Avril. Cadre structurel pour un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avril. Cadre structurel pour un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH"

Transcription

1 08 Avril Cadre structurel pour un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH

2 Remerciements Le présent document est basé sur la publication de la Banque mondiale intitulée Eleven Components of a Fully Functional HIV M&E System 1. Des concepts importants tirés d autres documents ont aussi été intégrés, en particulier ceux de la publication du Gouvernement des Etats-Unis intitulée Building National HIV/AIDS Monitoring and Evaluation Capacity 2. Ce document a été élaboré sous les auspices du Groupe de référence pour le suivi et l évaluation (MERG) de l ONUSIDA. Les membres ci-après du Groupe de travail technique (GTT) sur l évaluation des activités de suivi et évaluation y ont contribué : [par ordre alphabétique] Lela Baughman (Macro International, Etats- Unis d Amérique), Nibretie Gobezie Workneh (Fonds mondial, Suisse), Marelize Görgens-Albino (Banque mondiale, Etats-Unis d Amérique), John Grove (Centers for Disease Control, Zambie), Anne LaFond (MEASURE Evaluation, Etats-Unis d Amérique), Mary Mahy (ONUSIDA, Namibie), Roger Myrick (Université de Californie San Francisco, Etats-Unis d Amérique), Shanthi Noriega (Réseau de métrologie sanitaire, Suisse), Greet Peersman (Présidente du GTT / Consultante en suivi et évaluation de l ONUSIDA, Suisse), Annette Reinisch (Fonds mondial, Suisse), Deborah Rugg (ONUSIDA, Suisse) et Sanelisiwe Tsela (National Emergency Response Council for HIV and AIDS, Swaziland). Nous exprimons par ailleurs nos sincères remerciements aux personnes suivantes pour leur aide et leurs commentaires : [par ordre alphabétique] Chaddy Anthony (Commission de lutte contre le sida, Tanzanie), Andy Beke (Ecole de santé publique, Université de Pretoria, Afrique du Sud), John Chipeta (Commission nationale de lutte contre le sida, Malawi), Delfinus Kivenule (Commission de lutte contre le sida, Tanzanie), Sandra Owoses (Division Riposte, Suivi et Evaluation, Ministère de la Santé et des Services sociaux, Namibie), Japhet Taratibu (PNUD, Liberia), Julie Tumbo (Commission sida, Zanzibar), Jody Zall-Kusek (Equipe d appui au suivi et évaluation de la lutte contre le sida au niveau mondial (GAMET), Banque mondiale (Etats-Unis d Amérique), et les membres du MERG. 1 Görgens-Albino M, Nzima M. Eleven Components of a Fully Functional HIV M&E System. Washington DC, Banque mondiale, Building National HIV/AIDS Monitoring and Evaluation Capacity. A Practical Guide for Planning, Implementing, and Assessing Capacity Building of HIV/AIDS Monitoring and Evaluation Systems. Washington D.C., Gouvernement des Etats-Unis d Amérique/Bureau du Coordinateur de la lutte mondiale contre le sida, 2007.

3 Cadre structurel pour un Système National fonctionnel de suivi et évaluation du VIH Introduction En 2004, les gouvernements nationaux, la société civile et les partenaires de développement sont convenus que pour riposter de manière complète et efficace contre l épidémie de VIH, un pays devait être doté d un plan stratégique national d action contre le sida, d une instance nationale de coordination de la lutte contre le virus et d un Système National de Suivi et Evaluation [ONUSIDA, 2004]. Bien que très largement approuvés, les Trois principes ne sont pas encore pleinement opérationnels dans tous les pays. L analyse des rapports de l UNGASS 2006 a permis de découvrir que 50 % seulement des pays soumettant un rapport disposaient d un plan de suivi et évaluation condition préalable importante à la mise en place d un système national de suivi et évaluation [ONUSIDA, 2006]. Mettre en place un Système National de Suivi et Evaluation du VIH est difficile dans la mesure où le système doit couvrir différents secteurs (Ministère de la Santé, Ministère de l Education, Ministère des Affaires sociales), différentes prestations de services (à savoir, prévention de la transmission mère-enfant du VIH, traitement antirétroviral, soins palliatifs) et différents niveaux de mise en œuvre (à savoir, niveau national, niveau de prestation des services). Il est nécessaire d avoir une vision consensuelle de ce qui constitue un système de suivi et évaluation pleinement fonctionnel ainsi qu une stratégie de mise en œuvre qui peut s appuyer sur des ressources humaines et financières suffisantes. Au cours des dernières années, la communauté mondiale a promis des ressources sans précédent pour lutter contre la pandémie de VIH et pour mettre en place des systèmes nationaux de suivi et évaluation. Néanmoins, l appui des partenaires de développement en matière de suivi et évaluation a souvent été fragmentaire, ce qui a rendu difficile pour les pays d établir de manière efficiente des cadres nationaux. Plus récemment, les partenaires de développement ont pris des mesures délibérées en faveur d une approche plus unifiée du suivi et évaluation. L un des résultats a été l adoption au niveau interinstitutions du cadre structurel décrit dans le présent document. 01

4 ONUSIDA / MERG Objet du présent document L objet du présent document est de présenter un cadre structurel pour un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH. Ce cadre fournit : 1) une description des principales composantes d un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH, et 2) quelques critères pour évaluer les progrès dans la mise en place d un tel système. Ce document couvre les composantes du système qui doivent être en place et en état de marche acceptable pour que le système national de suivi et évaluation fonctionne efficacement. Toutefois, il n est pas nécessaire que toutes les composantes soient mises en œuvre à tous les niveaux du système. On ne trouvera pas dans le document d indications détaillées sur la manière de faire fonctionner le système. Sommaire du présent document Comprendre les besoins en matière de données de suivi et évaluation p.3 Cadre structurel pour un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH p.4 12 composantes d un système national fonctionnel de suivi et d évaluation du VIH p.6 Conclusion p.17 Documents de référence p.17 Utilisateurs auxquels le présent document est destiné Administrateurs de programmes nationaux de lutte contre le VIH et de programmes de suivi et évaluation, personnel des programmes de lutte contre le VIH au niveau infranational ayant des responsabilités en matière de suivi et évaluation, administrateurs de programmes de suivi et évaluation des différentes institutions/organisations, et partenaires de développement engagés dans un appui au suivi et évaluation. Le cadre structurel est applicable à tous les pays indépendamment du type de l épidémie de VIH ou du niveau des capacités et de mise en œuvre du système de suivi et évaluation. 02 Comment utiliser le présent document Le cadre structurel peut être utilisé pour établir un consensus autour de ce qui constitue un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH. Il peut servir de liste concise des points à vérifier pour la planification et la mise en œuvre du système national de suivi et évaluation, qui doit traiter à la longue l ensemble des 12 composantes du système. Il peut être utilisé pour la formation au suivi et évaluation, l orientation et l assistance techniques. Il peut aussi servir de guide pour évaluer le système national de suivi et évaluation à partir des résultats de chaque composante du système. Pour le compléter, le MERG élabore un outil d évaluation des activités de suivi et évaluation qui sera publié en Cet outil inclura des questions normalisées pour apprécier la situation de chacune des 12 composantes du système de suivi et évaluation du VIH. L évaluation des activités de suivi et évaluation devrait se traduire par l élaboration d un plan de suivi et évaluation pluriannuel chiffré qui pourra bénéficier d une assistance financière et/ou technique coordonnée de la part de différentes institutions, le cas échéant. L évaluation devrait être renouvelée au fil du temps pour mesurer les progrès dans la mise en œuvre du système de suivi et évaluation.

