Le suivi d un malade transplanté hépatique A distance de la greffe. Le suivi d un malade transplanté hépatique. A distance de la greffe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le suivi d un malade transplanté hépatique A distance de la greffe. Le suivi d un malade transplanté hépatique. A distance de la greffe"

Transcription

1 Le suivi d un malade transplanté hépatique A distance de la greffe Le suivi d un malade transplanté hépatique A distance de la greffe Georges Philippe PAGEAUX Service d'hépato-gastro-entérologie Hôpital St Eloi CHU Montpellier 80, rue Augustin Fliche Montpellier La transplantation hépatique est devenue le traitement de référence des maladies graves du foie. Grâce à l'amélioration des techniques chirurgicales et une meilleure efficacité des traitement immunosuppresseurs, la survie des patients à 5 ans après une transplantation hépatique est de 70% lorsque l'indication initiale était une cirrhose, 57 % en cas d'insuffisance hépatique aiguë, 43 % en cas de cancer du foie, essentiellement le carcinome hépato-cellulaire (1). Dans le groupe des cirrhoses, les meilleurs résultats à 5 ans sont obtenus avec la cirrhose biliaire primitive (76 % à 5 ans), puis avec la cirrhose alcoolique (70 % de survie) et enfin avec les cirrhoses liées aux virus des hépatites (68 %). Lorsqu'on aborde le problème de la surveillance à long terme des patients après une transplantation hépatique, il faut gérer, d'une part, les complications qui peuvent survenir sur le greffon hépatique lui-même, c'est-à-dire une récidive de la maladie hépatique initiale, un rejet tardif, des complications biliaires, et d'autre part, les conséquences d'une prise de médicaments immunosuppresseurs au long cours, en terme d'effets secondaires directement liés à la toxicité de ces médicaments et de gestion des interactions médicamenteuses liées à leur métabolisme hépatique. Enfin il ne faut pas négliger les aspects psychologiques liés à l'intégration d'un organe étranger, et tout ce qui touche à la réinsertion socio-professionnelle.

2 Plusieurs des aspects liés aux effets secondaires des médicaments immunosuppresseurs et aux complications spécifiques du greffon sont abordés dans ce séminaire. Dans ce chapitre, nous aborderons surtout les aspects pratiques du maniement des médicaments immunosuppresseurs et de leurs interactions, les complications ostéo-articulaires, la pris en charge d'une grossesse après transplantation, la réhabilitation socio-professionnelle, les aspects psychologiques et enfin les éléments de dysfonctionnement tardifs du greffon. I/ Le traitement immunosuppresseur A distance de la transplantation hépatique, les médicaments immunosuppresseurs qui peuvent être utilisés sont les inhibiteurs de la calcineurine (Ciclosporine microémulsion ou Tacrolimus), les inhibiteurs de la prolifération cellulaire (Azathioprine ou Mycophénolate mofétil) ou les corticoïdes (2). Tous les patients sont sous inhibiteur de la calcineurine qu'ils doivent prendre de façon régulière en respectant l'intervalle de 12 heures entre les deux prises. Les concentrations sanguines de ces médicaments seront régulièrement contrôlées qu'il s'agisse d'un taux résiduel pour le Tacrolimus (5-15ng/ml), ou bien d'un taux résiduel ( ng/ml) ou d'une concentration maximum deux heures après la prise ( ng/ml) pour la Ciclosporine microémulsion. Un inhibiteur de la prolifération cellulaire peut être utilisé mais il est rare que le patient les prenne au delà de la première année après la transplantation. Enfin, la tendance actuelle est d'arrêter précocement les corticoïdes entre 6 mois et un an après la transplantation hépatique. Il faut être très attentif aux interactions médicamenteuses qui peuvent survenir avec les médicaments immunosuppresseurs (tableau 1). Les inhibiteurs de la calcineurine étant métabolisés par le système enzymatique du cytochrome P 450 3A4, la co-administration de médicaments qui inhibent ou stimulent cette iso-enzyme influence le métabolisme des inhibiteurs de la calcineurine. Ainsi, l'utilisation des antibiotiques et des antifongiques doit être encadrée. D'autre part, les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont absolument proscrits du fait du risque de majoration de néphro-toxicité des inhibiteurs de la calcineurine. Lorsque des médicaments inhibiteurs de la synthèse cellulaire comme le Mycophénolate ou l'azathioprine sont utilisés, la prescription d'allopurinol, qui peut être indiquée en cas d'hyperuricémie, fréquente chez ces patients, peut être responsable d'une augmentation des risques de myelotoxicité (3).

3 Concernant les vaccins, il n'existe aucune contre-indication particulière pour réaliser des vaccinations utilisant des vaccins tués ou recombinants. Il est préférable de ne pas effectuer de vaccination dans les suites immédiates de la transplantation, car elles sont habituellement inefficaces à ce moment. Il faut contrôler périodiquement la vaccination contre l'hépatite B de façon à vérifier que la protection persiste. Du fait du traitement immunosuppresseur, les vaccins à virus vivants atténués sont contre-indiqués (antipolio buvable, antiourlien, antirougeoleux, antirubéoleux, antiamaril). La vaccination systématique contre la grippe est laissée à l'appréciation de l'équipe de transplantation ; nous avons pour habitude de la proposer dans notre centre. La question des voyages est souvent abordée par les patients. Une fois passée la période postopératoire précoce, il n'y a aucune raison d'empêcher les voyages même lointains. S'il existe un décalage horaire important avec la France, nous conseillons aux patients d'adapter leur prise de médicaments immunosuppresseurs aux horaires du pays dans lequel ils se trouvent car cela n'a pas d'incidence réelle sur les concentrations au long cours. La prophylaxie contre le paludisme n'est pas contre-indiquée. II/ Les complications ostéo-articulaires Les douleurs d'origine ostéo-articulaires sont une des plaintes les plus fréquemment rencontrées en consultation de greffe (4). La principale complication qui doit être dépistée est l'ostéoporose qui peut être responsable d'un risque fracturaire accru. Il convient de prendre en compte le métabolisme osseux pré-transplantation lié à l'hépatopathie initiale. En effet le métabolisme osseux est le résultat d'une balance entre la résorption osseuse liée aux ostéoclastes et la formation d'os nouveau liée aux ostéoblastes. Lorsque la résorption est plus importante que la formation, il y a ostéoporose et donc augmentation du risque fracturaire (5). En cas d'hépatopathie chronique, il y a d'une part une diminution de la fonction des ostéoblastes, liée à une baisse de l'insulin-growth Factor-1 qui est de synthèse hépatique (6) et à la cholestase, et d'autre part une augmentation de l'activité des ostéoclastes liée à l'hypogonadisme et au déficit en vitamine D souvent associé aux situations de cholestase. L'ensemble de ces manifestations se regroupe sous le terme d'ostéodystrophie hépatique qui est retrouvée dans 10 à 56 % des cas avant la greffe (7). Après la greffe, les études de densité osseuse montrent que le risque fracturaire est maximum pendant les 3 à 6 premiers mois du fait de l'état pré-transplantation, de l'immobilisation post-opératoire et de l'utilisation de la corticothérapie. A partir du 6 ème mois et jusqu'au 12 mois il y a en général retour à une phase

