Paule Tissot C.O.S.Beauséjour-hyères IFSI. 2 Année Les généralités

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Paule Tissot C.O.S.Beauséjour-hyères IFSI. 2 Année 2004-05. Les généralités"

Transcription

1 Les antiviraux Paule Tissot C.O.S.Beauséjour-hyères IFSI. 2 Année Objectifs fixés Généralités Classification multiplication Mode d action des médicaments Les effets indésirables Les précautions d emploi Les contre indications Cas particulier du virus de la grippe Cas particulier de l hépatite B Cas particulier de l hépatite C Les généralités Structure des virus : Un virus ne contient qu un type d acide nucléique, ADN ou ARN, qui constitue son patrimoine génétique La chaîne d ADN ou ARN est protégée par une capside de nature protéique Cette capside est constituée par de nombreuses sous unités protéiques ( organisés selon une hélice ou un icosaèdre = 20 faces = évoque un cristal de pierre précieuse ) Structure des virus : L ensemble réunissant l acide nucléique et la capside est appelé nucléocapside La structure de certains virus se limite à la seule nucléocapside : il s agit de virus nus d autres, possèdent une enveloppe entourant la capsule il s agit de virus enveloppés Les virus nus sont plus résistants que les enveloppés Classification : q on distingue des virus à ADN et des virus à ARN ( 1 critère de classification ) q à symétrie hélicoïdale ou cubique ( 2 critère de classification ) q enveloppés ou nus ( 3 critère ) q on recense 56 familles q 233 genres q 1550 espèces de virus q plus de 200 espèces sont pathogènes pour l homme Quelques exemples : q 1 - virus à ADN, symétrie cubique et nus : Les papillomavirus responsables des verrues certains types sont impliqués comme cofacteurs dans le développement de cancers de l utérus

2 q 2 virus à ADN, symétrie cubique et enveloppés : les virus de l herpès responsable de l herpès cutané ( VH S 1 ) et de l herpès génital ( VH S 2 ) le virus de l hépatite B ( VH B ), en 1994, en France elle tuait 2000 personnes, dans 10 % des cas elle se transforme en hépatite chronique q 3 - virus à ARN, symétrie hélicoïdale, enveloppés : le virus de la grippe dont les variants diffèrent chaque année par la composition des spicules rattachés à leur enveloppe, engendre chaque année de redoutables épidémies, q 4 virus à ARN, symétrie cubique, enveloppé : le virus de l hépatite C ( VH C ) qui reste aujourd hui un des plus importants problèmes de santé publique, dans 50 à 60 % elle évolue vers la chronicité qui aboutit à des cancers du foie et la cirrhose q 5 rétrovirus : le VIH ( virus de l immunodéficience humaine ), responsable du SIDA, les rétrovirus sont des virus à ARN qui possèdent une enzyme : la rétro transcriptase ou transcriptase inverse, qui lui permet après sa pénétration dans les cellules cibles ( lymphocytes T4 ) de transformer son ARN en ADN qui est inséré dans la cellule infectée Multiplication des virus : q les virus sont incapables de : produire de l énergie croître de se multiplier de façon autonome q ils doivent, pour se multiplier, faire appel aux ressources offertes par les cellules qu ils parasitent q leur cycle de multiplication se déroule selon 4 étapes : v 1- adhésion à la cellule hôte au niveau des récepteurs cellulaires spécifiques v 2 - pénétration de l acide nucléique ou du virus entier dans la cellule hôte v 3 - libération de l acide nucléique viral v 4 - duplication de l acide nucléique Pour conclure : une définition complète des virus q un virus ne possède qu un seul type d acide nucléique, soit de l ARN, soit de l ADN q il se reproduit à partir de son seul acide nucléique q il est incapable de croître et de se diviser q il n a aucune information génétique concernant les enzymes du métabolisme intermédiaire producteur d énergie q la multiplication des virus implique les structures de la cellule hôte et spécialement les ribosomes, q le virus manifeste donc un PARASITISME ABSOLU.

3 Mode d action des médicaments Le développement des médicaments antiviraux n en est qu à ses débuts : Les difficultés auxquelles on se heurte sont faciles à comprendre : De nombreuses molécules antivirales présentent un faible index thérapeutique et peuvent provoquer des effets indésirables Les médicaments antiviraux sont virostatiques et n agissent que sur les virus en voie de réplication En raison de leur spectre très restreint, la plupart des antiviraux ne peuvent être utilisés sans diagnostic précis ; or, un diagnostic précoce est souvent difficile à poser, les maladies virales sont souvent d une durée relativement courte et leurs manifestations en général peu spécifiques ; Mode d action : q la plupart des substances antivirales employées actuellement sont des analogues des nucléosides, ces médicaments bloquent la synthèse des acides nucléiques soit par compétition soit par incorporation comme faux transmetteurs q les interférons ont une action antivirale indirecte impliquant des médicaments encore en partie inexpliqués Effets secondaires et contre indications q effets indésirables v zovirax * responsable : troubles neurologiques Troubles digestifs Cristallurie (prévenir par une hydratation importante ) Troubles biologiques ( augmentation de la créatinémie ) q foscavir * : v entraîne une néphrotoxicité dans 30 % des cas, et des troubles électrolytiques v entraîne une ulcération au niveau des organes génitaux v le foscarnet est responsable d effets indésirables au niveau du tube digestif et du S N C q cymévan *: v responsable de toxicité hématologique v troubles neuropsychiques v troubles digestifs v réactions allergiques v En cas de surdosage, il faut assurer une hydratation correcte et procéder à une élimination par dialyse

4 q Vistide * : Molécule néphro - oculo - hématotoxique q relenza * : Bronchospasme aigu Et ou diminution de la fonction respiratoire Œdème oropharyngé Contre indications q zovirax * : l hypersensibilité à l aciclovir la grossesse et l allaitement q foscavir * : l hypersensibilité au produit l association à la pentamidine injectable ( pentacarinat * ) q cymévan * : hypersensibilité grossesse : mutagènes et tératogènes l administration doit se faire par voie IV stricte en réduisant la posologie en cas d IR surveillance par N F S tous les jours ( en traitement d attaque ) puis 1 fois par semaine ( entretien ) q zélitrex * : hypersensibilité en cas d atteinte de la fonction rénale, la posologie sera réduite ; administrer le plus tôt possible après l apparition des signes cutanés du zona ( maximum 72 heures ) q Rébétol * : hypersensibilité grossesse et allaitement et absence de contraception efficace insuffisance rénale et hépatique troubles de la thyroïde une surveillance biologique préalable puis régulière pendant le traitement est indispensable la réalisation régulière de tests de grossesse q vistide * : insuffisance rénale grossesse et allaitement surveillances biologiques surveillance ophtalmologiques régulières La grippe Généralités : q la grippe est provoquée par un virus s attaquant surtout : aux voies respiratoires supérieures nez

