Consommation annuelle d'eau chaude de 17'000 appartements

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Consommation annuelle d'eau chaude de 17'000 appartements"

Transcription

1 Consommation annuelle d'eau chaude de 7'000 appartements Nombre de consommateurs par tranche de consommation Total consommé par tranche de consommation 0..0 m3 % m m3 5% % % m m3 9% 54' m3 8% m3 4% % 4' m3 3% 44 >00 m3 % 34 % m m3 9% >00 m3 3% 540 % % 463 5% m m3 4% m3 7% m3 9% % % m3 0% m m m3 Appartements 7'000 Consommation totale 570'00 m3 Moyenne 33.5 m3 Ecart-type 6. m m m3 Consommateurs % Consommation % Moyenne Ecart-type m % m3 6% 5.7 m3 8. m3 > 30 m % m3 74% 55.0 m3 4.4 m3

2 Consommation annuelle d'eau chaude de 477 appartements de à 5 pièces 00.0% 95.0% 90.0% 85.0% 80.0% 75.0% 70.0% 65.0% 60.0% 55.0% 50.0% 45.0% 40.0% 35.0% 30.0% 5.0% 0.0% 0.4% 0.7% 0.%.0%.8% 3.% 6.%.8% 8.8% 6.8%.4% 0.9%.5% 6.6% 5.0% 7.5%.% 7.9%.4%.0%.4% 0.8%.5%.9% 4.4% 6.4% 3.5% 8.5% 7.8% 3.9%.7% 4.4% 7.0% 7.% 9.% 0.8% 7.5% 7.%.4%.4%.6% 5.4% 5.8% 8.0% 4.0% 6.6% 8.0% 7.7% 5.8% 5.7% 0.% 9.5%.% 6.% 4.8% 5.0%.7% 3.8% 4.8% 8.4% 9.%.3% 7.6% 9.0% 3.3% 5.8% 7.% 8.%.3%.4%.5% 3.9% 3.9% 3.% 4.7% 5.4% 0.9% 0.9% 7.% 6.3% 8.5% 0.% 6.3% 8.4% 8.4% 5.%.8% 6.3% Tranches m Consommateurs Consommation Consommation inférieure à 30 m3 Répartition des consommateurs et de la consommation 5.0% 0.0% 8.% 7.5% 0.8% 5.6% 6.6%.4%.% 0.8% 4.0%.3% 4.9% 5.0% 6.% 4.7% 8.% 6.5% 5.% 4.% 5.4% 4.% 0.0%.3% 0.6%.0% - / pièce - / pièces 3-3 / pièces 4-4 / pièces >= 5 pièces

3 Consommation annuelle d'eau chaude de 477 appartements de à 5 pièces m Moyennes et écarts-types % % 7% % 79% 5.0 Consommateurs 0.0 Moyenne Ecart-type 5.0 Moyenne 50% / pièce 45 - / pièces / pièces / pièces 585 >= 5 pièces 9 Moyenne 50% -

4 Consommation annuelle d'eau chaude de 550 appartements de 3-3/ pièces m Nombre % m3 % % % % % % % % % % % % % % 7 4.0% % % % % % % % 0 Moyenne = 39.3 m3 7 8.% % X Ecart-type = 6. m3 Consommation par appartement Maximum Minimum

5 a p p a r t e m e n t s é q u i p é s d e c o m p t e u r s i n d i v i d u e l s 0 Introduction L économie d énergie vient fréquemment en tête de l actualité. De nouvelles dispositions sont régulièrement mises en pratique afin de préserver notre environnement. Il est important, suite à l introduction de telles mesures, de connaître le résultat qui découle de leur mise en oeuvre. En Suisse, comme dans bon nombre de pays européens, la pose de compteurs d eau chaude individuels dans les immeubles neufs est obligatoire. Nous vous proposons dans cette étude d analyser le comportement réel de consommateurs d eau chaude. Nous espérons que les observations ci-après vous fourniront les éléments nécessaires à une appréciation personnelle sur l utilité des compteurs. Etude générale Méthode Pour cette première partie, appartements ont été retenus, ils sont tous équipés d un seul compteur et aucune mutation de locataire n a été enregistrée durant la période considérée pour ces calculs (99-993). Dans la mesure du possible, nous avons sélectionné uniquement des appartements utilisés comme habitation, en excluant ceux à usage commercial ou administratif. Le nombre de pièces n est pas pris en compte. Il est représentatif de la disposition des immeubles équipés de compteurs d eau chaude dans le canton de Vaud et plus principalement dans la région lausannoise. Graphique ➀ Ce diagrammemontre la distribution des consommateurs et de leur consommation totale groupée par tranche de consommation. L interprétation se fait comme suit: Les consommateurs utilisant entre 0 et 0 m 3 d eau chaude par année représentent 5% des utilisateurs (cercle de gauche). Les mêmes utilisateurs totalisent 3% de la consommation annuelle de tous les appartements (cercle de droite). En groupant les tranches (entourées en rouge), on constate que 54% des usagers consomment moins de 30.0 m 3 par an. Cependant, la somme de leur consommation ne représente que 6% de la consommation totale des usagers. Remarques La moyenne de la consommation annuelle des appartements est de 33.5 m 3 avec un écart type de 6. m 3. Pour obtenir une même moyenne et un même écart-type, on peut imaginer que la moitié des usagers consommerait 7.3 m 3 et l autre moitié 59.7 m 3. Ces valeurs correspondent à la moyenne ±écart type. 79% des consommateurs sont représentés dans la tranche de 7.3 à La moitié des usagers consommerait en moyenne 8 fois plus que l autre moitié. Si nous séparons les consommateurs en deux groupes: soit ceux qui consomment moins de 30 m 3 et les autres plus de 30 m 3, nous pouvons aussi calculer deux moyennes de consommation, soit respectivement 5.7 et 55.0 m 3. La proportion étant presque la même, nous pouvons dire que la moitié des usagers consommerait en moyenne 3.5 fois plus que l autre moitié. Nous voyons que, par deux méthodes différentes basées sur des calculs de moyennes, nous obtenons des consommations moyennes avec un rapport de 3.5 à 8 fois entre les usagers. Dans la pratique, pour un même immeuble, nous constatons fréquemment pour des appartements de capacité équivalente des facteurs 0 entre les consommations annuelles. La moyenne exprime la consommation totale divisée par le nombre de consommateurs. L écart-type définit l amplitude de la dispersion des consommations autour de la moyenne. ALFRED AUBORT S.A

