COI{'TROLE DE L'ONCHOCERCOSE DAIIS IA REGION DU BASSIN DE IA VOLTA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COI{'TROLE DE L'ONCHOCERCOSE DAIIS IA REGION DU BASSIN DE IA VOLTA"

Transcription

1 ocpf 7s,L A}NEXE V-4 CO{'TROLE DE L'ONCHOCERCOSE DAS A REGON DU BASSN DE A VOLTA Rapport préparé Pour les Gouvernements de Côte d'voire, Dahomey, Ghana, Haute-Volta, Mali, Niger et Togo A.NEXE V-4 : PROGRAMME CHFFRE DE L'EVALUATON EPDEMOLOGQUE DU PROGRAMME DE LUTTE CONTRE L'ONCHOCERCOSE DANS LE BASSN DE T'A VOLTA t Genève 1973

2 Progranune des Nations Unies pour le Développement Organisation pour lralimentation et 1'Agriculture des Nations Unies Banque nternationale pour la Reconstruction et le Développement Organisation Mondiâe de a Santé,

3 Page 1 PROGRAMME CHFFRE DE L'EVALUATON EPDEMOLOCQUE DU PROGRAMME DE LUTTE CONTRE L'ONCHOCERCOSE DANS LE BASSN DE 'A VOLTA. GE.ERALTES l. pour déterbiner 1'efflcacité du Programme de Lutte contre 'Onchocercose, il faut que les chanbements survenant dans la population vectrice et dans la maladie puissent être mesurés à intervalles voulus pendant et après a campagne. Le programme vise à interrompre la transmission de 'infection par une réduction radicale voire par l'étimination du vecteur dans les régions où la maladie sévit aujourd'hui à t'état endémique. [.,e recours à ta chlmiothérapie de masse ne pourra être envisagé qu'après de nombreuses études, couronnées de succès, sur les nédicaments et leurs néthodes d,administration. Le présent schéura d'évaluatior,'."a destiné à mesurer l,effet de a luttê antivectorielle sur la maladie, en tenant compte du fait que, chez les sujets déjà atteints, 1'onchocercose suivra son cours naturel. Si, grâce à,interruption de la transmisslon par les mesures anti-simulies, il n'y a pas de surinfection, on peut s'attendre toutefois à ce que e cours habituel de la maladie se trouve modifié. La vie d'un Onchocerca volvu lus adulte étant sensiblement inférieure à 'espérance de vie de a population humaine dans les régions d'endémicité, 'intensit( de f infection va décroître progressivement d'une année à 'autre, à condition bien entendu que le vecteur ne soit pas réintroduit. Puisqu'i existe une corrélation étroite entre l'intensité de 'infection d'une part, la fréquence et a gravité des manifestations cliniques d'autre part, on peut penser que 'incidence des lésions onchocerquiennes diminuera peu à peu.. pour mesurer les changements dans le degré d'endémicité, a méthode la plus sensible consiste à déterminer le nombre d'infections récentes dans la fraction réceptive et indemne de 1a population exposée, c'est-à-dire principalement chez les enfants et les jeunes adultes. Le taux de réduction de f incidence ou de 'j.mportance de 'infection doit être mesuré par rapport à des données de base recueillies sur de nombreuses années et reflétant l'évolution de 1'onchocercose dans es conditions naturelles, conditions qui varient considérablement d'une année à l'âutre. Si ces données n'existent pas, on utilisera les taux de prévatence selon 'âge et le sexe pour des villages et des villes soigneusement sélectionnés représentant toutes les situations épidémiologlques que l'on rencontre dans les régions des sept pays concernés incluses dans la zone du programme. 3. Les variations de la prévalence peuvent être mesurées par une série d'enquêtes transversales conduites dans les mêmes collectivités. La FG. V-4.1 représente une projection des taux d'infection attendus dix ans après 'interruptron de la transmission dans un village où 1'onchocercose sévissait auparavant à l'état endémique. ',a ".r.u.ilance entomologique est décrite à 1'annexe V-3.

4 Page l s'agit d'une projectron prudente puisqu'elle suppose qu'on trouvera encore, dix ans après 'interruption de a transmission, des microfilaires dans les biopsies cutanées de sujets anciennement infectés, cela en dépit du recul de f infectiosité dû à a drspariti.on naturelle des vers adultes. On peut ainsi prévoir aisément le pourcentage d'infections nouvelles survenant chez des individus qui étaient indemnes au moment de 1'étude de base. Compte tenu de a limitation des ressources en personnel et de 'organisatron complexe que nécessitent ces enquêtes, i semble raisonnable de frxer à 3 ans f intervalle entre chaque examen d'un même échantillon de population. Malgré les départs et les décès, i doit être possible de trouver dans chaque village un nombre suffisant d'individus qui pourront être inclus dans 1'échantillon pendant toute la période d'évaluation. 4. Les effets du programme de lutte antivectorielle sur la maladie chez 'homme doivent être éva1ués de deux façons. D'une part, il faut, en prenant des échantillons démographiques représentatifs, étudier systématiquement le taux d'infection selon l,âge et le sexe ainsi que les manifestations cliniques et, d'autre part, il faut procéder à l,étude longitudinale des mêmes membres d'une cohorte. Pour ces enquêtes on se servira de protocoles standards et de méthodes uniformes aussi bien pour cliagnostrquer 'infection que pour déterminer son intensité et déceler ses diverses manifestations clrniques..l'appendice de cette annexe en donne un exemple. 5. En principe, l'évaluation épidémiologique du Programme de Lutte contre l'onchocercose doit se farre à deux niveaux : l) Dans tous les villages séectionnés, on commencera par une étude de base afin de déterminer 1a prévalence de f infection et des manifestations cliniques graves selon l,âge et le sexe; on procédera aux examens suivants : biopsies cutanées, recherche externe des nodules et des lésions cutanées spécifiques, mesure de 'acuité visuelle au moyen de t'échelle des "E" pour analphabètes, examen oculaire sommaire par un ophtalmotogiste. Dans tous les villages, l'enquête sera renouvelée tous les trois ans. ) Dans une dlzaine des OO à 3O villages choisis, on procédera à des études épidémiologiques et cliniques approfondies qui comporteront des examens oculaires à la lampe à fente, des examens du fond d'oeil, des biopsies cutanées multiples standards, des recherches de microfilaires dans l'urine et a mise en oeuvre d'une batterie d,épreuves diagnostiques permettant de déterminer la prévalence et a gravité des principales maladies coendémiques (paludisme, schistosomiase, trypanosomiase, helminthiases intestinales, etc.). Ces examens Seront repris tous les ans' 6. pour assurer dans tous les villages choisis le haut niveau de partlcipation nécessaire au succès des études longitudinales, 1'équipe médicale sera appelée à donner des sorns au moment de son enquête dans les villages étudiés. Les dispositions

5 Page 3 définitives concernant cet élément essentiel du programme de recherche devront être prises dans chacun des sept pays concernés en coopération étroite avec les autorités sanitaires locales.. CONSÎRUCTON DE L'ECHANTL.ON 7. La population de la région du programme est estimée à dix mitlions de personnes. Les viltages à inclure dans 1'étude seront choisis selon un schéma de stratification basé sur la prévalence observée ou estrmée. A l'heure actuelle on dispose d'estimations pour des collectivités et des cantons représentant approximativement 5,6 mil- ions de personnes, soit environ la moitié de la population totale concernée. Toutefors, on pense que des données supplémentaires seront bientôt disponibles est prévu que les enquêtes d'évaluation épidémiologique seront exécutées par deux équipes travaillant pendant la saison sèche, ce qui équivaut approximativement à 5O jours de travail par équipe et par an. Si chacune d'elles examine 50 personnes par jour de travail, il faudra environ deux ans pour examiner les quelque 30 OOO personnes composant les échantillons sélectionnés pour 1'enquête longitudinale. Cela représente environ O,5 % de a population qui sera étudiée, soit environ Or3 % de La population totale vivant dans la région du programme. Comme tes données de base sont incomplètes pour certains secteurs, i faudra probablement ajouter 10 OOO personnes pour que toute la région soit représentée dans le schéma d'évaluation. 9. Des enquêtes antérieures ont fait apparaître de grandes différences dans le degré d'endémicité entre des villages pourtant proches les uns des autres. L'unité de sondage primaire sera donc le village. 1 est souhaitable que les échantillons soient aussi dissémrnés que possible, de façon que chaque pays de a région du pro- Bramme soit représenté. En outre, puisqu'il s'agit essentiellement de déterminer les effets du programme dans les régions à forte endémicité, les villages seront choisis de telle façon que les deux tiers environ de la population à étudier se trouvent dans des villages dont l'endémicité est jugée moyenne ou élevée. L'endémicité peut être classée en quatre catégories : 1) sporadique : prévalence de Or à 9,9 %; ) faible ou hypoendémique : 10 à 39,9 7o; 3) moyenne ou mésoendémique : 40 à 69,9 %; et 4) élevée ou hyperendémique : 7O % et davantage. O. Lê tableau V-4.1 indique le chiffre estimatif de la population dans la région du programme pour chaque pays, et, en fonction de ce chiffre, le nombre minimum de grappes (groupes d'habitations) à retenir et e nombre de personnes à inclure dans 1'enquête en supposant que chaque grappe compte 3OO personnes. Comme le vitlage constitue 1'unité de sondage et que ceux pour lesquels on dispose actuellement de données ont une population qui va de 45 à 0 OOO habitants, il a été décidé que dans les collectivités de 3OO personnes ou moins, on retiendra le village tout entier, Cette classification est légèrement différente de celle proposée par le Comité OMS drexperts de 1'Onchocercose ( mond. Santé Sér. techn. 1966, N'335, 5) et permet une plus grande flexibilité dans 1'évaluation de 1a situation.

