Bim Bimest s r triel iel Mar Ma s- s Av -A r vril N 45 il N 4 P ix : 1 ix : 1

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bim Bimest s r triel iel Mar Ma s- s Av -A r vril N 45 il N 4 P ix : 1 ix : 1"

Transcription

1 Bimestriel Mars-Avril N 45 Prix : 1 Le Printemps des Réformes...! Fédération Chimie - Mines - Textile - Energie Fé- dé-

2 EDF RCS PARIS, Paris Photo : Geoffroy de Boismenu Pour Matthieu Roynette et Dimitri Caudrelier, changer l énergie, c est partir. Matthieu et Dimitri ont une passion commune pour l environnement. En 2008, ils entreprennent un grand voyage pour repérer tous les projets novateurs autour de l énergie. De cette expérience naîtra un livre : «100 pionniers pour la planète». «Contre le discours pessimiste majoritaire, on voulait voir et parler de choses qui fonctionnent déjà et qui pourraient être reproduites.» Energies des océans, solaire, bâtiments verts, re- cyclage Ces voyages et ces rencontres les ont confortés dans leurs aspirations, ils veulent plus que jamais faire un métier qui peut changer les choses de manière positive. Découvrez les histoires de ceux qui changent l énergie dès aujourd hui sur edf.com L énergie est notre avenir, économisons-la!

3 SOMMAIRE Éditorial Page 4 Actualité Sociale Page 5 Pages 6 à 8 Page 9 Page 11 Page 14 Pages Élections chez POWEO SA - Élections au CEA - Pour la défense du régime minier - La Barre Thomas Rennes : les témoignages - Accord sur les salaires chez FAURECIA - Information retraites La Vie du Mouvement Page 17 Page 18 Page 19 Page 20 Page 21 Pages Page 22 - Cristalleries et miroiterie, la réunion du 17 avril - AG du Syndicat Chimie d Ille et Vilaine - Les responsables CFTC chez DEVANLAY LACOSTE - AG du Syndicat des Mineurs du Tarn - La Commission fédérale des Retraités - La Fédération présente ses partenaires - La CMTE se présente au féminin. Suite Organe bimestriel de la Fédération CMTE CHIMIE-MINES-TEXTILE-ENERGIE Directeur de la Publication : Bernard MERTEN Vice-Président Chargé de la communication et des partenariats : Jean-Michel BERNARD Rédaction Administration : Martine ULTSCH 49, Rue Nicolas Colson - BP FREYMING-MERLEBACH FAX : C.P.P.A.P : 0211 S I.S.S.N. : Prix au numéro : 1 Abonnement annuel : 6 de soutien : 15 Vos correspondants par secteur : Chimie : Jean-Claude DUFOUR Mines : Gilbert LECHARDEUR Textile : Energie : Thierry BOURNAILLIÉ Dépôt légal : 2 ème trimestre 2010 Imprimerie Sarregueminoise Chemin des Tuileries Route de Nancy BP SARREGUEMINES Cedex 3

4 Éditorial La négociation sur les retraites «terrain miné» Bernard MERTEN Président fédéral Pour avoir participé aux travaux du Conseil d Orientation des Retraites depuis 2007 pendant un peu plus de deux ans, je ne suis que très peu surpris du résultat et de ce que peuvent en attendre le gouvernement et les partenaires sociaux. À une question d une journaliste à la sortie de ma première réunion, j avais marqué mon étonnement sur ce que pouvait être la fiabilité d une étude sur l avenir et le financement de nos retraites à l horizon 2020 et En effet, alors qu il est déjà quasiment impossible, dans la conjoncture actuelle, de définir à court terme l évolution de la croissance, les gains de productivité et la situation de l emploi, comment présenter une étude qui se veut sérieuse dans ces délais. La première réunion qui s est tenue le 14 avril dernier au Ministère du Travail semble en être l illustration et les chefs de file des Confédérations n ont pas manqué de le souligner. Très fort de la part du Ministre, le fait de tenter de définir comme critère essentiel de discussion, l âge et la durée de cotisation, excluant de ce fait toute négociation sur le financement ou l élargissement de l assiette des cotisations. Notre Président Jacques VOISIN, au nom de la CFTC, a opposé d emblée «un refus catégorique d allonger l âge légal du départ à la retraite au-delà de 60 ans. La liberté de choix doit primer. Ceux qui ont commencé très tôt à cotiser ou qui ont subi la pénibilité ne peuvent être des laisséspour-compte. De nouvelles ressources sont indispensables, et l effort de contribution doit s appliquer à tous! Au-delà de la taxation du travail, il faut taxer les profits non réinvestis, mais aussi élargir l assiette des financements aux revenus du capital et aux stocks options». Il n y a pas de ressources sans cotisants. Pour y parvenir, la grande priorité est la lutte contre le chômage. On ne nous fera pas oublier que 20% des jeunes sont au chômage, que seuls 38 % des seniors sont en activité au-delà de 55 ans. Très fort également, d engager une discussion sans proposition du gouvernement, drôle de conception de la concertation? Nouvelles étapes et calendrier de la réforme : Deux nouveaux rendez-vous, un premier à la mi-mai au cours duquel quelques orientations nous seront présentées. Durant cette phase de concertation, trois thématiques seront abordées dans le cadre de réunions bilatérales : l emploi des seniors, les pénibilités et les mécanismes de solidarité (maternité, chômage ). Le pilotage, gouvernance des régimes de base, devrait également être à l étude lors d une réunion multilatérale. Parallèlement, la concertation sur les retraites dans la fonction publique débutera le 18 avril. Un projet doit ensuite nous être remis courant Juin. Le projet de loi doit être présenté au Conseil des Ministres entre le 1 er et 15 juillet. Après la pause estivale, un débat parlementaire sur ce projet s ouvrira début septembre pour une durée de six semaines. A vous de juger du sérieux du calendrier proposé! 4

5 Actualité Sociale ÉNERGIE Élections professionnelles chez POWEO SA D excellents résultats! La liste CFTC élue à 80 % Comité d Entreprise Collège non Cadres Suppléante Feima LASSOUED Collège Cadres Titulaires Gonzague de DEMANDOLX Cédric DELPIERRE Jérôme DUROYON Suppléants Yves POISOT Malik OUAREZKI Nicolas SERISE Pierre-Henri de BEAUREPAIRE Délégués du Personnel Collège non Cadres Titulaires Feima LASSOUED Jérémie DEGHAYE Collège Cadres Titulaires Yves POISOT Malik OUAREZKI Bertrand NOBILLIAUX Suppléants Gonzague de DEMANDOLX Cédric DELPIERRE Jérôme DUROYON Clément BRESSON MERCI POUR VOTRE CONFIANCE 5

