Le suivi d un malade transplanté hépatique A distance de la greffe. Le suivi d un malade transplanté hépatique. A distance de la greffe

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le suivi d un malade transplanté hépatique A distance de la greffe. Le suivi d un malade transplanté hépatique. A distance de la greffe"

Transcription

1 Le suivi d un malade transplanté hépatique A distance de la greffe Le suivi d un malade transplanté hépatique A distance de la greffe Georges Philippe PAGEAUX Service d'hépato-gastro-entérologie Hôpital St Eloi CHU Montpellier 80, rue Augustin Fliche Montpellier La transplantation hépatique est devenue le traitement de référence des maladies graves du foie. Grâce à l'amélioration des techniques chirurgicales et une meilleure efficacité des traitement immunosuppresseurs, la survie des patients à 5 ans après une transplantation hépatique est de 70% lorsque l'indication initiale était une cirrhose, 57 % en cas d'insuffisance hépatique aiguë, 43 % en cas de cancer du foie, essentiellement le carcinome hépato-cellulaire (1). Dans le groupe des cirrhoses, les meilleurs résultats à 5 ans sont obtenus avec la cirrhose biliaire primitive (76 % à 5 ans), puis avec la cirrhose alcoolique (70 % de survie) et enfin avec les cirrhoses liées aux virus des hépatites (68 %). Lorsqu'on aborde le problème de la surveillance à long terme des patients après une transplantation hépatique, il faut gérer, d'une part, les complications qui peuvent survenir sur le greffon hépatique lui-même, c'est-à-dire une récidive de la maladie hépatique initiale, un rejet tardif, des complications biliaires, et d'autre part, les conséquences d'une prise de médicaments immunosuppresseurs au long cours, en terme d'effets secondaires directement liés à la toxicité de ces médicaments et de gestion des interactions médicamenteuses liées à leur métabolisme hépatique. Enfin il ne faut pas négliger les aspects psychologiques liés à l'intégration d'un organe étranger, et tout ce qui touche à la réinsertion socio-professionnelle.

2 Plusieurs des aspects liés aux effets secondaires des médicaments immunosuppresseurs et aux complications spécifiques du greffon sont abordés dans ce séminaire. Dans ce chapitre, nous aborderons surtout les aspects pratiques du maniement des médicaments immunosuppresseurs et de leurs interactions, les complications ostéo-articulaires, la pris en charge d'une grossesse après transplantation, la réhabilitation socio-professionnelle, les aspects psychologiques et enfin les éléments de dysfonctionnement tardifs du greffon. I/ Le traitement immunosuppresseur A distance de la transplantation hépatique, les médicaments immunosuppresseurs qui peuvent être utilisés sont les inhibiteurs de la calcineurine (Ciclosporine microémulsion ou Tacrolimus), les inhibiteurs de la prolifération cellulaire (Azathioprine ou Mycophénolate mofétil) ou les corticoïdes (2). Tous les patients sont sous inhibiteur de la calcineurine qu'ils doivent prendre de façon régulière en respectant l'intervalle de 12 heures entre les deux prises. Les concentrations sanguines de ces médicaments seront régulièrement contrôlées qu'il s'agisse d'un taux résiduel pour le Tacrolimus (5-15ng/ml), ou bien d'un taux résiduel ( ng/ml) ou d'une concentration maximum deux heures après la prise ( ng/ml) pour la Ciclosporine microémulsion. Un inhibiteur de la prolifération cellulaire peut être utilisé mais il est rare que le patient les prenne au delà de la première année après la transplantation. Enfin, la tendance actuelle est d'arrêter précocement les corticoïdes entre 6 mois et un an après la transplantation hépatique. Il faut être très attentif aux interactions médicamenteuses qui peuvent survenir avec les médicaments immunosuppresseurs (tableau 1). Les inhibiteurs de la calcineurine étant métabolisés par le système enzymatique du cytochrome P 450 3A4, la co-administration de médicaments qui inhibent ou stimulent cette iso-enzyme influence le métabolisme des inhibiteurs de la calcineurine. Ainsi, l'utilisation des antibiotiques et des antifongiques doit être encadrée. D'autre part, les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont absolument proscrits du fait du risque de majoration de néphro-toxicité des inhibiteurs de la calcineurine. Lorsque des médicaments inhibiteurs de la synthèse cellulaire comme le Mycophénolate ou l'azathioprine sont utilisés, la prescription d'allopurinol, qui peut être indiquée en cas d'hyperuricémie, fréquente chez ces patients, peut être responsable d'une augmentation des risques de myelotoxicité (3).

