FAIBLESSE DES MARGES INDUSTRIELLES AVRIL 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FAIBLESSE DES MARGES INDUSTRIELLES AVRIL 2014"

Transcription

1 FAIBLESSE DES MARGES INDUSTRIELLES AVRIL 2014

2 SNF ET INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE 76 Charges salariales en % de la valeur ajoutée 8 Impôts indirects nets de subventions Industrie manufacturière 6 4 Industrie manufacturière 70 2 Sociétés non financières Sociétés non financières Excédent brut d exploitation Sociétés non financières Industrie manufacturière Source : Insee

3 Les charges salariales (masse salariale + cotisations sociales employeurs) des sociétés non financières plafonnent autour d un pic de 68 % de leur valeur ajoutée depuis quelques trimestres. Les impôts indirects (Contribution économique territoriale, Contribution sociale de solidarité des sociétés, taxe foncière) nets de subventions, qui ont sensiblement augmenté ces dernières années, retrouvent leur point haut du second semestre 2009 à 4,1 %. En conséquence, le taux de marge des sociétés non financières dépasse à peine la barre des 28 % au quatrième trimestre 2013, ratio le plus faible depuis Dans l industrie manufacturière, la situation est préoccupante. Les entreprises affichent en effet un taux de marge (excédent brut d exploitation / valeur ajoutée) de seulement 23 %, en retrait de plus de cinq points par rapport à la moyenne relevée depuis Ce résultat s explique par des charges salariales et des impôts sensiblement plus élevés que dans les autres secteurs marchands.

4 ZONE EURO INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE 45 EBE + impôts indirects nets de subventions en % de la valeur ajoutée % Zone euro Allemagne France Zone euro France Source : Eurostat

5 La position des entreprises françaises est atypique en Europe. Selon les données d Eurostat, le taux de marge des entreprises manufacturières, avant impôts indirects nets de subventions, atteint en effet 29 % dans notre pays contre plus de 36 % en zone euro. Les performances de l Allemagne restent enviables en dépit de l inflexion observée depuis deux ans, tandis que les marges des entreprises espagnoles s envolent en liaison avec la chute passée de l emploi et la modération des salaires. L excédent brut d exploitation, avant impôts indirects nets de subventions, des entreprises industrielles installées en France représentait 18 % de celui des pays de la zone euro en Le ratio a été divisé par deux en l espace de douze ans, avant de se redresser modestement en fin de période.

6 INDUSTRIE MANUFACTURIÈRE Excédent brut d exploitation en % de la valeur ajoutée Industries agroalimentaires Biens intermédiaires 20 Biens d équipement 10 0 Matériels de transport Source : Insee

7 Les comptes d exploitation des entreprises manufacturières publiés par l Insee permettent une distinction par grands secteurs. Le taux de marge dans les industries agroalimentaires, traditionnellement le plus élevé, approche 40 % de la valeur ajoutée, niveau comparable à ceux enregistrés avant la crise. En même temps, le ratio pour les biens d équipement remonte à 27 % en regard d environ 15 % entre 2009 et 2011 et celui des biens intermédiaires stagne à 20 %. Dans les matériels de transport, le taux de marge, négatif à plusieurs reprises en raison des difficultés du secteur automobile, retrouve une tendance ascendante. À 10 %, il demeure toutefois très en retrait de ceux des autres industries.

8 SOCIÉTÉS NON FINANCIÈRES 9 Dividendes nets versés en % de la valeur ajoutée 6 Impôts directs Intérêts nets versés 18 Épargne Source : Insee

9 Plusieurs catégories de dépenses doivent être déduites de l EBE afin de déterminer les sommes restantes pour l investissement. Les dividendes nets versés par les sociétés non financières, qui se sont redressés à partir de 2011, représentent actuellement 8,7 % de leur valeur ajoutée. Parallèlement, les intérêts nets versés repartent à la baisse vers 1,2 %, dépassant à peine leur creux de Au total, la somme des dividendes et intérêts nets versés oscille autour d une horizontale à 10 % de la valeur ajoutée. Enfin, les impôts directs s affichent autour de 3,5 % depuis le début de l an passé et un poste divers (transferts courants, primes d assurances, etc.) non représenté sur le document ressort à environ 2 %. Au total, le taux d épargne des entreprises s inscrit à un plus bas de moins de 13 % de leur valeur ajoutée en regard d une moyenne de 16,5 % en 2007.

10 SOCIÉTÉS NON FINANCIÈRES 27 Dividendes en % de la valeur ajoutée 13 Intérêts 25 Versés 12 Versés Reçus Reçus 7 3 Source : Insee

11 La montée en puissance du financement par émission d actions et le développement des participations croisées ont entraîné une hausse de 11 points du ratio dividendes versés/valeur ajoutée entre 2000 et Une correction est intervenue pendant la crise, avant une remontée régulière ces dernières années. Dans le même temps, les intérêts d emprunt versés se sont effondrés grâce à diminution des taux d intérêt. Dans un supplément de La Nouvelle Vie Ouvrière publié récemment, la CGT dénonce le niveau élevé du coût du capital en France, mettant en exergue une progression nettement plus rapide des intérêts et dividendes versés que celle de la masse salariale et de l investissement depuis En fait, la CGT a omis de défalquer les dividendes et intérêts reçus par les entreprises. Si cette consolidation avait été effectuée, la conclusion aurait été fort différente : ces trois dernières décennies, la somme des dividendes et intérêts nets versés a augmenté à un rythme proche de ceux de la masse salariale et de l investissement.

