ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL. Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL. Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble"

Transcription

1 ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Dr David Bruley Service de Maladies Infectieuses CHU Grenoble

2 Définition d un AES Sang ou liquide biologique potentiellement contaminant Sécrétions vaginales / sperme Liquide biologique souillé par du sang PAS salive (sauf VHB) NI larmes, selles, urines, sueur Effraction cutanée ou contact muqueux ou peau lésée = Multiples situations : Professionnels de santé Rapports sexuels non protégés Toxicomanie IV, aiguilles abandonnées Piercing, tatouages

3 Transmission de tout agent infectieux Risque viral : VIH, VHB et VHC Risque bactérien, notamment pour IST Urgence de prise en charge et de traitement Rôle de la prévention

4 DIAGNOSTICS VIROLOGIQUES

5

6 Diagnostic sérologique VIH (arrêté du 28/05/2010) Dépistage par test de 4 e génération : Sérologie VIH 1 et 2 combinée avec antigénémie p24 UNE technique ELISA Confirmation : Western Blot ou Immunoblot (2 bandes parmi gp41, gp120 ou gp160) Sur même prélèvement Diagnostic retenu : 2 e sérologie ELISA combinée positive sur 2 e prélèvement

7 Test de diagnostic rapide Méthode : Sur plasma/sérum/sang/salive Seulement anticorps VIH1 et 2 Résultats 30 à 120 min Limites : Faux négatif si contamination récente ou salive Ne dispense pas de la sérologie Intérêts : Sujet source de AES Urgence diagnostique devant tableau évoquant SIDA Accouchement d une mère de statut inconnu Campagnes de dépistage/sensibilisation

8 VHB Sérologie (ELISA) : Ag HBs = portage viral Ac anti-hbc = contact viral Ac anti-hbs = guérison/protection Dans le cadre d un AES : Sujet source : Ag HBs Victime : Ac anti-hbs en urgence

9 VHC Sérologie (ELISA) : Ac anti-vhc totaux 1 seul test En cas de positivité : Confirmer par un 2 e prélèvement Compléter par bilan hépatique + écho PCR ARN VHC Génotype

10 EPIDEMIOLOGIE

11 Epidémiologie VIH : > 6000 séroconversions en 2011 (InVS) HSH et migrants Sous-déclaration (3618 déclarées) VHB : 2500 nouvelles infections /an, Dont 200 passages/an à la chronicité hépatites chroniques B, dont 50% méconnus VHC : Incidence : 2500 à 4000/an Prévalence : , dont 50% méconnus Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 19 mai 2009: Surveillance et prévention des hépatites B et C en France :bilan et perspectives.

12 AES pro - VIH Au 31 déc 2009 en France : 14 séroconversions documentées en 20 ans (prophylaxie pour 6) 35 présumées Entre 1996 et 2004 : 4 séroconversions (prophylaxie pour 2) 2 présumées Depuis 2004 : aucune Majorité d IDE par accident per-cutané Surveillance des contaminations professionnelles par le VIH, le VHC et le VHB chez le personnel de santé Situation au 31 décembre 2007 InVS

13 AES pro - Hépatites VHB : aucune séroconversion depuis 2005 Efficacité de la vaccination obligatoire VHC : 65 séroconversions au 31/12/2009 Idem VIH : majorité d IDE par piqûre 3 coupures / 2 contacts peau lésée 3 ds littérature par contact sanguin peau saine (visage/yeux)

14 PRINCIPES DE PRISE EN CHARGE

15 Le cadre légal PEC des AES professionnels mise en place en 1995, réactualisée en 1996 Recommandations étendues en 1998 à toutes les personnes exposées à un risque de transmission du VIH, que ce soit une exposition professionnelle, sexuelle, ou partage de seringues Circulaire DGS/DHOS/DRT/DS/SD6 A n du 02/04/20 03 Circulaire DGS/RI2/DHOS/DGT/DSS/2008/91 du 13/03/2008 Surveillance InVS : Des professionnels avec rapports 1991(VIH), 1997 (VHC) et 2005 (VHB) De la population générale avec rapport annuel (VIH)

16 Les acteurs CDAG/CIDDIST Service de maladies infectieuses Service d accueil des urgences Médecine du travail pour les AES professionnels Médecins généralistes Evaluation du risque viral Prescription initiale d'un TPE dans le cadre de l urgence Réévaluation dans les 48-96h par un médecin référent en cas de prescription du TPE Suivi biologique

17 Les moyens Prévention primaire = éviter l AES Prévention secondaire = éviter la transmission après AES

18 Prévention primaire AES professionnels : Précautions standard, gants++ Matériel adapté, usage unique Boîte jette-aiguille++, matériel sécurisé Mais persistance d AES évitables (39% en 2000) AES sexuels : Préservatifs, anneau vaginal Information ciblée Ttt pré-exposition TasP = Ttt as Prevention Toxicomanie IV : Matériel unique

19 Prévention secondaire VIH Trithérapie post-exposition (TPE) 2 INTI + 1 IP/r : Truvada ou Combivir + Kaletra Pendant 28 jours Le + rapidement après AES = URGENCE Au mieux dans les 4 heures Inutile après 48h Coût 700 euros Effets secondaires : Digestifs : coprescription Motilium+Imodium Graves : cytolyse