3 Concernant les vaccins, il n'existe aucune contre-indication particulière pour réaliser des vaccinations utilisant des vaccins tués ou recombinants. Il est préférable de ne pas effectuer de vaccination dans les suites immédiates de la transplantation, car elles sont habituellement inefficaces à ce moment. Il faut contrôler périodiquement la vaccination contre l'hépatite B de façon à vérifier que la protection persiste. Du fait du traitement immunosuppresseur, les vaccins à virus vivants atténués sont contre-indiqués (antipolio buvable, antiourlien, antirougeoleux, antirubéoleux, antiamaril). La vaccination systématique contre la grippe est laissée à l'appréciation de l'équipe de transplantation ; nous avons pour habitude de la proposer dans notre centre. La question des voyages est souvent abordée par les patients. Une fois passée la période postopératoire précoce, il n'y a aucune raison d'empêcher les voyages même lointains. S'il existe un décalage horaire important avec la France, nous conseillons aux patients d'adapter leur prise de médicaments immunosuppresseurs aux horaires du pays dans lequel ils se trouvent car cela n'a pas d'incidence réelle sur les concentrations au long cours. La prophylaxie contre le paludisme n'est pas contre-indiquée. II/ Les complications ostéo-articulaires Les douleurs d'origine ostéo-articulaires sont une des plaintes les plus fréquemment rencontrées en consultation de greffe (4). La principale complication qui doit être dépistée est l'ostéoporose qui peut être responsable d'un risque fracturaire accru. Il convient de prendre en compte le métabolisme osseux pré-transplantation lié à l'hépatopathie initiale. En effet le métabolisme osseux est le résultat d'une balance entre la résorption osseuse liée aux ostéoclastes et la formation d'os nouveau liée aux ostéoblastes. Lorsque la résorption est plus importante que la formation, il y a ostéoporose et donc augmentation du risque fracturaire (5). En cas d'hépatopathie chronique, il y a d'une part une diminution de la fonction des ostéoblastes, liée à une baisse de l'insulin-growth Factor-1 qui est de synthèse hépatique (6) et à la cholestase, et d'autre part une augmentation de l'activité des ostéoclastes liée à l'hypogonadisme et au déficit en vitamine D souvent associé aux situations de cholestase. L'ensemble de ces manifestations se regroupe sous le terme d'ostéodystrophie hépatique qui est retrouvée dans 10 à 56 % des cas avant la greffe (7). Après la greffe, les études de densité osseuse montrent que le risque fracturaire est maximum pendant les 3 à 6 premiers mois du fait de l'état pré-transplantation, de l'immobilisation post-opératoire et de l'utilisation de la corticothérapie. A partir du 6 ème mois et jusqu'au 12 mois il y a en général retour à une phase

4 strictement normale (8). Le diagnostic de ces complications passe par la réalisation au moins annuelle d'un bilan phosphocalcique sanguin et urinaire, l'étude des hormones thyroïdiennes, et d'une osteodensitométrie. Une supplémentation par calcium et vitamine D est proposée à tous les patients. Lorsque le T score est supérieur à deux déviations standard au cours de l'osteodensitométrie, un traitement par biphosphonates ou calcitonine doit être envisagé en tenant compte des contre-indications potentielles de ces médicaments (9). Il est important de connaître deux autres complications rares (10) : l'ostéonécrose qui touche habituellement les hanches et qui est une complication de la corticothérapie ; en cas d'impotence fonctionnelle une prothèse totale de hanche peut être proposée. Par ailleurs, on sait que les inhibiteurs de la calcineurine peuvent être responsables de douleurs des membres inférieurs et surtout des pieds avec mise en évidence d'un œdème de la moelle osseuse à la résonance magnétique. Une diminution des posologies permet d'améliorer ces symptômes. III/ Grossesse L'une des conséquences de la transplantation hépatique est le retour à des fonctions sexuelles normales (11). Chez les femmes en période d'activité génitale, une grossesse peut être envisagée (12). De nombreux cas de grossesse après transplantation hépatique on maintenant été rapportés et à partir de ces rapports, on peut esquisser plusieurs conclusions (13-17) : La grossesse n'est pas un événement rare après transplantation hépatique et aboutit le plus souvent à la naissance d'un enfant vivant sans aucune malformation. Il est cependant habituel d'observer un retard de croissance intra-utérin. L'avortement spontané ou la naissance d'un enfant mort-né est rare et des malformations congénitales ont été décrites sans que le risque de malformation comparé à la population générale soit majoré. Des complications telles que l'hypertension artérielle dans le cadre d'une toxémie gravidique ou la pré-éclampsie semblent plus fréquentes lors d'une grossesse chez une femme transplantée. Des rejets aigus ont été très rarement rapportés. Toute anomalie des tests biologiques hépatiques doit être explorée au cours d'une grossesse en pensant en premier lieu à une dysfonction du greffon ou à un rejet, mais sans bien sur méconnaître les autres causes d'hépatopathie gravidique ou non gravidique. Le risque infectieux chez ces patientes immuno-déprimées doit être bien évalué et particulièrement pour les infections à cytomégalovirus qui peuvent avoir des conséquences sévères sur l'enfant. Cependant le risque d'infection à cytomégalovirus est surtout majeur

