( ) CONFÉRENCE INTERNATIONALE FAO/OMS SUR LA NUTRITION: VINGT ET UN ANS APRÈS (CIN+21)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "(19 2012) CONFÉRENCE INTERNATIONALE FAO/OMS SUR LA NUTRITION: VINGT ET UN ANS APRÈS (CIN+21)"

Transcription

1 Document de réflexion (19 octobre 2012) CONFÉRENCE INTERNATIONALE FAO/OMS SUR LA NUTRITION: VINGT ET UN ANS APRÈS (CIN+21) FAO, Rome (Italie), novembre 2013 Contexte La Conférence internationale sur la nutrition (CIN) de 1992, parrainée conjointement par l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) et l Organisation mondiale de la santé (OMS), a adopté à l unanimité une déclaration et un plan d action mondiaux pour la nutrition. Les délégués de 159 pays et de la Communauté européenne se sont engagés à éliminer ou à réduire de manière substantielle l inanition et la famine, la faim chronique, qui est un phénomène répandu, la sous-alimentation, notamment chez les enfants, les femmes et les personnes âgées, les carences en micronutriments, en particulier en fer, en iode et en vitamine A, les maladies transmissibles et non transmissibles liées à l alimentation, les obstacles empêchant un allaitement maternel optimal, les problèmes d assainissement, d hygiène et de potabilité de l eau. L un des résultats remarquables de la CIN a été l élaboration de plans d action nationaux pour la nutrition (PANN), qui tiennent compte des priorités des pays et des stratégies nationales de réduction de la faim et de la malnutrition. Au cours des 20 années qui se sont écoulées depuis la CIN, les progrès accomplis en matière de réduction de la faim et de la malnutrition ont été d une lenteur inacceptable, malgré d importantes améliorations dans un certain nombre de pays. Selon les estimations de la FAO, 870 millions de personnes étaient sous-alimentées en (soit 12,5 pour cent de la population mondiale, ou une personne sur huit), alors qu en , un milliard de personnes étaient dans ce cas. Depuis , la crise financière, la récession économique, l instabilité persistante des prix alimentaires, la fréquence et de la gravité des catastrophes naturelles, ainsi que les répercussions du changement climatique ont empêché tout progrès significatif ultérieur dans ce domaine. Les résultats révisés indiquent qu il est possible d atteindre l Objectif du Millénaire pour le développement (OMD), consistant à réduire de moitié, d ici à 2015, la prévalence de personnes souffrant de la faim, à condition de faire le nécessaire pour inverser le ralentissement tendanciel que l on observe depuis Selon les estimations de l OMS, près de 10 millions d enfants meurent chaque année avant d avoir atteint l âge de cinq ans et un tiers de ces décès est associé à la sous-alimentation. Dans les pays en développement, un enfant de moins de cinq ans sur trois (soit un total de 171 millions) présente un retard de croissance du fait d une sous-alimentation chronique et 148 millions d enfants sont en insuffisance pondérale. Les carences en micronutriments, aussi appelées «faim cachée», concernent quelque deux milliards de personnes (soit plus de 30 pour cent de la population mondiale) et ont de graves répercussions en matière de santé publique. Tandis que 43 millions d enfants de moins de cinq ans sont en insuffisance pondérale, 500 millions d adultes souffrent d obésité, de plus en plus souvent dans les pays à revenus faibles ou moyens. Les conséquences de ce phénomène vont d un risque accru de décès prématuré à de graves pathologies chroniques, notamment une augmentation de la prévalence des maladies non transmissibles, sans compter que tous ces facteurs peuvent réduire la qualité de vie globale. Les changements de régime alimentaire rendus possibles depuis une vingtaine d années par la hausse des revenus et la plus grande disponibilité d aliments cuisinés énergétiques, ainsi que le recul de l activité physique, expliqueraient cette évolution. La coexistence de la sous-alimentation, des carences en micronutriments et de la suralimentation, qui est à l origine de l obésité ainsi que de pathologies non transmissibles et chroniques, est qualifiée de double ou triple fardeau de la malnutrition. La malnutrition, sous toutes ses formes, est un fardeau intolérable à la fois pour les systèmes de santé nationaux et pour l ensemble du tissu 1

2 culturel, social et économique des pays. Elle constitue l obstacle le plus important au développement et à l accomplissement du potentiel humain. La lutte contre les effets de la malnutrition, lorsque ceux-ci sont installés, à un coût budgétaire, économique et humain important. La prévention est beaucoup moins onéreuse. Par conséquent, investir dans la nutrition n est pas seulement un impératif moral, cette démarche est judicieuse d un point de vue économique car elle permet d améliorer la productivité et la croissance économique, de réduire les coûts liés aux soins de santé et de favoriser l étude, l optimisation des facultés intellectuelles et le développement social. La nutrition fait l objet d une plus grande attention et d actions de plus en plus nombreuses. Les pays considèrent de plus en plus la sécurité alimentaire et nutritionnelle comme essentielle pour leur développement et tiennent compte de la nutrition dans les documents de politique sectorielle. Ils l intègrent dans les politiques et stratégies nutritionnelles nationales, augmentent et alignent les investissements à la fois dans les interventions exclusivement nutritionnelles et dans celles qui prennent la nutrition en compte. Sur le plan politique au niveau mondial, des progrès ont été accomplis en ce qui concerne la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Parmi les initiatives et instruments visant à l améliorer, citons le Cadre global d action actualisé (CGA) élaboré par l Équipe spéciale de haut niveau sur la crise mondiale de la sécurité alimentaire et le Cadre stratégique mondial du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA) réformé, dont relève le Groupe d experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition. En mai 2012, dans la Déclaration de Camp David, les pays du G8 ont renouvelé leur engagement à «relever les défis mondiaux actuels et futurs de la sécurité alimentaire» et sont convenus de «prendre de nouvelles mesures pour accélérer les progrès en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique et dans le monde entier». Dans sa déclaration de 2012, le G20 a mis l accent sur l impact de la malnutrition chronique sur le développement et confirmé son soutien à l initiative SUN (Renforcer la nutrition). En juin 2012, la Conférence des Nations Unies sur le développement durable, a déclaré: «Nous réaffirmons les engagements que nous avons pris concernant le droit de chaque être humain d avoir accès à des aliments sains et nutritifs en quantité suffisante, conformément au droit à une alimentation adéquate et au droit fondamental de chacun d être à l abri de la faim.» L Initiative Renforcer la nutrition (SUN) lancée en 2010 avec l appui de multiples partenaires, dont des gouvernements de pays supportant un lourd fardeau en termes de malnutrition, des organismes des Nations Unies, des donateurs, des organisations non gouvernementales (ONG), des universités et le secteur privé et d autres initiatives de mobilisation comme la campagne des jours appellent l attention internationale, à un haut niveau, sur la nécessité de renforcer les programmes nutritionnels. En septembre 2011, lors de la réunion SUN de haut niveau qui s est tenue à New York, la sécurité alimentaire et nutritionnelle a été reconnue comme étant un droit fondamental et considérée comme étant à la base du développement économique, social et humain. Les collaborations au sein du système des Nations Unies comme le Partenariat REACH visant à éliminer la faim et la dénutrition chez les enfants et le Comité permanent de la nutrition du système des Nations Unies visent à renforcer l alignement et la gouvernance, au sein des Nations Unies, de la nutrition et à redynamiser le rôle de la nutrition au niveau international. Pourquoi le CIN+21 Il est véritablement urgent de renforcer la cohérence politique, l alignement, la coordination et la coopération, notamment entre les secteurs alimentaire, agricole et sanitaire pour améliorer la nutrition mondiale. En outre, les pays demandent des outils pratiques, des directives simples et la mise en commun des études de cas des réussites par pays et des enseignements tirés de l expérience, s agissant de la manière d aligner les politiques sectorielles pour obtenir de meilleurs résultats sur le plan nutritionnel. 2

