Apprentissage interorganisationnel et supply chain management : vers une gestion des connaissances partagée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Apprentissage interorganisationnel et supply chain management : vers une gestion des connaissances partagée"

Transcription

1 Apprentissage interorganisationnel et supply chain management : vers une gestion des connaissances partagée Résumé Cet article propose un cadre conceptuel à la notion d apprentissage interorganisationnel et s intéresse tout particulièrement à sa mise en œuvre dans le cadre des chaînes logistiques globales (ou supply chains). Ce cadre est utilisé pour synthétiser le résultat d une première étude empirique et pour dégager des pistes de recherche. Il met notamment en évidence des pratiques et des outils qui permettent la création d un réseau apprenant à l intérieur d une chaîne logistique intégrée. Enfin, il suggère de nouvelles pistes visant à mieux comprendre le processus d apprentissage lorsqu il se situe dans un contexte multi-acteurs et propose une réflexion sur une gestion partagée des connaissances et ses conditions de développement dans le contexte spécifique des relations interorganisationnelles. Mots clefs : Supply Chain Management, apprentissage interorganisationnel, gestion des connaissances, pratiques collaboratives. Interorganizational learning within the supply chain: toward a shared knowledge management Karine Evrard Samuel Associate Professor University of Grenoble Center of studies and Research in Management (CERAG) - UMR CNRS 5820 Mail. Alain Spalanzani Professor University of Grenoble Center of studies and Research in Management (CERAG) - UMR CNRS 5820 Mail. Abstract This contribution aims to propose a conceptual framework for the concept of interorganisational learning, applied to a supply chain s context. This framework is used to analyse a business case and let appear some pratices and tools that allow the emergence of a learning network within the supply chain. Proposals for future research lead to a reflexion on a shared knowledge management and its conditions of development in this specific context. Key-words: Supply Chain Management, interorganisational learning, knowledge management, collaborative practices.

2 Introduction Une chaîne logistique est communément considérée comme un réseau d acteurs interdépendants qui cherchent en permanence à améliorer leur performance afin de mieux satisfaire le consommateur final (Christopher, 1998). Ces acteurs assurent à la fois les processus d approvisionnement, de fabrication, de distribution et de recyclage des produits et la combinaison de leurs savoir-faire ou expérience est considérée comme une source significative de création de valeur. Il apparaît donc pertinent de s interroger sur les conditions permettant de maintenir un différentiel maximal entre la valeur d une offre générée par plusieurs partenaires qui interagissent et les coûts qui sont engagés pour la générer. La mise en œuvre de partenariats à long terme en amont avec certains fournisseurs ou en aval avec des distributeurs est aujourd hui considérée comme un moyen de développer des chaînes logistiques plus agiles qui permettent de répondre de manière plus fiable aux attentes des clients finaux. Les politiques achat ont permis d atteindre ces objectifs en réduisant de manière drastique les portefeuilles fournisseurs et en sélectionnant uniquement les fournisseurs les plus à même de s intégrer dans les processus de production. Parallèlement, en aval, de nombreuses pratiques collaboratives ont été développées et mises en œuvre avec les distributeurs afin de simplifier les processus de réapprovisionnement, de réduire les stocks et de limiter au maximum les ruptures en magasin. L augmentation de la densité des relations entre les partenaires d une même chaîne logistique tant en amont qu en aval a introduit une grande variété dans les pratiques d entreprise, et par conséquent une grande complexité pour les chercheurs à modéliser les relations entre entreprises. La construction d un nouveau champ théorique sur le SCM se heurte à la dimension interorganisationnelle de la chaîne logistique globale qui, pour être étudiée, passe par des approches qui ont été développées à l échelle d une seule organisation et n intègrent donc pas la complexité générée par des relations multiples et externes. Les travaux sur les réseaux permettent d éclairer les relations entre partenaires (Gulati et al., 2000 ; Thorelli, 1986 ; Powell, 1987), notamment grâce à l étude de relations qualifiées de quasi-intégration verticale, concept déjà introduit par J. Houssiaux dès De même, les travaux sur les relations interorganisationnelles apportent des éléments de réponse à cette complexité mais ne se positionnent pas toujours autour de ces logiques client-fournisseur qui intègrent des problématiques de confiance, de concurrence voire de coopétition, et des relations de pouvoir souvent asymétriques entre les partenaires (Lefay- Durand et al., 2006). Nous proposons donc dans cet article de mobiliser le champ théorique de l apprentissage organisationnel afin de mieux comprendre comment se créent des connaissances dans un contexte interorganisationnel. Notre objectif est d étudier comment les relations collaboratives au sein d une chaîne logistique permettent de partager des connaissances et contribuent ainsi à déclencher un processus d apprentissage qui implique plusieurs organisations appartenant à une même chaîne logistique. Après une brève revue de la littérature sur l apprentissage organisationnel, nous analyserons dans un premier temps les caractéristiques de l apprentissage interorganisationnel (AIO), puis nous poserons les bases d un modèle d analyse de l AIO qui met en évidence un processus en quatre étapes. La réalisation d une étude de cas exploratoire nous permettra dans un second temps de décrire et d analyser la mise en œuvre de ce processus et d évaluer les conditions de son succès dans le contexte d une supply chain. 1. Le rôle de l information dans les processus d apprentissage inter-organisationnel (AIO) Les nombreuses recherches sur l apprentissage organisationnel ont montré que l information était assimilable à une connaissance qui enrichit la représentation du réel du gestionnaire et que, de ce fait, elle permettait de réduire l incertitude (Leroy, 1998). La lutte contre l incertitude, sur les marchés avals en particulier, constitue probablement une des difficultés majeures que l entreprise doit résoudre aujourd hui. En effet, la décennie actuelle, caractérisée par la mondialisation et les stratégies d externalisation impliquant la gestion de ressources externes, semble faire entrer la lutte contre l incertitude dans une dimension plus proactive qui dépasse une logique in situ (chaîne de valeur) et s étend à l ensemble de la chaîne logistique (système de la valeur). D une régulation compliquée située principalement au sein d une organisation, il semble que nous soyons passés vers une régulation complexe et partenariale qui pousse les entreprises à développer leur capacité d adaptation et à partager des ressources et des connaissances avec les acteurs qui constituent les différents maillons de la chaîne. Comme l a d ailleurs souligné Dodgson (1993), l essor de la notion d apprentissage est parallèle au développement de nouveaux modèles industriels et renvoie à l émergence de modes d organisation fondés sur le management de ressources externes (fonctionnement en réseau), la flexibilité (modèle japonais) ou la qualité totale (Kim, 1990). Ces modes d organisation, à l origine du Supply Chain Management, conduisent désormais les entreprises à aller plus loin dans leurs objectifs de performance en développant leur capacité à être agiles et à s adapter rapidement à leur environnement (Spalanzani, 2007). Ces objectifs se sont traduits par l externalisation d une partie des activités de la chaîne de valeur traditionnel-