5 pendant les 6 premiers mois qui suivent la greffe, période durant laquelle la grossesse est très rare. Nous donnons les recommandations suivantes aux femmes transplantées dans notre centre : Il paraît raisonnable de débuter une contraception avant de reprendre des relations sexuelles après la transplantation et la contraception par préservatif doit être proposée en première intention. En cas de désir de grossesse, il faut essayer de convaincre la patiente d'attendre au moins un an après la transplantation. Elle doit par ailleurs se soumettre à une surveillance régulière de dépistage de cancer du col et du cancer du sein. En cas de grossesse, le traitement immunosuppresseur doit être continué aux mêmes posologies. La surveillance de la mère doit être renforcée concernant l'apparition d'un diabète sucré, d'une hypertension artérielle et de signes de pré-éclampsie, et d'une infection. Le monitoring de l'enfant doit permettre de dépister un retard de croissance intra-utérin. Les tests biologiques hépatiques doivent être évalués au minimum tous les mois pendant le déroulement de la grossesse. IV/ Règles d'hygiène diététique et réinsertion socioprofessionnelle. Il faut encourager l'arrêt de toute consommation de tabac, notamment en raison du risque accru de cancer de la sphère ORL, et notamment chez les patients qui ont été transplantés pour cirrhose alcoolique (18). La consommation d'alcool doit être nulle chez les patients transplantés pour cirrhose alcoolique, et encadrée chez les autres patients, en proposant les règles usuelles de consommation à savoir de ne pas dépasser 20 g d'alcool par jour chez la femme et 30 g chez l'homme. Des règles alimentaires doivent être proposées. En effet, la prise de poids est quasi constante chez les patients transplantés hépatiques et elle apparaît essentiellement au cours de la première année. On admet que 20 % des patients auront un index de masse corporelle supérieur à 30. De même l'hypertriglycéridémie et l'hyperglycémie sont fréquemment décrites au cours de la première année, allant de pair avec le surpoids. Il faut donc proposer des régimes pauvres en sucres rapides et en graisses animales afin de limiter ce type d'effet

6 secondaire (19). Une prise en charge commune avec une diététicienne peut s'avérer extrêmement utile. Enfin, une activité sportive doit être recommandée. Il n'existe aucune contre-indication à la pratique du sport chez un patient transplanté hépatique (20). Cela va de pair avec les règles diététiques citées. Pour ce qui est de la réhabilitation professionnelle, les résultats sont contrastés (21-22) : l'âge des patients, la durée de l'arrêt de travail avant la transplantation, et le type de qualification professionnelle affectent significativement la reprise d'une activité professionnelle après la transplantation. Ceci étant, la situation sociale en France ne facilite pas la reprise d'une activité professionnelle chez les patients transplantés hépatiques. Il faut rappeler qu'il s'agit le plus souvent de patients de plus de 45 ans, ayant une longue période d'inactivité professionnelle du fait de la maladie hépatique, et dont le statut de transplanté n'encourage pas les employeur potentiels à leur proposer un emploi durable. La responsabilité des équipes de transplantation est d'expliquer que ces patients peuvent exercer une activité professionnelle tout à fait normale en général dès le 6ème mois après la greffe. V/ Suivi psychologique Sur le plan psychologique, on retrouve actuellement des plaintes identiques à celles observées chez des patients ayant eu des événements médico-chirurgicaux graves, à savoir anxiété, sentiment dépressif, troubles du sommeil. Cependant il faut prendre en compte l'aspect particulier de la transplantation d'organe, à savoir un sentiment de culpabilité qui peut se développer après la greffe au sujet du donneur, en particulier, et du don d'organe, en général (23). En effet, la transplantation d'organe est régie par la loi du don anonyme et gratuit, il induit donc une notion de dette. Par définition, celle-ci ne pourra jamais être honorée puisque le donneur n'est jamais connu du receveur et cela engendre parfois des symptômes dépressifs qui peuvent être sévères et nécessiter une prise en charge spécialisée. La spécificité de la transplantation hépatique se situe dans le fait que le foie est un organe particulièrement investi sur le plan symbolique et affectif. Elle induit donc un travail psychologique complexe dont l'intensité des remaniements et la qualité des résultats est fonction en partie de cet investissement. Après l intervention, un suivi psychologique pour ces sujets à risque paraît essentiel afin d éviter les décompensations tardives et tenter de préparer les malades à un avenir supportable psychiquement (24).

7 VI/ Dysfonctions tardives Les principales causes de dysfonctions tardives du greffon à distance de la transplantation, c'est à dire au delà de la première année de greffe, sont la récidive de la maladie initiale, la survenue d'un rejet chronique - rare en transplantation hépatique - ou d'un rejet aigu tardif en général lié à une mauvaise compliance vis à vis du traitement immunosuppresseur, et les conséquences de complications biliaires de type cholangite sclérosante secondaire ou cirrhose biliaire secondaire (25). Depuis peu, de nombreuses publications font état d'hépatite auto-immune de novo sur le greffon (26-28). Ces cas ont été rapportés aussi bien chez les adultes et chez les enfants. Il s'agit de patients ayant été greffés pour n'importe qu'elle indication autre qu'une hépatite autoimmune. La dysfonction du greffon se traduit par des anomalies des tests biologiques hépatiques à type de cytolyse, jusqu'à 15 N, et la biopsie met en évidence une infiltration portale de cellules lymphocytaires sans atteinte des canaux biliaires, associée parfois à une hépatite lobulaire, l'ensemble évoquant une hépatite auto-immune (29). Les marqueurs d'autoimmunité sont mis en évidence dans le sang qu'il s'agisse d'anticorps anti-muscle lisse ou antinucléaires. Il s'agit la plupart du temps de patients chez lesquels la corticothérapie a été arrêtée après transplantation. Le traitement consiste à réintroduire ou à augmenter les corticostéroïdes (30). Il est à noter que cette complication semble de plus en plus fréquente au fur et à mesure que l'on s'éloigne de la transplantation comme le montre les études séquentielles de recherche des auto-anticorps dans le sérum (26). Conclusion Le suivi du patient transplanté hépatique à distance de la greffe doit s'intégrer dans un travail en réseau multidisciplinaire incluant le centre de transplantation hépatique, l'hépatogastroentérologue qui a souvent adressé le patient au centre et le médecin traitant. Pendant le premier trimestre, la surveillance est faite de façon quasi exclusive dans le centre de transplantation, mais à partir de cette date, un suivi alterné peut se mettre en place. Cette organisation permet de décentraliser le suivi de ces malades, ce qui limite les déplacements à fois fastidieux et coûteux de patients habitant loin des centres de greffe, et ce qui permet de