3 À cet effet, la FAO et l OMS, en collaboration avec plusieurs partenaires appartenant ou non au système des Nations Unies, doivent convoquer la Conférence internationale sur la nutrition: vingt et un ans après (CIN+21). La Conférence permettra d examiner les progrès accomplis depuis 1992, de réfléchir aux possibilités et aux défis existants ou nouveaux qui accompagnent les évolutions de l économie mondiale, les changements du système alimentaire, les avancées scientifiques et les progrès techniques, et d analyser les solutions politiques qui permettraient d améliorer la nutrition. Celle-ci étant le résultat de multiples facteurs, ces solutions doivent être globales et multisectorielles. La CIN+21 traitera de la sous-alimentation et aussi de la suralimentation et permettra d étudier de quelle manière l agriculture, la santé, l éducation et le secteur social, entre autres, peuvent mieux œuvrer ensemble pour lutter contre ce fardeau multiple de la malnutrition. Certaines politiques intégrées ont été couronnées de succès et pourraient donc inspirer l action future des pays. Les résultats de la campagne des jours et de l Initiative Renforcer la nutrition seront utiles à cet égard. En outre, la tenue de la CIN+21 permettra de se concentrer sur cette nouvelle approche, de récapituler et de présenter les données probantes et d examiner une série d options politiques. La CIN+21 tirera parti de la volonté politique récemment mobilisée en faveur de la nutrition, mais permettra également aux États Membres d investir plus de moyens dans la sécurité alimentaire et nutritionnelle de leur population, et de mobiliser les ressources nécessaires pour financer durablement des actions à moyen et long termes efficaces et cohérentes, pilotées par les pays. La Conférence abordera les besoins nutritionnels particuliers des femmes, des nourrissons et des enfants en bas âge, mais aussi ceux de tous individus, familles, foyers et communautés car la nutrition est un droit universel. Elle fournira les outils et les cadres qui permettront aux États Membres d intégrer la nutrition dans leurs travaux et dans ceux des partenaires du développement, en faisant en sorte qu ils tiennent compte des objectifs, préoccupations et considérations nutritionnels dans leurs politiques et programmes. Elle favorisera l intégration de la nutrition dans des cadres multisectoriels et encouragera un engagement organisationnel et institutionnel plus fort de la part des organismes des Nations Unies et d autres organisations dans un développement qui tienne compte de la nutrition. Objectifs La CIN+21 sera un événement politique de haut niveau et la première conférence intergouvernementale consacrée uniquement aux problèmes nutritionnels mondiaux du XXI e siècle. Elle réunira notamment les secteurs de l alimentation, de l agriculture et de la santé et visera à mobiliser la volonté politique et les ressources nécessaires à l amélioration de la nutrition. La Conférence aura plus précisément pour objectifs: 1. de faire le point des progrès accomplis depuis la CIN de 1992 dans le cadre des efforts collectifs visant à résoudre les problèmes nutritionnels et de recenser les principaux obstacles rencontrés lors de la mise en œuvre des plans d action nationaux en faveur de la nutrition; 2. de faire le point des résultats obtenus au niveau national en matière de nutrition grâce à des interventions nutritionnelles directes et à la prise en compte de la nutrition dans les politiques et programmes de développement; 3

4 3. de recenser les mesures à prendre dans divers domaines (santé, agriculture, commerce, protection des consommateurs et aide sociale) pour améliorer la nutrition et parvenir à un consensus sur un cadre multisectoriel de la nutrition à l échelle mondiale; 4. de renforcer la cohérence et la coordination politiques en vue d améliorer la nutrition mondiale et de mobiliser les volontés politiques afin de réunir les ressources nécessaires à la réalisation des OMD grâce à une approche multisectorielle et équilibrée de la nutrition. Résultats Les États Membres et les autres groupes de parties prenantes seront dotés des outils, des directives et des connaissances à jour nécessaires pour élaborer des politiques, des programmes et des plans nationaux dans les secteurs de l alimentation et de l agriculture, du commerce, de la santé et de la protection sociale qui entraîneront une amélioration équitable et quantifiable de la nutrition. La CIN+21 s appuiera sur les processus et les initiatives politiques mondiaux en cours pour contribuer à la réalisation du programme des Nations Unies pour le développement après 2015, notamment en ce qui concerne l identification des domaines prioritaires, des objectifs de développement de la nutrition, ainsi que des politiques nécessaires pour réaliser ces objectifs, les quantifier et les prendre en compte. Le résultat de la CIN+21 contribuera à la réponse apportée à l appel du Secrétaire général de l ONU en faveur d une meilleure cohérence des politiques aux niveaux mondial, régional, national et infranational, ainsi que d un partenariat mondial pour le développement à tous les niveaux. La CIN+21 amplifiera également l appel lancé par le Secrétaire général aux dirigeants ayant participé au Sommet Rio+20 pour qu ils relèvent le «Défi Faim zéro». Processus La CIN+21 sera une conférence intergouvernementale de haut niveau et durera trois jours. Elle comportera des séances plénières auxquelles participeront des représentants gouvernementaux de haut niveau et, parallèlement, des tables rondes thématiques. Outre les principaux organisateurs que sont la FAO et l OMS, les parties prenantes à l Initiative SUN et au Comité permanent de la nutrition du système des Nations Unies seront associées à la préparation de la Conférence. Une série de réunions et de consultations régionales et d experts seront organisées et des études de cas par pays seront réalisées dans le cadre du processus de préparation. Seront sans doute abordés les thèmes qui ont été débattus lors de la CIN de 1992, mais aussi des thèmes nouveaux; chaque secteur et chaque acteur pourra déterminer comment il peut aborder au mieux les problèmes nutritionnels, compte tenu des besoins et situations propres à chaque pays. Les principaux thèmes apparus depuis 1992 sont notamment: l instabilité et la flambée des prix des produits alimentaires, ainsi que leur impact sur la consommation alimentaire et la nutrition, les répercussions nutritionnelles des situations d urgence, les changements climatiques dans les contextes du développement et des situations d urgence, les évolutions démographiques et l urbanisation, la mondialisation et les conséquences de la modification des systèmes alimentaires sur l évolution du régime alimentaire, le rôle des femmes en tant que productrices et gestionnaires des ressources limitées des ménages, l agriculture prenant en compte la nutrition et les approches de l alimentation visant à améliorer la diversité alimentaire et la nutrition, la biodiversité et les régimes durables, les biocarburants et leur impact sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle, le renforcement transversal des capacités à tous les niveaux pour intensifier les actions visant spécifiquement à renforcer la nutrition ou qui la prennent en compte et les systèmes d information pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle, y compris les éléments permettant de mesurer l impact des politiques et interventions fondées sur la santé ou l alimentation et de contrôler l exécution des programmes du point de vue des résultats nutritionnels. 4

5 Parmi les thèmes orientés vers l action qui ont été évoqués en 1992, citons l incorporation des objectifs, considérations et éléments nutritionnels dans les politiques et programmes de développement, l amélioration de la sécurité alimentaire des ménages, la protection des consommateurs grâce à une amélioration de la qualité et de la sécurité sanitaire des aliments, la prévention et la gestion des maladies infectieuses, la prise en charge des personnes défavorisées sur le plan socioéconomique et vulnérables du point de vue nutritionnel (en accordant une attention particulière à la promotion de la bonne nutrition maternelle et à l alimentation d appoint des nourrissons et des jeunes enfants), la prévention des carences en micronutriments particuliers et la lutte contre celles-ci, la promotion de régimes alimentaires appropriés et de modes de vie sains, propres à prévenir et éviter toutes les formes de malnutrition, ainsi que l évaluation, l analyse et le suivi des situations nutritionnelles. Réunions régionales La CIN+21 sera précédée d une série de réunions régionales. Des documents stratégiques par pays décrivant en détail la situation de l alimentation, de l agriculture, de la santé et de la nutrition, les évolutions alimentaires, l environnement politique notamment grâce à un examen des politiques qui ont permis d améliorer la nutrition et des enseignements à en tirer, des initiatives qui ont fonctionné et des raisons de leur succès et d autres questions pertinentes en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle seront présentés et débattus. Une ébauche pour la préparation des documents stratégiques de synthèse par pays consolidés et du document de synthèse au niveau régional/sous-régional sera réalisée à partir des informations fournies par chacun des documents stratégiques par pays à l appui des débats. Les réunions régionales contribueront à la réalisation des objectifs 1 et 2 de la CIN+21. Réunions d experts Des réunions d experts et des forums d échange d idées permettront de faire le point des connaissances scientifiques diffusées dans les réseaux spécialisés. Ces réunions porteront sur les thèmes suivants: Systèmes alimentaires et agricoles prenant en compte la nutrition. Comment le système alimentaire et agricole peut-il mieux pourvoir à l alimentation et aux moyens d existence et permettre d améliorer les régimes alimentaires et la nutrition? On peut à cet effet renforcer les systèmes de production qui permettent d accroître l offre d aliments en quantité (calories) et en qualité (variété, diversité, teneur en nutriments et sécurité sanitaire), ainsi que l accès aux denrées et leur consommation. On examinera les meilleures pratiques en vigueur dans les pays développés et dans les pays en développement pour traiter la sousalimentation et la suralimentation. Par quels mécanismes et dans quelle mesure les politiques commerciales peuvent-elles jouer sur l accès aux aliments et sur leur consommation et, partant, sur la nutrition? On examinera, du point de vue de l impact nutritionnel, les évolutions radicales qui se sont opérées depuis 1992 dans le contexte international (notamment les accords du cycle d Uruguay sur l agriculture, la libéralisation des échanges commerciaux, les réformes des politiques agricoles nationales, les hausses des importations, l avancée de la mondialisation et de l urbanisation, l internationalisation et le développement de l intégration verticale grossistes/détaillants/supermarchés dans les chaînes de valeur, les subventions et taxes appliquées aux produits alimentaires, les obstacles au commerce, les subventions aux exportations de produits alimentaires, la hausse et l instabilité des prix des produits alimentaires, l évaluation concernant les biocarburants, le Codex et la prolifération des normes privées). De quelle manière l information des consommateurs et l éducation nutritionnelle peuvent-elles mieux faire connaître les régimes alimentaires sains et augmenter la demande en la matière? 5

6 Protection sociale et réduction de la pauvreté. Comment la société peut-elle protéger les franges marginalisées, les populations vulnérables sur le plan nutritionnel et les catégories les plus défavorisées grâce à un processus de développement qui n exclut personne? Quelles difficultés rencontre-t-on lors de la conception et de la mise en œuvre des transferts assortis ou non de conditions d argent ou d aliments, et comment faire en sorte que les mesures de protection sociale telles que les filets de protection et les politiques en faveur de l emploi permettent de réduire les inégalités sociales et de préserver la nutrition? Une série de documents d information seront rédigés par des experts dans diverses spécialités et provenant de différentes régions, ce qui permettra de centrer le débat sur des questions pertinentes. Pour ses débats, la CIN+21 s appuiera sur un document de synthèse élaboré sur la base des informations fournies dans les documents d information. Des forums seront animés sur internet à l appui des discussions techniques pour chaque thème particulier. Des options politiques seront ensuite définies, contribuant ainsi à la réalisation des objectifs 3 et 4 de la CIN+21. Consultations des parties intéressées Une consultation des parties intéressées sera organisée auprès des organisations de la société civile (OSC), des ONG et du secteur privé. Elle rassemblera des parties d opinions et d expériences extrêmement diverses et permettra de dégager des domaines de collaboration. La consultation sera axée sur des questions comme le suivi des politiques, le plaidoyer, l effet des politiques d investissement et la contribution des OSC/ONG et du secteur privé à l amélioration des régimes alimentaires et de la nutrition (transformation, conservation, coût, commercialisation, influence sur le comportement des consommateurs, reformulation des produits et introduction de nouveaux produits, y compris les incitations et les moteurs permettant d'y parvenir). Le rapport de la consultation d experts aidera à étayer le débat de la CIN+21. Études de cas par pays Des études de cas par pays seront réalisées dans les pays intéressés (y compris les pays participant à l Initiative SUN) et feront l objet d un débat critique permettant d identifier les meilleures pratiques et les enseignements à tirer de l expérience en vue d améliorer la nutrition afin qu ils puissent être appliqués à d autres pays. Il est important que ce processus de création d une base de données probantes permette de renforcer les capacités des institutions locales concernées. Conférence de trois jours Sur la base des rapports des conférences régionales, des réunions d experts, de la consultation des parties intéressées et des études de cas par pays élaborés pour la CIN+21, on recensera les actions qui devront être envisagées par les gouvernements dans le cadre de leurs efforts d amélioration de la nutrition. Préparation de la Conférence Le Comité directeur de la CIN+21 donne des indications concernant la préparation et la tenue de la Conférence. Il est composé de représentants de la FAO et de l OMS ainsi que de partenaires de l Initiative SUN, notamment de représentants de l Équipe spéciale de haut niveau sur la crise mondiale de la sécurité alimentaire, du Fonds international de développement agricole (FIDA), de l Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI), de l Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture (UNESCO), du Fonds des Nations Unies pour l enfance (UNICEF), du Comité permanent de la nutrition du système des Nations Unies 6

7 (UNSCN), de la Banque mondiale, du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l Organisation mondiale du commerce (OMC). Un secrétariat de la CIN+21 sera mis en place. Il sera chargé de formuler des avis, notamment techniques, sur la préparation et la tenue de la Conférence. Il sera aidé par l équipe technique spéciale, qui prêtera une assistance technique pour l élaboration des documents d information et des documents connexes, ainsi que pour la tenue des réunions régionales et d experts et l organisation de la consultation des parties intéressées. Participants Les participants à la Conférence peuvent être des délégués ministériels des États Membres (ministères de la santé, de l agriculture, du commerce, de l éducation, de l emploi, des affaires sociales), des représentants de haut niveau d organismes des Nations Unies et d organisations intergouvernementales régionales, ainsi que des experts et des planificateurs de programme issus d ONG, d OSC, d établissements universitaires et du secteur privé et s intéressant à la nutrition. Calendrier La CIN+21 se tiendra du 13 au 15 novembre 2013 au Siège de la FAO, à Rome (Italie). Création du Comité directeur juillet 2012 Création du Groupe de travail sur la mobilisation des ressources octobre 2012 Création du Groupe de travail sur la communication octobre 2012 Réception des documents de pays avril 2011-février 2013 Tenue des réunions régionales (7) 5 en 2011, 2 en 2012 Commande des documents d experts octobre 2012 Tenue des réunions d experts mars 2013 Élaboration des documents de synthèse par les experts juin 2013 Élaboration des documents stratégiques de synthèse par pays fin 2012-juin 2013 Organisation de la consultation des parties intéressées (organisations communautaire/ong et secteur privé) juin 2013 Études de cas par pays (pays de l Initiative SUN) fin 2012-juin 2013 Budget Une bonne partie des activités de préparation de la Conférence sont des activités qui relèvent des programmes de travail ordinaires de la FAO et de l OMS, du fait de l attention croissante portée à la nutrition en tant que domaine prioritaire. Quelques sources de financement ont été trouvées, mais le budget ordinaire dont disposent les deux organisations pour la Conférence est limité et une aide extrabudgétaire sera nécessaire. Il faudra recueillir des fonds extrabudgétaires pour mener à bien la préparation et pour financer les réunions préparatoires et les consultations d experts. Le versement de fonds extrabudgétaires complémentaires sera également encouragé pour aider à financer la participation des délégués des pays en développement. Un projet de budget englobant le coût des activités préparatoires et des trois jours de la conférence est disponible. 7

La santé dans le programme de développement pour l après-2015

La santé dans le programme de développement pour l après-2015 SOIXANTE-SIXIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A66/47 Point 14.1 de l ordre du jour provisoire 1 er mai 2013 La santé dans le programme de développement pour l après-2015 Rapport du Secrétariat 1. Les

Plus en détail

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015

LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 La NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Note d orientation LA NUTRITION et les Objectifs de Développement Durable de l après-2015 Une attention spéciale doit être portée

Plus en détail

INTERVENTION DU MALI A LA 2 ème CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA NUTRITION Du 19 au 21 NOVEMBRE 2014 à ROME

INTERVENTION DU MALI A LA 2 ème CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA NUTRITION Du 19 au 21 NOVEMBRE 2014 à ROME MINISTERE DU DEVELOPPEMENT REPUBLIQUE DU MALI RURAL Un Peuple - Un But - Une Foi ******************* ***************** SECRETARIAT GENERAL ******************** INTERVENTION DU MALI A LA 2 ème CONFERENCE

Plus en détail

VINGT-DEUXIÈME SESSION. Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS. I. Historique

VINGT-DEUXIÈME SESSION. Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS. I. Historique Mai 2014 COFO/2014/5.4 F COMITÉ DES FORÊTS VINGT-DEUXIÈME SESSION Rome, 23-27 juin 2014 EXAMEN DE L EFFICACITÉ DE L ARRANGEMENT INTERNATIONAL SUR LES FORÊTS I. Historique 1. L Arrangement international

Plus en détail

Les femmes dans l économie mondiale en temps de crise

Les femmes dans l économie mondiale en temps de crise Point 3 (a) (i) de l ordre du jour provisoire E/CN.6/2010/1 pour la cinquantequatrième session de la Commission de la condition de la femme, du 1 er au 12 mars 2010 : Révision de la mise en œuvre de la

Plus en détail

FACE À LA SITUATION PRÉOCCUPANTE DE LA MALNUTRITION À MADAGASCAR

FACE À LA SITUATION PRÉOCCUPANTE DE LA MALNUTRITION À MADAGASCAR Communiqué de presse conjoint LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DES NATIONS UNIES PLAIDE POUR PLUS D INVESTISSEMENTS FACE À LA SITUATION PRÉOCCUPANTE DE LA MALNUTRITION À MADAGASCAR 11 mai 2016 (Antananarivo) Lors

Plus en détail

Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1

Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1 Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 1 SOMMAIRE Dossier de Presse Lancement Projet NETS / octobre 2009 Page 2 COMMUNIQUE DE PRESSE LANCEMENT OFFICIEL DU PROJET NETS A SEDHIOU Dans

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/878

Assemblée générale. Nations Unies A/AC.105/878 Nations Unies A/AC.105/878 Assemblée générale Distr.: Générale 21 décembre 2006 Français Original: Anglais Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Table des matières Rapport

Plus en détail

Secrétariat du Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN Termes de référence

Secrétariat du Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN Termes de référence Secrétariat du Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN Termes de référence Contexte dans lequel s inscrit le Réseau des Nations Unies pour le SUN : Le Réseau des Nations Unies pour le SUN (de l

Plus en détail

Stratégie et plan d action mondiaux sur le vieillissement et la santé : vers un monde où chacun puisse vivre longtemps et en bonne santé

Stratégie et plan d action mondiaux sur le vieillissement et la santé : vers un monde où chacun puisse vivre longtemps et en bonne santé SOIXANTE-NEUVIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ WHA69.3 Point 13.4 de l ordre du jour 28 mai 2016 Stratégie et plan d action mondiaux sur le vieillissement et la santé 2016-2020 : vers un monde où chacun

Plus en détail

Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement

Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement TABLE RONDE DE HAUT NIVEAU Financement des infrastructures d eau potable a d assainissement Gouvernements organisateurs (1) Ministere de l'energie et de l'eau, Mali (2) Gouvernement de la Tunisie 1. Introduction

Plus en détail

Union interparlementaire 128 ème Assemblée et Réunions connexes Quito (Equateur), 22 27 mars 2013 www.ipu2013ecuador.ec

Union interparlementaire 128 ème Assemblée et Réunions connexes Quito (Equateur), 22 27 mars 2013 www.ipu2013ecuador.ec Union interparlementaire 128 ème Assemblée et Réunions connexes Quito (Equateur), 22 27 mars 2013 www.ipu2013ecuador.ec COMMERCE EQUITABLE ET MECANISMES NOVATEURS DE FINANCEMENT POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

I. Introduction... 1-8 2. A. Origine et objectifs... 1-3 2 B. Organisation et programme... 4-8 2. II. Aperçu de l atelier... 9 3

I. Introduction... 1-8 2. A. Origine et objectifs... 1-3 2 B. Organisation et programme... 4-8 2. II. Aperçu de l atelier... 9 3 Nations Unies Assemblée générale A/AC.105/709 Distr. GÉNÉRALE 4 décembre 1998 FRANÇAIS Original: ANGLAIS Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport sur l atelier d évaluation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ESCAP/CTI(2)/L.1 Conseil économique et social Distr. : Limitée 11 avril 2011 Français Original : Anglais Commission économique et sociale pour l Asie et le Pacifique Comité du commerce

Plus en détail

L Alliance pour l avenir des villes. Projet de texte soumis à la discussion et au débat

L Alliance pour l avenir des villes. Projet de texte soumis à la discussion et au débat Réunion du Groupe consultatif Montréal, Canada - 12-13 juin 2000 CG/2 L Alliance pour l avenir des villes Projet de texte soumis à la discussion et au débat L ALLIANCE POUR L AVENIR DES VILLES L Alliance

Plus en détail

REPUBLIQUE DE GUINEE Mme Jacqueline SULTAN, Ministre de l Agriculture

REPUBLIQUE DE GUINEE Mme Jacqueline SULTAN, Ministre de l Agriculture 1 REPUBLIQUE DE GUINEE Mme Jacqueline SULTAN, Ministre de l Agriculture REPUBLIQUE DE GUINEE Travail Justice - Solidarité COMMUNICATION DE MME JACQUELINE SULTAN MINISTRE DE L AGRICULTURE II ème CONFERENCE

Plus en détail

Deuxième Conférence internationale sur la nutrition (ICN2),

Deuxième Conférence internationale sur la nutrition (ICN2), Deuxième Conférence internationale sur la nutrition (ICN2), Intervention de Monsieur Serge TOMASI, Ambassadeur, Représentant permanent de la France auprès de la FAO, du PAM et du FIDA Rome, 21 novembre

Plus en détail

Conduire le développement durable

Conduire le développement durable DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 Conduire le développement durable Rôle de la science, de la technologie et de l innovation 1. Introduction Les Objectifs du millénaire pour le développement

Plus en détail

7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008. Conclusions du Président

7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008. Conclusions du Président PARTENARIAT EUROMED DOC. DE SÉANCE N : 203/08 [FR] EN DATE DU : 03.07.2008 ORIGINE : GSC 7ème CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE EUROMED DU COMMERCE Marseille, le 2 juillet 2008 Conclusions du Président La 7ème

Plus en détail

Réunion préparatoire à l Examen ministériel annuel de 2009

Réunion préparatoire à l Examen ministériel annuel de 2009 Vérifier au prononcé Discours de bienvenue prononcé par la Présidente du Conseil économique et social S. E. M me Sylvie Lucas (Luxembourg) Réunion préparatoire à l Examen ministériel annuel de 2009 New

Plus en détail

Stratégie économique pour la Francophonie

Stratégie économique pour la Francophonie XV e Conférence des chefs d État et de gouvernement des pays ayant le français en partage Dakar (Sénégal), les 29 et 30 novembre 2014 Stratégie économique pour la Francophonie Préambule : La Francophonie

Plus en détail

SUN is a unique Movement founded on the principle that all people have a right to food & good nutrition.

SUN is a unique Movement founded on the principle that all people have a right to food & good nutrition. SUN is a unique Movement founded on the principle that all people have a right to food & good nutrition. 23 ème série de conférences téléphoniques des pays du Mouvement SUN Renforcer et soutenir l'engagement

Plus en détail

Cent quarantième session. Rome, 10-14 octobre 2011. Dotation en effectifs des services de trésorerie

Cent quarantième session. Rome, 10-14 octobre 2011. Dotation en effectifs des services de trésorerie Août 2011 FC 140/10 F COMITÉ FINANCIER Cent quarantième session Rome, 10-14 octobre 2011 Dotation en effectifs des services de trésorerie Pour toute question concernant le contenu de ce document, veuillez

Plus en détail

DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA?

DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA? DES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE AUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ENJEU ÉLECTORAL AU CANADA? Du 25 au 27 septembre se tiendra à New York l'assemblée générale des Nations Unies durant laquelle les chefs

Plus en détail

Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs,

Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs, Monsieur le Président, Excellences, Mesdames et Messieurs, J ai l honneur de présenter le rapport du Conseil économique et social pour 2009 repris dans le document A/64/3. La crise financière mondiale

Plus en détail

Assemblée générale Conseil économique et social

Assemblée générale Conseil économique et social Nations Unies A/66/77 Assemblée générale Conseil économique et social Distr. générale 4 mai 2011 Français Original : anglais Assemblée générale Conseil économique et social Soixante-sixième session Session

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/60/738*

Assemblée générale. Nations Unies A/60/738* Nations Unies A/60/738* Assemblée générale Distr. générale 29 mars 2006 Français Original: anglais Soixantième session Points 55 a) de l ordre du jour Groupes de pays en situation particulière : troisième

Plus en détail

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020»

Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Contribution de la Région wallonne et de la Communauté française de Belgique au débat sur la future stratégie «UE 2020» Introduction L Europe est au carrefour de ses propres ambitions. Le choix des voies

Plus en détail

La Belgique aux Nations Unies...

La Belgique aux Nations Unies... La Belgique aux Nations Unies... Bâtir le consensus Agir pour la paix ROYAUME DE BELGIQUE Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement au service de la

Plus en détail

Directives d application volontaire pour la prise en compte systématique de la biodiversité dans les politiques, programmes et plans d action

Directives d application volontaire pour la prise en compte systématique de la biodiversité dans les politiques, programmes et plans d action Directives d application volontaire pour la prise en compte systématique de la biodiversité dans les politiques, programmes et plans d action nationaux et régionaux relatifs à la nutrition Biodiversité

Plus en détail

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus

Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Groupe de travail sur les Objectifs de Développement Durable Spécifiques au Sénégal (MEDD) - points essentiels débattus Le Sénégal s est inscrit, dès l origine, dans la dynamique du développement durable.

Plus en détail

1- Assurer un accès réciproque aux exportateurs et aux investisseurs des deux pays

1- Assurer un accès réciproque aux exportateurs et aux investisseurs des deux pays Déclaration économique franco-japonaise entre le Premier Ministre de la République française, M. François FILLON, et le Premier Ministre du Japon, M. Yasuo FUKUDA A l occasion du 150 ème anniversaire des

Plus en détail

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 9.11.2015

DÉCISION DE LA COMMISSION. du 9.11.2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 9.11.2015 C(2015) 7674 final DÉCISION DE LA COMMISSION du 9.11.2015 relative au programme d action annuel 2015 en faveur de la Tanzanie, à financer sur les ressources

Plus en détail

Mauritanie. Plan d amélioration. Fenêtre Thématique: Enfance, sécurité alimentaire et nutrition

Mauritanie. Plan d amélioration. Fenêtre Thématique: Enfance, sécurité alimentaire et nutrition Mauritanie Plan d amélioration Fenêtre Thématique: fance, sécurité alimentaire et nutrition Titre du Programme: Acceleration de la lutte contre la faim et la malnutrition dans le sud-est Mauritanien Joint

Plus en détail

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 17/4 Les droits de l homme et les sociétés transnationales et autres entreprises

Résolution adoptée par le Conseil des droits de l homme* 17/4 Les droits de l homme et les sociétés transnationales et autres entreprises Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 6 juillet 2011 Français Original: anglais A/HRC/RES/17/4 Conseil des droits de l homme Dix-septième session Point 3 de l ordre du jour Promotion et protection

Plus en détail

Stratégie et plan d action mondiaux sur le vieillissement et la santé : vers un monde où chacun puisse vivre longtemps et en bonne santé

Stratégie et plan d action mondiaux sur le vieillissement et la santé : vers un monde où chacun puisse vivre longtemps et en bonne santé SOIXANTE-NEUVIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A69/A/CONF./8 Point 13.4 de l ordre du jour 24 mai 2016 Stratégie et plan d action mondiaux sur le vieillissement et la santé 2016-2020 : vers un monde

Plus en détail

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE

Patrimoine Mondial ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Patrimoine Mondial Distribution limitée 25 COM WHC-01/CONF.208/14 Paris, le 31 octobre 2001 Original : anglais/français ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION

Plus en détail

La nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant : plan d application

La nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant : plan d application SOIXANTE-QUATRIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A64/22 Point 13.13 de l ordre du jour provisoire 24 mars 2011 La nutrition chez la mère, le nourrisson et le jeune enfant : plan d application Rapport

Plus en détail

I.E.P. de Toulouse - Conférences de méthode d économie S4 Séance du 3 avril 2006 - groupes de M. Lang

I.E.P. de Toulouse - Conférences de méthode d économie S4 Séance du 3 avril 2006 - groupes de M. Lang 2.1.1. Le FMI 2.1.2. Le groupe Banque mondiale 2.1.2.1. Composition et fonctionnement La «Banque Mondiale» est, en fait, un groupe comprenant cinq institutions différentes. Les deux plus importantes sont

Plus en détail

Rapport de la réunion conjointe des Conseils d administration du. PNUD/FNUAP/UNOPS, de l UNICEF, d ONU Femmes et du PAM

Rapport de la réunion conjointe des Conseils d administration du. PNUD/FNUAP/UNOPS, de l UNICEF, d ONU Femmes et du PAM Rapport de la réunion conjointe des Conseils d administration du PNUD/FNUAP/UNOPS, de l UNICEF, d ONU Femmes et du PAM le 2 février 2015 1. Tirer ensemble des leçons pour renforcer l innovation et mieux

Plus en détail

Conférence de Genève sur la prévention de l extrémisme violent : la voie à suivre

Conférence de Genève sur la prévention de l extrémisme violent : la voie à suivre Nations Unies Conférence de Genève sur la prévention de l extrémisme violent : la voie à suivre Organisée par les Nations Unies en partenariat avec le Gouvernement suisse Conclusions conjointes des coprésidents

Plus en détail

Accord de coopération entre le FIDA et l Agence française de développement

Accord de coopération entre le FIDA et l Agence française de développement Cote du document: EB 2006/89/INF.5 Date: 12 décembre 2006 Distribution: Restreinte Original: Anglais F Accord de coopération entre le FIDA et l Agence française de développement Conseil d'administration

Plus en détail

La priorité : répondre aux besoins

La priorité : répondre aux besoins La priorité : répondre aux besoins Avis présenté par la Confédération des organismes de personnes handicapées du Québec sur le plan d action de lutte contre la pauvreté et l exclusion sociale, avec ou

Plus en détail

NOTE CONCEPTUELLE 2ème Forum sur le Développement Rural en Afrique du 8 au 10 Septembre 2016, Yaoundé, Cameroun

NOTE CONCEPTUELLE 2ème Forum sur le Développement Rural en Afrique du 8 au 10 Septembre 2016, Yaoundé, Cameroun NOTE CONCEPTUELLE 2ème Forum sur le Développement Rural en Afrique du 8 au 10 Septembre 2016, Yaoundé, Cameroun Transformer les zones rurales en Afrique par le développement des compétences, la création

Plus en détail

Note Conceptuelle et Programme

Note Conceptuelle et Programme PROMOUVOIR DES INVESTISSEMENTS AGRICOLES DURABLES : LES OPTIONS JURIDIQUES ET POLITIQUES Atelier de Formation pour l Afrique Centrale 11-13 mars 2015 Yaoundé, Cameroun Note Conceptuelle et Programme 1.

Plus en détail

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES

Programme de 2 ème Année Secondaire ECONOMIE & SERVICES RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION ET DE LA FORMATON DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES ET DE LA FORMATION CONTINUE -------------------------- DIRECTION DES PROGRAMMES ET DES MANUELS SCOLAIRES

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/67/458)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Troisième Commission (A/67/458)] Nations Unies A/RES/67/192 Assemblée générale Distr. générale 3 avril 2013 Soixante-septième session Point 103 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de

Plus en détail

Convention-cadre sur les changements climatiques

Convention-cadre sur les changements climatiques NATIONS UNIES Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. GÉNÉRALE FCCC/SB/2009/3/Summary 27 mai 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS ORGANE SUBSIDIAIRE DE CONSEIL SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE

Plus en détail

JITAP: BOÎTE A OUTILS DU MODULE 1. RENFORCEMENT DES CAPACITES INSTITUTIONNELLES : Négociations, politiques commerciales et mise en oeuvre

JITAP: BOÎTE A OUTILS DU MODULE 1. RENFORCEMENT DES CAPACITES INSTITUTIONNELLES : Négociations, politiques commerciales et mise en oeuvre JITAP: BOÎTE A OUTILS DU MODULE 1 RENFORCEMENT DES CAPACITES INSTITUTIONNELLES : Négociations, politiques commerciales et mise en oeuvre NATIONS UNIES New York et Genève, 2005 NOTE Les cotes des documents

Plus en détail

RÉSUMÉ LA SITUATION MONDIALE DE L ALIMENTATION ET DE L AGRICULTURE METTRE LES SYSTÈMES ALIMENTAIRES AU SERVICE D UNE MEILLEURE NUTRITION

RÉSUMÉ LA SITUATION MONDIALE DE L ALIMENTATION ET DE L AGRICULTURE METTRE LES SYSTÈMES ALIMENTAIRES AU SERVICE D UNE MEILLEURE NUTRITION LA SITUATION MONDIALE DE L ALIMENTATION ET DE L AGRICULTURE 2013 RÉSUMÉ METTRE LES SYSTÈMES ALIMENTAIRES AU SERVICE D UNE MEILLEURE NUTRITION La malnutrition, sous toutes ses formes dénutrition, carences

Plus en détail

Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle

Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle Les rapports de genre dans l'accès à la terre et son contrôle G.T. 1 : le Monde selon les Femmes Document issu de 3 sources : 1. Recommandations du groupe GESA de la CFD sur " l'accès et le contrôle des

Plus en détail

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble

L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains pour apprendre à vivre ensemble L éducation aux droits humains permet d acquérir des connaissances concernant les droits humains, mais aussi de développer des habiletés et

Plus en détail

HôtelSomatel, monté aurore, Yaoundé, Cameroun 30 et 31 mai 2016

HôtelSomatel, monté aurore, Yaoundé, Cameroun 30 et 31 mai 2016 SEMINAIRE INTERNATIONAL SUR LE THEME " PROMOTION DES COOPERATIVES DE SANTE EN AFRIQUE, UNE STRATEGIE POUR L ATTEINTE DU TROSIEME OBJECTIFDES OBJECTIFS DU DEVELOPPEMENT DURABLE" Partenaires Conférence Panafricaine

Plus en détail

Veolia Environnement Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche

Veolia Environnement Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche UNITAR et Veolia Environnement Un partenariat stratégique global pour des solutions locales Un cadre pour le partenariat public-privé L année 2010 voit se terminer la deuxième année de collaboration entre

Plus en détail

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD.

Le pilotage institutionnel du projet est assuré par le Ministère des Finances et le PNUD. Communication du DNP L objectif de cette journée de restitution est de partager avec tous les acteurs du marché financier les résultats finaux des travaux réalisés par les experts internationaux dans le

Plus en détail

Atelier National de Formation : 28 au 30 Octobre 2014, Niamey, Hôtel Sahel

Atelier National de Formation : 28 au 30 Octobre 2014, Niamey, Hôtel Sahel Atelier National de Formation : 28 au 30 Octobre 2014, Niamey, Hôtel Sahel I. Contexte Pays sahélien et enclavé de l Afrique de l Ouest, le Niger est régulièrement confronté à des crises alimentaire et

Plus en détail

9798/15 der/er/ms 1 DGD 1C

9798/15 der/er/ms 1 DGD 1C Conseil de l'union européenne Bruxelles, le 10 juin 2015 (OR. en) 9798/15 JAI 442 COSI 67 NOTE Origine: Destinataire: Objet: la présidence Conseil Projet de conclusions du Conseil sur la stratégie de sécurité

Plus en détail

FONDS DE PARTENARIAT POUR LE CARBONE FORESTIER (FPCF) SEPTIÈME RÉUNION DU COMITÉ DES PARTICIPANTS 2-3 novembre 2010 Washington, DC

FONDS DE PARTENARIAT POUR LE CARBONE FORESTIER (FPCF) SEPTIÈME RÉUNION DU COMITÉ DES PARTICIPANTS 2-3 novembre 2010 Washington, DC FONDS DE PARTENARIAT POUR LE CARBONE FORESTIER (FPCF) SEPTIÈME RÉUNION DU COMITÉ DES PARTICIPANTS 2-3 novembre 2010 Washington, DC Résolution PC/7/2010/1 Proposition de mesures pour l état de préparation

Plus en détail

Algérie - Cadre de résultat détaillé avec indicateurs intermédiaires (milestones) des effets (à revoir en 2012)

Algérie - Cadre de résultat détaillé avec indicateurs intermédiaires (milestones) des effets (à revoir en 2012) Algérie - Cadre de résultat détaillé avec indicateurs intermédiaires (milestones) des effets (à revoir en 2012) NATIONAL PRIORITY OR GOAL: Renforcer la confiance entre gouvernés et gouvernants à travers

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE CEP/AC.13/2005/3/Rev.1 23 mars 2005 ANGLAIS/ FRANÇAIS/ RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES POLITIQUES DE L ENVIRONNEMENT Réunion

Plus en détail

SEMINAIRE INTERNATIONAL

SEMINAIRE INTERNATIONAL SOUS LE HAUT PATRONAGE DU MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE LA PROTECTION DE LA NATURE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE DU CAMEROUN (MINEPDED) SEMINAIRE INTERNATIONAL THEME «Évolution des systèmes d évaluation

Plus en détail

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS

ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS ASSOCIATION DES ETATS DE LA CARAIBE DEMANDE DE PROPOSITIONS L Association des Etats de la Caraïbe (AEC) invite les consultants éligibles intéressés à soumettre des propositions pour la fourniture d un

Plus en détail

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP

Rapport de mission. Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rapport de mission Mission de suivi du Président du ROPPA, Représentant des OSC Africaines au sein du Comité de Pilotage du projet GAFSP Rwanda du 26 août au 02 septembre 2012 ROPPA avec l appui technique

Plus en détail

Mission du mois de juillet 2013 Chef de projet prévention en milieu scolaire

Mission du mois de juillet 2013 Chef de projet prévention en milieu scolaire Mission du mois de juillet 2013 Chef de projet prévention en milieu scolaire Cette mission, du mois de juillet 2013, s est inscrite dans la continuité de celle menée au mois d avril 2013 qui consistait

Plus en détail

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil

Désignation d organisations non gouvernementales aux fins de l article 77 du Règlement intérieur du Conseil Nations Unies Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. restreinte 16 avril 2013 Français Original: anglais TD/B/EX(57)/R.1 Conseil du commerce et du développement Cinquante-septième

Plus en détail

A L ECHELLE NATIONALE

A L ECHELLE NATIONALE PARTICIPATION DE LA TUNISIE DANS L ELABORATION DE L AGENDA POST 2015 - ODD A L ECHELLE NATIONALE La consultation Nationale sur «LA TUNISIE QUE NOUS VOULONS» Dans le cadre du processus de réflexion sur

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2012 NOTE Le présent document prend effet à compter du 1 er avril 2012 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Synthèse de l évaluation périodique de la Maîtrise en travail social (3763 et 3563)

Synthèse de l évaluation périodique de la Maîtrise en travail social (3763 et 3563) Synthèse de l évaluation périodique de la Maîtrise en travail social (3763 et 3563) Mai 2011 1 SYNTHÈSE DE L ÉVALUATION PÉRIODIQUE DE LA MAÎTRISE EN TRAVAIL SOCIAL (3763 ET 3563) L évaluation du programme

Plus en détail

Colloque 2005 Achats responsables. Séquence 19 : La restauration collective

Colloque 2005 Achats responsables. Séquence 19 : La restauration collective Séquence 19 : La restauration collective Intervenants Introduction : Patrick POUSSARD, Directeur de la restauration municipale de Vertou, Administrateur de l Association Nationale des Directeurs de Restaurants

Plus en détail

Compte-rendu atelier Eco-assainissement

Compte-rendu atelier Eco-assainissement Compte-rendu atelier Eco-assainissement 14 au 16 Septembre 2010 à N Djamena : Atelier d accompagnement des acteurs humanitaires et d échange d expérience «Opérationnalisation des projets d Assainissement

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.4.2008 C(2008)1329 RECOMMANDATION DE LA COMMISSION concernant la gestion de la propriété intellectuelle dans les activités de transfert de connaissances

Plus en détail

De Québec à Mar del Plata : Réalisations du Forum interparlementaire des Amériques. Présentation aux chefs d État et de gouvernement des Amériques

De Québec à Mar del Plata : Réalisations du Forum interparlementaire des Amériques. Présentation aux chefs d État et de gouvernement des Amériques De Québec à Mar del Plata : Réalisations du Forum interparlementaire des Amériques Présentation aux chefs d État et de gouvernement des Amériques De Québec à Mar del Plata : Réalisations du Forum interparlementaires

Plus en détail

Salubrité des aliments

Salubrité des aliments CINQUANTE-TROISIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE WHA53.15 Point 12.3 de l ordre du jour 20 mai 2000 Salubrité des aliments La Cinquante-Troisième Assemblée mondiale de la Santé, Profondément préoccupée

Plus en détail

Pour la conception et la Promotion d une Stratégie Nationale de Développement Durable

Pour la conception et la Promotion d une Stratégie Nationale de Développement Durable MINSTERE DE L ENVIRONNEMENT BURKINA FASO ET DE L EAU Unité - Progrès - Justice ----------------- ---------- SECRETARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR LA GESTION DE L ENVIRONNEMENT ----------------

Plus en détail

Lutte contre la pauvreté. Atelier pour Afrique de l Ouest francophone Dakar, 24-27 mars 2003

Lutte contre la pauvreté. Atelier pour Afrique de l Ouest francophone Dakar, 24-27 mars 2003 Lutte contre la pauvreté Questions budgétaires et calcul du coût des DSRP, analyse de l impact des politiques sur la pauvreté et liens entre commerce international et pauvreté Atelier pour Afrique de l

Plus en détail

/(XURSHODVDQWpHWODUHFKHUFKH

/(XURSHODVDQWpHWODUHFKHUFKH 63((&+ 03KLOLSSH%XVTXLQ Membre de la Commission européenne en charge de la recherche /(XURSHODVDQWpHWODUHFKHUFKH Conférence "Santé pour tous dans le monde" 3DULVOHMXLQ Mesdames, Messieurs, Le titre de

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de gestion des ressources humaines COTE : DP 2005-01 APPROUVÉE PAR : Le Conseil d administration EN VIGUEUR LE : 22 juin 2005 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

Examen de la participation du PNUD à l appui budgétaire direct et à la mise en commun des ressources

Examen de la participation du PNUD à l appui budgétaire direct et à la mise en commun des ressources Nations Unies DP/2013/7 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d appui

Plus en détail

André Noël CHAKER Bonne gouvernance dans le sport. Une étude européenne Conseil de l Europe. Voici un bref panorama de la situation en Europe.

André Noël CHAKER Bonne gouvernance dans le sport. Une étude européenne Conseil de l Europe. Voici un bref panorama de la situation en Europe. PANORAMA DE DIFFERENTS SYSTEMES DE GOUVERNANCE DU SPORT : QUELQUES EXEMPLES EUROPEENS Synthèse réalisée d après l étude d André Noël Chaker, Bonne gouvernance dans le sport. Une étude européenne, Edition

Plus en détail

CONFERENCE CRISE ALIMENTAIRE EN BANDE SAHELIENNE

CONFERENCE CRISE ALIMENTAIRE EN BANDE SAHELIENNE CONFERENCE CRISE ALIMENTAIRE EN BANDE SAHELIENNE Leçons tirées des précédentes réponses humanitaires et mise en perspective face aux défis à venir N Djamena, 20 Mars 2012 COMMUNICATION OXFAM AU TCHAD Réduction

Plus en détail

EVALUATION FINALE SEN/025. Programme de Santé de Base dans les régions nord du Sénégal

EVALUATION FINALE SEN/025. Programme de Santé de Base dans les régions nord du Sénégal EVALUATION FINALE SEN/025 Programme de Santé de Base dans les régions nord du Sénégal FICHE SYNTHETIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Sénégal Programme de Santé de Base dans

Plus en détail

U N I O N P A R L E M E N T A I R E A F R I C A I N E U P A

U N I O N P A R L E M E N T A I R E A F R I C A I N E U P A U N I O N P A R L E M E N T A I R E A F R I C A I N E U P A 35 ème CONFERENCE R.133/35/12 Kigali, 29 et 30 Novembre 2012 RESOLUTION sur «Le rôle des Parlements dans la mise en oeuvre des stratégies de

Plus en détail

Appui externe pour l élaboration d un document de positionnement du FORIM en termes de plaidoyer

Appui externe pour l élaboration d un document de positionnement du FORIM en termes de plaidoyer Appui externe pour l élaboration d un document de positionnement du FORIM en termes de plaidoyer Présentation du FORIM Le Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (FORIM)

Plus en détail

Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise

Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise PLAN D ACTION Le plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010 2015 ENSEMBLE POUR UNE MÉTROPOLE DURABLE Le Plan de développement durable de la collectivité montréalaise 2010-2015 mobilise

Plus en détail

Mettre ensemble tous les acteurs

Mettre ensemble tous les acteurs Mettre ensemble tous les acteurs Réponse à l Examen du soutien fédéral de la recherche-développement Ingénieurs Canada* Février 2011 *Ingénieurs Canada est le nom commercial utilisé par le Conseil canadien

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel IDB.38/5- Distr. générale 22 juin 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-huitième session Vienne, 24-26

Plus en détail

FONDS DES NATIONS UNIES POUR L ENFANCE PROFIL DE POSTE

FONDS DES NATIONS UNIES POUR L ENFANCE PROFIL DE POSTE FONDS DES NATIONS UNIES POUR L ENFANCE PROFIL DE POSTE I. Informations sur le poste Titre du poste : Responsable des interventions d urgence administrateur auxiliaire Titre du superviseur / Niveau : Chef

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE A.C.A. ET APROCA

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE A.C.A. ET APROCA Association Cotonnière Africaine African Cotton Association CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE A.C.A. ET APROCA Dakar, 27 août 2009 Convention de partenariat A.C.A/AProCA, Dakar, 27 août 2009 1 Association

Plus en détail

PROGRAMME INNOV ACTION

PROGRAMME INNOV ACTION PROGRAMME INNOV ACTION AGROALIMENTAIRE 2013-2018 Dépôt légal 2013 Bibliothèque et Archives nationales du Québec ISBN (version PDF) : 978 2 550 68131 1 ISBN (version imprimé): 978 2 550 68148 9 Contexte

Plus en détail

BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION

BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION BANQUE DE MONTRÉAL CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités de surveillance concernant l intégrité de l information financière

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ICEF/2009/AB/L.10 Conseil économique et social Distr. limitée 14 août 2009 Français Original : anglais Pour information Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Deuxième

Plus en détail

Document d information Budget du Québec 2015-2016

Document d information Budget du Québec 2015-2016 Document d information Budget du Québec 2015-2016 27 mars 2015 LE BUDGET EN BREF 3 FORMATION ET ÉDUCATION Déclarations pertinentes Discours sur le budget 4 Explication des mesures 5 1- Adapter la formation

Plus en détail

Partenaires dans l encouragement de la recherche

Partenaires dans l encouragement de la recherche Partenaires dans l encouragement de la recherche Coopération entre le FNS et la CTI Coopération entre le FNS et la CTI En Suisse, l encouragement public de la recherche est essentiellement assuré par deux

Plus en détail

1. L importance de lutter contre le changement climatique

1. L importance de lutter contre le changement climatique Questions pour la consultation Débat Citoyen Planétaire (World Wide Views) sur le Climat et l Énergie 2015 Sauf indication contraire, une seule réponse par question 1. L importance de lutter contre le

Plus en détail

Stratégie mondiale pour l alimentation du nourrisson et du jeune enfant

Stratégie mondiale pour l alimentation du nourrisson et du jeune enfant ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE CINQUANTE-QUATRIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A54/INF.DOC./4 Point 13.1 de l ordre du jour provisoire 1 er mai 2001 Stratégie mondiale pour l alimentation du nourrisson

Plus en détail

Banque de technologies pour les pays les moins avancés

Banque de technologies pour les pays les moins avancés Nations Unies A/71/363 Assemblée générale Distr. générale 29 août 2016 Français Original : anglais Soixante et onzième session Point 13 de l ordre du jour provisoire* Application et suivi intégrés et coordonnés

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION SUR

DOCUMENT D INFORMATION SUR DOCUMENT D INFORMATION SUR LES PLANS STRATÉGIQUES DE PAYS Consultation informelle 7 décembre 2015 Programme alimentaire mondial Rome, Italie OBJECTIF 1. Le présent document sur l approche de planification

Plus en détail

FEUILLE DE ROUTE POUR LA REVISION DU BUDGET DU PROGRAMME GLOBAL POUR L APPUI AUX PLANS D ACTION REDD+ NATIONAUX Rapport du Groupe de travail

FEUILLE DE ROUTE POUR LA REVISION DU BUDGET DU PROGRAMME GLOBAL POUR L APPUI AUX PLANS D ACTION REDD+ NATIONAUX Rapport du Groupe de travail UNREDD/PB9/2012/II/5 FEUILLE DE ROUTE POUR LA REVISION DU BUDGET DU PROGRAMME GLOBAL POUR L APPUI AUX PLANS D ACTION REDD+ NATIONAUX Rapport du Groupe de travail NEUVIÈME RÉUNION DU CONSEIL D ORIENTATION

Plus en détail

Construire un avenir pour une pêche artisanale durable en Méditerranée et en mer Noire. Conférence régionale 7 9 mars 2016, Alger, Algérie

Construire un avenir pour une pêche artisanale durable en Méditerranée et en mer Noire. Conférence régionale 7 9 mars 2016, Alger, Algérie Construire un avenir pour une pêche artisanale durable en Méditerranée et en mer Noire Conférence régionale 7 9 mars 2016, Alger, Algérie SAISIR L OCCASION DE CONSTRUIRE UN AVENIR MEILLEUR Il est incontestable

Plus en détail

NOTE DE COMMUNICATION PUBLIQUE D OPÉRATION RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN CCM 3013

NOTE DE COMMUNICATION PUBLIQUE D OPÉRATION RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN CCM 3013 NOTE DE COMMUNICATION PUBLIQUE D OPÉRATION RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN CCM 3013 Volets recherche et culture du premier Contrat de désendettement et de développement SOMMAIRE VOLET RECHERCHE I - LE SECTEUR ET

Plus en détail