6 a p p a r t e m e n t s é q u i p é s d e c o m p t e u r s i n d i v i d u e l s Sur base des chiffres précités, les déductions suivantes peuvent être développées: Exemple A Si nous admettons le prix du m 3 d eau chaude à Fr 8.00, 54% des consommateurs auraient alors en moyenne une note de Fr 5.60 par an et 46% de Fr Dans le même immeuble dépourvu de compteurs, en supposant que tous les logements soient identiques, chaque utilisateur devrait débourser Fr Ce qui signifie un surplus de 3% pour 54% des consommateurs et une diminution de 39.0% pour les 46% restants. Le comptage permet une répartition équitable des frais liés à la production et à l exploitation de l eau chaude. Exemple B Pour un immeuble de 00 appartements, nous calculons une consommation totale de 54 * * 55.0 = m 3. Le potentiel d économie sur les 54 % de consommateurs utilisant 5.7 m 3 en moyenne est insignifiant. Par contre, sur une consommation annuelle de 55.0 m 3, il est possible par une incitation à un comportement adéquat d économiser environ 0 m 3 par année 3. Ce qui représente dans notre exemple 0.0 * 46 = 460 m 3 soit ~3.6% de la consommation totale de l immeuble et une économie moyenne par appartement de 4.6 m 3. Ces estimations sont effectuées pour des immeubles déjà équipés de compteurs individuels. Selon d autres analyses, la consommation dans les immeubles dépourvus de compteurs est supérieure de 5 à 0 %. Dans les constructions récentes, la proportion des coûts liés à l eau chaude représente près de la moitié des montants à répartir dans le décompte des frais de chauffage et d eau chaude. Al avenir, grâce à l exploitation des apports de chaleur passifs, la proportion des frais de chauffage va encore diminuer. Résumé La consommation moyenne des usagers est de 33.5 m 3 avec un écart-type de 6. m 3. Dans la pratique, ces chiffres se vérifient à partir de 00 consommateurs. Ils permettent d apprécier l amplitude des différences de consommation. La mise en place de compteurs ne suffit pas, elle doit s accompagner d un système de répartition des frais incitant les consommateurs importants à économiser. Il est nécessaire de pratiquer un décompte individuel qui soit le reflet réel des coûts, afin de partager les frais équitablement. 3 0 m 3 par an représentent 7.4 litres par jour. Pour un bain,on utilise environ 00 litres d eau chaude à 60 C et pour une douche près de 30 à 40 litres. ALFRED AUBORT S.A

7 a p p a r t e m e n t s é q u i p é s d e c o m p t e u r s i n d i v i d u e l s Etude détaillée par nombre de pièces Méthode Nous abordons maintenant la deuxième partie de cette étude. Le but est d approfondir les observations précédentes. Nous allons analyser les consommations de 4 77 appartements répondant aux critères de la première partie. En plus, ils ont été groupés sur base de leur nombre de pièces. Graphique Le diagramme est identique au ➀, mais pour chaque type d appartements. Nous pouvons relever les points suivants: Dans tous les cas, les consommateurs de plus de 30 m 3 par an représentent plus des 50% de la consommation totale. Plus les appartements sont grands, plus la proportion de petits consommateurs diminue. Même dans les 5-5 / pièces, les consommateurs de moins de 30 m 3 représentent encore 7.9 % de tous les appartements, bien que leur consommation n atteigne que 0% du total. Graphique ➂ Cette illustration représente les moyennes et les écarts-types par classe d appartements. Les traits noir et jaune expriment la moyenne des 50% d utilisateurs consommant le moins et les traits noir et vert la moyenne des 50% consommant le plus. Remarques Les moyennes sont influencées par le nombre de pièces. Les 4-4 / pièces consomment environ deux fois plus que les - / pièces. En revanche, la moyenne des appartements - / pièces consommant le plus représente environ une fois et demie la moyenne des appartements 4-4 / pièces consommant le moins. Si l on définit le coefficient de variation CV par le rapport entre l écart-type et la moyenne multiplié par 00, on obtient: - / pièces - / pièces 3-3 / pièces 4-4 / pièces 5 pièces et plus 84% 80% 66% 63% 59% Le CV est inversement proportionnel au nombre de pièces des logements. Plus les appartements sont petits, plus les différences de consommation sont élevées. Résumé Les moyennes du graphique ➂peuvent être utilisées pour attribuer une consommation à un utilisateur pour lequel on ne possède ni relevés, ni moyenne personnelle (consommation de l année précédente). Nous constatons que la consommation est liée plus au comportement de l usager qu aux caractéristiques du logement. N oublions pas que, lorsqu un robinet de lavabo ou d évier est laissé complètement ouvert durant 5 minutes par jour, la consommation annuelle se monte à 8 m 3. En pratique, nous remarquons que les consommations varient peu d une année à l autre. ALFRED AUBORT S.A

8 a p p a r t e m e n t s é q u i p é s d e c o m p t e u r s i n d i v i d u e l s 3 Etude détaillée des 3-3 / pièces Méthode La troisième partie est basée uniquement sur des appartements de 3-3 / pièces. La sélection s est portée sur 550 appartements répondant aux critères des précédents chapitres. Graphique ➃ Les consommations des 550 appartements ont été reportées sur le graphique (croix rouges). Elles sont affichées dans l ordre d introduction qui peut être considéré comme aléatoire. En impression de fond sont représentés la moyenne et l écart-type. Le tableau de droite indique le nombre d appartements et le total consommé par tranche de consommation. Remarques Q u e l l e d i v e r s i t é!!! La dispersion est constante tout au long du graphique. Les consommations supérieures à 00 m 3 sont peu fréquentes, mais pas insignifiantes (7.7% de la consommation totale). 73% des consommateurs sont compris dans la tranche de la moyenne ± l écart-type. Il n y a pas de concentration importante autour d une valeur. La densité est presque régulière dans l intervalle de 0 à 50 m 3. Résumé Le diagramme ➃ donne une bonne représentation de la variation de la consommation d un appartement à un autre. Les commentaires sont identiques à ceux des précédents chapitres. ALFRED AUBORT S.A