20 Rationnel du TPE Principe : Elimination virale par ttt + syst immunitaire Avant atteint du SI / propagation virale / LT mémoires Modèles : Animaux : inoculation IV ou transmission vaginale chez singe Transmission mère-enfant : - 67% Post-AES pro : efficacité admise Post-AESex : attitude déduite Tsai, Science, 1995 Otten, J Virol, 2000 Connor, NEJM, 1994 Review Cochrane 2009 Cardo, NEJM, 1997 Review Cochrane 2009 Efficacité incomplète : 4 séroconversions décrites malgré TPE

21 Prévention secondaire - hépatites Vaccination anti-vhb : 3 injections M0 M1 M6 Efficacité quantifiable Obligatoire pour professionnels de santé Fortement recommandée pour les groupes à risque + nourrissons Séro-vaccination VHB : Dans les 72h Dans 2 sites différents Ig anti-hbs 500 UI Ag HBs M0 M1 M6 ou M0 M1 M2 M12 ou J0 J10 J21 M12 Aucune pour VHC surveillance

22 AES PROFESSIONEL

23 Mise en situation Il est 18h30, vous vous apprêtez à partir quand une élève infirmière vous interpelle : elle s est piquée le doigt lors d un prélèvement veineux malgré ses gants. Elle est très inquiète et vous demande de l aide. 1/ Vous enfilez votre écharpe et on verra demain. 2/ C est sûr, c est une urgence. Vous téléphonez à la pharmacie pour du Kalétra et du Truvada et à l administrateur de garde. 3/ Peut-être que rincer et désinfecter sont un bon début Et après?

24 Timing Premiers soins en urgence Nettoyage (rinçage abondant >10 si muqueuse) Trempage (dakin, bétadine, eau javel diluée) Ne pas faire saigner min Consulter en urgence médecin référent ou SAU Prélever le sujet source avec son consentement Sérologie VIH et Ag HBs en 2 heures Evaluation du risque Prophylaxie éventuelle 0 4 h Déclarer accident du travail 0 24 h Initier un suivi si nécessaire 0 7 j

25 Définition du risque viral moyen Si sujet source infecté VIH VHC VHB Contact peau lésée < 0,09% faible > 0,09% Contact muqueux < 0,09% à 3% faible > 0,09% Effraction cutanée 0,32% 0,5 à 1,8% 6 à 30% PAS de risque si peau saine!! Rapport Yeni 2010

26 Risque augmenté Risque diminué Piqûre profonde Piqûre au travers de gants/tissu Aiguille creuse contenant du sang frais Aiguille pleine Ponction IV ou IA Charge virale élevée du sujet source Aiguille IM ou SC Charge virale indétectable du sujet source

27 Indication du TPE (Yeni 2010) Risque et nature De l exposition Important: - Piqûre profonde, aiguille creuse et intravasculaire (artériel ou veineux) Intermédiaire: - Coupure avec bistouri - Piqûre avec aiguille IM ou SC - Piqûre avec aiguille pleine - Exposition cutanéo-muqueuse avec temps de contact >15 min - Morsures profondes avec saignement Minime: - Piqûre avec seringues abandonnées - Crachats, morsures superficielles ou griffures Patient source infecté par le VIH Prophylaxie recommandée Prophylaxie recommandée Prophylaxie non recommandée Patient source de statut VIH inconnu Prophylaxie recommandée Prophylaxie non recommandée Prophylaxie non recommandée

28 TPE pratique Prescription et délivrance 7/24 : URGENTE, selon sérologie VIH du sujet source Urgentiste ou référent infectio Pharmacie hospitalière ou «kits» Réévaluation systématique à 48-72h par infectiologue : Bénéfice/risque Tolérance Suivi de la victime Si sujet source VIH+ connu et suivi : Molécules du TPE à adapter avec infectiologue Arrêt possible du TPE à 48-72h si charge virale indétectable depuis plusieurs mois et lors de l AES.

29 Hépatites Sérologies : Sujet source Victime Ag HBs / Ac anti-hbc / VHC Ac anti-hbs Si source VHB+ et victime non vaccinée ou non-répondeuse : Sérovaccination dans les 72 heures Si source VHC+ PCR VHC à J15 et J30 + transa Ttt précoce de l hépatite aiguë?

30 Ne pas oublier Déclaration d AT par certificat médical dans les 48h. Notification à la médecine du travail. J0 AES traité NFP, ALAT, créatininémie Sérologies VIH et VHC Ac anti HBs si vacciné ALAT Sérologies VIH et VHC, Ac anti HBs si vacciné AES non traité J15 NFP, ALAT,créatininémie Pas de bilan biologique J30 NFP, ALAT, créatininémie PCR VHC si source VHC + Pas de bilan biologique S6 Pas de bilan biologique Sérologie VIH PCR VHC et ALAT si source PCR VHC + M2 Sérologie VIH Pas de bilan biologique M3 Pas de bilan biologique Sérologie VHC et ALAT si risque VHC Ac anti HBC si non répondeur ou non vacciné M4 Sérologie VIH Sérologie VHC et ALAT si risque VHC Ac anti HBC si non répondeur ou non vacciné Pas de bilan biologique

31 Autres situations fréquentes Piqûre avec aiguille dans une poubelle : Pas de TPE en général (aiguille abandonnée >30min) Vérifier vaccination anti-vhb et anti-tétanique. Pompiers, secouristes : peau non lésée = pas de TPE Contact peau lésée ou projection muqueuse > 15min = TPE

32 Enfant (Yeni 2010)

33 ACCIDENT D EXPOSITION SEXUELLE

34 Mise en situation Vous avez la chance d être de garde aux urgences un dimanche soir. Bryan consulte en pleine nuit : il est inquiet de ce qu il a lu sur Internet. Il a eu un rapport homosexuel avec un partenaire rencontré en boîte samedi soir. Ils n avaient pas de préservatif. Que lui demandez-vous?