8 maintenir un lien étroit entre les équipes de transplantation, les médecins libéraux et les hôpitaux généraux en charge de ces patients. Références 1. Adam R, Cailliez V, Majno P, et al. Normalized intrinsic mortality risk in liver transplantation. European Liver Transplant Registry study. Lancet 2000 ;356 : Denton MD, Magee CC, Sageh MH. Immunosuppressive strategies in transplantation. Lancet 1999 ;353 : Mipsky JJ. Mycophenolate mofetil. Lancet 1996 ;348 : Crippin JS. Bone disease after liver transplantation. Liver Transpl 2001 ;7 :S27-S35 5. Dempster DW, Lindsay R. Pathogenesis of osteoporosis. Lancet 1993 ;341 : Gallego-Rojo FJ, Gonzales-Calvin JL, Munoz-Torres M, et al. Bone mineral density, serum insulin-like growth factor 1, and bone turnover markers in viral cirrhosis. Hepatology 1998 ;28 : Rouillard S, Lane NE. Hepatic osteodystrophy. Hepatology 2001 ;33 : Crosbie OM, Freaney R, McKenna MJ, Curry MP, Hegarty JE. Predicting bone loss following orthotopic liver transplantation. Gut 1999 ;44 : Valero MA, Loinaz C, Larrodera L, Leon M, Moreno E, Hawkins F. Calcitonin and biphosphonates in bone loss after liver transplantation. Calcif Tissue Int 1995 ;57 : Haagsma EB, Thijn CJP, Post JG. Bone disease after liver transplantation. J Hepatol 1988 ;6 : Mass K, Quint EH, Punch MR, et al. Gynecological and reproductive function after liver transplantation. Transplantation 1996 ;62 : Riely CA. Contraception and pregnancy after liver transplantation. Liver Transpl 2001 ;7 :S74-S Ville Y, Fernandez H, Samuel D, Bismuth H, Frydman R. Pregnancy in liver transplant recipients : course and outcome in 19 cases. Am J Obstet Gynecol 1993 ;168 : Jain A, Venkataramanan R, Fung JJ, et al. Pregnancy after liver transplantation under tacrolimus. Transplantation 1997 ;64 : Casele HL, Laifer SA. Association of pregnancy complications and choice of immunosuppressant in liver transplant patients. Transplantation 1998 ;65 : Miller JC, Mastrobattista JM, Katz AR. Obstetrical and neonatal outcome in pregnancies after liver transplantation. Am J Perinatol 2000 ;17 : Armenti VT, Wilson GA, Radomski JS, et al. Report from the National Transplantation Pregnancy Registry : outcome of pregnancy after transplantation. Clin Transpl ;13 : Duvoux C, Delacroix I, Richardet JP, et al. Inceased incidence of oropharyngeal squamous cell carcinomas after liver transplantation for alcoholic cirrhosis. Transplantation 1999 ;67 : Stegall MD, Everson G, Schroter G, et al. Metabolic complications after liver transplantation : diabetes, hypercholesterolemia, hypertension, and obesity. Transplantation 1995 ;60 : Painter P, Krasnoff J, Paul SM, Ascher NL. Physical activity and health-related quality of life in liver transplant recipients. Liver Transpl 2001 ;7 :213-9

9 21. Pageaux GP, Michel J, Costes V, et al. Alcoholic cirrhosis is a good indication for liver transplantation even for cases of recidivism. Gut 1999 ;45 : Bravata DM, Olkin I, Barnato AE, Keeffe EB, Owens DK. Employment and alcohol use after liver transplantation for alcoholic and non alcoholic liver disease : a systematic review. Liver Transpl 2001 ;7 : Stilley CS, Miller DJ, Gayowski T, Marino IR. Psychological characteristics of candidates for liver transplantation. Clin Transplant 1998 ;12 : Collis I, Burroughs A, Rolles K, Lloyd G. Psychiatric and social outcome of liver transplantation. Br J Psychiatry 1995 ;166 : Wiesner RH, Menon KVN. Late hepatic allograft dysfunction. Liver Transpl 2001 ;7 :S60-S Kerkar N, Hadzic, Davies ET, et al. De-novo autoimmune hepatitis after liver transplantation. Lancet 1998 ;351 : Jones DEJ, James OFW, Portmann B, Burt AD, Williams R, Hudson M. Development of autoimmune hepatitis following liver transplantation for primary biliary cirrhosis. Hepatology 1999 ;30 : Vergani D, Mieli-Vergani G. Autoimmunity after liver transplantation. Hepatology 2002 ;36 : Heneghan MA, Portmann BC, Norris SM, et al. Graft dysfunction mimicking autoimmune hepatitis following liver transplantation in adults. Hepatology 2001 ;34 : Salcedo M, Vaquero J, Banares R, et al. Response to steroids in de novo autoimmune hepatitis after liver transplantation. Hepatology 2002 ;35 :349-56

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES

Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Prise en Charge des Hépatites Auto-Immunes Difficiles Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI - Prise en

Plus en détail

Suivi du transplanté hépatique à long terme Séminaire de formation en hépatologie 12-13 Janvier 2011. nabildebzi@yahoo.fr

Suivi du transplanté hépatique à long terme Séminaire de formation en hépatologie 12-13 Janvier 2011. nabildebzi@yahoo.fr Suivi du transplanté hépatique à long terme Séminaire de formation en hépatologie 12-13 Janvier 2011 nabildebzi@yahoo.fr Evolution des contre-indications 1983 (Washington ) : thérapeutique reconnue 1993

Plus en détail

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM

DIABETE GESTATIONNEL. Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque. Dr. GUENDOUZE MERIEM DIABETE GESTATIONNEL Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque Dr. GUENDOUZE MERIEM Définition OMS Trouble de la tolérance glucidique de gravité variable Survenant ou diagnostiqué pour la

Plus en détail

La grossesse chez les femmes transplantées. P. Grace Bianchi MD PD

La grossesse chez les femmes transplantées. P. Grace Bianchi MD PD La grossesse chez les femmes transplantées P. Grace Bianchi MD PD Berne 24-1-2004 Modifications de la physiologie maternelle lors d une grossesse Système cardiovasculaire cœur (volume, position) Système

Plus en détail

Mythes et Réalités en Transplantation

Mythes et Réalités en Transplantation Mythes et Réalités en Transplantation Michel R. Pâquet, MD, PhD Steven Paraskevas, MD, PhD Cours de transplantation d'organes Université de Montréal et Université McGill Montréal le 14 avril 2012 Éligibilité

Plus en détail

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau

Traitements immunomodulateurs et biothérapies. Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Traitements immunomodulateurs et biothérapies Par le Dr Bernard WILLEMIN Hépato-Gastro CHR Haguenau Soirée FMC du 19 février 2014 Invitation telephonique Dr Bernard WILLEMIN Hépato - Gastro CHR Haguenau

Plus en détail

Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM.

Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM. Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM. Retrouvez dans ce rabat : votre suivi biologique NSM. 14/09/2015 15:44 Ce

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

Le dépistage des risques en cours de la grossesse

Le dépistage des risques en cours de la grossesse Le dépistage des risques en cours de la grossesse DR : BOUCHOUCHA-H Le plan du cours Introduction Les risques à dépistés et les moyens de dépistage L échographie : Conclusion -iso-immunisation : GR-RH

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde

Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde Chapitre 2 Atteintes hépatiques de la polyarthrite rhumatoïde G. Falgarone, P. Nahon, M.-C. Boissier Résumé Le foie n'est pas habituellement le siège d'atteintes spécifiques lors de la polyarthrite rhumatoïde

Plus en détail

Prof. Olivier CHAZOUILLERES

Prof. Olivier CHAZOUILLERES Prof. Olivier CHAZOUILLERES Cholangite sclérosante Savoir évoquer une cholangite sclérosante Savoir évoquer le diagnostic Connaître les différents traitements et les modalités de surveillance Conflits

Plus en détail

Moi ou mon enfant sous cortisone

Moi ou mon enfant sous cortisone Moi ou mon enfant sous cortisone Quelles conséquences? Isabelle Koné-Paut Pédiatrie Générale, Rhumatologie CHU de Bicêtre 94270 Le Kremlin-Bicêtre La cortisone, une hormone H H Organe 1 Organe 2 H Sang

Plus en détail

Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique. A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand. SFT, 25 Octobre 2013

Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique. A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand. SFT, 25 Octobre 2013 Bénéfices du sevrage tabagique L exemple de la greffe hépatique A Abergel Médecine digestive CHU Estaing Clermont Ferrand SFT, 25 Octobre 2013 Les principales maladies hépatiques -Hépatopathies dues au

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

La grippe en 2011 : questions et réponses

La grippe en 2011 : questions et réponses La grippe en 2011 : questions et réponses 1. Pourquoi vacciner contre la grippe? La vaccination est la seule manière de se protéger contre la grippe, et surtout contre ses complications. La grippe est

Plus en détail

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques

Hépatites Auto-Immunes. Critères et Scores Diagnostiques Hépatites Auto-Immunes Critères et Scores Diagnostiques Olivier CHAZOUILLERES Service d Hépatologie Centre de référence des maladies inflammatoires des voies biliaires Paris Saint Antoine HAI: Modes de

Plus en détail

Angiœdème héréditaire (AOH)

Angiœdème héréditaire (AOH) Ministère de la Santé de la Jeunesse et des Sports Direction Générale de la Santé Informations et conseils Angiœdème héréditaire (AOH) Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous?

Quelle est votre attitude? Quel objectif glycémique souhaitez vous? Quelle surveillance proposez vous? Mme SE...V. Agée de 42 ans. Antécédents familiaux : père - mère obèse, tante parternelle diabétique. Rh - 1 ère grossesse 33 ans (1990) Accouchement par voie basse, compliqué, ventouse, dystocie d épaule,

Plus en détail

les hépatites virales

les hépatites virales LES BASES POUR COMPRENDRE les hépatites virales Comment savoir si je suis atteint d'hépatite? Que faire lorsqu'on a une hépatite? Comment me protéger, protéger mes proches? Qu'est-ce qu'une hépatite virale?

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des recommandations

Plus en détail

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Conclusions scientifiques Compte tenu du rapport d évaluation du PRAC sur les PSUR concernant

Plus en détail

Vous et votre bébé. Hépatite B

Vous et votre bébé. Hépatite B Vous et votre bébé Hépatite B Si vous avez l'hépatite B et êtes enceinte, si vous souhaitez avoir un bébé, si vous venez d'avoir un bébé ou si vous avez des enfants plus âgés, ce prospectus est fait pour

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Annexe III Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Remarque : Ces modifications des rubriques concernées du Résumé des caractéristiques du produit et de la notice sont

Plus en détail

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r

Le traitement de l obl morbide: Indications, techniques et résultats r obesity Le traitement de l obl obésité morbide: Indications, techniques et résultats r des gastroplasties Dr Elie CHOUILLARD Service de Chirurgie Générale et Digestive Centre Hospitalier de Poissy Avril

Plus en détail

Foire aux questions concernant l hépatite C

Foire aux questions concernant l hépatite C Foire aux questions concernant l hépatite C???? Qu est-ce que l hépatite C? L hépatite C est un virus qui peut endommager le foie. 1 Comment se transmet l hépatite C? Le virus de l hépatite C se transmet

Plus en détail

LA CONTRACEPTION D URGENCE

LA CONTRACEPTION D URGENCE LA CONTRACEPTION D URGENCE Synthèse de la conférence donnée le 5 octobre 2005 à Orléans par : - Dominique ROULET, conseillère conjugale et assistante sociale auprès du Centre de Planification et d Education

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Les pancréatites chroniques alcooliques (269) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Physiologie de la sécrétion pancréatique Métabolisme de l'alcool Sémiologie des douleurs pancréatiques Résumé

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins?

Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie. Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Quel est mon parcours de soins? Nodule thyroïdien sans hyperthyroïdie Votre médecin peut adapter et compléter ces informations en fonction de votre situation personnelle.

Plus en détail

INFORMATION POUR LE PATIENT

INFORMATION POUR LE PATIENT Les autorités de santé européennes ont assorti la mise sur le marché du médicament Increlex de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

1. Argumentation du choix de la population

1. Argumentation du choix de la population III. Enquête de santé publique 1. Argumentation du choix de la population Lors de nos recherches concernant les femmes ménopausées touchées par l'ostéoporose nous avons pu constater par des données chiffrées

Plus en détail

Grossesse, Poids et Nutrition

Grossesse, Poids et Nutrition Service de Gynécologie Obstétrique et service de Nutrition Hôpital de la Pitié-Salpêtrière Grossesse, Poids et Nutrition Si vous avez un problème de poids, voici des conseils pour la préparation et le

Plus en détail

Cholangite Sclérosante Primitive

Cholangite Sclérosante Primitive Cholangite Sclérosante Primitive C. Corpechot Centre de Référence des Maladies Inflammatoires des Voies Biliaires Hôpital Saint- Antoine, APHP, Paris Evaluer la progression de l hépatopathie Dépister les

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004

Collège des Enseignants d Endocrinologie, Diabète et Maladies Métaboliques. Mise à jour décembre 2004 ITEM 17 : DIABETE ET GROSSESSE Objectifs pédagogiques terminaux : «diagnostiquer et reconnaître les principes de prévention et de prise en charge des principales complications de la grossesse : ( ) diabète

Plus en détail

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE)

INDICATEURS PERINATALITE - PETITE ENFANCE 2012* DIRECTION PROTECTION MATERNELLE ET INFANTILE PETITE ENFANCE (PMI PE) 1 DONNES PERINATALES Année HautsdeSeine Note 1A DONNEES DEMOGRAPHIQUES INSEE, INSERM Nouveaunés vivants domiciliés 2012 24 790 Taux de natalité (nouveaunés vivants pour 1000 habitants) 2012 15,6 pour 1000

Plus en détail

Mon médecin m annonce que j ai un diabète gestationnel : que faire?

Mon médecin m annonce que j ai un diabète gestationnel : que faire? Lilly Diabète Pour vous, jour après jour. Lilly Diabète Pour vous, jour après jour. Lilly propose et développe des traitements innovants pour la prise en charge du diabète et de ses complications. INVENTIV

Plus en détail

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013

Donneurs vivants Risques à long terme. Cours de transplantation Univ. Montréal et McGill 5 avril 2013 Donneurs vivants Risques à long terme Michel R. Pâquet MD, PhD Unité de Transplantation Le Centre Hospitalier de l Université de Montréal Hôpital Notre-Dame Montréal Hôtel-Dieu Hôpital Notre-Dame Cours

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail

Le diabète gestationnel. Neuf mois en moi

Le diabète gestationnel. Neuf mois en moi Le diabète gestationnel Neuf mois en moi SOMMAIRE 1- Q est-ce que le diabète gestationnel? 2- Les effets du diabète gestationnel sur mon bébé 3- Les objectifs et le traitement 4- La technique du prélèvement

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte

Epidémiologie des pneumocoques chez l'adulte Introduction Le pneumocoque est un agent majeur de pneumonie, septicémie, méningite, sinusite, otite moyenne et exacerbations aiguës d'affections pulmonaires chroniques obstructives. Sur la base du typage

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

La femme a une fonction rénale normale ou une insuffisance rénale minime

La femme a une fonction rénale normale ou une insuffisance rénale minime La grossesse "Pouvons-nous envisager de donner naissance à un enfant?" Telle est la première question que se pose un couple lorsque l'un des parents est atteint d'une maladie rénale héréditaire et risque

Plus en détail

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011

À compter de 2010 les codes du chapitre XVI ne doivent plus être employés au-delà de 2 ans. Créé le 1 er Mars 2011 FASCICULE VI AFFECTIONS DU NOUVEAU-NÉ Emploi des codes du chapitre XVI Le chapitre XVI est celui de Certaines affections dont l origine se situe dans la période périnatale. La définition de la période

Plus en détail

BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc

BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc FORME comprimé quadrisécable COMPOSITION par 1 comprimé bromazépam 6 mg Excipients : lactose monohydrate, cellulose microcristalline, talc, magnésium stéarate. INDICATIONS

Plus en détail

Le bilan des avancées thérapeutiques 2005

Le bilan des avancées thérapeutiques 2005 Le bilan des avancées thérapeutiques 2005 Dr Chrystel Jouan-Flahault Directeur Médical, Leem Un état des lieux à partir de données objectives Les médicaments retenus sont ceux qui ont justifié l attribution

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

quel sont vos risques de cancer du sein

quel sont vos risques de cancer du sein quel sont vos risques de? cancer du sein Quels sont vos risques de cancer du sein? Vous trouverez dans la présente brochure les facteurs biologiques et les facteurs liés aux habitudes de vie qui sont associés

Plus en détail

Roaccutane. isotrétinoïne. Guide du pharmacien pour la délivrance de. Roaccutane. info ROACCUTANE RM SM

Roaccutane. isotrétinoïne. Guide du pharmacien pour la délivrance de. Roaccutane. info ROACCUTANE RM SM Roaccutane isotrétinoïne Guide du pharmacien pour la délivrance de Roaccutane info ROACCUTANE RM SM MANAGEMENT Programme de prévention de la grossesse SOMMAIRE 3. INTRODUCTION 3. CONDITIONS DE DELIVRANCE

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3

Tumeurs du foie. Item 151. GRANDVALLET Céline DCEM3 Tumeurs du foie Item 151 GRANDVALLET Céline DCEM3 - Le foie peut être le siège de différentes tumeurs : bénignes ou malignes. - Les différents examens d imagerie sont des outils performants qui nous permettent

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE République française AVIS DE LA COMMISSION 3 avril 2002 ANDROGEL 25mg, gel ANDROGEL 50mg, gel Boîte de 30 sachets Boîte de 100 sachets Laboratoires BESINS- International testostérone

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013

Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 SOUS EMBARGO JUSQU AU mercredi 29 mai 2013, 3 h 1, HAE Mai 2013 Fiche d information et de faits : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013 En 2013 : On estime que 48 700 nouveaux cas de cancer seront

Plus en détail

Virus BK et transplantation rénale

Virus BK et transplantation rénale Virus BK et transplantation rénale B Hurault de Ligny CHU Caen Infections à vbk en transplantation rénale Infection virale fréquente 30-40% Gravité: néphropathie à vbk prévalence: 5% (1 à 10%) perte du

Plus en détail

La femme enceinte drépanocytaire

La femme enceinte drépanocytaire La femme enceinte drépanocytaire Guide Pratique La drépanocytose : qu est que c est? La drépanocytose est une maladie génétique de l hémoglobine, caractérisée par la présence d une hémoglobine anormale,

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE

LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE Centre de Coordination Régional d Hématologie du Limousin LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE Document d information pour les patients La chimiothérapie orale La chimiothérapie orale est un

Plus en détail

Qu'est-ce que le diabète?

Qu'est-ce que le diabète? Qu'est-ce que le diabète? Le diabète est une maladie qui touche de plus en plus de citoyens gaspésiens, québécois et canadiens. La prévalence de cette maladie sur la population mondiale atteint actuellement

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

votre grossesse? Patientes diabétiques Pourquoi et comment programmer Lilly Diabète

votre grossesse? Patientes diabétiques Pourquoi et comment programmer Lilly Diabète Lilly Diabète Pour vous, jour après jour. Patientes diabétiques Pourquoi et comment programmer votre grossesse? Avec la collaboration du Docteur Françoise Lorenzini Diabétologue - Services de diabétologie

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES

TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES TRAITEMENT DES HÉPATITES AUTO- IMMUNES 10/02/12 Aymeric BECQ SOMMAIRE 1. Pourquoi traiter 2. Traitement inieal 3. Traitement au long cours 4. Cas de la grossesse 5. HAI et TH 6. Conclusion 1. POURQUOI

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011.

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. MODE D EMPLOI DE L AUTORISATION TEMPORAIRE D UTILISATION (ATU) DE COHORTE A L ATTENTION DES PERSONNES ATTEINTES D

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause

Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause Hormones et cancer du sein: de la contraception à la ménopause Céline Bouchard, MD, FRCSC Professeure agrégée de clinique Département d obstétrique & gynécologie 1 1 Objectifs En contraception hormonale,

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Le diabète : une véritable épidémie

Le diabète : une véritable épidémie Le diabète : une véritable épidémie Le diabète frappe 150 millions de gens dans le monde. Deux millions sont canadiens. Ils seront deux fois plus nombreux dans 20 ans. Ceux qui en souffrent voient leur

Plus en détail

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE

- Effets secondaires des traitements - Métastases - Second cancer après cancer du sein - Qualité de vie BENEFICES ET MODALITES DE SURVEILLANCE SURVEILLANCE DU CANCER DU SEIN TRAITE ( VIVIANE FEILLEL) SURVEILLANCE LOCOREGIONALE - Séquelles post-thérapeutiques - Récidive homolatérale - Cancer du sein controlatéral SURVEILLANCE GENERALE - Effets

Plus en détail

Que savez-vous de la ménopause?

