AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 9176

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 9176"

Transcription

1 AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 9176 Complément alimentaire Alvityl Multivitamines firme Laboratoires Urgo In this scientific policy advisory report the Superior Health Council of Belgium provides an expert opinion on the safety of placing this dietary supplement (vitamins complex) on the market for children from 1 year. 4 juni INTRODUCTION ET QUESTION Les laboratoires URGO (France) souhaitent abaisser l âge minimal du consommateur de leur produit Alvityl Multivitamines de 3 ans à 1 an. La supplémentation en vitamines des enfants est de pratique courante dans notre pays même si des carences avérées de cette nature se font rares. La diversification de l alimentation en toutes saisons, l enrichissement partiel de plusieurs denrées et les conditions de vie de la population générale ont contribué à une réduction sensible des carences vitaminiques. Seules certaines populations à risque peuvent y être exposées (notamment les grands prématurés, les patients sous chimiothérapies, etc.) mais ces sujets sont d ordinaire suivis dans un cadre thérapeutique. Si de véritables carences en dehors de pathologies spécifiques sont devenues rares voire exceptionnelles chez les enfants, l habitude de les supplémenter s est largement maintenue pour des raisons historiques (scorbut en période d après-guerre, rachitisme, etc.) et ce sont donc le versant d un excès d apport ou d allégations fantaisistes qui ont davantage retenu l attention des instances de santé publique. A cet égard la vitamine A a retenu une attention particulière tant chez les femmes enceintes pour ses effets sur leur descendance (effet tératogène) que chez les nourrissons (pseudo-tumor cerebri). Afin de répondre à la question, l évaluation du dossier a été confiée au groupe de travail permanent NASSA (Nutrition, Alimentation et Santé y compris Sécurité Alimentaire) du Conseil Supérieur de la Santé (CSS) au sein duquel les expertises reprises dans le tableau du point 5 sont représentées. 2. AVIS La composition de Alvityl Multivitamines répond aux besoins des très jeunes enfants et ne présente aucun dépassement (des vitamines) potentiellement à risque. Rien ne s oppose donc à baisser la limite d âge de 3 à 1 an comme le demande le requérant. Moyennant la prise en considération de la remarque générale de l introduction sur les complexes multivitaminés chez les enfants, l avis scientifique du Conseil concernant la sécurité du produit est positif. 1

2 Mots clés Keywords Mesh terms* Sleutelwoorden Mots clés Stichworte Food legislation Legislation, Food Voedingswetgevi Législation, Gesetzgebung ng nutrition Nutrition policy Nutrition policy Voedingsbeleid Politique nutritionnelle Ernährungspoliti k Nutritional Nutritional Nutritionele Besoin Nährstoffbedarf requirement requirement behoefte nutritionnel Food supplement Dietary supplement voedingssupple ment Complément alimentaire Nahrungsergänz ungsmittel Food safety Food Safety Voedselveilighei d Sécurité alimentaire Risk assessment Risk assessment Risicoanalyse Evaluation des Risikobewertung risques Vitamins Vitamins Vitamines Vitamines Vitaminen * MeSH (Medical Subject Headings) is the NLM controlled vocabulary thesaurus used for indexing articles for PubMed. 3. ELABORATION ET ARGUMENTATION CSS NASSA Nutrition, Alimentation et Santé y compris Sécurité Alimentaire 3.1 Méthodologie Après analyse de la demande, le Collège et le président du groupe de travail ont identifié les expertises nécessaires. Les experts du groupe ont rempli une déclaration générale et ad hoc d intérêts et la Commission de Déontologie a évalué le risque potentiel de conflits d intérêts. L avis est basé sur une revue des recommandations belges (cadre légal) et internationales (Europe, France) concernant les vitamines ainsi que sur l opinion des experts au sujet du dossier spécifique transmis par la firme. Après approbation du projet d avis par le groupe permanent en charge du domaine NASSA, le Collège a validé l avis en dernier ressort. 3.2 Elaboration Le produit Alvityl Multivitamines à la dose unique de 5 ml/j contient 3 vitamines liposolubles (ADE) et 8 vitamines hydrosolubles (B1,2,3,5,6,8,9 et C). Toutes les vitamines incluses couvrent quasi exactement le besoin des recommandations du CSS (2009), seule la vitamine D fait exception. L apport d Alvityl est de 2,5 µg alors que la recommandation se situe à 10 µg/j. Aucune vitamine n est donc proposée en excès, loin s en faut. Les additifs présents dans le sirop sont aussi conformes à la réglementation pour les enfants en bas âge. La mention «Forme Equilibre Vitalité» reprise sur l emballage pourrait être débattue mais semble mesurée par rapport à bien des allégations autrement plus fantaisistes parfois imprimées sur les boites. 2

3 4. REFERENCES - CSS. Recommandations nutritionnelles pour la Belgique Révision Brussel: HGR; Advies n (internet: _fr.pdf) - AFSSA Agence Française pour la Sécurité Sanitaire des Aliments, CNERNA-CNRS. Ambroise M. Apports nutritionnels conseillés pour la population française. Paris, France : Tec et Doc Lavoisier; FAO-WHO World Health Organization. Human vitamin and mineral requirements Rome; SCF Scientific Committee for Food. Nutrient and Energy intake for the European Community. Reports of the SCF 33rd series;

4 5. COMPOSITION DU GROUPE DE TRAVAIL Tous les experts ont participé à titre personnel au groupe de travail. Les noms des experts nommés du CSS par AR ainsi que les membres du Bureau et du Collège sont disponibles sur notre site web (page : composition et fonctionnement). Les experts suivants ont participé à l élaboration de l avis : BRASSEUR Daniel nutrition pédiatrique ULB DE BACKER Guy médecine préventive, santé publique, UGent epidémiologie DESTAIN Jacqueline microbiologie industrielle, technologie ULg- FUSAGx HUYGHEBAERT André chimie, technologie UGent KOLANOWSKI Jaroslaw physiologie et physiopathologie de l alimentation ; physiopathologie de l obésité, du syndrome métabolique et du diabète de type 2 UCL MAGHUIN-ROGISTER Guy analyse des denrées alimentaires ULg MELIN Pierrette microbiologie médicale ULg MERTENS Birgit toxicologie, novel foods ISP NEVE Jean chimie thérapeutique et sciences ULB nutritionnelles VAN LOCO Joris chimie, contaminants ISP L administration était représentée par : DE PAUW Katrien compléments alimentaires SPF SPSCAE, DG 4 Le groupe de travail a été présidé par Monsieur Guy DE BACKER et le secrétariat scientifique a été assuré par madame Anouck WITTERS. Les déclaration générales d intérêts des experts ayant approuvé ou validé l avis sont accessibles sur notre site web (page : Conflits d intérêts). 4

5 Au sujet du (CSS) Le est un service fédéral relevant du SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement. Il a été fondé en 1849 et rend des avis scientifiques relatifs à la santé publique aux ministres de la santé publique et de l environnement, à leurs administrations et à quelques agences. Ces avis sont émis sur demande ou d initiative. Le CSS ne prend pas de décisions en matière de politique à mener, il ne les exécute pas mais il tente d indiquer aux décideurs politiques la voie à suivre en matière de santé publique sur base des connaissances scientifiques les plus récentes. Outre son secrétariat interne composé d environ 25 collaborateurs, le Conseil fait appel à un large réseau de plus de 500 experts (professeurs d université, collaborateurs d institutions scientifiques, acteurs de terrain, etc.), parmi lesquels 300 sont nommés à titre d expert du Conseil. Les experts se réunissent au sein de groupes de travail pluridisciplinaires afin d élaborer les avis. En tant qu'organe officiel, le estime fondamental de garantir la neutralité et l'impartialité des avis scientifiques qu'il délivre. A cette fin, il s'est doté d'une structure, de règles et de procédures permettant de répondre efficacement à ces besoins et ce, à chaque étape du cheminement des avis. Les étapes clé dans cette matière sont l'analyse préalable de la demande, la désignation des experts au sein des groupes de travail, l'application d'un système de gestion des conflits d'intérêts potentiels (reposant sur des déclarations d'intérêt, un examen des conflits possibles, et une Commission de Déontologie) et la validation finale des avis par le Collège (organe décisionnel du CSS, constitué de 40 membres issus du pool des experts nommés). Cet ensemble cohérent doit permettre la délivrance d'avis basés sur l'expertise scientifique la plus pointue disponible et ce, dans la plus grande impartialité possible. Les avis des groupes de travail sont présentés au Collège. Après validation, ils sont transmis au requérant et au ministre de la santé publique et sont rendus publics sur le site internet (www.csshgr.be), avec parfois une période d embargo de durée variable pour les avis confidentiels ou sur un projet d Arrêté Royal. Un certain nombre d entre eux sont en outre communiqués à la presse et aux groupes cibles parmi les professionnels du secteur des soins de santé. Le CSS est également un partenaire actif dans le cadre de la construction du réseau EuSANH (European Science Advisory Network for Health), dont le but est d élaborer des avis au niveau européen. Si vous souhaitez rester informé des activités et publications du CSS, vous pouvez envoyer un mail à l adresse suivante : 5

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 9118

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 9118 AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 9118 Recours concernant "Ti-Tox Total avec esbiothrin" contre la décision générale du CAB au sujet des produits contenant de la perméthrine destinés à lutter contre

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8659

AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8659 AVIS DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8659 EAU DE SOURCE GRAND BARBIER Allégation «convient pour la préparation des aliments des nourrissons» 4 août 2010 1. INTRODUCTION ET QUESTION Un dossier, introduit

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8834

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8834 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8834 Implants Poly Implant Prothèse (PIP) Recommandations belges pour la prise en charge des patientes porteuses de prothèses mammaires PIP/M-Implant In this

Plus en détail

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE AVIS 09-2012

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE AVIS 09-2012 COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE AVIS 09-2012 Concerne : Projet d arrêté royal modifiant l arrêté royal du 21 février 2006 fixant les conditions d agrément

Plus en détail

Conseil Supérieur d Hygiène Rue de l Autonomie 4 B-1070 BRUXELLES

Conseil Supérieur d Hygiène Rue de l Autonomie 4 B-1070 BRUXELLES Conseil Supérieur d Hygiène Rue de l Autonomie 4 B-1070 BRUXELLES AVIS DU CONSEIL SUPÉRIEUR D HYGIÈNE Nitrates dans les épinards Date de validation : 5 juillet 2006 CSH 8175 1. Introduction L Administration

Plus en détail

Conseil Supérieur de la Santé

Conseil Supérieur de la Santé VOTRE LETTRE DU 12/11/2012 VOS RÉF. 203.908/L200/PDG NOS RÉF. CSS 8905 DATE 19/02/2013 ANNEXE(S) CONTACT Michèle Ulens TÉL. +32(0)2 525 09 45 FAX +32(0)2 525 09 77 E-MAIL michele.ulens@sante.belgique.be

Plus en détail

Coordination de la coopération scientifique entre l EFSA et la Belgique

Coordination de la coopération scientifique entre l EFSA et la Belgique SPF of Public Health, Food Chain security and Environment 1 Coordination de la coopération scientifique entre l EFSA et la Belgique Réunion des organisations de l article 36 Bruxelles, 11 octobre 2011

Plus en détail

Bachelier en diététique

Bachelier en diététique Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier en diététique Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent

Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent Intérêt nutritionnel du lait pour l enfant et l adolescent 31 mars 2010 Gembloux 01/04/2010 M-J Mozin 1 Le lait est un aliment liquide, un aliment complexe. Est-il indispensable àla croissance? Peut-on

Plus en détail

Demi-journée Alim-Scan ANR-11-IDFI-003. Géraldine Boué Sandrine Guillou, Jean-Philippe Antignac, Bruno Le Bizec et Jeanne-Marie Membré

Demi-journée Alim-Scan ANR-11-IDFI-003. Géraldine Boué Sandrine Guillou, Jean-Philippe Antignac, Bruno Le Bizec et Jeanne-Marie Membré Demi-journée Alim-Scan ANR-11-IDFI-003 Géraldine Boué Sandrine Guillou, Jean-Philippe Antignac, Bruno Le Bizec et Jeanne-Marie Membré 9 Janvier 2015 1 2 1. Contexte du projet «Les vies humaines sont impactées

Plus en détail

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011

Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Compléments ments alimentaires Les règles du jeu - SCL / Strasbourg-Illkirch 14 octobre 2011 Bureau 4A : Nutrition & Information sur les denrées alimentaires Novel Food, Adjonction V&M, SBNP Compléments

Plus en détail

PROFIL D ENSEIGNEMENT du BACHELIER en DIETETIQUE

PROFIL D ENSEIGNEMENT du BACHELIER en DIETETIQUE PROFIL D ENSEIGNEMENT du BACHELIER en DIETETIQUE Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement... 5 a) Introduction... 5 b) Liens avec la profession...

Plus en détail

Direction générale Organisation des établissements de soins

Direction générale Organisation des établissements de soins Direction générale Organisation des établissements de soins Date 19/07/2007 Annexes Note AR du 26 avril 2007 AR du 19 juin 2007 (art 13 1 ) Objet: AR du 26 avril 2007 modifiant l AR du 23 octobre 1964

Plus en détail

DÉONTOLOGIE. Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1. Article 1 er TITRE 2. DÉFINITIONS. Art.

DÉONTOLOGIE. Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1. Article 1 er TITRE 2. DÉFINITIONS. Art. DÉONTOLOGIE Loi du 6 janvier 2014 portant création d'une Commission fédérale de déontologie 1 TITRE 1 ER. DISPOSITION GÉNÉRALE Article 1 er La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la

Plus en détail

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants

Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants Document de réflexion : Précisions et orientations sur les formes inappropriées de promotion des aliments pour nourrissons et jeunes enfants CONTEXTE 1. La bonne alimentation des nourrissons et des jeunes

Plus en détail

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé

La coordination interministérielle du programme national nutrition santé PROGRAMME NATIONAL NUTRITION SANTÉ 55 La coordination interministérielle du programme national nutrition santé Le Programme national nutrition santé (PNNS, 2001-2005), financé par l Etat et l assurance

Plus en détail

Conseil Scientifique

Conseil Scientifique ! Conseil Scientifique Subventions de Recherche Dossier de candidature Nom : Prénom : Titre du projet : Date limite de réception : 06 JUIN 2014! 1 Règlement Les subventions de recherche sont accordées

Plus en détail

Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage

Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage Compléments alimentaires et cosmétiques Aspects légaux de l étiquetage Roos De Brabandere VITASANA 2009 Contenu Compléments alimentaires - quelle législation est-elle d application? - exigences légales

Plus en détail

Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH

Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH Advancing food sciences, IMPROVING HEALTH De la sécurité alimentaire à la nutrition et la santé La sécurité alimentaire et la nutrition présentent des enjeux majeurs de santé publique et font aujourd hui

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE 14 décembre 2007 ORIENTATIONS RELATIVES À LA MISE EN ŒUVRE DU RÈGLEMENT N 1924/2006 CONCERNANT LES ALLÉGATIONS NUTRITIONNELLES ET DE SANTÉ PORTANT SUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT

Plus en détail

La coopération française avec l EFSA

La coopération française avec l EFSA La coopération française avec l EFSA LA COOPÉRATION FRANÇAISE AVEC L EFSA 1 SOMMAIRE L Anses et l EFSA 3 Instances et voies de coopération 4 Représentation nationale 5 Le forum consultatif de l EFSA 5

Plus en détail

CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL. Mbour, Sénégal. Master Santé Environnementale

CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL. Mbour, Sénégal. Master Santé Environnementale CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL Mbour, Sénégal Master Santé Environnementale Les problèmes environnementaux auxquels l Etat, les collectivités locales, les entreprises et la société civile doivent

Plus en détail

AVIS 1 / 7. Afssa Saisine n 2009-SA-0153. Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009

AVIS 1 / 7. Afssa Saisine n 2009-SA-0153. Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009 Maisons-Alfort, le 30 octobre 2009 AVIS LE DIRECTEUR GÉNÉRAL de l Agence française de sécurité sanitaire des aliments sur un projet d arrêté relatif à l emploi de la taurine et de D-glucurono-gamma-lactone

Plus en détail

Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte

Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte Item 16, 17, 20 et 21 : Alimentation de la femme enceinte Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUES :... 2 I Rappels physiologiques

Plus en détail

DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS)

DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS) DISPOSITIONS PRATIQUES DE LA «CHARTE QUALITÉ-NUTRITION» EN MAISON DE REPOS (MR) ET MAISON DE REPOS ET DE SOINS (MRS) Critères pour la certification de maisons de repos porteuses du label régional «Qualité-Nutrition»,

Plus en détail

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire

Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Contexte Domaine : Sciences, Technologies et Santé Mention : Nutrition, Sciences des aliments, Agroalimentaire Fédération des spécialités de Master des 5 pôles universitaires partenaires de la région Nord-Pas-de-Calais

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8565

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8565 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8565 Génomique et santé publique en Belgique 2010 1. INTRODUCTION ET QUESTION Le 8 février 2010, la National Task Force (NTF) belge «Génomique et Santé publique»

Plus en détail

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA Dominique Turck Clinique de Pédiatrie Hôpital Jeanne de Flandre et Faculté de Médecine, Lille CONTEXTE DE

Plus en détail

DIRECTIVES POUR L EMPLOI DES ALLÉGATIONS RELATIVES À LA NUTRITION ET À LA SANTÉ

DIRECTIVES POUR L EMPLOI DES ALLÉGATIONS RELATIVES À LA NUTRITION ET À LA SANTÉ 1 CAC/GL 23-1997 DIRECTIVES POUR L EMPLOI DES ALLÉGATIONS RELATIVES À LA NUTRITION ET À LA SANTÉ CAC/GL 23-1997 Les allégations relatives à la nutrition devraient être compatibles avec la politique nationale

Plus en détail

Remboursement des médicaments

Remboursement des médicaments REMBOURSEMENT DES MÉDICAMENTS / 5 Remboursement des médicaments En 2011, l État a affecté 2,77 milliards d euros au remboursement des médicaments délivrés en pharmacie. Les dépenses concernaient 111,4

Plus en détail

La Physionutrition : un complément à votre pratique en Ostéopathie

La Physionutrition : un complément à votre pratique en Ostéopathie La Physionutrition : un complément à votre pratique en Ostéopathie Depuis plus de 20 ans, de nombreuses études scientifiques ont mis en évidence l'impact sur la santé des déséquilibres nutritionnels et

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8671

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8671 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8671 Révision de l avis Fluor n 8520 FLUOR(-URE) EN PREVENTION DE LA CARIE DENTAIRE 7 décembre 2011 Une version draft de l avis a été diffusée par erreur.

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8666

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8666 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8666 Les acides gras trans d origine industrielle In this science-policy advisory report, the Superior Health Council provides a risk analysis on industrially

Plus en détail

G. Tavoularis. Reproduction

G. Tavoularis. Reproduction Article Enquête Nutri-Bébé 2013 Partie 1. Présentation et considérations méthodologiques Nutri-Bébé 2013 Study Part 1. Presentation and methodological ological considerations G. Tavoularis Centre de recherche

Plus en détail

Prix de Recherche en Nutrition & Hygiène Alimentaire - Institut Appert 2011

Prix de Recherche en Nutrition & Hygiène Alimentaire - Institut Appert 2011 Prix de Recherche en Nutrition & Hygiène Alimentaire - Institut Appert 2011 Union Interprofessionnelle pour la Promotion des Industries de la Conserve Appertisée www.laconserve.com Contact presse : Diane

Plus en détail

Avis concernant la publicité des rapports annuels des médiateurs

Avis concernant la publicité des rapports annuels des médiateurs 22 06 2012 SPF SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT --- DIRECTION GÉNÉRALE DE L ORGANISATION DES ETABLISSEMENTS DE SOINS --- COMMISSION FEDERALE «DROITS DU PATIENT» Avis concernant

Plus en détail

AVIS CONCERNANT LE PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX FACTURES DE FOURNITURE D ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ

AVIS CONCERNANT LE PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX FACTURES DE FOURNITURE D ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ AVIS CONCERNANT LE PROJET D ARRÊTÉ ROYAL RELATIF AUX FACTURES DE FOURNITURE D ÉLECTRICITÉ ET DE GAZ ADVIES OVER HET ONTWERP VAN KONINKLIJK BESLUIT HOUDENDE DE FACTURATIE VAN ELEKTRICITEIT EN GAS BRUXELLES

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8424

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8424 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8424 Produits chimiques toxiques dans les pyjamas pour enfants 3 décembre 2008 1. INTRODUCTION ET QUESTIONS Interpellée par Mme Catherine Fonck, Ministre

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT

SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT Publié le : 2006-12-22 Numac : 2006023298 SERVICE PUBLIC FEDERAL SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT 14 DECEMBRE 2006. - Arrêté royal relatif aux médicaments à usage humain

Plus en détail

Gestion de Cuisine Collective UE n 8

Gestion de Cuisine Collective UE n 8 Gestion de Cuisine Collective UE n 8 CATEGORIE : PARAMÉDICALE SECTION : Diététique OPTION : / Année : Bloc 1 Langue(s) d enseignement : Français Coordonnées du service : HELdB - Campus CERIA - 1 av. Emile

Plus en détail

Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique

Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Besoins nutritionnels au cours de la grossesse après by pass gastrique Conséquences des modifications anatomiques Docteur Agnès Sallé Département d Endocrinologie-Diabétologie-Nutrition

Plus en détail

les entreprises de l industrie alimentaire quant aux opportunités et conditions de développement d une offre de produits dans le domaine de la santé

les entreprises de l industrie alimentaire quant aux opportunités et conditions de développement d une offre de produits dans le domaine de la santé Formation continue l certificat interuniversitaire Aliments santé et Compléments alimentaires Aspects scientifiques, technologiques, réglementaires et économiques www.formation-continue-aliment-sante.be

Plus en détail

Approche nationale - Variations mineures (administratives, de type IA et de type IB)

Approche nationale - Variations mineures (administratives, de type IA et de type IB) Approche nationale - Variations mineures (administratives, de type IA et de type IB) 18/11/2006 Page 1 sur 7 Table des matières : Introduction...3 En pratique... 3 Conséquence... 4 Annexe : Modèles utilisés

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur la requête de l'union des Designers de Belgique (UDB) en protection du titre d'architecte d'intérieur

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS. sur la requête de l'union des Designers de Belgique (UDB) en protection du titre d'architecte d'intérieur CC 383 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS sur la requête de l'union des Designers de Belgique (UDB) en protection du titre d'architecte d'intérieur Bruxelles, 2 juillet 2007 1 Le Conseil de la consommation,

Plus en détail

Rapport annuel 2014 du comité de déontologie et d éthique

Rapport annuel 2014 du comité de déontologie et d éthique Rapport annuel 2014 du comité de déontologie et d éthique Document présenté au conseil d administration du 27 mars 2015 Au cours de l année 2014, le comité de déontologie et d éthique (CDE), a vu évoluer

Plus en détail

Partie 2 : Charte du Comité d audit

Partie 2 : Charte du Comité d audit Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS 3 Sommaire I. Contexte...4 1. Audit interne : un défi commun pour les IPSS...4 II. Notion de Comité

Plus en détail

COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON?

COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON? COMMENT NOURRIR MON BÉBÉ AU BIBERON? V ous ne voulez pas (ou ne pouvez pas) allaiter votre bébé au sein, ou vous souhaitez cesser de l allaiter plus tôt que ce qui est recommandé. Il faut alors lui donner

Plus en détail

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques,

Mission Conseiller les pouvoirs publics, au travers de ses analyses et études scientifiques, KCE: c est quoi? Un organisme fédéral d'intérêt public autonome («semi» gouvernemental ) Sous la tutelle du Ministre de la Santé publique et des Affaires sociales Créé en 2002 et actif depuis mi 2003 Une

Plus en détail

Surveillance dosimétrique Note législative

Surveillance dosimétrique Note législative VL/NB Bruxelles, le 17 mars 2014 Surveillance dosimétrique Note législative 1 Un nouveau texte de loi vient de paraître. Il s agit de : Loi du 26 janvier modifiant la loi du 15 avril 1994 relative à la

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique La loi Informatique et Liberté aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé La protection des données

Plus en détail

La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours

La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours La Mutualité Française Limousin et l offre de soins de premier recours Mot du président Le vieillissement de la population associé à une évolution défavorable de la démographie médicale ont conduit l État

Plus en détail

Les compléments alimentaires

Les compléments alimentaires Les compléments alimentaires Vigilance et Respect des bonnes pratiques Les cahiers du collectif Eps N 2 Olivier COSTE Médecin conseiller Direction régionale Jeunesse, Sports et Cohésion Sociale «C Définition

Plus en détail

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge 1 er février 2010 Dossier de presse La Ville de Paris lance un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge Contact presse Nathalie Royer : 01 42 76 49 61 - service.presse@paris.fr

Plus en détail

Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie

Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie Art. E1 Objet 1. La Faculté des sciences de l Université de Genève décerne le diplôme de Maîtrise universitaire d études avancées en Microbiologie

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

NOTE DE SERVICE DGA/GESPER/N2003-1364 Date : 25 NOVEMBRE 2003

NOTE DE SERVICE DGA/GESPER/N2003-1364 Date : 25 NOVEMBRE 2003 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction : DGA Sous-direction : GESPER Bureau des mobilités et statuts d'emplois Adresse : 78, rue de Varenne 75349 PARIS

Plus en détail

20130656_FAVV_perceptie_iVOX

20130656_FAVV_perceptie_iVOX 20130656_FAVV_perceptie_iVOX V001 Quels est le degré d importance que vous accordez aux éléments suivants? La fraîcheur de l aliment Très important Important Peu important important Un aliment sans danger

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

Master Nutrition Animale et Elevage (NA)

Master Nutrition Animale et Elevage (NA) Master Nutrition Animale et Elevage (NA) BAC+ Domaine : Sciences, Technologies, Santé Mention : Nutrition, Santé, Aliments Organisation : Faculté de Pharmacie, Faculté de Médecine Cohabilitation : ISARA

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8416

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8416 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 8416 Avis relatif à la problématique de la crémation de défunts porteurs de sources radioactives octobre 2008 1. INTRODUCTION ET QUESTION Le Conseil Supérieur

Plus en détail

Double diplôme ICHEC UCL (LSM)

Double diplôme ICHEC UCL (LSM) Année académique 2015 2016 Double diplôme ICHEC UCL (LSM) Master en Gestion de l entreprise (120 ECTS) ICHEC Brussels Management School Master en Sciences de gestion (120 ECTS) Louvain School of Management

Plus en détail

logopèdes Tout ce que vous devez savoir sur votre agrément

logopèdes Tout ce que vous devez savoir sur votre agrément logopèdes Tout ce que vous devez savoir sur votre agrément Table des matières L'agrément ou l'autorisation d'exercer... 3 Le logopède au sens de la loi... 4 Les avantages de l'agrément... 5 Les critères

Plus en détail

Procédures d enregistrement des médicaments

Procédures d enregistrement des médicaments Vie du Médicament Procédures d enregistrement des médicaments Avis scientifiques Essais cliniques ATU Inspections AMM Vigilances Contrôle Veille Sanitaire Procédures d enregistrement Soumission du dossier

Plus en détail

La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir.

La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir. Supplément du magazine des Thermes de Brides-les-Bains à Brides La cure thermale à indication Affections digestives et troubles du métabolisme (AD) plus efficace que le traitement de ville pour maigrir.

Plus en détail

Consommation alimentaire des Français

Consommation alimentaire des Français Intervention de l Afssa au colloque «La situation nutritionnelle en France en 2007» Paris, 12 décembre 2007 Consommation alimentaire des Français les premiers résultats d une enquête d intérêt général

Plus en détail

PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines)

PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines) OFFRE UL 2015 / 2016 16 JUIN 2015 PRESENTATION DE L INTEGRALITE DE L OFFRE D UE LIBRES (UL classées par ORIENTATION, puis par disciplines) Le tableau ci-dessous rassemble l intégralité de l offre d UL

Plus en détail

Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures

Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures Aude Le Borgne To cite this version: Aude Le Borgne. Aspects psycho-sociaux des interruptions volontaires de grossesse

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

CARNET DE STAGE dentiste généraliste

CARNET DE STAGE dentiste généraliste CARNET DE STAGE dentiste généraliste Nom : Prénom : Adresse de correspondance : Rue : N Boîte Code postal : Localité : Tél./GSM : E-mail : RESERVE A L UNIVERSITE Validation par UCL / ULB / Ulg (biffer

Plus en détail

Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs

Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs Jeudi 16 février 2012 Muséum des Sciences Naturelles d Orléans DPMS Bio - Développement, Production, Management et Stratégies

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ ET DES CONSOMMATEURS Décembre 2012 GUIDE A L INTENTION DES AUTORITES COMPETENTES POUR LE CONTROLE DE LA CONFORMITE AVEC LES ACTES LEGISLATIFS DE L UE

Plus en détail

Maîtrise universitaire d études avancées de formation continue en Toxicologie *

Maîtrise universitaire d études avancées de formation continue en Toxicologie * Maîtrise universitaire d études avancées de formation continue en Toxicologie * Le masculin est utilisé au sens générique ; il désigne autant les femmes que les hommes. Art. E 4 Objet 1. La Faculté des

Plus en détail

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 9142

PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 9142 PUBLICATION DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA SANTE N 9142 Appareils amincissants à base d ultrasons In this scientific policy advisory report the Superior Health Council of Belgium provides an expert opinion

Plus en détail

Biomouv. Activité physique, Nutrition Santé, Bien-être 10/04/2014 1. Biomouv

Biomouv. Activité physique, Nutrition Santé, Bien-être 10/04/2014 1. Biomouv Biomouv Activité physique, Nutrition Santé, Bien-être 10/04/2014 1 Biomouv Développe des services web et mobiles pour agir sur la santé grâce à l alimentation et aux activités physiques 10/04/2014 BIOMOUV

Plus en détail

D039942/02 P A R L E G O U V E R N E M E N T, À L A S S E M B L É E N A T I O N A L E E T A U S É N A T.

D039942/02 P A R L E G O U V E R N E M E N T, À L A S S E M B L É E N A T I O N A L E E T A U S É N A T. D039942/02 ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 23 juillet 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

données à caractère personnel (ci-après la "LVP"), en particulier l'article 29 ;

données à caractère personnel (ci-après la LVP), en particulier l'article 29 ; 1/9 Avis n 22/2014 du 19 mars 2014 Objet : demande d'avis concernant un projet d'arrêté royal réglementant les traitements par les médicaments de substitution (CO-A-2014-006) La Commission de la protection

Plus en détail

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052

Delphine Graniou. To cite this version: HAL Id: dumas-00836052 http://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00836052 Le point de vue des femmes sur la mise en place d un dépistage national organisé du cancer du col de l utérus. Étude qualitative auprès de femmes de Haute-Normandie Delphine Graniou To cite this version:

Plus en détail

Un nouveau service. Sécurité alimentaire. à la Direction de la santé

Un nouveau service. Sécurité alimentaire. à la Direction de la santé 23 novembre 2009: Présentation du Service de la sécurité alimentaire Un nouveau service pour la sécurité alimentaire à la Direction de la santé Page 1 de 20 Historique Le service de la sécurité alimentaire

Plus en détail

Repères Rapport annuel 2012

Repères Rapport annuel 2012 Édito En confiant au Haut Conseil la supervision des commissaires aux comptes, le législateur a mis en place un mécanisme indépendant, capable de traiter à la fois les cas individuels et les problématiques

Plus en détail

Délibération n 2008-190 du 15 septembre 2008

Délibération n 2008-190 du 15 septembre 2008 Délibération n 2008-190 du 15 septembre 2008 Sexe / Transsexualisme / Emploi privé / Rappel à la loi / Recommandations Les personnes transsexuelles sont souvent victimes de discrimination durant la période

Plus en détail

GROUPE POMPIDOU GROUPE D EXPERTS AD HOC SUR LA PREVENTION DES USAGES DE DROGUES EN MILIEU PROFESSIONNEL. 3 ème réunion

GROUPE POMPIDOU GROUPE D EXPERTS AD HOC SUR LA PREVENTION DES USAGES DE DROGUES EN MILIEU PROFESSIONNEL. 3 ème réunion Groupe de Coopération en matière de lutte contre l abus et le trafic illicite des stupéfiants Strasbourg, 9 mars 2012 P-PG/Work(2012)2rev 1_fr GROUPE POMPIDOU GROUPE D EXPERTS AD HOC SUR LA PREVENTION

Plus en détail

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes

Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes Résultats à long terme de la photo-kératectomie thérapeutique dans les dystrophies cornéennes épithéliales Badreddine Chanaoui To cite this version: Badreddine Chanaoui. Résultats à long terme de la photo-kératectomie

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION

Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 APPEL A COLLABORATION AUX UNIVERSITES POUR UNE EQUIPE DE RECHERCHE- ACTION Nos références Personnes de contacts Bruxelles, le 09/01/06 COZ/VDF/E06/458 Muriel Quinet Muriel.quinet@health.fgov.be 02/524.85.78 Valérie De Nef Valerie.denef@health.fgov.be 02/524.85.79 APPEL A COLLABORATION

Plus en détail

Anses - dossier n 2015-0480 POLYVERSUM

Anses - dossier n 2015-0480 POLYVERSUM Maisons-Alfort, le 07 août 2015 Conclusions de l évaluation relatives à une demande d'autorisation de mise sur le marché pour la préparation POLYVERSUM à base de Pythium oligandrum M1 de la société DE

Plus en détail

epm > nutrition Formation & Conseil

epm > nutrition Formation & Conseil CATALOGUE FORMATIONS THEME : NUTRITION et SANTE Septembre 2011 Juin 2012 Journée Spéciale pour les Pharmaciens «Conseils Nutritionnels en Officine» Journées de Formation sur Paris «Nutrition de l Adulte»

Plus en détail

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE 1/8 COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE AVIS 36-2006 Concerne : Contrôle de la composition des denrées alimentaires (dossier Sci Com 2005/25) Le Comité scientifique

Plus en détail

COMPOSITION DES DOSSIERS DE CANDIDATURE POUR LES FORMATIONS A CEVANUTRI

COMPOSITION DES DOSSIERS DE CANDIDATURE POUR LES FORMATIONS A CEVANUTRI COMPOSITION DES DOSSIERS DE CANDIDATURE POUR LES FORMATIONS A CEVANUTRI Lettre de motivation +2 photos d identité Curriculum Vitae Une copie légalisée d acte de naissance Photocopie légalisée du dernier

Plus en détail

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique Université d été E-Santé Castres-Mazamet 4, 5, 6 juillet 2012 «Des supports numériques au service de l éducation thérapeutique des patients» Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Plus en détail

817.042 Ordonnance sur la formation et l examen des personnes chargées de l exécution de la législation sur les denrées alimentaires

817.042 Ordonnance sur la formation et l examen des personnes chargées de l exécution de la législation sur les denrées alimentaires Ordonnance sur la formation et l examen des personnes chargées de l exécution de la législation sur les denrées alimentaires (OExaDAl) du 9 novembre 2011 (Etat le 1 er janvier 2012) Le Conseil fédéral

Plus en détail

XI. 1. Propriétés nutritionnelles. En Normandie

XI. 1. Propriétés nutritionnelles. En Normandie XI. En Normandie Parmi ses produits phares on se doit de citer la crème et le, dotés d une AOC, qui évoquent le terroir d Isigny : les méthodes de fabrication, la qualité de l herbe et le climat tempéré

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL INDEX 1. INTRODUCTION Page 2 1.1 Base légale 1.2. Objectifs 2. CHAMP D APPLICATION Page 3 3. METHODOLOGIE Page 3 3.1 Contrôle

Plus en détail

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive

Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive Charte d organisation et de fonctionnement du service Médecine Préventive 6, rue de Flacé - 71018 Mâcon Cedex Tél. 03 85 21 19 19 - Fax 03 85 21 19 10 centredegestion@cdg71.fr SOMMAIRE Propos introductif...p.

Plus en détail

L obésité et la précarité alimentaire en Belgique. Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013

L obésité et la précarité alimentaire en Belgique. Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013 L obésité et la précarité alimentaire en Belgique Morgane DANIEL Diététicienne Nutritionniste Réseau Santé Diabète Avril 2013 L Obésité Obésité Mars 2013 Selon l OMS (organisation Mondiale de la Santé):

Plus en détail

Présentation d EUPATI

Présentation d EUPATI The project is supported by the Innovative Medicines Initiative Joint Undertaking under grant agreement n 115334, resources of which are composed of financial contribution from the European Union's Seventh

Plus en détail

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel

L'expertise Médicale. Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Journée d étude Médecin Magistrat Assureur Indemnisation du préjudice corporel L'expertise Médicale Définition L'expertise est un moyen d'investigations qui éclaire une juridiction

Plus en détail