35 Risque moyen VIH

36 Indication du TPE Risque et nature de l exposition Source VIH+ Statut VIH inconnu Rapports bucco-génitaux Recommandé Recommandé si* Rapports vaginaux Recommandé Recommandé si* Rapports anaux Recommandé Recommandé si* Personne source à risque : HSH UDIV Appartient à un groupe ds lequel prévalence VIH > 1% Situations à risque : Prise de substances psychoactives Partenaires sexuels multiples

37 Dans l immédiat Retrouver le partenaire pour réaliser les sérologies. En attendant, TPE d indication large. Respect du délai de 48h. Sérovaccination VHB si non vacciné. VHC : attention aux rapports traumatiques (anaux, viol) Risque de grossesse : Proposer pilule du lendemain Pensez aux autres IST : Sérologie syphilis systématique Chlamydiae et gonocoque selon clinique chez homme Consult gynéco chez femme

38 Suivi J0 Exposition sexuelle traitée NFP, ALAT, créatininémie Sérologie VIH, AC anti HBs si vacciné TPHA / VDRL Exposition sexuelle non traitée ALAT Sérologie VIH, AC anti HBs si vacciné TPHA / VDRL J15 NFP, ALAT,créatininémie Pas de bilan biologique J30 NFP, ALAT, créatininémie si ténofovir PCR Chlamydiae trachomatis Pas de bilan biologique S6 Pas de bilan biologique Sérologie VIH TPHA / VDRL PCR Chlamydiae trachomatis M2 Sérologie VIH Pas de bilan biologique M3 Pas de bilan biologique Ac anti HBC si non répondeur ou non vacciné M4 Sérologie VIH Ac anti HBC si non répondeur ou non vacciné Pas de bilan biologique

39 Cas particulier du viol Prélèvement du sujet source sans son consentement dans le cadre d une plainte. TPE jusqu à 72h. Suivi gynécologique Suivi psychologique et médico-légal

40 Conclusion Informer / prévenir / rassurer Evaluer le risque Prélever le sujet source Réévaluation à 48h et suivi à programmer Renforcer la prévention : PreP?

Accidents exposant au sang (AES)

Accidents exposant au sang (AES) Accidents exposant au sang (AES) Source VIH + Charge virale Inconnu / groupe de prévalence ** Type d exposition Détectable Indétectable * Haute Faible Important : - piqûre profonde, aiguille creuse, dispositif

Plus en détail

Accidents d exposition au risque viral Albert Albert Sotto Sotto février 2013

Accidents d exposition au risque viral Albert Albert Sotto Sotto février 2013 ECN n 202 Une jeune élève infirmière, vient de se piquer avec une aiguille alors qu elle venait de faire un prélèvement péè e tdesa sang veineux. eu Accidents d exposition au risque viral Albert Sotto

Plus en détail

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention

LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention LES ACCIDENTS D EXPOSITION AU RISQUE VIRAL Prise en charge & Prévention Evaluation du risque après AEV Selon le type d'accident Virus Percutanée Cutanéomuqueux Morsure VHB 2 à 40% >HCV>VIH Documentée VHC

Plus en détail

Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques.

Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques. Référence : PT/CLI/001-C Page :Page 1 sur 7 Objet : Indiquer les consignes devant être observées après la survenue d un accident avec exposition au sang ou à des produits biologiques. Résumé des modifications

Plus en détail

Dr Isabelle GUEIT 17 janvier 2014

Dr Isabelle GUEIT 17 janvier 2014 AEV : quoi de neuf avec le rapport Morlat? Dr Isabelle GUEIT 17 janvier 2014 Implication des services spécialisés pour le VIH, Urgences et Médecine du travail depuis 1995. Diminution de l incidence des

Plus en détail

Intérêt de la surveillance des Accidents Exposant au Sang dans les hôpitaux

Intérêt de la surveillance des Accidents Exposant au Sang dans les hôpitaux 9 mai 2003 Intérêt de la surveillance des Accidents Exposant au Sang dans les hôpitaux Jean-Pierre RÉZETTE École de Santé Publique C.H.U. de Charleroi Danger HIV HBV HCV Risque Quelques chiffres Quelques

Plus en détail

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca

AES. Stop au massacre! Accident d Exposition au Sang. Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca Petit g de u s bon nes p AES ide ratiqu e s Accident d Exposition au Sang Stop au massacre! Avec la participation de l ARLIN PACA http://fr.ap-hm.fr/site/arlin-paca www.urps-infirmiere-paca.fr https://www.facebook.com/urps.infirmiere.paca

