LES APPORTS ( VIT ) CALCIQUES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES APPORTS ( VIT ) CALCIQUES"

Transcription

1 LES APPORTS ( VIT ) CALCIQUES Prescrire (183) : Et nov (277) : Une synthèse méthodique Cochrane de 2005 Une méta analyse de 2005 L'Expertise collective de l INSERM (1997) Et toujours et encore : WHI! PNNS L académie de médecine ( Queneau/Hubert)

2 2

3 L'os une charpente protéique rigidifiée par du calcium. en perpétuel remaniement : constamment détruit et reconstruit, une structure légère, souple et très solide,... à condition que tous les éléments constitutifs soient apportés par l'alimentation en quantité suffisante tout au long de la vie. 3

4 Le calcium 4 Apports recommandés, alimentation incluse De 25 à 65 ans : 1 gramme/j > 65 ans : 1,5 g/j Et variabilité selon les sources (ici : PNNS)

5 Le calcium : un (tout petit) peu de physiologie appliquée 5 L'os : 99 % du calcium de l'organisme le réservoir de calcium Apports alimentaires faibles maintien de la calcémie aux dépens du calcium osseux. Déficit calcique..ostéoporose. perte de substance osseuse

6 La parathormone 6 hypocalcémie persistante stimulation de la sécrétion de PTH augmentation de la résorption osseuse.

7 Les besoins en calcium 7 Le besoin d'entretien Pertes obligatoires urinaire, fécale et sudorale Chez l'adulte, le besoin minimum d'entretien : ~ 260 mg/jour

8 L absorption digestive 8 Coefficient d'absorption : ~ 30 % chez la femme ménopausée et les personnes âgées, variable selon L aliment : laitages et aux minérales >> légumes L apport alimentaire : inversement proportionnel PNNS

9 Quels sont les apports calciques réels des sujets âgés? 9 Enquêtes alimentaires menées en France Consommation moyenne de calcium chez les Hommes > 65 ans : 790 mg/j des femmes > 50 ans de 690 mg/j. PNNS

10 Ne pas confondre 10 Les besoins L efficacité des apports complémentaires : les essais interventionnels (calcium + vit D) En institution (Decalyos) : réduction significative du nombre de fractures En ville (Boston) : moins de fractures extra vertébrales

11 L évaluation des interventions 11 Difficile Souvent plusieurs interventions à la fois De faible niveau de preuve

12 Ne pas oublier les apports en protéines 12 La malnutrition facteur de risque d ostéoporose La sarcopénie et le risque de chutes

13 Comment évaluer les déficits en nutriments? 13 (le rôle néfaste des AVK? et l effet protecteur de la vitamine K : boff!) La calcémie n'est pas un paramètre biologique permettant d'évaluer la quantité de calcium absorbé ++(et la calciurie non plus? natriurèse).

14 Le calcium des produits laitiers 14 Le lait : 1.2 g/l ++ Les fromages : variable++ les fromages à pâte cuite (gruyère, emmental, comté, etc) en contiennent plus que les fromages à pâte molle (camembert, brie, etc). La teneur en graisses du produit laitier n'influence pas sa teneur en calcium (vive le lait écrémé!) Le calcium est d'autant mieux absorbé qu'il est apporté Plusieurs fois par jour. Avec un faible apport calorique associé (vive le verre de lait écrémé!!)

15 Le calcium hors laitages 15 fruits, les légumes, la viande peu (<10mg/100g) certaines eaux minérales +++ Contrexéville* : 480 mg/l Vittel Hépar* : 550 mg/l Courmayeur Talians : 517 mg/l : 596 mg/l *Dorosz

16 Calcium et eaux 16 eaux minérales : biodisponibilite du calcium égale, sinon supérieure, à celle des produits laitiers. eaux de source et de distribution : pas de CMA légale généralement peu calciques (80 a 100 mg/l dans la région parisienne et 30 mg/l a Nancy). place des eaux minérales dans l alimentation, [Rapport de l Académie nationale de médecine*] Patrice QUENEAU, Jacques HUBERT La Presse thermale et climatique 2009;146:

17 et le soja? 17 Le jus de soja (improprement dénommé "lait" de soja) n'est pas une alternative au lait ; 2 à 6 fois moins de calcium que le lait, sa teneur variant selon les préparations commerciales.

18 On trouve environ 300 mg de calcium dans : 18 PNNS

19 19 En pratique : Comment enrichir les préparations culinaires?

20 Vitamine D : la méta analyse de Publiée dans le JAMA Rapportée dans prescrire Nov patients : 400 UI/j (+/- calcium) : aucun bénéfice 800 UI/j (+/- calcium) : diminution risque col

21 L'essai inclus dans WHI femmes ménopausées Vit D Ca 1g suivi 7 ans Pas de bénéfice sur le risque fracturaire Augmentation (modérée) de l'incidence de la lithiase urinaire

22 La vitamine D 22 SEULE, 19 essais : pas de réduction du risque fracturaire ASSOCIEE (au calcium), 14 essais : réduction modeste du risque de fracture du col.chez les personnes âgées vivant en institution

23 La vit D 23 " chez les femmes ménopausées, la supplémentation systématique en vit D, associée à du calcium, n'a pas fait la preuve d'efficacité pour réduire le risque d une 1 ère fracture ostéoporotique" Rev Prescrire 2006;26 (277) : 764-5

24 La prévention non médicamenteuse 24 Prévention des chutes (aménagement du lieu de vie) Exercice physique régulier Exposition au soleil "suffisante" (une exposition solaire suffisante assure les besoins physiologiques) Apport calcique alimentaire

25 le Nutribilan..de l institut du fromage (!) 25 Test validé scientifiquement sur 121 patientes de 45 à 74 ans consultant en médecine générale ou en consultation diététique Bonne corrélation entre le score obtenu du bilan calcique et l enquête de référence Mais Revue du Praticien Médecine Générale 2005; (19); 972-5

26 Comment interpréter les résultats? 26

27 27

28 28

29 29

30 30 Mais. il manque l eau!!! Hepar : 550 mg/l Contrex : 480 mg/l..

Mes liens d intérêts LES APPORTS ( VIT ) CALCIQUES

Mes liens d intérêts LES APPORTS ( VIT ) CALCIQUES LES APPORTS ( VIT ) CALCIQUES Prescrire 1998 18 (183) : 291-297 Et nov. 2006 26 (277) : 764-5 Une synthèse méthodique Cochrane de 2005 Une méta analyse de 2005 L'Expertise collective de l INSERM (1997)

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE 59 HERBANEWS SOMMAIRE Le calcium Rôles et besoin en calcium dans notre organisme Les recommandations et les sources alimentaires de calcium Les alternatives

Plus en détail

A L ATELIER NUTRITION ET CALCIUM

A L ATELIER NUTRITION ET CALCIUM A L ATELIER NUTRITION ET CALCIUM DEFINITION DE L OSTEOPOROSE «... une affection diffuse du squelette caractérisée par une masse osseuse basse et une altération de la micro-architecture du tissu osseux

Plus en détail

Item 56 : Prévention nutritionnelle de l'ostéoporose

Item 56 : Prévention nutritionnelle de l'ostéoporose Item 56 : Prévention nutritionnelle de l'ostéoporose Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Rappels physiologiques...

Plus en détail

Supplémentation en calciumvitamine D et risque fracturaire

Supplémentation en calciumvitamine D et risque fracturaire Supplémentation en calciumvitamine D et risque fracturaire Etude WHI (Women s Health Initiative) Columbus, Ohio New England Journal of Medecine, Fev 06 Introduction L ostéoporose est responsable de 300000

Plus en détail

Nutrition et Ostéoporose

Nutrition et Ostéoporose Objectifs Nutrition et Ostéoporose Que faut-il savoir? Savoir conseiller une alimentation adéquate pour prévenir l ostéoporose Identifier les patients à risque Intégrer à une consultation au cabinet une

Plus en détail

Marqueurs biochimiques du remodelage osseux. Dr Bafghi-Caruba Céline CHU Nice DCEM1 - octobre 2010

Marqueurs biochimiques du remodelage osseux. Dr Bafghi-Caruba Céline CHU Nice DCEM1 - octobre 2010 Marqueurs biochimiques du remodelage osseux Dr Bafghi-Caruba Céline CHU Nice DCEM1 - octobre 2010 PLAN 1 - Tissu osseux 2 - Régulation du remodelage osseux 3 - Marqueurs biochimiques du remodelage osseux

Plus en détail

Qu est-ce que l ostéoporose?

Qu est-ce que l ostéoporose? Qu est-ce que l ostéoporose? L ostéoporose est une maladie caractérisée par une diminution de la quantité de tissus osseux. Les os deviennent fragiles, poreux et se brisent facilement. L os est un tissu

Plus en détail

L EAU MINÉRALE NATURELLE UNE ALTERNATIVE POUR COMPLÉTER LES APPORTS ALIMENTAIRES EN CALCIUM DES ADOLESCENTS!

L EAU MINÉRALE NATURELLE UNE ALTERNATIVE POUR COMPLÉTER LES APPORTS ALIMENTAIRES EN CALCIUM DES ADOLESCENTS! L EAU MINÉRALE NATURELLE UNE ALTERNATIVE POUR COMPLÉTER LES APPORTS ALIMENTAIRES EN CALCIUM DES ADOLESCENTS! 1 INTRODUCTION Entre 11 et 17 ans une minorité d adolescents ont des apports en calcium en adéquation

Plus en détail

Alimentation du jeune enfant

Alimentation du jeune enfant Alimentation du jeune enfant I. Alimentation des nourrissons 1. Les besoins alimentaires Besoins nutritionnels moyens : Nouveau-né : 80 cal / Kg 1 er : 120 cal / Kg 3 ème mois : 120 cal / Kg 6 ième : 100

Plus en détail

ALIMENTATION ET POLYARTHRITE

ALIMENTATION ET POLYARTHRITE ALIMENTATION ET POLYARTHRITE ALIMENTATION NORMALE EQUILIBREE 5 fruits et légumes par jour minimum Pain, céréales, pomme de terre et légumes secs à chaque repas et selon l appétit 3 produits laitiers par

Plus en détail

Bannir, substituer un groupe d aliments quelles conséquences nutritionnelles? Exemple des produits laitiers

Bannir, substituer un groupe d aliments quelles conséquences nutritionnelles? Exemple des produits laitiers Bannir, substituer un groupe d aliments quelles conséquences nutritionnelles? Exemple des produits laitiers Brigitte Coudray diététicienne nutritionniste, Les groupes d aliments Groupes d aliments Produits

Plus en détail

Adaptation de la nutrition: Femme enceinte et Croissance. Réalisé par Dr BENREKIA. Y

Adaptation de la nutrition: Femme enceinte et Croissance. Réalisé par Dr BENREKIA. Y Adaptation de la nutrition: Femme enceinte et Croissance Réalisé par Dr BENREKIA. Y 2015-2016 I/ Alimentation de la femme enceinte 1- Adaptation physiologique à la grossesse: Lors de la grossesse, une

Plus en détail

Supplémentations et vitamines: pour qui, pourquoi? Dr Marion Keller Assistante pédiatrie CH Aubagne

Supplémentations et vitamines: pour qui, pourquoi? Dr Marion Keller Assistante pédiatrie CH Aubagne Supplémentations et vitamines: pour qui, pourquoi? Dr Marion Keller Assistante pédiatrie CH Aubagne Calcium Vitamine D Vitamines ADEC Vitamine K Fer Fluor Besoins en calcium Age Calcium (mg/j) 0 3 ans

Plus en détail

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE Eliminer toute source d inconfort (douleurs, besoins impérieux ) Prévoir un temps suffisant pour le repas: 45 mn environ en évitant toute sollicitation intempestive è gain de 25% des apports alimentaires

Plus en détail

L eau : la seule boisson indispensable

L eau : la seule boisson indispensable L eau : la seule boisson indispensable Pourquoi faut-il boire de l eau? EAU = CONSTITUANT N 1 DU CORPS Pourquoi faut-il boire de l eau? EAU = CONSTITUANT N 1 DU CORPS Nourrisson : 75 % Adulte : 60 % Adulte

Plus en détail

La consultation de la femme autour de 50 ans. Péri-ménopause Ménopause Un deuil ou une nouvelle vie?

La consultation de la femme autour de 50 ans. Péri-ménopause Ménopause Un deuil ou une nouvelle vie? La consultation de la femme autour de 50 ans Péri-ménopause Ménopause Un deuil ou une nouvelle vie? DUMG Rouen 2008 1 Quelles particularités? o Périménopause Gestion contraception et arrêt Gestion des

Plus en détail

ALIMENTATION ET GROSSESSE

ALIMENTATION ET GROSSESSE ALIMENTATION ET GROSSESSE o Objectifs de l'alimentation de la femme enceinte o Adaptations métaboliques o Des besoins spécifiques o Alimentation de la femme enceinte o La prise de poids o Adaptations pour

Plus en détail

Alimentation du sportif: les protéines

Alimentation du sportif: les protéines : les protéines 1 : les protéines Pour une activité physique de loisir: besoin 0.8 à 1.1 g/kg/j soit 8 à 12% de l AEQ Pour une activité physique d'endurance " de base" 1 à 1.2 g/kg/j pouvant aller jusque

Plus en détail

Traitement De L ostéoporose Post- Ménopausique Stratégie De Prise En Charge. M.Hammoumraoui - H. Djoudi Service De Rhumatologie EHS DOUERA

Traitement De L ostéoporose Post- Ménopausique Stratégie De Prise En Charge. M.Hammoumraoui - H. Djoudi Service De Rhumatologie EHS DOUERA Traitement De L ostéoporose Post- Ménopausique Stratégie De Prise En Charge M.Hammoumraoui - H. Djoudi Service De Rhumatologie EHS DOUERA Prévenir la survenue de FRACTURES dans les 5 à 10 ans CONDUITE

Plus en détail

Quelle est la différence entre l ostéoporose et l arthrose? L ostéoporose touche les os. L arthrose touche les articulations et les tissus connexes.

Quelle est la différence entre l ostéoporose et l arthrose? L ostéoporose touche les os. L arthrose touche les articulations et les tissus connexes. Ostéoporose Beaucoup de fractures de la hanche sont liées à l ostéoporose (affection qui provoque l amincissement et la fragilité des os). Les personnes qui se sont déjà fracturé la hanche sont plus à

Plus en détail

Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030.

Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030. «AUTONOMIE : QUELLE NUTRITION?» Introduction : L alimentation permet de couvrir nos différents besoins qualitatifs et quantitatifs en nutriments, mais aussi de développer des liens sociaux et affectifs.

Plus en détail

Vitamine D. Système D? Dr Gilles Tanguy DMG Clermont-Ferrand Jumga 2010

Vitamine D. Système D? Dr Gilles Tanguy DMG Clermont-Ferrand Jumga 2010 Vitamine D Système D? Dr Gilles Tanguy drtanguygilles@orange.fr DMG Clermont-Ferrand Jumga 2010 La vitamine D C est quoi le problème? Sujet à la mode de plus en plus de publication Sur Pubmed: 2844 en

Plus en détail

L'ALIMENTATION DU JEUNE SPORTIF

L'ALIMENTATION DU JEUNE SPORTIF L'ALIMENTATION DU JEUNE SPORTIF Fiches sur le rôle des groupes d'aliments lors d'une activité physique Fiche enseignant alimentation 1 2009 LE JEUNE SPORTIF SON ALIMENTATION L'alimentation d'un sportif

Plus en détail

Carences nutritionnelles en pédiatrie Comment les prévenir?

Carences nutritionnelles en pédiatrie Comment les prévenir? Carences nutritionnelles en pédiatrie Comment les prévenir? P. Tounian Nutrition et Gastroentérologie Pédiatriques Hôpital Trousseau, Paris INSERM 872 Nutriomique, Université Paris 6 Institute of Cardiometabolism

Plus en détail

Lait et produits laitiers Découverte des produits

Lait et produits laitiers Découverte des produits Lait et produits laitiers Découverte des produits De la fourche... Hiver Eté...à la fourchette! Tout est une question de saisonnalité! Les vaches qui produisent le lait sont appelées «vaches laitières»

Plus en détail

Alimentation du sportif: apports en sels minéraux

Alimentation du sportif: apports en sels minéraux Alimentation du sportif: apports en sels minéraux 1 Sous l'effet d'un exercice physique prolongé, il existe essentiellement des pertes: par la sueur (Na+, K+, Mg, Fe++, Cu, Ca ) par l'urine (Zn, K+, Cr).

Plus en détail

Introduction Ostéoporose : si l on ne peut rien contre les facteurs génétiques, on peut en revanche agir sur les facteurs exogènes; A tout âge, il est

Introduction Ostéoporose : si l on ne peut rien contre les facteurs génétiques, on peut en revanche agir sur les facteurs exogènes; A tout âge, il est Alimentation et ostéoporose : Conseils pour les seniors Laurence Plouvier Diététicienne CHU Limoges Jeudi 14 juin 2007 LINUT 1 Introduction Ostéoporose : si l on ne peut rien contre les facteurs génétiques,

Plus en détail

Calcium et Vitamine D :

Calcium et Vitamine D : Calcium et Vitamine D : Avantages et risques pour les os de la personne âgée Alimentation médicalisée et plaisir de manger en EMS CHUV, 3 mars 2016 Dr Olivier Lamy. Service de Médecine Interne et Centre

Plus en détail

Book Calcique des produits laitiers portions Lactalis

Book Calcique des produits laitiers portions Lactalis Book Calcique des produits laitiers portions Lactalis Août 2009 Parce que l équilibre alimentaire se construit, non pas sur un seul repas, mais sur le long terme, les recommandations du GEMRCN sont élaborées

Plus en détail

Le végétarisme. Végétarisme

Le végétarisme. Végétarisme Le Le végétarisme Végétarisme Pourquoi être végétarien? Où pouvons-nous trouver les protéines? Ces chaussures sont-elles en cuir? Le végétarisme est-il une alimentation complète? Le mot «végétarisme» vient

Plus en détail

Compléments alimentaires. en Belgique

Compléments alimentaires. en Belgique 1 en Belgique 2 Sommaire Législation nationale : Arrêté royal du 3 mars 1992 Nutriments Arrêté royal du 29 août 1997 Plantes Arrêté royal du 12 février 2009 Autres substances Etiquetage des compléments

Plus en détail

Prise en charge de l ostéoporose en 2008

Prise en charge de l ostéoporose en 2008 Prise en charge de l ostéoporose en 2008 Pascal Chazerain (GIEDA INTER-RACHIS.12 décembre 2008) Service de Rhumatologie Groupe hospitalier Diaconesses-Croix Saint Simon 75020 Paris L ostéoporose : épidémie

Plus en détail

Factsheet Qu est-ce que le fromage à pâte molle?

Factsheet Qu est-ce que le fromage à pâte molle? Factsheet Qu est-ce que le fromage à pâte molle? Description du produit: Le fromage à pâte molle présente une consistance d autant plus moelleuse et crémeuse que son degré de maturité est élevé. Sa saveur

Plus en détail

Une saine alimentation dans son assiette!

Une saine alimentation dans son assiette! Une saine alimentation dans son assiette! Pour grandir en forme et en santé, ton assiette doit être composée d aliments des 4 groupes alimentaires et en quantité suffisante. Pour débuter la journée du

Plus en détail

LITHIASES ET DIETETIQUE

LITHIASES ET DIETETIQUE LITHIASES ET DIETETIQUE (D après Mme DOUSSEAUX. FMC \ AFU \ CFC \ 1-2/12/2011) Récidiver un calcul urinaire nécessite de se questionner sur le processus lithogène. Ce dernier est la conséquence d un équilibre

Plus en détail

Importance du petit déjeuner. Pourquoi Et Quoi?

Importance du petit déjeuner. Pourquoi Et Quoi? Importance du petit déjeuner Pourquoi Et Quoi? RÉSULTATS DE L ENQUÊTE SUR LE PETIT DÉJEUNER NULS GARÇONS FILLES 0 20 40 60 80 100 120 Question 2 : avant de partir à l école, prends-tu un petit déjeuner?

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause Prise en charge de la ménopause Z. SADI Maternité CHU Mustapha Alger 5ème FORUM Est de l Omnipraticien Oum El Bouaghi, le 4 Novembre 2010 La ménopause signifie littéralement arrêt des règles. En fait,

Plus en détail

Jeudi 14 juin 2007 LINUT. Dr Damien COYRAL Rhumatologue - Clinique CHENIEUX

Jeudi 14 juin 2007 LINUT. Dr Damien COYRAL Rhumatologue - Clinique CHENIEUX Jeudi 14 juin 2007 LINUT Dr Damien COYRAL Rhumatologue - Clinique CHENIEUX Introduction l Ostéoporose : maladie diffuse du squelette caractérisée par une diminution de la résistance osseuse conduisant

Plus en détail

Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile!

Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile! Que l on soit grand ou petit L équilibre alimentaire, c est facile! Notre corps a besoin: de lipides qui apportent de l énergie et permettent la croissance des cellules, de glucides qui donnent de l'énergie,

Plus en détail

Un système de «profilage nutritionnel» pour orienter favorablement les choix des consommateurs?

Un système de «profilage nutritionnel» pour orienter favorablement les choix des consommateurs? Le SAIN et le LIM Un système de «profilage nutritionnel» pour orienter favorablement les choix des consommateurs? Nicole Darmon 1, Matthieu Maillot, Michel Darmon, Ambroise Martin 1 Unité Mixte de Recherches

Plus en détail

)1111, ige. Etude SU,VI.MAX. Etude SU.VI.MAX. Baccalauréat des nutriments. Les admis... Réduire les Graisses Saturées Animales (acide Stéarique)

)1111, ige. Etude SU,VI.MAX. Etude SU.VI.MAX. Baccalauréat des nutriments. Les admis... Réduire les Graisses Saturées Animales (acide Stéarique) , Synthèse Garder un poids idéal en rapport avec son âge et sa taille Eviter les graisses saturées d'origine animale Privilégier la consommation de poissons gras Modérer sa consommation de lait et dérivés

Plus en détail

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments. Module supplémentaire

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments. Module supplémentaire L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments Module supplémentaire Qu est-ce qu il y a de nouveau à l épicerie? Avant l étiquetage nutritionnel apparaissait sur quelques aliments seulement

Plus en détail

LE CALCIUM C EST POUR LA VIE. Êtes-vous sur la bonne voie?

LE CALCIUM C EST POUR LA VIE. Êtes-vous sur la bonne voie? LE CALCIUM C EST POUR LA VIE Êtes-vous sur la bonne voie? Le calcium : essentiel à un mode de vie sain Le calcium est de tous les minéraux, celui que l on retrouve en plus grande quantité dans l organisme,

Plus en détail

PNNS : quatre lettres pour être bien dans son corps

PNNS : quatre lettres pour être bien dans son corps Bien se nourrir Pour faire face à l'obésité et aux risques pour la santé qui en résultent, les pouvoirs publics ont lancé le PNNS : le Programme National Nutrition Santé Toutes les études scientifiques

Plus en détail

alimentation pour perdre graisse ventre,alimentation pour perdre graisse ventre

alimentation pour perdre graisse ventre,alimentation pour perdre graisse ventre Page 1 maigrir vite du ventre et des cuisses femme rapidement,alimentation pour perdre graisse ventre,programme alimentaire pour maigrir vite temoignage alimentation pour perdre graisse ventre,alimentation

Plus en détail

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire?

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? Pr JC Desport Réseau LINUT / ARS du Limousin Isle Unité de nutrition et Centre de l Obésité Sévère CHU Limoges INSERM UMR 1094 Faculté de Médecine

Plus en détail

Pendant ma grossesse, je veille à mon alimentation

Pendant ma grossesse, je veille à mon alimentation Pendant ma grossesse, je veille à mon alimentation Docteur Alain GAMBACHIDZE, Gynécologue à Bordeaux Adresse du site : www.docvadis.fr/drgambachidze Validé par le Comité Scientifique Gynécologie Tout au

Plus en détail

Notions De Base En Nutrition. Dr Decline

Notions De Base En Nutrition. Dr Decline Notions De Base En Nutrition Dr Decline 14/12/2016 Composition Du Repas Répartitions Lipides : 25 à 30 % Glucides : 50 à 55 % Protides : 25 a 30 % Répartition des principaux Nutriments Lipides Glucides

Plus en détail

Traité(e) par corticoïdes, je suis quelques conseils nutritionnels

Traité(e) par corticoïdes, je suis quelques conseils nutritionnels Traité(e) par corticoïdes, je suis quelques conseils nutritionnels Le site du Docteur Bertrand COURTIAL Adresse du site : www.docvadis.fr/bertrand-courtial Validé par le Comité Scientifique Rhumatologie

Plus en détail

SUIVI DU STATUT EN VITAMINE D

SUIVI DU STATUT EN VITAMINE D SUIVI DU STATUT EN VITAMINE D PHYSIOLOGIE DE LA VITAMINE D ET INTERÊTS CLINIQUES Leila LAMANUZZI, PhD Métabolisme de la Vitamine D http://www.jci.org Volume 116 Number 8 August 2006 2/60 Métabolisme de

Plus en détail

Alimentation Les groupes d aliments

Alimentation Les groupes d aliments Alimentation Les groupes d aliments Au nombre de sept, les groupes d aliments permettent une classification simplifiée des aliments. Ce classement se fait par leurs teneurs en nutriments (protéines, lipides,

Plus en détail

OSTÉOPOROSE / FRACTURES. Quels facteurs de risque? séminaire Ostéoporose 19 & 20 mai 2011 AMMPPU J.Birgé

OSTÉOPOROSE / FRACTURES. Quels facteurs de risque? séminaire Ostéoporose 19 & 20 mai 2011 AMMPPU J.Birgé 1 OSTÉOPOROSE / FRACTURES Quels facteurs de risque? Sources documentaires 2 Prescrire (synthèse 2007++) Les recos.(afssaps 06, président Roux.. Christian) Bibliomed et Médecine (déc. 06++) La recommandation

Plus en détail

Journée Étude «FEMMES»

Journée Étude «FEMMES» Journée Étude «FEMMES» A P R È S 5 0 A N S... 2 0 0 9 2 0 1 0 M. F l o r i M. Danière. Traitement Hormonal de la Ménopause: THM Une seule indication: Les troubles du climatère : les bouffées de chaleur

Plus en détail

mon enfant en surpoids?

mon enfant en surpoids? Comment doit s'alimenter mon enfant en surpoids? De mauvaises habitudes alimentaires (trop de calories, grignotages toute la journée) ainsi qu une trop grande sédentarité contribuent au surpoids et à l

Plus en détail

L élaboration des menus

L élaboration des menus L élaboration des menus Afin d atteindre les objectifs de qualité recommandée en restauration collective, des outils pratiques de contrôle des fréquences de présentation des aliments ont été élaborés.

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Lydie CUCHE Diversification alimentaire (1)

CAS CLINIQUE. Dr Lydie CUCHE Diversification alimentaire (1) CAS CLINIQUE 1 Diversification alimentaire (1) HISTOIRE DE LA MALADIE Clara 6 mois est amenée par sa mère pour des conseils sur son alimentation. Elle lui donne depuis quelques jours une préparation de

Plus en détail

Hypercalcémie. ± Hyperparathyroïdie Comment gérer?

Hypercalcémie. ± Hyperparathyroïdie Comment gérer? Formation continue des médecins de famille de Genève Hypercalcémie. ± Hyperparathyroïdie Comment gérer? Jeudi 29 novembre 2012 Dr Brigitte Uebelhart Maladies osseuses HUG La calcémie: totale et corrigée

Plus en détail

NUTRITION ALIMENTATION TITRE : LES EQUIVALENCES ALIMENTAIRES

NUTRITION ALIMENTATION TITRE : LES EQUIVALENCES ALIMENTAIRES Nom : Prénom : Date : NUTRITION ALIMENTATION TITRE : LES EQUIVALENCES ALIMENTAIRES Objectif de la séance: Etre capable d énoncer et de justifier les équivalences énergétiques, protidiques, calciques Objectifs

Plus en détail

Proposées par. Crème biscuitée et délice de dattes. Crème persane

Proposées par. Crème biscuitée et délice de dattes. Crème persane Proposées par Crème biscuitée et délice de dattes Crème persane Mousse à la cannelle sur lit de pommes Mousse au chocolat à la noix de coco Mousse au citron Riz au lait au chocolat Riz au lait aux abricots

Plus en détail

ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS

ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS LES ENFANTS QUI FONT DU SPORT ET SONT EN PÉRIODE DE CROISSANCE ONT-ILS DES BESOINS NUTRITIONNELS PARTICULIERS? Croissance + Sport = Besoins énergétiques Besoins en

Plus en détail

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique.

Apport quotidien moyen recommandé 2200 à 2800 kcal. Ces besoins sont variables selon l'âge, le sexe, le poids et l'activité physique. POUR UNE ALIMENTATION EQUILIBREE, BESOINS ET RYTHMES ALIMENTAIRES I- BESOINS NUTRITIONNELS L'alimentation de l'adolescent doit : - Respecter la répartition et l équilibre entre les principaux nutriments

Plus en détail

Ostéoporose. Forte. Pour vous soutenir dans la prise quotidienne de calcium/vitamine D3. Votre guide «questions-réponses»

Ostéoporose. Forte. Pour vous soutenir dans la prise quotidienne de calcium/vitamine D3. Votre guide «questions-réponses» Ostéoporose Votre guide «questions-réponses» Forte citron 1000 mg/800 U.I. Pour vous soutenir dans la prise quotidienne de calcium/vitamine D3 Pourquoi du calcium/vitamine D3? L'ostéoporose surgit quand

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013 Maladies cardiovasculaires? Maladies cardiovasculaires et équilibre alimentaire Plan : Facteurs de risque Objectifs nutritionnels du PNNS en lien avec les MCV Contenu de la prévention nutritionnelle Hypertension

Plus en détail

Suivi de grossesse: Besoins nutritionnels et supplémentation

Suivi de grossesse: Besoins nutritionnels et supplémentation Suivi de grossesse: Besoins nutritionnels et supplémentation Connaissances actuelles et recommandations 1 I/ APPORTS ÉNERGÉTIQUES Ø Adaptation de l organisme maternel : Les besoins réels au cours de la

Plus en détail

Le lait de vache : bon diable ou mauvais apôtre? Patrice Fardellone CHU AMIENS INSERM 1088

Le lait de vache : bon diable ou mauvais apôtre? Patrice Fardellone CHU AMIENS INSERM 1088 Le lait de vache : bon diable ou mauvais apôtre? Patrice Fardellone CHU AMIENS INSERM 1088 Déclaration de conflits d intérêt Board scientifique pour CANDIA Travaux de recherche nutritionnelle pour DANONE

Plus en détail

NOTES : HYPERCALCIURIE I - DIAGNOSTIQUER L HYPERCALCIURIE (D après Mme le Dr. Tostivint. FMC \ AFU \ CFC \ 1-2/12/2011)

NOTES : HYPERCALCIURIE I - DIAGNOSTIQUER L HYPERCALCIURIE (D après Mme le Dr. Tostivint. FMC \ AFU \ CFC \ 1-2/12/2011) NOTES : HYPERCALCIURIE I - DIAGNOSTIQUER L HYPERCALCIURIE (D après Mme le Dr. Tostivint. FMC \ AFU \ CFC \ 1-2/12/2011) Origine du texte : La calciurie pour les NUL(s) - Néphrologues et les - Urologues

Plus en détail

Olympiades 2010. Manipulation n 2 : Etude d un lait LE LAIT

Olympiades 2010. Manipulation n 2 : Etude d un lait LE LAIT Olympiades 2010 Manipulation n 2 : Etude d un lait LE LAIT Le lait est un liquide blanc mat, légèrement visqueux, dont la composition et les caractéristiques physico-chimiques varient sensiblement selon

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS HERBALIFE 43 SOMMAIRE Le contrôle de poids Les chiffres clés Les principes du contrôle de poids Les objectifs Les habitudes alimentaires à adopter Le contrôle de poids

Plus en détail

D abord et avant tout, équilibrer son alimentation

D abord et avant tout, équilibrer son alimentation D abord et avant tout, équilibrer son alimentation Yolande Buyse N.D. Pendant longtemps, la nourriture était naturelle et crue. Ensuite, elle a été de plus en plus transformée puis altérée par les techniques

Plus en détail

GUIDE D INFORMATION PRESCRIPTEUR D ACIDE ZOLÉDRONIQUE DANS LE TRAITEMENT DE L OSTÉOPOROSE

GUIDE D INFORMATION PRESCRIPTEUR D ACIDE ZOLÉDRONIQUE DANS LE TRAITEMENT DE L OSTÉOPOROSE GUIDE D INFORMATION PRESCRIPTEUR D ACIDE ZOLÉDRONIQUE DANS LE TRAITEMENT DE L OSTÉOPOROSE Ce document s inscrit dans le cadre du Plan de Gestion des Risques des spécialités acide zolédronique 5 mg. Pour

Plus en détail

FEMMES MENOPAUSE PERTE OSSEUSE TRAITEMENTS

FEMMES MENOPAUSE PERTE OSSEUSE TRAITEMENTS FEMMES MENOPAUSE PERTE OSSEUSE TRAITEMENTS LA MENOPAUSE C est la disparition définitive de la fonction ovarienne cyclique En découlent : * chute des taux hormonaux * disparition des règles * disparition

Plus en détail

Suivi d une grossesse à bas risque en soins primaires. Mai 2011

Suivi d une grossesse à bas risque en soins primaires. Mai 2011 Suivi d une grossesse à bas risque en soins primaires Mai 2011 Suivi d une grossesse normale Clinique, biologie, échographie G.Duvic M.Flori Petits maux et Grossesses pathologiques Jeudi 26 mai 2011 D.Combourieu

Plus en détail

HYPERCHOLESTÉROLÉMIE FAMILIALE

HYPERCHOLESTÉROLÉMIE FAMILIALE ACCOMPAGNER HYPERCHOLESTÉROLÉMIE FAMILIALE RECOMMANDATIONS ALIMENTAIRES POUR LES ENFANTS Livret élaboré par À L ATTENTION DES PROFESSIONNELS 47-83, boulevard de l Hôpital 75013 Paris - France contact@ican-institute.org

Plus en détail

Peut- on prévenir l ostéoporose? SKHETTABI Service de médecine interne. CHU Sétif université Ferhat Abbas- Sétif

Peut- on prévenir l ostéoporose? SKHETTABI Service de médecine interne. CHU Sétif université Ferhat Abbas- Sétif Peut- on prévenir l ostéoporose? SKHETTABI Service de médecine interne. CHU Sétif université Ferhat Abbas- Sétif Introduction Ostéoporose: faible masse osseuse et détérioration du tissu osseux Fragilité

Plus en détail

Les apports du lait et du fromage

Les apports du lait et du fromage Les apports du lait et du fromage Retrouvez sur cette étude établie par l univeeristé Paris 5 toutes les informations sur les apports du lait et du fromage. «1 Le lait 2 Les fromages Points essentiels

Plus en détail

Calculs. Sources des recettes. Calcul des valeurs nutritionnelles (VN) des recettes et des valeurs manquantes

Calculs. Sources des recettes. Calcul des valeurs nutritionnelles (VN) des recettes et des valeurs manquantes Calculs Calcul des valeurs nutritionnelles (VN) des et des valeurs manquantes, PhD FAO Calculs des VNs des, ex. gâteaux, sauces, ou soupes. Calculs des VNs des aliments cuits (= calculs des VNs des ayant

Plus en détail

Séquence 1. Les besoins alimentaires de l organisme

Séquence 1. Les besoins alimentaires de l organisme Séquence 1 Les besoins alimentaires de l organisme Compétences Compétences u Identifier les besoins de la personne. Indicateurs d évaluation Indicateurs d évaluation u Vous devez être capable : - d indiquer

Plus en détail

au soja s Document à destination des Professionnels Tout apprendre sur la composition nutritionnelle des aliments

au soja s Document à destination des Professionnels Tout apprendre sur la composition nutritionnelle des aliments Tout apprendre sur la composition nutritionnelle des aliments au soja s Document à destination des Professionnels de la Santé, de la Nutrition et de la Restauration. Sommaire 2 Présentation du soja et

Plus en détail

Diabète et grossesse

Diabète et grossesse Diabète et grossesse I. Définition du diabète gestationnel Le diabète gestationnel (DG) est un trouble de la tolérance glucidique de gravité variable, survenant ou diagnostiqué pour la première fois pendant

Plus en détail

Sources alimentaires de cholestérol

Sources alimentaires de cholestérol Sources alimentaires de cholestérol Renseignements au sujet du cholestérol Le cholestérol alimentaire est une substance semblable aux gras. Le cholestérol se trouve dans les aliments d'origine animale.

Plus en détail

Métabolisme phospho-calcique. Principaux aspects pathologiques

Métabolisme phospho-calcique. Principaux aspects pathologiques Métabolisme phospho-calcique Principaux aspects pathologiques Répartition du calcium dans le compartiment extracellulaire Ca sérique : 2,25 à 2,62 mmol/l Calcium ultrafiltrable (libre): 55% Calcium ionisé

Plus en détail

Alimentation de l enfant de 0 à 3 ans

Alimentation de l enfant de 0 à 3 ans Alimentation de l enfant de 0 à 3 ans 9 février 2016 Bénéfices : - évolue en fonction de ses besoins - réduit le risque d infection (gastro-intestinales+++) - diminuerait le risque d allergie - diminuerait

Plus en détail

Carences en vitamines, minéraux et oligo-éléments. Docteur Hubert Ythier Pavillon pédiatrique Centre hospitalier Roubaix