9 a p p a r t e m e n t s é q u i p é s d e c o m p t e u r s i n d i v i d u e l s 4 Conclusion Afin d attribuer un ordre de grandeur aux données de ce rapport, nous allons effectuer quelques calculs sur base des chiffres cités. Les résultats ne doivent pas être considérés comme des statistiques confirmées, mais bien comme des hypothèses à vérifier. D après le dernier recensement fédéral de la population, on dénombre en Suisse logements. Si l on estime une consommation annuelle moyenne par logement de 33.5 m 3, on obtient une consommation annuelle totale d eau chaude de litres (05 milliards). Cette quantité d eau remplit un bassin de 7. km sur 7. km d une profondeur de mètres. Pour chauffer cette eau d une température de 0 C à 60 C il faut Mégawatts heure, compte non tenu des coefficients de pertes et de rendements. Une économie de représente [MWh] Mazout [tonnes] 5% % % En plus de l énergie, il ne faut pas négliger les économies d eau. Si l on considère que les usagers utilisent de l eau à 35 C, il est alors nécessaire de mélanger l eau chaude et l eau froide en parts égales. La consommation totale d eau est double de la consommation d eau chaude (0 milliards de litres par an). Cette estimation ne tient pas compte de l eau froide utilisée seule (arrosage,machine àlaver,...). Une économie de représente par an [m 3 ] 5% % % On peut constater sur les deux tableaux précédents le volume de la consommation d énergie et d eau. Ces quantités sont suffisamment importantes pour ne pas être négligées. Les différences de consommation entre les utilisateurs sont marquées. Une répartition des frais sur base de la consommation individuelle effective est justifiée. Le potentiel d économie existe car la proportion de forts consommateurs est grande. Par l utilisation combinée des compteurs d eau et du décompte individuel des frais, la probabilité d économie est sensible. Pour l usager dont la consommation est élevée, il est facile de réaliser une économie puisque celle-ci ne dépend que de son comportement. Nous vous avons présenté dans ce rapport un résumé des statistiques que nous avons élaborées. Les points marquants ont été mis en évidence. Nous restons à votre entière disposition pour tout complément d information et sommes ouverts à toute discussion ou proposition. Nous vous remercions de l attention que vous avez bien voulu prêter à la présente étude et vous prions d agréer, chère lectrice, cher lecteur, nos salutations les meilleures. A L F R E D A U B O RT S. A. C h. d e l a C h o c o l a t i è r e C H B u s s i g n y T é l ( 0 ) F a x( 0 ) ALFRED AUBORT S.A

Décomptes individuels Frais de chauffage et d eau chaude

Décomptes individuels Frais de chauffage et d eau chaude Décomptes individuels Frais de chauffage et d eau chaude Conférence Romande des Délégués à l Energie www.crde.ch 2 Principe Introduction Le décompte individuel des frais de chauffage (DIFC) et d eau chaude

Plus en détail

Immeubles place de la Palud 21 et 21 bis, à Lausanne Rénovation des bâtiments avec création de nouveaux logements. 1.

Immeubles place de la Palud 21 et 21 bis, à Lausanne Rénovation des bâtiments avec création de nouveaux logements. 1. Culture, Sports, Patrimoine Immeubles place de la Palud 21 et 21 bis, à Lausanne Rénovation des bâtiments avec création de nouveaux logements Préavis N 2002/30 Lausanne, le 20 juin 2002 Madame la Présidente,

Plus en détail

Analyse financière d un crédit d impôt ciblé pour les contribuables dans la deuxième tranche d imposition

Analyse financière d un crédit d impôt ciblé pour les contribuables dans la deuxième tranche d imposition Analyse financière d un crédit d impôt ciblé pour les contribuables dans la deuxième Ottawa, Canada 17 mai 2016 www.pbo-dpb.gc.ca Le directeur parlementaire du budget (DPB) est chargé de fournir des analyses

Plus en détail

Les charges locatives

Les charges locatives janvier 2017 Les charges locatives par Stéphanie JANKEL et Sandra ROGER Apur) Les locataires franciliens occupant un logement dans un immeuble collectif paient en moyenne 119 de charges par mois pour un

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES A UNE VARIABLE

SÉRIES STATISTIQUES A UNE VARIABLE SÉRIES STATISTIQUES A UE VARIABLE Pourquoi étudier la statistique? La statistique a pour objet de recueillir des données, de les organiser et les présenter de façon à pouvoir les analyser et en tirer des

Plus en détail

MARCHISSY PROJET CHAUFFAGE A DISTANCE AU BOIS

MARCHISSY PROJET CHAUFFAGE A DISTANCE AU BOIS Kurt-R. Scheidegger SA Bureau d ing. conseils 1010 LAUSANNE en collaboration avec: F. Liard + Associés SA Ing. civils dipl. HES 1163 Etoy L.-E. Rossier Ing. EPF Bureau d études - géomètre officiel 1170

Plus en détail

Bilan annuel de consommation énergétique de la pompe à chaleur

Bilan annuel de consommation énergétique de la pompe à chaleur Bilan annuel de consommation énergétique de la pompe à chaleur Résumé des principales consommations Consommation pour le chauffage (kwh) Consommation pour le chauffage ( ) 3864 73.4% 673 78.2% Consommation

Plus en détail

Année du recensement Population

Année du recensement Population Analyse de l évolution démographique de la commune de Sens de Bretagne (35490) Introduction La commune de Sens de Bretagne se situe à 31 km au Nord de Rennes sur la D175. Elle fait partie du canton de

Plus en détail

Nom : Exercice 1 : La pyramide des âges Qu est-ce que c est?

Nom : Exercice 1 : La pyramide des âges Qu est-ce que c est? Nom : Exercice 1 : La pyramide des âges Qu est-ce que c est? Les graphiques à barres constituent un excellent moyen de représentation des nombres. Prenons un exemple : si nous avions à illustrer le nombre

Plus en détail

Manuel d'utilisation du fichier Excel servant à l'analyse de la consommation d'énergie

Manuel d'utilisation du fichier Excel servant à l'analyse de la consommation d'énergie GROS CONSOMMATEURS NEUCHATELOIS Manuel d'utilisation du fichier Excel servant à l'analyse de la consommation d'énergie (Variante 3 des possibilités offertes) Version 1, 19 janvier 2006 Renseignements:

Plus en détail

Gestion et Impacts du Changement Climatique GICC Séminaire du 15 octobre 2009

Gestion et Impacts du Changement Climatique GICC Séminaire du 15 octobre 2009 Gestion et Impacts du Changement Climatique GICC Séminaire du 15 octobre 2009 ETHEL II - Energie Transports Habitat Environnement Localisations - Phase II. Jesús González-Feliu, Frédéric Henriot, Jean-Louis

Plus en détail

La consommation finale d énergie dans le canton de Vaud en 2010

La consommation finale d énergie dans le canton de Vaud en 2010 La consommation finale d énergie dans le canton de Vaud en 2010 Aperçu des données Lausanne Avril 2012 METHODOLOGIE ET DEFINITIONS La statistique vaudoise de la consommation d énergie est une statistique

Plus en détail

Point de vue de la GEFeL François Lafitte

Point de vue de la GEFeL François Lafitte Pertes/gaspillage alimentaires au sein de la filière F&L - Stades amonts Point de vue de la GEFeL François Lafitte De quoi parle-t-on quand on évoque les mots «gaspillage alimentaire»? Définition «gaspillage

Plus en détail

Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique. Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young

Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique. Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young Enjeu et modalités de la couverture du risque climatique Didier Marteau Professeur à l ESCP Consultant Ernst&Young I. Le formidable enjeu économique de la couverture du risque climatique Comment peut-on

Plus en détail

STATISTIQUES Introduction Séries statistiques sous forme de tableau... 5

STATISTIQUES Introduction Séries statistiques sous forme de tableau... 5 STATISTIQUES Introduction... 1) Population et caractère.... Exemples :... ) Paramètre central... Le mode :... La médiane :... La moyenne... 3) Paramètre de dispersion... L étendue... ) Elagage d une série...3

Plus en détail

Première partie. Organiser, traiter et représenter

Première partie. Organiser, traiter et représenter Première partie Organiser, traiter et représenter 1 Une étude statistique, du fait notamment de la masse importante de données traitées, est une suite ininterrompue d embrouilles. Il est donc inutile

Plus en détail

Evaluation de l application de la norme SIA 380/1 2001

Evaluation de l application de la norme SIA 380/1 2001 Canton de Vaud Evaluation de l application de la norme SIA 380/1 2001 Bureau d études KELLER BURNIER G. Bezençon et L. Keller CH 1175 LAVIGNY tél. (021) 808 64 29 Bureau d études EBEN Constantin Soutter

Plus en détail

G / Bail forma diag perf

G / Bail forma diag perf G / Bail forma diag perf Arrêté du 3 mai 2007 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants à usage principal d habitation proposés à la location en France métropolitaine

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL DE LA COMMUNE DE SAINT-AUBIN - SAUGES

RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL DE LA COMMUNE DE SAINT-AUBIN - SAUGES RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL GENERAL DE LA COMMUNE DE SAINT-AUBIN - SAUGES DEMANDE DE CREDIT DE FR. 900 000.- POUR LA RENOVATION DE L IMMEUBLE COMMUNAL SIS A LA RUE DE LA POSTE 2 Madame la présidente,

Plus en détail

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES

Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES IMBS3 - ISCID-CO, site de Dunkerque, 2015/2016 Mathématiques appliquées à la gestion - TESTS PARAMÉTRIQUES ET NON PARAMÉTRIQUES Fiche de Mathématiques 2 - Notions générales sur les tests. 1 Notions générales

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat STMG Antilles Guyane 18 juin 2014

Corrigé du baccalauréat STMG Antilles Guyane 18 juin 2014 Durée : 3 heures Corrigé du baccalauréat STMG Antilles Guyane 18 juin 2014 EXERCICE 1 5 points Partie A Cette partie est un questionnaire à choix multiples (QCM). Une agence de voyage, propose un itinéraire

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les pompes à chaleur pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex

Plus en détail

Calculer la totalité des besoins en refroidissement des centres de données

Calculer la totalité des besoins en refroidissement des centres de données Calculer la totalité des besoins en refroidissement des centres de données par Neil Rasmussen Livre blanc APC n 25 Révision n 1 Résumé Ce document traite des calculs de dissipation de chaleur du matériel

Plus en détail

Informer les occupants des logements de leur consommation d énergie

Informer les occupants des logements de leur consommation d énergie Informer les occupants des logements de leur consommation d énergie 15/01/2015 Véronique Poitoux Responsable de compte. veronique.poitoux@grdf.fr 15/01/2015 Pauline Evrard-Guespin Ingénieur Efficacité

Plus en détail

Contribution de la Régulation et GTB à l Efficacité Energétique des bâtiments

Contribution de la Régulation et GTB à l Efficacité Energétique des bâtiments Contribution de la Régulation et GTB à l Efficacité Energétique des bâtiments NAPAR JEAN DANIEL Président Syndicat ACR Page ) Produits de régulation Conforme aux Cahier des Charges Dolce Vita et Bleu Ciel

Plus en détail

Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel»

Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel» Présentation du Guide pratique RT 2012 «Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel» 26 octobre 2012 L association Énergies et Avenir Énergies

Plus en détail

STATISTIQUES. La population est l ensemble des individus sur lesquels portent l étude statistique

STATISTIQUES. La population est l ensemble des individus sur lesquels portent l étude statistique Chapitre 4 : STATISTIQUES I Définitions et vocabulaire des statistiques La population est l ensemble des individus sur lesquels portent l étude statistique Le caractère (ou variable statistique) d une

Plus en détail

Transmission de chaleur

Transmission de chaleur Transmission de chaleur Matthieu Schaller et Xavier Buffat matthieu.schaller@epfl.ch xavier.buffat@epfl.ch 31 octobre 2007 Table des matières 1 Introduction 2 2 Méthode 2 2.1 Matériel..............................

Plus en détail

Hôtel de Ville de Valenciennes Acteurs

Hôtel de Ville de Valenciennes Acteurs Le projet part sur la base d une étude lancée par le SIAV sur son territoire qui abouti en juin/juillet 2010 sur la récupération d énergie dans les tuyaux d assainissement Avec pour OBJECTIF de CRÉER des

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES A UNE VARIABLE REPRÉSENTATIONS GRAPHIQUES

SÉRIES STATISTIQUES A UNE VARIABLE REPRÉSENTATIONS GRAPHIQUES SÉRIES STATISTIQUES A UNE VARIABLE REPRÉSENTATIONS GRAPHIQUES Exemple Un restaurateur a réalisé une enquête sur une durée d une semaine concernant les clients fréquentant son restaurant : - Le type de

Plus en détail

Le prix des terrains à bâtir en 2011 en région Nord Pas-de-Calais Augmentation sensible du prix moyen des terrains

Le prix des terrains à bâtir en 2011 en région Nord Pas-de-Calais Augmentation sensible du prix moyen des terrains EPTB en Service Connaissance Division Stratégie des Etudes et Statistiques Le prix des terrains à bâtir en en région Nord Pas-de-Calais Augmentation sensible du prix moyen des terrains En, un peu moins

Plus en détail

Code des obligations. (CO) (Protection contre les loyers abusifs) Modification du. Projet

Code des obligations. (CO) (Protection contre les loyers abusifs) Modification du. Projet Code des obligations (CO) (Protection contre les loyers abusifs) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 12 décembre 2008 1, arrête:

Plus en détail

L appareil innovant qui permet d'éviter le gaspillage de nombreux litres d'eau en attendant l eau chaude

L appareil innovant qui permet d'éviter le gaspillage de nombreux litres d'eau en attendant l eau chaude L appareil innovant qui permet d'éviter le gaspillage de nombreux litres d'eau en attendant l eau chaude Un produit primé pour soigner l'environnement et votre porte-monnaie Pourquoi? Il prend soin de

Plus en détail

RAPRE (Réalisation d une Activité Professionnel en relation avec une Entreprise) U51

RAPRE (Réalisation d une Activité Professionnel en relation avec une Entreprise) U51 RAPRE (Réalisation d une Activité Professionnel en relation avec une Entreprise) U51 SCANNAVINI CHRISTIAN BATI 2 1 SOMMAIRE : Présentation de l entreprise 3 QQOQCPC 4 Problème et Solutions 5 Liste des

Plus en détail

Désignation du ou des bâtiments

Désignation du ou des bâtiments Tél. : 02 51 05 15 33 Fax : 02 51 08 92 30 Agence BG IMMOBILIER 27 Place Saint Brice 44115 BASSE GOULAINE CLISSON, le 03/02/2009 Nos Références : MAUGÉ/FF/030209 Objet : Envoi des résultats des diagnostics

Plus en détail

les déciles année TD n 3 Math-SES Exemple : le niveau de vie des individus en France en 2009.

les déciles année TD n 3 Math-SES Exemple : le niveau de vie des individus en France en 2009. TD n 3 Math-SES les déciles année 2012-2013 Objectif du TD : réinvestissement des connaissances de statistiques, médiane, diagrammes en boîte, quartiles, déciles, rapport interdécile. Les données, tableaux

Plus en détail

Dimanche 11 novembre 2012. Jean Grossmann Escalier B Concerne l audit énergétique du 15 rue Vauthier. Mesdames, Messieurs,

Dimanche 11 novembre 2012. Jean Grossmann Escalier B Concerne l audit énergétique du 15 rue Vauthier. Mesdames, Messieurs, Jean Grossmann Escalier B Concerne l audit énergétique du 15 rue Vauthier Dimanche 11 novembre 2012 Mesdames, Messieurs, Alors que nos charges combustible ont augmentées de 23% par rapport à l année dernière

Plus en détail

Chapitre 2. Variables Qualitatives. La variable qualitative découpe une population en catégories.

Chapitre 2. Variables Qualitatives. La variable qualitative découpe une population en catégories. Chapitre 2 Variables Qualitatives La variable qualitative découpe une population en catégories. Le seul traitement statistique possible sur une variable qualitative est de représenter graphiquement les

Plus en détail

Les différents types de coûts marginaux Le calcul du coût marginal à court terme diffère du calcul à long terme.

Les différents types de coûts marginaux Le calcul du coût marginal à court terme diffère du calcul à long terme. L analyse marginale L analyse marginale permet de déterminer le niveau optimal de production. Le calcul du coût marginal est souvent utilisé pour la prise de décision d acceptation ou de refus d une commande

Plus en détail

la stratégie énergétique 2050 & Chauffage électrique

la stratégie énergétique 2050 & Chauffage électrique Association Choc Electrique, Gland, 5.6.2014 la stratégie énergétique 2050 & Chauffage électrique Roger Nordmann Conseiller national PS, Lausanne, Président de Swissolar Membre de la Commission de l environnement,

Plus en détail

STATISTIQUES. Exo1 : on a relevé la taille, en cm, de 20 hommes : Taille Effectif

STATISTIQUES. Exo1 : on a relevé la taille, en cm, de 20 hommes : Taille Effectif STATISTIQUES. Caractéristiques de position et de dispersion Exo1 : on a relevé la taille, en cm, de 20 hommes : Taille 172 174 176 178 180 182 184 186 Effectif 2 2 4 2 5 3 1 1 1) Calculer la taille moyenne

Plus en détail

TAUX d EVOLUTIONS (cours)

TAUX d EVOLUTIONS (cours) TAUX d EVOLUTIONS (cours) Table des matières 1 calcul d un taux d évolution 3 1.1 activité.................................................. 3 1.2 corrigé activité..............................................

Plus en détail

Résultats des statistiques 2012 en Languedoc-Roussillon

Résultats des statistiques 2012 en Languedoc-Roussillon www.carsat-lr.fr Résultats des statistiques 2012 en Languedoc-Roussillon Département prévention/tarification des risques professionnels Accidents du travail Accidents de trajet Maladies professionnelles

Plus en détail

Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012

Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012 Enquête nationale sur la satisfaction des patients 2012 Version brève du rapport comparatif national Mars 2014, version 1.0 Résumé du rapport comparatif national, mesure 2012 Sommaire 1. Contexte... 3

Plus en détail

Remplacer son chauffage traditionnel par une pompe à chaleur

Remplacer son chauffage traditionnel par une pompe à chaleur FORUM Habitat & Jardin / Journée professionnelle, Jeudi 15 mars 2007, Lausanne Remplacer son chauffage traditionnel par une pompe à chaleur Pourquoi avec une pompe à chaleur? Comment? Conséquences et coûts!

Plus en détail

Norme SIA380/1: éd. 2009 MINERGIE / MINERGIE-P: Bases et exigences

Norme SIA380/1: éd. 2009 MINERGIE / MINERGIE-P: Bases et exigences Norme SIA380/1: éd. 2009 MINERGIE / MINERGIE-P: Bases et exigences Agence MINERGIE romande Nicole Perrenoud Février 2010 Nouveautés 2009/2010 De nombreux règlements, normes et ordonnances ont été modifiés

Plus en détail

MODULES THERMIQUES D APPARTEMENT

MODULES THERMIQUES D APPARTEMENT FOCUS TECHNIQUE MODULES THERMIQUES D APPARTEMENT LES AVANTAGES DES MODULES THERMIQUES D APPARTEMENT (MTA) Titre V Sytème et Générique «Module Thermique d Appartement» est publié au Bulletin Officiel N

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN

ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN MOINS D ÉD ÉNERGIE ET PLUS D ÉD ÉLECTRICITÉ DANS LES VILLES DE DEMAIN Rencontres Suisses de l Electricité Beaulieu, 17 mars 2011 Massimiliano Capezzali, PhD Adjoint du Directeur Energy Center Ecole Polytechnique

Plus en détail

L3 Eco Statistiques Appliquées 2013-2014 TRAVAUX DIRIGÉS 5

L3 Eco Statistiques Appliquées 2013-2014 TRAVAUX DIRIGÉS 5 TRAVAUX DIRIGÉS 5 Exercice 1 Une entreprise met en boîte une marque de céréales. Le procédé de remplissage est ajusté de telle sorte que les contenants pèsent en moyenne 400 grammes. On a établi également

Plus en détail

STATISTIQUES A UNE VARIABLE

STATISTIQUES A UNE VARIABLE STATISTIQUES A UNE VARIABLE 1 ) VOCABULAIRE A ) GÉNÉRALITES L ensemble sur lequel on travaille en statistique est appelé population. Si cet ensemble est trop vaste, on en restreint l étude à une partie

Plus en détail

Tout ensemble faisant l objet d une étude statistique est appelée. On étudie une population sur un., ce. est défini par sa valeur numérique.

Tout ensemble faisant l objet d une étude statistique est appelée. On étudie une population sur un., ce. est défini par sa valeur numérique. CHAPITRE XI LES STATISTIQUES I ] VOCABULAIRE : Tout ensemble faisant l objet d une étude statistique est appelée. On étudie une population sur un., ce. est défini par sa valeur numérique. La liste des

Plus en détail

Arithmétique. Grandeurs proportionnelles, pourcentages, échelles et règle de trois

Arithmétique. Grandeurs proportionnelles, pourcentages, échelles et règle de trois Grandeurs proportionnelles, pourcentages, échelles et règle de trois. Grandeurs proportionnelles Deux grandeurs sont des grandeurs proportionnelles si, pour passer d'un nombre correspondant à la première

Plus en détail

Notice explicative de votre facture Vénissieux Énergies

Notice explicative de votre facture Vénissieux Énergies Notice explicative de votre facture Vénissieux Énergies À CONSERVER LA TARIFICATION de fourniture de chaleur Vénissieux Énergies se décompose en 2 termes : - un terme Chaleur ou R1, proportionnel à la

Plus en détail

Master 1 MRHDS Traitement statistique des données

Master 1 MRHDS Traitement statistique des données 1 Master 1 MRHDS Traitement statistique des données C. Joutard Université Paul Valéry-Montpellier 3 Année universitaire 2011-2012 2 Organisation 1) 1h30 Cours - 1h30 TD par semaine 2) Informations et documents

Plus en détail

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Confédération Construction Wallonne Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Chiffres arrêtés au 8/6/211 Francis Carnoy Salim Chamcham Juin

Plus en détail

Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France

Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France Lien vers la présentation PowerPoint Impact du changement climatique sur le secteur énergétique en France Bertrand REYSSET Chargé de mission adaptation au changement climatique, Ministère de l'écologie,

Plus en détail

T.P. 9 Covariance Corrélation Régression

T.P. 9 Covariance Corrélation Régression T.P. 9 Covariance Corrélation Régression Connaissances préalables : Variance, écart type, moyenne. Buts spécifiques : Comprendre les relations possibles entre deux variables et une manière de les évaluer.

Plus en détail

La natation scolaire 2012/2013

La natation scolaire 2012/2013 La natation scolaire 2012/2013 Résultats du questionnaire distribué aux parents par l intermédiaire de l Education nationale Cellule Evaluation, Pilotage et Organisation La natation scolaire Depuis 2004,

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse Patrimoine des ménages en 2011 Forte croissance du patrimoine due à la hausse des prix immobiliers

abcdefg Communiqué de presse Patrimoine des ménages en 2011 Forte croissance du patrimoine due à la hausse des prix immobiliers Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 20 novembre 2012 Patrimoine des ménages en 2011 Forte croissance du patrimoine due à la hausse des

Plus en détail

informations statistiques

informations statistiques 05 prix n 08 février 2014 Indice genevois des prix à la consommation : Etabli par l Office cantonal de la statistique (OCSTAT), l indice genevois des prix à la consommation se fixe à 99,5 points (décembre

Plus en détail

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire?

Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Les impacts environnementaux de la construction : comment les réduire? Dr Jean-Bernard Gay Privat docent EPFL LESO Pour sa construction, son exploitation et son entretien toute construction nécessite une

Plus en détail

Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le directeur général Maisons-Alfort, le 11 août 2014 Note d appui scientifique et technique de l Agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Relative au projet

Plus en détail

Étude thermique des ailettes :

Étude thermique des ailettes : Kotler Vivien Unfer Aurélien AP - ENSGSI Étude thermique des ailettes : Objectifs : Au cours de ce TP nous avons vérifié expérimentalement un calcul de transfert de chaleur en régime permanent dans des

Plus en détail

informations statistiques

informations statistiques 05 prix n 27 mai 2011 statistique annuelle des transactions immobilières, résultats 2009 Durant l année 2009, 2 100 transactions immobilières sont enregistrées. Elles représentent un montant de 3,960 milliards

Plus en détail

SÉRIES STATISTIQUES A UNE VARIABLE REPRÉSENTATIONS GRAPHIQUES

SÉRIES STATISTIQUES A UNE VARIABLE REPRÉSENTATIONS GRAPHIQUES SÉRIES STATISTIQUES A UNE VARIABLE REPRÉSENTATIONS GRAPHIQUES Exemple Le responsable d une maison de retraite a réalisé une enquête concernant les résidents de son établissement : - L activité préférée

Plus en détail

Durée d en min [100; 120[ [120; 160[ [160; 180[ [180; 260] Effectif

Durée d en min [100; 120[ [120; 160[ [160; 180[ [180; 260] Effectif Statistique 1 Rappel sur le vocabulaire 1.1 Qu est-ce qu une étude statistique? Une étude statistique porte sur une population qui est composée d individus : le nombre d individus composant la population

Plus en détail

5/5 1/5. % chacun pourcentages. 100% 20 %

5/5 1/5. % chacun pourcentages. 100% 20 % FICHE M14 : Partages Partager une grandeur, c est la diviser en un nombre de parts égales ou inégales. Partages égaux R130 Pour partager une grandeur en x parts égales, onn la divise par x. Franck partage

Plus en détail

les résidences principales en côtes d armor

les résidences principales en côtes d armor 266.353 résidences principales en : + 92.450 par rapport à (+ 53 ) 579.277 personnes habitant dans les résidences principales : + 69.774 par rapport à (+ 14 ) Progressions les plus fortes dans l espace

Plus en détail

20 ans de chauffage dans les résidences principales en France de 1982 à Observatoire de l'énergie. Octobre 2004

20 ans de chauffage dans les résidences principales en France de 1982 à Observatoire de l'énergie. Octobre 2004 20 ans de chauffage dans les résidences principales en France de 1982 à 2002. Observatoire de l'énergie. Octobre 2004 Introduction Résidences principales sans chauffage central Le parc Le mode de chauffage

Plus en détail

Les charges de copropriété

Les charges de copropriété décembre 2016 Les charges de copropriété par Jean-Jacques Guillouet et Philippe Pauquet (IAU-IDF) Les charges de copropriété ne concernent ici que les ménages propriétaires d un logement situé dans un

Plus en détail

Profil de l habitation Village urbain 8 Centre-Ville GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 9

Profil de l habitation Village urbain 8 Centre-Ville GATINEAU PORTRAIT DE. Volume 3 cahier 9 Profil de l habitation Village urbain 8 Volume 3 cahier 9 PORTRAIT DE GATINEAU TABLE DES MATIÈRES Présentation...3 Population, ménages et logements en propriété...4 Logements en propriété...4 Âge des soutiens

Plus en détail

Statistique descriptive Notes de cours

Statistique descriptive Notes de cours L1 MASS 2013-2014 Statistique descriptive Notes de cours Hélène Boistard Université Toulouse 1 - Capitole www.boistard.fr Table des matières 1 Les données statistiques 4 1.1 Les variables statistiques

Plus en détail

REPÈRES SYNDIC ET GESTION LOCATIVE

REPÈRES SYNDIC ET GESTION LOCATIVE REPÈRES SYNDIC ET GESTION LOCATIVE DATA ET CHIFFRES NEXITY H2 H1 H3 N 01 JUIN 2015 SOMMAIRE NOTRE AMBITION : ÉCLAIRER LES ENJEUX DES MÉTIERS DE SERVICES IMMOBILIERS par Frédéric Verdavaine, Directeur général

Plus en détail

Machine frigorifique : corrigé

Machine frigorifique : corrigé Machine frigorifique : corrigé 1 Prise en mains du diagramme enthalpie-log(pression) HFA 134a P (bar),0,0,0,0 15,0,0 8,00 6,00 5,00 4,00 3,00 1, - - 0, 0,05-0,02 0,03 0,04-0,004 0,006 0,01 s=1, kj/(kg.k)

Plus en détail

Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers de 2012-2013

Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers de 2012-2013 Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers de 2012-2013 Bureau du vérificateur général du Canada N o de catalogue FA1-14/1-2013F-PDF

Plus en détail

ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ

ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ ETUDE DE L IMPACT DU MICRO-CREDIT DANS LE CADRE DE L ENTREPRENARIAT FEMININ Introduction Cette étude a pour but de dresser un premier bilan de la situation de l entreprenariat féminin à la suite de l obtention

Plus en détail

CAUSE TARIFAIRE 2003 R RÉPARTITION TARIFAIRE 2002/2003

CAUSE TARIFAIRE 2003 R RÉPARTITION TARIFAIRE 2002/2003 CAUSE TARIFAIRE 00 R--00 RÉPARTITION TARIFAIRE 00/00 Révisé : 00.0. Page de Révisé : 00.0.0 TABLE DES MATIÈRES Page INTRODUCTION... CALCUL DU REVENU PLAFOND 00 BUDGET 00/00... ÉTABLISSEMENT DE LA GRILLE

Plus en détail

Comment lire sa facture de gaz et/ou d électricité - GDF (particuliers) -

Comment lire sa facture de gaz et/ou d électricité - GDF (particuliers) - Comment lire sa facture de gaz et/ou d électricité - GDF (particuliers) - Mise à jour le 25/11/2009 Le contexte actuel (problèmes environnementaux, augmentation du prix de l énergie) nous pousse de plus

Plus en détail

1 Le salaire. Définition du salaire. Liberté de fixer le salaire. Interdiction de toute discrimination. À travail égal, salaire égal

1 Le salaire. Définition du salaire. Liberté de fixer le salaire. Interdiction de toute discrimination. À travail égal, salaire égal 1 Le salaire Définition du salaire Le salaire est la contrepartie de la prestation de travail qu effectue le salarié pour l employeur dans le cadre d un contrat de travail. La définition du salaire relève

Plus en détail

INFORMATIONS STATISTIQUES

INFORMATIONS STATISTIQUES 9 CONSTRUCTION ET LOGEMENT N 9 MARS 216 MOUVEMENT DE LA CONSTRUCTION EN 215 Au cours de l année 215, 2 179 logements ont été construits dans le canton de Genève. La majorité d entre eux, soit 2 2, se situent

Plus en détail

Les méthodes en évaluation foncière

Les méthodes en évaluation foncière Les méthodes en évaluation foncière Le système québécois Jean-Marc Couture, é.a. 8 mai 2008 Présentation Partie no. 1 Le contexte Partie no. 2 Le système Partie no. 3 Les méthodes Partie no. 4 Les technologies

Plus en détail

ETUDE DE FAISABILITE POUR LA SOLARISATION D UNE PISCINE DE PLEIN AIR

ETUDE DE FAISABILITE POUR LA SOLARISATION D UNE PISCINE DE PLEIN AIR Schéma guide pour établir un cahier des charges d étude ETUDE DE FAISABILITE POUR LA SOLARISATION D UNE PISCINE DE PLEIN AIR DENOMINATION DE L'OPERATION Précisez Objet - Lieu Maître d ouvrage : Personne

Plus en détail

Son montant peut atteindre 10 000. C'est un crédit amortissable limité à 10 ans avec un taux fixe de 1% (hors assurance) et sans frais de dossier.

