Règlement. pour la certification de centres du sein. Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Règlement. pour la certification de centres du sein. Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie"

Transcription

1 Règlement pour la certification de centres du sein Ligue suisse contre le cancer /

2 Ce règlement est rédigé en allemand, français et italien. En cas de contradictions, c est la version allemande qui fait foi. Contact Ligue suisse contre le cancer Bureau du label de qualité Effingerstrasse 40, 3008 Berne LSC / SSS octobre 2012 Règlement 1 ère révision, septembre 2012 Page 2 sur 9

3 Table des matières I. Généralités... 4 A. Grandes lignes... 4 B. Champ d application... 4 C. Concept centre du sein... 4 II. Organisation... 4 D. Commission... 4 E. Bureau... 4 III. Admission à la procédure... 5 IV. Inscription à l audit... 5 F. Inscription... 5 G. Documents à soumettre avant l audit... 5 H. Propriété des documents... 5 I. Maintien du secret... 5 V. Conduite de l audit... 6 J. Durée de l audit... 6 K. Experts / auditeurs... 6 L. Equipe d audit... 6 M. Déroulement de l audit... 6 N. Evaluation... 6 O. Rapport écrit... 6 P. Propriété du rapport d audit... 7 VI. Taxes... 7 VII. Certification... 7 Q. Conditions pour l attribution du label... 7 R. Décision... 7 S. Validité du label... 7 VIII. Voies de recours... 8 T. Recours... 8 IX. Modifications du règlement... 8 X. Dispositions finales... 8 XI. Liste des annexes... 9 Règlement 1 ère révision, septembre 2012 Page 3 sur 9

4 I. Généralités A. Grandes lignes 1. La Ligue suisse contre le cancer (LSC) et la (SSS) attribuent conjointement un label de qualité à des centres du sein exerçant en Suisse, qui assurent le diagnostic, le traitement et le suivi de patientes atteintes d un cancer du sein et qui satisfont à des critères définis. 2. La base normative du label de qualité pour centres du sein est constituée par le catalogue de critères qui a été élaboré par le groupe de travail interdisciplinaire de la SSS (ANNEXE I). Le catalogue de critères a été établi sur le modèle des critères forgés par l European Society of Breast Cancer Specialists (critères EUSOMA). 3. Le label de qualité est octroyé sur la base des documents soumis et d un audit réalisé sur place par une commission. B. Champ d application 4. Le présent règlement vaut pour la certification de centres du sein en Suisse. C. Concept centre du sein 5. Un centre du sein au sens de ce règlement est une institution autonome, interdisciplinaire et interprofessionnelle, spécialisée dans le diagnostic, le traitement et le suivi de patientes atteintes d un cancer du sein supposé ou confirmé. L institution est dirigée par un directeur clinique. 6. Le centre du sein dispose des conditions correspondantes en termes de locaux, d équipements et de personnel, et a optimisé ses procédures de diagnostic, d investigation, de conseil et d intervention. 7. L équipe du centre du sein contrôle la qualité de sa structure, de ses processus, de ses résultats et de ses indications par des mesures systématiques et continues, en documente, analyse et commente les résultats, et tire les conclusions nécessaires relatives à d éventuelles mesures d amélioration. II. Organisation D. Commission 8. La LSC et la SSS délèguent chacune deux représentantes ou représentants auprès de la commission. Celle-ci assure la direction de la procédure de certification et rend compte chaque année par écrit aux deux organisations responsables. Les quatre représentants se constituent et s organisent eux-mêmes. La commission est administrativement rattachée au siège de la LSC (voir E.). 9. La SSS est responsable des aspects techniques et de la nomination des experts en matière de traitement du cancer du sein. Elle participe sur une base paritaire à l instance décisionnelle (commission) ainsi qu à l instance de recours. La SSS coordonne la communication avec les sociétés de discipline. 10. La LSC est responsable des aspects de procédure et assure la structure de contact et de coordination. Elle coordonne la communication avec les centres du sein potentiels et les médias. Elle participe sur une base paritaire à l instance décisionnelle (commission) ainsi qu à l instance de recours. E. Bureau 11. L administration (correspondance, comptabilité, etc.) et la mise en œuvre du contrôle des dossiers après soumission de la documentation sont déléguées à la LSC. Règlement 1 ère révision, septembre 2012 Page 4 sur 9

5 12. Le Secrétariat scientifique de la LSC fait office de structure de contact (bureau) pour les requérants et les personnes intéressées, ainsi que de bureau de coordination (auditeurs, experts, comités de la SSS et de la LSC). 13. Le bureau est compétent pour la publication des informations importantes pour les institutions intéressées. Il tient également une liste accessible au public des institutions distinguées par le label. III. Admission à la procédure 14. Les institutions intéressées soumettent au bureau les documents requis pour le contrôle des conditions d admission (ANNEXE II: liste des documents à soumettre). L institution est informée du résultat de l examen du dossier dans les huit semaines suivant la réception des documents. IV. Inscription à l audit F. Inscription 15. L inscription par écrit à l audit est signifiée par l institution intéressée au plus tard trois mois avant la première date souhaitée. L institution mentionne au choix au minimum trois dates préférentielles. L inscription devient définitive avec le versement d un acompte. 16. L inscription se fait au moyen du formulaire (ANNEXE III) et est authentifiée par apposition de signature. G. Documents à soumettre avant l audit 17. L institution faisant l objet de l audit remet jusqu à quatre semaines au plus tard avant la date convenue pour l audit une documentation comportant le nombre requis d exemplaires (un exemplaire pour chaque membre de l équipe d audit ainsi qu un exemplaire pour le bureau), conformément à la liste des documents à présenter (ANNEXE IV). 18. L équipe d audit peut réclamer des documents manquants. Dans ce cas, il convient de fixer un délai supplémentaire approprié. 19. L équipe d audit peut demander que l audit soit annulé ou reporté au cas où les documents requis ne seraient pas complets ou n auraient pas été remis dans les délais. C est la commission qui rend la décision relative à cette demande. H. Propriété des documents 20. L institution reste propriétaire et maîtresse des données de tous les documents mis à la disposition de l équipe d audit et en conserve la maîtrise. Sans l autorisation exprès de la maîtresse des données, aucun document ne doit être rendu accessible à des tiers ni utilisé à des fins personnelles, conformément aux annexes IV et V (liste des documents à présenter lors de l audit). I. Maintien du secret 21. Les membres de l équipe d audit et de la commission sont tenus au secret le plus strict. La même chose vaut pour toute autre personne travaillant à la LSC qui entre en contact avec les dossiers dans le cadre de ses activités, ainsi que pour les membres du comité de la SSS. 22. Les documents reçus doivent être exclusivement consacrés à la certification et doivent être protégés de manière appropriée contre tout accès non autorisé. Règlement 1 ère révision, septembre 2012 Page 5 sur 9

