Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime SAINT-DENIS-D OLERON SYNTHESE âgés, à majorité retraités

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime SAINT-DENIS-D OLERON SYNTHESE âgés, à majorité retraités"

Transcription

1 Enquête sur l usage des résidences secondaires en Charente-Maritime Commune de SAINT-DENIS-D OLERON Enquête menée en 2013 auprès de propriétaires de résidences secondaires en Charente-Maritime SOMMAIRE Fiche d identité p.2 Fréquentation p.4 Intégration dans la vie locale p.5 SYNTHESE Des propriétaires âgés, à majorité retraités et issus de la catégorie Cadres et professions intellectuelles supérieures Originaires de Régions proches et/ou desservies par l axe A10/TGV Des résidences secondaires occupées en moyenne 86 jours par an par le propriétaire et ses proches, et prêtées à un tiers 25 jours Calme, plage et paysage naturel : trois éléments qui donnent de la valeur au cadre de vie de la commune Avenir de la résidence secondaire : plus d 1/3 des propriétaires se prononcent pour la donation Des atouts soulignés : la qualité des eaux de baignade, la surveillance des plages, la diversité des équipements et l hospitalité de la commune Un impact économique important, notamment en ce qui concerne les commerces de la commune et le BTP à une échelle plus large Un sentiment d exposition aux risques liés à la mer exprimé par moins d 1/4 des propriétaires répondants Satisfaction p.6 Commerces et services p.7 Activités de loisirs p.9 Perception des risques liés à la mer p.10 Encart méthodologique : Population municipale (Insee 2011) : habitants Nombre de propriétaires de résidences secondaires (2012): Nombre de répondants à l enquête en 2013 : 371, soit 46 % de réponse Complément d enquête téléphonique auprès de 700 propriétaires volontaires de 10 communes (données globales aux 10 communes) Etude menée conjointement par Charente-Maritime Tourisme (CMT), les Chambres de Commerce et d Industrie La Rochelle et Rochefort-Saintonge, et le laboratoire Littoral, Environnement et Sociétés (LIENSs). Enquête réalisée de juin à septembre 2013 auprès de propriétaires de résidences secondaires sur 10 communes du littoral de la Charente-Maritime, dont 800 propriétaires à. Données sources issues des fichiers de redevance des ordures ménagères. Les logements en location à l année ou soumis à la taxe professionnelle ne sont pas considérés comme des résidences secondaires. Données redressées en fonction de l origine géographique de la résidence principale du propriétaire. Données jugées non significatives en dessous de 15 répondants à la question. Partenaires :

2 FICHE D IDENTITE 1/2 Origine géographique des propriétaires résidents secondaires () Aquitaine Limousin Rhône-Alpes Auvergne Midi-Pyrénées Source : Enquête Usages des Résidences secondaires en Charente-Maritime 2013 Des propriétaires âgés, en majorité retraités et issus de catégories socio-professionnelles supérieures Une population majoritairement âgée (64 % de plus de 60 ans) Une part importante de retraités (59 %) Foyers composés à 63 % par des couples, et à 11 % par des personnes seules 1/2 des répondants issus de la catégorie Cadres et professions intellectuelles supérieures. A noter également : une part non négligeable de professions intermédiaires (17 %), d artisans, commerçants, chefs d entreprise (17 %), et d employés (11 %) A : Origine géographique : une logique de proximité et d accessibilité Plus de 25% de 5% à 24,9% Nord-Pasde-Calais Ile-dede 1% à 4,99% Moins de 1% Haute- France Normandie Picardie Basse- Normandie Lorraine Bretagne Champagne- Alsace Ardenne Pays de la Loire Centre Bourgogne Franche- Comté Poitou- Charentes Languedoc- Roussillon Provences- Alpes Côte d Azur Corse Une part égale de propriétaires de résidences secondaires originaires de l Ile-de-France et du Poitou-Charentes (1/4) Des axes déterminants : l A10 et la desserte TGV Une attractivité qui rayonne bien au-delà des régions limitrophes A Saint-Denis : 24 % de Franciliens 23 % de Picto-Charentais 12 % du Centre Pourcentage des répondants 6 Âge des propriétaires résidents secondaires répondant à l enquête Ars-en-Ré Le Bois-Plage-en-Ré Châtelaillon Ile d'aix Fouras St-Denis-d'Oléron St-Pierre-d'Oléron La Tremblade Catégories socio-professionnelles des propriétaires résidents secondaires (en % des répondants) St-Palais-sur-Mer St-Georges-de-Didonne 75 ans et plus de 60 à 74 ans moins de 59 ans Valeurs enregistrées sur les 10 communes de l enquête Agriculteurs Artisans, commerçants chefs d entreprise Cadres, professions intel.sup. Professions intermédiaires Employés Ouvriers CLE DE LECTURE : Le graphique présenté ci-dessus affiche les données de la commune étudiée, et fait apparaître les valeurs maximales et minimales atteintes par l une ou l autre des 10 communes enquêtées. Cela permet de voir où se situe la commune entre ces deux bornes. 2/10

3 Pourcentage des répondants FICHE D IDENTITE 2/2 Une commune de résidence secondaire souvent choisie suite à une expérience touristique A l échelle des 10 communes enquêtées, la plupart des propriétaires sont d anciens touristes, sauf dans le Pays Rochefortais où beaucoup sont des héritiers. Avant d acquérir votre résidence secondaire, quelle connaissance aviez-vous de sa commune d implantation? (plusieurs réponses possibles) 6 Une grande majorité de maisons individuelles 1/3 d appartements à St-Georges-de- Didonne, à St-Palais, et Châtelaillon-Plage. Ailleurs, plus de 90 % de maisons (97 % à Saint-Denis). Type de résidence secondaire (en nombre de logements déclarés par la population enquêtée) Une maison Un appartement Autre Aucune connaissance Connaissance du lieu par sa réputation Ancien résident permanent Ancien touriste dans le lieu Enfant ou petit-enfant de résident secondaire ou permanent A : 1/2 des propriétaires sont d anciens touristes (49 %) Une part assez importante d enfants / petits-enfants de propriétaires (26 %) 12 % influencés par la réputation de la commune Peu d anciens résidents permanents A Saint-Denis, une capacité d accueil très majoritairement répartie entre des logements de 5-6 lits et de 7-10 lits. Les logements de moins de 4 couchages représentent moins de 20 % de la capacité d hébergement communale. 36% Capacité d accueil des résidences secondaires en fonction de leur taille (en nombre de lits) 14% 1% 13% 36% Résidence secondaire de 1 à 2 lits de 3 à 4 lits de 5 à 6 lits de 7 à 10 lits de 11 à 20 lits plus de 20 lits Beaucoup de travaux réalisés, d où des retombées sur la commune et les alentours 3/4 des résidences secondaires ont fait l objet de travaux dans les 5 dernières années 8 fois sur 10, les propriétaires achètent les matériaux sur d autres communes que Saint-Denis Plus d 1/2 des propriétaires qui font appel à des entreprises de travaux choisissent celles de Saint-Denis (57 %, valeur maximale des 10 communes enquêtées) La moyenne annuelle des dépenses allouée aux travaux est de euros par résidence secondaire. Nature des travaux dans la résidence secondaire Peinture, décoration Chauffage, plomberie traditionnels Aménagement extérieur 15% Charpente, toiture Electricité Extension Economie d'énergie Autres Entretien courant 14% 3% Piscine 68% 28% 17% 17% 16% 13% 11% 9% 7% 2% "Comment avez-vous acquis votre résidence secondaire?" Vous avez acheté un bien déjà construit Vous en avez hérité Vous l'avez fait construire Autres 59% 3/10

4 Nombre de jours FREQUENTATION Selon la commune enquêtée, des propriétaires et leurs proches présents entre 75 et 94 jours par an dans leur résidence secondaire Nombre de jours d occupation par mois par le propriétaires et ses proches Janv. Fév. Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept. Oct. Nov. Déc Mois de l année Les données ont été collectées de Juillet 2012 à juin 2013, pour mieux faire ressortir le pic estival elles sont présentées de manière non chronologique Jours d occupation Valeurs enregistrées sur les 10 communes de l enquête CLE DE LECTURE : Les propriétaires occupent leur résidence secondaire en moyenne 1 jour en janvier, 2 jours en février, 4 jours en mars, etc. Soit au total 86 jours par an. Vous arrive-t-il de louer votre résidence secondaire? 9 % seulement des propriétaires interrogés par téléphone disent louer leur résidence secondaire. Parmi ceux-ci, presque 2/3 la louent tous les ans. Les propriétaires de occupent leur résidence secondaire en moyenne un peu plus de 2 mois et 3 semaines par an (86 jours). C est le 2ème taux d occupation le plus important des 10 communes enquêtées après Le-Bois-Plage-en-Ré. On observe des valeurs maximales d occupation avant et après saison. Parallèlement, la résidence secondaire est occupée par un tiers entre 22 et 28 jours par an selon la commune La résidence secondaire de Saint-Denis est occupée par un tiers en moyenne 25 jours par an (prêt ou accueil simultané impliquant une cohabitation). Le nombre de jours d occupation total de la résidence secondaire à Saint-Denis est donc en moyenne de 111 jours par an. CLE DE LECTURE : L occupation par un tiers correspond soit à une occupation en présence du propriétaire (accueil), soit à un prêt par le propriétaire (ce dernier est donc absent). Dans le premier cas, le nombre de jours d occupation du propriétaire et du tiers ne peuvent se cumuler. Le nombre de jours d occupation total de la résidence secondaire (occupation du propriétaire et du tiers) est une estimation maximum : ces résultats devront être appréhendés avec précaution. 4/10

5 INTEGRATION DANS LA VIE LOCALE Une commune appréciée pour sa plage, son paysage naturel, et sa tranquillité Qu est-ce qui donne de la valeur au cadre de vie de votre résidence secondaire? (plusieurs réponses possibles) la plage est mentionnée par 71 % des répondants le paysage naturel est cité par 63 % des répondants le calme, la tranquillité : 70 % des répondants l ambiance pittoresque/atlantique : 46 % des répondants A l inverse, le caractère animé du lieu, le patrimoine architectural/urbain et la qualité des relations sociales sont chacun cités par moins de 20 % des propriétaires. Des propriétaires relativement investis dans la vie associative locale Pourcentage des répondants 6 Dans les 10 communes, les propriétaires apprécient particulièrement le paysage naturel, la plage, et le calme, la tranquillité. Participation à la vie associative de la commune de la résidence secondaire (en % des répondants) A : Valeurs enregistrées sur les 10 communes de l enquête Une association locale de propriétaires Un(e) comité ou association de quartier Une association de protection de l'environnement Une association culturelle et/ou sportive Autre Aucune participation particulière A, 71 % des répondants disent ne participer à aucune action particulière. Un investissement plus marqué dans les associations de propriétaires et les associations culturelles/sportives (13 %). Pourcentage des répondants Avez-vous un projet particulier concernant l avenir de votre résidence secondaire? (plusieurs réponses possibles) Plus d 1/3 se prononcent pour la donation dans la plupart des communes (36 % à ). Saint-Denis : 12 % en faveur d une évolution en résidence principale. 6 Projet d avenir de la résidence secondaire (Plusieurs réponses possibles, en % des répondants) Valeurs enregistrées sur les 10 communes de l enquête En faire votre résidence principale La louer à l'année La louer ponctuellement En faire une donation à vos enfants La vendre Aucun Autres "Vous sentez-vous plus investi dans la vie locale de votre commune de résidence secondaire que dans celle de votre résidence principale?" 32% 13% 55% Plus investi Moins investi Autant 6 % votent dans leur commune de résidence secondaire 5/10

6 10 SATISFACTION Quel est votre niveau de satisfaction concernant : INTERNET HAUT DÉBIT Ars-en-Ré Le Bois-Plage-en-Ré Châtelaillon Ile d'aix Fouras St-Denis-d'Oléron A l échelle des 10 communes, un cadre de vie très apprécié... St-Pierre-d'Oléron La Tremblade St-Palais-sur-Mer St-Georges-de-Didonne A : 81 % de satisfaction pour la qualité des eaux de baignade (2ème valeur la plus haute) 80 % de satisfaction pour la surveillance des plages et zones de baignade 76 % de satisfaction pour la diversité et la qualité des équipements de la commune Saint-Denis affiche aussi plus de 70 % de satisfaction pour son hospitalité et la protection de son environnement. Cependant, une certaine insatisfaction est exprimée au sujet de la propreté et gestion des déchets, et de l offre en services de santé (environ 1/4 d insatisfaction)....à l exception de l accès internet, et du stationnement et de la circulation Peu ou pas satisfait Sans opinion Satisfait 10 Quel est votre niveau de satisfaction concernant : STATIONNEMENT, CIRCULATION Ars-en-Ré Le Bois-Plage-en-Ré Châtelaillon Ile d'aix Fouras St-Denis-d'Oléron St-Pierre-d'Oléron La Tremblade St-Palais-sur-Mer St-Georges-de-Didonne Peu ou pas satisfait Sans opinion Satisfait 10 Quel est votre niveau de satisfaction concernant : QUALITÉ EAUX BAIGNADE Ars-en-Ré Le Bois-Plage-en-Ré Châtelaillon Ile d'aix Fouras St-Denis-d'Oléron St-Pierre-d'Oléron La Tremblade St-Palais-sur-Mer A : St-Georges-de-Didonne L insatisfaction exprimée sur l Internet est la 3ème plus élevée des 10 communes enquêtées (35 %), avec toutefois 42 % de sans opinion. L insatisfaction exprimée à propos du stationnement et de la circulation est moins élevée que celle de Saint-Pierred Oléron, mais atteint quand même 46 % des propriétaires. Satisfait 6/10

7 COMMERCES & SERVICES 1/2 Des retombées importantes sur les commerces des communes de résidence secondaire Lieux d achat des produits de base à : (plusieurs réponses possibles) PRODUITS Dans la commune Hors commune Boulangerie, pâtisserie + n.s.* Epicerie Liquides, boissons Boucherie, charcuterie Huîtres, fruits de mer Poissonnerie Fruits et légumes Crèmerie, fromagerie Equipement de la maison Equipement de la personne Jardinerie + Tabac, presse, journaux Légende : Commerces de proximité Marché Petites, moyennes et grandes surfaces *n.s. : non significatif Pourcentage de répondants : Supérieur ou égal à 80 % + + Entre 50 et 79 % + Entre 20 et 49 % Inférieur à 20 % A : Commerces traditionnels et marchés très utilisés Evasion commerciale : surtout la jardinerie, les équipements de la personne et de la maison, et dans un second temps, les liquides, boissons Un très bon niveau de satisfaction sur les commerces de la commune, tant au niveau des horaires d ouverture (94 %) et de l accueil (89 %) que de la diversité de l offre (84 %). L évaluation du rapport qualité/prix est plus mitigée avec 1/3 des répondants insatisfaits (34 %) dans la commune. 7/10

8 COMMERCES & SERVICES 2/2 Des services appréciés, mais une utilisation variable selon leur type et la commune étudiée Les services bancaires sont très utilisés sur les 10 communes. Les salons d esthétique et de coiffure sont fréquentés par 1/4 à 1/2 des répondants selon la commune étudiée. Sur les 10 communes, se disent en général non concernés : 2/3 des répondants pour les services de pressing/laverie 1/2 pour le jardinage et l entretien près de 2/3 pour le ménage et le nettoyage A l échelle des 10 communes, moins de 10 % des propriétaires utilisent les services de gardiennage ou d aide à la personne. Services utilisés par les propriétaires répondants à Saint-Denis Banque et distributeurs : 84 % dans la commune Entretien, réparation automobile : 23 % dans la commune Esthétique, coiffure : 43 % dans la commune Services peu utilisés par les propriétaires répondants à Saint-Denis Moins de 20 % des répondants utilisent les services de jardinage, de ménage ou de pressing sur la commune. 1/3 des répondants utilisent les services de jardinage d autres communes, et 1/4 ceux d entretien, réparation automobile d autres communes. Niveau de satisfaction des services A l échelle des 10 communes, les propriétaires de résidences secondaires expriment en général plus de 9 de satisfaction sur l ensemble des services (sauf à l Ile d Aix : 62 % de satisfaits ). recueille 94 % de satisfaction cumulée sur l évaluation des services. Faites-vous appel à des prestataires de service pour l entretien de votre résidence secondaire (jardinage, ménage, gardiennage, etc.)? 28 % des propriétaires interrogés par téléphone y font appel. Cet ordre de grandeur confirme le bilan de l enquête nationale ATOUT FRANCE 2010 sur les résidences secondaires, selon laquelle 35 % de l ensemble des propriétaires ont recours à au moins un prestataire extérieur pour les tâches d entretien, ménage, jardinage, etc. 8/10

9 ACTIVITES DE LOISIRS La commune de résidence secondaire comme lieu d activités et de détente Pour environ 90 % des propriétaires, la résidence secondaire est un lieu de détente, et un lieu de retrouvailles pour 61 % à 81 % selon la commune enquêtée. Une population relativement sportive, qui pratique régulièrement la promenade, le bricolage et jardinage, la plage et la pêche. 54 % des répondants déclarent recevoir régulièrement de la famille et de amis. A noter : la faiblesse des pratiques de visites culturelles (monuments, musées) et des animations A : Fréquentation des restaurants / bars : un bon niveau de satisfaction global, sauf pour le rapport qualité/prix Plus de 70 % des propriétaires des 10 communes sont satisfaits de l accueil et des horaires d ouverture des restaurants/bars (sauf Ile d Aix 59 % et 55 %). Diversité de l offre : Saint-Denis au 5ème rang avec 65 % de satisfaction Rapport qualité/prix : Saint-Denis au 6ème rang (56 % de satisfaction) Type de restaurants fréquentés par les interrogés (plusieurs réponses possibles) : 79 % des interrogés choisissent un restaurant de type traditionnel 52 % un restaurant de fruits de mer/poissons 28 % un restaurant gastronomique Taille moyenne du groupe lors d une sortie au restaurant : 2 à 4 personnes. Ils y dépensent en moyenne 36 euros par personne par repas. Promenade à pied Promenade à velo Bricoler, jardiner Plage, baignade Pêcher Recevoir famille/amis Se reposer Shopping Restaurant bar Sport Animation culturelle Sport nautique Monuments musées Casino Thalasso Quelles activités pratiquez-vous régulièrement durant vos séjours dans votre résidence secondaire? (plusieurs réponses possibles) Valeurs enregistrées sur les 10 communes de l enquête 6 10 Pourcentage des répondants OFFICE DU TOURISME MUNICIPAL : Les propriétaires sont satisfaits des services de l Office de Saint- Denis-d Oléron à 87 %. 79 % des interrogés utilisent les services de l Office du tourisme de leur commune de résidence secondaire. Activités de loisirs (clubs, associations, etc.) : 91 % des interrogés sont satisfaits de la diversité des activités, 87 % sont satisfaits de leur rapport qualité/prix, et 94 % de leurs horaires d ouverture. 9/10

10 PERCEPTION DES RISQUES LIES A LA MER Une culture du risque influencée par l occurrence d évènements extrêmes récents A l échelle des 10 communes enquêtées, la majorité des répondants n a pas subi de dégâts liés à la mer dans leur résidence secondaire (plus de 67 %). Les communes les plus impactées sont généralement celles où la conscience du risque est la plus forte (cf. graphique ci-contre). Communes les plus impactées : Ile d Aix : 33 % des répondants touchés Châtelaillon-Plage : 24 % Fouras : 17 % Ars-en-Ré : 12 % Communes peu impactées : La Tremblade : 7 % des répondants touchés Autres communes : moins de 5 % 86 % des dégâts subis sont sur les parties extérieures de la résidence secondaire Plus de 90 % des propriétaires étaient absents lors des dernières grandes tempêtes (1999, Xynthia, etc.). 1/2 des propriétaires ont alors contacté leur(s) voisin(s) pour s informer des dégâts, 29 % sont venus sur place. Les autres ont été informés par les médias ou les autorités locales (mairie, secours, etc.). "Pensez-vous être bien informé(e) par la commune sur les risques liés à la mer?" 49% 4% 47% Oui Non Ne souhaite pas répondre Considérez-vous que votre résidence secondaire est située dans une zone exposée aux risques liés à la mer? Ars-en-Ré Le Bois-Plage-en-Ré Châtelaillon Ile d'aix Fouras St-Denis-d'Oléron St-Pierre-d'Oléron La Tremblade St-Palais-sur-Mer St-Georges-de-Didonne Non Oui fait partie des communes peu impactées par les risques liés à la mer. C est sans doute pourquoi moins d un répondant sur 4 (22 %) se sent exposé aux risques liés à la mer. Par rapport aux 10 communes enquêtées, celà place Saint-Denis comme la 4ème commune où le sentiment d exposition aux risques liés à la mer est le plus faible. Plus d informations sur : Pour tout contact : Charente-Maritime Tourisme ; CCI La Rochelle / CCI Rochefort-Saintonge ; Laboratoire Littoral, Environnement et Sociétés /10

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5

21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com. C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 21 ème Observatoire des Taux meilleurtaux.com C O N F É R E N C E D E P R E S S E 3 f é v r i e r 2 0 1 5 I TAUX AU PLUS BAS : et si ça continuait? II RENEGOCIATION DE CREDITS : les règles du jeu changent

Plus en détail

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009 ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN 7 avril 2009 Objectifs de l enquête Définir les caractéristiques des clientèles touristiques du Limousin : motivations, profils et comportements Mesurer leur

Plus en détail

Les enjeux du quotidien

Les enjeux du quotidien Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale ATTENTION EMBARGO

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007

Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007 Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007 1 Sommaire 1. Objectif et méthode p. 3 2. Données de cadrage : les séjours en Bourgogne en 2007, Suivi de la Demande Touristique

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4

Bovins viande. Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013. Total élevages. Nbre de veaux pesés en VA0. Nbre de veaux pesés en VA4 Bovins viande Effectifs troupeaux et animaux par région en 2013 Chif Régions Nbre de Nbre de Nbre de troupeaux troupeaux troupeaux adhérents adhérents suivis en en VA4 en VA0 engraissement Nbre de troupeaux

Plus en détail

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2

LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS. Université Lille 2 LES MASTERS 2 DANS LE DOMAINE DES STAPS EN FRANCE 2012/2013 NORD-PAS-DE-CALAIS Université Lille 2 Master STAPS «Grand Nord» - Entraînement et Optimisation de la Performance Sportive _ option Préparations

Plus en détail

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 -

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 - La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région - Juillet 2010 - Votre besoin en Capital Vous êtes dirigeant (ou futur dirigeant) d entreprise et vous souhaitez : Créer ou

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

ACTION 1 L utilisation des chevaux de trait pour les travaux communaux. Rapport d étude 3

ACTION 1 L utilisation des chevaux de trait pour les travaux communaux. Rapport d étude 3 ACTION 1 L utilisation des chevaux de trait pour les travaux communaux Rapport d étude 3 LES DIFFERENTES UTILISATIONS DU CHEVAL DE TRAIT DANS LES COMMUNES FRANÇAISES Le cheval apparait aujourd hui comme

Plus en détail

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre

Bienvenue à Loire-Centre. Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Bienvenue à Loire-Centre Présentation de La Caisse d Epargne Loire-Centre Présentation Le Groupe BPCE 2 Un groupe puissant et solide Les groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne se sont unis pour créer

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2011 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule : Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM), régis par les articles L. 114-1-1 et

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 12/07/2013 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Version du 10 juillet 2013 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE

Réseau CAI Bpifrance L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE L EQUIPE DES CHARGES D AFFAIRES INTERNATIONAUX UBIFRANCE [Mise à jour : 10 mai 2014] 1 L équipe Siège UBIFRANCE Paris Michel Bauza Chef de Département UBIFRANCE siège, Paris Téléphone fixe 01 40 73 35

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2009"

La santé des étudiants en 2009 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2009" 6ème Enquête Nationale Communiqué de presse. p 2 L USEM et les mutuelles étudiantes régionales.......... p 4 Présentation de l enquête santé... p 5 Méthodologie

Plus en détail

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015

Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 02/09/2015 1 Liste des référents AERAS des établissements de crédit Mise à jour au 28 août 2015 AXA BANQUE 01 55 12 83 67/82 68 BAIL ENTREPRISES 02 98 34 43 37 BANCO BPI - Succursale France 01 44 50 33

Plus en détail

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Sommaire Le Top 15.... 3 Les évolutions récentes... 7 Evolution du PNB... 12 Les résultats

Plus en détail

AwoO en 2013. Partner Talent Colloque FF Voile 2013 19 Mars 2013

AwoO en 2013. Partner Talent Colloque FF Voile 2013 19 Mars 2013 AwoO en 2013 Partner Talent Colloque FF Voile 2013 19 Mars 2013 Un partenariat fort Entre les acteurs Par la Mutualisation Pour un but commun : développer l activité Un outil qui fonctionne Témoignages

Plus en détail

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle,

Développement des compétences, construction des parcours, prévention de la pénibilité et de l usure professionnelle, égalité professionnelle, Des secteurs professionnels et des territoires investis sur les conditions de travail et la qualité de vie au travail L Serge DELTOR Directeur de l ARACT LR Délégué régional de l ANACT Aider les secteurs

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel

Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel Le nouveau paradigme de l IT IDC Visit us at IDC.com and follow us on Twitter: @IDC 2 L arrivée de nouvelles technologies insuffle

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE

Présentation du Programme PHARE Présentation du Programme PHARE Le programme PHARE : des gains pour la qualité de l offre de soins Le contexte du programme PHARE Les achats hospitaliers représentent 18 Md, second poste de dépenses des

Plus en détail

Rapport d activité. Rhône-Alpes Active Une finance solidaire au service de l emploi et des territoires

Rapport d activité. Rhône-Alpes Active Une finance solidaire au service de l emploi et des territoires Rapport d activité 2014 Une finance solidaire au service de l emploi et des territoires EN En 2014 3 668 emplois créés ou consolidés 907 projets accompagnés et 20,9 M mobilisés en Jean Jacques Martin Président

Plus en détail

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000

F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 F.F.V. Réunions fédérales/réunions Aff.Générales/ Réunion 24/03/2000 PARIS, le 11 Avril 2000 PROCES VERBAL REUNION AFFAIRES GENERALES DU 24 MARS 2000 Présents : MM. SIMON, MERIC, VILLEROT, MARLIOT, Mmes

Plus en détail

Informatisation des données transfusionnelles

Informatisation des données transfusionnelles Informatisation des données transfusionnelles Dr Marie-France Angelini Tibert Coordonnateure régionale d hémovigilance Réunion - Mayotte Objectifs Optimiser et sécuriser les circuits Optimiser et sécuriser

Plus en détail

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo

Livret. du professeur OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS. Le programme Le site Internet La visite Le concours photo Livret du professeur Le programme Le site Internet La visite Le concours photo OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS OBJECTIF TRAVAUX PUBLICS Découverte professionnelle 2010-2011 Découverte professionnelle 2010-2011

Plus en détail

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme CRT Picardie Enquête auprès des acteurs du tourisme 1 Votre entreprise ou structure / organisme institutionnel Votre nom : Votre titre : Votre e-mail : (pour pourvoir vous envoyer le résultat de l enquête)

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE

TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE TARIFICATION BANCAIRE 15 janvier 2015 L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Pour ce palmarès 2015, 140 banques de métropole et d outre-mer ont été passées à la loupe. Les tarifs analysés? Ceux en

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2013 Version définitive Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47

Plus en détail

Ainsi l Office de tourisme s appuiera sur les éléments et les outils qui suivent :

Ainsi l Office de tourisme s appuiera sur les éléments et les outils qui suivent : Politique promotionnelle de la destination littorale, et ses activités, menée par l Office de tourisme de «Saint-Quay-Portrieux» pour la période 2014 à 2016 1/10 1. Préambule Saint-Quay-Portrieux est une

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

FICHE CANDIDATURE. Ain de mieux vous connaître, nous vous remercions de compléter soigneusement toutes les rubriques de ce document.

FICHE CANDIDATURE. Ain de mieux vous connaître, nous vous remercions de compléter soigneusement toutes les rubriques de ce document. FICHE CANDIDATURE Ain mieux vous connaître, nous vous remercions compléter soigneusement toutes les rubriques ce document. Ce document dûment complété n engage en rien Planet Sushi ou le candidat. L intégralité

Plus en détail

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie

Form. tion. Magazine. spécial emploi. Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie Form tion Magazine Le magazine de la formation de la chambre régionale de métiers et de l'artisanat de haute-normandie spécial emploi Région Haute-Normandie Édito P 3 P 4 P 6 P 7 P 8 P 10 P 11 Engagé dans

Plus en détail

LE TOURISME N A PAS DE FRONTIERE

LE TOURISME N A PAS DE FRONTIERE LE TOURISME N A PAS DE FRONTIERE Samedi 30 mai 2015 Photo : Jaymantir UNE DESTINATION, C EST QUOI? Juin 2015 Brigitte Bloch Le touriste, un oiseau migrateur Le touriste n a pas de frontière. Sa vision

Plus en détail

Quelle image avez-vous de la Belgique?

Quelle image avez-vous de la Belgique? Quelle image avez-vous de la Belgique? Saviez vous que?. Sont d origine belge. Le saxophone. La marque de montres Ice watch. La chaine de fast food Quick. l ile de Porquerolles au large de Toulon appartenait

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux vivre votre argent 27 janvier 2012 Pour ce palmarès 2012, la CLCV et Mieux vivre votre argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014 Assurances de biens et de responsabilité Etude Mars 2014 Tempêtes, grêle et neige : Résultats de l année 2012 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur.

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

Le Marché Touristique ALLEMAND

Le Marché Touristique ALLEMAND CRT Franche-Comté Juin 2014 Le Marché Touristique ALLEMAND 1 Photo : geo.fr Sommaire 1. L Allemagne en quelques chiffres 2. La consommation touristique allemande 3. La France vue par les allemands 4. Le

Plus en détail

SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON

SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON ACO S S STA T SITUATIONS CONTRASTÉES POUR LES ENTREPRISES LORS DU PASSAGE AUX ALLÉGEMENTS DE LA LOI FILLON N - JANVIER 5 Le 1er juillet 3, une réduction unique des cotisations patronales de Sécurité sociale

Plus en détail

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise

La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise 50 salariés et plus / groupes de distribution (GDSA) dans la Branche des Services de l Automobile GPEC La Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences dans votre entreprise Anticiper les enjeux

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013

LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 LES INSUFFISANCES EN MATIERE D EQUIPEMENTS D IMAGERIE MEDICALE EN FRANCE : ETUDE SUR LES DELAIS D ATTENTE POUR UN RENDEZ-VOUS IRM EN 2013 Étude réalisée pour Imagerie Santé Avenir 2013 CEMKA-E VAL 43,

Plus en détail

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité

ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Observatoire des Métiers de la Prévention et de la Sécurité ENQUÊTE DE BRANCHE Prévention - Sécurité Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

Un dispositif d appui aux très petites entreprises

Un dispositif d appui aux très petites entreprises Spectacle vivant Un dispositif d appui aux très petites entreprises DA TPE-SV Votre entreprise a besoin de se développer? Elle emploie moins de cinq salariés? Vous pouvez bénéficier d un accompagnement

Plus en détail

30 concours de saut d obstacles Pro sont filmés et diffusés en direct. Ils servent de support aux paris sportifs en ligne.

30 concours de saut d obstacles Pro sont filmés et diffusés en direct. Ils servent de support aux paris sportifs en ligne. Un nouveau circuit de saut d obstacles Au format très télévisuel Support de paris sportifs en ligne 30 concours de saut d obstacles Pro sont filmés et diffusés en direct. Ils servent de support aux paris

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14

Identification : ERDF-NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14 3. ACCES RACCORDEMENT D Identification : -NOI-RAC-02E Version : V.3.0 Nombre de pages :14 Version Date Nature de la modification Annule et remplace V.1.0 17/10/2013 Version initiale -NOI-RAC-02E V.2.7

Plus en détail

rapport de l observatoire des TArifs bancaires

rapport de l observatoire des TArifs bancaires 2013 rapport de l observatoire des TArifs bancaires 2013 rapport de l observatoire des tarifs bancaires Préambule La loi de régulation bancaire et financière du 22 octobre 2010 a confié au Comité consultatif

Plus en détail

Liste des centres du sommeil homologués par la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil

Liste des centres du sommeil homologués par la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil Liste des centres du sommeil homologués par la Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil Cette liste n est pas exhaustive. Le classement est effectué par ordre alphabétique de région (Alsace,

Plus en détail

l EmPloi CAdrE : une répartition très inégale sur le territoire

l EmPloi CAdrE : une répartition très inégale sur le territoire l EmPloi CAdrE : une répartition très inégale sur le territoire Les études de L emploi cadre n 2015-32 mars 2015 Cadres du privé et zones d emploi : une forte concentration. Les places fortes de l emploi

Plus en détail

fréquentation des sites Move Your Alps

fréquentation des sites Move Your Alps fréquentation des sites Move Your Alps Une hausse globale de 30 % et un été exceptionnel! Statistiques globales Du 1 er Janvier au 31 Août 2014 # Sessions 367 660 # Pages vues 1 497 020 # Utilisateurs

Plus en détail

Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance

Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la sous-traitance Septembre 2010 1 SOMMAIRE 1. Présentation de la Médiation des relations inter-entreprises industrielles et de la soustraitance

Plus en détail

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles

EXPÉRIENCE CLIENT. Baromètre des secteurs assurances et mutuelles EXPÉRIENCE CLIENT Saison 2 # Baromètre des secteurs assurances et mutuelles Etude réalisée par INIT Marketing pour Akio Software en mai 2014 sur un échantillon représentatif de la population française

Plus en détail

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015?

Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015? www.creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Quelles sont les motivations des Français qui font le choix de l investissement locatif en 2015? SEPTEMBRE 2015 sommaire PAGE 02 PAGE

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de

Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de DUT 2010 Mesures Physiques Résultats de l IUT de Reims-Châlons-Charleville (Note de synthèse sur les diplômés de formation initiale hors alternance) Novembre

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens au 1er Juin 2015 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans

Les prélèvements d eau en France en 2009 et leurs évolutions depuis dix ans COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 29 Février 212 Les prélèvements d eau en France en 29 et leurs évolutions depuis dix ans OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT En 29, 33,4 milliards

Plus en détail

au 1er novembre 2013

au 1er novembre 2013 au 1er novembre 2013 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE

TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE TER 2020 : VERS UN NOUVEL ÉQUILIBRE DOSSIER DE PRESSE SNCF CONTACTS PRESSE Clément Nourrit - 01 53 25 76 56 - clement.nourrit@sncf.fr Gaëlle Rual - 01 53 25 74 83 - gaelle.rual@sncf.fr TER 2020 : VERS

Plus en détail

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains

Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Indicateur : population présente tout au long de l année dans les départements littoraux métropolitains Contexte Les communes littorales métropolitaines hébergent plus de 6 millions d habitants et ont

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

Plus de 600 associations 30 000 membres adultes 1100 jeunes, 1500 scolaires

Plus de 600 associations 30 000 membres adultes 1100 jeunes, 1500 scolaires Plus de 600 associations 30 000 membres adultes 1100 jeunes, 1500 scolaires I / Ile de France Gaphil II / Nord-Pas de Calais IIA / Picardie III/ Champagne Ardenne IV / Lorraine VI / Alsace Belfort VII

Plus en détail

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers

Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers 1 er semestre 2013 Réalisé par 1 Édito L Observatoire de l équipement audiovisuel des foyers succède à l Observatoire de l équipement des foyers pour

Plus en détail

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France

ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur. La santé au travail. les régions de France Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé ORS Centre, Haute-Normandie, Languedoc-Roussillon, Picardie, Provence-Alpes-Côte d'azur La santé au travail dans les régions de France Collection

Plus en détail

Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs

Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs www.enseignementsup-recherche.gouv.fr @sup_recherche / #1anFUN APPEL A PROJETS CREAMOOCS : DES RESULTATS QUI TEMOIGNENT D UNE FORTE IMPLICATION DES REGROUPEMENTS

Plus en détail

RAPPORT 2012 DE L OPTL - ILE DE FRANCE

RAPPORT 2012 DE L OPTL - ILE DE FRANCE Page 1 RAPPORT 2012 DE L OPTL - ILE DE FRANCE Page 2 Page 3 RAPPORT 2012 DE L OPTL - ILE DE FRANCE Sommaire Sommaire... 3 Edito... 4 Champ d application et d observation... 6 Établissements..14 Effectifs...

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ACCUEIL Bilan trimestriel du 1 er janvier au 31 mars 2014

TABLEAU DE BORD ACCUEIL Bilan trimestriel du 1 er janvier au 31 mars 2014 TABLEAU DE BORD ACCUEIL Bilan trimestriel du 1 er janvier au 31 mars 2014 Sources : base de données Tourinsoft, Google Analytics. Ce tableau de bord trimestriel réuni l ensemble des données et propose

Plus en détail

Projet de programme d actions 2014

Projet de programme d actions 2014 Plan marketing 2014 Projet de programme d actions 2014 OBJECTIFS STRATÉGIQUES Trois objectifs prioritaires ont été proposés dans le cadre du Schéma 2009-2013 : 1- Développer l attractivité du Tarn-et-Garonne

Plus en détail

INSTRUCTION. N 11-002-D61 du 12 janvier 2011 NOR : BCR Z 11 00002 J

INSTRUCTION. N 11-002-D61 du 12 janvier 2011 NOR : BCR Z 11 00002 J INSTRUCTION N 11-002-D61 du 12 janvier 2011 NOR : BCR Z 11 00002 J VERSEMENT AU PROFIT DE L'ÉTAT DES SOMMES DÉPOSÉES SUR DES PRODUITS D'ÉPARGNE RÉGLEMENTÉE ATTEINTES PAR LA PRESCRIPTION TRENTENAIRE ANALYSE

Plus en détail

Radisson Blu Resort & Thalasso DJERBA TUNISIE

Radisson Blu Resort & Thalasso DJERBA TUNISIE Radisson Blu Resort & Thalasso DJERBA TUNISIE Idéalement situé sur la plus belle plage de sable fin de l île de Djerba, le Radisson Blu Resort & Thalasso se fond à merveille dans les splendides paysages

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie

Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie Etude de Besoin de Main-d Oeuvre dans la Plasturgie Année 2013 SOMMAIRE Représentation géographique des projets de recrutement par métier en 2012 Pilotes d'installations lourdes des industries de transformation...

Plus en détail

q u estions santé d économie de la analyse Repères Les primes des contrats individuels des couvertures complémentaires en 1998

q u estions santé d économie de la analyse Repères Les primes des contrats individuels des couvertures complémentaires en 1998 Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé analyse Repères Depuis plusieurs années, l IRDES étudie le marché de la couverture complémentaire et a élaboré, en 1998,

Plus en détail

Réglementation Organisation Marché Collecte Traitement Comparaison Perspectives Données européenne. Médicaments. Collection Repères

Réglementation Organisation Marché Collecte Traitement Comparaison Perspectives Données européenne. Médicaments. Collection Repères Réglementation Organisation Marché Collecte Traitement Comparaison Perspectives Données européenne 2013 Médicaments Collection Repères Les médicaments non utilisés (MNU), périmés ou non, sont des médicaments

Plus en détail

Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013

Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013 Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013 Harmonie Mutuelle, mutuelle soumise aux dispositions du livre

Plus en détail

Revue du département des Ardennes (08)

Revue du département des Ardennes (08) L automobilisme Ardennais L automobilisme Ardennais N 7 Juillet 1935 Les décrets-lois et l automobilisme... Page 1 Itinéraire du 1 er septembre 1935... Page 3 Sedan et sa région dans l histoire Ch. GAILLY

Plus en détail

Pour renforcer la politique foncière d aménagement rural et d installations agricoles : le partenariat Région Safer

Pour renforcer la politique foncière d aménagement rural et d installations agricoles : le partenariat Région Safer Pour renforcer la politique foncière d aménagement rural et d installations agricoles : le partenariat Région Safer Ce document est issu d une concertation entre la Fédération Nationale des Sociétés d

Plus en détail

La mobilité. Au service des Outre-mer

La mobilité. Au service des Outre-mer La mobilité Au service des Outre-mer L Agence de l Outre-mer pour la Mobilité (LADOM) est une agence d Etat au service des originaires et résidents des collectivités d outre-mer. LADOM a pour mission première

Plus en détail

Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial

Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial Chaire Attractivité et Nouveau Marketing Territorial Dossier de presse Contact Chaire : Joël Gayet Mobile : 00 33 6 09 51 15 70 Jgayet.chaire anmt@sciencespo aix.fr Contact Sciences Po Aix : Noëlline Souris

Plus en détail

REGION HAUTE-NORMANDIE

REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la Région Haute-Normandie et de la Région Basse-Normandie REGION HAUTE-NORMANDIE Évaluation des effets d une fusion de la région Haute-Normandie et de la région Basse-Normandie

Plus en détail

Septembre 2010 - N 87 L édition 2010 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique. Enquête réalisée du 18 au 20 juin 2010

Septembre 2010 - N 87 L édition 2010 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique. Enquête réalisée du 18 au 20 juin 2010 Septembre 10 - N 87 L édition 10 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique Enquête réalisée du 18 au juin 10 Depuis 1987, le Game Fair a élu domicile dans le cadre prestigieux

Plus en détail

ORGANISATION SAINT SULPICE VELO SPORT. 1742 Route d Azas 81370 Saint Sulpice : 05.63.41.82.69 E-mail : jean-claude.cayrol31@orange.

ORGANISATION SAINT SULPICE VELO SPORT. 1742 Route d Azas 81370 Saint Sulpice : 05.63.41.82.69 E-mail : jean-claude.cayrol31@orange. ORGANISATION SAINT SULPICE VELO SPORT 1742 Route d Azas 81370 Saint Sulpice : 05.63.41.82.69 E-mail : jean-claude.cayrol31@orange.fr Engagements : Via le site internet de la Fédération Française de Cyclisme

Plus en détail

Votre Conseiller ZECIBLE by NOTE BLEUE : Julie PERISSE julie@zecible.fr 05 61 91 30 40 BP 4 31370 RIEUMES www.zecible.fr

Votre Conseiller ZECIBLE by NOTE BLEUE : Julie PERISSE julie@zecible.fr 05 61 91 30 40 BP 4 31370 RIEUMES www.zecible.fr Zecible Location et Achat de Fichiers Décideurs, B2B & B2C Votre Conseiller ZECIBLE by NOTE BLEUE : Julie PERISSE julie@zecible.fr 05 61 91 30 40 BP 4 31370 RIEUMES www.zecible.fr VOTRE CONSEILLER ZECIBLE

Plus en détail

RÉSIDENCE AFFAIRES QUARTZ. RÉSIDENCE le. www.terresens.com

RÉSIDENCE AFFAIRES QUARTZ. RÉSIDENCE le. www.terresens.com RÉSIDENCE AFFAIRES RÉSIDENCE le QUARTZ French Riviera www.terresens.com 2 la situation Paris : A6 Lyon - Marseille, A8 Cannes puis sortie 42 Cannes-centre / Le Cannet Lyon : A7 Marseille, A8 Cannes puis

Plus en détail