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG (HIV, HBV, HCV) Anne-Sophie LASCAUX

PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG (HIV, HBV, HCV) Anne-Sophie LASCAUX PRISE EN CHARGE DES ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG (HIV, HBV, HCV) Anne-Sophie LASCAUX DEFINITION L accident d exposition au sang (AES) est une exposition percutanée par piqûre ou coupure (par une aiguille,

Plus en détail

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008

Les A.E.S. Rémi Buchaniec. Forcomed 2008 Les A.E.S Rémi Buchaniec Forcomed 2008 SOMMAIRE Définition A.E.S. Les facteurs de risque de contamination Conduite à tenir en cas d A.E.Sd Les précautions standards Conclusion Définition A.E.S. Accidents

Plus en détail

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle

Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle 1 Prophylaxie infectieuse après exposition professionnelle Introduction Le personnel soignant est régulièrement confronté au risque de contamination par le virus de l immunodéficience humaine (VIH) mais

Plus en détail

Quelles sont les professions les plus à risque d accident du travail?

Quelles sont les professions les plus à risque d accident du travail? Parlons des AES Quelles sont les professions les plus à risque d accident du travail? Les professions exposées BTP Infirmières AES 6,84% 10,3% Bois Alimentation 6,1% 5,9% Transport 4,9% Métallurgie 4,9%

Plus en détail

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène. Direction générale de la santé

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène. Direction générale de la santé SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET

Plus en détail

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée.

Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Considérez le sang de toute personne comme potentiellement infectée. Si vous vous piquez avec une aiguille contaminée : Faites saigner légèrement la plaie et lavez-la avec de l eau et du savon, sans brosser.

Plus en détail

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger

Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb. Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Devenir des soignants non-répondeurs à la vaccination anti-vhb Dominique Abiteboul - GERES Jean-François Gehanno Michel Branger Contexte Hépatite B = risque professionnel pour les soignants Passé futur

Plus en détail

ANIMATEUR/TRICE/S : SECRETAIRE/S DE SEANCE : GIST SAINT NAZAIRE médecin du travail. Médecin du travail ST BRÉVIN LES PINS

ANIMATEUR/TRICE/S : SECRETAIRE/S DE SEANCE : GIST SAINT NAZAIRE médecin du travail. Médecin du travail ST BRÉVIN LES PINS COMMISSION ACCIDENT D EXPOSITION AU SANG REUNION DU 17 FEVRIER 2011 ANIMATEUR/TRICE/S : SECRETAIRE/S DE SEANCE : Dr Christophe MICHAU Audrey BLATIER / Marjolaine BLANDIN PERSONNES PRÉSENTES : REPRÉSENTANT

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

1 ère manche Questions fermées

1 ère manche Questions fermées Quiz VIH 2011 1 ère manche Questions fermées Crips Ile-de-France / Mise à jour : août 2015 Thème : Dépistage Un test VIH négatif indique toujours que la personne qui a fait le test n est pas contaminée

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé.

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé. ih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé ist 2 vih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Plus en détail

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C

Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C Synthèse avis des groupes de travail et de lecture Et recommandation de la HAS mars 2011 sur La synthèse

Plus en détail

Prise en charge des accidents d exposition au VIH aux urgences du CHU de Nantes

Prise en charge des accidents d exposition au VIH aux urgences du CHU de Nantes Prise en charge des accidents d exposition au VIH aux urgences du CHU de Nantes Les recommandations 1995 : premières recommandations pour AES professionnel Avril 1998 : étendues aux expositions non professionnelles

Plus en détail

Urgences et VIH. V.SCHIFFER Consultation VIH/SIDA Octobre 1999

Urgences et VIH. V.SCHIFFER Consultation VIH/SIDA Octobre 1999 Urgences et VIH V.SCHIFFER Consultation VIH/SIDA Octobre 1999 Physiopathologie Séroconversion VIH Traitements Exposition professionnelle Exposition sexuelle (PEP) Physiopathologie EPIDERME: Cellules de

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

Prise en charge. Accident d'exposition au Sang (AES) Accident d Exposition au risque Viral (AEV)

Prise en charge. Accident d'exposition au Sang (AES) Accident d Exposition au risque Viral (AEV) Prise en charge Accident d'exposition au Sang (AES) Accident d Exposition au risque Viral (AEV) 1 S O M M AI R E 1. Introduction 3 1.1 Premières mesures 3 1.2 Définitions 4 2. Observation Médicale 5 3.

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Début du jeu Juillet 2008 1

Début du jeu Juillet 2008 1 Réalisation du diaporama: Jacinthe Marchand, CSSS des Pays-d en-haut Renseignements tirés de La transmission du VIH : guide d évaluation du risque, 5e édition (2004) Société canadienne du sida, 80 pages.