5 Cadre structurel pour un Système National fonctionnel de suivi et évaluation du VIH Connaître les besoins en matière de données de suivi et évaluation L objet du suivi et évaluation est de fournir les données nécessaires pour : 1) orienter la planification, la coordination et la mise en œuvre de la riposte au VIH, 2) évaluer l efficacité de cette riposte, et 3) recenser les domaines dans lesquels les programmes peuvent être améliorés. En outre, les données de suivi et évaluation sont nécessaires pour garantir la responsabilisation vis-à-vis des personnes infectées ou affectées par le VIH et le sida, ainsi que des personnes qui fournissent des ressources financières pour riposter contre le virus. Au début de toute enquête sur un problème de santé publique, il faut se poser des questions pertinentes qui seront utiles pour structurer la réponse. Quel est le problème? Quels sont les facteurs qui contribuent au problème? Que peut-on faire? Une fois qu une réponse programmatique a été formulée et mise en œuvre pendant une période de temps suffisante, les questions commencent à devenir plus ciblées : Le programme fonctionne-t-il? Le programme touche-t-il suffisamment de personnes pour résoudre le problème? La Figure 1 décrit les principales questions à traiter lorsque l on planifie un système national complet de suivi et évaluation, et dresse la liste des principales méthodes de collecte de données susceptibles d être utilisées pour répondre à ces questions [Rugg et al., 2004 ; ONUSIDA, 2007]. Figure 1. Questions de santé publique pour une approche du suivi et évaluation du VIH Faisons-nous les choses à suffisamment grande échelle? Le faisons-nous bien? Déterminer l efficacité collective Suivre et évaluer les programmes nationaux PRODUITS EFFETS SUIVI DES EFFETS et des IMPACTS 8. Les efforts collectifs sont-ils mis en œuvre à suffisamment grande échelle pour avoir un impact sur l épidémie (couverture, impact)? Enquêtes et surveillance 7. Les interventions sont-elles efficaces/font-elles une différence? Etudes d évaluation des effets 6. Mettons-nous en œuvre le programme tel que planifié? Suivi des effets ACTIVITÉS 5. Que faisons-nous? Le faisons-nous bien? Suivi et évaluation du processus. Evaluations de la qualité APPORTS 4. Quelles interventions et ressources sont nécessaires? Analyse des besoins, des ressources et des ripostes, et suivi des apports Menons-nous les bonnes activités? Connaître les ripostes potentielles 3. Quelles interventions peuvent donner de bons résultats (efficience et efficacité)? Menons-nous les bonnes activités? Etudes spéciales, recherche sur les activités, recherche formative et synthèse de la recherche 2. Quels sont les facteurs contributifs? Recherche des déterminants Identification du problème 1. Quel est le problème? Analyse de la situation et surveillance 03 Bien que ce document concerne plus particulièrement le système national de suivi et évaluation du VIH, il est important de noter que certaines des données requises ont sans doute déjà été recueillies, systématiquement ou périodiquement, par le biais du système d information sanitaire national et/ou infranational existant et d études/ d enquêtes spéciales. En outre, le registre d état civil peut inclure des données sur les décès liés au VIH, les comptes nationaux de la santé peuvent contenir des informations sur les ressources financières consacrées à la riposte contre le virus et les établissements de recherche sont susceptibles de fournir des données pertinentes provenant des principales études réalisées. Ces sources d informations disponibles doivent être consultées et des liens formels établis pour éviter tout chevauchement d activités de collecte des données.

6 ONUSIDA / MERG Cadre structurel pour un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH Cette section donne une vue d ensemble des 12 composantes d un système national de suivi et évaluation (Figure 2). Le cercle extérieur représente les ressources humaines, les partenariats et la planification à l appui de la collecte et de l utilisation des données. Il inclut les individus, les organisations, les fonctions/actions et la culture institutionnelles qui sont essentiels pour améliorer et maintenir le fonctionnement du système de suivi et évaluation. Le cercle intermédiaire est axé sur les mécanismes par le biais desquels les données sont collectées, vérifiées et transformées en informations utiles. Le centre du diagramme représente l objet central du système de suivi et évaluation : l utilisation des données pour prendre des décisions. Personnes, partenariats et planification 1. Structures institutionnelles ayant des fonctions de suivi et évaluation du VIH 2. Capacités humaines en matière de suivi et évaluation du VIH 3. Partenariats pour planifier, coordonner et gérer le système de suivi et évaluation du VIH 4. Plan national multisectoriel de suivi et évaluation du VIH 5. Plan de travail annuel national chiffré de suivi et évaluation du VIH, 6. Plaidoyer, communication et culture pour le suivi et évaluation du VIH Recueillir, vérifier et analyser les données 7. Suivi des programmes courants de riposte contre le VIH 8. Enquêtes et surveillance 9. Base de données nationales et infranationales sur le VIH 10. Supervision de soutien et vérification des données 11. Evaluation et recherche sur le VIH Utiliser les données pour prendre des décisions 12. Diffusion et utilisation des données Les 12 composantes décrites ci-dessus ne sont pas 12 étapes conçues pour être mises en œuvre de manière consécutive ; plutôt, elles doivent toutes les 12 être présentes et fonctionner de manière acceptable pour que le système national de suivi et évaluation soit performant. Il est possible que les pays aient besoin de se concentrer sur quelques composantes au départ, pour ensuite progressivement élaborer le système à partir de celles-ci. Il n est pas nécessaire que toutes les composantes soient mises en œuvre à tous les niveaux du système. Ce qui est pertinent au niveau national, par exemple, ne l est pas nécessairement au niveau de la prestation des services. Comme indiqué plus haut, il peut aussi y avoir des sources de données déjà existantes sur lesquelles s appuyer, telles que le système d information sanitaire. 04

7 Cadre structurel pour un Système National fonctionnel de suivi et évaluation du VIH Figure 2. Cadre structurel pour un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH 12 composantes 7. Suivi courants 6. Plaidoyer, communication et culture concernant le suivi et évaluation des programmes 1. Structures organisationnelles ayant des fonctions de suivi et évaluation 8. Enquêtes et surveillance 12. Diffusion et utilisation des données 9. Base de données sur le suivi et évaluation 2. Capacités humaines en matière de suivi et évaluation 5. Plan de travail chiffré de suivi et évaluation 11. Evaluation et recherche 10. Supervision et vérification des données 4. Plan de suivi et évaluation 3. Partenariats pour le système de suivi et évaluation 05

