Divulgation des conflits d intérêts potentiels. Je n ai aucun conflit d intérêt potentiel en lien avec cette présentation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Divulgation des conflits d intérêts potentiels. Je n ai aucun conflit d intérêt potentiel en lien avec cette présentation"

Transcription

1 Les initiatives du Comité de l évolution de la pratique en soins pharmaceutiques (CEPSP) sur les enjeux des antinéoplasiques en lien avec leur usage sécuritaire. Annick Dufour, B.Pharm. M. Sc. Adjointe aux soins pharmaceutiques, recherche clinique et oncologie, CISSS de la Montérégie-Centre; Présidente du CEPSP de la DGC

2 Divulgation des conflits d intérêts potentiels Je n ai aucun conflit d intérêt potentiel en lien avec cette présentation 2

3 Plan de la présentation Description du CEPSP Enjeux et mise en contexte Recommandations/initiatives du CEPSP Conclusion 3

4 Le CEPSP Comité de l évolution de la pratique en soins pharmaceutiques Sous la Direction générale de Cancérologie (DGC) du MSSS Créé en 2013 Comptait 18 membres 1 représentant par région administrative 1 représentant de la DGC (anciennement DQC) 1 représentant de l OPQ 1 représentant de l APES Depuis la réorganisation du système de santé, on y dénombre 30 membres représentants les CISSS, CIUSSS, CHU, APES, OPQ et DGC. Membres ad-hoc: représentants de la DAPM, pharmaciens communautaires, association des ATP

5 Mandats généraux Proposer des mesures pour l avancement des pratiques en soins et services pharmaceutiques cancérologiques au Québec; Promouvoir le rôle du pharmacien en oncologie dans le parcours thérapeutique de la personne atteinte de cancer; Favoriser une culture du travail en réseau par le partage des résultats, des outils, des pratiques exemplaires et des projets réalisés régionalement; Proposer à la DQC, des recommandations pour des pistes Proposer d'améliorations à la DQC, sur des sujets recommandations particuliers, pour le cas des échéant. pistes d'améliorations sur des sujets particuliers

6 Mandats spécifiques Collaborer avec le comité national des cogestionnaires médicaux et clinico-administratifs du Réseau de cancérologie du Québec afin de mettre en application et adapter au besoin les recommandations du rapport du comité sur l utilisation sécuritaire des médicaments. 6

7 Les enjeux Toxicités importantes Index thérapeutique étroit Complexité des protocoles Évolution rapide des connaissances Beaucoup de thérapie orale. PRÉVENTION DES ERREURS = ENJEU IMPORTANT 7

8 Mise en contexte des recommandations En 2008, CAPCA en collaboration avec ISMP et 5 agences provinciales de cancer a entrepris un projet. Identifier les pratiques courantes et sources de risques Prescription Préparation Étiquetage Vérification Administration Recommander des stratégies pour réduire les risques 37 problématiques identifiées 8

9 9

10 10

11 Résumé des recommandations (27) Planification des traitements Prescription Préparation en pharmacie Administration par l intermédiaire des pompes à perfusion Planification des traitements à la clinique de chimiothérapie Standardisation des pratiques 11

12 Résumé des recommandations Formation des professionnels de la santé Éducation et soutien offerts au patient et à ses proches Traitements antinéoplasiques sous forme orale et autre Cliniques de perfusion privées Ruptures d approvisionnement Accessibilité des données sur les incidents et les accidents 12

13 À la DGC Comité des co-gestionnaires CEPSP CEPSI

14 Priorités des 2 comités Traitements antinéoplasiques sous forme orale Standardisation du processus de prescription Plan de traitement systématique pour chaque patient Protocoles standardisés Évaluation globale initiale et surveillance continue Rendez-vous en 2 temps Site WEB de référence 14

15 Priorités partagées. 15

16 QUELLES SONT LES INITIATIVES ENTREPRISES PAR LE CEPSP??? 16

17 Planification des traitements 1. Plan de traitement doit réalisé systématiquement pour tous les patients, incluant les thérapies orales, et que sa transmission soient assurée à tous les intervenants impliqués dans la prise en charge du patient, incluant le communautaire. Plan de transfert pour le pharmacien communautaire sur la thérapie 17

18 Planification des traitements 2. Évaluation globale initiale et une surveillance continue de tous les patients recevant des traitements soient effectuées par les intervenants habilités à le faire De façon systématique avant chaque administration À l aide d outils standardisés et validés Consignée au dossier du patient 18

19 Prescription 3. Standardisation des processus de prescription des médicaments Ordonnances standardisées Éliminer les ordonnances verbales Établir des politiques pou la communication et la documentation des modifications d ordonnances Utiliser une ordonnance par cycle de chimiothérapie 19

20 CAPCA 20

21 21

22 22

23 Prescription 4. Le potentiel des dossiers cliniques informatisés, des systèmes d information en pharmacie, des dossiers médicaux électroniques, des applications locales en pharmacie, des applications locales en pharmacie communautaire et globalement du Dossier de santé du Québec soit évalué et exploité Évaluer l implantation de systèmes informatisés d ordonnances électroniques (CPOE) Participation à la mise à jour de Vigilance Clinique 23

24 https://www.cancercare.on.ca/common/pages/userfile.aspx?fileid=

25 Préparations en pharmacie 5. Analyse de conformité périodique de leur pratique en oncologie par rapport aux normes en vigueur de l OPQ et de l ASSTSAS 6. Validation de l ordonnance par le pharmacien 7. Une seule chimiothérapie est préparée à la fois dans l ESB 8. Double vérification indépendante de toutes préparations, incluant les diluants et les reconstitutions NORMES DE L OPQ 25

26 Administration par l intermédiaire des pompes à perfusion 9. Double vérification indépendante des éléments suivants est réalisée préalablement à l administration des médicaments antinéoplasiques Poids/taille Calcul des doses Calcul des débits Résultats de laboratoires Médicament administré Choix ou programmation de la pompe ( incluant utilisation à domicile) 26

27 Administration par l intermédiaire des pompes à perfusion 10. Cadre de référence pour l administration de la chimiothérapie à domicile Formulaire de transfert des données cliniques pour retrait de la pompe Éducation du patient et des proches Manipulation des médicaments à domicile 27

28 Planification des traitements à la clinique de chimiothérapie 11.Implantation du rendez-vous en deux temps Discussion en réunion échanges Idées: Faire un tableau des médicaments pouvant être préparés à l avance avec données de stabilité Quand faire les laboratoires 28

29 Standardisation des pratiques 12.Les protocoles pour les thérapies antinéoplasiques soient standardisés au sein d un même établissement 29

30 Standardisation des pratiques 13. Des outils standardisés soient développés sur la base des données probantes et rendus disponibles au niveau provincial pour les protocoles de chimiothérapie 30

31 Sous-comité aux guides et aux conseils Publiés sur le site du GEOQ Guides d administration Conseils aux patients Ordonnances pré imprimées Plans de transfert Guides (extravasation, hypersensibilité, nausées/vomissements) Mémos 31

32 Espace Collaboratif accessible aux membres Ordonnances collectives Bulletins d informations pharmaceutiques Outils cliniques Programmes d aide.. 32

33 Standardisation des pratiques 14. Qu un site web de référence regroupant divers outils reconnus et validés soit mis à la disposition des professionnels de la santé 33

34 Formation des professionnels de la santé 15. Contenu de l orientation à l embauche des nouveaux intervenants impliqués dans les soins aux patients soit défini et standardisé au niveau provincial. 2 documents disponibles: Guide des soins et services pharmaceutiques en oncologie Guide pour les nouveaux pharmaciens en oncologie 34

35 Formation des professionnels de la santé 16. Les professionnels de la santé participant aux soins des patients recevant des thérapies antinéoplasiques aient accès à une formation continue appropriée concernant l usage des médicaments antinéoplasiques Mise en place d une journée de formation continue pour les pharmaciens (+/- ATP) en oncologie 35

36 36

37 Éducation et soutien offerts au patient et à ses proches 17. L accès 24/7 à une ressource qualifiée soit garanti par l établissement ou la région 37

38 Éducation et soutien offerts au patient et à ses proches 18. Tout patient recevant des traitements antinéoplasiques, de même que ses proches aidants, soient informés à propos des divers aspects du traitement verbalement et par écrit. Guide sur les soins et services pharmaceutiques Normes de l OPQ 38

39 39

40 Traitements antinéoplasiques sous forme orale et autre 20. La prescription initiale des traitements antinéoplasiques sous forme orale soit réalisé par un médecin membre d une équipe interdisciplinaire de lutte contre le cancer. 40

41 Traitements antinéoplasiques sous forme orale et autre 19. Des initiatives novatrices visant un meilleur suivi des patients recevant des traitements antinéoplasiques sous forme orale par l équipe interdisciplinaire en concertation avec le pharmacien communautaire soient mises en place et évaluées. 41

42 Traitements antinéoplasiques sous forme orale et autre 21. Un cadre de référence destiné aux pharmaciens communautaires soit développé afin de les accompagner dans la surveillance de la thérapie médicamenteuse des patients atteints de cancer, de les aider à développer des mécanismes de communication efficaces avec les membres de l équipe interdisciplinaire et de combler leurs besoins de formation en oncologie. 42

43 CAPCA a publié des recommandations en septembre 2015 Prescription Distribution Surveillance Formation et éducation Recherche 43

44 Prescription 44

45 Distribution Manipulation, vente et destruction 45

46 Surveillance 46

47 Formation 47

48 48

49 Le pharmacien communautaire peut faire une différence! Les thérapies orales en oncologie 49

50 Éducation des patients Tiré des recommandations de CAPCA : Oral cancer drug therapy safe use and safe handling guidelines 50

51 Étude maison 51

52 52

53 MÉTHODE Main d œuvre: 5 étudiants finissants en pharmacie (dans le cadre de leur projet d intégration de fin de PharmD), en projet pendant 6 semaines au CHUM Produit: création de plans de transfert et d ordonnances pré-imprimées Validation: La pertinence des documents élaborés a été validée auprès d une trentaine de pharmaciens en milieu communautaire.

54 RÉSULTATS 32 plans de transfert et autant d ordonnances préimprimées ont été élaborés abiratérone afatinib anastrozole axitinib bicalutamide capécitabine chlorambucil crizotinib dabrafénib dasatinib enzalutamide erlotinib everolilmus exemestane géfitinib hydroxyurée imatinib interféron lapatinib lénalidomde létrozole melphalan nilotinib pazopanib pomalidomide régorafénib sorafénib sunitinib témozolomide thalidomide trametinib vémurafénib

55 RÉSULTATS: validation 32 plans de transfert et autant d ordonnances pré-imprimées ont été élaborés

56 RÉSULTATS

57 Où en sommes nous aujourd hui? 38 plans de transfert ont été faits et révisés 40 ordonnances pré imprimées Pour être à jour, il en resterait 7. Les conseils aux patients à faire par le sous comité D autres projets au Québec sur la thérapie orale qui sont partagés (Ex.: Mélium) Ils sont maintenant disponibles sur le site Web du GEOQ. 57

58 Traitements antinéoplasiques sous forme orale et autre 22. Les traitements administrés par une autre voie d administration soient soumis aux mêmes standards de sécurité que ceux administrés par voie intraveineuse. 58

59 Cliniques de perfusions privées 23. Un état de la situation soit fait en regard de l utilisation des services d administration de médicaments antinéoplasiques offerts par les cliniques de perfusion privées. 59

60 Ruptures d approvisionnement 24. Des mesures permettant l utilisation sécuritaire des produits alternatifs utilisés lors de ruptures d approvisionnement. CAPCA DAPM 60

61 Accessibilité des données sur les incicents et les accidents 25. Processus de révision des accidents et incidents survenus spécifiquement dans le cadre de traitements systémiques contre le cancer 26. Les données spécifiques à l oncologie soient extraites du registre national des incidents et accidents et analysées au niveau local, régional et provincial. 27. Des indicateurs permettant l encadrement et l évaluation des processus relatifs à l usage sécuritaire des médicaments antinéoplasiques soient développés au niveau local, régional et provincial. 61

62 Conclusion Plusieurs actions débutées Concertation entre les différents comités de la DGC RÉSEAUTAGE EST IMPORTANT 62

L usage sécuritaire des médicaments antinéoplasiques

L usage sécuritaire des médicaments antinéoplasiques L usage sécuritaire des médicaments antinéoplasiques Mélany Léonard, présidente, Comité sur la sécurité des médicaments antinéoplasiques Mélanie Morneau, DQC, coordonnatrice Présentation au Séminaire annuel

Plus en détail

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS

MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS MANDAT ET DESCRIPTION DES FONCTIONS Titre du poste : Nature du poste : DIRECTEUR GÉNÉRAL Poste cadre à temps complet 1 Sommaire des responsabilités : Le directeur général est responsable de la planification

Plus en détail

Journée de. formation. 4 e édition Sécurité lors de la dispensation des soins en oncologie. Vendredi 13 mai 2016

Journée de. formation. 4 e édition Sécurité lors de la dispensation des soins en oncologie. Vendredi 13 mai 2016 4 e édition Sécurité lors de la dispensation des soins en oncologie Journée de formation Utilisation sécuritaire des médicaments pour une prestation optimale des soins en centre hospitalier Vendredi 13

Plus en détail

Missions Pharmacie des HUG

Missions Pharmacie des HUG Missions Pharmacie des HUG Approvisionner en médicaments l ensemble des services de soins des HUG (achat, production, distribution) Assurer la qualité de la production et de la préparation des médicaments

Plus en détail

Projet de loi n o 113 (2002, chapitre 71)

Projet de loi n o 113 (2002, chapitre 71) DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 113 (2002, chapitre 71) Loi modifiant la Loi sur les services de santé et les services sociaux concernant la prestation sécuritaire de services

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE. L usage sécuritaire des médicaments antinéoplasiques au Québec - Risques et enjeux pour le patient atteint de cancer

DIRECTION QUÉBÉCOISE. L usage sécuritaire des médicaments antinéoplasiques au Québec - Risques et enjeux pour le patient atteint de cancer DIRECTION QUÉBÉCOISE de cancérologie L usage sécuritaire des médicaments antinéoplasiques au Québec - Risques et enjeux pour le patient atteint de cancer Comité sur la sécurité des médicaments antinéoplasiques

Plus en détail

ROLE ET PLACE DE LA PHARMACIE AU SEIN D UNE EHPAD

ROLE ET PLACE DE LA PHARMACIE AU SEIN D UNE EHPAD DIU MEDECIN COORDONNATEUR ROLE ET PLACE DE LA PHARMACIE AU SEIN D UNE EHPAD ALAIN DANOWICZ coordonnateur janvier 2007 1 1. INTRODUCTION PLAN 2. PHARMACIE ET LÉGISLATION 3. APPROVISIONNEMENT ET FOURNITURE

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS

RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS RÈGLE DE SOINS INFIRMIERS ACTIVITÉ CLINIQUE TITRE : PRESCRIPTION INFIRMIÈRE No : RSI-CISSS-002 RÉFÉRENCE À UN PROTOCOLE : Non Oui Inscrire le nom : DATE D ÉMISSION : 18 AVRIL 2016 DATE DE RÉVISION : Contexte

Plus en détail

Axe 7 : Mettre en place une gestion des risques a posteriori

Axe 7 : Mettre en place une gestion des risques a posteriori Analyse d une erreur médicamenteuse selon REMED Axe 7 : Mettre en place une gestion des risques a posteriori Fiche technique n A7 REX1 Réaliser une REMED ou revue des erreurs médicamenteuses et dispositifs

Plus en détail

Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie. Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie

Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie. Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie Réseau de lutte contre le cancer de la Montérégie Jean Latreille md et Christine Bertrand Pour le Réseau Cancer Montérégie Objectifs de la présentation Décrire les grands principes qui nous ont guidés

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉCLARATION ET D ANALYSE D UN ÉVÉNEMENT SENTINELLE

POLITIQUE DE DÉCLARATION ET D ANALYSE D UN ÉVÉNEMENT SENTINELLE TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION ET D ANALYSE D UN ÉVÉNEMENT SENTINELLE 1. Préambule Cette politique et procédure vise à encadrer la gestion des événements sentinelle au CSSS de Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent

Plus en détail

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES

CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES PETITE ENFANCE (MOINS DE 5 ANS) CIBLES DU PLAN D ACTION RÉGIONAL CIBLE 1 - FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT OPTIMAL DES ENFANTS VIVANT DANS DES FAMILLES VULNÉRABLES CIBLE 2 - PROMOUVOIR L ALLAITEMENT MATERNEL

Plus en détail

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN

ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN ACTIVITÉS DE PHARMACIE CLINIQUE DANS UN SERVICE DE RÉANIMATION MÉDICALE ADULTE : ÉTUDE PROSPECTIVE Communication orale n 24 François HERVY Pharmacien assistant spécialiste CHU de Bordeaux 2 CONTEXTE ET

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne d Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne d Abord du Québec Consultation générale de la Commission des affaires sociales de l Assemblée nationale «Garantir l accès : un défi d équité, d efficience et de qualité» Livre blanc du ministère de la Santé et des Services

Plus en détail

Standards de pratique pour l utilisation sécuritaire des antinéoplasiques

Standards de pratique pour l utilisation sécuritaire des antinéoplasiques Standards de pratique pour l utilisation sécuritaire des antinéoplasiques Lucie Laporte, infirmière clinicienne, csio Johanne Jacques, infirmière CICM/RCM Avril 2012 Objectifs Présenter différents comités

Plus en détail

«Transfert d expertise pédagogique dans le domaine de la gestion d événements en milieu minoritaire»

«Transfert d expertise pédagogique dans le domaine de la gestion d événements en milieu minoritaire» RCCFC Projet PRECEPT-F «Transfert d expertise pédagogique dans le domaine de la gestion d événements en milieu minoritaire» Rapport final Collège communautaire du Nouveau-Brunswick - Campus de la Péninsule

Plus en détail

La révision du cadre de pratique des infirmières pivots en oncologie (IPO) au CHU de Québec: une approche dynamique & collaborative

La révision du cadre de pratique des infirmières pivots en oncologie (IPO) au CHU de Québec: une approche dynamique & collaborative La révision du cadre de pratique des infirmières pivots en oncologie (IPO) au CHU de Québec: une approche dynamique & collaborative Maria Gabriela Ruiz, inf., MSc, CSN (c) Conseillère en soins spécialisés

Plus en détail

Assistance technique en pharmacie

Assistance technique en pharmacie Assistance technique en pharmacie Secteur de formation : Santé Sanction des études : DEP Numéro du programme : 5341 Nombre d'unités : 82 unités Durée de la formation : 1 230 heures Objectifs du programme

Plus en détail

Guide de la rotation de gériatrie - Guide du stagiaire -

Guide de la rotation de gériatrie - Guide du stagiaire - Guide de la rotation de gériatrie - Guide du stagiaire - Attentes du stagiaire pour cette rotation 1- Travail interdisciplinaire L interdisciplinarité est la pierre angulaire des soins et services en gériatrie.

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS

DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES AUX PATIENTS International Pharmaceutical Federation Fédération Internationale Pharmaceutique Boîte postale 84200, NL-2508 AE La Haye, Pays-Bas DÉCLARATION DE PRINCIPE DE LA FIP INFORMATIONS SUR LES MÉDICAMENTS DESTINÉES

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC)

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC) DEPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Service de l enseignement spécialisé et de l appui à la formation (SESAF) Unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire

Plus en détail

Vers une administration publique du savoir en santé et services sociaux

Vers une administration publique du savoir en santé et services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Direction générale de la planification, de la performance et de la qualité Vers une administration publique du savoir en santé et services sociaux Luc Castonguay

Plus en détail

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges

Analyse de la situation relative aux échanges linguistiques nationaux et à la mobilité dans la formation professionnelle initiale Cahier des charges Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Promotion de projets et développement Berne, le 22 septembre 2011 Analyse de la situation

Plus en détail

La Pharmacie clinique. Introduction.

La Pharmacie clinique. Introduction. La Pharmacie clinique. Introduction. Enseignement post-universitaire PHARMALOUVAIN 15 novembre 2008 Sneyers Barbara Pharmacie Clinique Clinique universitaires St Luc Qu est-ce que la pharmacie clinique?

Plus en détail

EXEMPLE D UN RAPPORT DE VISITE DE NIVEAU LOCAL GROUPE CONSEIL DE LUTTE CONTRE LE CANCER

EXEMPLE D UN RAPPORT DE VISITE DE NIVEAU LOCAL GROUPE CONSEIL DE LUTTE CONTRE LE CANCER ANNEXE 10 EXEMPLE D UN RAPPORT DE VISITE DE NIVEAU LOCAL GROUPE CONSEIL DE LUTTE CONTRE LE CANCER PROGRAMME DE LUTTE CONTRE LE CANCER ÉVALUATION DES ÉQUIPES INTERDISCIPLINAIRES/ÉTABLISSEMENT RAPPORT DE

Plus en détail

2. Types de pharmacies d établissements médico-sociaux

2. Types de pharmacies d établissements médico-sociaux LE CHEF DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L'ENERGIE DIRECTIVES DU DEPARTEMENT DE LA SANTE, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE L ENERGIE SUR LA PRISE EN CHARGE PHARMACEUTIQUE DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

La mise en place des RMM «erreurs médicamenteuses»

La mise en place des RMM «erreurs médicamenteuses» La mise en place des RMM «erreurs médicamenteuses» O. KRESEC-CAPELLE, pharmacien A. TICCA, gestionnaire des risques 3èmes rencontres régionales 8 octobre 2015 Contexte Erreur médicamenteuse (EM) Omission

Plus en détail

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie

TRACEUR JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT. Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie JOURNÉE RÉGIONALE CAPPS LA MÉTHODE DU PATIENT TRACEUR Réseausantéqualité Nord Pas-de-Calais Picardie Pauline Bailleul, Responsable Département Management de la Qualité et de la Gestion des Risques 12 juin

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT en Établissement de Santé

CIRCUIT DU MÉDICAMENT en Établissement de Santé CIRCUIT DU MÉDICAMENT en Établissement de Santé Enquête A.R.H 2004 1 Circuit du médicament MÉDECIN Prescription de médicaments PHARMACIEN Dispensation de médicaments PATIENT Administration de médicaments

Plus en détail

Prise en charge médicamenteuse Les outils de la gestion des risques Point de vue de l assureur

Prise en charge médicamenteuse Les outils de la gestion des risques Point de vue de l assureur Prise en charge médicamenteuse Les outils de la gestion des risques Point de vue de l assureur ATELIER SOFGRES - 24 septembre 2012 Sophie Garcelon Responsable de l activité Conseil Pôle Services L expertise

Plus en détail

Droits de l'homme Droits du travail. Environnement Lutte contre la corruption a Oui a Oui O b Non b Non N

Droits de l'homme Droits du travail. Environnement Lutte contre la corruption a Oui a Oui O b Non b Non N 1) Sous quel forme votre communication sur le progrès est-elle présentée à vos parties prenantes? a Ma communication sur le progrès est un document indépendant b Ma communication sur le progrès fait partie

Plus en détail

DESCRIPTION SOMMAIRE. 1 HOMMAGE AUX 30 LAURÉATS. 2 DÉROULEMENT. 3 VOLET «ACTION RÉGIONALE». 4 VOLET «EXCELLENCE». 5 RÉSUMÉ DU CALENDRIER.

DESCRIPTION SOMMAIRE. 1 HOMMAGE AUX 30 LAURÉATS. 2 DÉROULEMENT. 3 VOLET «ACTION RÉGIONALE». 4 VOLET «EXCELLENCE». 5 RÉSUMÉ DU CALENDRIER. Table des matières DESCRIPTION SOMMAIRE... 1 HOMMAGE AUX 30 LAURÉATS... 2 DÉROULEMENT... 3 VOLET «ACTION RÉGIONALE»... 4 VOLET «EXCELLENCE»... 4 CÉRÉMONIE OFFICIELLE DE LA REMISE DES PRIX... 5 RÉSUMÉ DU

Plus en détail

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (Titre) Date de mise en œuvre prévue. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action RÉPONSE DE LA DIRECTION ET DE PLAN D ACTION TITRE DU PROJET : Évaluation du services du droit fiscal CENTRE DE RESPONSABILITÉ : services du droit fiscal () Conclusions Recommandations Réponse de la direction

Plus en détail

1998 PLCC: hiérarchisation de soins, interdisciplinarité, infirmière pivot en oncologie

1998 PLCC: hiérarchisation de soins, interdisciplinarité, infirmière pivot en oncologie COMITÉ EXÉCUTIF DU RÉSEAU DE CANCÉROLOGIE DE L OUTAOUAIS Dr Khalid AZZOUZI Directeur médical régional, Outaouais France SEGUIN Répondante régionale, Agence-Outaouais Montebello, 1 er février 2014 1 HISTORIQUE

Plus en détail

Vers le nouveau centre de recherche YOURLOG O

Vers le nouveau centre de recherche YOURLOG O Vers le nouveau centre de recherche YOURLOG O Ordre du jour Introduction et milieu de vie Vers le nouveau CRCHUM Plan de communication et ligne de temps Déménagement, technologie de l information, gestion

Plus en détail

Index GRI (Global Reporting Initiative)

Index GRI (Global Reporting Initiative) Index GRI (Global Reporting Initiative) RBC a adopté une stratégie à plusieurs volets pour son rapport sur le développement durable et publie son bilan social, environnemental et déontologique à différents

Plus en détail

Chimiothérapies orales :

Chimiothérapies orales : Chimiothérapies orales : apports des entretiens pharmaceutiques Aurore LAUGUEUX Pharmacien assistant APHO Mars 2015 UNICANCER Groupe des Centres de Lutte Contre le Cancer Contexte Depuis les années 2000,

Plus en détail

CRÉATION D UNE BASE DE DONNÉES D INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES SUR LES THÉRAPIES CIBLÉES

CRÉATION D UNE BASE DE DONNÉES D INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES SUR LES THÉRAPIES CIBLÉES CRÉATION D UNE BASE DE DONNÉES D INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES SUR LES THÉRAPIES CIBLÉES Réunion COPOB 17/03/2015 Julie MARCEL Pharmacien assistant spécialiste, Hôpital Pontchaillou, CHU de Rennes Introduction

Plus en détail

Préambule...3. L accessibilité des médicaments 4. L utilisation optimale du médicament 5. Conclusion..12

Préambule...3. L accessibilité des médicaments 4. L utilisation optimale du médicament 5. Conclusion..12 ASSOCIATION MÉDICALE DU QUÉBEC LE PROJET DE POLITIQUE DU MÉDICAMENT MÉMOIRE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES FÉVRIER 2005 TABLE DES MATIÈRES Préambule...3 L accessibilité des médicaments

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement Procédure Page 1 de 7 x Politique Directive x C.A. C.E. C.G. Direction générale Résolution 06-318-5.05 Direction x Nouveau document Amende

Plus en détail

Plan POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS. d action 2015-2017

Plan POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS. d action 2015-2017 POLITIQUE RÉGIONALE DES AÎNÉS Plan d action 2015-2017 Constats Plusieurs aînés rencontrés connaissent peu ou pas les différents services offerts par le réseau public ou communautaire sur le territoire

Plus en détail

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME 2 novembre 2000 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Troisième réunion thématique ad hoc Rio de Janeiro, 14-15 décembre 2000 Point 4.1 de l ordre du jour provisoire Le point sur l évaluation sur cinq ans

Plus en détail

Quels impacts de la loi Touraine sur vos traitements dans le domaine médical, social et médico-social? Laurent Caron.

Quels impacts de la loi Touraine sur vos traitements dans le domaine médical, social et médico-social? Laurent Caron. Quels impacts de la loi Touraine sur vos traitements dans le domaine médical, social et médico-social? Mercredi 27 janvier 2016 Laurent Caron Avocat à la Cour Tel : 06.84.69.23.77 laurent.caron@caron-avocat.fr

Plus en détail

Plan stratégique

Plan stratégique Plan stratégique 2016-17 Objectifs, livrables et résultats du projet Haliburton Kawartha Lakes Peterborough Northumberland Contenu 1. Sommaire et priorités 2. Thèmes stratégiques Aperçu 3. Information

Plus en détail

RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES

RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES RÈGLE, MÉTHODE, PROTOCOLE DE SOINS INFIRMIERS ET ORDONNANCE COLLECTIVE : DES OUTILS PRÉCIEUX ET COMPLÉMENTAIRES Pauline Plourde, inf., B. Sc.,M.Éd. Directrice-conseil par intérim Direction, Affaires externes,

Plus en détail

VOS TABLES DE PHARMACIENS QUE DEVIENNENT-ELLES? M. Jude Goulet, président du CRSP de Montréal

VOS TABLES DE PHARMACIENS QUE DEVIENNENT-ELLES? M. Jude Goulet, président du CRSP de Montréal VOS TABLES DE PHARMACIENS QUE DEVIENNENT-ELLES? M. Jude Goulet, président du CRSP de Montréal Objectifs de la présentation Comprendre sommairement ce qu est une Table de pharmaciens Avoir un aperçu des

Plus en détail

Des environnements facilitants pour une société universelle. Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby

Des environnements facilitants pour une société universelle. Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby Des environnements facilitants pour une société universelle Présentation de la politique d accessibilité universelle de la Ville de Granby par Patrice Faucher Mise en contexte de l adoption de la politique

Plus en détail

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie.

Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient diabétique sortant : expérience du service de diabétologie. Mme Nathalie GROUAS, IDE service de Diabétologie Dr SANGUIN, Médecin Diabétologue Dr Anne-Marie CAMINONDO, Pharmacien Dr Annie ATHOUEL, Pharmacien Continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient

Plus en détail

Le pharmacien et la santé publique en Suisse à l aube du 21 e siècle. Programme en 32 thèses

Le pharmacien et la santé publique en Suisse à l aube du 21 e siècle. Programme en 32 thèses Le pharmacien et la santé publique en Suisse à l aube du 21 e siècle Programme en 32 thèses Le pharmacien et la santé publique en Suisse à l aube du 21 e siècle Programme en 32 thèses Version 2004 Dominique

Plus en détail

Le régime général d assurance médicaments

Le régime général d assurance médicaments Le régime général d assurance médicaments Régie de l assurance maladie du Québec Rapport d activité 2000-2001 du régime général d assurance médicaments Rappel de la Loi sur l assurance-médicaments et de

Plus en détail

I. Introduction... 1-8 2. A. Origine et objectifs... 1-3 2 B. Organisation et programme... 4-8 2. II. Aperçu de l atelier... 9 3

I. Introduction... 1-8 2. A. Origine et objectifs... 1-3 2 B. Organisation et programme... 4-8 2. II. Aperçu de l atelier... 9 3 Nations Unies Assemblée générale A/AC.105/709 Distr. GÉNÉRALE 4 décembre 1998 FRANÇAIS Original: ANGLAIS Comité des utilisations pacifiques de l espace extra-atmosphérique Rapport sur l atelier d évaluation

Plus en détail

PROGRAMME DE GESTION DES MÉDICAMENTS DE SPÉCIALITÉ. Synonyme d économies et d amélioration de la santé

PROGRAMME DE GESTION DES MÉDICAMENTS DE SPÉCIALITÉ. Synonyme d économies et d amélioration de la santé PROGRAMME DE GESTION DES MÉDICAMENTS DE SPÉCIALITÉ Synonyme d économies et d amélioration de la santé 1 Les médicaments de spécialité font l objet de moins de 2 % de toutes les demandes de règlement médicaments,

Plus en détail

Formation des acteurs et actrices de la formation professionnelle et continue

Formation des acteurs et actrices de la formation professionnelle et continue 2016 Formation des acteurs et actrices de la formation professionnelle et continue Vous formez des apprenti-e-s en entreprise? Vous exercez la fonction de commissaire? Vous êtes expert-e aux examens? Cette

Plus en détail

L encadrement des soins de pieds en milieu hospitalier : exemple d un leadership infirmier

L encadrement des soins de pieds en milieu hospitalier : exemple d un leadership infirmier L encadrement des soins de pieds en milieu hospitalier : exemple d un leadership infirmier Maryse Grégoire, inf., B.Sc., M.A., conseillère cadre clinicienne, Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke

Plus en détail

RÉUNION ORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL

RÉUNION ORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL RÉUNION ORDINAIRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL MARDI 28 OCTOBRE 2014, À 18 H 30, À LA SALLE 107 DE L AGENCE 7 RAPPORT DU COMITÉ D ALLOCATION DES RESSOURCES

Plus en détail

Ensemble de politiques sur la gestion de l information

Ensemble de politiques sur la gestion de l information Ensemble de politiques sur la gestion de l information TABLE DES MATIÈRES 1. Avant-propos... 1 1.1. Application...1 1.2. Structure de l Ensemble de politiques... 1 1.3. Principes directeurs... 2 1.4. Exceptions...2

Plus en détail

VIGICAIRE. VIGIlance Cytopénie Auto-Immune Réseau Enfant. 12 septembre 2013

VIGICAIRE. VIGIlance Cytopénie Auto-Immune Réseau Enfant. 12 septembre 2013 VIGICAIRE VIGIlance Cytopénie Auto-Immune Réseau Enfant 12 septembre 2013 OBJECTIFS ET METHODOLOGIE DE L ETUDE Etude observationnelle, multicentirque nationale, dont l objectif et de recueillir, de manière

Plus en détail

Règlement. pour la certification de centres du sein. Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie

Règlement. pour la certification de centres du sein. Ligue suisse contre le cancer / Société suisse de sénologie Règlement pour la certification de centres du sein Ligue suisse contre le cancer / Ce règlement est rédigé en allemand, français et italien. En cas de contradictions, c est la version allemande qui fait

Plus en détail

ADOPTÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION

ADOPTÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION PLAN D ORGANISATION DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DE CHICOUTIMI ADOPTÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 28 MAI 2008 TABLE DES MATIÈRES 1. INTRODUCTION... 1 2. LES ASSISES DU PLAN D ORGANISATION...

Plus en détail

Politique d amélioration de la qualité de la prise en charge médicamenteuse du patient

Politique d amélioration de la qualité de la prise en charge médicamenteuse du patient Observatoire des Médicaments, des Dispositifs médicaux et des Innovations Thérapeutiques Politique d amélioration de la qualité de la prise en charge médicamenteuse du patient Ce document a été validé

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2012 NOTE Le présent document prend effet à compter du 1 er avril 2012 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

NORME EXIGENCES 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA

NORME EXIGENCES 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA S Ces normes et les exigences qui s y rattachent servent de cadre aux collèges de l Ontario en vue d évaluer le degré de conformité de leurs mécanismes d assurance de la qualité. Ces normes et ces exigences

Plus en détail

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL

PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL PLAN DE CLASSIFICATION PERSONNEL PROFESSIONNEL COLLÈGES D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL ÉDITION 2008 NOTE Le présent document prend effet à compter du 15 août 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Nature et portée du comité d audit CORPORATION SHOPPERS DRUG MART CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «comité») est un comité permanent dont les membres sont nommés par le conseil d administration

Plus en détail

Description de fonction

Description de fonction Description de fonction Titre de la fonction : Statut : Titre du supérieur immédiat : de programmation et de recherche - DSC Temps complet Directrice ou directeur des services à la clientèle Direction

Plus en détail

Notre promesse en matière de respect de la vie privée

Notre promesse en matière de respect de la vie privée Notre promesse en matière de respect de la vie privée Le Code de TELUS sur la protection de la vie privée contient les dix principes du code type sur la protection des renseignements personnels de l Association

Plus en détail

LES ÉQUIPES INTERDISCIPLINAIRES EN ONCOLOGIE

LES ÉQUIPES INTERDISCIPLINAIRES EN ONCOLOGIE LES ÉQUIPES INTERDISCIPLINAIRES EN ONCOLOGIE COMITÉ DES ÉQUIPES INTERDISCIPLINAIRES DE LUTTE CONTRE LE CANCER (CÉILC) Dr Christian Carrier Anne Plante, M.Sc.inf. Novembre 2005 Membres du Comité Mme Anne

Plus en détail

La prise en charge par une équipe dédiée à la lutte contre le cancer du poumon

La prise en charge par une équipe dédiée à la lutte contre le cancer du poumon La prise en charge par une équipe dédiée à la lutte contre le cancer du poumon La prise en charge par une équipe dédiée à la lutte contre le cancer du poumon Lynda Fradette : infirmière pivot Francis Laberge

Plus en détail

Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements

Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements Le Carrefour Communautaire- Institutionnel-Usagers (CCIU) : Créateur de rapprochements Présenté par : Diane Laroche, CSSS Ahuntsic- Montréal-Nord; Jean-Nicolas Ouellet, CAMÉÉ et ARUCI-SMC; Valérie Coulombe,

Plus en détail

D r Lazli-Bouchene N.Z., D r Kheddouci L, D r Ghorab-Amrouni A, D r Mansouri K, D r Chader H, D r Allal M., P r Mansouri M.B.,

D r Lazli-Bouchene N.Z., D r Kheddouci L, D r Ghorab-Amrouni A, D r Mansouri K, D r Chader H, D r Allal M., P r Mansouri M.B., Le pharmacien pharmacologue en Algérie: formation actuelle et perspectives d avenir D r Lazli-Bouchene N.Z., D r Kheddouci L, D r Ghorab-Amrouni A, D r Mansouri K, D r Chader H, D r Allal M., P r Mansouri

Plus en détail

Politique d habitation : Plan d action 2015

Politique d habitation : Plan d action 2015 Habiter ma ville Politique d habitation : Plan d action 2015 (recommandé par la Commission permanente sur l habitation, le 4 février 2015 et à adopterpar le conseil municipal, le 17 mars 2015) Politique

Plus en détail

Offre de formation continue novatrice accessible aux infirmières du CSSS de Saint-Jérôme par la Direction des soins infirmiers

Offre de formation continue novatrice accessible aux infirmières du CSSS de Saint-Jérôme par la Direction des soins infirmiers Offre de formation continue novatrice accessible aux infirmières du CSSS de Saint-Jérôme par la Direction des soins infirmiers Chantale Brochu Claire Godin Louise Tremblay ORIILL 15 mai 2009 Plan de présentation

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L HOPITAL À DOMICILE D AVIGNON ET SA REGION 1525, chemin du Lavarin 84083 Avignon cedex 2 Mai 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011

ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011 ORMEDIMS POITOU CHARENTES Propositions commissions sécurisation du circuit du médicament juin 2011 ACTIONS EN ETABLISSEMENT DE SANTE POUR AMELIORER LE BON USAGE DES AVK Contexte : En France au moins 600

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Les présentes Conditions Générales de Vente déterminent les règles de vente des produits de santé entre la Pharmacie «Pharmacie de la Grande Poste» et le patient internaute

Plus en détail

PROCÉDURE. Code : PR-DEU-002-1. Direction responsable : Direction de l enseignement universitaire

PROCÉDURE. Code : PR-DEU-002-1. Direction responsable : Direction de l enseignement universitaire Code : PR-DEU-002-1 PROCÉDURE Direction responsable : Direction de l enseignement universitaire Présentée et adoptée au comité de direction le : 10 novembre 2011 Entrée en vigueur le : 10 novembre 2011

Plus en détail

I. Contexte ch. 1-7 Entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat faisant l objet d un contrôle annuel

I. Contexte ch. 1-7 Entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat faisant l objet d un contrôle annuel Autorité fédérale de surveillance en matière de révision ASR Circulaire 1/2010 concernant le reporting des entreprises de révision soumises à la surveillance de l Etat à l intention de l Autorité de surveillance

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 185 RUE STE-CATHERINE OUEST MONTREAL (QUEBEC) H2X 3X5

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 185 RUE STE-CATHERINE OUEST MONTREAL (QUEBEC) H2X 3X5 PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES 2015-2016 185 RUE STE-CATHERINE OUEST MONTREAL (QUEBEC) H2X 3X5 1 Table des matières 1. Introduction...3 2. Le mandat du Musée...3 3. Le bilan 2014-2015...4

Plus en détail

Étude de satisfaction à l égard du système SAFIRH et de certains des services du Centre de services communs de l Université du Québec (CSCUQ)

Étude de satisfaction à l égard du système SAFIRH et de certains des services du Centre de services communs de l Université du Québec (CSCUQ) Étude de satisfaction à l égard du système SAFIRH et de certains des services du Centre de services communs de l Université du Québec (CSCUQ) Synthèse des résultats Mai 2014 1 1. Mise en Contexte SAFIRH

Plus en détail

Utilisation de l AMDEC pour améliorer la sécurité du processus chimiothérapie anticancéreuse dans un service d oncologie médicale à Alger.

Utilisation de l AMDEC pour améliorer la sécurité du processus chimiothérapie anticancéreuse dans un service d oncologie médicale à Alger. Utilisation de l AMDEC pour améliorer la sécurité du processus chimiothérapie anticancéreuse dans un service d oncologie médicale à Alger. Casablanca 31 octobre Séminaire sur l usage rationnel des médicaments

Plus en détail

ETAPES 1. Prescription : ensemble de traitement a administrer Modification de prescription : molecule,, posologie, galénique, horaire.

ETAPES 1. Prescription : ensemble de traitement a administrer Modification de prescription : molecule,, posologie, galénique, horaire. INTRODUCTION Autour du patient Finalité: administrer le bon médicament, a la bonne dose, au bon moment, au bon patient et dans de bonnes conditions Règlementation Code de la sante publique Arrêté du 31

Plus en détail

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville

Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Évaluation d implantation des services de sage-femme au CSSS Haut-Richelieu-Rouville Rapport final Régis Blais, Ph.D., chercheur principal Université de Montréal Caroline Paquet, SF, (B.Sc.S), M.Sc., co-chercheure

Plus en détail

éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains

éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Déclaration d'helsinki de L'AMM - Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Adoptée par la 18e Assemblée générale de l AMM, Helsinki, Finlande, Juin 1964 et amendée

Plus en détail

Normes de formation par l apprentissage. Aide-enseignant ou aide-enseignante. Code de métier : 620E. Date d élaboration : octobre 2000

Normes de formation par l apprentissage. Aide-enseignant ou aide-enseignante. Code de métier : 620E. Date d élaboration : octobre 2000 Normes de formation par l apprentissage Aide-enseignant ou aide-enseignante Code de métier : 620E Date d élaboration : octobre 2000 Ce document est la propriété de l'apprenti ou de l'apprentie dont le

Plus en détail

LE RÔLE DU PHARMACIEN DANS LA PRISE EN CHARGE ET LE CONTRÔLE DE LA TUBERCULOSE

LE RÔLE DU PHARMACIEN DANS LA PRISE EN CHARGE ET LE CONTRÔLE DE LA TUBERCULOSE LE RÔLE DU PHARMACIEN DANS LA PRISE EN CHARGE ET LE CONTRÔLE DE LA TUBERCULOSE Contexte Chaque année, plus de 9 millions de nouveaux cas de tuberculose (TB) se déclarent et près de 2 millions de personnes

Plus en détail

Dans le présent document, le genre masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte.

Dans le présent document, le genre masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. Direction générale de cancérologie Recommandations sur le rôle du pharmacien en oncologie dans les établissements de santé Rapport du Comité de l évolution de la pratique des soins pharmaceutiques 16-902-06W

Plus en détail

Katia PECQUERON DUZAC Septembre Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur

Katia PECQUERON DUZAC Septembre Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur Katia PECQUERON DUZAC Septembre 2016 Expérience de coordination de l HAD de la clinique Pasteur L Hospitalisation A Domicile C est un établissement de santé, par nature polyvalent et généraliste, qui répond

Plus en détail

Coordination des activités médicales, dentaires et pharmaceutiques

Coordination des activités médicales, dentaires et pharmaceutiques Coordination des activités médicales, dentaires et pharmaceutiques Effectifs médicaux 1. Plan d effectifs : PEM, PREM 1.1 Fonctionnement des PEM et des PREM 1.2 Recrutement 1.3 Permis du CMQ, permis restrictif,

Plus en détail

LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D EXECUTION DES PEINES ET DES MESURES. Recommandation. du 25 septembre 2008

LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D EXECUTION DES PEINES ET DES MESURES. Recommandation. du 25 septembre 2008 L A C O N F E R E N C E L A T I N E D E S C H E F S D E S D E P A R T E M E N T S D E J U S T I C E E T P O L I C E ( C L D J P ) LA CONFERENCE LATINE DES AUTORITES CANTONALES COMPETENTES EN MATIERE D

Plus en détail

Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale d employée de commerce/employé de commerce avec certificat fédéral de capacité (CFC) 1 du 26 septembre 2011 (état le 1 er janvier 2015) Employée

Plus en détail

Master 2. Droit de l entreprise, juristes-conseils d affaires. Finalité

Master 2. Droit de l entreprise, juristes-conseils d affaires. Finalité Master 2 Droit de l entreprise, juristes-conseils d affaires Finalité Former des juristes de haut niveau dans le secteur du droit de l entreprise et des affaires Une formation juridique de haut niveau

Plus en détail

Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie. Audit externe CAHIER DES CHARGES

Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie. Audit externe CAHIER DES CHARGES Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie, province Sud 11 rue Guynemer 98 800 Nouméa Tél : (+687) 23 69 69 Observatoire de l environnement en Nouvelle-Calédonie Audit externe CAHIER DES CHARGES

Plus en détail

Les pratiques exemplaires du réseau de cancérologie du Québec

Les pratiques exemplaires du réseau de cancérologie du Québec Par Brigitte Coté Édith Lavoie Christine Mimeault Réseau régional de cancérologie et Agence de la santé et des services sociaux du Saguenay Lac-Saint-Jean Les pratiques exemplaires du réseau de cancérologie

Plus en détail

Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles

Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles Carole Mercier, inf., M.Sc. Directrice-conseil Direction des affaires externes et des statistiques sur l effectif,

Plus en détail

PROGRAMME D ANESTHÉSIOLOGIE. OBJECTIFS DE FORMATION CanMEDS

PROGRAMME D ANESTHÉSIOLOGIE. OBJECTIFS DE FORMATION CanMEDS PROGRAMME D ANESTHÉSIOLOGIE OBJECTIFS DE FORMATION CanMEDS Février 2011 127 Professionnalisme Se montre intègre et honnête; reconnaît ses limites Applique des principes éthiques et son code de déontologie

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMANDITES

POLITIQUE DE COMMANDITES POLITIQUE DE COMMANDITES Adoptée le 12 août 2015 Afin de simplifier le texte, l entité qui soumet la demande est identifiée dans ce document comme «demandeur», qu il s agisse d un organisme, d un événement

Plus en détail

Webinaire de l AIIC : À la découverte de nouvelles pratiques d administration des médicaments

Webinaire de l AIIC : À la découverte de nouvelles pratiques d administration des médicaments Webinaire de l AIIC : À la découverte de nouvelles pratiques d administration des médicaments Caroline Robitaille, BPharm, MSc Pharmacienne Montréal, Québec Madeleine Levesque, IA Infirmière au service

Plus en détail

cykabore@yahoo.fr Novembre 2003 à septembre 2007

cykabore@yahoo.fr Novembre 2003 à septembre 2007 PREMIER RAPPORT NATIONAL REGULIER SUR LA MISE EN ŒUVRE DU PROTOCOLE DE CARTAGENA SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES BIOTECHNOLOGIQUES Partie Personne à contacter pour le rapport Nom et titre de la personne

Plus en détail

ORIENTATION ENJEU ACTIVITÉS

ORIENTATION ENJEU ACTIVITÉS MISSION Par la concertation et la mobilisation des acteurs du secteur, le Comité sectoriel de main-d œuvre des pêches maritimes (CSMOPM) a pour mission d analyser, développer et diffuser un ensemble d

Plus en détail