Plus en détail

Plan le Risque. DEFINITION DU RISQUE.Sa nature. DEFINITION DU RISQUE.L activité (1) «Primaire»= intervention d urgence

Plan le Risque. DEFINITION DU RISQUE.Sa nature. DEFINITION DU RISQUE.L activité (1) «Primaire»= intervention d urgence ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG EN SMUR «Stratégies de prévention» Plan le Risque Sa nature Son milieu Sa cible Son épidémiologie Son impact Sa criticité Patrick LAGRON SAMU 9/SMUR GARCHES GERES Formation

Plus en détail

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DOCTEUR EN MÉDECINE

THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DOCTEUR EN MÉDECINE UNIVERSITÉ PARIS DIDEROT - PARIS 7 F A C U L T É D E M É D E C I N E Année 2011 n THÈSE POUR LE DIPLÔME D ÉTAT DE DOCTEUR EN MÉDECINE PAR Melle CAMBON-LALANNE Clotilde Née le 03/10/1983 à Clamart (92)

Plus en détail

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B

Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Vaccination du personnel de santé contre l hépatite B Questions fréquentes R. Kammerlander Forum Hygiène Lausanne 13 avril 2005 Risque de transmission du VHB de patient à soignant USA Diminution de > 95%

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

Une piqûre ne tombant pas à pic

Une piqûre ne tombant pas à pic Dossier 1 Une piqûre ne tombant pas à pic Énoncé Amélie, 31 ans, aide-soignante au bloc opératoire se pique le doigt avec une seringue en vidant la poubelle, suite à une opération chirurgicale. Vous êtes

Plus en détail

COMMISSION ACCIDENT D EXPOSITION AU SANG

COMMISSION ACCIDENT D EXPOSITION AU SANG COMMISSION ACCIDENT D EXPOSITION AU SANG REUNION DU 27 MAI 2010 COMPTE RENDU REUNION DU 1 ER SEPTEMBRE 2009 ANIMATEUR/TRICE/S : SECRETAIRE/S DE SEANCE : Dr. Christophe MICHAU Melle Audrey BLATIER M. Fabrice

Plus en détail

Les hépatites virales chroniques B et C

Les hépatites virales chroniques B et C Les hépatites virales chroniques B et C www.aqodad.ma Service d hépato-gastroentérologie CHU HASSAN II; Fès 6èmes journées médicales d Al Hoceima; Le 28 09 2013 1 Introduction Problème majeur de santé

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

NATIONS UNIES INFORMATION A L UTILISATION DES TROUSSES PPE MARS 2014 A L USAGE DU/DES: PREPOSES DES TROUSSES PPE ANTI-VIH (PAGE 1)

NATIONS UNIES INFORMATION A L UTILISATION DES TROUSSES PPE MARS 2014 A L USAGE DU/DES: PREPOSES DES TROUSSES PPE ANTI-VIH (PAGE 1) LA PROPHYLAXIE POST EXPOSITION (PPE) POUR LE VIH AU SEIN DES NATIONS UNIES INFORMATION A L UTILISATION DES TROUSSES PPE MARS 2014 A L USAGE DU/DES: PREPOSES DES TROUSSES PPE ANTI-VIH (PAGE 1) PATIENTS

Plus en détail

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie?

Le SIDA. Et toi, Qu est-ce que tu connais. De cette maladie? Le SIDA Et toi, Qu est-ce que tu connais De cette maladie? Sommaire 1 partie : Testez vos connaissances Pages jaunes 1. Çà veut dire quoi cette maladie 2. Comment peux-tu l attraper? 3. Prendre un risque,

Plus en détail

Prévention des infections transmises par voie sanguine lors de soins aux patients

Prévention des infections transmises par voie sanguine lors de soins aux patients Prévention des infections transmises par voie sanguine lors de soins aux patients Le modèle Suva La Suva est mieux qu une assurance: elle regroupe la prévention, l assurance et la réadaptation. La Suva

Plus en détail

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire

INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire Vaccination des étudiants du Baccalauréat en Médecine de Lausanne INFORMATIONS pour le médecin qui contrôle et complète le formulaire La vaccination du personnel de santé est recommandée par l Office fédéral

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION. PrEP. Prophylaxie Préexposition - PrEP. en France. Un nouvel outil de prévention pour les hommes gays séronégatifs

LIVRET D INFORMATION. PrEP. Prophylaxie Préexposition - PrEP. en France. Un nouvel outil de prévention pour les hommes gays séronégatifs LIVRET D INFORMATION PrEP Prophylaxie Préexposition - PrEP en France Un nouvel outil de prévention pour les hommes gays séronégatifs La PrEP LA PrEP C EST QUOI? OU EN EST-ON? LA PrEP C EST POUR QUI? LA

Plus en détail

18 Prise en charge des situations d exposition au risque viral

18 Prise en charge des situations d exposition au risque viral 18 Prise en charge des situations d exposition au risque viral La mise en œuvre des recommandations de traitement post-exposition (TPE) repose sur un dispositif hospitalier transversal, défini dans ses

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES.