6 Actualité Sociale ÉNERGIE Syndicat national de l énergie nucléaire Le SNEN-CFTC représentatif au CEA De 8,8 % en 2007 à 11,9 % Quelques clés facteurs de ce succès Le contexte La direction a choisi unilatéralement de définir deux niveaux de représentativité au CEA (Commissariat à l Énergie Atomique et aux Énergies Alternatives) répartis sur 10 établissements géographiques : Une représentativité locale : 10 % des suffrages exprimés au Comité d établissement. Une représentativité nationale : 10 % des suffrages exprimés au Comité national. C est dans ce nouveau contexte, marqué également par l implantation sur le centre de Grenoble de l Union Syndicale Solidaires (SUD), que se sont tenues les dernières élections des représentants du personnel. Le vote s est effectué de façon électronique (sur 3 jours) pour l ensemble des salariés, à partir de tout poste connecté à internet. La victoire de la «sagesse» et de la cohésion Les deux facteurs qui ont déterminé notre victoire sont la «sagesse» et la cohésion : La «sagesse» de notre Secrétaire général, Jocelyne FERNANDO, qui a eu la capacité d utiliser sans contrainte les aspects méritoires et talents individuels de chacun. Cette «sagesse» combinée à son charisme personnel fait d elle le «général des généraux». La cohésion c est l esprit d équipe. Dans ce climat, où chacun a pu faire le meilleur usage de ses capacités, s est installée tout naturellement une coopération étroite et une stratégie concertée a rendu le succès certain. Quelques clés, facteurs de ce succès Nous avons préféré la détermination au déterminisme, et notamment celui de la Direction qui nous voyait déjà non représentatifs. Notre stratégie a consisté en un certain nombre d actions que nous avons commencé à mettre en œuvre dès la fin des dernières élections en Nous en mentionnons ci-après cinq principales. Les fiches pratiques de la CFTC Dès le mois de janvier 2007, Anne TURLIN a mis en place un réseau de fiches pratiques CFTC relatives à tous les domaines de la vie des salariés. Elles sont la source de nombreux échanges avec les salariés, par mail et par téléphone, salariés qui s adressent alors tout naturellement à nous quand ils ont besoin d être défendus. Ces démarches sont à l origine de nombreuses adhésions. À ce jour, 31 fiches pratiques sont déjà parues et lues par plus de salariés. «L Énergie en Action» : le journal de la CFTC du CEA Avec l arrivée, début 2008, de Jean-Michel FILIPPI, chargé de la communication du SNEN-CFTC, a été créé le journal «L Énergie en action», dont les seuls destinataires, au départ, étaient les adhérents. Aujourd hui, il est également adressé par envoi postal à nos sympathisants et via la messagerie aux destinataires des fiches pratiques de la CFTC. Les vœux 2009 et 2010 En 2009 et 2010, le SNEN-CFTC a souhaité adresser ses vœux à l ensemble des salariés tout en répondant à leurs préoccupations et à leurs attentes. Pour 2009, Anne TURLIN a réalisé une plaquette présentant, sous la forme d une bande dessinée (manga), la fiche pratique «La campagne d avancement», qui précise le processus des avancements ainsi que les bons arguments en faveur du salarié pour aider son manager à soutenir son avancement. Cette plaquette a reçu un accueil très favorable. Pour 2010, Olivier HENRY a élaboré une fiche technique CFTC intitulée «Le système de retraite obligatoire des salariés du secteur privé et son application au CEA» pour aider les salariés à se repérer dans les textes officiels, rendre moins opaque la complexité du système et comprendre l impact des réformes. Elle a été publiée sous la forme d un livret de 26 pages. 6

7 Actualité Sociale ÉNERGIE Le CD «Tout ce que tu as besoin de savoir» Toujours dans le but d informer au jour le jour les salariés, les permanents CEA du SNEN-CFTC ont pris la décision, dès la période estivale 2009, de faire réaliser, par un professionnel, sur un support moderne (un CD), un important travail de compilation d informations présentant tout ce que les salariés ont besoin de savoir sur leurs droits et prestations et qui les accompagnera tout au long de leur carrière. L enquête «Professions de la recherche» Pour répondre à l attente de chercheurs du centre de Fontenay-aux-Roses, qui projetaient de créer au CEA un syndicat de chercheurs, nous avons initié une enquête «Professions de la recherche». Nous l avons adressée à tous les salariés impliqués dans des programmes de recherche : techniciens, docteurs, ingénieurs, thésards, post-doctorants, etc. Les retours, que nous avons commencé à exploiter, mettent en évidence une implication passionnée des salariés concernés, malgré de nombreux obstacles (conditions de travail difficiles, manques de personnel, budgets insuffisants, dysfonctionnements, paperasserie, etc). Nous réaliserons une synthèse de tous ces témoignages que nous transmettrons à nos ministères de tutelles. Les résultats des élections Au niveau national CEA Nous avons extrait le thème principal de notre campagne et de notre propagande électorale du «Statut du travailleur» : «Auteur de tes choix, acteur de ta vie». Le tableau ci-après présente, depuis 2002, les résultats du 1 er tour de scrutin des élections professionnelles au Comité national, retenu comme critère d audience au niveau national CEA. Il apparaît clairement que le SNEN-CFTC est la seule organisation syndicale du CEA à progresser dans les deux collèges cadres et non cadres. En 2007, nous étions la «dernière» organisation syndicale, après le SPAEN-UNSA et FO. En 2010, nous passons devant ces deux organisations syndicales, qui ne sont pas représentatives au niveau national CEA. Pour l ensemble des deux collèges cadres et non cadres, avec le score de 11,92 %, nous sommes représentatifs au niveau national et nous nous rapprochons de la CFE-CGC qui reste stable. Entre 2004 et 2010, notre augmentation globale est égale à 83,1 %. Au niveau des centres Le tableau ci-après présente les résultats du 1 er tour de scrutin des élections professionnelles des centres (établissements) dans lesquels des listes SNEN-CFTC ont été déposées. 7

8 Actualité Sociale ÉNERGIE L avenir Nous sommes convaincus que s il n y a pas de sens (finalité) futur, alors le présent est vide de sens (signification). C est pourquoi nous réfléchissons déjà aux objectifs et aux actions pour les prochaines élections professionnelles de Afin de consolider notre score, nous allons actionner notamment les leviers suivants : Renforcer notre cohésion à tous les niveaux, en nous efforçant de partager un même «cœur» dans des «corps» différents. Créer des sections SNEN-CFTC sur les centres où il n en existe pas encore : Cesta, Gramat et Grenoble. Communiquer plus rapidement, tant en interne que vers l extérieur : élargir le réseau des destinataires des fiches pratiques CFTC et du journal «L Énergie en Action», créer et faire vivre un site Internet SNEN-CFTC, rédiger des «flash infos» transmis en priorité, etc. Mettre en commun les bonnes pratiques en créant des réseaux inter-sections sur des thématiques transverses. Renforcer notre implication dans la carrière des salariés : dossiers d embauches, titularisation, avancements. Article cosigné par : Pascal THOMAS Président du Secteur Énergie de la CMTE Jocelyne FERNANDO Secrétaire Général du SNEN-CFTC Anne TULIN Permanent Activités Sociales Jean-Michel FILIPPI Chargé de Communication du SNEN-CFTC 8

9 Actualité Sociale MINES U Pour la défense du Régime Minier! Une journée de mobilisation s est déroulée à Paris, le 17 mars dernier. Plus de 2000 manifestants se sont rendus devant la CANSSM pour exprimer leur mécontentement quant aux attaques envers le régime minier et les droits acquis de haute lutte dans des conditions de travail ô combien difficiles, où de nombreux mineurs ont laissé leur vie et leur santé ; sans parler d un grand nombre de veuves qui vivent quasiment au seuil de pauvreté. Après l intervention de la délégation interfédérale au Conseil d Administration de la CANSSM restée sans résultat, les administrateurs, après une déclaration, ont demandé un ajournement du CA. Les manifestants se sont rendus devant le Ministère de la Santé, Avenue Duquesne, où une délégation a été reçue, à raison de deux représentants par Fédération. Nous remercions tous ceux, adhérents CFTC et sympathisant, qui ont fait le déplacement à Paris, ainsi que nos représentants de la Fédération CFTC-CMTE pour leur présence et leur soutien. Nous vous tiendrons informés du résultat de nos revendications. Restons mobilisés! Pour le Secteur Mines Martine ULTSCH Ceux-ci sont restés fermes quant au respect des droits de la corporation minière et ont exigé du gouvernement : que soit préservée la gratuité des soins pour tous les affiliés du régime minier, que soit abrogé le décret du 31 décembre 2009 et rétablie la prestation du 2-2.b. que l avenir des CARMI, l offre des soins du régime minier et l emploi des salariés soient garantis dans le respect de la convention collective minière fondée sur le statut du mineur jusqu à leur départ en retraite. que reprennent les négociations sur la revalorisation des retraites minières pour les mineurs ayant liquidé leur retraite avant Les Administrateurs CFTC Gilbert LECHARDEUR et Eric GROH Le Conseiller de Mme BACHELOT a proposé une mission de réflexion sur une période de 2 mois en vue d une expertise du dossier. La mobilisation du 17 mars fera date. Elle doit s amplifier en région sous toutes les formes, ce qui a eu lieu le 25 mars devant la CARMI Est à Freyming-Merlebach. Il ne faut pas relâcher la pression! 9

10

11 Actualité Sociale CHIMIE BT! BARRE TOI! Témoignages de licenciés de la Barre Thomas à Rennes Son chef vient de lui signifier son licenciement. Sans se rendre compte de sa situation, Paulo demande alors «Pour le vaccin contre la grippe, je vais pouvoir le faire?». Cet exemple illustre totalement la situation des salariés qui furent comme KO, déconnectés de la réalité. Première entreprise de Citroën en province, le site rennais de la Barre Thomas est passé sous le contrôle de Silver Point (fonds de retournement Anglo-américain). Le licenciement de deux cent huit salariés, sur un «PSE» d une durée d un an, en 2007, dans des conditions particulièrement lamentables fut un événement tragique. Ce livre de témoignages rend compte de la réalité humaine et du drame vécu par les salariés durant ces heures sombres. Dans les «premiers wagons» de licenciés, quatre d entre eux, militants syndicaux CFTC, prirent l initiative d enregistrer très tôt des témoignages. Leur démarche fut d abord justifiée par la volonté de redonner une dignité à ces exclus. Pour la mémoire collective, elle avait pour principal intérêt de conserver la trace de ce qu un système, exploité par certains individus cupides et sans scrupules, peut faire subir à d autres hommes. Ce livre a : une préface de Mr Edmond HERVE, Maire de Rennes ( ) Sénateur. une postface de Jacques LE GOFF, Professeur à la faculté de droit de Brest, auteur de «Du silence à la parole». Droit du travail, Société, Etat des années 1830 à nos jours, Presses universitaires de Rennes. reçu un apport de la part de seize dessinateurs qui apportent une valorisation de l ouvrage avec un œil extérieur. Le livre peut être commandé aux EDITIONS APOGEE - 11 rue du noyer / RENNES - au montant de 14,50 euros + 3 euros de frais de port (franco de port à compter de deux livres achetés) pour les dates de dédicaces Syndicat départemental CFTC des Industries Chimiques d Ille et Vilaine Thierry KOLODZIEJEK 11

12 La Fédération présen Le Groupe NOVALIS TAITBOUT est un groupe paritaire de référence où salariés et employeurs sont représentés en nombre égal au sein de nos Conseils d Administration. Il est constitué, d une Institution interprofessionnelle de Prévoyance, d Institutions de retraite complémentaires ARRCO et AGIRC et dispose d une Section mutualiste au sein de la SMI organisée au sein de la FNMF. Le Groupe peut ainsi assurer l ensemble des éléments constitutifs de la protection sociale complémentaire aux régimes de base de la Sécurité Sociale. Il développe également une spécificité relative à la protection sociale des salariés expatriés, tant en retraite qu en prévoyance. Le Groupe propose une Action sociale au service de tous ses participants. Enfin, dans le champ de la Fédération CFTC CMTE, Novalis Prévoyance réassure, en partie, l assurance décès des salariés des Industries Electriques et Gazières (IEG). Avec la Fédération CMTE, le Groupe NOVALIS TAITBOUT est satisfait du partenariat qu il développe en offrant divers services conseil, formation, etc. - aux militants qui en expriment le besoin. Motiver, reconnaître, partager : notre culture paritaire accompagne votre dialogue sur la protection sociale. LLa Fédération CFTC-CMT quelques-uns de ses part Taitbout, la Mutualité Fr Conseil, le Groupe Mala des ans, nous soutiennent constructif et permanent. Parties prenantes de la vie tenaires participent, entre magazine «La Comète», nos congrès en nous appo La Fédération CFTC-CMT grandir le service rendu à l individu et en œuvrant p Créer du lien social, telle e tagent nos partenaires av Ils ont choisi de nous faire faites appel à eux! Qu est-ce que le sigle UNPMF? L Union de Prévoyance de la Mutualité Français ise est tout simplement l opérateur mutualiste au sein de la Mutualité Française qui a en charge la réponse aux appels d off ffre res des branches professionnelles et des grands groupes nationaux qui souhaitent mettre en pl ace des co uv ertures santé et/ou prévoyance collectives. Les réponses aux appels d offres et mise en place des régimes? L UNPMF joue un rôle central de coordination des mutuelles associées à la mi se en place des régimes complémentaires santé et prévo yance et un rôle pivot en di rection des employeurs et négociateurs syndicaux. La place de ce dispositif mutualiste original au côté des opérateurs paritaires? Née en 2002, l UNPMF s est vite affirmée : plus de 18 branches pro fessio nnel ellel s, plus de 30 grands gro upes industr iels et plus de TPE et PME confient, aujourd hui, leurs régimes à l U UNP MF et au réseau des mutuel les qu elle cooro - donne. Le rôle joué par les partenaires sociaux, vos relations avec le mouvemen ent syndical? La Mutualité Française plonge ses racines dans les origines des form rmes d organisation du monde du travail au XIX siècle. De ces origines communes, nos fortes valeurs communes de sol olidar arit é, de démocrat atie, de compo rtemen ent non lucr crat atif res estent d actualité et fondent nos partenariats. Des valeurs partagées, une proximité réelle, qu en est-il avec la CFTC? Notre partenariat avec la Confédération et une grande part ie des Fédérations est lui aussi historique. Ces dernières années, il s est organisé autour de convention ons passées entre nous, autour du soutien apporté à vos militants et négociateurs et notre présence dans votre presse fé déra le et lors de vos congrès. La prévoyance collective se développe, quelle place prenez-vous aujourd hui face aux atten entes des partenai aire res sociaux? Forts de ce partenariat, nous apprécions l attention portée par les négoci ciateurs de branches et d entreprises à ce que l UNPMF soit présente dans les appels d offres. La place charniè ière occupée par l UNPMF dans le régime est le fruit de ce soutien sans faille des fédérations. Dans ce contexte, la prévoyance mutualiste a-t-elle de l avenir? De nombreux chantiers de coopération restent ouverts, dans l accompa pagn gnem en t de régimes que nous gé rons et où la CFTC est directement impliquée, et, par notre disponibilité pour mettre à vot otre dispo position toutes nos compétences. M. Dominique CHAIG NON Directeur Gé néral Adjo joint en charge du développepe ment 12

13 te ses partenaires E est fière de vous présenter enaires : le Groupe Novalis ançaise, Le Groupe Ceteris off Médéric qui, au cours au travers d un partenariat de notre fédération, nos parautre, à l évolution de notre nos formations syndicales, à rtant leur expertise... E souhaite améliorer et faire nos adhérents, en privilégiant our plus de solidarité. st la volonté commune que parec notre fédération. confiance, faites leur confiance, Jean-Michel BERNARD Vice-Président chargé de la Communication et des Partenariats Malakoff Médéric est fier de son partenariat avec la CFTC-CMTE. La mission de Malakoff Médéric est d aider chacun à construire son indépendance pour protéger l avenir de tous. Chaque salarié a droit au bénéfice d une protection sociale performante. Malakoff Médéric le prouve chaque jour aux branches professionnelles qui lui font confiance, en proposant : un accompagnement personnalisé par une équipe dédiée er l appui et la solidité financière du 1 groupe de protection sociale français, la garantie d un dialogue social réussi. Afin que la solidarité soit une réalité, la majeure partie des excédents réalisés par le groupe Malakoff Médéric est réinvestie pour faire face à ses engagements fu- turs ou utilisés pour aider ceux qui en ont besoin par une politique d Action sociale active et efficace. Innover, c est être réactif, compétitif, pour apporter à chacun des services utiles et de qualité. Être proche des salariés, c est donner la priorité au contact humain : face à face, téléphone, internet, délégations ou vente à distance, à chacun sa proximité pour maintenir un lien social fort. Vous êtes représentant du personnel et abordez, dans les différentes instances (CE, CHSCT, etc.), des questions très diverses (gestion des activités sociales et culturelles, intéressement, réorganisations, changement de forme juridique de la société, plans de préventions, etc.). Vous avez, dans ce cadre, besoin d une information fiable et de conseils de spécialistes qui ont déjà vécu et traité ces situations. Ceteris conseil, cabinet d expertise comptable dédié aux Comités d entreprise, met à la disposition des élus son expertise dans les domaines économique, comptable, financier, social et juridique. Le premier engagement de Ceteris conseil est d inscrire la relation de conseil dans le temps pour pouvoir mieux vous connaître et, ainsi, mieux vous conseiller. Une relation professionnelle pérenne est un gage de qualité. C est dans cet esprit qu un partenariat avec la CFTC a été conclu, traduisant une vision commune des valeurs sociales. Domaines d intervention : Diagnostic économique et social : rendre compréhensibles les comptes de l entreprise et neutraliser les effets d éventuels artifices comptables. Analyser la stratégie de la Direction et ses conséquences sur le devenir de l entreprise et des salariés. Assistance juridique : fournir aux représentants du personnel les outils juridiques utiles à l exercice de leurs différentes missions (procédure de consultation, problèmes de confidentialité, etc.). Formation : assurer des formations dans les domaines comptable (comprendre les comptes de l entreprise, la gestion des budgets du CE ) et social (Gestion prévisionnel des emplois et des compétences, plans seniors, politique salariale, ). La formule, adaptée aux besoins des représentants, peut être «intra» ou «inter» CE. Comptabilité du CE : accompagner le Comité d entreprise dans la gestion comptable et administrative des budgets de fonctionnement et des activités sociales et culturelles jusqu à l établissement des comptes annuels et du rapport de gestion. 13

14 Actualité Sociale CHIMIE FAURECIA Accord sur les salaires 2010 Vol au dessus d un nid de coucou! Après de longues et pénibles palabres, les partenaires sociaux et la direction n ont pas trouvé d accord. L ultime proposition des partenaires sociaux était une augmentation générale de 5 % à partir du 1 er juin avec un mini de 40 pour les bas salaires et aussi une prime de vacance de 100 euros supplémentaires. La direction s est cantonnée à une ultime proposition que l ont peut dire à l arrachée : Augmentation générale de 0,8 % applicable au 1 er Mars Augmentation de 0,5 % applicable au 1 er juin (100% de l effectif) libellé AI, habillée en AG. er Revalorisation de 1 % de la prime (de transport, panier jour et nuit) au 1 janvier net mensuel de prime de transport à tous avec effet rétroactif au 1 er janvier 2010 et applicable à tous. (Même ceux qui n en avaient pas). Prime complémentaire d intéressement en Mai de 200, (soit 100 au titre 2009 et 100 au titre 2010) qui seront sous la forme d un avenant à l accord site. Revalorisation de 0,7% des primes (transports, paniers jours et nuits) au 1 er juin Accord site au 30 juin sur + 4 mensuels nets à affecter soit à la mutuelle, soit à la prime nettoyage, à décider par un accord sur site. Augmentation générale de 0,4 % au 1 er septembre Ces propositions ne sont pas de nature à démotiver les salariés, compte-tenu du plan de charge actuel, et permettent la pérennisation du site. Pour la direction, nous n en pensons pas moins (une pensée directe et psychologique) : «que l on donne 10 ou 100, ce n est pas cela qui va nous arrêter dans la stratégie politique engagée». On peut ainsi se rendre compte du décalage entre la réalité de la Vie et cette direction qui est A COTE DE LA PLAQUE! Mais combien ont-ils eu, EUX! Yannick DUBOIS 14

15 Actualité Sociale INFO RETRAITES Revalorisation des retraites à compter du 1 er avril 2010 Régime général : + 0,90 % Retraites complémentaires : valeur annuelle du point AGIRC : 0, AARCO : 1,1884 Pension de reversion : 54 % de la pension du défunt. Le minimum de pension est fixé à 266,15 /mois*, la majoration par enfant à charge est de 90,31 /mois* Allocation veuvage : Plafond de ressources : 8476,92 /an* Montant : 565,13 * versement unique. activité réduite : 30 % du salaire moyen annuel des 25 meilleures années. Minimum : 262,77 /mois Maximum : 865,50 /mois incapacité au travail : 50 % du salaire moyen annuel des 25 meilleures années pour un maximum de1442,50 / mois. * (taux 2009) Pour une retraite progressive... Bien qu en ayant atteint l âge, vous ne vous sentez pas encore l âme d un retraité, la loi permet d opter pour une retraite progressive tout en percevant une partie de votre pension (régime de base et retraite complémentaire) : vous devez être âgé d au moins 60 ans. les cotisations versées pendant ces années supplémentaires seront prises en compte pour la liquidation définitive de votre retraite. Pour en bénéficier, vous devez relever d un des régimes obligatoires d assurance vieillesse et justifier de 150 trimestres de cotisations. Vous devez avant tout discuter avec votre employeur car celui-ci n est pas obligé de vous accorder un temps partiel, même si les pouvoirs publics encouragent le travail des seniors. Il suffit de cesser toute activité pour basculer vers une retraite complète. La réforme... La nouvelle réforme des retraites, dont le débat va s ouvrir, risque d être encore plus drastique que les précédentes. Elle s articulera sur les points suivants: La durée de cotisation Pour obtenir une retraite à taux plein à partir de 60 ans, il faut cotiser 162 trimestres pour les personnes nées en Il en faudra 164 (41 ans ) pour celles nées en Cette durée passerait progressivement à 42, voire 43 ans pour les générations suivantes. 15

16 Actualité Sociale L âge légal de départ Il faut actuellement attendre 60 ans pour toucher sa retraite (sauf cas particuliers), cet âge pourrait progressivement augmenter. L âge du taux plein Tout salarié peut bénéficier d une pension à taux plein à partir de 65 ans. Ce plafond protecteur pourrait être relevé. Le montant des pensions Le gouvernement à clairement exclu de toucher aux montants des pensions actuellement versées. Le taux de cotisation Le gouvernement et le patronat refusent toute hausse globale des cotisations sociales. Certains proposent de les étendre à d autres ressources (l épargne salariale par exemple). Les salaires cotisés La retraite tient compte des salaires des 25 meilleures années. Augmenter, comme il en est question, la prise en compte à 30 ans, voire à tous les salaires perçus, diminuerait les futurs salaires de retraite. L harmonisation public/privé La fonction publique sera elle aussi concernée par la réforme qui rapprocherait son régime de celui des salariés du privé. Le secteur public conserve en effet certains avantages, dont par exemple, une retraite calculée sur les salaires des 6 derniers mois d activité. Le passage à un système par points Le système actuel est basé sur les années de cotisations. Certains émettent l idée de passer à un système par points, comme AGIRC-ARRCO. Une variante a également été proposée, qui consisterait à opter pour un régime en comptes notionnels dans lequel la pension serait calculée en fonction de l espérance de vie au moment du départ à la retraite. L emploi des seniors C est une question importante, car il faut que les entreprises fassent des efforts pour maintenir leurs salariés dans l emploi et pour embaucher d avantage de jeunes, sans pour autant abuser des plans sociaux, ce qui pour l instant n est pas le cas. La pénibilité du travail c est une autre question centrale. Elle devra être prise en compte pour ouvrir, au cas par cas, des conditions de départ moins défavorables aux personnes ayant exercé un métier pénible. Il faut également savoir qu une réforme des régimes complémentaires, dont les règles n ont été prolongées que jusqu au 31 décembre 2010, est également programmée. Nos négociateurs devront faire preuve de pugnacité et de vigilance. Ils devront avoir présent à l esprit que notre système des retraites par répartition est en grand danger, et avec lui notre pacte de solidarité intergénérationnelle sur lequel il est ancré. Marcel CELLEROSI 16

17 La Vie du Mouvement CHIMIE Cristalleries et miroiterie... la réunion du 17 avril LLes amis des cristalleries et de la miroiterie se sont réunis le 17 avril Le syndicat Cristal Saint- Louis a reçu ses homologues de chez Baccarat, de Lalique et de la Miroiterie VTF. Comme tous les semestres, les amis verriers et miroitiers ont échangé sur leurs métiers, durement touchés par la crise, en toute transparence. Tous les thèmes ont été abordés, comme les accords seniors, l hygiène sécurité et conditions de travail, les perspectives d avenir, l intéressement, l ancienneté, les réunions paritaires, les informations fédérales et confédérales comme le circuit unique de cotisation et autres sujets d actualité. Ces réunions entre les verriers et miroitiers ont vu le jour en 1993 et à ce jour, elles se tiennent toujours régulièrement, animées par les militants et syndicalistes CFTC qui, sur le terrain dans les entreprises, sont à l écoute des salariés et font vivre l esprit CFTC. La représentativité ne causera pas de problème au sein de ces métiers. La journée de travail s est terminée autour d un bon repas chez Chantal. Tout ce beau monde s est donné rendez-vous pour l automne prochain. Jean-Claude NEU 17

18 La Vie du Mouvement CHIMIE AG du Syndicat Chimie d Ille et Vilaine LLe 26 février dernier a eu lieu l Assemblée Générale du Syndicat Départemental CFTC des Industries Chimiques d Ille et Vilaine. L Assemblée Générale, instance souveraine, à permis aux adhérents de la «chimie 35» de se retrouver pour les uns, de faire connaissance pour les autres. Les débats ont porté essentiellement sur l industrie automobile et ses équipementiers. En effet, notre syndicat est composé en grande partie d équipementiers prenant de plein fouet les restructurations du secteur, les journées de chômage, à la Barre Thomas, Cooper, Faurecia. Les équipementiers sont étroitement liés aux usines terminales, qui voient leurs effectifs et leurs productions fondre comme neige au soleil. Sur notre bassin d emploi ainsi que sur la Bretagne règne l usine PSA de la Janais, qui aujourd hui a réduit ses effectifs de moitié (12000 salariés à 6000 salariés), pour une estimation de emplois annexes et connexes. Une entreprise de cette taille, n est rentable qu avec un effectif minimum, quel est-il? En France il n y a pas de filière automobile. En Allemagne les constructeurs automobiles utilisent 80 % des composants d un véhicule produit au pays, la France n utilise que 20 %, on comprend alors mieux pourquoi nos industries souffrent. Malgré un état des lieux préoccupant, l assemblée s est déroulée dans un esprit convivial. Pour le syndicat Thierry KOLODZIEJEK Ont été élus : Président : Mr Yannick DUBOIS Secrétaire Générale : Mme Rachel PLUMAIL SG adjoint : Mr Thierry KOLODZIEJEK Trésorier : Mr Didier HAVART Trésoriers adjoints : Mrs Thierry BERTHELOT et Thierry MELKA Membres du conseil syndical : Mme Irène COUPRIE et Mr Didier JOURDAN 18

19 La Vie du Mouvement Miser sur la qualité pour préserver l emploi! TEXTILE Les responsables CFTC chez DEVANLAY LACOSTE Le 31 mars, les responsables confédéraux et fédéraux de la CFTC étaient présents chez DEVANLAY LACOSTE, pour une visite de l usine troyenne. Cette visite organisée par Corinne LEGRAND, responsable CFTC chez DEVANLAY LACOSTE, s inscrit dans le cadre des rencontres avec les équipes militantes dans les régions et les professions sensibles en matière d emploi. C est pour les responsables confédéraux de la CFTC l occasion d échanger avec les militants sur le terrain pour être sûrs que les orientations prises nationalement correspondent bien à ce qui se passe sur le terrain, comme l a expliqué Jacques VOISIN, Président confédéral. Comme il l a affirmé : «Cette entreprise montre qu en France, dans un secteur que l on dit moribond, nous sommes capables de créer de l emploi en misant sur la qualité et la valeur ajoutée des produits». Suite à cette visite, il a rencontré la trentaine d élus CFTC, syndicat majoritaire dans l entreprise, et a rappelé les priorités de la CFTC en terme d emploi : Un renforcement des moyens du pôle emploi afin que chaque personne licenciée dans le cadre des plans sociaux puisse être accompagnée individuellement et puisse toucher son indemnisation rapidement. Concernant les retraites, la CFTC est en faveur d un élargissement de l assiette des contributions, avec une bonification supplémentaire pour ceux qui sont allés au-delà des annuités demandées et avec un niveau minimum décent pour chaque retraité. Le Secrétaire confédéral Philippe LOUIS et Joseph THOUVENEL Secrétaire adjoint Le Président fédéral Bernard MERTEN Jean-Michel CERDAN Paul FIASCHI Cette visite était restée secrète pour nos militants. Personne n avait eu vent de cette rencontre. Dans un premier temps, j ai sollicité la Direction générale pour obtenir le droit de visiter notre site de production ; la réponse positive m a séduite d autant plus que les DRH voulaient absolument rencontrer nos représentants nationaux. Il faut savoir qu aucune organisation syndicale n avait eu ce privilège jusqu à ce jour. Ma démarche ne s arrête pas là. Dans la foulée, j organise une rencontre avec tous nos militants DEVANLAY LACOSTE (4O au total, sans qu ils le sachent) en organisant un déjeuner. Quelle surprise pour eux! Ils ne s attendaient absolument pas à cela. Quel bonheur de se découvrir les uns les autres dans de telles conditions ; une première aussi en la matière. La structure est présentée de la base au sommet et pendant le déjeuner, des échanges sous forme de débat s instaurent, sur la retraite, la pénibilité, les difficultés liées à la crise ; enfin bref! Quel hommage rendu à nos militants en organisant cette rencontre! Et cet effet de surprise pour les remercier du travail qu ils font au quotidien chacun à sa manière, mais en étant toujours présents et complémentaires dans l action et la représentativité de la CFTC sur nos sites. Nous y sommes majoritaires et fiers de l être, en n ayant de cesse de représenter les salariés, en préservant les valeurs et la place qui leur est due dans le monde du travail. Corinne LEGRAND 19

20 La Vie du Mouvement MINES Mineurs du Tarn C Les Mineurs du Tarn en AG C est le jeudi 25 mars dernier, sous la présidence de Jacques MORISOT, que se sont déroulées à Blaye-Les-Mines, l Assemblée Générale extraordinaire du Syndicat des Mineurs et Similaires du Tarn, ainsi que l Assemblée Générale annuelle des Mineurs du Carmausin et celle de l Association des Retraités (ARMST). Le Président, dans son allocution de bienvenue, a remercié les invités de l UD 81 et les amis mineurs de l Aveyron. Il a salué le courage des présents, hélas de moins en moins nombreux, et excusé les absents dont Alain RUFFIE, retenu par une réunion à Toulouse. Il a fait observer une minute de silence à la mémoire de nos chers disparus de l année, dont Henri ZIBELLI, un ami très cher, qui l a secondé dans son mandat d administrateur à la SSM puis à l UR dans des moments parfois très difficiles. Il passe la parole à Françoise TORTORICI qui présente le programme chargé de cette matinée. La réunion débute par l Assemblée Générale extraordinaire du Syndicat des Mineurs et Similaires CFTC du Tarn. Elle se réunit pour dissoudre le Syndicat, comme le prévoient les statuts et le règlement intérieur. Françoise donne des explications quant aux raisons qui ont conduit à cette dissolution. Elle a répondu aux questions et rassuré l assemblée que rien ne devrait changer dans l immédiat, notamment en ce qui concerne la pérennité des mandats de nos représentants dans les différentes instances ainsi que la défense des droits et acquis de la profession minière. Elle présente le bilan financier du Syndicat et précise qu il ne laisse ni dettes ni avoir. C est l Association des Mineurs et Similaires CFTC du Tarn qui assumera désormais les charges inhérentes au maintien du local. L Assemblée extraordinaire donne quitus à la Trésorière et vote à l unanimité la dissolution et le regroupement du Syndicat CM8101 avec le Syndicat d accueil CM1302. Le Président clôt cette Assemblée et déclare ouverte l Assemblée Générale ordinaire de l Association, durant laquelle furent évoqués les problèmes liés à la profession minière et au fonctionnement des Syndicats. Une grande partie de la matinée a été consacrée à l actualité, notamment les engagements de l Etat pour la pérennité du régime minier. Les syndicalistes CFTC veillent au niveau national au respect de ces engagements et au rétablissement de l article 2.2b ainsi qu au maintien de la gratuité des soins. Il a également été question des difficultés de la CARMI du Sud Ouest, du Fonds d Aides et de Secours de l ANGDM et de son cumul avec les aides de la CARMI ou ABELIO. JP DUTKA fait un compte rendu des différentes sessions régionales des mineurs et des réunions relatives aux logements des mineurs. Françoise TORTORICI, au plan départemental et local, fait état de sa participation aux différentes réunions et rencontres de l UD et aux réunions de la CPAM du Tarn. La composition du conseil et du bureau est restée inchangée. La séance est levée à 12h15 et la discussion s est poursuivie à table autour d un déjeuner pris en commun. Un grand merci à tous ceux qui se sont déplacés pour assister à ces Assemblées Générales et pour l intérêt qu ils portent à la CFTC. Françoise TORTORICI 20

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE

PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE Votre première affectation Votre position de stagiaire n est reconnue qu à compter de la nomination en délégation sur un emploi et ce pour deux ans à partir du 1 er septembre

Plus en détail

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite

Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite Fiche 1 : Age légal de départ à la retraite LE PROJET DE LA DROITE DÉCRYPTÉ Travailler plus longtemps pour gagner moins L âge légal de départ à la retraite est porté à 62 ans. Les victimes de ce recul

Plus en détail

L INDICE pensable DOSSIERS

L INDICE pensable DOSSIERS N 33 - MARS 2013 L INDICE pensable DOSSIERS Accord National Interprofessionnel du 11 janvier sur la sécurisation des emplois 11 ème et 12 ème rapports du Conseil d Orientation des Retraites Augmentation

Plus en détail

Lettre Entreprise Info. N 13 / Novembre 2013. Lettre Entreprise Info. N 13 / Novembre 2013 / 1

Lettre Entreprise Info. N 13 / Novembre 2013. Lettre Entreprise Info. N 13 / Novembre 2013 / 1 N 13 / Novembre 2013 Lettre Entreprise Info N 13 / Novembre 2013 / 1 Sommaire Social Baromètre TPE / PME 2013 : TNS Sofres a publié une étude sur la vision des dirigeants de TPE et PME sur le Crédit d

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015

Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 Loi relative au dialogue social et à l emploi dite «Loi Rebsamen» Suite au vote à l assemblée nationale du 23 juillet 2015 SOMMAIRE Création de CPRI (commissions paritaires régionales interprofessionnelles)

Plus en détail

Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION

Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION Le GUIDE STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION Édition 2015 Dès sa création, le Sgen-CFDT a fait le choix de se structurer en syndicat général, c'est à dire regroupant l'ensemble des catégories professionnelles

Plus en détail

Analyses et propositions CGT par rapport au projet employeurs

Analyses et propositions CGT par rapport au projet employeurs Projet global d accord Direction Les employeurs et les fédérations syndicales de la branche professionnelle des industries électrique et gazière veulent poser les fondements d un pacte social renouvelé.

Plus en détail

COMMENT S ORGANISENT LES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DEPUIS LA LOI DU 20 AOÛT 2008?

COMMENT S ORGANISENT LES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DEPUIS LA LOI DU 20 AOÛT 2008? MANUEL D AIDE COMMENT S ORGANISENT LES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DEPUIS LA LOI DU 20 AOÛT 2008? Cgt FORCE OUVRIERE - Secteur Conventions Collectives Négociation Collective - Comités d Entreprises - Comités

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

ACCORD SUR LA GOUVERNANCE DES GROUPES PARITAIRES DE PROTECTION SOCIALE DU 8 JUILLET 2009

ACCORD SUR LA GOUVERNANCE DES GROUPES PARITAIRES DE PROTECTION SOCIALE DU 8 JUILLET 2009 ACCORD SUR LA GOUVERNANCE DES GROUPES PARITAIRES DE PROTECTION SOCIALE DU 8 JUILLET 2009 Le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME),

Plus en détail

Catalogue formation 2014

Catalogue formation 2014 Décembre 2013 Catalogue formation 2014 www.fnem-fo.org La formation syndicale doit s inscrire, se développer au sein de nos structures et à chaque niveau s imposer comme une priorité essentielle au service

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3066 Convention collective nationale IDCC : 292. PLASTURGIE ACCORD DU 29 OCTOBRE

Plus en détail

Le report de l âge de la retraite

Le report de l âge de la retraite 4. Protection sociale Le report de l âge de la retraite Une des premières décisions du gouvernement issu des élections de 2012 aura été, conformément aux promesses de la campagne électorale présidentielle,

Plus en détail

Vous défend Vous informe Vous accompagne. Section Syndicale CFTC du Secours Catholique. Section Syndicale CFTC du Secours Catholique Page 1

Vous défend Vous informe Vous accompagne. Section Syndicale CFTC du Secours Catholique. Section Syndicale CFTC du Secours Catholique Page 1 Vous défend Vous informe Vous accompagne Section Syndicale CFTC du Secours Catholique Section Syndicale CFTC du Secours Catholique Page 1 QUI SOMMES-NOUS? Une équipe composée de représentants du personnel

Plus en détail

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE

ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE ACCORD AU TITRE DU PACTE DE RESPONSABILITE Dans un contexte économique général difficile caractérisé, notamment, par une croissance faible, les entreprises de la restauration rapide sont confrontées à

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

Générations. Aménagement des fins de carrière et transition entre activité et retraite. Des Repères pour l Action. Toutes les

Générations. Aménagement des fins de carrière et transition entre activité et retraite. Des Repères pour l Action. Toutes les Toutes les Générations www.toutes-les-generations-en-entreprise.com Direction Départementale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle du Val d Oise PLAN ÉGALITÉ ACCÈS À L EMPLOI ET DANS

Plus en détail

Rendez-vous 2008 sur les retraites

Rendez-vous 2008 sur les retraites Rendez-vous 2008 sur les retraites Paris, le 28 avril 2008 Les Français sont très attachés à leur système de retraite par répartition et le Gouvernement entend tout mettre en œuvre pour en assurer la pérennité,

Plus en détail

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013

STATUTS ARTICLE 1 ER CONSTITUTION ARTICLE 2 OBJET ARTICLE 3 DURÉE - EXERCICE SOCIAL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 STATUTS CONSEIL D ADMINISTRATION DU 10/07/2013 Les présentes dispositions statutaires sont décidées par le Conseil d administration de l Apec dans le respect du principe général de transparence applicable

Plus en détail

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites

Commission ad hoc. Séance du 10 février 2014. 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites Commission ad hoc Séance du 10 février 2014 2.- Loi garantissant l avenir et la justice du système de retraites La loi n 2014-40 du 20 janvier 2014 garantissant l avenir et la justice du système de retraites,

Plus en détail

ACCORD DU 26 JANVIER 2010

ACCORD DU 26 JANVIER 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 2793. ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE ET D ALLOCATIONS FAMILIALES (25 juin

Plus en détail

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Complémentaire santé : une nouvelle obligation pour les employeurs janvier février mars 2015

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

LOIS DES 6 ET 17 AOUT 2015 DITES MACRON ET REBSAMEN DISPOSITIONS RELATIVES AUX REPRESENTANTS DU PERSONNEL ET DES SYNDICATS

LOIS DES 6 ET 17 AOUT 2015 DITES MACRON ET REBSAMEN DISPOSITIONS RELATIVES AUX REPRESENTANTS DU PERSONNEL ET DES SYNDICATS DELEGATION UNIQUE DU PERSONNEL LOIS DES 6 ET 17 AOUT 2015 DITES MACRON ET REBSAMEN DISPOSITIONS RELATIVES AUX REPRESENTANTS DU PERSONNEL ET DES SYNDICATS de 50 et plus La faculté de constituer une délégation

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON Synthèse des débats rédigée par : 10 mai 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Lyon, le 10 mai 2012, un forum participatif

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

L Expert Comptable et le Juriste : outils et moyens du Comité d Entreprise. Paris, Février 2015

L Expert Comptable et le Juriste : outils et moyens du Comité d Entreprise. Paris, Février 2015 L Expert Comptable et le Juriste : outils et moyens du Comité d Entreprise Paris, Février 2015 Intro : quelques repères En 1982, le gouvernement au pouvoir souhaite pousser les entreprises à donner de

Plus en détail

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro Les contrats de retraite article 83 sont désormais ouverts aux versements individuels et facultatifs des salariés.

Plus en détail

La représentativité syndicale Loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation d e la démocratie sociale

La représentativité syndicale Loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation d e la démocratie sociale La représentativité syndicale Loi n 2008-789 du 20 août 2008 portant rénovation d e la démocratie sociale Quelles sont les nouvelles règles pour la CFTC? 1 A RETENIR : Désormais 2 conditions pour rester

Plus en détail

La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015

La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015 La Loi Rebsamen du 17 Aout 2015 1-Les mesures relatives aux IRP. La loi du 17 aout 2015 sur le dialogue social modifie en profondeur le droit de la représentation du personnel. Dispositions de la loi Définition

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger,

PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger, SEŃAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2014-2015 PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger, PREŚENTEÉ Par Jean-Yves Leconte, Hélène Conway-Mouret, Claudine Lepage et Richard Yung

Plus en détail

INFORMATION RETRAITE SYNDICAT CGT DES TRAVAILLEURS PORTUAIRES DU GPMH LE HAVRE FRANCE. Septembre 2009 SOMMAIRE - 1 - 1. LA RETRAITE (QUELQUES DATES )

INFORMATION RETRAITE SYNDICAT CGT DES TRAVAILLEURS PORTUAIRES DU GPMH LE HAVRE FRANCE. Septembre 2009 SOMMAIRE - 1 - 1. LA RETRAITE (QUELQUES DATES ) SYNDICAT CGT DES TRAVAILLEURS PORTUAIRES DU GPMH LE HAVRE FRANCE INFORMATION RETRAITE Septembre 2009 SOMMAIRE 1. LA RETRAITE (QUELQUES DATES ) 2 LA RETRAITE SECURITE SOCIALE 3 LA RETRAITE COMPLEMENTAIRE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3125 Convention collective nationale IDCC : 1586. INDUSTRIES CHARCUTIÈRES (Salaisons, charcuteries,

Plus en détail

Le Canard Vigilant. Numéro 153 - Vendredi 12 juillet 2013. est une publication du syndicat CGT Natixis

Le Canard Vigilant. Numéro 153 - Vendredi 12 juillet 2013. est une publication du syndicat CGT Natixis Numéro 153 - Vendredi 12 juillet 2013 Flexibilité contre les droits des salariés 2 Sanction 3 Avancement 3 Mutuelle Natixis Sa 3 BGC 4 IPSEC Pour qui? Pour quoi?4 Retraites 5 C est décidé, vous voulez

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

Fiche n 20 : Droit à la représentation collective

Fiche n 20 : Droit à la représentation collective Repères revendicatifs Fiche n 20 : Droit à la représentation collective La CGT propose Le droit pour tous les salariés à une représentation collective quels que soient leur statut, l entreprise et sa taille.

Plus en détail

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE Contact FENARA 20, boulevard de Grenelle 75015 Tél. : 01 45 77 94 04 info@fenara.org www.fenara.org 1 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

Guide pratique de la formation syndicale

Guide pratique de la formation syndicale Guide pratique de la formation syndicale Jeunes CGT 63 rue de Paris Case 3-1 9316 Montreuil Cedex tél. : 01 48 18 84 13 / 81 80 courriel: jeunes@cgt.fr www.jeunes.cgt.fr Jeunes CGT 63 rue de Paris Case

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

Articulation des institutions représentatives du personnel: qui fait quoi?

Articulation des institutions représentatives du personnel: qui fait quoi? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Articulation des institutions représentatives du personnel: qui fait quoi? Siège social : 20/24 rue Martin Bernard 75013 Paris Tel : 01 55 56 62 10 Fax : 01 55 56

Plus en détail

Qualité et efficacité du dialogue social : Les propositions de l UNSA

Qualité et efficacité du dialogue social : Les propositions de l UNSA Qualité et efficacité du dialogue social : Les propositions de l UNSA Motion adoptée lors du Bureau national du 26/11/2014 L UNSA, organisation syndicale interprofessionnelle, est un acteur important du

Plus en détail

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors

Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mobilisation en faveur de l emploi des seniors Mesures retenues par le Gouvernement à l issue de la concertation avec les partenaires sociaux dans le cadre du rendez-vous 2008 sur les retraites Dès la

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Etude d éclairage technique sur les mobilités professionnelles au sein des GPS

Etude d éclairage technique sur les mobilités professionnelles au sein des GPS Etude d éclairage technique sur les mobilités professionnelles au sein des GPS Appel d offres Page 1 SOMMAIRE I - Présentation de la branche professionnelle et de l Observatoire des métiers et des qualifications

Plus en détail

CONSEIL SUPÉRIEUR. de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011

CONSEIL SUPÉRIEUR. de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011 2 0 1 2 5 CONSEIL SUPÉRIEUR de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Conseil supérieur de la FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE - 2011 l édito du Président 3 L a fonction publique territoriale, et avec elle «son»

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3342 Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL ACCORD DU 8 OCTOBRE

Plus en détail

Newsletter Sociale Octobre 2015

Newsletter Sociale Octobre 2015 Newsletter Sociale Octobre 2015 AGIRC/ARRCO : une circulaire fait le point sur la mensualisation du paiement des cotisations à compter du 1er janvier 2016 Conformément à l accord AGIRC-ARRCO du 13 mars

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015.

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. ASSOCIATION GABONAISE DES EXPERTS COMPTABLES STAGIAIRES AGECS STATUTS Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. SOMMAIRE PREAMBULE 3 Article 1 : Dénomination - Durée 4 Article 2

Plus en détail

Flore-Aline Colmet Daâge*

Flore-Aline Colmet Daâge* NOTE n 153 - Fondation Jean-Jaurès - 23 janvier 2013 - page 1 Un enjeu clé pour dynamiser l emploi Flore-Aline Colmet Daâge* * Directrice d études, département «Opinion et stratégies d entreprise», Ifop

Plus en détail

JEUNES / bulletin # 2

JEUNES / bulletin # 2 JEUNES / bulletin # 2 2 e trimestre 2011 section société générale Des femmes et des hommes au service de leurs collègues professionnel libre apolitique pragmatique SALAIRES et rémunérations professionnel

Plus en détail

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3 Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco Cotisations et points de la retraite complémentaire Guide salariés n o 3 avril 2014 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

RESONANCES EDITO : Une feuille de route déjà bien pleine! Alors, bonne rentrée à toutes et à tous! Mickaël MANZONI

RESONANCES EDITO : Une feuille de route déjà bien pleine! Alors, bonne rentrée à toutes et à tous! Mickaël MANZONI RESONANCES Section Syndicale CFDT Adapei 35 17, rue Kérautret Botmel CS 74428-35044 Rennes cedex sectioncfdt.adapei@laposte.net Site: cfdtadapei35 Tél. 02 99 22 76 65 Permanence le mardi Journal de section

Plus en détail

Le Conseil Municipal des Jeunes Qu est-ce qu un Conseil Municipal des Jeunes? Le Conseil Municipal des Jeunes (CMJ) est une assemblée qui réunit des jeunes Volvicois de la 6 ème à la 4 ème. Il est composé

Plus en détail

PREMIERES FORMATIONS POUR EXERCER SON MANDAT

PREMIERES FORMATIONS POUR EXERCER SON MANDAT 1 2 BIENVENUE A LA CFDT BIENVENUE A LA CFDT / 3 jours Publics : Nouveaux adhérents, nouveaux militants Objectifs : Identité et valeurs de la CFDT Connaître et comprendre le fonctionnement de la CFDT de

Plus en détail

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008

ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 ACCORDS DE BERCY SUR LE DIALOGUE SOCIAL DANS LA FONCTION PUBLIQUE MAI 2008 Eric WOERTH Ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et André SANTINI Secrétaire d État chargé de la

Plus en détail

vous informer sur votre retraite

vous informer sur votre retraite vous informer sur votre retraite www.reunica.com points de repères Répartition : une retraite solidaire entre générations Notre système de retraite repose sur la répartition : les cotisations prélevées

Plus en détail

RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO

RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO RETRAITES COMPLEMENTAIRES AGIRC ET ARRCO ACCORD DU 23 MARS 2009 Le Mouvement des entreprises de France (MEDEF), La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), L'Union professionnelle

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012

RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012 RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012 Les élections de représentativité pour les salariés des petites entreprises de moins de 11 salariés auront

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Durée du travail Syndicat MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Note d information complétant la circulaire DGT n o 20 du 13 novembre

Plus en détail

LE TRAIT D UNION. du Jura. N 304 Mars 2011 SOMMAIRE

LE TRAIT D UNION. du Jura. N 304 Mars 2011 SOMMAIRE du Jura Directeur de Publication : Dominique BERNER Mensuel imprimé par nos soins Commission Paritaire 0614 S 05500 UD UL SYNDICATS- ISSN 0241 9505 LE TRAIT D UNION Prix : 0,15 N 304 Mars 2011 Dispensé

Plus en détail

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune

Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune Règlement intérieur du conseil communautaire de Plaine Commune En application des dispositions du code général des collectivités territoriales, le conseil communautaire doit adopter un règlement intérieur

Plus en détail

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat Pour défendre le pouvoir d achat > revalorisation de + 25 % de l allocation de rentrée scolaire grâce à un quotient

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3161 Convention collective nationale IDCC : 2120. BANQUE (5 e édition. Décembre 2000) (Nouveau texte) ACCORD

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 41-15 novembre 2013 Les complémentaires santé font encore «la Une» de l actualité de cet automne parlementaire. Serge Lavagna Secrétaire national

Plus en détail

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS Le terme syndicat, désigne toute organisation ou groupe d organisation de travailleurs ou d employeurs, ayant pour but de promouvoir et de défendre les intérêts

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

AVENANT N 2 A L ACCORD PORTANT CREATION D UNE UNITE ECONOMIQUE ET SOCIALE GFI INFORMATIQUE

AVENANT N 2 A L ACCORD PORTANT CREATION D UNE UNITE ECONOMIQUE ET SOCIALE GFI INFORMATIQUE Document de travail V3.5, suite commission paritaire du 09 juillet 2010 AVENANT N 2 A L ACCORD PORTANT CREATION D UNE UNITE ECONOMIQUE ET SOCIALE GFI INFORMATIQUE (UES GFI INFORMATIQUE) Entre les soussignées

Plus en détail

Sommaire. Communiqué de presse : Naissance groupe humanis, 3 e acteur de la protection sociale en France p.3

Sommaire. Communiqué de presse : Naissance groupe humanis, 3 e acteur de la protection sociale en France p.3 Sommaire Communiqué de presse : Naissance groupe humanis, 3 e acteur de la protection sociale en France p.3 Le rapprochement des groupes Aprionis et Vauban Humanis p.4 Les dates clés de la naissance d

Plus en détail

LA REFORME DES RETRAITES

LA REFORME DES RETRAITES LA REFORME DES RETRAITES (Loi du 9 Novembre 2010 et 1 ers décrets d application) Lettre d actualité sociale n 8 Eric Pouliquen - Avocat - Willway&Associés Alain Defrance - Courtier - Cabinet Mahier&Baylac

Plus en détail

Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD

Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD LETTRE CIRCULAIRE N 13/11/2008 Paris, le 5 novembre 2008 Aux Délégués Syndicaux Mutualité Aux Secrétaires de Syndicats OSDD Chers

Plus en détail

Statuts et règlement intérieur du PS

Statuts et règlement intérieur du PS Statuts et règlement intérieur du PS Présentation du travail de codification statutaire Le Conseil national du 18 juillet 2012 a donné mandat à un groupe de travail, composé à la proportionnelle des sensibilités

Plus en détail

NEWSLETTER OCTOBRE 2015 LA LOI «REBSAMEN» SUR LE DIALOGUE SOCIAL

NEWSLETTER OCTOBRE 2015 LA LOI «REBSAMEN» SUR LE DIALOGUE SOCIAL overeed.com NEWSLETTER OCTOBRE 2015 LA LOI «REBSAMEN» SUR LE DIALOGUE SOCIAL De quoi s agit-il? La loi sur le dialogue social, présentée en conseil des ministres le 22 avril 2015 par le ministre du travail,

Plus en détail

ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ!

ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ! ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ! 2 ÉLECTIONS TPE 2012 : un scrutin sur sigle aux enjeux forts Contexte et enjeux Les élections TPE sont la 3 ème étape de

Plus en détail

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES STATUTS DE L ASSOCIATION EBENE Titre I Formation et but de l association Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi

Plus en détail

Le contrat de génération

Le contrat de génération Séminaire Italia Lavoro 30 mai 2013 Le contrat de génération Bruno Coquet Ministère du Travail, de l Emploi, de la Formation Professionnelle et du Dialogue Social Conseiller auprès de la Déléguée Générale

Plus en détail

Le sort du mandat des représentants du personnel en cas de transfert d entreprise

Le sort du mandat des représentants du personnel en cas de transfert d entreprise Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 des représentants du personnel En bref L objet de cette fiche est la présentation du sort du mandat des représentants du personnel. Il est indispensable de

Plus en détail

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS

UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS - QUE CHOISIR Association de la région de Versailles STATUTS Article 1 er : formation Sous le régime de la loi du premier juillet mille neuf cent neuf, il est créé entre

Plus en détail

E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale

E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale DIRECCTE Analyses Pays de la Loire octobre 2014 La négociation collective d entreprise en 2013 dans les Pays de la Loire E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale des entreprises, de

Plus en détail

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise?

Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? L accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013 La loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Comment appliquer l obligation d assurance santé en entreprise? Le 1er janvier 2016 au

Plus en détail

LES FORUMS Sur le risque professionnel

LES FORUMS Sur le risque professionnel LES FORUMS Sur le risque professionnel Organisés par la Mutuelle nationale des fonctionnaires des collectivités territoriales (MNFCT) «DIALOGUE SOCIAL ET SANTE AU TRAVAIL» Vendredi 30 octobre 2015 PARIS

Plus en détail

Retraite Entreprise L ESSENTIEL

Retraite Entreprise L ESSENTIEL Retraite Entreprise L ESSENTIEL RETRAITE AGRICA AGRICA et vous > Le Groupe AGRICA s engage aux côtés des entreprises et des salariés du monde agricole pour vous apporter des solutions retraite. Plus que

Plus en détail