Thème 2: L impact des technologies de l'information et de la communication (TIC) sur la structure et l organisation des régimes de sécurité sociale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thème 2: L impact des technologies de l'information et de la communication (TIC) sur la structure et l organisation des régimes de sécurité sociale"

Transcription

1 Association internationale de la sécurité sociale Conférence internationale sur Les changements dans la structure et l organisation de l administration de la sécurité sociale Cracovie, Pologne, 3-4 juin 2004 Thème 2: L impact des technologies de l'information et de la communication (TIC) sur la structure et l organisation des régimes de sécurité sociale Les implications de la technologie pour l administration de la sécurité sociale: l expérience australienne Administrateur général Strategic and Business Planning Centrelink Australie ISSA/OM/CONF/2004/2a

2 Les implications de la technologie pour l administration de la sécurité sociale: l expérience australienne Administrateur général Strategic and Business Planning Centrelink Australie Résumé Centrelink, l agence de fourniture de services du gouvernement australien, a été parmi les premières à adopter de nouvelles technologies conçues pour intégrer la fourniture de services à ses citoyens par le gouvernement, offrir un meilleur niveau de service à ses clients, et renforcer l efficience de l administration de la sécurité sociale. L usage novateur fait par Centrelink des technologies de l information et de la communication a été motivé par le développement du système de sécurité sociale australien, aux missions très pointues, permettant ainsi un meilleur ciblage dudit système, par la mise en place notamment de mesures plus performantes d incitation au travail. Centrelink a fortement investi dans les technologies de l information afin qu elles soutiennent son dispositif de fourniture de services à la clientèle, et afin de bénéficier d une meilleure efficience que leur utilisation entraîne. Introduction Depuis sa création en 1997, Centrelink a mis en place des technologies novatrices pour soutenir son dispositif de service à la clientèle. Au nombre des étapes-clé figure l introduction d approches self-service basées tant sur Internet que sur le téléphone (écrans tactiles et reconnaissance vocale automatique) pour les transactions les plus courantes. Centrelink utilise un dispositif de service à trois niveaux, soutenu par la technologie, pour administrer le système de sécurité sociale. Ce dispositif de service sera expliqué en détail ciaprès. Le système de sécurité sociale australien Le système de sécurité sociale australien offre aux australiens un vaste filet de sécurité composé de tout un éventail de prestations qui doivent aider à répondre aux besoins de

3 2 certains groupes précis, comme les familles avec enfants, les parents célibataires, les chômeurs, les personnes handicapées et les retraités. Le système est universel il n est basé ni sur l assurance ni sur les cotisations (même s il est complété par des régimes basés sur les cotisations dans le cas des retraités) mais il est très étroitement ciblé sur la base du revenu et de toute autre ressource. Un système de contrôle des ressources sert de critère de base pour déterminer les droits à prestations. La structure des prestations permet à bon nombre de bénéficiaires de continuer à recevoir une certaine aide de la sécurité sociale tout en travaillant à temps partiel. Au cours de la dernière décennie, l administration de la sécurité sociale en Australie a été transformée par une série de réformes, dont: la création de Centrelink, qui fait office de branche de service du gouvernement fédéral, et dont la tâche principale est l administration de la sécurité sociale; l instauration d un concept d obligation mutuelle, en vertu duquel il est attendu des bénéficiaires qu ils entreprennent des activités destinées à rendre quelque chose à la communauté et qui les aident parallèlement à obtenir un travail; l introduction, dans la structure des prestations, de réformes destinées à renforcer les mesures d incitation à la participation sociale et économique, avec notamment la création d une allocation jeunesse (Youth Allowance) pour encourager davantage de jeunes à étudier à temps plein ou partiel, et la suppression de diverses allocations pour chômeurs d âge mûr (qui ne donnaient pas accès aux services de recherche d emploi et autres services pouvant faciliter la participation à la vie active et communautaire); et l introduction de mesures d incitation renforcées pour encourager la participation à la vie active parallèlement à l obtention de prestations, dont le crédit-travail (Working Credit), qui permet aux bénéficiaires d accumuler des crédits pour faire le contrepoids du revenu issu d un travail occasionnel ou à temps partiel, afin que le niveau de paiement auquel ils devraient avoir droit ne soit pas réduit. Centrelink Lorsque Centrelink a été créée en vertu de la Loi de 1997 sur les agences de fourniture de services du Commonwealth, elle a reçu pour mission d améliorer la qualité du service aux citoyens, d instaurer une approche gouvernementale plus intégrée, plus "compacte", à la fourniture de services, tout en renforçant l efficience. Son approche de la fourniture de services est déterminée par son désir d offrir un service intégré qui conduise à des résultats positifs pour ses clients les bénéficiaires de prestations. La création de Centrelink a facilité la réforme du système de protection sociale australien, grâce à des systèmes de fourniture performants, soutenus par des technologies de l information et de la communication novatrices. Centrelink a, par exemple: fortement investi dans la modernisation de son réseau de centrales d appel (Call Centres) et soutenu le personnel de ces centrales en mettant à sa disposition des technologies avancées d organisation et de gestion des appels; utilisé des modèles de micro-simulation pour aider à déterminer le nombre et l emplacement optimaux des centres de service à la clientèle (Customer Service Centres) qui composent son réseau; et proposé des solutions self-service passant tant par le téléphone que par Internet.

