Note Circulaire. EXONÉRATION DE CERTAINS IMPÔTS ET TAXES (10 mars 2014)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note Circulaire. EXONÉRATION DE CERTAINS IMPÔTS ET TAXES (10 mars 2014)"

Transcription

1 Direction du Protocole - P1.1 Immunités et Privilèges Annexes : 3 Note Circulaire EXONÉRATION DE CERTAINS IMPÔTS ET TAXES (10 mars 2014) Le Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement présente ses compliments aux Missions diplomatiques établies à Bruxelles et a l honneur par la présente de les informer sur les exonérations d impôts et de taxes en Belgique conformément aux dispositions de la Convention de Vienne du 18 avril 1961 sur les relations diplomatiques (publié au Moniteur belge du 06/06/1968). Les trois formulaires destinés aux différentes demandes d exonération des droits, d impôts et de taxes (dont elles seraient éventuellement frappées, à titre officiel au nom de la Mission diplomatique ou à titre personnel pour les membres du personnel de la mission ayants droit aux privilèges et immunités) se trouvent en annexe. Il est à noter qu il ne s agit pas dans cette note circulaire des exonérations de la T.V.A., des droits à l importation, des droits d accises, etc. dont la matière est expliquée dans d autres notes circulaires. Le Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement saisit cette occasion pour renouveler à l ensemble des Missions diplomatiques établies à Bruxelles les assurances de sa très haute considération. Aux missions diplomatiques établies à Bruxelles

2 EXONÉRATION DE CERTAINS IMPÔTS ET TAXES TABLE DES MATIÈRES 1 EXONERATION D IMPOTS ET DE TAXES AU NOM DE LA MISSION DIPLOMATIQUE: 1.1 Introduction et principe général, 1.2 Exceptions sur ce principe général, 1.3 Quelques explications sur certaines taxes, impôts, redevances, etc., Redevances pour services particuliers rendus, Rémunération due aux auteurs et éditeurs, Taxe annuelle sur les opérations d assurance, Taxe d aéroport, Précompte immobilier, Précompte mobilier, Précompte professionnel / cotisations sociales, Droits d enregistrement et droit d écriture, Principe général, Condition de réciprocité, Procédure lors d un achat, Procédure en cas de location, Contrat de leasing, Taxe de mise en circulation et taxe de circulation, Cotisation sur l énergie, Cotisations Fédérales électricité et gaz naturel (CREG) Cotisation pour la protection contre les rayons ionisants, Taxes régionales et communales, 1.4 Procédure pour obtenir l exonération.

3 2 EXONERATION D IMPOTS ET DE TAXES AU NOM D UN MEMBRE DU PERSONNEL DE LA MISSION DIPLOMATIQUE 2.1 Agent diplomatique, Principe général pour l agent diplomatique, Exceptions sur le principe général, Impôts indirects, Impôts et taxes sur les biens immeubles privés, Droits de succession, Impôts et taxes sur les revenus privés, Impôts et taxes perçus pour les services particuliers rendus, Droits d enregistrement, d hypothèque, et de greffe, ainsi que droits d écriture pour les biens immobiliers, Taxe de première mise en circulation et la taxe annuelle de circulation ; 2.2 Membres du Personnel administratif et technique, 2.3 Membres du Personnel de service de la Mission diplomatique, 2.4 Domestiques privés au service des membres de la Mission diplomatique, 2.5 Personnel recruté sur place, 2.6 Fonctionnaires en mission officielle, 2.7 Explication sur certaines taxes, Précompte mobilier, «Vlaamse Zorgverzekering», 2.8 Procédure pour obtenir l exonération. ANNEXE 1 : SOLLICITATION DE GRATUITE DE L ENREGISTREMENT ET DE L EXEMPTION DU DROIT D ECRITURE (ET EVENTUELLEMENT DE LA T.V.A.) POUR UN ACTE D ACHAT ANNEXE 2 : SOLLICITATION DE GRATUITE DE L ENREGISTREMENT ET DE L EXEMPTION DU DROIT D ECRITURE POUR CONTRAT DE BAIL ANNEXE 3 : DEMANDE D'EXONERATION D'IMPOTS ET TAXES POUR LE PERSONNEL DES MISSIONS DIPLOMATIQUES

4 1 EXONERATION D IMPOTS ET DE TAXES AU NOM DE LA MISSION DIPLOMATIQUE : 1.1 Introduction et principe général : Le principe de l exonération fiscale (sauf exception voir infra) trouve son fondement dans les art. 23, 28 et 37 de la Convention de Vienne du 18 avril 1961 sur les relations diplomatiques. Ceci permet au pays accréditant d organiser les activités de la Mission diplomatique en Belgique sans taxation ainsi que pour permettre à son personnel (membres du personnel et membres de leur famille) de fonctionner normalement et d acquérir des marchandises pour leur usage personnel. Certaines immunités fiscales sont appliquées de manière générale (art. 47), d autres sont subordonnées à la réciprocité. Le principe de la réciprocité a perdu de son importance depuis l entrée en vigueur des Conventions de Vienne (article 47 de la Convention de Vienne de 1961). La réciprocité s applique encore dans un nombre limité de domaines, tels que les droits de douane et accises, ou dans certaines situations spécifiques. Les privilèges fiscaux ne sont pas illimités. Référence est faite en la matière en préambule de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques qui confirme que le but desdits privilèges et immunités est non pas d avantager des individus mais d assurer l accomplissement efficace des fonctions des missions diplomatiques en tant que représentant des Etats. Dans l application des dispositions fiscales spécifiques pour les Missions diplomatiques et son personnel, la Belgique ne fait pas de différences entre les Ambassades, les Représentations Permanentes (U.E./U.E.O.), les Délégations Permanentes (OTAN), et les Missions diplomatiques (U.E./OTAN). Suivant l article 47 de la Convention de Vienne de 1961, aucune discrimination n est faite entre pays. 1.2 Exceptions sur ce principe général (art. 23) : La Mission diplomatique et le chef de la Mission sont exempts de tous impôts et taxes nationaux, régionaux ou communaux, au titre des locaux de la Mission dont ils sont propriétaires ou locataires, pourvu qu'il ne s'agisse pas d'impôts ou taxes perçus en rémunération de services particuliers rendus (voir infra). L'exemption fiscale prévue dans le présent article ne s'applique pas à ces impôts et taxes lorsque, d'après la législation de l'etat accréditaire, ils sont à la charge de la personne qui traite avec l'etat accréditant ou avec le chef de la Mission (voir infra point 1.3.5), comme par ex. le propriétaire d un immeuble loué à la mission diplomatique ou au chef de poste. 1.3 Quelques explications sur certaines taxes, impôts, redevances, etc. : Redevances pour services particuliers rendus : Certains impôts, taxes, contributions et redevances perçus en rémunération de services particuliers rendus comme par exemple les taxes sur les eaux usées, enlèvement des déchets ménagers et des déchets encombrants, les frais de parking ou la redevance de voirie, ne sont pas exonérés. Le remorquage d un véhicule pour libérer la voie publique sur ordre de la police (voir point ) est aussi interprété en ce sens. Il appartient à l autorité qui demande le paiement de déterminer s il s agit d une contribution, d une taxe, d un impôt ou d une redevance, sur la base, bien entendu, des critères de classification comme redevance.

5 1.3.2 Rémunération due aux auteurs et éditeurs : Cette rémunération pour la copie privée ou didactique des œuvres fixées sur un support graphique ou analogue est prévue par la loi du 30 juin 1994, Moniteur belge du 27/07/1994, relative au droit d auteur et aux droits voisins. L Art. 1 er de la loi dispose que l auteur d œuvre littéraire ou artistique a, en principe seul le droit de la reproduire ou d en autoriser la reproduction. En pratique cependant, en matière de reproduction à usage personnel ou didactique, il a été jugé peu réaliste d exiger de chaque utilisateur qu il prenne contact avec l auteur ou éditeur avant de réaliser, par exemple, quelques photocopies d un ouvrage. Le législateur belge a dès lors prévu l exemption suivante : l article 22, par 1, 4 de la loi dispose que : «l auteur ne peut interdire la reproduction fragmentaire ou intégrale d articles ou d œuvres plastiques ou celle de courts fragments d autres œuvres fixées sur un support graphique ou analogue ; lorsque cette reproduction est effectuée dans un but strictement privé (usage interne ou personnel) ou didactique ; et ne porte pas préjudice à l édition de l œuvre originale». C'est en contrepartie de cette exception au droit de reproduction des auteurs que la loi du 30 juin 1994 reconnaît un droit à rémunération aux auteurs et éditeurs. Cette rémunération, dont la perception est organisée par un Arrêté Royal du 30 octobre 1997, est en fait une contrepartie d un service et ne peut donc être assimilée à une taxe ou à un impôt. Elle n'est d'ailleurs pas versée à l'etat ou à une collectivité publique mais aux auteurs et éditeurs, via une société de gestion privée, du nom de REPROBEL. Pour se mettre en ordre, les Missions diplomatiques peuvent soit faire une déclaration soit conclure un contrat avec Reprobel. Dans le cas d une déclaration, il suffit de compléter quelques formulaires tous les ans en y indiquant le nombre total de copies et le nombre de copies d œuvres protégées et faire le calcul. Le paiement peut se faire en même temps que le renvoi de la déclaration, dont la Mission diplomatique recevra un exemplaire chaque année. Reprobel a en outre le droit de contester la déclaration dans un certain délai. Celle-ci peut être envoyée électroniquement via le site Dans le cas d'un contrat conclu avec Reprobel, la Mission diplomatique détermine avec Reprobel le nombre de copies qu'elle fait d'œuvres protégées. Les contestations ultérieures sont donc exclues. Les Missions diplomatiques ne sont pas exemptées du paiement de cette rémunération. Toutes informations complémentaires et réclamations à ce sujet peuvent être demandées auprès de la Société REPROBEL sise, Place de Brouckère, 12 à 1000 Bruxelles, ou en prenant contact avec : Madame Karline VANDER LINDEN ( : ) ou par mail

6 1.3.3 Taxe annuelle sur les opérations d assurance et retenue parafiscales INAMI : En application de l article 23,1 de la Convention de Vienne du 18 avril 1961 sur les relations diplomatiques sont exemptés d office de la taxe sur les assurances et les cotisations INAMI (INAMI - Service Ressources Spécifiques Rue du Collège Saint-Michel 17 Boîte Bruxelles personne de contact : Nicolas Heusschen - tel: fax: website : les polices d assurances qui rencontrent les condition suiventes : 1 Etre conclues par un Etat étranger (par son ambassade ou par une personne agissant au nom et pour compte de cet Etat) ; 2 Avoir pour objet une assurance de choses (à l exclusion des assurances de personne) en relation directe : soit avec l immeuble où est installé la mission diplomatique (et ses annexes) de cet Etat (et pour autant que reconnu par la Direction du Protocole P1.1) ; soit avec l immeuble où est installée la résidence officielle (et ses annexes) du Chef de poste diplomatique (tel que reconnu par la Direction du Protocole P1.1) ; soit avec les meubles garnissant les immeubles susvisés. Les assurances ayant d autres objets (responsabilité civile, assurance auto, assurance vie, assurance de groupe, ) ne bénéficient pas de cette exemption Taxe d aéroport : La taxe d aéroport perçue par les compagnies aériennes est en réalité une rémunération pour des services rendus (l installation et les services de l aéroport) et le montant est inclus dans le prix du ticket d avion. Aucune exonération ne peut être accordée Précompte immobilier : Cette taxe est toujours due par le propriétaire de l immeuble. A condition que la Mission diplomatique ou le pays accréditant soit propriétaire du bâtiment, l exonération du précompte immobilier est octroyée aux locaux officiels de la Mission concernée à condition que l utilisation du bâtiment tombe dans les catégories qui sont stipulées en point , à savoir la chancellerie et la résidence officielle du Chef de Poste. La procédure est aussi expliquée en point Les autres propriétés de l Etat accréditant restent soumises au précompte immobilier. Il est rappelé aux Missions diplomatiques que si la Mission concernée est locataire d un immeuble et que les termes du contrat de bail (librement acceptés par les deux parties) stipulent que certaines taxes seront payées à charge dudit locataire, celui-ci devra les payer à titre de charge locative. Dans ce cas, la Mission ne peut pas invoquer l exemption de ce précompte, qui a perdu en effet son caractère fiscal (art 23, 2) Pour la location des résidences, le législateur belge ne permet pas que l on mette le précompte immobilier à charge du locataire. Pour la location des bureaux c est plutôt la règle.

7 1.3.6 Précompte mobilier : Les intérêts que les Missions diplomatiques touchent sur les dépôts d argent effectués dans les banques établies en Belgique et dans les établissements publics de crédit, les caisses d épargne ou les entreprises financières belges au nom des Missions diplomatiques accréditées en Belgique, sont, sans formalités, payées, en faveur des Missions diplomatiques, en exonération du précompte mobilier Précompte professionnel / cotisations sociales : Le précompte professionnel et les cotisations sociales sur le salaire des employés recrutés sur place (voir lettre circulaire sur le personnel engagé localement) sont à charge de l employeur. C est aussi le cas pour les cotisations à la sécurité sociale (O.N.S.S.), pour des membres du personnel de service et des domestiques privés si ceux-ci ne sont pas couverts par un système de sécurité sociale dans l état d envoi ou un état tiers. Les Missions diplomatiques sont priées de respecter strictement toutes les lois sociales en vigueur en Belgique. Aucune exonération n est accordée. Il est à recommander aux Missions diplomatiques de faire appel à un secrétariat social belge qui peut gérer le travail administratif au niveau des salaires pour le personnel recruté sur place Droits d enregistrement et droit d écriture : Principe général : L obligation d enregistrer le contrat d achat ou de location est la règle en Belgique. La gratuité de l enregistrement et l exemption du droit d écriture en cas d achat ou de location est accordée pour les bâtiments officiels de la Mission diplomatique (article 23 de la Convention de Vienne de 1961). Sont considérés comme bâtiments officiels en Belgique (1) la chancellerie diplomatique et ses annexes où les autres services des Missions diplomatiques sont installés (de même que les garages vendus ou loués séparément de la chancellerie) ainsi que (2) la résidence officielle du Chef de Poste. Les adresses de la chancellerie (adresse du bâtiment principal et le cas échéant des bâtiments annexes) et de la résidence officielle du Chef de Poste doivent être communiquées par note verbale au SPF Affaires étrangères Direction du Protocole P1.1. Référence est aussi faite en la matière à l article 12 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques qui stipule que l Etat accréditant ne doit pas, sans avoir obtenu au préalable le consentement exprès de l Etat accréditaire, établir des bureaux faisant partie de la mission dans d autres localités que celles où la mission elle-même est établie. Pour tous les bâtiments et locaux loués, comme chancellerie ou résidence officielle du chef de poste, une copie du contrat de bail enregistré doit être transmise par note verbale à la Direction du Protocole P1.1. La résidence d un Chargé d Affaires temporaire ne rentre pas dans la catégorie des adresses officielles, ni les logements d autres membres du personnel de la mission diplomatique. De même les immeubles et locaux où sont installés bureaux touristiques, instituts culturels, compagnies aériennes, chambres de commerce, etc ne sont pas considérés comme bâtiments ou locaux officiels faisant partie de la mission diplomatique, ces institutions n étant d ailleurs pas sous l application de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques (1961).

