L ouverture à la concurrence du secteur électrique : rôle et gains du client

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L ouverture à la concurrence du secteur électrique : rôle et gains du client"

Transcription

1 L ouverture à la concurrence du secteur électrique : rôle et gains du client Marcelo Saguan, économiste de l'énergie, Microeconomix Olivier Sautel, économiste de la concurrence, Microeconomix Paru dans la revue Flux, 2011/2 - n 84, pp Introduction Le travail d'analyse des processus d'ouverture à la concurrence des industries de réseaux en est aujourd'hui à l'heure des premiers bilans. Le débat théorique sur la pertinence d'ouvrir ou non les industries de réseaux à la concurrence a largement tourné à l'avantage des défenseurs d'une libéralisation des industries de réseaux, dans la plupart des secteurs concernés (télécoms, transport, énergie) et dans la plupart des pays. La phase de mise en œuvre de ces réformes et les débats associés, qui concernent les architectures de marché optimales et les modalités pertinentes de réglementation, ont débouché sur un relatif consensus parmi les autorités de régulation des différents pays. Mais, selon les secteurs et les pays concernés, la question du bilan empirique des réformes est ouverte, et les bénéfices annoncés sont contestés. Le relatif recul historique sur les réformes engagées (près de 20 ans pour l'électricité, 30 ans pour les télécommunications (1) ou pour le transport aérien (2), si l'on retient les premières expériences internationales) ainsi que la présence d'un panel de différents pays et situations réglementaires sont à même de servir d'appui à un travail de bilan empirique. Dans ce travail de bilan, le sort du client final occupe une place prépondérante. C'est lui en effet qui a été mis en avant pour justifier l'utilité sociale des réformes visant l'ouverture à la concurrence. C'est lui plus largement, dans une économie de société démocratique, qui doit in fine bénéficier ou au moins ne pas pâtir de l'abandon par les Etats de leur rôle de production dans ces industries. Parallèlement, le libre choix du fournisseur offert au client final a constitué la partie la plus visible et la plus emblématique des changements structurels induits par ces réformes. Dans cette perspective, le secteur de l'électricité constitue un cas d'étude intéressant. Le secteur électrique est l'un des secteurs dans lequel l'ouverture à la concurrence a été la plus contestée, mais aussi et surtout, dans lequel la place du client final reste la plus discutée. L'objectif de l'article est d'évaluer l'impact des réformes du secteur électrique en termes de gains d'efficacité tout au long de la chaîne de fourniture, et d'en déduire le rôle et les gains du client final dans ce processus d'ouverture à la concurrence. Nous montrons que le débat persistant sur la meilleure forme d'ouverture à la concurrence, qui se concentre sur l'opportunité d'ouvrir complètement ou non le marché de détail, est légitime compte tenu des résultats contrastés de l'ouverture à la concurrence du secteur électrique. Si le client final a pu bénéficier de gains d'efficacité liés à l'ouverture du secteur électrique, imparfaitement transmis par les acteurs présents sur les marchés concurrentiels, la possibilité qui lui a été donnée de choisir librement son fournisseur sur le marché de détail n'a pas eu jusqu'à présent d'impact significatif sur le niveau de ces gains. Le paradoxe d'une concurrence sans choix du client final pourrait perdurer tant que les conditions d'une innovation dans les modalités de distribution de l'électricité ne seront pas réunies. La section 1 de cet article rappelle le contenu des réformes visant à ouvrir le secteur électrique à la concurrence. La section 2 identifie les gains d'efficacité induits par l'ouverture à la concurrence sur la base d'une revue des études empiriques présentes dans la littérature. La section 3 conclut sur le

2 paradoxe du secteur électrique, selon lequel le rôle donné au client final dans l'ouverture à la concurrence n'aurait aucun impact sur les gains qu'il peut en attendre. L introduction de la concurrence dans le secteur électrique L'introduction de la concurrence dans le secteur électrique s'inscrit dans un vaste mouvement de démantèlement des monopoles verticalement intégrés dans les industries de réseaux, porté en Europe par les directives de la Commission européenne (3). Le raisonnement économique sousjacent est que les industries de réseaux pouvaient être plus efficaces et aussi bien coordonnées que dans un modèle intégré. Il faut pour cela à la fois permettre à de nouveaux acteurs d'entrer sur le marché en se faisant concurrence, tout en régulant l'accès de ces concurrents à l'infrastructure. Concrètement, l'ouverture à la concurrence se traduit généralement par la séparation des activités d'infrastructure, pour lesquelles un monopole est généralement souhaitable, des activités de production et de commercialisation, pouvant être ouvertes à la concurrence. Cette séparation peut notamment passer par la séparation et/ou la privatisation des monopoles publics intégrés autrefois en charge de l'ensemble de la chaîne verticale. Des marchés sont construits sur les activités ouvertes à la concurrence tandis que les activités qui restent soumises à un monopole (tenant à l'infrastructure) se voient appliquer de nouvelles règles de régulation, pour assurer notamment l'accès équitable de tous les acteurs qui participent aux activités concurrentielles en aval. Après avoir brièvement rappelé la chaîne de valeur du secteur électrique, cette section détaille la façon dont ce modèle générique y a été appliqué. La chaîne verticale de l'industrie électrique Afin d'appréhender les enjeux économiques d'une ouverture à la concurrence, il est indispensable de définir correctement la chaîne de valeur de l'industrie concernée. Dans le cas de l'électricité, la chaîne verticale se divise en quatre segments : - la production, qui consiste à générer de l'électricité à partir de différentes technologies (nucléaire, énergies fossiles, hydraulique, éolien, ) et à la commercialiser sur les marchés de gros ; - le transport, qui consiste à acheminer l'électricité via un réseau haute tension depuis les sites de production jusqu'aux points de connexion avec le réseau de distribution ou jusqu aux points de raccordement des gros consommateurs connectés directement au réseau de transport ; - la distribution, qui consiste à acheminer l'électricité via un réseau de moyenne et basse tension depuis les points de connexion avec le réseau de transport (soit 2200 postes sources en France) jusqu'au client final (33 millions de points de livraison en France) (4) ; - la commercialisation et la vente (ou fourniture), qui consiste à gérer la relation avec le client final d'électricité (estimer la consommation, émettre la facture, gérer le paiement, etc.) La figure 1 montre schématiquement l organisation de l industrie électrique et les différentes activités dans le cas de la France. Cette figure indique également la proportion indicative de chacune de ces activités, en tant que postes de coûts, dans le tarif payé par un client résidentiel français (tarif bleu). La production représente environ un tiers, tout comme les activités régulées (le transport et la distribution réunies). Le poste «commercialisation et fourniture» couvre environ 5% du coût tandis que le reste relève des taxes et des contributions au service public. 2

3 Figure 1. Activités de l industrie électrique Importations et exportations d électricité via les 45 interconnexions électriques de RTE Producteurs d électricité 649 centrales de production nucléaire, hydraulique, thermique, renouvelable RTE Gestionnaire du Réseau de Transport d Electricité Transport d électricité de 400 kv à 63 kv ERDF et entreprises locales de distribution Réseaux de distribution de 20 kv à 220 V Industries (548 sites connectés au réseau de transport) Petites entreprises Particuliers Production (Energie); 35% Transport; 5% Distribution; 30% Proportion indicative par postes de coûts Commercialisation / Fourniture; 5% Taxes et CSPE; 25% Source : données RTE (2009) et EDF (2009), mis en forme par les auteurs L'industrie électrique a connu un mouvement de restructuration et d'ouverture à la concurrence plus tardif (5) et plus contesté (6) que d'autres industries de réseaux comme les télécoms ou le transport aérien (7). Bien que les modèles d ouverture à la concurrence aient suivi largement le modèle générique développé par la théorie, les paramètres techniques spécifiques de cette industrie ont été à l'origine d'un important débat théorique et empirique sur les modèles pertinents d'ouverture à la concurrence (Stoft, 2002). Aujourd hui, un relatif consensus s'est établi sur l introduction de la concurrence dans la production et sur la régulation nécessaire dans le transport et la distribution. Bien qu il subsiste des points d'amélioration, un certain nombre d'outils pertinents a été identifié. En revanche, le débat reste ouvert quant au modèle d ouverture à la concurrence de la fourniture d électricité, notamment la nécessité de l existence d un marché de détail ouvert pour tous les clients finaux (Joskow, 2006a, 2008). L'électricité est donc un cas d'étude intéressant puisque l'implication ou non du client final en tant qu'acteur de la concurrence reste une question débattue. Nous décrivons brièvement par la suite les caractéristiques-clés de l ouverture à la concurrence dans les différents maillons de la chaine de fourniture. L ouverture à la concurrence de la production L ouverture à la concurrence de la production d électricité s'est faite en deux étapes. La première a consisté à mettre fin au monopole de fait détenu par l entreprise verticalement intégrée. L entrée dans la production est aujourd'hui libre, au niveau de l exploitation comme de l'investissement (8). La seconde étape a consisté à créer un marché de gros sur lequel l ensemble des producteurs peuvent vendre l énergie produite. La mise en place d un marché de gros suppose d abord la définition du produit commercialisable. Etant un flux continu, l électricité nécessite la définition d un système de mesure capable de pouvoir suivre les transactions entre les agents. En effet, une fois l électricité injectée dans le réseau, il est 3

4 impossible de distinguer à qui appartient le produit ; un système de traçabilité est donc nécessaire pour assurer un suivi et un règlement des transactions. La création d un marché de gros exige donc la mise en place d un registre de transactions et de leur règlement (Hunt, 2002). Ce registre est géré concrètement par le gestionnaire du réseau qui reçoit de la part des différents intervenants les informations sur les transactions réalisées et les compare avec leurs réalisations physiques. Une fois le système de mesure et de suivi des transactions mis en place, le modèle de marché de gros implémenté peut être affiné afin d assurer une meilleure coordination entre les moyens de production (et également entre les moyens de production et le transport). En effet, la production d électricité nécessite un ajustement continu du niveau de génération, et ce, à des horizons temporels très courts (de quelques minutes à quelques heures). Un marché «traditionnel» (c'est-àdire un marché où les acteurs peuvent fixer les conditions de vente et d achat et s accorder librement) serait trop «lent» ou générerait trop de coûts de transaction pour assurer une gestion efficace et sécurisée de la production d électricité (Wilson, 2002). Pour cela, d autres formes plus centralisées de marché de gros (par exemple des enchères centralisées) ont vu le jour. Alors que les premiers choix de marché de gros s'étaient porté sur des modèles très polarisés (centralisé vs. décentralisé), les réformes tendent à converger vers des designs intermédiaires. Le bon fonctionnement d'un marché de gros a été stimulé dans certains pays par une restructuration du marché, notamment par le découpage horizontal de l opérateur historique afin de créer plusieurs opérateurs concurrents. Par exemple, lors de la reforme anglaise en 1990, l opérateur historique anglais (le Central Electricity Generating Board - CEGB) a été séparé en 3 gros opérateurs de production. Cette séparation horizontale de l opérateur historique s est cependant heurtée dans la plupart des pays à des obstacles politiques et juridiques et n a pas été réalisée. Régulation des activités de transport et de distribution La régulation des activités de transport et de distribution a dû être adaptée afin d accueillir la création d un marché d électricité et maximiser les gains d efficacité de la réforme électrique (Glachant, 2002). Cette nouvelle forme de régulation a considéré notamment deux aspects : l accès non discriminatoire au réseau de transport et de distribution et la mise en place d une régulation avec de fortes incitations à la réduction des coûts et aux gains d efficacité. Le premier aspect concerne l accès non discriminatoire aux réseaux d électricité, point-clé dans la création des marchés de gros et de détail de l électricité. La régulation du réseau a été adaptée afin d'assurer l accès à tous les participants du marché. Ceci est notamment valable pour le réseau de transport où tous les participants connectés seront potentiellement des acteurs sur le marché de gros. En revanche, pour le réseau de distribution, le degré nécessaire d accès des tiers varie selon le modèle d ouverture à la concurrence de la fourniture (voir ci-après). Enfin, pour assurer un accès non discriminatoire, les tarifs d accès au réseau sont également régulés et basés sur les coûts de prestation du service de transport et de distribution. Le second aspect introduit par la réforme électrique est la mise en place d une régulation avec de fortes incitations à diminuer les coûts et à augmenter la qualité de fourniture (Joskow, 2006b). Ce type de «régulation incitative» a été mis en place avec des mécanismes du type Price Cap ou Revenue Cap où les recettes du gestionnaire de réseau sont indépendantes des coûts réalisés. Le gestionnaire de réseau peut alors conserver tout ou partie des économies de coûts qu'il réalise. Outre les coûts d exploitation et l investissement, des mécanismes incitatifs ciblés ont été mis en place. Ces mécanismes visent à donner à l entreprise régulée les incitations à minimiser les coûts du système (par exemple, le coût d achat des pertes ou les coûts pour lever les congestions du réseau) ou à améliorer la qualité. 4

5 Donner les bonnes incitations à l efficacité n est qu une partie des objectifs de la régulation de réseau. Pour assurer un transfert de gains d efficacité vers les clients finaux, les recettes du gestionnaire et par conséquent les tarifs de réseau doivent être ajustés périodiquement. Les mécanismes de régulation mis en place appliquent des facteurs annuels de performances, définis ex ante, et le niveau de tarif est renégocié tous les 4 ans environ entre le régulateur et l entreprise régulée. Dans ces négociations, le régulateur utilise différentes techniques pour limiter l asymétrie d information. L'objectif est de déterminer les paramètres optimaux qui permettront de fournir un niveau d'incitation élevé de l entreprise régulée tout en assurant le partage des gains d'efficacité avec les utilisateurs, c'est-à-dire in fine les clients finaux. Dans le cas de la distribution, l éventuelle existence de plusieurs entreprises de distribution plus ou moins similaires permet au régulateur de comparer leurs performances et ainsi maximiser le transfert de gains d efficacité vers les utilisateurs. L'ouverture à la concurrence de la fourniture L ouverture à la concurrence de la fourniture de l électricité a donné lieu à un débat très vif qui n'est d'ailleurs pas encore tranché (Salies & Waddams Price, 2004 ; Newbery, 2006 ; Joskow, 2008 ; Defeuilley, 2009 ; Littlechild 2009). Les modèles d'ouverture à la concurrence varient entre deux cas polaires : un modèle d'ouverture complète à la concurrence pour la fourniture d électricité à tous les clients, d'une part, et un modèle d'absence totale de concurrence pour la fourniture, d'autre part. Ces deux modèles donnent donc une place radicalement opposée au client final dans la concurrence, comme l'illustre la figure 2 ci-dessous. Figure 2. Les deux cas polaires de l ouverture à la concurrence dans l électricité Source : Auteurs Dans le premier modèle polaire, les clients n ont pas le choix concernant le fournisseur d électricité. Le monopole sur la fourniture est conservé et les clients sont obligés d acheter au fournisseur présent dans sa zone de raccordement. Dans ce cas, les fournisseurs en monopole fonctionnent comme intermédiaires et sont incités à acheter sur le marché de gros au moindre coût. Le tarif payé par les clients finaux est fixé à partir des coûts d achat des fournisseurs. Le second modèle consiste en une ouverture complète de la concurrence dans la fourniture, avec la création d un marché de détail couvrant tous les clients (gros consommateurs industriels, PME, professionnels et résidentiels). Dans ce modèle, chaque client doit choisir son fournisseur d électricité et peut changer de fournisseur librement, à tout moment. La plupart des modèles réels se trouvent entre ces deux cas extrêmes (figure 3). Le modèle d ouverture complète à la concurrence a été choisi par la plupart des pays européens ainsi que par certains états américains (par exemple le Texas ou la Californie). Dans certains pays ou états, l ouverture à la concurrence n est pas complète. Seuls les consommateurs gros et moyens peuvent choisir leurs fournisseurs tandis que les clients finaux (professionnels et résidentiels) continuent à 5

6 acheter au fournisseur unique de leur zone. C est le cas, par exemple, de certains états américains comme le Nevada, le Montana, le Nouveau Mexique, ou l Arkansas. Figure 3. Ouverture incomplète à la concurrence Source : Auteurs Les modalités d'ouverture à la concurrence du secteur électrique présentent donc une originalité quant à la place du client final. Si l'ouverture à la concurrence de la production et la régulation des activités d'infrastructure (transport et distribution) s'inscrivent parfaitement dans le schéma classique d'ouverture à la concurrence, le cas du marché de détail et donc du rôle du client final est très spécifique. Le principe de libre choix du client final, pourtant emblématique d'une ouverture à la concurrence, est considéré par beaucoup comme un point optionnel des réformes, voire comme une réforme contre-productive. Ce débat sur la place du client final dans l'architecture optimale du secteur électrique doit être mis en regard des gains d'efficacité attendus d'une ouverture à la concurrence, et en particulier où ces gains se produisent et comment ils sont transmis au consommateur. Dans quelle mesure le rôle actif du client final dans la concurrence est-il corrélé aux gains qu'il peut en attendre? La section 2 dresse un bilan partiel de l'impact de l'ouverture à la concurrence sur les gains d'efficacité et leur transmission au client final, qui permet d'éclairer la singularité du secteur électrique quant à la place du client final dans l'architecture de marché. Origine et évaluation des gains d'efficience permis par l'ouverture à la concurrence : revue de littérature évaluative Plus de vingt ans après la première expérience de libéralisation des marchés électriques, en Grande- Bretagne, il est possible de dresser le bilan de l'ouverture à la concurrence pour les clients finaux. Nous rappelons dans un premier temps les gains d'efficience potentiels liés à l'ouverture à la concurrence de l industrie électrique afin d'évaluer dans un second temps le niveau de ces gains à chaque stade de la chaîne de valeur. Les gains d'efficacité attendus suite à l'ouverture à la concurrence Il est impossible de juger l'efficacité d'une réforme par la simple analyse de l évolution des prix. Par exemple, l analyse de l évolution du prix de gros en France depuis l ouverture à la concurrence montre que le prix a augmenté considérablement et presque continuellement entre 2002 et 2008 (figure 4). Mais on ne peut en conclure que la reforme électrique a été inefficace. Le prix de l électricité n intègre pas toutes les informations nécessaires pour juger une réforme. Par exemple, le 6

7 Prix de gros (EPEX) [ /MWh] Saguan Marcelo et Sautel Olivier, "L'ouverture à la concurrence du secteur électrique : rôle et gains du client", Flux, 2011/2 n 84, p prix passé n intègre pas l impact dynamique de la réforme (par exemple, son impact sur l innovation ou sur l investissement). Surtout, le prix de l électricité est impacté par une série de facteurs exogènes à la réforme. Ces facteurs doivent être contrôlés avant d essayer d analyser les comportements des prix et de tirer des conclusions sur l efficacité. Le prix des combustibles (par exemple, le prix du gaz) ou des changements réglementaires (par exemple, l introduction du marché des permis d émission de CO 2 ) peuvent être également responsables de ces modifications de prix. Figure 4. Le prix de gros de l électricité en France (de 2002 à 2010) Source : données EPEX (prix horaires), calculs des moyennes annuelles et mise en forme par les auteurs Il est donc préférable de se concentrer sur les gains d'efficacité induits par l'ouverture à la concurrence et la façon dont ils sont répercutés sur le client final. Ces gains d efficacité sont attendus aussi bien pour les activités ouvertes à la concurrence que pour les activités régulées. Les gains d efficacité Concernant les activités ouvertes à la concurrence (production et fourniture), les gains d efficacité peuvent être de deux ordres. A court terme (à solution technologique et capacité données), ces gains d'efficacité correspondent aux baisses de coûts attendus du fait d'une plus grande incitation des acteurs à accroître leur efficacité, donc à diminuer leurs coûts et in fine à diminuer leur prix. On parle alors de gains statiques d efficacité. La concurrence pousserait ainsi les producteurs autrefois protégés par leur position monopolistique à diminuer leurs coûts pour conserver/améliorer leur position sur le marché. A moyen-long terme, la concurrence peut avoir un impact sur le client final via le comportement d'investissement et d'innovation des producteurs. On parle alors des gains dynamiques d efficacité. D une part, la concurrence est susceptible d'accélérer la différenciation des produits, chaque opérateur concurrent étant incité à se différencier par l'innovation. De plus, la présence d'une variété d'acteurs garantit une plus grande variété de solutions sur le plan de la tarification et du contenu technologique. Indépendamment de l'effet sur les prix, un accroissement de la variété est une évolution favorable aux consommateurs. D'autre part, la concurrence permet la confrontation de plusieurs choix de modèles technologiques. Compte tenu de la très longue durée de vie des investissements en énergie, toute erreur sur le mix technologique est susceptible de peser durablement sur les coûts de l'entreprise. En situation de concurrence, la pluralité des acteurs et des 7

8 choix permet de minimiser l'impact sur le client final d'une erreur d'un producteur donné, contrairement au cas du monopole historique, dont les choix technologiques et les coûts associés étaient ensuite forcément supportés par tous les clients finaux. Concernant les activités régulées (transport et distribution), les clients finaux peuvent bénéficier de gains d efficacité liés à la réforme de la régulation, si celle-ci parvient à améliorer l efficacité du monopole régulé en charge des activités de gestion de l infrastructure. Ces gains peuvent être statiques, c'est-à-dire réalisés à capacité et à technologie constantes, et dynamiques, s'ils sont dus aux investissements et à la mise en place d'innovations et de nouvelles technologies. La transmission des gains d efficacité au client final Les gains d'efficacité statiques et dynamiques attendus de l'ouverture à la concurrence et leur transmission au client final reposent sur l'hypothèse d'un bon fonctionnement des marchés et des mécanismes de régulation. Si cette hypothèse n'est pas vérifiée, les imperfections de marché et de la régulation sont susceptibles d'amputer ou de retenir les gains attendus. Même en présence d'un marché donnant les bonnes incitations et permettant d'atteindre effectivement les gains d'efficacité, les clients finaux peuvent être privés de ses gains en raison d'un pouvoir de marché trop important des acteurs de ce marché. Dans les industries fortement capitalistiques (caractérisées par d'importants coûts fixes), la concurrence peut souvent déboucher sur la formation d'oligopoles. C'est le cas également si un nombre restreint d'acteurs sont en mesure d'entrer sur le marché lors de son ouverture à la concurrence. Le pouvoir de marché des acteurs en place leur permet alors de capter sous la forme de profit unitaire tout ou partie des gains d'efficacité générés par l'ouverture à la concurrence. Dans ce cas, la concurrence peut contribuer à augmenter le bien-être total mais sans accroître le surplus des consommateurs. Ces problèmes sont évidemment accrus lorsque les acteurs abusent de leur pouvoir de marché, notamment pour empêcher l'entrée de concurrents. La probabilité que de tels problèmes apparaissent est alors directement liée à l'efficacité des autorités de concurrence des pays concernés, qui ont vocation à prévenir par le contrôle des concentrations et à sanctionner par le contrôle des pratiques anticoncurrentielles tout abus de position dominante. De la même manière que la concentration élevée sur le marché de gros peut empêcher le transfert des gains d efficacité vers les clients finaux, l asymétrie d information entre le régulateur et les entreprises régulées peut limiter le profit de la réduction des coûts réels du réseau pour les utilisateurs. En effet, les mécanismes de régulation incitative ont pour principe de rendre les recettes de l entreprise régulée indépendantes des coûts réels supportés. Dès lors, pour fixer les recettes autorisées, le régulateur doit estimer, avec les informations dont il dispose, les coûts de l entreprise régulée gérée de manière optimale. Plus l asymétrie d information sera grande, plus l objectif de recette risque d être sous-évalué, et plus les utilisateurs seront privés des gains d efficacité, même s ils existent. Une analyse rigoureuse de la localisation des gains d'efficience liés à l'ouverture à la concurrence doit donc à la fois évaluer la portée de ces gains et leur degré de transmission au client final. La section suivante en dresse un premier bilan dans le cas de l'électricité. Analyse préliminaire des gains d efficacité dans le cas de l ouverture à la concurrence du secteur électrique Une analyse coûts-bénéfices complète d'une telle réforme nécessite un travail empirique considérable. L'objectif ici est de s'appuyer sur les évaluations empiriques présentes dans la littérature, pour évaluer les gains d'efficacité. Ces évaluations étant issues d'enquêtes différentes, ayant des champs d'applications et des méthodologies différents, une comparaison directe des niveaux de gains annoncés dans les différentes études n'est pas possible. Cependant, la 8

9 confrontation de ces études empiriques permet de dégager les consensus quant à la localisation des gains d'efficience le long de la chaîne verticale. Le cas de la production Gains statiques d efficacité L introduction de la concurrence dans la production a permis d'accroître l'efficacité en fournissant de fortes incitations à la réduction de coûts. Différentes études économétriques, contrôlant certaines variables exogènes (par exemple, les coûts des facteurs de production), arrivent à la conclusion que le modèle concurrentiel a produit des gains d efficacité, notamment en termes de diminution des coûts d exploitation et d augmentation de la disponibilité des centrales de production (Newbery et Pollit, 1997 ; Fabrazio et al., 2007 ; Bushnell et Wolfram, 2005 ; Joskow, 2008 ; Zhang, 2007 ; Craig et Savage, 2009 ; Zarnic, 2010). Par exemple, Craig et Savage (2009) comparent les coûts d exploitation et la disponibilité des centrales de production localisées dans des états américains dont le cadre réglementaire est différent. Ils arrivent à la conclusion que les moyens de production utilisés sur un marché concurrentiel ont des coûts d exploitation au moins 13% inférieurs (toutes choses égales par ailleurs) à ceux des moyens de production équivalents fonctionnant encore de manière régulée. Zarnic (2010) estime que des gains modestes d efficacité avérés ont été générés en Europe par les reformes électriques, même si leur ampleur reste modeste (9). Il est important de noter que les gains d efficacité dans la production, même relativement modestes, ont un impact significatif sur le coût total de production étant donné l'importance relative de ce poste de coût (plus d'un tiers des coûts totaux, et plus de 45% des coûts hors taxes pour le cas français). Le constat sur ces gains d'efficacité doit cependant être tempéré par les doutes sur leur transmission au client final, en raison du pouvoir de marché des opérateurs. Les marchés de gros d électricité se caractérisent par un niveau de concentration très élevé. Les marchés européens sont notamment confrontés à l'existence quasi systématique d'un opérateur dominant (figure 5). Une concurrence à armes égales pourrait avoir lieu au niveau européen entre grands acteurs nationaux, mais les imperfections de l intégration du marché européen et les capacités limitées dans les interconnexions transfrontalières ne permettent pas encore une concurrence effective entre producteurs des différents pays (Ehrenmann & Smeers, 2005). Ce pouvoir de marché élevé fait craindre une répercussion très imparfaite des gains d'efficacité générés par l'ouverture à la concurrence aux clients finaux. 9

10 EE GR LV FR SK CZ SI BE IE PT SE RO DK LT LU AT IT PL HU FI ES NO CH UK DE BG NL Part de marché des producteurs [%] Herfindahl-Hirschman Index (HHI) Saguan Marcelo et Sautel Olivier, "L'ouverture à la concurrence du secteur électrique : rôle et gains du client", Flux, 2011/2 n 84, p Figure 5. Concentration dans la production d électricité en Europe 100% 90% 80% % 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Fortement concentré Très concentré Modérément concentré Producteur n 1 Producteur n 2 Producteur n 3 Producteur n 4 Autres producteurs HHI Source: Platts (2010), mis en forme par les auteurs Gains dynamiques d efficacité Les études économétriques ne concluent pas en termes d efficacité dynamique. En effet, les cycles d investissement dans la production d électricité sont très longs et une étude capable de capter les effets de la concurrence sur l innovation et l investissement devrait posséder des données couvrant un cycle complet. Une telle analyse ne pourra donc être menée que dans plusieurs années. Cependant, quelques éléments semblent indiquer que l ouverture à la concurrence fournit des incitations à l innovation (10). Par exemple, les rendements de la technologie de production à gaz du type cycle combiné (CCGT) sont passés de 50% à 60% environ depuis le début des réformes (Praetorius, 2009). Une centrale CCGT construite aujourd hui consomme 20% de combustible en moins que la même centrale construite dans les années Cette augmentation n aurait sans doute pas été possible sans les fortes incitations à la réduction de coût de production à long terme données par la concurrence. En conclusion, les gains d'efficacité observés au stade de la production constituent un gain de l'ouverture à la concurrence pour la communauté. La transmission de ce gain aux clients finaux reste cependant limitée par les difficultés à assurer une concurrence forte entre producteurs. 10

11 Le cas du transport et de la distribution Gains statiques d efficacité La séparation des activités de transport et distribution des activités en concurrence, ainsi que la mise en place des mécanismes de régulation donnant des fortes incitations à la réduction de coûts, ont généré des gains statiques d efficacité (Domah et Pollitt, 2001 ; Jamabs et Pollitt, 2007). Ces gains tiennent à une augmentation de la productivité, par exemple une réduction du nombre d employés par kwh transporté ou distribué. C'est ainsi que le gestionnaire du réseau de transport anglais (NGC) a réduit les coûts contrôlables, principalement liés à la maintenance, de plus de moitié en une décennie, les coûts de réseau ayant diminué de 20% au total (Martin, 2005). RTE (le gestionnaire de réseau de transport français) a aussi réalisé des gains d efficacité en termes de réduction des coûts d exploitation. Le coût de transport en France a diminué de 18,4% sur la période (Rious, 2007). En outre, dans les pays où des mécanismes incitatifs ont été mis en place de façon adéquate, les coûts de congestions et des pertes ont diminué considérablement (Joskow, 2007b). La qualité de service a aussi été améliorée grâce à des mécanismes incitatifs ciblés. Par exemple, NGC a divisé par cinq en dix ans le coût de congestion suite à la mise en place d un mécanisme incitatif ciblé (Rossignoli et al., 2005). Notons cependant que la transmission de ces gains d'efficacité au client final n'est pas certaine, même dans le cadre de tarifs régulés. L asymétrie d information entre les entreprises régulées et le régulateur peut limiter le transfert des gains d efficacité vers les clients finaux. Même si des mécanismes de révélation de l information ont été mis en place (par exemple, le menu de contrats pour l opérateur du système anglais ou l application du benchmarking pour comparer les performances de plusieurs distributeurs (11)), la transmission des gains d'efficacité au client final reste imparfaite. Gains dynamiques d efficacité Comme pour la production, les cycles d investissement sont très longs et il est encore trop tôt pour juger l impact du changement de régulation sur l efficacité dynamique (investissement et innovation). Néanmoins, plusieurs éléments de la régulation des monopoles naturels post-réforme pourraient jouer sur l efficacité dynamique. Dans certains pays (comme l'angleterre et la France), l entreprise régulée doit supporter des coûts pour le système qui sont la conséquence de sa politique d investissement. C est notamment le cas des coûts de congestion et des coûts de pertes. Les entreprises de transport et distribution sont alors confrontées à un arbitrage entre coûts d investissements et coûts du système, qui détermine le niveau optimal d investissement. Ces entreprises sont donc incitées à réaliser les investissements nécessaires et avec la technologie adéquate afin de pouvoir réduire à moyen et long terme des coûts d exploitation et ainsi créer des gains d efficacité dynamiques. Mais la réalisation de ces gains dynamiques est incertaine. Les imperfections de la régulation peuvent au contraire limiter l'incitation à investir. Le design de mécanismes incitatifs capables d'inciter l'entreprise à investir efficacement se heurte aux caractéristiques intrinsèques de l électricité. En effet, ces investissements concernent des actifs à durée de vie très longue et dont l impact sur l efficacité du système est incertain et seulement visible à très long terme (après plusieurs années). De plus, les bénéfices, s ils se concrétisent, sont captés simultanément par plusieurs acteurs. Cette répartition des gains, difficile à anticiper, complique la construction ex ante d un mécanisme incitatif. Ces difficultés ont été particulièrement sensibles dans le cas de l activité de transport. Il n existe pas aujourd hui de consensus sur le mécanisme idéal d incitation aux investissements (Joskow, 2006b ; Stoft, 2007). 11

12 Par ailleurs, les entreprises régulées sont peu incitées à innover. Les innovations dans les industries de réseaux génèrent des bénéfices qui sont distribués entre tous les acteurs du marché et qui nécessitent une participation coordonnée des acteurs. Les gains d efficacité dynamique par l innovation sont donc dépendants d une bonne coordination des incitations à innover entre les activités régulées et les activités en concurrence. De plus, certaines modalités de régulation créent une tension entre les incitations à réduire les coûts d exploitation et les incitations à innover. Les innovations génèrent en effet des coûts d exploitation (notamment R&D et déploiement). En privilégiant trop l objectif de réduction du coût d exploitation, les mécanismes actuels découragent l innovation (Meeus et al., 2010). Les mécanismes incitatifs ciblés sur l innovation peuvent être mis en œuvre pour régler ces problèmes. Par exemple, pour le cas de la distribution en Angleterre, le régulateur a mis en place un dispositif de financement des investissements d innovation fondé sur leurs gains espérés. Ce type de mécanisme pourrait contribuer à donner les incitations adéquates aux entreprises de distribution à innover. Le cas de la fourniture Gains statiques d efficacité La concurrence sur les marchés de détail n a pas donné lieu à des gains statiques d efficacité très significatifs (Defeuilley, 2009). Cela est d'abord dû au fait que les gains effectifs à attendre étaient initialement très limités. L impact final attendu pour les clients de l'ouverture à la concurrence est structurellement limité car seuls 5% des coûts sont concernés par l activité de commercialisation/fourniture. La très faible importance des enjeux de la commercialisation s expliquent par l homogénéité du produit électrique. Etant donné les règlementations techniques et de standardisation (par exemple, le type de courant alternatif, la fréquence, la tension, le niveau de qualité), le produit électricité est par nature très homogène. Les caractéristiques propres du réseau de distribution ne permettent pas, à l heure actuelle, de différencier le produit électricité, notamment en termes de qualité. L activité de fourniture et de commercialisation n'était donc pas en mesure de fournir une valeur ajoutée significative aux clients. L'ouverture à la concurrence du marché de détail aurait cependant pu avoir un effet indirect sur les autres composantes du coût, en accroissant la concurrence sur le marché de gros et donc en générant des gains d'efficacité au niveau de la production. Mais de tels gains nécessitaient un degré élevé de concurrence effective sur le marché de détail, qui ne s'est pas vérifié, en raison de la prédominance des opérateurs historiques ou du problème de la coexistence des tarifs réglementés artificiels dans certains pays. Pour que les tarifs règlementés ne nuisent pas au fonctionnement de la concurrence, ils doivent a minima couvrir les coûts du marché de gros et les tarifs de transport et distribution. Si les tarifs sont fixés en dessous des coûts d un nouvel entrant, aucune concurrence par les nouveaux entrants n'est possible. Or, la fixation des tarifs réglementés peut viser d autres objectifs que le développement de la concurrence de détail, par exemple un objectif social ou le partage de la rente nucléaire. La France est un bon exemple de ce phénomène. La fixation des tarifs réglementés se fait en dessous des prix du marché de gros, suivant une logique de partage de la rente nucléaire de l opérateur historique EDF avec les consommateurs français d électricité. Cette politique tarifaire bloque actuellement le fonctionnement de la concurrence de détail. La Loi NOME (Nouvelle Organisation du Marché Electrique) votée en novembre 2010 et promulguée en décembre 2010 vise à résoudre ce problème en donnant accès aux fournisseurs alternatifs à la production nucléaire à prix coutant (12). Gains dynamiques d efficacité En termes d efficacité dynamique, la concurrence sur le marché de détail n a pas non plus donné des résultats très satisfaisants. En effet, les difficultés à différencier le produit électricité de manière à 12

13 apporter une réelle valeur ajoutée aux clients restent très fortes. Même si de nouvelles solutions émergent (13) pour gérer intelligemment la consommation d électricité et donner plus d informations aux consommateurs, lui permettant ainsi des économies d énergies ou des gains environnementaux, leurs modèles économiques ne sont pas encore stabilisés et leurs impacts sur les gains d efficacité dynamiques restent à prouver. Au bilan, la concurrence sur les marchés de détail semble avoir eu peu d impact sur les clients finaux. D une part, l ouverture théorique à la concurrence ne s est pas traduite par l apparition d une concurrence effective. D autre part, au-delà de la faible concurrence observée, ce sont les effets même de cette concurrence qui sont remis en cause, compte tenu des faibles gains d efficacité qu elle pourrait générer. Le tableau 1 résume l'évaluation des gains d'efficacité permis par la réforme du secteur électrique tout au long de la chaîne verticale. Tableau 1. Synthèse de l analyse des gains de l ouverture de la concurrence Impacts Activités Production Transport Distribution Fourniture Gains d efficacité statiques Baisse des coûts de production Baisse des coûts de maintenance et de gestion du réseau Baisse des coûts de congestion et de pertes Baisse des coûts de pertes Amélioration de la qualité Pas d impact significatif sur les coûts de commercialisation Gains d efficacité dynamiques Innovation dans les technologies de production Imperfections de marché/régulation (transfert de gains au client final) Pouvoir de marché des fournisseurs (oligopole restreint)? Asymétrie d information? Asymétrie d information Pas d opportunités d innovation Coûts de changements Problème d incohérence entre prix de marchés et tarifs réglementés Conclusion. L'effet de l'ouverture à la concurrence sur le client final : le paradoxe du secteur électrique? L ouverture à la concurrence des industries de réseaux est un phénomène complexe, qui bouleverse l ensemble de la chaîne verticale. Le client, dernier maillon de la chaîne verticale, est impacté par la concurrence d une double manière. D une part, il subit ou profite de tous les impacts de la concurrence en amont du marché de détail, sans qu il n'exerce aucun rôle direct sur ces marchés et ces activités. D autre part, il bénéficie de l impact de la concurrence sur les marchés de détail, en étant alors l acteur de cette concurrence par sa possibilité de choisir son fournisseur. C'est le plus souvent ce rôle d'acteur de la concurrence qui est mis en avant au moment d'évaluer la place et les gains du client dans l'ouverture à la concurrence. Le tableau 2 présente de manière synthétique les gains attribuables à l'ouverture à la concurrence ainsi que leur degré de transmission au client final, c'est-à-dire le degré d'imperfection de marché ou de régulation qui a pu empêcher les clients finaux de bénéficier effectivement de ces gains. 13

14 Tableau 2. Synthèse des gains attribuables à l'ouverture à la concurrence ainsi que leur degré de transmission au client final Activités Impacts Gains d efficacité Gains d efficacité réalisés transmis au client final Production Transport ++ + Distribution ++ + Fourniture 0 0 Le constat est donc celui d'un paradoxe du secteur électrique quant au sort du client final confronté à l'ouverture à la concurrence : la concurrence peut lui être favorable même s'il n'y joue aucun rôle actif! Les gains d'efficacité permis par la réforme du secteur électrique sont réalisés en amont du marché de détail et ne sont donc pas directement corrélés au rôle actif du client final. La mise en concurrence des fournisseurs par les clients finaux n'est ni susceptible de générer des gains d'efficacité, ni à même d'améliorer la transmission de ces gains d'efficacité au client final. Le fait d'offrir la liberté de choix au client final apparaît essentiellement aujourd'hui symbolique et artificielle. Est-il pour autant inutile de conserver la possibilité d'une concurrence libre sur le segment de la fourniture? Cela dépendra crucialement de l'évolution des conditions de distribution de l'électricité. Si le principe du choix du client final est aujourd'hui inopérant, c'est que le choix n'existe pas. La différenciation statique par les coûts est quasiment impossible et la différenciation par l'innovation l'est également, compte tenu de la très grande homogénéité du bien. Tout dépendra donc de la potentialité de différenciation du bien électricité par les différents fournisseurs. Si ces possibilités de différenciation émergent, la phase d'ouverture des marchés de détail à la concurrence à laquelle les pays européens ont procédé n'aura pas été inutile et aura constitué un préalable institutionnel à la mise en place d'un marché au sens économique. Si ce n'est pas le cas, la réussite de la réforme du secteur électrique pour le client final passera uniquement par la réduction des imperfections de marché en amont du marché de la distribution. La concurrence sur le marché de détail n'aura durablement aucune utilité. Un point important à noter est donc que le basculement vers une véritable concurrence sur les marchés de détail ne dépend pas uniquement du design de ces marchés. Le point-clé pour permettre une différenciation des produits, et donc un choix véritable pour le client final, est la mise à disposition des fournisseurs d'une information pertinente et de la capacité à l'utiliser de manière intelligente. Par exemple, la différenciation pourrait porter sur la continuité de la fourniture. Un fournisseur pourrait proposer à un consommateur de diminuer la puissance fournie à certains moments, en échange d'un prix plus bas. Une telle offre nécessite de collecter l'information à la fois sur la consommation individuelle des clients, sur les marchés de gros, et sur les besoins des réseaux de transport et de distribution. Les conditions de mise à disposition de cette information et le développement de modèles économiques associés dépendront crucialement des décisions de régulation. Par exemple, le choix du régulateur de remplacer les compteurs existants par une nouvelle génération des compteurs, pouvant mesurer de manière plus précise les consommations individuelles, ouvre des perspectives de différenciation de l électricité. Parallèlement, le choix des modalités d'accès à l'information et aux fonctionnalités des compteurs (notamment l'accès des fournisseurs, distributeurs, entreprises spécialisées) conditionne l apparition des services innovants et différenciés (par exemple, des contrats avec un niveau de qualité donné, individualisé par client). La concurrence ne pourra donc 14

15 produire ses effets qu'à condition d'assurer la différenciation, ce qui ne pourra être fait que par l'innovation et une régulation appropriée. Le paradoxe du client final dans l'électricité illustre à ce titre toute la complexité des processus d'ouverture à la concurrence dans les industries de réseaux : si la concurrence est la mieux à même de créer les incitations à l'efficacité et à l'innovation, la régulation reste indispensable pour faire naître les conditions de la concurrence et assurer les transmissions de ces gains aux clients finaux. Marcelo Saguan (Microeconomix LDP - EUI) Olivier Sautel (Microeconomix OFCE) 15

16 (1) Economides (2005). Notes (2) C'est en 1978 que le Airlines Deregulation Act met fin à la réglementation des droits de trafic aux Etats-Unis pour favoriser la baisse des tarifs par la concurrence. La concurrence en France est ouverte en (3) En 1996, une première directive concernant le marché intérieur de l'électricité (96/92/CE) fixe un calendrier d'ouverture des marchés, avec un objectif de 35% (de certains grands consommateurs ayant accès au marché concurrentiel) en Elle fut suivie d'un deuxième paquet de mesures achevé en 2003 (directives 2003/54/CE), prévoyant l'ouverture complète de tous les marchés (professionnels et particuliers) en Le «troisième paquet» (directive 2009/72/CE et trois règlements 713/2009, 714/2009 et 715/2009) compléta le cadre réglementaire de l électricité en Europe. (4) Le réseau de distribution assure aussi la liaison entre les installations locales de production d'électricité (éoliennes, photovoltaïques, hydrauliques) et le réseau de transport après avoir assuré leur transformation. (5) Cf. par exemple Kessides (2004). (6) Cf. par exemple Bayliss et al. (2001). (7) Cf. Gonenc et Nicoletti (2000). (8) Deux phénomènes ont contribué à la fin du monopole naturel de la production d électricité. L apparition des technologies de production de plus faible taille (diminuant les effets sur l économie d échelle) et l apparition des technologies IT pouvant assurer une gestion plus décentralisée de la production d électricité (cf. par exemple Joskow et Schmalensee, 1983). (9) L analyse économétrique de Zarnic (2010) utilise des données agrégées concernant les plus gros opérateurs électriques européens. Etant donné que certains de ces opérateurs sont présents sur d autres activités que la production, les gains d efficacité mesurés ne correspondent pas uniquement à cette dernière activité. (10) Quelques problèmes subsistent néanmoins au niveau des incitations à l investissement sur des moyens de production de pointe (Joskow, 2007a). Le débat reste ouvert quant au design du marché de gros qui serait à même de donner les bonnes incitations à investir sur ce type production (Finon & Pignon, 2008). (11) Par exemple, le régulateur anglais, l OFGEM (2002), a estimé que l impossibilité d effectuer des comparaisons entre opérateurs dans le cas du transport du gaz et de l électricité (pour lesquels il existe un monopole national) avait induit une perte d efficacité de la régulation de ces entreprises estimée à 1,3% de leur coût. 16

17 (12) Cette loi néanmoins ne semble pas avoir les éléments nécessaires pour atteindre ses objectifs et peut créer des distorsions importantes (voir Lévêque et Saguan, 2010, pour une analyse plus détaillée de la loi NOME). (13) Par exemple, les services complémentaires d effacement diffus, la possibilité d accéder à des données de consommation assez fines, les boîtiers commandant les appareils électriques, etc. 17

18 Bibliographie Bayliss K., Hall D., Lobina E., 2001, Has liberalization gone too far? A review of the issues in water and energy, disponible sur Boroumand R.H., 2009, «Les fournisseurs non intégrés d électricité : l échec d un modèle organisationnel», Revue de l Énergie, n 590, juillet-août 2009, pp Bushnell J. B., Wolfram C., 2005, Ownership Change, Incentives and Plant Efficiency: The Divestiture of U.S. Electric Generation Plants, University of California Energy Institute, Center for the Study of Energy Markets, Working Paper WP-140, Craig J. D., Savage S. J., 2009, Market Restructuring, Competition and the Efficiency of Electricity Generation: Plant-level Evidence from the United States 1996 to 2006, Working Paper No , University of Colorado. Defeuilley C., 2009, Retail competition in electricity markets, Energy Policy, vol. 37, n 2, February, pp Domah P.D., Pollitt M.G., 2001, The Restructuring and Privatisation of the Regional Electricity Companies in England and Wales: A social cost benefit analysis, Fiscal Studies, 22(1), pp Economides N., 2005, Telecommunications regulation: an introduction, in: R. Nelson (ed.), The limits and complexity of market organization, Russell Sage Foundation Press, pp Ehrenmann A., Smeers Y., 2005, Inefficiencies in European congestion management proposals, Utilities Policy, vol. 13(2), June, Elsevier, pp Finon D., Pignon V., 2008, Electricity and Long Term Capacity Adequacy, The Quest for Regulatory Mechanism Compatible with Electricity Market, Utilities Policy, Vol.16(3), MOIS, Elsevier, pp Glachant J.-M., 2002, Why regulate deregulated network industries?, Journal of Network Industries, vol. 3, Issue 3, pp Gonenc R., Nicoletti G., 2000, The implementation and effects of regulatory reform: past experience and current issues, Document de travail, Département des affaires économiques de l'ocde, Paris Hunt S., 2002, Making Competition work in Electricity, John Wiley & Sons Jamasb T., Pollitt M., 2007, Incentive Regulation of Electricity Distribution Networks, June, Joskow P.L., 2008, Lessons Learned from Electricity Market Liberalization, The Energy Journal, vol. 29, Special Issue #2, pp Joskow P.L., Schmalensee R., 1983, Markets for Power An analysis of Electrical Utility Deregulation, The MIT Press Ed Joskow P.L., 2006a, Introduction to Electricity Sector Liberalization: Lessons Learned from Cross- Country Studies, in Sioshansi F. and W. Pfaffenberger (eds), Electricity Market Reform: An International Perspective, pp

19 Joskow P.L., 2006b, Patterns of Transmission Investment, Competitive Electricity Markets and Sustainability (Francois Leveque, ed.), Edward Elgar, Joskow, P.L., 2007a. Competitive Electricity Markets and Investment in New Generating Capacity, in: Dieter Helm (ed.), The New Energy Paradigm, Oxford University Press. Joskow P.L., 2007b, Incentive Regulation in Theory and Practice: Electric Transmission and Distribution, in: Nancy Rose (ed.), Economic Regulation and Its Reform: What Have We Learned?, University of Chicago Press, Kessides I. N., 2004, Reforming Infrastructure : Privatization, Regulation and Competition, A World Bank Policy Research Report, A copublication of the World Bank and Oxford University Press Lévêque F., Saguan M., 2010, Analyse critique de l'étude d'impact de la loi NOME, CERNA, Working paper series Littlechild S. (2009), «Retail competition in electricity markets expectations, outcomes and economics», Energy Policy, Volume 37, Issue 2, February 2009, Pages Martin T., 2005, Benefits of transmission focused development, présentation à l édition 2005 de l Energy Roundtable, 31 mai 2005, disponible sur Meeus L., Saguan M., Glachant J.-M., Belmans R., 2010, Smart Regulation for Smart Grids, RSCAS Working Papers 2010/45, European University Institute. Mollard M., 2007, Théorie des coûts de changement et analyse de la concurrence de détail dans l électricité. Le cas britannique, Thèse de sciences économiques, Université Paris Sud, Sceaux Newbery D., Pollitt M., 1997, The Restructuring and Privatisation of Britain s CEGB: Was it worth It?, Journal of Industrial Economics, Volume XLV (3), September, pp OCDE, 2000, «La réforme de la réglementation dans les industries de réseau : enseignements à tirer et problèmes actuels», Perspectives économiques de l OCDE, n 67, pp OFGEM, 2002, Mergers in the electricity distribution sector. Policy statement, Mai. daquisitions%2048.pdf Praetorius B., Bauknecht D., Cames M., Fischer C., Pehnt M., Schumacher K., Voß J.-P., 2009, Innovation for Sustainable Electricity Systems. Exploring the Dynamics of Energy Transitions, Series: Sustainability and Innovation 2009, X Rious V., 2007, Le développement du réseau de transport dans un système électrique libéralisé, un problème de coordination avec la production, Thèse de doctorat en Sciences Economiques, Université Paris XI. Rossignoli J., Paravalos M. E., Besser J. Gµ., 2005, Transmission: The Critical Kink Delivering the Promise of Industry Restructuring to Customers, The Electricity Journal, 18(9), pp Salies E., Price C. W., 2004, Charges, Costs, and Market Power: The Deregulated UK Electricity Retail Market, The Energy Journal, 25(3), pp

20 Sioshansi F., Pfaffenberger W., 2006, Electricity Market Reform: An International Perspective, Elsevier, Kidlington, Oxford, UK. Stoft S., 2002, Power System Economics, IEEE Wiley Stoft S., 2007, Transmission Investment in a Deregulated Power Market, in: François Lévêque (ed.), Competitive Electricity Markets and Sustainability, Edward Elgar Publishers, pp Sweeney J., 2006, California Electricity Restructuring, Crisis and Its Aftermath, in: Sioshansi F., Pfaffenberger W. (eds.), Electricity Market Reform: An International Perspective, Elsevier, pp Wilson R. B., 2002, Architecture of power markets, Econometrica, vol. 70, pp Zarnic Z., 2010, European Electricity Market Reforms: Any Signs of Efficiency Improvements?, Discussion Papers 26210, LICOS Centre for Institutions and Economic Performance, K.U.Leuven. Zhang F., 2007, Does Electricity Restructuring Work? Evidence from the U.S. Nuclear Energy Industry, The Journal of Industrial Economics, Vol. 55, No. 3, September, pp

Cas de l électricité

Cas de l électricité Régulation incitative des industries de réseaux : quels enseignements pour améliorer la performance de la gestion de l infrastructure ferroviaire? Cas de l électricité Cécile George Conférence ARAF 26

Plus en détail

Libéralisation des industries électriques et analyse économique

Libéralisation des industries électriques et analyse économique Concurrence Energie Econométrie Libéralisation des industries électriques et analyse économique Vincent Rious (Microeconomix) et Thomas Veyrenc (RTE) Organisation du cours Séance 1 Les raisons de la libéralisation

Plus en détail

L'ouverture à la concurrence

L'ouverture à la concurrence [Extrait] CONSOMMATION ET CONCURRENCE RÉGLEMENTATION Services en réseaux L'ouverture à la concurrence Article du bureau Économie des réseaux, de la direction de la Prévision et de l analyse économique.

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général Paris, le 5 juin 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les clients éligibles 15 mai 2002 *** INTRODUCTION par M. Thierry TUOT, Directeur Général Ce deuxième atelier était destiné à permettre aux clients

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique Paris, le 15 juillet 2010 Consultation publique de la Commission de régulation de l énergie sur la structure des tarifs d utilisation des réseaux publics d électricité 1. Contexte

Plus en détail

Consultation publique 2-30 juillet 2014

Consultation publique 2-30 juillet 2014 DATE : 30/07/2014 Proposition de Méthodologie Tarifaire transitoire applicable aux gestionnaires de réseau de distribution d électricité actifs en Wallonie pour la période 2015-2016 Consultation publique

Plus en détail

Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso,

Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso, Innover à l'ère du numérique : ramener l'europe sur la bonne voie Présentation de J.M. Barroso, Président de la Commission européenne, au Conseil européen des 24 et 25 octobre 213 Indice de compétitivité

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les futurs clients éligibles. 25 septembre 2002

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les futurs clients éligibles. 25 septembre 2002 Paris, le 17 octobre 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les futurs clients éligibles 25 septembre 2002 *** I La fourniture d électricité... 2 Les clients éligibles peuvent-ils acheter leur électricité

Plus en détail

www.iavs-energie.org

www.iavs-energie.org Notes de recherche de l IAVS www.iavs-energie.org ---------------- administration@iavs-energie.org iavsmail@gmail.com ---------------- Cadre de référence indicatif pour la promotion de l efficacité énergétique

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Point de. électricité et gaz. Xavier Righetti. responsable de l unité étude énergétiques. v1.0 du 05.12.2013

Point de. électricité et gaz. Xavier Righetti. responsable de l unité étude énergétiques. v1.0 du 05.12.2013 Point de situation ti Libéralisation des marchés électricité et gaz Ecube -6 décembre 2013, Auberge communale de Puidoux Xavier Righetti responsable de l unité étude énergétiques SILCom - Direction des

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne

Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Une réussite : Les prix de rachat garantis soutiennent les énergies renouvelables en Allemagne Ce document illustrera comment cette réussite est arrivée, il est composé des parties suivantes : 1. Qu'est

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant orientations sur le cadre de régulation du système de comptage évolué de GrDF Participaient à la séance : Olivier

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant proposition d approbation du lancement du déploiement généralisé du système de comptage évolué de GrDF Participaient

Plus en détail

Evolution du processus d allocation. Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012

Evolution du processus d allocation. Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012 Evolution du processus d allocation Atelier «processus d allocation» n 2 Le 31 mai 2012 Synthèse des propositions reçues 14 contributions ont été reçues, dont une sous couvert d anonymat Les propositions

Plus en détail

Master "Generating Eco Innovation"

Master Generating Eco Innovation International chair in "Generating Eco-innovation" Master "Generating Eco Innovation" Programme pédagogique 2009-2010 UE 1 : Prospective et compétitivité internationale (88 heures) UE 11 : Nature de l

Plus en détail

Intervention de Fabrice Cassin Forum Intégration des EnR - Site Internet sur les Smart grids

Intervention de Fabrice Cassin Forum Intégration des EnR - Site Internet sur les Smart grids Intervention de Fabrice Cassin Forum Intégration des EnR - Site Internet sur les Smart grids L intervention de Fabrice Cassin éclaire, sous l angle du producteur, les problématiques juridiques de l intégration

Plus en détail

Réforme du dispositif de soutien aux filières sous obligation d achat

Réforme du dispositif de soutien aux filières sous obligation d achat Réforme du dispositif de soutien aux filières sous obligation d achat Mars 2014 Le cri d alarme du 10 septembre 2013 au Parlement européen des 9 «utilities» européennes illustre la gravité de la situation

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

Argumentaire pour la facilitation des échanges dans la pratique. Andrew Grainger

Argumentaire pour la facilitation des échanges dans la pratique. Andrew Grainger Argumentaire pour la facilitation des échanges dans la pratique Andrew Grainger Nottingham University Business School andrew.grainger@nottingham.ac.uk Page: 1 Incitants politiques génériques 1. Modernisation

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 Débat présidé par M. André Merlin sur le thème : «Quelle articulation souhaitable avec

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

Financement de l'énergie durable Les priorités du programme Horizon 2020

Financement de l'énergie durable Les priorités du programme Horizon 2020 Financement de l'énergie durable Les priorités du programme Horizon 2020 Adrien BULLIER Chargé de Projets Programmes Energie Intelligente Europe et Horizon 2020 Commission Européenne, Agence exécutive

Plus en détail

TEPZZ 568448A_T EP 2 568 448 A1 (19) (11) EP 2 568 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006.

TEPZZ 568448A_T EP 2 568 448 A1 (19) (11) EP 2 568 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (51) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006. (19) TEPZZ 68448A_T (11) EP 2 68 448 A1 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (43) Date de publication: 13.03.2013 Bulletin 2013/11 (1) Int Cl.: G07F 7/08 (2006.01) G06K 19/077 (2006.01) (21) Numéro de dépôt:

Plus en détail

ERDF prend le virage technologique des Smart Grids

ERDF prend le virage technologique des Smart Grids Smart Grids, nos clients au cœur du réseau de demain ERDF prend le virage technologique des Smart Grids Association Carbon AT, Nantes, le 16 avril 2013 Régis LE DREZEN Regis.le-drezen@erdf-grdf.fr Film

Plus en détail

Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne

Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne 1 er juillet 2010 Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne Olivier SAUTEL, économiste (Microeconomix, OFCE) Microeconomix SAS au capital

Plus en détail

Equilibre offre-demande du système électrique : vers la naissance d un marché de capacités

Equilibre offre-demande du système électrique : vers la naissance d un marché de capacités DECRYPTAGE Equilibre offre-demande du système électrique : vers la naissance d un marché de capacités conseil en stratégie opérationnelle DECRYPTAGE Introduction Lorsqu un particulier allume son téléviseur

Plus en détail

PROJET DEMONSTRATEUR SMART GRID POUR LA REGION PACIFIC NORTHWEST

PROJET DEMONSTRATEUR SMART GRID POUR LA REGION PACIFIC NORTHWEST LES SMART GRIDS DEVIENNENT REALITE SMART GRID PROJET DEMONSTRATEUR SMART GRID POUR LA REGION PACIFIC NORTHWEST Date : 27/01/2011 Projets Smart Grid aux Etats-Unis : la voie de l efficacité énergétique

Plus en détail

Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape

Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape Crowdfunding innovative ventures in Europe The financial ecosystem and regulatory landscape NOTE DE SYNTHESE (FR) A study prepared for the European Commission DG Communications Networks, Content & Technology

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel Fiche pratique /Mes démarches L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel L'ouverture à la concurrence des marchés de l électricité et du gaz naturel est effective depuis le 1er juillet

Plus en détail

LA RESTRUCTURATION DES MARCHÉS DE L ÉLECTRICITÉ : UN PORTRAIT DE LA SITUATION MONDIALE

LA RESTRUCTURATION DES MARCHÉS DE L ÉLECTRICITÉ : UN PORTRAIT DE LA SITUATION MONDIALE 1 LA RESTRUCTURATION DES MARCHÉS DE L ÉLECTRICITÉ : UN PORTRAIT DE LA SITUATION MONDIALE Document rédigé par Joseph A. Doucet Département d économique et Groupe de recherche en économie de l énergie, de

Plus en détail

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque

Pierre-Marie ABADIE. Directeur de l énergie. CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Pierre-Marie ABADIE Directeur de l énergie CLUB ENERGIE & DEVELOPPEMENT - 6ème colloque Paris, 13 janvier 2009 Pierre-Marie ABADIE MEEDDAT/DGEC/Direction de l énergie Introduction En régime de monopole

Plus en détail

Assistance à la gestion des contrats de fourniture d électricité et de gaz Dans le contexte défini par la loi NOME Et la loi de la consommation 1 Suppression des TRV d électricité 2 Gestion tarifaire de

Plus en détail

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS.

Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Conséquences macroéconomiques de la «sortie du nucléaire» : Evaluation des scénarios de l UFE à l aide du modèle NEMESIS. Baptiste Boitier 1, Lionel Lemiale 2, Arnaud Fougeyrollas 3, Pierre Le Mouël 4

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS. 1) Les principes généraux de la proposition

EXPOSE DES MOTIFS. 1) Les principes généraux de la proposition PROPOSITION TARIFAIRE DE LA COMMISSION DE REGULATION DE L'ELECTRICITE POUR L'UTILISATION DES RESEAUX PUBLICS DE TRANSPORT ET DE DISTRIBUTION D'ELECTRICITE DES 31 MAI ET 5 JUIN EXPOSE DES MOTIFS Le point

Plus en détail

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle

ANALYSE. La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle La transition énergétique allemande à la recherche de son modèle Florence Chapuis et Nicolas Goldberg Souvent présenté comme un modèle, le programme allemand de développement des énergies renouvelables

Plus en détail

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC?

Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Systèmes Autonomes Photovoltaïques : Couplage DC ou AC? Clément Brossard, Clément Joulain, le 10/07/2014 Sommaire 1. Introduction... 2 2. Couplage DC... 2 a) Présentation... 2 b) Fonctionnement et régulation...

Plus en détail

Electronic commerce research: A taxonomy and synthesis

Electronic commerce research: A taxonomy and synthesis Reading exam INFORGE July 2006 Electronic commerce research: A taxonomy and synthesis By Urbaczewski, A., Jessup, L. et al. INTRODUCTION Le commerce électronique (CE) peut être défini comme un échange

Plus en détail

SafeNet La protection

SafeNet La protection SafeNet La protection des données La conception à l'action, SafeNet protège intelligemment les informations pendant tout leur cycle de vie Les informations peuvent faire progresser votre activité, mais

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT INFONUAGIQUE - meilleures pratiques

DÉVELOPPEMENT INFONUAGIQUE - meilleures pratiques livre blanc DÉVELOPPEMENT INFONUAGIQUE MEILLEURES PRATIQUES ET APPLICATIONS DE SOUTIEN DÉVELOPPEMENT INFONUAGIQUE - MEILLEURES PRATIQUES 1 Les solutions infonuagiques sont de plus en plus présentes sur

Plus en détail

Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014

Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014 1 Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014 Le 19 juin 2012, la Cour a rendu son arrêt dans l affaire C-307/10 «IP Translator», répondant de la manière suivante

Plus en détail

Marchés, réseaux et politique de la concurrence. Claude Crampes (claude.crampes@tse-fr.eu)

Marchés, réseaux et politique de la concurrence. Claude Crampes (claude.crampes@tse-fr.eu) Marchés, réseaux et politique de la concurrence Claude Crampes (claude.crampes@tse-fr.eu) Toulouse, avril 2015 2. Comportements anti-concurentiels 2.1. Choix stratégiques 2.2. Abus de position dominante

Plus en détail

ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES

ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES ETUDE DE LA SECONDE VIE DES BATTERIES DES VEHICULES ELECTRIQUES ET HYBRIDES RECHARGEABLES Juin 2011 Étude réalisée pour le compte de l'ademe par Schwartz and Co et AJI Europe Coordination technique : Patrick

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

Innovation et propriété intellectuelle : les bouleversements récents

Innovation et propriété intellectuelle : les bouleversements récents Innovation et propriété intellectuelle : les bouleversements récents Cette contribution présentera tout d'abord quelques éléments d'analyse concernant le rôle du brevet et plus largement de la propriété

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen

GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen GESTIONS DE CRISE Gestion de crise et coopération au niveau d'un groupe européen Crisis management Crisis management and cooperation in a European group Oléagineux, Corps Gras, Lipides. Volume 7, Numéro

Plus en détail

Partie 2 : Les impératifs de croissance obligent à concentrer l'activité sur le personnel des points de vente/service

Partie 2 : Les impératifs de croissance obligent à concentrer l'activité sur le personnel des points de vente/service Un rapport Thought Leadership Paper élaboré par Forrester Consulting à la demande de Lexmark. Partie 2 : Les impératifs de croissance obligent à concentrer l'activité sur le personnel des points de vente/service

Plus en détail

ALSTOM GRID AU CŒUR DES RESEAUX INTELLIGENTS

ALSTOM GRID AU CŒUR DES RESEAUX INTELLIGENTS LES SMART GRIDS DEVIENNENT REALITE SMART GRID ALSTOM GRID AU CŒUR DES RESEAUX INTELLIGENTS Date : 08/02/2011 Selon l IEA, entre 2010 et 2030 : - la croissance économique devrait engendrer une demande énergétique

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Position du secteur électrique français

Position du secteur électrique français 16 novembre 2010 ENERGIE 2020 Position du secteur électrique français L UFE, Union Française de l Electricité, est l association professionnelle du secteur de l électricité. Elle représente les employeurs

Plus en détail

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Augmentez la précision, la vitesse et l'efficacité du déploiement d'une solution de réseau sans fil unifié Cisco. Adoptez une approche

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

Evaluation de l efficacité économique de quelques propositions de la loi Brottes

Evaluation de l efficacité économique de quelques propositions de la loi Brottes Evaluation de l efficacité économique de quelques propositions de la loi Brottes Tarification progressive Service public de la performance énergétique Vincent Rious Microeconomix, Florence School of Regulation

Plus en détail

Le véhicule électrique, chantier de la conception des réseaux de distribution d'électricité du futur.

Le véhicule électrique, chantier de la conception des réseaux de distribution d'électricité du futur. Le véhicule électrique, chantier de la conception des réseaux de distribution d'électricité du futur. Journée GDR ISIS/MACS/SEEDS «Smart Grids : Enjeux Scientifiques» 7 Octobre 2011 Deux thèmes sont développés

Plus en détail

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent

Plus en détail

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014

Session du Conseil des Affaires Générales (Cohésion) Bruxelles, 19 novembre 2014 Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 19 novembre 2014 Conclusions du Conseil concernant le sixième rapport sur la cohésion économique, sociale et territoriale: investissement

Plus en détail

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014

ERDF et la Transition Energétique. CESE Nice le 23 avril 2014 ERDF et la Transition Energétique CESE Nice le 23 avril 2014 1. ERDF et la distribution d électricité en France 2. La transition énergétique 3. ERDF dans la transition énergétique 4. En synthèse 1 ERDF

Plus en détail

Demand Response, une brique importante du Smart Grid

Demand Response, une brique importante du Smart Grid Emplacement Co-branding Demand Response, une brique importante du Smart Grid Colloque OSE, 29/09/2011 SAS au capital de 854 000 euros Un modèle qui a fait ses preuves Energy Pool, Agrégateur de capacités

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

2.0 MegaWattBlock pour parcs solaires

2.0 MegaWattBlock pour parcs solaires The better electric. 391 MWc puissance photovoltaïque construite par BELECTRIC 2011. BELECTRIC est le leader mondial de l étude, la fourniture et la réalisation (EPC) de systèmes photovoltaïques selon

Plus en détail

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule Séminaires Système D Information Formation Conduite du Changement Préambule Sommaire Préambule L entreprise : système complexe en mouvement permanent Mickael Porter Harvard Business School - L avantage

Plus en détail

ANNEXE 1. I - CONTEXTE

ANNEXE 1. I - CONTEXTE I - CONTEXTE Caribbean Export Development Agency (Caribbean Export) s'est vu confier par les gouvernements de République Dominicaine et d'haïti, et par l'union Européenne la gestion du «volet commercial»

Plus en détail

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement.

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement. FAQ - Thématiques La société Votre projet Le marché de l'énergie La société Qui est Eni? Eni, créée en 1953, exerce ses activités dans 85 pays. Entreprise intégrée de premier plan, elle est présente dans

Plus en détail

«L apport des réseaux électriques intelligents»

«L apport des réseaux électriques intelligents» ENR et intermittence : l intégration dans les réseaux de distribution en France 18 avril 2013 Michèle Bellon, Présidente du directoire d ERDF «L apport des réseaux électriques intelligents» Les réseaux

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES

COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES 1. INTRODUCTION La directive 96/92/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 décembre 1996

Plus en détail

La perspective de «windfall profits» (profits indus) pour les électriciens allemands

La perspective de «windfall profits» (profits indus) pour les électriciens allemands UNIDEN UNION DES INDUSTRIES UTILISATRICES D'ENERGIE 19.04.04 DIRECTIVE «QUOTAS D EMISSION» : COMMENT EVITER DE DESASTREUSES CONSEQUENCES? La mise en œuvre de la Directive «Quotas d émission», via son impact

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN et Jean-Pierre SOTURA, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Catherine EDWIGE, Hélène GASSIN et Jean-Pierre SOTURA, commissaires. Délibération Délibération du 16 juillet 2014 de la Commission de régulation de l énergie portant proposition de décret modifiant le décret n 2010-1022 du 31 août 2010 relatif aux dispositifs de comptage

Plus en détail

Défaut de paiement : une obligation incomplète

Défaut de paiement : une obligation incomplète Défaut de paiement : une obligation incomplète La loi de 2003 relative à la Centrale des Crédits aux Particuliers (CCP) organise l'enregistrement de tous les crédits à la consommation et crédits hypothécaires

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

Evolution de la réglementation pour faciliter l essor des Smart Grids Philippe Vié

Evolution de la réglementation pour faciliter l essor des Smart Grids Philippe Vié Evolution de la réglementation pour faciliter l essor des Smart Grids Philippe Vié Dauphine 24 janvier 2014 Agenda Transformations de la chaîne de valeur et conséquences Questions et barrières réglementaires

Plus en détail

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel

Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Contrats de crédit relatifs aux biens immobiliers à usage résidentiel Proposition de directive Position du BEUC Contact: Anne Fily & Farid Aliyev financialservices@beuc.eu Ref.: X/2011/055-14/09/11 1 BEUC,

Plus en détail

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal

L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon. Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal L offre d énergie: une comparaison France, Allemagne et Japon Par Pierre Lasserre, Sciences économiques Université du Québec à Montréal Plan Quelques faits stylisés caractéristiques de la France, de l

Plus en détail

Quelle évolution de la tarification des réseaux pour envoyer les bons signaux économiques? Signaux de localisation de la production

Quelle évolution de la tarification des réseaux pour envoyer les bons signaux économiques? Signaux de localisation de la production Quelle évolution de la tarification des réseaux pour envoyer les bons signaux économiques? Signaux de localisation de la production 1 28 janvier 2015 - Conférence AEE Sommaire 1. Précision des objectifs

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

La Voix sur le Réseau IP

La Voix sur le Réseau IP Abossé AKUE-KPAKPO Gestionnaire des Télécommunications Chef Division Internet et Offres Entreprise Abosse.akue@togotel.net.tg BP : 8103 Lomé Tél : +228 221 86 54 Mob : +228 904 01 81 Fax : +228 221 88

Plus en détail

Open Data et services de données à ERDF

Open Data et services de données à ERDF Open Data et services de données à ERDF F. Blanc / V. Corru (ERDF/Dir. Du Développement) B.Grossin (EDF/R&D) Printemps de la recherche 28 septembre 2012 ERDF, vers l opérateur de données du système électrique

Plus en détail

Comprendre ITIL 2011

Comprendre ITIL 2011 Editions ENI Comprendre ITIL 2011 Normes et meilleures pratiques pour évoluer vers ISO 20000 Collection DataPro Extrait 54 Comprendre ITIL 2011 Normes et meilleures pratiques pour évoluer vers ISO 20000

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE

SERVICES PARTAGÉS RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE 15 SE LIT EN MINUTES RÉUSSIR LA MISE EN PLACE DE VOTRE CENTRE DE SERVICES PARTAGÉS Ou comment la dématérialisation dans le cloud vous assiste dans vos initiatives de gestion globale. RÉUSSIR LA MISE EN

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM - Normandie Université

Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM - Normandie Université Séminaire UEsers du 12 décembre 2014 La libéralisation des SIEG et leur privatisation en Europe Philippe BANCE Président du Conseil scientifique international du CIRIEC CREAM - Normandie Université 1 Sommaire

Plus en détail

Observ ER. Institut français d émission des certificats verts

Observ ER. Institut français d émission des certificats verts Observ ER Institut français d émission des certificats verts Prouver l origine renouvelable de l électricité Assurer la traçabilité de l électricité verte Garantir les échanges entre producteur et consommateur

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités

Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Sortir du nucléaire? Contraintes et opportunités Michel Bonvin michel.bonvin@hevs.ch bom / Forum Business VS / 25 oct. 2011 Sortir du nucléaire 1 Nucléaire : on parle de quoi? 0.90 0.80 Energies primaires

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Prenez part au changement. Opérateur d électricité et de gaz

Prenez part au changement. Opérateur d électricité et de gaz Prenez part au changement Opérateur d électricité et de gaz Edito Après 60 ans de monopole, vous êtes désormais libre de choisir votre opérateur d énergie. Accrédité par le Ministère de l Economie, des

Plus en détail