Son montant peut atteindre 10 000. C'est un crédit amortissable limité à 10 ans avec un taux fixe de 1% (hors assurance) et sans frais de dossier. Le prêt Travaux, c'est quoi? Le prêt Travaux est un prêt délivré par Action logement qui vous aide à financer des travaux d amélioration réalisés par une entreprise dans votre résidence principale. Le

Plus en détail

Contrôle de distribution des fluides

Contrôle de distribution des fluides Contrôle de distribution des fluides 2011-2012 Questions de cours (6pts) 1/ Dans le cadre d une production d ECS décentralisée (locale), deux systèmes sont disponibles : - la production instantanée, -

Plus en détail

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Pierre MARTIN & Thomas MICHAUX. t

Bois-énergie. Suivi des prix des combustibles bois. Pierre MARTIN & Thomas MICHAUX. t Bois-énergie Suivi des prix des combustibles bois Pierre MARTIN & Thomas MICHAUX t 081 62 71 88 p.martin@valbiom.be Des prix stables et avantageux Dans le cadre de sa mission de Facilitateur Bois-énergie,

Plus en détail

STATISTIQUES. ( classes, enquête, unité statistique, quantitatif, population, classement, effectif, qualitatif, sondage, dépouillement )

STATISTIQUES. ( classes, enquête, unité statistique, quantitatif, population, classement, effectif, qualitatif, sondage, dépouillement ) STATISTIQUES I - But des statistiques :......... II - Compléter le texte à l aide des mots suivants : ( classes, enquête, unité statistique, quantitatif, population, classement, effectif, qualitatif, sondage,

Plus en détail

L impact du lissage instauré par la loi Pinel sur la valorisation du droit au bail des locaux commerciaux

L impact du lissage instauré par la loi Pinel sur la valorisation du droit au bail des locaux commerciaux L impact du lissage instauré par la loi Pinel sur la valorisation du droit au bail des locaux commerciaux Patrick Colomer, Chartered Surveyor MRICS, Expert immobilier près la Cour d Appel de Paris La loi

Plus en détail

BIOTECHNOLOGIES DE LA REPRODUCTION CHEZ LES BOVINS LAITIERS

BIOTECHNOLOGIES DE LA REPRODUCTION CHEZ LES BOVINS LAITIERS BIOTECHNOLOGIES DE LA REPRODUCTION CHEZ LES BOVINS LAITIERS Depuis 40 ans, l insémination artificielle est le vecteur de l amélioration génétique des bovins laitiers, et prouve son efficacité. Plus récemment,

Plus en détail

L Eau - dans une nouvelle dimension : revitalisée et structurée

L Eau - dans une nouvelle dimension : revitalisée et structurée L Eau - dans une nouvelle dimension : revitalisée et structurée LE REVITALISATEUR D EAU Spécification techniques Instructions de Montage www.giewasser.ch Le Revitalisateur d Eau - Spécifications techniques

Plus en détail

LE GUIDE PRATIQUES DES BONNES. pour la rentabilité énergétique de votre site. Notre exigence à votre service

LE GUIDE PRATIQUES DES BONNES. pour la rentabilité énergétique de votre site. Notre exigence à votre service LE GUIDE DES BONNES PRATIQUES pour la rentabilité énergétique de votre site Notre exigence à votre service À l heure où les énergies et ressources deviennent de plus en plus rares et onéreuses, bien les

Plus en détail

Consommation d'eau froide et ECS, Résidence des Jardins de Concy

Consommation d'eau froide et ECS, Résidence des Jardins de Concy Syndicat des copropriétaires des JARDINS de CONCY Commission Chauffage 23/01/2013 Consommation d'eau froide et, Résidence des Jardins de Concy 2008 2009 2010 2011 2012 Avertissement: les consommations

Plus en détail

Initiative parlementaire Augmentation des contributions allouées aux groupes afin de couvrir les frais de fonctionnement de leurs secrétariats

Initiative parlementaire Augmentation des contributions allouées aux groupes afin de couvrir les frais de fonctionnement de leurs secrétariats 09.437 Initiative parlementaire Augmentation des contributions allouées aux groupes afin de couvrir les frais de fonctionnement de leurs secrétariats Rapport du Bureau du Conseil national du 21 août 2009

Plus en détail

TRAITEMENTS DE DONNEES POURCENTAGES - MOYENNES

TRAITEMENTS DE DONNEES POURCENTAGES - MOYENNES TRAITEMENTS DE DONNEES POURCENTAGES - MOYENNES Objectifs : Appliquer et calculer un pourcentage Présenter une série statistique sous forme d un tableau. Représenter une série statistique sous forme d un

Plus en détail

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014

Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle. Décembre 2014 Impacts de la nouvelle Réglementation Prudentielle Décembre 2014 SOMMAIRE I. Evolution de la Réglementation Prudentielle III. Impacts de la nouvelle réglementation I III II. Règles algériennes VS Règles

Plus en détail

CHAPITRE II GESTION DE L APPROVISIONNEMENT. 2) La durée de détention des 3 articles se rapprochent et sont très courtes.

CHAPITRE II GESTION DE L APPROVISIONNEMENT. 2) La durée de détention des 3 articles se rapprochent et sont très courtes. CHAPITRE II GESTION DE L APPROVISIONNEMENT I - LA GESTION COMPTABLE DES STOCKS Activité n 1 p 46 : 1) Problèmes rencontrés par M. BAHI, responsable de la gestion des stocks dans son entreprise, réside

Plus en détail

Étude du cas du manège

Étude du cas du manège Coriolis Préambule Nous allons réduire la Terre pour cette démonstration à un manège tournant, dont le plan est perpendiculaire à l axe de rotation de celle-ci. Nous allons donc considérer que se déplacer

Plus en détail

Comparaison des prix de l énergie dans différents pays de l OCDE

Comparaison des prix de l énergie dans différents pays de l OCDE Office fédéral de le 11 mai 21 Informations de base: Comparaison des prix de dans différents pays de l OCDE Sommaire: 1. Généralités 2. Prix et tarifs de l électricité 3. Prix de l essence et du diesel

Plus en détail

Réponse dans le domaine temporel

Réponse dans le domaine temporel Chapitre 3 Réponse dans le domaine temporel On étudie ici le comportement des systèmes de premier et second ordre et leur réponse en fonction du temps. Les caractéristiques de ces systèmes sont étudiés

Plus en détail

Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015»

Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015» Fréquentation touristique en Valais «Bilan et impressions à la mi-été 2015» Juillet 2015 SOMMAIRE Contenu Introduction et méthodologie... 3 Evaluation de la saison en cours... 4 Eléments influençant les

Plus en détail

Radioprotection pour les personnes exposées aux rayonnements dans l exercice de leur profession

Radioprotection pour les personnes exposées aux rayonnements dans l exercice de leur profession Radioprotection pour les personnes exposées aux rayonnements dans l exercice de leur profession Les documents ci-après sont gratuits et peuvent être commandés à l Office fédéral de la santé publique (OFSP)

Plus en détail