 CONCLUSION Absence de validation scientifique Les Méthodes MTM LEAN utilisent DES CRITERES ou INDICATEURS NORMALISES et REPRODUCTIBLES pour établir DES EVALUATIONS REPRODUCTIBLES Quelque soit le contexte étudié Objectifs acquis APPLICATION DE RECETTES REPRODUCTIBLES Quelque soit le contexte cible Conséquences GAIN DE TEMPS GAIN D ARGENT À court terme Absence de la prise en compte des indicateurs physiologiques de l être humain

9 EVALUATION DES TMS : RETROSPECTIVE DE 1995 A 2005 Publications CR de la Self à Caen et Archives des Maladies Professionnelles en 2006: Dr M.Moreau Progression des incidences annuelles des TMS. Echantillon concernant des opérateurs affectés à des tâches répétitives , , ,05 0,04 0,03 0,02 0, Effectif de l'échantillon au 01janvier Nouvelles plaintes annuelles = incidence (Nx cas cliniques / Effectif du 01janvier) = incidence relativisée Un constat simple s impose: -Augmentation des TMS parallèlement aux conséquences du Lean: Réduction des effectifs et Rationalisation des conditions de travail

10

11 SITUATION GLOBALE DE RISQUE PSYCHO SOCIAL (RPS) SELON LES RESULTATS DU KARASEK SECTEUR DR MOREAU Etat de JOB STRAIN = 39.57% Etat ACTIF= 9.89% DP = 21 et LD < 70.3 => 55 = 19.43% DP = 21 et LD > 70.3 => 5 = 0.017% Etat PASSIF = 19.78% Etat DETENDU = 9.54% Partie GAUCHE : Effectif susceptible Partie DROITE : Effectif hors risque D être soumis à des RPS = 78.79% RPS = 21.20% -état de Job strain -état intermédiaire Job strain / état Passif -état Passif.)

12

Forum. «Les missions et moyens d action du CHSCT»

Forum. «Les missions et moyens d action du CHSCT» Forum 1 «Les missions et moyens d action du CHSCT» Atelier prévention de la pénibilité 2 La pénibilitéau travail : une nouvelle mission pour les CHSCT et DP Loi n 2010-1330 du 9/11/2010 Contexte et enjeux

Plus en détail

1 16ème Université d Eté Sur le thème : «Mieux être au travail et performance de l entreprise» Tunis 20 & 21 Juin 2013

1 16ème Université d Eté Sur le thème : «Mieux être au travail et performance de l entreprise» Tunis 20 & 21 Juin 2013 1 16ème Université d Eté Sur le thème : «Mieux être au travail et performance de l entreprise» Tunis 20 & 21 Juin 2013 Synthèse : L Ergonomie, à la recherche du bien être au travail. Dr El Hadi Fasla.

Plus en détail

FORMATIONS 2016. Santé et sécurité au travail. Formations animées. par la Carsat Centre Ouest

FORMATIONS 2016. Santé et sécurité au travail. Formations animées. par la Carsat Centre Ouest FORMATIONS Santé et sécurité au travail animées par la 37, avenue du Président René Coty Principe de participation Afin de suivre dans les meilleures conditions d efficacité les stages suivants, une formation

Plus en détail

Tridirectionnel électrique à conduite frontale EFX 410 / 413.

Tridirectionnel électrique à conduite frontale EFX 410 / 413. 6438.7.07.r.r. Sous réserve de modifications et d améliorations techniques. Tridirectionnel électrique à conduite frontale EFX 410 / 413. Capacité 1000 et 1250 kg. Jungheinrich AG Certifié Qualité ISO

Plus en détail

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail.

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. 1 ère partie :! Evaluation de la charge! Mesure et maitrise du temps de travail! Espaces d autonomie!

Plus en détail

Commissionnement des Centres Financiers : part collective et commissionnement des ventes

Commissionnement des Centres Financiers : part collective et commissionnement des ventes Direction des Services Financiers Direction Opérationnelle des Services Financiers Destinataires Centres Financiers Direction de La Poste d Outre-Mer Contact Thierry de Montlivault Tél : 01.57.75.52.04

Plus en détail

Le Disque Exigences techniques et Apprentissage

Le Disque Exigences techniques et Apprentissage T E C H N I Q U E A T H (( )) L É T I Q U E Le Disque Exigences techniques et Apprentissage Jacques Pelgas - Responsable Disque Elite Les possibilités humaines pour l acquisition et le développement de

Plus en détail

Maîtriser les techniques du consultant

Maîtriser les techniques du consultant Maîtriser les techniques du consultant > Développer son réseau relationnel > Respect mutuel et management > PNL et conseil > Parcours coach professionnel > Les fondamentaux de la gestion de projet 16 >

Plus en détail

RPS, DE QUOI PARLE-T-ON?

RPS, DE QUOI PARLE-T-ON? RPS, DE QUOI PARLE-T-ON? Diapo N 1 Difficultés à appréhender ce risque une nébuleuse de termes utilisés parfois causes, parfois conséquences et ayant des effets de gravité différents RPS, de quoi parle-t-on?

Plus en détail

Tours, le 12 mai 2014. Présidence. Le Président de l université de Tours

Tours, le 12 mai 2014. Présidence. Le Président de l université de Tours Présidence Tours, le 12 mai 2014 Le Président de l université de Tours A Mesdames, Messieurs, les directeurs de composante et responsables administratifs Objet : lettre de cadrage budgétaire pour l année

Plus en détail

Guide pour la prévention des risques psychosociaux d une branche professionnelle par Anthropie

Guide pour la prévention des risques psychosociaux d une branche professionnelle par Anthropie www.anthropie.net Guide pour la prévention des risques psychosociaux d une branche professionnelle par Anthropie Cet article fait état d une de nos récentes interventions. L objectif fixé était d accompagner

Plus en détail

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS

PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS PROTOCOLE D ACCORD pour l'enseignement de la PRÉVENTION des RISQUES PROFESSIONNELS Ministère de l Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie Caisse Nationale de l Assurance Maladie des Travailleurs

Plus en détail

Atelier 5 outils pour bien cibler vos marchés Intervenants CCI International Franche-Comté Estelle MILLET Sylvie BURCZAK Sylvie FRENAISIN

Atelier 5 outils pour bien cibler vos marchés Intervenants CCI International Franche-Comté Estelle MILLET Sylvie BURCZAK Sylvie FRENAISIN Atelier 5 outils pour bien cibler vos marchés Intervenants CCI International Franche-Comté Estelle MILLET Sylvie BURCZAK Sylvie FRENAISIN 10èmes Clés de l International Un événement organisé par CCI International

Plus en détail

Comment organiser la prévention des RPS?

Comment organiser la prévention des RPS? Comment organiser la prévention des RPS? 30 SEPTEMBRE 2014 COLLOQUE: PRÉVENIR LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX CENTRE DE GESTION 54 Gwenaël BERTHÉLEMÉ-SAUDREAU / RMB DÉVELOPPEMENT Développement responsable des

Plus en détail

La performance et l efficacité énergétique au bout des doigts

La performance et l efficacité énergétique au bout des doigts La performance et l efficacité énergétique au bout des doigts Les offres A+ L A+ Energie Touch www.aplusenergies.fr L offre unique de suivi, mesure et de réduction de la consommation énergétique de votre

Plus en détail

FASTLINK Guide de démarrage (notice préliminaire)

FASTLINK Guide de démarrage (notice préliminaire) FASTLINK Guide de démarrage (notice préliminaire) Bienvenue dans le guide de démarrage du logiciel FASTLINK. Présentation du logiciel FASTLINK : Ce guide d utilisation fait référence au logiciel FASTLINK

Plus en détail

CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE

CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE CH25 - LA FONCTION COMPTABLE ET FINANCIERE La gestion financière et la comptabilité relève d enseignements spécifiques. Le chapitre ne consiste pas à traiter des points techniques, mais à situer la place

Plus en détail

Croissance d une fonction

Croissance d une fonction Croissance d une fonction Première définition de la croissance Définition: une fonction croissante est une fonction dont la représentation graphique monte. Définition: une fonction décroissante est une

Plus en détail

AVIS D'EXPERT 23-09-13

AVIS D'EXPERT 23-09-13 AVIS D'EXPERT 23-09-13 POURQUOI ET COMMENT APPLIQUER LES METHODES AGILES DANS LA MISE EN ŒUVRE DU SI? Par Bertrand Cornanguer, Secrétaire du CFTL (Comité Français des Tests Logiciels) Consultant Senior

Plus en détail

Programme LEAN OFFICE. Étape 1/5 : Définir

Programme LEAN OFFICE. Étape 1/5 : Définir LEAN9 OFFICE Amélioration de la performance administrative Programme LEAN OFFICE La démarche Lean, issue de l industrie automobile, s applique aussi à l organisation et aux processus des bureaux et des

Plus en détail

La nouvelle CCNT 2010

La nouvelle CCNT 2010 La nouvelle CCNT 2010 Principales nouveautés (partie I) 1. Aperçu Le dossier ci-après présente des explications concernant la durée de travail hebdomadaire, les congés, la réglementation sur les heures

Plus en détail

Les Risques Psychosociaux

Les Risques Psychosociaux Les Risques Psychosociaux Petit-déjeuner d échanges du 14 juin Bonjour et bienvenue! Justine Hilaire 1 SOMMAIRE 1. Contexte 2. Définition 3. Les troubles psychosociaux 4. Les facteurs de risque 2 «Les

Plus en détail

TUTORAT UE4 2010-2011 Biostatistiques Séance n 4 - Colle Semaine du 1/11/2010

TUTORAT UE4 2010-2011 Biostatistiques Séance n 4 - Colle Semaine du 1/11/2010 TUTORAT UE4 2010-2011 Biostatistiques Séance n 4 - Colle Semaine du 1/11/2010 Séance préparée par les tuteurs de l UE4 Sauf mention contraire, les tests sont réalisés en bilatéral avec α=5% QCM n 1 : Concernant

Plus en détail

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation

Plus en détail

EXPERT EN DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES Le LEAN : Effet de mode ou véritable démarche d'amélioration de la performance?

EXPERT EN DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES Le LEAN : Effet de mode ou véritable démarche d'amélioration de la performance? Le LEAN : Effet de mode ou véritable démarche d'amélioration de la performance? Débat animé par Peter KLYM, Consultant Formateur 26 mars 2010 Connaissez-vous le Lean? Le Lean dans l actualité? Au-delà

Plus en détail

ANNEXE 1 EXEMPLE RAPPORT ANNUEL 2010 1

ANNEXE 1 EXEMPLE RAPPORT ANNUEL 2010 1 ANNEXE 1 EXEMPLE RAPPORT ANNUEL 2010 1 1. INTRODUCTION 1.1. Le cycle de politique Le cycle de politique du service de médecine nucléaire s encadre dans celui de l hôpital, où chaque service à l automne

Plus en détail

Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles. PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt

Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles. PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt Diavasis, du grec ancien, désigne «le passeur» celui qui ouvre un nouveau chemin et élargit

Plus en détail

Le Groupement s allie avec l éco-organisme VALDELIA pour recycler et donner une seconde vie au mobilier

Le Groupement s allie avec l éco-organisme VALDELIA pour recycler et donner une seconde vie au mobilier Le Groupement s allie avec l éco-organisme VALDELIA pour recycler et donner une seconde vie au mobilier Qui est Valdelia? Eco-organisme agréé par le Ministère de l écologie, du développement durable et

Plus en détail

Les enjeux de la transition énergétique en Algérie

Les enjeux de la transition énergétique en Algérie Université Sétif 1 Faculté des Sciences Economiques, Sciences Commerciales et Sciences de Gestion Le Premier Colloque sur 7 8 avril 2015 Les enjeux de la transition énergétique en Algérie SENOUCI Benabbou

Plus en détail

Table ronde sur les métiers des ICNA Rapport intermédiaire

Table ronde sur les métiers des ICNA Rapport intermédiaire Table ronde sur les métiers des ICNA Rapport intermédiaire le 31 Mars 2015 Par lettre du 16 juillet 2014, M. le Secrétaire d Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche m a confié, en tant que

Plus en détail

Expertise du dossier Stockage géologique de CO2 sur le site de Rousse Réseau d écoute micro-sismique

Expertise du dossier Stockage géologique de CO2 sur le site de Rousse Réseau d écoute micro-sismique Mines Paristech / Armines Centre de Géosciences / Géophysique Expertise du dossier Stockage géologique de CO2 sur le site de Rousse Réseau d écoute micro-sismique 2009-10-28.1 Fontainebleau, 28 Octobre

Plus en détail

Dépasser le Toyota Production System VOTRE LOGO

Dépasser le Toyota Production System VOTRE LOGO Dépasser le Toyota Production System VOTRE LOGO Le système de production Toyota (TPS) a été décrit par Toyota dans plusieurs publications à partir de 1977. Rappels et remise à niveau sont aujourd hui nécessaires.

Plus en détail

Projet de recherche-action «Risques psychosociaux» du Département de la Seine-Saint-Denis

Projet de recherche-action «Risques psychosociaux» du Département de la Seine-Saint-Denis Projet de recherche-action «Risques psychosociaux» du Département de la Seine-Saint-Denis Partenariat avec le FNP de la CNRACL: bilan intermédiaire auprès du Comité Scientifique et Technique Service Santé

Plus en détail

OBJECTIFS et PROGRAMME. Management des risques et Lean manufacturing 550 heures

OBJECTIFS et PROGRAMME. Management des risques et Lean manufacturing 550 heures OBJECTIFS et PROGRAMME Management des risques et Lean manufacturing 550 heures (en projet d homologation RNCP en vue d une certification de niveau 1) Institut de Formations Supérieures du Grand Ouest SAS

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PERSONNALISÉES OMNICANALES ET SAISONNALISÉES

RECOMMANDATIONS PERSONNALISÉES OMNICANALES ET SAISONNALISÉES 2016 RECOMMANDATIONS PERSONNALISÉES OMNICANALES ET SAISONNALISÉES 2016 L INTÉRET DE LA RECOMMANDATION PERSONNALISÉE DANS VOTRE STRATÉGIE MERCHANDISING Qu est-ce que la recommandation personnalisée? C est

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Ingénierie et management de la santé de l Université Lille 2 Droit et santé Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Addenda du plan d affaires 2013-2014 de Mitacs Globalink Document présenté à Industrie Canada Février 2014. 1. Introduction. 2.

Addenda du plan d affaires 2013-2014 de Mitacs Globalink Document présenté à Industrie Canada Février 2014. 1. Introduction. 2. 1. Introduction En 2009, Mitacs a ajouté Globalink à sa gamme croissante de programmes. Dans le cadre de Globalink, Mitacs invite de brillants étudiants originaires de pays désignés à venir au Canada,

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION EN SANTE AU TRAVAIL DES INFIRMIERES DIPLOMEES D ETAT ANNEE 2017

PROGRAMME DE FORMATION EN SANTE AU TRAVAIL DES INFIRMIERES DIPLOMEES D ETAT ANNEE 2017 PROGRAMME DE FORMATION EN SANTE AU TRAVAIL DES INFIRMIERES DIPLOMEES D ETAT ANNEE 2017 1. PREAMBULE Les IDEST sont nommément mentionnées comme composante de l équipe pluridisciplinaire en santé au travail.

Plus en détail

Outils «Agenda 21» scolaire. COREN asbl - Rue van Elewyck, 35 - B-1050 Bruxelles Tel & Fax: 02 640 53 23 - info@coren.be

Outils «Agenda 21» scolaire. COREN asbl - Rue van Elewyck, 35 - B-1050 Bruxelles Tel & Fax: 02 640 53 23 - info@coren.be Outils «Agenda 21» scolaire COREN asbl - Rue van Elewyck, 35 - B-1050 Bruxelles La méthode Méthodologie Guide méthodologique Explication de la méthode et de l objectif des différents documents à rédiger

Plus en détail

Bénéfices Un accompagnement complet répondant à des besoins identifiés par des Huissiers et pour des Huissiers.

Bénéfices Un accompagnement complet répondant à des besoins identifiés par des Huissiers et pour des Huissiers. Parcours «Huissier Manager» Le programme Huissier Manager est un parcours complet de formation sur 5 mois pour améliorer sa posture de manager, développer son leadership, guider son équipe avec des outils

Plus en détail

UN MONDE DE SOLUTION. Securysat Fleet Securysat Protection Securysat Green Drive & PayD

UN MONDE DE SOLUTION. Securysat Fleet Securysat Protection Securysat Green Drive & PayD UN MONDE DE SOLUTION Securysat Fleet Securysat Protection Securysat Green Drive & PayD Depuis 2006, le groupe Electronic Communication est actif dans le domaine de la sécurité et de la protection automobile.

Plus en détail

Panoramique de gammes

Panoramique de gammes 2009 2011 > Compensation Equipements Panoramique de gammes Compensation tarif jaune Gamme > page 322 Appareillages complémentaires Gamme CONDO > page 342 captj ENER cap ENERPHI+ 6 et 12 > page 344 Condensateurs

Plus en détail

LA RÉFORME DE LA TAXE D'APPRENTISSAGE

LA RÉFORME DE LA TAXE D'APPRENTISSAGE LA RÉFORME DE LA TAXE D'APPRENTISSAGE Le projet de loi de finances rectificative (PLFR) pour 2014 a été adopté par le conseil des ministres le 11 juin dernier et par l Assemblée Nationale le 23 juillet.

Plus en détail

La réglementation française sur la protection et le contrôle des matières nucléaires

La réglementation française sur la protection et le contrôle des matières nucléaires La réglementation française sur la protection et le contrôle des matières nucléaires Les intervenants du contrôle des matières nucléaires Envoi des rapports des visites Bilan annuel Incidents Institut

Plus en détail

LES TECHNIQUES D OPTIMISATION DU POTENTIEL (TOP)

LES TECHNIQUES D OPTIMISATION DU POTENTIEL (TOP) LES TECHNIQUES D OPTIMISATION DU POTENTIEL (TOP) Édith PERREAUT-PIERRE Novembre 2016 Edith PERREAUT-PIERRE-COEVOLUTION 1 QUE SONT LES TOP? STRATÉGIES MENTALES permettant de MOBILISER SES RESSOURCES (psychocognitives

Plus en détail

CRITERES D EVALUATION. Albane Mainguy Journée du 3 novembre 2009

CRITERES D EVALUATION. Albane Mainguy Journée du 3 novembre 2009 CRITERES D EVALUATION Albane Mainguy Journée du 3 novembre 2009 Critères d évaluation sur la LPPR Service attendu Amélioration du service attendu Population cible sur la LPPR Principe Conséquence Produits

Plus en détail

La prévention des risques psychosociaux (RPS)

La prévention des risques psychosociaux (RPS) La prévention des risques psychosociaux (RPS) 1 Les Risques Psycho-Sociaux (RPS) «Risques pour la santé mentale, physique et sociale, engendrés par les conditions d emploi, les facteurs organisationnels

Plus en détail

KAIZEN INSTITUTE Kaizen Institute

KAIZEN INSTITUTE Kaizen Institute Masaaki Imai KAIZEN INSTITUTE Kaizen Institute est fondée en 1985 par Masaaki Imai et compte plus de 400 consultants dans le monde entier. Par son savoir faire exhaustif, son approche terrain, sa mise

Plus en détail

Les marnes, roches imperméables?

Les marnes, roches imperméables? Les marnes, roches imperméables? Processus générateurs des crues dans les marnes noires de l Oxfordien (Draix, Haute Provence, France) Cosandey C., CNRS Meudon Esteves M., LTHE Grenoble Maquaire O., Université

Plus en détail

AVENIR DYNAMIQUE MAÎTRE)

AVENIR DYNAMIQUE MAÎTRE) E MULTITALENTS A (ex UFF AVENIR DYNAMIQUE) (ex UFF AVENIR DYNAMIQUE MAÎTRE) (ex UFF AVENIR FRANCE MAÎTRE) Fonds Commun de Placement Rapport de gestion Exercice clos le 30 septembre 2013 SOCIÉTÉ DE GESTION

Plus en détail

CONTRAINTES MENTALES AU TRAVAIL ET

CONTRAINTES MENTALES AU TRAVAIL ET CONTRAINTES MENTALES AU TRAVAIL ET QUALITÉ DE VIE D AGENTS HOSPITALIERS SOUMIS À UNE RESTRUCTURATION D ÉTABLISSEMENT : COMPARAISON D UNE POPULATION TRANSFÉRÉE ET D UNE POPULATION D ACCUEIL L. Giovannetti,

Plus en détail

Modules 166-176 Assurer la sécurité des données et des systèmes

Modules 166-176 Assurer la sécurité des données et des systèmes Modules 66-76 Assurer la sécurité des données et des systèmes IDEC 00-006. Reproduction interdite. Sommaire... 6 L informatique, moelle épinière des organisations... 6 Risques et conséquences... 7 Domaines

Plus en détail

GAMME HTL PENSÉE POUR BOOSTER VOS PERFORMANCES. More than lifting

GAMME HTL PENSÉE POUR BOOSTER VOS PERFORMANCES. More than lifting GAMME HTL PENSÉE POUR BOOSTER VOS PERFORMANCES More than lifting Close to you, worldwide HAULOTTE GROUP, LE SPÉCIALISTE DES NACELLES ÉLÉVATRICES ET DES MATÉRIELS D ÉLÉVATION DE CHARGES IMPEC Avec plus

Plus en détail

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE

7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE 7 - PRINCIPES DE LA GESTION CYNEGETIQUE En matière de gestion des populations animales sauvages, il existe un certain nombre de principes généraux qui doivent être connus et à partir desquels il est possible

Plus en détail

Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique. Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young

Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique. Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young I. Le formidable enjeu économique de la couverture du risque climatique Comment peut-on

Plus en détail

La prévention de la pénibilité. 17 novembre 2015

La prévention de la pénibilité. 17 novembre 2015 La prévention de la pénibilité 17 novembre 2015 >1 Les facteurs de pénibilité SOMMAIRE >2 L appréciation de l exposition par l employeur : les référentiels de branche >3 Les travaux dans le cadre de la

Plus en détail

relatif à l unité d enseignement «Pédagogie Initiale Commune de formateur» (PICF).

relatif à l unité d enseignement «Pédagogie Initiale Commune de formateur» (PICF). REFERENTIEL INTERNE DE FORMATION ET DE CERTIFICATION RELATIF A L UNITE DE PEDAGOGIE INITIALE COMMUNE DE FORMATEUR PREAMBULE Les dispositions du présent référentiel sont prises en application de l arrêté

Plus en détail

ProFoss. Dedicated Analytical Solutions

ProFoss. Dedicated Analytical Solutions Analyse du process du concentré de lait en poudre et du concentré de lactosérum en poudre Optimisez votre production avec une analyse en ligne à haute définition ProFoss Dedicated Analytical Solutions

Plus en détail

AVENANT N 3 A L ACCORD RELATIF A L AMENAGEMENT ET A LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL

AVENANT N 3 A L ACCORD RELATIF A L AMENAGEMENT ET A LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AVENANT N 3 A L ACCORD RELATIF A L AMENAGEMENT ET A LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL Entre, La Société ALTEN SIR immatriculée au R.C.S NANTERRE sous le n B. 400 357 886 dont le siège social est situé 130-136

Plus en détail

Développement professionnel. Conférence de mai 2010 OFFT Formation professionnelle

Développement professionnel. Conférence de mai 2010 OFFT Formation professionnelle Développement professionnel Conférence de mai 2010 OFFT Formation professionnelle Situation initiale (1) «Ancienne organisation» de la formation professionnelle supérieure en marketing, vente, communication

Plus en détail

7 conseils pour choisir une solution PTI

7 conseils pour choisir une solution PTI Réussir son projet PTI 7 conseils pour choisir une solution PTI www.ptitravailleurisole.fr 1 Dans ce guide gratuit, je vais vous indiquer les 7 points essentiels qui permettent d évaluer les dispositifs

Plus en détail

Partenaires du projet

Partenaires du projet Partenaires du projet SST du Maine et Loire, ARACT, CRAM, DDTEFP - DRTEFP, MSA 49, CONSULTANTS. Entreprises concernées Agro alimentaire : 3, Métallurgie : 1, Fabrique de cuisines : 1, Cosmétiques : 1.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA DÉFENSE Arrêté du 20 décembre 2012 relatif à la détermination et au contrôle de l aptitude médicale à servir du personnel militaire NOR : DEFK1243552A

Plus en détail

Ergonomie et Prévention

Ergonomie et Prévention COMITE SANTE SECURITE du GESIM 05/04/2012 Les contraintes physiques marquées Ergonomie et Prévention Démarche ergonomique en prévention des M.P et des facteurs de pénibilité Julia STOLL Ergonome Performance

Plus en détail

La rentabilité d une action de formation

La rentabilité d une action de formation TutoFOP : la formation de formateurs à la carte RC_Budget_Rentabilite_Marges_FP1 La rentabilité d une action de formation Les produits Au sens strict les produits sont les flux sortant de l entreprise

Plus en détail

Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB

Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB actualités Mercredi 23 janvier 2008 : Santé au travail en CNPE et INB Espace Charles Louis HAVAS 1, rue des Huissiers - 92220 NEUILLY Métro ligne 1, station Pont de Neuilly LA PRÉVENTION DU STRESS DANS

Plus en détail

PLAN NATIONAL DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS

PLAN NATIONAL DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS PLAN NATIONAL DE DEMATERIALISATION DES MARCHES PUBLICS La commande publique est en France l un des champs privilégiés d expérimentation de la dématérialisation des échanges, de l utilisation des procédés

Plus en détail

Les études marketing. Yohan Bernard. Chapitre 2. Marketing (LA2 AGE)

Les études marketing. Yohan Bernard. Chapitre 2. Marketing (LA2 AGE) Les études marketing Chapitre 2 Yohan Bernard Le rôle d une étude marketing Outil d aide à la décision Obtenir Analyser des données Interpréter Les finalités de l étude marketing Exemples en grande consommation

Plus en détail

Vieillissement et travail: à la recherche d un d

Vieillissement et travail: à la recherche d un d Vieillissement et travail: à la recherche d un d outil d éd évaluation Dr Maria Mihailescu Introduction Politique: Pyramide des âges rectangulaire. Génération du papy-boom. Les pensions Médecine du travail

Plus en détail

La solution pour améliorer votre productivité

La solution pour améliorer votre productivité La solution pour améliorer votre productivité Jari Kallela La plupart des installations industrielles tournent bien en dessous de leur capacité. Face à ce constat, les industriels cherchent à améliorer

Plus en détail

LIVRET SERVICE. Yourcegid Etafi Start Yourcegid Etafi Loyers

LIVRET SERVICE. Yourcegid Etafi Start Yourcegid Etafi Loyers LIVRET SERVICE Yourcegid Etafi Start Yourcegid Etafi Loyers LS-YC Etafi Start- YC Etafi Loyers -11/2014 LIVRET SERVICE YOURCEGID ETAFI START YOURCEGID ETAFI LOYERS ARTICLE 1 : DEFINITIONS Les termes définis

Plus en détail

Effet antalgique de l effort musculaire et de l activité physique chez le patient douloureux chronique.

Effet antalgique de l effort musculaire et de l activité physique chez le patient douloureux chronique. Effet antalgique de l effort musculaire et de l activité physique chez le patient douloureux chronique. Journée de l hôpital Sud Grenoble le 29 novembre 2011 M.GUINOT UM Sports &Pathologies Clinique Physiologie,

Plus en détail

Vérification de la conformité à la Politique sur le contrôle interne du Conseil du Trésor Phase 1

Vérification de la conformité à la Politique sur le contrôle interne du Conseil du Trésor Phase 1 Vérification de la conformité à la Politique sur le contrôle interne du Conseil du Trésor Phase 1 Bureau du dirigeant principal de la vérification et de l évaluation Direction des services de vérification

Plus en détail

Risques psycho-sociaux : Les dispositifs d observation de la statistiques publique et leur évolution

Risques psycho-sociaux : Les dispositifs d observation de la statistiques publique et leur évolution Risques psycho-sociaux : Les dispositifs d observation de la statistiques publique et leur évolution Catherine Mermilliod (DREES) Sébastien Roux (DARES) Contexte Montée de la thématique «souffrance au

Plus en détail

violences anxiété conflits mal-être ... AU TRAVAIL Et si on parlait des Risques Psycho-Sociaux (RPS) changements Stress professionnel

violences anxiété conflits mal-être ... AU TRAVAIL Et si on parlait des Risques Psycho-Sociaux (RPS) changements Stress professionnel Et si on parlait des Risques Psycho-Sociaux (RPS) GUIDE PRATIQUE POUR LES EMPLOYEURS violences changements Stress professionnel anxiété mal-être conflits... AU TRAVAIL Brochure réalisée par le Service

Plus en détail

Master Classes RSE 2013 / Institut RSE Management /p 2 Inscrivez-vous en ligne!

Master Classes RSE 2013 / Institut RSE Management /p 2 Inscrivez-vous en ligne! Master RSE Avec les master-classes Institut RSE Management, vous pouvez être assuré de faire partie de la communauté des professionnels du reporting RSE qui font avancer la performance de leur entreprise.

Plus en détail

REFLEXION EXPLORATOIRE SUR UN REFERENTIEL DE FORMATION DES ACTEURS DU CAR POUR LA REGION DE DIOURBEL

REFLEXION EXPLORATOIRE SUR UN REFERENTIEL DE FORMATION DES ACTEURS DU CAR POUR LA REGION DE DIOURBEL 1 II e CONFERENCE INTERNATIONALE DU RESEAU «FORMATION AGRICOLE ET RURALE» (FAR) «Rôle des acteurs dans l orientation et le fonctionnement des dispositifs de formation rurale pour le développement» TUNIS

Plus en détail

RPS et QVT où en est-on?

RPS et QVT où en est-on? RPS et QVT où en est-on? Emmanuel Abord de Chatillon abord@iae-grenoble.fr Chaire Management et Santé au Travail Paris, FNP, 19 juin 2015 La chaire Management et Santé au Travail - Des institutions qui

Plus en détail

DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE MEDICALE, C EST POSSIBLE!

DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE MEDICALE, C EST POSSIBLE! DEFISCALISER SON ISF EN FAVEUR DE LA RECHERCHE MEDICALE, C EST POSSIBLE! «La Recherche Médicale, pour moi, pour les miens, pour l humanité. Parce que la 1 ère cause de mortalité dans le monde mérite que

Plus en détail

. La Compagnie. Le Staff. Le marché

. La Compagnie. Le Staff. Le marché . La Compagnie. Le Staff. Le marché La Societé Beonpush est une compagnie crée en 2015 et specialisé dans la gestion d espaces publicitaires en temps réel, elle utilise la technologie du RTB Real Time

Plus en détail

InfoSec. Famille A891

InfoSec. Famille A891 InfoSec Famille A891 SUJETS D ETUDES TBE_MEM_140675 Page 1/15 HISTORY Rev. Index Date Modified by Description A 16.04.2014 Initial version A-2 22.04.2014 Ajout Tests & etude anti-tampering TBE_MEM_140675

Plus en détail

Comment lutter contre l illettrisme des adultes. Bernard Hugonnier Directeur adjoint pour l éducation, OCDE

Comment lutter contre l illettrisme des adultes. Bernard Hugonnier Directeur adjoint pour l éducation, OCDE Comment lutter contre l illettrisme des adultes Bernard Hugonnier Directeur adjoint pour l éducation, OCDE Plan 1. L ampleur du problème 2. Qui sont les illettrés 3. Les cinq clés pour une lutte efficace

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES LE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE AU BÉNIN : STRATÉGIES DE GESTION ET D ADAPTATION DES EXPLOITATIONS AGRICOLES SOSSOU Comlan Hervé Dissertation originale présentée en vue de l obtention du grade de docteur

Plus en détail

Le travail, entre prescription et réalisation

Le travail, entre prescription et réalisation Journées professionnelles de formation de l Association Nationale des Directeurs de Mission Locale «Direction des Missions Locales : Nouveaux enjeux, nouveaux métiers» 25 et 26 Juin 2015, Rennes Le travail,

Plus en détail

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC RPS PAR

RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC RPS PAR 52èmes Journées Santé Travail du CISME Comment décliner les missions des SSTI? 20-21 octobre 2015 Grand Hôtel - PARIS RÉALISATION D UN DIAGNOSTIC RPS PAR UNE ÉQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE Dr S. MATHIEU Médecin

Plus en détail

CONVENTION ENTRE L UNIVERSITE FRANCOIS-RABELAIS DE TOURS ET L INSTITUT D ETUDES FRANCAISES DE TOURAINE

CONVENTION ENTRE L UNIVERSITE FRANCOIS-RABELAIS DE TOURS ET L INSTITUT D ETUDES FRANCAISES DE TOURAINE CONVENTION ENTRE L UNIVERSITE FRANCOIS-RABELAIS DE TOURS ET L INSTITUT D ETUDES FRANCAISES DE TOURAINE Entre L Université François-Rabelais de Tours, ci-après dénommée «l Université», représentée par Loïc

Plus en détail

LA GESTION DU STRESS. Lundi 9 Octobre 2006

LA GESTION DU STRESS. Lundi 9 Octobre 2006 LA GESTION DU STRESS Lundi 9 Octobre 2006 Déroulement de la rencontre 1 ère partie : Le mécanisme du stress - Facteurs et conséquences 2 ème partie : Les raisons d agir - Les actions préventives 3 ème

Plus en détail

SERVICE RETRAITE. Pôle Carrières NOTE D INFORMATION n 2010-12/02

SERVICE RETRAITE. Pôle Carrières NOTE D INFORMATION n 2010-12/02 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA CREUSE Pôle Carrières NOTE D INFORMATION n 2010-12/02 CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS - CNRACL SERVICE RETRAITE LA REFORME DES RETRAITES

Plus en détail

Note d information aux membres du Conseil national supérieur de l Enseignement supérieur et de la Recherche, en date du 17 décembre 2012

Note d information aux membres du Conseil national supérieur de l Enseignement supérieur et de la Recherche, en date du 17 décembre 2012 Note d information aux membres du Conseil national supérieur de l Enseignement supérieur et de la Recherche, en date du 17 décembre 2012 Répartition des crédits aux universités Annexe : - n 1 : fonctionnement

Plus en détail

L impact du lissage instauré par la loi Pinel sur la valorisation du droit au bail des locaux commerciaux

L impact du lissage instauré par la loi Pinel sur la valorisation du droit au bail des locaux commerciaux L impact du lissage instauré par la loi Pinel sur la valorisation du droit au bail des locaux commerciaux Patrick Colomer, Chartered Surveyor MRICS, Expert immobilier près la Cour d Appel de Paris La loi

Plus en détail

Knowledge CONSULT. La Localisation d Expertise Introduction. Knowledge CONSULT AVRIL 2003. Conseil en Système d Information

Knowledge CONSULT. La Localisation d Expertise Introduction. Knowledge CONSULT AVRIL 2003. Conseil en Système d Information Knowledge Conseil en Système d Information La Localisation d Expertise Introduction AVRIL 2003 1 La localisation d expertise Le défi à relever Imaginons qu un collaborateur souhaite comprendre le concept

Plus en détail

Pénibilités du travail et de l emploi dans le commerce de détail

Pénibilités du travail et de l emploi dans le commerce de détail Pénibilités du travail et de l emploi dans le commerce de détail Une explication par la violence managériale Rachid Bouchareb, CRESPPA GTM, Université Paris 8 Données d enquête Enquête de terrain auprès

Plus en détail

L intervention d un consultant

L intervention d un consultant L APPORT DE L ERGONOMIE EN PREVENTION L intervention d un consultant 5 octobre 2016 Déroulé - Témoignage de Mr Marc BURBAN, PDG, ARMOR PLATS CUISINES : Présentation de l entreprise, exposé du projet -

Plus en détail

LE TRANSPORT COLLECTIF SOLUTIONS AU FINANCEMENT

LE TRANSPORT COLLECTIF SOLUTIONS AU FINANCEMENT LE TRANSPORT COLLECTIF SOLUTIONS AU FINANCEMENT GILLES JOUBERT, ÉCONOMISTE PRINTEMPS 2004 Chaque fois qu il est question de financement du transport collectif, chaque partie s en reporte à l autre. En

Plus en détail

Enseignement d exploration

Enseignement d exploration Annexe Programme d informatique et création numérique en classe de seconde générale et technologique Enseignement d exploration Préambule L informatique est, en premier lieu, une science et une technologie

Plus en détail

Réformes structurelles du système de retraite français : simulations exploratoires

Réformes structurelles du système de retraite français : simulations exploratoires Réformes structurelles du système de retraite français : simulations exploratoires Didier Blanchet, Antoine Bozio et Simon Rabaté Insee, Crest et IPP PSE et IPP ENS Paris et IPP Journée d études micro-simulation

Plus en détail

Lean? LYSIPPE Lean manufacturing www.lysippe.com. Teruyuki MINOURA, Senior Managing Director, TOYOTA. Lancement CLARA, 24/11/2005

Lean? LYSIPPE Lean manufacturing www.lysippe.com. Teruyuki MINOURA, Senior Managing Director, TOYOTA. Lancement CLARA, 24/11/2005 Lean? LYSIPPE Lean manufacturing www.lysippe.com Teruyuki MINOURA, Senior Managing Director, TOYOTA Lancement CLARA, 24/11/2005 Lean? Une démarche accessible à toute entreprise quelque soit : sa taille,

Plus en détail

Réglementation des séjours spécifiques sportifs

Réglementation des séjours spécifiques sportifs Réglementation des séjours spécifiques sportifs Modification du code de l action sociale et des familles concernant les accueils de mineurs en dehors du domicile parental Direction des Sports DSB2 Sommaire

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD RELATIF A LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL

PROTOCOLE D ACCORD RELATIF A LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL PROTOCOLE D ACCORD RELATIF A LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL Entre d une part : La société CSC Peat Marwick SA Représentée par Claude CZECHOWSKI Président-Directeur Général La société CSC Computer Sciences

Plus en détail

FORMATIONS & CERTIFICATIONS

FORMATIONS & CERTIFICATIONS FORMATIONS & CERTIFICATIONS LEAN MANAGEMENT LEAN 6 SIGMA MANUFACTURING, OFFICE, LOGISTIQUE ÉLITE ORGANISATION est un cabinet spécialisé dans l'amélioration des performances et des organisations, intervenant

Plus en détail