Chapitre 11 : L inductance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chapitre 11 : L inductance"

Transcription

1 Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ ,3 A/s E. On donne A πr,5π 4 m. () À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ,6 3 8µH Selon l exemple., q q µ n A n µ A 8 6 (4π 7 )(,5π 4 )(,5) 9spires/m N n 9 (,5) 47,5 spires (b) On utilise l éqution 9.3 pour un long solénoïde : B µ ni 4π 7 (9) (3) 7,6 4 T E3. () À prtir de l éqution.3, on trouve NΦ B I Φ B I N (, 3 )() 5 4,8 µwb (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ, 3 (35) 4, mv E4. Dns les trois cs on utilise l éqution.4 : () ξ d I e t τ I τ (b) ξ d t bt (bt ) (c) ξ d (I sin (ωt)) E5. À prtir de l éqution.3, on trouve τ e t τ I I ω cos (ωt) NΦ B I NΦ B I 5(5 6 ) 3,75 4 H À prtir de l éqution.4, on trouve ξ 3,75 4 (5) 9,38 mv E6. À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 7, 3 6 4,5 4 H v4 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce

2 À prtir de l éqution.3, on trouve NΦ B I Φ B I N (4,5 4 )(4,5) 6 33,8 µwb E7. À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 8 93,8 mh E8. À prtir du résultt de l exemple., on trouve µ π ln b (4π 7 )(8) π ln 4 3,3 3 9,3 µh E9. indice est ssocié à l bobine et l indice u solénoïde. Selon l éqution 9.3, le module du chmp mgnétique produit pr le solénoïde est B µ n I µ N I Il s git d une sitution similire à celle de l exemple.3. Toutefois, comme l bobine possède un ryon supérieur à celui du solénoïde, on utilise A, l ire du solénoïde, pour le clcul du flux mgnétique. Selon l éqution., le flux mgnétique trversnt l bobine est Φ BA cos θ µ N I A cos θ µ N I πr cos θ À prtir de l éqution.5, on trouve N Φ MI M N Φ I N I µ N I πr cos θ M µ N N πr cos θ (4π 7 )(5)(36)π(,7 ) cos( ),4 8,43 6 H E. À prtir de l éqution.6, on trouve ξ M 4 3 (5), V E. indice est ssocié à l bobine et l indice u solénoïde. Il s git d une sitution similire à celle de l exemple.3. Toutefois, comme l bobine possède un ryon supérieur à celui du solénoïde, on utilise l éqution obtenue à l exemple.3 vec A, l ire du solénoïde : () M µ n N A 4π 7 () (4) 8 4 8,4 µh (b) En dérivnt I,onobtient d 3t t 3 4t À t s, à prtir de l éqution.6, on trouve ξ M 8,4 6 (3 4()) 4, mv E. () e flux mgnétique qui trverse l bobine B et qui vient du chmp mgnétique de module B A que crée l bobine A est donné pr l éqution. pour θ : Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce v4

3 Φ BA B A A B 6,5 4 5 Wb À prtir de l éqution.5, on trouve N B Φ BA MI A M N B Φ BA I A (6)(5 ),5 9 H (b) À prtir de l éqution.6, on trouve ξ AB M B,5 9 (4) 6, 8 V E3. indice est ssocié u tore et l indice à l bobine. e tore produit un chmp mgnétiquedontlemoduleb dépend, comme on l démontré dns l exemple 9.8, de l distnce r u centre du tore, B µ N I πr. Comme le chmp mgnétique est nul à l extérieur du tore, le flux mgnétique Φ quitrverselbobineestclculéàprtirdel ire A du tore. () e flux mgnétique à trvers un élément de lrgeur dr comme celui représenté à l figure.9 est dφ B da B hdr µ N I h πr dr e flux totl est donné pr Φ dφ Φ µ N I h π b µ N I h πr dr µ N I h π ln b (b) À prtir de l éqution.5, on trouve N Φ MI M Φ N I b dr r µ N N h π µ N I h π [ln (r) b ln b E4. indice est ssocié à l bobine et l indice u solénoïde. Selon l éqution 9.3, le module du chmp mgnétique produit pr le solénoïde est B µ n I Il s git d une sitution similire à celle de l exemple.3, mis l ngle entre l xe de l bobine et celui du solénoïde est θ 6. Selon l éqution., le flux mgnétique trversnt l bobine est Φ BA cos θ µ n I A cos θ À prtir de l éqution.5 et pour A πr 4π 4 m,ontrouve N Φ MI M N Φ I N I µ n I A cos θ M µ N n A cos θ 4π 7 () () 4π 4 cos (6 ) 8,9 µh E5. () À prtir de l éqution.3, on trouve N Φ I Φ I N ( 3 )(,4) 8,6 mwb v4 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce 3

4 (b) À prtir de l éqution.5, on trouve N Φ MI Φ MI N (7 3 )(4,5) 8,394 mwb (c) À prtir de l éqution.5, on trouve N Φ MI Φ MI N (7 3 )(,4),4 mwb (d) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ 3 (4) 8, mv (e) À prtir de l éqution.6, on trouve ξ M 7 3 (,8),6 mv (f) À prtir de l éqution.6, on trouve ξ M 7 3 (4) 8, mv E6. () On reprend l éqution.7, mis en enlevnt le terme qui contient l résistnce : ξ ξ ξ I t ξ I ξ t (b) Selon l éqution.8, I ξ e t, mis comme, on peut remplcer l expontentielle pr s vleur pproximtive, e t I ξ I t ξ t ξ t ξ t E7. () À prtir de l éqution.8, on trouve I ξ e t à 6 e 6 (5 3 )! t, et l éqution.8 devient,79 A (b) On clcule d bord le tux de chngement du cournt vec l éqution.8 : d ξ e t ξ d e t ξ e t ξ t e Puis, à prtir de l éqution.4, on trouve, à t 5ms, ξ ξ t e ξe t e 6 3 (5 ),3 V (c) À prtir de l éqution.8, on trouve I,8I I e t,8 e t e t, t ln(,) t ln (,) 6 ln (,) 536 ms E8. () En combinnt l éqution 6. et l éqution., on trouve V I ξ e t V ξe t,5ξ ξe t,5 e t t ln(,5) t ln (,5) 6 ln (,5) 693 ms (b) On clcule d bord le tux de chngement du cournt vec l éqution. : 4 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce v4

5 d ξ t e ξ d e t ξ t e ξ t e Puis, à prtir de l éqution.4, on trouve, à t 693 ms, ξ ξ t e ξe t e 6 3 (693 ),5 V E9. () On clcule d bord le tux de chngement du cournt vec l éqution.8 : d ξ e t ξ d e t ξ e t ξ t e À t, (b)onveutque ξ t e t ξ 6, A/s,5 t ξ t e,5 ξ e t,5 t ln(,5) t ln (,5) 6 ln (,5) 3 ms (c) vleur finle du cournt est I ξ 6 A. Pour le clcul demndé, l éqution s écrit I t t t I ( ) t ξ ξ ms vleur trouvée correspond à l constnte de temps du circuit. E. () vleur initile du cournt est I ξ. À prtir de l éqution., on trouve I,5I I e t,5 e t t ln(,5) 6 3 t ln (,5),5 ln (,5),66 Ω (b) vleur finle du cournt est I ξ. À prtir de l éqution.8, on trouve I,4I I e t,4 e t e t,6 t ln(,6) t ln(,6) (,) ln(,6),39 H E. () chute de potentiel ux bornes de l bobine qui vient de s résistnce est donnée pr l éqution 6. : V I (6) V f.é.m. induite ux bornes de l bobine est donnée pr l éqution.4 : ξ 4 3 (5), V différence de potentiel totle ux bornes de l bobine est V V + ξ 3, V de sorte que V 3, V (b) Seule l f.é.m. induite chnge de signe : ξ 4 3 ( 5), V de sorte que v4 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce 5

6 V V + ξ +, V V, V Dns les deux cs, le potentiel chute à trvers l bobine. E. () À prtir de l éqution.8, schnt que I,4I à t 4ms, on clcule l constnte de temps : I,4I I e t τ,4 e t τ e t τ,6 t τ t ln(,6) τ ln(,6) 4 3 ln(,6) 78,3 ms On reprend l éqution.8 et on cherche t pour que I,8I : I,8I I e t τ,8 e t τ e t τ, t τ ln(,) t τ ln (,) 78,3 3 ln (,) 6 ms (b) À prtir de l éqution.9, on trouve τ τ 78,3 3,94 H E3. () vleur finle du cournt est I ξ. À prtir de l éqution.8, on trouve I,5I I e t,5 e t e t,5 t ln(,5) t 3 ln (,5) 5 ln (,5) 5,55 ms (b) À prtir de l éqution.8 et à t 5τ, ontrouve I I e 5τ τ I e 5,993 I I 99,3 % E4. () À l instnt initil, lorsqu on ferme l interrupteur, I 3 et le circuit se comporte comme si l brnche qui contient l bobine étit bsente. es deux résistnces sont en série et I I ξ + (b) Après un temps très long, l brnche qui contient l bobine se comporte comme un courtcircuit et I. e cournt dns les utres brnches prend l vleur finle donnée pr le risonnement qui conduit à l éqution., I I 3 ξ (c) Il n y plus de cournt dns l brnche qui contient l f.é.m., I,etlecournt dns le reste du circuit prend l vleur initile donnée pr le risonnement qui conduit à l éqution.8, I I 3 ξ (d) Directement, à prtir de l éqution 6., on trouve V I ξ E5. Chque spire mesure, mm de lrge. Sur,8 m, il y N,8 8spires 3 et insi n N,8 8 spires/m. Avec A πr 4π 4 m et le résultt de l exemple., on clcule 6 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce v4

7 µ n A 4π 7 () 4π 4 (,8),84 4 H longueur totle de fil du solénoïde est fil N (πr),6 m. section A fil du fil dépend du ryon du fil, qui est r fil,5 mm; donc A fil πr fil 7,85 7 m.on clcule l résistnce du solénoïde vec l éqution 6.6 : ρ fi l A fi l (,7 8 )(,6),489 Ω 7,85 7 Avec l éqution.9, on trouve τ,84 4,489,58 ms E6. () À prtir de l éqution., on trouve U I (,5) () 3 J (b) À prtir de l éqution.3, on trouve NΦ B I NΦ B I (4 5 ),5 3, mh À prtir de l éqution., on trouve U I 3, 3 (,5) 3,6 mj E7. () On donne B 4 T, si G 4 T. À prtir de l éqution.3, on trouve u B B µ ( 4 ) (4π 7 ) 3,98 mj/m3 (b) Soit V A πr π 5 m 3, le volume du solénoïde. On clcule d bord l énergie emmgsinée dns le chmp mgnétique : u B U V U u B V 3,98 3 π 5,5 7 J Avec A πr π 4 m, n N, spires/m et le résultt de l exemple., on clcule µ n A 4π 7 () π 4 (,) 39,5 6 H Finlement, à prtir de l éqution., on trouve q q U I U I (,5 7 ) 39,5 79,6 ma 6 E8. On combine l éqution. et le résultt de l exemple. pour un câble coxil : U I µ π ln b I µ I 4π ln b (4π 7 )()() 4π ln 3,5 3 U 5,55 7 J E9. () À prtir des équtions 6.,.8 et I ξ,ontrouve P I I e t τ ξ e t τ (i) À t τ, l éqution (i) devient P ξ e () 6 (,63) 9,59 W v4 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce 7

8 (b) e résultt de l prtie (c) de l exemple.4 est P I e t τ e t τ e t τ e t τ (ii) ξ À t τ, l éqution (ii) devient P ξ e e () 6 (,33) 5,58 W (c) e résultt de l prtie (e) de l exemple.4 est P ξ I e t τ e t τ (iii) ξ À t τ, l éqution (iii) devient P ξ ξ e () 6 (,63) 5, W E3. () On clcule d bord le tux de chngement du cournt vec l éqution.8 : d ξ e t ξ d e t ξ t e ξ t e À t ms, l f.é.m. induite ux bornes de l bobine est ensuite donnée pr l éqution.4 : ξ ξ t e ξe t 4e 6 3 ( ) 5 3 3,63 V (b) À prtir des équtions 6.,.8 et pour I ξ,ontrouve P I I e t ξ e t À t ms, l puissnce dissipée dns l résistnce est Ã! P (4) 6 e 6( 3 ) 5 3, W (c) e résultt de l prtie (c) de l exemple.4 est P ξ e t e t À t ms, Ãl puissnce fournie à l bobine! est P (4) 6 e 6( 3 ) 5 3 e (6) 3 ( ) 5 3, W (d) e résultt de l prtie (e) de l exemple.4 est P ξ ξ e t À t ms, Ã l puissnce fournie! pr l pile est P ξ ξ e 6( 3 ) 5 3 4,3 W E3. On veut que P P. Selon l exercice 3b, P ξ e t Selon l prtie (c) de l exemple.4, P ξ e t e t ξ e t e t Donc, 8 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce v4

9 ξ e t t ln ξ e t t ln e t e t e t ln 5,55 ms Puisque τ, on peut ussi exprimer le résultt comme t,693τ E3. À prtir de l éqution., on trouve U I U I (,) 4,5 H E33. À prtir de l éqution.3, on trouve e t u B B µ B µ u B p (4π 7 )(8 3 ),48 4 T Avec n N 3, 5 spires/m et l éqution 9.3, on trouve B µ ni I B µ n,48 4 (4π 7 )(5) 75, ma E34. () On insère les vleurs dns l éqution.8 : I ξ e t e t e t,55 6( 3 ) ln(,55) 6( 3 ) ln(,55), H (b) Avec I ξ et l éqution., on trouve U mx I ξ (,) 4 6,6 J E35. () On combine les équtions 9.3 et.3 et on trouve u B B µ (µ ni) µ µ n I (b) e volume intérieur du solénoïde est V A. énergie ccumulée dns le solénoïde est U u B V µ n I (A ) (i) Si on fit ppel à l éqution., l éqution (i) devient I µ n I (A ) µ n A ce qui correspond u résultt de l exemple.. E36. () On donne I,5 sin (5t); donc d (,5 sin (5t)),5 (5) cos (5t) À t, 3 s, vec l éqution.4, on trouve CQFD ξ 6 3 (,5) (5) cos 5, 3 (b) On dérive l éqution. et on trouve, à t, 3 s, 59, V du I du 6 3 (,5) sin 5, 3 (,5) (5) cos 5, 3 du 6 3 (,5) (5) sin 5, 3 cos 5, 3 6,4 W E37. () Avec l éqution.4 et en schnt que f ω π, on trouve v4 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce 9