Que savez-vous de la ménopause? Que savez-vous de la ménopause? La ménopause est synonyme de bouleversements dans la vie affective et physique de la femme. Quels en sont les symptômes et les conséquences? Faut-il suivre des traitements

Plus en détail

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

Risque de lymphomes au cours des traitements par immunosuppresseurs et anti-tnf dans les maladies inflammatoires

Risque de lymphomes au cours des traitements par immunosuppresseurs et anti-tnf dans les maladies inflammatoires Risque de lymphomes au cours des traitements par immunosuppresseurs et anti-tnf dans les maladies inflammatoires Laurent Beaugerie Pôle digestif Hôpital Saint-Antoine Paris Traitement de fond des MICI

Plus en détail

Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels

Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels Prise en charge des pancréatites aiguës: les problèmes nutritionnels Ph. LÉVY (Clichy) Tirés à part : Philippe Lévy Fédération médico-chirurgicale d hépato-gastro-entérologie, Hôpital Beaujon, 92118 Clichy

Plus en détail

Questions et réponses pour transplantés des reins

Questions et réponses pour transplantés des reins Questions et réponses pour transplantés des reins 1. Qui a besoin d'une transplantation? La transplantation d'un rein est une possibilité de cure pour les patients atteins d'une très grave insuffisance

Plus en détail

Colloque Relais 22 Novembre 2012 Dr Frédérique Bonnewijn

Colloque Relais 22 Novembre 2012 Dr Frédérique Bonnewijn Colloque Relais 22 Novembre 2012 Dr Frédérique Bonnewijn Chaque personne porteuse de la micro délétion 22q11 est unique Les personnes porteuses de la micro délétion 22q11 présentent des problèmes médicaux

Plus en détail

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012 Diabète post-transplantation Formation médicale continue 2012 Evaluation pré-greffe Homme 59 ans GNC HD depuis 1 an T = 1,72m Poids = 87 Kg (IMC = 29) Pas d antécédent familiaux de diabète Pas d antécédent

Plus en détail

Conduite à tenir devant un angio-oedème

Conduite à tenir devant un angio-oedème Conduite à tenir devant un angio-oedème Animateur: Dr E. Schneider Expert: Dr M-T. Guinnepain Rapporteur: Dr Ph. Lebrun 12 Participants Allergologues et Pneumo-Allergologues ORL Pédiatre Objectifs Définir

Plus en détail

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux LE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Sexe Poids lors de la cure Taille LA TRANSPLANTATION Date de Tx / / Néphropathie initiale GNC

Plus en détail

Mycose vaginale. Juillet 2012. Par Monsieur Jonathan Greard Tutorat : Monsieur Michel Seve, enseignant-chercheur à l'université Joseph Fourrier

Mycose vaginale. Juillet 2012. Par Monsieur Jonathan Greard Tutorat : Monsieur Michel Seve, enseignant-chercheur à l'université Joseph Fourrier Mycose vaginale Juillet 2012 Par Monsieur Jonathan Greard Tutorat : Monsieur Michel Seve, enseignant-chercheur à l'université Joseph Fourrier Table des matières Introduction 5 I - Qu'est ce que c'est?

Plus en détail

Transplantation d Organe Solide et Planning Familial

Transplantation d Organe Solide et Planning Familial Dr. Yvan Vial, PD MER Médecin-chef Service d Obstétrique CHUV, Lausanne Dr. Karine Hadaya Service de Néphrologie Service de Transplantation Hôpitaux Universitaires de Genève Transplantation d Organe Solide

Plus en détail

Un dépistage positif, que faire? épatite

Un dépistage positif, que faire? épatite Un dépistage positif, que faire? épatite Que signifie un test de dépistage positif pour l hépatite C? Un test de dépistage de l hépatite C positif signifie que le laboratoire a détecté dans le sang des

Plus en détail

INFORMATION POUR LE PRESCRIPTEUR

INFORMATION POUR LE PRESCRIPTEUR Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Tracleer de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique, dont cette information

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL?

LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? LA DYSPLASIE FIBREUSE : DE QUOI S AGIT-IL? La dysplasie fibreuse des os (DF) est une maladie osseuse rare pouvant atteindre tous les os. Le nombre d os concernés est très variable : un seul os, deux, trois

Plus en détail

Programmes de dépistage. Maladies oculaires liées au diabète

Programmes de dépistage. Maladies oculaires liées au diabète (French) Programmes de dépistage Maladies oculaires liées au diabète Suivi plus régulier et traitement de la rétinopathie diabétique Closer monitoring and treatment for diabetic retinopathy Informations

Plus en détail

Vaccination des personnes âgées et cancer

Vaccination des personnes âgées et cancer Vaccination des personnes âgées et cancer Pr B de WAZIÈRES CHU Nîmes Haut conseil de la santé publique Comité technique des vaccinations ORIG OBSERVATOIRE DU RISQUE INFECTIEUX EN GERIATRIE SUBVENTION ET

Plus en détail