Evaluation de l apport diagnostique de la scintigraphie à la métaiodobenzylguanidine marquée à l Iode 123 (MIBG)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation de l apport diagnostique de la scintigraphie à la métaiodobenzylguanidine marquée à l Iode 123 (MIBG)"

Transcription

1 Peut-on mieux sélectionner les patients insuffisants cardiaques ayant une indication à un défibrillateur automatique implantable (DAI) en prévention primaire? Evaluation de l apport diagnostique de la scintigraphie à la métaiodobenzylguanidine marquée à l Iode 123 (MIBG) Investigateur coordonnateur : Pr. D Le Guludec, Hôpital Bichat, Paris Méthodologie : Unité de Recherche Clinique Paris-Nord Promoteur : AP-HP représentée par la DRRC

2 Centres participants 1. Hôpital Bichat, Paris 2. Hôpital Lariboisière, Paris 3. Hopital Antoine-Béclère, Clamart 4. Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris 5. Hôpital du Haut-Lévèque, Bordeaux 6. Hôpital d adultes de Brabois, Vandoeuvre-lès-Nancy 7. Hôpital Pontchaillou, Rennes 8. Hôpital la Timone, Marseille 9. Hôpital Pasteur, Nice 10. Hôpital Côte de Nacre, Caen 11. Hôpital Michallon, Grenoble 12. Hôpital de la Milétrie, Poitiers

3 Rationnel La prévention primaire de la mort subite chez les patients à haut risque repose sur la mise en place d un défibrillateur automatique implantable (DAI) impact économique majeur lié au coût de ce type matériel SCD-HeFT*: chocs appropriés 5,1% / an mais 5% de complications aiguës et 9% de complications chroniques (suivi 45 mois) Actuellement, aucune stratégie fiable ne permet d évaluer le risque rythmique individuel * Bardy GH et al, NEJM 2005

4 Rationnel Rôle majeur du système nerveux adrénergique dans la physiopathologie de l insuffisance cardiaque 123 I-Méta-Iodo-Benzylguanidine (MIBG) est un analogue de la Noradrénaline Son taux de fixation myocardique, exprimé par le rapport cardio-médiastinal (RCM) est un indicateur du niveau d exposition du myocarde aux catécholamines Une diminution de la fixation cardiaque de la MIBG représente un facteur pronostique défavorable

5 Rationnel Mais surtout, elle possède une valeur prédictive négative élevée Dans une étude pilote portant sur 82 patients répondant aux critères d implantation de DAI, un seuil de RCM>130% permettait de sélectionner un groupe de 36 patients (44% de la population initiale) n ayant présenté aucun événement majeur après un suivi moyen de 24 mois. On peut donc considérer que plus de 40% des patients de cette série ayant les critères d implantation d un DAI, auraient pu être identifiés par la scintigraphie à la MIBG pour ne pas avoir de DAI.

6 Objectifs de la recherche Hypothèse testée La préservation de l activation neuro-hormonale cardiaque (objectivée par le rapport cœur/médiastin à la scintigraphie à la MIBG et le dosage du NT-proBNP) est un marqueur prédictif d un très faible risque (<1%) de survenue d événement rythmique sévère dans une population d insuffisants cardiaques bénéficiant d un traitement médical optimisé et répondant aux critères de mise en place d un DAI en prévention primaire.

7 Objectifs de la recherche Objectif principal: déterminer le seuil du rapport cœur/médiastin à la scintigraphie à la MIBG permettant d identifier les patients à très faible risque (<1%) d arythmie ventriculaire sévère. Objectifs secondaires Comparer la scintigraphie à la MIBG et le dosage du NTproBNP pour identifier les patients à très faible risque (<1%) d évènement rythmique Décrire le nombre d hospitalisations non programmées, pour une cause cardio-vasculaire (en dehors de la survenue d un choc délivré par le DAI). Décrire la morbidité liée au DAI (complications précoces et tardives, chocs inappropriés, déplacement de sonde). Analyse médico-économique : comparer le surcoût lié à la scintigraphie à la MIBG chez tous les patients, et l économie réalisée par les poses de DAI évitées chez certains patients.

8 Critère d évaluation principal Il s agit d un critère composite : Survenue d une arythmie ventriculaire sévère (FV ou TV rapide ( 180/min) et soutenue (>30 sec) ou justifiant un traitement rapide en raison de la mauvaise tolérance (qu elle ait été diagnostiquée et traitée efficacement par le DAI ou non) OU survenue d une mort subite (définie comme un décès d'origine cardiaque survenue de façon inattendue dans l'heure suivant l'apparition de nouveaux symptômes. Cette définition a pour corollaire la présomption que le mécanisme de la mort est une arythmie ventriculaire maligne). Le DAI doit être interrogé après le décès dans la mesure du possible.

9 Critères d évaluation secondaires Survenue d une arythmie ventriculaire sévère :FV ou TV rapide ( 180/min) et soutenue (>30 secondes) ou justifiant un traitement rapide en raison de la mauvaise tolérance. Un seul événement pourra être comptabilisé par patient. Mortalité globale ou transplantation cardiaque. En cas de décès d un patient durant le suivi, le comité d adjudication des événements cliniques devra déterminer si la cause de celui-ci est extra-cardiaque ou cardiaque, et dans ce dernier cas s il s agit d une mort subite ou non. Nombre d hospitalisations non programmées, pour une cause cardiovasculaire (en-dehors de la survenue d un choc délivré par le DAI). Le comité d adjudication des événements cliniques devra déterminer la cause des hospitalisations survenant à la suite de l implantation du DAI Morbidité liée au DAI (complications précoces et tardives, chocs inappropriés, déplacement de sonde)

10 Méthodologie Il s agit d une étude de cohorte prospective multicentrique de patients ayant une indication à la mise en place d un défibrillateur implantable en prévention primaire. Nombre de sujets nécessaires : 300 Durée du suivi pour chaque patient : 2 ans Schéma de l étude :

11 Critères d inclusion 1) Patient âgé d au moins 18 ans au moment de l inclusion. 2) Patient acceptant de se plier aux contraintes du protocole et ayant signé le consentement éclairé. 3) Indication à la mise en place d un DAI en prévention primaire selon les critères suivants (Société Française de Cardiologie) : - Patients coronariens sans ou avec symptômes d insuffisance cardiaque légère ou modérée (classe NYHA II ou III), une FEVG 30 % mesurée au moins 1 mois après un infarctus du myocarde et 3 mois après un geste de revascularisation (chirurgie ou angioplastie.) - Patients coronariens avec dysfonction ventriculaire gauche (fraction d éjection de 31 à 35 %) mesurée au moins 1 mois après une procédure de revascularisation (chirurgie ou angioplastie) avec une arythmie ventriculaire (tachycardie ou fibrillation ventriculaire) déclenchable. - Patients atteints d une cardiomyopathie dilatée en apparence primitive avec une fraction d éjection 30 % et une classe NYHA II ou III. 4) Revascularisation aussi complète que possible en cas d insuffisance coronaire (délai de 3 mois après revascularisation) 5) Patient cliniquement stable depuis plus de 30 jours sous un traitement médical optimal

12 Critères d exclusion 1) Indication de prévention secondaire à la mise en place d un DAI 2) Infarctus du myocarde datant de moins de 1 mois 3) Prise d un traitement interférant avec la fixation de la MIBG et ne pouvant pas être interrompu avant la scintigraphie (labétalol, antidépresseurs tricycliques, ou toute autre thérapeutique interférant avec la fixation de la MIBG) 4) Impossibilité de prescription de béta-bloquants du fait d une pathologie extra cardiaque (asthme) ; par contre la non-tolérance ou la nécessité d arrêt d un traitement béta-bloquant n est pas un critère d exclusion. Plus généralement toute modification de traitement en cours d étude ainsi que sa justification (dysthyroïdie à l amiodarone par exemple) devra être notée sans être un motif de sortie d étude. 5) Pathologie autre que la cardiopathie et pour laquelle l espérance de vie est inférieure à 12 mois

13 Critères d exclusion 6) Insuffisance rénale chronique avec créatininémie >250 µmole.l -1 7) Pathologie concomitante entraînant une élévation des catécholamines plasmatiques (tumeurs neuro-endocrines du type : phéochromocytome, paragangliome ) 8) Patient devant subir une procédure de revascularisation (angioplastie ou pontage) ou inscrit sur une liste de transplantation cardiaque. 9) Patient claustrophobe ou présentant des mouvements anormaux l empêchant de rester immobile dans une position allongée durant 30 minutes. 10) Patient ayant participé à une étude utilisant des rayonnements ionisants dans les 12 derniers mois. 11) Grossesse en cours ou incertitude quant à l éventualité d une grossesse en cours. 12) Patients dont le suivi paraît difficile 13) Non affiliation à un régime de sécurité sociale ou à la CMU (bénéficiaire ou ayant droit) 14) Autres, laissées à la discrétion du médecin en charge du patient

14 En résumé Obtenir par l utilisation des marqueurs de l hyperactivité neuro-hormonale une information pronostique chez des patients traités médicalement selon les recommandations actuelles et candidats à l implantation d un DAI, permettrait d optimiser les rapports coût/efficacité et bénéfice/risque de la technique. Il s agirait d éviter la morbidité liée à l implantation chez les patients à très faible risque et réserver les implantations à ceux en ayant réellement besoin. Coût de l étude équivaut à 10 DAI (implantation + suivi)

Le traitement électrique de l insuffisance cardiaque. Jean-Claude Deharo. CHU Marseille, France

Le traitement électrique de l insuffisance cardiaque. Jean-Claude Deharo. CHU Marseille, France Le traitement électrique de l insuffisance cardiaque Jean-Claude Deharo CHU Marseille, France Professeur Jean-Claude Deharo Cardiologie Hôpital La Timone Adultes 264 Rue Saint-Pierre 13385 Marseille Cx

Plus en détail

QUELQUES ACTUALITES EN CARDIOLOGIE ISOTOPIQUE

QUELQUES ACTUALITES EN CARDIOLOGIE ISOTOPIQUE QUELQUES ACTUALITES EN CARDIOLOGIE ISOTOPIQUE Scintigraphie myocardique de perfusion Scintigraphie myocardique d innervation Analyse des dépolarisations intra-ventriculaires INDICATIONS Douleur thoracique

Plus en détail

VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE. Docteur H. BELHAKEM 2011

VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE. Docteur H. BELHAKEM 2011 VMA VISITE MEDICALE D APTITUDE Docteur H. BELHAKEM 2011 En sport, savourons Le plaisir de ne pas forcer quitte à rester derrière! VMA = JO 2012 QUE DANS L ESPRIT LA VMA POURQUOI FAIRE? 1/ PARCE QUE C EST

Plus en détail

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Accidents liés à une pathologie cardiaque aigue (mortels et corporels) Pathologie cardiaque ischémique: 15% des accidents liés à une cause médicale Qui

Plus en détail

Dr A. Noseda Pneumologie, CHU Brugmann. Journée e Scientifique de la Clinique du Ronflement, 20 novembre 2010.

Dr A. Noseda Pneumologie, CHU Brugmann. Journée e Scientifique de la Clinique du Ronflement, 20 novembre 2010. LE SAS EST-IL UN FACTEUR DE RISQUE POUR LA MORBIDITE CARDIO-VASCULAIRE? Dr A. Noseda Pneumologie, CHU Brugmann Journée e Scientifique de la Clinique du Ronflement, 20 novembre 2010. L impact cardio-vasculaire

Plus en détail

PACEMAKER ET DÉFIBRILLATEURS IMPLANTABLES. Prise en charge péri-opératoire. Thomas HUGUET (DESAR) Janvier 2016

PACEMAKER ET DÉFIBRILLATEURS IMPLANTABLES. Prise en charge péri-opératoire. Thomas HUGUET (DESAR) Janvier 2016 PACEMAKER ET DÉFIBRILLATEURS IMPLANTABLES Prise en charge péri-opératoire Thomas HUGUET (DESAR) Janvier 2016 PACEMAKERS : INDICATIONS Pacemaker permanent : - Hypersensibilité du sinus carotidien symptomatique

Plus en détail

PM & DAI Prise en charge péri opératoire STÉPHANIE DRUGE DESAR

PM & DAI Prise en charge péri opératoire STÉPHANIE DRUGE DESAR PM & DAI Prise en charge péri opératoire STÉPHANIE DRUGE DESAR Généralités 63 000 à 69 000 nouveaux porteurs de pacemaker par an En 2010, 350 000 porteurs de pacemaker Plus de 10 000 nouveaux porteurs

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE. Intérêt dans le traitement de la mort subite d origine cardiaque

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE. Intérêt dans le traitement de la mort subite d origine cardiaque LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE Intérêt dans le traitement de la mort subite d origine cardiaque EPIDEMIOLOGIE: Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité en Belgique.

Plus en détail

Valeur diagnostique de l imagerie non-invasive, comparée aux méthodes invasives

Valeur diagnostique de l imagerie non-invasive, comparée aux méthodes invasives Objectif principal : développer et valider une approche non-invasive globale (clinique, biologique, anatomique et fonctionnelle) sur la détection précoce et la caractérisation de la cardiopathie ischémique

Plus en détail

- 1 - RESUME. Institut Claudius Regaud, 20-24 rue du Pont Saint-Pierre 31052 TOULOUSE cedex.

- 1 - RESUME. Institut Claudius Regaud, 20-24 rue du Pont Saint-Pierre 31052 TOULOUSE cedex. ETUDE - 1 - METAL3 Page 1 / 5 RESUME Titre de l essai pronostique afin d identifier parmi les patientes présentant un cancer du sein métastatique celles qui bénéficient d une 3 ième ligne de chimiothérapie

Plus en détail

MARQUEURS CARDIAQUES TROPONINE HYPERSENSIBLE PEPTIDES NATRIURETIQUES : BNP NT-PRO BNP

MARQUEURS CARDIAQUES TROPONINE HYPERSENSIBLE PEPTIDES NATRIURETIQUES : BNP NT-PRO BNP MARQUEURS CARDIAQUES TROPONINE HYPERSENSIBLE PEPTIDES NATRIURETIQUES : BNP NT-PRO BNP TROPONINE Exploration maladie coronarienne : ASAT, LDH, CK totale et CKMB ne sont plus indiqués (non spécifiques) Troponine

Plus en détail

Corentin Roose Interne Hôpital St Luc St Joseph

Corentin Roose Interne Hôpital St Luc St Joseph Corentin Roose Interne Hôpital St Luc St Joseph Cas Clinique 1 Mme C, 78 ans, consulte aux urgences pour tableau de malaises récidivants,à l emporte pièce, sans prodromes, survenant en position assise

Plus en détail

LES NOUVELLES RECOMMANDATIONS DANS L INSUFFISANCE CARDIAQUE CHRONIQUE. P. Assyag Nice

LES NOUVELLES RECOMMANDATIONS DANS L INSUFFISANCE CARDIAQUE CHRONIQUE. P. Assyag Nice LES NOUVELLES RECOMMANDATIONS DANS L INSUFFISANCE CARDIAQUE CHRONIQUE P. Assyag Nice 23.03.2013 Plan Insuffisance cardiaque à fraction d éjection altérée Antialdostérones Ivabradine Dispositifs électriques

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli

Prise en charge des troubles du rythme. Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Prise en charge des troubles du rythme Michaël Peyrol, Service de cardiologie, C.H.U. Nord, Pr Paganelli Cas clinique Patient âgé de 65 ans Infarctus du myocarde ancien, FeVG = 30 % Traitement médical

Plus en détail

Intérêt de l association copeptine/troponine ultra sensible dans le diagnostic des SCA ST- aux urgences. Caroline Bourgeois

Intérêt de l association copeptine/troponine ultra sensible dans le diagnostic des SCA ST- aux urgences. Caroline Bourgeois Intérêt de l association copeptine/troponine ultra sensible dans le diagnostic des SCA ST- aux urgences Caroline Bourgeois Introduction Douleur thoracique 5 à 10 % des consultations aux urgences 15% sont

Plus en détail

Vivre avec un DAI : surveillance, interférences, conduite auto

Vivre avec un DAI : surveillance, interférences, conduite auto : surveillance, interférences, conduite auto Journées Nationales du GERS - 5 octobre 2012 E. QUIRING - Clinique de l Orangerie Conflits d intérêts Pas de conflits d intérêt concernant cette présentation

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E

Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E Bon Usage des Endoprothèses coronaires : recueil des pratiques en Haute-Normandie 1 M A R I E L E F E B V R E - C A U S S I N O C T O B R E 2 0 1 2 Contexte 2 Sur la base du rapport HAS «Evaluation des

Plus en détail

Comment évaluer le cœur du patient cirrhotique avant une chirurgie?

Comment évaluer le cœur du patient cirrhotique avant une chirurgie? Comment évaluer le cœur du patient cirrhotique avant une chirurgie? Ateliers de printemps - ACHBT 16 Mai 2014 Z. Schmitt Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital de la Croix-Rousse, CHU Lyon Introduction

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

I. IDENTITE ET ACTIVITE DU SERVICE

I. IDENTITE ET ACTIVITE DU SERVICE Service de _Marie Lannelongue. Fiche remplie le 18/04/02. Page 1/6 I. IDENTITE ET ACTIVITE DU SERVICE - Nom du Chef de service : LANCELIN Bernard - Adresse : 133 av de la Résistance - Institution : CC

Plus en détail

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 -

du 28 mai 2013 : 7 avril 2015 cardiaque. Demandeur Les modèles Indications retenues : (chirurgie ou angioplastie) ; échoué ; cardiaque, - 1 - COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DEE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 7 avril 2015 complétant l avis du 28 mai 20133 CONCLUSIONS HOME MONITORING, système de télésurveillance

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION. 23 novembre 2010 CONCLUSIONS

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION. 23 novembre 2010 CONCLUSIONS COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 23 novembre 2010 CONCLUSIONS PARADYM RF CRT 9750, défibrillateur cardiaque implantable triple

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 2 octobre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 2 octobre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 octobre 2002 KREDEX 6,25mg, comprimés pelliculés sécables Boîte de 14 et de 28 KREDEX 12,5mg, comprimés pelliculés sécables Boîte

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002

LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 LE DEFIBRILLATEUR AUTOMATIQUE IMPLANTABLE ( DAI) AREPAC 19 Octobre 2002 Marie-Christine Delattre, Elodie Flahaut, Florence L Hostis Consultation de Rythmologie et Cardio A PrKacet Hôpital Cardiologique,

Plus en détail

MISTIC. MIBG Scintigraphy as a Tool for selecting patients requiring ICD in primary prevention. Investigateur Coordonnateur: Pr Dominique Le Guludec

MISTIC. MIBG Scintigraphy as a Tool for selecting patients requiring ICD in primary prevention. Investigateur Coordonnateur: Pr Dominique Le Guludec MISTIC MIBG Scintigraphy as a Tool for selecting patients requiring ICD in primary prevention Investigateur Coordonnateur: Pr Dominique Le Guludec (Service de Médecine nucléaire GH Bichat-Claude Bernard,

Plus en détail

Coronaropathie et Grossesse

Coronaropathie et Grossesse Coronaropathie et Grossesse Dr Durand M. Réanimation Cardiovasculaire et Thoracique Pole Anesthésie Réanimation CHU de Grenoble 1 Introduction Fréquence basse des pathologies coronaires chez les femmes

Plus en détail

LES ACCIDENTS CORONARIENS APRÈS RADIOTHÉRAPIE THORACIQUE SAROC

LES ACCIDENTS CORONARIENS APRÈS RADIOTHÉRAPIE THORACIQUE SAROC LES ACCIDENTS CORONARIENS APRÈS RADIOTHÉRAPIE THORACIQUE SAROC Introduction Les complications cardiaques des rayonnements ionisants (RI) chez les patients qui ont reçu une irradiation médiastinale représentent:

Plus en détail

Et si on ne dosait plus la troponine en dehors des douleurs thoraciques?

Et si on ne dosait plus la troponine en dehors des douleurs thoraciques? Et si on ne dosait plus la troponine en dehors des douleurs thoraciques? Pr Sandrine Charpentier Printemps de la MU 2015 1 Conflit d intérêt Honoraires Lilly Daichii Sankyo, Astra Zeneca, Roche Diagnostics,

Plus en détail

Avis 8 janvier 2014. LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER. Gemfibrozil

Avis 8 janvier 2014. LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER. Gemfibrozil COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 8 janvier 2014 LIPUR 450 mg, comprimé pelliculé Boîte de 60 (CIP : 34009 326 063 5 1) Laboratoire PFIZER DCI Code ATC (2013) Motif de l examen Liste concernée Indication(s)

Plus en détail

La Chirurgie Cardiaque

La Chirurgie Cardiaque La Chirurgie Cardiaque La chirurgie cardiaque a connu un essor fulgurant dans les deux dernières décennies, et se pratique maintenant de manière courante avec des résultats fiables et reproductibles. Cette

Plus en détail

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France

La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France La Biologie en Urgence Cardiologique : Dr A.Karim LALLALI Médecin Biologiste CHU Bicêtre France MARS 2013 Marqueurs cardiaques Non spécifiques : Myoglobine CK et CK-MB LDH et ASAT Spécifiques : Troponine

Plus en détail

REDUCTION DES REHOSPITALISATIONS POUR DECOMPENSATION CARDIAQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGEE : L'EXPERIENCE DU RESEAU VISAGE FILIERE INSUFFISANCE CARDIAQUE

REDUCTION DES REHOSPITALISATIONS POUR DECOMPENSATION CARDIAQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGEE : L'EXPERIENCE DU RESEAU VISAGE FILIERE INSUFFISANCE CARDIAQUE REDUCTION DES REHOSPITALISATIONS POUR DECOMPENSATION CARDIAQUE CHEZ LA PERSONNE ÂGEE : L'EXPERIENCE DU RESEAU VISAGE FILIERE INSUFFISANCE CARDIAQUE 25 mai 2016 INTRODUCTION Qu'est ce que l'insuffisance

Plus en détail

Lecture Critique d'un article médical scientifique : Préparation ECN 2015

Lecture Critique d'un article médical scientifique : Préparation ECN 2015 CONFERENCE CONDENSEE THEMATIQUE DU 25/09/2014 Lecture Critique d'un article médical scientifique : Préparation ECN 2015 P François, J Labarère, A Seigneurin TD 1 (25/09/2014) 1. Article 1 : Accès à une

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT DE L INFORMATION DES FEMMES SUR LA PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU FIBROME UTERIN

EVALUATION DE L IMPACT DE L INFORMATION DES FEMMES SUR LA PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU FIBROME UTERIN EVALUATION DE L IMPACT DE L INFORMATION DES FEMMES SUR LA PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU FIBROME UTERIN 1/13 ENQUETE PROSPECTIVE Juin 2014 Juin 2015 2/13 SOMMAIRE 1- Résumé de l enquête P 3 Justification

Plus en détail

Particularités de l ablation des troubles du rythmes cardiaque dans la population pédiatrique et cardiaque congénitale

Particularités de l ablation des troubles du rythmes cardiaque dans la population pédiatrique et cardiaque congénitale Réseau de Réflexion sur la Rythmologie Pédiatrique et Congénitale Particularités de l ablation des troubles du rythmes cardiaque dans la population pédiatrique et cardiaque congénitale Nicolas Combes n.combes@clinique-pasteur.com

Plus en détail

CORONARIEN ET SPORT JC VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE

CORONARIEN ET SPORT JC VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE CORONARIEN ET SPORT JC VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE CAPACITÉS D EFFORT ET PRONOSTIC CHEZ LES «CARDIAQUES» (N = 3679) Myers et al. N. Engl J Med 2002;346 : 793-801 L ENTRAÎNEMENT PHYSIQUE: COMPLÉMENT

Plus en détail

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel

Prise en charge du risque cardio-vasculaire chez le patient VIH. Evaluation du risque individuel Evaluation du risque individuel 1) Evaluation du risque cardio-vasculaire global selon le modèle de risque Framingham. 2) Calcul du nombre de facteurs de risque cardio-vasculaires (selon AFSSAPS 2005)

Plus en détail

P.GUERIN. CHU Nantes K. WARIN-FRESSE CHU Nantes. déclare n avoir aucun conflit d intérêt concernant les données de sa communication

P.GUERIN. CHU Nantes K. WARIN-FRESSE CHU Nantes. déclare n avoir aucun conflit d intérêt concernant les données de sa communication P.GUERIN CHU Nantes K. WARIN-FRESSE CHU Nantes déclare n avoir aucun conflit d intérêt concernant les données de sa communication ! La cardiologie interventionnelle joue de plus en plus dans la cour de

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 08 juin 2005 INSPRA 25 mg, comprimés pelliculés B/28 ; B/50 INSPRA 50 mg, comprimés pelliculés B/28 ; B/50 Laboratoires PFIZER éplérénone Liste

Plus en détail

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic?

Question clinique CAS CLINIQUE. DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? DEFIBRILLATEURS IMPLANTABLES EN INSUFFISANCE CARDIAQUE?!... Quel pronostic? Ileana Iliescu 17.09.2008 CAS CLINIQUE M CR 83 ans: : 10 hospitalisations en 12 mois!!!... pour malaise et chocs appropri ropriés

Plus en détail

Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane

Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane Centre d'investigation Clinique - Epidémiologie Clinique Antilles Guyane CIE 802 Inserm / DGOS Fiche de synthèse d un projet de recherche Nom du rédacteur : Antoine Adenis Date de création du document

Plus en détail

REGISTRE FRANÇAIS DES PATIENTS PORTEURS DE VALVES EDWARDS EN POSITION PULMONAIRE IMPLANTÉES PAR VOIE PERCUTANÉE

REGISTRE FRANÇAIS DES PATIENTS PORTEURS DE VALVES EDWARDS EN POSITION PULMONAIRE IMPLANTÉES PAR VOIE PERCUTANÉE REGISTRE FRANÇAIS DES PATIENTS PORTEURS DE VALVES EDWARDS EN POSITION PULMONAIRE IMPLANTÉES PAR VOIE PERCUTANÉE Dr Julien PLESSIS, Unité d Hémodynamique et CardioVasculaire Interventionnel L Institut du

Plus en détail

Valeur pronostique de la scintigraphie myocardique: Stratification du risque

Valeur pronostique de la scintigraphie myocardique: Stratification du risque Journée de cardiologie nucléaire, Ho Chi Minh ville, 25 octobre 2007 Valeur pronostique de la scintigraphie myocardique: Stratification du risque Bernard Songy, Centre Cardiologique du Nord, CCN,Paris

Plus en détail

Hervé Le Breton Service de cardiologie, Pôle Thoracique, Vasculaire et Métabolique CHU Rennes

Hervé Le Breton Service de cardiologie, Pôle Thoracique, Vasculaire et Métabolique CHU Rennes REGISTRE Sous l égide de la Société Française de Cardiologie (SFC) et de la Société Française de Chirurgie Thoracique et Cardio-Vasculaire (SFCTCV) Hervé Le Breton Service de cardiologie, Pôle Thoracique,

Plus en détail

Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international

Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international Accès à une salle de coronarographie pour les patients admis avec un syndrome coronaire aigu : Résultats d un registre international Janvier 2013 José Labarère 1. Quel est l objectif de cette étude? Comparer

Plus en détail

COMMISSION D ÉVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 28 avril 2009

COMMISSION D ÉVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 28 avril 2009 COMMISSION D ÉVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 28 avril 2009 Nom : Modèles retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles : CONCLUSIONS CONSULTA CRT-D modèle D234TRK +

Plus en détail

Observatoire Français de l Insuffisance Cardiaque Aigue (OFICA)

Observatoire Français de l Insuffisance Cardiaque Aigue (OFICA) Observatoire Français de l Insuffisance Cardiaque Aigue (OFICA) RATIONNEL : - Insuffisance cardiaque : notion d épidémie Principale cause d hospitalisation après 65 ans, seule pathologie CV "en hausse"

Plus en détail

Essais cliniques : Cancer de la prostate

Essais cliniques : Cancer de la prostate Essais cliniques : Cancer de la prostate Sommaire des protocoles Page Adénocarcinome de la prostate - GETUG - 17 Étude randomisée multicentrique comparant une radiothérapie adjuvante immédiate associée

Plus en détail

Congres Société Européenne de Cardiologie. Etude SHIFT : l ivabradine devient un traitement de l insuffisance cardiaque

Congres Société Européenne de Cardiologie. Etude SHIFT : l ivabradine devient un traitement de l insuffisance cardiaque Congres réalités Cardiologiques # 270_Octobre 2010 Etude SHIFT : l ivabradine devient un traitement de l insuffisance cardiaque Partie 1 : Etude et résultats L objectif de l étude SHIFT était d évaluer

Plus en détail

Atelier du CNCF Mai 2010 BNP- NTPro BNP dans l insuffisance cardiaque Quels marqueurs pour quels patients

Atelier du CNCF Mai 2010 BNP- NTPro BNP dans l insuffisance cardiaque Quels marqueurs pour quels patients Atelier du CNCF Mai 2010 BNP- NTPro BNP dans l insuffisance cardiaque Quels marqueurs pour quels patients Erwan DONAL CHU RENNES erwan.donal@chu-rennes.fr Peptides natriurétiques de type B - Masse ventriculaire

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

APNET Corrigé LCA Septembre 2014

APNET Corrigé LCA Septembre 2014 Principaux items testés : Module 1 ; Item 169 : L évaluation thérapeutique et les niveaux de preuve Module 9 ; Item 132 : Angine de poitrine et infarctus myocardique Question 1. Identifier la structure

Plus en détail

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie

Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie Recherche épidémiologique sur la maladie d'alzheimer : quelques questions d'éthique Annick Alpérovitch Directeur de recherche émérite, UPMC-Inserm-U708 Neuroépidémiologie P. 1 Les études cas-témoin L un

Plus en détail

Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale

Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale Liste des produits de santé financés au titre des prestations d'hospitalisation prévue à l article L. 165-11 du code de la sécurité sociale Liste intra-ghs Version à jour au 30 mars 2016 N.B : Le présent

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

Occlusions coronaires chroniques

Occlusions coronaires chroniques Occlusions coronaires chroniques Indications et techniques de revascularisations N. BOUDOU Cardiologie, CHU RANGUEIL 12, 13 et 14 octobre 2010 1 Définition Pôle Cardiovasculaire et Métabolique Occlusion

Plus en détail

PACE MAKER Plus de porteurs Pile implantée But : délivrer impulsions électriques au cœur Rôle: garantir FC minimum écouter, stimuler si nécessa

PACE MAKER Plus de porteurs Pile implantée But : délivrer impulsions électriques au cœur Rôle: garantir FC minimum écouter, stimuler si nécessa 1 PACE MAKER Plus de 500000 porteurs Pile implantée But : délivrer impulsions électriques au cœur Rôle: garantir FC minimum écouter, stimuler si nécessaire documenter les TDR 2 2 TYPES DE STIMULATEUR CARDIAQUE

Plus en détail

Suivi d une cohorte d enfants exposés aux rayonnements ionisants en cardiologie interventionnelle

Suivi d une cohorte d enfants exposés aux rayonnements ionisants en cardiologie interventionnelle Suivi d une cohorte d enfants exposés aux rayonnements ionisants en cardiologie interventionnelle Baysson H, Réhel JL, Boudjemline Y, Girodon B, Petit J, Bonnet D, Bernier MO Congrès de l Adelf, Bruxelles,

Plus en détail

Protocole de recherche multicentrique MYCENDO

Protocole de recherche multicentrique MYCENDO Protocole de recherche multicentrique MYCENDO Etude prospective multicentrique nationale visant à évaluer les procédures du diagnostic et du suivi des endocardites fongiques et des infections fongiques

Plus en détail

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Qu est-ce qu un pronostic? Principes des études pronostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Chez un homme de 50 ans, fumeur, traité pour une hypercholestérolémie, et à 15 jours d un infarctus

Plus en détail

Quelles lésions coronaires à traiter chez un candidat au TAVI?

Quelles lésions coronaires à traiter chez un candidat au TAVI? Quelles lésions coronaires à traiter chez un candidat au TAVI? 2 ré Toute reproduction mê Vincent Letocart CHU Nantes 11/12/2015 2 ré Toute mê DÉCLARATION DE RELATIONS PROFESSIONNELLES 2 ré Toute reproduction

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015

PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR. Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PRISE EN CHARGE ANESTHESIQUE D'UN PATIENT PORTEUR D'UN DEFIBRILLATEUR Guillaume Quarck 10/10/ 2015 PLAN 1/LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE Historique Principe Classification Indications Dysfonctions 2/ LES

Plus en détail

Arrêt Cardiaque: coronarographie systématique?

Arrêt Cardiaque: coronarographie systématique? 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0 2008 2009 2010 (->sept) 2010 (estimé) François Schiele Université de Franche Comté BESANCON Avantages de la coronarographie immédiate Identification et traitement des causes

Plus en détail

Quiz ECG n 1. FMC Médecine Générale 08/06/2017 Docteur Marjorie NIRO Praticien hospitalier,service de Cardiologie, CHU Angers

Quiz ECG n 1. FMC Médecine Générale 08/06/2017 Docteur Marjorie NIRO Praticien hospitalier,service de Cardiologie, CHU Angers Quiz ECG n 1 FMC Médecine Générale 08/06/2017 Docteur Marjorie NIRO Praticien hospitalier,service de Cardiologie, CHU Angers Cas clinique 1 - Contexte clinique : - Homme de 43 ans sans antécédent - Hospitalisation

Plus en détail

Antiarythmiques. Présentation. Contexte de soin. Item 236 : Fibrillation auriculaire.

Antiarythmiques. Présentation. Contexte de soin. Item 236 : Fibrillation auriculaire. Antiarythmiques Item 236 : Fibrillation auriculaire. Présentation Les antiarythmiques sont des médicaments utilisés en cardiologie dans le traitement et la prévention des arythmies supraventriculaires

Plus en détail

Insuffisance cardiaque (IC)

Insuffisance cardiaque (IC) rt POINTS CRITIQUES DU PARCOURS DE SOINS Insuffisance cardiaque (IC) Diagnostic et évaluation initiale de l insuffisance cardiaque (IC) Penser à l IC : même devant des signes non spécifiques chez la personne

Plus en détail

Le traitement par Radiofréquence des troubles du rythme cardiaque au Maroc: Expérience en secteur libéral. ESSADKI Siham, ABDELALI Salima

Le traitement par Radiofréquence des troubles du rythme cardiaque au Maroc: Expérience en secteur libéral. ESSADKI Siham, ABDELALI Salima Le traitement par Radiofréquence des troubles du rythme cardiaque au Maroc: Expérience en secteur libéral ESSADKI Siham, ABDELALI Salima Paris; 2-3 Mars 2017 Aucun conflit d'intérêt Introduction Début

Plus en détail

PRISE EN CHARGE PRATIQUE. G YAOUANC 13 octobre 2010 Argenton.

PRISE EN CHARGE PRATIQUE. G YAOUANC 13 octobre 2010 Argenton. PRISE EN CHARGE PRATIQUE G YAOUANC 13 octobre 2010 Argenton. qu une dyspnée asthmatiforme brutale chez un sujet âgé est souvent un OAP le reste Classification de la NYHA: Classe1: pas de symptôme Classe

Plus en détail

Introduction aux plans expérimentaux

Introduction aux plans expérimentaux Licence 3 Semestre 5 Initiation à la recherche dans le domaine des Sciences et Techniques de la Réadaptation Introduction aux plans expérimentaux Laure HUOT laure.huot@chu-lyon.fr Unité de Recherche Clinique,

Plus en détail

Table des matières. Liste des collaborateurs... Abréviations... Préface... Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose

Table des matières. Liste des collaborateurs... Abréviations... Préface... Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose Table des matières Liste des collaborateurs... Abréviations... Préface... V VI X Hémodynamique, maladie coronaire, athéromatose 1. Athérome, épidémiologie et physiopathologie, le malade polyathéromateux...

Plus en détail

ATACAND 4 mg, 8 mg et 16 mg, comprimé sécable Rapport public d évaluation (avril 2006)

ATACAND 4 mg, 8 mg et 16 mg, comprimé sécable Rapport public d évaluation (avril 2006) ATACAND 4 mg, 8 mg et 16 mg, comprimé sécable Rapport public d évaluation (avril 2006) INTRODUCTION Le 23 mai 2005, sur la base des résultats des études CHARM-Alternative et CHARM-Added, une extension

Plus en détail

Item n 236 : Fibrillation auriculaire

Item n 236 : Fibrillation auriculaire Étiologie Item n 236 : Fibrillation auriculaire Cause cardiaque : Valvulopathies Toutes myocardiopathies (hypertrophique, dilaté, ) IDM Cause extra-cardiaque : pneumopathie, EP, fièvre, hyperthyroïdie,

Plus en détail

Formulaire de consentement et procédure de consentement* Aptitude du ou des investigateurs (dont les CV)

Formulaire de consentement et procédure de consentement* Aptitude du ou des investigateurs (dont les CV) Comité de Protection des Personnes Catégorie de recherche : REGION I.. Numèro CPP de la recherche : Un protocole du promoteur x adresse., présenté par le Dr, Service de.., CHU de. N identification : 2015-..

Plus en détail

Sixième forum de rythmologie

Sixième forum de rythmologie Sixième forum de rythmologie Le 6 e Forum de rythmologie, qui s est tenu récemment à l initiative du Collège des cardiologues d Ile-de-France, a permis de faire le point sur deux sujets controversés rencontrés

Plus en détail

LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION

LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION LES DEFIBRILLATEURS CARDIOVERTEURS IMPLANTABLES VENTRICULAIRES : ACTUALISATION JANVIER 2001 Service évaluation des technologies Service évaluation économique L AGENCE NATIONALE D ACCREDITATION ET D EVALUATION

Plus en détail

Enseignement de la cardiologie DCEM 2 Lyon-Est Année universitaire

Enseignement de la cardiologie DCEM 2 Lyon-Est Année universitaire Enseignement de la cardiologie DCEM 2 Lyon-Est Année universitaire 2011-2012 Enseignants de la pathologie cardio-vasculaire à Lyon-Est Pr André-Fouët Pr Bozio Pr Chevalier Pr Delahaye (coordonateur) Pr

Plus en détail

Qu est-ce qu un facteur de risque?

Qu est-ce qu un facteur de risque? Edito Cette enquête est le fruit d une collaboration exemplaire de l Union Régionale des Médecins Libéraux et de l Union Régionale des Caisses d Assurance Maladie de Corse. Elle témoigne de la volonté

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013

AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013 COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA CNEDiMTS 1er Juillet 2014 Complétant l avis du 9 avril 2013 CONCLUSIONS CARELINK, système de télésurveillance

Plus en détail

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 12 février 2010

Troubles du Rythme Cardiaque. Cours DCEM II 12 février 2010 Troubles du Rythme Cardiaque Cours DCEM II 12 février 2010 L activité électrique cardiaque ECG normal: rythme sinusal Fibrillation atriale Trouble du rythme le plus fréquent Incidence et prévalence en

Plus en détail

LES PROGRÈS DES THÉRAPEUTIQUES CARDIOVASCULAIRES XVI. Reconnu pour la formation continue SSC SSMIG GRAND HÔTEL KEMPINSKI

LES PROGRÈS DES THÉRAPEUTIQUES CARDIOVASCULAIRES XVI. Reconnu pour la formation continue SSC SSMIG GRAND HÔTEL KEMPINSKI SERVICE DE CARDIOLOGIE HUG GENÈVE S U I S S E 2016 LES PROGRÈS DES THÉRAPEUTIQUES CARDIOVASCULAIRES XVI Reconnu pour la formation continue SSC SSMIG Jeudi 29 septembre 2016 GRAND HÔTEL KEMPINSKI 19, quai

Plus en détail

AOMI. AOMI: définition. Artériopathie oblitérante des 09/11/2010

AOMI. AOMI: définition. Artériopathie oblitérante des 09/11/2010 Artériopathie oblitérante des membres inférieurs () Carine Boulon, Joël Constans Médecine Vasculaire, Hôpital St André, CHU Bordeaux Définition Epidémiologie, étiologie Symptomatologie Evolution, complications

Plus en détail

Quels troubles du rythme. en réanimation? Marion Delanoë DESC de réanimation médicale Bordeaux 25/03/10

Quels troubles du rythme. en réanimation? Marion Delanoë DESC de réanimation médicale Bordeaux 25/03/10 Quels troubles du rythme en réanimation? Marion Delanoë DESC de réanimation médicale Bordeaux 25/03/10 Introduction Incidence annuelle de 12 à 30% Réanimation polyvalente : 12% - 8% TDR supra-ventriculaires

Plus en détail

Centre coordonnateur : service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon, AP-HP.

Centre coordonnateur : service de Médecine Nucléaire, Hôpital Tenon, AP-HP. PHRC 2007, ETUDE ICHOROPRO : IMPACT DE LA TEP/TDM A LA FLUOROMETHYLCHOLINE-(18F) SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA RECIDIVE BIOLOGIQUE OCCULTE DU CANCER DE LA PROSTATE. Centre coordonnateur : service de Médecine

Plus en détail

COMMISSION NATIONAL D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION

COMMISSION NATIONAL D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION COMMISSION NATIONAL D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 21 février 2012 Complétant l avis du 07 décembre 2010 CONCLUSIONS Nom : Modèles et références

Plus en détail

LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006. JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante

LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006. JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante LE DEFIBRILLATEUR IMPLANTABLE EN 2006 JLPR 2006 Dr Alexis Durand-Dubief Clinique du Tonkin-Infirmerie Protestante Qu est ce qu un un défibrillateurd Fonctionnement d und défibriilateur Indication en 2006

Plus en détail

ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM)

ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM) ASPIRINE : OPTION DE TRAITEMENT AU LONG COURS APRÈS TVP RÉSULTATS DES ÉTUDES ASPIRE, WARFASA (ASPIRINE TO PREVENT RECURRENT VENOUS THROMBOEMBOLISM) Brighton T, Eikelboom J, Mann K et al. Low-dose aspirin

Plus en détail

Réadaptation de l insuffisant cardiaque. Dr Sylvain GRALL CHU d Angers, Service de cardiologie Centre de réadaptation spécialisée des Capucins

Réadaptation de l insuffisant cardiaque. Dr Sylvain GRALL CHU d Angers, Service de cardiologie Centre de réadaptation spécialisée des Capucins Réadaptation de l insuffisant cardiaque Dr Sylvain GRALL CHU d Angers, Service de cardiologie Centre de réadaptation spécialisée des Capucins Liens d intérêts Communications: Boehringer-Ingelheim, Novartis,

Plus en détail

DOSAGE DU PEPTIDE NATRIURETIQUE DE TYPE B DANS LES DYSPNEES AIGUES DU SUJET AGE

DOSAGE DU PEPTIDE NATRIURETIQUE DE TYPE B DANS LES DYSPNEES AIGUES DU SUJET AGE DOSAGE DU PEPTIDE NATRIURETIQUE DE TYPE B DANS LES DYSPNEES AIGUES DU SUJET AGE A propos de 73 patients admis au service d accueil des urgences de l Hôpital d Instruction des Armées Legouest C. Lecoanet

Plus en détail

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM

Cœur et diabète Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Recommandations HAS SFC ALFEDIAM Dr Eric Marsaudon Causes de mortalité des diabétiques 50 % Décès 40 65% à 75% de causes cardiovasculaires 30 20 10 0 Cardiopathie Ischémique Autre Cardiopathie Diabète

Plus en détail

Traitement de l insuffisance cardiaque : Inhibiteurs de l enzyme de conversion, antagonistes des récepteurs de l angiotensine II, ou les deux?

Traitement de l insuffisance cardiaque : Inhibiteurs de l enzyme de conversion, antagonistes des récepteurs de l angiotensine II, ou les deux? Traitement de l insuffisance cardiaque : Inhibiteurs de l enzyme de conversion, antagonistes des récepteurs de l angiotensine II, ou les deux? François DELAHAYE IEC : justification Dans la dysfonction

Plus en détail

IMAGERIE des MYOCARDITES : Aspect IRM et suivi évolutif. Ederhy, Ariel Cohen, Jean-Michel Tubiana, Lionel Arrivé

IMAGERIE des MYOCARDITES : Aspect IRM et suivi évolutif. Ederhy, Ariel Cohen, Jean-Michel Tubiana, Lionel Arrivé IMAGERIE des MYOCARDITES : Aspect IRM et suivi évolutif Laurence Monnier-Cholley Cholley,, Pierre Garrigoux,, Stéphane Ederhy, Ariel Cohen, Jean-Michel Tubiana, Lionel Arrivé Qu est est-ce qu une une myocardite?

Plus en détail

NEXThaler INUVAIR. Nexthaler INUVAIR MODE D UTILISATION. 1 er inhalateur de poudre avec des particules extrafines 1,2

NEXThaler INUVAIR. Nexthaler INUVAIR MODE D UTILISATION. 1 er inhalateur de poudre avec des particules extrafines 1,2 Béclométasone+Formotérol NEXThaler POUR L ASTHME PERSISTANT 1 MODE D UTILISATION NOUVELLE TECHNOLOGIE DE CHIESI NOUVELLE GÉNÉRATION D INHALATEUR EN POUDRE Nexthaler NEXThaler POUR L ASTHME PERSISTANT 1

Plus en détail

ARYTHMIE SINUSALE. P et P' positives ou négatives Complexes QRS N N N N N N Ratio P:QRS 1:1 1:1 1:1 1:1 1:1 1:1 Intervalles PR N N N N N N

ARYTHMIE SINUSALE. P et P' positives ou négatives Complexes QRS N N N N N N Ratio P:QRS 1:1 1:1 1:1 1:1 1:1 1:1 Intervalles PR N N N N N N Arythmies sinusales ARYTHMIE BRADYCARDIE SINUSALE SINUSALE ARYTHMIE SINUSALE BLOC SINO- PAUSE SINUSALE ENTRAÎNEUR VAGABOND Fréquence (/min) < 60 > 100 60-100 N ou < 60 Variable 400 à 600 Rythme Régulier

Plus en détail

Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires. Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013

Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires. Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013 Évaluation/ gestion des risques cardiovasculaires périopératoires Dr Bertrand Delannoy Dr Zuzana Vichova Pr JJ Lehot ARRES ASSPRO 2013 Aucun conflit d intérêt Événements cardiaques après chirurgie non

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail

Traitements conservateurs des tumeurs urothéliales vésicales infiltrant le muscle

Traitements conservateurs des tumeurs urothéliales vésicales infiltrant le muscle Traitements conservateurs des tumeurs urothéliales vésicales infiltrant le muscle Dr Chevreau IUC Dr Bachaud IUC Dr Bordier Clinique Pasteur Toulouse Objectifs : Guérison Qualité de vie Alternative à la

Plus en détail