Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire?"

Transcription

1 Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Dr Jean-Bernard Gay Privat docent EPFL LESO Pour sa construction, son exploitation et son entretien toute construction nécessite une quantité importante de ressources avec, pour corollaire, des émissions et des déchets qui ont un impact important sur notre environnement. 1. Ressources Pour construire, il faut disposer d un terrain et, même si la surface nécessaire peut paraître modeste, l addition de ces surfaces devient rapidement importante, surtout lorsque l on tient également compte des surfaces requises par les infrastructures. La figure 1 présente, en fonction de l altitude, la part de surface occupée par l habitat et les infrastructures en Suisse. Utilisation du sol selon les classes d'altitude Altitude < 600 0% 20% 40% 60% 80% 100% Habitat et infrastructures Forêts Agriculture Improductif Figure 1 Utilisation du sol selon les classes d altitude, on remarquera la part appréciable occupée par l habitat et les infrastructures au niveau du plateau suisse. La construction nécessite également une quantité très importante de matériaux : 30 millions de tonnes par an, soit 4.2 tonnes par habitant et par an, en ne considérant que les bâtiments. En tenant compte de la part relative des différents matériaux utilisés ainsi que de l énergie grise nécessaire à leur production, on peut calculer l énergie requise pour la production de ces 4.4 tonnes de matériaux. On obtient ainsi à un total de près de 6000 [MJ/habitant an], ou 1650 [kwh/habitant an], c est autant que la consommation annuelle d électricité d un ménage de deux personnes.

2 Utilisation des matériaux de construction en Suisse kg/habitant an MJ/habitant an Béton/mortier Terre cuite Bois Plâtre Métaux Verre Divers Figure 2 Quantité de matériaux utilisés pour la construction de bâtiments et énergie grise nécessaire à la production de ces matériaux. L exploitation des bâtiments demande également des quantités importantes d énergie et d eau, actuellement les besoins en énergie atteignent 345 [PJ/an], soit plus du 40% de la consommation totale du pays et les besoins en eau 475 [Mio de m 3 /an], soit 180 litres par habitant et par jour. 2. Atteintes à l environnement Les émissions de gaz à effet de serre s élèvent actuellement en Suisse à 55 millions de tonnes par an, soit 7.6 [t/habitant an]. Sur ce total, la contribution du bâtiment atteint 20 millions de tonnes. Emissions de CO2 par secteurs (BUWAL 1998) Ordures 5% Reste 6% Agriculture 10% Bâtiments 36% Industrie 14% Transports 29% Figure 3 Emissions de gaz à effet de serre par secteurs.

3 Enfin, le secteur de la construction génère une grande quantité de déchets : un peu plus de 3 millions de tonnes par an, sur ce total seuls 150'000 tonnes font actuellement l objet d un recyclage. 3. Mesures pratiques La réduction des impacts environnementaux du secteur de la construction est une nécessité, elle incombe à tous les acteurs concernés, y compris les occupants. En phase initiale, le choix du site d implantation est un élément capital qui a une influence directe non seulement sur l utilisation du sol mais aussi, par la suite, sur la mobilité des habitants. A titre d exemple, une étude récente a permis de chiffrer les impacts résultants des réseaux nécessaires à la viabilisation d une parcelle (voies d accès, eau, égouts, gaz, électricité). L énergie requise par la construction, l exploitation et l entretien de ces réseaux représente, annuellement et selon la densité du quartier considéré, de 16 à 25% de l énergie nécessaire à l exploitation des bâtiments eux-mêmes. Une densification des constructions permet donc des économies importantes, tant au niveau des réseaux que, par la suite, au niveau des transports. En phase de construction, un choix judicieux des matériaux permet non seulement de limiter les impacts environnementaux du futur bâtiment mais également de préserver la santé de ses occupants. Le choix des matériaux est un processus complexe qui doit prendre en compte l ensemble des facteurs : origine du produit, durée de vie, émissions liées à la fabrication et à l utilisation, impacts liés à la mise en œuvre, maintenance nécessaire, possibilité de recyclage ou de valorisation. Le principe constructif choisi a également une influence directe sur les impacts du bâtiment : celui-ci doit permettre d une part de remplacer facilement des éléments qui ont des durées de vie différentes, d autre part de démonter et de séparer facilement les divers matériaux, lors de la démolition du bâtiment en fin de vie. Dans des constructions traditionnelles, l énergie d utilisation (chauffage, eau chaude, électricité) est de 3 à 5 fois supérieure à l énergie nécessaire à la construction du bâtiment et à sa maintenance. Toutefois, les efforts accomplis au cours de ces 25 dernières années en vue de réduire les besoins en énergie du bâtiment permettent aujourd hui de réaliser des constructions dont les besoins en chaleur n excèdent pas 180 [MJ/m 2 an] (standard Minergie), voire même des construction solaires passives pour lesquelles les besoins en chauffage atteignent 55 [MJ/m 2 an]. Pour de tels bâtiments, l énergie nécessaire à la construction devient comparable, voire supérieure, à celle nécessaire à son chauffage sur l entier du cycle de vie. Dès lors, on peut se demander jusqu à quelle limite il est raisonnable d isoler un bâtiment.

4 La figure 4 apporte une réponse à cette question : elle permet de comparer, en fonction du niveau d isolation (valeur U), le temps de retour énergétique, c est-à-dire le rapport de l énergie nécessaire à la fabrication du matériau d isolation (laine de verre) sur l énergie de chauffage ainsi économisée. Jusqu à une valeur de 0.2 [W/m 2 K], ce temps de retour n excède pas 10 ans. Isolation thermique: temps de retour de l'énergie grise [Années] Murs Toit incliné Toit plat U [W/m2 K] Figure 4 Temps de retour de l énergie grise nécessaire à la fabrication de laine de verre selon le niveau d isolation de l élément considéré. La même approche a été appliquée à une installation solaire active destinée à la production d eau chaude. Dans ce cas il convient de comparer l énergie utile captée à la somme de l énergie auxiliaire utilisée par le circulateur et de l énergie grise nécessaire à la fabrication de l installation. L énergie captée est 2.6 fois plus importante que la somme des énergies utilisées. Bilan global d'une installation de captage active E (captée) E (circulateur) E (grise) [MJ/m2 an] Figure 5 Bilan global d une installation solaire active destinée à la production d eau chaude.

5 Bien que l eau ne soit pas une denrée rare en Suisse, il est souhaitable de l économiser : en effet l énergie nécessaire au pompage, à la distribution puis à l épuration de cette eau atteint, en moyenne, 2 [kwh/m 3 ]. Des mesures simples permettent d économiser l eau sans réduction du confort de l occupant. Parmi celles-ci nous relèveront : - l utilisation de limitateurs de débit, - les robinets à commande infra-rouge ou à temporisation, - les chasses d eau de WC à deux débits, - le choix d appareils ménagers économes en eau. Les chantiers et surtout ceux de démolition génèrent des quantités importantes de déchets, aujourd hui la raréfaction des sites de décharge ainsi que l augmentation des exigences environnementales conduisent à un renchérissement des coûts d élimination. Dès lors, le tri des déchets devient une opération rentable qui doit conduire à accroître les possibilités de recyclage non seulement des matières mais aussi de certains composants. Une bourse des matériaux de démolition existe en Suisse (www.bautelnetz.ch), elle offre des possibilités intéressantes de réutilisation de matériaux et de produits. 4. Conclusion Si la réduction des impacts environnementaux du bâtiment concerne tous les acteurs de la construction, y compris les occupants, elle concerne également toutes les étapes du cycle de vie d une construction comme le montre la table 1. Etape du cycle de vie du bâtiment Identification du besoin Choix du site Formulation des exigences Projets Soumissions, adjudications Réalisation Utilisation Entretien et rénovation Démolition Aspects importants au niveau de l'environnement Evaluation objective du besoin réel Construire ou transformer Impact attendu des transports Possibilité de réaffecter un site construit Choix d'un standard adapté au besoin Définition d'une cible environnementale claire (matière, eau, énergie, nature) Respect de l'environnement naturel Contrôle des impacts Choix des techniques et des matériaux Formulation d'exigences environnementales (mode et conditions de travail, trafic, bruit) Limitation des mouvements de terrain Réduction des impacts du chantier Mise en service sérieuse des installations Formation et motivation des utilisateurs Facilités de tri des déchets ménagers Préservation des dégradation Rénover au bon moment Réparer plutôt que remplacer Procéder à une déconstruction sélective Trier et valoriser les déchets Table 1 Aspects importants à considérer selon l étape du cycle de vie du bâtiment.

6 Pour autant que ces questions soient correctement formulées et au bon moment, il est possible de réduire de manière significative les atteintes environnementale d une construction et ceci sans atteinte au confort de l usager et sans surcoût notable de construction ou d exploitation.

ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN

ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN MOINS D ÉD ÉNERGIE ET PLUS D ÉD ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN Rencontres Suisses de l Electricité Beaulieu, 17 mars 2011 Massimiliano Capezzali, PhD Adjoint du Directeur Energy Center Ecole Polytechnique

Plus en détail

Grenelle de l Environnement

Grenelle de l Environnement 1 Grenelle de l Environnement Convention sur la mise en œuvre du programme d amélioration de la performance énergétique de 800 000 logements sociaux Entre L Etat, représenté par Jean-Louis Borloo, ministre

Plus en détail

Certificat énergétique des bâtiments Méthodes et applications. Le cahier technique SIA 2031

Certificat énergétique des bâtiments Méthodes et applications. Le cahier technique SIA 2031 Certificat énergétique des bâtiments Méthodes et applications Le cahier technique SIA 2031 Certificat énergétique Le contexte Le cahier SIA 2031: principes Méthodes Le certificat Applications et perspectives

Plus en détail

Villes et Territoires Durables

Villes et Territoires Durables Villes et Territoires Durables Rénovation énergétique des villes de la reconstruction Construisons l énergie des villes et territoires Leviers pour des villes et territoires durables REDUIRE LA CONSOMMATION

Plus en détail

Calculer la totalité des besoins en refroidissement des centres de données

Calculer la totalité des besoins en refroidissement des centres de données Calculer la totalité des besoins en refroidissement des centres de données par Neil Rasmussen Livre blanc APC n 25 Révision n 1 Résumé Ce document traite des calculs de dissipation de chaleur du matériel

Plus en détail

LES NORMES ÉNERGÉTIQUES RENFORCÉES, LA SOLUTION. 061 53 12 16 I www.thomas-piron.eu

LES NORMES ÉNERGÉTIQUES RENFORCÉES, LA SOLUTION. 061 53 12 16 I www.thomas-piron.eu LES NORMES ÉNERGÉTIQUES RENFORCÉES, LA SOLUTION 061 53 12 16 I www.thomas-piron.eu 2 BÂTISSEZ L ESPRIT TRANQUILLE Chers candidats bâtisseurs, Au travers de cette brochure, nous souhaitons parfaire votre

Plus en détail

Le label de qualité destiné aux bâtiments neuf et modernisé

Le label de qualité destiné aux bâtiments neuf et modernisé Le label de qualité destiné aux bâtiments neuf et modernisé Le label MINERGIE en Suisse www.minergie.ch Aperçu général Qu est-ce que c est Minergie produits, histoire, resultats Les different standards

Plus en détail

ECO PRET 0% en toute confiance

ECO PRET 0% en toute confiance ECO PRET 0% L'éco-prêt, pour qui, pour quoi? L'éco-prêt à taux zéro est un engagement du grenelle de l'environnement. Il permet,grâce à la rénovation énergétique de réduire les consommations d'énergie

Plus en détail

Résultats 2009. Depuis la mise en place par la Métro, en 2005, du Plan Climat

Résultats 2009. Depuis la mise en place par la Métro, en 2005, du Plan Climat ENVIRONNEMENT GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE Communauté d agglomération GRENOBLE-ALPES MÉTROPOLE OBSERVATOIRE janvier 2012 Suivi des Consommations d Energie, des émissions de GAZ À EFFET DE SERRE et de la production

Plus en détail

Aménagement de l espace rural et urbanisme durable Intervention du 23 avril 2008 Sylvain AVRIL - Aduhme

Aménagement de l espace rural et urbanisme durable Intervention du 23 avril 2008 Sylvain AVRIL - Aduhme Aménagement de l espace rural et urbanisme durable Intervention du 23 avril 2008 Sylvain AVRIL - Aduhme Sommaire Pollution Economie et écologie Habitat et Environnement Urbanisme Durable s 1 Pollution

Plus en détail

Gestion et Impacts du Changement Climatique GICC Séminaire du 15 octobre 2009

Gestion et Impacts du Changement Climatique GICC Séminaire du 15 octobre 2009 Gestion et Impacts du Changement Climatique GICC Séminaire du 15 octobre 2009 ETHEL II - Energie Transports Habitat Environnement Localisations - Phase II. Jesús González-Feliu, Frédéric Henriot, Jean-Louis

Plus en détail

Norme SIA380/1: éd. 2009 MINERGIE / MINERGIE-P: Bases et exigences

Norme SIA380/1: éd. 2009 MINERGIE / MINERGIE-P: Bases et exigences Norme SIA380/1: éd. 2009 MINERGIE / MINERGIE-P: Bases et exigences Agence MINERGIE romande Nicole Perrenoud Février 2010 Nouveautés 2009/2010 De nombreux règlements, normes et ordonnances ont été modifiés

Plus en détail

mobilisation de la biomasse

mobilisation de la biomasse 6 La mobilisation de la biomasse Stockage, logistique et structuration des acteurs Diagnostic de territoire Insertion dans les exploitations Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte

Plus en détail

Logement certifié. Date : 03/02/2016. Signature :

Logement certifié. Date : 03/02/2016. Signature : Logement certifié Rue : Impasse des Eaux n : 35 CP : 5100 Localité : Jambes Certifié comme : Maison unifamiliale Date de construction : Inconnue Performance énergétique La consommation théorique totale

Plus en détail

RETOUR D EXPÉRIENCE : ANALYSE DE CYCLE DE VIE D UN PROJET PASSIF

RETOUR D EXPÉRIENCE : ANALYSE DE CYCLE DE VIE D UN PROJET PASSIF RETOUR D EXPÉRIENCE : ANALYSE DE CYCLE DE VIE D UN PROJET PASSIF TIMOTHÉE MARAIS GÉONOMIA Acteurs du Passif Collectif pour un bâtiment performant et confortable FORUM REGIONAL DES ACTEURS DU PASSIF Jeudi

Plus en détail

EFFINOV BOIS : Optimisation de solutions «seconde peau» en ossature bois pour la réhabilitation de bâtiments existants

EFFINOV BOIS : Optimisation de solutions «seconde peau» en ossature bois pour la réhabilitation de bâtiments existants EFFINOV BOIS : Optimisation de solutions «seconde peau» en ossature bois pour la réhabilitation de bâtiments existants L utilisation du bois répond parfaitement au respect de l environnement et aux attentes

Plus en détail

Conserver les fenêtres anciennes et améliorer leurs performances thermiques et acoustiques. Jérôme Bertrand Centre Urbain

Conserver les fenêtres anciennes et améliorer leurs performances thermiques et acoustiques. Jérôme Bertrand Centre Urbain Conserver les fenêtres anciennes et améliorer leurs performances thermiques et acoustiques Jérôme Bertrand Centre Urbain Commune d Etterbeek 25 avril 2012 Pour rénover votre logement aujourd hui: Cycle

Plus en détail

Isolation écologique. Quelle est l épaisseur optimale d une isolation?

Isolation écologique. Quelle est l épaisseur optimale d une isolation? Isolation écologique. Quelle est l épaisseur optimale d une isolation? Quelle épaisseur d isolation est écologiquement raisonnable? L isolation thermique est depuis des années de loin en tête des préoccupations

Plus en détail

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE > EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE IDENTITE DE L ENTREPRISE Mairie de Brignac 56 430 Brignac SIREN : 156 448 922 Numéro de client : 456-D PERIMETRE Nombre de sites étudiés 2 EDF Direction Commerce Origine

Plus en détail

Guide de la rénovation thermique

Guide de la rénovation thermique Guide de la rénovation thermique et de la performance énergétique A B C D E F Dépensez moins Polluez moins Vivre mieux Les réponses aux questions que vous vous posez pour la rénovation de votre logement

Plus en détail

Le chauffage au mazout moderne

Le chauffage au mazout moderne Le chauffage au mazout moderne 1 2 Avant d assainir son chauffage au mazout, les questions suivantes se posent au propriétaire: Dois-je procéder à l isolation du bâtiment? Dois-je changer de source d énergie?

Plus en détail

ROF 2007_001. Ordonnance. modifiant le règlement sur l énergie. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg. Arrête: du 12 décembre 2006

ROF 2007_001. Ordonnance. modifiant le règlement sur l énergie. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg. Arrête: du 12 décembre 2006 Ordonnance du 12 décembre 2006 Entrée en vigueur : 01.01.2007 modifiant le règlement sur l énergie Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 9 juin 2000 sur l énergie; Arrête: Art. 1 Le règlement

Plus en détail

Réglementation thermique 2012

Réglementation thermique 2012 Réglementation thermique 2012 Présentation générale Janvier 2011 Evolution des réglementations thermiques Les objectifs affichés de la RT2012 o Conformément à l'article 4 de la loi Grenelle 1, la RT 2012

Plus en détail

Les matériaux de l habitat. PECCHIOLI Mathieu

Les matériaux de l habitat. PECCHIOLI Mathieu Les matériaux de l habitat PECCHIOLI Mathieu Sommaire 1. Les matériaux 2. Certaines caractéristique 3. Deux critères de sélection 4. La RT2000 5. Qu est ce que l énergie grise d un matériel? 6. Calcul

Plus en détail

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE

> EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE > EMPREINTE CARBONE ÉNERGÉTIQUE IDENTITE DE L ENTREPRISE Mairie de Brignac 56 430 Brignac SIREN : 156 448 922 Numéro de client : 456-D PERIMETRE Nombre de sites étudiés 2 Votre Empreinte Carbone Energétique

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DU PROJET DE CONSTRUCTION DE LOGEMENT(S) DURABLE(S)

NOTICE DESCRIPTIVE DU PROJET DE CONSTRUCTION DE LOGEMENT(S) DURABLE(S) APPEL A PROJETS PERMANENT Documents à produire Les candidats constitueront un dossier comprenant : _ une copie du dossier de demande de permis de construire (la qualité du volet paysager sera déterminante)

Plus en détail

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles

Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Familles actives pour le climat Synthèse du bilan des visites à domicile auprès des 93 familles Mars 2012 Dans le cadre de la mise en place de leur Plan Climat Energie Territorial (PCET), la Ville de Besançon

Plus en détail

Merci aux exposants qui ont fait cette démonstration à nos côtés et, au vu des premières retombées, en sont très largement satisfaits.

Merci aux exposants qui ont fait cette démonstration à nos côtés et, au vu des premières retombées, en sont très largement satisfaits. Le mot du Commissaire Un pari réussi! Des échanges à prolonger... Cette deuxième édition du Salon Planet Energy a réussi son pari : démontrer que, dans un climat de crise, un salon centré sur les économies

Plus en détail

Contribution de la Régulation et GTB à l Efficacité Energétique des bâtiments

Contribution de la Régulation et GTB à l Efficacité Energétique des bâtiments Contribution de la Régulation et GTB à l Efficacité Energétique des bâtiments NAPAR JEAN DANIEL Président Syndicat ACR Page ) Produits de régulation Conforme aux Cahier des Charges Dolce Vita et Bleu Ciel

Plus en détail

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012»

Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» Conférence Consultative Réglementation thermique «Grenelle Environnement 2012» 20 octobre 2010 Marie-Christine ROGER Chef du bureau de la qualité et de la réglementation technique de la construction MEEDDM

Plus en détail

AUTUN Saint Pantaleon

AUTUN Saint Pantaleon AUTUN Saint Pantaleon Réhabilitation de 102 logements Bâtiments 53-54 1. Le programme et les objectifs 2. La nature des travaux 3. L'approche financière 4. L'eau chaude sanitaire solaire 5. Les performances

Plus en détail

La certification Habitat & Environnement. Pascal LOCOGE - 9 novembre 2006

La certification Habitat & Environnement. Pascal LOCOGE - 9 novembre 2006 La certification Habitat & Environnement Pascal LOCOGE - 9 novembre 2006 La certification Habitat & Environnement Habitat & Environnement : quels objectifs? Se doter d un outil d évaluation et de mesure

Plus en détail

AMÉNAGER AVEC LE CLIMAT POUR MAITRISER L'ÉNERGIE

AMÉNAGER AVEC LE CLIMAT POUR MAITRISER L'ÉNERGIE AMÉNAGER AVEC LE CLIMAT POUR MAITRISER L'ÉNERGIE pour un aménagement DURABLE Syndicat Départemental d'energie et d'equipement de la Vendée Avril I 2009 HABITAT ET CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE Le contexte La

Plus en détail

Enseignement transversal. TP8B 1 ère STI2D. Sensibilisation à la notion de Développement Durable. Données Techniques

Enseignement transversal. TP8B 1 ère STI2D. Sensibilisation à la notion de Développement Durable. Données Techniques Présentation du TP Problématique visée Agir sur les produits actifs. Objectifs de formation Société et développement durable O1 - Identifier les éléments permettant la limitation de l impact environnemental

Plus en détail

vers une économie circulaire Pour les emballages métalliques

vers une économie circulaire Pour les emballages métalliques vers une économie circulaire Pour les emballages métalliques dossier de Presse / FÉVRIER 2014 Améliorer le recyclage de l aluminium, une nécessité environnementale et économique L aluminium fait partie

Plus en détail

Bétons isolants structurels (B.I.S)

Bétons isolants structurels (B.I.S) Bétons isolants structurels (B.I.S) NORME NF EN 206-1/ CN Présentation UMGO 11 Juillet 2014 SNBPE Rhône Alpes 1 Le Béton en France: 39 millions de m3 4 100 millions HT de Chiffre d Affaires 1 816 Centrales

Plus en détail

PRE-DIAGNOSTIC ENERGETIQUE et ETUDE de FAISABILITE d une CHAUFFERIE BOIS

PRE-DIAGNOSTIC ENERGETIQUE et ETUDE de FAISABILITE d une CHAUFFERIE BOIS PRE-DIAGNOSTIC ENERGETIQUE et ETUDE de FAISABILITE d une CHAUFFERIE BOIS DENOMINATION DE L'OPERATION : REVITALISATION DU CENTRE-BOURG DE GOUEZEC Installation d une chaufferie bois et d un réseau de chaleur

Plus en détail

Contribution au Groupe de travail Plan Bâtiment Durable. Région Grand Est, site de Strasbourg

Contribution au Groupe de travail Plan Bâtiment Durable. Région Grand Est, site de Strasbourg Contribution au Groupe de travail Plan Bâtiment Durable Région Grand Est, site de Strasbourg 1. Identification... 1 Structure : Région Grand Est... 1 en partenariat avec l ADEME Délégation Alsace Champagne-Ardenne

Plus en détail

Rénovation Optimiser une situation existante Constructions durables

Rénovation Optimiser une situation existante Constructions durables Optimiser une situation existante Constructions durables Banque Raiffeisen de la Vallée d'entremont, Orsières Banque Raiffeisen Bagnes-Vollèges, Le Châble Andreas Stucki - Raiffeisen Suisse / Sembrancher,

Plus en détail

Audition du groupe mixte CESR Conseil Régional Poitou-Charentes. Habitat et développement durable Contribution des organismes sociaux pour l habitat

Audition du groupe mixte CESR Conseil Régional Poitou-Charentes. Habitat et développement durable Contribution des organismes sociaux pour l habitat Audition du groupe mixte CESR Conseil Régional Poitou-Charentes Habitat et développement durable Contribution des organismes sociaux pour l habitat Habitat durable : un enjeu à préciser L habitat durable?

Plus en détail

ENERPHIT : ANALYSE ECONOMIQUE D UNE RENOVATION DE MAISON INDIVIDUELLE

ENERPHIT : ANALYSE ECONOMIQUE D UNE RENOVATION DE MAISON INDIVIDUELLE LA MAISON PASSIVE LA MAISON PASSIVE ENERPHIT : ANALYSE ECONOMIQUE D UNE RENOVATION DE MAISON INDIVIDUELLE AVRIL 2016 La Maison Passive France 110 rue Réaumur - 75002 Paris 01 45 08 13 35 www.lamaisonpassive.fr

Plus en détail

Avant propos. Les résultats de cette politique se sont traduits par :

Avant propos. Les résultats de cette politique se sont traduits par : Avant propos Depuis le milieu des années 198, la Tunisie s est engagée sur la voie de l amélioration de l efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. Des mesures ambitieuses

Plus en détail

POSITION POLITIQUE DU CAE 2016 LE RÔLE DE L ARCHITECTURE DANS LA CONSTRUCTION ÉCO-ÉNERGÉTIQUE

POSITION POLITIQUE DU CAE 2016 LE RÔLE DE L ARCHITECTURE DANS LA CONSTRUCTION ÉCO-ÉNERGÉTIQUE POLITIQUE ARCHITECTS COUNCIL OF EUROPE CONSEIL DES ARCHITECTES D EUROPE Points clés L architecture d un bâtiment a un impact majeur sur sa performance énergétique. La configuration spatiale et matérielle

Plus en détail

L UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE UNE ETAPE ESSENTIELLE COMPLEMENTAIRE AU PHOTOVOLTAÏQUE

L UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE UNE ETAPE ESSENTIELLE COMPLEMENTAIRE AU PHOTOVOLTAÏQUE L UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE UNE ETAPE ESSENTIELLE COMPLEMENTAIRE AU PHOTOVOLTAÏQUE 1. DEFINITION L Utilisation Rationnelle de l Energie (URE) fait le choix des solutions qui s accompagnent de

Plus en détail

1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION?

1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION? 1 SOMMAIRE 1. QUE DIT LA RÈGLEMENTATION EN MATIÈRE DE RÉNOVATION? 2. DIAGNOSTIQUER LE NIVEAU DE PERFORMANCE INITIAL 3. QUELS SONT MES OBJECTIFS DE RÉNOVATION? 4. QUELQUES SOLUTIONS POUR ATTEINDRE LES OBJECTIFS

Plus en détail

1. Le Plan Climat d Alsace du Nord Nouvelles données et plan d actions

1. Le Plan Climat d Alsace du Nord Nouvelles données et plan d actions 1. Le Plan Climat d Alsace du Nord Nouvelles données et plan d actions 2. Comment impliquer les usagers de vos bâtiments publics dans les économies d énergie? Usagers des bâtiments publics, communes, partagez

Plus en détail

A LTERNATIVE E NERGY D IVISION SYSTÈMES DE COGÉNÉRATION À TRÈS HAUT RENDEMENT POUR L AGRICULTURE ET L INDUSTRIE

A LTERNATIVE E NERGY D IVISION SYSTÈMES DE COGÉNÉRATION À TRÈS HAUT RENDEMENT POUR L AGRICULTURE ET L INDUSTRIE A LTERNATIVE E NERGY D IVISION SYSTÈMES DE COGÉNÉRATION À TRÈS HAUT RENDEMENT POUR L AGRICULTURE ET L INDUSTRIE Innovation, Spécialisation, Qualité et Internationalité, les ingrédients du succès d une

Plus en détail

Visite du Lycée du Pic Saint Loup

Visite du Lycée du Pic Saint Loup VAD - ENVIROBAT 8 Juillet 2005 Visite du Lycée du Pic Saint Loup Maîtrise d'ouvrage à Région Languedoc-Roussillon ADRET, AMO HQE S Maîtrise d'oeuvre t - C HYDRAP, paysagiste l TRIBU, BET HQE é MALIVER,

Plus en détail

Projet CEPIC Le coût de l'assainissement énergétique du parc immobilier du canton de Genève

Projet CEPIC Le coût de l'assainissement énergétique du parc immobilier du canton de Genève Projet CEPIC Le coût de l'assainissement énergétique du parc immobilier du canton de Genève Par Félix Dalang, Noé21 Novembre 2011 Les économies de CO2 nécessaires à Genève 4'000'000 3'000'000 aéroport

Plus en détail

Raccordement individuel au réseau de distribution de gaz naturel 7 ÉTAPES POUR NE RIEN LAISSER AU HAsARD

Raccordement individuel au réseau de distribution de gaz naturel 7 ÉTAPES POUR NE RIEN LAISSER AU HAsARD Raccordement individuel au réseau de distribution de gaz naturel 7 ÉTAPES POUR NE RIEN LAISSER AU HAsARD Introduction Le raccordement est l opération par laquelle vous pouvez faire connecter votre installation

Plus en détail

Chaleur des eaux usées L énergie sous nos pieds

Chaleur des eaux usées L énergie sous nos pieds Chaleur des eaux usées L énergie sous nos pieds Séminaire du CREM du 25 mars 2010 à Vevey Fabrice Rognon, dipl. ing. méc. EPFZ, Planair SA, La Sagne, Sous Directeur SuisseEnergie pour les infrastructures

Plus en détail

La place de l acoustique dans l offre de certification du Groupe QUALITEL. Pascal LOCOGE - Décembre 2007

La place de l acoustique dans l offre de certification du Groupe QUALITEL. Pascal LOCOGE - Décembre 2007 La place de l acoustique dans l offre de certification du Groupe QUALITEL Pascal LOCOGE - Décembre 2007 Qui sommes-nous? Un organisme précurseur de la certification, créé en 1974 Reconnu et indépendant,

Plus en détail

UN PLAN CLIMAT À L HORIZON 2020

UN PLAN CLIMAT À L HORIZON 2020 UN PLAN CLIMAT À L HORIZON 2020 Diminuer les émissions de gaz à effet de serre de la région Centre de 40 % Depuis la fin du XVIII e siècle, notre modèle de civilisation est fondé sur une exploitation intensive

Plus en détail

Labels de performances énergétiques

Labels de performances énergétiques Labels de performances énergétiques 12 mai 2009 Conférence : Construire et rénover : quel coût pour l énergie durable? Sylvain AVRIL - Aduhme Construire et rénover : quel coût pour l énergie durable? D

Plus en détail

L isolation acoustique dans les habitations à ossature en bois

L isolation acoustique dans les habitations à ossature en bois L isolation acoustique dans les habitations à ossature en bois Une construction à ossature en bois offre de multiples avantages, tels que, par exemple, la rapidité de réalisation, le poids réduit sur les

Plus en détail

L EMPREINTE ECOLOGIQUE. Castelnaudary, le 7 Novembre 2009

L EMPREINTE ECOLOGIQUE. Castelnaudary, le 7 Novembre 2009 L EMPREINTE ECOLOGIQUE Castelnaudary, le 7 Novembre 2009 L EMPREINTE ECOLOGIQUE Toute activité humaine génère une dépense de ressources terrestres et une création de déchets. Cet échange peut s évaluer

Plus en détail

Chapitre 2 : La consommation d énergie

Chapitre 2 : La consommation d énergie Chapitre 2 : La consommation d énergie Évolution de l efficacité énergétique au Canada - de 1990 à 2005 5 Chapitre 2 : La consommation d énergie Vue d ensemble La consommation d énergie et les émissions

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2005

La Réglementation Thermique 2005 La Réglementation R Thermique 2005 Le contexte et les enjeux Le contexte et les enjeux Les ressources naturelles s épuisent. Les prix s envolent. Le climat se dérègle. Le bâtiment consomme beaucoup trop

Plus en détail

Construction durable

Construction durable Depuis 90 ans à votre service... Construction durable selon les normes pour habitations passives www.linden.be www.pamaflex.eu Bilan énergétique dans une maison classique 1. Pertes par les murs et les

Plus en détail

Sécurité d approvisionnement en en électricité en Suisse après 2015

Sécurité d approvisionnement en en électricité en Suisse après 2015 Sécurité d approvisionnement en en électricité en Suisse après 2015 Rôle de la co(tri-) génération pour satisfaire les services énergétiques du futur Prof Daniel Favrat 1 Thèses Electricité = 23% de l

Plus en détail

bois energie Passez au vert! BOIS ENERGIE

bois energie Passez au vert! BOIS ENERGIE bois energie Passez au vert! BOIS ENERGIE Les enjeux Depuis Kyoto, la lutte contre le changement climatique passe par l augmentation progressive de la part des énergies renouvelables dans la production

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITE POUR LA SOLARISATION D UNE PISCINE DE PLEIN AIR

ETUDE DE FAISABILITE POUR LA SOLARISATION D UNE PISCINE DE PLEIN AIR Schéma guide pour établir un cahier des charges d étude ETUDE DE FAISABILITE POUR LA SOLARISATION D UNE PISCINE DE PLEIN AIR DENOMINATION DE L'OPERATION Précisez Objet - Lieu Maître d ouvrage : Personne

Plus en détail

Minergie-Glossaire. Suggestions à: Décembre 2016, Version 1

Minergie-Glossaire. Suggestions à: Décembre 2016, Version 1 Minergie-Glossaire Suggestions à: info@minergie.ch Décembre 2016, Version 1 Minergie Schweiz Geschäftsstelle Bäumleingasse 22 4051 Basel T 061 205 25 50 info@minergie.ch www.minergie.ch 1 Aération douce

Plus en détail

LES PROJETS DE LOI DU GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT

LES PROJETS DE LOI DU GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT 30 mai 2008 - Lille Réseau RAFHAEL LES PROJETS DE LOI DU GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT GRENELLE de l ENVIRONNEMENT groupes de travail tables rondes finales discours de clôture 33 comités opérationnels 2

Plus en détail

Bioéthanol - le biocarburant de l avenir dès aujourd hui

Bioéthanol - le biocarburant de l avenir dès aujourd hui Projet Bioéthanol - le biocarburant de l avenir dès aujourd hui Argumentaire en faveur du bioéthanol-carburant Document établi pour : Document établi par : Centre de profit RFA M. P. Schaller Länggassstrasse

Plus en détail

Formation 2.1 - L'État de l'énergie au Québec et la nouvelle politique énergétique Mercredi 10 février 2016 10h30-11h45 Hôtel Château Laurier Québec

Formation 2.1 - L'État de l'énergie au Québec et la nouvelle politique énergétique Mercredi 10 février 2016 10h30-11h45 Hôtel Château Laurier Québec Formation 2.1 - L'État de l'énergie au Québec et la nouvelle politique énergétique Mercredi 10 février 2016 10h30-11h45 Hôtel Château Laurier Québec - Des Plaines B, 1220, Place George V Ouest, Québec

Plus en détail

Passeport énergétique

Passeport énergétique PASS Passeport énergétique Bâtiments d habitation Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS PASS Passeport énergétique 3 Qu est-ce que le passeport énergétique? Le passeport

Plus en détail

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE

COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE COMMENT ENTRETENIR LA NORME ISO 50001, LES ENJEUX DE LA CERTIFICATION : CADRE REGLEMENTAIRE ET RETOUR D EXPERIENCE Jeudi 21 mars, de 9h30 à 11h30 DÉBUT DE LA CONFÉRENCE PROGRAMME Publiée en juin 2011,

Plus en détail

Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie

Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE UN LEVIER POUR LE DEVELOPPEMENT DES TERRITOIRES RURAUX Coopération et mutualisation autour de la filière bois-énergie L exemple de la Cuma Ecovaloris et de l association

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Pierre Holoffe N : 21 Boîte : - CP : 1342 Localité : Limelette Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Pierre Holoffe N : 21 Boîte : - CP : 1342 Localité : Limelette Type de bâtiment : CP : 1342 Localité : Limelette Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Non disponible (+/- 1900) Année de construction :

Plus en détail

Introduction générale

Introduction générale Planification intégrée des infrastructures d énergie Introduction générale Laboratoire de Systèmes Energétiques ENAC / EPFL 1 - Sommaire Objectifs du cours Contenu du cours - Méthodes d analyse de la demande

Plus en détail

Sommaire. Bilan énergétique global Commune de INTRODUCTION... 3 1. ÉTUDE DES DONNÉES ÉNERGÉTIQUES... 4 1-1. CARACTERISTIQUES DE LA COMMUNE DE...

Sommaire. Bilan énergétique global Commune de INTRODUCTION... 3 1. ÉTUDE DES DONNÉES ÉNERGÉTIQUES... 4 1-1. CARACTERISTIQUES DE LA COMMUNE DE... 1 Bilan énergétique global Commune de Sommaire INTRODUCTION... 3 1. ÉTUDE DES DONNÉES ÉNERGÉTIQUES... 4 1-1. CARACTERISTIQUES DE LA COMMUNE DE... 4 1-2. DONNEES ENERGETIQUES GENERALES... 4 1-3. BILAN ENERGETIQUE

Plus en détail

Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel»

Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel» Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel» 26 octobre 2012 L association Énergies et Avenir Énergies

Plus en détail

2008-2018 : réduire, c est agir! 2008-2018 : réduire, c est agir!

2008-2018 : réduire, c est agir! 2008-2018 : réduire, c est agir! Un plan d élimination des déchets pour l Isère Les élus du Conseil général ont approuvé le 13 juin 2008 le Plan d élimination des déchets ménagers et assimilés de l Isère. Elaboré après une très large

Plus en détail

Le groupe DOMIAL et le Grenelle de l Environnement à travers l exemple de 3 opérations : Construction de 30 logements locatifs PLUS BBC

Le groupe DOMIAL et le Grenelle de l Environnement à travers l exemple de 3 opérations : Construction de 30 logements locatifs PLUS BBC Le groupe DOMIAL et le Grenelle de l Environnement à travers l exemple de 3 opérations : Construction de 30 logements locatifs PLUS BBC Réhabilitation de 72 logements locatifs THPE Construction de 18 logements

Plus en détail

Introduction à l analyse de cycle

Introduction à l analyse de cycle Introduction à l analyse de cycle de vie (ACV) 9 èmes Rencontres de la Biomasse Quel avenir pour les produits biobasés en Wallonie? 14 novembre 2012 Julie Roïz ValBiom 1. Définition L ACV permet de quantifier

Plus en détail

CONTRIBUTION L éco-construction

CONTRIBUTION L éco-construction CONTRIBUTION L éco-construction Conseil de développement Groupe développement 22-Fév-11 Sommaire 1. Introduction... 3 Qu est-ce qu un habitat?... 3 2. Enjeux... 3 3. Objectifs généraux de l éco-construction

Plus en détail

Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France

Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France Lien vers la présentation PowerPoint Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France Bertrand REYSSET Chargé de mission adaptation au changement climatique, Ministère de l'écologie,

Plus en détail

Bioéthanol : Atouts et enjeux

Bioéthanol : Atouts et enjeux Bioéthanol : Atouts et enjeux L environnement, véritable défi du Bioéthanol Indépendance énergétique Perspectives économiques L environnement, véritable défi du Bioéthanol Depuis 2 siècles, nos sociétés

Plus en détail

Au service de l énergie dans le respect de l environnement

Au service de l énergie dans le respect de l environnement Au service de l énergie dans le respect de l environnement Services Gestion Installation La maîtrise de l énergie et des fluides Notre force Optimiser votre efficacité énergétique À travers une expertise

Plus en détail

Quel développement énergétique territorial pour atteindre la société à 2000 watt?

Quel développement énergétique territorial pour atteindre la société à 2000 watt? Quel développement énergétique territorial pour atteindre la société à 2000 watt? 12 décembre 2013 Dr Jean-Albert Ferrez Directeur général, énergies sion région Chef Service Eau Energies, Ville de Sion

Plus en détail

G / Bail forma diag perf

G / Bail forma diag perf G / Bail forma diag perf Arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants à usage principal d habitation proposés à la location en France métropolitaine

Plus en détail

Réalisation Primavera Crédits photos : Fotolia/CIBE/UCFF - 06/13. Le bois, la première des énergies renouvelables

Réalisation Primavera Crédits photos : Fotolia/CIBE/UCFF - 06/13. Le bois, la première des énergies renouvelables Réalisation Primavera - 01 55 21 63 85 Crédits photos : Fotolia/CIBE/UCFF - 06/13 Le bois, la première des énergies renouvelables Chiffres clés du bois-énergie en France La filière forêt-bois représente

Plus en détail

VICTOR RUFFY - Evaluation SméO ATL 7.0 Résultats Etude

VICTOR RUFFY - Evaluation SméO ATL 7.0 Résultats Etude Energie grise du bâtiment Confort thermique estival / hivernal Parties privatives VICTOR RUFFY - Evaluation SméO ATL 7.0 Résultats Etude Retour Etude Interface Mapping Economie du sol 83% Assurer une occupation

Plus en détail

mep schneider materlignes RVT couv autre placement 15/02/07 10:58 Page 3 le prêt à livrer

mep schneider materlignes RVT couv autre placement 15/02/07 10:58 Page 3 le prêt à livrer mep schneider materlignes RVT couv autre placement 15/02/07 10:58 Page 3 le prêt à livrer mep schneider materlignes RVT couv autre placement 15/02/07 10:58 Page 4 Des modules béton pour l Energie, les

Plus en détail

Manuel d'utilisation du fichier Excel servant à l'analyse de la consommation d'énergie

Manuel d'utilisation du fichier Excel servant à l'analyse de la consommation d'énergie GROS CONSOMMATEURS NEUCHATELOIS Manuel d'utilisation du fichier Excel servant à l'analyse de la consommation d'énergie (Variante 3 des possibilités offertes) Version 1, 19 janvier 2006 Renseignements:

Plus en détail

L ANME présente le plan solaire tunisien au Green Ifriqiya

L ANME présente le plan solaire tunisien au Green Ifriqiya L ANME présente le plan solaire tunisien au Green Ifriqiya L ANME vient d organiser un atelier sur l énergie solaire en Tunisie. L atelier est tenu en marge du Forum International de L'Investissement et

Plus en détail

Union Pétrolière Suisse romande Centre Information Mazout CH 1008 Prilly (VD) Philippe CORDONIER Ing. méc. EPFL

Union Pétrolière Suisse romande Centre Information Mazout CH 1008 Prilly (VD) Philippe CORDONIER Ing. méc. EPFL Union Pétrolière Suisse romande Centre Information Mazout CH 1008 Prilly (VD) Philippe CORDONIER Ing. méc. EPFL www.mazout.ch Partenaire de Le pétrole, une énergie naturelle et disponible pour plusieurs

Plus en détail

l écologie industrielle appliquée

l écologie industrielle appliquée l écologie industrielle appliquée 5 juin 2014 swisspor Romandie Jacques Esseiva Resp. QSE Thème Comment améliorer l efficience énergétique de mon entreprise et de mes clients? 3 exemples - Construire un

Plus en détail

La biomasse pour la production de chaleur dans le logement collectif

La biomasse pour la production de chaleur dans le logement collectif La biomasse pour la production de chaleur dans le logement collectif Narbonne, le 07 avril 2009 V. Decalonne Contexte du Projet Réseau de Chaleur crée en 1973 sur le périmètre de Délégation de Service

Plus en détail

500 LOGEMENTS «BÂTIMENT BASSE CONSOMMATION» EN POITOU-CHARENTES. «Logements BBC» DEMANDE DE SUBVENTION

500 LOGEMENTS «BÂTIMENT BASSE CONSOMMATION» EN POITOU-CHARENTES. «Logements BBC» DEMANDE DE SUBVENTION AIDE RÉGIONALE 500 LOGEMENTS «BÂTIMENT BASSE CONSOMMATION» EN POITOU-CHARENTES «Logements BBC» DEMANDE DE SUBVENTION 8 Pièces à retourner à : FREE Poitou-Charentes 15 rue de l'ancienne Comédie BP 575 86021

Plus en détail

Atelier du 16 mars 2007

Atelier du 16 mars 2007 Atelier du 16 mars 2007 Consommation d énergie et «facteur 4» Consommation d énergie et des émissions de CO2 National Ile de France Secteur Consommation finale en % Emission de CO2 en % Consommation finale

Plus en détail

la stratégie énergétique 2050 & Chauffage électrique

la stratégie énergétique 2050 & Chauffage électrique Association Choc Electrique, Gland, 5.6.2014 la stratégie énergétique 2050 & Chauffage électrique Roger Nordmann Conseiller national PS, Lausanne, Président de Swissolar Membre de la Commission de l environnement,

Plus en détail

T I T R E D U P R O J E T

T I T R E D U P R O J E T SECRETARIAT DU FONDS FRANÇAIS POUR L ENVIRONNEMENT MONDIAL RAPPORT D EVALUATION (Spécifier à mi-parcours ou finale) (Ce modèle de rapport doit être annexé aux TDR des évaluations) T I T R E D U P R O J

Plus en détail

La durabilité dans la filière laitière : des opportunités à saisir

La durabilité dans la filière laitière : des opportunités à saisir La durabilité dans la filière laitière : des opportunités à saisir 16ième Carrefour des Productions Animales 2.03.2011 Renaat Debergh Confédération Belge de l industrie Laitière (CBL) BCZ-CBL 16 Carrefour

Plus en détail

La politique énergétique valaisanne, aujourd hui et demain

La politique énergétique valaisanne, aujourd hui et demain ConstructionValais BauenWallis Assemblée générale Sion, 26 avril 2007 La politique énergétique valaisanne, aujourd hui et demain Thomas Burgener Chef DSSE Mandat de prestation Forces hydrauliques Domaine

Plus en détail

Maîtrise de l énergie Utilisation rationnelle de l électricité

Maîtrise de l énergie Utilisation rationnelle de l électricité Maîtrise de l énergie Utilisation rationnelle de l électricité Charles Weinmann, physicien, dr. ès sc. CUEPE, 23 mars 2007 Contenu : La société à 2000 watts L amélioration de l efficacité énergétique,

Plus en détail

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE EN COPROPRIÉTÉ

RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE EN COPROPRIÉTÉ Mardi technique De L Arc RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE EN COPROPRIÉTÉ Enjeux, perspectives et retours d'expérience 1 Copropriété Paris XII Place d'aligre 107 logements 800 K de travaux dont 500 K de menuiseries

Plus en détail

Bois et assainir thermiquement Forum Lignum Genève

Bois et assainir thermiquement Forum Lignum Genève Bois et assainir thermiquement Forum Lignum Genève hepia, 28 mai 2013 Markus Mooser directeur Cedotec-Lignum évolution des parts de marché du bois en Suisse (2005 à 2011) Beton Briques Bois Depuis 2005

Plus en détail

L intégration du photovoltaïque dans le bâtiment

L intégration du photovoltaïque dans le bâtiment L intégration du photovoltaïque dans le bâtiment Philippe Malbranche CEA, FRANCE Tél : 33 4 79 44 45 46 Mél : philippe.malbranche @ cea.fr www.ines-solaire.com 21 mars 2006, Journée thématique SFT IBPSA

Plus en détail