Author Disclosures DT Dieterich V Soriano KE Sherman P-M Girard JK Rockstroh J Henshaw, R Rubin, M Bsharat, and N Adda MS Sulkowski

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Author Disclosures DT Dieterich V Soriano KE Sherman P-M Girard JK Rockstroh J Henshaw, R Rubin, M Bsharat, and N Adda MS Sulkowski"

Transcription

1 Télaprévir en association avec peginterféron alfa-2a/ribavirine chez les patients co-infectés VIH/VHC : analyse intermédiaire 12 semaines après traitement (RVS12) Essai VX 110 Pierre-Marie Girard 1, Vincent Soriano 2, Kenneth E. Sherman 3, Douglas T. Dieterich 4,, Jürgen K. Rockstroh 5, Joshua Henshaw 6, Raymond Rubin 6, Mohammad Bsharat 6, Nathalie Adda 6, Mark S. Sulkowski 7 pour les investigateurs de l essai VX Hôpital St Antoine, Paris, France, 2 Hospital Carlos III, Madrid, Spain, 3 University of Cincinnati College of Medicine, Cincinnati, OH, United States, 4 Mount Sinai School of Medicine, New York, NY, United States, 5 University of Bonn, Bonn, Germany, 6 Vertex Pharmaceuticals Incorporated, Cambridge, MA, United States, and 7 Johns Hopkins University School of Medicine, Baltimore, MD, United States.

2 Author Disclosures DT Dieterich has received Grant/Research Support from: Achillion: Advisory Committees or Review Panels; Gilead: Advisory Committees or Review Panels; Boehringer Ingelheim: Advisory Committees or Review Panels; Novartis: Advisory Committees or Review Panels; Pfizer:Advisory Committees or Review Panels; Roche: Advisory Committees or Review Panels; Schering-Plough: Speaking and Teaching; Vertex: Advisory Committees or Review Panels; Idenix: Advisory Committees or Review Panels; Merck: Advisory Committees or Review Panels. V Soriano has received Grant/Research Support from interest: BMS: Grant/Research Support; Merck: Grant/Research Support; Jannsen: Grant/Research Support; Gilead: Grant/Research Support; Boehringer: Speaking and Teaching. KE Sherman has received Grant/Research Support from interest; Bristol-Myers Squibb: Advisory Committees or Review Panels; Vertex: Advisory Committees or Review Panels; SciClone :Grant/Research Support; SciClone: Consulting; Boehringer-Ingelheim: Advisory Committees or Review Panels;Janssen:Advisory Committees or Review Panels; Merck: Advisory Committees or Review Panels; Merck/Schering Plough: Grant/Research Support; Genentech/Roche: Grant/Research Support; Gilead: Grant/Research Support; Anadys: Grant/Research Support; Briston-Myers Squibb:Grant/Research Support; Vertex: Grant/Research Support; Johnson & Johnson:Advisory Committees or Review Panels; Baxter: Advisory Committees or Review Panels; GSK: Advisory Committees or Review Panels; Boehringer- Ingelheim: Grant/Research Support. P-M Girard has received Grant/Research Support from: Abbott: Advisory Committees or Review Panels; BI:Advisory Committees or Review Panels; BMS:Advisory Committees or Review Panels;Merck: Advisory Committees or Review Panels; Roche: Advisory Committees or Review Panels; Janssen: Advisory Committees or Review Panels; ViiV: Advisory Committees or Review Panels; Abbott: Speaking and Teaching; BI: Speaking and Teaching; BMS: Speaking and Teaching; Merck: Speaking and Teaching; Roche:Speaking and Teaching; Janssen: Speaking and Teaching; Gilead: Advisory Committees or Review Panels; Janssen: Advisory Committees or Review Panels. JK Rockstroh has received Grant/Research Support from: Abbott: Advisory Committees or Review Panels; BI:Advisory Committees or Review Panels; BMS:Advisory Committees or Review Panels;Merck: Advisory Committees or Review Panels; Roche: Advisory Committees or Review Panels; Janssen: Advisory Committees or Review Panels; Vertex: Advisory Committees or Review Panels;Bionor: Advisory Committees or Review Panels; GSK: Advisory Committees or Review Panels; ViiV: Advisory Committees or Review Panels; Abbott: Speaking and Teaching; BI: Speaking and Teaching; BMS: Speaking and Teaching; Merck: Speaking and Teaching; Roche:Speaking and Teaching; Janssen: Speaking and Teaching; Gilead: Speaking and Teaching; Gilead: Advisory Committees or Review Panels; Merck: Grant/Research Support; Janssen: Advisory Committees or Review Panels; Janssen: Speaking and Teaching; Novartis:Consulting. J Henshaw, R Rubin, M Bsharat, and N Adda are current employees and stockholders of Vertex Pharmaceuticals Incorporated. MS Sulkowski has received Grant/Research Support from: Roche: Consulting; Roche:Grant/Research Support; Merck: Consulting; Merck: Grant/Research Support; Abbott: Consulting; Abbott: Grant/Research Support; BIPI: Consulting; BIPI: Grant/Research Support;Vertex: Consulting; Vertex: Grant/Research Support; Janssen: Consulting; Janssen: Grant/Research Support; Gilead: Consulting; Gilead: Grant/Research Support; BMS: Grant/Research Support; BMS: Consulting; Pfizer: Advisory Committees or Review Panels; Pharmasset:Consulting; Pharmasset: Grant/Research Support.

3 Contexte Indications 2012: Télaprévir (TVR) + peg-interféron alfa-2a (P) + ribavirine (R) dans l hépatite C chronique de génotype 1 chez patients mono-infectés naïfs ou en échec d un précédent traitement y compris si cirrhose compensée 1-3 Interactions médicamenteuses modestes entre TVR et la plupart des ARVs: ATV/r, TDF => pas d ajustement posologique 4. Interactions médicamenteuses significatives entre TVR et EFV => augmentation de la posologie 4 : 1125 mg X3/jr 1 INCIVEK [package insert]. Cambridge, MA: Vertex Pharmaceuticals Incorporated; 2011; 2 INCIVO [RCP EU]. Beerse, Belgique: Janssen; 2011; 3 INCIVEK [Canada product monograph]. Cambridge, MA: Vertex Pharmaceuticals Incorporated; 2011; 4 Van Heeswijk et al. CROI 2011; Abstract 146LB

4 Objectifs Primaires: VX 110: Objectifs de l étude Tolérance du Télaprévir avec le peg-interféron et la ribavirine (T/) Efficacité : ARN VHC indétectable à S12 de T/ Objectifs Secondaires: Efficacité de T/ à 12 (RVS12) et 24 semaines après la dernière dose (RVS) Pharmacocinétique du Télaprévir, Pharmacocinétique des ARVs associés Sélection des variants VHC

5 VX 110:Critères d Inclusion ans, co-infectés VIH/VHC génotype 1 Naïfs traitement anti VHC Biopsie Hépatique <1 an Tout stade de fibrose y compris F4 compensée Statut VIH: Sous Groupe A: patients naïfs d ARVs, T CD4 500 cells/mm 3, et ARN VIH pl 100,000 copies/ml (N=20) Sous Groupe B: patients stables sous ARV TDF/EFV/FTC, ou ATV/r + TDF + (FTC ou 3TC), T CD4 300 /mm 3, ARN VIH pl 50 copies/ml

6 Essai Randomisé en Double-aveugle: Telaprevir vs placebo + peg-ifn/ribavirine Sous Groupe A: VIH non traités RVS12 T/ TVR + Suivi 1:1 RVS12 48 Pbo + Suivi (contrôle) RVS RVS Sous Groupe B: VIH + sous ARV (EFV/TDF/FTC ou ATV/r + TDF + FTC ou 3TC) RVS12 T/ TVR + Suivi 2:1 48 RVS12 Pbo + Suivi (contrôle) RVS RVS Semaines (EFV)=efavirenz; (TDF)=tenofovir; (FTC)=emtricitabine; (ATV/r)=atazanavir boosté par ritonavir; (3TC)=lamivudine; (T) TVR=télaprevir 750 mg q8h oru1125 mg q8h (avec EFV); Pbo=Placebo; (P) Peg-IFN=interféron pegylé alfa-2a (40 kd) 180 µg/sem; (R) RBV=ribavirinee800 mg/j ou ajustée en fonction du poids (1000 mg/j si poids <75 kg, 1200 mg/ si le poids 75 kg; France, Allemagne, n=5 patients) Roche COBAS TaqMan HCV test v2.0, LLOQ = 25 UI/mL, LOD <10 UI/mL

7 Caractéristiques des patients à l inclusion Sous Groupe A Sous Groupe B sans ARV EFV/TDF/FTC ATV/r + TDF + FTC ou 3TC T/ N=7 N=6 T/ N=16 N=8 T/ N=15 N=8 Homme, n (%): 6 (86) 4 (67) 16 (100) 7 (88) 13 (87) 7 (88) Race caucasienne, n(%) 2 (29) Race noire, n(%) 4 (57) 3 (50) 3 (50) 12 (75) 3 (19) 5 (62) 3 (38) 13 (87) 2 (13) 7 (88) 1 (12) Groupe ethnique : Hispanique, n (%) 3 (43) 2 (33) 5 (31) 1 (12) 3 (21) 3 (38) Age médian(intervalle) 39 (34-50) 48 (42-65) 48 (31-57) 47 (31-53) 52 (36-59) 39 (26-53) IMC, médian kg/m 2 29 (22-37) 31 (26-37) 24 (21-32) 23 (19-28) 24 (23-33) 25 (22-30) ARN VHC 800,000 UI/mL**, n (%) 7 (100) 5 (83) 13 (81) 7 (88) 12 (80) 7 (88) Génotype VHC Sous-type*, n (%) 1a 1b Autre Fibrose sévère, n(%) Cirrhose, n (%) 3 (43) 4 (57) 0 (0) 1 (14) 0 (0) ARN VIH copies/ml 1495 (193-53,450) CD4+ /mm 3 médiane 604 ( ) 3 (50) 2 (33) 1 (17) 0 (0) 0 (0) 267 (25-21,950) 672 ( ) 12 (75) 4 (25) 0 (0) 2 (12) 2 (12) 6 (75) 1 (12) 1 (12) 1 (12) 0 (0) 12 (80) 3 (20) 0 (0) 0 (0) 0 (0) 5 (62) 3 (38) 0 (0) 1 (12) 0 (0) 25 (25-25) 25 (25-25) 25 (25-25) 25 (25-25) 533 ( ) 514 ( ) 514 ( ) 535 ( ) *5 NC InnoLipa line probe assay **Roche COBAS TaqMan HCV test v2.0, LLOQ de 25 UI/mL et LLOD de UI/mL

8 Distribution des patients et Raisons d arrêt de traitement Analyse ITT: 60/62 patients ayant reçu au moins une dose 13 patients (Sous Groupe A) 47 patients (Sous Groupe B) dont 24 patients (EFV/TDF/FTC) 23 patients (ATV/r/TDF/FTC ou 3TC)

9 Raisons d arrêt précoce de traitement Raison T/ (N=38) (N=22) Règles d arrêt 2 (5) 7 (32) Effets indésirables* 3 (8) 0 (0) Autre** 11 (32) 2 (9) *Les effets indésirables étaient: anémie hémolytique, lithiase biliaire, nausées et vomissements (n = 3) ** Les autres raisons incluent: les perdus de vue (n = 3), le retrait du consentement (n = 1), la non-observance (n = 4), l absence de réponse (n = 1), un sujet pensait que le traitement était terminé (n = 1), le déménagement (n = 1), la volonté du patient (n = 2)

10 Réponse Virologique Rapide: RVR 4 et EVR12 S4 (RVR4)* S12 (EVR12)** Patients with Undetectable HCV RNA (%) n/n = 5/7 12/16 9/15 26/38 0/6 0/8 0/8 0/22 T/ Patients with Undetectable HCV RNA (%) n/n = 6/7 14/16 10/15 30/38 T/ /6 2/8 2/8 6/22 No ART EFV/TDF/FTC ATV/r/TDF/FTC Total No ART EFV/TDF/FTC ATV/r/TDF/FTC Total *(RVR) = Rapid Virologic Response; **(cevr) = complete Early Virologic Response

11 RVS 12 semaines après traitement (RVS12*) 100 Patients avec RVS (%) n/n = 5/7 11/16 12/15 28/38 T/ 2/6 4/8 4/8 10/22 sans ART EFV/TDF/FTC ATV/r/TDF/FTC Total *Le patient était défini comme RVS12 si ARN VHC était < LLOQ dans la fenêtre de visite

12 Echappement/Rechute Virologiques VIH et VHC Aucun échappement VIH Echappement VHC: 2 patients sous T/ 1 sous EFV/TDF/FTC à S12 1 sous ATV/r + TDF/FTC à S4 => Génotype 1a, Mutations NS3: V36M et R155K Rechute VHC après T/ 1 patient. V36M au moment de l échappement puis reversion après 14 semaines

13 Effets indésirables les plus communs: pendant toute la durée du traitement N, (%) T/ (N=38), % (N=22), % Fatigue 16 (42) 9 (41) Prurit 15 (39) 2 (9) Céphalée 14 (37) 6 (27) Nausée 13 (34) 5 (23) Éruption cutanée 13 (34) 5 (23) Diarrhée 9 (24) 4 (18) Vertige 8 (21) 3 (14) Fièvre 8 (21) 2 (9) Dépression 8 (21) 2 (9) Neutropénie 9 (24) 5 (23) Anémie 7 (18) 4 (18) Vomissements 7 (18) 2 (9) Myalgie 6 (16) 5 (23) Frissons 6 (16) 4 (18) Insomnie 5 (13) 5 (23) Anorexie 4 (11) 4 (18) Perte de poids 5 (13) 5 (23) *Rapporté chez 15% des patients dans les groupes T/ ou pendant la durée totale du traitement, indépendamment de la sévérité, en rouge, les événements survenant avec une différence >10% entre le groupe T/ et le groupe. Les douleurs abdominales survenaient également plus fréquemment dans les groupes T/ ( 10% difference) par rapport à. Les éruptions cutanées et l anémie étaient des termes regroupant tous les événements d ordre dermatologique et relatifs à l anémie, respectivement. Au total, 18% (7/38) des patients T/ et 9% (2/22) des patients ont présenté un événement indésirable grave.

14 Événements présentant un intérêt particulier: pendant toute la durée du traitement T/ N=38 n (%) N=22 n/n (%) Éruption cutanée sévère 0 (0) 0 (0) Éruption cutanée légère ou modérée 13 (34) 5 (23) Anémie 7 (18) 4 (18) *Diminution d hémoglobine de Grade 3 (7,0-8,9 g/dl) 11 (29) 5 (23) Le taux de CD4 a diminué dans les groupes T/ et ; CD4% est resté inchangé. Utilisation d EPO 3 (8) 1 (5) Transfusions 4 (11) 1 (5) * DAIDS HIV-negative scale

15 Effets secondaires sévères et/ou ayant necessité arrêt du traitement Part A Part B Effets Secondaires Severes, n (%) Interruption uniquement Telaprevir, n (%) T/ N=7 N=6 EFV/TDF/FTC T/ N=16 N=8 ATV/r+TDF+FTC/3TC T/ N=15 N=8 1 (14) 1 (17) 1 (6) 0 5 (33) 1 (12) (7) 0 Ictère (7) 0 Interruption de tous les Anti VHC, n (%) (6) 0 2 (13) 0 Cholestase (7) 0 Anemie hémolytique* (7) 0 Nausées/vomissements 0 0 1(6) One additional patient had a serious AE of pneumococcal pneumonia reported after the Week 4 safety follow-up visit; Severe AE, occurred at Week 3; *Patient had Grade 3 hemoglobin, also experienced Grade 4 hemoglobin (SAE of hemolytic anemia).

16 Comparaison de la concentration du télaprévir à l équilibre selon la thérapie anti-rétrovirale Paramètre ARV Patients co-infectés VIH/VHC Concentration de Référence (sans ART) Moyenne (ng/ml) Ratio concentration/réf (%) Moyenne (90% IC) C min C avg C max EFV (56,156) ATV/r 131 (77, 222) EFV (64, 146) ATV/r 107 (70, 165) EFV (72, 143) ATV/r 98 (69, 140) EFV = ART avec efavirenz; ATV = ART avec atazanavir/ritonavir

17 Pharmacocinétique des ARV avant et pendant le traitement VHC chez les patients co-infectés VIH/VHC Patients co-infectés VIH/VHC ART Médiane C min avant le traitement VHC (ng/ml) C min Médiane du ratio C min pendant:avant le traitement VHC +T/ + +T/ + Atazanavir (ATV) % 97% Efavirenz (EFV) % 84% Tenofovir (+EFV) % 65% Tenofovir (-EFV) % 86% EFV = ART avec efavirenz; ATV = ART avec atazanavir/ritonavir

18 Conclusions RVS12 = 74 % sous T/ versus 45 % sous Exposition au TVR comparable sous ARV Profil de tolérance du TVR comparable à celui des patients mono-infectés par VHC

19 Investigateurs Essai VX 110 France Vlad Ratziu Pierre-Marie Girard Allemagne Peter Buggish Jürgen Rockstroh Espagne Cristina Tural Llacher Vincent Soriano États-Unis Laveesa Bhatti Edwin De Jesus Douglas Dieterich Brad Hare Gregory Huhn Dushyantha Jayaweera Jacob Lalezari Kenneth Sherman Mark Sulkowski David Wyles Remerciements aux patients Avec le support de Janssen et Vertex Pharmaceuticals Incorporated. We also thank study coordinators, and CROs who participated in the Study 110 trial, Elizabeth Zobre (I3) for statistical analysis, Christina Karunaratne and Dawn Vargas (Vertex Pharmaceuticals) for clinical project management, Bambang Adiwijaya, PhD, for pharmacokinetic analyses, Lisa Mahnke, MD PhD, for data analyses and interpretation, Scott McCallister, MD for interpretation of results, Mrudula Donepudi, PhD, and Valérie Philippon, PhD, (Vertex Pharmaceuticals) for medical writing, and Jonathan Kirk (Vertex Pharmaceuticals) for providing graphic design support.

20 Back Up

21 Règles d arrêt du Télaprévir Echappement virologique: ARN VHC>100 UI/mL après ARN VHC indétectable ARN VHC augmenté de >1 log 10 par rapport au nadir à S4, S8 ou S12. Patients Critères d arrêt Action Semaine 4 Semaine 8 Patients TVR ARN VHC >1000 UI/mL Arrêter TVR, continuer Semaine 12 Patients TVR avec 1000 UI/mL aux semaines 4 et 8 ARN VHC >1000 UI/mL Arrêter tous les médicaments Tous les autres patients Diminution de l ARN VHC <2 log 10 Arrêter tous les médicaments Semaine 24 Semaine 36 Tous les autres patients ARN VHC détectable Arrêter tous les médicaments

22 Proposed optimal duration of HCV therapy in chronic HCV/HIV-coinfected patients. W4 W12 W24 W48 W72 HCV-RNA neg G2/3 G1/4 > 2 log drop in HCV-RNA 24 weeks therapy * HCV-RNA neg G2/3 G1/4 48 weeks therapy 72 weeks therapy HCV-RNA pos HCV-RNA pos Stop < 2 log drop in HCV-RNA Stop * In patients with baseline low viral load and minimal liver fibrosis. Rockstroh, et al, EACS Guidelines 2011

23 Events of Special Interest: Overall Treatment Phase Rash No severe rashes were reported in either group 34% and 23% of T/ and patients, respectively had rash Anemia and Hemoglobin Decrease 4 patients (1 Part A, and 3 Part B, T/) received an erythropoietin stimulating agent 18% in either group had anemia 29% and 23% of T/ and patients, respectively, who were Grade 0 at baseline had Grade 3 hemoglobin shifts according to DAIDS HIVnegative scale ( g/dl) during the telaprevir treatment phase Indirect Bilirubin Patients receiving the ATV/r-based regimens in both T/ and experienced elevated indirect bilirubin upon HCV treatment. The elevated bilirubin was related to atazanavir exposure, consistent with previously reported literature 1 CD4 counts CD4 counts declined in both T/ and groups; CD4% remain unchanged 1 Molina J-M, et al. The Lancet (2008) 372:

24 Résultats globaux dans groupes T/ et Total Résultat virologique n/n (%) T/ RVS12 28/38 (74) 10/22 (45) Patients sans RVS12 10/38 (26) 12/22 (55) Échec virologique pendant le traitement 3/38 (8) 8/22 (36) ARN VHC détectable à S48 5/37* (14) 9/22 (41) Patients avec rechute 1/32 (3) 2/13 (15) Autre 6/38 (16) 2/22 (3) La rechute était définie comme l ARN VHC LLOQ dans la fenêtre de fin de traitement réel. Le dénominateur utilisé pour le calcul des rechute était le nombre de patients avec des valeurs <LLOQ à la visite de fin de traitement, ou ceux dont la valeur observée après la fenêtre de fin de traitement réelle était <LLOQ. *N=37, 1 patient n avait pas de valeur d ARN VHC à la fin de traiteent patient T/ de la Partie A

25 Echappement/Rechute Virologiques VIH et VHC Aucun échappement VIH Echappement VHC: 2 patients sous T/ 1 sous EFV/TDF/FTC à S12 1 sous ATV/r + TDF/FTC à S4 => Génotype 1a, Mutations NS3: V36M et R155K Rechute VHC après T/ 1 patient. V36M au moment de l échappement puis reversion après 14 semaines

Conflits d intérêt P-M Girard

Conflits d intérêt P-M Girard Télaprévir en association avec peg-interféron alfa/ribavirine chez les patients co-infectés VIH/VHC : résultats finaux 24 semaines après fin de traitement (RVS24) Essai VX 110 Pierre-Marie Girard 1, Vincent

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim.

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim. Les données des études pivots de phase III STARTVerso démontrent l'efficacité du faldaprevir * dans des populations de patients difficiles à guérir telles que celles co-infectées par le VIH et celles avec

Plus en détail

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique

Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Marseille 25 octobre 2012 Accompagnement du traitement chez les co-infectés VHC-VIH en pratique Dominique Larrey Service d Hépatogastroenterologie et transplantation Hôpital Saint Eloi CHU Montpellier

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. 10 décembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 décembre 2008 VIRAFERONPEG 50 µg/ 0.5 ml, poudre et solvant pour solution injectable B/1 : code CIP 355 189.3 B/4 : code CIP 355 191.8 VIRAFERONPEG, stylo pré-rempli

Plus en détail

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach

Hépatite = inflammation du foie. Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach Hépatite = inflammation du foie Pr Bronowicki CHU Nancy - 17.11.2011 Conférence mensuelle - section de Forbach 1 Hépatites virales chroniques 2 Histoire naturelle Hépatite aiguë Guérison Hépatite chronique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Actualités sur le Virus de l'hépatite C

Actualités sur le Virus de l'hépatite C CBP CHRU Lille Actualités sur le Virus de l'hépatite C 2.0 ANNE GOFFARD UNIVERSITÉ LILLE 2 DROIT ET SANTÉ FACULTÉ DES SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES DE LILLE 2012 Table des matières I - Épidémiologie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009

PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009 PRISE EN CHARGE DE L HEPATITE CHRONIQUE C EN 2009 CHU BAB EL OUED DR OSMANE DR MAHIOU PR NAKMOUCHE Evolution du traitement de hépatite c Découverte du génome de l HVC 1989 1989 1989 Evolution du traitement

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Traitement de l infection par le VHC : nouvelles stratégies, nouveaux enjeux. Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne 26 mars 2014

Traitement de l infection par le VHC : nouvelles stratégies, nouveaux enjeux. Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne 26 mars 2014 Traitement de l infection par le VHC : nouvelles stratégies, nouveaux enjeux Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne 26 mars 2014 L hépatite C Les moyens thérapeutiques: le cycle viral Les moyens

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

Traitement de l hépatite C: données récentes

Traitement de l hépatite C: données récentes Traitement de l hépatite C: données récentes J.-P. BRONOWICKI (Vandœuvre-lès-Nancy) Tirés à part : Jean-Pierre Bronowicki Service d Hépatogastroentérologie, CHU de Nancy, 54500 Vandœuvre-lès-Nancy. Le

Plus en détail

Hépatite C, les nouveaux traitements

Hépatite C, les nouveaux traitements Hépatite C, les nouveaux traitements Dr Ghassan Riachi CHU de Rouen QDN 2014 Revue de presse p L hépatite C est une maladie curable Peginterferon + DAAs 2011 Standard Interferon 1991 + Ribavirin 1998 2001

Plus en détail

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel Inhibiteur de Protéase? 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel inhibiteur

Plus en détail

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux 14 ème forum SOS Hépatites, Lyon Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux Dr. Sylvie LARRAT Laboratoire de Virologie CHU Grenoble Hépatite C chronique 180 millions de porteurs

Plus en détail

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 -

Le Comité Scientifique a traité les questions suivantes : «Association reconnue d utilité publique» - 1 - - 1 - Prise de position de l'association Française pour l'etude du Foie (AFEF) sur les trithérapies (Peg-IFN + ribavirine + inhibiteur de protéase) dans la prise en charge des malades atteints d'hépatite

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Nouveaux développements en recherche sur le VHC et leurs répercussions sur la pratique de première ligne

Nouveaux développements en recherche sur le VHC et leurs répercussions sur la pratique de première ligne Nouveaux développements en recherche sur le VHC et leurs répercussions sur la pratique de première ligne Marie-Louise Vachon, M.D., M.Sc. Microbiologiste-Infectiologue CHUQ- Centre Hospitalier de l Université

Plus en détail

Place des Examens de Biologie Moléculaire dans le Suivi des Hépatites

Place des Examens de Biologie Moléculaire dans le Suivi des Hépatites Place des Examens de Biologie Moléculaire dans le Suivi des Hépatites Stéphane Chevaliez Centre National de Référence des Hépatites Virales B, C et delta Laboratoire de Virologie & INSERM U955 Hôpital

Plus en détail

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Réunion Inter-Corevih Basse Normandie - Bretagne Mont Saint-Michel Février 2014 Jean-Marc Chapplain Plan Actualité Dissection

Plus en détail

Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique

Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique Données récentes sur les nouveaux TAR : incidence sur la gestion du VIH dans la pratique clinique Supported by an independent educational grant from WebMD Global, LLC This document is for educational purposes

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin

Best of Hépatologie 2010. Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Best of Hépatologie 2010 Dr Anais VALLET-PICHARD Hépatologie Hôpital Cochin Evaluation de la fibrose Analyse des échecs de l élastométrie impulsionnelle Castera L et al. Hepatology 2010;51 (3): 828-35

Plus en détail

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet*

Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* Entretiens de Bichat 26 sept. 2013 Salle 352 A 17 h 30 18 h 30 Place du médecin généraliste dans la gestion du traitement de l hépatite C C. Buffet* * Hépatologue, Université Paris XI, Centre de compétence

Plus en détail

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Clotilde Allavena NANTES Symposium JANSSEN JNI 2011, Toulouse Jusqu en 1996, la montée en puissance Bithérapie 2 NUCs Trithérapie 2 NUCs

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 9 mai 2012. rilpivirine Code ATC (2012): J05AG05 (inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse)

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 9 mai 2012. rilpivirine Code ATC (2012): J05AG05 (inhibiteur non nucléosidique de la transcriptase inverse) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 9 mai 2012 EDURANT 25 mg, comprimés pelliculés Flacon/30 (CIP: 219 472-9) Laboratoire JANSSEN-CILAG rilpivirine Code ATC (2012): J05AG05 (inhibiteur non nucléosidique

Plus en détail

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique

Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Mme BORGHI Monique Infirmière ETP Mme ALEXIS Françoise Hopital Archet I Infectiologie/Virologie Clinique Une hépatite est une inflammation du foie causée soit par des substances toxiques (médicaments,

Plus en détail

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici

Bonne lecture!! et si vous souhaitez consulter le document de l AFEF dans son intégralité, c est ici Un résumé des recommandations éditées par l AFEF le 1 er juin 2015 Les recommandations de l AFEF vont plus loin que celles de l EASL. Le Pr Victor De Lédinghen, du CHU de Bordeaux, et secrétaire général

Plus en détail

Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004

Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004 Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004 Pr C. PERRONNE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Raymond Poincaré Faculté de Médecine Paris - Ile de France

Plus en détail

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1)

Avis 5 mars 2014. PEGASYS 90 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 269 805 1 1) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 5 mars 2014 PEGASYS 180 microgrammes, solution injectable 1 seringue pré-remplie en verre de 0,5 ml avec aiguille (CIP : 34009 359 960 6 0) 1 stylo pré-rempli de 0,5

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

Mise à jour VIH Revue des données récentes concernant les nouveaux traitements antiviraux

Mise à jour VIH Revue des données récentes concernant les nouveaux traitements antiviraux Mise à jour VIH Revue des données récentes concernant les nouveaux traitements antiviraux Soutenu par une bourse indépendante de formation de ViiV Healthcare. www.medscape.org/viewarticle/826417 Mise à

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

Les charges virales basses: constat et gestion

Les charges virales basses: constat et gestion Les charges virales basses: constat et gestion Symposium inter-régional viro-clinique Hardelot 25-26 Mai 2011 Laurence Bocket --- Laboratoire de Virologie --- CHRU Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 ISENTRESS, comprimé à croquer 25 mg Flacon de 60 comprimés (CIP : 3400926992408) ISENTRESS, comprimé à croquer sécable 100 mg Flacon de 60 comprimés (CIP

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Objectifs pédagogiques Connaitre les problèmes pratiques posés

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC

Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Co-infection HVB HVC CO-infection VIH HVB et HVC Abdelfattah CHAKIB Faculté de médecine et de pharmacie de Casablanca Service des maladies infectieuses, CHU Ibn Rochd 06 61 42 91 64 afchakib@gmail.com

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B

TRAITEMENT DE L HÉPATITE B TRAITEMENT DE L HÉPATITE B P Mathurin Service d Hépatogastroentérologie Pr Paris Hôpital Claude Hurriez CHRU Lille CRITERES VIROLOGIQUES ET HISTOIRE NATURELLE 1 OBJECTIF THERAPEUTIQUE: Séroconversion HBe

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent

Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent Notes Traitement ARV de l'infection à VIH chez l'adulte et l'adolescent Module 5 Contexte Les traitements ARV sont des médicaments destinés à bloquer la multiplication du VIH. Leur bonne utilisation chez

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD)

RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) RECOMMANDATION DU COLLÈGE Prise en charge de l hépatite C par les médicaments anti-viraux à action directe (AAD) Juin 2014 Ce rapport est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service

Plus en détail

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole

CAS CLINIQUE 2. 2013 (juin) : patiente toujours en cours de traitement par Létrozole 2008 (décembre) : Patiente de 60 ans Tumorectomie plus curage CAS CLINIQUE 2 carcinome canalaire infiltrant de 2.5 cm, grade 2 RH+ (RO + 100% +++, Allred 8, RP + 80 % ++ Allred 7) Her2-, KI 67 à 18 %,

Plus en détail

Les hépatites virales chroniques B et C

Les hépatites virales chroniques B et C Les hépatites virales chroniques B et C www.aqodad.ma Service d hépato-gastroentérologie CHU HASSAN II; Fès 6èmes journées médicales d Al Hoceima; Le 28 09 2013 1 Introduction Problème majeur de santé

Plus en détail

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME Docteur Jean PERRIOT Dispensaire Emile Roux Clermont-Ferrand jean.perriot@cg63.fr DIU Tabacologie Clermont-Ferrand - 2015 NOTIONS GENERALES INTRODUCTION.

Plus en détail

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse

ALK et cancers broncho-pulmonaires. Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse ALK et cancers broncho-pulmonaires Laurence Bigay-Gamé Unité d oncologie thoracique Hôpital Larrey, Toulouse Toulouse, le 19 Février 2013 Adénocarcinomes : Lung Cancer Mutation Consortium Identification

Plus en détail

USAGERS DE DROGUE ET VHC ADIJA CHAMPAGNOLE MARDI 17 MARS

USAGERS DE DROGUE ET VHC ADIJA CHAMPAGNOLE MARDI 17 MARS USAGERS DE DROGUE ET VHC ADIJA CHAMPAGNOLE MARDI 17 MARS RAPPELS Répartition des patients VHC 15% Nosocomial 20% Autres + Inconnue 3% Activité prof. 37 % Transfusion 1 % sexuel 25 % Toxicomanie IV D'après

Plus en détail

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil Prise en charge du nouveau-né de mère m HIV Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil GROSSESSE Chez une femme infecté par le VIH,la grossesse est a risque = prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay

S. Kernéis, T. Ancelle, V. Naneix-Laroche, N. Amrane, JP. Leroy, T. Hanslik, O. Launay Etude AMARCOR Tolérance et immunogénicité du vaccin contre la fièvre jaune chez des sujets recevant une corticothérapie par voie générale : étude de cohorte observationnelle S. Kernéis, T. Ancelle, V.

Plus en détail

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier

Cas clinique 2. Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique 2 Florence JOLY, Caen François IBORRA, Montpellier Cas clinique Patient de 60 ans, ATCD: HTA, IDM en 2007, hypercholestérolémie Juin 2008: Toux, dyspnée (sous 02) et anorexie progressive Bilan

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

EPOETIN BETA (Néorecormon )

EPOETIN BETA (Néorecormon ) Situation temporairement acceptable EPOETIN BETA (Néorecormon ) Anémie (hémoglobine

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er octobre 2008 Examen dans le cadre de la réévaluation du service médical rendu de la classe des IMAO B, en application de l article R 163-21 du code de la sécurité

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD Brazil Burkina Faso (Bobo Dioulasso) Cambodia (Phnom Penh) Cameroon (Yaounde) Côte d Ivoire (Abidjan) Senegal (Dakar) Vietnam (Ho Chi Minh City) South Africa,

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Traitement des hépatites virales

Traitement des hépatites virales Traitement des hépatites virales Philippe Sogni Hépato-gatroentérologie gatroentérologie,, Hôpital Cochin et Faculté de Médecine Paris 5 Sogni 1 Hépatite chronique C Sogni 2 Prévalence en France des Ac..

Plus en détail

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C

Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Traitement des hépatites h chroniques virales B et C Dr Joanna POFELSKI Service d hépatod pato-gastroentérologierologie CH d Annecyd Particularités? Virus hépatotropes / cytopathogènes : lésions hépatiques

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand?

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Michelle Martinot-Peignoux Service d Hépatologie Hôpital Beaujon Université Paris-Diderot INSERM U-773/CRB3 Clichy-France Plan Introduction Applications Cliniques

Plus en détail

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C

Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite chronique C Guide du parcours de soins Titre ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite chronique C Juillet 2015 ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE N 6 HÉPATITE CHRONIQUE C Ce document est

Plus en détail

Solutions pratiques dans le traitement de l hépatite chronique virale C

Solutions pratiques dans le traitement de l hépatite chronique virale C INFECTIONS VIRALES Solutions pratiques dans le traitement de l hépatite chronique virale C DENIS OUZAN Solutions pratiques dans le traitement de l hépatite chronique virale C DENIS OUZAN Médecin hépatologue

Plus en détail

1. Différentes hépatites/ différents traitements

1. Différentes hépatites/ différents traitements III. Traitements 55 1. Différentes hépatites/ différents traitements Se faire soigner 1.1 Traitements des hépatites virales D après les expériences pratiques et la littérature scientifique, le traitement

Plus en détail

Nouveautés dans Asthme & MPOC

Nouveautés dans Asthme & MPOC Nouveautés dans Asthme & MPOC Dr Gilles Côté Pneumologue CSSSGatineau Pavillon de Hull 31 Janvier 2014 Conflit d intérêt Aucun 2 1 Objectifs A la fin de cette capsule, le participant pourra identifier

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

F ZOULIM. Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux

F ZOULIM. Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux F ZOULIM Traitement du VHB : Interféron ou anti-viraux - Connaître les objectifs du traitement - Connaître les résultats immédiats et à long terme des traitements - Savoir choisir une option thérapeutique

Plus en détail

Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent et l adulte

Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent et l adulte REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO Ministère de la Santé Programme National de Lutte contre le VIH/SIDA et les ISTs PNLS Guide national de traitement de l infection à VIH par les antirétroviraux Chez l adolescent

Plus en détail

Chaque comprimé pelliculé contient du chlorhydrate de rilpivirine équivalent à 25 mg de rilpivirine.

Chaque comprimé pelliculé contient du chlorhydrate de rilpivirine équivalent à 25 mg de rilpivirine. Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire qui permettra l identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable

Plus en détail

First do no harm Hippocrates (470 360 BC)

First do no harm Hippocrates (470 360 BC) PHARMACOVIGILANCE DR A.TEBAA - Pr R. SOULAYMANI BENCHEIKH CENTRE ANTI POISON ET DE PHARMACOVIGILANCE M.COOPER-SHANTHI-PAL QUALITY ASSURANCE ET SECURITY MEDECINE Dakar 5-9 Mars 2006 First do no harm Hippocrates

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Hépatite Chronique C GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Hépatite Chronique C Mai 2006 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence

Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence Le dropéridol n est pas un traitement à considérer pour le traitement de la migraine à l urgence On pose fréquemment le diagnostic de migraine sévère à l urgence. Bien que ce soit un diagnostic commun,

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

Les médicaments anti-vih. Ce que je devrais savoir sur la thérapie 1

Les médicaments anti-vih. Ce que je devrais savoir sur la thérapie 1 Les médicaments anti-vih Ce que je devrais savoir sur la thérapie 1 LES MÉDICAMENTS ANTI-VIH Ce livret offre un premier aperçu pour tous ceux qui souhaitent s informer sur les traitements contre le VIH.

Plus en détail

Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C. Marie-Laure Chaix Virologie Necker

Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C. Marie-Laure Chaix Virologie Necker Diagnostic et suivi virologique des hépatites virales B et C Marie-Laure Chaix Virologie Necker OUTILS DIAGNOSTIQUES VHC Transaminases Recherche des Anticorps! Tests indirects - Anticorps! ELISA! RIBA

Plus en détail

Cours de Mme Ollivier. Le 17.12.2008

Cours de Mme Ollivier. Le 17.12.2008 Pharmacologie de la pathologie VIH : Les anti-rétroviraux Rôle infirmier dans la prise en charge du patient sous ARTV : éducation, prévention et gestion des effets secondaires Cours de Mme Ollivier Le

Plus en détail

Nouvelles thérapeutiques du VHC: progrès vers l éradication virale

Nouvelles thérapeutiques du VHC: progrès vers l éradication virale Nouvelles thérapeutiques du VHC: progrès vers l éradication virale Fabien Zoulim Service d hépatologie, Hospices Civils de Lyon & Laboratoire des Hépatites, INSERM U1052 Université de Lyon, France Prévalence

Plus en détail

Le VIH et votre foie

Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Le VIH et votre foie Que dois-je savoir au sujet de mon foie? Votre foie joue un rôle incroyablement important. Il filtre votre sang en éliminant les substances nocives (toxiques)

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper

INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive. Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper INTERFERON Traitement adjuvant du mélanome à haut risque de récidive Dr Ingrid KUPFER-BESSAGUET Dermatologue CH de quimper Pourquoi proposer un TTT adjuvant? Probabilité de survie à 10 ans en fonction

Plus en détail

Les médicaments anti-vih

Les médicaments anti-vih Les médicaments anti-vih 2012 Deuxième édition In collaboration with: Remerciements Edité par Keith Alcorn, Selina Corkery et Greta Hughson Deuxième édition française: 2012 Adaptée de la onzième édition

Plus en détail

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 avril 2015 PLEGRIDY 63 microgrammes + 94 microgrammes, solution injectable en seringue préremplie, coffret d initiation B/2 (CIP : 34009 279 490 3 6) PLEGRIDY 63 microgrammes

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Co-infections VIH virus des hépatites virales B et C. Lionel PIROTH CHU Dijon Paris, 10 janvier 2007

Co-infections VIH virus des hépatites virales B et C. Lionel PIROTH CHU Dijon Paris, 10 janvier 2007 Co-infections VIH virus des hépatites virales B et C Lionel PIROTH CHU Dijon Paris, 10 janvier 2007 Traitement des patients co-infectés VIH-VHC Probabilité cumulée d évolution vers le SIDA Pourquoi envisager

Plus en détail

Le point sur le traitement de l hépatite C chronique

Le point sur le traitement de l hépatite C chronique nouveautés en gastroentérologie et hépatologie Le point sur le traitement de l hépatite C chronique Rev Med Suisse 2010 ; 6 : 174-9 F. Bihl I. Pache J. Hess D. Moradpour Drs Florian Bihl, Isabelle Pache

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

VIH/SIDA 2009. Dr. Rémi De Champlain Omnipraticien 30 septembre 2009

VIH/SIDA 2009. Dr. Rémi De Champlain Omnipraticien 30 septembre 2009 VIH/SIDA 2009 Dr. Rémi De Champlain Omnipraticien 30 septembre 2009 1 2 Objectifs Revoir les principales lignes directrices du traitement du VIH/SIDA les plus récentes Réviser les nouveaux médicaments

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

Comment mesurer la résistance aux antiviraux???

Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Dr Marie-Laure Chaix Laboratoire de Virologie Hôpital Necker DIU de physiopathologie et thérapeutique des maladies infectieuses et tropicales (Module 1)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Équivalence et Non-infériorité

Équivalence et Non-infériorité Équivalence et Non-infériorité Éléments d Introduction Lionel RIOU FRANÇA INSERM U669 Mars 2009 Essais cliniques de supériorité Exemple d Introduction Données tirées de Brinkhaus B et al. Arch Intern Med.

Plus en détail

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C Réunion Tunisienne de Consensus Organisée par La Société Tunisienne de Gastro-entérologie Sous l égide de La Société Tunisienne des Sciences Médicales Traitement des Hépatites Chroniques Virales B et C

Plus en détail