4 strictement normale (8). Le diagnostic de ces complications passe par la réalisation au moins annuelle d'un bilan phosphocalcique sanguin et urinaire, l'étude des hormones thyroïdiennes, et d'une osteodensitométrie. Une supplémentation par calcium et vitamine D est proposée à tous les patients. Lorsque le T score est supérieur à deux déviations standard au cours de l'osteodensitométrie, un traitement par biphosphonates ou calcitonine doit être envisagé en tenant compte des contre-indications potentielles de ces médicaments (9). Il est important de connaître deux autres complications rares (10) : l'ostéonécrose qui touche habituellement les hanches et qui est une complication de la corticothérapie ; en cas d'impotence fonctionnelle une prothèse totale de hanche peut être proposée. Par ailleurs, on sait que les inhibiteurs de la calcineurine peuvent être responsables de douleurs des membres inférieurs et surtout des pieds avec mise en évidence d'un œdème de la moelle osseuse à la résonance magnétique. Une diminution des posologies permet d'améliorer ces symptômes. III/ Grossesse L'une des conséquences de la transplantation hépatique est le retour à des fonctions sexuelles normales (11). Chez les femmes en période d'activité génitale, une grossesse peut être envisagée (12). De nombreux cas de grossesse après transplantation hépatique on maintenant été rapportés et à partir de ces rapports, on peut esquisser plusieurs conclusions (13-17) : La grossesse n'est pas un événement rare après transplantation hépatique et aboutit le plus souvent à la naissance d'un enfant vivant sans aucune malformation. Il est cependant habituel d'observer un retard de croissance intra-utérin. L'avortement spontané ou la naissance d'un enfant mort-né est rare et des malformations congénitales ont été décrites sans que le risque de malformation comparé à la population générale soit majoré. Des complications telles que l'hypertension artérielle dans le cadre d'une toxémie gravidique ou la pré-éclampsie semblent plus fréquentes lors d'une grossesse chez une femme transplantée. Des rejets aigus ont été très rarement rapportés. Toute anomalie des tests biologiques hépatiques doit être explorée au cours d'une grossesse en pensant en premier lieu à une dysfonction du greffon ou à un rejet, mais sans bien sur méconnaître les autres causes d'hépatopathie gravidique ou non gravidique. Le risque infectieux chez ces patientes immuno-déprimées doit être bien évalué et particulièrement pour les infections à cytomégalovirus qui peuvent avoir des conséquences sévères sur l'enfant. Cependant le risque d'infection à cytomégalovirus est surtout majeur

5 pendant les 6 premiers mois qui suivent la greffe, période durant laquelle la grossesse est très rare. Nous donnons les recommandations suivantes aux femmes transplantées dans notre centre : Il paraît raisonnable de débuter une contraception avant de reprendre des relations sexuelles après la transplantation et la contraception par préservatif doit être proposée en première intention. En cas de désir de grossesse, il faut essayer de convaincre la patiente d'attendre au moins un an après la transplantation. Elle doit par ailleurs se soumettre à une surveillance régulière de dépistage de cancer du col et du cancer du sein. En cas de grossesse, le traitement immunosuppresseur doit être continué aux mêmes posologies. La surveillance de la mère doit être renforcée concernant l'apparition d'un diabète sucré, d'une hypertension artérielle et de signes de pré-éclampsie, et d'une infection. Le monitoring de l'enfant doit permettre de dépister un retard de croissance intra-utérin. Les tests biologiques hépatiques doivent être évalués au minimum tous les mois pendant le déroulement de la grossesse. IV/ Règles d'hygiène diététique et réinsertion socioprofessionnelle. Il faut encourager l'arrêt de toute consommation de tabac, notamment en raison du risque accru de cancer de la sphère ORL, et notamment chez les patients qui ont été transplantés pour cirrhose alcoolique (18). La consommation d'alcool doit être nulle chez les patients transplantés pour cirrhose alcoolique, et encadrée chez les autres patients, en proposant les règles usuelles de consommation à savoir de ne pas dépasser 20 g d'alcool par jour chez la femme et 30 g chez l'homme. Des règles alimentaires doivent être proposées. En effet, la prise de poids est quasi constante chez les patients transplantés hépatiques et elle apparaît essentiellement au cours de la première année. On admet que 20 % des patients auront un index de masse corporelle supérieur à 30. De même l'hypertriglycéridémie et l'hyperglycémie sont fréquemment décrites au cours de la première année, allant de pair avec le surpoids. Il faut donc proposer des régimes pauvres en sucres rapides et en graisses animales afin de limiter ce type d'effet

6 secondaire (19). Une prise en charge commune avec une diététicienne peut s'avérer extrêmement utile. Enfin, une activité sportive doit être recommandée. Il n'existe aucune contre-indication à la pratique du sport chez un patient transplanté hépatique (20). Cela va de pair avec les règles diététiques citées. Pour ce qui est de la réhabilitation professionnelle, les résultats sont contrastés (21-22) : l'âge des patients, la durée de l'arrêt de travail avant la transplantation, et le type de qualification professionnelle affectent significativement la reprise d'une activité professionnelle après la transplantation. Ceci étant, la situation sociale en France ne facilite pas la reprise d'une activité professionnelle chez les patients transplantés hépatiques. Il faut rappeler qu'il s'agit le plus souvent de patients de plus de 45 ans, ayant une longue période d'inactivité professionnelle du fait de la maladie hépatique, et dont le statut de transplanté n'encourage pas les employeur potentiels à leur proposer un emploi durable. La responsabilité des équipes de transplantation est d'expliquer que ces patients peuvent exercer une activité professionnelle tout à fait normale en général dès le 6ème mois après la greffe. V/ Suivi psychologique Sur le plan psychologique, on retrouve actuellement des plaintes identiques à celles observées chez des patients ayant eu des événements médico-chirurgicaux graves, à savoir anxiété, sentiment dépressif, troubles du sommeil. Cependant il faut prendre en compte l'aspect particulier de la transplantation d'organe, à savoir un sentiment de culpabilité qui peut se développer après la greffe au sujet du donneur, en particulier, et du don d'organe, en général (23). En effet, la transplantation d'organe est régie par la loi du don anonyme et gratuit, il induit donc une notion de dette. Par définition, celle-ci ne pourra jamais être honorée puisque le donneur n'est jamais connu du receveur et cela engendre parfois des symptômes dépressifs qui peuvent être sévères et nécessiter une prise en charge spécialisée. La spécificité de la transplantation hépatique se situe dans le fait que le foie est un organe particulièrement investi sur le plan symbolique et affectif. Elle induit donc un travail psychologique complexe dont l'intensité des remaniements et la qualité des résultats est fonction en partie de cet investissement. Après l intervention, un suivi psychologique pour ces sujets à risque paraît essentiel afin d éviter les décompensations tardives et tenter de préparer les malades à un avenir supportable psychiquement (24).

7 VI/ Dysfonctions tardives Les principales causes de dysfonctions tardives du greffon à distance de la transplantation, c'est à dire au delà de la première année de greffe, sont la récidive de la maladie initiale, la survenue d'un rejet chronique - rare en transplantation hépatique - ou d'un rejet aigu tardif en général lié à une mauvaise compliance vis à vis du traitement immunosuppresseur, et les conséquences de complications biliaires de type cholangite sclérosante secondaire ou cirrhose biliaire secondaire (25). Depuis peu, de nombreuses publications font état d'hépatite auto-immune de novo sur le greffon (26-28). Ces cas ont été rapportés aussi bien chez les adultes et chez les enfants. Il s'agit de patients ayant été greffés pour n'importe qu'elle indication autre qu'une hépatite autoimmune. La dysfonction du greffon se traduit par des anomalies des tests biologiques hépatiques à type de cytolyse, jusqu'à 15 N, et la biopsie met en évidence une infiltration portale de cellules lymphocytaires sans atteinte des canaux biliaires, associée parfois à une hépatite lobulaire, l'ensemble évoquant une hépatite auto-immune (29). Les marqueurs d'autoimmunité sont mis en évidence dans le sang qu'il s'agisse d'anticorps anti-muscle lisse ou antinucléaires. Il s'agit la plupart du temps de patients chez lesquels la corticothérapie a été arrêtée après transplantation. Le traitement consiste à réintroduire ou à augmenter les corticostéroïdes (30). Il est à noter que cette complication semble de plus en plus fréquente au fur et à mesure que l'on s'éloigne de la transplantation comme le montre les études séquentielles de recherche des auto-anticorps dans le sérum (26). Conclusion Le suivi du patient transplanté hépatique à distance de la greffe doit s'intégrer dans un travail en réseau multidisciplinaire incluant le centre de transplantation hépatique, l'hépatogastroentérologue qui a souvent adressé le patient au centre et le médecin traitant. Pendant le premier trimestre, la surveillance est faite de façon quasi exclusive dans le centre de transplantation, mais à partir de cette date, un suivi alterné peut se mettre en place. Cette organisation permet de décentraliser le suivi de ces malades, ce qui limite les déplacements à fois fastidieux et coûteux de patients habitant loin des centres de greffe, et ce qui permet de

8 maintenir un lien étroit entre les équipes de transplantation, les médecins libéraux et les hôpitaux généraux en charge de ces patients. Références 1. Adam R, Cailliez V, Majno P, et al. Normalized intrinsic mortality risk in liver transplantation. European Liver Transplant Registry study. Lancet 2000 ;356 : Denton MD, Magee CC, Sageh MH. Immunosuppressive strategies in transplantation. Lancet 1999 ;353 : Mipsky JJ. Mycophenolate mofetil. Lancet 1996 ;348 : Crippin JS. Bone disease after liver transplantation. Liver Transpl 2001 ;7 :S27-S35 5. Dempster DW, Lindsay R. Pathogenesis of osteoporosis. Lancet 1993 ;341 : Gallego-Rojo FJ, Gonzales-Calvin JL, Munoz-Torres M, et al. Bone mineral density, serum insulin-like growth factor 1, and bone turnover markers in viral cirrhosis. Hepatology 1998 ;28 : Rouillard S, Lane NE. Hepatic osteodystrophy. Hepatology 2001 ;33 : Crosbie OM, Freaney R, McKenna MJ, Curry MP, Hegarty JE. Predicting bone loss following orthotopic liver transplantation. Gut 1999 ;44 : Valero MA, Loinaz C, Larrodera L, Leon M, Moreno E, Hawkins F. Calcitonin and biphosphonates in bone loss after liver transplantation. Calcif Tissue Int 1995 ;57 : Haagsma EB, Thijn CJP, Post JG. Bone disease after liver transplantation. J Hepatol 1988 ;6 : Mass K, Quint EH, Punch MR, et al. Gynecological and reproductive function after liver transplantation. Transplantation 1996 ;62 : Riely CA. Contraception and pregnancy after liver transplantation. Liver Transpl 2001 ;7 :S74-S Ville Y, Fernandez H, Samuel D, Bismuth H, Frydman R. Pregnancy in liver transplant recipients : course and outcome in 19 cases. Am J Obstet Gynecol 1993 ;168 : Jain A, Venkataramanan R, Fung JJ, et al. Pregnancy after liver transplantation under tacrolimus. Transplantation 1997 ;64 : Casele HL, Laifer SA. Association of pregnancy complications and choice of immunosuppressant in liver transplant patients. Transplantation 1998 ;65 : Miller JC, Mastrobattista JM, Katz AR. Obstetrical and neonatal outcome in pregnancies after liver transplantation. Am J Perinatol 2000 ;17 : Armenti VT, Wilson GA, Radomski JS, et al. Report from the National Transplantation Pregnancy Registry : outcome of pregnancy after transplantation. Clin Transpl ;13 : Duvoux C, Delacroix I, Richardet JP, et al. Inceased incidence of oropharyngeal squamous cell carcinomas after liver transplantation for alcoholic cirrhosis. Transplantation 1999 ;67 : Stegall MD, Everson G, Schroter G, et al. Metabolic complications after liver transplantation : diabetes, hypercholesterolemia, hypertension, and obesity. Transplantation 1995 ;60 : Painter P, Krasnoff J, Paul SM, Ascher NL. Physical activity and health-related quality of life in liver transplant recipients. Liver Transpl 2001 ;7 :213-9

9 21. Pageaux GP, Michel J, Costes V, et al. Alcoholic cirrhosis is a good indication for liver transplantation even for cases of recidivism. Gut 1999 ;45 : Bravata DM, Olkin I, Barnato AE, Keeffe EB, Owens DK. Employment and alcohol use after liver transplantation for alcoholic and non alcoholic liver disease : a systematic review. Liver Transpl 2001 ;7 : Stilley CS, Miller DJ, Gayowski T, Marino IR. Psychological characteristics of candidates for liver transplantation. Clin Transplant 1998 ;12 : Collis I, Burroughs A, Rolles K, Lloyd G. Psychiatric and social outcome of liver transplantation. Br J Psychiatry 1995 ;166 : Wiesner RH, Menon KVN. Late hepatic allograft dysfunction. Liver Transpl 2001 ;7 :S60-S Kerkar N, Hadzic, Davies ET, et al. De-novo autoimmune hepatitis after liver transplantation. Lancet 1998 ;351 : Jones DEJ, James OFW, Portmann B, Burt AD, Williams R, Hudson M. Development of autoimmune hepatitis following liver transplantation for primary biliary cirrhosis. Hepatology 1999 ;30 : Vergani D, Mieli-Vergani G. Autoimmunity after liver transplantation. Hepatology 2002 ;36 : Heneghan MA, Portmann BC, Norris SM, et al. Graft dysfunction mimicking autoimmune hepatitis following liver transplantation in adults. Hepatology 2001 ;34 : Salcedo M, Vaquero J, Banares R, et al. Response to steroids in de novo autoimmune hepatitis after liver transplantation. Hepatology 2002 ;35 :349-56

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Grossesse et rôle parental après une transplantation: Ce que vous devriez savoir

Grossesse et rôle parental après une transplantation: Ce que vous devriez savoir Grossesse et rôle parental après une transplantation: Ce que vous devriez savoir Transplantation et grossesse La transplantation offre une seconde chance de vivre à bon nombre de personnes atteintes d

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi

Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi Dyslipidémie en greffe d'organes Istvan Mucsi Centre universitaire de santé McGill, Montréal, Québec, Canada Objectifs 1) Connaître les causes de dyslipidémie après greffe d organes 2) Décrire le traitement

Plus en détail

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales

Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie. Recommandations générales Recommandations de l AFEF concernant la grippe pour les malades ayant une maladie chronique du foie La diversité des étiologies et la variété des traitements utilisés en hépatologie rendent difficile la

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades PEMPHIGUS Deuxième fiche d information pour les malades Les fiches d'informations ont été rédigées en collaboration par les 2 centres de référence des maladies bulleuses auto-immunes et l'association de

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.)

Pathologie du Foie et des voies biliaires. Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Pathologie du Foie et des voies biliaires Gérard ABADJIAN Réf.: Robbins Anatomie Pathologique 3 ème Ed. Française (6th Ed.) Le foie normal Le foie normal Pathologie du métabolisme de la bilirubine Ictère

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE B Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie

G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge du cancer du foie G U I D E P A T I E N T - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge du cancer du foie Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

L anémie hémolytique auto-immune

L anémie hémolytique auto-immune L anémie hémolytique auto-immune La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique C Vivre avec une hépatite chronique C Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

PROGRAF MC Toutes indications

PROGRAF MC Toutes indications PROGRAF MC Toutes indications AVRIL 2015 Marque de commerce : Prograf Dénomination commune : Tacrolimus Fabricant : Astellas Forme : Capsule Teneurs : 0,5 mg, 1 mg et 5 mg Exemption de l application de

Plus en détail

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation

Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation SYNTHESE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Suivi ambulatoire de l adulte transplanté rénal au-delà de 3 mois après transplantation Novembre 2007 OBJECTIF Assurer une qualité optimale du suivi et de

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013 Donneurs vivants Risques à long terme Michel R. Pâquet MD, PhD Unité de Transplantation Le Centre Hospitalier de l Université de Montréal Hôpital Notre-Dame Montréal Hôtel-Dieu Hôpital Notre-Dame Cours

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

INSUFFISANCE HÉPATIQUE

INSUFFISANCE HÉPATIQUE INSUFFISANCE HÉPATIQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE HÉPATIQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance hépatique ne soit approuvé

Plus en détail

RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES

RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES CHAPITRE VI RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES I - Situation juridique La notion de références médicales opposables (RMO) est apparue dans la convention nationale des médecins de 1993. La réforme

Plus en détail

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016

Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Appel à projets Qualité de vie qualité des soins 2016 Date unique de clôture : 14 septembre 2015 Procédure de demande de financement Cet appel à projets est ouvert aux centres hospitaliers du secteur public,

Plus en détail

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool)

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) F. FLAISLER Service de Rhumatologie Groupe Hospitalo-Universitaire CAREMEAU, Nîmes OSTÉOPOROSE DEFINITION AFSSAPS «Maladie diffuse

Plus en détail

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes:

Point d Information. Le PRAC a recommandé que le RCP soit modifié afin d inclure les informations suivantes: Point d Information Médicaments à base d ivabradine, de codéine, médicaments contenant du diméthyl fumarate, du mycophénolate mofétil/acide mycophénolique, de l octocog alpha, spécialité Eligard (contenant

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

Prenez-la en l'associant à un geste quotidien, tous les matins ou tous les soirs par exemple :

Prenez-la en l'associant à un geste quotidien, tous les matins ou tous les soirs par exemple : J'ai oublié de prendre ma pilule, qu'est-ce que je dois faire? Le délai au-delà duquel il existe un risque de grossesse dépend du type de pilule que vous prenez. Afin de le connaître, reportez-vous à la

Plus en détail

La maladie de Still de l adulte

La maladie de Still de l adulte La maladie de Still de l adulte Syndrome de Wissler-Fanconi La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

+ Questions et réponses

+ Questions et réponses HÉPATITE B L hépatite B c est quoi? L hépatite B est un type de maladie du foie causée par le virus de l hépatite B, une des formes les plus courantes de l hépatite virale (les autres sont le virus de

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique B Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique B Février 2015 Ce document est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service des

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Les tumeurs du foie (151) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Les tumeurs du foie (151) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Les tumeurs du foie (151) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Clinique : diagnostic des hépatomégalies PCEM2 Résumé : La principale tumeur maligne du foie est

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors?

Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors? Pourquoi une femme-enceinte présente un certain nombre de douleurs inconnues jusqu'à lors? elle va pour cela créer des éléments chargées de transmettre un message à son corps (les hormones) : la «relaxine»

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 ADVATE 1500 UI, poudre et solvant pour solution injectable 1 flacon(s) en verre de 1 500 UI - 1 flacon(s) en verre de 5 ml avec matériel(s) de perfusion(s)

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN RHUMATOLOGIE Diagnostic de l ostéoporose en rhumatologie chez les femmes ménopausées Juillet 2004 I. PROMOTEURS Société de rhumatologie de l'ouest (SRO) Société

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

C comme Cirrhose. être hépatant7. apprendre à vivre avec une cirrhose

C comme Cirrhose. être hépatant7. apprendre à vivre avec une cirrhose BROCHURE BLEUE comprendre et m adapter aux différentes situations de la maladie être hépatant7 C comme Cirrhose apprendre à vivre avec une cirrhose Nous voulons informer sur l hépatite C, lutter pour une

Plus en détail

LA GROSSESSE APRÈS TRANSPLANTATION RÉNALE. Session 3. Recommandations pour planifier une grossesse. Professeur Maryvonne Hourmant.

LA GROSSESSE APRÈS TRANSPLANTATION RÉNALE. Session 3. Recommandations pour planifier une grossesse. Professeur Maryvonne Hourmant. LA GROSSESSE APRÈS TRANSPLANTATION RÉNALE Professeur Maryvonne Hourmant. Service de Néphrologie-immunologie clinique. Hôtel-Dieu. - Nantes Un des objectifs d une femme insuffisante rénale jeune demandant

Plus en détail

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s

dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s dossier de presse nouvelle activité au CHU de Tours lat ransplantation hépatique p a r t e n a r i a t T o u r s - P o i t i e r s - O r l é a n s Contact presse Anne-Karen Nancey - Direction de la communication

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014. Psoriasis. Rapport du Secrétariat

SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014. Psoriasis. Rapport du Secrétariat SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014 Psoriasis Rapport du Secrétariat 1. Le Conseil exécutif, à sa cent trente-troisième session,

Plus en détail

Transplantation rénale avec donneur vivant: problèmatiques éthiques. par Martine Gabolde DEA 1997