5 gorge bronches rarement aux poumons q l infection dure une semaine q caractéristiques : forte fièvre myalgies céphalées sensation de profond malaise une toux sèche une gorge irritée une rhinite q problématique : la grippe fait courir des risques sérieux : Aux plus jeunes Aux personnes âgées Aux malades souffrant de : pneumopathie, diabète, cancer, des problèmes cardiaques ou rénaux Pouvant provoquer de graves complications des pathologies concomitantes allant jusqu à la pneumonie et la mort ; La grippe se propage rapidement dans le monde lors d épidémies saisonnières Entraînant des répercussions économiques en termes : v d hospitalisations v de dépenses de santé v de pertes de productivité q Les épidémies annuelles entraînent : entre 3 et 5 Millions de cas graves à décès par an ( dans le monde ) la plupart des décès dus à la grippe sont des personnes de plus de 65 ans Les virus grippaux actuellement en circulation et pathogènes se classent en 2 groupes A et B. Les virus A comportent 2 sous types A ( H 3N2 ) A ( H 1N1 ) 2 protéines de surface différentes : des antigènes, définissent les différents types de virus : hémagglutine H neuraminidase N Particularité :

6 La composition génétique permet de fréquentes modifications mineures connues sous le nom de «dérive antigénique» ce qui impose de le reformuler chaque année Transmission : Par voie aérienne : particules de pfûgge ( toux ou éternuements ) Les symptômes apparaissent de 1 à 4 jours après la contamination Les sujets atteints sont contagieux : 1 jour avant l apparition des signes et le restent pendant 7 jours Prévention : vaccins antigrippaux : le principal moyen de prévention recommandations : de vacciner toutes les personnes âgées, présentées comme présentant «à haut risque» en raisons de pathologies sous-jacentes Traitement : Tamiflu * oseltamivir dosé à 75 mg Posologie : 1 gélule matin et soir 5 jours il doit être pris dans les 2 jours suivant le début des symptômes Relenza * zanamivir : 2 inhalations 2 fois / jour pendant 5 jours Mantadix * amantadine : adulte 200 mg / jour, âge > 65 ans : 100 mg /J. Enfant : 5 mg/ kg / j sans dépasser 150 mg / j ( antiparkinsonien ) L hépatite B Constat : plus de 350 millions d individus sont aujourd hui porteurs chroniques du virus de l hépatite B, soit 5 % de la population mondiale les complications sont à l origine d 1 Million de décès chaque année chez les porteurs chroniques le contrôle de cette infection est un défi en passe d être relevé dans les pays industrialisés Origine : isolé dans les années 1970, le virus de l hépatite B ( VHB ) est un virus hépatotrope à ADN de la famille des hépadnavirus dont le réservoir est strictement humain ; les sujets associant les 2 infections VIH et VHB présentent un taux accru de complications hépatiques La transmission : le VHB est hautement contagieux plus que le VHC ou le VIH transmis par voie hétéro comme homosexuelle ( 35 % des cas ) par un contact avec du sang ou des dérivés du sang lors de soins médicaux : q lors de pratiques toxicomaniaques q à l occasion de piercing q à l occasion de tatouages

7 q l acupuncture q la contamination peut se faire de soigné à soignant ou l inverse ; q elle peut être materno-fœtale q ou avoir une origine non sexuelle avec un porteur du virus ( famille, collectivité ) q par la salive q par des excoriations cutanées q ou par l usage partagé d effets personnels ( brosse à dents, linge de toilette ) origine méconnue = 35% des cas Une maladie chronique : dans 1% le VHB est responsable d hépatites fulminantes les formes aigues guérissent spontanément dans 90 % des cas 5 à 10 % des sujets adultes immunocompétents infectés deviennent à terme des porteurs chroniques et 80 à 90 % des nnés et des nourrissons Les complications : q développent une cirrhose q puis / ou un carcinome hépatocellulaire ( contrairement au VHC, le VHB peut induire un cancer sans stade préalable de cirrhose ) q 30 à 50 % de ceux ci décèderont soit entre 1000 et 1500 décès par an Le traitement préventif : vaccin q un schéma vaccinal unique en 3 injections type ( ) c est à dire respectant un intervalle de 1 mois entre la première et la deuxième injection, et un intervalle de 5 et 12 mois entre la 2 et 3 injection q au-delà de 3 injections de ce schéma, les rappels systématiques ne sont recommandés que dans des situations de risque particulières q pour les professionnels de santé ( art L CSP ), le schéma classique est suffisant quand la primo vaccination est pratiquée avant 25 ans q si > 25 ans, sans disposer d un dosage d anticorps anti HBS montrant une valeur > à 10 mui / ml un rappel à 5 ans Si le taux d anticorps est supérieur à 10 mui / ml aucun rappel n est à prévoir On ne dépassera jamais 6 injections au total ( y compris les 3 de la 1 série vaccinale ) Cette même stratégie est applicable aux sujets à haut risque comme : Sujets à haut risque d exposition : q Usagers de drogues par voie parentérale q Pratiques de tatouages ou de piercing q Sujets VHC ou VIH q Patients hémodialysés chroniques q Pratiques de vagabondage sexuel

8 q Antécédents de maladies sexuellement transmissibles q Détenus q Candidats à une transplantation q voyages en zone de forte endémie Les traitements : le traitement repose sur l administration d immunomodulateurs ou d antiviraux ou de molécules exprimant les 2 propriétés le niveau de réplication virale constitue 1 élément décisionnel primordial pour la prise en charge de l infection Au-delà de 105 copies / ml, l indication du traitement est basée sur la sévérité de l atteinte hépatique Forme peu sévère Taux de transaminases < 2N n impose pas de traitement = lésions nécrotico-inflammatoires peu importantes Transaminases > 2N, impose un traitement, lésions importantes et /ou fibrose septale q 1 l interféron alfa recombinant : représente le traitement de 1 intention sur une durée de 4 à 6 mois en cas d hépatite chronique, les résultats sont encore insuffisants avec une tolérance médiocre les interférons pégylés semblent une avancée thérapeutique q 2 la lamivudine : ils représentent en l état actuel des connaissances, une alternative aux interférons en cas de mauvaise tolérance ou d inefficacité la lamivudine, Zeffix * cp 100mg ou soluté buvable 5mg /ml inhibe la réplication du VHB dans 90 à 95 % de cas q 3 l adéfovir dipivoxil : une prodrogue de l adéfovir, transporté activement dans les cellules, il y est converti en adéfovir diphosphate : une forme capable d inhiber les polyméases virales ; hepséra * cp à 10 mg / jour a été associé au traitement en cours par la lamivudine L hépatite C Concerne plus de 170 millions de personnes sur la planète, en France sujets contaminés dont qui s ignorent, patients traités, + de nouvelles contaminations /An le virus de l hépatite C ( VHC ) est 1 hépacivirus ( virus à ARN ) de la famille des flaviridae, il existe 6 génotypes ( de 1à 6 ) chacun d eux étant subdivisé en plusieurs sous types ( a, b et c ), en France le génotype 1b semble prédominant ( transfusions sanguines ) Le génotype 3 représente 20 % des cas ( sujets contaminés par l injection de drogues ) Le génotype 4 se banalise

9 Les génotypes 1a et 2 sont plus rarement isolés en France Les génotypes 5 et 6, exceptionnels isolés chez des sujets originaires d Afrique ou d Asie La transmission : par le SANG se transmet par contact direct avec le sang d un sujet contaminé l usage de drogues par voie IV à l occasion de soins autres qu une transfusion ( endoscopie, chirurgie, soins de plaies. ) des pratiques rituelles ou esthétiques ( scarifications,tatouages, piercing, circoncision ) la transmission materno- fœtale rare ( 5 à 6 %) Par contamination directe lorsqu un lecteur de glycémie est partagé par plusieurs patients ( réactovigilance du 23 mai 2002 ) Lors de l utilisation d un flacon unique d anesthésique injectable Le VHC ne se transmet ni par les aliments, ni par la salive, ni par le lait maternel, ni à l occasion de rapports sexuels ( sauf mise en contact avec du sang : lésions génitales comme l herpès, ou rapport pdt les règles ) Les examens préalables : q recherches d anticorps dirigés contre le virus de l hépatite C ( systématique chez l hémodialysé, don du sang ) q Dosages de l ARN virus dans le sérum q dosages des transaminases ( enzymes hépatiques >) et typages du virus, si positif bilan sanguin complet + échographie abdominale q la ponction biopsie du foie ( examen de référence le plus fiable ) le résultat s exprime selon un SCORE METAVIR selon 2 valeurs : A ( activité de l hépatite ) et F ( indique le degré de fibrose ) Les traitements : q instauré après biopsie si le score Métavir est > ou égal à A2 et / ou F2 q instauré si les transaminases sont élevées, et le génotype incriminé est 2 ou 3 q Les médicaments utilisés sont des interférons alfa, standard ou pégylés et la ribavirine Le traitement de référence : bithérapie : interféron et ribavirine pendant 24 ou 48 semaines selon le génotype La monothérapie : q l interféron pégylé est indiqué en cas d échec à la bithérapie et de contre indication à la ribavirine q l interféron standard est utilisé chez les patients dialysés ( contre indication à la ribavirine ) q La ribavirine en monothérapie ( non validée ) est discutée pour les malades ayant une fibrose F3 ou une cirrhose, ou une intolérance ou une contre indication à l interféron

10 Les médicaments : q Les interférons alfa, standard ou pégylés sont fabriqués par synthèse q Conservés au frais entre + 2 et +8 C, à sortir 30 minutes avant l injection administrés par voie parentérale essentiellement sous cutanée durant 24 à 48 semaines selon le génotype Les effets indésirables : q nécessite une surveillance jusqu à 6 mois après l arrêt du traitement q des manifestations psychiatriques ( de simple irritabilité à un syndrome dépressif sévère dans 1/3 des patients q la neutropénie, thrombopénie et des troubles thyroïdiens nécessitent une surveillance de l hémogramme q Le sudrome pseudo-grippal après l injection combattu avec du paracétamol ou de l ibuprofène q L alopécie ( mal vécue ), anorexie et les nausées Les interférons alfa standard : Alfa -2 a (roféron A *) Alfa- 2b ( Intron A* et Viraféron *) Alfacon-1 ( infergen *) 3 injections / semaine durant 6 mois Les interférons alfa pégylés : q Alfa-2A ( pégasys * ) q Alfa-2b ( viraféronpag *) q Ce sont desinterférons standard auxquels on a «greffé» 1 molécule de polyéthylèneglycol ou PEG : schéma d administration simplifié 1 administration / semaine en SCdans l abdomen ou la cuisse en changeant de site à chaque fois ( 24 à 48 semaines ) La ribavirine : q copégus * q Rébétol * q la prescription doit s accompagner d 1 formulaire d accord de soins et ( pour la femme ) de contraception signé par le patient sur lequel le médecin indique la réalisation d un test de grossesse préalable Copégus : q Comprimés 200 mg ( flacon de 28, 42, 112, 168 ) q Posologie génotype 1 : q Poids < 75 kg : mg /j : 2 cp matin et 3 cp le soir q Poids > 75 kg : mg / j : 3 cp matin et soir q posologie génotype 2/3 : 800 mg / j (2 cp matin et soir ) si intolérance 600 mg / jour

11 Rébétol : Poids < 65 kg / 800 mg / jour ( 2 gélules matin et soir ) 65 kg < poids < 85 kg : mg /J ( 2 gélules matin et soir ) Poids > 85 kg : mg / j ( 3 gélules matin et soir ) Les effets indésirables : q anémie hémolytique q nausées q sécheresse cutanée, prurit q toux q hyper uricémie q contraception obligatoire jusqu à 4 mois après la fin du traitement pour une femme et 7 mois après pour un homme

Item 163: Hépatites virales.

Item 163: Hépatites virales. Item 163: Hépatites virales. Objectifs pédagogiques Connaître les modes de transmission des différentes hépatites virales et les modalités de leur prévention. Prescrire et interpréter les examens sérologiques

Plus en détail

Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance. en virologie

Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance. en virologie Traitements anti-infectieux notions de sensibilité et de résistance Pr Diane Descamps Laboratoire de Virologie Hôpital Bichat-Claude Bernard EA 4409 Université Paris 7 en virologie Plan Généralités Les

Plus en détail

TRAITEMENT du S I S D I A

TRAITEMENT du S I S D I A ANTIVIRAUX TRAITEMENT du SIDA Sida - épidémiologie Monde : 40 Millions Afrique 26 millions Asie du Sud est : 8 Millions Amérique Latine 1,3 Millions Amérique du Nord 920000 Europe : 520000 France Entre

Plus en détail

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Caractéristiques des virus de la grippe (influenza) Plusieurs sous-types : parmi les 24 sous types, 4 sont humains et 17 sont aviaires

Plus en détail

Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI

Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI Les hépatites virales Dr Aissa.FILALI 1. Quels sont les agents responsables? 2. Quand suspecter une hépatite virale aigue? 3. Comment faire le diagnostic d une hépatite aigue virale? 4. Comment surveiller

Plus en détail

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Fiche technique n 14 2 ème édition Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Le syndrome de l'immunodéficience féline est communément appelé le «SIDA du chat». Il se transmet entre

Plus en détail

Se faire dépister, c est se donner des chances de guérir. épatite

Se faire dépister, c est se donner des chances de guérir. épatite Se faire dépister, c est se donner des chances de guérir épatite Qu est-ce qu une hépatite C? L hépatite C est une maladie du foie due au virus de l hépatite C (VHC). Il ne faut pas la confondre avec les

Plus en détail

VHB : pas directement cytopathogène!

VHB : pas directement cytopathogène! Hépatite B VHB : pas directement cytopathogène! Réactions immunologiques > effet cytopathogène L intensité du conflit entre le VHB et les défenses immunitaires de l hôte détermine la gravité de l infection

Plus en détail

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite Hépatites : je comprends pourquoi et quand me faire vacciner 5 000 nouvelles contaminations par le virus de l hépatite B surviennent tous les ans en France, alors qu il existe un moyen sûr et efficace

Plus en détail

Hépatites. a. Généralités et modes de transmission Présence du virus dans les selles dès la période d incubation Transmission oro-fécale

Hépatites. a. Généralités et modes de transmission Présence du virus dans les selles dès la période d incubation Transmission oro-fécale Hépatites I. Hépatites virales 1. Hépatite A Présence du virus dans les selles dès la période d incubation Transmission oro-fécale Icubation : 2 à 6 semaines Symptômes : asymptomatique dans 90% des cas.

Plus en détail

Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde. Prévalence de la séropositivité VHC en France. Analyse multivariée e = facteurs significatifs

Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde. Prévalence de la séropositivité VHC en France. Analyse multivariée e = facteurs significatifs Épidémiologie de l infection l par le VHC dans le monde 150 millions de sujets porteurs chroniques Prévalence entre 0,1 et 5 % selon les pays 5 millions en Europe de l Ouestl En Europe, le VHC est responsable

Plus en détail

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes

Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes Pharmacologie des principaux anti-herpétiques et pharmacothérapie des infections à virus herpes préparé par F. Van Bambeke Antiherpétiques - année 2006 1 Propriétes du foscarnet inhibiteur de l AD polymérase

Plus en détail

Le SIDA : une affection. du système immunitaire

Le SIDA : une affection. du système immunitaire Le SIDA : une affection du système immunitaire Particularités structurales du VIH Le VIH a une enveloppe virale formée de protéines gp 120 et gp 41. D autres protéines forment les capsides : p17 et p24.

Plus en détail

Hépatite B : je comprends sa. dépistage et de la prévention

Hépatite B : je comprends sa. dépistage et de la prévention Hépatite B : je comprends sa gravité, l'importance du dépistage et de la prévention L hépatite B est une maladie du foie, due à un virus. On estime à près de 300 000 le nombre de porteurs chroniques de

Plus en détail

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise)

Une maladie qui touche le système immunitaire : le SIDA (syndrome d immunodéficience acquise) Immunologie = partie de la médecine et de la biologie qui étudie l immunité. Immunité = capacité à résister, à limiter le développement, à se débarrasser d une maladie après avoir été infecté par un agent

Plus en détail

VIH - SIDA. V I H - S I D A Illu IFAS Tréguier 2017

VIH - SIDA. V I H - S I D A Illu IFAS Tréguier 2017 VIH - SIDA V I H - S I D A Illu IFAS Tréguier 2017 V I H Virus de l Immunodéficience Humaine lorsqu une personne est infectée par ce virus, celui-ci va détruire les lymphocytes T4 apparition de maladies

Plus en détail

Cinétique des marqueurs viraux VIH

Cinétique des marqueurs viraux VIH Vous êtes amenés à voir en consultation un patient de 36 ans pour la découverte d une séropositivité pour le VIH1 dépistée à l occasion d un dossier pour prêt bancaire. 1. Décrivez brièvement l histoire

Plus en détail

Les hépatites virales. Hépatite A 05/10/2016 GENERALITES. Caractères généraux des hépatites virales aiguës. Virus de l hépatite A (VHA)

Les hépatites virales. Hépatite A 05/10/2016 GENERALITES. Caractères généraux des hépatites virales aiguës. Virus de l hépatite A (VHA) GENERALITES Les hépatites virales Dr LAMBERT Virus des hépatites A, B, C, D, E Impossibilité ou grande difficulté d isolement en culture, intérêt de la biologie moléculaire dans leur étude Virus A et E

Plus en détail

Hépatites virales Hépatites virales Hépatite A Hépatite A Hépatite E Hépatite G Hépatite D ou agent delta VHB Généralités - Virus de l hépatite B. Famille des Hepadnaviridae. Genre des Othohepadnavirus

Plus en détail

Rappel synthétique sur les hépatites virales

Rappel synthétique sur les hépatites virales Rappel synthétique sur les hépatites virales (Sources : AFEF, CDC, INRS, INVS, OMS, Hépatobase) Une hépatite est une inflammation du foie qui perturbe son bon fonctionnement. Elle peut être causée par

Plus en détail

Bases moléculaires de la chimiothérapie antivirale 1 ère Partie

Bases moléculaires de la chimiothérapie antivirale 1 ère Partie Cours du 07/11/09 Dr. Bénédicte Roquebert Pr. Diane Descamps RT : Sébastien Nguyen (I-III) RT : Charlotte Calvo (IV-V) Bases moléculaires de la chimiothérapie antivirale 1 ère Partie Ce cours a été fait

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE C

HÉPATITE CHRONIQUE C ALD 6 HÉPATITE CHRONIQUE C LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS -1- SOMMAIRE SOMMAIRE...2 AVERTISSEMENT...3 LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS...4 I. ACTES MEDICAUX ET PARAMEDICAUX...4 II. BIOLOGIE...5 III. ACTES

Plus en détail

L Infection à VIH (1)

L Infection à VIH (1) L Infection à VIH (1) Epidémiologie-Virologie-Histoire Naturelle. Docteur Patrick Miailhes Service d Infectiologie du Pr. Peyramond, Hôpital Croix-Rousse, Lyon VIH/Sida 2011 1 Epidemiologie mondiale :

Plus en détail

Conduite à tenir devant ictère du nouveau né. Dr m.z. MEKIDECHE

Conduite à tenir devant ictère du nouveau né. Dr m.z. MEKIDECHE Conduite à tenir devant ictère du nouveau né Dr m.z. MEKIDECHE DÉFINITIONS Ictère: coloration jaune des téguments et des muqueuses du fait de la présence dans le sang, en quantité anormale, de produits

Plus en détail

Morphologie et structure du HBV

Morphologie et structure du HBV Morphologie et structure du HBV Histoire naturelle Infection primaire 95 % 5 % Guérison Persistance Hépatite chronique Porteur inactif Cirrhose Hépatocarcinome Evolution des marqueurs dans l hépatite B

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus

Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus Fiche cours 17 : Les infections à Herpes Virus I.Généralités: Il existe 3 sous familles d herpès virus : Sous famille Espèce Alpha-herpesvirinae Herpès simplex type 1 HHV1 Herpès simplex type 2 Varicelle-Zona

Plus en détail

DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST

DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST DEPISTAGE ET PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE B EN CDAG/CIDDIST Journée régionale Sens, 02 Octobre 2015 M Duong Service des Maladies Infectieuses CHU Dijon INFECTION VHB EN FRANCE - Porteurs chroniques(ag

Plus en détail

Sommaire. L épidémie. La lutte contre l épidémie

Sommaire. L épidémie. La lutte contre l épidémie Sommaire L épidémie Une nouvelle maladie Repères chronologiques Le virus de l immunodéficience humaine Le sida L épidémie dans le monde Cas de sida déclarés Estimation du nombre de personnes atteintes

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT

CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT CONDUITE A TENIR EN CAS D'ACCIDENT Le risque biologique : Il est lié à une exposition à des micro-organismes susceptibles de provoquer une infection, une allergie ou une intoxication. Il repose essentiellement

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B

HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B HÉPATITE CHRONIQUE VIRALE B Stratégie thérapeutique Dr Krifa A Farhat Hached Sousse Sousse le 14 mars 2009 INTRODUCTION Évolution considérable dans la prise en charge thérapeutique des infections chroniques

Plus en détail

LE VIH/SIDA. Historique Épidémiologie Modes de transmissions Prévention Le dépistage

LE VIH/SIDA. Historique Épidémiologie Modes de transmissions Prévention Le dépistage LE VIH/SIDA Historique Épidémiologie Modes de transmissions Prévention Le dépistage Historique En bref L épidémie a 30 ans 1981: les premiers malades Découverte en 1983 du VIH1, et en 1986 du VIH2 1987:

Plus en détail

Dr Jean-Dominique POVEDA

Dr Jean-Dominique POVEDA Hépatite virale B Données épidémiologiques Dr Jean-Dominique POVEDA Laboratoire PASTEUR CERBA Tunis Février 2008 Hépatite virale B Plus de 2 milliards d humains contaminés, Plus de 350 millions de porteurs

Plus en détail

Dépister, diagnostiquer et suivre le traitement

Dépister, diagnostiquer et suivre le traitement Dépister, diagnostiquer et suivre le traitement des HÉPATITES VIRALES Votre biologiste médical est médecin ou pharmacien, demandez-lui conseil! Analyse biologique Biologiste médical Diagnostic biologique

Plus en détail

Biothérapie et hépatite virale Cas clinique

Biothérapie et hépatite virale Cas clinique Biothérapie et hépatite virale Cas clinique Dr. Mouni Bensenane CHU Nancy Sixième rencontre autour des Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin Alger, le 09 novembre 2011 M. B âgé de 18 ans, étudiant

Plus en détail

Je m informe sur la grippe

Je m informe sur la grippe Je m informe sur la grippe Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Adresse du site : www.docvadis.fr/malinf.sat.paris Validé par le Comité Scientifique Infectiologie La grippe est une maladie infectieuse

Plus en détail

Rappel : les maladies causées par des virus ne se guérissent pas avec les ANTIBIOTIQUES mais avec des VACCINS.

Rappel : les maladies causées par des virus ne se guérissent pas avec les ANTIBIOTIQUES mais avec des VACCINS. LE SIDA Syndrome d Immunodéficience acquise ou HIV (Virus d Immunodéficience Humaine ou VIH en anglais) Syndrome : ensemble des signes (symptômes) qui définissent une maladie. Exemple : les symptômes de

Plus en détail

PREVENTION DE LA TRANSMISSION MERE- ENFANT DU VHB. Anne BOURRIER DES Vendredi 13 Février 2009

PREVENTION DE LA TRANSMISSION MERE- ENFANT DU VHB. Anne BOURRIER DES Vendredi 13 Février 2009 PREVENTION DE LA TRANSMISSION MERE- ENFANT DU VHB Anne BOURRIER DES Vendredi 13 Février 2009 INTRODUCTION Chez la femme enceinte, l'infection par le virus de l'hépatite B (VHB) est dominée par le risque

Plus en détail

Période d incubation La période d incubation dure de 6 à 7 semaines, et peut s étendre de 2 à 24 semaines.

Période d incubation La période d incubation dure de 6 à 7 semaines, et peut s étendre de 2 à 24 semaines. HÉPATITE C MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L hépatite C est une infection du foie causée par le virus de l hépatite C (VHC). On estime qu environ 0,8 % de la population canadienne est infectée par

Plus en détail

L hépatite C, l hépatite B et le VIH,

L hépatite C, l hépatite B et le VIH, L hépatite C, l hépatite B et le VIH, et la communauté chinoise au Canada Selon Statistique Canada, en 2011, 1,5 millions de personnes ont déclaré être d origine chinoise. Parmi les répondants à l enquête

Plus en détail

Vaccin contre la grippe saisonnière 2013-2014. Direction régionale de santé publique de Québec Octobre 2013

Vaccin contre la grippe saisonnière 2013-2014. Direction régionale de santé publique de Québec Octobre 2013 Vaccin contre la grippe saisonnière 2013-2014 Direction régionale de santé publique de Québec Octobre 2013 Plan Vaccin influenza Préparations sur le marché Indications Vaccins injectables Vaccin intranasal

Plus en détail

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 1 Généralités (1) Risque accru d infections et notamment infections sévères Risque de survenue de maladie vaccinale si vaccins vivants : Contre-indiqués

Plus en détail

Les risques biologiques au travail AGIR POUR PRÉVENIR HÉPATITE B

Les risques biologiques au travail AGIR POUR PRÉVENIR HÉPATITE B Les risques biologiques au travail AGIR POUR PRÉVENIR HÉPATITE B FORMULAIRE D AUTORISATION Ce dépliant contient un formulaire d autorisation de vaccination. IMPORTANT Vous devez absolument nous indiquer

Plus en détail

L hépatite C, l hépatite B et le virus de l immunodéficience humaine dans les communautés ethniques d'immigrants à risque élevé

L hépatite C, l hépatite B et le virus de l immunodéficience humaine dans les communautés ethniques d'immigrants à risque élevé UN PROJET DU CONSEIL ETHNOCULTUREL DU CANADA L hépatite C, l hépatite B et le virus de l immunodéficience humaine dans les communautés ethniques d'immigrants à risque élevé en partenariat avec 2014 PROJET

Plus en détail

HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte)

HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte) HÉPATITE B : TRAITEMENT Guidelines américaines 2015 * (chez l adulte) * AASLD Guidelines for Treatment of Chronic Hepatitis B Terrault NA et al. Hepatology 2016 Claude EUGENE 1 Hépatite B : l histoire

Plus en détail

LE CANCER DU PANCREAS

LE CANCER DU PANCREAS LE CANCER DU PANCREAS Docteur Nicolas Williet, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone de Cancérologie Digestive Ce document est destiné

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE C

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE C LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DURÉE HÉPATITE CHRONIQUE C Actualisation février 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

ORDONNANCE POUR LES TRAITEMENTS PROPHYLACTIQUES (AEV/AP) POST EXPOSITION AU VIH ET/OU AU VHB POUR ADULTES

ORDONNANCE POUR LES TRAITEMENTS PROPHYLACTIQUES (AEV/AP) POST EXPOSITION AU VIH ET/OU AU VHB POUR ADULTES ORDONNANCE POUR LES TRAITEMENTS PROPHYLACTIQUES (AEV/AP) POST EXPOSITION AU VIH ET/OU AU VHB POUR ADULTES Nom : Prénom : Date : / /20 Prophylaxie du VIH Truvada (emtricitabine + viread) 1 comprimé par

Plus en détail

Virus à hépatites et hépatocarcinome

Virus à hépatites et hépatocarcinome Cancers et agents infectieux en Asie du Sud-Est Virus à hépatites et hépatocarcinome Jean Edouard GAIRIN, Pharma-Dev UMR152 IRD UPS, Toulouse Vientiane, Laos : 30 juin 1 er juillet 2011 Hépatocarcinome

Plus en détail

Vaincre le VHC : du rêve à la réalité.

Vaincre le VHC : du rêve à la réalité. Depuis la découverte du virus du VHC en 1989, les progrès médicaux dans le traitement de l hépatite C ont connu différentes étapes. L année 2013 signe l ère d une révolution thérapeutique avec l arrivée

Plus en détail

MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012

MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012 MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012 Dr Geneviève BECK-WIRTH Centre Hospitalier de Mulhouse Novembre 2012 1 ÉPIDÉMIOLOGIE 2012 2 3 4 5 6 7 8 9 DES RECOMMANDATIONS 10 11 DES ENJEUX

Plus en détail

Fiche C.5 - Stratégie et modalités d utilisation des antiviraux

Fiche C.5 - Stratégie et modalités d utilisation des antiviraux Fiche C.5 - Stratégie et modalités d utilisation des antiviraux 1. Les médicaments antiviraux Les médicaments antiviraux sont utilisés pour la prévention et le traitement précoce de la grippe. Administrés

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

Infections cutanées à Herpes simplex

Infections cutanées à Herpes simplex Infections cutanées à Herpes simplex Stephan Lautenschlager Dermatologisches Ambulatorium des Stadtspitals Triemli, Zürich Quintessence La séroprévalence du HSV-1 est d env. 2 3 et celle du HSV-2 de 1

Plus en détail

4 - Traitements. DGS -Version 1-20/12/05 1

4 - Traitements. DGS -Version 1-20/12/05 1 4 - raitements DG -Version 1-20/12/05 1 2 familles d antiviraux nhibiteurs de la protéine 2 (amantadine, rimantadine): ils empêchent le virus de se multiplier dans la cellule infectée. ls ne sont actifs

Plus en détail

Antiviraux. Les substances utilisées sont des analogues des nucléosides : elles bloquent la synthèse des acides nucléiques.

Antiviraux. Les substances utilisées sont des analogues des nucléosides : elles bloquent la synthèse des acides nucléiques. Antiviraux I. Généralités Médicaments anti-infectieux utilisés dans la prévention / le traitement de maladies virales : - hépatites virales chroniques - infections à herpesvirus (herpes cutané, génital,

Plus en détail

Conduite à tenir devant une augmentation des transaminases. Dr. V. Calay Gastro-Entérologie CH A. Gayraud Carcassonne, 17 décembre 2009

Conduite à tenir devant une augmentation des transaminases. Dr. V. Calay Gastro-Entérologie CH A. Gayraud Carcassonne, 17 décembre 2009 Conduite à tenir devant une augmentation des transaminases Dr. V. Calay Gastro-Entérologie CH A. Gayraud Carcassonne, 17 décembre 2009 Quel est votre premier réflexe face à une majoration des transaminases?

Plus en détail

Les Carnets de l'hygiéniste

Les Carnets de l'hygiéniste n 01 01/10/04 La grippe est une infection virale due aux virus influenza A ou B. Elle est connue depuis l antiquité survenant le plus souvent en hiver lors d épidémies ou plus rarement de pandémies. Cette

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES

RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES RÉFÉRENTIEL : Page 1/6 GRIPPE ET GROSSESSE RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES Validation :.2016 RÉFÉRENTIEL : Grossesse et troubles psychiques Page 2/6 AVERTISSEMENT Ces référentiels sont diffusés à titre

Plus en détail

CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE

CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique HERPES ET GROSSESSE Ref : cf infra Créé le : 30 / 05 / 2015 Version du : 12/06/15 Rédacteur : R. RONIN Vérificateurs : JL. VOLUMENIE F. NAJIOULLAH Approbateurs

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE B CHRONIQUE

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE B CHRONIQUE ÉPIDÉMIOLOGIE : PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE B CHRONIQUE Le VHB : Une forte prévalence dans le monde. 2 milliards de personnes exposées au virus. Environ25 % meurent d une cirrhose ou d un cancer du foie.

Plus en détail

HÉPATITE B. Protégez-vous contre les risques biologiques

HÉPATITE B. Protégez-vous contre les risques biologiques HÉPATITE B Protégez-vous contre les risques biologiques L HÉPATITE B L hépatite B est une infection du foie causée par un virus. C est une maladie sérieuse qui peut être mortelle dans 1 % des cas. Le virus

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 septembre 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 5 septembre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 5 septembre 2012 VIRAFERONPEG 100 microgrammes, poudre et solvant pour solution injectable en stylo prérempli B/1 (CIP : 359 428-2) B/4 (CIP : 359 429-9) VIRAFERONPEG

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE

FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE L actualisation des recommandations est justifiée par la baisse de circulation active du virus A(H1N1)v en France

Plus en détail

ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU

ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU ASPECT CLINIQUE ET ÉVALUATION DU TRAITEMENT DE L HÉPATITE C AU SEIN D UNE COHORTE DE PATIENTS CO-INFECTÉS VIH-VHC. N. Bertiaux-Vandaële, H. Montialoux, F. Borsa-Lebas, O. Goria, E. Lerebours, G. Riachi.

Plus en détail

Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution. Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord

Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution. Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord Traitement et comportement préventif en cas de grippe dans une institution Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Claude Bernard CCLIN Paris Nord Impact de la grippe sur les résidents dans institutions= études

Plus en détail

HÉPATITE C : 10 CHOSES QUE VOUS POUVEZ FAIRE

HÉPATITE C : 10 CHOSES QUE VOUS POUVEZ FAIRE HÉPATITE C : 10 CHOSES QUE VOUS POUVEZ FAIRE 1. Restez en contact avec vos professionnels de la santé en hépatite C. Le chemin menant au traitement peut être long. Continuez de surveiller la santé de votre

Plus en détail

Vaccination du voyageur infecté par le VIH

Vaccination du voyageur infecté par le VIH Vaccination du voyageur infecté par le VIH Dr Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris X ème Congrès National de la S.F.L.S 29 octobre 2009 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL Vaccination

Plus en détail

La Vaccination contre l hépatite B des personnels de santé. D. Abiteboul ATELIER VACCINS JNI

La Vaccination contre l hépatite B des personnels de santé. D. Abiteboul ATELIER VACCINS JNI La Vaccination contre l hépatite B des personnels de santé Un jeune médecin péruvien de 24 ans va prendre en 2009 un poste de FFI en chirurgie dans votre hôpital. Il ne se souvient plus trop s il a été

Plus en détail

UN EXEMPLE D'IMMUNODEFICIENCE LE SIDA

UN EXEMPLE D'IMMUNODEFICIENCE LE SIDA 7 UN EXEMPLE D'IMMUNODEFICIENCE LE SIDA Objectifs : citer les cellules cibles du virus décrire les phases de l'infection interpréter les courbes d'antigénémie et de concentration en Ac, de concentration

Plus en détail

Analyse des évènements indésirables suspectés à la suite d une vaccination contre la grippe pandémique (H1N1) 2009 en Suisse

Analyse des évènements indésirables suspectés à la suite d une vaccination contre la grippe pandémique (H1N1) 2009 en Suisse Analyse des évènements indésirables suspectés à la suite d une vaccination contre la grippe pandémique (H1N1) 2009 en Suisse Annonces issues de la banque de données PaniFlow du 10 novembre au 11 décembre

Plus en détail

Grippe A/H1N Premier bilan. JP Stahl CHU et UJF Grenoble 1

Grippe A/H1N Premier bilan. JP Stahl CHU et UJF Grenoble 1 Grippe A/H1N1 2009 Premier bilan JP Stahl CHU et UJF Grenoble 1 A(H1N1)v : Extension en Quelques Semaines Alerte OMS OMS Phase 6 : Pandémie France : OMS Pandémie Phase 4OMS Phase 5. Trois premiers cas

Plus en détail

RISQUES BIOLOGIQUES ET SANITAIRES

RISQUES BIOLOGIQUES ET SANITAIRES Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) RISQUES BIOLOGIQUES ET SANITAIRES Introduction Les risques biologiques et sanitaires professionnels peuvent

Plus en détail

HÉPATITE CHRONIQUE B

HÉPATITE CHRONIQUE B LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS - AFFECTION DE LONGUE DUREE HÉPATITE CHRONIQUE B Juin 2007 Juin 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique B

La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique B GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, l hépatite chronique B Vivre avec une hépatite chronique B Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide,

Plus en détail

Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur. Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni. Rencontres en infectiologie 14-

Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur. Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni. Rencontres en infectiologie 14- Réactivation de l hépatite B sous traitement immunosuppresseur Emna Elleuch, Saba Gargouri, Asma Tlijeni Rencontres en infectiologie 14- Cas clinique Mr M.L, âgé de 41 ans Suivi en hématologie depuis octobre

Plus en détail

LA MÉDECINE DU TRAVAIL ET LES RISQUES PROFESSIONNELS EN MILIEU DE SOINS. Dr TEMPESTA Serge Médecin du travail au CH d Antibes

LA MÉDECINE DU TRAVAIL ET LES RISQUES PROFESSIONNELS EN MILIEU DE SOINS. Dr TEMPESTA Serge Médecin du travail au CH d Antibes LA MÉDECINE DU TRAVAIL ET LES RISQUES PROFESSIONNELS EN MILIEU DE SOINS Dr TEMPESTA Serge Médecin du travail au CH d Antibes PLAN Présentation de la médecine du travail Les risques professionnels en milieu

Plus en détail

HEPATITES VIRALES B et C. D. Capron 26/05/2004

HEPATITES VIRALES B et C. D. Capron 26/05/2004 HEPATITES VIRALES B et C D. Capron 26/05/2004 1 HEPATITES VIRALES B et C Contraste entre la vision «santé publique» et celle du généraliste au niveau individuel Investissement en temps important pour peu

Plus en détail

Hépatites B et C et transplantation rénale

Hépatites B et C et transplantation rénale Hépatites B et C et transplantation rénale Dr Gilles Blancho Service de Néphrologie CHU Nantes La problématique des infections VHB et VHC en transplantation rénale Prévalence supérieure dans les populations

Plus en détail

Prise en charge de la grippe. F. Jacobs Clinique des maladies Infectieuses Hôpital Erasme 8 octobre 2009

Prise en charge de la grippe. F. Jacobs Clinique des maladies Infectieuses Hôpital Erasme 8 octobre 2009 Prise en charge de la grippe F. Jacobs Clinique des maladies Infectieuses Hôpital Erasme 8 octobre 2009 Plan de l exposé Présentations cliniques Méthodes diagnostiques Traitements Vaccination La grippe

Plus en détail

PARTICULARITES PEDIATRIQUES DE LA GRIPPE H1N1

PARTICULARITES PEDIATRIQUES DE LA GRIPPE H1N1 PARTICULARITES PEDIATRIQUES DE LA GRIPPE H1N1 M.Lalande, PH Pédiatrie i infectieuse, i M.Rodiere ADV Cas clinique 1 Nourrisson de 2 mois Rhinorrhée, diarrhée, 38 5C, geignard CAT? Tout nourrisson de moins

Plus en détail

LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH

LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH LE SIDA, une maladie causée par un rétrovirus : le VIH On sait aujourd hui que le VIH est transmis par voie sexuelle, sanguine et de la mère à l enfant au cours de la grossesse : il se propage donc par

Plus en détail

Grippe saisonnière Mesures de prévention. Unité HPCI octobre 2011

Grippe saisonnière Mesures de prévention. Unité HPCI octobre 2011 Grippe saisonnière Mesures de prévention Unité HPCI octobre 2011 Cours élaboré par l Unité HPCI Octobre 2010 Révisé en octobre 2011 Objectifs du cours I. Grippe saisonnière II. Mesures de prévention 1)

Plus en détail

Traitement de l hépatite B en 2016 Vers une éradication du virus?

Traitement de l hépatite B en 2016 Vers une éradication du virus? Traitement de l hépatite B en 2016 Vers une éradication du virus? Pr Victor de Lédinghen Centre Expert Hépatites Virales Aquitaine CHU Bordeaux Prévalence de l hépatite B Impact clinique de l hépatite

Plus en détail

Avis 10 juillet 2013

Avis 10 juillet 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 juillet 2013 COPEGUS 200 mg, comprimé pelliculé B/28 (CIP : 34009 362 003 9 5) B/42 (CIP : 34009 361 590 8 2) B/112 (CIP : 34009 362 004 5 6) B/168 (CIP : 34009 361

Plus en détail

Dr PENALBA. Formation NANCY 03 et

Dr PENALBA. Formation NANCY 03 et Dr PENALBA Formation NANCY 03 et 04.02.2016 Hépatite = inflammation du foie toxiques / des virus causée par des Le virus pénètre la cellule, se multiplie, le système immunitaire détruit les cellules infectées

Plus en détail

François BRICAIRE Hôpital Pitié-Salpêtrière Paris VI

François BRICAIRE Hôpital Pitié-Salpêtrière Paris VI GRIPPE François BRICAIRE Hôpital Pitié-Salpêtrière Paris VI Bilan epidemiologique,prevention et traitement, vaccination et alternative therapeutique Un fléau familier La grippe est hautement contagieuse

Plus en détail

Hémostase et foie. Physiologie normale et pathologie du foie : retentissement sur l hémostase. Armelle Poujol-Robert Hôpital Saint Antoine Mai 2014

Hémostase et foie. Physiologie normale et pathologie du foie : retentissement sur l hémostase. Armelle Poujol-Robert Hôpital Saint Antoine Mai 2014 Hémostase et foie Physiologie normale et pathologie du foie : retentissement sur l hémostase Armelle Poujol-Robert Hôpital Saint Antoine Mai 2014 Physiologie hépatique normale et hémostase Anatomie du

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

Hépatite B. Dr Ghassan Riachi HGE-CHU de Rouen. Journée régionale ARS décembre 2016

Hépatite B. Dr Ghassan Riachi HGE-CHU de Rouen. Journée régionale ARS décembre 2016 Hépatite B Dr Ghassan Riachi HGE-CHU de Rouen Journée régionale ARS décembre 2016 Hépatite B 1967: découverte de l antigène Australia (Blumberg et al., 1967), prix Nobel en 1976 1970: VHB en Microscopie

Plus en détail

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre 2013

Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral. Rapport Morlat Septembre 2013 Chapitre 14 prise en charge des situations d exposition au risque viral Rapport Morlat Septembre 2013 Incidence du VIH en France Entre 2004 et 2007, 7000 à 8000 contaminations par an, soit une incidence

Plus en détail

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C

DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C Concentration relative NUMERO - info 7 2016 DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES HÉPATITES VIRALES A, B ET C 1- DIAGNOSTIC SÉROLOGIQUE DE L HÉPATITE A Le diagnostic d une infection récente par le virus de l hépatite

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates.

Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates. Vaccinations Vous trouverez ci-dessous les informations concernant les principales maladies, leurs zones à risque ainsi que les vaccinations adéquates. Diphtérie Tétanos Polio Fièvre jaune Hépatite A Fièvre

Plus en détail

Informations de base sur le VIH et Sida. S. Mohammad Afsar, Spécialiste technique principal, ILOAIDS

Informations de base sur le VIH et Sida. S. Mohammad Afsar, Spécialiste technique principal, ILOAIDS Informations de base sur le VIH et Sida S. Mohammad Afsar, Spécialiste technique principal, ILOAIDS Qu est-ce que le VIH, le sida? VIH: Virus de l immunodéficience humaine L infection par le virus se traduit

Plus en détail

Maladie sournoise PRÉVENTION

Maladie sournoise PRÉVENTION PRÉVENTION Maladie sournoise Le problème avec l hépatite C, c est que la moitié des personnes infectées ignorent l être. L infirmière peut jouer un rôle de premier plan pour en prévenir la transmission,

Plus en détail

«Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans. Dr. Luc Radermacher

«Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans. Dr. Luc Radermacher «Je prends soins de mes reins, en connaissance de causes» Conférence santé - Ans Dr. Luc Radermacher Plan Les reins sains. Les reins malades. Les symptômes. Les traitements. La prévention de l insuffisance

Plus en détail

Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud

Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Plus en détail

VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015

VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015 VIH/SIDA Améliorer le dépistage XIIème rencontre des Amicales de Paris 17 janvier 2015 Professeur Alain Sobel Président du Corevih Ile de France Sud Centre de Diagnostic et de Thérapeutique Hôtel-Dieu

Plus en détail

Item 163 (ex item 83) Hépatites virales Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 163 (ex item 83) Hépatites virales Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 163 (ex item 83) Hépatites virales Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Prérequis : histologie du foie... 3 2. Généralités... 3 2.1. Ponction biopsie (PBH) et hépatites

Plus en détail