Carences en vitamines, minéraux et oligo-éléments. Docteur Hubert Ythier Pavillon pédiatrique Centre hospitalier Roubaix Carences en vitamines, minéraux et oligo-éléments Docteur Hubert Ythier Pavillon pédiatrique Centre hospitalier Roubaix Malnutrition dans le monde 2009 La pathologie de l excès calorique augmente rapidement

Plus en détail

PRINCIPES DE NUTRITION

PRINCIPES DE NUTRITION Module MI 1: «Métabolisme et nutrition» PRINCIPES DE NUTRITION «Mal alimentation» But alimentation Apports : Sous-nutrition +++ Insuffisance Mauvaise proportion Carences Sur-nutrition Obésité, Cancers

Plus en détail

DOMINIQUE. Le malade. La maladie :

DOMINIQUE. Le malade. La maladie : DOMINIQUE Où, il n est jamais trop tard pour identifier et contrôler le processus lithogène! Où, quand la persévérance et la collaboration ainsi que la répétition dans le temps des examens permet de faire

Plus en détail

Au moins 5 par jour. A chaque repas selon l appétit. 3 par jour. 1 à 2 fois par jour

Au moins 5 par jour. A chaque repas selon l appétit. 3 par jour. 1 à 2 fois par jour UNE ALIMENTATION EQUILIBREE ET DIVERSIFIEE POUR LES INSUFFISANTS RENAUX CHRONIQUES DEFINITI ION Une alimentation équilibrée consiste à privilégier les aliments permettant de couvrir les besoins nutritionnels

Plus en détail

Diététique du diabète

Diététique du diabète Diététique du diabète Actualités F. ZITO Cadre de Santé Unité diététique Pôle Prestataire CHR Metz-Thionville Date «La diététique c est quand on ne mange pas à sa faim des trucs que de toute façon on n

Plus en détail

Louis MONNIER : Nous avons vu le problème des régimes hypocaloriques qui sont destinés essentiellement au traitement de l obésité ; l obésité peut

Louis MONNIER : Nous avons vu le problème des régimes hypocaloriques qui sont destinés essentiellement au traitement de l obésité ; l obésité peut Nous avons vu le problème des régimes hypocaloriques qui sont destinés essentiellement au traitement de l obésité ; l obésité peut être associée à d autres pathologies pour lesquelles il faut prescrire

Plus en détail

Ostéoporose : quels sont mes risques?

Ostéoporose : quels sont mes risques? Ostéoporose : quels sont mes risques? Surtout les femmes! De quoi s agit-il? L ostéoporose est une maladie de l os qui associe une diminution de la densité de l os et des perturbations de son architecture

Plus en détail

Apport alimentaire non énergétique

Apport alimentaire non énergétique Apport alimentaire non énergétique Réalisé par: Dr BENREKIA. Y 2015/2016 I/ Besoin hydrominéral 1- Besoin en eau: Le besoin en eau est plus impérieux que le besoin de nourriture. Chez l adulte, l eau représente

Plus en détail

Le métabolisme Phospho-calcique

Le métabolisme Phospho-calcique Le métabolisme Phospho-calcique Introduction : Dr Khelil Maitre Assistante en Endocrinologie Diabétologie Service de Médecine nucléaire CHU Tlemcen Calcium et phosphore =principaux constituants os (65%

Plus en détail

POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES

POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES POURQUOI ET COMMENT JE PRESCRIS DE LA VITAMINE D AUX PERSONNES AGEES Dr JM BRISSEAU Service de Médecine Aigue Gériatrique Pôle de Gérontologie Clinique Médecin Consultant en Médecine Interne CHU de NANTES

Plus en détail

Qu est-ce que l équilibre alimentaire?

Qu est-ce que l équilibre alimentaire? Je m'informe sur l'équilibre alimentaire Notre bonne santé est en grande partie liée à notre alimentation. Il est donc essentiel d avoir une alimentation équilibrée, même lorsqu on ne souffre d aucune

Plus en détail

L équilibre alimentaire

L équilibre alimentaire L équilibre alimentaire L équilibre alimentaire Les apports nutritionnels conseillés (ANC) Exemples d équivalences alimentaires La Pyramide alimentaire et les différents groupes d aliments Les recommandations

Plus en détail

«La Suggestion Equilibre du jour»

«La Suggestion Equilibre du jour» «La Suggestion Equilibre du jour» L équilibre alimentaire Les principes de base Ce document est conforme au Mise à jour Février 2008 www.sodexho.com www.sodexo.com SOMMAIRE 1 La composition des aliments

Plus en détail

Physiologie Endocrine Homéostasie du Calcium

Physiologie Endocrine Homéostasie du Calcium Distribution et fonctions du calcium Hypocalcémie ionisé transitoire par alcalose respiratoire aiguë (hyperventialtion de l attaque l de panique) Calcémie totale 2,25-2,60 mmol/l Ca lié (40%) albumine

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Généralités... 3 II Diagnostic

Plus en détail

Ostéoporose: hiérarchie et place des thérapeutiques

Ostéoporose: hiérarchie et place des thérapeutiques Ostéoporose: hiérarchie et place des thérapeutiques Pr Roland Chapurlat INSERM UMR 1033 et Université de Lyon Service de Rhumatologie et Pathologie Osseuse Hôpital E Herriot, Lyon Lyon, 29 septembre 2012

Plus en détail

ANNEXE 4 : Populations en métropole, fréquences de services des aliments

ANNEXE 4 : Populations en métropole, fréquences de services des aliments ANNEXE 4 : Populations en métropole, fréquences de services des aliments Annexe 4.1 : Populations en métropole, fréquences de services des aliments pour les nourrissons et jeunes enfants en établissement

Plus en détail