MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques)"

Transcription

1 MEHARI (MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques) Aurélien CEDEYN Michaël MRISSA LIP Laboratoire de l Informatique du Parallélisme 20 octobre 2008 RIsques) 20 octobre / 32

2 Présentation MÉHARI = MÉthode Harmonisée d Analyse des RIsques CLUSIF (Club de la Sécurité des Systèmes d Information Français)1 Représentation dans la région : CLUSIR Rhône-Alpes2 A partir de MARION et MELISSA compatible ISO pour la méthode ISO :20003 et BS :2002 : base de connaissance Méthode destinée Au management Aux Risk-managers Aux opérationnels Aux auditeurs 1 https :// 2 http :// 3 https :// RIsques) 20 octobre / 32

3 Présentation Politique globale de sécurité structurée par : Un plan stratégique Des plans opérationnels La constitution de tableaux de bord Logique du risque / mesure gravité, évaluation : causes d un sinistre, ou potentialité conséquences, impact constitution de scénarios : domaines métiers/techniques (la base de scénarios est propriété du CLUSIF) Outils possibles (Risicare (BUC S.A.) ) RIsques) 20 octobre / 32

4 Comprendre le risque Risque = action, événement, entité qui peut empêcher le maintien d une situation, de satisfaire un objectif (dans des conditions fixées). Potentialité = capacité de se produire Impact = importance des conséquences Potentialité & impact sont des caractéristiques du risque Gravité = Potentialité & l impact d un risque Appréciation objective de la gravité (potentialité de réalisation/importance des conséquences) Pour nous : altération et/ou destruction d un SI RIsques) 20 octobre / 32

5 Sûreté de fonctionnement Niveau de sûreté de fonctionnement Justifie la confiance des utilisateurs Peut être altéré par un incident Déclenchement d une menace Le risque potentiel devient effectif Importance de l Impact selon la vulnérabilité du SI Un impact possède Une valeur intrinsèque (sans contre-mesure) : Valeur de référence, hypothèse la plus pessimiste Une valeur effective (tient compte des contre-mesure) : Justification du coût de mise en place des mesures de sécurité Une valeur réelle mesurée après sinistre RIsques) 20 octobre / 32

6 Sûreté de fonctionnement Origines des risques Physique (accident, panne) Humaine (irrespect des règles, faute) Intentionnelle Involontaire Altération de la sûreté de fonctionnement = risque Mesures efficaces Réductions du risque (impacts/potentialité) Ou mieux, évitement RIsques) 20 octobre / 32

7 Sûreté de fonctionnement Connaissance anticipée des incidents Par induction Imaginer les conséquences d une défaillance pour mettre en évidence les risques potentiels A partir d un sinistre redouté Remonter niveau par niveau aux événements déclencheurs (plus naturelles) Analyse par arbre de défaillance/arbre de causes Démarche réaliste Basée sur la potentialité Dépend de l environnement et de caractéristiques propres au système Retenir les risques pertinents (correspondant à la politique de sécurité arrêtée) urélien CEDEYN MEHARI MRISSA (MÉthode Harmonisée d Analyse des(lip) RIsques) 20 octobre / 32

8 Sûreté de fonctionnement Objectifs Évitement ou prévention des fautes au niveau de la construction du système Techniques de tolérances aux fautes permettant de satisfaire le niveau de sûreté Mesures de vérification et de prévision réduction/élimination fautes RIsques) 20 octobre / 32

9 Sûreté de fonctionnement Critère de mesure de la sûreté de fonctionnement Disponibilité capacité de délivrer le service convenu au moment requis. Fiabilité mesure de la continuité de service et respect des conditions requises. Degré de réponse aux occurrences de défaillances rarissimes aux conséquences catastrophiques RIsques) 20 octobre / 32

10 Sécurité du Système d information (SI) Sûreté de fonctionnement transposée au système de traitement et à l information traitée On relève 2 enseignements Critères d appréciation du niveau de sécurité des informations Types de mesures capables d assurer le service de sécurité requis Critères de sécurité Disponibilité accès dans des conditions définies d horaire, de délai et de performance Intégrité Information exhaustive, exacte et résultant d activités autorisées Confidentialité Accès autorisé aux seules personnes admises à la connaître D autres critères peuvent être considérés («non répudiation») RIsques) 20 octobre / 32

11 Mesure de sécurité Mesures préventives Structuration (pour minimiser les vulnérabilités) composant (matériels, immatériels, humains) organisation, méthodes (complément : information, formation, sensibilisation) Dissuasion décourager l agresseur Prévention Empêcher qu une menace atteigne des ressources Mesures curatives Protection limiter les dégâts Palliation minimiser les conséquences sur l actvité Récupération réduction du préjudice par transfert des pertes sur des tiers (assurances, actions de justice) RIsques) 20 octobre / 32

12 Service de sécurité Service de sécurité Réponse possible à un besoin spécifique de sécurité Correspond à un ou plusieurs mécanismes de sécurité Mécanisme de sécurité Une des manières possibles de réaliser un service de sécurité Solution de sécurité Réalisation concrète d un mécanisme de sécurité (mise en oeuvre notamment organisationnelle) RIsques) 20 octobre / 32

13 Exemple de service de sécurité Le service contrôle d accès physique réalisé par : Gardien : effet dissuasion, prévention, protection serrure 3 points : effet prévention seulement Contrôle d accès logiciel Mots de passe Certificats RIsques) 20 octobre / 32

14 Qualité et sécurité La sécurité peut être considérée comme un élément de la qualité La qualité est un facteur de sécurité les performances dépendent de la qualité, elle est d autant meilleure que la sécurité de fonctionnement est élevée. En pratique (et sans entrer dans les débats) : L analyse des risques porte sur la recherche des failles ; l insuffisance de la qualité peut générer des failles. Ce n est que dans la mesure où la qualité des éléments d un SI (organisation, locaux, personnes, matériel) ne sera pas jugé suffisante pour assurer la sécurité souhaité qu il faut s en occuper. RIsques) 20 octobre / 32

15 Modèle de risque et outils de décision Trois niveaux de préoccupation : Stratégique : sensibilisation de la direction, adhésion définition d objectifs : lignes directrices d action, ressources nécessaires justification de la nécessité Fonctionnel : Définition des spécifications fonctionnelles des solutions en terme de services de sécurité. Garantir la cohérence entre elles et vis à vis du schéma directeur. Justification des mesures auprès des utilisateurs Opérationnel : Concrétisation des solutions par les mécanismes de sécurité les mieux adaptés. Formation des personnels chargés de la mise en oeuvre. Deux conditions : Pédagogique et compréhensible : présentation sous forme de scénario allant des origines du risque aux causes du sinistre et à ses conséquences Métrique : pour être un outil de décision. urélien CEDEYN MEHARI MRISSA (MÉthode Harmonisée d Analyse des(lip) RIsques) 20 octobre / 32

16 Scénario de sinistre 3 éléments du scénario type : conséquences causes origines Méthode Base de scénarios types qui est une décomposition ordonnées de l ensemble des scénarios possibles. Premièrement : descriptions des conséquences à regrouper en types de conséquences. Puis remonter aux causes, et enfin aux origines. RIsques) 20 octobre / 32

17 Classification des biens et des ressources Les biens ou actifs sont l ensemble de ce que possède l entreprise. À ce titre, les ressources du SI font parties des biens de l entreprise ; elles sont caractérisées par : Le type, plus ou moins détaillé selon le niveau d analyse : données : selon utilisation et niveau de structuration (enregistrement, base de données). règles et procédures : programmes ou procédures (administratives, juridiques,...). structures des supports : ordinateurs, réseaux, centre ressources humaines : par compétences, responsabilités,... RIsques) 20 octobre / 32

18 Classification des biens et des ressources La valeur intrinsèque valeur en tant que bien marchand + évaluation contribution à la réalisation des objectifs + évaluation des conséquences de leur absence ou dysfonctionnement. Cette estimation doit être faite indépendamment de toute mesure de sécurité Elle est souvent supérieure à la valeur de rachat ou de remplacement. La classification des ressources est précisément une mesure de la valeur intrinsèque des ressources par rapport à chacun des critères d évaluation (Disponibilité, Intégrité, Confidentialité). Sert à déterminer les ressources et les biens de plus grandes valeurs à protéger prioritairement. La cohérence des jugements portés dépend de l établissement et du remplissage des règles et des grilles d évaluation. RIsques) 20 octobre / 32

19 Décomposition cellulaire Une cellule Un ensemble de ressources homogène du point de vue de ses exigences de sécurité et auquel il est prévu d appliquer un ensemble de services de sécurité cohérent 2 objectifs contradictoires : différencier les modes de mise en oeuvre des services : particularités intra entreprise (sites, services,...) diminuer le volume de travail (en pratique, ne distinguer comme solutions indépendantes que les mises en oeuvre notablement différentes du point de vue de la sécurité. Variable d environnement Permet de décrire globalement des sous-ensembles de services de sécurité dont les caractéristiques spécifiques de mises en oeuvre (instanciations) ne dépendent que de cette variable. RIsques) 20 octobre / 32

20 Décomposition cellulaire 8 variables définissant 8 types de cellules proposées : L entité Services non techniques de nature organisationnelle le site Situation du site et protection les locaux Sécurité des locaux (contrôle d accès, surveillance) les applicatifs Sécurité dans les applications et processus applicatifs Les systèmes Services offerts par les systèmes et l infrastructure Le développement Gestion de la sécurité dans le cycle de vie des projets La production informatique Services mis en œuvre par la production informatique Les réseaux et télécoms Services mis en œuvre par la structure d exploitation des télécoms urélien CEDEYN MEHARI MRISSA (MÉthode Harmonisée d Analyse des(lip) RIsques) 20 octobre / 32

21 Décomposition cellulaire Évaluation du risque Évaluer l impact Mesure le coût des conséquences Directes & indirectes Méthode d évaluation Basée sur les objectifs & finalités Établir un inventaire des impacts Fixer une hiérarchie d échelle de valeur / objectifs Métrique de référence urélien CEDEYN MEHARI MRISSA (MÉthode Harmonisée d Analyse des(lip) RIsques) 20 octobre / 32

22 Minimisation/Suppression du risque On essaie de réduire la gravité des détériorations Mesures de protection De limiter la gravité des dysfonctionnements Mesures palliatives De limiter l importance des pertes finales Mesures de récupération RIsques) 20 octobre / 32

23 Évaluation du risque Évaluer le potentiel 3 facteurs influencent le potentiel L exposition naturelle Caractérise l attrait de la cible L appréciation par l agresseur de son impunité Risques encourus si identifié, risque d être pris La force de l agression Capacité de l agresseur à mener à bien son attaque 5 niveaux de potentiel RIsques) 20 octobre / 32

24 Évaluation du risque Évaluer la gravité Aversion au risque Risque insupportable : réclame un plan d urgence Risque inadmissible : on ne veut pas le permettre Risque admissible : risque à limiter Génération d une grille de risque urélien CEDEYN MEHARI MRISSA (MÉthode Harmonisée d Analyse des(lip) RIsques) 20 octobre / 32

25 Effet des services de sécurité Structurel => effet préventif Dissuasif => effet palliatif De protection => effet de récupération Évaluation des services Le status indique l absence ou la présence de mesures de sécurité vis-à-vis d un facteur de risque, et l évaluation de leur qualité pour un ensemble de cellules Qualité = efficacité & robustesse Le status affecté à une ressource est significatif de la sensibilité de cette ressource à un scénario donné Le status est consolidé au niveau global en STATUS RI (de Réduction d Impact) Puis en STATUS-I (d impact) et STATUS-P (de potentialité) RIsques) 20 octobre / 32

26 Comprendre la méthode 3 objectifs fondamentaux Une vue unique des valeurs & risques Autonomie des unités opérationnelles (UO) Équilibre des moyens & cohérence des contrôles Répondent aux préoccupations de Cohérence Adéquation aux spécificités des UO Approche analytique & globale Équilibre Répartition des ressources en fonction des besoins de chaque UO Réalisme Adapter les mesures en fonction de la perception des risques Hiérarchisation des problèmes Définir les priorités Efficacité RIsques) 20 octobre / 32

27 Niveaux de plans Plan stratégique de sécurité Définit une politique de sécurité globale Plan opérationnel de sécurité Déléguer aux UO autonomes les décisions Plan opérationnel d entreprise Assurer l équilibre des moyens et la cohérence des contrôles RIsques) 20 octobre / 32

28 Niveaux de plans : phase 1 RIsques) 20 octobre / 32

29 Niveaux de plans : phase 2 RIsques) 20 octobre / 32

30 Niveaux de plans : phase 3 RIsques) 20 octobre / 32

31 Les points communs Quelques invariants Découpage en cellules Définition des échelles de valeurs Classification exhaustive des ressources Afin de Mettre en évidence des lacunes Apporter de la cohérence dans les propositions Ordonnancer les actions en fonction du temps Coordonner le déroulement effectif et les attentes RIsques) 20 octobre / 32

32 Exemple applicatif CasPratiqueMehari_Senilom.pdf RIsques) 20 octobre / 32

Modules 166-176 Assurer la sécurité des données et des systèmes

Modules 166-176 Assurer la sécurité des données et des systèmes Modules 66-76 Assurer la sécurité des données et des systèmes IDEC 00-006. Reproduction interdite. Sommaire... 6 L informatique, moelle épinière des organisations... 6 Risques et conséquences... 7 Domaines

Plus en détail

MEHARI 2010 : synthèse des nouveautés et des évolutions. La continuité dans le changement

MEHARI 2010 : synthèse des nouveautés et des évolutions. La continuité dans le changement MEHARI 2010 : synthèse des nouveautés et des évolutions La continuité dans le changement Tout en conservant l essentiel! Le modèle de risque, les éléments et les quantifications L analyse des enjeux Le

Plus en détail

Analyse de risques ISO 27005, EBIOS, RGS. Walter YANGUERE Mathieu CHARBOIS Pierre-Yves DUCAS

Analyse de risques ISO 27005, EBIOS, RGS. Walter YANGUERE Mathieu CHARBOIS Pierre-Yves DUCAS Analyse de risques ISO 27005, EBIOS, RGS Walter YANGUERE Mathieu CHARBOIS Pierre-Yves DUCAS Sommaire Quelques images pour commencer Généralités sur la sécurité Le risque La norme ISO 27005 La méthode EBIOS

Plus en détail

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0

Total Productive Maintenance - Principes de base - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Total Productive Maintenance - - Paris, le 1 er septembre 2010 Version 1.0 Tous Pour la Machine, résume l idée principale de la Total Productive Maintenance TOTAL Transverse à tous les services centrés

Plus en détail

SMC-S6. Normes ISO 9001 Passage de la version 2000 à la version 2008. Pr. M. Mekkaoui. Pr. M. Mekkaoui

SMC-S6. Normes ISO 9001 Passage de la version 2000 à la version 2008. Pr. M. Mekkaoui. Pr. M. Mekkaoui SMC-S6 Normes ISO 9001 Passage de la version 2000 à la version 2008 Pr. M. Mekkaoui Pr. M. Mekkaoui La famille ISO 9000 La famille des normes relatives au Système de Management de la Qualité (SMQ) comprend

Plus en détail

Protocole d urgence pour les séjours de mobilité. Bureau international

Protocole d urgence pour les séjours de mobilité. Bureau international Protocole d urgence pour les séjours de mobilité Bureau international Université Laval 2011 L Université Laval est une université ouverte sur le monde, qui favorise les échanges, la coopération et la participation

Plus en détail

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr

Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation professionnelle selon l art. 60 LFPr Département fédéral de l économie, de la formation et de la recherche DEFR Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation SEFRI Comptabilité et révision des fonds en faveur de la formation

Plus en détail

Exemple de manuel qualité 16

Exemple de manuel qualité 16 Exemple de manuel qualité 16 MANUEL QUALITÉ STRUCTURES DE FORMATION ET/OU D ÉVALUATION PAR LA SIMULATION Présentation 1. Finalité et gestion du manuel qualité (selon NF ISO 9001 version 2008) 2. Déclaration

Plus en détail

Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA

Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA Formation à l AUDIT LOGISTIQUE INTERVENANT ELISE STELENS KOEBIA FORMATION A L audit Qualité interne PARTIE I: Introduction à l audit Qualité 1- évolutions des normes pour l audit 2-Concepts et Définitions

Plus en détail

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS

CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS CONCOURS 2015 DU FONDS COLLÈGE-INDUSTRIE POUR L INNOVATION VOLET 1 : INFRASTRUCTURE DE RECHERCHE INVITATION À SOUMETTRE DES PROPOSITIONS DESCRIPTION Le Fonds collège-industrie pour l innovation (FCII)

Plus en détail

Vérification de la conformité à la Politique sur le contrôle interne du Conseil du Trésor Phase 1

Vérification de la conformité à la Politique sur le contrôle interne du Conseil du Trésor Phase 1 Vérification de la conformité à la Politique sur le contrôle interne du Conseil du Trésor Phase 1 Bureau du dirigeant principal de la vérification et de l évaluation Direction des services de vérification

Plus en détail

GUIDE D AGREMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES DE CERTIFICATION ELECTRONIQUE (PSCE) & D OBTENTION DU CERTIFICAT DE CONFORMITE

GUIDE D AGREMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES DE CERTIFICATION ELECTRONIQUE (PSCE) & D OBTENTION DU CERTIFICAT DE CONFORMITE GUIDE D AGREMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES DE CERTIFICATION ELECTRONIQUE (PSCE) & D OBTENTION DU CERTIFICAT DE CONFORMITE AVRIL 2011 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 II. REFERENCES REGLEMENTAIRES... 4

Plus en détail

Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion des services de soutien

Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion des services de soutien COLLECTION Implantation des centres de santé et de services sociaux Guide d implantation des centres de santé et de services sociaux Volume 2 Section 11 L intégration du parc immobilier et de la gestion

Plus en détail

Bâtiment Infrastructures

Bâtiment Infrastructures 372 Bâtiment Infrastructures Le domaine fonctionnel Bâtiment Infrastructures regroupe les emplois relatifs à la conception, la maintenance et l exploitation des bâtiments, ouvrages et infrastructures dans

Plus en détail

Objectifs & Introduction P-F. Bonnefoi

Objectifs & Introduction P-F. Bonnefoi Master 2 Audit des risques informatiques Objectifs & Introduction P-F. Bonnefoi Version du 30 septembre 2015 Programmation de l UE Volume horaire 15h Agenda mercredi 30 septembre 13h30-16h30 ; mercredi

Plus en détail

MANUEL QUALITÉ ACQ. {<10 SMQ 4.2.2> Manuel qualité - [Diffusé] No. de version: 08 - Date de diffusion: 01/05/12 13:38:45} 20 % EFFORT 80 % RÉSULTATS

MANUEL QUALITÉ ACQ. {<10 SMQ 4.2.2> Manuel qualité - [Diffusé] No. de version: 08 - Date de diffusion: 01/05/12 13:38:45} 20 % EFFORT 80 % RÉSULTATS ACQ MANUEL QUALITÉ Système Management 20 % EFFORT 80 % RÉSULTATS i TABLE DES MATIÈRES 1 DOMAINE D APPLICATION... 6 1.1 Généralités... 6 1.2 Périmètre d application... 7 2 RÉFÉRENCE NORMATIVE... 8 3 TERMES

Plus en détail

Diagnostic organisationnel Rapport sommaire. Société de transport de l Outaouais

Diagnostic organisationnel Rapport sommaire. Société de transport de l Outaouais Diagnostic organisationnel Rapport sommaire Société de transport de l Outaouais 28 mai 2015 Sujets traités Éléments contextuels Objectifs Activités réalisées Diagnostic Priorités Plan d action 1 Contexte

Plus en détail

REFERENTIEL EMPLOI ACTIVITES COMPETENCES DU TITRE PROFESSIONNEL. Opérateur(trice) en surveillance à distance. Niveau IV

REFERENTIEL EMPLOI ACTIVITES COMPETENCES DU TITRE PROFESSIONNEL. Opérateur(trice) en surveillance à distance. Niveau IV REFERENTIEL EMPLOI ACTIVITES COMPETENCES DU TITRE PROFESSIONNEL Opérateur(trice) en surveillance à distance Niveau IV Site : http://www.emploi.gouv.fr SOMMAIRE Pages Présentation de l évolution du Titre

Plus en détail

ISO 9001:2015 ISO 14001:2015 ISO 45001:2016 (DIS)

ISO 9001:2015 ISO 14001:2015 ISO 45001:2016 (DIS) ISO 9001:2015 ISO 14001:2015 ISO 45001:2016 (DIS) 4 Contexte de l organisme. 4 Contexte de l organisme 4 Contexte de l'organisation 4.1 Compréhension de l organisme et de son contexte 4.1 Compréhension

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

Démarche d Audit interne du système Qualité

Démarche d Audit interne du système Qualité Démarche d Audit interne du système Qualité Centre de radiothérapie ONCODOC Béziers Atika Lalaoui Responsable Qualité Gestion des Risques Christophe Vasseur Responsable Manipulateurs ONCODOC CENTRE DE

Plus en détail

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES

RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES RÈGLEMENTS - POLITIQUES - PROCÉDURES OBJET : Politique de gestion des ressources humaines COTE : DP 2005-01 APPROUVÉE PAR : Le Conseil d administration EN VIGUEUR LE : 22 juin 2005 RESPONSABLE DE L APPLICATION

Plus en détail

CENTRE D INSTRUCTION NAVAL DE SAINT-MANDRIER CHEF D EQUIPE D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE DES SYSTEMES D INFORMATION ET DE TELECOMMUNICATIONS

CENTRE D INSTRUCTION NAVAL DE SAINT-MANDRIER CHEF D EQUIPE D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE DES SYSTEMES D INFORMATION ET DE TELECOMMUNICATIONS CENTRE D INSTRUCTION NAVAL DE SAINT-MANDRIER CHEF D EQUIPE D EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE DES SYSTEMES D INFORMATION ET DE TELECOMMUNICATIONS NIVEAU III METIER, FONCTIONS ET ACTIVITES REFERENTIEL D ACTIVITE

Plus en détail

Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR

Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR Le défi des mouvements migratoires mixtes, l accès à la protection et le partage des responsabilités au sein de l UE Document non officiel de l UNHCR Introduction : Arrivées irrégulières et «pressions

Plus en détail

Introduc)on à la comptabilité analy)que télécoms Généralités et terminologie

Introduc)on à la comptabilité analy)que télécoms Généralités et terminologie 1 Introduc)on à la comptabilité analy)que télécoms Généralités et terminologie 2 Définition La comptabilité analytique est un outil d aide à la décision. Elle peut être définie comme l ensemble des techniques

Plus en détail

Projet : Manuel SST du Dirigeant - version finale. Projet. Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST)

Projet : Manuel SST du Dirigeant - version finale. Projet. Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Projet Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Manuel SST du Dirigeant Version finale Version : 00.2 Révision : 18.04.05 page 1 de 27 Table des matières Glossaire...4 0.

Plus en détail

Atelier gestion des risques

Atelier gestion des risques Atelier gestion des risques Prévention & Sécurité (S. Boullanger) Sécurité de l information (A. Rivet) Journées Qualité en Chimie II 15-18 octobre 2013, Autrans Le laboratoire : un patrimoine scientifique

Plus en détail

Etude sur les métiers à forts enjeux du transport aérien

Etude sur les métiers à forts enjeux du transport aérien Etude sur les métiers à forts enjeux du transport aérien La mission SGS Ingénierie de formation VOTRE CONTACT STÉPHANE CHARBIT DIRECTEUR TEL : (33) 1 40 53 47 29 STEPHANECHARBIT@OBEA.FR La Branche du secteur

Plus en détail

Ensemble de politiques sur la gestion de l information

Ensemble de politiques sur la gestion de l information Ensemble de politiques sur la gestion de l information TABLE DES MATIÈRES 1. Avant-propos... 1 1.1. Application...1 1.2. Structure de l Ensemble de politiques... 1 1.3. Principes directeurs... 2 1.4. Exceptions...2

Plus en détail

NORME EXIGENCES 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA

NORME EXIGENCES 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA S Ces normes et les exigences qui s y rattachent servent de cadre aux collèges de l Ontario en vue d évaluer le degré de conformité de leurs mécanismes d assurance de la qualité. Ces normes et ces exigences

Plus en détail

Culture d entreprise Formation & Accompagnement PROCESSUS

Culture d entreprise Formation & Accompagnement PROCESSUS PROCESSUS (261) 32 11 225 25 culturedentreprise@univers.mg www.univers.mg www.univers.mg PROCESSUS Page 1 sur 5 QU EST-CE QU UN PROCESSUS? «Processus» en latin signifie «Action de s avancer». Dans le cadre

Plus en détail

Section 4 Intégration socioprofessionnelle

Section 4 Intégration socioprofessionnelle Section 4 Intégration socioprofessionnelle L ISP de A à Z L ISP, de multiples avantages Les quatre dimensions de l employabilité Synthèse des cours du programme d études Les compétences polyvalentes et

Plus en détail

Intervenants. Rédigé par : DUC Lorelei Le : 17/12/2014. Validé par RAQ : YALI Momar Le : 17/12/2014

Intervenants. Rédigé par : DUC Lorelei Le : 17/12/2014. Validé par RAQ : YALI Momar Le : 17/12/2014 Organisation de la cellule qualité Page : 1/5 Intervenants Rédigé par : DUC Lorelei Le : 17/12/2014 Validé par RAQ : YALI Momar Le : 17/12/2014 Approuvé et diffusé par GAQ : DUC Lorelei Le : 18/12/2014

Plus en détail

Le travail, entre prescription et réalisation

Le travail, entre prescription et réalisation Journées professionnelles de formation de l Association Nationale des Directeurs de Mission Locale «Direction des Missions Locales : Nouveaux enjeux, nouveaux métiers» 25 et 26 Juin 2015, Rennes Le travail,

Plus en détail

FICHES PRATIQUES Règles Pratiques

FICHES PRATIQUES Règles Pratiques FICHES PRATIQUES Règles Pratiques Version 2015 QE 0126/1 ISO 9001 ISO 14001 Référentiel v 2015 V 2015 Tous Tous Problème posé Les exigences documentaires sont-elles allégées dans les versions 2015 d ISO

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2012 NOTE Le présent document prend effet à compter du 1 er avril 2012 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

RELATION CLIENT-FOURNISSEUR. Gestion et administration des ventes

RELATION CLIENT-FOURNISSEUR. Gestion et administration des ventes Chapitre 8 Chapitre 8 Gestion et administration des ventes Tout en lisant ce chapitre, cherchez les réponses aux questions suivantes : 1) Le service que je rends répond-il aux besoins de mes clients? 2)

Plus en détail

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail.

Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. Accord collectif national de la branche Caisse d Epargne sur l amélioration des Conditions de Travail. 1 ère partie :! Evaluation de la charge! Mesure et maitrise du temps de travail! Espaces d autonomie!

Plus en détail

POLITIQUE & PROCÉDURE. APPROUVÉE PAR : Résolution no 2013-01-045 Date : 2013-01-21

POLITIQUE & PROCÉDURE. APPROUVÉE PAR : Résolution no 2013-01-045 Date : 2013-01-21 POLITIQUE & PROCÉDURE P-16-2013 TITRE : POLITIQUE DE SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL N o : P-16-2013 APPROUVÉE PAR : Résolution no 2013-01-045 Date : 2013-01-21 DATE EN VIGUEUR : 2013-01-21 politique nouvelle

Plus en détail

Les objectifs généraux de la formation

Les objectifs généraux de la formation Les objectifs généraux de la formation Au niveau du projet de formation Repérer si les facteurs clefs de succès d un dispositif e-learning sont réunis dans un cahier des charges ou une proposition Déterminer

Plus en détail

FORMATIONS 2016. Santé et sécurité au travail. Formations animées. par la Carsat Centre Ouest

FORMATIONS 2016. Santé et sécurité au travail. Formations animées. par la Carsat Centre Ouest FORMATIONS Santé et sécurité au travail animées par la 37, avenue du Président René Coty Principe de participation Afin de suivre dans les meilleures conditions d efficacité les stages suivants, une formation

Plus en détail

Qu est-ce que l analyse des mégadonnées (Big Data Analysis)? Appliquée à l opération des bâtiments

Qu est-ce que l analyse des mégadonnées (Big Data Analysis)? Appliquée à l opération des bâtiments 1 Qu est-ce que l analyse des mégadonnées (Big Data Analysis)? Appliquée à l opération des bâtiments Congrès AQME 2016 Laval, 11 mai 2016 Daniel Choinière, ing. En 2010, IBM avait comme publicité : Sur

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Plan d action favorisant l intégration des personnes vivant avec une incapacité ou un handicap Page 2

Plan d action favorisant l intégration des personnes vivant avec une incapacité ou un handicap Page 2 !" #$#%&!# Sanctionné le 17 décembre 2004, le projet de loi n o 56 modifie substantiellement la Loi assurant l'exercice des droits des personnes handicapées en vigueur depuis 1978, et la rebaptise en y

Plus en détail

les cahiers de la sécurité - les cahiers de la sécurité - les cahiers de la sécurité politique et gestion de la sécurité du système d information

les cahiers de la sécurité - les cahiers de la sécurité - les cahiers de la sécurité politique et gestion de la sécurité du système d information les cahiers de la sécurité - les cahiers de la sécurité - les cahiers de la sécurité politique et gestion de la sécurité du système d information 4 introduction 6 quelles solutions face à l évolution des

Plus en détail

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS

LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS LA VALEUR ACCORDÉE AU JUGEMENT PROFESSIONNEL DES ENSEIGNANTS Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Question Éléments de réponse 1) En quoi consiste

Plus en détail

SENIOR INNOV : un nouvel élan pour les cadres seniors Cahier des charges pour un dispositif de formation-action

SENIOR INNOV : un nouvel élan pour les cadres seniors Cahier des charges pour un dispositif de formation-action SENIOR INNOV : un nouvel élan pour les cadres seniors Cahier des charges pour un dispositif de formation-action 29-10-2013 1 SOMMAIRE 1. LES ENJEUX ET FONDAMENTAUX DU PROJET page 3 2. LES OBJECTIFS ET

Plus en détail

Prospectus simplifié : Fonds commun de placement X

Prospectus simplifié : Fonds commun de placement X Prospectus simplifié : commun de placement X Présentation du fonds commun de placement 1. Dénomination : X 2. Date de constitution : xx/xx/xxxx 3. Durée d existence : durée illimitée (ou jusqu au xx/xx/xxxx)

Plus en détail

EC QUALITE. Systèmes de management de la qualité. 3ième partie : A.DAMAY - Janvier 2012 1/65

EC QUALITE. Systèmes de management de la qualité. 3ième partie : A.DAMAY - Janvier 2012 1/65 EC QUALITE 3ième partie : Systèmes de management de la qualité. A.DAMAY - Janvier 2012 1/65 Sommaire ISO 9000 ISO 9001 ISO 19011 Lignes directrices pour l'audit des systèmes de management A.DAMAY - Janvier

Plus en détail

Relation hiérarchique des documents concernant l organisation de la politique de sécurité de l information INTRODUCTION.

Relation hiérarchique des documents concernant l organisation de la politique de sécurité de l information INTRODUCTION. Ce document est la propriété de la Banque Carrefour de la sécurité sociale. La publication de ce document ne préjudicie nullement aux droits de la Banque Carrefour de la sécurité sociale à l'égard de ce

Plus en détail

Perception de la maintenance

Perception de la maintenance Perception de la maintenance Climat de travail difficile (gestionnaires et employés) Complexité des équipements (spécialisation des employés) Personnel qualifié difficile à recruter Relations de travail

Plus en détail

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE : LA NOUVELLE NORME ISO 9001 version Durée de l atelier : 1 heure Intervenant : Audrey CLAIN

SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE : LA NOUVELLE NORME ISO 9001 version Durée de l atelier : 1 heure Intervenant : Audrey CLAIN SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE : LA NOUVELLE NORME ISO 9001 version 2015 Durée de l atelier : 1 heure Intervenant : Audrey CLAIN Qui sommes-nous? Conseil Accompagnement des clients Audit Observation

Plus en détail

Planification stratégique et Gestion Axée sur les Résultats & Système de Suivi et Evaluation de projet. Formation

Planification stratégique et Gestion Axée sur les Résultats & Système de Suivi et Evaluation de projet. Formation Formation Page 1/5 Gestion Axée sur les Résultats & Référence : Durée 1 : 3 semaines Date : Du 07 au 25 Mars 2016 Type de formation Inter-Entreprise Lieu : INTERNALE CONSULTING -CASABLANCA (MAROC) Prix

Plus en détail

Mes oeuvres sont-elles bien assurées lors d une foire?

Mes oeuvres sont-elles bien assurées lors d une foire? Mes oeuvres sont-elles bien assurées lors d une foire? La maison rouge Comité professionnel des galeries d art 14 avril 2016 1 Brève présentation d Hiscox et du cabinet Richard de la Baume Expertise Notre

Plus en détail

REVISION 9100/9110/9120: 2016

REVISION 9100/9110/9120: 2016 REVISION 9100/9110/9120: 2016 La gestion de la qualité atteint de nouveaux sommets LRQA Mai 2016 Evolutions majeures Suite à l évolution de la structure de l ISO 9001:2015 Les exigences additionnelles

Plus en détail

Charte pour le nettoyage durable de l A.I.S.E.

Charte pour le nettoyage durable de l A.I.S.E. Charte pour le nettoyage durable de l A.I.S.E. Directives pour le contrôle d entrée de la Charte (Version 1.0, 23 mai 2005) 1. Introduction...2 2. Sur quoi porte le contrôle d entrée?...2 3. Comment fournir

Plus en détail

Accord sur les incivilités et les violences à l occasion des relations commerciales avec la clientèle du 23.04.13

Accord sur les incivilités et les violences à l occasion des relations commerciales avec la clientèle du 23.04.13 Accord sur les incivilités et les violences à l occasion des relations commerciales avec la clientèle du 23.04.13 Préambule La généralisation des incivilités et violences affecte désormais la relation

Plus en détail

Gestion des infrastructures

Gestion des infrastructures Gestion des infrastructures Enjeux et nouveautés présenté par Ève Roussel, ing. Direction Expertise et Développement des infrastructures 6 novembre 2014 Gestion des infrastructures Mise en contexte (lois

Plus en détail

Gestion Opérationnelle Sécurité. Thierry MANCIOT SFR GT Sécurité CRIP

Gestion Opérationnelle Sécurité. Thierry MANCIOT SFR GT Sécurité CRIP Gestion Opérationnelle Sécurité Thierry MANCIOT SFR GT Sécurité CRIP Le GT Sécurité CRIP 124 membres inscrits Démarrage au mois de Mars 2012 Une quinzaine de membres actifs MACIF, Generali, Bouygues Telecom,

Plus en détail

«PRIX WALLON DE LA QUALITÉ»

«PRIX WALLON DE LA QUALITÉ» 2011 «PRIX WALLON DE LA QUALITÉ» 2011 Règlement ARTICLE 1 PRÉSENTATION Toujours plus soucieux de «faire de la Wallonie une terre de Qualité totale» le Ministre-Président apporte son soutien au «Prix Wallon

Plus en détail

Le rôle des RH dans l anticipation et l accompagnement des changements dans les organisations

Le rôle des RH dans l anticipation et l accompagnement des changements dans les organisations Le rôle des RH dans l anticipation et l accompagnement des changements dans les organisations Atelier d échanges Public Privé Sophie Pagès- 16 septembre 2014 1 Problématiques à mettre en débat dans notre

Plus en détail

Chapitre V La mise en œuvre

Chapitre V La mise en œuvre Chapitre V La mise en œuvre Introduction Les plans de mise en œuvre déterminent précisément les mesures et les actions projetées par les autorités locales et la MRC de La Nouvelle-Beauce en rapport avec

Plus en détail

Guide d exigences de sécurité des téléprocédures types

Guide d exigences de sécurité des téléprocédures types M i n i s t è r e d u B u d g e t e t d e l a R é f o r m e d e l E t a t D G M E / S D A E P R E M I E R M I N I S T R E S G D N - D C S S I =========== Guide d exigences de sécurité des téléprocédures

Plus en détail

3 ème Conférence ACWUA Meilleure Pratique Rabat/Maroc 20 et 21 janvier 2010

3 ème Conférence ACWUA Meilleure Pratique Rabat/Maroc 20 et 21 janvier 2010 3 ème Conférence ACWUA Meilleure Pratique Rabat/Maroc 20 et 21 janvier 2010 Le renforcement des compétences : Facteur de performance et de développement des sociétés d eau et d assainissement ZAIER Hocine

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

Programme de recouvrement des coûts de la CCSN

Programme de recouvrement des coûts de la CCSN Programme de recouvrement des coûts de la CCSN Programme de recouvrement des coûts de la Commission canadienne de sûreté nucléaire Publié par la Commission canadienne de sûreté nucléaire Also published

Plus en détail

3. Situations de travail et d'apprentissage (STA)

3. Situations de travail et d'apprentissage (STA) 3. Situations de travail et d'apprentissage (STA) 3.1 Qu est-ce qu une STA?... 66 3.2 Mise en œuvre sur le lieu de travail... 66 3.3 STA: marche à suivre... 67 3.4 Evaluation des situations de travail

Plus en détail

Management des risques

Management des risques ASSURANCES ET MANAGEMENT DES RISQUES / SECTEUR SANTé, social ET MéDICO-SOCIAL Management des risques Conseil - Formation - Information Partageons plus que l assurance Dans un environnement en évolution

Plus en détail

Management Opérationnel Page 1 DOCUMENT 7.1 QUALITE TQC & TQM. G Dejean

Management Opérationnel Page 1 DOCUMENT 7.1 QUALITE TQC & TQM. G Dejean Management Opérationnel Page 1 DOCUMENT 7.1 QUALITE TQC & TQM Management Opérationnel Page 2 EVOLUTION des CONCEPTS de QUALITE Naissance De la Qualité Quality Qualité Référentiels Qualité «Qualiticienne»

Plus en détail

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE

DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE DIAGNOSTIC A DISTANCE DES RESEAUX DE DISTRIBUTION ELECTRIQUE ALAIN GILOT SCHNEIDER ELECTRIC, FRANCE Dans un premier temps, nous rappelons comment la performance d un réseau peut se dégrader en terme d

Plus en détail

Marie-pascale Delamare LE PLAN DE SECOURS

Marie-pascale Delamare LE PLAN DE SECOURS LE PLAN DE SECOURS d après https://itil.fr/64-others/2009-01-09-09- 00-44/125-drppca-mettre-en-oeuvre-un-plan-de-continuite-dactivite et IT-expert_52_rab.pdf Définitions DRP Distaster Recovery Plan ou

Plus en détail

AVIS AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS MEDICAUX DE RADIOTHERAPIE

AVIS AUX FABRICANTS DE DISPOSITIFS MEDICAUX DE RADIOTHERAPIE Direction de l'évaluation des dispositifs médicaux Département Surveillance du Marché Unité évaluation et contrôle du marché des dispositifs médicaux Dossier suivi par Pascal Di Donato Email: pascal.di-donato@afssaps.sante.fr

Plus en détail

Gouvernance de la sécurité

Gouvernance de la sécurité Gouvernance de la sécurité Une approche globale de la sécurité pour soutenir toutes les activités de votre organisation «La sécurité est un enjeu de plus en plus stratégique pour l entreprise mais les

Plus en détail

LE MANAGEMENT DES ACHATS

LE MANAGEMENT DES ACHATS LE MANAGEMENT DES ACHATS Isabelle Soubré EDC 2 ème Semestre 2008 1 PREMIERE PARTIE : LA FONCTION ACHAT I LA FONCTION ACHAT ET SON ROLE STRATEGIQUE 1 La création de la fonction Achat 2 Le rôle stratégique

Plus en détail

LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE. Support de cours de M. Omar Hemissi

LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE. Support de cours de M. Omar Hemissi LE MANAGEMENT PUBLIC UNE NOUVELLE DISCIPLINE Support de cours de M. Omar Hemissi LE MANAGEMENT PUBLIC : UNE NOUVELLE DISCIPLINE LE CONTEXTE : Le management public est avant tout un objet d'études : la

Plus en détail

Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles. PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt

Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles. PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt Transformer votre vision stratégique en réalités opérationnelles PREZ_Diavasis_Dirigeants_vnew_090507-Kf5-TMS.ppt Diavasis, du grec ancien, désigne «le passeur» celui qui ouvre un nouveau chemin et élargit

Plus en détail

Master Classes RSE 2013 / Institut RSE Management /p 2 Inscrivez-vous en ligne!

Master Classes RSE 2013 / Institut RSE Management /p 2 Inscrivez-vous en ligne! Master RSE Avec les master-classes Institut RSE Management, vous pouvez être assuré de faire partie de la communauté des professionnels du reporting RSE qui font avancer la performance de leur entreprise.

Plus en détail

Les exigences de documentation d ISO 9001:2008

Les exigences de documentation d ISO 9001:2008 Les exigences de documentation d ISO 9001:2008 ISO 9001:2008 donne à l'organisme une grande flexibilité quant à la façon de documenter son Système de Management de la Qualité (SMQ). Il convient de souligner

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2008 NOTE Le présent document prend effet à compter du 15 août 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Gérer son temps en tant qu entrepreneur

Gérer son temps en tant qu entrepreneur Gérer son temps en tant qu entrepreneur Adapté de Le management des PME De la création à la croissance, chapitre 15 Marcel Côté HEC Montréal Michel Grenier, MBA Au menu ce midi: Gérer son temps en tant

Plus en détail

Service des ressources humaines. Politique de santé et de sécurité du travail

Service des ressources humaines. Politique de santé et de sécurité du travail Service des ressources humaines Politique de santé et de sécurité du travail Approuvé par la résolution : Date d entrée en vigueur : Révisé le : CC13/14-05-155 Le 7 mai 2014 Préambule Par la présente politique,

Plus en détail

PROJET D'ÉDUCATION DES USAGERS DE LA ROUTE. Bernd Weisse TÜV DEKAA arge tp 21, Allemagne

PROJET D'ÉDUCATION DES USAGERS DE LA ROUTE. Bernd Weisse TÜV DEKAA arge tp 21, Allemagne PROJET D'ÉDUCATION DES USAGERS DE LA ROUTE Bernd Weisse TÜV DEKAA arge tp 21, Allemagne CIECA Commission internationale des examens de conduite automobile La Commission internationale des examens de conduite

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DU PERSONNEL CADRE

POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DU PERSONNEL CADRE 3.5 POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DU PERSONNEL CADRE 1.0 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Cette politique détermine certaines règles de gestion applicables au personnel cadre et portant sur les aspects suivants

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/ICEF/2009/AB/L.10 Conseil économique et social Distr. limitée 14 août 2009 Français Original : anglais Pour information Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Deuxième

Plus en détail

Identification du module

Identification du module Identification du module Numéro de module 482 Titre Tester et superviser le fonctionnement de composants d infrastructure TIC Compétence Tester et surveiller les composants de l infrastructure TIC (serveurs,

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D'ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D'ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D'ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE article 117 de la

Plus en détail

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)»

Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» SG CDAS / mars 2015 Extrait des «Directives de qualité de la CDAS Est+ pour les institutions pour adultes handicapés (personnes invalides au sens de la LIPPI)» du 12 septembre 2011 Traduction en français

Plus en détail

Recueil des politiques de gestion

Recueil des politiques de gestion 1 2006-05-01 Pour information : Ministère des Services gouvernementaux C.T. 203560 du 11 avril 2006 DIRECTIVE SUR LA SÉCURITÉ DE L'INFORMATION GOUVERNEMENTALE (Loi sur l administration publique, L.R.Q.,

Plus en détail

Démarche Qualité et Évaluation en Santé

Démarche Qualité et Évaluation en Santé Démarche Qualité et Évaluation en Santé Jean Gaudart Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale jean.gaudart@univmed.fr Faculté de Médecine Université de la

Plus en détail

Protection intégrée de la vie privée Nouvelle norme de certification de protection de la vie privée

Protection intégrée de la vie privée Nouvelle norme de certification de protection de la vie privée Protection intégrée de la vie privée Nouvelle norme de certification de protection de la vie privée La protection intégrée de la vie privée est un cadre qui se fonde sur l intégration proactive de la protection

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT GEORGE WESTON LIMITÉE

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT GEORGE WESTON LIMITÉE CHARTE DU COMITÉ D AUDIT de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU COMITÉ... 1 2. MEMBRES DU COMITÉ... 1 3. PRÉSIDENT DU COMITÉ... 2 4. DURÉE DU MANDAT DE CHAQUE MEMBRE... 2 5.

Plus en détail

Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif

Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif Les Normesau service de la Responsabilité Sociale de l Entreprise : Le cadre normatif Normes RSE dans l espace francophone Marrakech 13-14-15/12/05 1 Les normes marocaines Sommaire Bases de la norme Marocaine

Plus en détail

La logique managériale. management des entreprises- bts 1- MF MOULY CLAUX

La logique managériale. management des entreprises- bts 1- MF MOULY CLAUX La logique managériale - 1- MF MOULY CLAUX 1 Sommaire I Les spécificités de la démarche managériale A Définition du manager B Différences entre entrepreneur et manager Capacités requises de l entrepreneur

Plus en détail

Direction des ressources humaines Document d information

Direction des ressources humaines Document d information Direction des ressources humaines Document d information Le projet de modernisation de la gestion de la rémunération des cadres et professionnels sur fonds courant 19 janvier 2007 1. Rappel du projet de

Plus en détail

Centre d Innovation et de Management Euroméditerranée. Mastère spécialisé MIQE. Soutenance de stage et thèse professionnelle

Centre d Innovation et de Management Euroméditerranée. Mastère spécialisé MIQE. Soutenance de stage et thèse professionnelle Centre d Innovation et de Management Euroméditerranée Mastère spécialisé MIQE Soutenance de stage et thèse professionnelle Thomas Pelletier Lundi 30 janvier 2006 Sommaire I/ Stage Pellenc Selective Technologies

Plus en détail

ITE-AUDIT. Guide des pré-requis pour les Centres de Formation Agréés

ITE-AUDIT. Guide des pré-requis pour les Centres de Formation Agréés Guide des pré-requis pour les Centres de Formation Agréés Objet du document Classification (interne, interneexterne) Diffusion (DOP, CPCI, CODIR, NS) Version courante Guide pour la mise en cohérence de

Plus en détail

MINISTÈRE DES TRANSPORTS. Politique de continuité des services

MINISTÈRE DES TRANSPORTS. Politique de continuité des services MINISTÈRE DES TRANSPORTS Politique de continuité des services NOVEMBRE 2014 NOVEMBRE 2014 MINISTÈRE DES TRANSPORTS, POLITIQUE DE CONTINUITÉ DES SERVICES - 2 Contenu Politique de continuité des services......

Plus en détail

L enjeu des risques de Fraude : la maîtrise des flux de données?

L enjeu des risques de Fraude : la maîtrise des flux de données? L enjeu des risques de Fraude : la maîtrise des flux de données? by Equipe_Redaction - mardi, avril 14, 2015 http://blog-finance.groupeonepoint.com/lenjeu-des-risques-de-fraude-la-maitrise-des-flux-de-donnees/

Plus en détail

Veuillez analyser les besoins suivants et envisager de budgétiser dans la proposition un soutien financier du Fonds mondial le cas échéant.

Veuillez analyser les besoins suivants et envisager de budgétiser dans la proposition un soutien financier du Fonds mondial le cas échéant. Liste de points à vérifier lors de l élaboration d une stratégie de gestion des approvisionnements dans le cadre d une proposition au Fonds mondial May 2008 Veuillez analyser les besoins suivants et envisager

Plus en détail