Note TDTE N 48ter L impact du financement de la protection sociale sur la compétitivité et le commerce extérieur uteur 19 décembre 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Note TDTE N 48ter L impact du financement de la protection sociale sur la compétitivité et le commerce extérieur uteur 19 décembre 2013"

Transcription

1 Note TDTE N 48ter L impact du financement de la protection sociale sur la compétitivité et le commerce extérieur Auteur Jérôme Glachant, professeur à l université d Evry-Val-d Essonne, chercheur associé à la Chaire Transitions Démographiques, Transitions Economiques Ces travaux ont bénéficié du soutien de l Institut Montparnasse 19 décembree 2013 Séminaire «L impact du financement de la protection sur la croissance» (2013), Chaire Transitions démographiques, Transitions économiques - Caisse des Dépôts, note de la Chaire TDTE n 48ter Saison 2

2 Table des matières 1 Introduction 2 2 MELETE : un modèle en économie ouverte 2 3 Ampleur des effets de compétitivité 4 1

3 1 Introduction Cette note présente les effets sur le commerce extérieur des deux catégories de variantes mises en œuvre autour du compte central de MELETE. Dans une première section, nous examinons la structure théorique du modèle MELETE en économie ouverte. Les mécanismes passent par les échanges de biens et services avec la zone euro. Les déséquilibres commerciaux avec le reste du monde hors zone euro sont compensés par une variation instantanée du change. L effet des mouvements de capitaux sur le taux d intérêt domestique est neutralisé par l hypothèse de "grande économie ouverte". La seconde section est consacrée aux résultats des variantes. Les effets compétitivité attendus de "dévaluation fiscale" sont bien présents. Ils sont toutefois dominés par des effets de composition de la demande et de différentiel de croissance, qui implique une légère dégradation de la balance commerciale à l horizon En conclusion, les effets compétitivité ne sont pas déterminants pour analyser l impact d une modification du financement de la protection sociale. La vertu essentielle d un changement d assiette de prélèvements, surtout lorsqu elle s effectue par une augmentation de la TVA, se situe dans la mobilisation de l épargne des ménages au service de l économie productive. 2 MELETE : un modèle en économie ouverte Nous reprenons ci-dessous les caractéristiques du modèle MELETE dans son bloc commerce extérieur. Marché des biens et services Le modèle décrit les interactions de la France sur le marché des biens et services (importations, exportations, balance commerciale) avec deux zones : 1) la zone euro, 2) le reste du monde. Le régime de change est fixe au sein de la zone euro, alors qu il est parfaitement flexible avec le reste du monde. Le taux de change avec le reste du monde est déterminé à chaque période de manière à égaliser importations et exportations, i.e. à annuler la balance commerciale vis-à-vis du reste du Monde. Les effets liés à la compétitivité ou au différentiel de croissance entre la France et le Reste du Monde sont ainsi complètement absorbés par une variation de taux de change, ce qui implique donc que l intégralité des effets de compétitivité et de croissance prend place dans la relation avec nos partenaires de la zone euro. Les échanges de biens et services concernent les biens de consommation, qu elle soit individuelle (consommation privée) ou collective (consommation publique), et les biens d investissement. Pour déterminer la demande d im- 2

4 portation, nous avons choisi de retenir pour chacune de ces composantes une spécification à la Armington (1969), de sorte que les produits importés sont considérés comme des substituts imparfaits à leur équivalent domestique. Z, la demande domestique de bien (consommation privée, consommation publique, investissement) s écrit ainsi comme un agrégat à élasticité constante de bien domestique en quantité Z d et de bien importé en quantité Z m ; soit : [ Z = A Z α Z Z 1 1 ρ Z d + (1 α Z )Z 1 1 m ρ Z ] ρ Z, avec les paramètres A Z ("échelle"), α Z [0, 1] ("préférence pour les importations") et ρ Z (élasticité de substitution entre Z d et Z m ). La demande d importation est elle-même ventilée par un agrégat à élasticité constante entre la zone euro et le reste du monde. Sous l hypothèse de concurrence parfaite, on déduit de ces expressions les fonctions de demande de biens et services importés, qui font apparaître : 1) un effet compétitivité passant par le prix relatif étranger/domestique, 2) un effet de croissance liée à la demande totale Z de chaque bien. A l exception des élasticités (ρ), les différents paramètres sont calés de manière à reproduire le contenu historique en importations (ainsi que la provenance de ces importations) des différentes composantes de la demande (consommation privée, consommation publique, investissement). La spécification pour les exportations à destination de chacune des deux zones géographiques est celle retenue par Wilcoxen (1988). Par exemple, la quantité d exportation à destination de la Zone Euro, X E, est déterminée par une équation de demande de la forme : ( ) ηe py X E = Y E, p ye avec p y /p ye, le prix à la production relatif France/Zone Euro, η E, l élasticité prix vis-à-vis de la zone euro et Y E un paramètre exogène de calage, qui croît au taux de la croissance régulière. La spécification pour le reste du monde intègre l influence du taux de change sur le prix relatif. Les niveaux des élasticités ρ et η conditionnent l ampleur des effets de compétitivité, i.e. l impact du taux de change réel sur la balance commerciale. Nous avons fixé ces valeurs en les étalonnant sur des données CEPII avec une élasticité de 2 vis-à-vis de la zone euro et de 1.5 vis-à-vis du reste du monde. Des niveaux aussi élevés engendrent de puissants effets de compétitivité sur la balance commerciale et assurent les conditions de réalisation du "théorème des élasticités critiques" selon lequel les effets "volume" dominent les effets "valeur". 3

5 Marché des capitaux En l absence de flexibilité du change à l intérieur de la zone euro, le modèle est dépouvu de mécanismes ramenant vers l équilibre la balance commerciale entre le France et le reste de la zone euro. Les mouvements de capitaux et de revenus associés viennent couvrir le déséquilibre sur le marché des biens et services : un compte courant négatif dégrade la position extérieure nette de la France vis-à-vis de la zone euro, i.e. des capitaux viennent s investir dans l économie nationale (dette publique ou bien investissement des entreprises). Dans ce type de modèle, la mobilité parfaite des capitaux suppose la détermination d un taux d intérêt à l équilibre des marchés internationaux ou bien une hypothèse de petite économie ouverte, qui rend exogène le taux d intérêt. L hypothèse de petite économie ouverte implique l indétermination à long-terme de la position extérieure nette. Concernant la France et la modélisation MELETE, aucun de ces choix n est satisfaisant. La détermination d un taux d intérêt qui équilibre les marchés internationaux des capitaux requiert une modélisation à l équilibre général de l intégralité des zones, ce qui constitue un défi de modélisation relevé par les modèles GIMF du FMI (Kumhof, Laxton, Muir et Mursula (2010)) ou Eagle de la BCE (Gomes, Jacquinot et Pisani (2010)). Retenir l hypothèse de petite économie ouverte n est pas satisfaisante s agissant de la France au sein de la zone euro. Fixer le taux d intérêt de manière exogène prive le modèle d un important ressort d ajustement s agissant de politiques économiques qui affectent le niveau d épargne. Il est difficile de se priver d un canal qui va de l épargne des ménages vers l investissement des entreprises. Nous avonc donc choisi de retenir une modélisation hybride dite de "grande économie ouverte" selon laquelle le taux d intérêt est déterminé à l équilibre du marché des capitaux domestiques. Ceci revient à considérer que les mouvements de capitaux internationaux, contrepartie de déséquilibre sur le marché des biens, sont neutralisés par des transferts forfaitaires en sens inverse de sorte que le marché du capital domestique ne soit pas perturbé. 3 Ampleur des effets de compétitivité Dévaluation fiscale L ouverture vers l extérieur du modèle MELETE est cruciale pour tenir compte des effets de compétitivité issus d une modification de l assiette de financement de la protection sociale. Il s agit en particulier de réduire directement le coût du travail en abaissant les taux de cotisations sociales, et en transférant la charge financière sur des prélèvements à assiette large que sont la TVA (taxe sur la consommation) ou la CSG (taux sur les tous revenus, capital, travail, remplacement). On parle ainsi d une "dévaluation fiscale" en ce sens que l effet direct de ce basculement est de modifier le prix relatif entre le bien domestique (produit en France) et le bien étranger, qu il soit produit dans la zone euro ou bien dans le reste du monde. Toute- 4

6 fois, pour le teste du monde, l effet de dévaluation fiscale sera entièrement et instantanéement neutralisé par une variation du change en sens inverse. Tout comme une dévaluation par le change, la dévaluation fiscale a des effets de second tour, qui sont liés au comportement des "faiseurs" de prix et à l incidence fiscale des nouveaux prélèvements. La baisse du coût du travail peut effectivement être utilisée pour réduire le prix, mais elle peut aussi être absorbée par une augmentation des salaires ou une reconstitution des marges. Le modèle MELETE fonctionne essentiellement sous le régime de la concurrence parfaite. Ceci implique que l incidence de la baisse d un coût sur le prix dépend des élasticités de l offre et de la demande et du jeu de l équilibre général au sein du modèle. Au sein du modèle, l effet de "dévaluation fiscale" n est pas le seul à l œuvre suite aux changements d assiette. Deux autres effets passant par les importations vers la zone euro sont présents. Le premier est lié à la structure de la demande et au contenu en imports de chacune de ces composantes. En particulier, des politiques favorables à l investissement augmentent mécaniquement le niveau des importations car l investissement est plus intensif en biens étrangers que la consommation privée et, surtout, publique. Le second effet est lié au niveau de la demande ou au différentiel de croissance. Toute politique favorable à la croissance accroît mécaniquement les importations, alors que les exportations sont inchangées. On observe ainsi que le reste du monde et la zone euro sont insensibles au modification de politique intervenant en France. Il s agit d une limite du modèle qui ne tient pas compte des interactions stratégiques dont on peut penser qu elle joue un rôle important dans la réalité. Les variantes Les trois mécanismes : 1. Amélioration de la compétitivité prix, qui passe par une dégradation des termes des termes de l échange ; 2. Modification de la structure consommation-investissement ; 3. Différentiel de croissance entre la France et la zone euro ; jouent un rôle dans les deux types de variantes que nous avons étudié. Les premières variantes sont celles relatifs à l équilibre à l horizon 2050 des branches retraites et santé. Elle consiste à augmenter progressivement les prélèvements de 1,5 pts de PIB en 2015 à 3,4 pts (scénario optimiste) voire 5,3 pts de PIB (scénario pessimiste) à l horizon 2050 en utilisant une hausse, soit des cotisations sociales ("équilibre cotisations sociales"), soit du taux de CSG ("équilibre CSG"), soit du taux de TVA ("équilibre TVA"). Accompagnés d effets récessifs importants à court et moyen terme, ces politiques de rééquilibrage finissent par porter leurs fruits à l horizon 2050, car en désendettant l Etat, elle libère du capital pour les entreprises et sont favorables à 5

7 l investissement. Tableau 1 Les composantes de l équilibre du marché des biens et services - variantes Equilibre ( ) Valeur Ajoutée Importations Consommation Investissement Dep Publiques Exportations Y M C I G X Equilibre Cot-Soc (b) ,47% -0,02% -0,78% 1,00% -0,47% -0,01% ,33% 0,14% -0,81% 1,92% -0,33% 0,08% ,14% 0,14% -0,93% 2,08% -0,14% 0,08% ,01% 0,23% -1,10% 2,67% 0,01% 0,13% ,15% 0,41% -1,32% 3,78% 0,15% 0,22% ,35% 0,50% -1,62% 4,71% 0,35% 0,27% ,58% 0,64% -1,98% 5,95% 0,58% 0,35% ,85% 0,99% -2,38% 8,21% 0,85% 0,53% Equilibre CSG (b) ,06% 0,01% -0,07% 0,13% -0,06% 0,00% ,07% 0,06% -0,26% 0,69% -0,07% 0,03% ,03% -0,02% -0,49% 0,60% -0,03% -0,01% ,01% -0,03% -0,76% 0,93% -0,01% -0,02% ,02% 0,05% -1,11% 1,78% 0,02% 0,03% ,11% 0,05% -1,57% 2,50% 0,11% 0,03% ,24% 0,10% -2,07% 3,50% 0,24% 0,06% ,41% 0,37% -2,58% 5,51% 0,42% 0,20% Equilibre TVA (b) ,62% -0,01% -1,42% 1,92% -0,62% 0,00% ,31% 0,32% -1,48% 3,82% -0,31% 0,17% ,05% 0,34% -1,31% 3,58% 0,05% 0,18% ,32% 0,46% -1,37% 4,08% 0,32% 0,24% ,58% 0,77% -1,76% 6,06% 0,58% 0,41% ,93% 1,07% -2,28% 8,39% 0,93% 0,58% ,37% 1,30% -2,48% 9,81% 1,38% 0,70% ,81% 1,69% -2,70% 11,99% 1,81% 0,90% Source : modèle MELETE (b) Dévia*on en pourcentage du scénario de référence Pour le scénario optimiste, les résultats sur les différentes composantes du PIB sont présentés dans le tableau 1. L effet compétitivité prix est identifié en observant les exportations, pour lesquelles seul cet effet est à l œuvre. L élasticité de la fonction d export étant supérieure à un, l effet volume l emporte sur l effet valeur avec une hausse des exportations. A l horizon 2050, l amélioration de la compétitivité dans les trois variantes résulte de la baisse du coût du capital. Cette dernière joue à plein dans la variante "équilibre TVA", qui évite d accroître en même temps le coût du travail (contrairement à la variante "équilibre Cotisations Sociales") et est freinée dans la variante "équilibre CSG" par l augmentation des taxes sur le revenu du capital. Pour les importations, les effets de demande s ajoutent à l impact de la compétiti- 6

8 vité prix. Ces effets sont d autant plus sensibles que l investissement (contenu en imports important) est affecté. Au total, ces variantes "équilibre" ont un impact négatif sur la balance commerciale du fait des effets de croissance et de structure consommation-investissement. La seconde catégorie de variantes consiste en une "fiscalisation" complète de la branche famille par un basculement de l intégralité des recettes provenant des cotisations sociales sur la CSG ou la TVA. Le montant global du basculement correspond à 30 milliards d euros en 2010, soit environ 1,6% du PIB. Les effets sur les composantes du PIB sont présentés dans le tableau 2. Tableau 2 Les composantes de l équilibre du marché des biens et services - variantes Fiscalisation ( ) Valeur Ajoutée Importations Consommation Investissement Dep Publiques Exportations Y M C I G X Fiscalisation CSG (b) ,14% -0,03% 0,35% -0,60% 0,14% -0,01% ,06% -0,06% 0,27% -0,72% 0,06% -0,04% ,00% -0,10% 0,20% -0,77% 0,00% -0,05% ,05% -0,12% 0,14% -0,79% -0,05% -0,07% ,10% -0,15% 0,10% -0,82% -0,10% -0,08% ,14% -0,17% 0,06% -0,90% -0,14% -0,09% ,17% -0,19% 0,04% -0,98% -0,17% -0,10% ,20% -0,22% 0,02% -1,07% -0,20% -0,12% Fiscalisation TVA (b) ,18% 0,27% -0,96% 2,55% -0,18% 0,14% ,09% 0,38% -0,59% 2,77% 0,09% 0,21% ,30% 0,46% -0,31% 2,67% 0,30% 0,25% ,46% 0,52% -0,09% 2,55% 0,46% 0,28% ,58% 0,56% 0,06% 2,52% 0,58% 0,30% ,66% 0,59% 0,19% 2,52% 0,66% 0,32% ,72% 0,60% 0,29% 2,46% 0,72% 0,33% ,76% 0,61% 0,36% 2,37% 0,76% 0,33% Source : modèle MELETE (b) Dévia*on en pourcentage du scénario de référence 7

9 L effet compétitivité prix s identifie en observant l évolution des exportations. Un basculement des cotisations sociales vers la CSG réduit le coût du travail mais pèse très lourdement sur le coût du capital. L effet total est légèrement négatif. En revanche et comme attendu, la fiscalisation par la TVA est favorable à la compétitivité et augmente ainsi les exportations. Cet effet compétitivité affecte évidemment les importations, pour lesquelles il faut également tenir compte des effets niveau et composition de la demande. Dans le cas "fiscalisation par la TVA", l amélioration de la balance commerciale permise par l amélioration de la compétitivité prix est freinée par l augmentation de l output, d autant qu elle s effectue à l avantage de l investissement. Les résultats sont présentés dans le tableau 3. Références Armington, P. (1969), "A theory of demand for products distinguished by place of production", IMF Staff Papers, 16(1). Kumhof, M., D. Laxton, D. Muir, et S. Mursula (2010), "The Global Integrated Monetary and Fiscal Model (GIMF) : Theoretical Structure", IMF Working Paper Gomes, S., P. Jacquinot et M. Pisani (2010), "The Eagle a Model for Policy Analysis of Macroeconomic Interdependence in the Euro area", ECB Working PaPer Series, Wilcoxen, P. (1988), "The effects of environmental regulation and energy prices on u.s. economic performance", Phd thesis, Harvard University. 8

10 Tableau 3 Les principaux agrégats macroéconomiques - variantes fiscalisation de la branche famille (scénario optimiste, ) Taux de croissance du PIB par tête* (en %) - Scénario optimiste - 1,0% 1,4% 1,2% 1,2% 1,4% Fiscalisation CSG (a) 0,03% -0,02% -0,01% -0,01% -0,01% Fiscalisation TVA (a) -0,03% 0,05% 0,04% 0,02% 0,01% Dépenses de protection sociale (en % du PIB) - Scénario optimiste 30,9% 30,8% 30,6% 30,8% 31,8% 32,2% Fiscalisation CSG (a) 0,0% 0,0% 0,0% 0,1% 0,2% 0,3% Fiscalisation TVA (a) 0,0% -0,5% -0,5% -0,6% -0,5% -0,5% Besoin de financement de la protection sociale (en % du PIB) - Scénario optimiste -0,7% -0,6% -0,5% -0,6% -1,5% -1,8% Fiscalisation CSG (a) 0,0% 0,7% 0,7% 0,6% 0,6% 0,5% Fiscalisation TVA (a) 0,0% 0,7% 0,7% 0,7% 0,7% 0,7% Taux de chômage - qualifiés (en %) - Scénario optimiste 6,7% 5,3% 4,8% 3,6% 3,6% 3,6% Fiscalisation CSG (a) 0,0% -0,1% -0,1% 0,0% 0,0% 0,0% Fiscalisation TVA (a) 0,0% -0,2% -0,2% -0,2% -0,2% -0,2% Taux de chômage - faiblement qualifiés (en %) - Scénario optimiste 11,4% 9,0% 8,1% 6,2% 6,2% 6,2% Fiscalisation CSG (a) 0,0% -0,1% -0,1% 0,0% 0,0% 0,0% Fiscalisation TVA (a) 0,0% -0,2% -0,2% -0,2% -0,2% -0,2% Dette publique (en % du PIB) - Scénario optimiste 82% 85% 88% 94% 106% 126% Fiscalisation CSG (a) 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% Fiscalisation TVA (a) 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% Taux de CSG moyen - Scénario optimiste 7,8% 7,8% 7,8% 7,8% 7,8% 7,8% Fiscalisation CSG (a) 0,0% 1,9% 1,9% 1,9% 1,9% 1,9% Fiscalisation TVA (a) 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% Taux de TVA moyen - Scénario optimiste 12,0% 12,0% 12,0% 12,0% 12,0% 12,0% Fiscalisation CSG (a) 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% Fiscalisation TVA (a) 0,0% 2,7% 2,7% 2,7% 2,7% 2,7% Balance commerciale (en % du PIB) - Scénario optimiste -2,6% -2,4% -2,3% -2,4% -2,3% -2,3% Fiscalisation CSG (b) 0,0% -0,3% -0,5% -0,7% -0,9% -1,1% Fiscalisation TVA (b) 0,0% 0,3% 0,7% 1,0% 1,2% 1,3% Termes de l'échange (base 100 en 2010) Zone Euro - Scénario optimiste ,2 100,3 100,2 100,2 100,2 Fiscalisation CSG (b) 0,00% 0,00% 0,01% 0,02% 0,03% 0,03% Fiscalisation TVA (b) 0,00% - 0,04% - 0,06% - 0,08% - 0,09% - 0,09% Source : Modèle MELETE * Taux de croissance annuel moyen en % sur la période qui sépare l'année considérée avec l'année de la colone précédente. (a) Déviation en points de pourcentage par rapport au scénario de référence (b) Déviation en pourcentage du scénario de référence 9

L impact économique d une fiscalisation de la protection sociale

L impact économique d une fiscalisation de la protection sociale L impact économique d une fiscalisation de la protection sociale X. Chojnicki, J. Glachant et L. Ragot Présentation au séminaire TDTE/CDC 5 juin 2013 Vieillissement Impact du vieillissement sur l évolution

Plus en détail

L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré

L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré FICHE PAYS ESPAGNE : UNE BATAILLE PERDUE D AVANCE? Département analyse et prévision L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré tous les efforts en termes de finances publiques et de réformes

Plus en détail

La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015)

La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015) La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015) PRÉSENTATION Le programme de stabilité transmis par la France à la Commission européenne en avril 2014 prévoyait de ramener le déficit

Plus en détail

Taux d intérêt directeurs négatifs : les enseignements de l expérience européenne

Taux d intérêt directeurs négatifs : les enseignements de l expérience européenne RECHERCHE ÉCONOMIQUE 11 mai 16 Johannes Gareis Taux d intérêt directeurs négatifs : les enseignements de l expérience européenne L expérience montre qu en Europe, l adoption de taux d intérêt directeurs

Plus en détail

Le Nouveau Pacte Fiscal et Social pour la compétitivité de la France

Le Nouveau Pacte Fiscal et Social pour la compétitivité de la France Le Nouveau Pacte Fiscal et Social pour la compétitivité de la France novembre 2011 Le Nouveau Pacte Fiscal et Social pour la compétitivité de la France La compétitivité a plusieurs composantes : la compétitivité-prix

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE n 2 Saison L impact du financement de la protection sociale sur la croissance. Jeudi 19 décembre 2013

Séminaire CDC TDTE n 2 Saison L impact du financement de la protection sociale sur la croissance. Jeudi 19 décembre 2013 Séminaire CDC TDTE n 2 Saison 2013-2014 L impact du financement de la protection sociale sur la croissance Jeudi 19 décembre 2013 Intervenants : - Lionel Ragot (l'université de Paris Ouest Nanterre - La

Plus en détail

Evaluation des finances publiques

Evaluation des finances publiques Evaluation des finances publiques à l occasion du Programme de stabilité et de croissance 2017-2021 Juin 2017 Structure de la présentation 1. Introduction 2. Les prévisions macroéconomiques 3. Les finances

Plus en détail

PÉTROLE: MARÉE NOIRE SUR LA CROISSANCE?

PÉTROLE: MARÉE NOIRE SUR LA CROISSANCE? 203-216.qxp 09/11/2004 17:26 Page 203 PÉTROLE: MARÉE NOIRE SUR LA CROISSANCE? Département analyse et prévision de l OFCE En pleine croissance, l'économie mondiale doit faire face à une flambée des prix

Plus en détail

Projections des dépenses de retraite en France pour le Comité de politique économique

Projections des dépenses de retraite en France pour le Comité de politique économique CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 22 octobre 2008-9 h 30 «Compléments à la réflexion du Conseil sur les droits familiaux» Annexe Document de travail, n engage pas le Conseil Projections

Plus en détail

Les enjeux économiques du financement des retraites

Les enjeux économiques du financement des retraites Les enjeux économiques du financement des retraites 14 e colloque du COR Le financement du système de retraite français Gérard Cornilleau Les colloques du COR Maison de la Chimie - 12 décembre 2016 Plan

Plus en détail

Projections de la situation financière. de l UNEDIC à long terme. Direction générale du Trésor

Projections de la situation financière. de l UNEDIC à long terme. Direction générale du Trésor CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 5 Document de travail, n engage

Plus en détail

Budget transparent et participatif

Budget transparent et participatif République Tunisienne Ministère du Développement Régional et de la Planification Institut Tunisien de la Compétitivité et des Etudes Quantitatives Budget transparent et participatif 1 Contexte - Dresser

Plus en détail

13) Les cotisations sociales

13) Les cotisations sociales 1 FIPECO, le 23.09.2016 Les fiches de l encyclopédie IV) Les prélèvements obligatoires 13) Les cotisations sociales Les prélèvements obligatoires (44,7 % du PIB en 2015) recouvrent les impôts (27,9 % du

Plus en détail

Université de Toulon Faculté de Sciences Economiques et de Gestion Année universitaire 2014-2015

Université de Toulon Faculté de Sciences Economiques et de Gestion Année universitaire 2014-2015 Université de Toulon Faculté de Sciences Economiques et de Gestion Année universitaire 2014-2015 Licence 3 de Sciences Economiques Janvier 2015 Dynamique macroéconomique (M. Catin) Tous documents autorisés

Plus en détail

LOIS DE FINANCES POUR 2015

LOIS DE FINANCES POUR 2015 Références : 30/10/14 et 27/11/14 LOIS DE FINANCES POUR 2015 MES AMIS PROFITEZ TANT QUE VOUS POUVEZ. ENCORE!!!! PRESENTATION DES OBJECTIFS 2015 STABILISATION RELATIVE DES PRELEVEMENTS SUR LES MENAGES BAISSE

Plus en détail

Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015

Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015 Rencontre avec Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie du Québec, 24 janvier 2014 Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015 REPRÉSENTATION POLITIQUE / INFORMATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

Réponse de la BNP-Paribas, reçue le 12 décembre 2014

Réponse de la BNP-Paribas, reçue le 12 décembre 2014 Réponse de la BNP-Paribas, reçue le 12 décembre 2014 1/ Où va l argent que vos clients déposent sur leurs comptes à la BNP? Est-il possible qu une partie de ces fonds soient utilisés pour effectuer des

Plus en détail

Foire aux questions T1 2007

Foire aux questions T1 2007 Foire aux questions T1 2007 1. Pourquoi n avez-vous pas fractionné vos actions? Nous nous penchons régulièrement sur toutes les questions liées au capital, y compris les fractionnements d actions. Tel

Plus en détail

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Confédération Construction Wallonne Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Chiffres arrêtés au 8/6/211 Francis Carnoy Salim Chamcham Juin

Plus en détail

DOSSIER COMMISSION DES COMPTES DE LA SÉCURITÉ SOCIALE DU 9 JUIN 2011

DOSSIER COMMISSION DES COMPTES DE LA SÉCURITÉ SOCIALE DU 9 JUIN 2011 Lundi 11 juillet 2011 Supplément au n 81 DOSSIER COMMISSION DES COMPTES DE LA SÉCURITÉ SOCIALE DU 9 JUIN 2011 Ce dossier présente la synthèse du rapport de la Commission des comptes de la Sécurité sociale

Plus en détail

Note d analyse de la décision de la Banque Centrale du Congo d intervenir sur le marché des changes par la cession des devises.

Note d analyse de la décision de la Banque Centrale du Congo d intervenir sur le marché des changes par la cession des devises. Note d analyse de la décision de la Banque Centrale du Congo d intervenir sur le marché des changes par la cession des devises. Par cette opération, la Banque centrale du Congo (BCC) va faire varier sa

Plus en détail

Situation A Exemple de base

Situation A Exemple de base Avantages sociaux futurs Écritures de comptabilisation d'un régime de retraite à prestations déterminées (correspondant au cas exemple traitant de l'effet sur la taxation et la trésorerie) Situation A

Plus en détail

9) L impact de l inflation sur le déficit public. A) L impact d une révision de l inflation de l année en cours

9) L impact de l inflation sur le déficit public. A) L impact d une révision de l inflation de l année en cours 1 FIPECO le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 9) L impact de l inflation sur le déficit public Cette fiche présente l impact d une baisse de l inflation,

Plus en détail

Evaluation des impacts macroéconomiques de la transition énergétique

Evaluation des impacts macroéconomiques de la transition énergétique Evaluation des impacts macroéconomiques de la transition énergétique Emmanuel JESSUA 28 janvier 2016 Quelles politiques évalue-t-on? Différentes catégories d instruments Régulation prix/quantités : Taxes

Plus en détail

Les comptes des administrations publiques locales en 2013

Les comptes des administrations publiques locales en 2013 Annexe 1 Les comptes des administrations publiques locales en 2013 Avertissement Les données présentées ici intègrent le passage des comptes nationaux à la «base 2010» (voir définitions, page 69). Les

Plus en détail

Les niches fiscales. Fiche argumentaire - 8. p coût et ETENDUE DES NICHES FISCALES

Les niches fiscales. Fiche argumentaire - 8. p coût et ETENDUE DES NICHES FISCALES Mars 2013 La crise en questions... Fiche argumentaire - 8 Les niches fiscales Selon la Cour des Comptes les niches fiscales (appelées dépenses fiscales en Finances Publiques), sont des mesures dérogatoires

Plus en détail

Les prélèvements obligatoires en France et en Allemagne

Les prélèvements obligatoires en France et en Allemagne 1 FIPECO le 15.12.2016 Les commentaires de l actualité Les prélèvements obligatoires en et en François ECALLE A la demande du Président de la République, la Cour des comptes a publié en mars 2011 un rapport

Plus en détail

Évolutions et perspectives des retraites en France

Évolutions et perspectives des retraites en France Évolutions et perspectives des retraites en France Rapport annuel du COR Juin 2015 Point presse 11 juin 2015 Contact presse : Anne Sophie Le Guiel Tél. : 01 42 75 65 57 E mail : anne sophie.le guiel@cor

Plus en détail

La baisse des cotisations, un outil efficace?

La baisse des cotisations, un outil efficace? La baisse des cotisations, un outil efficace? Françoise Drumetz, Banque de France Journées de l économie, Lyon, 9 novembre 2016 Cette présentation ne reflète pas nécessairement l opinion de la Banque de

Plus en détail

19) Les relations entre finances publiques et échanges extérieurs

19) Les relations entre finances publiques et échanges extérieurs 1 FIPECO le 09.03.2017 Les fiches de l encyclopédie II) Déficit et dette publics, politique budgétaire 19) Les relations entre finances publiques et échanges extérieurs Cette fiche présente d abord les

Plus en détail

Afrique Sub-saharienne Perspectives Economiques Régionales et Leçons de réformes des subventions énergétiques. Roger Nord May 2013

Afrique Sub-saharienne Perspectives Economiques Régionales et Leçons de réformes des subventions énergétiques. Roger Nord May 2013 Afrique Sub-saharienne Perspectives Economiques Régionales et Leçons de réformes des subventions énergétiques Roger Nord May 2013 Perspectives économiques régionales Contexte Mondiale: Croissance à plusieurs

Plus en détail

Université Evry-Val d'essonne 2ème année de Licence Maths et Science Economique Cours de Macroéconomie intermédiaire Examen 1ère session

Université Evry-Val d'essonne 2ème année de Licence Maths et Science Economique Cours de Macroéconomie intermédiaire Examen 1ère session Université Evry-Val d'essonne 2ème année de Licence Maths et Science Economique Cours de Macroéconomie intermédiaire 2013-14 -Examen 1ère session 1ère partie : Economie ouverte en change flexible (12 points)

Plus en détail

Les projections actualisées de l IRCANTEC Institution de Retraite Complémentaire des Agents Non Titulaires de l'etat et des Collectivités publiques

Les projections actualisées de l IRCANTEC Institution de Retraite Complémentaire des Agents Non Titulaires de l'etat et des Collectivités publiques CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 22 octobre 2007 10 h «Actualisation des projections : premiers résultats» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les projections

Plus en détail

Les chiffres clés.

Les chiffres clés. Les chiffres clés www.minefi.gouv.fr Principaux éléments de cadrage macroéconomique Variation annuelle en % Environnement international 2005 2006 2007 Croissance des pays de l'ocde 2,5 3,1 2,3 Croissance

Plus en détail

Dîner-débat : «Combattre le chômage, les solutions des patrons alsaciens» *** Vendredi 27 Mars 2015, Hôtel Europe à Horbourg-Wihr

Dîner-débat : «Combattre le chômage, les solutions des patrons alsaciens» *** Vendredi 27 Mars 2015, Hôtel Europe à Horbourg-Wihr Dîner-débat : «Combattre le chômage, les solutions des patrons alsaciens» *** Vendredi 27 Mars 2015, Hôtel Europe à Horbourg-Wihr Déroulement : 1. Constat : L emploi en Alsace Lucas Fattori, responsable

Plus en détail

Fascicule de TD Macroéconomie Monétaire

Fascicule de TD Macroéconomie Monétaire Licence M.A.S.S Semestre 2 Année Universitaire 2008-2009 Fascicule de TD Macroéconomie Monétaire Equipe pédagogique : N. Marchand, Z. Ftiti -1- LISTE DES EXPOSES 1. A l aide du modèle IS/LM analysez les

Plus en détail

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA RÉACTIVITÉ DES BILANS BANCAIRES AUX MODIFICATIONS DES TAUX DE RÉFÉRENCE SUR LA BASE DES DONNÉES DE 1992 ET DE 1993

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA RÉACTIVITÉ DES BILANS BANCAIRES AUX MODIFICATIONS DES TAUX DE RÉFÉRENCE SUR LA BASE DES DONNÉES DE 1992 ET DE 1993 RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA RÉACTIVITÉ DES BILANS BANCAIRES AUX MODIFICATIONS DES TAUX DE RÉFÉRENCE SUR LA BASE DES DONNÉES DE 1992 ET DE 1993 Les réactions des établissements de crédit aux variations

Plus en détail

Les liens entre les fluctuations du prix du pétrole et du taux de change du dollar

Les liens entre les fluctuations du prix du pétrole et du taux de change du dollar Revue d'économie financière Les liens entre les fluctuations du prix du pétrole et du taux de change du dollar Valérie Mignon Résumé La devise américaine étant la monnaie de référence sur le marché pétrolier,

Plus en détail

Modèles d'équilibre général calculables mondiaux : prise en compte de la zone Euro et application au changement climatique

Modèles d'équilibre général calculables mondiaux : prise en compte de la zone Euro et application au changement climatique Modèles d'équilibre général calculables mondiaux : prise en compte de la zone Euro et application au changement climatique par Alain Bernard et Marc Vielle Introduction L Union Monétaire Européenne, une

Plus en détail

Les taux bas en zone euro sont-ils durables? Dominique Barbet Market Economics

Les taux bas en zone euro sont-ils durables? Dominique Barbet Market Economics Les taux bas en zone euro sont-ils durables? Dominique Barbet Market Economics Des reprises inégales Le recul du PIB américain au T1 est transitoire (comme en 2014) L amélioration conjoncturelle se diffuse

Plus en détail

Faiblesse de l euro et prix du pétrole: une évaluation des effets sur l économie belge

Faiblesse de l euro et prix du pétrole: une évaluation des effets sur l économie belge Bureau fédéral du Plan Analyses et prévisions économiques Communiqué de presse Bruxelles, le 15 septembre 2000 Faiblesse de l euro et prix du pétrole: une évaluation des effets sur l économie belge L augmentation

Plus en détail

Les ressources de l Etat (cours)

Les ressources de l Etat (cours) Les ressources de l Etat (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I - Les ressources fiscales de l Etat... 4 La TVA... 5 L'impôt sur le revenu... 5 L'impôt sur les sociétés...

Plus en détail

Les problèmes de mesure de sensibilité du cycle réel au cycle financier

Les problèmes de mesure de sensibilité du cycle réel au cycle financier Les problèmes de mesure de sensibilité du cycle réel au cycle financier Au cours des années récentes, de nombreux travaux ont porté sur l existence d une relation entre les cycles des prix d actifs financiers

Plus en détail

2. Finances publiques : austérité confirmée

2. Finances publiques : austérité confirmée Du social mais pas de sortie de crise 21 2. Finances publiques 2012-2017 : austérité confirmée Plus de 100 milliards d économies prévues sur le mandat 2012-2017 L objectif de retour vers l équilibre des

Plus en détail

Les prélèvements obligatoires en France et dans l Union européenne

Les prélèvements obligatoires en France et dans l Union européenne 1 FIPECO le 05.02.2017 Les commentaires de l actualité Les prélèvements obligatoires en France et dans l Union européenne François ECALLE Un billet publié en décembre sur ce site présente une actualisation

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la Nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

Evaluation des finances publiques

Evaluation des finances publiques Evaluation des finances publiques à l occasion du projet de budget pour 2016 et du projet de loi de programmation financière pluriannuelle pour la période 2015-2019 Novembre 2015 Structure de l évaluation

Plus en détail

Accord (Système -) Abattement Abonnement (Système de l -) Accises

Accord (Système -) Abattement Abonnement (Système de l -) Accises A Abattement : L abattement correspond à une diminution forfaitaire de la matière imposable. La fraction représentative de cet abattement est ainsi exclue du calcul de l impôt. L exemple peut être donné

Plus en détail

ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE

ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE ANNEXE IX LE RECOUVREMENT ET LE CONTROLE SYNTHESE Le groupe de travail a examiné avec une particulière attention les options disponibles pour le recouvrement d une cotisation sur la valeur ajoutée ou de

Plus en détail

Les projections actualisées de l AGIRC Association générale des institutions de retraite des cadres

Les projections actualisées de l AGIRC Association générale des institutions de retraite des cadres CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 22 octobre 2007 10 h «Actualisation des projections : premiers résultats» Document N 7 Document de travail, n engage pas le Conseil Les projections

Plus en détail

www .minefi.gou v.fr

www .minefi.gou v.fr Les chiffres clés PROJET de LOI www.minefi.gouv.fr La réforme budgétaire en chiffres Le 1 er janvier 2006, c'est la date de l'application généralisée de la Lolf dans tous les services de l'état La nouvelle

Plus en détail

La situation du budget de l État

La situation du budget de l État La situation du budget de l État Adresses Internet : http://www.economie.gouv.fr/situation-mensuelle-budgetaire-au-31-janvier-16 Au 31 janvier 16 Ou : http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/ressources-documentaires/documentation-budgetaire/la-situation-mensuelle-du-budget-de-letat.html

Plus en détail

Le Point. sur la situation économique et financière du québec

Le Point. sur la situation économique et financière du québec Le Point sur la situation économique et financière du québec Printemps 2013 Ce document est imprimé sur du papier entièrement recyclé, fabriqué au Québec, contenant 100 % de fibres postconsommation et

Plus en détail

Avis sur le projet de loi 7050 concernant le budget des recettes et des dépenses de l Etat pour l exercice 2017 et le projet de loi 7051 relatif à la

Avis sur le projet de loi 7050 concernant le budget des recettes et des dépenses de l Etat pour l exercice 2017 et le projet de loi 7051 relatif à la 1 2 Les éléments clés du projet de budget 2017 Evolution de la croissance économique Luxembourg : 2016 : 3,1% 2017 : 4,6% Evolution de la croissance économique 2010-2018 (PIB en volume) Zone Euro 2016

Plus en détail

FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS

FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS... 5 L'ACTIVITÉ DE LA FABRICATION D'EMBALLAGE EN BOIS...

Plus en détail

COMMENT REDUIRE LES CHARGES SUR SALAIRES DES ENTREPRISES? SERGE DASSAULT

COMMENT REDUIRE LES CHARGES SUR SALAIRES DES ENTREPRISES? SERGE DASSAULT COMMENT REDUIRE LES CHARGES SUR SALAIRES DES ENTREPRISES? SERGE DASSAULT Président du Groupe Dassault Sénateur de l Essonne Membre de la Commission des Finances 17 Janvier 2013 COMMENT REDUIRE LES CHARGES

Plus en détail

Le cadre de l analyse macroéconomique

Le cadre de l analyse macroéconomique Le cadre de l analyse macroéconomique Université de Rennes Faculté de Droit et de Science Politique Antenne de Saint-Brieuc Licence Droit 007-008. Une économie de production -. Le Produit Intérieur Brut

Plus en détail

Financement de la protection sociale. Muriel Roger Régulation de la protection sociale Master 2 COSS & EVSAN Université Paris 1&5 2016/2017

Financement de la protection sociale. Muriel Roger Régulation de la protection sociale Master 2 COSS & EVSAN Université Paris 1&5 2016/2017 Financement de la protection sociale Muriel Roger Régulation de la protection sociale Master 2 COSS & EVSAN Université Paris 1&5 2016/2017 Ressources Les ressources de la PS se répartissent en 3 catégories

Plus en détail

Les impôts en France

Les impôts en France CHAPITRE 1 Les impôts en France Définition de l impôt En règle générale, les contribuables éprouvent un certain embarras lexical face aux impôts, contributions, droits, prélèvements, taxes Cette gêne est

Plus en détail

Resserrement budgétaire en Europe

Resserrement budgétaire en Europe Resserrement budgétaire en Europe Quels eets? C. Kerdrain 1 V. Lapègue 2 1 Département de la Conjoncture INSEE 2 Département des Etudes Economiques d'ensemble INSEE Séminaire Fourgeaud, 9 novembre 2011

Plus en détail

10) Les inégalités et la redistribution. A) Les instruments de mesure

10) Les inégalités et la redistribution. A) Les instruments de mesure 1 FIPECO le 09.09.2016 Les fiches de l encyclopédie VIII) Assurances sociales et redistribution 10) Les inégalités et la redistribution Selon la typologie proposée par R. Musgrave, la redistribution (ou

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 3 A-4-08 N 63 du 13 JUIN 2008 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE. ACTIVITES D ENSEIGNEMENT, DE FORMATION ET DE RECHERCHE. (C.G.I., art. 256,

Plus en détail

Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën

Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën Une expérience d entreprise : le PERE (Plan d Epargne Retraite Entreprise) et le PEP (Plan d Epargne Prévoyance) chez PSA Peugeot Citroën Thierry Debeneix Epargne salariale, Epargne retraite et Fonds supplémentaires

Plus en détail

1. La construction du modèle

1. La construction du modèle Chapitre 3 : s Plan 1 La construction du modèle 1.1 Incidence de l ouverture extérieure sur IS et sur LM 1.2 Construction de la courbe BP 1.3 Interprétation et déplacement de la courbe BP 2 Dilemmes de

Plus en détail

Indexation des pensions

Indexation des pensions CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 4 avril 2002 «Prospective des retraites et inégalités» Indexation des pensions Le Conseil d orientation des retraites a considéré dans son premier

Plus en détail

Fiscalitéenvironnementale et réforme fiscale en France

Fiscalitéenvironnementale et réforme fiscale en France Fiscalitéenvironnementale et réforme fiscale en France Henri Lamotte* Ministère de l économie et des finances - France Conférence Green Budget Europe IDDRI 29-30 octobre 2012 Green taxation as key for

Plus en détail

La demande et l offre agrégée

La demande et l offre agrégée La demande et l offre agrégée Comment la demande et l offre de tous les biens et services interagissent pour déterminer le niveau de la production et des prix? La demande agrégée (DA) DA désigne la demande

Plus en détail

Le FMI, Rôle en Afrique, et la Société Civile Abdourahmane SARR Représentant Résident. Le 17 Février 2011

Le FMI, Rôle en Afrique, et la Société Civile Abdourahmane SARR Représentant Résident. Le 17 Février 2011 Le FMI, Rôle en Afrique, et la Société Civile Abdourahmane SARR Représentant Résident Le 17 Février 2011 Présentation Mandat et fonctionnement du FMI? Comment l Afrique a-t-elle subi la crise passée; du

Plus en détail

Fiscalité carbone et enjeux d équité. Emmanuel COMBET - CIRED Centre international de recherche sur l environnement et le développement

Fiscalité carbone et enjeux d équité. Emmanuel COMBET - CIRED Centre international de recherche sur l environnement et le développement Fiscalité carbone et enjeux d équité Emmanuel COMBET - CIRED Centre international de recherche sur l environnement et le développement Crainte des conséquences sociales du prix du carbone Désaccords sur

Plus en détail

1) La définition, le niveau et la répartition des prélèvements obligatoires

1) La définition, le niveau et la répartition des prélèvements obligatoires 1 FIPECO, le 30.05.2016 Les fiches de l encyclopédie IV) Les prélèvements obligatoires 1) La définition, le niveau et la répartition des prélèvements obligatoires Les prélèvements obligatoires ne sont

Plus en détail

Analyse financière d un crédit d impôt ciblé pour les contribuables dans la deuxième tranche d imposition

Analyse financière d un crédit d impôt ciblé pour les contribuables dans la deuxième tranche d imposition Analyse financière d un crédit d impôt ciblé pour les contribuables dans la deuxième Ottawa, Canada 17 mai 2016 www.pbo-dpb.gc.ca Le directeur parlementaire du budget (DPB) est chargé de fournir des analyses

Plus en détail

Le deuxième pilier de pension est une nécessité! I Introduction 02. I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03

Le deuxième pilier de pension est une nécessité! I Introduction 02. I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03 ssur 01 N 11 I Bulletin hebdomadaire du 19/03/2009 Le deuxième pilier de pension est une nécessité! Contenu I Introduction 02 I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03 I 2. Situation

Plus en détail

Note de synthèse. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de synthèse. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES «Maintien de la durée d assurance à 40 ans» Document N 1 Document de travail, n engage pas le Conseil Note de synthèse Secrétariat général du Conseil d orientation des

Plus en détail

Université Paris Ouest Nanterre La Défense Année universitaire Travaux Dirigés 1 : Éléments de correction La balance des paiements

Université Paris Ouest Nanterre La Défense Année universitaire Travaux Dirigés 1 : Éléments de correction La balance des paiements Université Paris Ouest Nanterre La Défense Année universitaire 2016-2017 Master 1 MBFA / EA Macroéconomie Internationale Enseignant : Dramane Coulibaly (CM), Victor Court (TD) Travaux Dirigés 1 : Éléments

Plus en détail

Les évolutions des modes de financement et des efforts contributifs en matière de retraite

Les évolutions des modes de financement et des efforts contributifs en matière de retraite Les évolutions des modes de financement et des efforts contributifs en matière de retraite 14 e colloque du COR Le financement du système de retraite français Anthony Marino Chargé de mission Secrétariat

Plus en détail

Perspectives des régimes de retraite

Perspectives des régimes de retraite Perspectives des régimes de retraite Dr. Olivier Petit Le régime ASV : - historique, - allocations, - réversion, - réforme. Le régime ASV 1 1962 Le régime ASV 2 1972 COTISATION = 60 % de 90 C ACQUISITION

Plus en détail

Enseignants du cours : Gilles Dufrénot. Fiche de Travaux Dirigés #1 Les équilibres macroéconomiques

Enseignants du cours : Gilles Dufrénot. Fiche de Travaux Dirigés #1 Les équilibres macroéconomiques Macroéconomie L2 Enseignants du cours : Gilles Dufrénot Fiche de Travaux Dirigés #1 Les équilibres macroéconomiques Vous êtes expert(e) pour une grande organisation internationale qui souhaite vérifier,

Plus en détail

Initiation à l économie

Initiation à l économie Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Octobre 2012 () Initiation à l économie Octobre 2012 1 / 30 Plan 1 Activités et objectifs de l entreprise 2 Emplois-Ressources des entreprises 3 Les trois approches

Plus en détail

Une croissance économique remarquable

Une croissance économique remarquable Approche comparée des évolutions macro-économiques des outre-mer dossier Une croissance économique remarquable L outre-mer français, mis à part la Polynésie française, a connu au cours des 10 années qui

Plus en détail

Dares Analyses. Les salariés effectuant des heures supplémentaires rémunérées en 2010

Dares Analyses. Les salariés effectuant des heures supplémentaires rémunérées en 2010 Dares Analyses MARS 2013 N 015 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Les salariés effectuant des heures rémunérées en 2010 En 2010, 49 % des salariés

Plus en détail

Investir. Caisse Fédérale du Crédit Mutuel Nord Europe (France) Autocallable Note

Investir. Caisse Fédérale du Crédit Mutuel Nord Europe (France) Autocallable Note Investir Caisse Fédérale du Crédit Mutuel Nord Europe (France) Autocallable Note Une durée d investissement maximum de 8 ans Un droit de remboursement de l intégralité du capital investi (1) à maturité

Plus en détail

Société mère Rapport de gestion

Société mère Rapport de gestion 1 Société mère Rapport de gestion Principales activités Arla Foods amba exerce des activités laitières au Danemark et achète du lait auprès de ses associés-coopérateurs dans sept pays. Le lait collecté

Plus en détail

La Chine est-elle en train de réussir une transition vers un nouveau modèle de croissance?

La Chine est-elle en train de réussir une transition vers un nouveau modèle de croissance? La Chine est-elle en train de réussir une transition vers un nouveau modèle de croissance? Résumé : - Avant la crise, les autorités chinoises exprimaient assez clairement leur préoccupation au sujet du

Plus en détail

La cotisation sociale sur la consommation

La cotisation sociale sur la consommation La cotisation sociale sur la consommation Un remède économique pour la France Confédération Française de l'encadrement CGC COTISATION SOCIALE sur la consommation Une mesure innovante et astucieuse L idée

Plus en détail

Tendances du Commerce International (1/2)

Tendances du Commerce International (1/2) Tendances du Commerce International 2016-2017 (1/2) Retour sur la situation du commerce international en 2016 Résumé : Croissance décélérée du volume du commerce international de biens en 2016 ; Effets

Plus en détail

LES EXONÉRATIONS GÉNÉRALES DE COTISATIONS

LES EXONÉRATIONS GÉNÉRALES DE COTISATIONS COSAPE COMITÉ DE SUIVI DES AIDES PUBLIQUES AUX ENTREPRISES ET DES ENGAGEMENTS LES EXONÉRATIONS GÉNÉRALES DE COTISATIONS Président Michel Yahiel Coordinateur Fabrice Lenglart Rapporteurs Amandine Brun-Schammé,

Plus en détail

Chapitre 6 : Les limites à l efficacité des politiques économiques. A. Quels sont les couts liés au financement de la politique budgétaire?

Chapitre 6 : Les limites à l efficacité des politiques économiques. A. Quels sont les couts liés au financement de la politique budgétaire? Chapitre 6 : Les limites à l efficacité des politiques économiques. I) Les limites de la politique budgétaire. A. Quels sont les couts liés au financement de la politique budgétaire? 1. L emprunt source

Plus en détail

Pour toutes les personnes majeures qui souhaitent valoriser un capital sur différents supports, du plus sécuritaire au très dynamique.

Pour toutes les personnes majeures qui souhaitent valoriser un capital sur différents supports, du plus sécuritaire au très dynamique. FLORIANE DÉCOUVREZ LES AVANTAGES DE FLORIANE Une solution d investissement pour faire évoluer un capital en vue de votre retraite. Une gestion souple et personnalisée du capital de votre contrat Un large

Plus en détail

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 23 novembre 2011-9 h 30 «Niveaux des pensions et taux de remplacement» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Evolution du niveau

Plus en détail

Présentation Le Gouvernement a choisi d axer sa politique fiscale sur la baisse de l Impôt sur le revenu et de laisser dans l ombre l évolution des Im

Présentation Le Gouvernement a choisi d axer sa politique fiscale sur la baisse de l Impôt sur le revenu et de laisser dans l ombre l évolution des Im 4 Novembre 2003 DOSSIER DE PRESSE FISCALITÉ LOCALE : LES MÉNAGES DANS LA TOURMENTE Contact presse : Christian BOULAIS - Patrice BREMENT (Dossier rédigé en collaboration avec Vincent DREZET) Syndicat National

Plus en détail

Productivité Portrait de la situation au Canada et implications pour le cadre stratégique.

Productivité Portrait de la situation au Canada et implications pour le cadre stratégique. Productivité Portrait de la situation au et implications pour le cadre stratégique. Direction des politiques économique et fiscale Novembre 2010 Aperçu de la présentation Tendances récentes et contexte

Plus en détail

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée

Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Base de données OCDE-OMC sur les échanges en valeur ajoutée Premières estimations : 16 janvier 2013 Les chaînes de valeur mondiales (CVM) jouent aujourd hui un rôle de premier plan dans l économie de l

Plus en détail

CHAPITRE6/ LES OBJECTIFS ET LES INSTRUMENTS MACROECONOMIQUES

CHAPITRE6/ LES OBJECTIFS ET LES INSTRUMENTS MACROECONOMIQUES CHAPITRE6/ LES OBJECTIFS ET LES INSTRUMENTS MACROECONOMIQUES I- Les trois maux macroéconomiques II- La croissance III-Le chômage IV- L inflation V-Les liens entre les trois grandes variables macroéconomiques

Plus en détail

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise

Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise Janvier 2016 Le cadre fiscal et social de l épargne salariale pour l entreprise France métropolitaine, Départements et Régions d Outre-Mer BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE ET ASSURANCE / SERVICES FINANCIERS

Plus en détail

7.11 TAXE FONCIÈRE GÉNÉRALE ET TAXE SUR LES IMMEUBLES NON- RÉSIDENTIELS

7.11 TAXE FONCIÈRE GÉNÉRALE ET TAXE SUR LES IMMEUBLES NON- RÉSIDENTIELS Tableau 69 Paiements tenant lieu de taxes Description Montant Saint-Jean-sur-Richelieu 2 903 732 $ * Saint-Luc 72 315 $ Iberville 99 379 $ Saint-Athanase 22 425 $ L Acadie 22 716 $ Ville centrale 3 863

Plus en détail

1.6 La coordination des politiques économiques... 1.7 Le marché international des capitaux... 2 L économie internationale : commerce et monnaie...

1.6 La coordination des politiques économiques... 1.7 Le marché international des capitaux... 2 L économie internationale : commerce et monnaie... Table des matières Table des encadrés.............................................................. XVII Préface.............................................................................. XIX Les auteurs........................................................................

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 2 ème TRIMESTRE 2015 EN LEGERE AMELIORATION PERSPECTIVES CHIFFRE D AFFAIRES DEUXIEME TRIMESTRE 2015. Paris, le 3 septembre 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 2 ème TRIMESTRE 2015 EN LEGERE AMELIORATION PERSPECTIVES CHIFFRE D AFFAIRES DEUXIEME TRIMESTRE 2015. Paris, le 3 septembre 2015 CHIFFRE D AFFAIRES DEUXIEME TRIMESTRE 2015 2 ème TRIMESTRE 2015 EN LEGERE AMELIORATION Poursuite de la forte croissance du chiffre d affaires Shipping Solutions et début d amélioration de l activité Mail

Plus en détail

Effets sur l emploi d un changement d assiette du financement de la protection sociale

Effets sur l emploi d un changement d assiette du financement de la protection sociale Effets sur l emploi d un changement d assiette du financement de la protection sociale Direction Générale du Trésor et de la Politique Économique Présentation au COE avril 006 La présentation se déroule

Plus en détail

SIGNET SYSTÈME INTEGRE DE GESTION NATIONALE DE L'ECONOMIE TCHADIENNE Version 1

SIGNET SYSTÈME INTEGRE DE GESTION NATIONALE DE L'ECONOMIE TCHADIENNE Version 1 MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET DIRECTION GENERALE DU BUDGET DIRECTION DES ETUDES ET DE LA PREVISION SIGNET SYSTÈME INTEGRE DE GESTION NATIONALE DE L'ECONOMIE TCHADIENNE Version 1 Raccourcis pour exécuter

Plus en détail

Environnement économique de l entreprise. Séance 2. Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr

Environnement économique de l entreprise. Séance 2. Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr Environnement économique de l entreprise Séance 2 Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr Les délocalisations Quelques chiffres Salaire brut horaire moyen dans le textile Moyenne UE: 14 $ US : 20 $ Turquie:

Plus en détail