Transplantation rénale avec donneur vivant: problèmatiques éthiques. par Martine Gabolde DEA 1997 Transplantation rénale avec donneur vivant: problèmatiques éthiques. par Martine Gabolde DEA 1997 INTRODUCTION I- Etat des lieux: la "crise de la transplantation" La transplantation rénale est aujourd'hui

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR

DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR DENSITOMÉTRIE OSSEUSE : CE QUE LE RADIOLOGUE DOIT SAVOIR C Andreux et F L Huillier H Guerini, A Feydy, X Poittevin, F Thevenin, R Campagna, JL Drapé, A Chevrot Hôpital COCHIN, Paris, France OBJECTIF Proposer

Plus en détail

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013

313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 313-40013-B MIS À JOUR EN MARS 2013 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Cirrhoses et étiologie des cirrhoses (228) Professeur Jean-Pierre ZARSKI Avril 2003 (Mise à jour Mars 2005) Clinique : o Diagnostic d'une ascite PCEM2 o Insuffisance hépatocellulaire PCEM2

Plus en détail

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose

Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Association lymphome malin-traitement par Interféron-α- sarcoïdose Auteurs Cendrine Godet (*) Jean-Pierre Frat (**) Cédric Landron (*) Lydia Roy (***) Paul Ardilouze (****) Jean-Pierre Tasu (****) (*)

Plus en détail

5. TARIFS INTERPROVINCIAUX

5. TARIFS INTERPROVINCIAUX Services internes 5.1 TARIFS DES SERVICES Les tarifs interprovinciaux des services internes sont déterminés par le Comité de coordination des ententes interprovinciales en assurance santé (CCEIAS). Le

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

L INSUFFISANCE CARDIAQUE

L INSUFFISANCE CARDIAQUE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance cardiaque n ait encore

Plus en détail

La maladie de Berger Néphropathie à IgA

La maladie de Berger Néphropathie à IgA Néphropathie à IgA La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

Définition de l Infectiologie

Définition de l Infectiologie Définition de l Infectiologie Discipline médicale clinique Spécialisée. Prise en charge des Maladies Infectieuses et Tropicales. Actuelles, émergentes ou ré-émergentes. Référents dans le cadre d un maillage

Plus en détail

Etablissement Français du Sang

Etablissement Français du Sang Etablissement Français du Sang LE LIEN ENTRE LA GÉNÉROSITÉ DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES Document de préparation à l entretien médical préalable au don de sang Partie médicale La sécurité

Plus en détail

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay Etude AMARCOR Tolérance et immunogénicité du vaccin contre la fièvre jaune chez des sujets recevant une corticothérapie par voie générale : étude de cohorte observationnelle S. Kernéis, T. Ancelle, V.

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

Tableau de bord de la grande prématurité en Languedoc-Roussillon : années 2003 à 2006

Tableau de bord de la grande prématurité en Languedoc-Roussillon : années 2003 à 2006 1 Tableau de bord de la grande prématurité en Languedoc-Roussillon : années 3 à 6 JC Picaud, JB Mariette, P Thevenot Services de Néonatologie de niveau III de Montpellier, Nîmes et Perpignan. * Comme chaque

Plus en détail

Diabète de type 1 : le succès durable de la greffe de cellules pancréatiques est confirmé

Diabète de type 1 : le succès durable de la greffe de cellules pancréatiques est confirmé Paris le 3 septembre 2009 Dossier de presse Diabète de type 1 : le succès durable de la greffe de cellules pancréatiques est confirmé En 2004, l équipe de recherche dirigée par François Pattou (Unité Inserm

Plus en détail

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC

Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC 1 Etat des lieux du prélèvement et de la greffe d organes, de tissus et de cellules MAROC Dr A. BOUDAK / Dr M.H Trabelssi Dir Hôpitaux et dessoins Ambulatoires/M. Santé 6ème colloque France Maghreb sur

Plus en détail

Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir.

Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir. Dépistage Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir. Par contre, nous pouvons tenter de le dépister plus tôt afin d'avoir plus de chances de

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail