en France, qui peut en faire quoi?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "en France, qui peut en faire quoi?"

Transcription

1 Données de Santé : en France, qui peut en faire quoi? n 1

2 PLAN 1/ Les données de santé Qu est est-ce que c est c? 2/ Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 3/ L utilisation L des données de santé Pour quoi faire? 4/ La protection des droits des personnes 5/ Les sanctions n 2

3 1/ Les Données de santé : qu est est-ce que c est? n 3

4 1/ Les Données de santé : qu est est-ce que c est c? Les différentes définitions d légalesl 1. Les données anonymes ou anonymisées ou des données à caractère re personnel 2. Les données à caractère re personnel relatives à la santé d une personne 3. Les données de santé à caractère re personnel 4. Les informations médicalesm n 4

5 1/ Les Données de santé : qu est est-ce que c est c? 1.1/ Les données à caractère personnel Art. 2 de la loi Informatique et Libertés : Constitue une donnée à caractère personnel toute information relative à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée, directement ou indirectement, par référence à un numéro d identification ou à un ou plusieurs éléments qui lui sont propres. n 5

6 1/ Les Données de santé : qu est est-ce que c est c? 1.2/ Les données de santé garantissant l anonymat Pas d identification possible de la personne Constituent des données anonymes, les données collectées à la source sans identification de la personne Constituent des données anonymisées, les données à caractère personnel ayant fait l objet d un procédé d anonymisation préalablement reconnu conforme à la loi Informatique, Fichiers et Libertés - Art. 8 de la loi Informatique et Libertés n 6

7 1/ Les Données de santé : qu est est-ce que c est c? 1.3/ Les données à caractère personnel relatives à la santé Art. 8 de la loi Informatique et Libertés: «Données à caractère personnel ( ) qui sont relatives à la santé des personnes» n 7

8 1/ Les Données de santé : qu est est-ce que c est c? 1.4/ Les données de santé à caractère personnel Art. L du Code de la santé publique : «Données de santé à caractère personnel recueillies ou produites à l occasion des activités de prévention, de diagnostic ou de soins» n 8

9 1/ Les Données de santé : qu est est-ce que c est c? 1.5/ Les informations médicales Art. L du Code de la santé publique : «Données concernant une personne pris en charge par un professionnel de santé, un établissement de santé, un réseau de santé ou tout autre organisme participant à la prévention et aux soins, ( ) venues à la connaissance du professionnel de santé, de tout membre du personnel de ces établissements ou organismes et de toute autre personne en relation, de par ses activités, avec ces établissements ou organismes». n 9

10 1/ Les Données de santé : qu est est-ce que c est c? Identification des personnes Pas d identification des personnes Données à caractère personnel Données à caractère personnel relatives à la santé Données de santé à caractère Personnel Informations médicales DMP DP SI Acteurs des systèmes de santé AMO/AMC, PMSI, CNSA Procédés d anonymisation Données de santé anonymisées Données de santé anonymes Dossiers médicaux des Professionnels de santé n 10

11 2/ Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? n 11

12 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.1/ La Commission Nationale de l Informatique et des Libertés - CNIL n 12

13 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.1.1/ Référentiel légal et réglementaire Loi du 6 janvier 1978 relative à l Informatique, aux Fichiers et aux Libertés modifiée par la loi relative à la protection des personnes physiques à l égard des traitements de données à caractère personnel du 6 août 2004 Décret du 20 octobre 2005 modifié par le Décret du 25 mars 2007 pris en application de la loi Informatique et Libertés n 13

14 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.1.2/Missions La protection des droits des personnes Information, consentement, accès, opposition, suppression, modification L encadrement de la mise en œuvre des traitements (formalités préalables obligatoires : déclarations, autorisations, Normes simplifiées, Autorisations uniques, Labellisation ) L appréciation des procédés d anonymisation L animation du réseau des CIL (correspondants Informatique et Libertés) Le conseil aux responsables des traitements Les activités de contrôles et de sanctions La consultation sur les projets de Loi et de Décret n 14

15 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.1.3/ Quelles données de santé? Les traitements automatisés de données à caractère personnel Informatique, électronique, papier n 15

16 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.2/ Le Comité consultatif sur le traitement de l information en matière de recherche dans le domaine de la santé - CCTIRS n 16

17 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.2.1/ Référentiel légal et règlementaire Loi du 6 janvier 1978 relative à l Informatique, aux Fichiers et aux Libertés modifiée par la loi relative à la protection des personnes physiques à l égard des traitements de données à caractère personnel du 6 août 2004 Chapitre IX Décret du 20 octobre 2005 modifié par le Décret du 25 mars 2007 pris en application de la loi Informatique et Libertés n 17

18 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.2.2/ Missions Pour chaque demande de mise en œuvre d'un traitement de données ayant pour fin la recherche dans le domaine de la santé, et préalablement à la saisine de la CNIL, le CCTIRS émet un avis sur : la méthodologie de la recherche au regard de la loi la nécessité du recours à des données à caractère personnel la pertinence des données à caractère personnel par rapport à l'objectif de la recherche. n 18

19 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.2.3/ Quelles données de santé? Les traitements automatisés de données à caractère personnel mis en œuvre dans le cadre des recherches dans le domaine de la santé Informatique, électronique, papier n 19

20 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.3/ L Institut des données de santé - IDS n 20

21 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.3.1/ Référentiel légal et règlementaire Loi du 6 janvier 1978 relative à l Informatique, aux Fichiers et aux Libertés modifiée par la loi relative à la protection des personnes physiques à l égard des traitements de données à caractère personnel du 6 août 2004 Chapitre X Article L du code de la sécurité sociale (issu de la loi du 13 août 2004) Décret du 22 Août 2008 pris en application de l article L du Code de l action sociale et des familles Arrêté du 30 avril 2007 portant approbation du groupement d intérêt public «Institut des données de santé» Arrêté mentionné à l article L Code de la Sécurité Sociale n 21

22 2.3.2/ Missions Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? Mise à disposition de ses membres, de la Haute autorité de santé, des Unions régionales des médecins exerçant à titre libéral ainsi que d'organismes désignés par décret en Conseil d'état: des données issues des systèmes d'information de ses membres, dans des conditions garantissant l'anonymat, à des fins de gestion du risque maladie ou pour des préoccupations de santé publique. n 22

23 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.3.3/ Quelles données de santé? Les données anonymisées issus des systèmes d informations de ses membres UNOCAM n 23

24 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.4/ L Agence nationale des systèmes d information partagés de santé - ASIP n 24

25 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.4.1/ Référentiel légal et règlementaire Loi n du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale pour 2009 Arrêté du 8 septembre 2009 portant approbation de la convention constitutive d un groupement d intérêt public n 25

26 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.4.2/ Missions La maîtrise d ouvrage des projets qui lui sont délégués La réalisation et le déploiement du DMP, la maîtrise d ouvrage de l hébergement du DMP La définition, la promotion et l homologation de référentiels, standards, produits ou services contribuant à l interopérabilité, à la sécurité et à l usage des systèmes d information de santé et de la télésanté, et la surveillance de leur bonne application L accompagnement et l encadrement des initiatives publiques et privées concourant à son objet, notamment, sous forme de conventions d assistance à maîtrise d ouvrage, de conventions de partenariat ou de mise à disposition de services permettant de garantir la bonne utilisation, la cohérence, l interopérabilité et la sécurité des systèmes d échange et de partage des données de santé La participation à la préparation et à l application des accords ou projets internationaux dans le domaine des systèmes de partage et d échange de l information de santé. n 26

27 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.4.3/ Quelles données de santé? Les données de santé à caractère personnel Les informations médicales n 27

28 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.5/ La Mission pour l informatisation du système de santé (MISS) n 28

29 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.5.1/ Référentiel légal et règlementaire Constitution d une mission pour l informatisation du système de santé le 31 décembre 1997 Décision ministérielle n 29

30 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.5.2/ Missions Contribuer à la meilleure prise en charge médicale du patient grâce aux informations contenues dans le dossier médical auxquelles auront accès les médecins Permettre l'automatisation du traitement des feuilles de soins et éviter ainsi aux patients d'avoir à remplir et expédier les feuilles de soins offrir aux médecins une information rapide en cas d'alerte sanitaire Permettre l'accès des praticiens à des outils d'aide au diagnostic et à la prescription, à des bases de connaissance, à des référentiels sur les protocoles thérapeutiques Faciliter les échanges entre professionnels de santé (messagerie des professionnels de santé, possibilité de télémédecine) Secrétariat du Comité des Hébergeurs agréés n 30

31 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.5.3/ Quelles données de santé? Les données de santé à caractère personnel n 31

32 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.6/ Le Comité national des registres n 32

33 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.6.1/ Référentiel légal et règlementaire Loi Arrêté du 6 novembre 1995 relatif au Comité national des registres n 33

34 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.6.2/ Missions Proposer une politique des registres s'appuyant sur les besoins en matière de santé publique et de recherche épidémiologique Donner un avis sur : - l'opportunité, au regard de la politique des registres préalablement définie, de créer de nouveaux registres ou de maintenir les registres existants, - l'adéquation entre les moyens envisagés ou mis en oeuvre et les finalités exposées par les registres, en vue de leur qualification ou du renouvellement de celle-ci. Élaborer et de participer à un plan annuel de diffusion et de valorisation de l'information produite par les registres qualifiés. n 34

35 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.6.3/ Quelles données de santé? Les données de santé à caractère personnel Les données à caractère personnel issus des traitements mis en œuvre dans le cadre des recherches dans le domaine de la recherche en santé n 35

36 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.7/ Conseil national de l information statistique (CNIS) Autorité de la statistique publique INSEE n 36

37 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.7.1/ Référentiel légal et règlementaire Loi n du 7 juin 1951 sur l obligation, la coordination et le secret en matière de statistiques modifiée notamment par la loi n du 4 août 2008 n 37

38 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.7.2/ Missions Autorité de la statistique publique : - émettre tout avis qu elle estime utile pour garantir le principe d indépendance professionnelle dans la conception, la production et la diffusion des statistiques publiques, - garantir les principes «d objectivité, d impartialité, de pertinence et de qualité des données produites», - consultée sur tout projet de décret relatif aux missions de l Insee ou des services statistiques ministériels sur saisine des présidents des assemblées parlementaires, du Premier ministre, du ministre de l économie ou par le directeur général de l Insee CNIS : - organiser la concertation entre les utilisateurs (acteurs économiques et sociaux) et les producteurs de statistiques, l Insee et les services statistiques ministériels qui définissent leurs programmes de travail et les exécutent, INSEE : - produire, analyser et diffuser des informations sur l'économie et la société françaises, - assurer la coordination du service statistique public français, - rôle d'information et d'étude, à l'égard des agents économiques du secteur privé et de la puissance publique, n 38

39 Les autorités s et organismes compétents Qui fait quoi? 2.7.3/ Quelles données de santé? Les données à caractère personnel relatives à la santé n 39

40 3/ L utilisation L des données de santé Pour quoi faire? n 40

41 L utilisation des données de santé Pour quoi faire? Organismes compétents Destinataires des données Dossier Médical Personnel ASIP, CNIL Les médecins autorisés par le patient Le patient Données Identifiantes Dossiers Médicaux Dossier Pharmaceutique Autres dossiers médicaux Etude Interventionnelle Conseil de l'ordre des Pharmaciens, CNIL ASIP, CNIL AFSSAPS CNIL CCTIRS Comité de protection des personnes Conseil national de l'ordre des médecins Les pharmaciens après autorisation du patient Le patient Les professionnels de santé en charge de la prise en charge du patient Le patient Destinataires autorisés par la CNIL Le patient Etudes Etude Non - Interventionnelle CNIL CCTIRS Conseil national de l'ordre des médecins Destinataires autorisés par la CNIL Le patient Données Anonymisées Etudes Anonymisées IDS CNIL Avis du CNIS Ministère de l'économie Membres de l'ids HAS Unions régionales des médecins libéraux Organsimes désignés par décret Organismes de recherche INSEE Services statistiques ministériels n 41

42 4/ La protection des droits des personnes n 42

43 La protection des droits des personnes Droit au secret médical Consentement Droit à l information Données de santé avec identification de la personne Accès, opposition, modification, suppression Droit à la sécurité des données Droit à la protection de la vie privée n 43

44 La protection des droits des personnes 4.1/ L information des personnes n 44

45 La protection des droits des personnes Les personnes auprès desquelles sont recueillies des données de santé doivent être informées (article 32 de la loi Informatique et Libertés) : de l identité du responsable de traitement de la finalité poursuivie par le traitement auquel les données sont destinées du caractère facultatif ou obligatoire des réponses si questionnaire des conséquences éventuelles d un défaut de réponse des destinataires ou catégories de destinataires des données de l existence du droit d accès, de rectification et d opposition des flux transfrontaliers de données n 45

46 La protection des droits des personnes Cas particulier : (article 57 de la loi Informatique et Libertés) Les personnes auprès desquelles sont recueillies des données de santé dans le cadre d études et recherches dans le domaine de la santé doivent également être informées : De la nature des données transmises Des personnes physiques et morales destinataires des données De l existence du droit d opposition à la levée du secret professionnel n 46

47 La protection des droits des personnes 4.2/ Le consentement des personnes n 47

48 La protection des droits des personnes 4.2.1/ Le consentement à la collecte des données à caractère personnel relatives à la santé PRINCIPE : Article 8 de la loi Informatique et Libertés Il est interdit de collecter ou de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses ou l appartenance syndicale des personnes, ou qui sont relatives à la santé ou à la vie sexuelle de celles-ci n 48

49 La protection des droits des personnes EXCEPTIONS : Avec le consentement du patient - Le patient a donné son consentement exprès et préalable au traitement de données de santé à caractère personnel (article 8 II 1 de la loi Informatique, Fichiers et Libertés) ; - En cas de prélèvement biologique identifiant, pour les traitements nécessaires à la recherche dans le domaine de la santé (- article 56 de la loi Informatique, Fichiers et Libertés) - Les traitements justifiés par l intérêt public (DMP, DP) (article 8 IV de la loi Informatique, Fichiers et Libertés). n 49

50 La protection des droits des personnes EXCEPTIONS : Sans le consentement du patient - Pour les traitements nécessaires aux fins de la médecine préventive, des diagnostics médicaux, de l administration des soins ou de traitements, ou de la gestion de services de santé et mis en œuvre par un membre des professions de santé,, ou par une autre personne à laquelle s impose s en raison de ses fonctions l obligation l de secret professionnel (article 8 II 6 de la loi Informatique, Fichiers et Libertés) ; - Les traitements qui font l objet à bref délai d un procédé d anonymisation préalablement reconnu conforme à la loi par la CNIL (article 8 III de la loi Informatique, Fichiers et Libertés) n 50

51 La protection des droits des personnes 4.2.2/ Le consentement à l hébergement des données de santé à caractère personnel PRINCIPE : Article L alinéa 1 du CSP Un consentement exprès du patient est requis au titre de l hébergement des données de santé à caractère personnel par un tiers hébergeur. n 51

52 La protection des droits des personnes EXCEPTION : Article L alinéa 5 Code de la Santé Publique Le consentement du patient n est pas nécessaire lorsque les professionnels et établissements de santé utilisent leurs propres systèmes ou des systèmes appartenant à des hébergeurs agréés, dès lors que l accès aux données détenues est limité au professionnel de santé ou à l établissement de santé qui les a déposées, ainsi qu à la personne concernée dans les conditions prévues par l article L n 52

53 La protection des droits des personnes 4.3/ Le droit d accès aux données de santé à caractère personnel n 53

54 La protection des droits des personnes Accès direct du patient ou indirect par l intermédiaire d un médecin : article L du code de la santé publique Le délai de communication : - 8 jours - 2 mois si les informations médicales datent de plus de 5 ans Le contenu du dossier médical hospitalier : - L identification du patient et, le cas échéant la personne de confiance - Les informations formalisées recueillies lors des consultations externes dispensés dans l établissement, lors de l accueil au service des urgences ou au moment de l admission et au cours du séjour hospitalier - Les informations formalisées établies à la fin du séjour - Les informations mentionnant qu elles ont été recueillies auprès de tiers n intervenant pas dans la prise en charge thérapeutique ou concernant de tels tiers (non communicables au patient) n 54

55 La protection des droits des personnes 4.4/ Le secret médical n 55

56 La protection des droits des personnes PRINCIPE : Article L du Code de la Santé Publique «Toute personne prise en charge par un professionnel, un établissement, un réseau de santé ou tout autre organisme participant à la prévention et aux soins a droit au respect de sa vie privée et du secret des informations le concernant. Excepté dans les cas de dérogations expressément prévus par la loi, ce secret couvre l ensemble des informations concernant la personne, venue à la connaissance du professionnel de santé, de tout membre du personnel de ses établissements ou organismes et de toutes autres personnes en relation, de part ses activités, avec ces établissements et organismes. Il s impose à tous les professionnels de santé, ainsi qu à tous les professionnels intervenant dans le système de santé ( )» n 56

57 La protection des droits des personnes 4.4.1/ Les personnes soumises au secret médical les professionnels de santé les établissements de santé les réseaux de santé tout organisme participant à la prévention ou aux soins les membres des personnels les personnes en relation avec ces organismes de par leur activité toute personne intervenant dans le système de santé n 57

58 La protection des droits des personnes 4.4.2/ Le champ d application du secret médical Informations médicales/individuelles/vie privée Confidentielles ou non par nature Constatées ou confiées Se rapportant au patient Révélation dommageable ou non n 58

59 La protection des droits des personnes 4.4.3/ Le secret médical partagé PRINCIPE : Article L alinéa 3 du code de la santé publique «Deux ou plusieurs professionnels de santé peuvent toutefois, sauf opposition de la personne dûment avertie, échanger des informations relatives à une même personne prise en charge, afin d'assurer la continuité des soins ou de déterminer la meilleure prise en charge sanitaire possible. Lorsque la personne est prise en charge par une équipe de soins dans un établissement de santé, les informations la concernant sont réputées confiées par le malade à l'ensemble de l'équipe». CONDITIONS : - Deux ou plusieurs professionnels de santé - Peuvent échanger des informations relatives à un même patient - Pour la continuité des soins /la meilleure prise en charge sanitaire n 59

60 La protection des droits des personnes 4.4.4/ Le secret médical appliqué aux données des études et recherches en santé Chapitre IX DEROGATION LEGALE AU SECRET (Article 55 de la loi Informatique et Libertés) : «Nonobstant les règles relatives au secret professionnel, les membres des professions de santé peuvent transmettre les données à caractère personnel qu'ils détiennent dans le cadre d'un traitement de données» LIMITE : l opposition de la personne dûment avertie (Article 56 de la loi Informatique et Libertés) : «Toute personne a le droit de s'opposer à ce que les données à caractère personnel la concernant fassent l'objet de la levée du secret professionnel rendue nécessaire par un traitement» n 60

61 La protection des droits des personnes 4.4.5/ Le secret médical électronique TEXTES : - Article L du Code de la Santé Publique - Article L du Code de la Santé Publique - Décret n du 15 mai 2007 relatif à la confidentialité des informations médicales conservées sur support informatique ou transmises par voie électronique n 61

62 La protection des droits des personnes Données de santé à caractère personnel - Détention, traitement et conservation sur support informatique - Transmission par voie électronique entre professionnels - Par un professionnel de santé, un établissement de santé, un réseau de santé, tout autre organisme intervenant dans le système de santé, hébergeurs de données de santé Référentiels de sécurité à paraitre n 62

63 La protection des droits des personnes 4.5/ Le droit à la sécurité des données de santé n 63

64 La protection des droits des personnes Données de santé à caractère personnel Sécurité des données Hébergement des données par un tiers Détention Conservation sur support informatique Transmission par voie électronique Mesures physiques et logiques de sécurité Sanctions pénales n 64

65 Les sanctions 5/ Les sanctions n 65

66 Les sanctions 5.1/ La violation du secret médical Article du Code Pénal : la révélation d une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire soit par état ou par profession, soit en raison d une fonction ou d une mission temporaire Article L du Code de la Santé publique: le fait d obtenir ou de tenter d obtenir des informations médicales en violation du droit au respect du secret 1 an d emprisonnement et d amende n 66

67 Les sanctions 5.2/ Les traitements de données à caractère personnel ARTICLES DU CODE PENAL OBJET SANCTIONS Traitement de données à caractère personnel sans respect des formalités préalables Traitement de données à caractère personnel sans prendre les précautions utiles afin de préserver la sécurité des données Collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite Traitement de données à caractère personnel malgré opposition de la personne pour motif légitime Conservation de données à caractère personnel relatives à la santé sans le consentement de la personne Traitement de données à caractère personnel ayant pour fin la recherche dans le domaine de la santé malgré l opposition/sans information de la personne Conservation des données au-delà de la durée légale Détournement de finalités (utilisations) 5 ans d emprisonnement d amende 5 ans d emprisonnement d amende 5 ans d emprisonnement d amende 5 ans d emprisonnement d amende 5 ans d emprisonnement d amende 5 ans d emprisonnement d amende 5 ans d emprisonnement d amende 5 ans d emprisonnement d amende n 67

68 Les sanctions 5.3/ L hébergement des données de santé sans agrément Article L du Code de la Santé publique : La prestation d'hébergement de données de santé à caractère personnel recueillies auprès de professionnels ou d'établissements de santé ou directement auprès des personnes qu'elles concernent sans être titulaire de l'agrément prévu par l'article L ou de traitement de ces données sans respecter les conditions de l'agrément obtenu est puni de : - 3 ans d'emprisonnement et d'amende n 68

69 Les sanctions 5.4/ L utilisation et la commercialisation des données de santé Article L et L du Code de la Santé Publique: interdiction de la constitution et de l utilisation à des fins de prospection ou de promotion commerciales de fichiers composés à partir de données issues directement ou indirectement des prescriptions médicales ou des informations médicales mentionnées à l article L du Code de la sécurité sociale, dés lors que ces fichiers permettent d identifier directement ou indirectement le professionnel prescripteur 2 ans d emprisonnement et d amende Article L du Code de la Santé Publique dernier alinéa: tout acte de cession à titre onéreux de données de santé identifiantes, directement ou indirectement, y compris avec l accord de la personne concernée est interdit sous peine des sanctions prévues à l article du Code pénal. 5 ans d emprisonnement et d amende n 69

70 Les données de santé en France Détention Conservation sur support informatique Traitement Hébergement Transmission par voie électronique Confidentialité / Secret Commercialisation Intégrité Utilisation Consentement Information Sécurité n 70

71 Conclusions La France dispose du système légal le plus protecteur au Monde des données de santé et des droits des personnes n 71

72 Institut des données de santé 19, rue Arthur Croquette Charenton Le Pont - Tel : Fax : Mail: ids.fr - Site: des-donnees-de-sante.fr n 72

73 Référentiel légal et réglementaire des textes applicables aux données de santé 1. Textes spécifiques au Dossier Médical Personnel et au Dossier Pharmaceutique articles L à L du Code de la Santé Publique articles R à R du Code de la Sécurité Sociale 2. Textes relatifs à l hébergement des données de santé article L du Code de la Santé Publique articles R à R du Code de la Santé Publique Décret du 4 janvier 2006 relatif à l'hébergement de données de santé à caractère personnel et modifiant le Code de la Santé Publique, codifié aux articles R à R et R du Code de la Santé Publique 3. Textes relatifs à l'accès aux données de santé article L du Code de la Santé Publique article L du Code de la Santé Publique article R à R du Code de la Santé Publique article R à R du Code de la Santé Publique Arrêté du 5 mars 2004 portant homologation des bonnes pratiques relatives à l accès aux informations concernant la santé d une personne Circulaire DHOS/E1 n du 3 juillet 2009 relative aux délais de communication des informations de santé concernant une personne 4. Textes relatifs au secret médical article L du Code de la santé publique article du Code pénal Décret n du 15 mai 2007 relatif à la confidentialité des informations médicales conservées sur support informatique ou transmises par voie électronique, codifié aux articles R à R du code de la santé publique 5. Textes relatifs à la protection des données à caractère personnel (CNIL et CCTIRS) Loi du 6 janvier 1978 modifiée par la Loi du 6 août 2004 relative à l Informatique, aux Fichiers et aux Libertés Décret du 20 octobre 2005 modifié par le Décret du 25 mars 2007 relative à l Informatique, aux Fichiers et aux Libertés Articles à du code pénal Articles L et L du code de la santé publique Référentiel légal et règlementaire Données de santé Octobre 2009 Page 1

74 6. Textes relatifs à l ASIP Santé Loi n du 17 décembre 2008 de financement de la sécurité sociale pour 2009 Arrêté du 8 septembre 2009 portant approbation de la convention constitutive d un groupement d intérêt public 7. Textes relatifs au Comité national des registres Arrêté du 6 novembre 1995 relatif au Comité national des registres 8. Textes relatifs à l Institut des données de santé (IDS) Article L du code de la sécurité sociale Arrêté du 30 avril 2007 portant approbation du Groupement d Intérêt Public «Institut des données de santé» Décret n du 22 août 2008 portant création du système national d information prévu à l article L du code de l action sociale et des familles et organisant la transmission des données destinées à l alimenter Arrêté mentionné à l article L du Code de la Sécurité Sociale 9. Textes relatifs à la Mission pour l Informatisation du Système de Santé (MISS) Constitution d une mission pour l informatisation du système de santé le 31 décembre 1997 Référentiel légal et règlementaire Données de santé Octobre 2009 Page 2

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales

CODE PROFESSIONNEL. déontologie. Code de déontologie sur les bases de données comportementales déontologie Code de déontologie sur les bases de données comportementales 1 Code de déontologie sur les bases de données comportementales Préambule Les bases de données comportementales constituées principalement

Plus en détail

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE

CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE CHARTE DES BONS USAGES DES MOYENS NUMERIQUES DE L UNIVERSITE Annexe juridique Frédéric DEHAN Directeur général des services Affaire suivie par Philippe PORTELLI Tél. : +33 (0)3 68 85 00 12 philippe.portelli@unistra.fr

Plus en détail

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE

La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain. 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE La Révolution Numérique Au Service De l'hôpital de demain 18-19 JUIN 2013 Strasbourg, FRANCE Le développement de la e-santé : un cadre juridique et fonctionnel qui s adapte au partage Jeanne BOSSI Secrétaire

Plus en détail

d un site Internet MARS 2007

d un site Internet MARS 2007 ORDRE NATIONAL DES PHARMACIENS REFLEXIONS sur la création et le fonctionnement d un site Internet dans le cadre d une activité officinale MARS 2007 4, avenue Ruysdaël 75379 Paris Cedex 08 Téléphone : 01.56.21.34.34

Plus en détail

Les données à caractère personnel

Les données à caractère personnel Les données à caractère personnel Loi n 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertésrefondue par la loi du 6 août 2004, prenant en compte les directives 95/46/CE du Parlement

Plus en détail

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés LES OUTILS Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés SEPTEMBRE 2011 QUE FAUT-IL DÉCLARER? Tous les fichiers informatiques contenant des données à caractère personnel sont soumis à la Loi Informatique

Plus en détail

Photos et Droit à l image

Photos et Droit à l image Photos et Droit à l image 1) Le droit à l image (photos-vidéos) L atteinte au droit à l image n est pas caractérisée dès lors que la personne photographiée n est pas identifiable et que sa vie privée n

Plus en détail

Agrément des hébergeurs de données de santé. 1 Questions fréquentes

Agrément des hébergeurs de données de santé. 1 Questions fréquentes Agrément des hébergeurs de données de santé 1 Questions fréquentes QUELS DROITS POUR LES PERSONNES CONCERNEES PAR LES DONNEES DE SANTE HEBERGEES? La loi précise que l'hébergement de données de santé à

Plus en détail

CHARTE ÉTHIQUE ET DÉONTOLOGIQUE APPLICABLE AUX PÉDICURES-PODOLOGUES ET À LEURS SITES INTERNET À L ADRESSE DU GRAND-PUBLIC

CHARTE ÉTHIQUE ET DÉONTOLOGIQUE APPLICABLE AUX PÉDICURES-PODOLOGUES ET À LEURS SITES INTERNET À L ADRESSE DU GRAND-PUBLIC CHARTE ÉTHIQUE ET DÉONTOLOGIQUE APPLICABLE AUX PÉDICURES-PODOLOGUES ET À LEURS SITES INTERNET À L ADRESSE DU GRAND-PUBLIC Avril 2015 Actualisation approuvée par le Conseil national du 10 avril 2015 A

Plus en détail

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Juin 2013 / V1

MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance. Mieux comprendre. MSSanté FAQ. Juin 2013 / V1 MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance Mieux comprendre MSSanté FAQ Juin 2013 / V1 FAQ MSSanté MSSanté, la garantie d échanger en toute confiance sommaire 1. Le Système MSSanté 2 MSSanté :

Plus en détail

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Souad El Kohen-Sbata Membre de la CNDP de développement -CGEM- Cadre Juridique de la protection des données personnelles au Maroc: Plan

Plus en détail

Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers

Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers Conditions d'utilisation de la plateforme Défi papiers Préambule : La lecture et l acceptation des présentes conditions d utilisation, ci-après les «Conditions d Utilisation», sont requises avant toute

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE

PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE 21/06/2007 PRINCIPES GENERAUX ET CRITERES ORDINAUX D APPLICATION DE L ARTICLE L.4113-6 DU CODE DE LA SANTE PUBLIQUE I PRINCIPES GENERAUX L article L 4113-6 du CSP pose le principe d une interdiction pour

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Professionnels de santé

Professionnels de santé Professionnels de santé Édition 2011 Sommaire Avant propos page 1 I - Les 5 principes clés à respecter page 2 II - Les missions de la CNIL page 5 III - Le correspondant informatique et libertés (CIL) page

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

CODE PROFESSIONNEL. déontologie

CODE PROFESSIONNEL. déontologie déontologie Code de déontologie des professionnels du marketing direct vis-à-vis de la protection des données à caractère personnel 1 Code de déontologie des professionnels du marketing direct vis-à-vis

Plus en détail

ecrm: Collecter et exploiter les données prospects et clients en toute légalité en France

ecrm: Collecter et exploiter les données prospects et clients en toute légalité en France ecrm: Collecter et exploiter les données prospects et clients en toute légalité en France Cabestan Livre Blanc Introduction La communication comportementale est une source essentielle de revenus pour un

Plus en détail

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel»

«Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» «Marketing /site web et la protection des données à caractère personnel» Incidence de la réforme de la loi «Informatique et libertés» et de la loi «Économie Numérique» Emilie PASSEMARD, Chef du service

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

Loi n du relative à la protection des données à caractère personnel

Loi n du relative à la protection des données à caractère personnel REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union Discipline Travail Loi n du relative à la protection des données à caractère personnel CHAPITRE I : DEFINITIONS Article 1 : Les définitions des instruments juridiques

Plus en détail

SITES INTERNET CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE

SITES INTERNET CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE SECTION G CREATION ET FONCTIONNEMENT D UN SITE INTERNET POUR UN LABORATOIRE DE BIOLOGIE MEDICALE SITES INTERNET Recommandations du Conseil central de la section G ONP/CCG Janvier 2012 A l heure où les

Plus en détail

GEWISS FRANCE S.A.S. CODE D ETHIQUE INFORMATIQUE

GEWISS FRANCE S.A.S. CODE D ETHIQUE INFORMATIQUE GEWISS FRANCE S.A.S. CODE D ETHIQUE INFORMATIQUE Juillet 2014 INDEX INTRODUCTION... 3 1. DÉFINITIONS... 3 2. LES SYSTEMES D'INFORMATION DE LA SOCIÉTÉ RÈGLES GÉNÉRALES... 3 3. UTILISATION DES ÉQUIPEMENTS

Plus en détail

Instructions dans la recherche clinique

Instructions dans la recherche clinique Instructions dans la recherche clinique I. CNIL 1. Histoire de sa création 2. Organisation et composition 3. Missions 4. Définition des données à caractère personnel et de l anonymisation II. III. IV.

Plus en détail

CIRCULAIRE CIR-1/2012. Document consultable dans Médi@m. Date : 02/01/2012 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les. Pour mise en oeuvre Immédiate

CIRCULAIRE CIR-1/2012. Document consultable dans Médi@m. Date : 02/01/2012 Domaine(s) : à Mesdames et Messieurs les. Pour mise en oeuvre Immédiate CIRCULAIRE CIR-1/2012 Document consultable dans Médi@m Date : 02/01/2012 Domaine(s) : gestion du risque à Mesdames et Messieurs les Directeurs CPAM CARSAT UGECAM CGSS CTI Agents Comptables Nouveau Modificatif

Plus en détail

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne

Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale. La protection des droits de la personne Guide pratique sur l'encadrement de la recherche biomédicale Dispositions législatives relatives au chapitre : La protection des droits de la personne Code de la santé publique Dispositions introduites

Plus en détail

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES

CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES CONSEIL DE L'EUROPE COMITÉ DES MINISTRES RECOMMANDATION N R (87) 15 DU COMITÉ DES MINISTRES AUX ÉTATS MEMBRES VISANT À RÉGLEMENTER L'UTILISATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL DANS LE SECTEUR DE LA POLICE

Plus en détail

LA RESPONSABILITE PROFESSIONNELLE DE L INFIRMIER(E) Laurence VENCHIARUTTI, Infirmière Libérale, Expert infirmier, Nantes

LA RESPONSABILITE PROFESSIONNELLE DE L INFIRMIER(E) Laurence VENCHIARUTTI, Infirmière Libérale, Expert infirmier, Nantes LA RESPONSABILITE PROFESSIONNELLE DE L INFIRMIER(E) Laurence VENCHIARUTTI, Infirmière Libérale, Expert infirmier, Nantes La profession infirmière Elle est protégée par le Code de la santé publique. L exercice

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DU COLLEGE A PROPOS DU PHARMACIEN ADJOINT MAITRE DE STAGE ADJOINT

RECOMMANDATIONS DU COLLEGE A PROPOS DU PHARMACIEN ADJOINT MAITRE DE STAGE ADJOINT RECOMMANDATIONS DU COLLEGE A PROPOS DU PHARMACIEN ADJOINT MAITRE DE STAGE ADJOINT L agrément de maître de stage repose à la fois sur des critères liés à l officine d une part et à son titulaire d autre

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

Les nouveaux guides de la CNIL. Comment gérer des risques dont l impact ne porte pas sur l organisme

Les nouveaux guides de la CNIL. Comment gérer des risques dont l impact ne porte pas sur l organisme Les nouveaux guides de la CNIL Comment gérer des risques dont l impact ne porte pas sur l organisme Matthieu GRALL CLUSIF Colloque «conformité et analyse des risques» 13 décembre 2012 Service de l expertise

Plus en détail

LES DANGERS QUE L ON PEUT

LES DANGERS QUE L ON PEUT LES DANGERS QUE L ON PEUT ENCOURIR SUR INTERNET Table des matières Introduction...1 1 Des pourcentages étonnants et assez effrayants...1 2 La commission nationale de l informatique et des libertés (C.N.I.L.)...2

Plus en détail

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste La responsabilité juridique des infirmiers Carine GRUDET Juriste Introduction Dans notre société civile, la responsabilité est un principe juridique selon lequel chacun doit répondre des conséquences de

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS VENDUS

CARACTÉRISTIQUES DES PRODUITS ET DES PRESTATIONS VENDUS Modifiées le 04/10/2014 Préambule Les présentes conditions générales de vente sont conclues d une part, par le site www.courscapesthetique.fr immatriculé sous le numéro 512427923 le vendeur, dont le siège

Plus en détail

PROJET DE LOI. relatif à la modernisation du système des produits de santé ------ EXPOSÉ DES MOTIFS

PROJET DE LOI. relatif à la modernisation du système des produits de santé ------ EXPOSÉ DES MOTIFS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi et de la santé NOR: ETSX1119227L/Rose-1 PROJET DE LOI relatif à la modernisation du système des produits de santé ------ EXPOSÉ DES MOTIFS Le présent

Plus en détail

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Pour faciliter lecture, les textes nouveaux ou ajouts à des textes existants figurent en bleu, les suppressions en rouge. Les textes en noir ne

Plus en détail

Les responsabilités à l hôpital

Les responsabilités à l hôpital Les responsabilités à l hôpital Pour aller à l essentiel Dans leurs activités de prévention de diagnostic et de soins, les établissements publics de santé et les personnels qui y exercent relèvent principalement

Plus en détail

Pourquoi créer sa Google Adresses? Atelier Wifi

Pourquoi créer sa Google Adresses? Atelier Wifi 1 Pourquoi créer sa Google Adresses? 2 24/04/2012 Proposer un accès internet à ses clients 3 Les français en vacances 95% des français en vacances emportent 2 à 3 produits high-tech (37% ordinateur portable,

Plus en détail

Le Dossier Médical Personnel et la sécurité

Le Dossier Médical Personnel et la sécurité FICHE PRATIQUE JUIN 2011 Le Dossier Médical Personnel et la sécurité www.dmp.gouv.fr L essentiel Un des défis majeurs pour la réussite du Dossier Médical Personnel (DMP) est de créer la confiance des utilisateurs

Plus en détail

Directive cadre du groupe. Protection des données des clients et des partenaires.

Directive cadre du groupe. Protection des données des clients et des partenaires. Directive cadre du groupe. Protection des données des clients et des partenaires. 02 Préface Mesdames, Messieurs, chères collaboratrices et chers collaborateurs, Face au traitement largement électronique

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE. Usage de ressources informatiques et de service Internet

CHARTE INFORMATIQUE. Usage de ressources informatiques et de service Internet CHARTE INFORMATIQUE Usage de ressources informatiques et de service Internet Le développement des ressources informatiques sur les districts et sur les navires ravitailleurs des districts des TAAF résulte

Plus en détail

REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL

REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL REGLES INTERNES AU TRANSFERT DE DONNEES A CARACTERE PERSONNEL L important développement à l international du groupe OVH et de ses filiales, conduit à l adoption des présentes règles internes en matière

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DE L APPLICATION LINK MYPEUGEOT 1 - PREAMBULE

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DE L APPLICATION LINK MYPEUGEOT 1 - PREAMBULE CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DE L APPLICATION LINK MYPEUGEOT 1 - PREAMBULE L application Link MyPeugeot (ci-après dénommée «l Application») est une application mobile gratuite, compatible ios 6 ou

Plus en détail

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données BUREAU DES AFFAIRES JURIDIQUES Règlement d INTERPOL sur le traitement des données [III/IRPD/GA/2011(2014)] REFERENCES 51 ème session de l Assemblée générale, résolution AGN/51/RES/1, portant adoption du

Plus en détail

La prise illégale d intérêts

La prise illégale d intérêts La prise illégale d intérêts Valeurs sociales protégées : Il s agit simplement de préserver, d une part, la probité dans la gestion des affaires publiques en respectant le vieil adage " nul ne peut servir

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993 relative à la protection des informations nominatives, modifiée ; DELIBERATION N 2015-04 DU 28 JANVIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation du compte V lille

Conditions Générales d'utilisation du compte V lille Conditions Générales d'utilisation du compte V lille Les présentes Conditions Générales d Utilisation du service en ligne «Mon compte V Lille» (ci-après dénommé«compte V Lille») régissent les relations

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE

REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE REFERENTIEL D AUTO-EVALUATION DES PRATIQUES EN ODONTOLOGIE Janvier 2006 I. PROMOTEURS Association dentaire française (ADF). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCE Agence nationale d accréditation et

Plus en détail

Le BIG DATA. Les enjeux juridiques et de régulation Claire BERNIER Mathieu MARTIN. logo ALTANA CABINET D AVOCATS

Le BIG DATA. Les enjeux juridiques et de régulation Claire BERNIER Mathieu MARTIN. logo ALTANA CABINET D AVOCATS ALTANA CABINET D AVOCATS Le BIG DATA Les enjeux juridiques et de régulation Claire BERNIER Mathieu MARTIN logo Document confidentiel Ne pas diffuser sans autorisation 1 1 Introduction Sources du Big Data

Plus en détail

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s

Un Pass santé contraception. pour les jeunes francilien-ne-s Un Pass santé contraception pour les jeunes francilien-ne-s Mardi 26 avril 2011 Lycée Elisa Lemonnier Contacts Presse Emmanuel Georges-Picot 01.53.85.57.33 emmanuel.georges-picot@iledefrance.fr Véronique

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée

La prise en charge de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Édition 2012 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Sommaire Votre protocole de soins en pratique p 4 Comment êtes-vous remboursé? p

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation de la plateforme depot-doublage.fr

Conditions Générales d Utilisation de la plateforme depot-doublage.fr Conditions Générales d Utilisation de la plateforme depot-doublage.fr ARTICLE 1 : Préambule Le présent document a pour objet de définir les conditions générales d utilisation de la plateforme «depot-doublage.fr»

Plus en détail

Charte d hébergement de site web

Charte d hébergement de site web Cellule Technologies de l Information et de la Communication pour l Enseignement Rectorat de l académie de la Martinique Les Hauts de Terreville 97279 Schoelcher Cedex Fax : 0596.52.26.47 - Tèl : 05.96.52.26.46

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

Conditions générales.

Conditions générales. Conditions générales. Les services présentés sur le site www.net-style.fr sont fournis par NetStyle, propose à une clientèle de professionnels et de particuliers des services dédiés à la création de sites

Plus en détail

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale

Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Prescription médicamenteuse par téléphone (ou téléprescription) dans le cadre de la régulation médicale RECOMMANDATIONS Février 2009 HAS/Service des bonnes pratiques professionnelles

Plus en détail

Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon

Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon Charte d'hébergement des sites Web sur le serveur de la Mission TICE de l'académie de Besançon La présente charte a pour but : de définir les termes relatifs à la diffusion d informations sur l internet

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

Sommaire. 1. Préambule

Sommaire. 1. Préambule 2. Annexe juridique Sommaire 1. Préambule.......................... page 11 2. La protection des données nominatives..... page 11 3. La protection des personnes............. page 12 4. La protection des

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Information Secrétariat général Service des ressources humaines Sous-direction du développement professionnel et des relations sociales 78, rue de Varenne 75349 PARIS 07 SP 0149554955 Note de service SG/SRH/SDDPRS/2014-932

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation

Conditions Générales d Utilisation Conditions Générales d Utilisation Article 1 : Présentation Les présentes conditions générales d utilisation (ciaprès «CGU») ont pour objet de définir les relations entre la Société Virtual Regatta (ciaprès

Plus en détail

LIVRE BLANC WiFi PUBLIC

LIVRE BLANC WiFi PUBLIC LIVRE BLANC WiFi PUBLIC LE DU La réglementation du WiFi public Seriez-vous concerné sans le savoir? Mai 2008 LE WiFi PUBLIC EN FRANCE Depuis 2003, les hotspots WiFi permettant d accéder à Internet via

Plus en détail

JE MONTE UN SITE INTERNET

JE MONTE UN SITE INTERNET JE MONTE UN SITE INTERNET GUIDE PRATIQUE C O M M I S S I O N N A T I O N A L E D E L I N F O R M A T I Q U E E T D E S L I B E R T E S Janvier 2006 JE MONTE UN SITE INTERNET Le monde virtuel auquel vous

Plus en détail

AVIS CNO n 2013-05 DEONTOLOGIE

AVIS CNO n 2013-05 DEONTOLOGIE AVIS CNO n 2013-05 DEONTOLOGIE AVIS DU CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES 18 ET 19 DECEMBRE 2013 RELATIF AUX CONTRATS PROPOSÉS PAR LA FÉDÉRATION NATIONALE DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE La Fédération Nationale

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

L EVALUATION PROFESSIONNELLE

L EVALUATION PROFESSIONNELLE INFODROIT- 22 mars 2011 L EVALUATION PROFESSIONNELLE Dossier préparé et présenté par Lamiel TURLOT, juriste à l UD CFDT Paris SOMMAIRE L évaluation professionnelle, une obligation pour l employeur?...3

Plus en détail

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014

LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 LA FAUTE MEDICALE : L assurance de responsabilité civile UIA SOFIA 2014 Assurance des praticiens Un praticien peut être amené à répondre de ses actes (ou omissions) à un triple niveau selon l objectif

Plus en détail

Dossier pratique n 6

Dossier pratique n 6 Dossier pratique n 6 Internet, mineurs et législation Contributeurs : Action Innocence France et Maître Ségolène Rouillé-Mirza, Avocate au Barreau de Paris - Mai 2010 www.actioninnocence.org france@actioninnocence.org

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions.

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions. LA REBELLION La rébellion est le fait de s'opposer violemment aux fonctionnaires et officiers publics qui agissent pour l'exécution et l'application des lois. I - ELEMENTS CONSTITUTIFS A - L ELEMENT LEGAL

Plus en détail

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS

Commission Statut et Juridique AH-HP. COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Commission Statut et Juridique AH-HP COMMENTAIRES et OBSERVATIONS sur le PROJET du CODE de DEONTOLOGIE du CONSEIL NATIONAL de l ORDRE des INFIRMIERS Février 2010 1 Origine du code de déontologie Faisant

Plus en détail

LA RESPONSABILITÉ DU RADIOLOGUE Point de vue de l avocat

LA RESPONSABILITÉ DU RADIOLOGUE Point de vue de l avocat JFR 2007 LA RESPONSABILITÉ DU RADIOLOGUE Point de vue de l avocat Xavier Heymans Avocat à la Cour de Bordeaux www.heymans-avocat.com INTRODUCTION Rejet de la fatalité Socialisation du risque Responsabilisation

Plus en détail

VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX

VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX VENTES AVEC PRIMES ET CADEAUX 17/06/2015 Les primes et cadeaux offerts à un consommateur par un commerçant sont des procédés tendant à augmenter les ventes. Ces pratiques ont des incidences indirectes

Plus en détail

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Pôle Qualité / Gestion des Risques 05 Janvier 2012 Plan La qualité d une recherche c est quoi? Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) Responsabilités des

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES

REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES REGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES article 1 Dispositions générales Le présent règlement est établi conformément aux dispositions des articles L 6352-3 et L. 6352-4 et R 6352-1 à R 6352-15 du

Plus en détail

DÉCLARATION RELATIVE AUX ORGANES DE DIRECTION, SURVEILLANCE, CONTRÔLE DE LA PERSONNE MORALE

DÉCLARATION RELATIVE AUX ORGANES DE DIRECTION, SURVEILLANCE, CONTRÔLE DE LA PERSONNE MORALE 1 2 3 M3 N 113*02 POUR DÉCLARATION DE MODIFICATION Date Nouveau Partant Remplir cadre Modification de la situation personnelle Maintenu ancienne qualité DÉCLARATION RELATIVE AUX ORGANES DE DIRECTION, SURVEILLANCE,

Plus en détail

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article...

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article... Page 1 sur 5 Code de l'éducation Version consolidée au 31 mars 2011 Partie législative Première partie : Dispositions générales et communes Livre Ier : Principes généraux de l'éducation Titre III : L'obligation

Plus en détail

des données à caractère personnel A. Les cinq principes clefs à respecter Page 2 Fiche n 1 : Les fichiers relatifs aux clients Page 13

des données à caractère personnel A. Les cinq principes clefs à respecter Page 2 Fiche n 1 : Les fichiers relatifs aux clients Page 13 LES Avocats ET LA LOI INFORMATIQUE ET LIBERTÉS Édition 2011 Sommaire Avant-propos Page 1 I. Le cadre général de la protection Page 2 des données à caractère personnel A. Les cinq principes clefs à respecter

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES

PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES AGENCE PIERRE&PARTNERS ORGANISME DE FORMATION PROGRAMME DE FORMATION HABILITANTE FINANCES, ASSURANCES & PRODUIT D EPARGNE COURTIERS et MANDATAIRES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUES Formation validant

Plus en détail

La réglementation «accessibilité» en vigueur

La réglementation «accessibilité» en vigueur La réglementation «accessibilité» en vigueur Eric Heyrman Chargé de mission auprès de la déléguée ministérielle à l'accessibilité Ministère de l Écologie, du développement Durable, des Transports et du

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation de la plateforme ze-questionnaire.com

Conditions Générales d Utilisation de la plateforme ze-questionnaire.com Conditions Générales d Utilisation de la plateforme ze-questionnaire.com Droit applicable : Français. Date de dernière mise à jour : 24/07/2015. 1. Préambule, Objet, et Définitions 1.1 Présentation ze-questionnaire.com

Plus en détail

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger.

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Olivier HOEBANX Associé BMH Avocats Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Introduction Depuis quelques années, de nombreux pays se sont engagés dans des démarches

Plus en détail

Inrap / Procédures réglementaires

Inrap / Procédures réglementaires Procédures réglementaires DIAGNOSTIC Étape 1 Prescription Sont présumés faire l objet de prescriptions archéologiques préalablement à leur réalisation tous les projets d aménagements affectant ou susceptibles

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR

LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR PREFECTURE DE LA MANCHE DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DE LA REGLEMENTATION Bureau de la Circulation LES VOITURES DE TOURISME AVEC CHAUFFEUR Code des transports Articles L 3120-1 à L 3120-5 Articles

Plus en détail

GUIDE LA PUB SI JE VEUX!

GUIDE LA PUB SI JE VEUX! GUIDE LA PUB SI JE VEUX! Édition 2011 Sommaire Avant-propos Ce que vous devez savoir Vos droits Comment éviter de recevoir des publicités? La prospection commerciale par courrier électronique, télécopie

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE POUR LES EMPLOYEURS

GUIDE PRATIQUE POUR LES EMPLOYEURS LES GUIDES DE LA CNIL GUIDE PRATIQUE POUR LES EMPLOYEURS ÉDITION OCTOBRE 2005 COMMISSION NATIONALE DE L INFORMATIQUE E T D E S L I B E R T É S Sommaire LE CORRESPONDANT : UN VECTEUR DE DIFFUSION DE LA

Plus en détail

Les Dossiers Médicaux Partagés en Franche-Comté :

Les Dossiers Médicaux Partagés en Franche-Comté : Les Dossiers Médicaux Partagés en Franche-Comté : Retour d'expérience du GCS EMOSIT-FC GCS EMOSIST-fc 10, avenue Clemenceau 25000 Besançon PLAN DE LA PRESENTATION 1 La Franche-Comté & EMOSIST-FC 2 Organiser

Plus en détail

COMMUNICATION POLITIQUE ObligationS légales

COMMUNICATION POLITIQUE ObligationS légales COMMUNICATION POLITIQUE ObligationS légales et BONNES PRATIQUES Édition Janvier 2012 Sommaire AVANT-PROPOS 2 I Le cadre général de la protection des données personnelles 3 les cinq principes clefs à respecter

Plus en détail

Pharmacien Responsable. Rôle et Attributions. Seul le Code de la Santé Publique s applique

Pharmacien Responsable. Rôle et Attributions. Seul le Code de la Santé Publique s applique Pharmacien Responsable Rôle et Attributions Version approuvée ( médicaments à usage humain ) en novembre 2010 Seul le Code de la Santé Publique s applique Plus qu une personne qualifiée En France, le Pharmacien

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE. Paris, le RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE l'emploi ET DE LA SOLIDARITE DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Sous-direction des professions paramédicales Et des personnels hospitaliers

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ Santé publique Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction générale de la santé _ Sous-direction de

Plus en détail

relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés (après adoption définitive par le Sénat du projet de loi la modifiant)

relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés (après adoption définitive par le Sénat du projet de loi la modifiant) DES LIBERTÉS Loi du 6 janvier 1978 modifiée relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés (après adoption définitive par le Sénat du projet de loi la modifiant) DES LIBERTÉS SOMMAIRE SOMMAIRE...

Plus en détail

Charte d éthique de la vidéosurveillance

Charte d éthique de la vidéosurveillance Charte d éthique de la vidéosurveillance Préambule - La vidéosurveillance est un outil au service de la politique de sécurité et de prévention de la Ville de Lyon dans le cadre du contrat local de sécurité.

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Chapitre 9 : La transformation de la SA

Chapitre 9 : La transformation de la SA Chapitre 9 : La transformation de la SA SECTION 1 : CONDITIONS GENERALES DE TRANSFORMATION DES SA... 2 A. OBJECTIFS... 2 B. FORMES ISSUES DE LA TRANSFORMATION... 3 1. La SA ne peut se transformer qu en

Plus en détail