10 f ω π π C π (8 3 )( 6 ) 563 Hz (b) Selon l éqution.6, l vleur mximle du cournt est I ω Q Q C 6 6 (8 3 )( 6 ), A (c)onveutqueu C U et on sit que l énergie totle du circuit correspond à Q C qu on l démontré à l section.4. Si les énergies sont églement réprties, lors U C Q C Q C Q C Q Q (i) Selon l éqution.5b, l chrge sur le condensteur est décrite pr insi Q Q cos (ω t) (ii) Si on combine les équtions (i) et (ii), Q cos (ω t) Q cos (ω t) q ω t rccos Comme on cherche le premier instnt où l condition est respectée, on conserve le résultt pour l ngle ω t qui est dns le premier cdrn. Si cet ngle est en rdins, q ω t,785 t C (,785) p (8 3 )( 6 )(,785), 4 s (d) énergie dns le condensteur et dns l bobine est donnée pr les équtions 5.9 et., soit U C Q C et U I. Dns le logiciel Mple, on donne une vleur à C et à. Ensuite, on définit l expression de l chrge, du cournt et des deux formes d énergie. Finlement, on trce le grphe demndé : > restrt; > C:e-6; :8e-3; Q:6e-6; > omeg:/sqrt(*c); > Q:Q*cos(omeg*t); > i:-diff(q,t); > UC:Q^/(*C); > U:(/)**i^; > plot([uc,u],t..*pi/omeg,color[blue,red]); e grphe confirme le résultt de l question (c). E38. () À prtir de l figure., on constte que le déli fourni correspond u qurt de l période d oscilltion. Schnt que T ω π et à prtir de l éqution.4, on trouve 4 s T 4 π 4 ω π C 4 π (5 9 ) µ ( 4 ) 5 9 π,6 H (b)onsitqueu mx U C mx Q C, donc U mx ( 6 ) (5 9 ) 8, 3 J Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce v4

11 E39. Schnt que πf ω, on clcule les fréquences ngulires correspondnt ux bornes de l intervlle : ω πf π ,46 6 rd/s ω πf π 6 3, 7 rd/s À prtir de l éqution.4, qui permet d écrire que C ω, on trouve les deux vleurs de cpcité : C ω (3,46 6 ) (5 3 ),67 F C ω (, 7 ) (5 3 ),98 F intervlle des vleurs de cpcité est donc,98 pf C 6,7 pf E4. () À prtir de l éqution., on trouve q ω ω q C 4 r ω (4 3 )( 6 ) (),5 3 rd/s 4(4 3 ) (b) Comme on l vu dns le prgrphe qui suit l éqution., l mortissement critique débute lorsque q q ω C C 4 3 8,3 Ω 6 E4. Selon l éqution.9, l chrge sur le condensteur est donnée pr Q Q e t sin(ω t + δ) Mis, comme 4 C,onpeutffirmer que ω ω et que Q Q e t sin(ω t + δ) On clcule l expression du cournt à tout instnt : I dq d Q e t sin(ω t + δ) I Q hsin(ω t + δ) d e t i + e t d (sin(ω t + δ)) e t + e t (ω )cos(ω t + δ) I Q hsin(ω t + δ) I Q e t ω cos(ω t + δ) sin(ω t + δ) i Encore une fois, si 4 C, lors 4 C C ω, et on peut négliger le deuxième terme de l expression pour le cournt : I Q e t ω cos(ω t + δ) À tout instnt, l énergie totle dns le circuit correspond à U U C + U Q C + I U C Q t e sin (ω t + δ)+ Q t e ω cos (ω t + δ) v4 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce

12 U Q t e C sin (ω t + δ)+ω cos (ω t + δ) U Q t e C sin (ω t + δ)+ C cos (ω t + δ) Si on utilise l identité sin θ +cos θ, lors U C Q t e E4. () À prtir de l éqution.4, on trouve sin (ω t + δ)+cos (ω t + δ) U C Q t e CQFD ω C (4 3 )(, 6 ) 5, 4 rd/s (b) À prtir de l éqution., on pose l éqution de l contrinte : q ω ω q,999ω ω,999ω 4 ω (,999) ω 4 (,999) ω 4 ω q (,999) 4 3 5, 4 q (,999),79 Ω (c) Dns le logiciel Mple, on définit l expression de l fréquence ngulire des oscilltions morties et on trce le grphe demndé : > restrt; > :4e-3; C:e-8; w:/sqrt(*c); > wp:sqrt(w^-(/(*))^); > plot(wp,..); (d) Dns le logiciel Mple, on définit l vleur critique de fréquence ngulire et on résout l éqution : > T:864; > wc:*pi/t; > solve(wpwc,); On ne conserve que le résultt positif, 4, 3 Ω Problèmes P. () Comme elles sont en série, les deux bobines sont trversées pr le même cournt I, et l différence de potentiel entre les deux extrémités correspond à l somme des f.é.m. induites. Pour chque bobine, on utilise l éqution.4 : ξ ξ + ξ ( + ) Si on compre à ξ éq, on peut ffirmer que l uto-inductnce équivlente est éq + (b) Si elles sont en prllèle, l même différence de potentiel ser mesurée ux bornes des deux bobines. e cournt totl qui trverse l bobine équivlente I éq correspond à l Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce v4

13 somme des cournts trversnt chcune des bobines; donc I éq I + I éq + Dns chque brnche, le tux de chngement du cournt est lié à l différence de potentiel pr l éqution.4, ξ et ξ. On réécrit l éqution.4 pour l brnche unique contennt l bobine équivlente : ξ ξ ξ éq éq éq + + éq ξ ξ + ξ ξ P. Comme elles sont en série, les deux bobines sont trversées pr le même cournt I, et l différence de potentiel entre les deux extrémités correspond à l somme des f.é.m. induites. On doit cependnt inclure l f.é.m. induite sur chque bobine pr suite de l inductnce mutuelle. On utilise les équtions.4 et.6 : ξ ξ + ξ + ξ + ξ ± M + M ( + ± M) e signe ± devnt le terme d induction mutuelle vient de ce que l f.é.m. ssociée à l inductnce s dditionne ou se soustrit à l uto-induction selon le sens des enroulements pour chque bobine. Si on compre à ξ éq, on peut ffirmer que l inductnce équivlente à ce système de deux bobines est éq + ± M P3. figure qui suit montre une portion de longueur des deux fils. e centre des deux fils est à une distnce d : Entre les deux fils, le chmp mgnétique de chcun des deux fils est dns le même sens. e module du chmp mgnétique résultnt est, selon l éqution 9., B B + B µ I π(d r) + µ I πr e flux mgnétique à trvers un élément de lrgeur dr est, selon l éqution. et pour θ, dφ B BdA B dr µ I π(d r) + µ I πr dr µ I π d r + r dr v4 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce 3

14 Dns tout l espce qui sépre les deux fils, le flux totl correspond à Φ B dφ B d µ I π d r + r dr µ I d π d r + r dr Φ B µ I π Φ B µ I π [ ln (d r)+ln(r) d µ I π ( ln (d ) ln()) µ I π ( ln ()+ln(d )+ln(d ) ln ()) ln d Si on utilise ce résultt dns l éqution.3 vec N et m, on trouve Φ B I µ I π ln d I µ π ln d µ π ln d CQFD P4. On reprend le résultt de l prtie (b) de l exemple 9.6, qui donne le module du chmp mgnétique à l intérieur d un fil de ryon : B µ Ir π En un point donné à l intérieur du fil (r <), l densité d énergie ssociée u chmp mgnétique correspond à u B B µ µ Ir µ π µ I r 8π 4 énergie contenue dns une mince coquille cylindrique d épisseur dr et de longueur est du B u B dv, dns lquelle dv πr dr. énergie totle contenue dns tout le fil est U B du B u B dv µ I r 8π 4 (πr ) dr µ I 4π 4 Si on compre ce résultt vec l éqution., r 3 dr µ I 4 4π 4 4 µ I 6π U B I µ I 6π I µ 8π P5. e flux mgnétique à trvers le cdre ssocié u cournt I dns le fil rectiligne déjà été clculé u problème 7 du chpitre : Φ B µ Ic π ln +b Si on utilise ce résultt dns l éqution.5 pour N,ontrouve Φ B MI µ Ic π ln +b MI M µ c π ln +b P6. e flux mgnétique totl à trvers l section du tore déjà été clculé à l prtie () de l exercice 3 : Φ B µ NIh π ln b Si on utilise ce résultt dns l éqution.3, on trouve NΦ B I NΦ B I µ N h π ln b P7. () Soit U, l énergie totle dns le circuit, et U C, l énergie ccumulée dns le condensteur. 4 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce v4

15 On fit l hypothèse que l frction d énergie perdue pr cycle dns le condensteur est l même que celle qui est perdue dns tout le circuit, de sorte que U U U C U C. chrge ccumulée à tout instnt sur le condensteur est donnée pr l éqution.9, et l énergie ccumulée sur le condensteur à l instnt t est U C Q C C Q e t sin(ω t + δ) C Q t e sin (ω t + δ) Au bout d une période, t t + T et, si sin (θ +π) sinθ, U C C Q e (t+t ) sin (ω (t + T )+δ) C Q e (t+t ) sin (ω t + δ) différence entre les deux vleurs d énergie est U C U C UC C Q t e sin (ω t + δ) U C C Q t e sin (ω t + δ) de sorte que U U U C U C e T µ t C Q e sin (ω t+δ) e T t C Q e sin (ω t+δ) C Q e (t+t ) e T sin (ω t + δ) On suppose que le système est fortement sous-morti, ce qui implique que devnt ω et que ω ω. Si c est le cs, ω 4π T T ; donc utiliser l pproximtion suggérée et poser que e T U U (b) Si U U T T π ω π ω,, lors Q C π, 34 T (c) Si le système est sous-morti, lors ω ω C ; donc Q C ω 34 C P8. () À prtir de l éqution.8, on trouve I,5I I e t,5 e t (i) est petit 4π. On peut lors dns l éqution (i) : U U π Q C CQFD C C (34) 8 3 (34) (,5),73 µf e t,5 t ln(,5) t 3 ln (,5) 9 ln (,5),54 3 s (b) vleur mximle de l puissnce dissipée dns l résistnce est P mx I. Si on utilise le résultt de l prtie (b) de l exercice 3, P I e t,5p mx I e t,5 e t e t,5i,5 e t,99 t ln(,99) t 3 ln (,99) 9 ln (,99),73 3 s (c) énergie ccumulée dns l bobine à tout moment est U I et s vleur mximle est U mx I. On veut que U U mx I 4 I I,5I (i) v4 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce 5

16 Avec l éqution.8, l éqution (i) devient I e t,5i e t,5 Ils gitdelmêmeéqutionqu àlprtie (b), pour lquelle on trouvé t,73 3 s P9. Selon l éqution 9.3, le module du chmp mgnétique dns le solénoïde est B µ ni µ N I Mis l longueur du solénoïde correspond à N () si est le ryon du fil dontest constitué le solénoïde; donc B µ N N() I µ I e flux mgnétique à trvers l section du solénoïde est donné pr l éqution. pour θ : Φ B BA µ I πr µ πr I À prtir de l éqution.3, on trouve l vleur de l inductnce du solénoïde : NΦ B I NΦ B I Nµ πr Et finlement, on clcule l constnte de temps vec l éqution.9 : τ Nµ πr Si N fi l πr, lors fil πrn. Puis ρ fi l π ; donc πρrn π ρrn et τ Nµ πr ρrn τ µ πr 4ρ CQFD P. À l instnt initil, I 3. Après un temps très long, l brnche qui contient l bobine n engendre plus ucune f.é.m. et elle devient un court-circuit. brnche qui contient devient inutile, de sorte que I I 3 ξ. Dns l intervlle qui sépre ces deux étts, on utilise les lois de Kirchhoff. On pplique l loi des noeuds u point qui se trouve en hut de l brnche où coule I 3 : I I + I 3 (i) On pplique l loi des milles à l mille de guche : ξ I 3 (ii) On pplique l loi des milles à l mille de droite : 3 I I 3 (iii) On combine les équtions (i) et (ii) et on remplce ensuite I pr s vleur dns l éqution (iii) : 6 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce v4

17 ξ (I + I 3 ) 3 ξ I I 3 3 ξ 3 I 3 3 ξ I Cette éqution exctement l même forme que l éqution.7 si on pose que +. En dmettnt que l suite de l solution est l même, on rrive à une solution équivlente à l éqution.8 pour le cournt I 3 : I 3 ξ e t τ dns lquelle l constnte de temps prend l vleur τ + τ + CQFD P. Après un temps très long, le cournt tteint l vleur I ξ et l énergie emmgsinée dns l bobine est U mx I. À tout moment, l puissnce dissipée dns l résistnce est donnée pr P I, dns lquelle, selon l éqution., I I e t τ. De l instnt initil jusqu à ce que t, l énergie qui ser dissipée dns l résistnce est U P I I e h t τ I e t τ I τ e t τ U I τ I τ (i) Toutefois, comme τ, l éqution (i) donne U I CQFD P. Avec Q Q e t cos(ω t), on clcule l expression du cournt à tout instnt : I dq d Q e t cos(ω t) i I Q hcos(ω t) d e t + e t d (cos(ω t)) I Q hcos(ω t) i e t e t (ω )sin(ω t) I Q e t ω sin(ω t) cos(ω t) ω Q e t sin(ω t) ω cos(ω t) (i) On pose que ω tnδ. Toutefois, comme ω, lors ω. Cel implique que δ est petit, donc que tn δ sin δ et que cos δ. Ces deux reltions permettent de trnsformer l églité (i) : I ω Q e t [sin(ω t)cosδ sin δ cos(ω t)] ω Q e t sin (ω t + δ) Ou encore I A (t)sin(ω t + δ) pour A (t) ω Q e t P3. À prtir de l exemple., on énonce l uto-inductnce de chcun des deux solénoïdes, soit µ n A et µ n A. On remrque que q µ n A µ n A µ n n A A Schnt que B µ n I, Φ B A et N n, on trouve une première expression de l inductnce mutuelle des deux solénoïdes à prtir de l éqution.5 : v4 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce 7

18 N Φ MI M Φ N I B A N I µ n I A N I µ n A (n )µ n n A À cuse de l symétrie, on peut ffirmer qu une utre vleur de l inductnce mutuelle serit donnée pr M µ n n A. Ces deux vleurs sont nécessirement égles et leur produit donne M M M (µ n n A )(µ n n A )µ n n A A Etilestfciledevoirque M CQFD P4. À l exercice 4, on développé une expression pour le cournt dns un circuit sousmorti : I Q e t ω cos(ω t + δ) À tout moment, l puissnce dissipée dns l résistnce est P I Q e t ω cos(ω t + δ) ω Q t e cos (ω t + δ) vleur moyenne de cos θ sur un cycle est cos θ π π cos θdθ sin θ cos θ π + θ π π (π ) de sorte que P moy P ω Q t e cos (ω t + δ) P moy ω Q e t CQFD P5. éqution.9 donne l vrition de l chrge sur le condensteur : Q Q e t sin(ω t + δ) (i) Si on dérive cette expression, comme à l exercice 4, on obtient l expression du tux de chngement de l chrge à tout moment : dq Q e t ω cos(ωt + δ) sin(ωt + δ) (ii) On doit dériver une nouvelle fois pour obtenir d Q. On lisse le soin à l élève de montrer que d Q h i Q e t (ω 4 ) sin(ωt + δ) ω cos(ωt + δ) On insère les vleurs pour Q, dq l éqution différentielle.7 : d Q + dq Q e t Q e t + Q C h (ω 4 ) +Q e t et d Q données pr les équtions (i), (ii) et (iii) dns i sin(ωt + δ) ω cos(ωt + δ) ω cos(ωt + δ) sin(ωt + δ) + Q t C e sin(ω t + δ) h 4 (ω ) sin(ωt + δ) ω cos(ωt + δ) +ω cos(ωt + δ) sin(ωt + δ)+ C sin(ω t + δ) i 8 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce v4

19 Q e t 4 (ω ) + C sin(ωt + δ) Pour que cette dernière églité soit toujours vrie, le terme entre prenthèses doit toujours être nul : 4 (ω ) + C C ω 4 (ω ) (ω ) q ω CQFD (ω ) 4 + C C q 4 ω C 4 v4 Électricité et mgnétisme, Chpitre : inductnce 9

Electromagne tisme 2 : Induction

Electromagne tisme 2 : Induction Electromgne tisme : Induction Induction de Neumnn Eercice 1 : Clcul d une force électromotrice induite n dispose d'un cdre crré fie de côté comportnt N spires d'un fil conducteur d'etrémités A et C dns

Plus en détail

TP 10 : Lois de Kepler

TP 10 : Lois de Kepler TP 10 : Lois de Kepler Objectifs : - Estimer l msse de Jupiter à prtir de l troisième loi de Kepler. - Utiliser Stellrium, un simulteur de plnétrium «photo-réel». Compétences trvillées : - Démontrer que,

Plus en détail

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie

Zéros des fonctions. 1. La dichotomie. Exo7. 1.1. Principe de la dichotomie Exo7 Zéros des fonctions Vidéo prtie 1. L dichotomie Vidéo prtie. L méthode de l sécnte Vidéo prtie 3. L méthode de Newton Dns ce chpitre nous llons ppliquer toutes les notions précédentes sur les suites

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn)

Chapitre 7. Primitives et Intégrales. 7.1 Primitive d une fonction. 7.2 Propriétés des primitives. 7.3 Intégrale définie ou Intégrale de Riemannn) Chpitre 7 Primitives et Intégrles 7. Primitive d une fonction Soit f une fonction définie sur un intervlle K de R. On ppelle primitive de f, une fonction F dont l dérivée est f : F (x) = f(x). On note

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 2011 ACADEMIE DE BESANÇON Durée : 4 heures Les clcultrices sont utorisées. Le sujet comprend qutre exercices indépendnts qui peuvent être trités dns l'ordre que

Plus en détail

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008

Calcul int egral. 15 d ecembre 2008 Clcul intégrl. 15 décembre 2008 2 Tble des mtières I Intégrles multiples 5 1 Rppels sur l intégrle définie des fonctions d une vrible. 7 1.1 Motivtions................................ 7 1.1.1 Cs des fonctions

Plus en détail

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3

Relations binaires. Table des matières. Marc SAGE. 18 octobre 2007. 1 Amuse gueule 2. 2 Combinatoire dans les quotients 2. 3 Problème d extréma 3 Reltions binires Mrc SAGE 8 octobre 007 Tble des mtières Amuse gueule Combintoire dns les quotients 3 Problème d extrém 3 4 Un théorème de point xe 3 5 Sur l conjugisons dns R 3 6 Sur les corps totlement

Plus en détail

Chapitre I Introduction aux problèmes variationnels

Chapitre I Introduction aux problèmes variationnels Chpitre I Introduction ux problèmes vritionnels I.1. Introduction. Le clcul des vritions concerne l recherche d extrems (minimums ou mximums), et peut être considéré comme une brnche de l optimistion.

Plus en détail

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006

Majorations de l erreur dans les calculs classiques de valeurs approchées d intégrale. Notes pour la préparation au CAPES - Strasbourg- février 2006 Mjortions de l erreur dns les clculs clssiques de vleurs pprochées d intégrle Notes pour l préprtion u CAPES - Strsbourg- février 00 On trouve dns différents ouvrges élémentires des démonstrtions à coup

Plus en détail

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a

Intégration. Rappels. Définition 3. Soit I un intervalle réel et f : I E. On dit que F : I E est. f(x) f(a) x a Intégrtion Les fonctions considérées ci-dessous sont des fonctions définies sur un intervlle réel I, à vleurs réelles ou complees ou, plus générlement, à vleurs dns un espce vectoriel normé de dimension

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

2. Formules d addition.

2. Formules d addition. IX. Trigonométrie 1. Rppels 1.1 Définitions : Dns le cercle trigonométrique C ( O, 1 ), si nous fixons un point P correspondnt à un ngle d mplitude nous vons défini : = bscisse du point P sin = ordonnée

Plus en détail

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg Prospection électrique Guy Mrquis, EOST Strsbourg Le 9 Avril 005 Chpitre Bses physiques L prospection électrique est l une des plus nciennes méthodes de prospection géophysique. S mise en oeuvre est reltivement

Plus en détail

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b

Les intégrales. f(x) dx. f(x) dx est appelée intégrale définie, c est un nombre. La variable x ne sert qu à décrire la fonction f, on a b Les intégrles Introduction Etnt donnée une fonction positive f définie sur un intervlle borné [, b], on veut évluer l ire comprise entre l e des bscisses, l courbe représentnt f et les verticles = et =

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral

Cours de mathématiques. Chapitre 12 : Calcul Intégral Cours de mthémtiques Terminle S1 Chpitre 12 : Clcul Intégrl Année scolire 2008-2009 mise à jour 5 mi 2009 Fig. 1 Henri-Léon Leesgue et Bernhrd Riemnn n les confond prfois 1 Tle des mtières I Chpitre 12

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES

ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES ESTIMER LA PRÉCISION DES MESURES I. Précision d'une mesure directe Une mesure directe est une mesure lue sur un ppreil de mesure. Le résultt d'une mesure directe n'est jmis connu de fçon prfitement excte.

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Chapitre 9: Primitives et intégrales

Chapitre 9: Primitives et intégrales PRIMITIVES ET INTEGRALES 7 Chpitre 9: Primitives et intégrles Prérequis: Limites, dérivées Requis pour: Emen de mturité 9. «À quoi ç sert?» Un peu d histoire Isc Newton (64-77) Les clculs d ire de figures

Plus en détail

NOTIONS DE CALCUL DIFFERENTIEL ET INTEGRAL EN PHYSIQUE

NOTIONS DE CALCUL DIFFERENTIEL ET INTEGRAL EN PHYSIQUE NOTIONS D CALCUL DIFFNTIL T INTGAL N PHYSIQU 1) Dérivée d une fonction Soit une fonction F : x F(x) D F(x + ) F(x ) ΔF x x + ( +Δ ) ( ) Δ F F x x F x Le tux de vrition = L limite de ce tux de vrition lorsque

Plus en détail

CEM : ETUDE DES DIFFERENTS MODES DE COUPLAGE

CEM : ETUDE DES DIFFERENTS MODES DE COUPLAGE ECOE SUPEIEUE e PASTUGIE TP CEM CEM : ETUDE DES DIFFEENTS MODES DE COUPAGE I ) Introuction DES PETUBATIONS EECTOMAGNETIQUES e but e ce TP consiste à mettre en évience les ifférents moes e couplge es perturbtions

Plus en détail

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique.

Ecole Normale Supérieure de Cachan 61 avenue du président Wilson 94230 CACHAN. Concours d admission en 3 ème année Informatique. C39211 Ecole Normle Supérieure de Cchn 61 venue du président Wilson 94230 CACHAN Concours d dmission en 3 ème nnée Informtique Session 2009 INFORMATIQUE 1 Durée : 5 heures «Aucun document n est utorisé»

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

LOIS A DENSITE (Partie 1)

LOIS A DENSITE (Partie 1) LOIS A DENSITE (Prtie ) I. Loi de probbilité à densité ) Rppel Eemple : Soit l'epérience létoire : "On lnce un dé à si fces et on regrde le résultt." L'ensemble de toutes les issues possibles Ω = {; ;

Plus en détail

Développements limités. Motivation. Exo7

Développements limités. Motivation. Exo7 Eo7 Développements limités Vidéo prtie. Formules de Tlor Vidéo prtie 2. Développements limités u voisinge d'un point Vidéo prtie 3. Opértions sur les DL Vidéo prtie 4. Applictions Eercices Développements

Plus en détail

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire

1 Projection tache Airy sur mode propre capillaire 1 Projection tche Airy sur mode propre cpillire Dns l pproximtion prxile (petits ngles) le chmp électrique d une onde de fréquence ω polrisée rectilignement suivnt ~u x se propgent à l intérieur d un cpillire

Plus en détail

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8

Chimie Avancement d une réaction chimique Chap.8 ère S Thème : Couleurs et imges TP n 6 Chimie Avncement d une réction chimique Chp.8 Notions et contenus Réction chimique réctif limitnt stœchiométrie notion d vncement Compétences eigiles Identifier le

Plus en détail

COMPARAISON DE FONCTIONS

COMPARAISON DE FONCTIONS Lurent Grcin MPSI Lycée Jen-Bptiste Corot COMPARAISON DE FONCTIONS 1 Notion de voisinge Définition 1.1 Voisinge Soit R = R {± }. On ppelle voisinge de une prtie de R contennt un intervlle de l forme :

Plus en détail

Stage olympique de Cachan Géométrie

Stage olympique de Cachan Géométrie Stge olympique de chn Géométrie Exercices du vendredi 20 février 2015 1 Quelques définitions et résultts utiles éfinition (Nottions) Soit un tringle non plt. On utiliser usuellement les nottions suivntes

Plus en détail

Corrigé transformateurs triphasés Cours et exercices

Corrigé transformateurs triphasés Cours et exercices Exercice I Répondre ux questions suivntes Corrigé trnsformteurs triphsés Cours et exercices. L puissnce ctive nominle est indiquée sur l plque signlétique d un trnsformteur : vri ou fux? C'est fux, c'est

Plus en détail

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4

Calcul intégral. II Intégrale d une fonction 4 BTS DOMOTIQUE Clcul intégrl 8- Clcul intégrl Tble des mtières I Primitives I. Définitions............................................... I. Clculs de primitives.........................................

Plus en détail

Savoir-faire expérimentaux.

Savoir-faire expérimentaux. LYCEE LOUIS DE CORMONTAIGNE. 12 Plce Cormontigne BP 70624. 57010 METZ Cedex 1 Tél.: 03 87 31 85 31 Fx : 03 87 31 85 36 Sciences Appliquées. Svoir-fire expérimentux.. Référentiel.. :. S5 Sciences. Appliquées......

Plus en détail

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL

LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL Préceptort de Mécnique Quntique 1 ère nnée Florent Krzkl, PCT, Bureu F.3-14 LE PUITS DOUBLE L EXEMPLE STANDARD DE LA MOLECULE D AMMONIAC I. EXERCICE PRELIMINAIRE: EFFET TUNNEL I-1/ Soit une brrière de

Plus en détail

Intégration (suite) 1 Champs de vecteurs et intégrales curvilignes

Intégration (suite) 1 Champs de vecteurs et intégrales curvilignes . Intégrtion (suite) e qui suit comporte trois prties : l première correspond à peu près à ce qui été trité lors du dernier cours, certins exemples du cours et d utres clculs sont présentés dns l deuxième,

Plus en détail

Outils de calcul pour la 3 ème

Outils de calcul pour la 3 ème Chpitre I Outils de clcul pour l Ce que nous connissons déjà :! Opértions sur les décimux, les reltifs et les quotients. Puissnces de dix. Nottions scientifiques. Clcul littérl simple. Objectifs de ce

Plus en détail

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

Equations d'état, travail et chaleur

Equations d'état, travail et chaleur Equtions d'étt, trvil et chleur Exercice On donne R 8, SI. ) Quelle est l'éqution d'étt de n moles d'un gz prfit dns l'étt,,? En déduire l'unité de R. ) Clculer numériquement l vleur du volume molire d'un

Plus en détail

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction

Electricité et magnétisme - TD n 10 Induction Electricité et magnétisme - TD n 1 Induction 1. Inductance mutuelle - transformateur On considère un solénoïde de section circulaire, de rayon R 1, de longueur, et constitué de N 1 spires. A l intérieur

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

Kit de survie - Bac ES

Kit de survie - Bac ES Kit de survie - Bc ES. Étude du signe d une expression ) Signe de x + Ü Ü ½ Ò µ¼ Ò ½ 0) On détermine l vleur de x qui nnule x +, puis on pplique l règle : «signe de près le 0». ) Signe de x + x + c ܾ

Plus en détail

Fonctions de référence

Fonctions de référence Chpitre 7 Clsse de Seconde Fonctions de référence Ce que dit le progrmme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Fonctions de référence Fonctions linéires et fonctions ffines Vritions de l fonction

Plus en détail

Machine à courant continu

Machine à courant continu CI4 L mchine à cournt continu et s commnde Conversion électromécnique Mchine à cournt continu Contenu 1 HISTORIQU... 2 2 SYMBOLS... 3 3 CONSTITUTION... 3 4 MODL QUIVALNT LCTRIQU... 4 4.1 MCC A AIMANTS...

Plus en détail

Dynamique des systèmes et automates à états

Dynamique des systèmes et automates à états Chpitre 8 Dynmique des systèmes et utomtes à étts L modélistion sttique s intéresse à ce qu il y dns le système, à s structure, etc. L modélistion de l dynmique trite de l évolution du système dns le temps.

Plus en détail

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES

CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES Primitives et intégrles Cours CHAPITRE 9 : PRIMITIVES - INTEGRALES. Primitives d une fonction Définition Soit f une fonction définie sur un intervlle I. Une fonction F est une primitive de f sur I, si

Plus en détail

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION 6.1 STRUTURES PLES FOREES DE POUTRES RELTIOS ETRE HRGES ET ELEETS DE REDUTIO Les vritions des éléments de réduction,,, lorsqu'on psse d'une section à l'utre, sont liées pr des reltions fondmentles que

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments

Synthèse de cours (Terminale S) Dérivation : rappels et compléments Synthèse de cours (Terminle S) Dérivtion : rppels et compléments Rppels de 1ère Nombre dérivé Soit f une fonction définie sur un intervlle I et un élément de I. f ( + h) f ( ) Si l limite lim existe, on

Plus en détail

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

ICNA - SESSION 2009 ÉPREUVE OPTIONNELLE DE PHYSIQUE CORRIGÉ

ICNA - SESSION 2009 ÉPREUVE OPTIONNELLE DE PHYSIQUE CORRIGÉ ICNA - SESSION 9 ÉPREUVE OPTIONNEE DE PHYSIQUE CORRIGÉ Diffusion thermique dns un câble électrique.. puissnce volumique dissipée pr effet Joule dns le conducteur est donnée pr P. Je J J.E e γ I e vecteur

Plus en détail

(surface d'un cercle : S = pd2 4 )

(surface d'un cercle : S = pd2 4 ) Les cordes sont de dimètres vribles. Si on les remplce pr deux cordes de même dimètre, le dimètre moyen, le résultt devrit être le même. Ici le résultt, c est sns doute l résistnce qui est proportionnelle

Plus en détail

CHAPITRE 13 : MODÉLISATION

CHAPITRE 13 : MODÉLISATION CHAPIE 13 : ODÉLISAION ODÉLISAION... 181 INODUCION... 18 EUE DES ÉQUAIONS ÉCANIQUES... 18 rnltion... 18 ottion... 184 Engrenge... 186 ACIONNEUS... 187 oteur DC à contrôle d induit... 187 ppel de loi électromgnétique...

Plus en détail

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche.

Des extraits de cette norme seront présentés pour la compréhension de la démarche. Estimtion de l incertitude de l mesure : Appliction à l incertitude sur le clcul de l concentrtion d EDTA lors de l détermintion de l dureté d une eu nturelle Pour cette démrche, nous nous ppuierons sur

Plus en détail

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville

Théorème de Lax Milgram Application au problème de Dirichlet pour l équation de Sturm Liouville Théorème de Lx Milgrm Appliction u problème de Dirichlet pour l éqution de Sturm Liouville Résumé du cours de MEDP Mîtrise de mthémtiques 2000 2001 2001nov18 (medp-lx-milgrm.tex) Dns ce chpitre, on se

Plus en détail

TOUT SUR LE TRIANGLE

TOUT SUR LE TRIANGLE PROBLEME de niveu sup rédigé pr R. Ferreol ferreol@mthcurve.com TOUT SUR LE TRIANGLE. DONNÉES ET NOTATIONS 3 points A, B, C non lignés d un pln ffine euclidien P orienté de fçon à ce que (AB, AC ) soit

Plus en détail

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët

Université de Marseille Licence de Mathématiques, 1ere année, Analyse (limites, continuité, dérivées, intégration) T. Gallouët Université de Mrseille Licence de Mthémtiques, ere nnée, Anlyse (limites, continuité, dérivées, intégrtion) T. Gllouët July 29, 205 Tble des mtières Limites 3. Définition et propriétés......................................

Plus en détail

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre

Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers la dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chapitre Document créé le 28 novembre 2013 Lien vers l dernière mise à jour de ce document Lien vers les exercices de ce chpitre Chpitre 20 Intégrtion Sommire 20.1 Continuité uniforme.................................

Plus en détail

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel L - Mth Stt Cours de Mthémtique - Sttistique Clcul Mtriciel F. SEYTE : Mître de conférences HDR en sciences économiques Université de Montpellier I M. TERRZ : Professeur de sciences économiques Université

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

Transformations géodésiques en France Métropolitaine

Transformations géodésiques en France Métropolitaine Trnsformtions géodésiques en Frnce Métropolitine 1 Processus de chngement de système... 1.1 Définitions... 1. Similitude 3D à 7 prmètres... 1.3 Modèle «à 7 prmètres»... 3 1.4 Coordonnées géogrphiques (,,h)

Plus en détail

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012

Marc Chemillier Master M2 Atiam (Ircam), 2011-2012 MMIM Modèles mthémtiques en informtique musicle Mrc Chemillier Mster M2 Atim (Ircm), 2011-2012 Notions théoriques sur les lngges formels - Définitions générles o Mots, lngges o Monoïdes - Notion d utomte

Plus en détail

Lois de probabilité à densité

Lois de probabilité à densité Lois de probbilité à densité Christophe ROSSIGNOL Année scolire 0/03 Tble des mtières Loi à densité sur un intervlle I. Deux exemples pour comprendre..................................... Densité de probbilité...........................................3

Plus en détail

CH.1 Automates finis

CH.1 Automates finis CH.1 Automtes finis 1.1 Les utomtes finis déterministes 1.2 Les utomtes finis non déterministes 1. Les utomtes vec -trnsitions 1.4 Les expressions régulières 1.5 L'équivlence des modèles Automtes ch1 1

Plus en détail

3.8. 1 Estimation de l aire d une région curviligne. Exemple 1 Estimer l aire de la région sous une hyperbole. Solution

3.8. 1 Estimation de l aire d une région curviligne. Exemple 1 Estimer l aire de la région sous une hyperbole. Solution .8 Aperçu de l intégrle.8 APERÇU DE L INTÉGRALE Estimtion de l ire d une région curviligne Erreur d pproimtion Aire ecte d une région curviligne 4 Intégrle définie 5 Intégrle définie négtive 6 Propriétés

Plus en détail

Fonctions définies par une intégrale. On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que la fonction

Fonctions définies par une intégrale. On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que la fonction Prép. Agrég. écrit d Anlyse, Annexe n o 6. Méthode de Lplce dns R d Fonctions définies pr une intégrle On suppose que g et h sont deux fonctions réelles définies sur R d, telles que l fonction F(t = g(x

Plus en détail

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x.

MP1 Janson DS6 du 17 janvier 2014/2015. 1 n x. MP Jnson DS6 du 7 jnvier 24/25 Problème (CCP) Toutes les fonctions de ce problème sont à vleurs réelles. PARTE PRÉLMNARE Les résultts de cette prtie seront utilisés plusieurs fois dns le problème.. Fonction

Plus en détail

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis AFD AFN Opértions Lemme de pompge 1/ 36 Théorie des Lngges Épisode 2 Automtes finis Thoms Pietrzk Université Pul Verline Metz AFD AFN Opértions Lemme de pompge Reconnisseur Définition Configurtion Accepttion

Plus en détail

Séquence 7. Intégration. Sommaire

Séquence 7. Intégration. Sommaire Séquence 7 Intégrtion Sommire. Prérequis. Aire et intégrle d une fonction continue et positive sur [ ; ]. Primitives 4. Primitives et intégrles d une fonction continue 5. Synthèse de l séquence Dns ce

Plus en détail

COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE 1. Jean-Marie De Conto Université Joseph Fourier IUT1 Département Mesures Physiques

COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE 1. Jean-Marie De Conto Université Joseph Fourier IUT1 Département Mesures Physiques COURS DE MATHÉMATIQUES SEMESTRE Jen-Mrie De Conto Université Joseph Fourier IUT Déprtement Mesures Phsiques Me contcter: sns hésiter À l IUT Au lbortoire: Lbortoire de Phsique Subtomique et de Cosmologie

Plus en détail

Théorème de Rolle et formules de Taylor

Théorème de Rolle et formules de Taylor Théorème de Rolle et formules de Tylor 1 Extrémums des fonctions différentibles à vleurs réelles 1. Soient K un compct d un espce vectoriel normé (E, ) et f une fonction définie sur K à vleurs dns R. Montrer

Plus en détail

Mathématiques, Semestre S1

Mathématiques, Semestre S1 Polytech Pris-Sud PeiP1 2011/2012 Notes de cours Mthémtiques, Semestre S1 Filippo SANTAMBROGIO 2 Tble des mtières 1 Les fonctions dns R et leurs limites 7 1.1 Fonctions réelles d une vrible réelle.........................

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

I. Que sont les partitions?

I. Que sont les partitions? Cours de mthémtiques frfelues LES FRACTIONS CASSÉES Prémule Voici un cours de mthémtiques qui n ur jmis s plce dns une slle de clsse un utre jour que le er vril. Son sujet : les frctions cssées, ou prtitions,

Plus en détail

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux

Théorie des Langages Formels Chapitre 5 : Automates minimaux 1/29 Théorie des Lngges Formels Chpitre 5 : Automtes minimux Florence Levé Florence.Leve@u-picrdie.fr Année 2014-2015 2/29 Introduction Les lgorithmes vus précédemment peuvent mener à des utomtes reltivement

Plus en détail

GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A

GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A GDA CANALISATION MOYENNE PUISSANCE DE 63 À 2500 A Une conception prticulièrement innovnte pour une cnlistion de moyenne puissnce. L enveloppe en luminium plus légère est pte à résister ux environnements

Plus en détail

Cours d informatique théorique de M. Arfi. FMdKdD fmdkdd [à] free.fr

Cours d informatique théorique de M. Arfi. FMdKdD fmdkdd [à] free.fr Cours d informtique théorique de M. Arfi FMdKdD fmdkdd [à] free.fr Université du Hvre Année 2009 2010 Tle des mtières 1 Reltions et lois de composition internes 2 1.1 Reltions.....................................

Plus en détail

Cours de DEUG Méthodes mathématiques pour les sciences de la vie I. Avner Bar-Hen

Cours de DEUG Méthodes mathématiques pour les sciences de la vie I. Avner Bar-Hen Cours de DEUG Méthodes mthémtiques pour les sciences de l vie I Avner Br-Hen Université Aix-Mrseille III 3 Tble des mtières Tble des mtières i Fonctions, limites, continuité Fonction, représenttion grphique......................

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)?

Rattrapage. 4 ] Quelle est la complexité dans le pire cas de l algorithme de tri fusion (pour trier n éléments)? IN 02 6 mrs 2009 Rttrpge NOM : Prénom : ucun document n est utorisé. ce QCM outit à une note sur 42 points. L note finle sur 20 ser otenue simplement en divisnt l note sur 42 pr 2. Il suffit donc de donner

Plus en détail

Kit de survie - Bac S

Kit de survie - Bac S Kit de survie - Bc S. Inéglités - Étude du signe d une expression Opértions sur les inéglités Règles usuelles : Pour tout x < y x + < y + même sens Pour tout k > : x < y kx < ky même sens Pour tout k

Plus en détail

CHAPITRE 5 ANALYSE EN REGIME SINUSOIDAL

CHAPITRE 5 ANALYSE EN REGIME SINUSOIDAL CHAPITRE 5 ANALYSE EN REGIME SINUSOIDAL H.W. Bode (95-98), mthémticien et physicien méricin. Bode entr dès 99 ux Bell Lbs, où il trvill vec Fry et Nyquist sur l théorie des circuits et des systèmes. Il

Plus en détail

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org)

CCP 2007. Filière MP. Mathématiques 1. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lamard (jean-louis.lamard@prepas.org) CCP 27. Filière MP. Mthémtiques. Corrigé pour serveur UPS de JL. Lmrd (jen-louis.lmrd@preps.org EXERCCE.. f est continue (en tnt de frction rtionnelle dont le dénominteur ne s nnule ps sur le compct F

Plus en détail

Toutes les questions de cours et R.O.C. au bac de T.S. Vincent PANTALONI

Toutes les questions de cours et R.O.C. au bac de T.S. Vincent PANTALONI Toutes les questions de cours et R.O.C. u bc de T.S. Vincent PANTALONI VERSION DU 9 MARS 2012 Tble des mtières Bc 2011 3 Bc 2011 5 Bc 2010 9 Bc 2009 11 Bc 2008 13 Bc 2007 17 Bc 2006 19 Bc 2005 21 ii Remerciements.

Plus en détail

CALCUL INTEGRAL I. ACTIVITES D INTRODUCTION. Ch7 : Calcul intégral-ts

CALCUL INTEGRAL I. ACTIVITES D INTRODUCTION. Ch7 : Calcul intégral-ts Ch7 : Clcul intégrl-ts CALCUL INTEGRAL I. ACTIVITES D INTRODUCTION Activité n : Trcer dns un repère orthonorml l représenttion grphique de l fonction f définie pr : f(x) = 5. Hchurer l'ire du domine pln

Plus en détail

Lycée Faidherbe, Lille MP1 Cours d informatique 2013 2014. Automates

Lycée Faidherbe, Lille MP1 Cours d informatique 2013 2014. Automates Lycée Fidhere, Lille MP Cours d informtique 203 204 Automtes I Déterministes........................... 2 Définitions 2 Exemple 2 Action des mots 3 Lngge reconnu 3 II Incomplets.............................

Plus en détail

BROCHURE D'EXERCICES D'ANALYSE MATHEMATIQUE 2

BROCHURE D'EXERCICES D'ANALYSE MATHEMATIQUE 2 MINISTERE DE L 'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR FACULTE DES SCIENCES. DEPARTEMENT DE MATHEMATIQUES OSMANOV Hmid KHELIFATI Sddek BROCHURE D'EXERCICES D'ANALYSE MATHEMATIQUE PARTIE : INTEGRATION. INTEGRALE INDEFINIE

Plus en détail

DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL

DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL Première Distnces de l Terre à l Lune et u Soleil Pge 1 TRAVAUX DIRIGES DISTANCES DE LA TERRE A LA LUNE ET AU SOLEIL -80 II ème siècle p J-C 153 1609 1666 1916 199 ARISTARQUE de Smos donne une mesure de

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs Série des trités européens - n 79 Convention européenne sur l responsilité civile en cs de dommges cusés pr des véhicules utomoteurs Strsourg, 14.V.1973 Prémule Les Etts memres du Conseil de l'europe,

Plus en détail

Chapitre 6 : Fonctions affines -28-01-12- Seconde 7, 2010-2011, Y. Angeli

Chapitre 6 : Fonctions affines -28-01-12- Seconde 7, 2010-2011, Y. Angeli Chpitre 6 : Fonctions ffines -8-01-1- Seconde 7, 010-011, Y. Angeli 1. Éqution réduite d une droite Théorème. Dns un repère, soient A(x A ;y A ) et B(x B ;y B ) tels que x A x B. Alors l droite (AB) est

Plus en détail

Exercices sur le calcul algébrique. Petits problèmes

Exercices sur le calcul algébrique. Petits problèmes Exercices sur le clcul lgébrique Les exercices ou questions précédés d un stérisque pourront être trités vec profit à l ide d un logiciel de clcul formel, tel que Xcs, qui ser vu en Trvux Prtiques, ou

Plus en détail

Automates d arbres avec visibilité : rapport de stage de licence (L3)

Automates d arbres avec visibilité : rapport de stage de licence (L3) Automtes d rbres vec visibilité : rpport de stge de licence (L3) Nicols Perrin ENS de Lyon Mître de stge : Hubert Comon-Lundh - LSV, ENS Cchn Autre encdrnt : Florent Jcquemrd - LSV, ENS Cchn Résumé Mon

Plus en détail

ANALYSE APPROFONDIES II MT242

ANALYSE APPROFONDIES II MT242 ALGÈBRE ET ANALYSE APPROFONDIES II MT242 Année 1998-1999 Chpitre 0. Introduction générle Dns cette introduction nous llons commenter les principles notions contenues dns le cours du second semestre, leurs

Plus en détail

Chapitre 7 Intégrale et primitive. Table des matières. Chapitre 7 Intégrale et primitive TABLE DES MATIÈRES page -1

Chapitre 7 Intégrale et primitive. Table des matières. Chapitre 7 Intégrale et primitive TABLE DES MATIÈRES page -1 Chpitre 7 Intégrle et primitive TABLE DES MATIÈRES pge - Chpitre 7 Intégrle et primitive Tble des mtières I Exercices I-................................................ I- Clcul pproché d une intégrle

Plus en détail

Partiel de Physique PH1 ME1D

Partiel de Physique PH1 ME1D Prtiel de Physique PH1 ME1D Durée : 3h Les clcultrices et documents ne sont ps utorisés Le brême indiqué peut être sujet à modifictions 21 Novembre 2009 Exercice 1 : Outils mthémtiques (3 points) 1 Dériver

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

1 Langages reconnaissables

1 Langages reconnaissables 8INF713 Informtique théorique Automne 2014 Exercices 1 Lngges reconnissles 1.1 Considérez les deux utomtes suivnts et répondez ux questions suivntes : q 3, q 3 q 4 () A 1 () A 2 Figure 1 () Quel est l

Plus en détail

CHAMP MAGNÉTIQUE EN RÉGIME STATIONNAIRE

CHAMP MAGNÉTIQUE EN RÉGIME STATIONNAIRE CAMP MAGNÉTIQUE EN ÉGIME STATIONNAIE Mgnétoésistnce En 7 Albet Fet et Pete Günbeg se sont vus décene le pix Nobel de Physique pou l mgnétoésistnce génte (GM) Ils ont monté qu une fine couche d un mtéiu

Plus en détail

Automates et langages: quelques algorithmes

Automates et langages: quelques algorithmes Automtes et lngges: quelques lgorithmes Eugene Asrin Sddek Benslem Avertissement Dns l étt ctuel ce document est rchi-sec et peut servir seulement d un ide-mémoire. Pour comprendre les lgorithmes ci-dessous

Plus en détail

Chapitre 7 : Les circuits à courant continu

Chapitre 7 : Les circuits à courant continu Chapitre 7 : Les circuits à courant continu Exercices E. On donne R 4Ω et V 9,5 V, la différence de potentiel aux bornes de cette résistance, et R 6Ω et V 0V. Le courant qui parcourt chacune des résistances

Plus en détail