8 ONUSIDA / MERG 12 composantes d un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH Cette section décrit brièvement chacune des composantes d un système national de suivi et évaluation du VIH. Pour chaque composante, un objectif est proposé, parallèlement à des résultats afférents. Ces résultats sont des éléments constitutifs essentiels qui doivent être réalisés pour parvenir à un système de suivi et évaluation pleinement fonctionnel. 06 Composante 1 : Structures institutionnelles ayant des fonctions de suivi et évaluation du VIH Objectif : Etablir et maintenir un réseau d organisations responsables du suivi et évaluation du VIH aux niveaux national, infranational et de la prestation des services. Résultats Les éléments suivants sont en place : Leadership : Leadership réel pour les principales organisations de suivi et évaluation. Ressources humaines : Description des tâches du personnel chargé du suivi et évaluation, nombre approprié de personnels qualifiés en matière de suivi et évaluation, plan de carrière défini dans le domaine du suivi et évaluation. Culture institutionnelle : Engagement national pour garantir le fonctionnement du système de suivi et évaluation. Rôles et fonctions des organisations : Structure institutionnelle bien définie, y compris une unité nationale de suivi et évaluation du VIH ; des unités ou des interlocuteurs suivi et évaluation dans d autres organisations publiques, privées et de la société civile ; des mandats écrits pour planifier, coordonner et gérer le système de suivi et évaluation ; des rôles et des responsabilités de suivi et évaluation bien définis pour les personnes et les organisations clés à tous les niveaux. Mécanismes institutionnels : Mécanismes courants pour la planification et la gestion des activités de suivi et évaluation, pour la coordination des parties prenantes et l établissement d un consensus, et pour le suivi de la performance du système de suivi et évaluation ; incitations pour améliorer la performance du système de suivi et évaluation. Résultats institutionnels : Les principales organisations atteignent les objectifs de leur plan de travail de suivi et évaluation. Description : Pour que le système national de suivi et évaluation du VIH fonctionne efficacement, différentes organisations doivent œuvrer ensemble à différents niveaux. Dans l idéal, le système doit être coordonné par une entité comme l autorité nationale de coordination de la lutte contre le sida, ou son équivalent. Celle-ci doit avoir une unité spéciale suivi et évaluation mandatée pour coordonner les activités de suivi et évaluation, et réclamer des informations à tous les partenaires concernés ; elle doit aussi disposer d une indépendance suffisante pour rendre compte ouvertement sur les données de suivi et évaluation. Des personnels supplémentaires sont nécessaires au niveau national, y compris des interlocuteurs suivi et évaluation du VIH au sein du Ministère de la Santé et d autres ministères d exécution ainsi qu au niveau des administrations publiques infranationales et dans des organisations ou des établissements fournissant des services en rapport avec le VIH. Des efforts réfléchis doivent être consentis pour intégrer la question du VIH dans des structures déjà existantes de planification et de coordination des programmes de santé et de développement au niveau infranational. En plus des ressources humaines, il existe aussi un besoin de ressources financières ainsi que d infrastructures de base, de matériels et de fournitures.

9 Cadre structurel pour un Système National fonctionnel de suivi et évaluation du VIH Composante 2 : Capacités humaines en matière de suivi et évaluation du VIH Objectif : Garantir un nombre suffisant de ressources humaines qualifiées à tous les niveaux du système de suivi et évaluation afin de finaliser toutes les tâches définies du plan de travail annuel chiffré de suivi et évaluation du VIH. Résultats Les éléments suivants sont en place : Ensemble défini de compétences pour les personnes et les organisations aux niveaux national, infranational et de la prestation des services. Plan pour le développement des personnels, y compris des plans de carrière pour le personnel chargé du suivi et évaluation. Plan chiffré pour le renforcement des capacités humaines. Programme standard pour le renforcement des capacités organisationnelles et techniques. Capacités de formation locales et/ou régionales, y compris liens vers des établissements de formation. Supervision, formation en cours d emploi et mentorat. Description : Non seulement il est nécessaire d avoir des effectifs suffisants qui consacrent leur temps au suivi et évaluation, mais il est essentiel que ces effectifs aient les compétences requises pour ce travail. Le renforcement des capacités humaines doit cibler tous les niveaux, avoir des objectifs de performance mesurables, inclure un plan de renforcement des capacités assorti de produits clairement définis et inclure des moyens pour suivre les progrès dans le temps. Le renforcement des capacités humaines de suivi et évaluation nécessite un large éventail d activités, y compris des études en bonne et due forme, une formation en cours d emploi, un mentorat, un enseignement individualisé et des stages. Le renforcement des capacités doit être centré non seulement sur les aspects techniques du suivi et évaluation, mais porter également sur les compétences en matière de leadership, de gestion financière, d organisation, de supervision, de plaidoyer et de communication. 07 Composante 3 : Partenariats pour planifier, coordonner et gérer le système de suivi et évaluation du VIH Objectif : Etablir et maintenir des partenariats entre des parties prenantes nationales et internationales qui participent à la planification et à la gestion du système national de suivi et évaluation du VIH. Résultats Les éléments suivants sont en place : Groupe de travail technique national de suivi et évaluation. Mécanisme pour coordonner toutes les parties prenantes. Leadership et capacités au niveau local pour la coordination des parties prenantes. Circuits de communication courants pour faciliter les échanges d informations entre parties prenantes. Description : Il est important que toutes les parties prenantes participant aux activités de suivi et évaluation travaillent ensemble. Plusieurs pays ont réussi à établir et à maintenir des partenariats de suivi et évaluation par l intermédiaire d un groupe de travail technique de suivi et évaluation national qui se réunit régulièrement et

10 ONUSIDA / MERG intègre toutes les parties prenantes concernées, y compris toutes les organisations responsables des activités de suivi et évaluation mentionnées dans le plan de travail national chiffré de suivi et évaluation du VIH. D autres exemples de partenariat de suivi et évaluation incluent la réalisation d une planification commune avec les parties prenantes clés et la réalisation d activités communes de suivi et évaluation avec les représentants de différentes organisations [voir aussi Baingana Kasheeka et al., 2006]. En outre, les partenariats entre l autorité nationale de coordination de la lutte contre le sida et les partenaires du secteur de la santé participant au suivi et à l évaluation du VIH sont nécessaires, parallèlement aux partenariats entre l autorité de coordination et d autres ministères du secteur public et les organisations fédératrices nationales. Pour éviter le chevauchement des activités, il convient d établir des mécanismes de communication avec les organismes qui fournissent un appui technique régulier en matière de suivi et évaluation, tant au niveau national qu international. 08 Composante 4 : Plan multisectoriel national de suivi et évaluation du VIH Objectif : Elaborer et actualiser régulièrement un plan de suivi et évaluation national incluant les besoins recensés en données, des indicateurs normalisés nationaux, des procédures et des outils de collecte des données, et les rôles et responsabilités concernant la mise en œuvre d un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH. Résultats Les éléments suivants sont en place : Participation multisectorielle large à l élaboration du plan national de suivi et évaluation. Le plan national de suivi et évaluation du VIH est expressément relié au plan stratégique national. Le plan national de suivi et évaluation du VIH décrit la mise en œuvre de l ensemble des 12 composantes d un système national de suivi et évaluation du VIH. Le plan national de suivi et évaluation du VIH respecte les normes techniques nationales et internationales en matière de suivi et évaluation du VIH. Une évaluation du système national de suivi et évaluation a été réalisée et les recommandations pour renforcer le système ont été prises en compte dans un plan de suivi et évaluation national révisé. Description : La mission de suivi et évaluation doit être clairement définie dans la politique nationale de lutte contre le VIH et les autres documents d orientation concernés. De nombreuses parties prenantes diverses doivent participer à l élaboration et à l actualisation régulière du plan national de suivi et évaluation, y compris des représentants des autorités infranationales et de la société civile. Les objectifs du plan national de suivi et évaluation doivent être clairement reliés au plan stratégique national de lutte contre le VIH afin de garantir que des données pertinentes sont collectées pour évaluer les progrès de la riposte nationale. Dans la mesure où le plan national de suivi et évaluation est le point de départ de la mise en œuvre d un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH, il doit décrire comment la totalité des 12 composantes de ce système seront mises en œuvre au fil du temps. Le plan national de suivi et évaluation doit décrire une stratégie de mise en œuvre étalée sur une période de 3 à 5 ans, indiquer des estimations de besoins en ressources et donner