6 Page 4 mais que, dans les villages plus importants, on choisira un groupe C'habitations, en terminologie statistique "une grappe". La grappe sera donc selon le cas un village entier ou une partie de village mais elle ne comprendra jamais plus cle 3OO personnes. l convrent de noter que 1'échantillorlnage sera renforcé por.tr les pays représentés par des échantillons de population relativement farbles afin d'avoir au moins 3OO sujets dans les classes d'endémicité "sporadique" et "faible" et au moins 600 dans les classes "moyenne" et "élevée". 3. CHOX DES VTLLAGES t. pour 6 des? pays, tes villages ont été sélectionnés de façon aéatoire d'après le degré d,endémicité (voir 'appendice ). Cette première sélection a donné un nombre double du nombre minimum de grappes nécessaires pour l'étude. On a voulu s'assurer ainsi une marge de participation suffisante pour tenir compte du fait qu,il existe des vitlages de moins de 3OO habitants et qu'i sera peut-être impossible d,étudier certains des villages chorsis. Dans le cas des collectivités pour lesquelles on ne possède pas d'estimation de a population, c'est a population moyenne des villages dans la classe d'endémicité correspondante qui a été incluse dans le total pour chaque pays. A 1'appendrce, ces chiffres frgurent entre parenthèses. 1. En ce qui concerne le Togo, les données actuelles sur la prévalence de 'onchocercose par village ont été lugées insuffisantes. La sélection sera donc faite plus tard, orsque les études épidémiologlques auront fourni les informations de base nécessaires. Au Dahomey, au Mali et au Niger, très peu de vitlages connaissent une endémicité "moyenne" et "élevée". Le choix y sera opéré par tirage au sort d'après les données qui viendraient à être disponibles ultérieurement. 13. En Haute-Volta, es taux de prévalence sont connus pour de nombreux villages mais les données disponibles à 'époque où ce document a été rédigé ne faisaient état que des moyennes par cantons. La transmission des données de base est en cours. provisoirement, on a donc évalué le nombre de villages de chaque canton cl'après 'effectif de la population et a prévalence onchocerquienne. Puis on a procédé à une sélection atéatoire des villages, les agglomérations choisies étant désignées par des numéros. Pour permettre f identification de ces villages, une liste complète des agglomérations de chaque canton devra être établie par ordre alphabétique et numérotée. Cees qui correspondent aux numéros sélectionnés seront incluses dans 'enquête. 14. Puisque le taux de prévalence dans un canton représente la moyenne des différents viltages qui le composent, il est probable que certains villages à forte endémicité passeront inaperçus. Afin d'augmenter leurs chances de figurer dans 1'échantillon définitrf, on suggère que, dans ces cantons, seuls les villages de moins de 1OOO habitants soient portés sur a liste et affectés d'un numéro.

7 Page 5 4. CHOX DES CRAPPES 15. Un nombre minimum de grappes seront étudiées dans chaque classe d'endémicité. pulsque chaque Brappe ne peut comprendre plus de 3OO individus, on en retiendra suffisamment dans 1'enquête pour parvenir au nombre de participants souhaité dans chaque classe. faudra d'abord disposer des données du dernier recensement des ménages pour chacun des vittages séectionnés. 16. S'il s'agit d'un villabe de 3OO personnes ou moins, tout le village sera inclus dans 1'échantillon; si au contraire le village compte nettement plus de 3OO personnes, une grappe sera sélectionnée par 1'un des deux moyens suivants : 1) si possible, on étabtira une carte indiquant 1'emplacement de châque habitation ou concession familiale. Des numéros seront attribués à chacune de telle manière que la dernière habitation se trouve aussi près que possible de la première. Un tirage au sort désignera la première habitation de la grappe. D'après les chiffres du recensement et le nombre d'habitations du village, on calculera le nonbre moyen d'occupants par habitation puis le nombre drhabitations nécessairê pour réunir au moins 3OO personnes. La grappe à étudier comprendra donc tous les occupants des habitations choisies. ) Si e village est beaucoup trop grand pour que chaque habitation puisse être portée sur la carte, i sera divisé en plusieurs quartiers correspondant à des limites naturelles ou administratives. Chacun de ces quartiers recevra un numéro et 'un de ces numéros sêra choisi de façon aléatoire. Lês habitations du quartier sélectionné seront portées sur la carte et a grappe de 3OO personnes à inclure dans 'enquête sera choisie comme indiqué plus haut. Si le quartier choisi totalise moins de 3OO habitants, le choix sera étendu aux habitations du quartier le plus proche, de façon à obtenir 1'effectif voulu. L7. Pour a sélection aléatoire et l'identification des villages choisis, deux tableaux pour chaque pays de a zone du projet, à l'exception du Togo, sont donnés à 1'appendice. l,e premier indique pour chacune des classes d'endémicité : a) e nombre de villages (chiffre estimatif dans le cas de la Haute-Volta) pour lesquels on dispose d'informations sur la prévalence; b) le nombre minimun de grappes à inclure dans 1'enquête; et c) le nombre de personnes à inclure dans 'échantillon. On atteindra 'effectif requis à partir des grappes ou villages en procédant de telle sorte qu'aucune grappe ne comprenne plus de 3OO personne.s; par exemple, pour avoir 600 personnes, 11 faut au moins deux grappes; on étudiera donc, selon les cas, deux grappes de 3OO personnes ou une grappe de 3OO personnes plus deux grappes de 90 personnes (deux villages de seulement 90 habitants chacun) et une grappe de 1O personnes. 18. L,e second tableau indique les villages sélectionnés de façon aléatoire d'après leur classe d'endémicité et reproduit pour chacun d'eux le chiffre du dernier recensement de population connu ou le chiffre estimatif de la population. Ce tableau sera utilisé comme suit :

8 Page 6 1) Les vilrages seront inclus dans 1'enquête en suivant l,ordre dans requel ils sont répertoriés. s'i1 n'est pas possible d'étudier la population d,un virlage, on prendra le virlage qui vient immédiatement après sur ra liste. ) Les enquêteurs se rendront dans les villages figurant en premier sur ra liste dans chaque classe d'endémicité, afin de se procurer les données du dernier recensement (pour tes vi-rlages de Haute-volta, dont le nom n,est pas indiqué, voir re paragraphe 5 ci-dessous). s'il s'aglt d'un virlage d'environ 3oo personnes ou moins, toute la population sera incluse dans 'enquête. s'i} y a plus de 3oo personnes, on choisira une grappe de façon à obtenir environ 3OO sujets (voir paragraphe 15). 3) Si- 1'on s'aperçoit que la population d'un village retenu dans l'échantillon n'appartient pas à la classe drendémicité prévue, on prendra le village qui vient après sur la liste. 4) on prendra ainsi autant de villages qu'i sera possibre jusqu'à obtention de 'effectif requis dans chaque classe d,endémicité. 5) Dans le cas de la Haute-Volta, si un village sélectionné n'est pas indiqué par son nom, on dressera la liste de toutes les agglomérations du canton et on leur attribuera un numéro (voir paragraphe 13). Pour le village dont le numéro correspond à celui qui figure sur la liste des virlages sélectionnés, on procédera cornme en l) et ). Si le nombre de villages d'un canton a été surestimé et que le numéro du village choisr- dépasse le 'nombre total des viltages, on ne tiendra pas compte de ce chiffre et l'on retiendra le village qui figure aussitôt après sur la liste des agglomérat ions choisies. 6) lous les habitants des villages ou des grappes (groupes d,habitations) des grandes agglomérations qui ont été inclus dans 'enquête seront immatriculés et soumis à un examen conformément au protocole d'étude. 5. BESONS 19. l,es enquêtes seront confiées à deux équipes comprenant chacune : un épidémio1ogiste, un ophtalmologiste, un assistant de laboratoire, une infirmière, deux chauffeurs et des aides recrutés dans les villages. Pendant le premier cycle (étude de base), les équipes seront renforcées par des statisticiens et des sociologues chargés d'organiser et d'exécuter les recensements de population dans tous les villages choisis, et, tous les ans pendant une période de trois mois, par des consultants qui partici.peront aux études épidémiologiques et cliniques. L,es deux équipes disposeront en outre d'un administrateur technique et d'un commis sténodactylographe. 0. Les principales phases du programme d'évaluation sont les suivantes :

9 Page 7 Année Opérations Premier cycle d'enquêtes (étude de base), comprenant : a) t'identification définitive des villages choisis pour 1'évaluation; b) le recensement de a population dans tes loo à 13O villages choisis; c) la collecte et le traitement des données de base dans les loo à 130 villages choisis. Etudês intensives dans lo villages (3 mois par an) Cinq cycles d'enquêtes dans tes loo à t3o villages choisis Etudes intensives dans lo villages (3 mois par an) Evaluation épidémiologique finale L. Les membres des équipes et les consultants travailleront sous 'autorité immédiate du Directeur du Programme de Lutte contre 'Onchocercose, des avis et des soutiens techniques étant fournis par le Siège de 1'O{\{S, où le traitement des données sera centralisé., La réussite de ce prograrnme suppose que la population accepte de se soumettre aux examens et enquêtes prévus. l faudra donc que des médicaments soient distribués par 1es équipes, selon des arrangements spéciaux conclus avec les autorités sanitalres. 3. L'un des principaux objectifs du Programme de Lutte contre l'onchocercose est d'ouvrir de nouvelles terres à a colonisation. A 'heure actuelle, on ne peut même pas faire de conjectures quant à 'ampleur et à la nature des divers programmes de colonisation dans les sept pays de la région du programme. On peut cependant prévoir la formation de nouvelles collectivités, dont on ignore quelles seront les drmensions et qu'il est impossible actuellement d'introduire dans 1'échantillon. Les ajustements permettant de les inclure dans le programme d'évaluation seront apportés ultérieurement, lorsqu'on connaîtra les plans de développement définitifs. 4. Les épidémiologistes et les ophtalmologistes, notamment ceux qui connaissent bien les maladies parasltaires, sont très rares. 11 faut souvent de 6 à 9 mois pour recruter les spécialistes voulus, même pour des missions de consultants à court terme. De plus, i est raisonnable de prévoir que, pendant les vingt années que durera le programme d'évaluation, les équipes travaillant sur le terrain devront être remplacées au moins tous les trois ans. Les dispositions voulues ont été prises dans le budget des activités de formation (voir 1'annexe V-6). 5. Lê détail des besoins pour la période s'établit comme suit :

10 Page 8 Personnel recruté sur une base internationale épidémrologlstes pour toute la durée du programme ophtalmologistes pour toute la durée du programrtre sociologues pour les trois premières années administrateur technique pour toute a durée du programne 6 mois de consultant par an pour toute la durée du programme Personnel recruté sur une base locale statisticiens pour les trors premières années 4 chauffeurs Matériel agents de recensement rnfirmrères aides de laboratoire commis sténodactylographe des aides recrutés dans les villages breaks Landrover (à remplacer tous les trors ans) camions légers (à remplacer tous les cinq ans) microscopes, ophtalmoscopes, etc. (au coût d'entretien) fournitures de laboratoire $3OOO par an médicaments pour le traitement $1O OOO par an matériel de camping (à remplacer tous les six ans) $1O OOC fournitures de bureau $5OO par an Coûts de fonctionnement locaux Loyer et entretien des laboratoires et des bureaux $6800 par an Coût d'entretien et de fonctionnement des véhicules $13 5OO par an (5 ooo knfao/vélnicule) Dépenses locales diverses (timbres-poste, etc.) $3OOO per an Réunions techniques internes Rapports $5OOO par an Etablissement des rapports, y compris e traitement et 1'analyse des données $11 OOO par an 6. COUîS ESCOMPTES DU PROORAMME D'EVALUATON 6. Le coût annuel et le coût total du programme sont rndrqués en détarl dans le tableau V-4.. Ces estimations provisoires atteignent $1 91 O4O pour la pérrode L974-L979 (moyenne annuelle $3O f73) et $5 751 OO pjur l"a pérrode 974-rJ9:l (moyenne annuelle $8? 551 ). 7. Si 1'évaluation épidémrologique devait être confiée à un sous-trartant, rl faudralt ajouter à ces chiffres des frais de management d'environ 0 oo.

11 Page 9 TABT.EAU V.4.. NOttsRE MTNÛJM DE GRAPPES ET DE PERSONNES A NCLURE DA.S L'ETUDE Pays Chiffre estimatlf de la population dans la région Nombre q, Nombre minimum de srappes Populatlon à étudier Nonbre de personnes Côte d'voire OOO OOO O, O T Dahomey Chana , o Haute- Vo1 ta , O Ma i , O L4 4 o,0 Niger or ToEo rO Total ro ooo ooo 1OO, O lro

12 Page lo TABLEAU V-4.. COT ANNUEL ET COUT TOTAL ESCOMPTES POUR L'EVALUATON EPDEMTO,oGTQUE (aux prix et aux taux de change de juillet 197 exprimés en dollars des Etats-Unis) Catégories L r et au-delà Tota r993 Epr.démiologi stes Ophtalmologistes Sociologues Administrateur technique Consu tant s Statisticiens Chauffeurs Agents de recensement nfirmières Aides de laboratoire Commis sténodactylographe Aides recrutés dans les villages Véhicules Matériel technique Matériel de campagne Fournitures de laboratoire Médicaments Fournitures de bureau Loyers et entretien des locaux Coût de fonctionnement et d'entretiên des véhicules Dépenses locales diverses Réunions internes Rapports nprévus r ooo ro ooo soo r ooo r ooo 7 o, r ooo OOO OOO 7 o, r r o,o, o, o,o,0 5 8U^ Tota r r O0

13 Annêxe y'-{ Prgê.8 o aêo a lnlected 197 lnfectés 197 lnfected 198 lntectés 198 o o 6 93 Àt EO 9o c! -o Ë.o :d o =o 6 Eo EE E$ 6O og ÀÀ oê CHATGES { HE AGE+ATER{ OF PNEVAT"ECE OT OTCHOCENCASS JT CHLDET A{O TOUiG ADULTS. A V.LAGÊ UTH HT?GEOEf,C OCHOCENCASS EEFOE A{O 10 TEARS AFlEl COXP"EE '{TENNUPO{ OF TRATSXSSO{. VAMATO{S OE LA PnVATETCE OE L'OCHOCERCOSE E{ OilCOT DE L'AGE CHEZ OES EFA{ÎS E OE JEUNES AOUTTES DA{S U{ VLTAGE A FOÎÎE ETTDGTCC OTCHOCEMUEilE AVA{Î ET OT A{S APÉS L'TTERRUPTOT COPTE OE ta RA{STSSO. FGURE:V-4.1

14 Page 1 ENQUETE SUR L'oNCflocERC('SÊ AP)ENDCE 1 t3 x' oe s.!rre Llcu d'enquctê Frche 67 sr ù_0m f,ors-ànnéa Ëi 3 e. [-i-l s.l-â1 a.f! Prenon Lléu d6 oeltlance arc"t' du oère - du côiljornt Pâys 1.1bu l6 l? f'*i ü Àtê sejour dans la rê8lon (ânaê s) écolrer agrlculteut pêchout artl3^n conma ant f,,n. llonnatre Nodulô3 0 L tête cou Ou r-non n6mbres supialeur3 3 Dréthytc.rbahâzlne - 6 Gols Our -Non thorax 4 Sutântne -5ans our -Non abdoæn + bas9 rn 1 et aa3oclé3 Ôu r - l{on ûgnbaê3 lnlérteurs 6 Suaâorne Ll y e Pus de 5 ans oul-nor.ébron lngurnâlô 7 +{ l y â plus de 6 Eors our_non lnconnu aa te 6 âut.ês fllalrês E 9 Br oo31ôs : 30 3r { pds rî rn rl. r-r-n 3? 3t 39 ao {l 1 {3 {4 ll lê Hou.o du PrélèvêDent cuteîé 60 t{bra dê ûrcrofllaract co.néa drolta E üydrletrquê Obae rva t!ons Oul _ l{ol 79 tr 6 do tr!arofrlariê 9 frcho, llse.u polat m rue diune nquête sur onchocêrcoso petronnée per le -f*la" 0r1t1ah rcdrcâl Res arch councll, o,o3r donnéc qu,i tlrrê d exêiprc. Elrê st ecruelrehênt ên courg dc révtêlon'

15 Page 13 Appendice Appareil Prektlca - (N' d'identlflcrtlon du fllm) lrl gu res Co rnée Pupt le Fond d'oerl 3. Appareil Kowa (photo8raphle du fond d'oell) (nuaréro d'ldênttficatlon du fllar)

16 Page 14 Appendice Colonnes L Numéro de série Numéro de la fiche Mois drenquête Année d'enquête Sexe NSTRUCTTONS POUR LE CODAGE = masculin = féminin Lieu ou village de tenquête (chaque village étant affecté drun numéro : Ol, 0, etc.) Zone bio-climatique = forêt tropicale humide = savane 3 = zone intermédiaire entre la savane et 1a forêt Tribu; désigner chaque grande tribu par un numéro : 01, 0, etc. Age, en années Durée de séjour en années au lieu de 1tenquête ou dans un rayon drenviron 4 km Profession Trai tement o nta jamais reçu de diéthylcarbamazine ou de suramine a reçu une dose quelconque de diéthylcarbamazine au cours des 6 derniers mois injections ou davantage de suramine au cours des 5 dernières années 1-et injections ou davantage de suramine i y a plus de 5 ans 1et4 et4 3et4 dose quelconque de diéthylcarbamazine donnée it y a plus de 6 mois pas de renseignement -6 Nombre de nodules 9 = 9 nodules au moins 7 Régions inguinales Q= ]= = pas de tuméfactions visibles à ltexclusion des hernies, tuméfactions inguinales visibles, quels quten soient la dimension ou le nombre, dtun ou des deux côtés à lrexclusion des hernies, tuméfactions fémorales visibles, quels quten soient a dimension et e nombre, dtun ou des deux côtés let hydrocèle, quelle qu'en soit lrimportance, drun ou des deux côtés =1et4 =et4 =3et4 = non examinées

17 Page L5 Appendice L Rate O = rate nornale ou "négatlve", non palpable, nême en inspiration profonde = rate palpable seulenent en inspiration profonde, ou au nolns plus forte que la normale = râte palpeble en insplratlon normale, mais ne se projetant pa8 en dessous dtune ligne horizontele tracée à ni-chemin entre le rebord costal et 'onbillc, sur la llgne nanelonnalre gauche 3 = rate dont rrextrémlté inférieure palpable se proiette au-dessous du point marquant la moitié de la dlstance entre le rebord costal et lronbllic, mais non au-delà de. La llgne hortzontale passant par ce dernler 4 = rate dont ]e polnt palpable lnférieur sê sltue au-dessous de ltonbllic sans dépasser a moitid de la distance drune llgne horlzontale tracée à la hauteur de a slmphyse Publenne 5 = rate dont e polnt patpable e plus bas situé se trouve en dessous de la llnite lnf6rieure décrite en 4 9 = pas drexamen Autres filaires = pas drautres fllalres = présence de streptocerca (pas de microfilalre dans e sang pendant a iournée) o = présence de loa-loa 3 =Let 4 = pr6sence de Perstans 5 =et4 6 =et4? =3et4 = présence de streptocerca (pas dtexamen du sang capillaire) 9 = pas de renseignements ou pas dtexamen Poids d'une biopsie de 1tépaule en mg, avec une décinale Nonbre de nicrofilalres du type volvulus observées dans une btopsie de 1répaule Poids drune biopsle de a fesse en Eg, avec une décinale Nonbre de nicrofilaires du type vol\^rlus observées dans une blopsie de fesse Dyschromie cutanée O = pâs de dépigmentation sur les membres inférieurs 1 = dépiguentation cutanée unilatéra1e (face antérieure) de quelque intensité que ce, =:ïl*entation cutanée bitatérare (face antérieure) de moins de 3 crn de chaque côté 3 = dépigpentation cutan6e des deux membres tnférieurs (face antérieure) variant entre 3 cm et a moitié de la surface cutanée 4 = dépigmentation des deux membres inférieurs (face antérieure) dépassant la moitié de a surface cutanée S = dépigmentation cutanée de a face antérieure avec dépignentation de toute autre région 6 - dyschromie maculaire sans dépigîentation? = dyschromie maculaire associée à 1, ou 3 8 = dyschromie maculaire associée à 4 ou 5 Atrophie cutanée O=non 1 = dermite onchocerquienne papulaire aiguë, quelle quren soit lrextension = pachydermie des fesses et des cuisses

18 Page 16 Appendice =1et 4 = et pachydermie drautres régions = gérodermie discrète de la peau des fesses et des cuisses 6 = gérodermie grave 7 = 6 et autres localisations 8 = réactions cutanées à la diéthylcarbamazine Lynphoedème o = non = l/mphoedème des extrémités, quelle quren soit rimportance ou lrextenbion = pêâu d'orange sur e tronc, quelle quren soit rimportance ou lrextension 3 =]-et 4 = lfphoedème scrotal ou vulvaire 5 =1et4 6 =et4 7 =3et4 Régions inguinales O - pas de modification cutanée 1 = atrophie cutanée - plis cutanés de noins drun centimètre 3 = bourrelet ingu.inat de plus drun centimètre 4 = hernie, ou cicatrice herniaire, d'un côté ou des deux côtés 5=let4 6=et4 7 =3et4 9 = non examiné 44 Lèpre O=non 1 = tuberculolde t = l promateuse 3 = borderline 4 - lèpre douteuse, notamnent cas aslmpt<.rmatiques, mais avec des antécédents de traitement antilépreux Acuité visuelle, oeil droit et oeil gauche 6 = 6/6 t = 6'h = 6'/4 3 = A/AO ou possibilité de compter e nombre des doigts à 6 mètres 4 = possibilité de compter e nombre des doigts à 3 mètres 5 = possibilité de compter le nombre des doigts à mètre 6 = mouvements de la main 7 - perception de a lumière 8 = tumière non perçue 9 = réponse impossible du fait de ltâge ou du niveau intellectuel Conjonctive, oeil droit et oeil gauche O = normal = hyperémie, quel qu'en soit e degré = pinguecula (sans participation cornéenne) 3 = toute saillie ou irrégularité des tissus limbiques au côté nasal ou temporal avec ou sans emplètement sur a cornée, jusqurà run 4 = ptérybion (empiètement sur a cornée, supérieur à mm) 5=Let 6=1et3

19 Page 7 Appendice =1et4 = rdtréclsaenent de la fente palpébrale telleeent prononcé que ltétat de a conjonctlve êat sans teportance Présence de nicrofllalres dans la chanbre antérieure' oeil drolt et oell gauche O = néant 1 = une Dicrofileire =àsnicrofllalres 3=6à0nicrofllaires 4 = L À 50 nlcrofilaires 5 = 5O mlcrofllalres et au-delà = lnvislb1e par euite de la pr6sence dtopacltés corndennes Cornée, oell drolt et oell gauche O = normal (crest-à-dlre sans aucune des affectlons mentionnées dans cette colonne) = trachone bénln (valsseaux ne débordant pas de plus de nn) = trachone grave (valsseaux débordant de plus de nm) 3 = toute opacltd cornéenne dense de 3 m de dianètre ou devantage 4 = oedàme de ltépithéllun cornéen 5=1ouet3 6=Louet4 7=3et4 8=1ouet3et4 = cornée non identiflable par ophtalbomalacie Opacltés corn&nnea, oeil drolt et oeil gauche o-- 1= = q- 4= = 6= 7= 9 néant (es états nentionnés dans la rubrique 51-5 peuvent encore exister) opacitd ne srétendant pas au-detà de m du llnbe opacités extérieures à ta zone llnbique, ou concernant à la fois Le limbe et la zone qui u1 est extérieure cornée transparente avec cinq microfllaires au Eaximun et sans réaction opacités linbtques + cinq nlcrofilalres au maximum (es nicrofilaires nrayant pas provoqué de réactlon peuvent être disséninées, nais celles qul en ont provoqué doivent se trouver dans a zone llnbique) rubrique plus présence de cinq microfilalres au maxinun dans a cornée corn& transparente avec six microfilalres au Eoins ne provoquant pas de réaction c6ç1me pour a rubrique 4 ci-dessus, mais avec au moins six microfilaires dans la cornée rubrique et au moins six microfilaires dans la cornée invisible pour des raisons telles que ophtalnomalacie, oedème de a cornée, taie globae, etc. Genre dtopacités cornéennes, oe1l droit et oeil Bauche O = néant (seulenent lorsque les mentions de la rubrique correspondent à O, 3 ou 6) = présence dtune opacité blanche non homogène dans a zone de Bowman, à bords opaques, et drun diamètre égar à tfl'sfl na = toute opacité arrondie de moins de m de diamètre à bord transparent 3 = opacité non conprlse dans les sous-rubriques ou, par exemple, réactions au voisinage des microfilaires, petites opacités arrondies du stroma 4=Let 5=1et3 6=et3?=Letet3 9 = conme pour a rubrique N.B. : les clcatrices et les néphélions de a cornée ne sont pas codés, mais font ltobjet drune Eentlon séparée

20 Page 18 Appendice Kératite interstitierre scrérosante, oeir droit et oeit gauche o o lris, oeil néant envahissement côté nasal envahissenent côté tenporal envahissement vers le bas 1et 1et3 et3 confluente, la pupille étant respect& pupille partiellenent ou totalenent intéressée comme dans a rubrique Pupille, oeil droit et oeil gauche Q= néant cellules disséninées seulement iritis aigu avec injection, reflets dans thumeur acqueuse et cellu1es, avec ou sans précipités cornéens (P.C.) oeil dtaspect fixe, avec reflets dans lthumeur acqueuse et cellules, pas de P.C. conme en 3, mais avec P.c. dépôt de pigment sur la face postérieure de la cornée = norma1 = pupille drun diamètre supérieur à 5 m, réagissant faiblement = petite pupille tirée vers e bas par des synéchies postérieures = déformation piriforme = légère défornation dans n'importe quelle direction = synéchies postérieures =3et5 =4et5 = Colmne rubrrque droit et oeil gauche O = normal = disparition plus ou moins conplète du rebord pupillaire = absence complète de cryptes 3 = visibilité plus ou moins conplète du stroma blanc de lriris, sans visibilité du fond des cryptes 4=Let 5=1et3 6=et3 7=]- etet3 = colnde rubrique ritis, oel1 droit et oeil gauche Aépôt irrégulier de pipent sur la capsule de la face antérieure du cristallin, et/ou P.C. anciens 7=4et5 8=5et6 = conrne rubrique Cristallin et vitré, oeil droit et oeil gauche O = cristallin transparent = cataracte jeune, a plupart des détalls du fond dtoeil restant visibles = cataracte avancée, détail du fond dtoeil nasqué dans une grande proportion 3 = cataracte Etre, on ne voit plus e fond droeil 4 = une nicrofilaire entre cristallï.n et vitré (crlstallln transparent) 5 = une rdlcrofilaire dans le vitré (cristallin transparent)

21 6 = comme en 4, mais avec une cataracte jeune?=4et5 = 6 et microfllaire dans e vitré 9 = cot[mê rubrique ?-68 Papllle optique, oeil droit et oeil gauche 69-?O 7L O = normal 1 = atrophie optique récente? = atrophie optique primaire! = af,rophie optique postnévritique. 4 = carâctères associés des rubriques et 3 5 = coloration rosée de la papille 6 = papillite? = dépresslon physiologique - dépression pathologique 9 = invisibilité par suite de 1'opacité des nllieux oculaires Fond d'oeil de "Ridley", oeil droit et oeil gauche o - néant! = grarulation lrrégulière du pigment rétinien (polntillé) =l? 3 = zone nettenent délinltée de dégénérêscence rétinienne, avec une répartitlon irrégullère du plgnent et une sclérose choroldienne 4 = stades précoces de 3? = conde rubrique 6Z-09 Vaisseaux, fond d'oeil droit et fond droeil gauche O = norbaux = toute réaction fibreuse évidente autour dtune artère = toute réaction fibreuse évidente autour drune velne 3 = rétréclssenent pathologique des artères 4=Let 5=1et3 6=et3 7=1etet3 = comee rubriqûe 6?-68 Aspect "tigré" du fond dtoeil, oeil droit et oeil gauche O= 1= = Page 19 Appendice néant localisation périphérique discrète, crest-à-dlre qui ne se voit pas dans les environs imnédiats de a papille, mais existe en dessous localisation diffuse discrète, crest-à-dire observable lorsque lron examine les environs imtrédiats de la Papille tocalisation périphérique accentuée locatisation diffuse accentuée localisation centrale grossièrement évidente comne rubrique Présence de corps colloldes, oeil droit et oell gauche o = néant = üd groupe de taches discrètes blanc-jaunâtre à bords nets, situées dans la région temporale par rapport à a macula = taches analogues disséminées dans le fond droeil du côté temporal 3 = taches analogues dans d'autres régions du fond dtoeil 4=let 5=1et3

22 Page 0 Appendice =et3 t=1etet3 = comme rubrique Choroidite, fond droeil droit et fond dtoeil gauche O = néant 1 = masse pigmentaire isolée, avec zones adjacentes normales = une seule Plaque de choroldite 3 = plusieurs plaques de choroldite 4 = plusieurs amas pigmentaires, irrégulièrement placés 5-et4 6=3et4 = conme rubrique Heure à laquelle a été pratiquée a biopsie cutanée O - préèvement cutané effectué entre 7 et heures = préèvement cutané effectué entre 8 et t heures! = préèvement cutané effectué entre 9 et 10 heures t = préèvement cutané effectué entre 10 et 11 heures 4 = prélèvement cutané effectué entre 11 et 1 heures 5 = préèvement cutané effectué entre 1 et 13 heures = préèvement cutané effectué entre 13 et t4 heures 7 = prélèvement cutané effectué entre 14 et 15 heures 8 - prélèvement cutané effectué entre 15 et 1? heures 9 = heure inconnue Nonbre de microfilaires dans la cornée droite g = néant = observation dtune microfilaire =à5 3=6à0 4=1à5O 5-51à100 6=1orà5oo 7 = plus de 5OO 9 = come rubrique 53-54

23 Page APPENDCE Endémlclté SELECTON ALEATORE DES VtLÂGES POJR L' EVALUATON EPDEMOLOGQUE d'après les données disponibles en avril l9?3* COîE D'VORE chiffre estimatif de la population dans la région : OOO OOO Sujets à inclure dans 'enquête : Nombre de vlllages pour lesquels on dispose de données sur 1a prévalence Nombre nininum de grappes à lnclure dans 'enquête Nonbre de sujets à lnclure dans 'enquête Sporadique r Faible Moyenne Eevée 77 L Sporadlque Faible Moyenne Elevée t VTLLAGES CHOSS SELON LA CLASSE DtE{DEMCE Endénicité Canton Village Popula tion Dj imini MtBengue Dj imini Kiembara Komrorodougou Nafana Dj lmini Napie Bouna Tafire Pal laka Dj imini Niarafolo Mouhoulou Centre ll Sinematial i Bouna Niarafolo Bouna Guiembe Niarafolo Bouna Boron Bouna Mouhoulou Centre Bouna Boron Sarala Bougou Kagbonou Namourgekaha Konrorodougou Niarana Tiepolo Lonakaha Mazou Kouroukouna Lanekaha Loniene Tonbougou Sepediokaha Tindikro Sireba Fediolokaha Niangdegeda Ferke-Sokoro Rikoye Tripoungo Kissankaha Vonkoro Bissidougou Kiapere Ouandegue Tibero Ouataradougou (e8) 785 (e8) (676) (676) 7 (430) (430) (430) r3? (43o) (43O ) 46 (197) 9 (re7) (r97) 88 (re7) (1e7) (197) s6 Les tableaux ci-après seront mis à Jour au fur et à mesure que de nouvelles données deviendront disponibles.

24 Page Appendice DATOMEY Chiffre estimatif de la population dans la région Sujets à inclure dans ltenquête Endénici té Nombre de villages pour lesquels on dispose de données sur a prévalence Nombre minimum de grappes à inclure dans 'enquête Nombre de sujets à inclure dans 'enquête Sporadique Faibe Moyenne Eevée o 600 VLLAGES CHOSS SELON LA CLASSE D.ENDEMCTE Endémici té Canton Vlllage Population Sporadique Sonsoro Kandi Fedegui Thia L 0,6 6 Faibe Moyenne Kandi Gogounou Natitingou Kandi Gogounou Kougnangou Birni Perma Kotoponga r 7 o34 ro

25 Page 3 Appendice CHANA Chiffre estimatif de a population dans la région Sujets à inclure dans 'enquête Endém1 c i té Nombre de villâges pour lesquels on dispose de données sur a prévalence Nombre minimum de grappes à inclure dans renquête Nombre de sujets à inclure dans 'enquête Sporadique Fa ible r Moyenne Elevée 3l VLLAGES CHOSS SELON LA CLASSE D,ENDEMCTE Endémicl té District Vilage Popula tion Sporadique Wa Wa Buisa Kâssena-Nankani Tamina Wogberi Wiaga-Kpalinsa Nyamia -Paga r7 r53 o0 83? Fa ible Tumu Burlsa Tumu Lawra Builsa Tumu Sentia Ka zen gsa Nyme t ie Suggo Kadema -Senyansa Timmie (?0) Moyenne Tumu Lawra Builsa Lawrâ Bawku Bui sa Wa Wâ San tisang Gegenkpe Bechamsl -Nanyens i Tuopa r i Kulumasa Danugu Chiân a -Asuni a Kansa rga -Luisa Yiziri BieeponB (s14) (514 ) ? (sr4) a Elevée Fra -Fra Tumu lumu Fra-Fra Kassena -Nankani Tumu Bui sa Tumu Builsa Wubare Sibele ManBasan Dasang-Sekoti Kumbi miu Adogn ia Pina Bâsisan Sawbellia Chiana -Wurunia Kwunchogaro Godembl isa (soo) r r93 83 t5 t (soo) 3

26 Annexê V-4 PaBe 4 Appmdlce HÂUTE-VOLlA Chiffre êstimatlf de la pofnrlâtlon dan6 a réglon : 5 OOO OOO sujets à inclure dâns l'enquete : 15 ooo Endén1c i té Nonbre approximatlf dê vllag s pour leaquels on dlsposê dê données sur la préval ncê Nmbr nrntou de grapp s à inclurê dâns l'enquêt Noobre de suj ts à inclurê dena l'6nquête Sporadlque Faible Moy nnê El vée 35 06? 83 l o0 4o0 5 OO 5 too VLÂOES CHOSS SETON LA ''MOYENNE" D'ENDEMCTTE Endénicrté Cercle Canton Villag Canton Populatron Vlllage Sporadlque Konbrss ir1 Orodara Ouagadougou Reo Gaoua Kaya Koudougou Kaya Barsa logho Bogande Tougan Kaya Nouna Nouna Bobo-Dioulasao Drébougou Doulougou orodâra Bazou le Dldyz Lokosso Boussoma SÀbou Kaya Piss 1 1a Coa la Ressouly Bous9ouEa Dokuy Koloukan Karankasso Founzan N' ll N" 13 N'? N'13 N'8 N' N. O N' 4 N'4 N' 14 N' 7 N" 6 N"l N'5 N. N'8 t9 4 t5 6?? 0 L'? lt o r to oo s r ll?40 3 0s Fai b1e Caoua Oarangho Orodara Fada N'Oourna Manga Orodara Reo f!âmpti Kombras 1r Caoua Dlapaga Caoua Kamptl Dlapâga DlapaBa Boussera Sanogho Nanergue Pomln-Yanga B re Taguara Reo trlrdebdo Gulrgho ridi.aka Kareboroba Oobnangou Boussera Boussoukoula Cobnangou Cobnangou N. N. N. l: N. ll gulnvous se srt N. N' N. N. N" N. N. N. N. N. l l lt ?18 r o Moyenne et é tevée D1ébougou Banlora Diébougou Zabre Fada N'Courma Caoua D1ébougou Po Zabre Caoua Mangâ Kaya zâ bre zabre Garângho Bânforâ Po Bapa Beregadougou Koepere Zabre Pama Batle-Nord Beregadougou D1ébougou Po zabr e Beregadougou Ba t re-nord Blnde Korsrnoro Zoaga Zabte [Ænga Baakomonos Gularo N. 3 N. 7 N. 3 Mande N' N'7 N'13 Sêbe ldoubou Pyrrl Ponga N' 16 N'5 pala N"7 Zame Bass intore N'4 N'7 Kolo 8 83 tl 91 lr tt 97 ll 9? 4? <4t) 77 r o l9l

27 Page 5 Appendlce Endém rc r té Ce rc e Canton Village Canton Population Vi lage Moyenne et é1evée Kaya Diébougou *1" Zabre Kampt i Banforâ Diébougou Kamp t i Kaya Diébougou Zabre Zâbre Diébougou Diébougou Kaya Fâda N'Gourmâ Drébougou Zabre Zabre Manga Kaya Zabre Gaoua Manga Diébougou Caoua Mânga Oarangho Zabre Banforâ Diébougou Po Po Po Diébougou Zabîe Kaya Po Diébougou Kors lmoro Balpa Kors imoro Zoaga Dankana Baskomonos Koepere Dankana Kors imoro Koepere Youga Zabre Beregadougou Koepere Tiankourâ Kors imoro Beregadougou Pama Baskomonos Tiankoura Zabre Zourma ManBa Loumana Kors imoro Loumana Youga Ma lba Nobere Zambo Malba Binde Die foula Lenga Zabre -oumana Baskomonos Loumana liankourâ Po Po Po Tiankoura Zoaga Kors imoro Die foula Beregadougou Po Loumana Beregadougou Loumana Bapa N'5 N"4 N" 0 N" 30 N" 4 Dawega N'9 N"8 No7 No No 18 N. N' 10 Bourboko Conde Zabre N"1 N"5 N"1 N"1 N'3 N"6 N'l5 Balarkar Casgou Doumagou Pyssi N" 1 N" 1 N. 6 Bougoure N' 1 Koakin Pankuere N. O Kaibo N. 13 N'5 Cnoungou N' 0 N' 13 N" Babiere Coho Saoua Ponkouyan N'9 Tabissi N'8 N"? N' t9 N' 18 Mant iongo N' 14 N'6 N'3 N" ?6 36? O tl 919 TT r L 97? t 54L t Lr 97 rl L r (4r) 776 a <41) ll5 <4t) 97 a7 T

28 Page 6 Appendice MAL Chiffre estimatif de la population dans a région Sujets à inclure dans 'enquête r ,0 Endémicité Nombre de villages pour lesquels on dispose de données sur 1a prévalence Nombre minimum de grappes à inclure dans 'enquête Nombre de sujets à inclure dans 'enquête Sporadique Faible Moyenne Etevée t VLLAGES CHOSS SELON,A CLASSE D,E'DEMCTE Endémicité Arrondissement Vil labe Population Sporadique Faible Moyenne Eevée Central tl La Faya Central Fana Beeko Fana Mena Fana Mena Fana La Faya Mena Bougouni La Faya Fana tt Sikasso-Kadiolo Beeko Zantieboudougou Beleko La Faya Beleko Balazan Belefougou Dara Danka Samogossoni Kindj anoum Loutana Nionfa ena Nemougou Ouad; ana Bougoula La Fay r Konossoro Kolasokouro Kangare Goualafara Diassague F aghorrbougou Yat ia le Seylabougou Massima Kooko Gouaaa Sorogoro L 743 r (so7) 74 (507) (so?) (5O7) 40r (5O7) 318 (5O7) 87 a

29 Page 7 Ap 1ce NGER Chiffre estimatif de la population dans la région Sujets à inclure dans 'enquête r 800 Endémicité Nombre de villages pour lesquels on dispose de données sur a prévalence Nombre minimum de grappes à inclure dans t'enquâte Nombre de sujets à inclure dans 'enquête Sporadique Faibe Moyenne t Eevée o 600 VLÂGES CHOSTS SELON LA CLASSE D'E{DEMCTE Endémicité Zone Vi lage Population Sporadique Faible Foyer de Tamou Foyer de Tamou Foyer de Tamou Canton de Torodi Warkere Doami Kare Pobalauri (6e4) Moyenne Foyer de Tamou Tamou 704 t

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

Figure 1a Wasmannia auropunctata (Ouvrière), morphologie. 1 millimètre

Figure 1a Wasmannia auropunctata (Ouvrière), morphologie. 1 millimètre Figure 1a Wasmannia auropunctata (Ouvrière), morphologie. 1 millimètre Figure 1b Wasmannia auropunctata Taille relative et diversité morphologique (Reine et ouvrière) Figure 2 Wasmannia auropunctata (mâle

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2008/3 12 février 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS EUROPÉENS Réunion

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT

PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT Chacune des questions de la feuille de logement fait l'objet d'une fiche recto-verso. Ces fiches ont vocation à être mises en ligne sur le site web

Plus en détail

Suite dossier d appel

Suite dossier d appel Suite dossier d appel Table des matières 1. INTRODUCTION... 3 2. TRAITEMENT D'UN APPEL... 4 2.1. TRAITEMENT EN DIRECT... 4 2.2. TRAITEMENT DIFFERE... 4 2.3. MECANISME DU TRAITEMENT D'UN APPEL AU NIVEAU

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

PROGRAMM DE BASE DU CERN/M YRIN

PROGRAMM DE BASE DU CERN/M YRIN GERN/716 Original: anglais 29 mai 1967 ORGANISATION EUROPEENNE POUR LA RECHERCHE NUCLEAIRE EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH TRENTE QUATRIEM SESSION DU CONSEIL Genéve 14 @*0 15 juin 1967 PROJET

Plus en détail

CHAPITRE 1. Suites arithmetiques et géometriques. Rappel 1. On appelle suite réelle une application de

CHAPITRE 1. Suites arithmetiques et géometriques. Rappel 1. On appelle suite réelle une application de HAPITRE 1 Suites arithmetiques et géometriques Rappel 1 On appelle suite réelle une application de dans, soit est-à-dire pour une valeur de la variable appartenant à la suite prend la valeur, ie : On notera

Plus en détail

PROPRIÉTÉS D'UN LASER

PROPRIÉTÉS D'UN LASER PROPRIÉTÉS D'UN LASER Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : S'impliquer, être autonome. Elaborer et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité. Compétence(s) spécifique(s)

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette Tutoriel Infuse Learning Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette 1- Présentation Infuselearning.com est un service web (en ligne) gratuit qui permet aux enseignants de créer des exercices

Plus en détail

FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE PÉTANQUE ET JEU PROVENÇAL REGLEMENT DU CHAMPIONNAT DU MONDE DE TIR INDIVIDUEL

FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE PÉTANQUE ET JEU PROVENÇAL REGLEMENT DU CHAMPIONNAT DU MONDE DE TIR INDIVIDUEL FÉDÉRATION INTERNATIONALE DE PÉTANQUE ET JEU PROVENÇAL REGLEMENT DU CHAMPIONNAT DU MONDE DE TIR INDIVIDUEL Article 1er : Pas de Tir : Il est composé d'un cercle d'un mètre de diamètre comportant les marques

Plus en détail

BUREAUX TEMPORAIRES AU SIEGE. Rapport du Directeur général

BUREAUX TEMPORAIRES AU SIEGE. Rapport du Directeur général WORLD HEALTH ORGANIZATION CONSEIL EXECUTIF Trente-neuvième session Point 5 de 1 f ordre du jour supplémentaire ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ EB39A2 Add Л 20 janvier 1967 ORIGINAL : ANGLAIS BUREAUX

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Centre d'etudes Nucléaires de Fontenay-aux-Roses Direction des Piles Atomiques Département des Etudes de Piles

Centre d'etudes Nucléaires de Fontenay-aux-Roses Direction des Piles Atomiques Département des Etudes de Piles CEA-N-1195 Note CEA-N-1195 Centre d'etudes Nucléaires de Fontenay-aux-Roses Direction des Piles Atomiques Département des Etudes de Piles Service d'etudes de Protections de Piles PROPAGATION DES NEUTRONS

Plus en détail

Rapport du projet CFD 2010

Rapport du projet CFD 2010 ISAE-ENSICA Rapport du projet CFD 2010 Notice explicative des différents calculs effectués sous Fluent, Xfoil et Javafoil Tanguy Kervern 19/02/2010 Comparaison des performances de différents logiciels

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010. -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 5 JUILLET 2010 -ooo- La s é a n c e e s t o u v e r t e s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n s i e u r J e a n - P a u l BR E T, M a i r e d e V i l l e u r

Plus en détail

D'UN THÉORÈME NOUVEAU

D'UN THÉORÈME NOUVEAU DÉMONSTRATION D'UN THÉORÈME NOUVEAU CONCERNANT LES NOMBRES PREMIERS 1. (Nouveaux Mémoires de l'académie royale des Sciences et Belles-Lettres de Berlin, année 1771.) 1. Je viens de trouver, dans un excellent

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE

RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE L 82/56 2.6.204 RÈGLEMENTS INTÉRIEURS ET DE PROCÉDURE RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE LE CONSEIL DE SURVEILLANCE PRUDENTIELLE DE LA BANQUE CENTRALE

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

Travail collaboratif avec OpenOffice Texte (Writer)

Travail collaboratif avec OpenOffice Texte (Writer) Travail collaboratif avec OpenOffice Texte (Writer) Fichier «OOo - Travail collaboratif.odt» Pascal Arnould - Version du 04/02/2009 Page 1/9 Table des matières Présentation du problème : Concevoir un document

Plus en détail

Dossier table tactile - 11/04/2010

Dossier table tactile - 11/04/2010 Dossier table tactile - 11/04/2010 Intro Je vais brièvement exposer dans ce document: Ce que j'ai fait, comment je l'ai fait, combien ça m'a couté, et combien de temps j'ai mis à fabriquer, dans le cadre

Plus en détail

Croissance et vieillissement cellulaires Docteur COSSON Pierre Nb réponses = 81 sur 87. Résultats des questions prédéfinies

Croissance et vieillissement cellulaires Docteur COSSON Pierre Nb réponses = 81 sur 87. Résultats des questions prédéfinies Docteur COSSON Pierre Nb réponses = 8 sur 87 A00 8/87 Indicateurs globaux Index global m.= m.=,9 s.=0,. Evaluation générale de cette unité m.=. Sciences médicales de base m.=,. Compétences cliniques m.=,7.

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Commune X. Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007

Commune X. Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007 Commune X Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007 Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée Les cheminements

Plus en détail

COMITÉ ADMINISTRATIF ET JURIDIQUE. Quarante-huitième session Genève, 20 et 21 octobre 2003

COMITÉ ADMINISTRATIF ET JURIDIQUE. Quarante-huitième session Genève, 20 et 21 octobre 2003 ORIGINAL : anglais DATE : 18 juillet 2003 F UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE COMITÉ ADMINISTRATIF ET JURIDIQUE Quarante-huitième session Genève, 20 et 21 octobre

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES Ministère de l Éducation TA B L E D E S M AT I È R E S 2 I N T RO D UC TI ON E T C O N T EX T E Q

Plus en détail

UNITÉS ET MESURES UNITÉS DE MESURE DES LONGUEURS. Dossier n 1 Juin 2005

UNITÉS ET MESURES UNITÉS DE MESURE DES LONGUEURS. Dossier n 1 Juin 2005 UNITÉS ET MESURES UNITÉS DE MESURE DES LONGUEURS Dossier n 1 Juin 2005 Tous droits réservés au réseau AGRIMÉDIA Conçu et réalisé par : Marie-Christine LIEFOOGHE Bruno VANBAELINGHEM Annie VANDERSTRAELE

Plus en détail

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement

UNEP/OzL.Conv.10/4. Programme des Nations Unies pour l environnement NATIONS UNIES EP UNEP/OzL.Conv.10/4 Distr. : générale 5 août Français Original : anglais Programme des Nations Unies l environnement Conférence des Parties à la Convention de Vienne la protection de la

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

1. Création d'un état... 2. 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3. 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4

1. Création d'un état... 2. 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3. 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4 1. Création d'un état... 2 2. Création d'un état Instantané Colonnes... 3 3. Création d'un état Instantané Tableau... 4 4. Création d'un état avec plusieurs tables... 9 5. Modifier la structure d'un état...11

Plus en détail

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com

L indépendance à chaque pas de la vie. Groupe. Votre meilleur allié. Visitez notre site : www.groupe-g2m.com L indépendance à chaque pas de la vie. Votre meilleur allié. Groupe Visitez notre site : www.groupe-g2m.com : Votre meilleur allié. Dispositif médical unique Le système WalkAide est une neuro-orthèse de

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DU CENTRE DE DONNÉES DE L ISU

GUIDE D UTILISATION DU CENTRE DE DONNÉES DE L ISU GUIDE D UTILISATION DU CENTRE DE DONNÉES DE L ISU Table des matières Page I. DÉMARRER... 4 1. Comment accéder au Centre de données de l ISU?... 4 2. Quels sont les types de tableaux statistiques disponibles

Plus en détail

C.H.R. de la Citadelle Adresse postale: Bd du 12ème de Ligne, 1 Localité/Ville: Liège Code postal: 4000

C.H.R. de la Citadelle Adresse postale: Bd du 12ème de Ligne, 1 Localité/Ville: Liège Code postal: 4000 1/ 14 BE001 2/3/2012 - Numéro BDA: 2012-504482 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

EXERCICES DE REVISIONS MATHEMATIQUES CM2

EXERCICES DE REVISIONS MATHEMATIQUES CM2 EXERCICES DE REVISIONS MATHEMATIQUES CM2 NOMBRES ET CALCUL Exercices FRACTIONS Nommer les fractions simples et décimales en utilisant le vocabulaire : 3 R1 demi, tiers, quart, dixième, centième. Utiliser

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR L'INSPECTION VISUELLE DE LOTS DE CONSERVES QUANT AUX DEFAUTS INACCEPTABLES 1 TABLE DES MATIERES

LIGNES DIRECTRICES POUR L'INSPECTION VISUELLE DE LOTS DE CONSERVES QUANT AUX DEFAUTS INACCEPTABLES 1 TABLE DES MATIERES CAC/GL 17-1993 Page 1 de 7 LIGNES DIRECTRICES POUR L'INSPECTION VISUELLE DE LOTS DE CONSERVES QUANT AUX DEFAUTS INACCEPTABLES 1 CAC/GL 17-1993 TABLE DES MATIERES PAGE PREFACE EXPLICATIVE... 2 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants

Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants Prévention des Risques routiers encourus par les salariés Enseignants et Non - Enseignants 17.11.2008 Destinataires : Enseignants, Non-Enseignants et membres du CHSCT Objet : Le risque routier Conduire

Plus en détail

Contenu. Introduction. Établissement des priorités pour l élaboration des indicateurs. Retrait de certains indicateurs. Répondants au sondage

Contenu. Introduction. Établissement des priorités pour l élaboration des indicateurs. Retrait de certains indicateurs. Répondants au sondage Contenu Introduction Répondants au sondage Établissement des priorités pour l élaboration des indicateurs Pour chacun des quadrants Pour les dimensions des quadrants Retrait de certains indicateurs Indicateurs

Plus en détail

(Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto, et également pour un S2R1000, équipé d un disque acier en fond de cloche, et ressorts d origine)

(Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto, et également pour un S2R1000, équipé d un disque acier en fond de cloche, et ressorts d origine) Analyse de la charge transmise aux roulements de la roue dentée, notamment en rajoutant les efforts axiaux dus aux ressorts de l embrayage (via la cloche) (Exemple ici de calcul pour une Ducati 748 biposto,

Plus en détail

:t:::.:l!*n 1':ro "rt:: d'!un d6lai qui ne peur êrre inrérieur à quinze moisl conrprés

:t:::.:l!*n 1':ro rt:: d'!un d6lai qui ne peur êrre inrérieur à quinze moisl conrprés 2.-.-_. TITRE.TI DE LA I4OhINAIE '\ Articlq 2r.- Lrunité monétaiù de la République Fédérare Islamique des comoresr ciaprès dénonrméo "}a Répubriqusi'e'est -le franc comorien (Fc) clont la valeur est fixée

Plus en détail

(51) Int Cl.: B23P 19/00 (2006.01) B23P 19/04 (2006.01) F01L 1/053 (2006.01)

(51) Int Cl.: B23P 19/00 (2006.01) B23P 19/04 (2006.01) F01L 1/053 (2006.01) (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 1 886 760 A1 (43) Date de publication: 13.02.2008 Bulletin 2008/07 (21) Numéro de dépôt: 0711197.6 (1) Int Cl.: B23P 19/00 (2006.01) B23P 19/04 (2006.01) F01L

Plus en détail

AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Wilfried Minvielle

AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Wilfried Minvielle AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Objectif Déterminer l inocuité du laser diode micropulse transfovéolaire dans l'œdème

Plus en détail

PROCEDURE DE REVISION DES SALAIRES

PROCEDURE DE REVISION DES SALAIRES Conseil du FEM 16-18 novembre 2010 Washington GEF/C.39/12 10 novembre 2010 Point 18 de l'ordre du jour PROCEDURE DE REVISION DES SALAIRES DU DIRECTEUR GENERAL DU FEM ET DU DIRECTEUR DU BUREAU DE L'EVALUATION

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

Observation des modalités et performances d'accès à Internet

Observation des modalités et performances d'accès à Internet Observation des modalités et performances d'accès à Internet Avant-propos La base de cette étude est constituée par les informations collectées par l'outil Cloud Observer d'iplabel (chargement des différents

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/7 Conseil économique et social Distr. générale 26 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l innovation, de la compétitivité et des

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Documentation Utilisateur

Documentation Utilisateur Documentation Utilisateur Version du Modifiée par Commentaires 09-09-25 RPA Création 10-03-01 CAL Précisions 10-03-01 FPI Exemples d utilisation 10-03-16 JTG Relecture et corrections Table des matières

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Organisme certificateur : 10 rue Galilée 77420 Champs sur Marne Tél : +33 (0)1 72.84.97.84 Fax : +33 (0)1 43 30 85 65 www.fcba.fr. www.marque-nf.

Organisme certificateur : 10 rue Galilée 77420 Champs sur Marne Tél : +33 (0)1 72.84.97.84 Fax : +33 (0)1 43 30 85 65 www.fcba.fr. www.marque-nf. N d identification AFNOR Certification : NF 061 MQDQ-CERT 15-306 du 18/01/2015 N de Révision : 16 Date de mise en application : 04/03/2015 Annule et remplace le MQDQ-CERT /14-324 du 15/05/2014 REGLES GENERALES

Plus en détail

Sync SHL version 8.15

Sync SHL version 8.15 1 van 10 16/12/2013 15:04 Sync SHL version 8.15 ADAPTATIONS AUTOMATIQUES Après l'installation du Sync 8.15 et après avoir saisi le numéro de dossier, certaines données dans ce dossier sont mises à jour

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Les pôles commerciaux et leurs magasins

Les pôles commerciaux et leurs magasins Les pôles commerciaux et leurs magasins Julien Fraichard* Pour les commerçants, l'implantation de leur établissement dans le tissu urbain est primordiale. Certains types de commerces, comme les magasins

Plus en détail

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne

Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Observatoire Economique et Statistique d Afrique Subsaharienne Termes de référence pour le recrutement de quatre (4) consultants dans le cadre du Projet «Modules d initiation à la statistique à l attention

Plus en détail

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION

1. ANTÉCÉDENTS ET JUSTIFICATION REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DES ARCHIVES INFORMATION DOCUMENTATION ET RELATIONS PUBLIQUES TERMES DE RÉFÉRENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT TECHNIQUE

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

TD : Codage des images

TD : Codage des images TD : Codage des images Les navigateurs Web (Netscape, IE, Mozilla ) prennent en charge les contenus textuels (au format HTML) ainsi que les images fixes (GIF, JPG, PNG) ou animée (GIF animée). Comment

Plus en détail

luc.delaisse@nbb.be Fax: +32 22213106 Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL):

luc.delaisse@nbb.be Fax: +32 22213106 Soumission des offres et des demandes de participation par voie électronique (URL): 1/ 14 BE001 19/4/2013 - Numéro BDA: 2013-508146 Formulaire standard 2 - FR Bulletin des Adjudications Publication du Service Fédéral e-procurement SPF P&O - 51, rue de la Loi B-1040 Bruxelles +32 27905200

Plus en détail

Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme

Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme Nature en ville, Une nouvelle vieille idée? ou La dimension paysagère/écologique des plans d'urbanisme Baština - proketač razvoja Laurence Feveile 28 juin 2013 architecture, urbanisme, paysage, 3 disciplines,

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

Panel MBAweb 2014-10-12. MBA Recherche

Panel MBAweb 2014-10-12. MBA Recherche 1 Présentation du panel MBAweb La ressource incontournable de l'opinion au Québec 2 34 000 consommateurs attentifs et engagés Travailler vite et bien à la fois, c'est possible lorsqu'on a l'expérience.

Plus en détail

Utilisation de l'outil «Open Office TEXTE»

Utilisation de l'outil «Open Office TEXTE» PRESENTATION / FORMATION Utilisation de l'outil «Open Office TEXTE» Présentation générale : OpenOffice Texte est un traitement de texte assez similaire à celui proposé par Microsoft ; il est d'ailleurs

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PRO BTP POUR PARAMÉTRER LA DADS-U

RECOMMANDATIONS PRO BTP POUR PARAMÉTRER LA DADS-U RECOMMANDATIONS PRO BTP POUR PARAMÉTRER LA DADS-U Le présent document s'appuie sur le cahier technique de la norme DADS-U version V08R04 du 31 mars 2006. Les valeurs qui sont rappelées et/ou précisées

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

ANNEX 1 ANNEXE RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION

ANNEX 1 ANNEXE RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 26.11.2014 C(2014) 8734 final ANNEX 1 ANNEXE au RÈGLEMENT DÉLÉGUÉ (UE) N /.. DE LA COMMISSION remplaçant les annexes I et II du règlement (UE) n 1215/2012 du Parlement

Plus en détail

DEMANDE DE LOGEMENT. réservé au service des demandes de logements dossier n :

DEMANDE DE LOGEMENT. réservé au service des demandes de logements dossier n : Bureaux : Cité Vieusseux 1 Case postale 270 1211 Genève 28 Tél. 022/ 344 53 40 Fax 022/ 340 10 11 C.C.P. 12-1880-9 TVA No 338 182 Internet: www.schg.ch E-mail: schg@schg.ch Société Coopérative d'habitation

Plus en détail

Modèle de changement d organisation. Leanpizza.net présente. Petit Guide Rapide du jeu de cartes Modèle de Changement d Organisation

Modèle de changement d organisation. Leanpizza.net présente. Petit Guide Rapide du jeu de cartes Modèle de Changement d Organisation Guide rapide Leanpizza.net présente Petit Guide Rapide du jeu de cartes Modèle de Changement d Organisation v1.0 Rédacteur : Olivier Lafontan Traduction : Yannick Quenec hdu Date : 29 juin 2010 - Guide

Plus en détail

GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS

GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS GUIDE POUR LE SUIVI DES PROJETS, L ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS, LA RÉVISION ET LA PROLONGATION DE PROJETS Pour tous les modèles de rapports, veuillez visiter le site du FNUD : http://www.un.org/democracyfund/information-grantees

Plus en détail

P h i l h a r m o n i s

P h i l h a r m o n i s Adoptez un nouveau rythme pour vos placements P h i l h a r m o n i s NOTE D INFO R M ATI O N C o n t rat Collectif d assurance sur la vie à adhésion facultative L e s c a r a c t é r i s t i q u e s d

Plus en détail

Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques

Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques Jacinthe Savard, inf. M. Sc. Andrée-Anne Picard, inf. B. Sc. AEESICQ St-Jean-sur-Richelieu 2009 Plan de présentation Activités d apprentissage et

Plus en détail

Considérations médicales issues de la Norme EN 60825-1 (C 43-805) de juillet 1994, concernant les effets du rayonnement laser sur l'œil

Considérations médicales issues de la Norme EN 60825-1 (C 43-805) de juillet 1994, concernant les effets du rayonnement laser sur l'œil Annexe I Considérations médicales issues de la Norme EN 60825-1 (C 43-805) de juillet 1994, concernant les effets du rayonnement laser sur l'œil NORME EN 60825-1 (C 43-805) DE JUILLET 1994 - CONSIDERATIONS

Plus en détail

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012

Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb. Dossier 70902-019 21 septembre 2012 Les groupes de médecine familiale (GMF) Sondage Omniweb Dossier 70902-019 21 septembre 2012 La méthodologie 6 Le profil des répondants 9 L analyse détaillée des résultats 10 Conclusions stratégiques

Plus en détail

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale V E R S I O N A V R I L 2 0 1 2 C E N T R E D E R E C H E R C H E C L I N I Q U E É T I E N N E - L E B E L D U C H U S Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à l intention des chercheurs

Plus en détail

Chapitre 7 - Relativité du mouvement

Chapitre 7 - Relativité du mouvement Un bus roule lentement dans une ville. Alain (A) est assis dans le bus, Brigitte (B) marche dans l'allée vers l'arrière du bus pour faire des signes à Claude (C) qui est au bord de la route. Brigitte marche

Plus en détail

"La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs" Walter Scott Houston

La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs Walter Scott Houston "La collimation est la première cause de mauvaises images dans les instruments amateurs" Walter Scott Houston F.Defrenne Juin 2009 Qu est-ce que la collimation en fait? «Newton»? Mais mon télescope est

Plus en détail

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8

Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable. S e p t e m b r e 2 0 0 8 Atelier Environnement Préparatoire au Projet d Aménagement et de Développement Durable S e p t e m b r e 2 0 0 8 Le PADD : un Projet Politique Le PADD : un Projet Politique L e S C O T, u n o u t i l a

Plus en détail

INSTRUCTIONS RELATIVES

INSTRUCTIONS RELATIVES INSTRUCTIONS RELATIVES AUX TABLEAUX SUR LES SINISTRES ET INDICES DE PERTE Les Tableaux sur les sinistres et indices de perte sont exigés afin de pouvoir constituer une base de données et une présentation

Plus en détail

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER

DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER CHAPITRE 2 DÉCISIONS À PRENDRE AVANT DE COMMENCER Ce chapitre s adresse aux directeurs de programme, à leurs partenaires nationaux, aux coordinateurs d enquête et au personnel technique. Il vous aidera

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C.)

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C.) Montélimar Sésame Règlement de la consultation Collecte des cartons des activités sur la commune de Montélimar MARCHE PUBLIC DE SERVICES OOO REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C.) OOO Pouvoir adjudicateur:

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2 FUTURE LIGNE 2 DE TRAMWAY DE L'AGGLOMERATION DE MONTPELLIER Etat initial des principaux traceurs de la pollution liée au trafic routier Résumé Rédacteur : AFM Date : 29/1/3 pages I CONTEXTE Etude réalisée

Plus en détail

Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires

Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires Travaux de rénovation partielle de bureaux et de laboratoires Centre de recherche Saint Antoine UMR-S 893 Site de l Hôpital Saint Antoine Bâtiment Inserm Raoul KOURILSKY 6 ème étage Equipe 13 Alex DUVAL

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile

TVP fémorale. Systématisation. La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier. Thrombus mobile Systématisation VCI Fémorale Superf. 3/4 Iliaque Poplitée La TVP : écho-doppler JP Laroche Unité de Médecine Vasculaire CHU Montpellier Mars 2015 Fémorale Sural Difficultés et Pièges: écho-doppler Veineux

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

Crédit d'impôt pour demande de services d'adaptation technologique

Crédit d'impôt pour demande de services d'adaptation technologique Crédit d'impôt pour demande de services d'adaptation technologique Tiré du site web : http://www.revenu.gouv.qc.ca/fr/entreprise/impot/credits/adaptation/dem_adaptation.asp Le crédit d'impôt pour demande

Plus en détail

Propagation sur réseau statique et dynamique

Propagation sur réseau statique et dynamique Université de la Méditerranée UFR Sciences de Luminy Rapport de stage informatique pour le Master 2 de Physique, Parcours Physique Théorique et Mathématique, Physique des Particules et Astroparticules.

Plus en détail

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants.

Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. Résultat du traitement de la varicocèle chez l'adolescent par l'association coils-sclérosants. P. Fajadet, L. Carfagna, O. Loustau, J. Vial, J. Moscovici, J.J. Railhac, N. Sans. Radiologie Interventionnelle

Plus en détail

QUESTION 143. Noms de domaine Internet, marques et noms commerciaux

QUESTION 143. Noms de domaine Internet, marques et noms commerciaux QUESTION 143 Noms de domaine Internet, marques et noms commerciaux Annuaire 1998/VIII, pages 427-433 37 e Congrès de Rio de Janeiro, 24-29 mai 1998 Q143 QUESTION Q143 Noms de domaine Internet, marques

Plus en détail