1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. LES OBJECTIFS RECHERCHES SONT : 1 - DE MIEUX DETERMINER LES INDICATIONS DU TRAITEMENT 2 - DE PREVENIR PAR UN MEILLEUR CHOIX DES MEDICAMENTS LA SURVENUE D EFFETS INDESIRABLES GRAVES. 3 D AMELIORER LE DISPOSITIF

Plus en détail

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013

Hépatite B. Le virus Structure et caractéristiques 07/02/2013 Hépatite B Le virus Structure et caractéristiques o o o Famille des Hepadnaviridae Genre orthohepadnavirus Enveloppé, capside icosaédrique, 42 nm 1 Le virus Structure et caractéristiques En microscopie

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE DES AGRESSIONS SEXUELLES

LA PRISE EN CHARGE DES AGRESSIONS SEXUELLES LA PRISE EN CHARGE DES AGRESSIONS SEXUELLES DR GILLES CHRISTINE GYNECOLOGIE C.H.U. SAINT PIERRE O.M.S. Le viol se définit comme «tout acte de pénétration même légère de la vulve ou de l anus imposé par

Plus en détail

TPE 2 INRTI + 1 IP RATIONNEL TRUVADA + KALETRA. William Tosini RATIONNEL RATIONNEL. Arguments Biologiques. Études Animales. Transmission Mère - Enfant

TPE 2 INRTI + 1 IP RATIONNEL TRUVADA + KALETRA. William Tosini RATIONNEL RATIONNEL. Arguments Biologiques. Études Animales. Transmission Mère - Enfant RATIONNEL Évaluation de la Tolérance de l Association Tenofovir/Emtricitabine + Lopinavir boosté par Ritonavir formulation comprimé TRUVADA + KALETRA dans le Cadre du Traitement Post-Exposition (TPE) au

Plus en détail

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT 2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte 2-1-1- Objectif du traitement L objectif du traitement antirétroviral est l obtention d

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD

Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD Pratiques liées aux gestes invasifs et antécédents d Accidents Exposant au Sang (AES) dans les EHPAD Dr Christine CHANSIAUX-BUCALO, PH Equipe Mobile de Gériatrie, Hôpital Bretonneau, 7518 Paris Dr Christine

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

GUIDE POUR LA PROPHYLAXIE POSTEXPOSITION (PPE) AUX PERSONNES EXPOSÉES À DES LIQUIDES BIOLOGIQUES DANS LE CONTEXTE DU TRAVAIL

GUIDE POUR LA PROPHYLAXIE POSTEXPOSITION (PPE) AUX PERSONNES EXPOSÉES À DES LIQUIDES BIOLOGIQUES DANS LE CONTEXTE DU TRAVAIL GUIDE POUR LA PROPHYLAXIE POSTEXPOSITION (PPE) AUX PERSONNES EXPOSÉES À DES LIQUIDES BIOLOGIQUES DANS LE CONTEXTE DU TRAVAIL 05-331-01 GUIDE POUR LA PROPHYLAXIE POSTEXPOSITION (PPE) AUX PERSONNES EXPOSÉES

Plus en détail

Prévention de la transmission soignant-soigné des virus hématogènes VHB, VHC, VIH

Prévention de la transmission soignant-soigné des virus hématogènes VHB, VHC, VIH Prévention de la transmission soignant-soigné des virus hématogènes VHB, VHC, VIH Collection Avis et Rapports Juin 2011 Prévention de la transmission soignant-soigné des virus hématogènes VHb, VHC, VIH

Plus en détail

ANALYSE DES A.E.S. Le patient ANALYSE ET PREVENTION DES A.E.S. D.M et A.E.S en Médecine Bucco-dentaire et Chirurgie Orale

ANALYSE DES A.E.S. Le patient ANALYSE ET PREVENTION DES A.E.S. D.M et A.E.S en Médecine Bucco-dentaire et Chirurgie Orale Formation Binômes relais-stratégie de prévention des AES 20-21 novembre 201 Paris, faculté de Médecine Bichat ACCIDENTS DEXPOSITION AU SANG EN MÉDECINE BUCCO-DENTAIRE ET CHIRURGIE ORALE. ANALYSE ET PREVENTION

Plus en détail

Dépistage VIH : des Test Rapides d Orientation d. Diagnostique. CDAG de Bichat. Cadre législatifl. Parcours habituel dans la CDAG :

Dépistage VIH : des Test Rapides d Orientation d. Diagnostique. CDAG de Bichat. Cadre législatifl. Parcours habituel dans la CDAG : Dépistage VIH : CDAG de Bichat Test Rapide d Orientation d Diagnostique CDAG Bichat Claude-Bernard Paris 75018 Sandrine Rumi (infirmière) Situé dans l'enceinte de l'hôpital. Environ 6000 tests VIH / an.

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie

HépatiteC n 7. Hépatite chronique B : onseil. quelques notions pour mieux connaître ma maladie HépatiteC n 7 onseil Ma maladie Mon traitement Ma vie sociale Hépatite chronique B : quelques notions pour mieux connaître ma maladie Sommaire Après plusieurs prises de sang, mon médecin me confirme que

Plus en détail

Dents et risque infectieux

Dents et risque infectieux Dents et risque infectieux Olivier Rogeaux Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry Dents et bactéries La région buccale n est pas stérile La région buccale n

Plus en détail

Recommandation de la Haute autorité de santé (France) pour le dépistage biologique des hépatites virales B et C

Recommandation de la Haute autorité de santé (France) pour le dépistage biologique des hépatites virales B et C Recommandation de la Haute autorité de santé (France) pour le dépistage biologique des hépatites virales B et C Guidelines of the French National Authority for Health for the biological screening of B

Plus en détail

ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL

ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL Etats des lieux en Aquitaine Dr S. Frantz-Blancpain- Pr C. Hocké- Dr L. Gomes Centre d AMP clinique CHU Bordeaux Séminaire de formation CNGOF 24 mai

Plus en détail

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes ARLIN Rhône-Alpes Relais de proximité du CCLIN Sud-Est ARLIN Rhône-Alpes Missions définies par Arrêté en

Plus en détail

Le 4 juillet 2012. Addenda

Le 4 juillet 2012. Addenda Division de la santé publique et des soins de santé primaires Lutte contre les maladies transmissibles 300, rue Carlton, 4 e étage, Winnipeg (Manitoba) R3B 3M9 Tél. : 204 788-6737 Téléc. : 204 948-2040

Plus en détail

RISQUES PARTICULIERS ET MESURES DE PREVENTION EN PSYCHIATRIE

RISQUES PARTICULIERS ET MESURES DE PREVENTION EN PSYCHIATRIE RISQUES PARTICULIERS ET MESURES DE PREVENTION EN PSYCHIATRIE 1 PATHOLOGIES Psychoses Névroses Alcoolisme Toxicomanie Anorexie, boulimie Schizophrénie 2 RISQUES PARTICULIERS Le nombre de soins techniques

Plus en détail

ACTION DE PROMOTION DE LA SANTE ENQUETE SUR LE VIH ET LES ETUDIANTS. SIMPPS Toulouse

ACTION DE PROMOTION DE LA SANTE ENQUETE SUR LE VIH ET LES ETUDIANTS. SIMPPS Toulouse ACTION DE PROMOTION DE LA SANTE ENQUETE SUR LE VIH ET LES ETUDIANTS 1 er décembre 2008 SIMPPS Toulouse Service Interuniversitaire de Médecine Préventive et de Promotion de la Santé Directeur : Pr Jean-Marc

Plus en détail

Implication des Corevih dans l arrivée des ADVIH: Expérience du Corevih LCA

Implication des Corevih dans l arrivée des ADVIH: Expérience du Corevih LCA Implication des Corevih dans l arrivée des ADVIH: Expérience du Corevih LCA Réunion Icône 2015 STRASBOURG Laurence Boyer - PH -SMIT- CHU Nancy Contexte Plan VIH/Sida/IST- 2010/14: Augmenter le dépistage:

Plus en détail

1. HyGiÈne. 1.1 Se laver les mains

1. HyGiÈne. 1.1 Se laver les mains II. Prévention 37 1. HyGiÈne Hygiène des mains 1.1 Se laver les mains Les agents infectieux sont souvent transmis par les mains non lavées. Dans le domaine des drogues illégales, l hygiène des mains est

Plus en détail

HEPATITE VIRALE B ET GROSSESSE

HEPATITE VIRALE B ET GROSSESSE HEPATITE VIRALE B ET GROSSESSE D r Yannick BACQ Pas de conflit d'intérêt Influence du VHB sur la grossesse et vice versa Influence de l'infection par le VHB sur le déroulement de la grossesse Augmentation

Plus en détail

VERS UN DEPISTAGE ANONYME DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES AUX HUG

VERS UN DEPISTAGE ANONYME DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES AUX HUG VERS UN DEPISTAGE ANONYME DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES AUX HUG 21/05/2012 Monique Hess IRus des CSSA Département Spécialités de Médecine HUG Contexte. Objectifs stratégiques. Objectifs opérationnels.

Plus en détail

DASRI. Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux

DASRI. Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux DASRI Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux SOMMAIRE PRÉAMBULE 5 LE TRI 7 1. Déchets Assimilables aux Ordures Ménagères - DAOM 7 2. Déchets d Activités de Soins à Risques Infectieux - DASRI

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

Un dépistage positif, que faire? épatite

Un dépistage positif, que faire? épatite Un dépistage positif, que faire? épatite Que signifie un test de dépistage positif pour l hépatite C? Un test de dépistage de l hépatite C positif signifie que le laboratoire a détecté dans le sang des

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG EN EPHAD: RÔLES DU MEDECIN COORDONNATEUR

ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG EN EPHAD: RÔLES DU MEDECIN COORDONNATEUR UNIVERSITE RENE DESCARTES PARIS V FACULTE DE MEDECINE COCHIN-PORT ROYAL ACCIDENTS D EXPOSITION AU SANG EN EPHAD: RÔLES DU MEDECIN COORDONNATEUR Par Jean-Philippe LEBORGNE Docteur en Médecine DIU DE MEDECIN

Plus en détail

Mes liens d intérêts

Mes liens d intérêts Mes liens d intérêts 1 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques, et de parcours de soins et maladies chroniques de la HAS Je déclare n avoir aucun lien, direct

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

Autotests de dépistage de l infection par le VIH

Autotests de dépistage de l infection par le VIH Questions-Réponses Information à l intention des professionnels de santé et des associations Autotests de dépistage de l infection par le VIH Mars 2015 En raison de la commercialisation prochaine des autotests

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

Prévention des A.E.S. : le respect des précautions. S.Touche médecin du travail C.H.U. de Reims, référente AES ResCLIN, C-CLIN Est, RAISIN

Prévention des A.E.S. : le respect des précautions. S.Touche médecin du travail C.H.U. de Reims, référente AES ResCLIN, C-CLIN Est, RAISIN Prévention des A.E.S. : le respect des précautions S.Touche médecin du travail C.H.U. de Reims, référente AES ResCLIN, C-CLIN Est, RAISIN les précautions générales d hygiène ou «précautions standard» à

Plus en détail

Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH :

Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH : Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH : Le VIH est le virus qui provoque le SIDA. Il peut être transmis lors de relations sexuelles non protégées (anales, vaginales ou orales)

Plus en détail

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE

L HÉPATITE B L ABC DE. S informer, se protéger et protéger ses proches LES GESTES À FAIRE L ABC DE L HÉPATITE B LES GESTES À FAIRE S informer, se protéger et protéger ses proches Direction de santé publique de Laval www.santepubliquelaval.qc.ca Je m informe QU EST-CE QUE L HÉPATITE B? 1 C est

Plus en détail

Informations express sur la prévention du VIH

Informations express sur la prévention du VIH Informations express sur la prévention du VIH Où se trouve le VIH? On peut trouver le VIH dans de nombreux fluides corporels tels que le sang, le sperme, les fluides vaginaux et le lait maternel. Comment

Plus en détail

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit.

Je fais vacciner mes enfants. Je demande à mes proches de. Je me fais vacciner contre l hépatite A. si le médecin me l a prescrit. Pour plus d information, je contacte : Dr 1 Mon médecin : 2 Le service Info-Santé : 811 3 La Fondation canadienne du foie : www.liver.ca ou 514 876-4170 www.lavalensante.com MA LISTE D ACTIONS Je visite

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Fiche 1 : Qu est-ce que le sida? Qu est-ce qu une IST?

Fiche 1 : Qu est-ce que le sida? Qu est-ce qu une IST? Fiche : Qu est-ce que le sida? Qu est-ce qu une IST? Quelques dates 98 : Identification d un premier cas de la maladie du SIDA 983 : Identification du virus VIH par l Institut Pasteur 987 : Première prescription

Plus en détail

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic)

La maladie de Lyme. Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La maladie de Lyme Prescrire 1993, 1994, fev. 2006 (tire tic) La CC de la SPILF du 13 déc. 06 (nombre des diapo de ce diaporama sont empruntées à la SPILF : merci) 1 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques,

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Rapport Morlat2013 REUNION COREVIH - Vendredi 17 Janvier 2014 Docteur Yasmine DEBAB Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Rouen 1 I. Désir

Plus en détail

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités

Risque infectieux en pratique dentaire. Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne. Particularités Risque infectieux en odontologie : conséquences en pratique quotidienne Dr Christine BONNAL, PH Hygiène Béatrice HEDOUX-QUEAU Cadre hygiéniste Catherine CHARPINET Infirmière hygiéniste Hôpital Bretonneau,

Plus en détail

RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE. Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C. Argumentaire

RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE. Stratégies de dépistage biologique des hépatites virales B et C. Argumentaire RECOMMANDATION EN SANTE PUBLIQUE Stratégies de biologique des hépatites virales B et C Argumentaire Mars 2011 L argumentaire scientifique de cette évaluation en santé publique est téléchargeable sur www.has-sante.fr

Plus en détail

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant.

Premiers soins. Fiche 12 Hémorragies. A. Saignement par une plaie. Compression manuelle. Arrêter un saignement abondant. Fiche 12 Hémorragies Arrêter un saignement abondant. Premiers soins A. Saignement par une plaie Attention : une hémorragie peut être masquée par les vêtements. Compression manuelle 1. Allonger le patient.

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 6 ème journée de vaccinologie clinique JG Guillet Mardi 4 juin 2013

Plus en détail

Le dépistage des risques en cours de la grossesse

Le dépistage des risques en cours de la grossesse Le dépistage des risques en cours de la grossesse DR : BOUCHOUCHA-H Le plan du cours Introduction Les risques à dépistés et les moyens de dépistage L échographie : Conclusion -iso-immunisation : GR-RH

Plus en détail

Hépatite B autant prevoir...

Hépatite B autant prevoir... Hépatite B Autant PREVOIR... Qu est ce que L hépatite B est une inflammation du foie. Elle est provoquée par un virus : le VHB. Elle se transmet par les relations sexuelles mais elle peut aussi se transmettre

Plus en détail

QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES AUX EXPERTS DU SERVICE TELEPHONE VERT SIDA (800861061) ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA

QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES AUX EXPERTS DU SERVICE TELEPHONE VERT SIDA (800861061) ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA QUESTIONS FREQUEMMENT POSEES AUX EXPERTS DU SERVICE TELEPHONE VERT SIDA (800861061) ISTITUTO SUPERIORE DI SANITA INFORMATIONS SUR LE TEST DE DEPISTAGE Q. Quels examens médicaux doit-on faire pour détecter

Plus en détail

COMITE DE COORDINATION DE LA LUTTE COREVIH MARTINIQUE CONTRE L INFECTION PAR LE VIH. Réalisation : Corevih de Martinique.

COMITE DE COORDINATION DE LA LUTTE COREVIH MARTINIQUE CONTRE L INFECTION PAR LE VIH. Réalisation : Corevih de Martinique. Réalisation : Corevih de JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA EDITION 2014 QU EST CE QUE LA JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA OU JMS? Le concept d une Journée mondiale de lutte contre le sida

Plus en détail