6 23. Les conclusions de l audit ne sont transmises par l équipe d audit ni aux assureurs maladie ni à des autorités (département de la santé publique ou direction de la santé d un canton) ou à d autres services. V. Conduite de l audit J. Durée de l audit 24. L audit dure en règle générale une journée. K. Experts / auditeurs 25. Les experts envisagés pour les audits sont proposés par la SSS. C est la commission qui nomme les experts. 26. Le bureau tient une liste comportant des experts nommés. La répartition des experts pour un audit est assurée par le bureau après concertation avec la commission ou un membre de la commission désigné par celle-ci. L. Equipe d audit 27. Le bureau charge de réaliser l audit un organisme de certification reconnu comme partenaire par la commission. 28. L audit est mené par trois experts qui connaissent de par leur propre activité pratique le diagnostic, le traitement et le suivi des patientes atteintes d un cancer du sein, ainsi que par un spécialiste des questions d audit (auditeur). Au moins l un des trois experts est oncochirurgien ou oncologue médical. 29. Dans des cas particuliers (par exemple centres du sein à structure complexe ou centres particulièrement importants ou encore centres du sein répartis sur plusieurs sites), l équipe d audit peut être renforcée par d autres spécialistes. 30. Huit semaines avant la date prévue, le bureau soumet à l institution une proposition relative à la composition de l équipe d audit. 31. Jusqu à six semaines au plus tard avant la date prévue pour l audit, l institution devant être auditée a le droit de refuser certains membres ou la totalité des membres de l équipe d audit proposés, sans indication de motifs. M. Déroulement de l audit 32. Lors de l audit, l institution devant être auditée doit impérativement mettre à disposition pour consultation tous les documents mentionnés à l Annexe V. 33. La direction d un centre est représentée à l ouverture de l entretien, au début de l audit, ainsi qu à la clôture de l entretien, à l issue de l audit. 34. Lors de la clôture de l entretien, à l issue de l audit, un porte-parole de l équipe d audit communique verbalement à la direction de l institution auditée les principaux résultats de l audit ainsi que les propositions de l équipe d audit. N. Evaluation 35. L évaluation des différents critères se fait au moyen des niveaux suivants d accomplissement: 0: Le critère de qualité n est pas rempli au moment de l audit. 1: Le critère de qualité est rempli au moment de l audit. 2 : Le critère de qualité est partiellement rempli au moment de l audit. O. Rapport écrit 36. L équipe d audit transmet à l institution auditée, pour prise de position, le projet de rapport dans les trois semaines suivant l audit. Règlement 1 ère révision, septembre 2012 Page 6 sur 9

7 37. L institution auditée peut exiger dans les deux semaines suivantes la correction d erreurs et de malentendus constatés dans le rapport d audit. P. Propriété du rapport d audit 38. Le rapport d audit devient la propriété de l institution. L institution a toute compétence pour décider si elle entend le rendre public ou le transmettre à des tiers. Le centre peut publier le rapport, mais celui-ci doit être publié dans son intégralité. La publication d extraits isolée n est pas autorisée. VI. Taxes 39. Pour l audit, la LSC facture à l institution auditée une taxe correspondant à la liste tarifaire séparée (v. ANNEXE VI, «Tarifs»). 40. Un acompte des ¾ (trois quarts) du montant total est exigible à l inscription. 41. Le solde est exigible 30 jours après la livraison de la version définitive du rapport d audit. 42. Si l institution inscrite renonce définitivement à l audit, 60 % de l acompte sont remboursés sur demande. VII. Certification Q. Conditions pour l attribution du label 43. Tous les critères obligatoires de qualité doivent être remplis pour l attribution du label (voir également à cet égard en introduction les explications relatives aux critères de qualité). Un critère partiellement rempli est consideré comme non rempli en ce qui concerne l attribution du label. 44. Si l équipe d audit constate que certains critères de qualité ne sont pas remplis ou partiellement remplis, la direction de l institution en est informée verbalement, et les critères non remplis ou partiellement remplis sont consignés dans le rapport d audit écrit. 45. Si une non-conformité est constatée, l équipe d audit formule une ou plusieurs exigence(s) auxquelles il faut satisfaire pour obtenir le label. L équipe d audit est habilitée à fixer un délai pour le respect de cette/ces exigence(s). 46. Le label de qualité est attribué dès que les exigences sont satisfaites. La preuve en ce sens est adressée à la commission. R. Décision 47. La commission octroie le label de qualité aux institutions qui ont rempli tous les critères obligatoires. S. Validité du label 48. Le label de qualité est octroyé pour quatre ans au maximum à compter du jour de l audit. Il doit être procédé à un audit de recertification au plus tard la quatrième année suivant la première certification, faute de quoi le label est retiré à l issue des quatre années. Trois ans après la dernière certification en date, le centre du sein joint en outre aux documents à soumettre chaque année (voir point suivant) le document d inscription pour un audit de recertification. 49. Chaque année, l institution ayant reçu le label de qualité rend compte au bureau de l évolution survenue, au moyen de la liste de contrôle dûment remplie. 50. Le label de qualité est retiré dès lors que les conditions de la fourniture de prestations ont été radicalement modifiées, que le rapport annuel n est pas remis ou qu il existe Règlement 1 ère révision, septembre 2012 Page 7 sur 9

8 la preuve que les exigences obligatoires en termes de qualité ne sont plus remplies. La commission prend sa décision à la majorité simple. La décision est susceptible de recours (voir à cet égard section VIII). En présence d éléments indiquant des modifications importantes survenues dans les conditions de fourniture des prestations, la commission peut réclamer un audit intermédiaire à la charge de l institution, sur demande du bureau. VIII. Voies de recours T. Recours 51. L institution concernée peut faire opposition auprès de l instance de recours indépendante dans les 30 jours qui suivent la communication de la décision relative à l octroi du label. L opposition doit être adressée au bureau. 52. En cas de contestation, l instance de recours est constituée par les comités de la SSS et de la LSC. Leur jugement est définitif. IX. Modifications du règlement 53. Toutes les modifications apportées au règlement doivent être validées par les comités de la SSS et de la LSC. X. Dispositions finales 54. Ce règlement entre en vigueur avec l approbation par les comités de la SSS et de la LSC. Approuvé [Berne, le 16 juin 2011] Approuvé [Zurich, le 25 mai 2011] Ligue suisse contre le cancer Prof. Dr med. Jakob Passweg Président Dr med. Christoph Rageth, privat-docent Président Règlement 1 ère révision, septembre 2012 Page 8 sur 9

9 XI. Liste des annexes Annexe I: Catalogue de critères SSS Annexe II: Liste des documents à soumettre Annexe III: Formulaire d inscription à l audit Annexe IV: Liste des documents à soumettre avant l audit Annexe V: Liste des documents à présenter lors de l audit Annexe VI: Tarifs Règlement 1 ère révision, septembre 2012 Page 9 sur 9

Règlement. pour la certification de centres du sein. Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie

Règlement. pour la certification de centres du sein. Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie Règlement pour la certification de centres du sein Ligue suisse contre le cancer / Ce règlement est rédigé en allemand, français et italien. En cas de contradictions, c est la version allemande qui fait

Plus en détail

Résolution des différends en matière d instruments documentaires

Résolution des différends en matière d instruments documentaires RÈGLEMENT DOCDEX Règlement d expertise de la Chambre de commerce internationale pour la Résolution des différends en matière d instruments documentaires Première revision En vigueur à compter du 15 mars

Plus en détail

STATUTS DE L UNION DU CORPS ENSEIGNANT SECONDAIRE GENEVOIS (UCESG)

STATUTS DE L UNION DU CORPS ENSEIGNANT SECONDAIRE GENEVOIS (UCESG) 1 STATUTS DE L UNION DU CORPS ENSEIGNANT SECONDAIRE GENEVOIS (UCESG) Chapitre I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 Dénomination L «Union du corps enseignant secondaire genevois» (ci-après UNION) fédère

Plus en détail

Document de gestion # 500,004. Taxe scolaire

Document de gestion # 500,004. Taxe scolaire Commission scolaire du Lac-Abitibi Secrétariat général Document de gestion # 500,004 Taxe scolaire CS-DOC-LIP-312 CS-DOC-LIP-314 CS-DOC-LIP-315 CS-DOC-LIP-316 CS-DOC-LIP-317 CS-DOC-LIP-319 CS-DOC-LIP-339

Plus en détail

I. Contexte ch. 1-7 Entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat faisant l objet d un contrôle annuel

I. Contexte ch. 1-7 Entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat faisant l objet d un contrôle annuel Autorité fédérale de surveillance en matière de révision ASR Circulaire 1/2010 concernant le reporting des entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat à l intention de l Autorité de surveillance

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DU PERSONNEL CADRE

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DU PERSONNEL CADRE 3.5 POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DU PERSONNEL CADRE 1.0 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Cette politique détermine certaines règles de gestion applicables au personnel cadre et portant sur les aspects suivants

Plus en détail

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS Diffusion contrôlée : - Membres du comité - Examinateurs - Référents techniques page 1/11 I / Certification initiale 1-1 Candidature

Plus en détail

Règlements types. Guide établissant un cadre pour le fonctionnement, les procédures et les règlements d une chambre

Règlements types. Guide établissant un cadre pour le fonctionnement, les procédures et les règlements d une chambre Règlements types Guide établissant un cadre pour le fonctionnement, les procédures et les règlements d une chambre Avril 2015 Avant-propos Les règlements d une chambre de commerce sont très importants,

Plus en détail

Conditions particulières

Conditions particulières Conditions particulières relatives au comptage et au rachat par les Services industriels de Lausanne (SiL) de l énergie électrique refoulée par des installations de production raccordées au réseau de distribution

Plus en détail

EVOLUTION D UN LOGICIEL DE PRISE DE RENDEZ-VOUS

EVOLUTION D UN LOGICIEL DE PRISE DE RENDEZ-VOUS CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES DE LA VENDEE EVOLUTION D UN LOGICIEL DE PRISE DE RENDEZ-VOUS CAHIER DES CLAUSES AMINISTRATIVES PARTICULIERES (CCAP) Marché n 3/2014 Marché à Procédure Adaptée passé en application

Plus en détail

Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER

Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER Annexe n 8 : Le modèle de convention-type de droit commun portant attribution de subvention FEDER SERVICE UNIQUE RESPONSABLE.. CONVENTION N Portant attribution d une subvention FEDER au titre du Programme

Plus en détail

Règlement de gestion financière et du fonds de réserve du Gymnase intercantonal de la Broye (RGFF) du 22 mars 2005 Etat au 25.1.

Règlement de gestion financière et du fonds de réserve du Gymnase intercantonal de la Broye (RGFF) du 22 mars 2005 Etat au 25.1. Règlement de gestion financière et du fonds de réserve du Gymnase intercantonal de la Broye (RGFF) du mars 005 Etat au 5..0 Le Conseil du Gymnase intercantonal de la Broye vu la Convention intercantonale

Plus en détail

Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers TABLE DES MATIÈRES

Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers TABLE DES MATIÈRES PPB-2007-7-CPB-1 2 Annexe à la circulaire PPB-2007-7-CPB concernant l administration d instruments financiers Table des matières 0. Base légale et énumération des principes TABLE DES MATIÈRES 1. Responsabilité

Plus en détail

Contrat d assurance vie et prestations funéraires Conditions générales

Contrat d assurance vie et prestations funéraires Conditions générales Pleins Services Obsèques Sépulture Contrat d assurance vie et prestations funéraires Conditions générales Pleins Services Obsèques Sépulture Nature du contrat : Pleins Services Obsèques Sépulture est

Plus en détail

ENTENTE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL ENTRE:

ENTENTE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL ENTRE: CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE LAVAL ENTENTE ENTRE: DE LAVAL, personne morale de droit public légalement constituée (S.Q. 1965, c. 89), ayant son siège au 1, Place du Souvenir, à Chomedey, en les

Plus en détail

Téléréseau de Bussivision

Téléréseau de Bussivision Commune de Bussigny Téléréseau T. 021 706 12 20 F. 021 706 11 89 telereseau@bussigny.ch Conditions générales pour le raccordement et l utilisation du Téléréseau de Bussivision Rue St-Germain 1 Case postale

Plus en détail

Plan d études - Filière d études sanctionnée par un certificat Enseignant-e-s autorisé-e-s à enseigner au gymnase

Plan d études - Filière d études sanctionnée par un certificat Enseignant-e-s autorisé-e-s à enseigner au gymnase Plan d études - Filière d études sanctionnée par un certificat Enseignant-e-s autorisé-e-s à enseigner au gymnase Filière d études 1 Bases légales 2 2 s de formation 2 3 Admission 2 3.1 Conditions d admission

Plus en détail

CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS

CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS ANNEXE 2015-CA619-04.08.02-R6676 CADRE DE GESTION RELATIF AUX PROJETS IMMOBILIERS Adopté le 7 décembre 2015. Table des matières 1.0 Préambule... 1 2.0 Objectifs et portée... 1 2.1 Objectifs... 1 2.2 Portée...