12 ZONE EURO SOCIÉTÉS NON FINANCIÈRES Épargne en % de la valeur ajoutée France Zone euro Autofinancement mm2t Zone euro 24 Investissements France 22 Zone euro France Source : Eurostat

13 Le taux d investissement des entreprises françaises est longtemps resté inférieur à celui de leurs voisins européens. Il n a guère varié depuis la crise, alors que celui des autres économies s est sensiblement contracté. Tous deux se situent désormais autour de 19 % de la valeur ajoutée. En revanche, un écart substantiel demeure entre les taux d épargne : 13 % dans notre pays contre une moyenne de 19 % dans la zone euro. Dans ce contexte, les sociétés non financières européennes autofinancent quasiment intégralement leurs investissements, situation qui avait été observée de façon transitoire en France à la fin des années quatre-vingt dix. Aujourd hui, le taux d autofinancement français s inscrit à seulement 67 %.

14 Les marges de l industrie manufacturière sont sensiblement plus basses que la moyenne française, en raison d un poids plus important à la fois des charges salariales (71 % contre 68 % pour l ensemble des sociétés non financières) et des impôts indirects (7 % contre 4 %). Il est donc logique que le gouvernement agisse dans les deux domaines : baisse de cotisations sociales et allègement de la fiscalité sur la production. Les mesures annoncées le 8 avril sont étalées sur plusieurs années. Une accélération de leur mise en œuvre prendrait en compte l urgence de la restauration de notre compétitivité industrielle.

15 Les séries statistiques sont issues de la banque de données Thomson Reuters Datastream.

16

EMPLOI & SALAIRES ACTUALITÉ N 352 OCTOBRE 2014 SALAIRES. Ralentissement. 20 REVENUS DES MÉNAGES : modération du salaire de base

EMPLOI & SALAIRES ACTUALITÉ N 352 OCTOBRE 2014 SALAIRES. Ralentissement. 20 REVENUS DES MÉNAGES : modération du salaire de base EMPLOI & SALAIRES SALAIRES Ralentissement 20 REVENUS DES MÉNAGES : modération du salaire de base 21 COMPÉTITIVITÉ-COÛT : effet du CICE 22 PARTAGE DE LA VALEUR AJOUTÉE : recul des marges PAGE 18 salaires

Plus en détail

Focus sur les salaires

Focus sur les salaires Focus sur les salaires L Insee dresse chaque année en collaboration avec la DARES un panorama complet de l emploi et des salaires. L édition 2012 a été publiée le 22 février. Décryptage des évolutions

Plus en détail

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre

Les chiffres du MEDEF Octobre Analyse de la compétitivité des entreprises françaises. Les chiffres du MEDEF octobre Les chiffres du MEDEF Octobre 216 Analyse de la compétitivité des entreprises françaises Les chiffres du MEDEF octobre 216 1 SOMMAIRE I - PARTS DE MARCHÉ 1 - Poids de la France dans les exportations mondiales

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart des fiches thématiques sont, sauf mention contraire, définis sur la base d unités

Plus en détail

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009

Evolution du niveau de vie des retraités et des actifs de 1996 à 2009 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 23 novembre 2011-9 h 30 «Niveaux des pensions et taux de remplacement» Document N 6 Document de travail, n engage pas le Conseil Evolution du niveau

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. France : faut-il devenir plus optimiste? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. France : faut-il devenir plus optimiste? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE février N France : faut-il devenir plus optimiste? Jusqu à la fin de, il était difficile d être optimiste sur les perspectives économiques pour la France : enquêtes mal orientées,

Plus en détail

L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré

L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré FICHE PAYS ESPAGNE : UNE BATAILLE PERDUE D AVANCE? Département analyse et prévision L Espagne livre-t-elle une bataille perdue d avance? Malgré tous les efforts en termes de finances publiques et de réformes

Plus en détail

2) La croissance des dépenses publiques

2) La croissance des dépenses publiques 1 FIPECO, le 31.05.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 2) La croissance des dépenses publiques La définition, le montant et la répartition des dépenses publiques, en France et dans

Plus en détail

Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent

Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent Une épargne en baisse, des programmes d investissement qui fléchissent 1 - Une diminution de l épargne pour la première fois depuis 6 ans Si on neutralise les effets de la suppression des contingents communaux

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 24 au 28 mars 2014 n 155 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 24 au 28 mars 2014 n 155 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 24 au 28 mars 2014 n 155 SOMMAIRE FRANCE 1. Climat des affaires en mars 2014 : lourdeur persistante, avec un indicateur qui peine à se redresser 2. Moral des ménages en mars 2014

Plus en détail

Sujet : le partage de la valeur ajoutée en France. Liste des documents

Sujet : le partage de la valeur ajoutée en France. Liste des documents Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Julien Grenet et Élise Huillery Sujet : le partage de la valeur ajoutée en France Liste des documents Document 1 : Document 2 : Document

Plus en détail

Observatoire du financement des entreprises. Rapport sur la situation économique et financière des PME. Mai 2014

Observatoire du financement des entreprises. Rapport sur la situation économique et financière des PME. Mai 2014 Observatoire du financement des entreprises Rapport sur la situation économique et financière des PME Mai 2014 Composition de l Observatoire du financement des entreprises PRESIDENT : Jeanne-Marie Prost

Plus en détail

ATTAC Le partage de la valeur ajoutée: salaires et profits

ATTAC Le partage de la valeur ajoutée: salaires et profits ATTAC 19-20 Introduction à l économie 2. Le partage de la valeur ajoutée: salaires et profits 1 Rappel : Les trois approches du PIB Approche production: Le PIB est égal à la valeur ajoutée brute créée

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Voit-on des signes de réindustrialisation de la France? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Voit-on des signes de réindustrialisation de la France? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 4 mai 16 N 486 Voit-on des signes de réindustrialisation de la France? Avec la dégradation de la compétitivité-coût de la Chine et des autres pays émergents, avec l amélioration

Plus en détail

La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015)

La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015) La situation d ensemble des finances publiques (à fin janvier 2015) PRÉSENTATION Le programme de stabilité transmis par la France à la Commission européenne en avril 2014 prévoyait de ramener le déficit

Plus en détail

La timide reprise de l économie espagnole qui s était enclenchée

La timide reprise de l économie espagnole qui s était enclenchée FICHE PAYS ESPAGNE : CHAMPIONNE DE LA RIGUEUR Département analyse et prévision La timide reprise de l économie espagnole qui s était enclenchée au premier trimestre 2010 a tourné court fin 2011 avec une

Plus en détail

Métiers du Bâtiment. Observatoire économique 2014. Inscrit au tableau de l Ordre des Experts-comptables. www.cerfrance-alliancecentre.

Métiers du Bâtiment. Observatoire économique 2014. Inscrit au tableau de l Ordre des Experts-comptables. www.cerfrance-alliancecentre. Métiers du Bâtiment Observatoire économique 2014 Inscrit au tableau de l Ordre des Experts-comptables www.cerfrance-alliancecentre.fr Les entreprises du bâtiment adhérentes de CERFRANCE Alliance Centre

Plus en détail

RESULTATS CONSOLIDES DE L'EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2015

RESULTATS CONSOLIDES DE L'EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2015 09 juillet 2015 RESULTATS CONSOLIDES DE L'EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2015 Après un début d exercice difficile, les ventes annuelles se situent à 13,3% d évolution par rapport à l exercice précédent, avec

Plus en détail

Le deuxième pilier de pension est une nécessité! I Introduction 02. I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03

Le deuxième pilier de pension est une nécessité! I Introduction 02. I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03 ssur 01 N 11 I Bulletin hebdomadaire du 19/03/2009 Le deuxième pilier de pension est une nécessité! Contenu I Introduction 02 I 1. Le système des pensions en Belgique : trois piliers 03 I 2. Situation

Plus en détail

Examen de la situation financière et du résultat

Examen de la situation financière et du résultat Examen de la situation financière et du résultat I. Résultats opérationnels du groupe pour l exercice 2011 Chiffre d affaires consolidé Le groupe Audika a réalisé en 2011 un chiffre d affaires de 110.7

Plus en détail

Fiches sectorielles. Construction

Fiches sectorielles. Construction Fiches sectorielles 7.1 Chiffres clés de la construction Avec 576 entreprises et un chiffre d affaires de 289 milliards d euros en 214, la construction représente 16 % des entreprises et 8 % du chiffre

Plus en détail

16,6 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS)

16,6 % Industrie. Production passée et prévisions (en solde d opinions CVS) 16,6 % Poids des effectifs de l industrie par rapport à la totalité des effectifs Industrie La production industrielle a légèrement fléchi en avril. Les commandes ont été nourries par le secteur des matériels

Plus en détail

Dans un contexte de reprise économique, quelle sortie de crise pour la construction en Europe et aux Etats-Unis?

Dans un contexte de reprise économique, quelle sortie de crise pour la construction en Europe et aux Etats-Unis? Dans un contexte de reprise économique, quelle sortie de crise pour la construction en Europe et aux Etats-Unis? Karine Berger, Directrice Marchés et Marketing Euler Hermes Yann Lacroix, Responsable Etudes

Plus en détail

Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise

Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise Focus économique et financier BORDEAUX MÉTROPOLE : Les TPE métropolitaines face à la crise SYNTHÈSE Entre 2005 et 2014, les évolutions de chiffre d affaires des Très Petites Entreprises (TPE) constatées

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Quelles évolutions de long terme les investisseurs en actions (américaines, européennes) doivent-ils regarder? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Quelles évolutions de long terme les investisseurs en actions (américaines, européennes) doivent-ils regarder? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin N Quelles évolutions de long terme les investisseurs en actions (américaines, européennes) doivent-ils regarder? Nous pensons que les investisseurs en actions, s ils

Plus en détail

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013

DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 DIVERGENCES DES PERFORMANCES EUROPÉENNES DÉCEMBRE 2013 MONDE PIB 108 106 Pays développés début 2007 = 100 104 États-Unis 102 100 98 96 94 92 Japon Royaume-Uni Zone euro 90 2007 2008 2009 2010 2011 2012

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 3 juin 1 N 7 Ce qui a structuré les marchés financiers depuis 35 ans va disparaître Les marchés financiers ont été structurés depuis plus de 35 ans par deux évolutions (nous

Plus en détail

TENDANCES RÉGIONALES ILE-DE-FRANCE SEPTEMBRE 2006

TENDANCES RÉGIONALES ILE-DE-FRANCE SEPTEMBRE 2006 TENDANCES RÉGIONALES ILE-DE-FRANCE SEPTEMBRE 2006 Vue d ensemble de l activité économique INDUSTRIE 13% de la totalité des effectifs Période sous revue : JUILLET 2006 Production passée et prévisions 90

Plus en détail

Eco Mois. La récession se renforce en mars dans les pays de l Eurozone. avril-13

Eco Mois. La récession se renforce en mars dans les pays de l Eurozone. avril-13 Une publication de TRADING Central page 1 / 5 Evolution des marchés sur un mois glissant Indices Dernier Var % Cac 40 3769.36 ì +1.25 Euro STOXX 50 2650.85 ì +0.66 Dax 7881.55 ì +1.81 FTSE 100 6487.65

Plus en détail

LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES

LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES CHAPITRE 4 Présentation - Définitions 40 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 42 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

13) Les cotisations sociales

13) Les cotisations sociales 1 FIPECO, le 23.09.2016 Les fiches de l encyclopédie IV) Les prélèvements obligatoires 13) Les cotisations sociales Les prélèvements obligatoires (44,7 % du PIB en 2015) recouvrent les impôts (27,9 % du

Plus en détail

Véronique Bruniaux, Élisabeth Vilain, Insee. Rédaction achevée le 19 janvier 2014

Véronique Bruniaux, Élisabeth Vilain, Insee. Rédaction achevée le 19 janvier 2014 Alors que l activité en France présente des signes de frémissement avec le desserrement potentiel de freins communs à la zone euro ou plus spécifiques, l économie régionale continue de présenter un visage

Plus en détail

Les entreprises du CAC 40 ont privilégié leurs bilans à l investissement

Les entreprises du CAC 40 ont privilégié leurs bilans à l investissement Communiqué de presse 22 juin 211 PRESENTATION DU 5 ème «PROFIL FINANCIER DU CAC 4» Les entreprises du CAC 4 ont privilégié leurs bilans à l investissement Paris, le 22 juin 211 Ricol Lasteyrie publie pour

Plus en détail

La performance commerciale et financière des organisations

La performance commerciale et financière des organisations 1300 THÈME 4 > Évaluation et performance 1301 THÈME 4 > Évaluation et performance 1302 THÈME 4 > Évaluation et performance 1303 THÈME 4 > Évaluation et performance 1304 THÈME 4 > Évaluation et performance

Plus en détail

2011-2012 Perspectives économiques

2011-2012 Perspectives économiques 2011-2012 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

BONDPARTNERS S.A. COMMUNIQUE DE PRESSE ET ANNONCE AUX AGENCES D INFORMATION (No 108)

BONDPARTNERS S.A. COMMUNIQUE DE PRESSE ET ANNONCE AUX AGENCES D INFORMATION (No 108) BONDPARTNERS S.A. Avenue de l Elysée 22-24 Case postale / CH-1001 Lausanne Tél. 021 613 43 43 / fax: 021 617 97 15 Web: wwwbpl-bondpartners.ch Lausanne, le 13 mars 2014 CP/HP/c-presse.doc/cp COMMUNIQUE

Plus en détail

La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 2002

La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 2002 La place de l euro sur les marchés obligataires internationaux en 22 Après une année 21 record en termes d activité, le montant des émissions brutes d obligations internationales libellées en euros a reculé,

Plus en détail

Les PME en France en 2011 : malgré une activité bien orientée, la rentabilité stagne et les structures fi nancières demeurent hétérogènes

Les PME en France en 2011 : malgré une activité bien orientée, la rentabilité stagne et les structures fi nancières demeurent hétérogènes : malgré une activité bien orientée, la rentabilité stagne et les structures fi nancières demeurent hétérogènes Jean-Luc CAYSSIALS et François SERVANT Direction des Entreprises Observatoire des entreprises

Plus en détail

Épargne des ménages* 3 ème et 4 ème trimestres Contact : Mise à jour le 06/02/2017

Épargne des ménages* 3 ème et 4 ème trimestres Contact : Mise à jour le 06/02/2017 Épargne des ménages* 3 ème et 4 ème trimestres 2016 * Ménages (particuliers et entrepreneurs individuels) et institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) Mise à jour le 06/02/2017 Contact

Plus en détail

Les experts-comptables font parler les comptes des TPE & PME

Les experts-comptables font parler les comptes des TPE & PME Les experts-comptables font parler les comptes des TPE & PME Philippe Arraou, Président de l Ordre des Experts-comptables La performance des entreprises françaises en 2015 Données 2015 déclarations pour

Plus en détail

Épargne des ménages * 1 er trimestre 2012

Épargne des ménages * 1 er trimestre 2012 Tableau de bord Épargne des ménages * 1 er trimestre 212 * Y compris institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) Méthodologie disponible sous : http://www.banque-france.fr/fileadmin/user_upload/banque_de_france/economie-et-

Plus en détail

LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES

LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES Les collectivités locales en chiffres LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES CHAPITRE 4 Présentation - Définitions 40 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité

Plus en détail

Une information courte, pertinente, transmise en priorité

Une information courte, pertinente, transmise en priorité CSL Préface Une information courte, pertinente, transmise en priorité Le CSL flash renforce l éventail des newsletters que la Chambre des salariés consacre aux thèmes juridiques, socioéconomiques, liés

Plus en détail

Comparaisons internationales

Comparaisons internationales Groupe de travail du CNIS sur le coût du capital Comparaisons internationales Pierre-Alain PIONNIER OCDE Direction des Statistiques 19 juin 2014 Données macroéconomiques disponibles pour des comparaisons

Plus en détail

Panorama économique et financier du transport routier de marchandises

Panorama économique et financier du transport routier de marchandises 71ème congrès FNTR Montrouge, le 17 novembre 2016 Panorama économique et financier du transport routier de marchandises 2010-2015 STÉPHANE LATOUCHE DIRECTEUR RÉGIONAL Banque de France Direction régionale

Plus en détail

Épargne et Patrimoine des ménages*

Épargne et Patrimoine des ménages* Épargne et Patrimoine des ménages* 4 ème trimestre 16 et 1 er trimestre 17 Mise à jour le 17//17 Contact : sesof@banque-france.fr Épargne et patrimoine des ménages en 16 Placements financiers en 16 + 11,7

Plus en détail

Bilan 2014 et Conjoncture de l industrie française au printemps

Bilan 2014 et Conjoncture de l industrie française au printemps Bilan 2014 et Conjoncture de l industrie française au printemps 2015 --- Denis Ferrand Directeur Général de Coe-Rexecode Mardi 31 Mars 2015 Les traits marquants de la conjoncture industrielle 1. Deux éléments

Plus en détail

Tourisme en Martinique : des performances sectorielles contrastées. Performances des branches touristiques de Martinique sur la période

Tourisme en Martinique : des performances sectorielles contrastées. Performances des branches touristiques de Martinique sur la période Tourisme en Martinique : des performances sectorielles contrastées Performances des branches touristiques de Martinique sur la période 1997-2007 1 Avant propos Le tourisme agrège la production de plusieurs

Plus en détail

Une reprise toujours incomplète 31/07/2014

Une reprise toujours incomplète 31/07/2014 CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION ILE-DE-FRANCE L actualité en 12 graphiques Une reprise toujours incomplète L activité économique mondiale s est renforcée au cours du second semestre 2013, s installant

Plus en détail

43,1 41,2 39,6 35,6 35,0 32,6. Sources : Destatis, Eurostat

43,1 41,2 39,6 35,6 35,0 32,6. Sources : Destatis, Eurostat ECONEWS NEWSLETTER N 3/214 2 mai 214 DES COÛTS DU TRAVAIL TROP ÉLEVÉS AU LUXEMBOURG? La productivité par tête la plus élevée de l UE-15 2 Selon un communiqué de l Office statistique allemand (Destatis),

Plus en détail

Fiches sectorielles. Commerce

Fiches sectorielles. Commerce Fiches sectorielles 8.1 Chiffres clés du commerce En 214, le commerce rassemble 82 entreprises, qui réalisent un chiffre d affaires (CA) de 1 393 milliards d euros et dégagent une valeur ajoutée (VA) de

Plus en détail

4) Le niveau et l évolution de la masse salariale publique

4) Le niveau et l évolution de la masse salariale publique 1 FIPECO le 15.10.2016 Les fiches de l encyclopédie VI) La masse salariale publique 4) Le niveau et l évolution de la masse salariale publique Les rémunérations brutes, hors cotisations sociales et contributions

Plus en détail

Le secteur automobile à la Guadeloupe

Le secteur automobile à la Guadeloupe Le secteur automobile à la Guadeloupe NUMERO 15 MARS 24 Avec 22 % des effectifs des entreprises du commerce et 21 % du chiffre d affaires de ce secteur, le commerce automobile représente la 3 ème composante

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. La France va mieux? Regardons la croissance potentielle et l écart entre la croissance et la croissance potentielle.

FLASH ÉCONOMIE. La France va mieux? Regardons la croissance potentielle et l écart entre la croissance et la croissance potentielle. ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juillet 6 N 78 La France va mieux? Regardons la croissance potentielle et l écart entre la croissance et la croissance potentielle. La France va mieux puisque la croissance

Plus en détail

Pays-Bas : retour de la croissance

Pays-Bas : retour de la croissance Frédéric Reynès 138 Pays-Bas : retour de la croissance Après avoir flirté avec la récession en 2003, les Pays-Bas ont connu un rebond de l activité en 2004 (1,7 %) qui n a pas été confirmé en 2005 (0,9

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2015

RÉSULTATS ANNUELS 2015 RÉSULTATS ANNUELS 2015 Jean-Pierre SANCIER Directeur Général Stanislas LEMOR Directeur Général Délégué 18 mars 2016 2015 CONFORME À NOS OBJECTIFS DE CROISSANCE ET DE PERFORMANCE CA impacté par la baisse

Plus en détail

Situation financière de l Assurance chômage

Situation financière de l Assurance chômage Situation financière de l Assurance chômage Prévision pour les années 2017 et 2018 28 février 2017 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2017

Plus en détail

Indicateurs conjoncturels france

Indicateurs conjoncturels france Indicateurs conjoncturels france 9 mai 2014 Les données sont brutes sauf mention contraire. Celles publiées durant la dernière semaine sont en bleu. Abréviations utilisées : cjo : données corrigées des

Plus en détail

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT

Infos financières. Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE UNE ACTIVITÉ ORIENTÉE FAVORABLEMENT Infos financières Juin 2014 Evolutions monétaires en Guyane au 31 mars 2014 ÉVOLUTION FINANCIÈRE ET BANCAIRE INTERNATIONALE Selon les perspectives de l économie mondiale publiées par le Fonds Monétaire

Plus en détail

RAPPORT PROVISOIRE D EXECUTION DU BUDGET GENERAL DE L ETAT AU PREMIER TRIMESTRE 2012

RAPPORT PROVISOIRE D EXECUTION DU BUDGET GENERAL DE L ETAT AU PREMIER TRIMESTRE 2012 RAPPORT PROVISOIRE D EXECUTION DU BUDGET GENERAL DE L ETAT AU PREMIER TRIMESTRE 2012 L état d exécution provisoire du budget général de l Etat au premier trimestre 2012, se présente comme suit : des recettes

Plus en détail

Résultats 1er semestre 2015

Résultats 1er semestre 2015 Résultats 1er semestre 2015 Eléments marquants du 1 er semestre 2015 Mise en œuvre du plan stratégique dans un contexte difficile Hippopotamus recolle au marché La nouvelle carte et les animations commerciales

Plus en détail

Les experts-comptables font parler les comptes des TPE & PME

Les experts-comptables font parler les comptes des TPE & PME Les experts-comptables font parler les comptes des TPE & PME Philippe Arraou, Président de l Ordre des Experts-comptables La performance des entreprises françaises en 2015 Données 2015 déclarations pour

Plus en détail

ELEMENTS DE REFKLEXION SUR L EVOLUTION DES SALAIRES ET DU POUVOIRS D4ACHAT EN ALGERIE

ELEMENTS DE REFKLEXION SUR L EVOLUTION DES SALAIRES ET DU POUVOIRS D4ACHAT EN ALGERIE ELEMENTS DE REFKLEXION SUR L EVOLUTION DES SALAIRES ET DU POUVOIRS D4ACHAT EN ALGERIE Juin 2013 Evolution des salaires en Algérie de 2000 à 2011 1 Cette analyse a pour objet de présenter quelques éléments

Plus en détail

Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015

Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015 Rencontre avec Nicolas Marceau, ministre des Finances et de l Économie du Québec, 24 janvier 2014 Note de propositions Consultations prébudgétaires 2014-2015 REPRÉSENTATION POLITIQUE / INFORMATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

Poids des charges sociales des travailleurs indépendants

Poids des charges sociales des travailleurs indépendants Poids des charges sociales des travailleurs indépendants Comparaison des barèmes RSI RG de 2014 Evolution des barèmes RSI entre 2012 et 2015 par tranches de revenus Focus sur les dividendes déclarés en

Plus en détail

FLASH PROBLÈMES STRUCTURELS

FLASH PROBLÈMES STRUCTURELS PROBLÈMES STRUCTURELS RECHERCHE ÉCONOMIQUE 29 octobre 14 N 866, : l arbitrage des entreprises industrielles entre perte de compétitivité et perte de profitabilité La et l sont confrontées à un niveau de

Plus en détail

L emploi continue de se dégrader malgré l amélioration du contexte national

L emploi continue de se dégrader malgré l amélioration du contexte national N 6 juillet 2015 L emploi continue de se dégrader malgré l amélioration du contexte national Les indicateurs conjoncturels du 1er trimestre 2015 en Corse ne montrent toujours pas de signes convaincants

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la Nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : COMPTABILITÉ ET FINANCE D ENTREPRISE

SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : COMPTABILITÉ ET FINANCE D ENTREPRISE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SESSION 2012 (PONDICHÉRY) SÉRIE : SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA GESTION SPÉCIALITÉ : COMPTABILITÉ ET FINANCE D ENTREPRISE ÉPREUVE : ÉTUDE DE SPÉCIALITÉ ÉLÉMENTS INDICATIFS DE

Plus en détail

Banque Centrale de Mauritanie

Banque Centrale de Mauritanie Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Etudes Note sur l évolution récente de l économie mauritanienne à fin juin 2010 (sur la base des données provisoires disponibles au 20 juillet 2010)

Plus en détail

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 11 mai 2017

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 11 mai 2017 Chiffres clés Activité, secteurs Population, marché du travail Administrations publiques Comptes extérieurs Inflation, crédit, taux d'intérêt Comptes d'entreprises Prévisions économiques p.3 p.4 p.5 p.6

Plus en détail

Chap. 2 : Analyse de la performance financière (Les SIG et la CAF)

Chap. 2 : Analyse de la performance financière (Les SIG et la CAF) 1 / 6 Chap. 2 : Analyse de la performance financière (Les SIG et la CAF) Les indicateurs calculés à partir du compte de résultat (les soldes intermédiaires de gestion SIG et la capacité d autofinancement

Plus en détail

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 7 mars 2017

Recherche Economique Groupe /// Direction des Affaires Institutionnelles 7 mars 2017 Chiffres clés Activité, secteurs Population, marché du travail Administrations publiques Comptes extérieurs Inflation, crédit, taux d'intérêt Comptes d'entreprises Prévisions économiques p.3 p.4 p.5 p.6

Plus en détail

Fiches sectorielles. Ensemble des secteurs marchands non agricoles et non financiers

Fiches sectorielles. Ensemble des secteurs marchands non agricoles et non financiers Fiches sectorielles Ensemble des secteurs marchands non agricoles et non financiers Avertissement Les résultats et analyses présentés dans la vue d ensemble, dans les fiches sectorielles et dans la plupart

Plus en détail

Indicateur n 13 : Évolution des dépenses et des effectifs de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Évolution des dépenses et des effectifs de personnel des établissements de santé Indicateur n 13 : Évolution des dépenses et des effectifs de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des dépenses de personnel 140 Évolution des dépenses de personnel des

Plus en détail

RESF Compétitivité de l économie française : quel chemin parcouru depuis cinq ans? - 4 octobre 2016

RESF Compétitivité de l économie française : quel chemin parcouru depuis cinq ans? - 4 octobre 2016 RESF 2017 - Compétitivité de l économie française : quel chemin parcouru depuis cinq ans? - Nos valeurs : l'ouverture, la loyauté, l'engagement, l'esprit d'équipe Une balance courante proche de l équilibre

Plus en détail

DE-FRANCE L actualité en 12 graphiques

DE-FRANCE L actualité en 12 graphiques CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION R GION ILE-DE DE-FRANCE L actualité en 12 graphiques Une reprise incomplète L activité économique mondiale s est renforcée au cours du second semestre de 2013, s installant

Plus en détail

Une amélioration du solde commercial vis-à-vis de la plupart des régions du monde mais qui repose largement sur la baisse des importations

Une amélioration du solde commercial vis-à-vis de la plupart des régions du monde mais qui repose largement sur la baisse des importations Une amélioration du solde commercial vis-à-vis de la plupart des régions du monde mais qui repose largement sur la baisse des importations Les échanges de marchandises de la France restent déficitaires

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Février 13 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88

Plus en détail

Centre - Val de Loire

Centre - Val de Loire Centre - Val de Loire Bonne dynamique du Loiret Centre Val de Loire / T3 216 2T1 2T3 21T1 21T3 22T1 22T3 23T1 23T3 24T1 24T3 25T1 25T3 26T1 26T3 27T1 27T3 28T1 28T3 29T1 29T3 21T1 21T3 211T1 211T3 212T1

Plus en détail

«Petit Atlas» de l économie française

«Petit Atlas» de l économie française «Petit Atlas» de l économie française Sommaire Chiffres clés p.3 Activité, secteurs p.4 Population, marché du travail p.5 Administrations publiques p.6 Comptes extérieurs p.7 Inflation, crédit, taux d'intérêt

Plus en détail

Analyses Économiques 2 - Juin 2003

Analyses Économiques 2 - Juin 2003 DP N Analyses Économiques 2 - Juin 2003 Le faible contenu en actions de l'épargne des ménages français pèse sur son rendement :une comparaison avec les Etats-Unis. 1 A définitions équivalentes, les ménages

Plus en détail

Observatoire Des Entreprises de la Moselle

Observatoire Des Entreprises de la Moselle Observatoire Des Entreprises de la Moselle Baromètre semestriel de conjoncture 2 ème semestre 212 Synthèse conjoncturelle Janvier 213 Chambre de et d Territoriale de la Moselle 1-12 Avenue Foch - BP 733-5716

Plus en détail

Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et

Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et Je vais vous présenter un résumé du rapport de 300 pages que nous avons publié voilà un an, intitulé Growing unequal - traduit par Croissance et inégalités en français. Il a fait l objet d une grande attention,

Plus en détail

Total particuliers employeurs

Total particuliers employeurs LE BAROMETRE DES EMPLOIS DE LA F AMILLE No 9 juin 2014 PREMIER BILAN 2013 Le secteur des particuliers employeurs : tous les indicateurs sont au rouge Dans un contexte économique dégradé, marqué de surcroît

Plus en détail

économie et statistiques août 2006

économie et statistiques août 2006 économie et statistiques août 2006 11 les indicateurs synthétiques de compétitivité 1995-2005 Laurent BLEY, Guy SCHULLER (STATEC) Table des matières Faits saillants 3 1. Évolution de la compétitivité dans

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 26 au 30 mars 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 26 au 30 mars 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 26 au 30 mars 2012 SOMMAIRE FRANCE 1. Croissance au 1 er semestre 2012 : réactivation au printemps grâce à l investissement 2. Situation des entreprises en 2011 : nouvelle baisse

Plus en détail

Priorité donnée à l offre

Priorité donnée à l offre conjoncture française Priorité donnée à l offre Les faiblesses de l économie française ressortent avec plus d acuité, au fur et à mesure que les économies développées retrouvent de l allant après une longue

Plus en détail

LECTURE DU COMPTE DE RESULTAT

LECTURE DU COMPTE DE RESULTAT LECTURE DU COMPTE DE RESULTAT LES SOLDES INTERMEDIAIRES DE GESTION Le tableau des est un outil d analyse du compte de résultat. Il permet la mise en évidence d indicateurs de gestion. Le calcul des VENTES

Plus en détail

Le partage des fruits de la croissance

Le partage des fruits de la croissance Le partage des fruits de la croissance Au cours des trois dernières années, la part des salaires dans la valeur ajoutée a légèrement progressé en France, dans un contexte de forte croissance et de baisse

Plus en détail

Grand-Est. Au rythme de l industrie

Grand-Est. Au rythme de l industrie Grand-Est Au rythme de l industrie Grand-Est Au rythme de l industrie Le Grand-Est souffre du ralentissement de l industrie et notamment de la métallurgie. Toutefois Strasbourg reste dynamique, et le tertiaire

Plus en détail

EUROGERM RAPPORT D ACTIVITE SEMESTRIEL DU GROUPE EUROGERM AU 30 SEPTEMBRE 2011 PREMIER SEMESTRE 2011

EUROGERM RAPPORT D ACTIVITE SEMESTRIEL DU GROUPE EUROGERM AU 30 SEPTEMBRE 2011 PREMIER SEMESTRE 2011 Rapport d activité semestriel au 30 septembre 2011 EUROGERM Société anonyme à Conseil d Administration au capital social de 429 552,10 euros Siège social : 2, rue du Champ Doré Parc d Activité du Bois

Plus en détail

Les revenus de la propriété en base 2010

Les revenus de la propriété en base 2010 Les revenus de la propriété en base 2010 Ronan MAHIEU Département des Comptes Nationaux Plan I. Champ et Sources II. Estimation de l année 2009 en base 2010 III. Révisions sur la période 2010-2012 IV.

Plus en détail

Résultats semestriels 2016/17 : progression de +68% du résultat opérationnel courant

Résultats semestriels 2016/17 : progression de +68% du résultat opérationnel courant Communiqué de presse Paris, le 29 novembre 206, 8h00 Résultats semestriels 206/7 : progression de +68% du résultat opérationnel courant Lors de sa réunion du 28 novembre 206, le Conseil de surveillance

Plus en détail

le taux de marge des entreprises françaises (EBE/VA) a chuté (28% en 2013, -3% en un an) en raison de :

le taux de marge des entreprises françaises (EBE/VA) a chuté (28% en 2013, -3% en un an) en raison de : Cadre politique annonce du Président de la République lors de ses vœux, conférence de presse du 14 janvier 2014, et vœux aux acteurs économiques du 21 janvier discussions entre partenaires sociaux à l

Plus en détail

Séminaire Fourgeaud, 16 mars 2016 «Dynamique des salaires et crise» Corinne Darmaillacq, Adrien Perret, DG Trésor

Séminaire Fourgeaud, 16 mars 2016 «Dynamique des salaires et crise» Corinne Darmaillacq, Adrien Perret, DG Trésor Séminaire Fourgeaud, 16 mars 2016 «Dynamique des salaires et crise» Corinne Darmaillacq, Adrien Perret, DG Trésor Nos valeurs : l'ouverture, la loyauté, l'engagement, l'esprit d'équipe Un taux de marge

Plus en détail

OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA

OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA 2010 OBSERVATOIRE PERMANENT DES METIERS DE L ESTIA Enquête 2010 S i t u a t i o n a u 1er mars 2010 des promotions 2008 et 2009 - Filière INGENIEUR ESTIA Options OGI/CGP/MPA ESTIA ECOLE SUPERIEURE DES

Plus en détail

Vins Commerce extérieur Bilan 2014

Vins Commerce extérieur Bilan 2014 > Les synthèses de FranceAgriMer juillet 2015 numéro30 vins Vins Commerce extérieur Bilan 12 rue Henri Rol-Tanguy / TSA 2 / 93555 Montreuil cedex Tél. : +33 1 73 30 30 00 / Fax : +33 1 73 30 30 30 www.franceagrimer.fr

Plus en détail

DG Trésor - Pôle commerce extérieur 27 mai 2015

DG Trésor - Pôle commerce extérieur 27 mai 2015 Nouvelle hausse du nombre de projets d investissement étranger en France en 2014 (+18 %), selon le «baromètre 2015 de l attractivité de la France» d Ernst & Young Nouvelle forte hausse en 2014 des projets

Plus en détail

Analyse financière. Commune d Alixan

Analyse financière. Commune d Alixan Analyse financière Commune d Alixan 2014 1 Evolution des DRF et RRF Evolution plus rapide des dépenses (+30%) que des recettes (+20%) jusqu en 2013 En 2013, d importants efforts de gestion ont été réalisés

Plus en détail