Institut des comptes nationaux. Comptes régionaux

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Institut des comptes nationaux. Comptes régionaux"

Transcription

1 Institut des comptes nationaux Comptes régionaux 2013

2 Contenu de la publication Cette publication présente les données concernant les agrégats par branche d activité et les comptes des revenus des ménages pour le Royaume, les régions, les provinces et les arrondissements au cours de la période /2013. Des données chiffrées relatives à la Communauté germanophone sont également fournies dans des tableaux distincts. Au niveau du Royaume, les résultats sont conformes aux estimations de septembre 2014 présentées dans la publication de l ICN intitulée "Comptes nationaux, Partie 2: Comptes détaillés et tableaux 2013". La répartition régionale se base sur des méthodes, définitions et nomenclatures qui sont communes à l ensemble des États membres de l Union européenne. C est le Système européen des comptes nationaux et régionaux (SEC 2010), visé au règlement (UE) n 549/2013 du Parlement européen et du Conseil du 21 mai 2013, qui fait office de cadre de référence. Cette publication se compose de deux parties. La première commente brièvement les résultats et les modifications méthodologiques. La seconde présente les tableaux statistiques. Tous les calculs ont été clôturés à la date du 26 janvier Une note reprenant les éléments conceptuels et méthodologiques, ainsi que les tableaux détaillés, se trouvent sur le site internet de la Banque nationale de Belgique: pour toutes les variables par branche d activité pour la période selon la nomenclature NACE 2003 et le SEC 1995; pour la variable valeur ajoutée pour la période selon la nomenclature NACE 2008 et le SEC 2010; pour toutes les autres variables par branche d activité pour la période /2013 selon la nomenclature NACE 2008 et le SEC 2010; pour le compte des ménages pour la période selon le SEC Institut des comptes nationaux Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives et non commerciale est autorisée avec mention de la source. ISSN (print) ISSN (online)

3 Avant-propos L Institut des comptes nationaux (ICN) présente dans cette publication les comptes régionaux pour la période /2013, établis selon la méthodologie du SEC Les modifications qui ont été apportées aux comptes nationaux 2013 publiés en septembre 2014 en raison de l instauration du SEC 2010 et d autres corrections ont été intégrées dans les comptes régionaux, ce qui peut entraîner des modifications à partir de l année Il convient de souligner que les chiffres relatifs à l année 2013 sont provisoires et susceptibles d être révisés ultérieurement. La dernière année est toujours estimée selon une méthode simplifiée par manque d un set complet d informations. Le nombre de tableaux repris dans la version papier de cette publication a été limité. Tous les résultats détaillés peuvent être consultés via la banque de données en ligne Belgostat de la Banque nationale de Belgique (BNB). Le Conseil de l ICN a approuvé les comptes régionaux /2013, et le Comité scientifique sur les comptes nationaux a émis, quant à lui, un avis positif. Jean-Marc Delporte Président du Conseil d administration de l Institut des comptes nationaux Bruxelles, février

4

5 Table des matières Avant-propos 3 Commentaire Commentaire des résultats 1.1 Agrégats par branche d activité répartis selon le lieu de travail Valeur ajoutée brute à prix courants Croissance économique sur la base de la valeur ajoutée brute en volume Nombre de salariés Nombre d indépendants Rémunération des salariés Formation brute de capital fixe Comptes des revenus des ménages répartis selon le lieu de résidence Le revenu primaire Le revenu disponible Modifications méthodologiques 2.1 Modifications d application pour toutes les variables Modifications méthodologiques relatives à la rémunération des salariés Modifications méthodologiques relatives à la valeur ajoutée brute Représentants fiscaux Les dépenses de recherche et développement (R&D) Évaluation des immobilisations corporelles produites par des producteurs marchands pour usage propre Élimination du double comptage de logiciels pour compte propre Élimination des actifs fixes incorporels produits en interne Économie illégale (prostitution, drogues, contrebande) L économie au noir Révision de l estimation de la valeur ajoutée de l agriculture Révision de l estimation de la valeur ajoutée des indépendants actifs dans les services financiers et d assurance Révision de l estimation de la valeur ajoutée des hôpitaux Révisions au sein du secteur des assurances Allocation de la production de la banque centrale Frais de gestion facturés par des organismes de placement collectif nonrésidents à des résidents belges Systèmes d armes militaires Révision des amortissements 31 5

6 2.4 Modifications méthodologiques relatives au nombre de salariés Modifications méthodologiques relatives au nombre d indépendants Modifications méthodologiques relatives à la formation de capital fixe Investissements dans la recherche et le développement (R&D) Évaluation des immobilisations corporelles produites par des producteurs marchands pour usage propre Bâtiments destinés à la vente Investissements par les ateliers protégés Révision des investissements par les hôpitaux Systèmes d armes militaires Modifications méthodologiques relatives au compte des ménages Compte d affectation des revenus primaires - ressources Compte de distribution secondaire du revenu emplois Répartition régionale de la transaction «excédent d exploitation» Répartition régionale de la transaction «indemnités d assurancedommages»et «primes d assurance-dommages» 37 3 Impact des modifications par rapport à la publication précédente des comptes régionaux 3.1 Valeur ajoutée brute à prix courants Valeur ajoutée brute en volume Nombre de salariés Nombre d indépendants Rémunération des salariés Formation brute de capital fixe Compte des ménages 45 Tableaux Introduction Aperçu général 1.1 Tableau de synthèse avec les agrégats et les soldes par territoire géographique Chiffres absolus Importance relative par unité géographique Chiffres absolus Importance relative par unité géographique Chiffres absolus Importance relative par unité géographique Chiffres absolus Importance relative par unité géographique Chiffres absolus Importance relative par unité géographique Chiffres absolus Importance relative par unité géographique Chiffres absolus Importance relative par unité géographique Chiffres absolus Importance relative par unité géographique Chiffres absolus Importance relative par unité géographique Chiffres absolus Importance relative par unité géographique Chiffres absolus Importance relative par unité géographique

7 2. Produit intérieur brut 2.1 Produit intérieur brut, à prix courant - Chiffres absolus Produit intérieur brut par habitant, à prix courant - Chiffres absolus Valeur ajoutée brute aux prix de base 3.1 Valeur ajoutée brute aux prix de base, à prix courants - Économie totale (S.1) Valeur ajoutée brute aux prix de base, en euros chaînés (année de référence 2012) Chiffres absolus Évolution par rapport à l année précédente Valeur ajoutée brute aux prix de base par habitant, à prix courants - Chiffres absolus Structure économique des régions sur la base de la valeur ajoutée brute aux prix de base, à prix courants - Résultats par NUTS 1 - A Région de Bruxelles-Capitale - Chiffres absolus Région flamande - Chiffres absolus Région wallonne - Chiffres absolus Unité extra-régionale - Chiffres absolus Le Royaume- Chiffres absolus Rémunération des salariés 4.1 Rémunération des salariés, à prix courants - Économie totale (S.1) Rémunération des salariés, à prix courants - Résultats par NUTS 1 - A Région de Bruxelles-Capitale - Chiffres absolus Région flamande - Chiffres absolus Région wallonne - Chiffres absolus Unité extra-régionale - Chiffres absolus Le Royaume - Chiffres absolus Emploi total 5.1 Emploi total, économie totale (S.1) Emploi total par région - Résultats par NUTS 1 - A Région de Bruxelles-Capitale - Chiffres absolus Région flamande - Chiffres absolus Région wallonne - Chiffres absolus Unité extra-régionale - Chiffres absolus Le Royaume - Chiffres absolus Nombre de salariés 6.1 Nombre de salariés - Économie totale (S.1) Nombre de salariés - Résultats par NUTS 1 - A Région de Bruxelles-Capitale - Chiffres absolus Région flamande - Chiffres absolus Région wallonne - Chiffres absolus Unité extra-régionale - Chiffres absolus Le Royaume - Chiffres absolus 136 7

8 7. Nombre de travailleurs indépendants 7.1 Nombre de travailleurs indépendants - Économie totale (S.1) Nombre de travailleurs indépendants - Résultats par NUTS 1 - A Région de Bruxelles-Capitale - Chiffres absolus Région flamande - Chiffres absolus Région wallonne - Chiffres absolus Le Royaume - Chiffres absolus Formation brute de capital fixe 8.1 Formation brute de capital fixe, à prix courants - Économie totale (S.1) - Chiffres absolus Formation brute de capital fixe, à prix courants - Résultats par NUTS 1 - A Région de Bruxelles-Capitale - Chiffres absolus Région flamande - Chiffres absolus Région wallonne - Chiffres absolus Unité extra-régionale - Chiffres absolus Le Royaume - Chiffres absolus Chiffres clés économiques de la Communauté germanophone 9.1 Chiffres clés économiques de la Communauté germanophone - Chiffres absolus Comptes de revenus des ménages - Résultats globaux par unité géographique 10.1 Région de Bruxelles-Capitale - Chiffres absolus Région flamande - Chiffres absolus Région wallonne - Chiffres absolus Unité extra-régionale - Chiffres absolus Le Royaume - Chiffres absolus Comptes de revenus des ménages - Compte d affectation des revenus primaires 11.1 Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Comptes de revenus des ménages - Compte de distribution secondaire du revenu 12.1 Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus Chiffres absolus

9 13. Comptes de revenus des ménages - Revenu disponible par habitant 13.1 Revenu disponible par habitant - Chiffres absolus Comptes de revenus des ménages - Communauté germanophone 14.1 Communauté germanophone - Chiffres absolus Annexes 15.1 Population moyenne par région, province et arrondissement Nomenclatures d activités A3, A10, A21, A38, A64, SUT ET NACE-BEL Valeur ajoutée brute aux prix de base révisions concernant la période par rapport à la version des comptes régionaux publiée au début de février Publications de l'icn et personnes de contact 241 Remarques générales 245 Signes conventionnels 247 Liste des abréviations 249 9

10

11 Commentaire Les comptes régionaux publiés en février 2014 ont été adaptés aux résultats des comptes nationaux de septembre et complétés par une année supplémentaire, en l occurrence Dans cette version, l on est passé pour l élaboration des comptes nationaux du SEC 1995 au SEC 2010, le nouveau système européen des comptes nationaux et régionaux 2. Le SEC 2010 s inscrit dans le prolongement du SEC 1995, mais introduit une série de nouveaux éléments 3. Dans le même temps, d autres corrections n ayant aucun lien avec le passage au SEC 2010 ont été apportées quant aux méthodes et sources utilisées. Dans les comptes nationaux, toutes les séries ont été revues à partir de l année Les modifications méthodologiques et leur traitement régional sont décrits et commentés par variable. La version des comptes nationaux de septembre 2011 avait été marquée par le passage de la nomenclature NACE 2003 à la NACE À partir de l année 2003, la conversion a été opérée à un niveau relativement détaillé pour la plupart des variables, de sorte que les comptes régionaux ont pu suivre également. Pour la période , la conversion a été opérée sur la base de rapports entre les résultats avant et après conversion pour l année 2004 et/ou De telles méthodes reposant sur une base plus agrégée compliquent le traitement régional. Dès lors, pour la période , aucune répartition régionale n est disponible selon la nomenclature NACE 2008 pour l ensemble des variables par branche d activité. L on ne dispose pas davantage de résultats selon la révision occasionnelle de 2014 et du SEC 2010 pour cette période. 1 Voir la publication de l ICN "Comptes nationaux, Partie 2, Comptes détaillés et tableaux 2013" 2 Cf. le règlement européen n 549/2013 du Parlement européen et du Conseil du 21 mai 2013 relatif au système européen des comptes nationaux et régionaux dans l Union européenne. 3 Pour plus d informations, il est renvoyé à la publication de l ICN de septembre 2014 intitulée "Comptes nationaux, SEC 2010, Le nouveau cadre de référence des comptes nationaux" 11

12 La situation peut être représentée comme suit Variable Valeur ajoutée brute SEC 1995 NACE 2003 Cohérents par rapport à la version des CN de sept Rémunération des salariés Nombre de salariés Nombre d indépendants Formation brute de capital fixe SEC 1995 NACE 2003 Cohérents par rapport à la version des CN de sept SEC 1995 NACE 2008 Cohérents par rapport à la version des CN de sept Comptes des ménages SEC 2010 Cohérents par rapport à la version des CN de sept CN = Comptes nationaux SEC 2010 NACE 2008 Cohérents par rapport à la version des CN de sept SEC 2010 NACE 2008 Cohérents par rapport à la version des CN de sept Les résultats pour la valeur ajoutée pour la période selon le SEC 2010 et cohérents avec la version de septembre 2014 des comptes nationaux, ont été publiés et incorporés dans cette publication début décembre 2015 (cf. infra, annexe 15.3). Dans la première section, les nouveaux résultats font l objet d un commentaire succinct. Les modifications méthodologiques dans les comptes nationaux et régionaux faisant suite à la révision occasionnelle de 2014 sont traitées dans la deuxième section. Enfin, l impact de ces modifications sur les résultats publiés en février 2014 est abordé dans la troisième section 1. Commentaire des résultats Cette section présente les résultats concernant les agrégats par branche d activité ventilés selon le lieu de travail d une part, et les comptes de revenus des ménages ventilés selon le lieu de domicile, d autre part. Pour l année 2013, seules les variables "valeur ajoutée brute" (en volume et à prix courants) et "emploi" sont disponibles. La répartition régionale a été obtenue en utilisant la méthode provisoire basée sur des indicateurs; les résultats doivent donc être interprétés avec toute la prudence nécessaire. Afin de répartir les données des entreprises ayant des établissements dans plusieurs arrondissements, l on a déjà pu se baser sur le nombre d emplois figurant dans le fichier des établissements de l ONSS pour l année Ainsi, pour estimer les chiffres de la dernière année, il a été tenu compte des modifications éventuelles dans la répartition du nombre d emplois par établissement d une entreprise individuelle établie dans plusieurs arrondissements. Il convient également de préciser que jusqu à l année 2011 incluse, au sein de la population ONSSAPL, seules les provinces ont été considérées comme unités multi-arrondissementales par manque d informations de base. Depuis 2012, l on dispose d un fichier des établissements pour ces déclarants, de sorte qu une cinquantaine d unités (sur 2000 environ) ont pu être ajoutées à la liste des unités multi-arrondissementales. Toutefois, le plus souvent, la part du nombre d emplois se situant dans un autre arrondissement que celui où se situent la plupart des emplois est minime, de sorte que l on n observe pas de rupture dans les résultats entre 2011 et Ceci vaut pour l ensemble des variables par branche d activité. 1.1 Agrégats par branche d activité répartis selon le lieu de travail Le tableau 1 propose une synthèse des variables clés des comptes régionaux 1 À l exception des unités relevant des branches d activité SUT "entreposage et services auxiliaires des transports", "administration publique, à l exception de la défense et de la sécurité sociale obligatoire" et "enseignement", relevant du secteur public, pour lesquelles la structure de l année 2012 a été reprise. 12

13 Tableau 1 AGREGATS PAR BRANCHE D ACTIVITÉ PARTS ET CROISSANCE PAR RÉGION En chiffres absolus (millions d euros ou nombre de personnes) Part de chaque région dans le Royaume (%) Pourcentages de variation par rapport à l année précédente (p) Valeur ajoutée brute aux prix de base, à prix courants (selon le lieu de travail) Région de Bruxelles-Capitale ,8 18,1 4,0-0,1 2,0 Région flamande ,3 58,2 4,6 3,0 1,8 Région wallonne ,4 23,6 2,7 1,4 2,0 Unité extra-régionale 242,0 0,1 3,7 7,0 3,9 Le Royaume ,5 100,0 4,0 2,0 1,9 Valeur ajoutée brute aux prix de base, en volume année de référence 2012 (selon le lieu de travail) Croissance économique Région de Bruxelles-Capitale ,8 18,1 1,2-2,0 0,5 Région flamande ,3 58,2 2,8 0,8 0,3 Région wallonne ,4 23,6 0,5-0,2 0,5 Unité extra-régionale 242,0 0,1-2,0 4,7-2,3 Le Royaume ,5 100,0 1,9 0,0 0,4 Nombre de salariés (selon le lieu de travail) Région de Bruxelles-Capitale ,1 1,6-0,7-0,1 Région flamande ,3 1,3 0,4-0,5 Région wallonne ,5 1,6 0,0-0,7 Unité extra-régionale ,1-3,5 0,3-2,7 Le Royaume ,0 1,4 0,1-0,5 Nombre d indépendants (selon le lieu de travail) Région de Bruxelles-Capitale ,8 2,9 3,6 2,1 Région flamande ,0 1,0 0,8 0,6 Région wallonne ,2 1,5 1,3 1,2 Le Royaume ,0 1,3 1,2 0,9 Rémunération des salariés (selon le lieu de travail) Région de Bruxelles-Capitale , 4 19,3 4,5 2,8 n.d. Région flamande ,0 56,4 4,3 3,9 n.d. Région wallonne ,2 24,2 5,0 3,1 n.d. Unité extra-régionale 217,9 0,1 3,6 6,9 n.d. Le Royaume ,5 100,0 4,5 3,5 n.d. Formation brute de capital fixe (selon le lieu de travail) Région de Bruxelles-Capitale ,1 13,3 4,4 2,5 n.d. Région flamande ,7 62,7 7,3 2,0 n.d. Région wallonne ,8 24,0 8,0 2,2 n.d. Unité extra-régionale 28,4 0,0 3,1-22,8 n.d. Le Royaume ,0 100,0 7,1 2,1 n.d. Source: ICN Valeur ajoutée brute à prix courants D après les nouveaux chiffres obtenus pour 2012 calculés aux niveaux national et régional selon la méthode définitive, la valeur ajoutée brute à prix courants a progressé de 3 % en Flandre et de 1,4 % en Wallonie. À Bruxelles, la valeur ajoutée a reculé de 0,1 %. Au niveau du Royaume, l on a enregistré une croissance de 2,0 %. Dans toutes les régions, l on note un ralentissement de la croissance par rapport à 2010 et

14 Tableau 2 Branches d activité ayant la plus FORTE incidence sur la VARIATION de la VALEUR ajoutée brute à prix courants, PAR Région, en 2012 (en point de pourcentage) Branche d activité Bruxelles Flandre Wallonie Administration publique et défense, sécurité sociale obligatoire (OO) 0,53 0,24 0,36 Activités financières et assurances (KK) 0,39 0,26-0,01 Enseignement (PP) 0,31 0,25 0,28 Construction (FF) 0,25 0,05 0,09 Production et distribution d électricité, de gaz, de vapeur et d air conditionné (DD) -0,92-0,18-0,14 Activités juridiques et comptables, activités des sièges sociaux, conseil de gestion, activités d architecture et d ingénierie, activités de contrôle et analyses techniques (MA) -0,77 0,35 0,04 Services administratifs et autres activités de soutien (NN) -0,38 0,01-0,07 Industrie (C) 0,10 0,54-0,21 Activités pour la santé humaine (QA) 0,20 0,31 0,36 Transports et entreposage (HH) -0,31 0,24 0,25 p.m.: croissance totale -0,1 3,0 1,4 dont: contribution secteur public 0,75 0,55 0,75 contribution secteur privé -0,85 2,43 0,64 Source: ICN En 2012, comme en 2011, la Flandre a enregistré une croissance supérieure à celle des deux autres régions. Cette différence s explique essentiellement par les prestations nettement meilleures du secteur privé en Flandre. Aucune branche d activité n a réellement enregistré de forte croissance mais contrairement aux deux autres régions, une contribution modeste à la croissance a été observée dans la plupart des branches d activité. À Bruxelles, les contributions négatives des branches "production et distribution d électricité, de gaz, de vapeur et d air conditionné" (DD), "services divers aux entreprises" (MA) et "services administratifs et autres activités de soutien" (NN) ont pesé sur la croissance. En Wallonie, la valeur ajoutée s est inscrite en recul dans un peu plus de branches d activité qu en Flandre. Par ailleurs, dans les branches ayant réalisé une progression, celle-ci s est révélée plus modeste. En Flandre, en 2012, la croissance a donc surtout été soutenue par l industrie, les services divers aux entreprises, les activités financières et assurances, l enseignement, et les banches "transports et entreposage" et "administration publique et défense, sécurité sociale obligatoire". En Wallonie, les branches "activités pour la santé humaine", "administration publique et défense, sécurité sociale obligatoire", "enseignement" et "transports et entreposage" ont le plus contribué à la croissance. Enfin, à Bruxelles, il s agit des branches "administration publique et défense, sécurité sociale obligatoire", "activités financières et assurances", "enseignement" et "construction". Il convient également d ajouter qu en termes nominaux, la masse salariale a progressé plus nettement que la valeur ajoutée dans l ensemble des régions en 2012 (voir point ci-dessous). C est à Bruxelles que la différence s est révélée la plus importante (2,9 points de pourcentage). En Wallonie, la différence de croissance entre les deux variables s est élevée à 1,7 point de pourcentage, et en Flandre à 0,9 point de pourcentage. Au niveau du Royaume, l on a relevé une différence de 1,5 point de pourcentage. La part de la masse salariale dans la valeur ajoutée, chaque fois à prix courants, s est donc inscrite en légère hausse en 2012 et s est établie à 60,8 % à Bruxelles, 58,4 % en Wallonie et 55,2 % en Flandre. Au niveau du Royaume, cette part était de 57,0 %. 14

15 Selon les estimations provisoires 1, la valeur ajoutée brute à prix courants a progressé de 2 % en 2013 à Bruxelles comme en Wallonie, et de 1,8 % en Flandre. Si l on compare avec 2012, la Flandre a été confrontée à un net ralentissement de la croissance en 2013 (-1,2 point de pourcentage) tandis que la croissance s est accélérée en Wallonie (+0,6 point de pourcentage). À Bruxelles, la croissance était encore légèrement négative en 2012 (-0,1 %). Au niveau du Royaume, la progression s est élevée à 1,9 %, contre 2 % en À Bruxelles, en 2013, un peu plus de la moitié de la croissance a été réalisée au sein du secteur privé et celle-ci a principalement été soutenue par les "services divers aux entreprises". La valeur ajoutée dans la branche d activité "activités financières et assurances" s est inscrite en recul, exerçant une influence négative sur la croissance bruxelloise. En Wallonie, en 2013, le secteur privé a généré 65 % de la croissance. Les branches d activité "services divers aux entreprises", "activités pour la santé humaine" et "activités des marchands de biens immobiliers" sont celles qui ont le plus contribué à la croissance. Dans l industrie, en revanche, la valeur ajoutée à prix courants a accusé un repli et ce, principalement dans la métallurgie et l industrie de transformation des métaux. En Flandre, 77 % de la croissance sont imputables au secteur privé. Les branches d activité qui ont le plus contribué à la croissance sont les suivantes: "commerce de gros et de détail et réparation de véhicules automobiles et de motocycles", "services divers aux entreprises" et "activités pour la santé humaine". Comme en Wallonie, la métallurgie et l industrie de transformation des métaux n ont pas enregistré de bons résultats en Flandre, mais cette contreperformance a été compensée par la légère contribution positive des autres branches industrielles, de sorte que dans l'ensemble, la contribution de l industrie s est révélée quasi neutre. Tableau 3 Branches d activité ayant la plus FORTE incidence sur la VARIATION de la VALEUR ajoutée brute à prix courants, PAR Région, en 2013 (en point de pourcentage) Branche d activité Bruxelles Flandre Wallonie Activités juridiques et comptables, activités des sièges sociaux, conseil de gestion, activités d architecture et d ingénierie, activités de contrôle et analyses techniques (MA) 1,03 0,32 0,46 Administration publique et défense, sécurité sociale obligatoire (OO) 0,65 0,23 0,41 Enseignement (PP) 0,16 0,16 0,24 Activités pour la santé humaine (QA) 0,16 0,19 0,25 Commerce de gros et de détail et réparation de véhicules automobiles et de motocycles (GG) 0,14 0,36 0,16 Activités immobilières (LL) -0,02 0,12 0,25 Industrie (C) -0,04 0,02-0,22 dont: Métallurgie et fabrication de produits métalliques, à l exception des machines et des équipements (CH) -0,02-0,25-0,26 Activités financières et d assurances (KK) -0,47 0,07 0,11 p.m.: croissance totale (%) 2,0 1,8 2,0 dont: contribution secteur public 0,93 0,41 0,71 contribution secteur privé 1,07 1,38 1,29 Source: ICN Croissance économique sur la base de la valeur ajoutée brute en volume En Flandre, l activité économique en volume a augmenté de 0,8 % en 2012, ce qui implique un net ralentissement de la croissance par rapport à 2011 (2,8 %) et 2010 (2,3 %). L économie wallonne a enregistré un léger recul (-0,2 %), après le ralentissement notable de la croissance en 2011 (0,5 %) par rapport à 2010 (3,0 %). À Bruxelles, 1 L estimation de la valeur ajoutée pour la dernière année, en l occurrence 2013, s effectue au niveau de détail A38/arrondissement ce n est qu à ce niveau que sont disponibles des chiffres nationaux à répartir tandis que la valeur ajoutée relative aux années précédentes fait l objet d une estimation par secteur/branche d activité SUT/arrondissement. 15

16 la valeur ajoutée brute en volume a chuté de 2,0 % en 2012 après avoir enregistré une croissance de 1,2 % en 2011 et 1,6 % en Au niveau du Royaume, l année 2012 a été marquée par une croissance nulle, alors qu en 2011 et 2010, l économie belge progressait encore respectivement de 1,9 % et 2,3 % en volume. Sur la période , la valeur ajoutée en volume a affiché dans l ensemble des régions la même évolution que celle à prix courants. Dans chacune des trois régions, l on note une légère contribution positive du secteur public à la croissance en volume: 0,32 point de pourcentage en Wallonie, 0,27 point de pourcentage à Bruxelles et 0,24 point de pourcentage en Flandre. À l inverse, le secteur privé a exercé une influence négative notable sur la croissance économique, surtout à Bruxelles où l on relève une contribution de -2,31 points de pourcentage. Ceci s explique principalement par les mauvais résultats des branches d activité "services divers aux entreprises", "production et distribution d électricité, de gaz, de vapeur et d air conditionné" et "services administratifs et autres activités de soutien". Parmi les branches d activité qui ont influencé positivement la croissance, l on retiendra essentiellement les branches "activités financières et assurances", "cokéfaction et raffinage" 1 et la construction. En Wallonie également, l activité économique a accusé un repli dans le secteur privé, bien que dans une moindre mesure, avec une contribution à la croissance de -0,55 point de pourcentage. Ce sont surtout le commerce, les "services divers aux entreprises", la "production et distribution d électricité, de gaz, de vapeur et d air conditionné" et les "services administratifs et autres activités de soutien" qui ont connu une année difficile. En Flandre, en revanche, la contribution du secteur privé s est élevée à 0,59 point de pourcentage. Aucune branche d activité ne s est particulièrement distinguée, positivement ou négativement, mais le résultat global n en reste pas moins supérieur à celui des deux autres régions. Tableau 4 Branches d activité ayant la plus FORTE incidence sur la VARIATION de la VALEUR ajoutée brute en volume, PAR Région, en 2012 (en point de pourcentage) Branche d activité Bruxelles Flandre Wallonie Activités financières et assurances (KK) 0,56 0,28 0,01 Construction (FF) 0,26 0,06 0,07 Administration publique et défense, sécurité sociale obligatoire (OO) 0,17 0,13 0,17 Activités pour la santé humaine (QA) 0,15 0,25 0,27 Activités immobilières (LL) 0,09 0,21 0,12 Industrie (C) 0,06 0,57 0,08 waarvan: Cokéfaction et raffinage (CD) 0,39 0,06-0,05 Industries alimentaires, fabrication de boissons et de produits à base de tabac (CA) 0,02 0,26 0,17 Industrie pharmaceutique (CF) -0,24 0,19 0,03 Services administratifs et autres activités de soutien (NN) -0,55-0,20-0,21 Production et distribution d électricité, de gaz, de vapeur et d air conditionné (DD) Activités juridiques et comptables, activités des sièges sociaux, conseil de gestion, activités d architecture et d ingénierie, activités de contrôle et analyses techniques (MA) -1,08-0,27-0,27-1,26-0,22-0,36 p.m.: croissance totale ( %) -2,0 0,8-0,2 dont: contribution secteur public 0,27 0,24 0,32 contribution secteur privé -2,31 0,59-0,55 Source: ICN 1 Il existe à Bruxelles une entreprise qui est propriétaire des biens achetés et vendus mais qui confie le traitement des matières premières à une entreprise du même groupe localisée dans un autre arrondissement et opérant sous contrat de travail à façon. 16

17 Selon les premiers résultats provisoires 1, l activité économique en volume s est légèrement redressée à Bruxelles (0,5 %) et en Wallonie (0,5 %) en Dans les deux régions, la croissance économique avait connu un ralentissement en 2011 et même un recul en En Flandre, par contre, les estimations provisoires font état d une poursuite du ralentissement de la croissance (0,3 %). Un ralentissement avait déjà été observé en 2012, alors même que la croissance s était accélérée en À Bruxelles, en 2013, la croissance économique a été principalement soutenue par les branches d activité "services divers aux entreprises" et "administration publique et défense, sécurité sociale obligatoire". L on retiendra également le repli enregistré au sein des "activités financières et assurances", repli qui a entraîné une baisse de 0,56 point de pourcentage de la croissance en volume à Bruxelles. Comme à Bruxelles, ce sont les "services divers aux entreprises" qui ont le plus contribué à la croissance en volume en Wallonie et en Flandre. Toutefois, la progression dans cette branche s est révélée nettement moins élevée en Flandre (surtout) et en Wallonie qu à Bruxelles. En Wallonie, les branches d activité "administration publique et défense, sécurité sociale obligatoire", et "activités immobilières" ont elles aussi fourni une contribution positive notable. Ce fut aussi le cas en Flandre pour les branches d activité "enseignement" et "administration publique et défense, sécurité sociale obligatoire". Au sein des trois régions, l année 2013 a été marquée par un nombre particulièrement élevé de branches d activité affichant un recul de la valeur ajoutée en volume Nombre de salariés Dans l ensemble, après la croissance relativement forte de 2011 ( personnes, soit 1,4 %), l emploi salarié a réalisé une progression plus modeste en 2012 ( personnes, soit 0,1 %). Cette augmentation est entièrement imputable à la Flandre ( personnes, soit 0,4 %). En effet, à Bruxelles, le nombre de salariés a reculé d au moins personnes (-0,7 %) tandis qu un quasi-statu quo a été relevé en Wallonie (-400 personnes). Ces résultats cadrent avec la croissance, plus modeste également, de la rémunération des salariés (voir point ci-dessous) et de la valeur ajoutée à prix courants. Dans les trois régions, ce sont les branches "activités pour la santé humaine" et "action sociale" qui ont fourni les contributions positives les plus élevées (chaque fois entre 0,1 et 0,2 point de pourcentage) à l évolution du nombre de salariés entre 2011 et En Flandre, il convient d y ajouter le commerce, et à Bruxelles l "enseignement" et les "services informatiques et services d information". À Bruxelles, ces contributions positives ont été entièrement annulées par la contraction enregistrée dans les "services administratifs et autres activités de soutien", l industrie, le commerce et les "activités financières et assurances". En Flandre, la croissance a été tempérée principalement par le recul du nombre de salariés dans l industrie et la branche d activité "transports et entreposage". Ces mêmes branches d activité ont accusé le repli le plus marqué en Wallonie. Selon les premières estimations provisoires 2, après une quasi-stabilisation en 2012 (+0,1 %), l emploi salarié au niveau du Royaume s est inscrit en recul de 0,5 % ( personnes) en Aucune région n a été épargnée: baisse de 0,1 % à Bruxelles (-800 personnes), de 0,5 % en Flandre ( personnes) et de 0,7 % en Wallonie ( personnes). À Bruxelles, il s agit du deuxième repli consécutif, bien qu il ait été moins marqué cette année qu en En Wallonie, cette contraction de l emploi salarié en 2013 fait suite à une stabilisation en Enfin, en Flandre, une faible progression ( personnes) avait encore été observée en L estimation de la valeur ajoutée en volume pour la dernière année, en l occurrence 2013, s effectue au niveau de détail A38/arrondissement ce n est qu à ce niveau que sont disponibles des chiffres nationaux à répartir tandis que la valeur ajoutée en volume relative aux années précédentes fait l objet d une estimation par A64/ arrondissement. Il en résulte des estimations un peu moins précises pour la dernière année. 2 Contrairement à l estimation de la valeur ajoutée, les calculs ont ici pu être réalisés pour tous les secteurs au niveau de détail branche d activité SUT/arrondissement. 17

18 Tableau 5 Branches d activité ayant la plus FORTE incidence sur la VARIATION du nombre de salariés, PAR Région, en 2012 (en point de pourcentage) Branche d activité Bruxelles Flandre Wallonie Enseignement (PP) 0,16-0,04-0,11 Services informatiques et services d information (JC) 0,14 0,03 0,02 Activités pour la santé humaine (QA) 0,09 0,12 0,13 Action sociale (QB) 0,09 0,21 0,19 Commerce de gros et de détail et réparation de véhicules automobiles et de motocycles (GG) -0,15 0,16 0,04 Activités financières et d assurances (KK) -0,12 0,04-0,01 Industrie (C) -0,16-0,19-0,13 Services administratifs et autres activités de soutien (NN) -0,28 0,02-0,12 Transports et entreposage (HH) -0,02-0,11-0,16 p.m.: croissance totale (en %) -0,7 0,4-0,0 dont: contribution secteur public -0,01-0,03-0,17 contribution secteur privé -0,65 0,44 0,13 Source: ICN Au niveau des secteurs, ce sont les sociétés non financières et les indépendants qui ont enregistré le plus net recul du nombre de salariés en 2013, et ce dans chacune des trois régions. En Wallonie, l emploi salarié a légèrement fléchi dans le secteur public et les sociétés financières également. En Flandre et en Wallonie, c est dans l industrie, la construction, la branche "transports et entreposage", le commerce et l "administration publique et défense, sécurité sociale obligatoire" que les salariés sont les plus nombreux à avoir perdu leur emploi. À Bruxelles, le plus net repli du nombre de salariés a été relevé dans les "activités financières et d assurances". Dans les trois régions, ce sont les branches "enseignement", "action sociale" et "activités pour la santé humaine" qui ont fourni les contributions positives les plus significatives (chaque fois entre 0,1 et 0,15 point de pourcentage) à l évolution du nombre de salariés entre 2012 et À Bruxelles et en Wallonie, il convient d y ajouter la branche d activité "services administratifs et autres activités de soutien". Toutefois, dans les trois régions, ces contributions positives se sont révélées insuffisantes pour compenser la perte d emplois salariés dans les autres branches d activité Nombre d indépendants En 2012, le nombre d indépendants a de nouveau progressé plus vivement à Bruxelles que dans les deux autres régions: +3,6 %, soit personnes. C est 0,7 point de pourcentage de plus qu en 2011, année où la croissance était déjà de 2,9 %. En Wallonie, l emploi indépendant a augmenté de 1,3 % (2 750 personnes), soit légèrement moins qu en 2011 (1,5 %). La Flandre, quant à elle, a affiché une croissance de 0,8 % (3 500 personnes), contre 1 % en Au niveau du Royaume, la croissance s est établie à 1,2 %, contre 1,3 % en Dans les trois régions, la croissance de l emploi indépendant en 2012 a été principalement soutenue par la branche "activités juridiques et comptables, activités des sièges sociaux, conseil de gestion, activités d architecture et d ingénierie, activités de contrôle et analyses techniques" - et plus particulièrement par les conseils en matière d organisation et de gestion de l entreprise. À Bruxelles, le nombre d indépendants au sein de cette branche d activité a continué de progresser plus fortement que dans les deux autres régions et représente aujourd hui un peu plus de 56 % de l emploi indépendant total. Dans le secteur de la construction également, la progression s est révélée plus importante à Bruxelles qu en Flandre et en Wallonie, et y a contribué davantage à la croissance. En revanche, dans les trois régions, l emploi indépendant a poursuivi son repli sensible dans le commerce, l agriculture 1 et l horeca. 1 Cette branche d activité est pratiquement inexistante à Bruxelles. 18

19 Selon les premières estimations provisoires, l emploi indépendant a réalisé une progression plus modeste en 2013 qu en C est de nouveau à Bruxelles que l augmentation a été la plus élevée (2,1 % ou personnes), mais c est aussi dans cette région que le plus net ralentissement de la croissance a été observé ( -1,5 point de pourcentage par rapport à 2012). En Wallonie, le nombre d indépendants s est accru de 1,2 % (ou personnes) et en Flandre de 0,6 % (ou personnes), une hausse chaque fois légèrement inférieure à celle de Au niveau du Royaume, l on note une augmentation de 0,9 %. Avec une contribution de 0,7 point de pourcentage à Bruxelles et de 0,6 point de pourcentage en Flandre comme en Wallonie, la croissance a de nouveau, pour les trois régions, été soutenue dans une large mesure par la branche "activités juridiques et comptables, activités des sièges sociaux, conseil de gestion, activités d architecture et d ingénierie, activités de contrôle et analyses techniques" - et plus particulièrement par les conseils en matière d organisation et de gestion de l entreprise. À Bruxelles, la construction a toutefois contribué encore davantage à la croissance, avec 0,9 point de pourcentage. Cette branche d activité a fourni en Wallonie également une contribution significative (0,2 point de pourcentage), de même que les "activités pour la santé humaine". En Flandre, les activités pour la santé humaine ont contribué à la croissance à hauteur de 0,2 point de pourcentage, mais la croissance flamande globale a subi l influence négative exercée par la poursuite du recul du nombre d indépendants dans l agriculture, le commerce et l horeca Rémunération des salariés En 2012, la rémunération des salariés a progressé de 3,9 % en Flandre, de 3,1 % en Wallonie et de 2,8 % à Bruxelles. Dans l ensemble, la rémunération des salariés à prix courants a augmenté de 3,5 %. C est 1 point de pourcentage de moins qu en Pour les trois régions, la hausse de la masse salariale a également été moins importante en 2012 qu en Ce ralentissement de la croissance est nettement plus prononcé en Wallonie (-1,9 point de pourcentage) et à Bruxelles (-1,7 point de pourcentage) qu en Flandre (-0,4 point de pourcentage), où il est vrai que la croissance enregistrait en 2011 la progression la plus faible des trois régions. Le ralentissement de la croissance de la masse salariale en 2012 par rapport à 2011 dans l ensemble des régions est appuyé par la croissance moindre du nombre de salariés ainsi que de la valeur ajoutée en 2012 (voir points et ci-dessus). La croissance plus vive de la masse salariale totale en Flandre a essentiellement été le fait du secteur privé, qui y a contribué à la croissance à hauteur de 3,1 points de pourcentage, soit 80 % de la croissance totale. En Wallonie, cette contribution s est élevée à 2,1 points de pourcentage (68 % de l augmentation totale) et à Bruxelles, à 1,5 point de pourcentage (54 % de la croissance totale). Les différences les plus marquées entre les régions ont été observées au niveau de la contribution du commerce et de l industrie. En Flandre, ces deux branches d activité ont fourni ensemble une contribution de 1,3 point de pourcentage, contre 0,8 point de pourcentage en Wallonie et 0,2 point de pourcentage à Bruxelles. C est de nouveau à Bruxelles que la contribution du secteur public à la croissance s est révélée la plus élevée. La rémunération des salariés y a progressé de 4,2 %, ce qui, combiné à une part relativement importante des administrations publiques dans le coût salarial global à Bruxelles (30,6 %), a conduit à une contribution à la croissance de 1,3 point de pourcentage. En Flandre, la masse salariale a enregistré une progression presque aussi élevée qu à Bruxelles (4 %), mais la part des administrations publiques dans le coût salarial global y est nettement moins élevée (19,4 %), de sorte que la contribution à la croissance y est également plus modeste (0,8 point de pourcentage). En Wallonie, le coût salarial au sein des administrations publiques a augmenté de 3,4 %. Ce secteur représentant 29,6 % de l ensemble de la masse salariale totale en Wallonie, ceci équivaut à une contribution à la croissance de 1 point de pourcentage. La progression plus marquée des salaires dans le secteur public à Bruxelles par rapport aux deux autres régions s explique essentiellement par la contribution plus élevée à la croissance de la branche d activité "administration publique et défense, sécurité sociale obligatoire". 19

20 Tableau 6 Branches d activité ayant la plus FORTE incidence sur la croissance de la RÉMUNÉRATION des salariés, PAR Région, en 2012 (en point de pourcentage) Branche d activité Bruxelles Flandre Wallonie Administration publique et défense, sécurité sociale obligatoire (OO) 0,80 0,38 0,54 Enseignement (PP) 0,45 0,37 0,39 Activités pour la santé humaine (QA) 0,27 0,32 0,36 Activités financières et d assurances (KK) 0,27 0,13-0,01 Commerce de gros et de détail et réparation de véhicules automobiles et de motocycles (GG) 0,27 0,77 0,41 Industrie (C) -0,10 0,48 0,39 dont: Fabrication de matériels de transport (CL) 0,20-0,03 0,03 Fabrication de meubles et autres industries manufacturières, répartition et installation de machines et d équipements (CM) Industries alimentaires, fabrication de boissons et de produits à base de tabac (CA) Fabrication de textiles, industrie de l habillement, industrie du cuir et de la chaussure (CB) 0,15 0,26 0,07 0,04 0,18 0,07-0,19 0,03 0,00 Industrie pharmaceutique (CF -0,14 0,05 0,05 Métallurgie et fabrication de produits métalliques, à l exception des machines et des équipements (CH) -0,14-0,11-0,01 p.m.: croissance totale (en %) 2,8 3,9 3,1 dont: contribution secteur public 1,25 0,78 1,00 contribution secteur privé 1,50 3,12 2,08 Source: ICN On observe par ailleurs les éléments marquants suivants par secteur en 2012: En ce qui concerne les sociétés non financières (S11), les sociétés financières (S12) et les institutions sans but lucratif (ISBL) au service des ménages (S15), c est en Flandre que la masse salariale a systématiquement affiché la plus forte progression (3,9 %, 4,9 % et 4,8 % respectivement). Dans les administrations publiques (S13), l augmentation la plus forte a été enregistrée à Bruxelles (4,2 %), et la plus faible, pour la deuxième année consécutive, en Wallonie. Du côté des indépendants (S14) également, c est à Bruxelles que la rémunération a le plus augmenté (1,7 %) après deux ans de net repli. Les différences les plus importantes entre les trois régions sur le plan de la croissance concernent les sociétés financières (S12), les ISBL (S15) et les indépendants (S14) Formation brute de capital fixe En 2012, dans les trois régions, les investissements ont augmenté, mais la croissance des investissements s est nettement ralentie. C'est dans la Région de Bruxelles-Capitale que les investissements ont affiché la plus forte hausse (+2,5 %), suivie par la Région wallonne (+2,2 %) et la Région flamande (+2 %). Les investissements pour le Royaume s élevaient à 2,1 %, contre 7,1 % en 2011 En 2012, de nombreuses branches d activité à Bruxelles ont apporté une contribution positive à la croissance des investissements supérieure à 0,5 point de pourcentage, à savoir les branches "administration publique", "activités pour la santé humaine", "activités financières et d assurances", "hébergement et restauration", "activités immobilières" et l industrie manufacturière en particulier la "fabrication de matériels de transport" et l "édition, les services audiovisuels et la diffusion". La croissance totale des investissements à Bruxelles a cependant été fortement grevée par la contraction des investissements, surtout dans les branches "activités de services administratifs et de soutien", "production et distribution d électricité, de gaz, de vapeur et d air conditionné" et "transports et entreposage". 20

21 Tableau 7 Branches d'activité ayant le plus d'impact sur la croissance des investissements PAR Région en 2012 (en point de pourcentage) Branche d'activité Région de Bruxelles Capitale Région flamande Région wallonne Administration publique (OO) 0,70-0,01 1,17 Activités pour la santé humaine (QA) 0,62 0,48 0,79 Activités financières et d assurances (KK) 0,60 0,38-0,33 Hébergement et restauration (II) 0,57-0,13 0,10 Activités immobilières (LL) 0,55 1,68-0,64 dont: Investissements en logements par les ménages -0,33 1,36-1,19 Industrie (C) 0,55 0,40 0,90 dont: Fabrication de matériels de transport (CL) 0,64 0,41-0,05 Industrie pharmaceutique (CF) 0,00-0,05 0,48 Fabrication de denrées alimentaires, de boissons et de produits à base -0,07-0,05 0,22 de tabac (CA) Édition, audiovisuel et diffusion (JA) 0,52 0,06-0,06 Enseignement (PP) 0,40 0,17 0,06 Activités informatiques et services d information (JC) 0,39 0,09-0,14 Activités juridiques, comptables, de gestion, d architecture, d ingénierie, de contrôle et d analyses techniques (MA) 0,38 0,29-0,04 Activités de services administratifs et de soutien (NN) -1,54-0,89-0,11 Production et distribution d'électricité, de gaz, de vapeur et d'air conditionné (DD) -0,93 0,28 0,04 Transports et entreposage (HH) -0,36-0,30 1,10 Construction (FF) 0,11-0,66 0,03 Commerce; réparation d automobiles et de motocycles (GG) -0,18-0,13-0,62 p.m.: croissance totale 2,5 2,0 2,2 dont: contribution secteur public 0,67-0,01 1,84 contribution secteur privé 1,84 2,01 0,37 Source: ICN La progression des investissements en Wallonie provient essentiellement des contributions des branches d activité suivantes: "administration publique", "transports et entreposage", l industrie manufacturière en particulier l industrie pharmaceutique et, dans une moindre mesure, l industrie alimentaire et "activités pour la santé humaine". Dans les branches "activités immobilières", "commerce, réparation d automobiles et de motocycles" et "activités financières et d assurances", les investissements se sont infléchis. En Flandre, ce sont les branches "activités immobilières", "activités pour la santé humaine" ainsi que l industrie manufacturière en particulier la "fabrication de matériels de transport" qui ont le plus largement contribué à la croissance des investissements. Cette dernière y a toutefois été ralentie par le repli des investissements dans les branches "activités de services administratifs et de soutien" et "construction". De plus, les investissements en logements des ménages se sont inscrits en baisse à Bruxelles et en Wallonie. Ils ont exercé une incidence à hauteur de -0,33 point de pourcentage à Bruxelles et de -1,19 point de pourcentage en Wallonie. En Flandre, les investissements en logements ont progressé, apportant une contribution positive de 1,36 point de pourcentage. 21

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux Institut des comptes nationaux Comptes nationaux Tableaux des ressources et des emplois 2013 Contenu de la publication Les tableaux des ressources et des emplois annuels sont élaborés selon les dé initions

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux Institut des comptes nationaux Comptes nationaux Tableaux des ressources et des emplois 2010 Contenu de la publication Les tableaux des ressources et des emplois annuels sont élaborés selon les définitions

Plus en détail

Répartition régionale des importations et exportations belges de bien et services,

Répartition régionale des importations et exportations belges de bien et services, 1 COMMUNIQUÉ DE PRESSE 2014-07-18 Liens: Publication BelgoStat On-line Information générale Répartition régionale des importations et exportations belges de bien et services, 1995-2011 Les trois Régions

Plus en détail

1 Introduction de la nouvelle nomenclature des activités (nace rev. 2)

1 Introduction de la nouvelle nomenclature des activités (nace rev. 2) PASSAGE A LA NOUVELLE NOMENCLATURE DES ACTIVITES (NACE REV. 2) ET ADAPTATION DES SOURCES ET DES METHODES UTILISEES DANS LES COMPTES DETAILLES DE SEPTEMBRE 2011 1 Introduction de la nouvelle nomenclature

Plus en détail

La croissance économique se chiffre à 0,5 % au premier trimestre de Sur l ensemble de l année 2016, le PIB a progressé de 1,2 %

La croissance économique se chiffre à 0,5 % au premier trimestre de Sur l ensemble de l année 2016, le PIB a progressé de 1,2 % Institut des comptes nationaux COMMUNIQUÉ DE PRESSE 28-4-2017 Liens: Publication NBB.Stat Information générale La croissance économique se chiffre à 0,5 % au premier trimestre de 2017 Sur l ensemble de

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Comptes régionaux

Institut des comptes nationaux. Comptes régionaux Institut des comptes nationaux Comptes régionaux 2003-2011 Contenu de la publication Cette publication présente les données concernant les agrégats par branche d activité et les comptes des revenus des

Plus en détail

PASSAGE A LA NOUVELLE NOMENCLATURE DES ACTIVITES (NACE REV. 2)

PASSAGE A LA NOUVELLE NOMENCLATURE DES ACTIVITES (NACE REV. 2) PASSAGE A LA NOUVELLE NOMENCLATURE DES ACTIVITES (NACE REV. 2) 1 Introduction de la nouvelle nomenclature des activités (nace rev. 2) 1.1. Généralités Les classifications des activités et des produits

Plus en détail

16,6 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS)

16,6 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) 16,6 % Poids des effectifs de l industrie par rapport à la totalité des effectifs Industrie La production industrielle a légèrement fléchi en avril. Les commandes ont été nourries par le secteur des matériels

Plus en détail

Tableau de bord de province de Namur. La province en quelques chiffres

Tableau de bord de province de Namur. La province en quelques chiffres la Tableau de bord de province de Namur La province en quelques chiffres Janvier 2015 Table des matières TABLE DES MATIERES 2 LISTE DES TABLEAUX 4 LISTE DES GRAPHIQUES 5 LISTE DES CARTES 6 INTRODUCTION

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 1 er trimestre 2016

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 1 er trimestre 2016 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 21 juin 2016 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 1 er trimestre 2016 Aperçu

Plus en détail

Emploi intérimaire en janvier 2012

Emploi intérimaire en janvier 2012 DIRECTION ETUDES, STATISTIQUES ET PRÉVISIONS Emploi intérimaire en janvier 2012 7 mars 2012 Principaux résultats Fin janvier 2012, le nombre d intérimaires s établit à 620 100, soit une évolution de -0,2%

Plus en détail

Nouvelles perspectives économiques régionales

Nouvelles perspectives économiques régionales Nouvelles perspectives économiques régionales 2015-2020 CESW 21 septembre 2015 - Liège Philippe Donnay Plan de la présentation Qu est-ce qu HERMREG? Perspectives économiques nationales 2015-2020 (mai 2015):

Plus en détail

Rapport Financier Semestriel

Rapport Financier Semestriel Rapport Financier Semestriel 30 juin 2008 1. FAITS MARQUANTS DU 1ER SEMESTRE 2008 «FORTE CROISSANCE ET PERSPECTIVES FAVORABLES» CHIFFRES CLÉS En '000 06/2008 06/2007 Chiffre d'affaires 10.470 7.755 Marge

Plus en détail

Evolution de l'emploi salarié et du nombre d'établissements entre 2008 et 2015 Département de l'ain ZTEF G01A BOURG EN BRESSE

Evolution de l'emploi salarié et du nombre d'établissements entre 2008 et 2015 Département de l'ain ZTEF G01A BOURG EN BRESSE Evolution de l'emploi salarié et du nombre d'établissements entre 2008 et 2015 Département de l'ain ZTEF D DIRECCTE Auvergne-Rhône-Alpes Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation,

Plus en détail

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux

Confédération Construction Wallonne. Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Confédération Construction Wallonne Le secteur de la construction wallonne Analyse des indicateurs conjoncturels régionaux et provinciaux Chiffres arrêtés au 8/6/211 Francis Carnoy Salim Chamcham Juin

Plus en détail

Poids et profil des indépendants et des PME :

Poids et profil des indépendants et des PME : Poids et profil des indépendants et des PME : Septembre 2012 Sommaire : 1. Définition de la notion de PME... 2 2. Part des PME dans le nombre d entreprises... 3 3. Part des PME & des indépendants dans

Plus en détail

Société mère Rapport de gestion

Société mère Rapport de gestion 1 Société mère Rapport de gestion Principales activités Arla Foods amba exerce des activités laitières au Danemark et achète du lait auprès de ses associés-coopérateurs dans sept pays. Le lait collecté

Plus en détail

LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) Quatrième trimestre 2016

LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) Quatrième trimestre 2016 Direction des statistiques Économiques et de la Comptabilité Nationale LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) Quatrième trimestre 2016 L Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD)

Plus en détail

Bulletin statistique. Trimestriel 2015-II

Bulletin statistique. Trimestriel 2015-II Bulletin statistique Trimestriel 2015-II Banque nationale de Belgique, Bruxelles Tous droits réservés. La reproduction de cette publication, en tout ou en partie, à des fins éducatives et non commerciale

Plus en détail

2011-2012 Perspectives économiques

2011-2012 Perspectives économiques 2011-2012 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

L emploi salarié au 4 ème trimestre 2010

L emploi salarié au 4 ème trimestre 2010 Avril 2011 SERVICE STATISTIQUES, ÉTUDES ET ÉVALUATIONS Repères & Analyses L emploi salarié au 4 ème trimestre 2010 FRANCHE-COMTÉ Direction régionale Franche-Comté L emploi salarié augmente en Franche-Comté

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 2 e trimestre 2016

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 2 e trimestre 2016 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 21 septembre 2016 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 2 e trimestre 2016 Aperçu

Plus en détail

La conjoncture en Corse

La conjoncture en Corse La conjoncture en Corse Enquêtes mensuelles JANVIER 16 Tendances régionales Engourdie Enquêtes mensuelles Indicateurs du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur la base d unités

Plus en détail

Résultats consolidés du 2 nd semestre et de l exercice 2011/2012

Résultats consolidés du 2 nd semestre et de l exercice 2011/2012 Résultats consolidés du 2 nd semestre et de l exercice 2011/2012 Données préliminaires non auditées Audit en cours Approuvés par le Conseil d administration du 8 mai 2012 Résultat opérationnel courant

Plus en détail

Chapitre 25: COMPTABILITE NATIONALE

Chapitre 25: COMPTABILITE NATIONALE Chapitre 25: COMPTABILITE NATIONALE SOMMAIRE I. LISTE DES GRAPHIQUES... 429 II. LISTE DES TABLEAUX... 429 III. PRESENTATION... 430 IV. METHODOLOGIE... 430 V. SOURCES DE DOCUMENTATION... 430 Chapitre 25:

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2015 et ensemble de l année 2015

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2015 et ensemble de l année 2015 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 21 mars 2016 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2015 et ensemble

Plus en détail

Méthodologie Revenus et dépenses des ménages

Méthodologie Revenus et dépenses des ménages Méthodologie Revenus et dépenses des ménages Statistiques fiscales des revenus La statistique fiscale est établie sur base des revenus enrôlés à l impôt des personnes physiques. Il s agit toujours des

Plus en détail

PRODUIT INTÉRIEUR BRUT PAR INDUSTRIE AU QUÉBEC

PRODUIT INTÉRIEUR BRUT PAR INDUSTRIE AU QUÉBEC É C O N O M I Q U E S PRODUIT INTÉRIEUR BRUT PAR INDUSTRIE AU QUÉBEC SEPTEMBRE 1996 Pour tout renseignement concernant le BSQ et les données statistiques qui y sont disponibles, s'adresser au: Bureau de

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux. Comptes trimestriels 2016-III

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux. Comptes trimestriels 2016-III Institut des comptes nationaux Comptes nationaux Comptes trimestriels 2016-III Contenu de la publication Les comptes nationaux trimestriels de la Belgique sont élaborés d après les définitions du Système

Plus en détail

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA RÉACTIVITÉ DES BILANS BANCAIRES AUX MODIFICATIONS DES TAUX DE RÉFÉRENCE SUR LA BASE DES DONNÉES DE 1992 ET DE 1993

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA RÉACTIVITÉ DES BILANS BANCAIRES AUX MODIFICATIONS DES TAUX DE RÉFÉRENCE SUR LA BASE DES DONNÉES DE 1992 ET DE 1993 RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LA RÉACTIVITÉ DES BILANS BANCAIRES AUX MODIFICATIONS DES TAUX DE RÉFÉRENCE SUR LA BASE DES DONNÉES DE 1992 ET DE 1993 Les réactions des établissements de crédit aux variations

Plus en détail

Communiqué de presse. Communication. Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone Zurich, le 23 juin 2014

Communiqué de presse. Communication. Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone Zurich, le 23 juin 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 23 juin 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure: premier trimestre 2014 Passage aux

Plus en détail

Développement de logiciels et les services informatiques

Développement de logiciels et les services informatiques N o 63-255-X au catalogue. Bulletin de service Développement de logiciels et les services informatiques 2012. Faits saillants Les revenus générés par les entreprises de l industrie du développement de

Plus en détail

Au premier trimestre 2015, les effectifs salariés du secteur privé

Au premier trimestre 2015, les effectifs salariés du secteur privé Conjoncture 1 er trimestre 2015 n 7 L emploi en au 1 er trimestre 2015 Au premier trimestre 2015, les effectifs salariés du secteur privé augmentent de 0,1% (+ 360 postes) par rapport au trimestre précédent.

Plus en détail

Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise

Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise SYNTHÈSE Entre 2005 et 2014, les évolutions de chiffre d affaires des Très Petites Entreprises (TPE) constatées

Plus en détail

Québec et ses régions, perspectives 2016

Québec et ses régions, perspectives 2016 et ses régions, perspectives 2016 Les données perspectives 2016 ainsi que les données provisoires 2015 recueillies auprès des entreprises durant l automne 2015 sont sujettes à révision et ne peuvent pas

Plus en détail

Les services, une valeur sûre des exportations bruxelloises

Les services, une valeur sûre des exportations bruxelloises 19 Avril 2017 Les services, une valeur sûre des exportations bruxelloises Toon Vermeir La publication de nouvelles statistiques régionales sur le commerce extérieur permet d analyser plus en détail les

Plus en détail

Fiches sectorielles. Ensemble des secteurs marchands non agricoles et non financiers

Fiches sectorielles. Ensemble des secteurs marchands non agricoles et non financiers Fiches sectorielles Ensemble des secteurs marchands non agricoles et non financiers Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2016 et ensemble de l année 2016

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2016 et ensemble de l année 2016 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 24 mars 2017 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse 4 e trimestre 2016 et ensemble

Plus en détail

Les entreprises moyennes cotées en bourse : de bonnes performances en 2011 mais moins favorables en 2012

Les entreprises moyennes cotées en bourse : de bonnes performances en 2011 mais moins favorables en 2012 Les entreprises moyennes cotées en bourse : de bonnes performances en 211 mais moins favorables en 212 Jean Luc CAYSSIALS Direction des Entreprises Observatoire des entreprises L analyse porte sur la situation

Plus en détail

Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à :

Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à : PRODUIT INTÉRIEUR BRUT COLLECTION l économie PAR INDUSTRIE AU QUÉBEC NOVEMBRE 2002 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à : Institut de la statistique

Plus en détail

LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) BASE 1999 Troisième trimestre 2014

LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) BASE 1999 Troisième trimestre 2014 Direction des statistiques Économiques et de la Comptabilité Nationale LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) BASE 1999 Troisième trimestre 2014 L Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie

Plus en détail

T T2 2013

T T2 2013 Baromètre économique trimestriel en province de Luxembourg N 12 - Janvier 2014 de Luxembourg Direction Economie Square Albert, 1 6700 ARLON Tél. +32 (0)63.212.859 direco@province.luxembourg.be www.province.luxembourg.be

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au troisième trimestre Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure

Balance suisse des paiements et position extérieure au troisième trimestre Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 21 décembre 2015 Balance suisse des paiements et position extérieure au troisième trimestre 2015 Aperçu

Plus en détail

L intérim en 2013 en Midi-Pyrénées

L intérim en 2013 en Midi-Pyrénées Mission Synthèses L intérim en 2013 en Midi-Pyrénées Un recul de 2,6 % par rapport à 2012 En Midi-Pyrénées, l intérim représente 3,6 % de l emploi salarié du secteur marchand hors particuliers employeurs

Plus en détail

EPREUVE LOCALE DE COMPTABILITE

EPREUVE LOCALE DE COMPTABILITE CERTIFICAT PREPARATOIRE AUX ETUDES COMPTABLES Admission en 3 e année de la Licence de Comptabilité-ContrôleContrôle EPREUVE LOCALE DE COMPTABILITE Samedi 25 mai 2013 Durée de l épreuve : 1 heure AUCUN

Plus en détail

Evolution des dons déclarés par les entreprises au titre de l impôt sur les sociétés en 2011

Evolution des dons déclarés par les entreprises au titre de l impôt sur les sociétés en 2011 Evolution des dons déclarés par les entreprises au titre de l impôt sur les sociétés en 2011 A retenir En 2011, le montant des dons déclarés par les entreprises a augmenté de +33,82 % par rapport à 2010

Plus en détail

Le deuxième pilier de pension est une nécessité! I Introduction 02. I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03

Le deuxième pilier de pension est une nécessité! I Introduction 02. I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03 ssur 01 N 11 I Bulletin hebdomadaire du 19/03/2009 Le deuxième pilier de pension est une nécessité! Contenu I Introduction 02 I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03 I 2. Situation

Plus en détail

2) La croissance des dépenses publiques

2) La croissance des dépenses publiques 1 FIPECO, le 31.05.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 2) La croissance des dépenses publiques La définition, le montant et la répartition des dépenses publiques, en France et dans

Plus en détail

LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) BASE 1999 Deuxième trimestre 2014

LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) BASE 1999 Deuxième trimestre 2014 Direction des statistiques Économiques et de la Comptabilité Nationale LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) BASE 1999 Deuxième trimestre 2014 L Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie

Plus en détail

Tableau de bord éolien-photovoltaïque

Tableau de bord éolien-photovoltaïque COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 267 Novembre 211 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Troisième trimestre 211 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Avertissement À partir de ce trimestre,

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE REGIONAL La Ministre Conseillère pour les Affaires Economiques Dossier suivi par Lucie Petit Relu par Nicolas Studer NOTE Berlin, le 30 mars 2015 Objet

Plus en détail

PIB vaudois: ralentissement après l abandon du plancher. Lausanne, le 8 avril 2015

PIB vaudois: ralentissement après l abandon du plancher. Lausanne, le 8 avril 2015 PIB vaudois: ralentissement après l abandon du plancher Lausanne, le 8 avril 2015 PIB vaudois Mise en perspective Marc Martin, Statistique Vaud (StatVD) Principaux chiffres Jean-Pascal Baechler, Observatoire

Plus en détail

NALYSE ECONOMIQUE. du secteur du transport en commun rémunéré de personnes par route (2003-2007)

NALYSE ECONOMIQUE. du secteur du transport en commun rémunéré de personnes par route (2003-2007) Instituut voor de autocar en de autobus v.z.w. Institut pour l autocar et l autobus a.s.b.l. NALYSE ECONOMIQUE du secteur du transport en commun rémunéré de personnes par route (2003-2007) Analyse économique

Plus en détail

2.1 Le manuel sur le déficit et la dette des administrations

2.1 Le manuel sur le déficit et la dette des administrations Version intégrale 2.1 Le manuel sur le déficit et la dette des administrations publiques En ce qui concerne la notification des déficits et dettes publics communiqués dans le cadre de la procédure concernant

Plus en détail

Barreau de Montréal États financiers au 31 mars 2015

Barreau de Montréal États financiers au 31 mars 2015 États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 2-3 États financiers Résultats 4 Évolution des soldes de fonds 5 Flux de trésorerie 6 Situation financière 7 Notes complémentaires 8-15 Annexe 16 Rapport

Plus en détail

(p)

(p) II.3. SECTEUR MONETAIRE ET FINANCIER II.3.1. RESSOURCES ET EMPLOIS DU SYSTEME BANCAIRE Les ressources du système bancaire (950.480,4 contre 840.466,9 MBIF) se sont accrues presque au même rythme que celui

Plus en détail

BONDPARTNERS S.A. COMMUNIQUE DE PRESSE ET ANNONCE AUX AGENCES D INFORMATION (No 108)

BONDPARTNERS S.A. COMMUNIQUE DE PRESSE ET ANNONCE AUX AGENCES D INFORMATION (No 108) BONDPARTNERS S.A. Avenue de l Elysée 22-24 Case postale / CH-1001 Lausanne Tél. 021 613 43 43 / fax: 021 617 97 15 Web: wwwbpl-bondpartners.ch Lausanne, le 13 mars 2014 CP/HP/c-presse.doc/cp COMMUNIQUE

Plus en détail

La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015)

La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015) La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015) PRÉSENTATION Le programme de stabilité transmis par la France à la Commission européenne en avril 2014 prévoyait de ramener le déficit

Plus en détail

L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré

L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré FICHE PAYS ESPAGNE : UNE BATAILLE PERDUE D AVANCE? Département analyse et prévision L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré tous les efforts en termes de finances publiques et de réformes

Plus en détail

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre 2015 (version corrigée)

Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre 2015 (version corrigée) Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 58 631 00 00 communications@snb.ch Zurich, le 23 septembre 2015 Balance des paiements et position extérieure de la Suisse au deuxième trimestre

Plus en détail

w w w. u we. b e / e conomie

w w w. u we. b e / e conomie L E M P L O I J E V E U X S A V O I R! C O M P R E N D R E L E M A R C H É D U T R A V A I L W A L L O N E N 11 Q U E S T I O N S EDITION 2015 Cette 2 e édition de «L EMPLOI, JE VEUX SAVOIR!» a pour vocation

Plus en détail

LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES

LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES Les collectivités locales en chiffres LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES CHAPITRE 3 Présentation - Définitions 32 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la Nation

Plus en détail

Evolution entre 1985 et 2013 du risque des accidents du travail dans le secteur privé en Belgique.

Evolution entre 1985 et 2013 du risque des accidents du travail dans le secteur privé en Belgique. Evolution entre 1985 et 2013 du risque des accidents du travail dans le secteur privé en Belgique. Le nombre d accidents du travail est influencé par plusieurs facteurs. Certains sont mesurables : le nombre

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 4 ème trimestre 2013 Avril 2014 S Marché du travail

TABLEAU DE BORD 4 ème trimestre 2013 Avril 2014 S Marché du travail OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DES PYRÉNÉES ORIENTALES TABLEAU DE BORD 4 ème trimestre 213 Avril 214 S Marché du travail YNTHÈSE Les demandes d emploi progressent de +7,4% fin décembre 213. Cette hausse apparaît

Plus en détail

N 15 - Mai Baromètre économique trimestriel en province de Luxembourg. 1. Population

N 15 - Mai Baromètre économique trimestriel en province de Luxembourg. 1. Population Baromètre économique trimestriel en province de Luxembourg 1. Population N 15 - Mai 2015 BELGIQUE 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 de Luxembourg 261.178 264.084 266.950 269.023 271.352 273.638 275.594

Plus en détail

informations statistiques

informations statistiques 05 prix n 07 février 2016 Indice genevois des prix à la consommation : résultats 2015 et évolution 2010-2015 L année 2015 est caractérisée par un repli des prix à la consommation. Ainsi, le renchérissement

Plus en détail

LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) Deuxième trimestre 2016

LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) Deuxième trimestre 2016 Direction des statistiques Économiques et de la Comptabilité Nationale LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) Deuxième trimestre 2016 L Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD)

Plus en détail

Namur / Liège / Libramont

Namur / Liège / Libramont Namur / Liège / Libramont José THOMAS Direc3on des PME > Service Public de Wallonie Les aides économiques en faveur des P.M.E. DIRECTION GENERALE DE L ECONOMIE, DE L EMPLOI ET DE LA RECHERCHE (D.G.O. 6)

Plus en détail

Graphique 1 Montant du cofinancement de l État (2000-2009) 15,7 14,8 14,8

Graphique 1 Montant du cofinancement de l État (2000-2009) 15,7 14,8 14,8 FORMAbref Janvier 2012 Observatoire de la formation Cofinancement public Analyse de la contribution de l État à la formation continue en entreprise Cette publication porte sur le cofinancement public en

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec. Édition 2015 (révisée)

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec. Édition 2015 (révisée) INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2015 (révisée) Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose,

Plus en détail

L emploi dans les services marchands

L emploi dans les services marchands L emploi dans les services marchands Catherine Souquet* Entre 1978 et 2008, l emploi dans les services marchands connaît une croissance rapide et continue : + 2,5 % par an en moyenne. L augmentation des

Plus en détail

Développements récents de l économie canadienne : automne 2013

Développements récents de l économie canadienne : automne 2013 N o 11 626 X au catalogue N o 030 ISSN 1927-5048 ISBN 978-0-660-21249-4 Document analytique Aperçus économiques Développements récents de l économie canadienne : automne 2013 par Cyndi Bloskie et Guy Gellatly

Plus en détail

Épargne et Patrimoine des ménages*

Épargne et Patrimoine des ménages* Épargne et Patrimoine des ménages* 4 ème trimestre 16 et 1 er trimestre 17 Mise à jour le 17//17 Contact : sesof@banque-france.fr Épargne et patrimoine des ménages en 16 Placements financiers en 16 + 11,7

Plus en détail

GE Capital. Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada. Principaux événements

GE Capital. Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada. Principaux événements mai-11 sept.-11 mai-12 sept.-12 mai-13 sept.-13 mai-14 sept.-14 PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux événements Les ventes d habitations au

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 196 Semaine du 2 au 5 mars 2015

MEDEF Actu-Eco - n 196 Semaine du 2 au 5 mars 2015 MEDEF Actu-Eco - n 196 Semaine du 2 au 5 mars 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Immatriculations de véhicules neufs en février 2015 : +0,4% en moyenne mobile sur trois mois, grâce aux voitures de marques étrangères

Plus en détail

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN

BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN Points forts 05 BILAN LES CRÉATIONS D ENTREPRISES EN 2012 HAUSSE DES CRÉATIONS D ENTREPRISES INSTITUT DE LA STATISTIQUE DE LA POLYNÉSIE FRANÇAISE En 2012, les créations pures d entreprises dans le champ

Plus en détail

LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) Quatrième trimestre 2015

LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) Quatrième trimestre 2015 Direction des statistiques Économiques et de la Comptabilité Nationale LE PRODUIT INTERIEUR BRUT TRIMESTRIEL (PIB) Quatrième trimestre 2015 L Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD)

Plus en détail

informations statistiques

informations statistiques 05 prix n 02 janvier 2017 Indice genevois des prix à la consommation : résultats 2016 Après avoir baissé de 0,9 % en 2015, les prix à la consommation enregistrent un repli plus ténu en 2016. En effet,

Plus en détail

L effondrement des crédits immobiliers au premier trimestre pèsera sur la production de l année 2012

L effondrement des crédits immobiliers au premier trimestre pèsera sur la production de l année 2012 1 Numéro 177, juillet 2012 L effondrement des crédits immobiliers au premier trimestre pèsera sur la production de l année 2012 I) Immobilier : un premier trimestre en chute libre Chute de 39,4% des crédits

Plus en détail

2.7. L emploi Emploi salarié

2.7. L emploi Emploi salarié 2.7. L emploi 2.7.1. Emploi salarié Les différentes entreprises actives sur la commune de Bouillon offre un total de 1.332 emplois, ce qui implique que pratiquement 43 % de la population en âge de travailler

Plus en détail

Produit intérieur brut par industrie au Québec

Produit intérieur brut par industrie au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Produit intérieur brut par industrie au Québec Juin 2016 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser à

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la Nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

Communiqué de presse. Nanterre (France), le 14 octobre 2015

Communiqué de presse. Nanterre (France), le 14 octobre 2015 Nanterre (France), le 14 octobre 2015 Faurecia annonce une forte croissance de son chiffre d affaires consolidé, en hausse de 8,3 % (4,6 % de croissance organique 1 ) au troisième trimestre 2015 Le chiffre

Plus en détail

L imposition des personnes morales dans le canton de Genève

L imposition des personnes morales dans le canton de Genève RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE DÉPARTEMENT DES FINANCES Fév. 2006 Données statistiques L imposition des personnes morales dans le canton de Genève Résultats choisis de 2000 et 2001 Office cantonal de la

Plus en détail

Les Zones d emploi PRÉSENTATION LES RÉSULTATS GLOBAUX / L INDUSTRIE / LA CONSTRUCTION / LE TERTIAIRE / L INTÉRIM /

Les Zones d emploi PRÉSENTATION LES RÉSULTATS GLOBAUX / L INDUSTRIE / LA CONSTRUCTION / LE TERTIAIRE / L INTÉRIM / Les Zones d emploi PRÉSENTATION # 04 LES RÉSULTATS GLOBAUX / L INDUSTRIE / LA CONSTRUCTION / LE TERTIAIRE / L INTÉRIM / Fin, le Conseil national de l'information statistique avait préconisé une actualisation

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2 ème trimestre 2009 Octobre 2009 S Marché du travail

TABLEAU DE BORD 2 ème trimestre 2009 Octobre 2009 S Marché du travail OBSERVATOIRE ECONOMIQUE DES PYRÉNÉES ORIENTALES TABLEAU DE BORD 2 ème trimestre 29 Octobre 29 S Marché du travail YNTHÈSE Les demandes d emploi progressent de 19,1% fin juin 29. Le taux de chômage touche

Plus en détail

Les échanges commerciaux entre la France et les Etats-Unis en 2015

Les échanges commerciaux entre la France et les Etats-Unis en 2015 Les échanges commerciaux entre la France et les Etats-Unis en 2015 En 2015, les échanges commerciaux franco-américains atteignent 67,5 Mds EUR, soit une croissance de 14,7 % par rapport à 2014. Le déficit

Plus en détail

Le programme de comparaison d EUROSTAT et de l OCDE

Le programme de comparaison d EUROSTAT et de l OCDE 05 Prix 915-1500 Le programme de comparaison d EUROSTAT et de l OCDE Parités de pouvoir d achat PIB par habitant niveau des prix Neuchâtel 2015 Qu est-ce que le programme de comparaison d EUROSTAT et de

Plus en détail

Stocks d'investissements directs canadiens à l'étranger (SCIAN) Source : Statistique Canada, CANSIM 376-0052 Millions de dollars

Stocks d'investissements directs canadiens à l'étranger (SCIAN) Source : Statistique Canada, CANSIM 376-0052 Millions de dollars Tous les pays 2010 2011 2012 2013 2014 Total, toutes les industries 637 285 675 020 704 335 761 550 828 812 Agriculture, foresterie, pêche et chasse [11] 6 024 4 092 3 827 4 264 4 422 Extraction minière

Plus en détail

La balance des paiements et la position extérieure de la France en 2015

La balance des paiements et la position extérieure de la France en 2015 12 avril 2016 La balance des paiements et la position extérieure de la France en 2015 En 2015, le solde des transactions courantes 1 se rapproche de l équilibre, bien qu il reste déficitaire de 4,3 Mds

Plus en détail

CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX

CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX CHAPITRE III : EVOLUTION DES PRIX L inflation, qui avait significativement reculé en 2013, a continué à décroître en 2014 pour se limiter à un rythme annuel moyen compatible avec l objectif de moyen terme.

Plus en détail

au troisième trimestre de 2000

au troisième trimestre de 2000 Caisses populaires et credit unions de l Ontario PERSPECTIVES DU MOUVEMENT au troisième trimestre de 2000 DANS CE NUMÉRO Faits saillants économiques: En l an 2000, la croissance devrait dépasser 4 % Page

Plus en détail

LES RÉSULTATS GLOBAUX / L INDUSTRIE / LA CONSTRUCTION / LE TERTIAIRE / L INTÉRIM / Les départements LE CALVADOS LA MANCHE L ORNE

LES RÉSULTATS GLOBAUX / L INDUSTRIE / LA CONSTRUCTION / LE TERTIAIRE / L INTÉRIM / Les départements LE CALVADOS LA MANCHE L ORNE # 03 LES RÉSULTATS GLOBAUX / L INDUSTRIE / LA CONSTRUCTION / LE TERTIAIRE / L INTÉRIM / Les départements LE CALVADOS LA MANCHE L ORNE Manch che 15 LE CALVADOS Les résultats globaux Le recul de l emploi

Plus en détail

INDICE DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE Troisième trimestre 2015

INDICE DE LA PRODUCTION INDUSTRIELLE Troisième trimestre 2015 REPUBLIQUE DU TCHAD ------------------ PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE ------------------ PRIMATURE ------------------ MINISTERE DU PLAN ET DE LA COOPERATION INTERNATIONALE ------------------ SECRETARIAT GENERAL

Plus en détail

Banque Centrale de Mauritanie

Banque Centrale de Mauritanie Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Etudes Note sur l évolution récente de l économie mauritanienne à fin juin 2010 (sur la base des données provisoires disponibles au 20 juillet 2010)

Plus en détail

Produit intérieur brut par industrie au Québec

Produit intérieur brut par industrie au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Produit intérieur brut par industrie au Québec Novembre 2016 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s adresser

Plus en détail

Analyse : Ouverture du câble à la concurrence

Analyse : Ouverture du câble à la concurrence Les Analyses du Centre Jean Gol Analyse : Ouverture du câble à la concurrence Olivier Colin Novembre 2015 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique :

Plus en détail

Zoom ZONE D EMPLOI. sur la zone d emploi de Metz ZONE D EMPLOI DE METZ : CARTE D IDENTITÉ

Zoom ZONE D EMPLOI. sur la zone d emploi de Metz ZONE D EMPLOI DE METZ : CARTE D IDENTITÉ Zoom sur la zone d emploi de Metz Dynamisme démographique, poids important des grands établissements, croissance continue de l emploi, développement des services et des emplois métropolitains supérieurs

Plus en détail

La conjoncture en Auvergne

La conjoncture en Auvergne Tendances régionales La conjoncture en Auvergne Enquêtes mensuelles avril 14 Différents indicateurs marquent un redressement de la conjoncture régionale en avril. En particulier, l activité et la demande

Plus en détail