Plus en détail

SCHWEIZERISCHE GESELLSCHAFT FÜR LYMPHOLOGIE SOCIETE SUISSE DE LYMPHOLOGIE STATUTS

SCHWEIZERISCHE GESELLSCHAFT FÜR LYMPHOLOGIE SOCIETE SUISSE DE LYMPHOLOGIE STATUTS SCHWEIZERISCHE GESELLSCHAFT FÜR LYMPHOLOGIE SOCIETE SUISSE DE LYMPHOLOGIE STATUTS STATUTS I. NOM, SIÈGE, OBJECTIFS, OBJETS ET TÂCHES Art. 1 Nom Une association au sens de l article 60 et suivants du Code

Plus en détail

Bulletin d inscription Tarifs publics HT au 1er juin 2015

Bulletin d inscription Tarifs publics HT au 1er juin 2015 Bulletin d inscription Tarifs publics HT au 1er juin 2015 «Certification de Personnes : Diagnostiqueur Immobilier Certification initiale» Document à retourner à compléter et à retourner scanné à dcp.fr@dekra.com

Plus en détail

Chapitre premier : Des dispositions générales

Chapitre premier : Des dispositions générales REPUBLIQUE DU NIGER Fraternité-Travail-Progrès ORDONNANCE N 2011-22 du 23 février 2011 Portant Charte d accès à l information publique et aux documents administratifs LE PRESIDENT DU CONSEIL SUPREME POUR

Plus en détail

L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement)

L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement) 1 L habilitation à siéger dans des instances consultatives (Articles L 141-3 et R.141-21 à R141-26 du code de l environnement) L agrément d association de protection de l environnement permet d être appelé

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT GEORGE WESTON LIMITÉE

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT GEORGE WESTON LIMITÉE CHARTE DU COMITÉ D AUDIT de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU COMITÉ... 1 2. MEMBRES DU COMITÉ... 1 3. PRÉSIDENT DU COMITÉ... 2 4. DURÉE DU MANDAT DE CHAQUE MEMBRE... 2 5.

Plus en détail

(Ordonnance sur l accréditation et la désignation, OAccD) Objet; but de l accréditation et de la désignation

(Ordonnance sur l accréditation et la désignation, OAccD) Objet; but de l accréditation et de la désignation Ordonnance sur le système suisse d accréditation et la désignation de laboratoires d essais et d organismes d évaluation de la conformité, d enregistrement et d homologation (Ordonnance sur l accréditation

Plus en détail

concernant l'examen professionnel fédérale de

concernant l'examen professionnel fédérale de REGLEMENT concernant l'examen professionnel fédérale de Transitaire du 30. août 2012 Organe responsable SPEDLOGSWISS Secrétariat de l examen SPEDLOGSWISS Association suisse des transitaires et des entreprises

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA RÉGIE DE L ASSURANCE MALADIE DU QUÉBEC Loi sur la Régie de l assurance maladie du Québec (L.R.Q., c. R-5, a. 14 et a. 15 ; 2007, c. 21, a. 9 et a. 11) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) n 29-DLP-élections-2015-01

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) n 29-DLP-élections-2015-01 PREFET DU FINISTERE REGLEMENT DE LA CONSULTATION (RC) n 29-DLP-élections-2015-01 Maître de l ouvrage Préfet du Finistère Objet de la consultation Travaux de mise sous pli des documents électoraux destinés

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 20 DECEMBRE 2007 DELIBERATION N CR-07/05.389 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL Stratégie d'accompagnement des entreprises en croissance : Programme de développement des investissements internationaux

Plus en détail

LE MÉCANISME MULTICENTRIQUE

LE MÉCANISME MULTICENTRIQUE Marie-Ève Bouthillier et Isabelle Mondou Comité d éthique de la recherche de l Agence de la santé et des services sociaux de Montréal 15 avril 2008 Pourquoi le mécanisme multicentrique? Date d entrée en

Plus en détail

Ordonnance concernant les structures suprarégionales du cycle d'orientation du 12 janvier 2011

Ordonnance concernant les structures suprarégionales du cycle d'orientation du 12 janvier 2011 - 1-411.200 Ordonnance concernant les structures suprarégionales du cycle d'orientation du 12 janvier 2011 Le Conseil d'etat du canton du Valais vu les articles 8, 43, 56, 58 et 59 de la loi sur le cycle

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION POUVOIR ADJUDICATEUR COMMUNE DE ROUSSILLON MARCHE PUBLIC PASSE SELON LA PROCEDURE ADAPTEE Articles 26 et 28 du Code des Marchés Publics REGLEMENT DE LA CONSULTATION OBJET DU MARCHE FOURNITURE DE GAZ ET

Plus en détail

Circulaire électorale n 9 Le CHSCT

Circulaire électorale n 9 Le CHSCT UNSA-territoriaux 21, rue Jules Ferry 93 177 Bagnolet Cedex elections@unsa-territoriaux.org 06 17 43 57 96 Circulaire électorale n 9 Le CHSCT Nous avons moins de trois semaines pour faire en sorte que

Plus en détail

CONVENTION DU GROUPEMENT D ETABLISSEMENTS GRETA DE L ACADEMIE DE GRENOBLE

CONVENTION DU GROUPEMENT D ETABLISSEMENTS GRETA DE L ACADEMIE DE GRENOBLE CONVENTION DU GROUPEMENT D ETABLISSEMENTS GRETA DE L ACADEMIE DE GRENOBLE Il est constitué entre les établissements publics locaux d enseignement relevant de l Education nationale suivants : -. (nom, siège)

Plus en détail

CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Nature et portée du comité d audit CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «comité») est un comité permanent dont les membres sont nommés par le conseil d administration

Plus en détail

A/CN.9/WG.III/XXXII/CRP.3

A/CN.9/WG.III/XXXII/CRP.3 30 novembre 2015 Français Original: anglais Commission des Nations Unies pour le droit commercial international Groupe de travail III (Règlement des litiges en ligne) Trente-deuxième session Vienne, 30

Plus en détail

RÉGLEMENT DE CONSULTATION. N 2016/00001 du 10 Juin 2016

RÉGLEMENT DE CONSULTATION. N 2016/00001 du 10 Juin 2016 PRÉFÈTE DE L'ESSONNE RÉGLEMENT DE CONSULTATION N 2016/00001 du 10 Juin 2016 Relatif au remplacement et à l extension du système de contrôle des accès de la préfecture de l Essonne et de la Cité Administrative

Plus en détail

Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale d employée de commerce/employé de commerce avec certificat fédéral de capacité (CFC) 1 du 26 septembre 2011 (état le 1 er janvier 2015) Employée

Plus en détail

Approbation du financement des programmes d études

Approbation du financement des programmes d études Approbation du financement des programmes d études TABLE DES MATIÈRES But et portée... 2 Glossaire... 2 Obligations... 5 Collèges... 5 Ministère... 6 Modalités d approbation... 6 Résumé des responsabilités...

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente 1. Généralités 1.1. Toute vente des produits du vendeur est soumise aux présentes conditions générales de vente qui constituent le socle de la négociation commerciale, conformément

Plus en détail

DIRECTION DE LA SÉCURITÉ ET DE LA JUSTICE. aux préposé(e)s au contrôle des habitants des communes du canton de Fribourg

DIRECTION DE LA SÉCURITÉ ET DE LA JUSTICE. aux préposé(e)s au contrôle des habitants des communes du canton de Fribourg DIRECTION DE LA SÉCURITÉ ET DE LA JUSTICE SICHERHEITS- UND JUSTIZDIREKTION Instructions du 17 mai 2010 aux préposé(e)s au contrôle des habitants des communes du canton de Fribourg Objet : La nouvelle organisation

Plus en détail

LETTRE D ACCEPTATION RELATIVE A UNE AIDE INDIVIDUELLE VERSEE PAR LA FONDATION ARC (Post-doctorants en France et séjours à l étranger)

LETTRE D ACCEPTATION RELATIVE A UNE AIDE INDIVIDUELLE VERSEE PAR LA FONDATION ARC (Post-doctorants en France et séjours à l étranger) LETTRE D ACCEPTATION RELATIVE A UNE AIDE INDIVIDUELLE VERSEE PAR LA FONDATION ARC (Post-doctorants en France et séjours à l étranger) LE FINANCEMENT DE LA FONDATION ARC EST SUBORDONNE A LA SIGNATURE DE

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE NOMMEE «ECHAFAUDAGES+»

CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE NOMMEE «ECHAFAUDAGES+» CONDITIONS GENERALES D ATTRIBUTION DE L AIDE FINANCIERE NATIONALE SIMPLIFIEE NOMMEE «ECHAFAUDAGES+» (Arrêté du 9 décembre 2010 relatif aux incitations financières) Subvention pour l acquisition, par des

Plus en détail

MINICA. Assurance-maladie obligatoire pour soins de base GALENOS

MINICA. Assurance-maladie obligatoire pour soins de base GALENOS MINICA Assurance-maladie obligatoire pour soins de base (selon la Loi fédérale sur l assurance-maladie du 18 mars 1994, LAMal) Les dénominations personnelles et fonctionnelles contenues dans le présent

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. HECLA MINING COMPANY Modifiée et mise à jour, en vigueur à compter du 8 décembre 2014

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT. HECLA MINING COMPANY Modifiée et mise à jour, en vigueur à compter du 8 décembre 2014 CHARTE DU COMITÉ D AUDIT HECLA MINING COMPANY Modifiée et mise à jour, en vigueur à compter du 8 décembre 2014 FONCTION Le comité d audit (le «comité») aide le conseil d administration (le «conseil») à

Plus en détail

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation

Plus en détail

FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation)

FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation) FONDATION MEDITERRANEENNE D ETUDES STRATEGIQUES (Association loi de 1901, de préfiguration à une fondation) STATUTS Art. 1 Constitution Il est créé entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui

Plus en détail

Règlement de gestion et d organisation. de la société Implenia SA

Règlement de gestion et d organisation. de la société Implenia SA Etat au 19 juin 2014 Règlement de gestion et d organisation de la société Implenia SA 1 BASE ET CONTENU 1.1 Base statutaire et contenu Le présent règlement se fonde sur l art. 716 CO, l art. 716b CO et

Plus en détail

Guide de mise en candidature

Guide de mise en candidature Guide de mise en candidature «Prix du Projet de l année» du PMI-Montréal Édition 2015 2007 Project Management Institute, Inc. et PMI-Montréal Inc. Tous droits réservés. «PMI» et le logo PMI sont des marques

Plus en détail

Fonds Départemental pour l Environnement (FDE)

Fonds Départemental pour l Environnement (FDE) Fonds Départemental pour l Environnement (FDE) RÈGLEMENT I Nature des projets Le fonds départemental pour l environnement (FDE) concerne les projets d équipements relatifs à l amélioration des services

Plus en détail

Ordonnance sur les produits de construction

Ordonnance sur les produits de construction Ordonnance sur les produits de construction (OPCo) du 27 novembre 2000 Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 17 de la loi fédérale du 8 octobre 1999 sur les produits de construction (LPCo) 1, en application

Plus en détail

Règlement d études général sur la formation continue. à la Formation universitaire à distance, Suisse

Règlement d études général sur la formation continue. à la Formation universitaire à distance, Suisse / 7 Règlement d études général sur la formation continue à la Formation universitaire à distance, Suisse Le Conseil de fondation vu la loi sur la formation et la recherche universitaires du février 00

Plus en détail

GUIDE D APPLICATION DE LA POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS

GUIDE D APPLICATION DE LA POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS D APPLICATION DE LA POLITIQUE D ACQUISITION EN BIENS, EN SERVICES ET EN TRAVAUX DE CONSTRUCTION DE LA COMMISSION SCOLAIRE DES AFFLUENTS Le présent guide a pour but de fixer les paramètres ainsi que les

Plus en détail

Règlement sur les marques de commerce

Règlement sur les marques de commerce Règlement sur les marques de commerce C.R.C., ch. 1559 Aucune modification depuis 1994/01/26 LOI SUR LES MARQUES DE COMMERCE Règlement sur les marques de commerce (C.R.C., ch. 1559) RÈGLEMENT EN VERTU

Plus en détail

ASSOCIATION USEFULL GAMING. 4 Chemin de la Grenouillère 91620 LA VILLE DU BOIS

ASSOCIATION USEFULL GAMING. 4 Chemin de la Grenouillère 91620 LA VILLE DU BOIS ASSOCIATION USEFULL GAMING 4 Chemin de la Grenouillère 91620 LA VILLE DU BOIS Genèse de la création de l association Souhaitant crée une structure a vocation esportive*, il a été décidé par les membres

Plus en détail

DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés.

DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés. DECRET N 68-DF-254 Portant modalités d application du régime des congés payés. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FEDERALE, VU la Constitution du 1er Septembre 1961; VU le n 67/LF/67 du 12 Juin 1957 portant

Plus en détail

Nom de l établissement :... Adresse :... Code Postal :... Ville :... Nom et prénom :... Fonction :... M./Mme/Melle Nom et prénom :...

Nom de l établissement :... Adresse :... Code Postal :... Ville :... Nom et prénom :... Fonction :... M./Mme/Melle Nom et prénom :... MINIMUM REQUIS CONVENTION DE STAGE ERASMUS 2010-2011 Programme d éducation et de formation tout au long de la vie Convention de stage conclue entre : L établissement d envoi : Nom de l établissement :...

Plus en détail

Les droits et obligations liés aux activités numériques. Le correspondant Informatique et Libertés D1-5

Les droits et obligations liés aux activités numériques. Le correspondant Informatique et Libertés D1-5 Les droits et obligations liés aux activités numériques Le correspondant Informatique et Libertés D1-5 La loi du 6 janvier 1978 dite «loi Informatique et Libertés» a été profondément remanié suite à la

Plus en détail

Loi fédérale sur les entreprises de transport par route

Loi fédérale sur les entreprises de transport par route Loi fédérale sur les entreprises de transport par route (LEnTR) 744.10 du 20 mars 2009 1 (Etat le 1 er janvier 2016) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 63, al. 1, 92 et 95, al.

Plus en détail

Règlement de formation continue. Diploma of Advanced Studies (DAS) HES SO en addictions

Règlement de formation continue. Diploma of Advanced Studies (DAS) HES SO en addictions Règlement de formation continue Diploma of Advanced Studies (DAS) HES SO en addictions Version du 9 décembre 2015 Règlement de formation continue DAS HES-SO en addictions I. Dispositions générales But

Plus en détail

du Code civil suisse (CC) pour une durée indéterminée (ci-après l «Association»).

du Code civil suisse (CC) pour une durée indéterminée (ci-après l «Association»). Version 14 novembre 2014 Statuts 1 Art. 1 Dénomination et forme juridique 1 Sous la dénomination «esisuisse» est constituée une association au sens des articles 60 à 79 du Code civil suisse (CC) pour une

Plus en détail

Participer à une formation de la Délégation CNFPT Midi-Pyrénées www.cnfpt.fr

Participer à une formation de la Délégation CNFPT Midi-Pyrénées www.cnfpt.fr Fiche 0 mise à jour le 15/09/2014 Participer à une formation de la Délégation CNFPT Midi-Pyrénées www.cnfpt.fr Les formations proposées par le CNFPT s adressent à tous les agents, titulaires, non-titulaires

Plus en détail

Projet de loi n o 149 (2001, chapitre 14) Loi sur les réserves naturelles en milieu privé

Projet de loi n o 149 (2001, chapitre 14) Loi sur les réserves naturelles en milieu privé DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 149 (2001, chapitre 14) Loi sur les réserves naturelles en milieu privé Présenté le 31 octobre 2000 Principe adopté le 6 décembre 2000 Adopté

Plus en détail

Demande de cartes UBS Platinum. Membres de l ACS

Demande de cartes UBS Platinum. Membres de l ACS Demande de cartes UBS Platinum. Membres de l ACS Prière d écrire lisiblement et de compléter toutes les rubriques. Age minimal: 18 ans pour les cartes principales, 16 ans pour les cartes de partenaire.

Plus en détail

Statuts de l ONCF. adoptés lors du 18 e congrés des 20 et 21 janvier 2011 à Reims ORPHELINAT NATIONAL DES CHEMINS DE FER DE FRANCE

Statuts de l ONCF. adoptés lors du 18 e congrés des 20 et 21 janvier 2011 à Reims ORPHELINAT NATIONAL DES CHEMINS DE FER DE FRANCE ORPHELINAT NATIONAL DES CHEMINS DE FER DE FRANCE Statuts de l ONCF adoptés lors du 18 e congrés des 20 et 21 janvier 2011 à Reims Statuts de l ONCF - page 1 sommaire CHAPITRE I : Création - But Article

Plus en détail

DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC

DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC Actualisé au 24/01/2011 DEPOT D UN DOSSIER DE DEMANDE DE FINANCEMENT REGIONAL AU TITRE DES CDRA-CDDRA-CFAC Mode opératoire à l attention des maîtres d ouvrage Préambule L Assemblée régionale a validé lors

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LE DEPARTEMENT DE L ISERE

CONVENTION ENTRE LE DEPARTEMENT DE L ISERE CONVENTION ENTRE LE DEPARTEMENT DE L ISERE ET LE REGISTRE DU CANCER DE L ISERE Entre Le Département de l'isère, localisé 7 rue Fantin Latour à Grenoble, représenté par le Président du Conseil général,

Plus en détail

Projet de loi n o 113 (2002, chapitre 71)

Projet de loi n o 113 (2002, chapitre 71) DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 113 (2002, chapitre 71) Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux concernant la prestation sécuritaire de services

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX N 2016 0001 C.C.A.P. Objet du Marché. Réfection des toitures de l Eglise, de la Mairie et du Pigeonnier

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX N 2016 0001 C.C.A.P. Objet du Marché. Réfection des toitures de l Eglise, de la Mairie et du Pigeonnier MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX N 2016 0001 C.C.A.P. Objet du Marché Réfection des toitures de l Eglise, de la Mairie et du Pigeonnier Maître de l Ouvrage COMMUNE DE PINS-JUSTARET Place du Château 31860 PINS-JUSTARET

Plus en détail

ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE

ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE CONVENTION DE SUBVENTION DU CER ANNEXE V-B CAHIER DES CHARGES POUR LE CERTIFICAT RELATIF À LA METHODOLOGIE TABLE DES MATIERES CAHIER DES CHARGES POUR UN RAPPORT INDÉPENDANT SUR LES CONSTATATIONS FACTUELLES

Plus en détail

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC)

Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) Règlement n o 4 Règlement relatif à des compléments au Règlement sur le régime des études collégiales (RREC) 94.12.06.09 amendé 99.04.28.09 amendé 02.02.27.08 amendé 07.06.20.10 09.06.17.09 Article 1 Conditions

Plus en détail

la construction d une nouvelle installation de transbordement du TC,

la construction d une nouvelle installation de transbordement du TC, Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral des transports OFT Division Financement Numéro de référence : Votre référence : Notre référence

Plus en détail

STATUTS AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG

STATUTS AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG STATUTS AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG Article 1 Dénomination Inscription Il existe une association qui se dénomme «AMICALE DU PERSONNEL DES HOPITAUX UNIVERSITAIRES DE STRASBOURG».

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATIF À L'INTENTION DES BÉNÉVOLES ET DES EMPLOYÉ.E.S DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA

GUIDE ADMINISTRATIF À L'INTENTION DES BÉNÉVOLES ET DES EMPLOYÉ.E.S DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA GUIDE ADMINISTRATIF À L'INTENTION DES BÉNÉVOLES ET DES EMPLOYÉ.E.S DE L ASSOCIATION DES THÉÂTRES FRANCOPHONES DU CANADA Mise en place en mai 2006 Révision en date du 31 mars 2012 telle qu adoptée par l

Plus en détail

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)»

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» SG CDAS / mars 2015 Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» du 12 septembre 2011 Traduction en français

Plus en détail

REGLEMENT DU CONCOURS «GRAINE DE FRANCHISE» Edition 2016

REGLEMENT DU CONCOURS «GRAINE DE FRANCHISE» Edition 2016 REGLEMENT DU CONCOURS «GRAINE DE FRANCHISE» Edition ALPHYR, Société par Actions Simplifiée au capital de 307.500.00, RCS Paris 512 098 468, dont le siège est 41 avenue de Villiers - 75017 Paris (ci-après

Plus en détail

ETUDE D IMPACT PROJET DE LOI. ratifiant l ordonnance n 2015-1288 du 15 octobre 2015 portant simplification et modernisation du droit de la famille

ETUDE D IMPACT PROJET DE LOI. ratifiant l ordonnance n 2015-1288 du 15 octobre 2015 portant simplification et modernisation du droit de la famille ETUDE D IMPACT PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2015-1288 du 15 octobre 2015 portant simplification et modernisation du droit de la famille NOR : JUSC1525240L/Bleue-1 14 janvier 2016 SOMMAIRE Introduction...

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION SOMMITALE IRP AUTO

STATUTS DE L ASSOCIATION SOMMITALE IRP AUTO STATUTS DE L ASSOCIATION SOMMITALE IRP AUTO (Approuvés par l assemblée générale extraordinaire du 21 novembre 2013 et validés par la lettre AGIRC ARRCO du 10 janvier 2014) (d après les statuts de référence

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 940-2007 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS ET POLICIÈRES DE LA VILLE DE BROMONT

RÈGLEMENT NUMÉRO 940-2007 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS ET POLICIÈRES DE LA VILLE DE BROMONT RÈGLEMENT NUMÉRO 940-2007 CONCERNANT LE RÉGIME DE RETRAITE DES POLICIERS ET POLICIÈRES DE LA VILLE DE BROMONT ATTENDU QU il est à propos et dans l'intérêt de la Ville de Bromont et de ses contribuables

Plus en détail

Cahier des charges pour l évaluation externe. Association Adef Résidences

Cahier des charges pour l évaluation externe. Association Adef Résidences Cahier des charges pour l évaluation externe Association Adef Résidences SOMMAIRE Introduction - Adef Résidences, présentation... 5 Prestations d évaluations externes... 7 Article 1-2... 8 Article 3-4...

Plus en détail

POLITIQUE D ACHAT RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

POLITIQUE D ACHAT RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION POLITIQUE D ACHAT RELATIVE AUX CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté le 26 septembre 2000 par le conseil d administration (216 e assemblée - résolution n o 1784)

Plus en détail

Cercles des Régates de Bruxelles Kayak PROJET de STATUTS

Cercles des Régates de Bruxelles Kayak PROJET de STATUTS TITRE I : DENOMINATION SIEGE SOCIAL Art. 1 L association est dénommée : «Cercle des Régates de Bruxelles Kayak», en abrégé : «CRBK» Art. 2 Son siège social est établi à 1070 Bruxelles, rue du Gazouillis

Plus en détail

MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES

MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES A l attention des : Délégués Régionaux Secrétaires de Syndicats Délégués syndicaux MEMENTO ELECTIONS PROFESSIONNELLES L élection des représentants du personnel au Comité d Entreprise permet : D obtenir

Plus en détail

LA MONDIALE STA- TUTS

LA MONDIALE STA- TUTS LA MONDIALE STA- TUTS STATUTS DE LA MONDIALE Statuts approuvés lors de l'assemblée générale extraordinaire du 4 juin 2010 TITRE 1. CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIéTé Article 1 er Formation et dénomination

Plus en détail

Accord sur la circulation routière entre la Confédération suisse et la Principauté de Liechtenstein

Accord sur la circulation routière entre la Confédération suisse et la Principauté de Liechtenstein Traduction 1 Accord sur la circulation routière entre la Confédération suisse et la Principauté de Liechtenstein Conclu le 18 juin 2015 Entré en vigueur par échange de notes le 1 er août 2015 Le Conseil

Plus en détail

SERVICE DU PERSONNEL

SERVICE DU PERSONNEL SERVICE DU PERSONNEL TABLEAU DE TRI ET DE CONSERVATION DES DOCUMENTS PRODUITS PAR LE SERVICE DU PERSONNEL # les délais proposés n incluent pas l année en cours # en gras : les documents à éliminer par

Plus en détail

CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours d accès au grade de rédacteur

CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours d accès au grade de rédacteur CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours d accès au grade de rédacteur Mise à jour : 17 août 2012 PRÉSENTATION DU CADRE D EMPLOIS ET PRINCIPALES FONCTIONS 1 PRÉSENTATION DU CADRE D EMPLOIS

Plus en détail

REGLEMENT BOURGEOISIAL

REGLEMENT BOURGEOISIAL REGLEMENT BOURGEOISIAL Plan I. Dispositions générales 1. But 2. Préambule 3. Organes responsables 4. Jouissance des biens bourgeoisiaux II. III. IV. Octroi du droit de Bourgeoisie Terrains biens-fonds

Plus en détail

RÈGLEMENT DE RACCORDEMENT, D UTILISATION DU RESEAU, DE FOURNITURE ET DE REPRISE D ENERGIE ELECTRIQUE (du 18 juin 2010)

RÈGLEMENT DE RACCORDEMENT, D UTILISATION DU RESEAU, DE FOURNITURE ET DE REPRISE D ENERGIE ELECTRIQUE (du 18 juin 2010) Commune de Cortaillod République et canton de Neuchâtel RÈGLEMENT DE RACCORDEMENT, D UTILISATION DU RESEAU, DE FOURNITURE ET DE REPRISE D ENERGIE ELECTRIQUE (du 18 juin 2010) COMMUNE DE CORTAILLOD RÈGLEMENT

Plus en détail

Aide-mémoire pour les logopédistes indépendants exerçant à charge des caisses maladie

Aide-mémoire pour les logopédistes indépendants exerçant à charge des caisses maladie Aide-mémoire pour les logopédistes indépendants exerçant à charge des caisses maladie Principes de l activité indépendante: Chaque acte logopédique est soumis à l étique professionnelle. L ARLD se base

Plus en détail

Le présent document contient les CGV des entités : - A.D.T International - A.D.T. Translations. (6 pages en tout) 1 sur 6

Le présent document contient les CGV des entités : - A.D.T International - A.D.T. Translations. (6 pages en tout) 1 sur 6 Le présent document contient les CGV des entités : - A.D.T International - A.D.T. Translations (6 pages en tout) 1 sur 6 CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE (PRESTATIONS DE TRADUCTION) Objet : les présentes

Plus en détail

Règlement et programme de formation postgraduée pour spécialiste en médecine de laboratoire FAMH

Règlement et programme de formation postgraduée pour spécialiste en médecine de laboratoire FAMH Schweizerische Akademie der Medizinischen Wissenschaften Académie Suisse des Sciences Médicales Accademia Svizzera delle Scienze Mediche Swiss Academy of Medical Sciences Règlement et programme de formation

Plus en détail

COORDINATION DES REGIMES METROPOLITAINS ET CALEDONIENS DE SECURITE SOCIALE

COORDINATION DES REGIMES METROPOLITAINS ET CALEDONIENS DE SECURITE SOCIALE COORDINATION DES REGIMES METROPOLITAINS ET CALEDONIENS DE SECURITE SOCIALE Décembre 2002 11, rue de la Tour des Dames - 75436 Paris cedex 09 - Tél. 01 45 26 33 41 - Fax 01 49 95 06 50 - www.cleiss.fr 2

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À L ADMISSION AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE

RÈGLEMENT RELATIF À L ADMISSION AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE RÈGLEMENT N o 5 RÈGLEMENT RELATIF À L ADMISSION AU CÉGEP DE DRUMMONDVILLE Modifié le 10 juin 2014 cegepdrummond.ca Adopté au conseil d administration : 87-04-28-04 Modifié : 22 septembre 1987 (CA-87-09-22-09)

Plus en détail

Circulaire 2008/24 Surveillance et contrôle interne banques. Surveillance et contrôle interne dans le secteur

Circulaire 2008/24 Surveillance et contrôle interne banques. Surveillance et contrôle interne dans le secteur Banques Groupes et congl. financiers Autres intermédiaires Assureurs Groupes. et congl. d assur. Intermédiaires d assur. Bourses et participants Négociants en valeurs mob. Directions de fonds SICAV Sociétés

Plus en détail

I. Objet et effet...3 Objet...3 Effet...3

I. Objet et effet...3 Objet...3 Effet...3 REGLEMENT DE L ASSOCIATION RESQ relatif à la procédure de certification des cours de premiers secours pour le permis de conduire «Règlement de certification des cours premiers secours» 2 Sommaire I. Objet

Plus en détail

Accueil collectif de 45 places Enfants âgés de 8 semaines jusqu'à 4 ans Ouverture à tous sans condition

Accueil collectif de 45 places Enfants âgés de 8 semaines jusqu'à 4 ans Ouverture à tous sans condition Règlement de fonctionnement Accueil collectif de 45 places Enfants âgés de 8 semaines jusqu'à 4 ans Ouverture à tous sans condition L association Asfad est autorisée à gérer le multi accueil «M Ti moun»

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE AU TRAVAIL INTERINSTITUTIONNEL ASSURÉ PAR LA LIAISON

CONVENTION RELATIVE AU TRAVAIL INTERINSTITUTIONNEL ASSURÉ PAR LA LIAISON CONVENTION RELATIVE LA LIAISON (toutes les désignations de personnes, de professions et de fonctions valent pour les personnes des deux sexes) Préambule Les parties à la présente convention, soit : et

Plus en détail

Règlement du cours par correspondance pour correctrices et correcteurs

Règlement du cours par correspondance pour correctrices et correcteurs Règlement du cours par correspondance pour correctrices et correcteurs Edition 2011 viscom swiss print & communication association 1/10 0 Généralités 0.1 Objectif global de la formation Le cours par correspondance

Plus en détail

TITRE I : TERMINOLOGIE

TITRE I : TERMINOLOGIE Version juin 2013 RÈGLEMENT DES PRÊTS À CONSENTIR PAR LE FONDS DU LOGEMENT DES FAMILLES NOMBREUSES DE WALLONIE (FONDS AB) À DES PROPRIÉTAIRES POUR LA RÉHABILITATION ET LA RESTRUCTURATION DE BIENS IMMOBILIERS

Plus en détail

Art. 1 Objet La présente ordonnance règle: a. l hygiène dans la production laitière; b. le contrôle de l hygiène du lait.

Art. 1 Objet La présente ordonnance règle: a. l hygiène dans la production laitière; b. le contrôle de l hygiène du lait. Ordonnance sur le contrôle du lait (OCL) 916.351.0 du 20 octobre 2010 (Etat le 1 er janvier 2015) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 15, al. 3, et 37, al. 1 de la loi du 9 octobre 1992 sur les denrées

Plus en détail