8 Condition de réciprocité : Ces exemptions de droits d enregistrement et de droit d écriture sont toujours soumises à la condition de réciprocité. L exonération de l éventuelle T.V.A. sur l achat d un bâtiment est aussi soumise à cette condition Procédure lors d un achat : Pour obtenir la gratuité de l enregistrement et l exemption du droit d écriture, la Mission diplomatique fait part, via une note verbale à la Direction du Protocole P1.1, de son intention d acquérir un bâtiment et de l utiliser comme locaux de la chancellerie diplomatique ou comme résidence officielle de Chef de poste. La note verbale comporte les éléments suivants : l adresse du bâtiment ; un engagement de réciprocité en matière d exemption des droits d enregistrement, du droit d écriture et de la T.V.A. dans le chef de l Etat accréditant ; la date de ratification de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques du 18 avril 1961 ; le nom des deux notaires instrumentant en spécifiant lequel des deux va déposer l acte au bureau de l enregistrement ainsi que la date prévue de la passation de l acte ; une demande d exonération du précompte immobilier ; un engagement de réciprocité en matière d exemption du précompte immobilier ; l engagement d envoyer, après la passation de l acte de vente, une copie de l acte à la Direction du Protocole P1.1. (pour la facilité la Mission diplomatique peut trouver en ANNEXE 1 un exemple de texte pour une demande de gratuité de l enregistrement et d exemption du droit d écriture {éventuellement de la T.V.A.} ainsi que du précompte immobilier, à reproduire sur papier officiel à en-tête de la Mission diplomatique). Si la gratuité et l exemption sont accordées par le SPF Finances, la Direction du Protocole P1.1 en informera officiellement la Mission concernée par note diplomatique Procédure en cas de location : Pour obtenir la gratuité de l enregistrement et l exemption du droit d écriture, la Mission diplomatique fait part, via une note verbale, à la Direction du Protocole P1.1 de son intention de louer un bâtiment et de l utiliser comme locaux de la chancellerie diplomatique ou comme résidence officielle de Chef de poste. La note verbale comprend les éléments suivants : l adresse du bâtiment ; un engagement de réciprocité en matière d exemption des droits d enregistrement et du droit d écriture dans le chef de l Etat accréditant ; la date de ratification de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques du 18 avril 1961 ; ladite note est accompagnée de deux exemplaires originaux du bail et d une copie. (pour la facilité la Mission peut trouver en ANNEXE 2 un exemple de texte pour une demande de gratuité de l enregistrement et d exemption du droit d écriture, à reproduire sur papier officiel à entête de la Mission diplomatique).

9 Un contrat de bail peut être passé sous forme authentique comme un acte d achat, c est-à-dire devant notaires, la procédure reprise au point est valable en ce cas MAIS il peut aussi être passé comme acte «sous seing privé», seulement entre parties concernées, et,dans ce cas, seule la demande de la gratuité des droits d enregistrement doit être introduite. La présentation de deux originaux et d une copie du contrat de bail sont nécessaires pour le faire enregistrer. Si la gratuité et l exemption sont accordées par le SPF Finances, la Direction du Protocole P1.1 en informera officiellement la Mission concernée par note diplomatique et un exemplaire du contrat de bail enregistré Contrat de leasing : Un contrat de leasing enregistré peut être considéré comme une mutation immobilière sous condition ou comme un bail avec option d achat. Dans ces deux interprétations, la Mission diplomatique peut être exemptée du paiement de droits. Si l exemption est accordée par le SPF Finances, la Direction du Protocole P1.1 en informera officiellement la Mission concernée par note diplomatique Taxe de première mise en circulation et la taxe annuelle de circulation : Tout véhicule immatriculé en Belgique en série «CD» au nom d une Mission diplomatique est exonéré de ces deux taxes. Aucune exonération ne sera accordée pour des véhicules immatriculés en série normale ou en série «8» Cotisation sur l énergie : En vertu d un récent l Arrêté Royal portant des dispositions diverses en matière d accises, la cotisation sur l énergie est une taxe assimilée aux accises qui est prélevée sur les combustibles fossiles et l électricité. L exonération est accordée suivant la procédure qui est expliquée dans la note circulaire sur les livraisons continues Cotisations fédérales électricité et gaz naturel (CREG) La cotisation fédérale «électricité» et la cotisation fédérale «gaz naturel», définies respectivement à l article 21bis de la loi du 29 avril 1999 relative à l organisation du marché de l électricité et à l article 15/11 de la loi du 12 avril 1965 relative au transport de produits gazeux et autres par canalisations, sont destinées au financement de certaines obligations de service public et des coûts liés à la régulation et au contrôle des marchés de l électricité et du gaz naturel. Elles sont perçues sous la forme de surcharges appliquées sur les kwh d électricité ou de gaz naturel prélevés du réseau par les clients finaux. La Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz (CREG) est chargée de leur gestion (www.creg.be). Les Missions diplomatiques ne sont exonérées du paiement de ces cotisations qu en cas de consommation concernant un bâtiment reconnu par la Direction du Protocole en tant que bâtiment officiel. L exonération de ces cotisations sera opérée automatiquement via la procédure qui est en vigueur en ce qui concerne l exonération de la T.V.A et des accises (cotisation sur l'énergie) en usage officiel pour les livraisons continues d eau, de gaz, d électricité, et les prestations de services de télécommunications et de télédistribution (voir note circulaire sur le lien ) Cotisation pour la protection contre les rayons ionisants :

10 L Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFNC) impose une taxe annuelle aux détenteurs d autorisations et d agréments nécessaires pour pouvoir poser des actes susceptibles d entraîner une exposition complémentaire des personnes aux rayonnements ionisants. Elle impose en outre une redevance unique aux personnes qui introduisent une déclaration ou qui demandent des autorisations, enregistrements, permissions, agréments et approbations dans le cadre du traitement administratif et de l examen d un dossier. Aucune exemption n est accordée. Les principes du financement de l AFCN et les montants des taxes sont fixées aux articles 30 bis et suivants de la loi du 15 avril 1994 relative à la protection de la population et de l environnement contre les dangers résultant des rayonnements ionisants et relative à l AFCN, récemment modifiée le 22 décembre 2008 (MB du 29 décembre 2008). La loi détermine également le mode de perception de ces taxes. Pour plus d info, voir lien ci-dessous : Les montants des redevances sont fixés dans l arrêté royal suivant : Pour de plus amples renseignements, il vous est possible de contacter la cellule clients de l AFCN en composant le numéro général ou par à l adresse Taxes régionales et communales : La Région de Bruxelles-Capitale perçoit une taxe à charge des occupants de biens bâtis et des titulaires d un droit réel sur certains biens immeubles. Cette «taxe régionale» annuelle comprend une partie à charge des chefs de ménage et une partie à charge des occupants de bureaux. Les Missions diplomatiques sont en tant que propriétaires, et si ces bureaux sont utilisés comme chancellerie (voir définition bâtiment officiel en point ), exemptées du paiement de cette taxe. Un contrat de location peut prévoir le paiement de cette taxe par le preneur, malgré le fait que cette taxe est à charge du propriétaire. Cette taxe perd alors son caractère fiscal et est considérée comme un élément de la charge locative. Dans ce cas, aucune exemption n est prévue étant donné qu il s agit d un engagement contractuel consenti de son plein gré. Les mêmes exemptions s appliquent à la taxe sur la superficie de bureau, levée au niveau communal. Cette taxe est presque toujours répercutée sur le propriétaire, mais elle perd aussi son caractère fiscal pour le locataire en étant insérée dans un contrat de location. Par conséquent le locataire ne pourra pas bénéficier de l exonération. 1.4 Procédure pour l obtention de l exonération : Chaque demande d exonération d impôts et de taxes directes (autres que la T.V.A., les droits à l importation, les droits d accises,... dont la matière est expliquée dans d autres lettres circulaires) doit être adressée par note verbale accompagnée du formulaire (voir ANNEXE 3) dûment complété à la Direction du Protocole P1.1 qui jugera si les conditions d exonération de la taxe sont bien remplies. Si tel n est pas le cas, la demande sera retournée à la Mission diplomatique concernée avec le motif de refus, en lui priant de bien vouloir s acquitter de ladite taxe. Si l exonération est acceptée, la Direction du Protocole P1.1 informera l autorité compétente de l exemption.

11 2 EXONERATION D IMPOTS ET DE TAXES AU NOM D UN MEMBRE DU PERSONNEL DE LA MISSION DIPLOMATIQUE : 2.1 Agent diplomatique : Principe général pour l agent diplomatique : La Direction du Protocole P1.1 attire l attention sur l Art. 34 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatique du 18 avril 1961 qui stipule que : «L agent diplomatique est exempt de tous impôts et taxes, personnels ou réels, nationaux, régionaux ou communaux,». En ce qui concerne les agents diplomatiques qui tombent sous art 38.1, ceux-ci ne comptent pas pour les obligations qui découlent d un statut précédent. Référence est également faite en la matière en préambule de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques qui confirme que le but desdits privilèges et immunités est non pas d avantager des individus mais d assurer l accomplissement efficace des fonctions des missions diplomatiques en tant que représentant des Etats Exceptions sur le principe général (voir article 34 de la Convention de Vienne) : «les impôts indirects d une nature telle qu ils sont normalement incorporés dans le prix des marchandises ou des services» ; La taxe annuelle sur les opérations d assurance est, en tant qu impôt indirect d une nature telle qu elle est normalement incorporée dans le prix du service. Par conséquent aucune exonération n est accordée. Il est à noter que les dispositions concernant la T.V.A. sont décrites dans les autres lettres circulaires. Lorsqu une taxe (autre que la T.V.A.) figure sur une facture le redevable doit s acquitter du montant global de ladite facture «Les impôts et taxes sur les biens immeubles privés situés sur le territoire de l Etat accréditaire, à moins que l agent diplomatique ne les possède pour compte de l Etat accréditant, aux fins de la Mission» ; Il est également rappelé aux Missions diplomatiques que si l agent de la Mission concernée est locataire d un immeuble et que les termes du contrat de bail (librement acceptés par les deux parties) stipulent que certaines taxes seront payées à charge dudit locataire, celui-ci devra les payer à titre de charge locative. Il n y a pas non plus d exonération des droits d enregistrement et du droit d écriture lors d un achat, à titre privé, d un immeuble, appartement, maison, etc. Pour ce qui est du précompte immobilier lors du fait qu une personne est propriétaire privé d un immeuble, aucune exemption n est prévue «les droits de succession perçus par l Etat accréditaire, sous réserve des dispositions du paragraphe 4 de l Art. 39» ; «les impôts et taxes sur les revenus privés qui ont leur source dans l Etat accréditaire et des impôts sur le capital prélevés sur les investissements effectués dans des entreprises commerciales situées dans l Etat accréditaire» ; «les impôts et taxes perçus en rémunération de services particuliers rendus» ; Certaines contributions et redevances perçues en rémunération de services particuliers rendus comme par exemple les taxes sur les eaux usées, enlèvement des déchets ménagers, ne sont pas exonérés.

12 «les droits d enregistrement, d hypothèque et de greffe ainsi que le droit d écriture en ce qui concerne les biens immobiliers, sous réserve des dispositions de l Art. 23.» Pour la taxe de première mise en circulation et la taxe annuelle de circulation, les deux véhicules immatriculés en Belgique en série «CD» au nom du diplomate (pas pour les membres de sa famille!) sont exonérés de ces deux taxes. Aucune exonération ne sera accordée pour des véhicules immatriculés en série normale ou en série «8». 2.2 Membres du Personnel administratif et technique (art. 37 pt 2) : Les points à sont d application pour les membres du personnel administratif et technique. Pour la taxe de première mise en circulation et la taxe annuelle de circulation, les exonérations sont accordées seulement pour une voiture immatriculée en Belgique en série «CD» au nom du titulaire de la fonction (pas pour les membres de sa famille!). Aucune exonération ne sera accordée pour des véhicules immatriculés en série normale ou en série «8». 2.3 Membres du Personnel de service de la Mission diplomatique (art 37. pt 3) : Cette catégorie du personnel d une Mission diplomatique (détenteurs d une carte d identité spéciale {type S} valable) ne bénéficie d aucune exonération des taxes, sauf sur les impôts et taxes sur les salaires qu ils reçoivent du fait de leurs services. Ils peuvent alors utiliser la procédure (expliqué en point 2.8) pour renvoyer annuellement la «Déclaration à l impôt des Personnes Physiques Exercice d imposition». 2.4 Domestiques privés au service des membres de la Mission diplomatique (art 37 pt 4) : Cette catégorie du personnel au service d un diplomate accrédité en Belgique (détenteurs d une carte d identité spéciale {type S} valable) ne bénéficie d aucune exonération des taxes sauf sur les impôts et taxes sur les salaires qu ils reçoivent du fait de leurs services. Ils peuvent alors utiliser la procédure (expliqué en point 2.8) pour renvoyer annuellement la «Déclaration à l impôt des Personnes Physiques Exercice d imposition». Une autre exception est l exonération des taxes à charge des chefs de ménage en région de Bruxelles-Capitale : uniquement pour un domestique privé qui fait partie de son ménage de son employeur et y est domicilié, une Mission peut demander l exonération (voir p. 2.8). 2.5 Personnel recruté sur place : Cette catégorie du personnel d une Mission diplomatique (détenteurs d une carte d identité de la commune) ne bénéficie d aucune exonération (voir la note circulaire concernant le personnel engagé localement) 2.6 Fonctionnaires en mission officielle : Cette catégorie de personnes, qui sont détenteur d une carte spéciale de séjour (type S), ne bénéficie d aucune immunité ni exonération, étant donne qu elle ne tombe pas sous l application de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques (1961). Par conséquent, les procédures de demande d exonération, décrites dans cette circulaire, ne sont pas d application à ces personnes, qui dès lors sont invitées à s adresser directement à l autorité fiscale compétente en vue de régulariser leur dossier fiscal. 2.7 Explications sur certaines taxes : Précompte mobilier :

13 Pour l exonération du précompte mobilier pour les agents diplomatiques accrédités en Belgique et connus comme tels (si la qualité de ces personnes est mentionnée lors de l ouverture des comptes) les dispositions du point sont applicables Vlaamse Zorgverzekering : Le Gouvernement flamand a décidé par décret du 30/03/1999 d obliger toutes les personnes qui habitent en tant que résident permanent sur le territoire de la Région flamande à partir de 25 ans à s affilier auprès d une caisse d assurance de soins reconnue, dénommée Zorgkas (voir : Les personnes habitant, en tant que résident permanent et donc pas comme résident temporaire en Région bilingue de Bruxelles-Capitale peuvent choisir. L objectif de cette assurance est d apporter un appui aux nécessiteux pour des dépenses nonmédicales. Cette assurance «Vlaamse Zorgverzekering» n est donc pas obligatoire pour les personnes qui sont inscrites temporairement dans les registres de la Direction du Protocole P1.1. Il leur est néanmoins possible de s affilier librement. S ils ne veulent pas s affilier, la Direction du Protocole P1.1 demande qu on utilise la procédure pt 2.8 afin d être définitivement exclu (et aussi afin d éviter des amendes administratives). 2.8 Procédure pour l obtention de l exonération : Il arrive qu un membre du personnel privilégié (voir points 2.1, 2.2, 2.3 et 2.4) reçoive directement un extrait de rôle pour un impôt, taxe, redevance ou la déclaration sur les revenus. La Direction du Protocole P1.1 prévoit une procédure standard (voir ANNEXE 3) pour demander éventuellement l exemption. Les Missions diplomatiques sont priées de respecter scrupuleusement les délais dans lesquels opposition peut être faite contre ladite taxation, en vue d éviter aussi des éventuels frais de procédure, de justice, avocat, etc. suite à une introduction tardive. Si tel est le cas, l intéressé doit s acquitter aussi de ces charges supplémentaires. Chaque demande doit être adressée le plus rapidement possible par note verbale à la Direction du Protocole P1.1 y compris le formulaire de demande d exonération (voir ANNEXE 3) dûment complété dans la langue de l imposition réclamée. Il est indispensable de joindre à la demande toute pièce justificative et d utiliser un formulaire pour chaque demande d exonération de taxe. La Direction du Protocole P1.1 se chargera d en informer les autorités compétentes afin que l exonération soit accordée. Si la Direction du Protocole P1.1 juge que les conditions d exonération de la taxe ne sont pas remplies, la demande sera renvoyée à la Mission diplomatique concernée avec le motif de refus, en la priant de bien vouloir s acquitter de ladite taxe (dans les plus brefs délais afin d éviter toute procédure judiciaire). Si l exemption peut être accordée, la Direction du Protocole P1.1 informera l autorité compétente de l exemption.

Note Circulaire. EXONÉRATION DE CERTAINS IMPÔTS ET TAXES (10 mars 2014)

Note Circulaire. EXONÉRATION DE CERTAINS IMPÔTS ET TAXES (10 mars 2014) Direction du Protocole - P1.1 Immunités et Privilèges Annexes : 3 Note Circulaire EXONÉRATION DE CERTAINS IMPÔTS ET TAXES (10 mars 2014) Le Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE. (20 septembre 2012)

NOTE CIRCULAIRE. (20 septembre 2012) Protocole Privilèges et immunités (P1.1) NOTE CIRCULAIRE DISPOSITIONS BELGES EN MATIERE D'EXONERATION DE LA T.V.A. POUR LES POSTES CONSULAIRES DE CARRIÈRE EN BELGIQUE ET LEUR PERSONNEL Y ACCREDITE (20

Plus en détail

Direction du Protocole P1.1 Annexes : 4 NOTE CIRCULAIRE. (1 er mars 2013)

Direction du Protocole P1.1 Annexes : 4 NOTE CIRCULAIRE. (1 er mars 2013) Direction du Protocole P1.1 Annexes : 4 NOTE CIRCULAIRE PROCEDURE ADMINISTRATIVE EN VUE DE L ACCREDITATION DES MEMBRES DU PERSONNEL DES POSTES CONSULAIRES DE CARRIÈRE EN BELGIQUE AINSI QUE DES MEMBRES

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012)

NOTE CIRCULAIRE. (3 septembre 2012) Direction Protocole Service P1.1 NOTE CIRCULAIRE LE STATUT PRIVILEGIE DES CONJOINT(E)S ET DES PARTENAIRES LEGAUX (LEGALES) NON-MARIE(E)S DES MEMBRES DU PERSONNEL DES POSTES CONSULAIRES (3 septembre 2012)

Plus en détail

EXTRAIT DE LA CIRCULAIRE N 0005 /MINFI/DGI/LC/L DU

EXTRAIT DE LA CIRCULAIRE N 0005 /MINFI/DGI/LC/L DU TEXTE 1 EXTRAIT DE LA CIRCULAIRE N 0005 /MINFI/DGI/LC/L DU 31 décembre 2010 Précisant les modalités d application des dispositions fiscales de la loi n 2010/015 du 21 décembre 2010 portant loi de finances

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE IMMATRICULATION DES VÉHICULES DIPLOMATIQUES. (05 mars 2014)

NOTE CIRCULAIRE IMMATRICULATION DES VÉHICULES DIPLOMATIQUES. (05 mars 2014) Direction du Protocole P1.1 NOTE CIRCULAIRE IMMATRICULATION DES VÉHICULES DIPLOMATIQUES (05 mars 2014) Le Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement

Plus en détail

Direction du Protocole P1.1 Annexes : 4 NOTE CIRCULAIRE. (10 juin 2012)

Direction du Protocole P1.1 Annexes : 4 NOTE CIRCULAIRE. (10 juin 2012) Direction du Protocole P1.1 Annexes : 4 NOTE CIRCULAIRE PROCEDURE ADMINISTRATIVE EN VUE DE L ACCREDITATION DES MEMBRES DU PERSONNEL DIPLOMATIQUE ET DU PERSONNEL ADMINISTRATIF ET TECHNIQUE DES MISSIONS

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme

Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme Texte original Protocole sur les privilèges et immunités du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme 0.192.110.942.9 Conclu à Bruxelles le 11 octobre 1973 Instrument de ratification

Plus en détail

LE ROYAUME DE BELGIQUE

LE ROYAUME DE BELGIQUE ACCORD DE SIEGE ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET L OFFICE INTERNATIONAL DES EPIZOOTIES ACCORD DE SIEGE ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET L OFFICE INTERNATIONAL DES EPIZOOTIES LE ROYAUME DE BELGIQUE, dénommé

Plus en détail

Conditions et modalités d attribution des logements de fonction au CNRS

Conditions et modalités d attribution des logements de fonction au CNRS Conditions et modalités d attribution des logements de fonction au CNRS Instruction n INS05R143DFI du 19 mai 2005 Secrétariat général Direction des finances MAI 2005 TABLE DES MATIERES PREAMBULE...2 1.

Plus en détail

Taxe sur les jeux et paris. Obligations fiscales

Taxe sur les jeux et paris. Obligations fiscales Taxe sur les jeux et paris Obligations fiscales 2014 Contenu Préambule... 3 1. A qui est destiné ce document?... 4 2. Par quelles dispositions législatives la taxe sur les jeux et paris estelle réglée?...

Plus en détail

L échange automatique de renseignements porte sur : A. En matière d impôts sur le revenu et sur la fortune :

L échange automatique de renseignements porte sur : A. En matière d impôts sur le revenu et sur la fortune : ARRANGEMENT ENTRE LES AUTORITES COMPETENTES DE LA BELGIQUE ET DE LA FRANCE EN MATIERE D ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS ET DE COOPERATION ADMINISTRATIVE EN VUE DE LUTTER CONTRE L EVASION ET LA FRAUDE FISCALES.

Plus en détail

Fondation d Utilité Publique ASPECTS FISCAUX

Fondation d Utilité Publique ASPECTS FISCAUX ASPECTS FISCAUX Ce document est divisé en deux parties distinctes. Dans la première partie, quelques aspects fiscaux généraux propres à la Fondation Josefa seront exposés. Ensuite, nous examinerons les

Plus en détail

Accord. entre. GCERF Fonds mondial pour l Engagement de la Communauté et la Résilience. le Conseil fédéral suisse

Accord. entre. GCERF Fonds mondial pour l Engagement de la Communauté et la Résilience. le Conseil fédéral suisse Accord entre GCERF Fonds mondial pour l Engagement de la Communauté et la Résilience et le Conseil fédéral suisse en vue de déterminer le statut juridique du GCERF en Suisse GCERF Fonds mondiale pour l

Plus en détail

Convention d établissement et de protection juridique entre la Suisse et la Grèce

Convention d établissement et de protection juridique entre la Suisse et la Grèce Texte original Convention d établissement et de protection juridique entre la Suisse et la Grèce 0.142.113.721 Conclue le 1 er décembre 1927 Approuvée par l Assemblée fédérale le 19 juin 1928 1 Instruments

Plus en détail

Document mis en distribution le 24 novembre 1999 N o 1931 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 novembre 1999.

Plus en détail

Accord entre le Conseil fédéral suisse et la Banque des Règlements Internationaux en vue de déterminer le statut juridique de la Banque en Suisse

Accord entre le Conseil fédéral suisse et la Banque des Règlements Internationaux en vue de déterminer le statut juridique de la Banque en Suisse Accord entre le Conseil fédéral suisse et la Banque des Règlements Internationaux en vue de déterminer le statut juridique de la Banque en Suisse (du 10 février 1987 ; texte modifié, avec effet le 1 er

Plus en détail

Cadre légal O d r o d nna n n a ce n 03 0-11 du 26 août 2 03 (re r mpl p aç a a ç n a t la l loi o n 90 9 / 10 du d 10 / 04 0 /

Cadre légal O d r o d nna n n a ce n 03 0-11 du 26 août 2 03 (re r mpl p aç a a ç n a t la l loi o n 90 9 / 10 du d 10 / 04 0 / LEASING ASPECTS JURIDIQUES ET PRATIQUES Cadre légal Ordonnance n 03-11 du 26 août 2003 (remplaçant la loi n 90 / 10 du 10 / 04 / 1990) relative à la monnaie etau crédit. 68 : «Sont assimilées à des opérations

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Mémento de Droit fiscal général

Mémento de Droit fiscal général Jean-Philippe Baur Mémento de Droit fiscal général Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

BAIL D APPARTEMENT M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT :

BAIL D APPARTEMENT M...... domicilié à... IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : BAIL D APPARTEMENT Entre les soussignés : M.. domicilié à Tél... dénommé le «Bailleur», ET M...... domicilié à Tél.. dénommé le «Preneur». IL A ETE CONVENU CE QUI SUIT : Article 1 Objet Par la présente,

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

ACCORD L ORGANISATION DE DEVELOPPEMENT ET DE COOPERATION ECONOMIQUES ET LE GOUVERNEMENT DE LA FEDERATION DE RUSSIE,

ACCORD L ORGANISATION DE DEVELOPPEMENT ET DE COOPERATION ECONOMIQUES ET LE GOUVERNEMENT DE LA FEDERATION DE RUSSIE, ACCORD ENTRE L ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES ET LE GOUVERNEMENT DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE RELATIF AUX PRIVILÈGES ET IMMUNITÉS ACCORDÉS À L ORGANISATION DANS LA FÉDÉRATION

Plus en détail

REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE. EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o

REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE. EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE RELATIVE A L EXPLOITATION DU GISEMENT SITUÉ DANS LA COMMUNE DE DANS LE DEPARTEMENT DE EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o OCTROYÉ LE Le, ENTRE L ETAT HAITIEN,

Plus en détail

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité par Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au barreau de Bruxelles Collaborateur scientifique au Centre de droit privé

Plus en détail

AVERTISSEMENT PREALABLE

AVERTISSEMENT PREALABLE AVERTISSEMENT PREALABLE Ce contrat vous est proposé à titre de documentation. Un contrat doit toujours être adapté aux objectifs poursuivis par les parties et à leurs particularités juridiques propres.

Plus en détail

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe WDS ANTWERPEN BVBA www.wds-customs.nl OFFICE ANTWERPEN Noorderlaan 117 B-2030 Antwerpen t +32 3 541 52 45 e wdsantwerpen@waalhaven-group.be Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation

Plus en détail

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Plan de l exposé Introduction Les conséquences civiles Les

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de la rénovation d habitations

Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de la rénovation d habitations p1 Article 1 Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de la rénovation d habitations Dans les limites des crédits budgétaires dûment approuvés, un prêt sous seing privé

Plus en détail

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012

OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties 2007-2012 Conférence de presse 8 octobre 2013 OBSERVATOIRE UNPI DES TAXES FONCIERES sur les propriétés bâties Note méthodologique Comment

Plus en détail

0.192.122.975 Echange de lettres

0.192.122.975 Echange de lettres Echange de lettres des 23 juillet/11 août 1971 entre le Département politique fédéral et la Banque asiatique de développement concernant le bureau de la Banque à Zurich et le personnel qui y est affecté

Plus en détail

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et l Organisation internationale ITER. pour l énergie de fusion

ACCORD. entre le Gouvernement de la République française. et l Organisation internationale ITER. pour l énergie de fusion ACCORD entre le Gouvernement de la République française et l Organisation internationale ITER pour l énergie de fusion relatif au siège de l Organisation ITER et aux privilèges et immunités de l Organisation

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE REGIME FISCAL APPLICABLE AUX VEHICULES DES MISSIONS DIPLOMATIQUES ET DE LEUR PERSONNEL. 1er décembre 2012

NOTE CIRCULAIRE REGIME FISCAL APPLICABLE AUX VEHICULES DES MISSIONS DIPLOMATIQUES ET DE LEUR PERSONNEL. 1er décembre 2012 Direction Protocole - P1.1 NOTE CIRCULAIRE REGIME FISCAL APPLICABLE AUX VEHICULES DES MISSIONS DIPLOMATIQUES ET DE LEUR PERSONNEL 1er décembre 2012 Le Service Public Fédéral Affaires étrangères, Commerce

Plus en détail

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Première partie 55 e année n spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa 18 février 2014 SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 11 février

Plus en détail

Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de l achat ou la construction d habitations

Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de l achat ou la construction d habitations p1 Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de l achat ou la construction d habitations Article 1 1. Dans les limites des crédits budgétaires dûment approuvés, un prêt sous

Plus en détail

(d) Personnel désigne:

(d) Personnel désigne: (Note japonaise) Excellence, J ai l honneur de me référer aux discussions récentes qui ont eu lieu entre les représentants du Gouvernement du Japon et ceux du Gouvernement de la République de Djibouti

Plus en détail

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE Le Maroc a mis en place un plan d action ambitieux dans le but de se convertir en une destination touristique attractive. Dans ce cadre, il s est doté d une législation

Plus en détail

Convention de Vienne sur la représentation des Etats dans leurs relations avec les organisations internationales de caractère universel

Convention de Vienne sur la représentation des Etats dans leurs relations avec les organisations internationales de caractère universel Convention de Vienne sur la représentation des Etats dans leurs relations avec les organisations internationales de caractère universel 1975 Faite à Vienne le 14 mars 1975. Non encore en vigueur. Voir

Plus en détail

NOTE COMMUNE N 4/2014

NOTE COMMUNE N 4/2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES Direction Générale des Etudes et de la Législation Fiscales A.Z NOTE COMMUNE N 4/2014 O B J E T : Commentaire des dispositions des articles 24, 51, 52, 54,

Plus en détail

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi?

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? Conférence débat Jeudi 5 juin 2014 IMMOBILIER ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? La vente d un bien immobilier doit être constatée par acte authentique. L intervention d un notaire est donc obligatoire.

Plus en détail

PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS

PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS PROTOCOLE ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE MODIFIANT LA CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE DE POLOGNE ET LE ROYAUME DE BELGIQUE TENDANT A EVITER LES DOUBLES IMPOSITIONS ET A PREVENIR

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*)

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) «Renvoi préjudiciel Impôt sur le revenu Législation visant à éviter les doubles impositions Imposition des revenus immobiliers perçus dans un État

Plus en détail

location immobilière et t.v.a. 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION

location immobilière et t.v.a. 1 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION location immobilière et t.v.a. 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 19 Table alphabétique.................................................... 37 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES

Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES L UNION FAIT LA FORCE Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES Contenu Impôt des personnes morales ou impôt des sociétés 4 Impôt des personnes morales 5 Impôt des sociétés 9 TVA 10

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L ACHAT IMMOBILIER OU DE LA VENTE IMMOBILIERE

GUIDE PRATIQUE DE L ACHAT IMMOBILIER OU DE LA VENTE IMMOBILIERE GUIDE PRATIQUE DE L ACHAT IMMOBILIER OU DE LA VENTE IMMOBILIERE Acheter un bien immobilier est une opération juridique sensible. Quelles précautions prendre? Rencontrez votre notaire en amont de votre

Plus en détail

Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Fondamental et Secondaire Ordinaire)

Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Fondamental et Secondaire Ordinaire) Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Fondamental et Secondaire Ordinaire) Réservé à la SEMU Date :... N SEMU :... ENTRE Pouvoir organisateur (nom, forme juridique et adresse) :.. Valablement

Plus en détail

La partie forfaitaire est perçue par voie de rôle.

La partie forfaitaire est perçue par voie de rôle. Délibération du Conseil communal 26 octobre 2015 Règlement portant taxe. Règlement portant taxe sur la collecte et le traitement des immondices (déchets ménagers et déchets ménagers assimilés). Règlement

Plus en détail

L aide pour la constitution d une garantie locative

L aide pour la constitution d une garantie locative Version n : 1 Dernière actualisation : 30-10-2009 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une garantie locative? 3) Est-il obligatoire de constituer une garantie locative? 4) La garantie locative appartient-elle

Plus en détail

Plaques jaunes en Belgique

Plaques jaunes en Belgique Plaques jaunes en Belgique But Ce document fournit les informations et conseils en matière d immatriculation des véhicules pour les résidents belges bénéficiant d un véhicule de société en provenance du

Plus en détail

Conserver son patrimoine financier au Luxembourg : les avantages

Conserver son patrimoine financier au Luxembourg : les avantages _ FR RÉGULARISATION FISCALE EN BELGIQUE Conserver son patrimoine financier au Luxembourg : les avantages Vous avant tout La régularisation fiscale en Belgique L'environnement économique, législatif et

Plus en détail

La Maison des Artistes SÉCURITÉ SOCIALE 60, rue du Faubourg Poissonnière 75484 Paris Cedex 10 Té l. : 01 53 35 83 63 Fax : 01 44 89 92 77

La Maison des Artistes SÉCURITÉ SOCIALE 60, rue du Faubourg Poissonnière 75484 Paris Cedex 10 Té l. : 01 53 35 83 63 Fax : 01 44 89 92 77 La Maison des Artistes www.secuartsgraphiquesetplastiques.org Notice explicative déclaration de revenus et d activités 2012 IMPORTANT : Même si vous ne déclarez pas de revenu artistique en 2012 ou si vous

Plus en détail

La Maison des Artistes SÉCURITÉ SOCIALE

La Maison des Artistes SÉCURITÉ SOCIALE www.secuartsgraphiquesetplastiques.org Notice explicative déclaration de revenus et d activités IMPORTANT : Même si vous ne déclarez pas de revenu artistique en ou si vous avez cessé votre activité artistique,

Plus en détail

0.741.619.163 Accord entre la Suisse et l Autriche relatif aux transports internationaux par route

0.741.619.163 Accord entre la Suisse et l Autriche relatif aux transports internationaux par route Traduction 1 0.741.619.163 Accord entre la Suisse et l Autriche relatif aux transports internationaux par route Conclu le 22 octobre 1958 Entré en vigueur le 4 avril 1959 Le Conseil fédéral de la Confédération

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

Taxe de séjour Guide d application 2015

Taxe de séjour Guide d application 2015 Taxe de séjour Guide d application 2015 EPIC Office de Tourisme LascauxDordogne, Vallée Vézère Place Bertran de Born 24290 Montignac Tél : 05.53.51.82.60 / mail : contact@lascaux dordogne.com www.lascaux

Plus en détail

PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3 LA MARQUE COMMUNAUTAIRE EN TANT QU OBJET DE PROPRIÉTÉ CHAPITRE 2 LICENCES

PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3 LA MARQUE COMMUNAUTAIRE EN TANT QU OBJET DE PROPRIÉTÉ CHAPITRE 2 LICENCES DIRECTIVES RELATIVES À L'EXAMEN PRATIQUÉ À L'OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (MARQUES, DESSINS ET MODÈLES) SUR LES MARQUES COMMUNAUTAIRES PARTIE E INSCRIPTIONS AU REGISTRE SECTION 3

Plus en détail

LA FISCALITE ENVIRONNEMENTALE EN BELGIQUE

LA FISCALITE ENVIRONNEMENTALE EN BELGIQUE LA FISCALITE ENVIRONNEMENTALE EN BELGIQUE Vincent Sepulchre ( p. V s u larcier Table des matières Introduction. Les moyens et objectifs de la fiscalité environnementale 5 PARTIE I Les différents instruments

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009 L.I.R. n 104/1 Objet : Évaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P)

CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P) CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P) N ASSURÉ : Adresse : N de siren : Le contrat d assurance prospection premiers pas ci-après dénommé «le contrat», est régi par le droit commun des contrats.

Plus en détail

PRIME À L EMBELLISSEMENT DES FAÇADES EN RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

PRIME À L EMBELLISSEMENT DES FAÇADES EN RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE PRIME À L EMBELLISSEMENT DES FAÇADES EN RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE FORMULAIRE DE DEMANDE Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale du 2 mai 2002 (MB du 25.06.2002), complété par l arrêté

Plus en détail

KIT FISCAL. LMNP (Personnes Physiques)

KIT FISCAL. LMNP (Personnes Physiques) ACQUISITION(S) ANNEE 2015 KIT FISCAL LMNP (Personnes Physiques) Le bien que vous venez d acquérir en VEFA vous confère le statut de Loueur en Meublé Non- Professionnel. Vous trouverez en dernière page

Plus en détail

Les salaires des frontaliers sous la loupe du fisc belge

Les salaires des frontaliers sous la loupe du fisc belge La décision de la Cour Administrative est ainsi motivée au regard des garanties du contribuable et de sa protection à l'égard de l'impôt. Les salaires des frontaliers sous la loupe du fisc belge JANIQUE

Plus en détail

Circulaire concernant l extension du Fonds Social Mazout

Circulaire concernant l extension du Fonds Social Mazout Pour info: Valérie PROUMEN E-mail: valerie.proumen@mi-is.be Tél : 02/508.86.98 Fax : 02/509.85.58 Service : Avis juridique et support à la politique Date : 22 janvier 2008 A Mesdames les Présidentes et

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE 2015-1 - 1 Cette liste n'est pas exhaustive. L'Administration se réserve le droit de demander tout document complémentaire qui lui apparaîtrait nécessaire lors de l'instruction du dossier. Aucun document

Plus en détail

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS ET IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS ET IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES 13. Système fiscal Le système fiscal tchèque, décrit ci-après en conformité avec la législation tchèque en vigueur, peut être modifié par un traité destiné à éviter la double imposition. Le système fiscal

Plus en détail

Table des matières. Plus-values privées réalisées par une personne physique sur des actions: actualités 19

Table des matières. Plus-values privées réalisées par une personne physique sur des actions: actualités 19 Table des matières Préface La fin d un siècle fiscal 7 Jacques Ma l h e r b e Plus-values privées réalisées par une personne physique sur des actions: actualités 19 Marc Ma r l i è r e Introduction 19

Plus en détail

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat Prof. dr. Marc Bourgeois (ULg Tax Institute) CESW Lundi 16 mars 2015 Plan 1. Le cadre institutionnel

Plus en détail

Créer une ASBL : Comment s y prendre?

Créer une ASBL : Comment s y prendre? Créer une ASBL : Comment s y prendre? Bruxelles, 11 décembre 2013 Programme du jour: 1) Introduction 2) La personnalité juridique, différences société-asbl 2) Constitution d une ASBL 3) Mesures de publicité

Plus en détail

ACCORD LE GOUVERNEMENT DES ETATS-UNIS MEXICAINS ET L'ORGANISATION DE COOPERATION ET DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUES

ACCORD LE GOUVERNEMENT DES ETATS-UNIS MEXICAINS ET L'ORGANISATION DE COOPERATION ET DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUES ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DES ETATS-UNIS MEXICAINS ET L'ORGANISATION DE COOPERATION ET DE DÉVELOPPEMENT ECONOMIQUES RELATIF AUX PRIVILÈGES ET IMMUNITÉS DE L ORGANISATION AUX ETATS-UNIS MEXICAINS LE

Plus en détail

LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES. Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA

LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES. Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA LA TVA APPLIQUEE AUX OPERATIONS INTERNATIONALES Université d été 2007 Animateur: Rainer STAWINOGA Pourquoi la TVA Livraison des biens: Opérations triangulaires Les affectations L Autoliquidation Autoliquidation:

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE RESERVATION ET D HEBERGEMENT

CONDITIONS GENERALES DE RESERVATION ET D HEBERGEMENT CONDITIONS GENERALES DE RESERVATION ET D HEBERGEMENT Les présentes conditions générales de réservation et d hébergement s appliquent à toutes les réservations d hébergement de biens situés au Château les

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DES UNITÉS ADMINISTRATIVES # 73-05

POLITIQUE POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DES UNITÉS ADMINISTRATIVES # 73-05 POLITIQUE POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DES UNITÉS ADMINISTRATIVES # 73-05 Adoption le 15 juin 2004 Amendement le 11 novembre 2008 Mise en vigueur le 12 novembre 2008 Résolution # C.C.-2655-11-08

Plus en détail

Q&A TRAVAILLEUR F2PC PENSIOEN COMPLÉMENTAIRE CHEMIE

Q&A TRAVAILLEUR F2PC PENSIOEN COMPLÉMENTAIRE CHEMIE Q&A TRAVAILLEUR F2PC PENSIOEN COMPLÉMENTAIRE CHEMIE 1 Table des matières QUI ET QUOI?... 3 La pension complémentaire chimie est un complément de la pension légale.... 3 La pension complémentaire chimie...

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES BOOST INVEST

CONDITIONS GÉNÉRALES BOOST INVEST CONDITIONS GÉNÉRALES BOOST INVEST Table des matières Définitions 5 Le contrat 6 Objet du contrat - Garantie 6 Bases du contrat - Incontestabilité 6 Entrée en vigueur du contrat 6 Durée du contrat 6 Fonctionnement

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION / MISE À DISPOSITION D UN ENDROIT DE CAMP OU DE WEEKEND EN BELGIQUE

CONTRAT DE LOCATION / MISE À DISPOSITION D UN ENDROIT DE CAMP OU DE WEEKEND EN BELGIQUE À photocopier en deux exemplaires À remplir et à signer par le responsable du groupe et le propriétaire Quand? Le plus tôt possible pour garantir la réservation du lieu À conserver : Un exemplaire pour

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

Accord sur le statut juridique en Suisse de la Banque européenne d'investissement (24 mars 1972)

Accord sur le statut juridique en Suisse de la Banque européenne d'investissement (24 mars 1972) Accord sur le statut juridique en Suisse de la Banque européenne d'investissement (24 mars 1972) Légende: Accord du 24 mars 1972 fixant le statut juridique de la Banque Européenne d'investissement en Suisse.

Plus en détail

Ma situation fiscale

Ma situation fiscale Je suis résident français, je travaille en Belgique Ma situation fiscale Je suis résident belge, je travaille en France Avenant du 31 décembre 2008 à la Convention fiscale franco-belge du 10 mars 1964

Plus en détail

Conditions générales Claim it

Conditions générales Claim it * * * Conditions générales Claim it Dernière version du 30 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Article 1 Identité de l entreprise Article 2 Champ d application et conditions Article 3 Offre et ordre de service

Plus en détail

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles.

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles. REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles A/ ONT L HONNEUR D EXPOSER : (* biffer les mentions inutiles)

Plus en détail

La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge

La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge Conférences U4U La situation du fonctionnaire ou agent en poste en Belgique au regard du droit belge Aspects pratiques de la fiscalité belge et internationale Me Mathieu Taverne Avocat au Barreau de Bruxelles

Plus en détail

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire

Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire Groupement Professionnel des Banques du Maroc Dispositions de la loi de finances 2014 relatives à la contribution libératoire Guide pratique de place 0 Préambule I- CONTEXTE GENERAL Le Maroc a adhéré le

Plus en détail

Règlement sur les prêts (RPrêts)

Règlement sur les prêts (RPrêts) Version du 31 mai 2013 Règlement sur les prêts (RPrêts) Version validée par la Commission de placements le 14 mars 2011 et adoptée par le Conseil d administration le 21 mars 2011. CHAPITRE PREMIER Généralités

Plus en détail

Le Grand Conseil du canton de Fribourg

Le Grand Conseil du canton de Fribourg 6. Loi du 0 mai 96 sur les impôts communaux Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu le message du Conseil d Etat, du 9 novembre 96 ; Sur la proposition de cette autorité, Décrète : CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE Texte amendé conformément aux dispositions du Protocole d amendement à la Convention concernant l assistance administrative

Plus en détail

Requérant 1 Requérant 2

Requérant 1 Requérant 2 REQUETE EN SURSEANCE INDEFINIE AU RECOUVREMENT DES IMPOTS DIRECTS (article 413bis à 413octies du Code des impôts sur les revenus 1992) A MADAME/MONSIEUR LE DIRECTEUR REGIONAL RECOUVREMENT DE: LE/LA/LES

Plus en détail

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 Dans la dernière édition du Moniteur belge de l année 2013, pour respecter les traditions, certaines nouvelles mesures fiscales ont été insérées. Dans ce tax alert nous passons

Plus en détail

Newsletter - Droit fiscal

Newsletter - Droit fiscal Newsletter - Droit fiscal En l absence de gouvernement pendant plus d un an et en ces temps de crise budgétaire, de nombreuses rumeurs ont circulé sur l évolution du paysage fiscal belge. Allait-on connaître

Plus en détail

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE De nombreuses réformes fiscales sont en cours en Chine afin d encadrer une économie mature et en phase de consolidation. Ces réformes sont profondes et fondamentales mais n en sont pas moins d abord testées

Plus en détail

PERSONNES HANDICAPÉES ADULTES : AVANTAGES SOCIAUX ET FISCAUX

PERSONNES HANDICAPÉES ADULTES : AVANTAGES SOCIAUX ET FISCAUX F i c h e / mémo PERSONNES HANDICAPÉES ADULTES : AVANTAGES SOCIAUX ET FISCAUX AVANT-PROPOS Les informations reprises dans la présente fiche sont transmises à titre indicatif. Nous déclinons toute responsabilité

Plus en détail

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Droit du web 2.0 Droit des assurances Droit des sociétés Droit du travail Droit de l immobilier La

Plus en détail

0.672.959.82. Traduction 1

0.672.959.82. Traduction 1 Traduction 1 0.672.959.82 Convention entre la Confédération suisse et le Royaume de Norvège en vue d éviter les doubles impositions dans le domaine des impôts sur les successions Conclue le 7 décembre

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail