Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent"

Transcription

1 Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent 1 - Une diminution de l épargne pour la première fois depuis 6 ans Si on neutralise les effets de la suppression des contingents communaux d aide sociale (CCAS), les communes de moins de doivent faire face, en 2001, à une augmentation modérée (+2,7%) de leurs dépenses de gestion mais dans le même temps elles ne bénéficient pas de recettes de fonctionnement dynamiques (+1,9%), ce qui engendre une diminution de l'épargne en L'épargne brute, qui est égale à la différence entre les recettes réelles et les dépenses réelles de fonctionnement hors travaux en régie, diminuées du montant des intérêts de la dette, représente 4,99 milliards d euros pour l'ensemble des communes de moins de , soit une moyenne de 164 euros par habitant. Cette épargne est en diminution de 0,7 % en euros courants sur l'exercice Cette évolution met un frein à la reprise enregistrée lors des années précédentes et qui illustrait le développement d'une politique financière tournée vers l'autofinancement ; déjà en 2000, le taux de croissance se situait un cran en dessous des taux de croissance observés entre 1996 et 1999 (+8,2% en moyenne annuelle sur les quatre années). Évolution de l'épargne brute en euros courants (base 100 en 1988) En euros courants Cette décroissance de l épargne illustre le ralentissement des recettes courantes. Il est important de rappeler que le niveau atteint par l épargne brute à la faveur des efforts entrepris par les communes à la fin des années quatre-vingt dix était particulièrement élevé. En moyenne, l épargne brute reste encore à un niveau élevé et permet de financer les remboursements de dette hors gestion active de la dette. Pour l exercice 2001, on constate que ce sont les plus petites communes (moins de 500 ) qui affichent la plus forte diminution de leur épargne brute (-2,9%) ; alors que pour les autres strates de population, l épargne brute varie entre 0,6% et +0,2%. Le taux d'épargne, qui rapporte le montant de l'épargne brute à celui des recettes de fonctionnement, s'établit en 2001 à 21,7% soit une diminution de 0,6 point par rapport à Pour l'ensemble des communes de moins de , on constate que plus d un cinquième des recettes réelles de fonctionnement est consacré à la constitution de l autofinancement. «Les finances des communes de moins de » mise en ligne en janvier 2004

2 Le taux d'épargne décroît fortement avec la taille des communes ; l'observation du tableau suivant montre l'importance des écarts entre les strates de population. En revanche, la progression sur quatre ans est d autant plus forte que la population est élevée. Taux d'épargne (calculé à partir de la nomenclature M14) Moins de 500 De 500 à De à De à De à Ensemble Taux en ,5 % 22,6 % 20,9 % 18,5 % 16,0 % 20,4 % Taux en ,1 % 23,8 % 22,0 % 19,8 % 17,2 % 21,4 % Taux en ,3 % 24,1 % 22,4 % 20,4 % 17,6 % 21,8 % Taux en ,7 % 24,3 % 22,8 % 20,8 % 18,4 % 22,3 % Taux en ,8 % 23,8 % 22,4 % 20,5 % 17,9 % 21,7 % Ecart ,3 % +1,2% +1,5% +2% +1,9 % +1,3 % Pour information, le taux d'épargne des communes de plus de est passé de 12,3 % en 1997 à 13,2 % en Il a perdu près d un point par rapport à Taux d'épargne en pourcentage 23,0% 22,0% "M14" 21,0% 20,0% 19,0% 18,0% "M11/M12" 17,0% 16,0% (1) (2) (1) À partir de 1994, le taux est calculé sur l'ensemble des communes de moins de , quelle que soit leur nomenclature (M11, M12, M14). Avant 1994, les taux sont ceux des communes en M11. La baisse du taux lisible en 1994 n'est due qu'à cette modification de champ d'étude. (2) À partir de 1997 : retranscription M11/M12. La tendance à la baisse du taux d'épargne enregistrée à partir 1992 s est inversée depuis 1996, les communes approchaient en 2000 le pic observé en Le graphique présente clairement à la fois la réduction du taux d épargne mais aussi son niveau toujours élevé. Le taux d'épargne recalculé en M11/M12 de façon à permettre une analyse rétrospective (20,8% en 2001) est inférieur à celui obtenu en prenant la définition M14. En effet, contrairement à la nomenclature M11 et M12, la nomenclature M14 intègre en section de fonctionnement les subventions d'investissement (en dépenses) et les cessions d'immobilisation (en recettes). Le montant des recettes abondées est en moyenne plus important que celui des dépenses, il en résulte une hausse mécanique du taux d'épargne. «Les finances des communes de moins de » mise en ligne en janvier 2004

3 2 Ralentissement des dépenses d'équipement et diminution de l emprunt Au milieu des années quatre-vingt-dix, les investissements directs communaux ont connu une période de forte baisse interrompue en 1997 et suivie depuis par de sensibles progressions jusqu à +11,8% en 2000 ; mais l exercice 2001 voit les dépenses d équipement brut ralentir sensiblement pour atteindre une croissance de +1,5%. Le volume des dépenses d équipement des communes de moins de atteint, en 2001, 8,5 milliards d euros. À titre de comparaison, celui des communes de plus de s élève à 6,7 milliards d euros, celui des départements à 5,8 milliards et celui des régions à 2,0 milliards. Ce fort ralentissement de l'investissement direct communal est vraisemblablement liée à deux phénomènes pour l exercice En premier lieu, cette baisse de la croissance est à mettre en relation avec la progression très sensible observée dans les groupements à fiscalité propre sur leur effort d équipement, +12,5% par rapport à 2000, ce phénomène étant révélateur du rôle croissant pris par l intercommunalité dans l investissement local. En effet, les structures intercommunales relaient les communes sur un certain nombre de programmes d investissement, leurs dépenses atteignent en ,4 milliards d euros ; - En deuxième lieu, il faut rappeler l actualité électorale pour les communes en 2001 et l influence du cycle électoral sur les dépenses d investissements directs des communes, à savoir une forte augmentation en année n-1, baisse en année n et n Les dépenses d'équipement des communes * depuis 1968 en francs constants année électorale (base 100 en 1968) 1968 = base * Totalité des communes : moins de et plus de La moindre croissance des investissements directs communaux concerne l ensemble des strates de population mais on distinguera les communes de moins de 500 pour lesquelles le ralentissement est moins important que pour les autres strates. Exercice 2001 Moins de 500 De 500 à De à De à De à Ensemble Dépenses d'investissement direct par habitant Évolution 2001/ ,0% +2,8% +1,3% -3,4% +0,3% + 1,5% Pour information, le niveau moyen de ces dépenses dans les communes de plus de est de 247 euros par habitant. «Les finances des communes de moins de » mise en ligne en janvier 2004

4 Le taux d'équipement permet d'apprécier l'effort d'équipement relatif. Il est égal au rapport entre les dépenses d'équipement brut et les recettes réelles de fonctionnement. En nomenclature M14, ce taux est de 37,2 % en 2001, il n a pas connu d évolution entre 2000 et Avec retraitements en M11/M12 pour comparaison dans le temps, il est légèrement supérieur en raison de l'absence des cessions dans les recettes de fonctionnement et s'établit en moyenne à 38,0%. Depuis 1997, ce taux est reparti à la hausse et a regagné près de huit points en cinq ans, il reste cependant encore nettement inférieur aux taux constatés à la fin des années quatre-vingt. Évolution du taux d'équipement depuis ,0% 50,0% 45,0% 40,0% 35,0% 30,0% 25,0% (1) 1999 (1) 1998 (1) 2000 (1) 2001 (1) (1) : transcription en M11/M12 du taux de 1997 à Le taux d'équipement décroît de façon importante avec la taille des communes : de 49,1% pour les communes de moins de 500 à 28,5 % pour celles de à (et 20,3 % pour l'ensemble des communes de plus de ). Taux d équipement (calculé à partir de la nomenclature M14) Moins de 500 De 500 à De à De à De à Ensemble Taux en ,3% 35,3% 30,6% 26,0% 22,5% 31,0% Taux en ,7% 37,1% 32,8% 28,6% 24,2% 32,6% Taux en ,6% 38,1% 33,9% 29,4% 26,2% 33,8% Taux en ,5% 42,2% 37,0% 33,3% 29,1% 37,2% Taux en ,1% 42,7% 36,9% 31,9% 28,5% 37,2% Ecart ,8 % +7,4% +6,3% +5,9% +6,0 % +6,2 % Face à ces dépenses d'équipement brut qui représentent près des trois quarts des dépenses réelles d'investissement, les communes bénéficient de trois ressources d investissement principales : l'épargne nette (épargne brute - remboursement de la dette), les autres recettes propres d'investissement et l'emprunt. «Les finances des communes de moins de » mise en ligne en janvier 2004

5 Dépenses et recettes d'investissement en 2001 Autres 2,8% Autres 5,6% Emprunts 14,0% Dépenses d'équipement 74,5% Dotations et subventions 38,4% Remboursement de la dette 22,6% DEPENSES Epargne 41,8% RECETTES Hors recettes issues de la section de fonctionnement, les recettes propres d'investissement sont composées essentiellement de dotations et subventions dont le volume est de 3,4 milliards d euros en Ces recettes regroupent deux postes comptables aux évolutions comparables en 2001 : - Tout d'abord les dotations et fonds divers (recettes du compte 10) pour 1,26 milliard d euros qui comprennent notamment le FCTVA (1 milliard d euros) dont l'évolution dépend des investissements réalisés deux ans auparavant. Ces recettes progressent en 2001, on ne distingue pas de fortes différences de croissance entre les strates de population, les croissances fluctuent de +9% à +15%. Pour l ensemble des communes de moins de , elles augmentent donc de manière sensible : +11,6 %. - D'autre part, ces dotations et subventions comprennent les subventions d'investissement (recettes du compte 13) : 2,13 milliards d euros dont la progression est supérieure à 10% quelle que soit la strate de population à l exception de la strate de à qui ne progresse que de +5,3%, la croissance moyenne étant de +10,7 %. Ces résultats se traduisent sur l'ensemble des dotations et subventions d'investissement par une forte progression en 2001 (+11,1%). Cette progression est aussi importante que celle de l année précédente. Parallèlement à la baisse de la croissance des investissements directs, les emprunts sont en forte diminution ( -7,8%) ; ils atteignent en 2001 un volume de 2,55 milliards d euros, soit 82 euros par habitant. Ils représentent 14,0 % des recettes réelles d'investissement augmentées de l'épargne contre 41,8 % pour cette dernière. Cependant, et malgré les retraitements pratiqués à l aide du compte 166, ce volume des emprunts comprend, sans qu'il soit possible de les isoler, un certain nombre de mouvements liés aux pratiques, toujours très développées, de réaménagement de la dette. Ces mouvements gonflent artificiellement les recettes comme les dépenses et ne laissent que très peu de possibilités d'interprétation des évolutions, notamment celle des remboursements qui, avec + 1,1 %, aboutit à un volume total de 2,62 milliards d euros. En revanche, si les évolutions sont difficiles à interpréter, la comparaison des volumes de recettes et dépenses laissait supposer en 1999 et en 2000 une stabilisation du cycle de désendettement. En fait, en 2001, les communes de moins de affichent en moyenne une nouvelle, mais légère, baisse de leur endettement. «Les finances des communes de moins de » mise en ligne en janvier 2004

6 Les évolutions sont différentes selon les strates de population, elles sont négatives pour les communes de moins de 500, de à et celles de à (respectivement 0,8%, -0,5%, -0,7%) et elles sont positives pour les communes de 500 à et pour les plus de L'encours de dette au 31 décembre 2001 s'élève à près de 19,44 milliards d euros. Ce volume correspond à une moyenne de 633 euros par habitant, montant qui varie fortement d'une strate à l'autre : de 375 euros pour les communes de moins de 500 à 873 euros pour celles de à Les exercices 1999 et 2000 s illustrent par une faible variation du stock de la dette des communes de moins de , ils font suite à quatre années de baisse; l exercice 2001 relance le mécanisme de désendettement. En euros constants, l encours de dette de fin d exercice en 2001 a atteint un niveau d endettement plus faible que celui de Encours de la dette Base 100 en En euros courants La dette totale au 31 décembre 2001 des communes de moins de représente, 0,84 année de recettes de fonctionnement. Ce ratio stagne en 2001 principalement en raison de la baisse mécanique des recettes liée au prélèvement effectué sur la DGF au titre de la suppression des CCAS. À «législation CCAS constante», le rapport passe à 0,81, soit 5,8% de moins qu en 1999 et 2,4% de moins qu en La charge de l'endettement est mesurée par l'annuité de la dette, égale à la somme des intérêts et des remboursements. Elle atteint, en 2001, 3,74 milliards d euros, soit 121 euros par habitant, en légère augmentation de 1,1 % en euros courants ; ce rythme est difficilement interprétable car faussé par l'existence de mouvements de réaménagement de dette non détectés et notamment de remboursements anticipés qui gonflent artificiellement ou exceptionnellement les remboursements de dette. La progression de la charge de la dette pour les communes de moins de provient de la légère progression du montant des intérêts payés (+0,4%) et des remboursements de dette hors gestion active de la dette. L'annuité de dette varie selon la taille des communes : de 79 euros par habitant pour la plus petite strate à 160 euros pour la plus grande, soit un rapport de un à deux. «Les finances des communes de moins de » mise en ligne en janvier 2004

7 La couverture de la charge de la dette par des recettes courantes peut être analysée à travers l'un ou l'autre des deux ratios suivants : - "annuité de la dette / épargne de gestion" - "(dépenses réelles de fonctionnement + remboursement de dette) / recettes réelles de fonctionnement" (celui-ci, intitulé aussi "marge d'autofinancement courant"(mac) fait partie de la liste des 11 ratios que les communes de plus de doivent obligatoirement produire en annexe à leurs documents budgétaires, en application de l'article L du CGCT) Là encore, la qualité de l interprétation des résultats dépend de la possibilité (non offerte lors de la réalisation de ce document) de retirer l ensemble des mouvements liés aux réaménagements de la dette. La MAC s'établit à 89,3 % en moyenne pour l'ensemble des communes de moins de en Cela signifie que 10,7% environ des recettes de fonctionnement restent disponibles, après couverture des dépenses de gestion et règlement de l'annuité de la dette, pour le financement des autres dépenses d'investissement, et en particulier pour l'équipement. La variation du fonds de roulement pour les communes de moins de , calculée par différence entre les recettes et les dépenses totales, est une nouvelle fois positive sur l exercice 2001 (+44 millions d euros). Le fonds de roulement des communes de moins de atteint en fin d'exercice 5,44 milliards d euros. Si l'on rapporte le volume de ce fonds de roulement pris au 1 er janvier 2001 aux dépenses totales de l'exercice, on observe qu'il représentait en moyenne 66 jours de dépenses soit 5 fois plus que ce qu'affichent les communes de plus de Cette différence s'explique aisément par le fait que les plus petites communes ne peuvent pratiquer le même type de gestion de trésorerie que les grosses collectivités. «Les finances des communes de moins de » mise en ligne en janvier 2004

Appréciation générale du comptable sur la situation financière de la collectivité.

Appréciation générale du comptable sur la situation financière de la collectivité. SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE D''ARPAJON SUR CERE Appréciation générale du comptable sur la situation financière de la collectivité. Évolution de l'autofinancement et origines des principales variations

Plus en détail

LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES

LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES CHAPITRE 4 Présentation - Définitions 40 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 42 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

COMMUNE DE TREFFENDEL

COMMUNE DE TREFFENDEL COMMUNE DE TREFFENDEL NOTA : La moyenne de référence retenue est la moyenne départementale des communes de la même strate démographique (500 à 1999 habitants). Pour le commentaire, l échantillon est composé

Plus en détail

LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES

LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES Les collectivités locales en chiffres LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES CHAPITRE 4 Présentation - Définitions 40 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité

Plus en détail

1. Analyse des flux financiers

1. Analyse des flux financiers 1. Analyse des flux financiers 1.1. Le cycle de fonctionnement est marqué par une progression rapide des charges Malgré une nouvelle diminution des charges financières en 2003, la progression plus rapide

Plus en détail

DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE HAUTE NORMANDIE ET DU DEPARTEMENT DE LA SEINE-MARITIME

DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE HAUTE NORMANDIE ET DU DEPARTEMENT DE LA SEINE-MARITIME DIRECTION REGIONALE DES FINANCES PUBLIQUES DE HAUTE NORMANDIE ET DU DEPARTEMENT DE LA SEINE-MARITIME EDITORIAL DU DIRECTEUR La tenue des comptes et le conseil financier, budgétaire et fiscal des collectivités

Plus en détail

LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES

LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES CHAPITRE 4 Présentation - Définitions 40 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 42 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Le projet de Budget Primitif (BP) 2017 de la commune de Chelles se présente comme suit :

Le projet de Budget Primitif (BP) 2017 de la commune de Chelles se présente comme suit : Le projet de Budget Primitif (BP) 2017 de la commune de Chelles se présente comme suit : Il s inscrit naturellement dans les trajectoires et les contextes économiques, social et budgétaire exposées lors

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 Au 1 er janvier 2006, la France métropolitaine compte 35 677 communes de moins de 10 000 regroupant 30,8 millions d, soit 51 % de la population

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de habitants

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de habitants Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de moins de 10 000 habitants Au 1 er janvier 2007, la France métropolitaine compte 35 672 communes de moins de 10 000 habitants regroupant 31,0 millions

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATION BUDGETAIRE EXERCICE 2017

RAPPORT D ORIENTATION BUDGETAIRE EXERCICE 2017 RAPPORT D ORIENTATION BUDGETAIRE EXERCICE 2017 LE DÉBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE, PREMIÈRE ÉTAPE DU CYCLE BUDGETAIRE Les dispositions de l article L2312.1 du CGCT rendent obligatoire dans les communes

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF Présenté par Pascal LHERBIER Adjoint au Maire, en charge des Finances et de la Prospective Financière

BUDGET PRIMITIF Présenté par Pascal LHERBIER Adjoint au Maire, en charge des Finances et de la Prospective Financière BUDGET PRIMITIF 2015 Présenté par Pascal LHERBIER Adjoint au Maire, en charge des Finances et de la Prospective Financière Conseil Municipal du 29 janvier 2015 1 Le Budget 2015 est d abord : Un budget

Plus en détail

Les entreprises moyennes cotées en bourse : de bonnes performances en 2011 mais moins favorables en 2012

Les entreprises moyennes cotées en bourse : de bonnes performances en 2011 mais moins favorables en 2012 Les entreprises moyennes cotées en bourse : de bonnes performances en 211 mais moins favorables en 212 Jean Luc CAYSSIALS Direction des Entreprises Observatoire des entreprises L analyse porte sur la situation

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2016 DE LA VILLE DE REIMS

BUDGET PRIMITIF 2016 DE LA VILLE DE REIMS BUDGET PRIMITIF 2016 DE LA VILLE DE REIMS PRÉSENTATION BRÈVE ET SYNTHÉTIQUE EN APPLICATION DE L ARTICLE L2313-1 DU CGCT L ADOPTION DU BUDGET PRIMITIF 2016 Un Débat d Orientations Budgétaires préalable

Plus en détail

Les finances des collectivités locales en termes de comptabilité publique

Les finances des collectivités locales en termes de comptabilité publique 3 Les finances des collectivités locales en termes de comptabilité publique Page Remarques méthodologiques 42 3.1 - Les comptes de l'état et des collectivités locales en 2005 43 3.2 - L'évolution des finances

Plus en détail

Compte administratif 2015 VILLE DE FEIGNIES

Compte administratif 2015 VILLE DE FEIGNIES VILLE DE FEIGNIES Présentation du Compte Administratif 2015 1 Sommaire Sommaire 2 1 : La section de Fonctionnement : 3 1-1 : Les dépenses de fonctionnement par chapitre : 3 1-2 : Les recettes de fonctionnement

Plus en détail

. Ce budget retrace les activités de construction, d entretien et de location de bâtiments à vocation économique.

. Ce budget retrace les activités de construction, d entretien et de location de bâtiments à vocation économique. Conseil communautaire du 30 juin 2016 PRÉSENTATION DU COMPTE ADMINISTRATIF COMPTABILITÉ ANNEXE DES OPÉRATIONS DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Conformément aux obligations du Plan Comptable M14, la comptabilité

Plus en détail

PROSPECTIVE FINANCIÈRE 10 janvier 2014 immo avec emprunt

PROSPECTIVE FINANCIÈRE 10 janvier 2014 immo avec emprunt PROSPECTIVE FINANCIÈRE 1 janvier 214 immo avec emprunt SDIS DU TARN Population : 387 99 habitants Région : Midi Pyrénées Département : Tarn Sommaire Vue d'ensemble Vue d'ensemble en /habitant Projet Pluri-annuel

Plus en détail

Définitions Les masses budgétaires présentées dans les pages départementales

Définitions Les masses budgétaires présentées dans les pages départementales Définitions Les masses budgétaires présentées dans les pages départementales Éléments du compte administratif M51 M52 Dépenses réelles de fonctionnement : montant total des dépenses de fonctionnement figurant

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE BOUVILLE

SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE BOUVILLE SITUATION FINANCIERE DE LA COMMUNE DE BOUVILLE L étude porte sur la période 2003 2007 en privilégiant le dernier exercice ; elle tient compte du Budget Principal en faisant abstraction des chiffres du

Plus en détail

1. LE CONTEXTE NATIONAL

1. LE CONTEXTE NATIONAL Préambule Note préparatoire au DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2016 La tenue d un débat d orientations budgétaires dans les deux mois précédant le vote du budget est obligatoire pour les communes de plus

Plus en détail

vousinforme SOMMAIRE FINANCES RAPPORT FINANCIER ANALYSE FINANCIÈRE CONSOLIDÈE Numéro SPÉCIAL Mairie de Communay Bien vivre Développer S épanouir

vousinforme SOMMAIRE FINANCES RAPPORT FINANCIER ANALYSE FINANCIÈRE CONSOLIDÈE Numéro SPÉCIAL Mairie de Communay Bien vivre Développer S épanouir Bien vivre Développer S épanouir vousinforme RAPPORT FINANCIER ANALYSE FINANCIÈRE CONSOLIDÈE Accompagner Numéro SPÉCIAL FINANCES Septembre 2014 En ce début de mandat, nous avons souhaité confier une mission

Plus en détail

Bilan Région Poitou-Charentes

Bilan Région Poitou-Charentes Bilan Région Poitou-Charentes Population au 01/01/2014 1 796 434 Economie PIB 2013 46 622 25 995 Évolution depuis 2000 +0,3% Emploi 2013 Niveau d emploi 690 249 - Évolution depuis 2000 +5,0% Taux de chômage

Plus en détail

Colas : Résultats annuels 2015

Colas : Résultats annuels 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Boulogne, le 24 février 2016 Colas : Résultats annuels 2015 Chiffre d affaires : 12,0 Mds (-3,5 %) Résultat opérationnel courant : 344 M (+3,6%) Résultat net part du Groupe : 234 M

Plus en détail

RAPPORT DE PRESENTATION BUDGET PRIMITIF 2016

RAPPORT DE PRESENTATION BUDGET PRIMITIF 2016 RAPPORT DE PRESENTATION BUDGET PRIMITIF 2016 Conseil Municipal du 8 février 2016 1 I- Présentation générale Le budget primitif 2016 s inscrit dans un contexte de réduction drastique des dépenses publiques

Plus en détail

LES BUDGETS PRIMITIFS 2016 DE LA VILLE DE LIBOURNE NOTE DE SYNTHESE

LES BUDGETS PRIMITIFS 2016 DE LA VILLE DE LIBOURNE NOTE DE SYNTHESE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Liberté Egalité - Fraternité Direction générale des services Directeur financier Philippe Gaudin 05.57.55.33.38 Courriel : pgaudin@mairie-libourne.fr le 22 mars 2016 LES BUDGETS PRIMITIFS

Plus en détail

Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Audit financier de la Région

Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Audit financier de la Région Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Audit financier de la Région 7 Cadre d intervention Contexte et objectifs de la mission L objectif général de la mission tel qu il ressort de l AE valant CCP

Plus en détail

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de plus de habitants (hors Paris)

Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de plus de habitants (hors Paris) Analyse d'ensemble des communes métropolitaines de plus de 10 000 habitants (hors Paris) Les résultats présentés concernent les 885 communes françaises métropolitaines ayant une population totale supérieure

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE DE MONTEUX

SITUATION FINANCIERE DE MONTEUX SITUATION FINANCIERE DE MONTEUX L analyse financière de la commune de Monteux porte sur cinq ans, à savoir la période qui s étend de 28 à 212. Elle est réalisée au cours du mois de novembre 213 et certains

Plus en détail

Enjeux et état des lieux des politiques d abattement de la Taxe d Habitation sur le territoire

Enjeux et état des lieux des politiques d abattement de la Taxe d Habitation sur le territoire Enjeux et état des lieux des politiques d abattement de la Taxe d Habitation sur le territoire Politiques d abattement de taxe d habitation La création de la Commune Nouvelle se traduit par une harmonisation

Plus en détail

LES FINANCES DES COMMUNES DE MOINS DE HABITANTS EN 2009

LES FINANCES DES COMMUNES DE MOINS DE HABITANTS EN 2009 MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE L'OUTRE-MER, DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION LES FINANCES DES COMMUNES DE MOINS DE 10.000 HABITANTS EN 2009 Collection Statistiques et finances locales

Plus en détail

o Des facteurs positifs avec la baisse du pétrole, la baisse de l euro, une politique monétaire accommodante conduite par la BCE.

o Des facteurs positifs avec la baisse du pétrole, la baisse de l euro, une politique monétaire accommodante conduite par la BCE. Art. 107 4è «Dans les communes de 3 500 habitants et plus, le maire présente au conseil municipal, dans un délai de deux mois précédant l'examen du budget, un rapport sur les orientations budgétaires,

Plus en détail

Analyses Économiques 2 - Juin 2003

Analyses Économiques 2 - Juin 2003 DP N Analyses Économiques 2 - Juin 2003 Le faible contenu en actions de l'épargne des ménages français pèse sur son rendement :une comparaison avec les Etats-Unis. 1 A définitions équivalentes, les ménages

Plus en détail

Du tableau de bord financier à la stratégie de financement

Du tableau de bord financier à la stratégie de financement Du tableau de bord financier à la stratégie de financement Intervenants Michael Fontaine Expert-comptable Nadine Fain Expert-comptable Christian Gulino Expert-comptable Contenu de l atelier Toute société

Plus en détail

Métiers du Bâtiment. Observatoire économique 2014. Inscrit au tableau de l Ordre des Experts-comptables. www.cerfrance-alliancecentre.

Métiers du Bâtiment. Observatoire économique 2014. Inscrit au tableau de l Ordre des Experts-comptables. www.cerfrance-alliancecentre. Métiers du Bâtiment Observatoire économique 2014 Inscrit au tableau de l Ordre des Experts-comptables www.cerfrance-alliancecentre.fr Les entreprises du bâtiment adhérentes de CERFRANCE Alliance Centre

Plus en détail

Analyse comparée des Comptes Adminstratifs (CA) de la commune de la Motte Servolex entre 2001 et 2007

Analyse comparée des Comptes Adminstratifs (CA) de la commune de la Motte Servolex entre 2001 et 2007 Sources : Analyse comparée des Comptes Adminstratifs (CA) de la commune de la Motte Servolex entre 2001 et 2007 Comptes Administratifs des communes publiés par le MINEFI (Ministère des Finances). Données

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2015

Débat d Orientation Budgétaire 2015 Débat d Orientation Budgétaire 2015 PREAMBULE : Qu est ce que le D.O.B? Etape essentielle de la procédure budgétaire Informer le conseil municipal de la situation économique et financière de la ville Éclairer

Plus en détail

Budget Primitif 2015

Budget Primitif 2015 Budget Primitif 2015 Introduction - Réglementation Le budget : La partie destinée au vote du conseil municipal se décompose en une section d'investissement et une section de fonctionnement. La section

Plus en détail

RAPPORT SUR LES COMPTES DE LA COMMUNE : SPECIMEN

RAPPORT SUR LES COMPTES DE LA COMMUNE : SPECIMEN RAPPORT SUR LES COMPTES DE LA COMMUNE : SPECIMEN Ce rapport présente les principaux postes des comptes de la commune : SPECIMEN, comparé aux communes de : COMPARAISON 1, COMPARAISON 2, COMPARAISON 3. Ces

Plus en détail

RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE L ENDETTEMENT

RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE L ENDETTEMENT RAPPORT SUR L ÉVOLUTION DE L ENDETTEMENT La Ville de Tarbes a mis en place depuis plusieurs années déjà une gestion active de sa dette. Celle-ci a guidé ses choix dans les négociations qu elle a menées

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET 2016

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET 2016 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET 2016 Conseil Municipal Séance du 16 décembre 2015 Préambule Depuis la loi du 6 février 1992, et en application de l article L.2312-1 du Code Général des Collectivités

Plus en détail

Analyse financière. Commune d Alixan

Analyse financière. Commune d Alixan Analyse financière Commune d Alixan 2014 1 Evolution des DRF et RRF Evolution plus rapide des dépenses (+30%) que des recettes (+20%) jusqu en 2013 En 2013, d importants efforts de gestion ont été réalisés

Plus en détail

PRÉSENTATION BRÈVE ET SYNTHÉTIQUE DU BUDGET PRIMITIF 2017

PRÉSENTATION BRÈVE ET SYNTHÉTIQUE DU BUDGET PRIMITIF 2017 PRÉSENTATION BRÈVE ET SYNTHÉTIQUE DU BUDGET PRIMITIF 2017 L'article L. 2313-1 du Code Général des Collectivités Territoriales prévoit qu'une présentation brève et synthétique retraçant les informations

Plus en détail

FAIBLESSE DES MARGES INDUSTRIELLES AVRIL 2014

FAIBLESSE DES MARGES INDUSTRIELLES AVRIL 2014 FAIBLESSE DES MARGES INDUSTRIELLES AVRIL 2014 SNF ET INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE 76 Charges salariales en % de la valeur ajoutée 8 Impôts indirects nets de subventions 74 72 Industrie manufacturière 6 4 Industrie

Plus en détail

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 23 novembre 2011-9 h 30 «Niveaux des pensions et taux de remplacement» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Evolution du niveau

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION BREVE ET SYNTHETIQUE DES BUDGETS REALISE 2016 ET PRIMITIF 2017 COMMUNE DE LARAJASSE

NOTE DE PRESENTATION BREVE ET SYNTHETIQUE DES BUDGETS REALISE 2016 ET PRIMITIF 2017 COMMUNE DE LARAJASSE NOTE DE PRESENTATION BREVE ET SYNTHETIQUE DES BUDGETS REALISE 2016 ET PRIMITIF 2017 COMMUNE DE LARAJASSE Sommaire : I. Le cadre général du budget II. La section de fonctionnement III. La section d investissement

Plus en détail

Présentation du Compte Administratif 2015 de la ville d AVON

Présentation du Compte Administratif 2015 de la ville d AVON Présentation du Compte Administratif 2015 de la ville d AVON 1 ADOPTION DU COMPTE ADMINISTRATIF 2015 Bilan financier de l ordonnateur Doit être conforme au compte de gestion établi par le comptable public

Plus en détail

LE BUDGET PRIMITIF 2017

LE BUDGET PRIMITIF 2017 LE BUDGET PRIMITIF 2017 La communauté d agglomération Plaine Vallée est issue de la fusion extension au 1 er janvier 2016 de la CAVAM, la CCOPF et des villes de Montlignon et Saint-Prix. Le budget primitif

Plus en détail

Analyse du fonctionnement

Analyse du fonctionnement Analyse du fonctionnement Les charges réelles, en dépit d une moindre hausse apparente, sont dynamiques par rapport à 2005. Les dépenses budgétaires des communes s élèvent en 2006 à 61,7 milliards d euros.

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF 2015 NOTE DE PRESENTATION

COMPTE ADMINISTRATIF 2015 NOTE DE PRESENTATION COMPTE ADMINISTRATIF 21 NOTE DE PRESENTATION RAPPEL REGLEMENTAIRE L article 17 de la loi NOTRe est venu compléter les dispositions de l article L. 2313-1 du CGCT en précisant : «Une présentation brève

Plus en détail

Exercice Débat d orientation budgétaire Continuitéde la vie communale

Exercice Débat d orientation budgétaire Continuitéde la vie communale Exercice 2014 Débat d orientation budgétaire Continuitéde la vie communale 1 Présentation générale et grands principes Le budget communal est composéde 2 grandes sections, équilibrées en recettes et dépenses

Plus en détail

Le secteur automobile à la Guadeloupe

Le secteur automobile à la Guadeloupe Le secteur automobile à la Guadeloupe NUMERO 15 MARS 24 Avec 22 % des effectifs des entreprises du commerce et 21 % du chiffre d affaires de ce secteur, le commerce automobile représente la 3 ème composante

Plus en détail

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Confédération Construction Wallonne Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Chiffres arrêtés au 8/6/211 Francis Carnoy Salim Chamcham Juin

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016

RAPPORT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 RAPPORT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 1. Orientations budgétaires 2. Etat et gestion de la dette 3. Programme pluriannuel d investissement Les grandes lignes comptables - lexique Fonctionnement : faire

Plus en détail

Bilan Guadeloupe. PIB ,2 Md / habitant +3,0% depuis Emploi nd. Taux de chômage ,7% - nd.

Bilan Guadeloupe. PIB ,2 Md / habitant +3,0% depuis Emploi nd. Taux de chômage ,7% - nd. Bilan Guadeloupe Population au 01/01/2014 403 750 habitants Economie PIB 2013 8,2 Md 20 428 / habitant +3,0% depuis 2006 Emploi 2014 123 681 - nd Taux de chômage 2014 23,7% - nd Dépenses 2013 Montant brut

Plus en détail

LES FINANCES DES COMMUNES DE HABITANTS ET PLUS EN 2009

LES FINANCES DES COMMUNES DE HABITANTS ET PLUS EN 2009 MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE L'OUTRE-MER, DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION LES FINANCES DES COMMUNES DE 10.000 HABITANTS ET PLUS EN 2009 Collection Statistiques et finances locales Direction

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES

COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES Paris, le 8 août 4 COMMUNIQUÉ DE PRESSE BOUYGUES er SEMESTRE 4 SOLIDES PERFORMANCES COMMERCIALES RÉSULTAT OPÉRATIONNEL COURANT : 4 MILLIONS D EUROS RÉSULTAT NET : 4 MILLIONS D EUROS, BÉNÉFICIANT D ÉLÉMENTS

Plus en détail

Analyse de la fiabilité des prévisions financières des établissements de santé antérieurement sous dotation globale

Analyse de la fiabilité des prévisions financières des établissements de santé antérieurement sous dotation globale Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs (ADI) Juin 2014 Analyse de la fiabilité des prévisions financières des établissements de

Plus en détail

Rapport Financier 2015

Rapport Financier 2015 Rapport Financier 2015 Faire avancer toutes les envies d entreprendre Rapport financier Le résultat de l exercice 2015 est de - 1,88 M. Résultats d exploitation Produits d exploitation La ressource fiscale

Plus en détail

LES FINANCES PUBLIQUES EN 2009 ET LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE

LES FINANCES PUBLIQUES EN 2009 ET LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE LES FINANCES PUBLIQUES EN 2009 ET LA PROGRAMMATION PLURIANNUELLE Pour la première fois, conjointement avec le projet de loi de finances traditionnel, le Gouvernement présente un projet de loi de programmation

Plus en détail

Bilan Région Auvergne

Bilan Région Auvergne Bilan Région Auvergne Population au 01/01/2014 1,36 million Economie PIB 2013 (2013, en M ) : 35 662 (2013, en ): 26 260 Évolution du PIB / habitant de 2000 à 2013 (moyenne annuelle en volume) : 0,2 %

Plus en détail

Compte Administratif 2014

Compte Administratif 2014 Compte Administratif 2014 Introduction - Réglementation Le Compte Administratif Le compte administratif est un document de synthèse qui présente les résultats de l'exécution du budget. Il compare, à cette

Plus en détail

VILLE DE VOUZIERS COMPTES ADMINISTRATIFS & BUDGETS PRIMITIFS. Conseil municipal du 12 avril 2016

VILLE DE VOUZIERS COMPTES ADMINISTRATIFS & BUDGETS PRIMITIFS. Conseil municipal du 12 avril 2016 COMPTES ADMINISTRATIFS & BUDGETS PRIMITIFS Conseil municipal du 12 avril 2016 COMPTES ADMINISTRATIFS & BUDGETS PRIMITIFS SOMMAIRE INTRODUCTION page 2 LES RECETTES DE FONCTIONNEMENT page 3 LES DEPENSES

Plus en détail

Communiqué de presse. Nanterre (France), le 14 octobre 2015

Communiqué de presse. Nanterre (France), le 14 octobre 2015 Nanterre (France), le 14 octobre 2015 Faurecia annonce une forte croissance de son chiffre d affaires consolidé, en hausse de 8,3 % (4,6 % de croissance organique 1 ) au troisième trimestre 2015 Le chiffre

Plus en détail

Société mère Rapport de gestion

Société mère Rapport de gestion 1 Société mère Rapport de gestion Principales activités Arla Foods amba exerce des activités laitières au Danemark et achète du lait auprès de ses associés-coopérateurs dans sept pays. Le lait collecté

Plus en détail

Budget primitif Ville et Département de Paris

Budget primitif Ville et Département de Paris Budget primitif 213 - Ville et Département de Paris DEPENSES RECETTES Contribution du Département au FNGIR 892 M Recettes reversées au FNGIR 892 M Fonctionnement Dépenses de gestion 6 239 M Recettes de

Plus en détail

DOSSIER 1-DIAGNOSTIC FINANCIER. Opérations

DOSSIER 1-DIAGNOSTIC FINANCIER. Opérations DCG session 2013 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1-DIAGNOSTIC FINANCIER Question 1 - Élaboration du tableau des flux de l OEC : Flux de trésorerie liés à l'activité Opérations RÉSULTAT

Plus en détail

Épargne des ménages* 3 ème et 4 ème trimestres Contact : Mise à jour le 06/02/2017

Épargne des ménages* 3 ème et 4 ème trimestres Contact : Mise à jour le 06/02/2017 Épargne des ménages* 3 ème et 4 ème trimestres 2016 * Ménages (particuliers et entrepreneurs individuels) et institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) Mise à jour le 06/02/2017 Contact

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la Nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT Infos financières Juin 2014 Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Selon les perspectives de l économie mondiale publiées par le Fonds Monétaire

Plus en détail

Adhérents et montant des cotisations pour les produits de retraite supplémentaire

Adhérents et montant des cotisations pour les produits de retraite supplémentaire 21 Adhérents et montant des cotisations pour les produits de retraite supplémentaire Fin 2014, 11,5 millions de personnes détiennent un contrat de retraite supplémentaire en cours de constitution auprès

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROSPECTIVE FINANCIERE DE LA COMMUNE SAINT JULIEN EN GENEVOIS 20 octobre 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Les Tours Gamma - Tour A 193 rue de Bercy

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2015

RESULTATS ANNUELS 2015 Paris, le 15 mars 2016, 8h00 RESULTATS ANNUELS 2015 Résultat net part du groupe en nette progression à 5,4 M Impact significatif des acquisitions récentes (Immeubles de Gentilly et de Levallois) Poursuite

Plus en détail

Présentation du Budget primitif pour Séance du conseil municipal du 7 avril 2016

Présentation du Budget primitif pour Séance du conseil municipal du 7 avril 2016 Présentation du Budget primitif pour 2016 Séance du conseil municipal du 7 avril 2016 Présentation générale Un budget d investissement : Un budget qui, comme d'habitude, a commencé à être exécuté avant

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES RESUMES 2014 BONGRAIN SA Etat résumé du compte de résultat au 31 décembre 2014 En milliers d Euros 2014 2013 retraité * Chiffre d affaires 4 606 920 4 204 557 Consommations

Plus en détail

La dépense par élève ou étudiant en France et dans l OCDE

La dépense par élève ou étudiant en France et dans l OCDE note d informationdécembre 12.29 En 211, en France, la dépense par élève ou étudiant s élève à 8 25 euros tous financeurs confondus. En dépense cumulée, une scolarité complète de la maternelle au master,

Plus en détail

2) La croissance des dépenses publiques

2) La croissance des dépenses publiques 1 FIPECO, le 31.05.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 2) La croissance des dépenses publiques La définition, le montant et la répartition des dépenses publiques, en France et dans

Plus en détail

Le marché du logement en Indre et Loire à l automne Indicateurs d évolution des marchés Perspectives de l immobilier ancien

Le marché du logement en Indre et Loire à l automne Indicateurs d évolution des marchés Perspectives de l immobilier ancien Observatoire de l Economie et des Territoires de Touraine Un réseau de partenaires publics pour une information territoriale partagée Le marché du logement en Indre et Loire à l automne 2011 Indicateurs

Plus en détail

COMMUNE DE SAINT MANDE

COMMUNE DE SAINT MANDE COMMUNE DE SAINT MANDE Document de valorisation financière et fiscale 214 Trésorerie Nord Val de Marne Principaux constats - Sur la période analysée 213-214, on observe que les produits de Fonctionnement

Plus en détail

VILLE DE SACLAY DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016

VILLE DE SACLAY DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 VILLE DE SACLAY 1 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2016 2 DEFINITIONS ET OBJECTIFS Le DOB est obligatoire dans les communes de plus de 3 500 habitants. Il doit se dérouler dans les deux mois précédant le

Plus en détail

Analyse financière et fiscale

Analyse financière et fiscale PROJET DE FUSION D'UNE COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION : GRAND EVREUX AGGLOMERATION ET D 'UNE COMMUNAUTE DE COMMUNES : PORTE NORMANDE Analyse financière et fiscale Données utilisées : Comptes de gestion de

Plus en détail

Analyse Financière Rétrospective

Analyse Financière Rétrospective DEPARTEMENT DES PYRENEES-ORIENTALES 1 Affaire suivie MAIRIE DE PRADES 66500 PRADES Christian ALI Tél. : 04 68 Affaire suivie par : Christian ALIU Téléphone : 04 68 05 09 01 Télécopie : 04 68 05 41 05 aliu.christian@mairiedeprades.com

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2016 ET 2017 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Février 2016

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2016 ET 2017 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Février 2016 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2016 ET 2017 Février 2016 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2016 et

Plus en détail

LES INDICATEURS FINANCIERS 2015 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES ÉDITO

LES INDICATEURS FINANCIERS 2015 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES ÉDITO LES INDICATEURS FINANCIERS 2015 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels, en partenariat avec l Décembre 2016 ÉDITO En 2015, le durcissement

Plus en détail

PROSPECTIVE

PROSPECTIVE PROSPECTIVE 2015-2020 Trois éléments fondamentaux I. Des facteurs externes qui assèchent les finances communales : Dotation globale de fonctionnement (DGF) : elle est en baisse continue depuis 2011 et

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES Article L du Code Général des Collectivités Territoriales ANNÉE 2016

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES Article L du Code Général des Collectivités Territoriales ANNÉE 2016 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES Article L. 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales ANNÉE 2016 SOMMAIRE Préambule Introduction Les orientations pour 2016 Les engagements pluriannuels La

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2014 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2014

DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2014 DEBAT D ORIENTATION BUDGETAIRE 2014 DEBAT DEBAT D ORIENTATION D ORIENTATION BUDGETAIRE 2014 BUDGETAIRE 2014 2 prévisionnel paramètres financiers de la ville en fin d année 2013 Dépenses de fonctionnement sous contrôle, mais des recettes

Plus en détail

LES INDICATEURS FINANCIERS 2013 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES EDITO

LES INDICATEURS FINANCIERS 2013 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES EDITO LES INDICATEURS FINANCIERS 2013 DES GRANDES COLLECTIVITES LOCALES Publication réalisée par ARKEA Banque Entreprises et Institutionnels, en partenariat avec l Décembre 2014 EDITO Les finances locales en

Plus en détail

Il est proposé d examiner le projet de budget primitif 2016 de la ville, équilibré en dépenses et recettes.

Il est proposé d examiner le projet de budget primitif 2016 de la ville, équilibré en dépenses et recettes. Rapporteur : Philippe LOREC Commission : Finances et Affaires Générales Service : Finances RAPPORT Objet : Examen du budget primitif de l exercice 2016 Il est proposé d examiner le projet de budget primitif

Plus en détail

SESSION 2008 UE6 - FINANCE D ENTREPRISE

SESSION 2008 UE6 - FINANCE D ENTREPRISE 810006 DCG SESSION 2008 UE6 - FINANCE D ENTREPRISE Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Document autorisé : Liste des comptes du plan comptable général, à l exclusion de toute autre information.

Plus en détail

Les finances des collectivités locales en 2015 et 2016

Les finances des collectivités locales en 2015 et 2016 N 111 août 2016 Alain BOUYACOUB, Département des Études et des Statistiques Locales Les finances des collectivités locales en 2015 et 2016 En 2015, la croissance des dépenses de ralentit par rapport à

Plus en détail

Projections de la situation financière. de l UNEDIC à long terme. Direction générale du Trésor

Projections de la situation financière. de l UNEDIC à long terme. Direction générale du Trésor CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 5 Document de travail, n engage

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE6 Finance d entreprise - Session 2016 - Proposition de CORRIGÉ 2016 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 Diagnostic financier - 11 points

Plus en détail

2. SITUATION FINANCIERE DES AGENTS NON FINANCIERS

2. SITUATION FINANCIERE DES AGENTS NON FINANCIERS 2. SITUATION FINANCIERE DES AGENTS NON FINANCIERS L analyse des agents non financiers, comprenant les ménages et les entreprises non financières, revêt indispensable dans l évaluation de la stabilité financière,

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES GESTIONNAIRES D INFRASTRUCTURES

LE FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES GESTIONNAIRES D INFRASTRUCTURES LE FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES GESTIONNAIRES D INFRASTRUCTURES François JÉGER-MADIOT, Jean-Pierre TAROUX La comparaison du montant des investissements et de la capacité d autofinancement des gestionnaires

Plus en détail

Les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI)

Les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) Les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) Les EPCI sont dotés de la personnalité morale et de l autonomie financière. Un EPCI est régi, comme tout établissement public, par le principe

Plus en détail

Les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre - Pays de la Loire - septembre 2007

Les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre - Pays de la Loire - septembre 2007 III L analyse financière des EPCI à fiscalité propre A. Le fonctionnement 1. Les produits de fonctionnement Les produits de fonctionnement, composés à hauteur de 38,4 par des recettes fiscales, ont connu

Plus en détail

Les PME en France en 2011 : malgré une activité bien orientée, la rentabilité stagne et les structures fi nancières demeurent hétérogènes

Les PME en France en 2011 : malgré une activité bien orientée, la rentabilité stagne et les structures fi nancières demeurent hétérogènes : malgré une activité bien orientée, la rentabilité stagne et les structures fi nancières demeurent hétérogènes Jean-Luc CAYSSIALS et François SERVANT Direction des Entreprises Observatoire des entreprises

Plus en détail

TRES. L'ISLE-SUR-LE-DOUBS COMMUNE D ACCOLANS - Valorisation du compte de gestion

TRES. L'ISLE-SUR-LE-DOUBS COMMUNE D ACCOLANS - Valorisation du compte de gestion TRES. L'ISLE-SUR-LE-DOUBS COMMUNE D ACCOLANS - Valorisation du compte de gestion 2016 Dépenses de fonctionnement Les dépenses de fonctionnement sont divisées en six catégories: 1. Les charges à caractère

Plus en détail

RAPPORT DE GESTION DU GROUPE CONSOLIDE ADVITAM PARTICIPATIONS A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 09 DECEMBRE 2014

RAPPORT DE GESTION DU GROUPE CONSOLIDE ADVITAM PARTICIPATIONS A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE DU 09 DECEMBRE 2014 ADVITAM PARTICIPATIONS Société Anonyme au capital de 32 180 160 euros Siège social : 1, rue Marcel Leblanc 62223 ST LAURENT BLANGY 347.501.413 RCS ARRAS RAPPORT DE GESTION DU GROUPE CONSOLIDE ADVITAM PARTICIPATIONS

Plus en détail