3 le (au sens de Porter, 1986) et ont donné lieu à la création d entreprises étendues au sein desquelles les phénomènes d apprentissage et d acquisition ou de partage de connaissances et de compétences font partie du processus stratégique. Dans ce contexte, la perception et la résolution de problèmes nécessite d intégrer l ensemble des acteurs impliqués, d une part pour s adapter aux évolutions rapides de l environnement et d autre part pour bénéficier de l ensemble des ressources et compétences détenues par ces acteurs qui partagent les mêmes enjeux stratégiques en terme d accès au marché. La notion d apprentissage organisationnel dépasse désormais les frontières de l entreprise et peut être élargie pour appréhender une nouvelle forme d organisation apprenante qui rassemble plusieurs entreprises (Rebolledo, Nagati et Halley, 2008). L apprentissage interorganisationnel (AIO) est fondé sur la différence organisationnelle qui doit conduire à un partage fructueux et harmonieux des connaissances et des compétences, tout en préservant l autonomie structurelle des entreprises. Dans le contexte d une supply chain lean et agile, cette intégration informationnelle peut contribuer à réduire l incertitude générée par les interactions multiples entre les différents partenaires commerciaux (Fabbe- Costes, 2007). Gérer une chaîne logistique comme une organisation apprenante peut donc apparaître comme une solution permettant d accroître le niveau d intégration au sein d une supply chain (Power, 2005). Certaines conditions sont néanmoins nécessaires pour atteindre cet objectif, notamment le développement d outils vecteurs du processus d apprentissage inter-entreprises, l existence de compétences collaboratives et la capacité à mémoriser des connaissances générées par l interaction entre les entreprises d une même supply chain. Ces trois points feront l objet des développements qui suivent Le déploiement d outils vecteurs d apprentissage au sein d une supply chain Une supply chain peut être considérée comme une organisation dont les membres sont reliés par des flux physiques et des flux d information bidirectionnels (de l amont vers l aval et de l aval vers l amont), ce qui permet de la considérer comme une organisation quasi-intégrée (Allen et Hauptman, 1994). Cette intégration par les flux favorise des processus d apprentissage que l on peut qualifier d interorganisationnels, c est-à-dire impliquant plusieurs partenaires d une même chaîne logistique. L abondante littérature sur l apprentissage organisationnel regroupe des approches théoriques et des visions de l entreprise très différentes. Leroy (1998) recense ces différentes approches et propose trois configurations d apprentissage : 1) une approche exogène, qui définit l apprentissage comme une réponse et une adaptation aux évolutions de l environnement ; 2) une approche endogène, qui étudie plus spécifiquement les processus d apprentissage et de développement des savoirs dans l organisation ; 3) une approche hybride, qui consiste pour l entreprise à apprendre en se trouvant confrontée à une ou plusieurs organisations avec lesquelles elle peut échanger et partager des connaissances. Cette dernière configuration fait référence à «l apprentissage par greffe», concept développé par Huber en 1991, et apparaît particulièrement pertinente pour étudier le contexte spécifique des chaînes logistiques au sein desquelles l acquisition et le partage de connaissances passent nécessairement par des échanges d information entre les partenaires qui nécessitent l utilisation d outils et de systèmes d information dont le rôle est de soutenir le processus d apprentissage entre les différents acteurs. Aujourd hui, les outils de management de l information n ont plus pour unique but de traiter des données, mais représentent un facilitateur de la communication et de la coopération entre les acteurs, c est-à-dire «un couplage participatif qui fait émerger du sens, et permet la capitalisation et la diffusion de la connaissance collective ainsi construite» (Prax, 1997). Si l implantation de systèmes d information, notamment les ERP, a déjà largement amélioré la performance interne, le développement d outils permettant de créer des «liens intelligents» (smart links) entre l entreprise et ses clients et/ou ses fournisseurs semble présenter de nouvelles opportunités de gains et de productivité. Au cours des dix dernières années, les systèmes d information ont évolué vers des outils de plus en plus transversaux et capables d échanger des informations et des processus de travail entre plusieurs organisations. Les recherches les plus récentes sur les ERP montrent une évolution de ces systèmes dans trois directions : 1) ils intègrent de plus en plus une dimension interorganisationnelle en connectant l entreprise en amont avec ses fournisseurs et en aval avec les distributeurs; 2) ils permettent aux processus internes de se connecter avec d autres processus plus virtuels ; 3) ils combinent une approche intelligente des systèmes qui permet de piloter la performance à différents niveaux (Koh, Gunasekaran and Rajkumar, 2008). Un bon exemple est donné par la solution CRM de SAP qui se définit comme une plate-forme centrale sur laquelle les différents canaux de distribution traditionnels viennent se greffer. Ce noyau dur est couplé à un entrepôt de données (data warehouse) permettant l'unicité des données et les utilisateurs y accèdent via un portail unique, troisième élément de l'architecture. 3

4 Parallèlement, en amont, les éditeurs proposent désormais un ensemble de méthodes et d outils pour coordonner les processus de gestion d une entreprise avec ceux de ses fournisseurs clés et accroître ainsi leur efficacité. Ces solutions permettent notamment de prévoir les comportements d'achat, de raccourcir les cycles d'approvisionnement et de collaborer avec les fournisseurs en temps réel. Les dépenses d'approvisionnement se trouvent ainsi réduites et les acheteurs peuvent travailler de façon plus intensive avec un pool de fournisseurs choisis. Pour faciliter et fiabiliser les flux d information entre les partenaires d une chaîne logistique, l utilisation de technologies de l information et de la communication (TIC) est souvent associée à la mise en œuvre d outils collaboratifs utiles aux échanges d information et à la prise de décision collective. Ces outils sont nécessaires pour accroître la capacité à échanger de l information et à partager une même vision des attentes et des besoins exprimés par le consommateur final (CEFRIO, 2003). Les travaux de J.E. Scott (2000) ont permis d expliquer, grâce à une méthodologie fondée sur la grounded theory, comment et pourquoi les technologies de l information (IT) facilitaient l apprentissage interorganisationnel. Basée sur l approche fondatrice proposée par C. Argyris et D.A. Schön en 1978, la recherche avance que les liens électroniques facilitent tous les niveaux d apprentissage, et que, à un niveau élevé, la collaboration interorganisationnelle semble catalyser le processus d apprentissage en stimulant la reconsidération des pratiques actuelles. Les connaissances tacites en termes de savoir-faire, expertise, et les compétences spécifiques au contexte semblent plus difficiles à capitaliser à travers les systèmes d information, mais les échanges et les interactions entre les partenaires permettent de les transformer en connaissances explicites et ainsi de les codifier afin de pouvoir les utiliser en tant qu informations transactionnelles (Nonaka, 1994 ; Polanyi, 1983). Il semble cependant que l apprentissage interorganisationnel ait besoin des deux types de connaissance (tacite et explicite) pour se concrétiser au sein des chaînes logistiques (Scott, 2000). En effet, les systèmes d information ne permettent pas à eux seuls d intégrer les partenaires d une chaîne logistique même si nous avons montré qu ils facilitent et soutiennent la construction de connaissances partagées. D autres facteurs doivent être pris en compte et analysés pour comprendre comment se construisent les relations collaboratives. C est le cas notamment des compétences collaboratives qui doivent être mobilisées pour ancrer le processus d apprentissage dans les pratiques des entreprises et pérenniser les connaissances créées par l interaction entre les partenaires Les conditions d émergence et la diffusion de compétences collaboratives Nous venons de voir que les systèmes d information permettaient d établir une meilleure communication entre les acteurs d une supply chain et en ce sens, ils apparaissent clairement comme des leviers de la performance logistique. Cependant, la communication si efficace soit elle, ne permet pas à elle seule d atteindre les objectifs en matière de satisfaction des clients, c est-à-dire l optimisation du taux de service. Le besoin de collaboration entre les partenaires semble évident, même si la construction de relations plus étroites entre certains partenaires peut s avérer difficile, voire impossible à réaliser. D autres facteurs conduisent au développement de relations collaboratives au sein d une supply chain et vont conduire à la modification et à l enrichissement des bases de compétences des entreprises. Une étude récente a permis de montrer que le développement de connaissances partagées à plusieurs niveaux peut permettre aux partenaires d une chaîne logistique de développer des compétences collaboratives (Evrard Samuel et Spalanzani, 2009). Ce partage de connaissances s opère à travers la mise en œuvre d actions spécifiques qui visent à synchroniser des informations et des modes opératoires entre les différentes fonctions (production, administratif, distribution, commercial ). Cette synchronisation nécessite une relation étroite entre les partenaires pour planifier en commun certaines opérations (réapprovisionnement, production) et mettre en œuvre un management proactif des exceptions qui permet d anticiper les problèmes et d agir avant qu ils ne se produisent (gestion des alertes ou SCEM). Au-delà de la nécessaire coordination des différents acteurs et services impliqués dans l amélioration de la gestion de la chaîne logistique au sein même de l entreprise, l intégration des partenaires commerciaux reste complexe car elle oblige à un travail en commun qui suppose la construction d une relation de confiance, sans laquelle un environnement collaboratif ne peut se créer (Dodgson, 1993 ; Lewicki et Bunker, 1996). La notion d environnement n est pas nouvelle pour justifier la nécessité d un contexte particulier lors de l intégration de ressources externes. Elle a par exemple été mobilisée pour comprendre comment et dans quelles conditions étaient transférées les ressources acquises lors d opérations de fusion/acquisition (Haspeslagh et Jemison, 1991). Dans un autre domaine, les travaux d I. Nonaka et H. Takeuchi (1995) qui portent sur les conditions de création du Ba, c est-à-dire le contexte de mise en commun des connaissances, donnent des éléments pour comprendre le contexte dans lequel ces connaissances sont créées et utilisées en interaction. Dans le proces- 4

5 sus de création de la connaissance, chaque phase du modèle SECI se déroule dans un contexte spécifique : le Ba se crée dans la phase de socialisation, il se caractérise par le dialogue dans la phase d externalisation, il se systématise dans la phase de combinaison et devient un contexte de référence dans la phase d internalisation, ce qui permet à l entreprise de constituer un capital de connaissance. Pour résumer, il semble que les compétences collaboratives ne peuvent se développer que si le contexte est favorable et si un ensemble de conditions sont réunies La mémorisation des connaissances Les démarches de résolution de problèmes partagées par les partenaires contribuent à transformer des connaissances tacites en connaissances explicites, puis à nouveau en connaissances tacites. Elles peuvent notamment se traduire par la création d indicateurs de performance communs qui améliorent le pilotage de la chaîne en temps réel, ou par la réalisation d expériences qui conduisent à la construction de connaissances partagées. On retrouve ici la notion de Ba, c est-à-dire l existence d un cadre d action partagé par un groupe d individus (Nonaka et Konno, 1998). La mémorisation des compétences acquises ne peut se faire sans cet enchaînement de relations et d échanges qui se construit avec le temps, et qui constitue un capital de connaissance dynamique, au sens de Nonaka et Takeuchi. Ce capital de connaissance s enrichit des échanges interentreprises et constitue alors un actif spécifique qui limite l opportunisme entre les partenaires. En effet, si les échanges entre les partenaires sont plutôt de nature tacite et individuelle au démarrage de la relation (compétences des individus, routines organisationnelles), ils évoluent dans le temps, notamment grâce aux systèmes d informations qui permettent de les structurer, vers un ensemble de connaissances explicites qui est partagé à un niveau interorganisationnel (documents partagés, base de données communes, plateformes d échanges de données, etc.). Enfin, la mémorisation des compétences se concrétise également par le développement d outils et/ou d applications informatiques qui ont pour objectif d améliorer et de simplifier la communication : portails Internet, plateformes collaboratives, échange de données informatisées (via EDI ou web-edi), mais aussi l utilisation des ERP qui regroupent des données essentielles à l'information des décideurs, notamment grâce aux outils de Business Warehouse (BW) qui peuvent être partagés entre plusieurs acteurs de la chaîne logistique. C est donc bien le résultat d un processus d apprentissage partagé par plusieurs partenaires qui interagissent et qui créent ensemble des connaissances qu ils vont ensuite utiliser à l intérieur de leur propre organisation ou avec d autres partenaires. 1.4 Proposition d un modèle d analyse de l AIO Au terme de cette analyse, nous proposons un modèle d analyse du processus d AIO qui distingue quatre étapes. Ce cadre d analyse permet de modéliser comment les informations échangées entre les partenaires d une chaîne logistique se transforment en connaissances, par un processus continu d interactions dynamiques entre des connaissances tacites et des connaissances explicites. 5

6 1. ECHANGE D INFORMATION Nature des informations échangées : Opérationnelles (liées aux transactions) Tacites Outils utilisés : Systèmes d information indépendants Les partenaires apprennent à travailler ensemble 4. ASSIMILATION DES CONNAISSANCES ACQUISES Nature des informations échangées : Construction des informations ensemble en temps réel Explicites Tacites Outils utilisés : Démarches de résolution de problèmes, amélioration continue Les partenaires apprennent de ce qu ils ont partagé Les outils supports, les compétences collaboratives et la mémorisation des connaissances constituent les trois piliers du processus d AIO. Dans une deuxième partie, une étude de cas approfondie nous permettra d appliquer ce modèle afin d analyser concrètement les différentes étapes de la réalisation de ce processus. 2. La création de connaissances partagées au sein d une supply chain : analyse d un cas concret Afin de mieux comprendre comment les pratiques collaboratives au sein d une supply chain permettent la création de connaissance partagée, nous avons conduit une étude de cas visant à tester les différentes phases de notre modèle. Notre démarche de recherche s inscrit donc dans une logique qualitative déductive qui s'attache à expliquer les qualités de quelques objets et comportements réels suivant les relations prédéfinies par un modèle théorique (Bergadaà et Nyeck,1992). Nous analysons une relation client-fournisseur qui se positionne en amont d une supply chain dans un secteur industriel. L étude s est déroulée pendant l année 2008 au cours de laquelle nous avons conduit une série d entretiens avec le responsable de la supply chain du client (I) 1 et la responsable grand comptes du fournisseur (A). Les entretiens semi-directifs ont été complétés par l analyse d un ensemble de documents (rapports annuels, tableaux de bord, comptes-rendus de réunions) transmis par les deux entreprises Contexte de l étude Le fournisseur est l un des géants de l acier en Europe. La division Packaging compte cinq usines, deux centres de services qui réalisent un chiffre d affaires total d environ 1,4 milliards d euros en Ses principaux marchés sont l alimentaire, les boissons et le bouchage, les aérosols, les boîtes promotionnelles et les boîtes in- 1 Pour des raisons de confidentialité, les noms des entreprises ne peuvent être divulgués dans cet article. 2. PARTAGE D INFORMATION Nature des informations échangées : Décisionnelles (indicateurs de performance) Tacites Explicites Outils utilisés : Echanges de fichiers, Extranet, Langages partagés :EDI, DDL Les partenaires travaillent ensemble 3. CONSTRUCTION PARTAGEE DE CONNAISSANCES Nature des informations échangées : Stratégiques (prévisions, savoir-faire) Explicites Outils utilisés : Outils développés en commun (plateformes Web, portails, etc.) Les partenaires partagent et créent des connaissances Modèle d analyse du processus d AIO dans une supply chain dustrielles. Le client appartient à ce marché «boîtes industrielles». C est un producteur de boîtes en métal ondulé présent partout en Europe grâce à 35 usines de production. Il réalise un chiffre d affaires en 2007 de 1,2 milliards d euros. Ses marchés sont les producteurs de fruits et légumes, les producteurs de plats cuisinés, les producteurs d aliments pour animaux, les producteurs de produits de la mer, les producteurs de peintures et vernis, et il est également fournisseur pour différents produits spécialisés comme les aérosols par exemple. A fournit à I 700 kilotonnes de bobines de métal d épaisseur variable après laminage et revêtement. I découpe ces bobines, les vernit, puis les imprime et les emboutit afin de fabriquer des boîtes de différentes tailles qui sont ensuite palettisées et livrées à ses clients industriels qui les remplissent. Nous nous situons très en amont d une supply chain dont les clients finaux sont les consommateurs qui achètent en grande distribution principalement. Les caractéristiques de cette supply chain sont multiples et à l origine de contraintes fortes pour I tant sur le plan de la production que sur le plan logistique : une forte saisonnalité, les ventes de l année pour certains marchés se réalisent en un mois (légumes), une grande incertitude sur la demande de boîtes par les producteurs (les prévisions sont très aléatoires car dépendantes de la météo, du climat, mais aussi du marketing des producteurs et des distributeurs), un stockage difficile des boîtes vides (plus fragiles), une diversité des références imposées par les clients (chaque producteur a «sa» boîte qui nécessite une référence métal spécifique). A doit également faire face à des contraintes de production fortes, accrues par un marché mondial du métal hypertendu. Son outil industriel génère des coûts fixes élevés, le process de production est complexe, et surtout régulier sur toute l année. Le nombre de références fabriquées est important et le fournisseur fabrique à la com- 6

7 mande, ce qui implique pour ses clients des délais de livraison de 8 à 12 semaines avec une faible flexibilité une fois la commande passée. Pendant plusieurs années, les relations entre A et I sont restées purement commerciales et transactionnelles. A fonctionnait avec un mode de production à la commande, imposant à ses clients des délais de livraison extrêmement longs et pas toujours respectés. I tentait d estimer la variabilité des demandes de ses clients tout en les intégrant dans l horizon figé qui lui était imposé par A. Cela se traduisait par des niveaux de stocks très élevés à la fois chez I, mais aussi chez A, qui étaient à l origine de conflits permanents pour savoir qui devait assumer le stock et les discussions entre les deux acteurs se focalisaient sur le transfert des stocks au lieu de nourrir une réflexion partagée sur leur réduction. Cette approche «perdant-perdant» a conduit à une telle inflation des stocks de bobines dans la filière que les deux partenaires devaient se rapprocher pour trouver des solutions moins coûteuses pour leurs entreprises. Un premier projet sur la gestion des prévisions de vente est lancé en 2003 par l entreprise I poursuivant deux objectifs : 1) l actualisation mensuelle des prévisions transmises au fournisseur ; 2) l amélioration des variations liées à l organisation ou à la communication. Parallèlement à ce projet, A mobilise ses équipes commerciales et industrielles sur l amélioration du service en cherchant à réduire ses délais et à fiabiliser ses engagements. Ces projets permettent de réduire les stocks de 9 à 7 semaines mais les coûts générés restent encore trop importants. Par ailleurs, les délais imposés par le fournisseur figent la supply chain et ne permettent pas à I de consolider la demande pour l ensemble de ses usines. En 2006, les deux partenaires décident de concrétiser une réelle approche partenariale en partageant la remise à plat de leurs processus supply chain et en formalisant des règles communes qui seront déployées sur l ensemble des usines de I et sur les 25 sites de A. Un système centralisé des prévisions est d abord créé grâce à l application Lotus Notes qui permet d extraire des fichiers Excel. Une planification des prévisions à la semaine est ensuite déployée par I qui élabore ses prévisions sur 12 semaines glissantes (12 Weeks Rolling Forecasts ou 12WRF). Chaque mois, le service Achat de I envoie les prévisions à long terme issues du module de prévision pour le suivi des contrats annuels. Parallèlement, A met en place des délais garantis de 2, 4 ou 8 semaines en fonction des volumes et de la fréquence de commande de l article. La gestion de la production ne s effectue plus à partir des commandes passées par I mais à partir des prévisions transmises chaque semaine. Il n y a donc plus de commandes mais des prévisions glissantes au mois, à la semaine, et des plans de livraison au jour Analyse des résultats Les résultats de cette démarche partenariale engagée sur les prévisions sont immédiats pour les deux entreprises : les stocks sont désormais voulus et non subis, la réduction des délais accroît la réactivité. Par ailleurs, nos observations font apparaître que progressivement, les acteurs du projet se sont mis à parler le même langage car ils ont conçu ensemble les outils de gestion des prévisions, puis des indicateurs liés aux processus et permettant de suivre régulièrement l activité (voir tableau ci-dessous). Client (I) Fournisseur (A) Variabilité des prévisions % de commandes gérées en délais Demandes cours d expédition/besoin s exprimés dans le OTIF (On Time In Full) 2 12WRF Niveaux de stocks Niveaux de stocks Principaux indicateurs de performance de I et de A Ces indicateurs sont mesurés de façon hebdomadaire et transmis mensuellement. Par ailleurs, ils sont discutés par les membres de A et de I présents lors des réunions supply chain trimestrielles. Ainsi, les gains obtenus grâce à la mise en œuvre de cette démarche collaborative sur les prévisions ont pu être calculés et se traduisent par une baisse très importante des délais de livraison (66% des commandes sont désormais livrées en 2 à 4 semaines au lieu de 9 semaines initialement), par une augmentation du taux de service (OTIF) qui dépasse les 80% en 2007 alors qu il n était que de 45% en 2005, et par une réduction des stocks de 50% en 4 ans pour A et de 30% en 4 ans pour I. L approche peut donc être qualifiée de «gagnant-gagnant» pour les deux partenaires. Au delà des gains financiers, une véritable évolution des deux organisations a pu être observée. I a davantage structuré sa supply chain interne et la prévision collaborative avec A a obligé certains acteurs internes à passer d un mode de fonctionnement isolé et autonome à un fonctionnement en équipe, sur un mode plus collaboratif. Notamment, le service Achat de I n impose plus l allocation des volumes par fournisseur mais contribue à leur optimisation en définissant des index de prix et des règles «cadres» qui sont mieux adaptés aux délais proposés par les fournisseurs. Par ailleurs, le contrôle de gestion prend progressivement en compte les indicateurs de performance liés aux processus supply chain, notamment l OTIF (pour A) et la variabilité des prévisions (pour I). A travers ce cas, nous pouvons observer que la construction d un projet commun entre deux partenaires d une 2 L'OTIF est un indicateur de performance de la Supply Chain. On l appelle aussi taux de service fournisseur. L'OTIF se mesure sur deux composantes : le nombre de commandes ponctuelles (On Time) et le nombre de commandes complètes (In Full). Sa formule basique de calcul est : OTIF (%) = (nombre de livraisons en temps et en quantité/nombre livraisons demandées) x

8 supply chain peut conduire à atteindre un objectif de gain partagé, notamment grâce à une réduction des coûts de stocks. Le partage des économies réalisées se traduit par un meilleur ajustement des prix mais surtout par une évolution réelle des comportements et des pratiques : d une relation acheteur-vendeur purement axée sur la négociation commerciale, les acteurs sont passés à une véritable concertation sur les prix. Cette évolution est possible grâce à une action partagée sur les coûts qui est réellement à l origine de création de valeur pour les deux partenaires. L analyse des entretiens avec les différents acteurs du projet a fait apparaître que plus la nature des informations échangées entre les partenaires était complexe, plus elle impliquait un niveau de communication élevé, concrétisé plutôt par des démarches de résolution de problèmes que par de simples applications informatiques. Par ailleurs, lorsque les informations échangées se situent à un niveau de décision qui impacte les choix en matière de planification de la supply chain, elles sont généralement qualifiées de stratégiques par les partenaires, au sens où elles engagent des décisions qui impactent leurs propres ressources (notamment les choix en matière d ajustement des niveaux de stocks ou de réapprovisionnement), et font naturellement l objet de réticences à être partagées. Notre étude de cas, qui reste de nature exploratoire, permet de valider que les quatre étapes du processus d AIO sont respectées. Dans la phase d échange d information, les rôles de chacun des partenaires ont été parfaitement clarifiés dès le démarrage de la relation partenariale. Cela implique que le projet de partenariat a été partagé par le couple client-fournisseur dans son ensemble, même si la relation était asymétrique (pouvoir de négociation du fournisseur élevé). Les organisations sont par définition différentes et faire l hypothèse de la similitude aurait faussé les échanges entre les partenaires. La compréhension du fonctionnement de l autre par des échanges fréquents et réguliers est une étape nécessaire qui ne doit pas être négligée car elle peut ultérieurement être un frein à l échange d informations. Dans la phase de partage d information, les partenaires ont dû accepter l idée de partager des informations qu ils considèrent parfois comme stratégique, et donc confidentielle. Nos interlocuteurs ont avoué qu au démarrage, ils considéraient les informations sur les stocks comme sensibles (car les volumes financiers engagés étaient très élevés) et ne souhaitaient pas les divulguer à leur partenaire. Cette barrière, liée à l acceptation partagée d échanger l information, a pu être levée grâce à l intervention d un tiers qui a joué le rôle d un vecteur de communication entre les deux partenaires. La communication «ouverte» sur les informations logistiques semble être un préalable indispensable à la planification collaborative. En effet, celle-ci n a réellement démarré que lorsque les acteurs ont commencé à donner des informations précises et à échanger des fichiers Excel. La phase de construction de connaissances voit le partenariat se concrétiser par l apparition des premiers bénéfices. Ces gains, d abord constatés à l échelle de chaque entreprise par des indicateurs internes, ont d abord fait l objet d une diffusion large à l intérieur de chaque organisation, puis ont permis de cristalliser les actions collaboratives. L échange d informations sur les gains grâce à la mise en œuvre d indicateurs de performance partagés permet de savoir quels bénéfices sont retirés du partenariat par chaque acteur et de vérifier que la relation reste équilibrée. La création d indicateurs de performance en commun semble donc nécessaire dans ce type de relation car elle permet de faciliter le pilotage des processus collaboratifs et surtout une résolution partagée des problèmes éventuels (dans notre cas discutés lors des réunions trimestrielles). Ce sont ces démarches d amélioration continue qui permettent d entrer dans la phase d assimilation des connaissances et de créer des connaissances nouvelles à l intérieur de chaque organisation car chacune «grandit» grâce à la relation collaborative. Chaque entreprise est alors capable d utiliser la connaissance acquise pour reproduire une expérience collaborative avec un autre partenaire, c est-à-dire de transformer ces connaissances explicites en connaissances tacites mobilisables dans un autre projet. Nous n avons cependant pas eu l opportunité de tester ce dernier point lors de nos échanges avec nos interlocuteurs des entreprises A et I. 3. Conclusion Les pratiques collaboratives au sein d une supply chain impliquent l échange d informations techniques et complexes, qu il est en général difficile de communiquer, soit pour des raisons de confidentialité, soit parce que ces informations sont incomplètes ou en transformation constante. Elles reposent sur un ensemble de connaissances tacites qui permet de les comprendre et de les interpréter justement. La transformation de ces connaissances tacites en connaissances explicites se fait généralement par le biais des systèmes d information qui obligent les partenaires à formaliser les informations qu ils souhaitent échanger. Cet échange représente bien souvent une première étape dans le processus de construction de la confiance. Elle correspond à la création d une confiance de type cognitif entre les partenaires, c est-à-dire basée sur la reconnaissance de la compétence de l autre, sa responsabilité, son intégrité ou encore son honnêteté (McAllister, 1995). Cette étude de cas nous permet démettre plusieurs constatations sur les conditions de mise en œuvre d un processus d AIO au sein d une supply chain, qui constituent autant de pistes de recherche qui seront approfondies par une autre recherche en cours de réalisation. 1) Le processus d AIO est un processus qui s inscrit dans la durée. Dans le cas qui a fait l objet de notre étude, les relations entre les deux partenaires ont commencé à se structurer dès 2003, mais les premiers résultats concrets 8

9 n ont été enregistrés qu en Les relations à long terme entre deux partenaires commerciaux passent par la création d une relation de confiance qui est progressive et extrêmement fragile. Cette confiance se cristallise par une succession de «petites victoires» qui font que les partenaires ont l impression de progresser ensemble, mais aussi grâce à l autre. Elle est une condition indispensable à la réalisation du processus d AIO mais sa mesure pose encore de nombreuses difficultés, notamment méthodologiques. 2) Les freins à la mise en œuvre de pratiques collaboratives au sein d une supply chain sont essentiellement des freins culturels. Une mauvaise connaissance du partenaire, une mauvaise compréhension de ses objectifs ou de ses attentes sont autant de mésententes qui vont nuire au processus d AIO. On peut imaginer la difficulté à mettre en œuvre de telles relations avec des partenaires étrangers, par exemple des fournisseurs asiatiques, dont la culture est très éloignée de la culture européenne. La réalisation d un processus d AIO doit donc prendre en considération la dimension culturelle, voire interculturelle des échanges d information et des pratiques collaboratives entre les acteurs de la supply chain. 3) Les systèmes d information et les technologies d information et de communication viennent en support des pratiques collaboratives mais n ont pas nécessairement besoin d être très complexes pour permettre au processus d AIO de se mettre en place. Dans le cas étudié, un simple échange de fichiers Excel permet de transmettre l information sur les prévisions et de mettre en œuvre des actions communes. On pourrait s interroger sur le rôle réel joué par les systèmes d information et plus généralement par la technologie dans le processus d AIO. 4) La création de connaissances partagées passe par la constitution d équipes communes qui deviennent les vecteurs du projet et qui permettent au processus d apprentissage de se réaliser. Nous avons pu constater que la construction partagée de connaissances se concrétisait réellement lorsque les partenaires étaient capables d assimiler les connaissances acquises en tirant profit de leur expérience commune pour créer des connaissances nouvelles et par la suite, développer des projets similaires avec d autres partenaires de leur supply chain. Cependant, c est grâce aux relations étroites entretenues par des membres de chaque entreprise que le projet de collaboration sur les prévisions a pu être mené à bien et l équipe projet semble jouer un rôle déterminant dans la création de connaissances partagées. La création de connaissances partagées semble être le résultat du processus d AIO. Grâce à l étude de cas, nous avons montré que ce processus était à l origine de création de valeur au sein de la supply chain en apportant à chaque entreprise des éléments d amélioration qu elle n aurait pas obtenus sans ce projet de collaboration. Cette notion n existe pas dans les théories de l apprentissage organisationnel classiques. S agit-il d une simple évolution de ces théories qui s adaptent à de nouveaux modes de management, ou peut-on le qualifier de concept nouveau, spécifique aux problématiques soulevées par le management des chaînes logistiques? De nouvelles perspectives de recherche sont ouvertes et méritent d être approfondies au regard de cette première étude exploratoire. Références Aaker D.A. (1991), Managing Brand Equity, The Free Press, New York. Allen T.J., Hauptman O. (1994), The Influence of Communication Technologies on Organizational Structure : A Conceptual Model for Further Research, in T.J. Allen and M.S. Scott-Morton (eds.), Information Technology and the Corporations of the 1990 s: Research Studies, New York, Oxford University Press, pp Argyris C., Schön D.A. (1978), Organizational Learning: A Theory of Action Perspective, Reading, MA: Addison-Westley Publishing Company. Bergadaà, M., Nyeck, S. (1992), «Recherche en marketing : un état des controverses». Recherche et applications en marketing, 7 (3), pp CEFRIO (2003) «La collaboration dans les PME manufacturières : d abord un défi de gestion?». Christopher M. (1998), Logistics and Supply Chain Management: Strategies for reducing cost and improving services, Second edition, Financial Times/prentice Hall, London. Dodgson M. (1993), Learning, Trust and Technological Collaboration, Human Relations, 46 (1), pp Evrard Samuel K., Spalanzani, A. (2009), «Developing Collaborative Competencies within Supply Chains», International Journal of Information Technology and Management, Special Issue, 8 (1), pp Fabbe-Costes N. (2007), «La gestion des chaînes logistiques multi-acteurs : les dimensions organisationnelles d une gestion lean et agile», In La gestion des chaînes logistiques multi-acteurs : perspectives stratégiques, coordonné par Paché G. et Spalanzani A., PUG, pp Fréry F. (1998), «Les réseaux d entreprise : une approche transactionnelle», in Repenser la stratégie, dirigé par H. Laroche et J.P. Nioche, Vuibert, pp Fréry F. (1999), Benetton ou l entreprise virtuelle, Paris, Vuibert. Gulati R., Nohria N., Zaheer A. (2000), Guest editors introduction to the special issue: strategic networks, Strategic Management Journal, vol. 21, pp Haspeslagh P.C., Jemison D.B. (1991), Managing acquisitions : creating value through corporate renewal, The Free Press. Holweg, M., Disney, S., Holmstrom, J. and Smaros, J. (2005), «Supply chain collaboration: making sense of the strategic continuum», European Management Journal, 23 (2), pp

10 Houssiaux J. (1957), «Le concept de quasi-intégration et le rôle des sous-traitants de l industrie», Revue économique, mars, pp Huber G.P. (1991), «Organizational Learning : The Contributing Processes and the Literatures», Organization Science, 2 (1), pp Kim D.H. (1990), Toward Learning Organizations: Integrating Total Quaility Control and Systems Thinking, Cambridge, MA, Pegasus Communications. Koh S.C.L., Gunasekaran A., Rajkumar D. (2008), «ERPII: The involvement, benefits and impediments of collaborative information sharing», International Journal of Production Economics, 113 (1), pp Lefay-Durand A., Poulin D., Beauregard R., Kozak R. (2006), «Relations interorganisationnelles et création de valeur», Revue française de gestion, n 164, pp Leroy F. (1998), «Apprentissage organisationnel et stratégie», In Repenser la stratégie, Laroche H., Nioche J.P., Vuibert, pp Lewicki R.J., Bunker B.B. (1996), Developing and Maintaining Trust in Work Relationships, in R. Kramer and T. Tyler (eds.), Trust in Organizations, Thousand Oaks, CA: Sage Publications, pp McAllister D.J. (1995), Affect- and cognition-based Trust as Foundations for Interpersonal Cooperation in Organizations, Academy of Management Journal, 38 (1), pp Nonaka I. (1994), A dynamic Theory of Organizational Knowledge Creation, Organization Science, 5 (1), pp Nonaka I., Konno N. (1998), «The concept of "Ba": Building foundation for Knowledge Creation», California Management Review, 40 (3), pp Nonaka I., Takeuchi H. (1995), The Knowledge Creating Company, Oxford University Press. Paché G., Paraponaris C. (1993), L entreprise en réseau, P.U.F., Paris, Paché G. (1992), «Relations non hiérarchiques, réseaux et manœuvres logistiques», Direction et Gestion des Entreprises, n , juillet-août. Polanyi K. (1983), The Great Transformation, 1944, La grande transformation, Gallimard, Paris. Porter M., L avantage concurrentiel, Dunod, Powell W. (1987), Hybrid Organizational Arrangements: New Forms or Transitional Development?, California Management Review, (30) 1, pp Power, D. (2005), «Supply Chain Management Integration and Implementation: A Literature Review», Supply Chain Management: An International Journal, 10 (4), pp Prax J.Y. (1997), Manager la connaissance dans l entreprise, INSEP Editions, Paris. Prax J.Y. (2007), Le manuel du Knowledge Management, Dunod, Paris. Rebolledo C., Nagati H., Halley A. (2008), «Apprentissage inter-organisationnel dans la chaîne logistique : le point de vue des fournisseurs», Conférence ASAC 2008, Halifax, Nouvelle Ecosse. Roy J., Landry S., Beaulieu M. (2006), «Collaborer dans la chaine logistique : Etat des lieux», Cahier de recherche n 06-01, mars. Scott J.E. (2000), «Facilitating Interorganisational Learning with Information Technology», Journal of Management Information Systems, 17 (2), pp Spalanzani A. (2007), «Organisation industrielle : un siècle d innovation continue», In Regards sur la recherche en gestion : Contributions grenobloises, coordonné par Le Berre M. et Spalanzani A. (eds.), L Harmattan, pp Thorelli H. (1986), Networks: Between Markets and Hierarchies, Strategic Management Journal, vol. 7, pp

Concevoir des supply chains résilientes

Concevoir des supply chains résilientes Concevoir des supply chains résilientes Karine Evrard Samuel CERAG UMR 5820 Université de Grenoble, France Définition de la résilience appliquée aux supply chains La résilience est la capacité à revenir

Plus en détail

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT

LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT LE SUPPLY CHAIN MANAGEMENT DEFINITION DE LA LOGISTIQUE La logistique est une fonction «dont la finalité est la satisfaction des besoins exprimés ou latents, aux meilleures conditions économiques pour l'entreprise

Plus en détail

Le management des connaissances

Le management des connaissances Le management des connaissances L essentiel du cours I. Définitions et pratiques du management des connaissances A. Définition du management des connaissances Le management des connaissances et des compétences

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

LE LEAN MANUFACTURING

LE LEAN MANUFACTURING LE LEAN MANUFACTURING LEAN signifie littéralement : «maigre», «sans gras». On le traduit parfois par «gestion sans gaspillage» ou par «au plus juste». LEAN est un qualificatif donné par une équipe de chercheurs

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12 Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE La notion «d E-Business» recouvre les différentes applications possibles de l'informatique faisant appel aux technologies de l'information et

Plus en détail

Etat de l'art de la GPA

Etat de l'art de la GPA Etat de l'art de la GPA Descriptif article La Gestion Partagée des Approvisionnements est une pratique courante. Comment le faire efficacement et avec quelles solutions? Le Mardi 13 Février 2007 de 14h00

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 7 : Customer Relationship Management (CRM) Supply Chain Management (SCM) Sommaire

Plus en détail

LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES

LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES Briefing direction LES ENTREPRISES PROSPÈRES SE TRANSFORMENT GRÂCE À DES SOLUTIONS SAP FLEXIBLES Le Big Data, les réseaux sociaux, les applications mobiles et les réseaux mondiaux modifient de façon radicale

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

Introduction : du management au e-management.

Introduction : du management au e-management. Introduction : du management au e-management. Henri Isaac, Université Paris dauphine, Observatoire du e-management Dauphine-Cegos. L émergence du terme e-management a suscité de nombreuses interrogations

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Stratégies gagnantes pour la fabrication industrielle : Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Stratégies gagnantes pour l industrie : Synthèse Jusqu ici, les

Plus en détail

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM

Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Tirez plus vite profit du cloud computing avec IBM Trouvez des solutions de type cloud éprouvées qui répondent à vos priorités principales Points clés Découvrez les avantages de quatre déploiements en

Plus en détail

Maîtriser les mutations

Maîtriser les mutations Maîtriser les mutations Avec UNE Supply chain AGILE La réflexion porte ses fruits www.cereza.fr TALAN Group Notre savoir-faire : maîtriser les mutations et en faire une force pour l entreprise Cereza,

Plus en détail

Achats et parties prenantes

Achats et parties prenantes La perspective de l acheteur L échange transactionnel L émergence de l approche relationnelle Sylvie Mantel-Lacoste 1 Sylvie Mantel-Lacoste 2 La notion d échange, elle a évolué au début des années 80-90

Plus en détail

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Novembre 2007

L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises. Novembre 2007 L adoption des nouvelles technologies dans les grandes entreprises françaises Novembre 2007 Sommaire Analyse des taux d adoption des différents outils Présentation des spécificités par outil Les nouvelles

Plus en détail

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT STRUCTURE & PILOTAGE DES FLUX. NRJ Nov. 2005 Page 1

SUPPLY CHAIN MANAGEMENT STRUCTURE & PILOTAGE DES FLUX. NRJ Nov. 2005 Page 1 Page 1 Robert Nondonfaz Professeur adjoint HEC-ULg Professeur invité HEMES-GRAMME Chargé de cours H.E. CHARLEMAGNE Chargé de cours H.E. TROCLET Co-responsable scientifique du programme SCM [ IAG-SBS-HEC.ULg

Plus en détail

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique

Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique IBM Global Services Soyez plus réactifs que vos concurrents, optimisez votre chaîne logistique Supply Chain Management Services Supply Chain Mananagement Services Votre entreprise peut-elle s adapter au

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

Pole Formation Catalogue 2013-2014

Pole Formation Catalogue 2013-2014 Pole Formation Catalogue 2013-2014 Mise à jour Octobre 2013 Page 1 de 13 Nos valeurs Respect : de nos partenaires clients et fournisseurs, de nos engagements Performance : par l exigence que s imposent

Plus en détail

La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine

La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine La gestion des connaissances Un nouveau modèle de l entreprise? Jean-Louis Ermine MODELE THEORIQUE Ce qui décide D Du modèle OID au modèle AIK : De l information à la connaissance Ce qui informe I Production

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui

Management de la chaîne logistique. Professeur Mohamed Reghioui Management de la chaîne logistique Professeur Mohamed Reghioui M.Reghioui - 2012 1 Informations générales sur le module Intervenants: Mohamed Reghioui(m.reghioui@gmail.com) Informations générales Répartition

Plus en détail

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule Séminaires Système D Information Formation Conduite du Changement Préambule Sommaire Préambule L entreprise : système complexe en mouvement permanent Mickael Porter Harvard Business School - L avantage

Plus en détail

Secteur manufacturier: enjeux et perspectives

Secteur manufacturier: enjeux et perspectives Secteur manufacturier: enjeux et perspectives Mika Kuhmonen, Rafael O. de Jesús, Donald B. Rosenfield, Willam Hanson Il y a une cinquantaine d années, les 100 000 ouvriers de l usine automobile Ford de

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James

Plateforme STAR CPM. Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Plateforme STAR CPM Gestion intégrée des process multilingues d entreprise Les voies de la performance avec STAR James Groupe STAR Your single-source provider for corporate product communication Le bon

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

Club Supply Chain et distribution

Club Supply Chain et distribution Club Supply Chain et distribution Fabrice Lajugie de la Renaudie Association des diplômés de Reims Management School 91 rue de Miromesnil 75008 Paris http://www.rms-network.com Sommaire Constats 3 composantes

Plus en détail

Votre partenaire idéal

Votre partenaire idéal Technologie Partenaire Votre partenaire idéal Avnet Supply Chain Solutions Nos partenaires 2 Avnet Supply Chain Solutions Votre partenaire idéal Confiez votre logistique à un spécialiste Dans l environnement

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

Le mensuel GRATUIT Du Supply Chain Management. Par Cathy POLGE Rédactrice en Chef SCMAG www. SupplyChainMagazine.fr

Le mensuel GRATUIT Du Supply Chain Management. Par Cathy POLGE Rédactrice en Chef SCMAG www. SupplyChainMagazine.fr Le mensuel GRATUIT Du Supply Chain Management Par Cathy POLGE Rédactrice en Chef SCMAG www. SupplyChainMagazine.fr Une complexité croissante De multiples outils Les dernières tendances Des aléas à répétition

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Délégation aux entreprises -- Secrétariat général. Tableau de bord central 2003. Valorisation et transfert de technologies. Résumé opérationnel...

Délégation aux entreprises -- Secrétariat général. Tableau de bord central 2003. Valorisation et transfert de technologies. Résumé opérationnel... Délégation aux entreprises -- Secrétariat général Tableau de bord central 2003 Management de la qualité Valorisation et transfert de technologies Sommaire Résumé opérationnel... 2 Préambule... 3 Construction

Plus en détail

Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise

Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise Sommaire Introduction... 1 1. La gestion des connaissances dans l entreprise... 1 2. La démarche... 2 2.1. Capitalisation des connaissances...

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

Comment réussir le déploiement de votre communauté B2B et réduire les coûts de votre chaîne logistique?

Comment réussir le déploiement de votre communauté B2B et réduire les coûts de votre chaîne logistique? Comment réussir le déploiement de votre communauté B2B et réduire les coûts de votre chaîne logistique? La chaîne d approvisionnement ne saurait plus fonctionner sans EDI. L enjeu est à présent d accélérer

Plus en détail

Ce book est destiné à vous présenter quelques unes de nos applications installées. N hésitez pas à nous contacter pour toute question complémentaire.

Ce book est destiné à vous présenter quelques unes de nos applications installées. N hésitez pas à nous contacter pour toute question complémentaire. Book 2012 AppliDev est spécialisé dans le développement d applications informatiques «sur mesure». Notre métier est de créer des interfaces complètes ou complémentaires à votre système d informations

Plus en détail

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance

Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance LIVRE BLANC Le temps est venu d implanter un CRM et un système de gestion de la connaissance Une vision détaillée des fonctions de CRM etde Gestion de Connaissances dansl environnement commercial actuel.

Plus en détail

Chaîne logistique & TIC

Chaîne logistique & TIC Chaîne logistique & TIC (from commerce to e-commerce to c-commerce). 1 2 3 4 Les Les méthodologies méthodologies m ECR ECR Mise Mise en en œuvre œuvre d une d une d chaîne chaîne logistique intégrée. grée.

Plus en détail

L entreprise virtuelle

L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle 1 2 Vers l entreprise virtuelle. Quel management de l entreprise virtuelle? L entreprise virtuelle L entreprise virtuelle. Conventional Organization Virtual Organization Technologies

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Quels outils pour prévoir?

Quels outils pour prévoir? modeledition SA Quels outils pour prévoir? Les modèles de prévisions sont des outils irremplaçables pour la prise de décision. Pour cela les entreprises ont le choix entre Excel et les outils classiques

Plus en détail

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation

Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Nouveaux dispositifs de formation et construction identitaire d adultes en formation Bernadette Charlier Université de Fribourg (Suisse) Bernadette.charlier@unifr.ch Notre contribution présente et discute

Plus en détail

L évolution de l automatisation.

L évolution de l automatisation. Gestion automatisée de la qualité Livre blanc Octobre 2009 L évolution de l automatisation. Etude de l évolution de l automatisation dans la gestion de la qualité des logiciels Page 2 Sommaire 2 Introduction

Plus en détail

10. Indicateurs et tableaux de bord comme outil de management entrepôt

10. Indicateurs et tableaux de bord comme outil de management entrepôt Nos programmes rammes réalisés Exemples de réalisation 1. «Enjeux de la Supply Chain : collaboration et création de valeurs» 2. La Supply Chain dans un environnement mass market 3. «Prise de conscience

Plus en détail

Comment réussir son projet de Master Data Management?

Comment réussir son projet de Master Data Management? Comment réussir son projet MDM? Table des matières Comment réussir son projet de Master Data Management?...... 2 Un marché en croissance..... 2 Les démarches qui réussissent... 2 A quels projets métiers

Plus en détail

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique

La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique La stratégie des PME influence-t-elle leur adoption des outils ERP? Une analyse empirique Résumé : L offre de logiciels intégrés auprès des petites entreprises s accroit. Cependant, l acquisition d un

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Six Sigma et Supply Chain : vers l excellence des processus stratégiques

Six Sigma et Supply Chain : vers l excellence des processus stratégiques Six Sigma et Supply Chain : vers l excellence des processus stratégiques Marina LE BRUN, Franck AUSSEDAT Celerant Consulting Six Sigma et Supply Chain sont deux approches qui ont pour objectif l excellence

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

La plateforme Cloud Supply Chain. Présentation de GT Nexus

La plateforme Cloud Supply Chain. Présentation de GT Nexus La plateforme Cloud Supply Chain Présentation de GT Nexus Une idée simple mais très efficace Les entreprises gagnantes fonctionneront en réseau A l avenir, les entreprises les plus performantes n opèreront

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR

Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR Groupement Achats et Logistique / Association des Centraliens Le CPFR, mythe ou réalité? Première partie : Le concept CPFR Thierry JOUENNE, CPIM Lundi 14 octobre 2002 Plan La supply chain, axe de valeur

Plus en détail

Présentation. Pour. Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris

Présentation. Pour. Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris Présentation Pour Gilles ALAIS, Country Manager Barloworld Supply Chain Software France 20 Rue des Petits Hôtels, 75010 Paris Email: galais@barloworldscs.com Tel : + 33 1 73 03 04 10 / + 33 6 08 01 52

Plus en détail

La Business Intelligence & le monde des assurances

La Business Intelligence & le monde des assurances Conseil National des Assurances Séminaire - Atelier L information au service de tous Le 09 Novembre 2005 La Business Intelligence & le monde des assurances Karim NAFIE Regional Presales Manager EEMEA Operations

Plus en détail

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant :

Chap 3 : La connaissance du client. I. Les fondements de la connaissance du client. Les principales évolutions sont résumées dans le tableau suivant : Chap 3 : La connaissance du client I. Les fondements de la connaissance du client A. D une société de consommation à une société de consommateurs Depuis les années 1980, les mutations sociales ont eu d

Plus en détail

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile 1 4 Les De plus en plus d organisations voient l Agilité comme une piste de solution aux problèmes auxquels elles sont confrontées. Par ailleurs,

Plus en détail

solution technologique globale qui couvre en

solution technologique globale qui couvre en Dealer Management System solution technologique globale qui couvre en amont tous les besoins fonctionnels et techniques de l activité d un distributeur de véhicules : magasin, atelier, VN/VO. Adaptable

Plus en détail

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance

Sage 100. pour les PME. Faites de votre gestion un levier de performance Sage 100 pour les PME Faites de votre gestion un levier de performance À propos de Sage Leader des éditeurs de logiciels de gestion sur le marché des PME dans le monde* Plus de 6 millions d entreprises

Plus en détail

LA COMPOSITION ET LE ROLE DU CENTRE DECISIONNEL D ACHAT DACHAT. I. Qu est ce qu un centre décisionnel d achat? A Les rôles dans les centres d achat

LA COMPOSITION ET LE ROLE DU CENTRE DECISIONNEL D ACHAT DACHAT. I. Qu est ce qu un centre décisionnel d achat? A Les rôles dans les centres d achat LA COMPOSITION ET LE ROLE DU CENTRE DECISIONNEL D ACHAT DACHAT I. Qu est ce qu un centre décisionnel d achat? A Les rôles dans les centres d achat le décideur l utilisateur l acheteur lacheteur le prescripteur

Plus en détail

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable

II L APPROCHE PEDAGOGIQUE EN 2nde PRO LOGISTIQUE ET TRANSPORT. 1 Mon téléphone portable I PRESENTATION DES THEORIES 1 La chaîne logistique traditionnelle 2 Supply chain 3 Supply chain in reverse logistics La gestion globale de la chaîne logistique dans la logistique inversée (verte) II L

Plus en détail

Petit guide pour choisir une solution CRM

Petit guide pour choisir une solution CRM Petit guide pour choisir une solution CRM Trouvez la solution qui vous convient» Nos clients sont plus performants. www.update.com Avant-propos Le CRM est en passe de devenir le principal logiciel de l

Plus en détail

L animation de la performance d une Supply Chain

L animation de la performance d une Supply Chain L animation de la performance d une Supply Chain Pré-soutenance de Mémoire Thématique Master Recherche OSIL Ecole Centrale Paris Etudiante : Samira Jaï Encadrant : Alain Chapdaniel Plan de la présentation

Plus en détail

Quels sont les leviers et freins de l e-businessl en Belgique et en Wallonie?

Quels sont les leviers et freins de l e-businessl en Belgique et en Wallonie? Quels sont les leviers et freins de l e-businessl en Belgique et en Wallonie? André Delacharlerie Responsable de l Observatoire des TIC ad@awt.be e-business, fini de jouer? 26.04.2007-1 Au cœur c de l

Plus en détail

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR

MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR MODULES ECBL DESCRIPTIF SENIOR Modules ECBL Basic Supply Chain Concepts (BSCC) Core Management Skills (CMS) DESCRIPTIF/CONTENU Maîtriser l environnement de la Supply Chain (SC): - Loi de l offre et la

Plus en détail

Distribuez une information fiable. IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0. Des données fiables pour de meilleurs résultats

Distribuez une information fiable. IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0. Des données fiables pour de meilleurs résultats IBM InfoSphere Master Data Management Server 9.0 Des données fiables pour de meilleurs résultats Les entreprises génèrent et collectent chaque jour une multitude de données : informations sur les comptes,

Plus en détail

Pour saisir le sens des leviers d amélioration, il est d abord nécessaire de comprendre les caractéristiques du supply chain management.

Pour saisir le sens des leviers d amélioration, il est d abord nécessaire de comprendre les caractéristiques du supply chain management. Introduction La dynamique «mesurer, analyser, agir» en supply chain management implique la mesure d indicateurs de performance et la mise en œuvre de leviers porteurs d amélioration. Il y aurait plus de

Plus en détail

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique

Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique Management des organisations et stratégies Dossier n 10 Veille et intelligence économique.i. Les enjeux et domaines de la veille.ii. La mise en place d un processus de veille.iii. Illustration d une démarche

Plus en détail

Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs

Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs Transport, logistique et chaînes productives durables : des enjeux communs Corinne Blanquart (Inrets-Splot) 1 et Valentina Carbone (Esce et Escp-Eap) 2 L utilisation des modes alternatifs de transport

Plus en détail

LA SOLUTION DE GESTION D AFFAIRES CONÇUE POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV

LA SOLUTION DE GESTION D AFFAIRES CONÇUE POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV LA SOLUTION DE GESTION D AFFAIRES CONÇUE POUR MICROSOFT DYNAMICS NAV CONSTRUCTION FABRICATION D'ÉQUIPEMENTS MAINTENANCE INDUSTRIELLE BUREAUX D'ÉTUDES SERVICES INFORMATIQUES NETTOYAGE «NaviOne n est pas

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion.

L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. L adaptation des structures de l entreprise à l évolution des outils de gestion. Définition des termes du sujet : - Structure : c est l ensemble des dispositifs et mécanismes qui permettent la répartition

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

Pour une innovation productive

Pour une innovation productive Pour une innovation productive Par Didier Givert, Directeur Associé de PRTM Et Jean-Marc Coudray, Directeur Général de PlanView France Mots clés : Gestion de Portefeuille, Gouvernance informatique, Pilotage

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux référentiels dont le plus connu et le

Plus en détail

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE

GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE GLOBAL SUPPLY CHAIN MANAGEMENT & STRATEGIE LOGISTIQUE La logistique représentait traditionnellement l activité allant de la mise à disposition des produits finis par l usine ou le négociant jusqu à la

Plus en détail

EDITORIAL. Développez Vos Compétences, Anticipez L Avenir! Fatima Zahra ABBADI Executive Manager

EDITORIAL. Développez Vos Compétences, Anticipez L Avenir! Fatima Zahra ABBADI Executive Manager EDITORIAL Dans un contexte économique et géopolitique en transition, le Maroc se voit aujourd hui de plus en plus interpellé à relever des challenges tant nationaux qu internationaux avec des exigences

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation

Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation Apport du Knowledge Management dans l amélioration de la prise de décision dans une Organisation Abdelkader Baaziz To cite this version: Abdelkader Baaziz. Apport du Knowledge Management dans l amélioration

Plus en détail

1. Logiciel ERP pour les PME d ici... 3 2. Technologies Microsoft... 4 3. Modules disponibles... 5 3.1. Finance... 5 3.2. Analyses & BI... 6 3.3.

1. Logiciel ERP pour les PME d ici... 3 2. Technologies Microsoft... 4 3. Modules disponibles... 5 3.1. Finance... 5 3.2. Analyses & BI... 6 3.3. 1. Logiciel ERP pour les PME d ici... 3 2. Technologies Microsoft... 4 3. Modules disponibles... 5 3.1. Finance... 5 3.2. Analyses & BI... 6 3.3. Vente et marketing... 7 3.3.1. Gestion de la relation Client

Plus en détail

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES

ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES FC M1 Management 2012/2013 Projet individuel ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION MES (Manufacturing Execution System) FC M1 Management 2012_2013 / SYSTEMES D INFORMATION / ANALYSE D UN SYSTEME D INFORMATION

Plus en détail

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le

Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le Partie I BI 2.0 Cette première partie pose les enjeux de la BI 2.0 et son intégration dans le SI de l entreprise. De manière progressive, notre approche situera le SI classique avec l intégration de la

Plus en détail

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC

MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC MANAGEMENT PAR LA QUALITE ET TIC Lorraine Garantir une organisation performante pour satisfaire ses clients et ses partenaires, telle est la finalité d une certification «qualité». On dénombre de nombreux

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN

La Supply Chain. vers un seul objectif... la productivité. Guy ELIEN La Supply Chain vers un seul objectif... la productivité Guy ELIEN juin 2007 Sommaire Le contexte... 3 le concept de «chaîne de valeur»... 3 Le concept de la Supply Chain... 5 Conclusion... 7 2 La Supply

Plus en détail

transformer en avantage compétitif en temps réel vos données Your business technologists. Powering progress

transformer en avantage compétitif en temps réel vos données Your business technologists. Powering progress transformer en temps réel vos données en avantage compétitif Your business technologists. Powering progress Transformer les données en savoir Les données sont au cœur de toute activité, mais seules elles

Plus en détail

1/ Quelles sont les raisons qui peuvent conduire à la mise en place d un OMS?

1/ Quelles sont les raisons qui peuvent conduire à la mise en place d un OMS? Order Management System L Order Management System (OMS) d hier visait avant tout à automatiser les communications internes, en permettant au trader de collecter électroniquement les ordres et les instructions

Plus en détail

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification

Le terme «ERP» provient du nom de la méthode MRP (Manufacturing Ressource Planning) utilisée dans les années 70 pour la gestion et la planification Séminaire national Alger 12 Mars 2008 «L Entreprise algérienne face au défi du numérique : État et perspectives» CRM et ERP Impact(s) sur l entreprise en tant qu outils de gestion Historique des ERP Le

Plus en détail

Supply Chain Management

Supply Chain Management Indicateurs de Performance dans les Fonctions du Supply Chain Management Le partenaire Dans le cadre du contrat AGIR pour l AGROALIMENTAIRE Sommaire 1- Qu est ce qu un indicateur? Page 3 2- Notion de Supply

Plus en détail

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication

Tableau de Bord. Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication Bande de Com! Tableau de Bord Julien Pansier PROJET Clas 1.1 Conduite d'un projet de communication 1.1.1 Prise en charge du dossier de l annonceur C11.1. S approprier la demande de l annonceur - Comprendre

Plus en détail

«Technologies de l informationl & management»

«Technologies de l informationl & management» e-management Cours DEA e-management DEA «e-management : concepts & méthodesm thodes» Cours «Technologies de l informationl & management» Enseignants : Henri Isaac, Robert Nickerson e-management Objectifs

Plus en détail

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics

Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Business Analytics Stella-Jones pilier du secteur grâce à IBM Accélération et précision des rapports, budgets et prévisions au service d une entreprise en plein essor En bref Les besoins À la suite de plusieurs acquisitions

Plus en détail

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL :

UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : Management international APPEL A CONTRIBUTION Printemps 2014 UNE APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE DU CAPITAL IMMATERIEL : VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES? Rédacteurs en chef invités : Corinne Bessieux-Ollier,

Plus en détail

Sage 2013 Tout droit réservé. Société par Actions Simplifiée au capital de 6 250 000 euros - Siège social : 10, rue Fructidor 75834 Paris cedex 17 -

Sage 2013 Tout droit réservé. Société par Actions Simplifiée au capital de 6 250 000 euros - Siège social : 10, rue Fructidor 75834 Paris cedex 17 - Les défis commerciaux de la PME en 2014 Sage 2013 Tout droit réservé. Société par Actions Simplifiée au capital de 6 250 000 euros - Siège social : 10, rue Fructidor 75834 Paris cedex 17 - RCS Paris 313

Plus en détail