4 3 Ces investissements ont fait de Centrelink la quatrième plus grande organisation d Australie dans le domaine des technologies de l information (TI). Notre personnel et nos systèmes effectuent quelque 14 millions de transactions par jour. La plate-forme TI de Centrelink n est que l un des nombreux atouts commerciaux dont elle dispose qui ont joué un rôle important dans l administration du système de sécurité sociale. Entre autres choses, Centrelink a: un réseau matériel qui s étend à travers toute Australie, composé de plus de mille points d accès effectifs; la capacité d appliquer des mesures rapidement; une philosophie qui pourrait se traduire par "bâtir une fois, utiliser plusieurs fois"; d importantes capacités multilingues; un réseau bien établi de soutien à la population indigène; des procédures extrêmement strictes en matière de responsabilité, qualité et gestion des risques; un réseau éducatif interne qui fournit une formation agréée; et une approche particulièrement axée sur le service à la clientèle. Le dispositif de service de Centrelink L approche de Centrelink à la fourniture de services a été très fortement axée sur la clientèle. Nos recherches ont systématiquement montré que les cinq choses que nos clients apprécient le plus sont: un personnel amical, efficace et attentif; un personnel compétent et bien informé; un service prompt et efficient et n avoir à expliquer la situation qu une fois; un service intégré qui donne des résultats positifs; et un accès aisé, et un choix au niveau de l accès. Centrelink a recouru avec succès à la technologie pour soutenir ces valeurs, adoptant une structure de service à trois niveaux basée sur le modèle Oracle. Bon nombre de clients n ont pas besoin d un niveau d intervention élevé ils veulent simplement faire ce qu ils ont à faire (just do it), c est-à-dire fournir les réponses nécessaires à la conduite de la transaction, souvent par l intermédiaire de moyens technologiques. Les outils informatiques, les touches du téléphone et la reconnaissance vocale automatique sont utilisés de plus en plus fréquemment pour fournir ce type de service. Le deuxième niveau de service correspond à "aidez-moi" (help me). Il s agit en d autres termes d aider à résoudre un problème, par le biais en général d une combinaison personnes/technologie. Le troisième niveau de service correspond à "communiquez avec moi" (relate to me). Il s agit-là de trouver une solution personnalisée, basée sur une bonne compréhension de la situation et des besoins du client à ce moment précis. De "je vous laisse faire" à "laissez-moi faire" L un des objectifs-clé de l approche multiservices de Centrelink est de simplifier les démarches pour les citoyens, en proposant des offres de services intégrées parfaitement

5 4 adaptées aux besoins des différents clients. A l instar de ce qui se passe au sein du secteur bancaire et du secteur des assurances, le dispositif de service de Centrelink fonctionne sur la base du principe que la majorité de nos clients auront avec l agence une relation durable. Si l on constate un roulement assez important des bénéficiaires s agissant de certains types de prestations individuelles, une grand partie de nos clients continueront de toucher des prestations pendant plusieurs années. On peut par exemple partir du principe que le bénéficiaire type de prestations familiales recevra pour chaque enfant une aide plus ou moins importante pendant une période allant jusqu à 16 ans. Le bénéficiaire type d une pension de vieillesse recevra des paiements pendant les quinze années suivantes; une personne handicapée pourrait quant à elle être cliente pendant cinquante ans ou plus. De surcroît, même dans le cas des prestations par rapport auxquelles on constate un roulement relativement important celles liées au chômage, par exemple bon nombre de clients qui cessent de bénéficier des paiements déposeront à une date ultérieure une nouvelle demande, pour cette même prestation ou pour une autre. Si la majorité de ces clients auront avec nous un niveau d interaction relativement faible, limité à la réception du paiement sur leur compte en banque tous les quinze jours, une grande partie de nos clients auront besoin de maintenir avec nous un contact régulier, au fur et à mesure que leur situation se modifie. Un contact suivi entre Centrelink et ses clients est habituellement motivé par l une des raisons suivantes: changement d adresse, nouvelles coordonnées bancaires, etc.; obligation de signaler, sur une base bi-mensuelle, tout changement au niveau du revenu; nécessité de prouver que l application des règles concernant la recherche d emploi et autres activités inscrites dans le cadre de l approche "d obligation mutuelle" a été respectée; tout événement (p. ex. modification du statut marital, début ou fin d études, ou naissance d un enfant) susceptible d affecter l ouverture des droits tant à la prestation de base qu aux différents "suppléments" (par exemple études, soins aux enfants et aide au logement). Au cours de ces dernières années, Centrelink a tenté de simplifier ces transactions pour les clients, par exemple en recourant massivement aux centrales d appel. Pour faire en sorte que les clients n aient à expliquer leur situation qu une fois, par exemple, chaque client dispose d un unique dossier (électronique) contenant en moyenne entrées (items) par client. Les dispositifs qui permettent à bon nombre de ces transactions d être effectuées en self-service via Internet ou par téléphone sont aujourd hui extrêmement populaires. Le compte client (Customer Account) est l un de ces nouveaux dispositifs qui permettent aux clients de rapidement vérifier les paiements et autres données. Le fait de fournir aux clients un accès aisé aux informations les concernant leur donne davantage de contrôle sur leur relation avec Centrelink et renforce leur confiance en la fiabilité des données communiquées. Les clients utilisent actuellement les services en ligne de Centrelink pour signaler les changements intervenus dans leur revenu, déposer une demande de carte et effectuer d autres transactions courantes. La gamme des transactions pouvant être menées à bien via le compte client sera progressivement élargie. Nombreux sont les clients de Centrelink qui n ont pas accès à Internet. Ils ont toutefois en général accès à des téléphones, en particulier des téléphones mobiles ou cellulaires. Il y a en fait aujourd hui en Australie davantage de téléphones mobiles que de lignes fixes. C est

6 5 pour cela que les solutions téléphoniques self-service proposées par Centrelink s avèrent si populaires. Grâce à ce service, les clients peuvent obtenir des informations concernant leur compte en tapant leur code NIP personnalisé et, en suivant les instructions d une voix produite par ordinateur, mener à bien diverses transactions. Le système a initialement été conçu pour le crédit-travail (working credit) une initiative qui encourage les clients à accepter le travail occasionnel tout en continuant de recevoir des prestations, et qui nécessite une déclaration bi-mensuelle de revenu. La reconnaissance vocale automatique aide le client à signaler tout revenu perçu, suite à quoi la voix produite par ordinateur lui communiquera toute modification dans le paiement des prestations. Sur le nombre des ayants droit à l outil d incitation crédit-travail, près de la moitié recourt aux options selfservice. Aidez-moi La plupart des clients prennent pour la première fois contact avec Centrelink par téléphone. C est pourquoi Centrelink a développé un réseau intégré de 27 centrales d appel à travers le pays. Les appels peuvent être déviés n importe où sur le réseau, et le fait que ces centrales soient réparties sur différents fuseaux horaires contribue à l allongement des heures d ouverture. Lorsque les citoyens font appel à Centrelink que ce soit par téléphone par d autres biais ils ne connaissent en général pas toute la gamme des services à leur disposition, ou ne savent pas quelle solution répondrait le mieux à leurs besoins. Ils savent seulement qu ils ont besoin d aide. Centrelink se sert d un schéma contenant les "événements du cycle de vie" pour mettre en correspondance les services disponibles et les raisons pour lesquelles les clients sollicitent une assistance. Le schéma des événements du cycle de vie se sert d une série de questions basées sur ce que les clients disent en général lorsqu ils nous contactent ils cherchent du travail, par exemple, ou viennent d avoir un enfant pour créer un pont vers les services et prestations spécifiques auxquels ils pourraient avoir droit. Le site Web de Centrelink classe les services destinés aux clients sur la base des onze événements du cycle de vie contenus dans le schéma. De même, le manuel électronique des lignes directrices et procédures à l intention du personnel, connu sous le nom de "eréférence", est articulé par rapport au schéma des événements du cycle de vie. Une fois que notre personnel a défini la gamme des services qui pourraient intéresser le client, l étape suivante consiste à déterminer l admissibilité et le profil dudit client, afin de cibler avec précision l assistance et les services offerts tant par Centrelink que par d autres agences. Lors du premier appel, des informations sont fournies concernant les services auxquels le client pourrait avoir droit, et des réponses sont apportées à ses questions. Une évaluation initiale de l offre de service adaptée est avancée, et le client est confié à un responsable du service à la clientèle spécialisé dans la prestation ou le service concerné. Les données-clé concernant le client peuvent être entrées directement dans le système informatique pour l ouverture du compte client et, le cas échéant, rendez-vous peut être pris pour une entrevue (face à face) pour dépôt de demande. Les données enregistrées conduisent à différentes options potentielles. Deux des objectifsclé du processus de "démarrage" consistent, d une part, à identifier les services additionnels

7 6 que Centrelink peut fournir au client ou vers lesquels elle peut l aiguiller et, d autre part, à déterminer quels clients ont besoin pour remplir leurs obligations d un niveau de service plus ciblé. Lors de l entrevue pour dépôt de demande, le responsable du service à la clientèle vérifie que les données préalablement enregistrées sont correctes et procède à une vérification de l identité, du revenu et des avoirs du client, ainsi que de toute autre information pertinente le concernant et, autant que faire se peut, il s attache à répondre à tous les critères fixés. Un calculateur de taux est intégré au système principal, ce qui permet au client de quitter l entrevue, sauf dans les cas les plus complexes, en ayant été informé du niveau de paiement dont il bénéficiera, et de la date du premier paiement à venir. Le principal frein à la rapidité du traitement de chaque dossier réside dans le fait que les clients doivent fournir des documents attestant par exemple de leur niveau d instruction, des raisons qui les ont poussés à quitter leur travail et de leurs ressources. Bon nombre de ces procédures de vérification sont actuellement en cours d automatisation, afin d alléger encore le processus de recours aux prestations, et afin de réduire la charge administrative qui incombe aux autres institutions et entreprises. Dans une large mesure, les systèmes de traitement de Centrelink fonctionnent au moyen de procédures de back-office automatisées, grâce auxquelles les demandes des clients peuvent être traitées avec une extrême rapidité. La création du compte client permet à l essentiel des procédures de front-office de passer de "aidez-moi" à "je vous laisse faire", les clients se chargeant eux-mêmes de l insertion des données. "Communiquez avec moi" Cette automatisation accrue signifie qu il est d une importance vitale de déterminer si, et à quel stade, les clients nécessitent effectivement un soutien personnel plus important. Attendu qu un nombre croissant de clients effectuent leurs transactions courantes grâce au self-service, Centrelink recourra désormais toujours davantage aux informations glanées par l intermédiaire de ces transactions pour procéder à des recoupements automatiques. Si une personne change d adresse plusieurs fois sur une courte période, par exemple, cela peut signifier qu elle est sans domicile fixe et nécessite une assistance spécialisée. Traditionnellement, la fonction des agences de sécurité sociale comme Centrelink a été de fournir des prestations de soutien au revenu aux citoyens y ayant droit. On constate cependant que cela n est toujours plus souvent plus le cas. Par exemple, Centrelink est chargée d évaluer la capacité des bénéficiaires de prestations en âge de travailler à participer au marché du travail ou à des activités de préparation au travail, et de les diriger vers les services appropriés pour les aider à réintégrer la population active. Elle emploie des travailleurs sociaux, des psychologues et d autres spécialistes pour aider ses clients à faire face à la situation souvent difficile dans laquelle ils se trouvent. Les systèmes de Centrelink sont en cours d élargissement, afin de permettre que les recoupements entre ces différents services se fassent de manière plus efficace, et de manière complètement imperceptible pour le client. Les conseillers personnels (Personal Advisers) de Centrelink, par exemple, conduisent des entrevues poussées avec certains client afin de développer un "plan de participation". Les entrevues consistent en général en une série de questions pointues qui sont entrées dans

8 7 l ordinateur au fur et à mesure que l entrevue progresse. Les réponses à ces questions, à leur tour, permettent à l ordinateur d émettre des suggestions quant aux activités susceptibles de convenir à la personne. Si le client est intéressé, le système peut alors créer un lien vers une liste de prestataires de service possibles, et un rendez-vous avec une agence de placement ou un institut d études, par exemple, peut être fixé sur le champ. Conclusion La technologie a joué un rôle central en Australie dans le développement de la fourniture de services en sécurité sociale. L agence Centrelink, qui réunit plus de 130 services gouvernementaux et qui les propose à 6,3 millions de clients, a bâti ses capacités sur des fondations technologiques solides. Notre présent et notre futur dépendent de l évolution, voire de la révolution, de la technologie et ce non seulement pour être à la hauteur des attentes et des connaissances plus poussées de nos clients et prestataires de services, mais également pour satisfaire aux exigences du gouvernement concernant des services de sécurité sociale qui ont dépassé il y a longtemps déjà le simple soutien au revenu.

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique La gestion Citrix Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique Dans les environnements informatiques complexes, une relation de support technique proactive s avère essentielle.

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration

Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration Comment Guide pour la réalisation de projets de cyberadministration dans les communes Six étapes pour réussir les projets de cyberadministration dans des petites et moyennes communes avec la méthode de

Plus en détail

Dossier de présentation

Dossier de présentation La différence, l exigence et l expérience au service de la gestion de résidences. Dossier de présentation C2A VOTRE GESTIONNAIRE OPERATEUR Spécialisé dans la gestion de Résidences de tourisme, d affaires

Plus en détail

Le Plan libéral pour les soins familiaux

Le Plan libéral pour les soins familiaux Le Plan libéral pour les soins familiaux 1 Le Plan libéral pour les soins familiaux AUX CÔTÉS DES FAMILLES CANADIENNES Les membres d une famille s appuient entre eux. Les familles canadiennes veulent s

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ) à l intention des conseillers

Foire aux questions (FAQ) à l intention des conseillers Foire aux questions (FAQ) à l intention des conseillers Intégration L approbation finale a-t-elle été accordée pour cette transaction? Oui, nous avons reçu les approbations nécessaires et avons annoncé

Plus en détail

Voici Maintenir le lien, le bulletin annuel du Programme de prestations d invalidité du Régime de pensions du Canada (PPIRPC).

Voici Maintenir le lien, le bulletin annuel du Programme de prestations d invalidité du Régime de pensions du Canada (PPIRPC). Maintenir lien le N 7, février 2008 Dans ce numéro Voici Maintenir le lien, le bulletin annuel du Programme de prestations d invalidité du Régime de pensions du Canada (PPIRPC). Recevez-vous tous les services

Plus en détail

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective

Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Le bien-être des familles québécoises : une responsabilité collective Mémoire présenté par les Organismes communautaires du secteur Famille : Association des haltes-garderies communautaires du Québec (AHGCQ)

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

2.1 Clientèle individu admissible à l offre de service d emploi

2.1 Clientèle individu admissible à l offre de service d emploi 2.1 Clientèle individu admissible à l offre de service d emploi Table des matières 1. CLIENTELE INDIVIDU ADMISSIBLE A L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI... 3 1.1. Conditions générales d'admissibilité des individus

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/12/273 DÉLIBÉRATION N 09/054 DU 1 ER SEPTEMBRE 2009, MODIFIÉE LE 3 NOVEMBRE 2009, LE 7 SEPTEMBRE 2010 ET LE 4 SEPTEMBRE

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI.

Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI. Besoin de protéger vos informations? Prenez des mesures grâce à l ISO/IEC 27001 de BSI. L ISO/IEC 27001 de BSI - votre premier choix en matière de sécurité de l information. BSI est l organisme de normalisation

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE)

Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) Plan pluriannuel d accessibilité de l Office de la qualité et de la responsabilité en éducation (OQRE) 1 Table des matières Introduction... 3 À propos du Plan pluriannuel d accessibilité de l OQRE... 3

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada?

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? 31 mars 2011 0 À l annonce du déclenchement des élections fédérales 2011, le Réseau FADOQ se fait la voix des aînés

Plus en détail

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Institut de formation et de coopération technique STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Stratégie d apprentissage progressif de l OMC

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Faites parler de votre entreprise

Faites parler de votre entreprise Faites parler de votre entreprise Pourquoi annoncer sur Internet? 70 % des consommateurs font confiance aux commentaires laissés sur Internet. 85 % de la population a accès à Internet. 75 % des gens consultent

Plus en détail

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la Sécurité sociale et de la Santé Section «Sécurité sociale» CSSS/08/198 DÉLIBÉRATION N 08/075 DU 2 DÉCEMBRE 2008 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CONTENUES

Plus en détail

GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES

GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES UN GUIDE ESSENTIEL : GÉNÉRER DE LA VALEUR ET ATTEINDRE DES RÉSULTATS AVEC LES MANAGED SERVICES Vue d ensemble Dans presque tous les secteurs des services de santé aux services financiers de l industrie

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Manuvie. vous souhaite la bienvenue! Le fournisseur de services de votre programme de retraite collectif de Cargill

Manuvie. vous souhaite la bienvenue! Le fournisseur de services de votre programme de retraite collectif de Cargill Manuvie vous souhaite la bienvenue! Le fournisseur de services de votre programme de retraite collectif de Cargill Cargill a choisi Manuvie à titre de nouveau fournisseur de services pour son programme

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

Pour les Canadiens atteints d un handicap. Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI)

Pour les Canadiens atteints d un handicap. Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Pour les Canadiens atteints d un handicap Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Fonds d investissement BMO 1 Découvrez les avantages du REEI Le régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) offre

Plus en détail

Assemblée générale de l OMPI

Assemblée générale de l OMPI F WO/GA/40/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21JUIN 2011 Assemblée générale de l OMPI Quarantième session (20 e session ordinaire) Genève, 26 septembre 5 octobre 2011 COOPÉRATION DANS LE CADRE DES DÉCLARATIONS

Plus en détail

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ

L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ L A GESTION INTÉGRÉE DES ABSENCES POUR RA ISONS DE SA NTÉ Les grandes lignes du programme À l intention des gestionnaires du Mouvement Desjardins UNE APPROCHE NOVATRICE Le Mouvement Desjardins est soucieux

Plus en détail

Automatisation et CRM

Automatisation et CRM Automatisation et CRM Adoption de la technologie des agents virtuels Etude VirtuOz 2010 Synopsis... 2 Les principales motivations de mise en place du canal Agent Virtuel... 2 Adoption des Agents Virtuels...

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services

La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services La Puissance des métiers (Power of Trades) FAQ À l intention des participants potentiels et des fournisseurs de services Partie à l intention des participants potentiels : Qu est-ce que la Puissance des

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale

Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Dossier de presse Après 5 ans de succès, l agence trt s agrandit Bilan et développement de l agence de placement pour les bénéficiaires de l aide sociale Avec plus de 700 entreprises partenaires et un

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Conseil en investissement (fiduciary management) La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Les besoins des clients institutionnels, et en particulier ceux des fonds de pension, sont

Plus en détail

RBC Assurances : une force à mon service. À l usage des conseillers

RBC Assurances : une force à mon service. À l usage des conseillers À l usage des conseillers RBC Assurances : une force à mon service > Un soutien inégalé > Des outils de vente à l avant-garde de l industrie > Une gamme complète de produits > Un nom respecté, synonyme

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME

SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME SERVICE DE VALIDATION DES TITRES DE COMPÉTENCE (SVTC) MARCHE À SUIVRE POUR SOUMETTRE UNE DEMANDE DE VALIDATION DE PROGRAMME Pour obtenir des renseignements, veuillez communiquer avec : Service de l assurance

Plus en détail

Your Trusted Wealth Manager

Your Trusted Wealth Manager Your Trusted Wealth Manager QUI NOUS SOMMES TURQUOISE CAPITAL MANAGEMENT LTD ( TURQUOISE ) agit dans le cadre d un agrément octroyé par la FSC en tant que Conseiller en Placements (Sans Restriction) plus

Plus en détail

Pour les Canadiens atteints d un handicap

Pour les Canadiens atteints d un handicap BMO Fonds d investissement Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Pour les Canadiens atteints d un handicap Le REEI met à la disposition des personnes handicapées un instrument d épargne et de placement

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement sur les modalités d adoption et de révision des plans d intervention des usagers Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Règlement N o 11 Adopté le 15.02.2011 Assemblée publique et conseil d administration

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSS/13/128 DÉLIBÉRATION N 13/058 DU 4 JUIN 2013 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL ENTRE L INSTITUT

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

desjardinssecuritefinanciere.com

desjardinssecuritefinanciere.com Assurance collective efficaces simples sécurisés desjardinssecuritefinanciere.com Votre régime entre vos mains Les services en ligne offerts par Desjardins Sécurité financière vous permettent de prendre

Plus en détail

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Introduction Les diplômés des universités et des collèges du Canada sont confrontés à des taux inacceptables

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

Le gouvernement du Canada offre un

Le gouvernement du Canada offre un Guide de la sécurité sociale et des régimes de retraite au Canada Le gouvernement du Canada offre un système de revenu de retraite qui permet le versement de prestations mensuelles aux personnes suivantes

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen

Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Edito : Cybersudoe Innov : Un réseau d experts en innovation par le numérique du Sud-Ouest européen Un des objectifs principaux du projet européen Cybersudoe innov est la création d une base de données

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

EMPLOIS PERSPECTIVES CANADIENS POUR LES

EMPLOIS PERSPECTIVES CANADIENS POUR LES EMPLOIS PERSPECTIVES POUR LES ET CANADIENS LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2012 SOUTENIR LA CRÉATION D EMPLOIS Pour améliorer la croissance économique à long terme du Canada, il faut qu un plus grand nombre

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique

Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP. Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP Un guide étape par étape pour les décideurs de l industrie du plastique Comment préparer un dossier d affaires pour système ERP // Introduction Introduction

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Régime québécois d assurance parentale

Régime québécois d assurance parentale Régime québécois d assurance parentale Table des matières 1. Caractéristiques du RQAP 3 2. Conditions d admissibilité 4 3. Types de prestations offerts 4 4. Moment pour faire une demande de prestations

Plus en détail

Avocats et notaires. Services financiers pour avocats et notaires. Le Credit Suisse, votre partenaire de confiance.

Avocats et notaires. Services financiers pour avocats et notaires. Le Credit Suisse, votre partenaire de confiance. Avocats et notaires Services financiers pour avocats et notaires. Le Credit Suisse, votre partenaire de confiance. Table des matières Table des matières Le Credit Suisse, partenaire financier des avocats

Plus en détail

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection

Venture Philantropy FAQ. Critères de sélection Venture Philantropy FAQ 1. Candidats Critères de sélection Est-ce qu une association de fait peut participer à l appel à candidature? Est-ce qu une coopérative avec les valeurs d économie sociale mais

Plus en détail

Manuel d apprentissage de langue seconde

Manuel d apprentissage de langue seconde Manuel d apprentissage de langue seconde Centre de ressources pour les familles des militaires de Gagetown (CRFMG) Bonjour! Hello! Merci pour votre intérêt aux options d apprentissage de langue seconde

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

Avaya IP Office Centre de contacts

Avaya IP Office Centre de contacts Avaya IP Office Centre de contacts Un centre de contacts multicanal simple et fiable pour IP Office Le centre de contacts Avaya IP Office déploie l innovation Avaya dans les centres de contacts pour les

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter Collecter de nouveaux Leads avec Twitter 05/05/2015 Comment générer de l intérêt pour votre marque sur Twitter? Comme tout autre réseau social, Twitter représente une bonne opportunité pour faire connaître

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale 1 Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/029 DÉLIBÉRATION N 15/011 DU 3 MARS 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL PAR SIGEDIS

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

Rapport annuel sur les technologies de l information et les télécommunications

Rapport annuel sur les technologies de l information et les télécommunications COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-neuvième réunion Point 3.4 de l ordre du jour provisoire EBPBAC19/4 27 décembre 2013 Rapport annuel sur les technologies de

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

En cas d invalidité. Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec

En cas d invalidité. Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec En cas d invalidité Les prestations pour invalidité du Régime de rentes du Québec Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également sur notre site Web. Consultezle pour

Plus en détail

Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario et Règlement «Normes d accessibilité pour les services à la clientèle»

Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario et Règlement «Normes d accessibilité pour les services à la clientèle» Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario et Règlement «Normes d accessibilité pour les services à la clientèle» Ontario East Municipal Conference, le 16 septembre 2009

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

Le 13 juin 2012. Madame la Ministre,

Le 13 juin 2012. Madame la Ministre, Martine Coulombe Ministre de l Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail Complexe Chestnut C.P. 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 3P7 Le 13 juin 2012 Madame la Ministre, Au nom de

Plus en détail