11 Cadre structurel pour un Système National fonctionnel de suivi et évaluation du VIH les grandes lignes d une stratégie de mobilisation des ressources. Le plan national de suivi et évaluation, et en particulier les indicateurs nationaux, doivent respecter les normes techniques mondiales et nationales formelles et les meilleures pratiques convenues. Le plan de suivi et évaluation doit aussi respecter les lois nationales ; par exemple, la Loi sur les statistiques nationales peut stipuler que le Bureau national des statistiques est responsable de toute la collecte des données dans le pays, ce qui doit être visible au niveau du flux de données au sein du système de suivi et évaluation. En plus du plan de suivi et évaluation national multisectoriel, différents secteurs, partenaires de développement et entités infranationales participant à la riposte au VIH sont susceptibles d élaborer leurs propres plans de suivi et évaluation qui décrivent comment chacun collectera et communiquera ses données sur le VIH afin d apporter sa contribution à un système national de suivi et évaluation du VIH. Le plan national de suivi et évaluation doit être examiné et actualisé régulièrement afin de réaliser des ajustements au niveau des besoins de collecte de données ajustements associés aux révisions du Plan stratégique national, et de renforcer la performance du système de suivi et évaluation en fonction des évaluations périodiques des activités de suivi et évaluation. 09 Composante 5 : Plan de travail national annuel chiffré de suivi et évaluation du VIH Objectif : Elaborer un plan de travail de suivi et évaluation annuel, national et chiffré, incluant les activités particulières de suivi et évaluation du VIH de toutes les parties prenantes concernées (évaluées en termes de coût) et les sources de financement recensées. Utiliser ce plan pour coordonner et évaluer les progrès dans la mise en œuvre du suivi et évaluation tout au long de l année. Résultats : Le plan de travail de suivi et évaluation définit les activités, les personnes responsables de la mise en œuvre, le calendrier, le coûts des activités et les financements recensés. Le plan de travail de suivi et évaluation est explicitement relié aux plans de travail et aux budgets gouvernementaux du cadre de dépenses à moyen terme de l autorité nationale de coordination de la lutte contre le sida. Des ressources (humaines, physiques, financières) sont engagées pour mettre en œuvre le plan de travail de suivi et évaluation. Toutes les parties prenantes concernées ont avalisé le plan de travail de suivi et évaluation national. Le plan de travail de suivi et évaluation est actualisé tous les ans en fonction du suivi des performances. Description : Pour que le plan national de suivi et évaluation du VIH devienne opérationnel, un plan de travail national, annuel, chiffré, doit être élaboré ; ce dernier décrit les activités prioritaires de suivi et évaluation pour l année ainsi que les responsabilités précises quant à la mise en œuvre, les coûts pour chaque activité, les financements recensés et un calendrier clair pour la fourniture des produits. Ce plan de travail permet à l autorité nationale de coordination de la lutte contre le sida et au GTT de suivi et évaluation national de garantir que les ressources financières et humaines sont mobilisées et permet de suivre les progrès en direction de la mise en œuvre d un système national de suivi et évaluation du VIH.

12 ONUSIDA / MERG Le plan de travail de suivi et évaluation national chiffré doit refléter ce qui est convenu quant à qui mettra en œuvre et financera chaque activité. Ce plan de travail n est pas le plan de travail de l autorité nationale de coordination de la lutte contre le sida pour le suivi et évaluation ; c est plutôt un plan de travail commun qui intègre les activités de suivi et évaluation du VIH de toutes les parties prenantes concernées. Il permet à tous les intéressés de planifier et de travailler ensemble en toute harmonie ; c est la raison pour laquelle il doit être élaboré avec l aide et l approbation de toutes les parties prenantes clés. Les plans de travail de suivi et évaluation peuvent aussi être élaborés aux niveaux infranational et de la prestation des services pour guider la mise en œuvre des activités de suivi et évaluation liées au système national de suivi et évaluation du VIH. Le cycle annuel de planification du travail de suivi et évaluation doit être étroitement lié au cycle global de budgétisation de la lutte contre le VIH pour garantir l obtention de financements pour la mise en œuvre du plan. 10 Composante 6 : Plaidoyer, communication et culture en matière de suivi et évaluation du VIH Objectif : Garantir une bonne connaissance et un engagement en matière de suivi et évaluation du VIH et du système de suivi et évaluation du VIH parmi les décideurs politiques, les administrateurs de programmes, les personnels des programmes et d autres parties prenantes. Résultats : La stratégie de communication nationale sur le VIH inclut un plan spécifique de communication et de plaidoyer sur le suivi et évaluation du VIH. Le suivi et évaluation est explicitement mentionné dans les politiques nationales de lutte contre le VIH et le Plan stratégique national. Des défenseurs du suivi et évaluation sont identifiés parmi les responsables de haut niveau et approuvent de manière dynamique les actions de suivi et évaluation. Les activités de plaidoyer en faveur du suivi et évaluation sont mises en œuvre conformément au plan de plaidoyer concernant le suivi et évaluation du VIH. Des matériels de suivi et évaluation sont disponibles pour cibler différents publics et soutenir le partage et l utilisation des données. Description : Il est important de démystifier le suivi et évaluation, de créer une culture propice à celui-ci et de minimiser toute connotation négative le concernant. Une stratégie de communication et de plaidoyer sur le suivi et évaluation peut aider à atteindre ces objectifs. La stratégie doit être multidimensionnelle, dotée de messages personnalisés pour différents publics, y compris le grand public. L un des messages importants qui aidera à rallier le soutien du public est que le système national de suivi et évaluation n est pas uniquement destiné aux autorités gouvernementales ; il est utile pour toutes les parties prenantes participant à la riposte contre le VIH. Le suivi et évaluation favorise la transparence mais nécessite aussi un environnement transparent pour fonctionner efficacement. Obtenir un soutien politique pour garantir la transparence et la responsabilisation associées à la lutte contre le VIH est une composante importante de la stratégie de communication et de plaidoyer. L une des manières d obtenir un appui politique est d identifier un défenseur du suivi et évaluation, un responsable de haut niveau qui peut promouvoir le suivi et évaluation

13 Cadre structurel pour un Système National fonctionnel de suivi et évaluation du VIH parmi ses pairs, pour aider à propager l idée qu il est important d investir dans des données de qualité pour formuler les politiques et décider des programmes. La stratégie de communication et de plaidoyer sur le suivi et évaluation du VIH doit faire partie de la stratégie nationale de communication sur le VIH du pays pour garantir que le suivi et évaluation est intégré dans toutes les fonctions de l autorité nationale de coordination de la lutte contre le sida. 11 Composante 7 : Suivi régulier des programmes VIH Objectif : Produire en temps opportun des données de suivi des programmes de haute qualité. Résultats Les éléments suivants sont en place : La stratégie de collecte des données est expressément associée à l utilisation des données. Mécanismes de collecte, de transfert et de communication des données clairement définis, incluant une collaboration et une coordination parmi les différentes parties prenantes. Outils et équipements essentiels pour la gestion des données (à savoir, collecte, transfert, stockage, analyse). Procédures courantes pour le transfert des données du niveau infranational au niveau national. Base de données nationale sur le VIH bien définie et gérée pour enregistrer, vérifier, analyser et présenter des données sur le suivi des programmes provenant de tous les niveaux et secteurs, incluant des données sur la prévention, le traitement, les soins et le soutien, ainsi que les financements. Description : L autorité nationale de coordination de la lutte contre le sida et les autorités infranationales ont besoin d un système régulier pour suivre la demande et l offre de services en rapport avec le VIH. Des données normalisées provenant de tous les prestataires, y compris les prestataires de services VIH en établissement de santé et dans la communauté, doivent être collectées systématiquement. Pour orienter les prises de décision à tous les niveaux, les besoins de données des différentes parties prenantes doivent être déterminés et des données courantes mises à leur disposition en temps utile. Les données normalisées portent sur les apports (les ressources, telles que le personnel, les fonds, les matériels, les installations, les fournitures), les activités (les interventions et les services, tels que la formation, le traitement antirétroviral) et les produits (les résultats immédiats, tels que le nombre de personnels formés, le nombre de clients soignés). Données courantes sur les services de soins du VIH dispensés dans des établissements de santé : s il existe un système d information sanitaire performant qui collecte couramment des données sur les services de soins du VIH dans les établissements de santé et autres centres, il n est pas nécessaire de mettre en place un autre système de gestion des données. L unité nationale de suivi et évaluation doit s assurer que les données provenant des établissements sont enregistrées dans le système national de suivi et évaluation en temps voulu afin qu elles puissent être incluses dans les rapports courants et autres documents d information. Données courantes sur les services de soins du VIH dispensés au niveau communautaire : il est difficile d établir une collecte et des rapports sur les données courantes provenant des services de soins du VIH à assise communautaire. Toutefois, ces activités fournissent

14 ONUSIDA / MERG des informations essentielles dont l autorité nationale de coordination de la lutte contre le sida et les autorités publiques infranationales ont besoin pour coordonner la prestation de services en rapport avec le VIH et pour suivre de manière complète la riposte contre le virus. Des données doivent être obtenues auprès de toutes les organisations qui dispensent des services VIH dans la communauté celles qui sont directement financées par les autorités publiques et celles qui le sont par l intermédiaire d autres sources (p. ex., par des partenaires de développement). Il se peut que des bases de données sectorielles existent déjà qui intègrent des données concernant les programmes de lutte contre le VIH (p. ex., des informations des services sociaux sur les orphelins et les enfants vulnérables). Il est important de recenser toutes les sources de données existantes et d établir des liens appropriés entre elles. 12 Composante 8 : Enquêtes et surveillance Objectif : Publier en temps opportun des données de haute qualité provenant des enquêtes et de la surveillance. Résultats Les éléments suivants sont en place : Des protocoles basés sur des normes internationales pour toutes les enquêtes et la surveillance. Un calendrier précis pour la collecte des données répondant aux besoins des parties prenantes, y compris le recensement des ressources pour la mise en œuvre. Un inventaire des enquêtes réalisées sur le VIH. Un système de surveillance biologique performant. Un système de surveillance des comportements performant, y compris de surveillance des pratiques culturelles. Description : Les enquêtes et la surveillance biologique et comportementale sont essentielles pour déterminer les moteurs et la propagation de l épidémie de VIH dans chaque pays. La surveillance du VIH et les enquêtes peuvent être ciblées sur l ensemble de la population, les groupes de population les plus exposés au risque d infection ou les deux. Certains pays peuvent vouloir mener certaines des enquêtes suivantes : une enquête pour mettre en évidence les connaissances et les attitudes de l ensemble de la population ; une enquête en milieu scolaire portant sur l éducation en matière de VIH et les connaissances des élèves ; une enquête sur le lieu de travail sur les politiques et les services relatifs au VIH ; une enquête sur la qualité des services VIH dispensés dans les établissements de santé ; une enquête sur la disponibilité des préservatifs ou d autres biens de prévention du VIH ; une enquête sur l atténuation de l impact du sida. Le besoin d enquêtes, l orientation particulière et le contenu de chaque enquête doivent être considérés dans le contexte épidémique propre à chaque pays. Les protocoles et les outils de collecte des données doivent être basés sur des normes internationales pour les enquêtes, telles que l enquête démographique et sanitaire, l enquête sur les indicateurs du sida et l enquête en grappes à indicateurs multiples. Il est important de respecter les normes pour obtenir des données de haute qualité et pour garantir la comparabilité dans le temps dans un pays donné (ainsi qu entre différents pays) des résultats d enquêtes successives. Lorsque nécessaire, les protocoles de surveillance et d enquête doivent inclure une collecte de données pour aider à la constitution des indicateurs nationaux normalisés définis dans le plan de suivi et évaluation national. On peut ainsi éviter d engager de nouvelles activités de collecte de données et des coûts supplémentaires.

15 Cadre structurel pour un Système National fonctionnel de suivi et évaluation du VIH 13 Composante 9 : Bases de données nationales et infranationales sur le VIH Objectif : Elaborer et maintenir des bases de données nationales et infranationales sur le VIH qui permettent aux parties prenantes d avoir accès à des données pertinentes pour formuler les politiques, et gérer et améliorer les programmes. Résultats Les éléments suivants sont en place : Base(s) de données conçue(s) pour répondre aux besoins en matière de prise de décision et d établissement de rapports des différentes parties prenantes. Liens entre différentes bases de données pertinentes pour garantir la cohérence des données et éviter les doubles emplois. Base de données nationale sur le VIH bien définie et gérée pour enregistrer, vérifier, analyser et présenter des données sur le suivi des programmes provenant de tous les niveaux et secteurs. Description : Un système d information se compose d une infrastructure (matériel informatique), d une base de données (logiciel informatique) et de personnes sachant les utiliser pour enregistrer, vérifier, transférer, analyser et partager les données. Il est nécessaire d établir des rôles et des responsabilités clairs aux niveaux national, infranational et de la prestation des services pour garantir un flux de données approprié et en temps opportun entre les différents niveaux. Une base de données nationale sur le VIH n est pas une condition préalable à la mise en place d un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH. Toutefois, un système de gestion électronique des données permet d enregistrer les informations de manière à faciliter leur vérification, leur partage et leur utilisation. Lorsqu il existe déjà des bases de données, comme un système d information sanitaire fonctionnant bien, il est important de s appuyer sur celles-ci plutôt que d établir un système parallèle. Dans le cas où il n existe pas de base de données, on peut envisager d utiliser pour commencer plusieurs logiciels prêts à l emploi. Les pays qui n en sont pas au stade de l élaboration d une base de données nationale électronique doivent disposer d un mécanisme pour archiver systématiquement les données et les rapports afin de permettre un accès et une utilisation faciles des données. Une base de données nationale sur le VIH peut inclure les types de données récentes et rétrospectives suivants : Des informations actualisées d enregistrement ou la liste des organisations participant à des programmes de lutte contre le VIH, et au suivi et évaluation. Des données sur tous les indicateurs du VIH normalisés nationaux stipulés dans le plan de suivi et évaluation national. Des données provenant de différentes sources de données liées au VIH, notamment : Des données provenant des enquêtes et de la surveillance. Des données sur les programmes courants dispensés dans les établissements de santé. Des données sur les programmes courants à assise communautaire. Des données sur les ressources disponibles. Des informations sur les missions de supervision. Un inventaire de la recherche sur le VIH et des chercheurs.

16 ONUSIDA / MERG Des informations sur les activités de renforcement des capacités dans le domaine du VIH. Des informations sur les activités de plaidoyer et de communication sur le suivi et évaluation du VIH. Un inventaire des documents de l autorité nationale de coordination de la lutte contre le sida, incluant tous les produits d information liés au VIH. Dans l idéal, le système d information doit avoir une interface Internet permettant au grand public d accéder aux données. En plus de la base de données nationale sur le VIH, différentes parties prenantes peuvent disposer de leurs propres bases de données. Les données utiles de ces bases doivent être reliées à la base de données sur le VIH nationale et/ou transférées ; les formats standard d échange existants doivent être utilisés pour faciliter le transfert des données entre les différentes bases de données. 14 Composante 10 : Supervision de soutien et vérification des données Objectif : Suivre périodiquement la qualité des données et s attaquer aux obstacles à la production de données de haute qualité (c est-à-dire de données valables, fiables, complètes et disponibles en temps utile). Résultats Les éléments suivants sont en place : Des directives pour superviser la collecte de données courantes au niveau de la prestation de services liés au VIH dispensés dans la communauté et en établissement. Des visites de supervision courante, incluant des évaluations des données et un retour d informations au personnel local. Des vérifications périodiques de la qualité des données. Des rapports de supervision et de vérification. Description : Une supervision de soutien consiste à surveiller et orienter la performance des autres et à transférer les connaissances, les attitudes et les compétences qui sont essentielles pour des activités efficaces de suivi et évaluation du VIH. Elle donne l occasion de faire le point sur le travail accompli, de réfléchir de manière critique à celui-ci, de fournir un retour d informations au personnel local et, le cas échéant, d apporter des orientations précises en vue de réaliser des améliorations. La vérification des données est le processus par le biais duquel on vérifie la complétude et l exactitude des données globales déclarées concernant les programmes de riposte au VIH. Cette activité suppose habituellement que l on se rende auprès des organisations qui ont communiqué les données afin de vérifier celles-ci au regard des registres des clients ou d autres registres particuliers. Pour prendre de bonnes décisions, il est important d avoir confiance dans la qualité des données. Des vérifications régulières de celle-ci et la fourniture d un retour d informations sont des mécanismes importants pour améliorer ou maintenir la qualité des données. Des directives pour une supervision de soutien sont utiles afin de communiquer des attentes ou de normaliser les procédures. Une supervision de soutien doit être réalisée auprès d un échantillon d organisations dispensant des services liés au VIH (c est-à-dire, pas tous les prestataires) et peut aussi servir comme mécanisme pour renforcer les capacités locales de suivi et évaluation. La vérification des données nécessite que des protocoles soient en place pour les indicateurs ainsi que pour

17 Cadre structurel pour un Système National fonctionnel de suivi et évaluation du VIH la vérification de la qualité des données. Combiner une supervision de soutien du suivi et évaluation à une supervision de la mise en œuvre d un programme et/ou financière peut présenter un bon rapport coût-efficacité. Composante 11 : Evaluation et recherche concernant le VIH Objectif : Recenser les principales questions concernant l évaluation et la recherche, coordonner les études pour répondre aux besoins recensés et améliorer l exploitation des conclusions de l évaluation et de la recherche. Résultats Les éléments suivants sont en place : Un inventaire des études d évaluation et de recherche sur le VIH propres au pays achevées et en cours. Un inventaire des capacités locales d évaluation et de recherche concernant le VIH, incluant les principaux établissements de recherche et l axe de leurs travaux. Un ordre du jour national en matière d évaluation et de recherche concernant le VIH. Des normes et des procédures d approbation respectueuses de l éthique. Des orientations concernant les normes d évaluation et de recherche, et les méthodes appropriées. Une conférence ou une tribune nationale pour la diffusion et discussion des conclusions de l évaluation et de la recherche sur le VIH. Des preuves de l exploitation des conclusions de l évaluation et de la recherche (p. ex., mentions dans des documents de planification). Description : L évaluation et la recherche sont des composantes essentielles mais souvent négligées d un système complet de suivi et évaluation du VIH. Une utilisation appropriée des données de l évaluation/de la recherche garantit que la planification de la riposte contre le VIH est basée sur les meilleurs éléments concrets disponibles et fournit des orientations pour une amélioration permanente des programmes. Etablir un processus national pour recenser les lacunes des activités d évaluation/de recherche qui pourraient être importantes pour le plan stratégique national et pour coordonner les partenaires permet de faire en sorte que les études d évaluation/de recherche sont adaptées aux besoins du pays et fournissent des résultats applicables, que les efforts d évaluation/de recherche sont coordonnés pour éviter le chevauchement des activités et que les résultats des études sont partagés et disponibles pour servir aux prises de décision. En premier lieu, il est important de faire le point sur ce qui se passe déjà dans les établissements de recherche nationaux et d autres entités concernées, et d inviter ces parties prenantes importantes à participer au processus national. 15 Un processus national peut être axé sur : Des structures de gouvernance pour l évaluation et la recherche, y compris les obligations d enregistrement des études et la diffusion au niveau local de leurs conclusions. Des procédures et des normes d approbation respectueuses de l éthique. Un programme dont les priorités de recherche biomédicale, en sciences sociales et sur les activités des programmes sont définies. Des mécanismes pour utiliser les conclusions de l évaluation et de la recherche dans les processus de prise de décision concernant la planification, l élaboration des politiques et les programmes.

18 ONUSIDA / MERG Composante 12 : Diffusion et utilisation des données Objectif : Diffuser et utiliser les données du système de suivi et évaluation pour orienter la formulation des politiques, la planification et l amélioration des programmes. Résultats Les éléments suivants sont en place : Le plan stratégique national et le plan de suivi et évaluation national incluent un plan d exploitation des données. Analyse des besoins de données et des utilisateurs de données. Calendrier d utilisation des données pour orienter le calendrier des principales activités de collecte des données et des obligations de compte rendu. Calendrier pour l établissement de rapports au niveau national. Format normalisé pour l établissement des rapports et la présentation des données. Produits d information adaptés aux différents publics et calendrier de diffusion. Preuves de l utilisation des données (p. ex., données mentionnées dans des propositions de financement ou des documents de planification). Description : La raison la plus importante justifiant les activités de suivi et évaluation est qu elles fournissent les données nécessaires pour orienter la formulation des politiques et les activités des programmes. Un plan détaillé d exploitation des données doit être inclus dans le plan de suivi et évaluation national ; ce plan doit relier les besoins de données et les efforts de collecte des données à des produits d information spécifiques pour des publics différents ainsi qu à un calendrier de diffusion. Il doit aussi inclure des activités pour inciter à utiliser les données, comme des ateliers pour discuter des implications des données de suivi et évaluation pour la planification et l amélioration des programmes. Un système de suivi et évaluation fonctionnel compile et présente les données d une manière qui facilite leur utilisation à tous les niveaux, y compris à celui du grand public et des bénéficiaires des services VIH. Parmi les preuves de l utilisation des données, citons : Le plan stratégique national fait explicitement référence aux données les plus récentes sur les moteurs de l épidémie de VIH Les rapports sur le VIH incluent des références précises aux données de suivi et évaluation disponibles Les personnes chargées de la mise en œuvre des services VIH se réfèrent aux données de suivi et évaluation dans leurs programmes de lutte. Il existe un éventail de stratégies pour promouvoir la diffusion et l utilisation des données, notamment garantir la propriété des données, assurer la diffusion en temps utile de données de bonne qualité, déterminer des produits d information appropriés destinés à différents utilisateurs, allouer des ressources suffisantes pour la diffusion des données et fournir une assistance pour l exploitation des données. 16

19 Cadre structurel pour un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH Conclusion Le cadre structurel pour un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH décrit les principales composantes du système et quelques critères permettant d évaluer les progrès. Ce cadre est destiné à servir de feuille de route pour orienter la construction du système au fil du temps. Il est important de s appuyer sur ce qui existe déjà et de résoudre en premier lieu les problèmes relatifs aux capacités en ressources humaines et aux partenariats nécessaires pour soutenir une collecte de données de bonne qualité. Il est surtout essentiel de ne pas perdre de vue l objectif ultime du suivi et évaluation, à savoir utiliser les données pour répondre à des questions fondamentales telles que : Menons-nous les bonnes activités? Le faisons-nous bien? Faisons-nous les choses à suffisamment grande échelle pour obtenir des résultats tangibles? Ce serait gâcher des ressources précieuses que de collecter des données qui ne servent pas à la prise de décision. De ce fait, l exploitation des données doit être un élément central de tout système de suivi et évaluation. Documents de référence Baingana Kasheeka E, Bicego G, Görgens-Albino M, Kemerer V, Nzima M (2006). Strengthening Partnerships in HIV Monitoring and Evaluation. Washington DC: Banque mondiale. Rugg D, Carael M, Boerma T, Novak J (2004). Global Advances in Monitoring and Evaluation of HIV/AIDS: From AIDS Case Reporting to Program Improvement. New Directions for Evaluation, 103 : pages 33 à 48. ONUSIDA (2004). Les Trois principes directeurs Coordination des ripostes nationales au VIH/sida Principes directeurs à l intention des autorités nationales et de leurs partenaires. Genève : ONUSIDA. ONUSIDA (2006). Chapitre 3 : Progrès réalisés par les pays. Dans le Rapport sur l épidémie mondiale de sida. Genève : ONUSIDA, pages 52 à 78. ONUSIDA (2007). Procédé de suivi et d évaluation des programmes de prévention du VIH destinés aux groupes de population. Genève : ONUSIDA. 17

20 L objet du présent document est de présenter un cadre structurel pour un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH. Ce cadre fournit : 1) une description des principales composantes d un système national fonctionnel de suivi et évaluation du VIH, et 2) quelques critères pour évaluer les progrès de la mise en place d un tel système. Ce document porte sur les composantes du système qui doivent être en place et en état de marche acceptable pour que le système national de suivi et évaluation fonctionne efficacement. Toutefois, il n est pas nécessaire que toutes les composantes soient mises en œuvre à tous les niveaux du système. Le présent document ne fournit pas d orientations détaillées sur la manière de faire fonctionner le système. ONUSIDA 20 AVENUE APPIA CH-1211 GENEVE 27 SUISSE Tèl : (+41) Fax : (+41) courriel :

UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012. 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012

UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012. 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012 UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012 Mise à jour sur les indicateurs, le suivi et l évaluation du Cadre unifié

Plus en détail

GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION

GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION GUIDE DE SUIVI ET D ÉVALUATION Lutte contre le VIH, la tuberculose, le paludisme et renforcement des systèmes de santé et des systèmes communautaires Partie 1 : Exigences du système de suivi et d évaluation

Plus en détail

Évaluation : rapport annuel

Évaluation : rapport annuel CONSEIL EXÉCUTIF EB137/7 Cent trente-septième session 8 mai 2015 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Évaluation : rapport annuel 1. Le Conseil exécutif à sa trente et unième session a approuvé la politique

Plus en détail

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017

Lettre de mission. Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours de la Stratégie de l UIP 2012-2017 UNION INTERPARLEMENTAIRE INTER-PARLIAMENTARY UNION 5, CHEMIN DU POMMIER CASE POSTALE 330 1218 LE GRAND-SACONNEX / GENÈVE (SUISSE) Lettre de mission Services de consultant pour une évaluation à mi-parcours

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Utilisation de données par les administrateurs de programme. Objet : Durée : Objectifs :

Utilisation de données par les administrateurs de programme. Objet : Durée : Objectifs : Utilisation de données par les administrateurs de programme Objet : Ce cours a pour but de promouvoir l utilisation de données pour la planification et l amélioration basées sur des preuves des programmes

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER

FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER FEUILLE DE ROUTE POUR L APPLICATION ET LE SUIVI DES POLITIQUES ET DES INTERVENTIONS DE PLAIDOYER Cet ensemble d outils a été conçu pour renforcer la capacité des parties prenantes clefs de s impliquer

Plus en détail

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ

2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ NOVEMBRE 2014 Table des matières RAPPORT DE SÉCURITÉ DE LA SOCIÉTÉ 2013-2014 Introduction du président et chef de la direction...ii Buts en matière de sécurité

Plus en détail

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne

Banque européenne d investissement. Charte de l Audit interne Charte de l Audit interne Juin 2013 Juin 2013 page 1 / 6 Juin 2013 page 2 / 6 1. Politique L Audit interne est une fonction essentielle dans la gestion de la Banque. Il aide la Banque en produisant des

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

Mise en Ouvre Nationale par les Gouvernements des Projets Appuyés par le PNUD: Manuel des Normes et Procédures

Mise en Ouvre Nationale par les Gouvernements des Projets Appuyés par le PNUD: Manuel des Normes et Procédures PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR LE DEVELOPPEMENT Mise en Ouvre Nationale par les Gouvernements des Projets Appuyés par le PNUD: Manuel des Normes et Procédures 7/1/2011 Le 1 juillet 2011 - Pour Gouvernement

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10)

Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 Système Qualité Pharmaceutique (ICH Q10) Le document ICH Q10 sur le

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

SUIVI, EVALUATION ET REVUE DES STRATEGIES SANITAIRES NATIONALES

SUIVI, EVALUATION ET REVUE DES STRATEGIES SANITAIRES NATIONALES SUIVI, EVALUATION ET REVUE DES STRATEGIES SANITAIRES NATIONALES PLATEFORME DE PAYS POUR L INFORMATION ET LA REDEVABILITE + Related Initiatives Plateforme de pays pour l information et la redevabilité A

Plus en détail

Objectif 3 : Confinement et certification

Objectif 3 : Confinement et certification Objectif 3 : Confinement et certification CONFINEMENT ET CERTIFICATION Principaux objectifs Indicateurs de réalisation Principales activités Certifier l éradication et le confinement de tous les poliovirus

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Adoptée par la 18e Assemblée générale de l AMM, Helsinki, Finlande,

Plus en détail

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application *

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application * RÉUNION DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE LA MISE AU POINT, DE LA FABRICATION ET DU STOCKAGE DES ARMES BACTÉRIOLOGIQUES (BIOLOGIQUES) OU À TOXINES ET SUR LEUR DESTRUCTION BWC/MSP/2009/MX/INF.4

Plus en détail

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information

Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Rapport sur l audit interne de la gouvernance de la gestion de l information et des technologies de l information Bureau du surintendant des institutions financières Novembre 2012 Table des matières 1.

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine

Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure urbaine v Renforcement des compétences opérationnelles dans le développement mené par la communauté 15 au 19 avril 2002 Washington, D.C. Expériences avec les contrats de la communauté dans les travaux d infrastructure

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique

Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique Conception des projets de coopération technique de l AIEA à l aide de la méthodologie du cadre logique Guide pratique www.iaea.org/technicalcooperation Table des matières 1. INTRODUCTION... 1 2. PROGRAMME

Plus en détail

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC

Faits saillants du Cadre des profils de compétences en TIC Développer aujourd hui la main-d œuvre de demain Information and Communications Technology Council Conseil des technologies de l information et des communications Faits saillants du Cadre des profils de

Plus en détail

CERTIFICATION DES INSTITUTIONS APPLIQUANT LE CASE MANAGEMENT CRITÈRES DE QUALITÉ ET INDICATEURS DE CONTRÔLE

CERTIFICATION DES INSTITUTIONS APPLIQUANT LE CASE MANAGEMENT CRITÈRES DE QUALITÉ ET INDICATEURS DE CONTRÔLE CERTIFICATION DES INSTITUTIONS APPLIQUANT LE CASE MANAGEMENT CRITÈRES DE QUALITÉ ET INDICATEURS DE CONTRÔLE 1 INTRODUCTION Le présent document a été rédigé par le groupe de travail «Certification» du Réseau

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (34)/14.14 Date de publication: 27 juin 2014 TRENTE-QUATRIEME REUNION Date: 1 er -3 juillet 2014 Lieu: Salle du Conseil exécutif, OMS,

Plus en détail

Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation

Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation Annexe E Modèles de profils de poste et de termes de référence pour les principales tâches de suivi-évaluation Pour une gestion orientée vers l'impact Guide pratique de S&E des projets Table des matières

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 1

Tremplins de la Qualité. Tome 1 Tome 1 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANT-PROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 :

SECTION 1 : INTRODUCTION SECTION 1 : 1 SECTION 1 : 2 3 Le but de cette version 2.0 du Manuel technique du Cadre intégré de classification de la sécurité alimentaire est d apporter aux analystes de la sécurité alimentaire des normes techniques

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.306/PFA/12/2 306 e session Conseil d administration Genève, novembre 2009 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION

Plus en détail

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 LIVRE BLANC SUR LES PRATIQUES ITIL Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 Exploiter le potentiel des pratiques ITIL grâce aux ateliers d analyse de solutions organisés

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction

Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction Outil de documentation sur la réduction D : Système d archivage de l analyse de la réduction A : Analyse des émissions sectorielles clés B : Dispositions institutionnelles pour les activités de réduction

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Harmonisation pour la santé en Afrique (HHA) Cadre d action

Harmonisation pour la santé en Afrique (HHA) Cadre d action Bureau régional pour l Afrique Harmonisation pour la santé en Afrique (HHA) Cadre d action - 2 - Historique 1.1 En Afrique, sous l effet conjugué de la pauvreté et des faibles investissements dans la santé,

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF

Annexe - document CA 118/9. Termes de référence. Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Annexe - document CA 118/9 Termes de référence Audit fonctionnel et organisationnel de l OTIF Index 1 Description de l organisation... 3 2 Contexte de la mission... 4 3 Objet de la mission... 4 3.1 Objectif

Plus en détail

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine 1. Soutenir l pour définir les directions stratégiques de la réponse humanitaire et sa planification 1.1 Analyse et planification stratégique Actions Sous-Actions Qui Quand (en continu si pas précisé)

Plus en détail

Vers l amélioration continue

Vers l amélioration continue Vers l amélioration continue Devis d évaluation et planification des travaux sur l assurance qualité Document recommandé par le comité de suivi du Plan stratégique, le comité de Régie interne et la Commission

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

Directive opérationnelle

Directive opérationnelle Page 1 Populations autochtones Introduction 1. Cette directive décrit les politiques et les procédures d instruction de la Banque 1 pour les projets qui touchent les populations autochtones. Elle présente

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/7 Conseil économique et social Distr. générale 26 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l innovation, de la compétitivité et des

Plus en détail

Guide d utilisateur AmplifyChange #2: Démystifier le suivi des projets pour AmplifyChange

Guide d utilisateur AmplifyChange #2: Démystifier le suivi des projets pour AmplifyChange Guide d utilisateur AmplifyChange #2: Démystifier des projets pour AmplifyChange Narratrice : Rolla Khadduri Directrice adjointe du Fonds (technique), AmplifyChange Le suivi : les bases 1. Qu est-ce que?

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Charte

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Charte Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Charte Janvier 2013 La présente publication est disponible sur le site de la BRI (www.bis.org). Banque des Règlements Internationaux 2013. Tous droits réservés.

Plus en détail

Document d information

Document d information Page 1 SECRÉTARIAT DU PROGRAMME RÉGIONAL OCÉANIEN DE L ENVIRONNEMENT Dix-neuvième Conférence du PROE Pohnpei (États fédérés de Micronésie) 4-12 septembre 2008 Point 8.5 de l ordre du jour : Appui du PROE

Plus en détail

Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration fédérale et le portefeuille informatique de la Confédération

Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration fédérale et le portefeuille informatique de la Confédération Directives du Conseil fédéral concernant les projets informatiques de l administration du 1 er juillet 2015 Le Conseil fédéral suisse édicte les directives suivantes: 1 Dispositions générales 1.1 Objet

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05 8 Article 1er. Le présent décret a pour objet de modifier le décret exécutif n 11-19 du 20 Safar 1432 correspondant au 25 janvier 2011, susvisé. Art. 2. La dénomination de la «direction de wilaya de l'industrie,

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

Caractéristiques d un bon système de suivi et d évaluation

Caractéristiques d un bon système de suivi et d évaluation Modules pour le Suivi et l Evaluation CONTEXTE L extension rapide de nouvelles ressources pour lutter contre le VIH//SIDA a entraîné une forte exigence en matière de suivi et d évaluation efficaces. Tous

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative

Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Le 28 mars 2006 Commentaires sur le projet de lignes directrices (G3) pour l évaluation de la durabilité de la Global Reporting Initiative Nous sommes heureux d avoir l occasion de présenter nos commentaires

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Adaptation de l organigramme à des clubs de diverses importances. Avantages de l organigramme modèle. Clubs à effectif limité

Adaptation de l organigramme à des clubs de diverses importances. Avantages de l organigramme modèle. Clubs à effectif limité 1 Organisation d un club Organigramme du club Description des fonctions des officiers et autres responsables désignés Activités des comités du club Méthode de travail des comités Rapports des comités Une

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011

Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour 2011 Cote du document: EB 2010/101/R.41 Point de l'ordre du jour: 17 b) Date: 9 novembre 2010 Distribution: Publique Original: Anglais F Plan de travail du Bureau de l audit et de la surveillance du FIDA pour

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM)

Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM) Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM) Cahier des charges du Groupe de Travail sur le Plaidoyer pour la lutte contre le paludisme (MAWG) Révision basée sur l examen du cadre de responsabilisation

Plus en détail

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base NATIONS UNIES Vienne, 2010 Résolutions

Plus en détail

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques

Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Cadre de référence sur la gestion intégrée de la qualité et des risques Élaboré par la Direction de la qualité, de la mission universitaire et de la pratique multidisciplinaire Approuvé par le Comité de

Plus en détail

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude

INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES. Guide d étude INF 1250 INTRODUCTION AUX BASES DE DONNÉES Guide d étude Sous la direction de Olga Mariño Télé-université Montréal (Québec) 2011 INF 1250 Introduction aux bases de données 2 INTRODUCTION Le Guide d étude

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP)

Programme spécial PNUD/FNUAP/OMS/Banque mondiale de recherche, de développement et de formation à la recherche en reproduction humaine (HRP) Strategié de renforcement du potentiel de recherche dans les pays en développement via l octroi de bourses pour la formation à la recherche et pour la réintégration Bourses de Formation à la Recherche

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 24 janvier 2014 Français Original: anglais ECE/CES/2014/7 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-deuxième

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES TRAVAILLER AVEC LES BANQUES GUIDE PRATIQUE DE NÉGOCIATION AVEC LES BANQUES DANS LE CADRE DE PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE

Plus en détail

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement GUIDE DE DEMANDE DE SUBVENTION RESERVE AUX RESEAUX NATIONAUX DES FEMMES VIVANT AVEC LE

Plus en détail

RÔLE DU MÉCANISME DE CENTRE D ÉCHANGE EN VUE DE FACILITER ET DE PROMOUVOIR LA COOPÉRATION TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT

RÔLE DU MÉCANISME DE CENTRE D ÉCHANGE EN VUE DE FACILITER ET DE PROMOUVOIR LA COOPÉRATION TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE EN RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT CBD CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE Distr. GÉNÉRALE UNEP/CBD/COP/3/4 Le 18 septembre 1996 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS CONFÉRENCE DES PARTIES À LA CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE Troisième

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique

Guide No.2 de la Recommandation Rec (2009).. du Comité des Ministres aux États membres sur la démocratie électronique DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES POLITIQUES DIRECTION DES INSTITUTIONS DEMOCRATIQUES Projet «BONNE GOUVERNANCE DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION» CAHDE (2009) 2F Strasbourg, 20 janvier 2009 Guide No.2 de

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh

Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Accord sur la sécurité incendie et la sécurité des bâtiments au Bangladesh Les parties soussignées sont attachées à l objectif d une industrie du prêt-à-porter sûre et durable au Bangladesh où aucun travailleur

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail