Evolution des résidences secondaires entre 1990 et 2006

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evolution des résidences secondaires entre 1990 et 2006"

Transcription

1 Evolution des entre 1990 et 2006 Page 1/81

2 Page 2/81

3 Introduction 5 1 ère partie : Les par région Le nombre et la part de par région en 1999 et Evolution du nombre de par région entre 1990 et ème partie : Les par département Le nombre et la part de par département en 1999 et Evolution du nombre de par département entre 1990 et ème partie : Les dans l Orne Les par pays de l Orne 36 A - Le nombre et la part de par pays de l Orne en 1999 et B - Evolution du nombre de par pays de l Orne entre 1990 et Les par EPCI de l Orne 40 A - Le nombre et la part de par EPCI de l Orne en 1999 et B - Evolution du nombre de par EPCI de l Orne entre 1990 et Les EPCI du Pays d Alençon 44 A - Le nombre et la part de par EPCI du Pays d Alençon en 1999 et B - Evolution du nombre de par EPCI du Pays d Alençon entre 1990 et Les EPCI du Pays d Argentan Pays d Auge Ornais 48 A - Le nombre et la part de par EPCI du PAPAO en 1999 et B - Evolution du nombre de par EPCI du PAPAO entre 1990 et Les EPCI du Pays d Ouche 52 A - Le nombre et la part de par EPCI du Pays d Ouche en 1999 et B - Evolution du nombre de par EPCI du Pays d Ouche entre 1990 et Les EPCI du Pays du Bocage 56 Page 3/81

4 A - Le nombre et la part de par EPCI du Pays du Bocage en 1999 et B - Evolution du nombre de par EPCI du Pays du Bocage entre 1990 et Les EPCI du Pays du Perche 60 A - Le nombre et la part de par EPCI du Pays d Ouche en 1999 et B - Evolution du nombre de par EPCI du Pays du Perche entre 1990 et Synthèse 65 Annexes 67 Evolution du nombre de par EPCI de l'orne entre 1990 et Résidences par commune de l Orne en 1990, 1999 et Page 4/81

5 Introduction Les résidents constituent une source d enrichissement pour l économie ornaise : apport de revenus dans l économie locale, création d emplois saisonniers, augmentation de la consommation, contribution aux taxes locales, etc. Ainsi, de nombreux villages ont pu conserver leurs commerces grâce à ces habitants au pouvoir d achat plus élevé. Si l Orne a été, depuis longtemps, un lieu de villégiature pour des urbains en mal de nature, sa destination est cependant beaucoup moins prisée que les côtes normandes. Malgré les efforts de communication des collectivités locales, l Orne reste un département peu connu. Cependant, depuis quelques années, l accroissement de la fréquentation du territoire départemental s est fait grâce à la valorisation de ses régions naturelles : le Perche, le Pays d Ouche, le Pays d Auge, le Bocage. Tableau n 1 : Evolution des en France métropolitaine, en Basse-Normandie et dans l'orne entre 1968 et 2006 Années France métropolitaine Basse-Normandie Orne nombre évolution nombre évolution nombre évolution % % % % % % % % % % % % % % % Source : INSEE, recensements 1968, 1975, 1982, 19990, 1999 et 2006 La France a connu un accroissement très important du nombre de entre 1968 et Ce même phénomène s est retrouvé en Page 5/81

6 Basse-Normandie et dans l Orne. Par contre, à compter de 1990, la hausse s est fortement ralentie. L objet de cette étude n est pas d expliquer précisément les raisons de l accroissement ou de la baisse du nombre de résidents dans l Orne, mais de situer cette évolution dans ce département, en Basse-Normandie et en France. La connaissance du nombre de nous semble un indicateur intéressant de l attractivité économique d un territoire. Au niveau départemental, l analyse porte sur un découpage par pays et par établissement public de coopération intercommunal (EPCI) ; ces deux dernières entités constituent des territoires de projets. En annexe, le lecteur trouvera les données détaillées par commune. Il s agit de l actualisation d une étude réalisée en 2000 par la, portant sur l évolution des entre les recensements INSEE de 1975 et de Purement quantitative, cette étude est strictement limitée à une exploitation statistique et à l analyse du nombre de par rapport aux. Ainsi, les vacants et les occasionnels sortent du champ de la présente étude. Page 6/81

7 Quelques définitions 1. Logement : un logement est défini du point de vue de son utilisation. C'est un local utilisé pour l'habitation : séparé, c'est-à-dire complètement fermé par des murs et cloisons, sans communication avec un autre local, si ce n'est par les parties communes de l'immeuble (couloir, escalier, vestibule, etc.) ; indépendant, à savoir ayant une entrée propre avec un accès direct sur l'extérieur ou les parties communes de l'immeuble, sans devoir traverser un autre local. Les se répartissent en quatre catégories : principales,, occasionnels, vacants. Il existe des présentant des caractéristiques particulières, néanmoins pris en compte par l'insee : les -foyers pour personnes âgées, les chambres meublées, les habitations précaires ou de fortune (caravanes, mobile homes, etc.). 2. Résidence principale : c est un logement occupé de façon habituelle et à titre principal par une ou plusieurs personnes qui constituent un ménage. Il y a ainsi égalité entre le nombre de principales et le nombre de ménages. 3. Résidence secondaire : c est un logement utilisé pour les week-ends, les loisirs ou les vacances, y compris les meublés loués (ou à louer) pour des séjours touristiques. 4. Logement vacant : c est un logement inoccupé se trouvant dans l'un des cas suivants : proposé à la vente, à la location, déjà attribué à un acheteur ou un locataire, et en attente d'occupation, en attente de règlement de succession, conservé par un employeur pour un usage futur au profit d'un de ses employés, gardé vacant et sans affectation précise par le propriétaire (exemple : un logement très vétuste, etc.). 5. Logement occasionnel : c est un logement ou une pièce indépendante, utilisé occasionnellement pour des raisons professionnelles (par exemple, le pied-à-terre professionnel d'une personne qui ne rentre qu'en fin de semaine auprès de sa famille). 6. Le nombre de est la différence entre le nombre total de et le nombre de vacants. 7. La part de se calcule en divisant le nombre de sur un territoire par le nombre de (ou parc de ). Source : INSEE, Définitions et méthodes, site internet www. insee.fr Page 7/81

8 Page 8/81

9 1 ère partie Les par région Page 9/81

10 1 - Le nombre et la part de par région en 1999 et 2006 Ces deux cartes montrent que la part des 1 reste répartie de manière homogène sur le territoire et ne s est pas modifiée, de façon visible, entre 1999 et 2006 : une proportion supérieure à la moyenne nationale (11 % en 2006, 12 % en 1999) dans les régions côtières ainsi que dans les régions touristiques ; une part de nettement inférieure à la moyenne nationale dans les régions situées au nord et à l est de l Ile-de-France 1 Cf définition page 5 Page 10/81

11 En 1999 En 2006 Part des 21 % et + de 11 à 20 % de 6 à 10 % de 0 à 5 % Sources : INSEE, recensement 1999 et 2006,, février 2010 Page 11/81

12 Tableau n 2 : Résidences par région en 1999 et Régions * Part des ** * Part des ** Alsace % % 21 Aquitaine % % 9 Auvergne % % 8 Basse-Normandie % % 4 Bourgogne % % 13 Bretagne % % 5 Centre % % 14 Champagne-Ardenne % % 18 Corse % % 1 Franche-Comté % % 15 Haute-Normandie % % 17 Ile-de-France % % 22 Languedoc-Roussillon % % 2 Limousin % % 7 Lorraine % % 19 Midi-Pyrénées % % 12 Nord-Pas-de-Calais % % 20 Pays de la Loire % % 10 Picardie % % 16 Poitou-Charentes % % 6 Provence-Alpes-Côte-d'Azur % % 3 Rhône-Alpes % % 11 France métropolitaine % % - Total France métropolitaine (hors Ile-de-France) % % - Source : INSEE, recensements 1999 et 2006 * : en nb de ; ** : en part des Page 12/81

13 Avec une part de de 17 %, la Basse- Normandie occupe le 4 ème rang des régions françaises métropolitaines derrière la Corse (36 %), le Languedoc-Roussillon (23 %) et Provence-Alpes-Côte d'azur (18%). En nombre de, la Basse-Normandie se situe au 8 ème rang derrière les régions Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon, Bretagne, Pays de la Loire, Aquitaine et Midi-Pyrénées. Tableau n 3 : Résidences en Basse-Normandie et dans les régions limitrophes en 1999 et Régions * Part des ** * Part des ** Basse-Normandie % % 4 Bretagne % % 5 Centre % % 14 Haute-Normandie % % 17 Pays de la Loire % % 10 Source : INSEE, recensements 1999 et 2006 * : en nb de ; ** : en part des Si on la compare aux régions limitrophes, la Basse-Normandie est la région qui présente la plus forte part de dans l ensemble des. Les régions Centre et Haute-Normandie disposent respectivement de 1,5 et 3,3 fois moins de que la Basse- Normandie. Par contre, la Bretagne et les Pays de la Loire disposent respectivement de 1,8 et 1,7 fois plus de que la Basse-Normandie. Page 13/81

14 2 - Evolution du nombre de par région entre 1990 et 2006 Les deux cartes ci-contre montrent que l accroissement du nombre de dans les régions côtières, constaté durant la période , s est perpétué durant la période Il s est même accentué dans les régions Bretagne, Poitou- Charentes et Aquitaine. Par contre, à l inverse de la période précédente, le Limousin a connu une stagnation et l Ile-de-France, une augmentation du nombre de. Page 14/81

15 Entre 1990 et 1999 Entre 1999 et 2006 Evolution du nombre de 24 % et + de + 8 % à + 23 % de 0 à + 7 % de - 0,01 % à - 30 % Sources : INSEE, recensements 1990, 1999 et 2006,, février 2010 Page 15/81

16 Tableau n 4 : Evolution du parc des par région entre 1990 et 2006 Evolution Régions moyenne annuelle * Alsace % % 3 0 % 0,00 % Aquitaine % % % 2,02 % Auvergne % % % 0,04 % Basse-Normandie % % % 1,33 % Bourgogne % % % - 0,24 % Bretagne % % % 2,00 % Centre % % % - 0,93 % Champagne-Ardenne % % % - 0,63 % Corse % % % 1,94 % Franche-Comté % % % - 0,16 % Haute-Normandie % % % - 0,48 % Ile-de-France % % % 0,50 % Languedoc-Roussillon % % % 2,13 % Limousin % % % 0,73 % Lorraine % % % 0,37 % Midi-Pyrénées % % % 1,34 % Nord-Pas-de-Calais % % % 1,04 % Pays de la Loire % % % 1,78 % Picardie % % % - 1,33 % Poitou-Charentes % % % 2,94 % Provence-Alpes-Côte-d'Azur % % % 1,58 % Rhône-Alpes % % % 0,73 % France métropolitaine % % % 1,17 % Total France métropolitaine (hors Ile-de-France) % % % 1,19 % Source : INSEE, recensements 1990, 1999 et 2006 * sur 16 ans de 1990 à 2006 Page 16/81

17 Durant les deux périodes et , la moyenne de l évolution du nombre de en France métropolitaine a été respectivement + 9 % et + 8 %, soit 1,17 %/an sur 16 ans. On peut classer les régions en quatre groupes 2 : Groupes Groupe n 1 : forte hausse Groupe n 2 : hausse Groupe n 3 : stagnation Groupe n 4 : baisse Régions Aquitaine, Bretagne, Corse, Languedoc-Roussillon, Poitou-Charentes, Basse-Normandie, Limousin, Midi-Pyrénées, Nord-Pas-de-Calais, Pays de la Loire, Provence-Alpes-Côte-d Azur, Rhône-Alpes, Alsace, Auvergne, Ile-de-France, Lorraine, Bourgogne, Centre, Champagne-Ardennes, Franche-Comté, Haute-Normandie, Picardie Grâce à sa situation privilégiée (proche de la région parisienne) et à ses nombreux atouts naturels (le littoral, le Mont-Saint-Michel, la Suisse normande, le Perche, etc), la Basse-Normandie enregistre une croissance continue du nombre de ses, quoique plus faible durant la dernière période (+ 9 % contre + 12 %). 2-1 er groupe : régions qui ont connu une augmentation très forte, soit plus de 30 % sur 16 ans ; - 2 ème groupe : régions qui ont connu une augmentation forte, soit de 8 % à 30 % sur 16 ans ; - 3 ème groupe : régions qui ont connu une stagnation ou une augmentation inférieure à la moyenne nationale, soit de 0 % à 7 % sur 16 ans ; - 4 ème groupe : régions qui ont connu une baisse sur 16 ans. Page 17/81

18 Page 18/81

19 2 ème partie Les par département Page 19/81

20 1 - Le nombre et la part de par département en 1999 et 2006 Un examen des cartes ci-contre permet d affiner le constat que l on faisait auparavant par région. Dans la répartition de la part des, on relève une plus grande hétérogénéité dans les départements que dans les régions : une part élevée des au sein des départements côtiers (Finistère, Calvados, Vendée, Charente- Maritime, Landes, Var, Alpes-Maritimes, etc), les départements montagneux (Savoie, Hautes-Alpes, Jura, etc), à fort attrait touristique hivernal ou estival (Ardèche, Puy-de- Dôme, Gard, Corse, etc) ; une part de en dessous de la moyenne nationale pour 60 % des départements français métropolitains ; la part la plus faible (0 à 5 %) se situe surtout dans le nord et l est de la France, et dans une partie du centre ouest. Page 20/81

21 En 1999 En 2006 Part des 21 % et + de 11 à 20 % de 6 à 10 % de 0 à 5 % Sources : INSEE, recensements 1999 et 2006,, février 2010 Page 21/81

22 Tableau n 5 : Résidences par département en 1999 et Départements * Part des ** * Part des ** Ain % % 60 Aisne % % 74 Allier % % 49 Alpes-de-Haute-Provence % % 5 Alpes-Maritimes % % 15 Ardèche % % 21 Ardennes % % 75 Ariège % % 11 Aube % % 72 Aude % % 9 Aveyron % % 25 Bas-Rhin % % 85 Bouches-du-Rhône % % 80 Calvados % % 24 Cantal % % 18 Charente % % 61 Charente-Maritime % % 12 Cher % % 45 Corrèze % % 28 Corse-du-Sud % % 2 Côte-d'Or % % 63 Côtes-d'Armor % % 27 Creuse % % 16 Deux-Sèvres % % 69 Dordogne % % 30 Doubs % % 71 Drôme % % 48 Essonne % % 92 Eure % % 54 Eure-et-Loir % % 55 Page 22/81

23 Tableau n 5 : Résidences par département en 1999 et 2006 (suite) Départements * Part des ** * Part des ** Finistère % % 31 Gard % % 34 Gers % % 40 Gironde % % 44 Haute-Corse % % 6 Haute-Garonne % % 77 Haute-Loire % % 22 Haute-Marne % % 52 Hautes-Alpes % % 1 Haute-Saône % % 53 Haute-Savoie % % 13 Hautes-Pyrénées % % 17 Haute-Vienne % % 50 Haut-Rhin % % 83 Hauts-de-Seine % % 89 Hérault % % 19 Ille-et-Vilaine % % 58 Indre % % 38 Indre-et-Loire % % 73 Isère % % 43 Jura % % 36 Landes % % 14 Loire % % 70 Loire-Atlantique % % 37 Loiret % % 65 Loir-et-Cher % % 42 Lot % % 20 Lot-et-Garonne % % 62 Lozère % % 4 Maine-et-Loire % % 82 Manche % % 29 Page 23/81

24 Tableau n 5 : Résidences par département en 1999 et 2006 (suite) Départements * Part des ** * Part des ** Marne % % 84 Mayenne % % 68 Meurthe-et-Moselle % % 90 Meuse % % 66 Morbihan % % 23 Moselle % % 86 Nièvre % % 26 Nord % % 93 Oise % % 81 Orne % % 35 Paris % % 76 Pas-de-Calais % % 56 Puy-de-Dôme % % 39 Pyrénées-Atlantiques % % 33 Pyrénées-Orientales % % 7 Rhône % % 87 Saône-et-Loire % % 47 Sarthe % % 67 Savoie % % 3 Seine-et-Marne % % 79 Seine-Maritime % % 78 Seine-Saint-Denis % % 96 Somme % % 46 Tarn % % 51 Tarn-et-Garonne % % 59 Territoire-de-Belfort % % 91 Val-de-Marne % % 95 Val-d'Oise % % 94 Var % % 10 Vaucluse % % 57 Vendée % % 8 Page 24/81

25 Tableau n 5 : Résidences par département en 1999 et 2006 (suite) Départements * Part des ** * Part des ** Vienne % % 64 Vosges % % 41 Yonne % % 32 Yvelines % % 88 France métropolitaine % % - Total France métropolitaine (hors départements de l'ile-de-france) % % - Source : INSEE, recensements 1999 et 2006 * : en nb de ; ** : en part des Avec une part de 11 % de, l Orne se situe, en 2006, dans la moyenne nationale hors départements de l Ile-de- France (11 %) et occupe le 51 ème rang national (50 ème rang en 1999). En nombre de, elle se situe au 35 ème rang, sans changement depuis Page 25/81

26 Tableau n 6 : Résidences par département bas-normand et limitrophe de la Basse-Normandie en 1999 et Départements * Part des ** * Part des ** Départements bas-normands Calvados % % 24 Manche % % 29 Orne % % 35 Départements limitrophes de la Basse-Normandie (hors départements bas-normands) Eure % % 54 Eure-et-Loir % % 55 Ille-et-Vilaine % % 58 Mayenne % % 68 Sarthe % % 67 Seine-Maritime % % 78 Source : INSEE, recensements 1999 et 2006 * : en nb de ; ** : en part des Page 26/81

27 En Basse-Normandie, l Orne est le département qui présente le plus faible taux de dans l ensemble des. Il faut toutefois noter que les deux autres départements sont côtiers, ce qui peut expliquer en partie cette différence. La Manche dispose de 2,4 fois plus de que l Orne, et le Calvados, 4,2 fois plus. Par rapport aux départements limitrophes de la Basse-Normandie (hors départements bas-normands) l Orne présente : une part plus importante de dans les ; un nombre de plus élevé que l Eureet-Loir, la Mayenne et la Sarthe, mais moins élevé que l Eure, l Ille-et-Vilaine et la Seine-Maritime. Page 27/81

28 2 - Evolution du nombre de par département entre 1990 et 2006 Les deux cartes ci-contre montrent que l accroissement du nombre de dans les départements côtiers, constaté durant la période , s est perpétué durant la période Il s est même accentué dans certains départements : Finistère, Vendée, Landes, Pyrénées-Atlantiques, Gard et Bouches-du-Rhone. Page 28/81

29 Entre 1990 et 1999 Entre 1999 et 2006 Evolution du nombre de 24 % et + de + 8 % à + 23 % de 0 à + 7 % de - 0,01 % à - 30 % Sources : INSEE, recensements 1990, 1999 et 2006,, février 2010 Page 29/81

30 Tableau n 7 : Evolution du nombre de par département entre 1990 et 2006 Evolution Départements moyenne annuelle * Ain % % % - 0,56 % Aisne % % % - 1,64 % Allier % % % 0,00 % Alpes-de-Haute-Provence % % % 1,15 % Alpes-Maritimes % % % 1,44 % Ardèche % % % 1,71 % Ardennes % % % - 0,49 % Ariège % % % 1,18 % Aube % % % - 1,08 % Aude % % % 2,18 % Aveyron % % % 1,33 % Bas-Rhin % % % - 0,20 % Bouches-du-Rhône % % % 0,65 % Calvados % % % 1,33 % Cantal % % % 0,98 % Charente % % % 1,36 % Charente-Maritime % % % 4,03 % Cher % % % - 0,55 % Corrèze % % % 1,21 % Corse-du-Sud % % % 2,11 % Côte-d'Or % % % - 0,11 % Côtes-d'Armor % % % 1,70 % Creuse % % % 0,94 % Deux-Sèvres % % % 0,68 % Dordogne % % % 2,20 % Doubs % % % - 0,22 % Drôme % % % 1,28 % Essonne % % % - 2,82 % Eure % % % - 1,12 % Eure-et-Loir % % % - 1,76 % Finistère % % % 2,54 % Page 30/81

31 Tableau n 7 : Evolution du nombre de par département entre 1990 et 2006 (suite) Evolution Départements moyenne annuelle * Gard % % % 0,99 % Gers % % % 1,75 % Gironde % % % 1,19 % Haute-Corse % % % 1,78 % Haute-Garonne % % % 0,43 % Haute-Loire % % % - 0,43 % Haute-Marne % % % 0,39 % Hautes-Alpes % % % 1,74 % Haute-Saône % % % - 0,11 % Haute-Savoie % % % 1,31 % Hautes-Pyrénées % % % 2,32 % Haute-Vienne % % % - 0,03 % Haut-Rhin % % % 0,28 % Hauts-de-Seine % % % 2,95 % Hérault % % % 2,08 % Ille-et-Vilaine % % % 0,24 % Indre % % % 0,24 % Indre-et-Loire % % % - 0,53 % Isère % % % - 0,15 % Jura % % % - 0,14 % Landes % % % 2,55 % Loire % % % - 1,29 % Loire-Atlantique % % % 1,52 % Loiret % % % - 1,65 % Loir-et-Cher % % % - 0,62 % Lot % % % 1,53 % Lot-et-Garonne % % % 1,43 % Lozère % % % 1,44 % Maine-et-Loire % % % - 1,03 % Manche % % % 2,29 % Marne % % % - 1,22 % Mayenne % 19 0 % % 0,17 % Page 31/81

32 Tableau n 7 : Evolution du nombre de par département entre 1990 et 2006 (suite) Evolution Départements moyenne annuelle * Meurthe-et-Moselle % % % - 1,13 % Meuse % % % - 0,63 % Morbihan % % % 2,68 % Moselle % % 59 1 % 0,05 % Nièvre % % % 0,23 % Nord % % % 0,96 % Oise % % % - 2,61 % Orne % % % - 0,31 % Paris % % % 5,86 % Pas-de-Calais % % % 1,05 % Puy-de-Dôme % % % - 0,03 % Pyrénées-Atlantiques % % % 2,75 % Pyrénées-Orientales % % % 3,04 % Rhône % % % - 1,41 % Saône-et-Loire % % % 0,35 % Sarthe % % % - 0,95 % Savoie % % % 1,32 % Seine-et-Marne % % % - 2,05 % Seine-Maritime % % % 0,35 % Seine-Saint-Denis % % % - 1,37 % Somme % % % - 0,30 % Tarn % % % 1,11 % Tarn-et-Garonne % % % 0,63 % Territoire-de-Belfort % % % - 0,21 % Val-de-Marne % % % - 0,02 % Val-d'Oise % % % - 2,37 % Var % % % 1,91 % Vaucluse % % % 1,74 % Vendée % % % 3,17 % Vienne % 88 1 % % 0,08 % Vosges % % % 1,45 % Page 32/81

33 Tableau n 7 : Evolution du nombre de par département entre 1990 et 2006 (suite) Evolution Départements moyenne annuelle * Yonne % % % - 1,10 % Yvelines % % % - 1,53 % France métropolitaine % % % 1,17 % France métropolitaine (hors départements de l'ile-de-france) % % % 1,19 % Source : INSEE, recensements 1990, 1999 et 2006 * sur 16 ans de 1990 à 2006 Au cours des deux périodes et , les évolutions du nombre de par département en France ont été contrastées : de + 40% à - 31% durant la 1 ère période, de + 38 % à - 25 % pendant la 2 ème période. On peut classer les départements en quatre groupes 3 : Groupes Groupe n 1 : forte hausse Groupe n 2 : hausse Groupe n 3 : stagnation Groupe n 4 : baisse Départements Aude, Charente-Maritime, Corse-du-Sud, Dordogne, Finistère, Hauts-de-Seine, Hautes-Pyrénées, Hérault, Landes, Manche, Morbihan, Paris, Pyrénées- Atlantiques, Pyrénées-Orientales, Var, Vendée Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Ardèche, Ariège, Aveyron, Bouches-du-Rhône, Calvados, Cantal, Charente, Corrèze, Côtes-d'Armor, Creuse, Deux-Sèvres, Drôme, Gard, Gers, Gironde, Hautes-Alpes, Haute-Corse, Haute-Savoie, Loire-Atlantique, Lot, Lot-et-Garonne, Lozère, Nord, Pas-de-Calais, Savoie, Tarn, Tarn-et-Garonne, Vaucluse, Vosges Allier, Haute-Garonne, Haute-Marne, Haut-Rhin, Ille-et-Vilaine, Indre, Mayenne, Moselle, Nièvre, Saône-et-Loire, Seine-Maritime, Val-de-Marne, Vienne Ain, Aisne, Ardennes, Aube, Bas-Rhin, Cher, Côte-d'Or, Doubs, Essonne, Eure, Eure-et-Loir, Haute-Loire, Haute-Saône, Haute-Vienne, Indre-et -Loire, Loir-et-Cher, Loire, Loiret, Isère, Jura, Maine-et-Loire, Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Oise, Orne, Puy-de-Dôme, Rhône, Sarthe, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Somme, Territoire-de-Belfort, Val-d'Oise, Yonne, Yvelines 3-1 er groupe : départements qui ont connu une augmentation très forte, soit plus de 30 % sur 16 ans ; - 2 ème groupe : départements qui ont connu une augmentation forte, soit de 8 % à 30 % sur 16 ans ; - 3 ème groupe : départements qui ont connu une stagnation ou une augmentation inférieure à la moyenne nationale, soit de 0 % à 7 % sur 16 ans ; - 4 ème groupe : départements qui ont connu une baisse sur 16 ans. Page 33/81

34 Tableau n 8 : Evolution du nombre de secondaire de l'orne et des départements limitrophes de la Bassse-Normandie entre 1990 et 2006 Evolution Départements moyenne annuelle * Départements bas-normands Calvados % % % 1,33 % Manche % % % 2,29 % Orne % % % - 0,31 % Départements limitrophes à la Basse-Normandie (hors départements bas-normands) Eure % % % - 1,12 % Eure-et-Loir % % % - 1,76 % Ille-et-Vilaine % % % 0,24 % Mayenne % 19 0 % % 0,17 % Sarthe % % % - 0,95 % Seine-Maritime % % % 0,35 % Entre 1999 et 2006, l Orne a connu une diminution du nombre de ses. Source : INSEE, recensements 1990, 1999 et 2006 * sur 16 ans de 1990 à 2006 Des 3 départements bas-normands, l Orne est le département à avoir enregistré une baisse du nombre de durant cette période. Par contre, si l on compare l Orne aux départements limitrophes de la Basse-Normandie (hors départements bas-normands), seuls l Ille-et- Vilaine et la Mayenne ont constaté une croissance continue du nombre de leurs. Page 34/81

35 Page 35/81

36 3 ème partie Les dans l Orne Page 36/81

37 1 - Les par pays de l Orne A - Le nombre et la part de par pays de l Orne en 1999 et 2006 Ces deux cartes montrent que la part des par pays de l Orne se répartit, sur le territoire, en deux blocs homogènes : - une part égale ou supérieure à la moyenne nationale (11 %) pour les pays situés à l est et à l ouest du département : Pays du Perche, Pays d Ouche et Pays du Bocage ; - une part inférieure à la moyenne nationale pour les pays situés au centre : Pays d Alençon et PAPAO. Tableau n 9 : Résidences par pays de l'orne en 1999 et Départements Part * ** Part *** **** Part * ** Part *** **** Pays d'alençon % % % % 5 Pays d'argentan - Pays d'auge Ornais % % % % 4 Pays d'ouche % % % % 2 Pays du Bocage % % % % 3 Pays du Perche % % % % 1 Total des pays ornais % * % * % * % * Source : INSEE, recensements 1999 et 2006 * : pourcentage des du Pays par rapport au total des pays ; ** : en nb de ; *** : pourcentage des par rapport au nombre de ; **** : en part de Depuis 2006, le Pays du Bocage compte le plus grand nombre de. Pays du Bocage et Pays du Perche réunissent plus de 60 % du nombre de de l ensemble des pays. Les Pays d Alençon et Pays d'argentan - Pays d'auge ornais comptent deux fois moins de que les Pays du Bocage et Pays du Perche. Le Pays d Ouche, compte tenu de sa superficie, possède le moins de. Page 37/81

38 En 1999 En 2006 Part des 21 % et + de 11 à 20 % de 6 à 10 % de 0 à 5 % Sources : INSEE, recensements 1999 et 2006,, février 2010 Page 38/81

39 B - Evolution du nombre de par pays de l Orne entre 1990 et 2006 Tableau n 10 : Evolution du nombre de par pays de l'orne entre 1990 et 2006 Pays ornais Evolution moyenne annuelle * Pays d'alençon % % % -1,02% Pays d'argentan - Pays d'auge Ornais % -48-2% % -0,61% Pays d'ouche % 7 0% -87-5% -0,28% Pays du Bocage % 70 1% 215 4% 0,27% Pays du Perche % % % -0,40% Total des pays ornais % % % -0,33% Source : INSEE, recensements 1990, 1999 et 2006 * sur 16 ans de 1990 à 2006 Depuis 1990, le Pays d Alençon connaît, une baisse du nombre de. Cette diminution a été la plus importante au niveau départemental : 3 fois supérieure à la moyenne départementale. Le Pays du Bocage est le seul des cinq pays de l Orne, à avoir connu une augmentation durant les deux périodes de respectivement de 3 % et 1 %. Le Pays du Perche a enregistré une diminution du nombre de résidents que l on peut expliquer par : - leur «sédentarisation» : les deviennent principales : leurs occupants s installent définitivement dans le Perche pour prendre leur retraite ou pour exercer leur activité professionnelle ; - un changement de type de résidents à l occasion d une transaction immobilière : les habitations, vendues par des résidents, sont achetées par des personnes du pays pour y installer leur résidence principale. Page 39/81

40 Entre 1990 et 1999 Entre 1999 et 2006 Evolution du nombre de 24 % et + de + 8 % à + 23 % de 0 à + 7 % de - 0,01 % à - 30 % Sources : INSEE, recensements 1990, 1999 et 2006,, février 2010 Page 40/81

41 2 - Les par EPCI de l Orne A - Le nombre et la part de par EPCI de l Orne en 1999 et 2006 L examen de ces deux cartes montre que la part de par rapport aux des EPCI a peu évolué entre 1999 et Seule la communauté de communes (cdc) du Bocage carrougien a changé de tranche. A l échelle des EPCI, on note : - une faible part de dans les EPCI se situant à l ouest de l Orne ainsi que dans celles, recensant sur leur territoire une commune fortement peuplée (Alençon, L Aigle, Argentan, Flers) ; - une forte part des dans les EPCI situées à l est du département. Page 41/81

42 En 1999 En 2006 Part des 21 % et + de 11 à 20 % de 6 à 10 % de 0 à 5 % Sources : INSEE, recensements 1999 et 2006,, février 2010 Page 42/81

43 B - Evolution du nombre de de l ensemble des pays par EPCI de l Orne entre 1990 et 2006 L examen de ces deux cartes montre une nette évolution du nombre de, entre les deux périodes et A l échelle des EPCI, on note : - une forte augmentation du nombre de dans les EPCI situés à l ouest de l Orne et dans les cdc du Pays de Longny-au Perche et du Perche Rémalardais ; - une légère augmentation, voire une stagnation, dans les cdc du centre du département. Page 43/81

44 Entre 1990 et 1999 Entre 1999 et 2006 Evolution du nombre de 24 % et + de + 8 % à + 23 % de 0 à + 7 % de - 0,01 % à - 30 % Sources : INSEE, recensements 1990, 1999 et 2006,, février 2010 Page 44/81

45 3 - Les EPCI du Pays d Alençon A - Le nombre et la part de par EPCI du Pays d Alençon en 1999 et 2006 Tableau n 11 : Résidences par EPCI du Pays d'alençon en 1999 et E.P.C.I. Part * ** Part *** **** Part * ** Part *** **** Cdc de l Est-alençonnais 56 2% % % % 9 Cdc du Bocage carrougien % % % % 2 Cdc du Massif de Perseigne 125 5% % % % 5 Cdc du Pays d Essay 109 4% % % % 4 Cdc du Pays de Courtomer % % % % 1 Cdc du Pays de Sées 233 9% % % % 8 Cdc du Pays mêlois % % % % 3 Cdc du Saosnois % % % % 7 Cdc du Vallée du Sarthon 128 5% % % % 6 Communauté urbaine d Alençon % % % % 10 Total Pays d Alençon % * % * % * % * Total des pays ornais * * % * * * % * Source : INSEE, recensements 1999 et 2006 * : pourcentage des du Pays par rapport au total des pays ; ** : en nb de ; *** : pourcentage des par rapport au nombre de ; **** : en part de Dans le Pays d Alençon, on constate : - une part de très faible pour la CUA (1 %) et la cdc de l Est-Alençonnais (4 %) ; - une part de inférieure à la moyenne départementale (11 %) pour les cdc du Pays de Sées et du Saosnois ; - une part de supérieure à la moyenne départementale (11 %) pour les autres cdc avec un taux deux fois supérieur pour la cdc du Pays de Courtomer ; - à elle seule, la cdc du Saosnois réunit un quart des du Pays d Alençon. Page 45/81

46 En 1999 En 2006 Part des 21 % et + de 11 à 20 % de 6 à 10 % de 0 à 5 % Sources : INSEE, recensements 1999 et 2006,, février 2010 Page 46/81

47 B - Evolution du nombre de par EPCI du Pays d Alençon entre 1990 et 2006 Tableau n 12 : Evolution du nombre de par EPCI dans le Pays d'alençon entre 1990 et 2006 E.P.C.I Evolution moyenne annuelle * Cdc du Bocage carrougien % -30-9% % -0,74% Communauté urbaine d Alençon % % % -2,10% Cdc de l Est-alençonnais % -6-11% % -1,29% Cdc du Massif de Perseigne % -6-5% % -1,22% Cdc du Pays de Courtomer % 5 2% % -0,60% Cdc du Pays de Sées % % % -1,45% Cdc du Pays d Essay % % % -1,83% Cdc du Pays mêlois % -8-2% -34-8% -0,53% Cdc du Saosnois % -23-4% % -0,78% Cdc du Vallée du Sarthon % 0 0% % -0,88% Total Pays d Alençon % % % -1,02% Total des pays ornais % % % -0,33% Source : INSEE, recensements 1990, 1999 et 2006 * sur 16 ans de 1990 à 2006 Sur les deux périodes étudiées, les 10 EPCI du Pays d Alençon ont connu une baisse du nombre de. On peut classer les cdc en quatre groupes 4 : Groupes Groupe n 1 : forte hausse Groupe n 2 : hausse Groupe n 3 : diminution Groupe n 4 : forte diminution Cdc du Pays d Alençon Pays de Courtomer, Pays Mêlois Bocage carrougien, Communauté urbaine d Alençon, Est-alençonnais, Massif de Perseigne, Pays de Sées, Pays d Essay, Saosnois, Vallée du Sarthon 4-1er groupe : EPCI qui ont connu une augmentation très forte, soit plus de 30 % sur 16 ans ; - 2ème groupe : EPCI qui ont connu une augmentation forte, soit de 8 % à 30 % sur 16 ans ; - 3ème groupe : EPCI qui ont connu une stagnation ou une augmentation inférieure à la moyenne nationale, soit de 0 % à 7 % sur 16 ans ; - 4ème groupe : EPCI qui ont connu une baisse sur 16 ans. Page 47/81

48 Entre 1990 et 1999 Entre 1999 et 2006 Evolution du nombre de 24 % et + de + 8 % à + 23 % de 0 à + 7 % de - 0,01 % à - 30 % Sources : INSEE, recensements 1990, 1999 et 2006,, février 2010 Page 48/81

49 4 Les EPCI du Pays d Argentan Pays d Auge Ornais (PAPAO) A - Le nombre et la part de par EPCI du PAPAO en 1999 et 2006 Tableau n 13 : Résidences par EPCI du Pays d'argentan-pays d'auge Ornais en 1999 et E.P.C.I. Part * ** Part *** **** Part * ** Part *** **** Cdc du Pays du Merlerault 118 5% % % % 3 Cdc du Pays de Mortrée 221 9% % % % 5 Cdc du Pays de Camembert % % % % 2 Cdc du Pays d Exmes % % % % 4 Cdc du Pays d Argentan 137 6% % % % 9 Cdc de la Vallée de la Dives % % % % 6 Cdc de la Région de Gacé % % % % 1 Cdc de la Plaine d Argentan nord 72 3% % % % 7 Cdc d Ecouché 169 7% % % % 8 Commune isolée 14 1% * 60 23% * 18 1% * 67 27% * Total Pays d Argentan - Pays d Auge Ornais % * % * % * % * Total des pays ornais * * % * * * % * Source : INSEE, recensements 1999 et 2006 * : pourcentage des du Pays par rapport au total des pays ; ** : en nb de ; *** : pourcentage des par rapport au nombre de ; **** : en part de Dans le Pays d'argentan-pays d'auge ornais, on constate : - une part de très faible pour la cdc du Pays d Argentan (1 %) ; - une part de inférieure à la moyenne départementale (11 %) pour les cdc de la Plaine d Argentan Nord et celle d Ecouché ; - une part de supérieure à la moyenne départementale (11 %) pour les 6 autres cdc ; - à elle seule, la cdc du Pays du Camembert réunit près d'un tiers des du Pays d'argentan-pays d'auge Ornais. Page 49/81

50 En 1999 En 2006 Part des 21 % et + de 11 à 20 % de 6 à 10 % de 0 à 5 % Sources : INSEE, recensements 1999 et 2006,, février 2010 Page 50/81

51 B - Evolution du nombre de par EPCI du PAPAO entre 1990 et 2006 Tableau n 14 : Evolution du nombre de par EPCI dans le Pays d Argentan - Pays d Auge Ornais entre 1990 et 2006 Evolution E.P.C.I moyenne annuelle * Cdc d Ecouché % -6-4% % -1,23% Cdc du Pays d Argentan % % % -2,23% Cdc du Pays de Camembert % 50 8% 11 2% 0,10% Cdc du Pays de Mortrée % -11-5% % -1,02% Cdc du Pays d Exmès % -25-9% -9-3% -0,21% Cdc du Pays du Merlerault % 12 10% 23 21% 1,34% Cdc de la Plaine d Argentan nord % 5 7% % -1,58% Cdc de la Région de Gacé % -8-2% -33-7% -0,46% Cdc de la Vallée de la Dives % % % -1,54% Commune isolée % 4 29% -2-10% -0,63% Total Pays d Argentan - Pays d Auge Ornais % -48-2% % -0,61% Total des pays ornais % % % -0,33% Source : INSEE, recensements 1990, 1999 et 2006 * sur 16 ans de 1990 à 2006 Sur les deux périodes étudiées, 8 cdc sur 9 du Pays d Argentan Pays d Auge ornais ont connu une baisse consécutive du nombre de. On peut classer les CdC en quatre groupes : Groupes Groupe n 1 : forte hausse Groupe n 2 : hausse Groupe n 3 : diminution Groupe n 4 : forte diminution Cdc du Pays d Argentan Pays d Auge ornais Pays du Camembert, Pays du Merlerault Pays d Exmes, Région de Gacé Ecouché, Pays d Argentan, Pays de Mortrée, Plaine d Argentan nord, Vallée de la Dives Page 51/81

52 Entre 1990 et 1999 Entre 1999 et 2006 Evolution du nombre de 24 % et + de + 8 % à + 23 % de 0 à + 7 % de - 0,01 % à - 30 % Sources : INSEE, recensements 1990, 1999 et 2006,, février 2010 Page 52/81

53 5 Les EPCI du Pays d Ouche A - Le nombre et la part de par EPCI du Pays d Ouche en 1999 et 2006 Tableau n 15 : Résidences par EPCI du Pays d'ouche en 1999 et E.P.C.I. Part * ** Part *** **** Part * ** Part *** **** CdC de la Ferté-Fresnel % % % % 2 CdC de la Vallée de la Risle % % % % 3 CdC du Pays de L Aigle % % % % 4 CdC du Pays de la Marche % % % % 1 Commune isolée 63 3% * % * 56 3% * % * Total Pays d Ouche % * % * % * % * Total des pays ornais * * % * * * % * Source : INSEE, recensements 1999 et 2006 * : pourcentage des du Pays par rapport au total des pays ; ** : en nb de ; *** : pourcentage des par rapport au nombre de ; **** : en part de Dans le Pays d Ouche, on constate : - une part de inférieure à la moyenne départementale (11 %) pour la CdC du Pays de L Aigle ; - une part de supérieure à la moyenne départementale (11 %) pour les 3 autres cdc ; - la cdc de La Ferté-Fresnel réunit près de 30 % des du Pays d Ouche. Page 53/81

54 En 1999 En Part des 21 % et + de 11 à 20 % de 6 à 10 % de 0 à 5 % Sources : INSEE, recensements 1999 et 2006,, février 2010 Page 54/81

55 B - Evolution du nombre de par EPCI du Pays d Ouche entre 1990 et 2006 Tableau n 16 : Evolution du nombre de par EPCI dans le Pays d'ouche entre 1990 et 2006 E.P.C.I Evolution moyenne annuelle * Cdc de la Ferté-Fresnel % -18-3% -35-6% -0,39% Cdc du Pays de la Marche % 27 6% -8-2% -0,11% Cdc du Pays de L Aigle % -13-2% -31-6% -0,36% Cdc de la Vallée de la Risle % 18 6% 0 0% 0,00% Commune isolée % -7-11% % -1,18% Total Pays d Ouche % 7 0% -87-5% -0,28% Total des pays ornais % % % -0,33% Source : INSEE, recensements 1990, 1999 et 2006 * sur 16 ans de 1990 à 2006 Sur les deux périodes étudiées, 2 communautés de communes du Pays d Ouche sur 4 ont connu une baisse continue du nombre de leurs. On peut classer les cdc en quatre groupes : Groupes Groupe n 1 : forte hausse Groupe n 2 : hausse Groupe n 3 : diminution Groupe n 4 : forte diminution Vallée de la Risle La Ferté-Fresnel, Pays de la Marche, Pays de L Aigle Cdc du Pays d Ouche Page 55/81

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/

LA RÉPARTITION DES PROFESSIONNELS DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ LA RÉPARTITION DES DU RACHAT DE CRÉDIT EN FRANCE http://www.1rachat-crédit.com/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de rachat de crédits

Plus en détail

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/

LA RÉPARTITION DES SERRURIERS EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ LA RÉPARTITION S EN FRANCE http://www.1serrurier.fr/ Les tableaux suivants permettent de retrouver les données détaillées de la répartition des entreprises de serrurerie en France métropolitaine et en

Plus en détail

L Agence MD vous présente

L Agence MD vous présente L Agence MD vous présente 4 Millions d emails BtoB disponibles Focus sur les professions libérales Mise à jour de septembre 2014 1 La Meg@baseB2B 4 Millions d emails de décideurs disponibles L Agence MD

Plus en détail

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI

N 13 S É N A T. 30 octobre 2014 PROJET DE LOI N 13 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 30 octobre 2014 PROJET DE LOI relatif à la délimitation des régions, aux élections régionales et départementales et modifiant le calendrier électoral. (procédure

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires

Plus en détail

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers.

Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Droits d enregistrement et taxe de publicité foncière sur les mutations à titre onéreux d immeubles et de droits immobiliers. Taux, abattements et exonérations

Plus en détail

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales

ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales ARRETE Arrêté du 21 décembre 2012 relatif au tarif annuel et aux modalités de publication des annonces judiciaires et légales NOR: MCCE1240070A Version consolidée au 16 janvier 2015 Le ministre de l'économie

Plus en détail

La France face à la pénurie de maisons de retraite

La France face à la pénurie de maisons de retraite OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à la pénurie de maisons de retraite Situation actuelle et à venir, à l échelle régionale et départementale OBSERVATOIRE 2014 CAP RETRAITE La France face à

Plus en détail

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13

Mutualité Fonction Publique 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 62 Rue Jeanne d Arc 75640 PARIS Cedex 13 DIRECTION DE LA SANTE Département Relations avec les Professionnels de Santé Dossier suivi par : Monique LEFRANCOIS Réf. : 19/2005/ML/MPD Paris, le 22 décembre

Plus en détail

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011

Fonds de Dotation L observatoire Deloitte. N 20 31 décembre 2011 Fonds de Dotation L observatoire Deloitte N 20 31 décembre 2011 Éditorial L année vient de s achever avec 863 fonds de dotation enregistrés au 31 décembre 2011. C est une année record car pas moins de

Plus en détail

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire

Liste des laboratoires agréés pour la réalisation des analyses officielles dans le domaine de la microbiologie alimentaire A - Dénombrement des micro-organismes aérobies à 30 C (= colonies aérobies = flore aérobie mésophile), Il regroupe les essais - Dénombrement des entérobactéries, suivants: - Dénombrement des Escherichia

Plus en détail

La filière de l expertise comptable

La filière de l expertise comptable La filière de l expertise comptable Comptabilité Audit Conseil Gestion Finance Une promesse d avenirs CURSUS Débouchés Une filière qui offre des parcours de formation à la carte... La filière de l expertise

Plus en détail

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte

CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE. Procédure d ouverture d un compte dans le cadre du droit au compte CHARTE D ACCESSIBILITÉ POUR RENFORCER L EFFECTIVITÉ DU DROIT AU COMPTE Préambule Le droit au compte figure dans la législation française comme un principe fondamental. Le code monétaire et financier (article

Plus en détail

Bilan de l année 2011

Bilan de l année 2011 LE PERMIS A POINTS Bilan de l année DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION DE LA CIRCULATION ET DE LA SECURITE ROUTIERES BUREAU DE LA SECURITE ET DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

- Éléments de référence 2013 pour 2014 -

- Éléments de référence 2013 pour 2014 - - Éléments de référence 2013 pour 2014 - I - TAXE FONCIÈRE DÉPARTEMENTALE SUR LES PROPRIÉTÉS BÂTIES moyen de 2013 L article 1636B septies VI du CGI indique que le taux de la taxe foncière sur les propriétés

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Equipements 2008 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2010 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées

Les élèves du premier degré à la rentrée 2012 dans les écoles publiques et privées note d informationdécembre 12.24 À la rentrée 2012, 6 718 900 élèves sont accueillis publiques et privées du premier degré de métropolitaine et des DOM (y compris Mayotte), dont 2 557 000 élèves l enseignement

Plus en détail

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression

Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression Équipements à jets d eau sous haute et très haute pression L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2014 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013. Fichier Ensemble

Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013. Fichier Ensemble Contenu du fichier Base Permanente des Équipements 2013 Fichier Ensemble Liste des variables : AN Année DCIRIS Département, commune et IRIS d implantation de l équipement DEP Département d implantation

Plus en détail

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation

Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation Demande d aide au retour à domicile après hospitalisation > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande L aide au retour à domicile après hospitalisation

Plus en détail

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec

CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION. Guide d accompagnement pour remplir son dossier. En partenariat avec CONJUGUEZ LES MÉTIERS DU BÂTIMENT AU FÉMININ! CONCOURS 2015 / 16 10 e ÉDITION Guide d accompagnement pour remplir son dossier En partenariat avec Qu est-ce que la CAPEB? La Confédération de l Artisanat

Plus en détail

Demande d aide au maintien à domicile

Demande d aide au maintien à domicile Demande d aide au maintien à domicile > Action sociale Vivre chez soi Cette notice a été réalisée pour vous aider à compléter votre demande Vous êtes pensionné(e) civil(e) de l État ou ouvrier retraité(e)

Plus en détail

Performances Hôtelières en France

Performances Hôtelières en France Performances Hôtelières en France Notre actualité TCH Conseil, Evaluation et Transaction In Extenso Tourisme Hôtellerie Restauration, membre du Groupe Deloitte, intègre début 2015 l agence de conseil en

Plus en détail

Soins dentaires : des dérives inacceptables

Soins dentaires : des dérives inacceptables Paris, le 25 novembre 2013 COMMUNIQUE DE PRESSE Soins dentaires : des dérives inacceptables Les soins dentaires représentent un reste à charge conséquent pour les usagers. Ils constituent la principale

Plus en détail

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration

ANNEXE. LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration LOI DU 28 PLUVIÔSE AN VIII (17 février 1800) Concernant la division du territoire français et l administration TITRE Ier. Division du territoire Art. 1er. Le territoire européen de la République sera divisé

Plus en détail

Règlement d Intervention du CONSUEL

Règlement d Intervention du CONSUEL Règlement d Intervention du CONSUEL EN APPLICATION DES DISPOSITIONS DU DÉCRET 72-1120 DU 14 DÉCEMBRE 1972 MODIFIÉ PAR LE DÉCRET 2001-222 DU 6 MARS 2001 ET DES ARRÊTÉS DU 17 OCTOBRE 1973 Titre 1 DISPOSITIONS

Plus en détail

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur "Logement" métropole... 4

SOMMAIRE. I - Synthèse de l'activité 2014... 2. II - Secteur Logement métropole... 4 SOMMAIRE I - Synthèse de l'activité 2014... 2 II - Secteur "Logement" métropole... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS + EXISTANTS... 4 ACTIVITE LOGEMENTS NEUFS... 9 ACTIVITE LOGEMENTS EXISTANTS... 13 ACTIVITE

Plus en détail

Table des Matières. Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6

Table des Matières. Nombre d adoptions Pages 3-4. Nombre d adoptions par zone géographique Page 5. Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6 Statistiques 2013 Table des Matières Nombre d adoptions Pages 3-4 Nombre d adoptions par zone géographique Page 5 Nombre de Visas accordés en 2012 Page 6 Répartition Fille/Garçon Page 7 Tranche d Age des

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES AIRES D ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE

LE FINANCEMENT DES AIRES D ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE CGPC / S5 / FW 2005-0032-01 LE FINANCEMENT DES AIRES D ACCUEIL DES GENS DU VOYAGE Rapport de mission relative aux modalités de mise en œuvre de l aide accordée par l Etat pour la réalisation des aires

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES

DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES DOSSIER DE PRESSE JANVIER 2013 GDF SUEZ S ENGAGE CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ÊTRE UTILE AUX HOMMES SOMMAIRE Précarité Énergétique I. Des actions concrètes pour aider les clients en difficulté

Plus en détail

Être le mieux placé sur le marché

Être le mieux placé sur le marché Répondre à la demande et développer son activité L ÉNERGIE DE PLUS EN PLUS CHÈRE... Pétrole, gaz, électricité, les prix ne cessent d augmenter : la période de l énergie bon marché est terminée. La part

Plus en détail

Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE

Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE ARCHIVES NATIONALES. Etat général des fonds. Fonds postérieurs à la Révolution française. Sous-série Z/6. Z 6. COUR DE JUSTICE DU DÉPARTEMENT DE LA SEINE (3 401 articles environ) Les deux ordonnances du

Plus en détail

Projet de Datamining Supervisé (SODAS) Analyse des régions françaises

Projet de Datamining Supervisé (SODAS) Analyse des régions françaises Master 2 ème Année Ingénierie Statistique et financière Projet de Datamining Supervisé (SODAS) Analyse des régions françaises Réalisé par : Nicolas CHAIGNEAUD Nora SLIMANI Année universitaire 2007-2008

Plus en détail

Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera le 1 er 2008 à celle qui était en vigueur depuis le 1 er janvier 2003.

Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera le 1 er 2008 à celle qui était en vigueur depuis le 1 er janvier 2003. CIRCULAIRE COMMUNE 2007-26 -DRE Paris, le 13/12/2007 Objet : Mise à jour du répertoire professionnel Madame, Monsieur le Directeur, Une nouvelle nomenclature d activités française (NAF) se substituera

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Mars 2014 Assurances de biens et de responsabilité Etude Mars 2014 Tempêtes, grêle et neige : Résultats de l année 2012 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT ("DUCS-PAPIER") ANNEXE E

CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT (DUCS-PAPIER) ANNEXE E CAHIER DES CHARGES DE LA DECLARATION UNIQUE DE COTISATIONS SOCIALES SUR SUPPORT ECRIT ("DUCS-PAPIER") ANNEXE E Table des codes et libellés pour les Caisses de congés payés du BTP Liste des Caisses de congés

Plus en détail

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 2. Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire

Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points. n o 2. Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco L essentiel en quatre points n o 2 Guide entreprises Janvier 2015 Adhésion des entreprises aux institutions de retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

Établissement Français du Sang

Établissement Français du Sang Établissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Normandie Rapport d activité 2010 www.etablissement-francais-du-sang.fr EFS Normandie Dr Patrice

Plus en détail

Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013

Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013 Protocole concernant l organisation des élections des délégués territoriaux au sein d Harmonie Mutuelle prévues au cours du 1er trimestre 2013 Harmonie Mutuelle, mutuelle soumise aux dispositions du livre

Plus en détail

Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département

Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département Tarif des mutuelles santé : Communiqué de presse Lille, le 1er septembre 2011 Tarif des mutuelles santé : un écart de prix de 60% selon le département Le cabinet de conseil Fact&Figures prévoyait en juillet

Plus en détail

BAROMÈTRE VOLTAIRE. Les Français et l orthographe. 1 re édition juin 2015

BAROMÈTRE VOLTAIRE. Les Français et l orthographe. 1 re édition juin 2015 BAROMÈTRE VOLTAIRE Les Français et l orthographe 1 re édition juin 2015 Introduction Qu est-ce que le Projet Voltaire? Depuis 2008, plus de deux millions de Français se sont entraînés avec le Projet Voltaire,

Plus en détail

REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014

REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014 REGLEMENT CHALLENGE LEGRAND VDI Février 2014 Article 1. ORGANISATEUR La société LEGRAND SNC, au capital social de 6 200 000, immatriculée au RCS de LIMOGES, sous le numéro 389 290 586, dont le siège social

Plus en détail

Établissement français du sang

Établissement français du sang Établissement français du sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Île-de-France Rapport d activité 2013 www.etablissement-francais-du-sang.fr Efs ÎLE-DE-FRANCE

Plus en détail

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique

Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique Évaluation des risques professionnels Questions-réponses sur le document unique L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS

Plus en détail

REPÈRES & RÉFÉRENCES STATISTIQUES. enseignements formation recherche

REPÈRES & RÉFÉRENCES STATISTIQUES. enseignements formation recherche REPÈRES & RÉFÉRENCES STATISTIQUES enseignements formation recherche 2014 les académies Hautsde-Seine 971 92 Finistère 29 Seine-Saint-Denis 93 PARIS 75 GUADELOUPE MARTINIQUE 973 GUYANE Côtes-d'Armor 22

Plus en détail

Changer de département à la rentrée

Changer de département à la rentrée A 2011 MUTATIONS Instituteurs Professeurs des écoles Changer de département à la rentrée www.sgen.cfdt.fr novembre 2010 Mensuel 2,50 suppl. au n 197 RCS Strasbourg B 588 505 354 11/10 MA BANQUE EST DIFFÉRENTE,

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE

RAPPORT D ACTIVITÉ FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLÉMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE Sommaire AVANT-PROPOS 02 ÉDITO 04 1. Des effectifs en constante évolution mais

Plus en détail

Le ministre de l intérieur. Mesdames et messieurs les préfets

Le ministre de l intérieur. Mesdames et messieurs les préfets SIRP/GL/JM/N Paris, le 21 avril 2000 Affaire suivie par : Mle Géraldine LACROIX Tél. : 01 49 27 39 82 Réf. : Le ministre de l intérieur à Mesdames et messieurs les préfets NOR INT/K/00/00096/C OBJET :

Plus en détail

journées techniques Pour le développement de bonnes pratiques environnementales dans l artisanat

journées techniques Pour le développement de bonnes pratiques environnementales dans l artisanat journées 201 techniques Pour le développement de bonnes pratiques environnementales dans l artisanat 160 stagiaires formés par le CNIDEP depuis 2010 Amélioration des pratiques environnementales dans les

Plus en détail

ANNEXE VI. Effet de la réforme sur les ressources des collectivités territoriales

ANNEXE VI. Effet de la réforme sur les ressources des collectivités territoriales ANNEXE VI Effet de la réforme sur les ressources des collectivités territoriales SOMMAIRE 1. LES RESSOURCES DES COLLECTIVITES NE SONT PAS MODIFIEES EN 2010, UNE COMPENSATION RELAIS SE SUBSTITUANT A L ANCIENNE

Plus en détail

Liste des titulaires du droit d'usage de l'ecolabel Européen

Liste des titulaires du droit d'usage de l'ecolabel Européen Correspondant AFNOR Certification : Patricia PROIA: Tel : 01 41 62 62 26 Fax : 01 49 17 90 40 Email : patricia.proia@afnor.org Liste des titulaires du droit d'usage de l'ecolabel Européen Edition n 2010/06

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2007

RAPPORT D ACTIVITÉ 2007 RAPPORT D ACTIVITÉ 2007 La Lettre du Président L année 2007 a été marquée par la promulgation de la loi de réforme de protection de l enfance, le 5 mars 2007. Les bouleversements qu elle induit ont modifié

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

Structure tarifaire en Ambulance et Véhicule Sanitaire Léger.

Structure tarifaire en Ambulance et Véhicule Sanitaire Léger. Structure tarifaire en lance et Véhicule Sanitaire Léger. TARIFS APPLICABLES A COMPTER DU 01 FEVRIER 2013. Chaque entreprise applique le tarif défini pour le département ou se situe le siège social de

Plus en détail

Prêts bonifiés à l agriculture

Prêts bonifiés à l agriculture MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction des affaires financières Sous-direction du financement de l agriculture Bureau du crédit Adresse : 78 bis, rue

Plus en détail

LISTE DE POSTES DE CATEGORIE C (FILIERES TECHNIQUE ET SIC)

LISTE DE POSTES DE CATEGORIE C (FILIERES TECHNIQUE ET SIC) LISTE DE S DE CATEGORIE C (FILIERES TECHNIQUE ET SIC) FILIERES LOCALISATION GEOGRAPHIQUE LOCALISATION ADMINISTRATIVE INTITULE DU 1 Ain Gendarmerie Belley Cuisinier au cercle mixte de l'escadron de gendarmerie

Plus en détail

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES SOUS-DIRECTION DU RECRUTEMENT ET DE LA FORMATION BUREAU DU RECRUTEMENT ET DE LA PROMOTION PROFESSIONNELLE

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES SOUS-DIRECTION DU RECRUTEMENT ET DE LA FORMATION BUREAU DU RECRUTEMENT ET DE LA PROMOTION PROFESSIONNELLE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES SOUS-DIRECTION DU RECRUTEMENT ET DE LA FORMATION BUREAU DU RECRUTEMENT ET DE LA PROMOTION PROFESSIONNELLE FICHES DE RENSEIGNEMENTS SE RAPPORTANT AUX

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L EXPERTISE AUTOMOBILE

BAROMÈTRE DE L EXPERTISE AUTOMOBILE BAROMÈTRE DE L EXPERTISE AUTOMOBILE Les véhicules les plus vandalisés Les véhicules les plus volés La typologie des sinistres & Les résultats de notre enquête sur l expertise auprès des automobilistes

Plus en détail

Salariés JUIN 2013. Les rachats. Le versement pour la retraite. Le rachat de cotisations. La régularisation de cotisations arriérées

Salariés JUIN 2013. Les rachats. Le versement pour la retraite. Le rachat de cotisations. La régularisation de cotisations arriérées Salariés JUIN 2013 Les rachats Le versement pour la retraite Le rachat de cotisations La régularisation de cotisations arriérées Les rachats Votre carrière comporte des périodes pour lesquelles vous n

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

Situations de travail exposant à l amiante

Situations de travail exposant à l amiante Situations de travail exposant à l amiante L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique et technique

Plus en détail

SOMMAIRE : Remarque d'ordre général Page 2. Remplir le formulaire Page 2. Identification de l'entreprise Page 2. Adresse du siège social Page 3

SOMMAIRE : Remarque d'ordre général Page 2. Remplir le formulaire Page 2. Identification de l'entreprise Page 2. Adresse du siège social Page 3 NOTICE EXPLICATIVE FORMULAIRE D'OPTION POUR LE PAIEMENT DES TAXES FONCIERES (TF) ET DE LA TAXE SUR LES LOCAUX A USAGE DE BUREAUX, LES LOCAUX COMMERCIAUX ET DE STOCKAGE (TSBCS) A LA DIRECTION DES GRANDES

Plus en détail

Résultats de l enquête sur les Ateliers Santé Ville au 31 décembre 2008. Le 30/04/2009

Résultats de l enquête sur les Ateliers Santé Ville au 31 décembre 2008. Le 30/04/2009 Résultats de l enquête sur les Ateliers Santé Ville au 31 décembre 2008 Le 30/04/2009 1 Sommaire Introduction : Objet du marché Création du répertoire Constitution de la base de données Les résultats de

Plus en détail

AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES

AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES AUDIT FRANCE LES FRANCAS FEDERATION NATIONALE LAIQUE DE STRUCTURES ET D ACTIVITES EDUCATIVES, SOCIALES ET CULTURELLES Association reconnue d utilité publique Siège social : 10/14 rue Tolain 75020 PARIS

Plus en détail

Vérifications des machines et appareils de levage

Vérifications des machines et appareils de levage Vérifications des machines et appareils de levage L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme scientifique

Plus en détail

ALLIANCE INFORMATIQUE

ALLIANCE INFORMATIQUE ALLIANCE INFORMATIQUE DATE : Réunion du 5 mars 2014 Nom de l expéditeur : A FAIVRE Nombre de pages, celle-ci comprise : 15 CONFERENCE DES PRESIDENTS 5 MARS 2014 CIG PANTIN 4.1. Conférence des Présidents

Plus en détail

L EMPLOI D AIDE A DOMICILE ENJEUX ECONOMIQUES. Cécile BAZIN. Henitsoa RAHARIMANANA Alexis GUYONVARCH - Jacques MALET. et la CCMSA

L EMPLOI D AIDE A DOMICILE ENJEUX ECONOMIQUES. Cécile BAZIN. Henitsoa RAHARIMANANA Alexis GUYONVARCH - Jacques MALET. et la CCMSA L EMPLOI D AIDE A DOMICILE ENJEUX ECONOMIQUES 3 ème édition - Décembre 2011 Cécile BAZIN Henitsoa RAHARIMANANA Alexis GUYONVARCH - Jacques MALET Etude réalisée en coopération avec l ACOSS-URSSAF et la

Plus en détail

Prévenir le risque de surcharge des véhicules utilitaires légers Les dispositifs embarqués

Prévenir le risque de surcharge des véhicules utilitaires légers Les dispositifs embarqués Prévenir le risque de surcharge des véhicules utilitaires légers Les dispositifs embarqués L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels,

Plus en détail

REGLEMENT DU JEU «Bien-être et prévention»

REGLEMENT DU JEU «Bien-être et prévention» REGLEMENT DU JEU «Bien-être et prévention» Art. 1 : ORGANISATION La Mutuelle Nationale Territoriale, mutuelle régie par le livre II du Code de la Mutualité, enregistrée au Registre National des Mutuelles

Plus en détail

Établissement Français du Sang

Établissement Français du Sang Établissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES EFS Aquitaine-Limousin Rapport d activité 2009 www.etablissement-francais-du-sang.fr EFS Aquitaine-Limousin

Plus en détail

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise

café, restaurant & salon de thé DOSSIER DE CANDIDATURE franchise DOSSIER DE CANDIDATURE franchise 1. DEMANDEUR PHOTO ÉTAT CIVIL Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance / / Adresse Code postal Téléphone fixe Fax Ville tél portable: E-mail Situation familiale :

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR

Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Evolution de la collecte des RPU Réseau OSCOUR Vanina BOUSQUET InVS St MAURICE 20 Mai 2014 Journée plénière de la FEDORU SOMMAIRE Etat des lieux des remontée de RPU Etat des lieux des structures régionales

Plus en détail

Externe : changement de régime de sécurité sociale et autres dispositions

Externe : changement de régime de sécurité sociale et autres dispositions Externe : changement de régime de sécurité sociale et autres dispositions 18/08/2013 Rodolphe LEDIEU 0 Sommaire Introduction 1. Du DFSGM au DFASM : du Régime de Sécurité Sociale Etudiante au Régime Général

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

Atlas fiscal de la France : Édition 2010

Atlas fiscal de la France : Édition 2010 LES CAHIERS DE LA DGFiP Avril 2013 Focus fiscalité Atlas fiscal de la France : Édition 2010 L Atlas fiscal de la France est une nouvelle publication de la DGFiP destinée à proposer une approche du territoire

Plus en détail

Observatoire de l Eolien

Observatoire de l Eolien Observatoire de l Eolien Analyse du marché et des emplois éoliens en France Colloque France Energie Eolienne 2 octobre 2014 Editorial France Energie Eolienne, porte-parole de l éolien, regroupe les professionnels

Plus en détail

Dépassements d honoraires, déremboursements, franchises CREATION DE L OBSERVATOIRE CITOYEN DES RESTES A CHARGE EN SANTE DOSSIER DE PRESSE

Dépassements d honoraires, déremboursements, franchises CREATION DE L OBSERVATOIRE CITOYEN DES RESTES A CHARGE EN SANTE DOSSIER DE PRESSE Dépassemts d honoraires, déremboursemts, franchises CREATION DE L OBSERVATOIRE CITOYEN DES RESTES A CHARGE EN SANTE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse : CISS Collectif Interassociatif Sur la Santé Marc

Plus en détail

Archives généalogiques parisiennes, XVIIIe-XIXe siècle

Archives généalogiques parisiennes, XVIIIe-XIXe siècle Archives généalogiques parisiennes, XVIIIe-XIXe siècle : page 4 Listes de recrutement militaire : Haute-Marne, 1790-1910 : page 5 Nantes, Première Guerre mondiale (1914-1918) : page 6 Recensement militaire

Plus en détail

LIGUE NATIONALE CONTRE LE CANCER UTILISATION DU BACK OFFICE

LIGUE NATIONALE CONTRE LE CANCER UTILISATION DU BACK OFFICE Page d accueil du site national de la Ligue... 2 Page d accueil des Comités départementaux... 3 INTERFACE DE PUBLICATION (BACK OFFICE)... 3 INTERFACE DE PUBLICATION (BACK OFFICE)... 4 Comment un Comité

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Avril 2013

Assurances de biens et de responsabilité. Etude Avril 2013 Assurances de biens et de responsabilité Etude Avril 2013 L assurance des catastrophes naturelles en 2011 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur.

Plus en détail

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE

1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 1985 / 2009 : 25 ANS DE CONCOURS DU CREDIT-BAIL AU FINANCEMENT DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE 2 1985 / 2009 : 25 ans de concours du crédit-bail au financement de l d entreprise* 1.Introduction : le crédit-bail,

Plus en détail

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010

Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Baromètre Ventes et cessions de commerces et d industries en France du 1er janvier 2008 au 31 décembre 2010 Opportunités de croissance ou créations d entreprise, plus de 44 000 commerces ou industries

Plus en détail

de l artisanat Tableau économique ÉTUDES et Recherches Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires

de l artisanat Tableau économique ÉTUDES et Recherches Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Tableau économique de l artisanat MAI 2014 Cahier III : Les entreprises artisanales dans l économie des territoires Tableau économique de l artisanat

Plus en détail

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens

Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens au 1er Juin 2015 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013

Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Quelles sont les banques de détail françaises les plus performantes? 110 établissements à la loupe. Octobre 2013 Sommaire Le Top 15.... 3 Les évolutions récentes... 7 Evolution du PNB... 12 Les résultats

Plus en détail

au 1er novembre 2013

au 1er novembre 2013 au 1er novembre 2013 Politique européenne de cohésion 2007-2013 - Etat d avancement des programmes européens Sommaire Synthèse des objectifs Synthèse générale des programmes européens... 4 Synthèse générale

Plus en détail

RAPPORT FINAL ETUDE SUR LA DENSITE REGIONALE DES TPE. Direction du Commerce, de l Artisanat, des Services et des Professions Libérales

RAPPORT FINAL ETUDE SUR LA DENSITE REGIONALE DES TPE. Direction du Commerce, de l Artisanat, des Services et des Professions Libérales CNRS Université Lyon2 RAPPORT FINAL ETUDE SUR LA DENSITE REGIONALE DES TPE Direction du Commerce, de l Artisanat, des Services et des Professions Libérales Septembre 2006 SOMMAIRE AVANT PROPOS MÉTHODOLOGIQUE...

Plus en détail

Cartographie des métiers de le mutualité

Cartographie des métiers de le mutualité Cartographie des métiers de le mutualité Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone : 01 49 29 42 40 - www.geste.com SIRET

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux vivre votre argent 27 janvier 2012 Pour ce palmarès 2012, la CLCV et Mieux vivre votre argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

MINISTÈRE DES TRAVAUX PUBLICS. Nivellement général de la France. dit Bourdalouë. Carnets des opérateurs et des lecteurs (1855-1863) F/14/4583 à 5672

MINISTÈRE DES TRAVAUX PUBLICS. Nivellement général de la France. dit Bourdalouë. Carnets des opérateurs et des lecteurs (1855-1863) F/14/4583 à 5672 ARCHIVES NATIONALES (PARIS) MINISTÈRE DES TRAVAUX PUBLICS Nivellement général de la France dit Bourdalouë Carnets des opérateurs et des lecteurs (1855-1863) F/14/4583 à 5672 Répertoire numérique par Jean-Philippe

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

Les enjeux du quotidien

Les enjeux du quotidien Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LES JEUX D ARGENT EN LIGNE Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale ATTENTION EMBARGO

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail