START HAEU AHUE HAEU AHUE. FO R.'..\ S I'\:T" IICROf IL' l SER\lU:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "START HAEU AHUE HAEU AHUE. FO R.'..\ S I'\:T" IICROf IL' l SER\lU:"

Transcription

1 START F E _M FO R.'..\ S I'\:T IICROf IL' l SER\lU:

2 PROPRIETE EXCLUSIVE DES ARCHIVES HISTORIQUES DE L'UNIONEUROPEENNE. TOUS LES DROITS DE REPRODUCTION ET D 'EXPL OI TA TI ON LEUR SON T S TRICTEMENT RESERVES. - _._ E) CCL USI VE PROPERTY OF TI-IE HfSTORICAL AR CHIVES OF THE EUR OPEAN UNIOlv. ALL THE RlGHTS REGARDIN G THE USE AND REPRODUCTION OF THESE DOCUMENTS ARE STRICTLY RESERVED.

3 ARCHIVES HISTORIQUES DE L'UNION EUROPEENNE FOND8 CODE: DOSSIER: * * * * * * *: * * *** FMM-30 n DATE: 10/ /11/1971 TITLE : Visite du Président Malfatti en Afrique ( novembre 1971 )

4 r. ~. c.' ~c ~ I->. t \ h ' Voy ag c dc.. 1 \ le ~r6 ~idcn t ~u~ f ~ t t i en ~fr 1 q ~ ~ I T I N E R A I R E 13 h. 30 Dépar t de Br ux el l es -. 0 _ < 15 h. 15 Arr i vée à Rome.. '.- 0. ou 19 h 35 Dépar t _lìl! ~xe ll e s ~ V:>l 2 ; ~ 22 h. 1C.'.rr i v ée - c::.~ t ome o Vendredi 23 h.45 Dé p:lrt d c P.c:::e. ~ '101 0' 13 h.20 l.rr i v éc... _o cr.. AHUE 19/1l a T.:.::anar:'ve (le 21\ ~... : ~.. l ' ' t.. 1 t ~ '.!l''.ardi 19 h. 25 Départ dc ~~r.~n n r i ve ~ /ll 21 h. =?5 Arr i véc a ~r - c z-:u l am ~ h. e::.i r. Dé p~r : de ~r-ec -:2 1 9r. 1*';;. :'Ji or: ~ l:.xi -t 2.1 h s envì r- A rr i\' é ~ 5. :Iai r :-bi. HAEU ~ 4 ~ 1<'. J. Vcndredi II h. r'épn.r t d ~ U.:. iro'bi \ I.. 26/ll 13 h. t.r r i v ~ c ~~j~b~~ ' Samed i 1 8 h. ~ O Dépn r-t fi o Pt:.jumbnrn.....c:.. ~.-.. ' t :.. H' ' - ' - '. C'P '.. o'.. '. ' j.. 27/1! 21h.30.\=r ivéa à :n~ ettc ~ l '.4... bear-e I oc-de 23h. 15 'épa::-t d ' ~ t '::l bb c.q... AHUE - 6h. 33 l.rri..-é e 3. r:.::-i:::: Or ~: ( l e 2 ))!:limenc he 7h 5C Dépa::-t <le!'~ ri:; oi ' 1:' n... 28/ll 8h.15!.rr i o/é c -l!!rxcl1e:; ' \ HAEU ft '~'.l' I r '.. I... I... '~ l _ '. ' (. -#_ ' -'l' -. ' I ~\.~ _...-- ~! - '''-

5 i < I j ' l Ī \... ~~ ~- _ o..'1 13 h. : Ar-rìvée à Buj umb-tr-a Accueil à l 'aéroport pe r- 1c 'r.': ni den t de 1 ~ R&;.l:t ~ ; q': ' Jxr i v4 e de ~. le?ré$id~nt ~a l fa ~t i à ~~ ré =i d e~ ~ ~ Déjeuner- i n t i me dc!'!. l e Pr-éntdent r ':alfatti ~ s-a :-.: :::i i!::::cc 17 h. : 20h. )O Snmedi Vi aite protocolaire.i. r ~. l e Pr-ée ì der rt de la P é' t~ 1i q'jc 27 novembr e nfner of fer t pe.r le Gouver r.c me nt pr-obabl ement E'. ti Pa I a ì c du Président de l a Répub l ì que et en sa pr-és enc e en Lt hon-ie-r- dc M. Malfatti Part ici pent au r epa s : M. l e Pr é3i dcnt ~~ l fatti et ~a ~ i tc ~. l e?r ési dcn t dc 1<:. République ; t~~. l c= ~ i n i ct :- c ~ Affa i ren étr3:ls èrc::: dc l e ~o cp é r a t i or. ~+ du P l~ ~ des 'I'r -avaux public c I de l ' J!.cricd t ur -e I ~ él '::.;-..:. é ::. Le Pr- éaì.d ence (M. l e Pr-éa ì.dcnt de l a Répub I tquo eer -a vr-e ì eema l.ab kemen t 1i~ :~~ 1'>0 t o-rt e 1::-. j ournée pur I c s réc p.ptiona df nr r i~é c dea a~t r e 3 Ch~ f ~ ~ ~ ~t ) :'Atin 9 h. : Déco'l La ge en hé'l Icoptt.r-c pcar- un e v ì at t e 1. l ' :'r.:.ér:c:lr du ;:n;:~ (M. l e Pr -éefdcrrt Ma l f n.tti Gera ar:c olt'pe.l;!l.!i pe r- ::. Le : ~ ~ r. ;' n ~ r ~ 1 ~! ' Aeri c ult ure) (1) ( l ) l e n ombre de personne G pouva~t r.c ~c ~pa gne ~ M. le ~é c ~de~t. de l 'Agri culture eere li:'l'l.:.té cn r-cì ccn du fai~ :;'..: _m!!c'tl ' ~ E c c t L' c d ì aponfblc -'.. ; ~ _ > ~ -

6 ... ~...'. ' - -l ' _. ~ - ' V.... '1'> ( n~...; ' ---.~ l~.: :.-- '' ::' r.. ' :-. ;::- ~ :> -: '. 1:'.. '......I. '....' cl' u:.': ' t -. '.. ~..' _w ' _ ~_.w_.' _

7 ~! t ;:; I r fl : r. lj... c... [. lj.. ~ :.. ~ c fi c ~ tr ( t: p ~ E ~ : :! I r :.- [ fi ṇ! l c co c ~!! $; <. 0 1 ~. ti t. ~ l - '' <l ' I. I.' c. c - <.. c f E ' s -' l. I... ~. o ( ~:. :-.: o l W..... '.-... u.. nl..<:...-. <..; -.' l' : ~.' '-'. s. o h f ' -r. o o '. 1:1 e r. c -.. ' I l.:.. I r. I f I. i 'o' f _ 'r. I.. ~... t;' ~ cl.'.' c- ~.. 8 '.. l c. i. o ( r -c '<. f (. ò ' f <.. <; L ' J ' '- ' 'J. ~. f -. I c ~ ' I..... l o o r.... '. ~.. f d l ' - c.' l... l c. l ci. r: l f r-... _ - I. i f f f I c.. e _ - i 'r ' c I ' -. ( ( ' E ' i..-.. s. ' c c.'... l L.. '..:. o ' f :.c.: e r- '\ ~ ~ l.. ) I - e ' - il r : c ( '..' i -r-. Ị'.. ~-; ' c '. g o '.< ~ -c 'o. -) rc c t. ~ : ~ ;.; s.;.' ' o ~; i l-.' ~ 4. r..... l'.. ;. '..!i... i ~ : f '.' - MiJ o ' 'J..! ~ i ~i -c.. ~ e ec I l o ' r:. f o?j (; l ~: c. -.' ~.... '...- r r.. O o.. ii- ~ -. c o '. I.' r i.'. -. ' r l. - I I c r.. ' o i. ~...'.. d ~ o.. l' l- ;...i CI o c' - 'o. '-' > s: o.' - I. T : P o j g..' 50 ~ ~ E <i >. C.. cc <: -

8 ì ' ~ _ -...:. I: _. ' J ~ -_..'; _..... _... ain~ i......;.-... o..... _.... _ ;... ';.... ~... '. financ i cr. ~ '-' ;C'niti cn rl. ' l......! ~. - ~.;... ~ ' '; ~ l y O... _ y o.l _...\..;....;f.. ' _..l _ f - 1.~ - ~... - ~ l'. ~io~ ~ r. ~o i r. t ~ ~... ' ~ '.1.- v cuc (' ::::t -u.

9 .. Rép~b l iquc d~ ~~d i. G'ér.ér <11es 't'.le j ' ai i n ~ é r c t eat d ~ t l.: r r:; i J : ~... _... t ~ ( souci de donner un ~ o~c ~ur s ~ ~ 1 ~ ~i7 erec~: _ O t. J ~.... ~... -' _...-.!brun?-ì é l olgn ~ ùc i.! mcndc n::ll Pr és ì dent de pa ì x e t de dé ve'loppemcnt ;J 0 :lt v-ot r-e peup'lc cc c! t ì nccr -ì r-e l e r.!:;icr.alc. l ' Zs t : :s..._----. ': :......_.. ~.. _....-_ ~ ~. _. o :-.. ~ r - _. _.. R'...an da et l e za.ìr c Fa r no t r e ar-opr-c c Xt't'; ': c r; c e I _ o.... '1 ' -.. c c a r<lc -:' ~ r c i ndi stjcr.sat l c d ~ ' 0.: -4. o. m0r.lc d e _. i_ _ _ CE: =: i...-._._... '..'... _'0_.....'' q -..:..c.:.. -:': c.. '. ~ : ; ' - '. _ -.. ~~ o..._ '''. 0' '... - ' l' _.-...

10 .....~ _-. en t r-et ì enc d e: cct aprh.- ::i l:' exp r -ì mer- ve-a-e :::n.t:::: :~c~: c:..:... :::i:::::.. quu ~ '.... ~.. v ou~ ju;ez priori ta i r c :.<. 0 ' /:: ~ rc ' 0 n. 3e P'o n l ~ c: u l o t- ~ e r. --:.._._ -.-t - - '.~ _' et tra...e ux ~..... _.- - ~ o -.-.~... ~ ' y.... ' v ~.. ~.. I.....'....._-_ _. _w'... ' _ ' u _ O e o' -_ ~ _ ' ~ ~ '.. '.._-... w... ':._0<-.....::.: _.. J :ì<::.r.s ce t ~ c t t'- :':la visi~c i e i :. ' 0 t ~ :..::: ':;: ':'bc.... :...: -:... ':..:: _ v _... ' '--- -' '... -\J-.... _- n<1ut J l e Bur-und ì :... in;..

11 c oop ér-at i on P.U r. l e ~t p.ve~ c wn ' ~ '... ~. _ ~ ~ :::c '::0 '..-.'.

12 honsieur l e P r6s i de~t ( Buj umbura l e :r; ~e rr.br c 1 ~?1 ) rer~ett ez -moi d 'exp r i me r l a satis ~ 3C~i ~!l Tl~ Z 'ép ~~~v c i pouvof r- signor a u jourd vhui au non de l a Co:nm un aut é Econom i que eur opé ennc l a Convention pa r l a quel1e l e :-onds e~ o p J c r. de ~ év e l o ;? c- me nt pourvoi ra au f i nanc ement de l ' Thole no r ma l e eup ér -ì eur-c du :!!'.l:- :.o.i.d i. r.~ eat ì of'ec t ì on est d t e ut unt p Lus vive qu e c e t t e réa l ì ea t ì on s ' Inser-ì t dana la polit i que c onut ent e et c l e ì r-voyant o s:.:.i.'vì c pa r- va t c-c pay ::: cn ~~t i è r c dc f o r ~~ t i o n dcc h ore~ c o. sane l 'hom e 1c Oouver ner-cn t du Bur-ued.ì a pl ec é cct ef' f 'or -t :1''':' cent r -c de sa at r -a t él;i c de déve I oppcmcrrt l a c ér éxon f c d Il. : ~ our-d ' ~r..:.i ear-q uc e ppcr-t e 1. l ' ori ent z:.t i on dc ve 'tr-e po t ì t ì q ue or. c c do-a ì uc L' 3::o1c ncrrnal o aup ér i e ur-e figura i t au pr -c- iì c r- projct 3 d 'en sci gne~e r. t pr cp o ~ é o peur un éventucl f i r. ~ r. c e ~ ~ nt. Za r éal i catior. pc r ~e t t ra d '~ c c~r c r l a fo r~ a t i o r. 1e r :-c fes ~ ~ : : r3 ~ ~ I.

13 l ' ens ei sn emc ~ t sec o~d a ir c e ~ d ' i ~~p c c~ curs de l ' cr. ~ci~~ e~e.. ~ ; r:~~ ~ ~~ et de réa liser ainsi p l cir.cfficn~ le progr~~~e d~ ~ c~~ ~ t : ~ r. ccnç ~ c ~ arrété d ~s 1965 ~ai5 dont l lar plica t i on a;sit ét é f r c i..éo det~iz p~ l ' e x i b~ i t é de l ocaux provi =o: r cs. Ccux-ci ne pc~v ~r. : C ~ ef fe: ~ c ~u~ i ~ li r ~. qu ' ur. nombre insuf f i san t ~ é t~diar.ts et font 'a i n ~ i ob s ta~ l e à l lut jl i E~ti or. r~ ti onn e~l e du c or ps en sei~ant ~ c~t d : s; o~ c ~e ~~~d i. l o pp e~c n t é~ o r.omi~~e et co=ia1. dens e3 d ' Afrique l a t er r e e~ t r ~r e. ea nt c c i l dc ì t euppor-t er- Lt i.nc cnvénicnt de ::: O :T.: -.:.r. : ~ ~ t : c : : = cxt ér -ì cur-co onér cu=c G que lui impoce co~ él oibr-cn ch t dc l ~ ~cr. ~ ' c=t en 5t Cr.1 f e r mcment décidas à f aire ~~u t e r dang tout e In mocur c ~~ rozsi ~~c ce = ob j cctif3. C' est dana cc cudr-c que 13 ccop ér-a t ì cn corc- una ut a ì.z-e dével Jppcment or~ r.:~é~ p ~r le: dcux G0nvc nt i c~~ dc ~~ c ~ r. dé ~c et cn c onaé qa onc e ::: ' e ::;t c oncent r-éc et ::0 c onc cn t r c :; ;T t r-oì c c cc t c ur-c e l ':l.(!ricu1ture Ice c ommumcat ì cr; o et l e domc Inc coc ìnl ::ctrc ecuhc ì t cot quo la solidarité comaunautuf r-e cont r-d bue t.ou j our -a plua ef'fi caccc.cu t à l 'aboutis:::cmer.t de vos i ni tintivec. xouc evons dé ~ 3. ccnctut é Kcn s i eu r- l e :'résidc:-:t quc ~a l ;:;: 'u nos i n tentions l a coop érati on dc l a Communauté p o~ dc c r :l. i ::: J ~ :; d i v er ~ e s n ' a pa 3 t ou ~ o~ c 4té dan e le pas::é ~ l a ~ c c:.:.r c dcc ~ c :: c : n ~ objectifs d ~ Burundi. Jc croi ::; quc Ics pr~ j etc qua ne:.:.::: :: ~~~ e ::: or. train 1 'étu~ic r en ::: c~bl e pc~ c tt ron t de r c :r ~1 i er à ~ct ~.... c ~ '..

14 < \\ ). Depuia le démarrage du 3e Fonde le financement de l'ecole normale supérieure représ ent e l a deuxi ème opération où s'exerce concrètement notre ooopération. La première opération c ~nc e rnai t l'tmportant pro j et de ~ fec tion et de bit umage de la Route nationale I. La Convention de f inance ment la eon cernant a été s ignée à Bruxel le s par M. l'ambassadeur o -.- ' '. de la République du Burundi et par M. DENIAUpo~i s sn i rc sp ~ c i n le re~ n t c~rgé - ~. ~- de l 'Aide au Développement. Ce qu i a été s igni f icati f pour eet i mpor tant pro jet rout ier l'est éga l ement pour le pré s ent projet naus ncus efforçons d 'accélérer autant que faire se peut - c'est-à-dire aut ant qua le permettent l es procédures arretées d 'un commun accord - dee réalisat i ons pour l esquellee une déci s ion de f inancement a été pr-ì s e L'acte que noue eignone aujourd 'hui con etitue done de la eol l a boration t ou jours p1ue attenii ve que la Communauté veui l 'exécution le témo ignage apportar au Burundi dane le cad re de l'assoc iat ion. Cet t e col laboration je le souhaite ardemmen t contribuera à asaurer à votr e peup l e proapérité aeerue et garantira eett e entente ei eetie amiii é éprouvées qu i nolla 1ieni et qu e nollb entendons a pprofond i r encore. une

15 '.... l'..:' T T.T.. - ~..~ ~- '- de.. 0. l e - 24h')C ~ : e r cr ed i.ri.t:.j i e :-.~ c chcz \ dcs Af~~ i r cc c ~~ Jna ~ t ~ ir c c :=t - ~fri :c i ~ ~~ l ' I nd.;.s t r i e - Di ner cf f cr t par l e : ouv ern e ~ e ~ t ~e nj an J eudi 2'3 - Sa f'a r f - phot oa '/e ndred i 26 n~ T:V' T'...-yo ' T ':''l 'C'T'. -...!.)..~ ~ h Dé t-'art en avìcn t axi ;J C~ ~ -1.j u:;:b.:l' :::l.....

16 Bruxel les l e 16 novembre 1971 f1j/ld Alloc ut ion de K. le Président.~lfatt1 l ara de 50n entr evue avee le Président Kenyatta La chaleur et J 'ai l'honneur et l e grand plai s i r e r eçu par VO lls. -. _..- l a cordial i té avee l es quelles vou s -m6me et 1es ins- t anees gouvernementales du Kenya m' accueillent sont la manifestation de l'hospitalité bien connue de vetre pays. Je tiene à VOlla en r emerci er très vivement et à voua dire combien j 'y suia sensible. L' accue l i que VOlle me r éserve z est aussi le t émoi gnage de a r elations excel lentes qua ve t r e pays entretient a ve e not r e Communauté de puis longtemps. Cel l e- ci n 'a pas oublié que 1e s ét ats de l'afr1que de l 'Est le Kenya l ' Ougan da et la Tanzanie ét a i ent 1es premiara ét ats africains non a ssoclés à so11ici ter dès 'ouverture de s négociations en vue de la conclusion d 'un accord d 1as Bociation. Ma vi s ite permet qu e j ' éprouve du fait ed premier lieu de voua exp rimer la j oie que l ' aceord d 'AsBoeiation sign é à Arusha l e 24 septembre 1969 est entré en vi gueur de puis l e 1 janvier de c et t e année et r égit nos r e1at i ons sur des bases communes j usqu ten janvier Mai s ma présenee iei est aussi l a manifes t ation de toute lti m portance que l a Communaut é attaehe à cet accord et à l ' intensifica t ion deb l i ens qu '11 est 6usceptible d'encourager entre l a Communauté et l e Kenya. suis conscl ent En exprlmant ma satiefactlon au sujet de cet accor d que sa seule exlstance ne r és oud pa s tous l es pr oblèmes qui s e posent à nous i mai s j e suis perauadé que no us t r ouverona de a solutions adéquates dana l e cadre de a institutions que noua a vana créées à cet effet. Le Comité e t l e Conaeil d ta saociation se s ont r éunis déjà une première f oi s à Br uxel l es et ont pris des déeisions import antes permettant le ionctionnement j e efieetif de l ' as s oei at i on. I l est prévu de les r éunir à nouveau en Afrique de l ' Est cette fo is l e premi er ed janvier l e deuxi ème en mare / '

17 / / \ Je suia co nvaincu auss i ' que notre aecor d d 'association n 'est qu 1une première étape dane le eadre de l 'organi s a t i on de ncs r elat i ons. La Communauté européenne est el1e - m~ m e en pleine expansion t ant par l a voie de scn élargiss ement grandibsante en profondeur. Et au j our d ' hui que par sa cohésion j e puia V Olla f aire part de notre préviaion en Europ e que l l a dhésion du Royaume-Uni de l 'Irl ande du Danemark et de l a Nor vège à l a Communauté pourrait deveni r ef f ec t 1ve au 1er j anvier Cet te modi f icat i on profonde de la Communauté européenne ouvre dea perspectives nouvelles de coopér ation non seulement en Europe mais a us s i de l a Communa uté a vec les pays qui lui sont associés. Dane c e cont exte nce travaux f utura qu i a ur ont pour but d ' examiner le r égime à pr évoi r au de1à de janvier 1975 ent re l a Communauté élargie et ses partenai res ass oeiés demanderont attent ion par t ieu1ièr e et a ur ont un e signi f i cation don t une l 'import ane e est d'autant plus grande que para11èl ement à l ' él argissement de la Communaut é l 'as s oei ation est el le m~me Konsieur le Prési dent l 'ensemble de l a situation int ernationa1e susceptibl e de s 'élargir. l e dével oppement de l ' éeonomie mondi ale l e s int ér~ t s vi t aux de tous l es peuples exigent plus que j ama i s l'entente entr e t ous l e s pays indépendants et l a eoopération dans l e r es pee t de s int érgts de e ha e un ~ A l ' heur e où eette eoopér ation fait s ouvent déf a ut a u p1an mondial où les r ivalit és opposent nombre de pays l e s pays eur opéens et de l' es t - a f r i cai n s i gnatai res de l a Convention d 'Arusha épr ouvent à juste t i t r e l a satisf aetion de partìeiper à un programme de coopérat i on organ i s é e ~ Dans ce eontexte vo t re payb qu i a ssume s ur le plan de l a Communauté de l ' Afri que de l ' est et Bur l e plan eontinental afrieain un rele exemplaire est es t imé. un par tenai re combien appréeié et En VO lls r enouve1ant mes r emereiements je saìsì 6 l'oeca s i on qui m'es t offerte iei Monsieur le Prési dent. pour VO lls exprimer t oute l a confiance de l'eur ope dana notr e ass oeiation et son avenir ainsi que s e s voeux les pl ua eha l eu r eux pour votre bonheur et po nr le progrès et l a prospérité du peupl e du Kenya. personnel -.

18 DBL PRAllZO OF'P;;;rrrD DAI. PRF.'3 m l!::-l1''f. KE I~YA'M' A 1i t h con cui El In ed il nu o GOVC1!10 Mi. hanno nc ooi t o è oa pr-cs -. a ri nc ~a z i ~rl~ e P- d ir 1 ~ rru~n to s ia ~c~~ ihi lc alla accoc)icn~a 'temp o unts c on o il Fen va <1.11 a Cola Oo- run 'ìtà non ha cert o d i ~cnt i c a t o che e l i Staii d p.l 1 ~ ~ ri ca O ri ~nt a l e ~~so ci ati a chie rle~ ~ l fin d a l 1 9~ ~ l ' ap e rt~ rn di ne C07. i a t i ~er l a c o r. c l u~i o ~c di U~ a cc~~ o di an s o?-ia zj one. 4~ mi a vi~i t a pe~et t e i n primo 1uoeo d i es p ri~c re l a s od1is f a- ~ i o n p. che P ~ O VQ pe r il f atto che l ' accord o di ~~ 808i ~ z i on e f i r- mat o ad Aru ~ h a nel settembre 1969 e ent rato in vieore all ' ir. i - zio di quent 'anno i nostri r ap?ort i su basi co~~n i f i no al c~nn a io I 975. ~a la ~ia presenza qui ~l o l e e sp r i n e~ ~ ' ~ e~ i ' t ut ta I t i mpor-tan aa che la Comur rì t à annet t e a cu es to ac cord o ~'H\.le s t rument o s ~s c ett i h i le di f a ci li t ar e l ' ap pr o f on di~ i de i l e e~~ i tra l a ComuTli tà e i l K~!'\V3. Sono ben consap.vole che la s ola esistenza d i t ale accordo non ~~ r i s ol ve tut t i i problemi che s t a-mo d innanzi a no'ì r s ono tut;ta - via pe r-sua s o che s apr emo t r ovc r- e de l l e s ol uzi on i edeguate nel./.

19 che 2 quadro delle i~ thu z ioni ch e abb'iar-o a t al f i n '! cr-ea'to Il Cceri- t a t o Cl i l C o n ~ i Gli o rli As~o ~i az i on e ~ i c on o ei à r i u~ it i unr pri ma volta a Br-u xc'l l ec cd ott a-rd o d e l l o dccda i on i di eranrlc i mpor-. tan z ~ p~r l ' e r f c tt i vo fu~ 7 i O '1n~ ~ nto de l 1 As~oc ir7 io'1e. r o~ e L~i n a Sicnor Pr es idont e (. Ci ò. previst a una nuova r-inrdcno di -tcl ì. i r:ti t1h: i on i ne ì p ro ~m i m i mcni q ue.. t a vo'lt.a i n una s-ede dcl 1. 'Af r i ca orient al e. Il n os t ro accordo d i As so c i a ~:i on c non è ch e un p r-f r-o panno s ul l a vi a d ell 'orrn n i ~ 7 io nc dei not ri r a pporti. La Co~~~ i tà conosce ersna stes sa pr ofonde t r-as f'or-naz ì on'ì h vì T'tu ' a ia dc1 s uo <U~? l i 0- ment o ohe de l l a s ua or-on cer rtc por-so na l i tà poli t i.ca Dopo l o s t or i co vot o della C~c ra d ci Comuni bri tann i{'~ a f i ne ott obre l ' ad e..i one del Rerno Unito alla C o ~un i t à po trà d i venta re opc r(~ t ~ dal pri mo eenn a io J973. Questa t r -ae f'orma atone della Comunità apre nuove pronpet t ì.ve di coo perani one non solo in Europa ~a anche i n Af rica e in primo l uogo con i paee ì le s ono as soci ati. I n quest o qu adro i nos t r i Lavor-I t en1nnt i a definire il r egi me dei r appor t i er.e l a Co~uni tà ampl i ata i nt r at t er r à con i suoi par -tn e r -c eacocì at ì. a partire dal genne.ì. o 1915 i mpongono fin da ad esso ~~o sforzo di r i f l ess i one e un 'attenzione pa~tic o l ari. ~es t i l a vori avr~~no ol t ret ut t o un ' i cpor tanza anco ra maggiore i n raeione del fatt o che i n concomi t anza con l della Comunità l a Associazione ;.. + ~~ -:.. ::''')-+;!'~ p. :':~li '::'f : '~?l i at.ent o Sienor Pr -es ìdent e il d ì.nent a mo d ella s ituazione f nt ernaaì ona.l e gli sviluppi dell 'economia wo~~ i a le e ~ l i inter es s i vital i di t utt i i popoli cono a 'lt rcttnnt» :~ _ ch e s i combinano per reciaear -e./.

20 E '.con n qucs t C0'1tC3 ì c pcr=:!:1~(1 c obì.c r -c 3 o~ei più che r.ai ) ' i nt c~ ~ t ra t utti i ~ ~ r ~ i i nn i p c n~ ent i c l a l oro cooper-nz ì ono ne 1 r-ì H!lctt o der:1 i j - rt.e r-onn i a cì ec cuno ~pc l; j fi ci. I n un mcmer rto in cui ur-n ta le coc ne r u a t onc è npen eo en ne-rt e ~;ll l pinno mond ì u l c i n un. momento in r:ui r -ì. va'l ì t à rli:-;;r.t'tti!.' CO'1- t r-a ppong ono a n cora l'll L.el'r: ~ i paee t j paou ì our-ope ì e de l1 'f ~riçn or-ì c ntnio no-s ono prova re a Giur:to t'it olo la r; o~lrli f:fn? i f)!l i' ~' i es s c r -c p:lrti attive rh una or garrì aznai or;o f'ondn t a s ulla r:oo!'\r::r2.zi r.. nc eul db. lo~o c aut uu'ìuo r -ì npott c E i o to 1:':i s di sott o l ì ne a t-c quant o 001 a p p r -ca-rì n n o e rrti m ì eno e l i ef'or-aì. eac-ipl a r -i r:'hc i l v o c tro pc on o oon-ìuoe in t;'.10:' -i: o : ~!l :1f:nl t.o-it o t':t:.1 nì eno n ~U~ COM'l'1ith ddi ' _~ fr ~ ca or-i ent.c'l c quento s u q ue l l o n e l cont t n e-rte afr i cano quoe t i c crrt ì m o n t ì Sicnor P ro s i de n t e c h e Levo il bì a l l ' avvenire de l l a noc t r n ~:-w ci a'i on ~ f orrwl en-ìo i mi ei augur -I piil vivi pe r le Bue pe r -n one.l ì f'or -tune p. pe r il procrcn~o o l a p' sperità d e l popolo del Kenya.

21 -. I. CO/l.'IlIm DE L' ACCORD Cm~ AN'r UNE ASSOCIATIOii ErITRE LA CEE ET LA REPUDLIQUE UNI::!: ns TAi'lZAlUE. LA REPUBLIQUE D.2 L'OUOAilDA E'l' LA FU.:PUELI C;Ur; DV KErr(A Le renouvelleme nt du permi e r a ccord d 'association CEE/ESTf~ s igné le 26 j ui l let 1968 à Arusha ( j amai s ent ré en vi gueur faut e de ratiri cation par toub Ics Etats s i gnatai res) a été négocié à Bruxe l l e s en une seul o phase du 30 juin au 9 juillet 1969 t out de suite après l a réus s i te des négociat i ons de l ~ deuxi ème Convont i on de Yaoundé. Cc deux i ème Accord d ' assoc i a tion avec I cs Zt at s de ll ~rique de l ' Est a ét é 3igné éga l eme nt à Arusha en date du 2~ septembre 1969 ; a près la r~ t i f i c ~ t ion nécessaire p3r t ous Ics ~tats signataires l'accord est entré en vi gueur l e l er janvier 1971 et viendra à expirat i on comme l a deuxi ème Conven t i on de Ya~~ndé e n date du 31 j anvier 197;. En ce qui concerne l e vole t co r.mercial l e o Etats est-africa i ns bénéficient comme I es EM4à dano le cadre de la Convent i on d e Yaoundé de l ' exeqption des droits de douane et taxes d 'effet équi val ent à l'1mportation de leur s produits dans l a Communauté. Tout ef oi s pour l e cafa non-t or réfié Ics gir of l es e t Ics conserves d 'ananan l es import ations CD f ranchisc dans la Communau t6 s ont l i mitée s à un vol ume fixé de commun accord entre I cs parties contractant es : pour l e c~fé non- t or réfi é : tonnea paur l es gi r ofles : 120 t onnes paur l ua conserves d 'anan3s : 860 t or~es. Au-del à de ce vol ume annuel l a C o~unauté est habi l i tée à a ppliquer dea mesures nécesnaires pour évi t er des per turbations graves dans l e s c ourant s d 'échanges t radii i onnels 80U8 r éserve de consui t ation des Etat s c s t - a f r fcai ns. Cec i eot dé j à f ait ce tto année pour l es c onservcs d 'ananas Eu ce qui conce r ne I cs produi ts agr i colcs homol ogues et concurrents dea produits eur opéens e~ I es produ i t ~ agricoles transformés l a Communaut u s ' es t cngagée à p~ ndre e~ co ns idér a t i on Ics i nt ér3ts dec pays estaf r i ca i ns dans l e c ~re de sa politiquc agricol e commune j elio d6tennine.../...

22 - 2 - caa pxr cad après consult ation au sein du Conse i i d 'açsociat i on dér ogat i on 3U régime génoral en vi gueur à l ' égard des ~s t iern le rég ime pour Ics produi ts conccrnés origin3ires des Etats est -africaios l or sque cca dernier s ant un int~ rt t produits. Ce régime e ~t pr odui t s originai r e s dea pays tiara. ~r. par économique à l ' expor t at i on dcsdi t a plud favorable que ce lui appl icabl e aux mgmcs date du 30 mare le Conscii des C o ~wunau t 6s eu ro p~ e nn c s a d 6j ~ ar r e t a 01nq r~gl.mo nt s agri celes à cct e rrot pour I cs pz-odu ì t n s u ì v cr rta : vf ande s bovl.. c L jll ' {jò \i. -:' ~ s t.rc ns f'cmr éa à base dc cé r6alec et dc r i z; produi t s t r~ns rormés à base de f rui t a e t 16gumco t~b~c s bruta e t mais. Ces c inq règl ements Bont appl icabl cs du l ei' avri l 1911 j usqu'à l'expi r at i on do l ' ~ccord. li. l'éeard de l a CZE: Len Etate cst-africains pr ocàdent à l ' élimi nat i on der; droi t s de douane à l ' exception de ccux r épondant aux nécc ss i t ~s leur développement ou qui o~t pour but d ' a l imentcr l eur budget. Par r appor t aux pays ticrs la C o~nunaut 5 bén~ficie d ' ~vnn t~ s t arifaires portant sur- envi r on 60 proc1uitc pour dea t3.'.1x se situant entre 2 et 9%. Des modifications à cc s avantages pcuvent int ervenir à co ~d ition qua l e volume de l ' ena emble des concccs i ons et que l ' équil i br e entra l es Et ats membres s oient m3i nt enus. Les 60 produits repr ésentaient en ll~ de l a valeur totale des exportations de l a CEE ver e I cs t r oi s Et at s estafri ca i nù et + 6 S ; ~ des importations tat ales de ces mt!mes Et atn. En p r in c i P~ r les ~tat :::: cat-africa i ns n ' appliquent pas de r es t r i ct i ons quant i tatives à l ' impor t ation dcn pr oduits ori c i nai res de l a C O~~lL~u té l'except i on de ce l les jus t i f i 6ec par I cs nécesbi t és de l eur dévc loppement au por l es difficul tés de l eur balance de paiement oa cncore lorsqu'il s 'agit dc produi ts ~-r i c o l e s en liaison avec l e déve l oppement du carché commun de l ' Af r i quc de l ' Z3t prévu par l e Tr'.li té pcur- l a coopération estafricaine. La CommunautQ n' appl ique pas de restr i ct i ons quant itati ves à l 'impor t a t ion de s praduits originaires des Bt~ts est-afric~ins autres qua ce lles qua 1es Etats membres a ppliquent entre-eux. Comme l a Conven t i on de YaotL~dé I I l taccord d 'Arusha cont ient 6gal emcnt des dis pos i t i ons pour f avori ser l a coopérat ion régi onale (oaintien ou ét~ bli c s e men~ d 'unions d o uan i ~re s - dc zones dc l ibre-é c h~~ge - conclucion d 'acc orda de coopérat ion économi que ) de à.../...

23 - 3 - Las Parties Cont ractant es sant convenues ugal eoent que l'accord ne s 'oppos e pas à l a r éa l i s a t i on d 'un sys tèmc généra l de p~férences au pian mondial e t ne f ait pa3 obstacle à ce qua I cs Etat s ect-africains y participent. L'Accord prévoit des dispositions en mati~re de droit d ' é t abliosement et de librc prcotation de services (non-discriminati on entre I cs ressortissants ou I cs s ociét és de s Et at s membres en s r ét~bl issant dans I cs Etats de l'af r i que de l 'Est) a insi qu 'en ce qui conce rne I cs pai e menta et I cs mouvements de capitaux L'associat i on dispose d 'instltuti ons qu i l u i s ant pr opres et notamment d ' un Conseil d 'associ a t i on (ansisté d 'un Comité d ' association) ayant pouvoi r de mettre en oouvre et de cont r Qle r l ' exéc uti on des disposit i ons contenues dana l '!~ccord. Une coccdesìon par-iemcntatre ccapcsée S llr une base pa ritaire. s e ~un i t une foi~ par an pour discu ter des mat i èrcs conccrnant l ' as saciati on. Dix- huit ma i s avant l ' expi r at i on de l 'Accord c. à.d. à part i r du ler aoqt es Parties Cont ractant es examineront l es dispositi ons qui pourraient ~tre prévues pour une nouve l l e pér i ode. Bi cn que l es Etatll es t - africains orrs man i f esté à un ccrtain moment 1cur i nt ére t de dcmaxkl er une f orme de coopération financière et techn i que ceci ne s 'e~t jama i s concretis~ c::u- l 'introduction de ce volet dans Ics négociations les aurait alourdies cubstantie11ement et aurai t ce r taincmen t mis en dont e l'cnt rée en vi gucur du nouve l Accord d '.irusha à l a mnme date du l er janvier 1911 que l a deux i ème Conventi on dc Yaoundé. II. :?OUC i' IOllz.1': ~rr DES Iii3'r ITUl'ION3 l. Comité i ntéri m ~ i re CM8/E3T\F Cc Gorni t é s 'est réuni t r ois r ois à Bruxel l e s : l e 21 novembre 1969 l e 11 j~ i l le t 1970 et le 1 m~i 1911 perme tt~~t l a co nt i nui t é du dialogue entre l es ~ t ats signata.ires a insi quo la préparation du premiar Conse i l d ' a ss oci at i on dont l'ordre du j our a ét é arreté l or s dc l a troiaièmc et de r nière réunion du Comi t é int érimaire..../...

24 Canse! l d 'association C~/ESTAF Le Cons e i l d 'association CEE/ESTAF a tenu s a première session le lj ma i 1971 à Eruxelles S OllS l a pré~ idence dc 1. Yvon Bour ges Secr é t a i r e d ' Etat f r ançais aux Affaires ét r angèr es. Las Et ats est-afri cains ant r8solu l eu r problème de compos i tion de l eur déléeation compte t enu des d ifficult~s palitiqucs entra l ' Ouganda et la Tanzani a en désignant t rois Hì rrì s tz-es du Se cr-étar-ì.a b d e l o. Oommunaut é à.trusha qu i de l ' Afrique de l ' Est avaient chacun en mtme t emps lo. nationalit é d 'un dc ces Et at s. Leur dél égation étai t conduite par l e Dr. R.J. OUKO. Ministre de e Af f aires é tr-angèz-es du mar-ch é commun est- afric.:l.i n de nationalité lcénye ne Le Conse i l a t out d 'abord arr ~ té san r èglement i ntérieur qui détermine not~~c n t l e ryt hme et le l ieu de n e~ ~ e ssion s ainsi que sa composition et qui i nntit ue le Comi té d 'ass oci a t i on dont il f ixe l es compétences et l e f onctionnement. En second lieu il a ar~ t é sur l ~ bas e d ' un projet de l a Commi s s i on l a décis ion relative à l a dé f inition dc pr odui t s or iginaires e t aux méthodes de coopération ad min i~t rat ive. Cet t e déc isi on anal ogue à celle arr3tée dana l o cadre de l a deuxi ème Convent i on de Yaoundé est entrée en vi gueur le ler juil l ct Le Conseil d 'a~ s o c iat i on a été informé de l ' ét at des négociations d'adhés i on à l a CSZ du Royaume-Uni de l ' Irlandc du Danemark et de l a N O r\~~ge ainai qua de l a décis ion du Cons ei i des Communautés europécnncs de met tre en vigueur à partir du l ei' j ui l l et 1911 le syct ème des pr éfér.nce a générali&éoa a ccordécs p~ l a CEE aux pays on vo i e de d évci oppcment Le Cona::'.J d te aaoc ì.at Lon a chcr-g é l e Conuaé d t ua s ocfa t fcn dc l'cxamc n d'une séri e de ~~o s ti ons de c ~actè re technique relat ives aux produi ts fa isant l 'objet dc restrictions quant itatives dans l ee Bt at s ost-afr icains à l a communicat i on au Conse i I d ' association du t arif douanio1' dc ecs Et at s et ~ l a mi se au poi nt dea r éponse s des Part i es Contraeturrteu à l ' Ac cord cl t.u-u nhe au questionnai re du G'~T le conce z-nant Ces t r~vaux nont en c ours actuc l l ement et née cszitcront encore une r 6union cu niveau d 'cxpert ~ cn mat i ère c on~ c r c ial e..../...

25 - ) - l. Comité d ' associ1.tion C~/~ 'l'.\f Lors de s a ses s ion du 15 jui 11et 1971 ce Comi té. aur l ~ h~ ~ e des t a ches l ui c o~rige s par l e Conseil d 'as ~o c iati o n. a examiné I cs pr o blème r. relati f s aux res t ricti onc qu~~t itat ive r. b. C~. dans l es Et at s mcmbrc= de à l a décis ion r -e La 't.ìve à l a défi nition dc l a not i on dc pr odui t s or i gi naires (arr~h du r è B'l ement i ntéri eur du Comité de cccpér-a't ì.on dou~~ i è rc) à l ' i nt erprét a t ion du pr ot ocol e no l anncxé à l'1ccord (déf i nition o~f i c i e l l e de l a t erminologie l ' i nt ér Gt économi quc à l ' expo r -t a t ì on'' ) au re pr-obfèmea des c one er -ve s d ' ananas pur- I cs Etats es t afric~ i ns dans la Commun~u té à l a r égl erncnt a t i on appl i cabl e <Jux fruits cn conr.er ves et jus dc f ruit3 et aux conùiti ons d ' i mpor tat i on dc mai s d ane 101 Cornrnunaut é en pr-cvenan ce de s Zt a ts est-afr icj.ins. A titre exceptionnel et p~ mesure spéci ale i l a ét6 convenu que la deuxi èoe r~u nion du COMit é d 'associ~tion eo dat e du 7 j gnvier 1972 aura lieu à Na i r obi. ~ plus i l a été convenu que l a seconde réuni on du Consc i l d ' associ a t i on aura l i eu en l f rique dc l ' Ent pr obablement d~ns l e ccurunt du mc ì n de mar -e III. L' OFFRE J.UX TRO I3 E'I'ATS ~T-A.FRI C :i.i :l ::; D..'I.i\S L'E C.~RE DE L' h'i..ahgis36p:e!.'t DE LA COE;UllAU'rr; Les t r ois Et at s cst-afr i cains f i gurcnt p.~m i l es 20 p~ys i nd6pendante uc eccdubl.ee du Conmonwoa 'lt h e ì dane I cs Car 3tbes et d~nn l Pl \'... h-l.. tt ) ) formul cs suivantes r égl er l curs relations ave c l a C ommuncu t ~ tu éu e n Afriquc dana Lt Océan indion l o Pacifiquc auxqucls l ' of f re est f a i t e de dlar&i e selon l 'une dea t r oia 1) p3rtic ip~t i on à l a IDeme Convent i on que les E t ~ ts a~r i cains c t mal buche p~t i es à la Con. cn tion d 'asso c i~ti o n signéc à Yaoundé l o 29 jui llet 1969 ; 2) conc lusion d ' une ou de convcnt i ons d '~ s s oc ia t ion particulières comportant des dr oi t s e t des obl i gat ionn réciproqucs not~en t l e doma i ne de s écha~s c o~~erc iaux j dana 3) conclus i on d ' accords commerciaux en vue de f aci l i t er e t de dével opper I cs échangee entre l a Oommunaut é élargi e et cea pays.../...

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais

Le libre-service à la médiathèque de Calais. Médiathèque de Calais Le libre-service à la médiathèque de Calais 1 Eléments déclencheurs 1. La r énov at i on de l a médi at hèque c ent r al e 2. La r ec her c he d' une nouv el l e r el at i on av ec l e publ i c 3. L' oppor

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol.

LES ESCALIERS. Du niveau du rez-de-chaussée à celui de l'étage ou à celui du sous-sol. LES ESCALIERS I. DÉF I NIT I O N Un escalier est un ouvrage constitué d'une suite de marches et de paliers permettant de passer à pied d'un niveau à un autre. Ses caractéristiques dimensionnelles sont

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

RT 2012 un an après 28 Novembre 2013 - Narbonne

RT 2012 un an après 28 Novembre 2013 - Narbonne RT 2012 un an après 28 Novembre 2013 - Narbonne Page 1 MAF PRÉSENTATION Page 2 MAF et EUROMAF Assureurs des concepteurs du bâtiment Depuis 1931, la MAF permet aux architectes d exercer leur métier en garantissant

Plus en détail

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com

Définition : Un logiciel de traitement de texte permet en particulier Merci de visitez le site web : www.9alami.com I N T R O D U C T I O N W O R D e s t u n l o g i c i e l d e t r a i t e m e n t d e t e x t e t r è s p e r f o r m a n t q u i n o u s p e r m e t d de o ccurméee nr ta u n C e d o c u m e n t p e u

Plus en détail

Montage de projet territorial

Montage de projet territorial Montage de projet territorial Collectivités Date(s) en fonction de vos/nos disponibilités A partir du 1er Septembre 2014 L offre La c oo pé r at iv e Cr es na v ous p ropos e de cr é er et c oo r do n

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7

TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés...7 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 PARTIE 1. Les jus ti fi ca tions des employeurs pour cybersurveiller les salariés....7 Chapitre 1. L impératif de sécurité informatique....11 Sec tion 1. La néces saire

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5

T E L E C H A R G E M E N T D E S D O C U M E N T S 2 P R O C E D U R E 2 C O N S T I T U T I O N DU D O S S I E R 5 SAISIR UNE MUTATION FICHE A L USAGE DES CLUBS ------------- D a t e : 0 3 J u i n 2 0 0 9. --------- A u t e u r s : F é d é r a t i o n F r a n ç a i s e d e H a n d b a l l / M. S o u n a l e i x ( L

Plus en détail

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES Journal Officiel de l OHADA N 10 4 ème Année 221 AA CHAPITRE 3 : POSTES / COMPTES SECTION 1 : Système normal BILAN-ACTIF ACTIF N os DE COMPTES À INCORPORER DANS LES POSTES Réf. POSTES Brut Amortissements/

Plus en détail

Exercices sur les vecteurs

Exercices sur les vecteurs Exercice Exercices sur les vecteurs ABCD est un parallélogramme et ses diagonales se coupent en O () Compléter par un vecteur égal : a) AB = b) BC = c) DO = d) OA = e) CD = () Dire si les affirmations

Plus en détail

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION

Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Chapitre 3: TESTS DE SPECIFICATION Rappel d u c h api t r e pr é c é d en t : l i de n t i f i c a t i o n e t l e s t i m a t i o n de s y s t è m e s d é q u a t i o n s s i m u lt a n é e s r e p o

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l

EN SER VIC E DE GA RD. r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD r a p p o r t d u p r o f e s s i o n n e l Document à conserver au service de garde I D E N T I F I C A T I O N D U S E R V I

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LES SOUSSIGNES L Association sportive ECOLE DE SPORT DU 16 ème dont le numéro est ont e si e socia est sit 6 aven e Mar cha Franchet sperey 7 1 6 Paris epr sent e par M.

Plus en détail

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn

La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn La croisière ludo-éducative du 8 au 19 septembre 2014 Parrainée par Mike Horn Résumé D én omin a tion E A U ' t o u r d u L é m an - l a c r o i s i è r e l u d o - é d u c a t i v e ( E T L ) O bjec tifs

Plus en détail

Les Laboratoires Pharmaceutiques

Les Laboratoires Pharmaceutiques Les Laboratoires Pharmaceutiques Les plus grands laboratoires et les cadres de l'industrie pharmaceutique. Les laboratoires recensés sont les laboratoires pharmaceutiques, parapharmaceutiques et leurs

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE DOSSIER DE CANDIDATURE année universitaire 2015-2016 Diplôme Universitaire Préparation Mentale Appliquéeà la PerformanceSportive Formation Continue Se former tout au long de la vie Photo _ _ _ _ _ _ _

Plus en détail

Amélioration de la qualité du f i chi er cl i ent

Amélioration de la qualité du f i chi er cl i ent Mutuelle Saint Christophe assur ances Amélioration de la qualité du f i chi er cl i ent D. BAFFEREAU 1 Sommai r e Présentation de l a Mut uel l e Sai nt - Chr i st ophe assur ances Contexte d amélioration

Plus en détail

ÉCONOMI E FRANÇAISE EN 2003 T ableaux de l économie fr ançais e 2004-2005. INSEE. Problèmes économiques 2.858 et 2.860

ÉCONOMI E FRANÇAISE EN 2003 T ableaux de l économie fr ançais e 2004-2005. INSEE. Problèmes économiques 2.858 et 2.860 L a populat ion : ÉCONOMI E FRANÇAISE EN 2003 T ableaux de l économie fr ançais e 2004-2005. INSEE. Problèmes économiques 2.858 et 2.860 La plupar t des chiffres concernent 2003 sauf ceux indiqués. En

Plus en détail

Un exemple d étude de cas

Un exemple d étude de cas Un exemple d'étude de cas 1 Un exemple d étude de cas INTRODUCTION Le cas de la Boulangerie Lépine ltée nous permet d exposer ici un type d étude de cas. Le processus utilisé est identique à celui qui

Plus en détail

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo-

VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- VILLE DE VILLEURBANNE CONSEIL MUNICIPAL 30 MAI 2013 -ooo- La s éa n c e e s t o u v e r t e à 1 8 h eur e s 1 5 s o u s l a p r é s i d e n c e d e M o n si e u r Je an - P au l B R E T, M a i r e d e

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

Magazine L 440 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 410 mm x H 270 mm. Magazine L 220 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 190 mm x H 270 mm

Magazine L 440 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 410 mm x H 270 mm. Magazine L 220 mm x H 300 mm (10 mm bords perdus) ou L 190 mm x H 270 mm DOUBLE MODULE FORMAT A 1/1 PANO L 288 mm x H 440 mm L 440 mm x H 300 mm L 410 mm x H 270 mm 12 500 FORMAT B 1/2H 1/1 L 288 mm x H 220 mm L 220 mm x H 300 mm L 190 mm x H 270 mm 8 500 FORMAT C 1/2V 1/1

Plus en détail

La santé de votre entreprise mérite notre protection.

La santé de votre entreprise mérite notre protection. mutuelle mclr La santé de votre entreprise mérite notre protection. www.mclr.fr Qui sommes-nous? En tant que mutuelle régionale, nous partageons avec vous un certain nombre de valeurs liées à la taille

Plus en détail

technologique que fonctionnel. d une fenêtre de La première désig

technologique que fonctionnel. d une fenêtre de La première désig L ho fê o cocé vc u ouvu l o ll ouuv u fl u. Aujou hu, l ou obu u ouvll fo ov focoll ou u o ulo ou écué. Af éo ux bo cl, l ch vo élg. L éloo fê o FAKRO b u l cl, f u hbo lu lu cofobl écué. L ho fê o cocé

Plus en détail

Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au

Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au Chais M agelis - 2003/ 2006 M aît r ise d ouv r age déléguée Qu est - ce qu une SAEM L? Une SAEM L (Sociét é Anony m e d Econom ie M ix t e Locale) est une sociét é de dr oit pr iv é, au sein de laquelle

Plus en détail

Simplicité et efficacité

Simplicité et efficacité Migration vers la nouvelle version du logiciel Simplicité et efficacité www.thunderbee.org Plan Pro c é dure Wind o w s Pro c é dure Mac Mis e à jo ur de s mo dule s 17/07/15 www.thunderbee.org 2 Pro c

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 -

RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 - RAPPORT DE TRANSPARENCE EXERCICE 2013 - Table des matières I. Présentation du Cabinet... 3 A. Le cabinet en France... 3 1. Présentation de la structure juridique et du capital J.CAUSSE & ASSOCIES SA....

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

utile : commencer petit pour être efficace

utile : commencer petit pour être efficace Mettre en place un SIAD utile : commencer petit pour être efficace Valérie Raveneau - Responsable du contrôle de gestion, CHI d Elbeuf-Louviers Mardi 12 mai 2009 Elbeuf Quelques points de repère Ets public

Plus en détail

SITE R H DE L I NSER M

SITE R H DE L I NSER M SITE R H DE L I NSER M MODE D EM PLOI Voici plus de 3 années que le site des Ressources Humaines de l Inserm est en ligne. Vous êtes nombreux à le consulter mais savez-vous vraiment tout ce que vous pouvez

Plus en détail

FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP -----------------------------------

FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP ----------------------------------- FORMATION SUR LA GESTION EN AE/CP ----------------------------------- Module n 3 : «Règles d exécution en AE et CP» Programme des Nations Unies pour le développement Plan de la présentation La comptabilité

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

EN SER VIC E DE GA RD. é v a l u a t i o n a n n u e l l e

EN SER VIC E DE GA RD. é v a l u a t i o n a n n u e l l e Dossier pour T HANDICAPÉ E L INTÉGRATION D UN ENFAN EN SER VIC E DE GA RD é v a l u a t i o n Document de travail à conser ver au ser vice de garde P A R T I E A R E N S E I G N E M E N T S G É N É R A

Plus en détail

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor.

arnaud de baynast Jacques lendrevie 8 e édition citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon publicitor. arnaud de baynast Jacques lendrevie publi citor Publicité online & ofƒline TV Presse Internet Mobiles Tablettes Site compagnon 8 e édition publicitor.fr Les liens hypertextes permettant d accéder aux sites

Plus en détail

PRESENTATION DE BAABAHUU JICI. 37 coopératives, 700 producteurs et productrices membres

PRESENTATION DE BAABAHUU JICI. 37 coopératives, 700 producteurs et productrices membres Union des Coopératives Agricoles Productrices de Blé Diré Carte de visite de Baabahuu Jici à l occasion de la visite de son Excellence Monsieur le Premier Ministre Diré, le 15 décembre 2005 PRESENTATION

Plus en détail

L architecture en action

L architecture en action L AE au service de l efficacité de l entreprise - 2008 Communication, reproduction ou utilisation interdites sauf autorisation préalable d Arismore. No communication, reproduction or use without prior

Plus en détail

La classification périodique

La classification périodique Chapitre 3 : UE1 : Chimie Chimie physique La classification périodique Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble -

Plus en détail

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena

La vente : votre nouvelle compétence. Viroune Pholsena La vente : votre nouvelle compétence Viroune Pholsena Conseillère éditoriale : Michelle Fayet La méthode PACTERA est une méthode déposée. Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070567-2 Introduction Vendre son

Plus en détail

Niveau quatrième : Confort et domotique

Niveau quatrième : Confort et domotique Niv iè : Cofo dooi L L yè d d ff P 2 L io iv P 3 P d'gi li ff P 4 Co i? P 5 Coiio d' yè P 6 Ex d' yè P 7 15 Pocd d ff P 16 21 Él d ff P 22 L viio bio P 23 Viio logi L io iv Q'-c ' io iv? l'ogiio d io ol

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

WORD Niveau 2 Les objectifs de la formation M a î t r i s e r l e s f o n c t i o n n a l i t é s a v a n c é e s d e W o r d p o u r g a g n e r e n e f f i c a c i t é d a n s l a p r o d u c t i o n

Plus en détail

International : les références d Ineo Systrans

International : les références d Ineo Systrans International : les références d Ineo Systrans Ineo Systrans Références SAEIV* *Système d Aide à l Exploitation et d Information des Voyageurs ZONE EUROPE BELGIQUE Bruxe l les Liège Mons ROYAUME-UNI Edimbourg

Plus en détail

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants :

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants : Ma rie -Noë lle Vande rhove n Conseiller Dé part e m e nt affaire s s ociale s T +3 2 2 5 1 5 0 8 6 5 F mnv@vbo-feb.be CIRCULAIRE MNV/ Vv E Assujet t issement à l ONSS de t out es les ind e m nit é s p

Plus en détail

APE. Les Mésanges bleues. École des mésanges bleues 2010 - illustration // déclinaison logotype

APE. Les Mésanges bleues. École des mésanges bleues 2010 - illustration // déclinaison logotype Les Mésanges bleues - Association de parents d élèves - APE Les Mésanges Bleues C40 M5 J0 N0 C70 M15 J0 N0 C8540 M50 J0 N0 C88 M88 J85 N15 Les Mésanges bleues - Association de parents d élèves - C0 M20

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

C est votre monde. Votre téléphone. Votre choix. www.thuraya.com Suivez-nous sur. /thurayatelecom. Restez Proche

C est votre monde. Votre téléphone. Votre choix. www.thuraya.com Suivez-nous sur. /thurayatelecom. Restez Proche C est votre monde. Votre téléphone. Votre choix. Thuraya SatSleeve Thuraya SatSleeve Hotspot www.thuraya.com Suivez-nous sur /thurayatelecom Restez Proche L'aventure continue... Vous rêvez de vous perdre

Plus en détail

!" #!# $%!""#$%&!'(%$)

! #!# $%!#$%&!'(%$) !" #!# $%!""#$%&!'(%$) & *& +",++-.-/0' "!(12$ ' '# # ' ("""!)*+,!- *&+.",0' 3*"(4$./ ' *&5,++-.-0'/3*"(4$ # #.') $ ' 0+1* 2 "!)*+)1+ *&+",++-.- 0'3*"(4$ ' '# # ' (3,4!53""!)*+,! +&!!- *& +",++-.-/0'3*"(4$

Plus en détail

regis.loiseau@acceo.eu 2015 55 es Journées d études et de formation Ingénieurs Hospitalies de France, Tous droits réservés - Tou www.a2ch.

regis.loiseau@acceo.eu 2015 55 es Journées d études et de formation Ingénieurs Hospitalies de France, Tous droits réservés - Tou www.a2ch. regis.loiseau@acceo.eu 2udes et de formation Ingénieurs Hospitalies de France, Tous droits réservés - Tou www.a2ch.fr rmation Hospitalies de France, Tous droits réservés - Toute reproduction même partielle

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures Tél (00228) 22326950/ 22210250 Autoris ations pour : Exercice en qualité de

Plus en détail

Présentation de texte adaptée

Présentation de texte adaptée Présentation de texte adaptée pour éviter les «inventions» dues à une lecture globale mal utilisée Titre : Approche adaptée d un texte pour un enfant qui ne fait appel qu à la méthode globale pour lire

Plus en détail

Bilan Carbone de la commune d UCCLE

Bilan Carbone de la commune d UCCLE 14 Octobre 2008 Bilan Carbone de la commune d UCCLE Les résultats Récolte des données : conclusions Patrimoine & Services Patrimoine & Services Résultats Globaux, par compétence 30.000 Patrimoine & Services

Plus en détail

Voiron. 18, 19et 20. à o. octobre 2013 TOURNEE AUTEURS. des

Voiron. 18, 19et 20. à o. octobre 2013 TOURNEE AUTEURS. des à 18, 19 20 2013 UN UU l C Cèl C Cl â-d P Pl P-l-Pl P-- é - -l-- -C ---C ---l --- -Nl-- ll l. 5 é à lé é l'é 3 l : Cl Zl, l',, l' l, Cl q, l' éâ. l, l lé é à, l ' l. l : ll l q l é ll l q l l. U ll q è

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Cotisations sociales déclarées à l O.N.S.S. pour 2009 office national de sécurité sociale Institution publique de sécurité sociale Cotisations sociales déclarées à l

Plus en détail

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S

L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S C H A P I T R E 6. 1. L E R Ô L E D E S S E R V I C E S V É T É R I N A I R E S D A N S L A S É C U R I T É S A N I T A I R E D E S D E N R É E S A L I M E N T A I R E S Article 6.1.1. Objectif Le présent

Plus en détail

Autoris ations pour :

Autoris ations pour : MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Direction de l Economie Division des Relations Economiques et Financières Extérieures REPUBLIQUE TOGOLAISE Travail-Liberté-Patrie Autoris ations pour : Exercice

Plus en détail

y Impact de la convergence dans les déploi ements h au t déb i t 1 er Déc e m b r e 2 0 0 5 L e s J e u d i s d e l a F i b r e C e r c l e C. R. E. D. O. B e r n a r d L a m S P W i r e l i n e S o l

Plus en détail

LE PRoGRAMME octobre décembre 2015

LE PRoGRAMME octobre décembre 2015 PoGMM ocb déceb 2015 xi li hé Mf um Mf v l Habi Dévee Dab a e diff if o a. ot JONÉ D ÉOONTTION Vddi 9 ocb 9h 18h (ofel lcivi ) aedi 10 ocb 9h 18h ( public) Jo o Qu vioe e lib V h déi oj d éo d ég? V olu

Plus en détail

CERES logiciel de gestion commerciale pour négociants en vin

CERES logiciel de gestion commerciale pour négociants en vin CERES logicil gion commrcial pour négocian n vin. Gion complè acha vn : comman, rérvaion, gion courag commrciaux.. Moul campagn primur : piloag la campagn via un ablau bor prman viualir accér aux informaion

Plus en détail

office national de sécurité sociale

office national de sécurité sociale office national de sécurité sociale Rémunérations et périodes rémunérées déclarées pour 2010 office national de sécurité sociale Institution publique de sécurité sociale Rémunérations et périodes rémunérées

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

fastviewer.fr Téléservices Numériques Diffusion @ avril 2010

fastviewer.fr Téléservices Numériques Diffusion @ avril 2010 Tables des matières A v e r t isse m e n t 3 D é m a r re r u n e sessi o n f ast v i e w e r 4 L a B L C : b a r re la té ra le d e c o m m a n d e 8 P rése n tat i o n: c o m m a n d es ra p i d es 9

Plus en détail

Etude des déplacements générés par les principales zones d activités de l aire du SCOT de l Artois

Etude des déplacements générés par les principales zones d activités de l aire du SCOT de l Artois Ingénierie du Trafic et des Systèmes d exploitation Etude des déplacements générés par les principales zones d activités de l aire du SCOT de l Artois Rapport de la phase 1 Profil d accessibilité du Parc

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL

GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL Table des matières GUIDE POUR TRANSFERT DE BAIL... 3 Ce que nous vous offrons... 4 Amélioration de votre offre de reprise de bail... 5 Préparation du véhicule... 7 Démarches

Plus en détail

L M B C O T D U G R A N D D A N S Q U A R T D VIVE LE H! IM EU LE LLEC IF H LE IER E FIR M IN Y -VER T Rapport de fin de recherche pour l Office public d H L M de F irm iny PAR NO Ë L JO U EN N E M AI

Plus en détail

Choix modal: quand la chaîne crée la contrainte

Choix modal: quand la chaîne crée la contrainte Choix modal: quand la chaîne crée la contrainte 5 e colloque annuel de la Chaire Mobilité 26 mai 2015 Gabriel Sicotte, M.Sc.A. Diplômé à la maîtrise Superviseurs : Catherine Morency Bilal Farooq 1 Plan

Plus en détail

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête

Le dossier technique. La zone 30 lyonnaise : enquête : enquête 51 La zone 30 à Lyon, tant décriée par certains, plébiscité par d autres, est en train de se mettre en place tout doucement dans notre paysage lyonnais. Ce sont en effet près de 60% des habitants

Plus en détail

Guide d utilisation MEDIVG

Guide d utilisation MEDIVG Gestion des fiches de liaison Partie Médecin Documentation Logiciel MEDIVG - 7/04/08 - Page 1 de 13 Ta bl e d es m atièr e s Table des matières 2 INTRODUCTION 4 Installer la version PC ou Mac 4 Version

Plus en détail

INTRODUCTION ORIENTATION APRES LE BAC ORIENTATION APRES LE B.T.S. ADMISSION POST BAC

INTRODUCTION ORIENTATION APRES LE BAC ORIENTATION APRES LE B.T.S. ADMISSION POST BAC INTRODUCTION ORIENTATION APRES LE BAC ORIENTATION APRES LE B.T.S. ADMISSION POST BAC INTRODUCTION BAC GENERAL BAC TECHNOLOGIQUE BAC PROFESSIONNEL 5 ANS 3 ANS VIE ACTIVE AU LYCEE - EN APPRENTISSAGE EN CONTRAT

Plus en détail

L a c c o rd S uis s e -UE s ur la libre c irc ula tio n de s pe rs o nne s (AL C P )

L a c c o rd S uis s e -UE s ur la libre c irc ula tio n de s pe rs o nne s (AL C P ) L a c c o rd S uis s e -UE s ur la libre c irc ula tio n de s pe rs o nne s (AL C P ) E xpos é du 1 4 ja nvie r 2 0 0 9 a u K iw a nis C lub Zuric h- Rom a ndie pa r P hilippe C le m m e r L e s a c c

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

Université Yersin de Dalat. Cité de Dalat, Province de Lam Dong

Université Yersin de Dalat. Cité de Dalat, Province de Lam Dong Université Yersin de Dalat Cité de Dalat, Province de Lam Dong Web: www.yersin.edu.vn Université Yersin de Dalat Plan de présentation La Ville de Dalat Fondation de l Université Mission de l Université

Plus en détail

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite

Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite Thuraya SatSleeve Transformez votre smartphone en mode satellite www.thuraya.com Suivez-nous sur /thurayatelecom Restez Proche Associant parfaite mobilité et simplicité, Thuraya SatSleeve est le moyen

Plus en détail

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s DROIT DE L INTERNET DROIT FRANÇAIS ET EUROPÉEN Céline CASTETS-RENARD Professeur à l'université de Toulouse Capitole 2e édition Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s TABLE DES MATIÈRES P réface...

Plus en détail

Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070510-8

Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070510-8 Dunod, Paris, 2013 ISBN 978-2-10-070510-8 7 La néces sité de réguler la sûreté nucléaire Q uel sujet incongru! La néces sité de réguler la sûreté nucléaire n estelle pas évi dente aux yeux de tous? Il

Plus en détail

)"*$+&,-'$'.,$"/$'+&!##$*0#+&!!#/'$,-'11"'#$ 2! '/'$ )(!)'/'$"*/#/0 )3 )01''#$,0"*'$#$ )!"*$+&'$'.+& ) '/$,,#$$0 28

)*$+&,-'$'.,$/$'+&!##$*0#+&!!#/'$,-'11'#$ 2! '/'$ )(!)'/'$*/#/0 )3 )01''#$,0*'$#$ )!*$+&'$'.+& ) '/$,,#$$0 28 #$ ##$ % #&&##'$ ( )*$+&,-'$'.,$/$'+& % ##$*0#+& #/'$,-'11'#$ 2 '/'$ )( )'/'$*/#/0 )3 45 66 70$0'& ',/0'$7,##'$ 1##1'/'$'*/+& ) 68 63 63 2 )01''#$,0*'$#$ 2 )*$+&'$'.+& 2 ) '/$,,#$$0 28 6 8 6 0*#,##7 8

Plus en détail

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES OXYCOUPAGE ET SOUDAGE A L ARC ELECTRIQUE MODULE N :08 ELECTRICITE SECTEUR :

OFPPT ROYAUME DU MAROC RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES OXYCOUPAGE ET SOUDAGE A L ARC ELECTRIQUE MODULE N :08 ELECTRICITE SECTEUR : OFPPT ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail DIRECTION R ECHERCH E ET INGENIERIE DE F ORMA TION RESUME THEORIQUE & GUIDE DE TRAVAUX PRATIQUES MODULE N :08

Plus en détail

elmeg CS290 elmeg CS290-U elmeg IP-S290 elmeg IP-S290plus Notice d'utilisation Français

elmeg CS290 elmeg CS290-U elmeg IP-S290 elmeg IP-S290plus Notice d'utilisation Français elmeg CS290 elmeg CS290-U elmeg IP-S290 elmeg IP-S290plus Notice d'utilisation Français Déclaration de conformité et marque CE Cet ap pa reil ré pond aux exi gen ces de la di rec ti ve R&TTE 1999/5/EG:»Di

Plus en détail

Addendum Multi-Sociétés

Addendum Multi-Sociétés Addendum Multi-Sociétés Ce manuel a été rédigé par Alain Bellebouche et Jérôme Guyon consultants-formateurs sur le logiciel spaiectacle. spaiectacle est un logiciel développé et édité par Addendum multi-sociétés

Plus en détail

NOTICE SUR L HISTOIRE ET L ÉVOLUTION DE L ASSOCIATION ALPHABETS

NOTICE SUR L HISTOIRE ET L ÉVOLUTION DE L ASSOCIATION ALPHABETS NOTICE SUR L HISTOIRE ET L ÉVOLUTION DE L ASSOCIATION ALPHABETS S : C éé é, ù u. S j 2 C évé ju 3 S u 4 Ex éu u éu 5 S vé éuè 6. é. u é L x é éé 7 M u ju uxu é 8 M v éu ju u é 9 L é ù vu 10 L vé éuv 11

Plus en détail

Demande. de bourse scolaire départementale. Année scolaire 2015/2016. Important. Délégation à l animation. Vous êtes actuellement

Demande. de bourse scolaire départementale. Année scolaire 2015/2016. Important. Délégation à l animation. Vous êtes actuellement Délégation à l animation Direction de l éducation, de la jeunesse et du sport Pôle éducation et sport At te nt ion : Pour déposer une demande de bourse scolaire départementale, il est impératif d avoir

Plus en détail

Références : des informations techniques pour agir. Violences à l école. Prévenir, agir contre

Références : des informations techniques pour agir. Violences à l école. Prévenir, agir contre Références : des informations techniques pour agir Violences à l école Prévenir, agir contre Juin 2008 $ % $ '( ) ) % *'++, - #. / +0 1 *23 4. )( % ) * -!""5. % ( + + 6 ( % 7 % 7 ) + *8 #-. ) + *8!""5.

Plus en détail

SITE MARCHAND. Le coût de l abonnement à l un de ces services sera à régler directement au prestataire choisi.

SITE MARCHAND. Le coût de l abonnement à l un de ces services sera à régler directement au prestataire choisi. PLATEFORME DE VENTE EN LIGNE Cette plateforme de vente par Internet est une solution intégrant de nombreuses fonctionnalités indispensables à la mise en place d'un site e-commerce. Elle peut fonctionner

Plus en détail

LE BIM, UN ATOUT? 2015 55 es Journées d études et de formation Ingénieurs Hospitalies de France, Tous droits réservés - Toute rep

LE BIM, UN ATOUT? 2015 55 es Journées d études et de formation Ingénieurs Hospitalies de France, Tous droits réservés - Toute rep LE BIM, UN ATOUT? 2015 55 e Journée de formation Ingénieur Hopitalie de F, ute rep 55 ème journée d Etude et de 1 de formation Ingénieur Hopitalie de F, ute reproduction même partielle et interdite. DEVIENT

Plus en détail

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010

Lot 4: Validation industrielle. Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Lot 4: Validation industrielle Youness LEMRABET Pascal YIM, 19/11/2010 Partenaires Lot 1 Modèle du processus métier L4.1 Modèles PSM Lot 2 Guide d implantation L4.2 Développement & Recette prototype Lot

Plus en détail

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps

a l e i y m u r o f n v w s j z ou ch oi eu ph gn eau/au on in un en/an oin ain ein ien ill Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps Une lettre qui donne un son que je peux chanter longtemps a l e i y m u r o f n v w s j z Une lettre qui donne un son bref (en valeur de base) d t b p c k q g 2-3 lettres qui donnent ensemble toujours

Plus en détail