Note Circulaire. EXONÉRATION DE CERTAINS IMPÔTS ET TAXES (10 mars 2014)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note Circulaire. EXONÉRATION DE CERTAINS IMPÔTS ET TAXES (10 mars 2014)"

Transcription

1 Direction du Protocole - P1.1 Immunités et Privilèges Annexes : 3 Note Circulaire EXONÉRATION DE CERTAINS IMPÔTS ET TAXES (10 mars 2014) Le Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement présente ses compliments aux Missions diplomatiques établies à Bruxelles et a l honneur par la présente de les informer sur les exonérations d impôts et de taxes en Belgique conformément aux dispositions de la Convention de Vienne du 18 avril 1961 sur les relations diplomatiques (publié au Moniteur belge du 06/06/1968). Les trois formulaires destinés aux différentes demandes d exonération des droits, d impôts et de taxes (dont elles seraient éventuellement frappées, à titre officiel au nom de la Mission diplomatique ou à titre personnel pour les membres du personnel de la mission ayants droit aux privilèges et immunités) se trouvent en annexe. Il est à noter qu il ne s agit pas dans cette note circulaire des exonérations de la T.V.A., des droits à l importation, des droits d accises, etc. dont la matière est expliquée dans d autres notes circulaires. Le Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement saisit cette occasion pour renouveler à l ensemble des Missions diplomatiques établies à Bruxelles les assurances de sa très haute considération. Aux missions diplomatiques établies à Bruxelles

2 EXONÉRATION DE CERTAINS IMPÔTS ET TAXES TABLE DES MATIÈRES 1 EXONERATION D IMPOTS ET DE TAXES AU NOM DE LA MISSION DIPLOMATIQUE: 1.1 Introduction et principe général, 1.2 Exceptions sur ce principe général, 1.3 Quelques explications sur certaines taxes, impôts, redevances, etc., Redevances pour services particuliers rendus, Rémunération due aux auteurs et éditeurs, Taxe annuelle sur les opérations d assurance, Taxe d aéroport, Précompte immobilier, Précompte mobilier, Précompte professionnel / cotisations sociales, Droits d enregistrement et droit d écriture, Principe général, Condition de réciprocité, Procédure lors d un achat, Procédure en cas de location, Contrat de leasing, Taxe de mise en circulation et taxe de circulation, Cotisation sur l énergie, Cotisations Fédérales électricité et gaz naturel (CREG) Cotisation pour la protection contre les rayons ionisants, Taxes régionales et communales, 1.4 Procédure pour obtenir l exonération.

3 2 EXONERATION D IMPOTS ET DE TAXES AU NOM D UN MEMBRE DU PERSONNEL DE LA MISSION DIPLOMATIQUE 2.1 Agent diplomatique, Principe général pour l agent diplomatique, Exceptions sur le principe général, Impôts indirects, Impôts et taxes sur les biens immeubles privés, Droits de succession, Impôts et taxes sur les revenus privés, Impôts et taxes perçus pour les services particuliers rendus, Droits d enregistrement, d hypothèque, et de greffe, ainsi que droits d écriture pour les biens immobiliers, Taxe de première mise en circulation et la taxe annuelle de circulation ; 2.2 Membres du Personnel administratif et technique, 2.3 Membres du Personnel de service de la Mission diplomatique, 2.4 Domestiques privés au service des membres de la Mission diplomatique, 2.5 Personnel recruté sur place, 2.6 Fonctionnaires en mission officielle, 2.7 Explication sur certaines taxes, Précompte mobilier, «Vlaamse Zorgverzekering», 2.8 Procédure pour obtenir l exonération. ANNEXE 1 : SOLLICITATION DE GRATUITE DE L ENREGISTREMENT ET DE L EXEMPTION DU DROIT D ECRITURE (ET EVENTUELLEMENT DE LA T.V.A.) POUR UN ACTE D ACHAT ANNEXE 2 : SOLLICITATION DE GRATUITE DE L ENREGISTREMENT ET DE L EXEMPTION DU DROIT D ECRITURE POUR CONTRAT DE BAIL ANNEXE 3 : DEMANDE D'EXONERATION D'IMPOTS ET TAXES POUR LE PERSONNEL DES MISSIONS DIPLOMATIQUES

4 1 EXONERATION D IMPOTS ET DE TAXES AU NOM DE LA MISSION DIPLOMATIQUE : 1.1 Introduction et principe général : Le principe de l exonération fiscale (sauf exception voir infra) trouve son fondement dans les art. 23, 28 et 37 de la Convention de Vienne du 18 avril 1961 sur les relations diplomatiques. Ceci permet au pays accréditant d organiser les activités de la Mission diplomatique en Belgique sans taxation ainsi que pour permettre à son personnel (membres du personnel et membres de leur famille) de fonctionner normalement et d acquérir des marchandises pour leur usage personnel. Certaines immunités fiscales sont appliquées de manière générale (art. 47), d autres sont subordonnées à la réciprocité. Le principe de la réciprocité a perdu de son importance depuis l entrée en vigueur des Conventions de Vienne (article 47 de la Convention de Vienne de 1961). La réciprocité s applique encore dans un nombre limité de domaines, tels que les droits de douane et accises, ou dans certaines situations spécifiques. Les privilèges fiscaux ne sont pas illimités. Référence est faite en la matière en préambule de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques qui confirme que le but desdits privilèges et immunités est non pas d avantager des individus mais d assurer l accomplissement efficace des fonctions des missions diplomatiques en tant que représentant des Etats. Dans l application des dispositions fiscales spécifiques pour les Missions diplomatiques et son personnel, la Belgique ne fait pas de différences entre les Ambassades, les Représentations Permanentes (U.E./U.E.O.), les Délégations Permanentes (OTAN), et les Missions diplomatiques (U.E./OTAN). Suivant l article 47 de la Convention de Vienne de 1961, aucune discrimination n est faite entre pays. 1.2 Exceptions sur ce principe général (art. 23) : La Mission diplomatique et le chef de la Mission sont exempts de tous impôts et taxes nationaux, régionaux ou communaux, au titre des locaux de la Mission dont ils sont propriétaires ou locataires, pourvu qu'il ne s'agisse pas d'impôts ou taxes perçus en rémunération de services particuliers rendus (voir infra). L'exemption fiscale prévue dans le présent article ne s'applique pas à ces impôts et taxes lorsque, d'après la législation de l'etat accréditaire, ils sont à la charge de la personne qui traite avec l'etat accréditant ou avec le chef de la Mission (voir infra point 1.3.5), comme par ex. le propriétaire d un immeuble loué à la mission diplomatique ou au chef de poste. 1.3 Quelques explications sur certaines taxes, impôts, redevances, etc. : Redevances pour services particuliers rendus : Certains impôts, taxes, contributions et redevances perçus en rémunération de services particuliers rendus comme par exemple les taxes sur les eaux usées, enlèvement des déchets ménagers et des déchets encombrants, les frais de parking ou la redevance de voirie, ne sont pas exonérés. Le remorquage d un véhicule pour libérer la voie publique sur ordre de la police (voir point ) est aussi interprété en ce sens. Il appartient à l autorité qui demande le paiement de déterminer s il s agit d une contribution, d une taxe, d un impôt ou d une redevance, sur la base, bien entendu, des critères de classification comme redevance.

5 1.3.2 Rémunération due aux auteurs et éditeurs : Cette rémunération pour la copie privée ou didactique des œuvres fixées sur un support graphique ou analogue est prévue par la loi du 30 juin 1994, Moniteur belge du 27/07/1994, relative au droit d auteur et aux droits voisins. L Art. 1 er de la loi dispose que l auteur d œuvre littéraire ou artistique a, en principe seul le droit de la reproduire ou d en autoriser la reproduction. En pratique cependant, en matière de reproduction à usage personnel ou didactique, il a été jugé peu réaliste d exiger de chaque utilisateur qu il prenne contact avec l auteur ou éditeur avant de réaliser, par exemple, quelques photocopies d un ouvrage. Le législateur belge a dès lors prévu l exemption suivante : l article 22, par 1, 4 de la loi dispose que : «l auteur ne peut interdire la reproduction fragmentaire ou intégrale d articles ou d œuvres plastiques ou celle de courts fragments d autres œuvres fixées sur un support graphique ou analogue ; lorsque cette reproduction est effectuée dans un but strictement privé (usage interne ou personnel) ou didactique ; et ne porte pas préjudice à l édition de l œuvre originale». C'est en contrepartie de cette exception au droit de reproduction des auteurs que la loi du 30 juin 1994 reconnaît un droit à rémunération aux auteurs et éditeurs. Cette rémunération, dont la perception est organisée par un Arrêté Royal du 30 octobre 1997, est en fait une contrepartie d un service et ne peut donc être assimilée à une taxe ou à un impôt. Elle n'est d'ailleurs pas versée à l'etat ou à une collectivité publique mais aux auteurs et éditeurs, via une société de gestion privée, du nom de REPROBEL. Pour se mettre en ordre, les Missions diplomatiques peuvent soit faire une déclaration soit conclure un contrat avec Reprobel. Dans le cas d une déclaration, il suffit de compléter quelques formulaires tous les ans en y indiquant le nombre total de copies et le nombre de copies d œuvres protégées et faire le calcul. Le paiement peut se faire en même temps que le renvoi de la déclaration, dont la Mission diplomatique recevra un exemplaire chaque année. Reprobel a en outre le droit de contester la déclaration dans un certain délai. Celle-ci peut être envoyée électroniquement via le site Dans le cas d'un contrat conclu avec Reprobel, la Mission diplomatique détermine avec Reprobel le nombre de copies qu'elle fait d'œuvres protégées. Les contestations ultérieures sont donc exclues. Les Missions diplomatiques ne sont pas exemptées du paiement de cette rémunération. Toutes informations complémentaires et réclamations à ce sujet peuvent être demandées auprès de la Société REPROBEL sise, Place de Brouckère, 12 à 1000 Bruxelles, ou en prenant contact avec : Madame Karline VANDER LINDEN ( : ) ou par mail

6 1.3.3 Taxe annuelle sur les opérations d assurance et retenue parafiscales INAMI : En application de l article 23,1 de la Convention de Vienne du 18 avril 1961 sur les relations diplomatiques sont exemptés d office de la taxe sur les assurances et les cotisations INAMI (INAMI - Service Ressources Spécifiques Rue du Collège Saint-Michel 17 Boîte Bruxelles personne de contact : Nicolas Heusschen - tel: fax: website : les polices d assurances qui rencontrent les condition suiventes : 1 Etre conclues par un Etat étranger (par son ambassade ou par une personne agissant au nom et pour compte de cet Etat) ; 2 Avoir pour objet une assurance de choses (à l exclusion des assurances de personne) en relation directe : soit avec l immeuble où est installé la mission diplomatique (et ses annexes) de cet Etat (et pour autant que reconnu par la Direction du Protocole P1.1) ; soit avec l immeuble où est installée la résidence officielle (et ses annexes) du Chef de poste diplomatique (tel que reconnu par la Direction du Protocole P1.1) ; soit avec les meubles garnissant les immeubles susvisés. Les assurances ayant d autres objets (responsabilité civile, assurance auto, assurance vie, assurance de groupe, ) ne bénéficient pas de cette exemption Taxe d aéroport : La taxe d aéroport perçue par les compagnies aériennes est en réalité une rémunération pour des services rendus (l installation et les services de l aéroport) et le montant est inclus dans le prix du ticket d avion. Aucune exonération ne peut être accordée Précompte immobilier : Cette taxe est toujours due par le propriétaire de l immeuble. A condition que la Mission diplomatique ou le pays accréditant soit propriétaire du bâtiment, l exonération du précompte immobilier est octroyée aux locaux officiels de la Mission concernée à condition que l utilisation du bâtiment tombe dans les catégories qui sont stipulées en point , à savoir la chancellerie et la résidence officielle du Chef de Poste. La procédure est aussi expliquée en point Les autres propriétés de l Etat accréditant restent soumises au précompte immobilier. Il est rappelé aux Missions diplomatiques que si la Mission concernée est locataire d un immeuble et que les termes du contrat de bail (librement acceptés par les deux parties) stipulent que certaines taxes seront payées à charge dudit locataire, celui-ci devra les payer à titre de charge locative. Dans ce cas, la Mission ne peut pas invoquer l exemption de ce précompte, qui a perdu en effet son caractère fiscal (art 23, 2) Pour la location des résidences, le législateur belge ne permet pas que l on mette le précompte immobilier à charge du locataire. Pour la location des bureaux c est plutôt la règle.

7 1.3.6 Précompte mobilier : Les intérêts que les Missions diplomatiques touchent sur les dépôts d argent effectués dans les banques établies en Belgique et dans les établissements publics de crédit, les caisses d épargne ou les entreprises financières belges au nom des Missions diplomatiques accréditées en Belgique, sont, sans formalités, payées, en faveur des Missions diplomatiques, en exonération du précompte mobilier Précompte professionnel / cotisations sociales : Le précompte professionnel et les cotisations sociales sur le salaire des employés recrutés sur place (voir lettre circulaire sur le personnel engagé localement) sont à charge de l employeur. C est aussi le cas pour les cotisations à la sécurité sociale (O.N.S.S.), pour des membres du personnel de service et des domestiques privés si ceux-ci ne sont pas couverts par un système de sécurité sociale dans l état d envoi ou un état tiers. Les Missions diplomatiques sont priées de respecter strictement toutes les lois sociales en vigueur en Belgique. Aucune exonération n est accordée. Il est à recommander aux Missions diplomatiques de faire appel à un secrétariat social belge qui peut gérer le travail administratif au niveau des salaires pour le personnel recruté sur place Droits d enregistrement et droit d écriture : Principe général : L obligation d enregistrer le contrat d achat ou de location est la règle en Belgique. La gratuité de l enregistrement et l exemption du droit d écriture en cas d achat ou de location est accordée pour les bâtiments officiels de la Mission diplomatique (article 23 de la Convention de Vienne de 1961). Sont considérés comme bâtiments officiels en Belgique (1) la chancellerie diplomatique et ses annexes où les autres services des Missions diplomatiques sont installés (de même que les garages vendus ou loués séparément de la chancellerie) ainsi que (2) la résidence officielle du Chef de Poste. Les adresses de la chancellerie (adresse du bâtiment principal et le cas échéant des bâtiments annexes) et de la résidence officielle du Chef de Poste doivent être communiquées par note verbale au SPF Affaires étrangères Direction du Protocole P1.1. Référence est aussi faite en la matière à l article 12 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques qui stipule que l Etat accréditant ne doit pas, sans avoir obtenu au préalable le consentement exprès de l Etat accréditaire, établir des bureaux faisant partie de la mission dans d autres localités que celles où la mission elle-même est établie. Pour tous les bâtiments et locaux loués, comme chancellerie ou résidence officielle du chef de poste, une copie du contrat de bail enregistré doit être transmise par note verbale à la Direction du Protocole P1.1. La résidence d un Chargé d Affaires temporaire ne rentre pas dans la catégorie des adresses officielles, ni les logements d autres membres du personnel de la mission diplomatique. De même les immeubles et locaux où sont installés bureaux touristiques, instituts culturels, compagnies aériennes, chambres de commerce, etc ne sont pas considérés comme bâtiments ou locaux officiels faisant partie de la mission diplomatique, ces institutions n étant d ailleurs pas sous l application de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques (1961).

8 Condition de réciprocité : Ces exemptions de droits d enregistrement et de droit d écriture sont toujours soumises à la condition de réciprocité. L exonération de l éventuelle T.V.A. sur l achat d un bâtiment est aussi soumise à cette condition Procédure lors d un achat : Pour obtenir la gratuité de l enregistrement et l exemption du droit d écriture, la Mission diplomatique fait part, via une note verbale à la Direction du Protocole P1.1, de son intention d acquérir un bâtiment et de l utiliser comme locaux de la chancellerie diplomatique ou comme résidence officielle de Chef de poste. La note verbale comporte les éléments suivants : l adresse du bâtiment ; un engagement de réciprocité en matière d exemption des droits d enregistrement, du droit d écriture et de la T.V.A. dans le chef de l Etat accréditant ; la date de ratification de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques du 18 avril 1961 ; le nom des deux notaires instrumentant en spécifiant lequel des deux va déposer l acte au bureau de l enregistrement ainsi que la date prévue de la passation de l acte ; une demande d exonération du précompte immobilier ; un engagement de réciprocité en matière d exemption du précompte immobilier ; l engagement d envoyer, après la passation de l acte de vente, une copie de l acte à la Direction du Protocole P1.1. (pour la facilité la Mission diplomatique peut trouver en ANNEXE 1 un exemple de texte pour une demande de gratuité de l enregistrement et d exemption du droit d écriture {éventuellement de la T.V.A.} ainsi que du précompte immobilier, à reproduire sur papier officiel à en-tête de la Mission diplomatique). Si la gratuité et l exemption sont accordées par le SPF Finances, la Direction du Protocole P1.1 en informera officiellement la Mission concernée par note diplomatique Procédure en cas de location : Pour obtenir la gratuité de l enregistrement et l exemption du droit d écriture, la Mission diplomatique fait part, via une note verbale, à la Direction du Protocole P1.1 de son intention de louer un bâtiment et de l utiliser comme locaux de la chancellerie diplomatique ou comme résidence officielle de Chef de poste. La note verbale comprend les éléments suivants : l adresse du bâtiment ; un engagement de réciprocité en matière d exemption des droits d enregistrement et du droit d écriture dans le chef de l Etat accréditant ; la date de ratification de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques du 18 avril 1961 ; ladite note est accompagnée de deux exemplaires originaux du bail et d une copie. (pour la facilité la Mission peut trouver en ANNEXE 2 un exemple de texte pour une demande de gratuité de l enregistrement et d exemption du droit d écriture, à reproduire sur papier officiel à entête de la Mission diplomatique).

9 Un contrat de bail peut être passé sous forme authentique comme un acte d achat, c est-à-dire devant notaires, la procédure reprise au point est valable en ce cas MAIS il peut aussi être passé comme acte «sous seing privé», seulement entre parties concernées, et,dans ce cas, seule la demande de la gratuité des droits d enregistrement doit être introduite. La présentation de deux originaux et d une copie du contrat de bail sont nécessaires pour le faire enregistrer. Si la gratuité et l exemption sont accordées par le SPF Finances, la Direction du Protocole P1.1 en informera officiellement la Mission concernée par note diplomatique et un exemplaire du contrat de bail enregistré Contrat de leasing : Un contrat de leasing enregistré peut être considéré comme une mutation immobilière sous condition ou comme un bail avec option d achat. Dans ces deux interprétations, la Mission diplomatique peut être exemptée du paiement de droits. Si l exemption est accordée par le SPF Finances, la Direction du Protocole P1.1 en informera officiellement la Mission concernée par note diplomatique Taxe de première mise en circulation et la taxe annuelle de circulation : Tout véhicule immatriculé en Belgique en série «CD» au nom d une Mission diplomatique est exonéré de ces deux taxes. Aucune exonération ne sera accordée pour des véhicules immatriculés en série normale ou en série «8» Cotisation sur l énergie : En vertu d un récent l Arrêté Royal portant des dispositions diverses en matière d accises, la cotisation sur l énergie est une taxe assimilée aux accises qui est prélevée sur les combustibles fossiles et l électricité. L exonération est accordée suivant la procédure qui est expliquée dans la note circulaire sur les livraisons continues Cotisations fédérales électricité et gaz naturel (CREG) La cotisation fédérale «électricité» et la cotisation fédérale «gaz naturel», définies respectivement à l article 21bis de la loi du 29 avril 1999 relative à l organisation du marché de l électricité et à l article 15/11 de la loi du 12 avril 1965 relative au transport de produits gazeux et autres par canalisations, sont destinées au financement de certaines obligations de service public et des coûts liés à la régulation et au contrôle des marchés de l électricité et du gaz naturel. Elles sont perçues sous la forme de surcharges appliquées sur les kwh d électricité ou de gaz naturel prélevés du réseau par les clients finaux. La Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz (CREG) est chargée de leur gestion (www.creg.be). Les Missions diplomatiques ne sont exonérées du paiement de ces cotisations qu en cas de consommation concernant un bâtiment reconnu par la Direction du Protocole en tant que bâtiment officiel. L exonération de ces cotisations sera opérée automatiquement via la procédure qui est en vigueur en ce qui concerne l exonération de la T.V.A et des accises (cotisation sur l'énergie) en usage officiel pour les livraisons continues d eau, de gaz, d électricité, et les prestations de services de télécommunications et de télédistribution (voir note circulaire sur le lien ) Cotisation pour la protection contre les rayons ionisants :

10 L Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFNC) impose une taxe annuelle aux détenteurs d autorisations et d agréments nécessaires pour pouvoir poser des actes susceptibles d entraîner une exposition complémentaire des personnes aux rayonnements ionisants. Elle impose en outre une redevance unique aux personnes qui introduisent une déclaration ou qui demandent des autorisations, enregistrements, permissions, agréments et approbations dans le cadre du traitement administratif et de l examen d un dossier. Aucune exemption n est accordée. Les principes du financement de l AFCN et les montants des taxes sont fixées aux articles 30 bis et suivants de la loi du 15 avril 1994 relative à la protection de la population et de l environnement contre les dangers résultant des rayonnements ionisants et relative à l AFCN, récemment modifiée le 22 décembre 2008 (MB du 29 décembre 2008). La loi détermine également le mode de perception de ces taxes. Pour plus d info, voir lien ci-dessous : Les montants des redevances sont fixés dans l arrêté royal suivant : Pour de plus amples renseignements, il vous est possible de contacter la cellule clients de l AFCN en composant le numéro général ou par à l adresse Taxes régionales et communales : La Région de Bruxelles-Capitale perçoit une taxe à charge des occupants de biens bâtis et des titulaires d un droit réel sur certains biens immeubles. Cette «taxe régionale» annuelle comprend une partie à charge des chefs de ménage et une partie à charge des occupants de bureaux. Les Missions diplomatiques sont en tant que propriétaires, et si ces bureaux sont utilisés comme chancellerie (voir définition bâtiment officiel en point ), exemptées du paiement de cette taxe. Un contrat de location peut prévoir le paiement de cette taxe par le preneur, malgré le fait que cette taxe est à charge du propriétaire. Cette taxe perd alors son caractère fiscal et est considérée comme un élément de la charge locative. Dans ce cas, aucune exemption n est prévue étant donné qu il s agit d un engagement contractuel consenti de son plein gré. Les mêmes exemptions s appliquent à la taxe sur la superficie de bureau, levée au niveau communal. Cette taxe est presque toujours répercutée sur le propriétaire, mais elle perd aussi son caractère fiscal pour le locataire en étant insérée dans un contrat de location. Par conséquent le locataire ne pourra pas bénéficier de l exonération. 1.4 Procédure pour l obtention de l exonération : Chaque demande d exonération d impôts et de taxes directes (autres que la T.V.A., les droits à l importation, les droits d accises,... dont la matière est expliquée dans d autres lettres circulaires) doit être adressée par note verbale accompagnée du formulaire (voir ANNEXE 3) dûment complété à la Direction du Protocole P1.1 qui jugera si les conditions d exonération de la taxe sont bien remplies. Si tel n est pas le cas, la demande sera retournée à la Mission diplomatique concernée avec le motif de refus, en lui priant de bien vouloir s acquitter de ladite taxe. Si l exonération est acceptée, la Direction du Protocole P1.1 informera l autorité compétente de l exemption.

11 2 EXONERATION D IMPOTS ET DE TAXES AU NOM D UN MEMBRE DU PERSONNEL DE LA MISSION DIPLOMATIQUE : 2.1 Agent diplomatique : Principe général pour l agent diplomatique : La Direction du Protocole P1.1 attire l attention sur l Art. 34 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatique du 18 avril 1961 qui stipule que : «L agent diplomatique est exempt de tous impôts et taxes, personnels ou réels, nationaux, régionaux ou communaux,». En ce qui concerne les agents diplomatiques qui tombent sous art 38.1, ceux-ci ne comptent pas pour les obligations qui découlent d un statut précédent. Référence est également faite en la matière en préambule de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques qui confirme que le but desdits privilèges et immunités est non pas d avantager des individus mais d assurer l accomplissement efficace des fonctions des missions diplomatiques en tant que représentant des Etats Exceptions sur le principe général (voir article 34 de la Convention de Vienne) : «les impôts indirects d une nature telle qu ils sont normalement incorporés dans le prix des marchandises ou des services» ; La taxe annuelle sur les opérations d assurance est, en tant qu impôt indirect d une nature telle qu elle est normalement incorporée dans le prix du service. Par conséquent aucune exonération n est accordée. Il est à noter que les dispositions concernant la T.V.A. sont décrites dans les autres lettres circulaires. Lorsqu une taxe (autre que la T.V.A.) figure sur une facture le redevable doit s acquitter du montant global de ladite facture «Les impôts et taxes sur les biens immeubles privés situés sur le territoire de l Etat accréditaire, à moins que l agent diplomatique ne les possède pour compte de l Etat accréditant, aux fins de la Mission» ; Il est également rappelé aux Missions diplomatiques que si l agent de la Mission concernée est locataire d un immeuble et que les termes du contrat de bail (librement acceptés par les deux parties) stipulent que certaines taxes seront payées à charge dudit locataire, celui-ci devra les payer à titre de charge locative. Il n y a pas non plus d exonération des droits d enregistrement et du droit d écriture lors d un achat, à titre privé, d un immeuble, appartement, maison, etc. Pour ce qui est du précompte immobilier lors du fait qu une personne est propriétaire privé d un immeuble, aucune exemption n est prévue «les droits de succession perçus par l Etat accréditaire, sous réserve des dispositions du paragraphe 4 de l Art. 39» ; «les impôts et taxes sur les revenus privés qui ont leur source dans l Etat accréditaire et des impôts sur le capital prélevés sur les investissements effectués dans des entreprises commerciales situées dans l Etat accréditaire» ; «les impôts et taxes perçus en rémunération de services particuliers rendus» ; Certaines contributions et redevances perçues en rémunération de services particuliers rendus comme par exemple les taxes sur les eaux usées, enlèvement des déchets ménagers, ne sont pas exonérés.

12 «les droits d enregistrement, d hypothèque et de greffe ainsi que le droit d écriture en ce qui concerne les biens immobiliers, sous réserve des dispositions de l Art. 23.» Pour la taxe de première mise en circulation et la taxe annuelle de circulation, les deux véhicules immatriculés en Belgique en série «CD» au nom du diplomate (pas pour les membres de sa famille!) sont exonérés de ces deux taxes. Aucune exonération ne sera accordée pour des véhicules immatriculés en série normale ou en série «8». 2.2 Membres du Personnel administratif et technique (art. 37 pt 2) : Les points à sont d application pour les membres du personnel administratif et technique. Pour la taxe de première mise en circulation et la taxe annuelle de circulation, les exonérations sont accordées seulement pour une voiture immatriculée en Belgique en série «CD» au nom du titulaire de la fonction (pas pour les membres de sa famille!). Aucune exonération ne sera accordée pour des véhicules immatriculés en série normale ou en série «8». 2.3 Membres du Personnel de service de la Mission diplomatique (art 37. pt 3) : Cette catégorie du personnel d une Mission diplomatique (détenteurs d une carte d identité spéciale {type S} valable) ne bénéficie d aucune exonération des taxes, sauf sur les impôts et taxes sur les salaires qu ils reçoivent du fait de leurs services. Ils peuvent alors utiliser la procédure (expliqué en point 2.8) pour renvoyer annuellement la «Déclaration à l impôt des Personnes Physiques Exercice d imposition». 2.4 Domestiques privés au service des membres de la Mission diplomatique (art 37 pt 4) : Cette catégorie du personnel au service d un diplomate accrédité en Belgique (détenteurs d une carte d identité spéciale {type S} valable) ne bénéficie d aucune exonération des taxes sauf sur les impôts et taxes sur les salaires qu ils reçoivent du fait de leurs services. Ils peuvent alors utiliser la procédure (expliqué en point 2.8) pour renvoyer annuellement la «Déclaration à l impôt des Personnes Physiques Exercice d imposition». Une autre exception est l exonération des taxes à charge des chefs de ménage en région de Bruxelles-Capitale : uniquement pour un domestique privé qui fait partie de son ménage de son employeur et y est domicilié, une Mission peut demander l exonération (voir p. 2.8). 2.5 Personnel recruté sur place : Cette catégorie du personnel d une Mission diplomatique (détenteurs d une carte d identité de la commune) ne bénéficie d aucune exonération (voir la note circulaire concernant le personnel engagé localement) 2.6 Fonctionnaires en mission officielle : Cette catégorie de personnes, qui sont détenteur d une carte spéciale de séjour (type S), ne bénéficie d aucune immunité ni exonération, étant donne qu elle ne tombe pas sous l application de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques (1961). Par conséquent, les procédures de demande d exonération, décrites dans cette circulaire, ne sont pas d application à ces personnes, qui dès lors sont invitées à s adresser directement à l autorité fiscale compétente en vue de régulariser leur dossier fiscal. 2.7 Explications sur certaines taxes : Précompte mobilier :

13 Pour l exonération du précompte mobilier pour les agents diplomatiques accrédités en Belgique et connus comme tels (si la qualité de ces personnes est mentionnée lors de l ouverture des comptes) les dispositions du point sont applicables Vlaamse Zorgverzekering : Le Gouvernement flamand a décidé par décret du 30/03/1999 d obliger toutes les personnes qui habitent en tant que résident permanent sur le territoire de la Région flamande à partir de 25 ans à s affilier auprès d une caisse d assurance de soins reconnue, dénommée Zorgkas (voir : Les personnes habitant, en tant que résident permanent et donc pas comme résident temporaire en Région bilingue de Bruxelles-Capitale peuvent choisir. L objectif de cette assurance est d apporter un appui aux nécessiteux pour des dépenses nonmédicales. Cette assurance «Vlaamse Zorgverzekering» n est donc pas obligatoire pour les personnes qui sont inscrites temporairement dans les registres de la Direction du Protocole P1.1. Il leur est néanmoins possible de s affilier librement. S ils ne veulent pas s affilier, la Direction du Protocole P1.1 demande qu on utilise la procédure pt 2.8 afin d être définitivement exclu (et aussi afin d éviter des amendes administratives). 2.8 Procédure pour l obtention de l exonération : Il arrive qu un membre du personnel privilégié (voir points 2.1, 2.2, 2.3 et 2.4) reçoive directement un extrait de rôle pour un impôt, taxe, redevance ou la déclaration sur les revenus. La Direction du Protocole P1.1 prévoit une procédure standard (voir ANNEXE 3) pour demander éventuellement l exemption. Les Missions diplomatiques sont priées de respecter scrupuleusement les délais dans lesquels opposition peut être faite contre ladite taxation, en vue d éviter aussi des éventuels frais de procédure, de justice, avocat, etc. suite à une introduction tardive. Si tel est le cas, l intéressé doit s acquitter aussi de ces charges supplémentaires. Chaque demande doit être adressée le plus rapidement possible par note verbale à la Direction du Protocole P1.1 y compris le formulaire de demande d exonération (voir ANNEXE 3) dûment complété dans la langue de l imposition réclamée. Il est indispensable de joindre à la demande toute pièce justificative et d utiliser un formulaire pour chaque demande d exonération de taxe. La Direction du Protocole P1.1 se chargera d en informer les autorités compétentes afin que l exonération soit accordée. Si la Direction du Protocole P1.1 juge que les conditions d exonération de la taxe ne sont pas remplies, la demande sera renvoyée à la Mission diplomatique concernée avec le motif de refus, en la priant de bien vouloir s acquitter de ladite taxe (dans les plus brefs délais afin d éviter toute procédure judiciaire). Si l exemption peut être accordée, la Direction du Protocole P1.1 informera l autorité compétente de l exemption.

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

NOTE CIRCULAIRE IMMATRICULATION DES VÉHICULES DIPLOMATIQUES. (05 mars 2014)

NOTE CIRCULAIRE IMMATRICULATION DES VÉHICULES DIPLOMATIQUES. (05 mars 2014) Direction du Protocole P1.1 NOTE CIRCULAIRE IMMATRICULATION DES VÉHICULES DIPLOMATIQUES (05 mars 2014) Le Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement

Plus en détail

LE ROYAUME DE BELGIQUE

LE ROYAUME DE BELGIQUE ACCORD DE SIEGE ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET L OFFICE INTERNATIONAL DES EPIZOOTIES ACCORD DE SIEGE ENTRE LE ROYAUME DE BELGIQUE ET L OFFICE INTERNATIONAL DES EPIZOOTIES LE ROYAUME DE BELGIQUE, dénommé

Plus en détail

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe WDS ANTWERPEN BVBA www.wds-customs.nl OFFICE ANTWERPEN Noorderlaan 117 B-2030 Antwerpen t +32 3 541 52 45 e wdsantwerpen@waalhaven-group.be Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

Document mis en distribution le 24 novembre 1999 N o 1931 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 16 novembre 1999.

Plus en détail

REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE. EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o

REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE. EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o REPUBLIQUE D'HAITI CONVENTION MINIERE TYPE RELATIVE A L EXPLOITATION DU GISEMENT SITUÉ DANS LA COMMUNE DE DANS LE DEPARTEMENT DE EN VERTU DU PERMIS D EXPLOITATION N o OCTROYÉ LE Le, ENTRE L ETAT HAITIEN,

Plus en détail

Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES

Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES L UNION FAIT LA FORCE Fiscalité de l asbl - 2010 - Service Public Fédéral FINANCES Contenu Impôt des personnes morales ou impôt des sociétés 4 Impôt des personnes morales 5 Impôt des sociétés 9 TVA 10

Plus en détail

Convention de Vienne sur la représentation des Etats dans leurs relations avec les organisations internationales de caractère universel

Convention de Vienne sur la représentation des Etats dans leurs relations avec les organisations internationales de caractère universel Convention de Vienne sur la représentation des Etats dans leurs relations avec les organisations internationales de caractère universel 1975 Faite à Vienne le 14 mars 1975. Non encore en vigueur. Voir

Plus en détail

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité

Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité Les droits de succession et les droits de donation lorsqu il y a un élément d extranéité par Emmanuel de Wilde d Estmael Avocat au barreau de Bruxelles Collaborateur scientifique au Centre de droit privé

Plus en détail

Créer une ASBL : Comment s y prendre?

Créer une ASBL : Comment s y prendre? Créer une ASBL : Comment s y prendre? Bruxelles, 11 décembre 2013 Programme du jour: 1) Introduction 2) La personnalité juridique, différences société-asbl 2) Constitution d une ASBL 3) Mesures de publicité

Plus en détail

(d) Personnel désigne:

(d) Personnel désigne: (Note japonaise) Excellence, J ai l honneur de me référer aux discussions récentes qui ont eu lieu entre les représentants du Gouvernement du Japon et ceux du Gouvernement de la République de Djibouti

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

LA FISCALITE ENVIRONNEMENTALE EN BELGIQUE

LA FISCALITE ENVIRONNEMENTALE EN BELGIQUE LA FISCALITE ENVIRONNEMENTALE EN BELGIQUE Vincent Sepulchre ( p. V s u larcier Table des matières Introduction. Les moyens et objectifs de la fiscalité environnementale 5 PARTIE I Les différents instruments

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles.

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles. REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge des Saisies près le Tribunal de 1 ère Instance de Bruxelles A/ ONT L HONNEUR D EXPOSER : (* biffer les mentions inutiles)

Plus en détail

FLASH. Succursales de sociétés étrangères établies en Belgique S O M M A I R E. 1. Définition. 2. Les obligations comptables des succursales

FLASH. Succursales de sociétés étrangères établies en Belgique S O M M A I R E. 1. Définition. 2. Les obligations comptables des succursales B U L L E T I N D E L ' I N S T I T U T P R O F E S S I O N N E L D E S C O M P TA B L E S E T F I S C A L I S T E S A G R É É S 1. Définition Une société étrangère a une succursale en Belgique quand elle

Plus en détail

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi?

IMMOBILIER. ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? Conférence débat Jeudi 5 juin 2014 IMMOBILIER ACHETEUR VENDEUR : qui paye quoi? La vente d un bien immobilier doit être constatée par acte authentique. L intervention d un notaire est donc obligatoire.

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION / MISE À DISPOSITION D UN ENDROIT DE CAMP OU DE WEEKEND EN BELGIQUE

CONTRAT DE LOCATION / MISE À DISPOSITION D UN ENDROIT DE CAMP OU DE WEEKEND EN BELGIQUE À photocopier en deux exemplaires À remplir et à signer par le responsable du groupe et le propriétaire Quand? Le plus tôt possible pour garantir la réservation du lieu À conserver : Un exemplaire pour

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 18 février 2009 L.I.R. n 104/1 Objet : Évaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

Fintro a souscrit une assurance compte auprès de Fortis AG, boulevard Emile Jacqmain, 53, 1000 Bruxelles, RPM 0404.494.849, fournisseur de ce service.

Fintro a souscrit une assurance compte auprès de Fortis AG, boulevard Emile Jacqmain, 53, 1000 Bruxelles, RPM 0404.494.849, fournisseur de ce service. Informations relatives à Fortis AG Fintro a souscrit une assurance compte auprès de Fortis AG, boulevard Emile Jacqmain, 53, 1000 Bruxelles, RPM 0404.494.849, fournisseur de ce service. Fortis AG est soumise

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS ET IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES

IMPÔT SUR LES SOCIÉTÉS ET IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES 13. Système fiscal Le système fiscal tchèque, décrit ci-après en conformité avec la législation tchèque en vigueur, peut être modifié par un traité destiné à éviter la double imposition. Le système fiscal

Plus en détail

Requérant 1 Requérant 2

Requérant 1 Requérant 2 REQUETE EN SURSEANCE INDEFINIE AU RECOUVREMENT DES IMPOTS DIRECTS (article 413bis à 413octies du Code des impôts sur les revenus 1992) A MADAME/MONSIEUR LE DIRECTEUR REGIONAL RECOUVREMENT DE: LE/LA/LES

Plus en détail

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013

Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé. Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Organisation successorale internationale: analyse de droit international privé Conseil de l Union européenne Comité du personnel 20 juin 2013 Plan de l exposé Introduction Les conséquences civiles Les

Plus en détail

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE

UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE UNE FISCALITE MAROCAINE ATTRACTIVE Le Maroc a mis en place un plan d action ambitieux dans le but de se convertir en une destination touristique attractive. Dans ce cadre, il s est doté d une législation

Plus en détail

Les obligations du vendeur

Les obligations du vendeur Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

Règlement sur les prêts (RPrêts)

Règlement sur les prêts (RPrêts) Version du 31 mai 2013 Règlement sur les prêts (RPrêts) Version validée par la Commission de placements le 14 mars 2011 et adoptée par le Conseil d administration le 21 mars 2011. CHAPITRE PREMIER Généralités

Plus en détail

L aide pour la constitution d une garantie locative

L aide pour la constitution d une garantie locative Version n : 1 Dernière actualisation : 30-10-2009 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une garantie locative? 3) Est-il obligatoire de constituer une garantie locative? 4) La garantie locative appartient-elle

Plus en détail

Convention sur les missions spéciales

Convention sur les missions spéciales Convention sur les missions spéciales 1969 Adoptée par l Assemblée générale des Nations Unies le 8 décembre 1969. Entrée en vigueur le 21 juin 1985. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 1400, p. 231.

Plus en détail

CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P)

CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P) CONTRAT D ASSURANCE PROSPECTION PREMIERS PAS (A3P) N ASSURÉ : Adresse : N de siren : Le contrat d assurance prospection premiers pas ci-après dénommé «le contrat», est régi par le droit commun des contrats.

Plus en détail

70992 BELGISCH STAATSBLAD 11.10.2004 MONITEUR BELGE

70992 BELGISCH STAATSBLAD 11.10.2004 MONITEUR BELGE 70992 BELGISCH STAATSBLAD 11.10.2004 MONITEUR BELGE TRADUCTION SERVICE PUBLIC FEDERAL JUSTICE [C 2004/09637] 4 OCTOBRE 2004. Publicité des actes et documents des associations sans but lucratif et des fondations

Plus en détail

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014

NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 NOUVEAUTÉS POUR L ANNÉEE 2014 Dans la dernière édition du Moniteur belge de l année 2013, pour respecter les traditions, certaines nouvelles mesures fiscales ont été insérées. Dans ce tax alert nous passons

Plus en détail

2. Accord sur les privilèges et immunités de la Cour pénale internationale *

2. Accord sur les privilèges et immunités de la Cour pénale internationale * 2. Accord sur les privilèges et immunités de la Cour pénale internationale * Table des matières Page Article 1. Emploi des termes... 79 Article 2. Statut juridique et personnalité de la Cour... 80 Article

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

Numéro du rôle : 1364. Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T

Numéro du rôle : 1364. Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T Numéro du rôle : 1364 Arrêt n 84/99 du 15 juillet 1999 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 12 et 124, 3, du Code des impôts sur les revenus 1964, posée par la Cour d appel

Plus en détail

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art.

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art. CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678 du 20-7-1972, art. 64, 66 et 67) Numéro du registre : Numéro de l immeuble : OBJET du MANDAT : Des

Plus en détail

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire)

REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES. ( article 1675 /4 du Code judiciaire) 1 REQUÊTE EN REGLEMENT COLLECTIF DE DETTES ( article 1675 /4 du Code judiciaire) Au Juge du Tribunal du travail de Mons et de Charleroi Division Tournai A/ ONT L HONNEUR D EXPOSER : (* biffer les mentions

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/061 DÉLIBÉRATION N 08/019 DU 8 AVRIL 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE CERTAINES DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL

Plus en détail

Annexe 2 à la délibération n 5/07 Année Scolaire.

Annexe 2 à la délibération n 5/07 Année Scolaire. Annexe 2 à la délibération n 5/07 Année Scolaire. CONVENTION D OCCUPATION PRECAIRE D UN LOGEMENT DE FONCTION Aux termes de l article R. 216-15 du Code de l Education, relatif aux concessions de logements

Plus en détail

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014. L.I.R. n 104/1

Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014. L.I.R. n 104/1 Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 104/1 1 du 20 novembre 2014 L.I.R. n 104/1 Objet : Evaluation de certains avantages accordés par l employeur à ses salariés a) Mise à la disposition à

Plus en détail

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE Texte amendé conformément aux dispositions du Protocole d amendement à la Convention concernant l assistance administrative

Plus en détail

FORMULAIRE 225. DECLARATION DE REVENUS (Document à transmettre complété au plus vite à la mutualité) Madame, Monsieur,

FORMULAIRE 225. DECLARATION DE REVENUS (Document à transmettre complété au plus vite à la mutualité) Madame, Monsieur, FORMULAIRE 225 DECLARATION DE REVENUS (Document à transmettre complété au plus vite à la mutualité) Madame, Monsieur, Pour déterminer le taux journalier de vos indemnités d incapacité de travail, nous

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant Document mis en distribution le 22 décembre 2005 N o 2756 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 14 décembre 2005.

Plus en détail

Accord sur le statut juridique en Suisse de la Banque européenne d'investissement (24 mars 1972)

Accord sur le statut juridique en Suisse de la Banque européenne d'investissement (24 mars 1972) Accord sur le statut juridique en Suisse de la Banque européenne d'investissement (24 mars 1972) Légende: Accord du 24 mars 1972 fixant le statut juridique de la Banque Européenne d'investissement en Suisse.

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

ACCORD. sous forme d échange de lettres. entre le Gouvernement de la République française. et l Institut international

ACCORD. sous forme d échange de lettres. entre le Gouvernement de la République française. et l Institut international ACCORD sous forme d échange de lettres entre le Gouvernement de la République française et l Institut international des ressources phytogénétiques (IPGRI) relatif à l établissement d un bureau de l IPGRI

Plus en détail

Ma situation fiscale

Ma situation fiscale Je suis résident français, je travaille en Belgique Ma situation fiscale Je suis résident belge, je travaille en France Avenant du 31 décembre 2008 à la Convention fiscale franco-belge du 10 mars 1964

Plus en détail

0.672.959.82. Traduction 1

0.672.959.82. Traduction 1 Traduction 1 0.672.959.82 Convention entre la Confédération suisse et le Royaume de Norvège en vue d éviter les doubles impositions dans le domaine des impôts sur les successions Conclue le 7 décembre

Plus en détail

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat Prof. dr. Marc Bourgeois (ULg Tax Institute) CESW Lundi 16 mars 2015 Plan 1. Le cadre institutionnel

Plus en détail

Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle

Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle (https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/droit-federal/feuille-federale.html) fait foi. Texte original Convention

Plus en détail

revenus locatifs perçus au titre de conventions d occupation précaire (2).

revenus locatifs perçus au titre de conventions d occupation précaire (2). Secrétariat Général Direction des finances NOT99R315DFI Note à l'attention de Mesdames et Messieurs les Chefs des services financiers sous couvert de Mesdames et Messieurs les Délégués régionaux et Directeurs

Plus en détail

La location de son entreprise

La location de son entreprise La location de son entreprise La location-gérance permet à un dirigeant d une entreprise de mettre en location son entreprise. La location-gérance se fait pour un temps défini et permet au bailleur de

Plus en détail

mode d'emploi Contrat de location saisonnière d un appartement à la montagne

mode d'emploi Contrat de location saisonnière d un appartement à la montagne mode d'emploi Contrat de location saisonnière d un appartement à la montagne Quand utiliser ce modèle? Pour la location saisonnière d un logement situé à la montagne (un appartement, un chalet, ). Le logement

Plus en détail

Création d entreprise & locaux

Création d entreprise & locaux Création d entreprise & locaux 1. Achat ou location Achat d'un local Le droit de propriété offre un avantage évident pour l'entrepreneur : celui d'être chez lui! Sous réserve des réglementations telles

Plus en détail

Plaques jaunes en Belgique

Plaques jaunes en Belgique Plaques jaunes en Belgique But Ce document fournit les informations et conseils en matière d immatriculation des véhicules pour les résidents belges bénéficiant d un véhicule de société en provenance du

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif

Remarque préalable. Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014. Exigibilité de la taxe Régime définitif Administration générale de la Fiscalité Expertise Opérationnelle et Support Service TVA/Procédure de taxation et Obligations Taxe sur la valeur ajoutée Décision TVA n E.T. 126.003 dd. 10.10.2014 Exigibilité

Plus en détail

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE 1 LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10. Capitaux propres 106. Réserves 107. Capital 108. Compte de l'exploitant

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE 2015-1 - 1 Cette liste n'est pas exhaustive. L'Administration se réserve le droit de demander tout document complémentaire qui lui apparaîtrait nécessaire lors de l'instruction du dossier. Aucun document

Plus en détail

Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Secondaire Artistique à Horaire Réduit) Date :... N SEMU :......

Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Secondaire Artistique à Horaire Réduit) Date :... N SEMU :...... Convention SEMU Pouvoirs Organisateurs (Enseignement Secondaire Artistique à Horaire Réduit) Réservé à la SEMU Date :... N SEMU :... ENTRE Pouvoir organisateur (nom et adresse):... Valablement représenté

Plus en détail

Formulaire de candidature - Logement à loyer d équilibre

Formulaire de candidature - Logement à loyer d équilibre Demande de location 2015 Formulaire de candidature - Logement à loyer d équilibre Je soussigné (nom et prénom) :........ demeurant à :.................. Adresse e-mail :.......... souhaite obtenir en location

Plus en détail

Conditions générales Claim it

Conditions générales Claim it * * * Conditions générales Claim it Dernière version du 30 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Article 1 Identité de l entreprise Article 2 Champ d application et conditions Article 3 Offre et ordre de service

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE MINISTERE DE LA JEUNESSE DES SPORTS ET DE LA CULTURE REPUBLIQUE TOGOLAISE Union Paix Solidarité DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du

Plus en détail

crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014

crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014 crédit-logement prospectus n 8 d application à partir du 10 octobre 2014 Prospectus Crédits-logement Ce prospectus est applicable à toutes les sociétés appartenant au Groupe AXA, soit AXA Belgium et AXA

Plus en détail

ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES du 14 avril 1891, révisé à Bruxelles le 14 décembre 1900, à Washington le 2 juin 1911, à La Haye le 6 novembre 1925, à Londres

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

La société civile de droit commun et la planification successorale

La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit commun et la planification successorale PRIVATE BANKING WWW.INGPRIVATEBANKING.BE La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit

Plus en détail

Le Gouvernement de la République française, et l'office international de la vigne et du vin,

Le Gouvernement de la République française, et l'office international de la vigne et du vin, Accord du 20 janvier 1965 entre le Gouvernement de la République française et l'oiv relatif au siège de l'oiv et ses privilèges et immunités sur le territoire français (Décret n 66-680 du 15 septembre

Plus en détail

Formalités standards de la création d entreprises

Formalités standards de la création d entreprises Formalités standards de la création d entreprises Formalité 1 : Etablissement du certificat négatif Entreprise s Administration Documents demandés Toutes les sociétés commerciales sauf pour les entreprises

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*)

ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) ARRÊT DE LA COUR (septième chambre) 11 septembre 2014 (*) «Renvoi préjudiciel Impôt sur le revenu Législation visant à éviter les doubles impositions Imposition des revenus immobiliers perçus dans un État

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Notice explicative déclaration de revenus et d activités Exercice social du 1 er Juillet 2014 au 30 Juin 2015

Notice explicative déclaration de revenus et d activités Exercice social du 1 er Juillet 2014 au 30 Juin 2015 La Maison des Artistes www.secuartsgraphiquesetplastiques.org Notice explicative déclaration de revenus et d activités Exercice social du 1 er Juillet 2014 au 30 Juin 2015 2013 IMPORTANT : Même si vous

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

CANADA BAGAGES NON ACCOMPAGNÉS À DESTINATION DU. En cas de doute, consultez-nous!

CANADA BAGAGES NON ACCOMPAGNÉS À DESTINATION DU. En cas de doute, consultez-nous! BAGAGES NON ACCOMPAGNÉS À DESTINATION DU CANADA En cas de doute, consultez-nous! En tout temps vous pouvez communiquer avec nous pour connaitre les dispositions précises au sujet des exigences et règlements

Plus en détail

Accord entre la Suisse et l Espagne sur l engagement de travailleurs espagnols en vue de leur emploi en Suisse

Accord entre la Suisse et l Espagne sur l engagement de travailleurs espagnols en vue de leur emploi en Suisse Texte original Accord entre la Suisse et l Espagne sur l engagement de travailleurs espagnols en vue de leur emploi en Suisse 0.142.113.328 Conclu le 2 mars 1961 Approuvé par l Assemblée fédérale le 28

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/15/005 DÉLIBÉRATION N 08/019 DU 8 AVRIL 2008, MODIFIÉE LE 2 SEPTEMBRE 2014 ET LE 13 JANVIER 2015, RELATIVE À LA COMMUNICATION

Plus en détail

Comores Décret relatif aux marques

Comores Décret relatif aux marques Comores Décret relatif aux marques Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 [NB - Décret n 65-621 du 27 juillet 1965 portant application de la loi du 31 décembre 1964 sur les marques de fabrique, de commerce

Plus en détail

PERMIS DE TRAVAIL A, B, C. Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 7 Mai 2013

PERMIS DE TRAVAIL A, B, C. Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 7 Mai 2013 PERMIS DE TRAVAIL A, B, C Viktor BALLA Juriste, Ce.R.A.I.C. asbl Le 7 Mai 2013 Loi du 30 avril 1999 relative à l occupation des travailleurs étrangers Arrêté royal du 9 juin 1999 portant exécution de la

Plus en détail

Inutilisable. transaction. Spécimen

Inutilisable. transaction. Spécimen Inutilisable FORMULAIRE OBLIGATOIRE À COMPTER DU 1 ER JANVIER 2015 CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE MAISON MOBILE SUR TERRAIN LOUÉ NOTE Le présent formulaire doit être utilisé à compter du 1 er janvier

Plus en détail

BRUXELLES-CAPITALE CLIENTS PROFESSIONNELS

BRUXELLES-CAPITALE CLIENTS PROFESSIONNELS Carte Tarifaire Valable pour les contrats conclus en MAI 2015 à BRUXELLES-CAPITALE CLIENTS PROFESSIONNELS Page 1 : Offre Poweo Fix Electricité Page 5 : Offre Poweo Fix Gaz Page 8 : Promotions et Réductions

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988)

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, RECONNAISSANT l importance d éliminer certains obstacles juridiques au crédit-bail

Plus en détail

Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux

Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux B ULLETIN DE L'I NSTITUT P R OFESSIONNEL DES C OMPTABLES ET F ISCALISTES A GRÉÉS Exemple simplifié de liquidation : aspects comptables et fiscaux Note préliminaire Cet exemple analyse la dissolution et

Plus en détail

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS 1 ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS ARTICLE 1 - DENOMINATION La présente Association a pour dénomination : «Habiter Enfin!». ARTICLE 2 - SIEGE Le siège de l association est fixé au : 14

Plus en détail

Contrat de commande Œuvre musicale

Contrat de commande Œuvre musicale Contrat de commande Œuvre musicale Définitions Commande : Relation contractuelle conclue entre un Commanditaire et un Compositeur, pour un tarif prédéterminé, en vertu de laquelle une Œuvre musicale sera

Plus en détail

ENTENTE ENTRE LE PROGRAMME COSPAS-SARSAT LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC

ENTENTE ENTRE LE PROGRAMME COSPAS-SARSAT LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC P6NOV05F C/S P.006 ENTENTE ENTRE LE PROGRAMME COSPAS-SARSAT ET LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC CONCERNANT LES EXEMPTIONS, LES AVANTAGES FISCAUX ET LES PRÉROGATIVES DE COURTOISIE CONSENTIS AU PROGRAMME, AUX REPRÉSENTANTS

Plus en détail

Documents à fournir en fonction de votre situation familiale, financière et patrimoniale :

Documents à fournir en fonction de votre situation familiale, financière et patrimoniale : 2012-1 MERCI DE REMETTRE VOTRE DOSSIER COMPLET A LA SECTION CONSULAIRE DE L AMBASSADE SUR RENDEZ-VOUS UNIQUEMENT (TEL. 44 02 17 34) AU PLUS TARD LE 30 SEPTEMBRE 2012 Documents à fournir quelle que soit

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE RESERVATION ET D HEBERGEMENT

CONDITIONS GENERALES DE RESERVATION ET D HEBERGEMENT CONDITIONS GENERALES DE RESERVATION ET D HEBERGEMENT Les présentes conditions générales de réservation et d hébergement s appliquent à toutes les réservations d hébergement de biens situés au Château les

Plus en détail

Les cohabitants et l immobilier

Les cohabitants et l immobilier Les cohabitants et l immobilier 3Des cohabitants non mariés achetant ensemble un terrain à bâtir ou une habitation acquièrent ce bien en copropriété. Cela veut dire que le terrain ou l habitation appartient

Plus en détail

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014

TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 TRAITEMENT FISCAL DES REVENUS MOBILIERS DANS LE CHEF D UN RESIDENT BELGE PERSONNE PHYSIQUE REVENUS 2014 Ci-dessous, nous vous proposons un bref aperçu du traitement fiscal des revenus mobiliers (dividendes

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

Entre 15 000 et 52 000 1 980 à 6 830 1 380 à 4 780. Entre 15 000 et 34 000 1 610 à 3 620 1 120 à 2 510

Entre 15 000 et 52 000 1 980 à 6 830 1 380 à 4 780. Entre 15 000 et 34 000 1 610 à 3 620 1 120 à 2 510 AIDE À LA PROPRIÉTÉ 1 - OBJET L aide à la propriété, non remboursable, vous est versée pour couvrir une partie des intérêts d un prêt bancaire immobilier d une durée de 10 ans minimum souscrit pour financer

Plus en détail

PRÊT SINISTRE IMMOBILIER

PRÊT SINISTRE IMMOBILIER PRÊT SINISTRE IMMOBILIER 1 - OBJET Le prêt sinistre immobilier est destiné à couvrir des dépenses liées au logement occasionnées par des situations de catastrophe ou de sinistre majeur (tel qu incendie,

Plus en détail

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R 2013 LUXEMBOURG : FISCALITé des personnes physiques F R Classe d impôts sans enfant Avec enfant(s) à charge Âgé d au moins 64 ans au 1 er janvier Célibataire 1 1a 1a Marié/ Partenaire 2 2 2 Séparé 1 1a

Plus en détail

DEMANDE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

DEMANDE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE CAISSE DE PENSIONS DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANTON DE NEUCHÂTEL RUE DU PONT 23 CH 2300 LA CHAUX-DE-FONDS DEMANDE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE Données personnelles - Données de l objet Plan financier Veuillez

Plus en détail

Vente immobilière Mode d emploi

Vente immobilière Mode d emploi Vente immobilière Mode d emploi Quels documents dois-je fournir? Dès qu un accord est trouvé avec l acquéreur, je remets au notaire Les documents portant sur ma situation personnelle Si je suis un particulier

Plus en détail