Thème 2: L impact des technologies de l'information et de la communication (TIC) sur la structure et l organisation des régimes de sécurité sociale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thème 2: L impact des technologies de l'information et de la communication (TIC) sur la structure et l organisation des régimes de sécurité sociale"

Transcription

1 Association internationale de la sécurité sociale Conférence internationale sur Les changements dans la structure et l organisation de l administration de la sécurité sociale Cracovie, Pologne, 3-4 juin 2004 Thème 2: L impact des technologies de l'information et de la communication (TIC) sur la structure et l organisation des régimes de sécurité sociale Les implications de la technologie pour l administration de la sécurité sociale: l expérience australienne Administrateur général Strategic and Business Planning Centrelink Australie ISSA/OM/CONF/2004/2a

2 Les implications de la technologie pour l administration de la sécurité sociale: l expérience australienne Administrateur général Strategic and Business Planning Centrelink Australie Résumé Centrelink, l agence de fourniture de services du gouvernement australien, a été parmi les premières à adopter de nouvelles technologies conçues pour intégrer la fourniture de services à ses citoyens par le gouvernement, offrir un meilleur niveau de service à ses clients, et renforcer l efficience de l administration de la sécurité sociale. L usage novateur fait par Centrelink des technologies de l information et de la communication a été motivé par le développement du système de sécurité sociale australien, aux missions très pointues, permettant ainsi un meilleur ciblage dudit système, par la mise en place notamment de mesures plus performantes d incitation au travail. Centrelink a fortement investi dans les technologies de l information afin qu elles soutiennent son dispositif de fourniture de services à la clientèle, et afin de bénéficier d une meilleure efficience que leur utilisation entraîne. Introduction Depuis sa création en 1997, Centrelink a mis en place des technologies novatrices pour soutenir son dispositif de service à la clientèle. Au nombre des étapes-clé figure l introduction d approches self-service basées tant sur Internet que sur le téléphone (écrans tactiles et reconnaissance vocale automatique) pour les transactions les plus courantes. Centrelink utilise un dispositif de service à trois niveaux, soutenu par la technologie, pour administrer le système de sécurité sociale. Ce dispositif de service sera expliqué en détail ciaprès. Le système de sécurité sociale australien Le système de sécurité sociale australien offre aux australiens un vaste filet de sécurité composé de tout un éventail de prestations qui doivent aider à répondre aux besoins de

3 2 certains groupes précis, comme les familles avec enfants, les parents célibataires, les chômeurs, les personnes handicapées et les retraités. Le système est universel il n est basé ni sur l assurance ni sur les cotisations (même s il est complété par des régimes basés sur les cotisations dans le cas des retraités) mais il est très étroitement ciblé sur la base du revenu et de toute autre ressource. Un système de contrôle des ressources sert de critère de base pour déterminer les droits à prestations. La structure des prestations permet à bon nombre de bénéficiaires de continuer à recevoir une certaine aide de la sécurité sociale tout en travaillant à temps partiel. Au cours de la dernière décennie, l administration de la sécurité sociale en Australie a été transformée par une série de réformes, dont: la création de Centrelink, qui fait office de branche de service du gouvernement fédéral, et dont la tâche principale est l administration de la sécurité sociale; l instauration d un concept d obligation mutuelle, en vertu duquel il est attendu des bénéficiaires qu ils entreprennent des activités destinées à rendre quelque chose à la communauté et qui les aident parallèlement à obtenir un travail; l introduction, dans la structure des prestations, de réformes destinées à renforcer les mesures d incitation à la participation sociale et économique, avec notamment la création d une allocation jeunesse (Youth Allowance) pour encourager davantage de jeunes à étudier à temps plein ou partiel, et la suppression de diverses allocations pour chômeurs d âge mûr (qui ne donnaient pas accès aux services de recherche d emploi et autres services pouvant faciliter la participation à la vie active et communautaire); et l introduction de mesures d incitation renforcées pour encourager la participation à la vie active parallèlement à l obtention de prestations, dont le crédit-travail (Working Credit), qui permet aux bénéficiaires d accumuler des crédits pour faire le contrepoids du revenu issu d un travail occasionnel ou à temps partiel, afin que le niveau de paiement auquel ils devraient avoir droit ne soit pas réduit. Centrelink Lorsque Centrelink a été créée en vertu de la Loi de 1997 sur les agences de fourniture de services du Commonwealth, elle a reçu pour mission d améliorer la qualité du service aux citoyens, d instaurer une approche gouvernementale plus intégrée, plus "compacte", à la fourniture de services, tout en renforçant l efficience. Son approche de la fourniture de services est déterminée par son désir d offrir un service intégré qui conduise à des résultats positifs pour ses clients les bénéficiaires de prestations. La création de Centrelink a facilité la réforme du système de protection sociale australien, grâce à des systèmes de fourniture performants, soutenus par des technologies de l information et de la communication novatrices. Centrelink a, par exemple: fortement investi dans la modernisation de son réseau de centrales d appel (Call Centres) et soutenu le personnel de ces centrales en mettant à sa disposition des technologies avancées d organisation et de gestion des appels; utilisé des modèles de micro-simulation pour aider à déterminer le nombre et l emplacement optimaux des centres de service à la clientèle (Customer Service Centres) qui composent son réseau; et proposé des solutions self-service passant tant par le téléphone que par Internet.

4 3 Ces investissements ont fait de Centrelink la quatrième plus grande organisation d Australie dans le domaine des technologies de l information (TI). Notre personnel et nos systèmes effectuent quelque 14 millions de transactions par jour. La plate-forme TI de Centrelink n est que l un des nombreux atouts commerciaux dont elle dispose qui ont joué un rôle important dans l administration du système de sécurité sociale. Entre autres choses, Centrelink a: un réseau matériel qui s étend à travers toute Australie, composé de plus de mille points d accès effectifs; la capacité d appliquer des mesures rapidement; une philosophie qui pourrait se traduire par "bâtir une fois, utiliser plusieurs fois"; d importantes capacités multilingues; un réseau bien établi de soutien à la population indigène; des procédures extrêmement strictes en matière de responsabilité, qualité et gestion des risques; un réseau éducatif interne qui fournit une formation agréée; et une approche particulièrement axée sur le service à la clientèle. Le dispositif de service de Centrelink L approche de Centrelink à la fourniture de services a été très fortement axée sur la clientèle. Nos recherches ont systématiquement montré que les cinq choses que nos clients apprécient le plus sont: un personnel amical, efficace et attentif; un personnel compétent et bien informé; un service prompt et efficient et n avoir à expliquer la situation qu une fois; un service intégré qui donne des résultats positifs; et un accès aisé, et un choix au niveau de l accès. Centrelink a recouru avec succès à la technologie pour soutenir ces valeurs, adoptant une structure de service à trois niveaux basée sur le modèle Oracle. Bon nombre de clients n ont pas besoin d un niveau d intervention élevé ils veulent simplement faire ce qu ils ont à faire (just do it), c est-à-dire fournir les réponses nécessaires à la conduite de la transaction, souvent par l intermédiaire de moyens technologiques. Les outils informatiques, les touches du téléphone et la reconnaissance vocale automatique sont utilisés de plus en plus fréquemment pour fournir ce type de service. Le deuxième niveau de service correspond à "aidez-moi" (help me). Il s agit en d autres termes d aider à résoudre un problème, par le biais en général d une combinaison personnes/technologie. Le troisième niveau de service correspond à "communiquez avec moi" (relate to me). Il s agit-là de trouver une solution personnalisée, basée sur une bonne compréhension de la situation et des besoins du client à ce moment précis. De "je vous laisse faire" à "laissez-moi faire" L un des objectifs-clé de l approche multiservices de Centrelink est de simplifier les démarches pour les citoyens, en proposant des offres de services intégrées parfaitement

5 4 adaptées aux besoins des différents clients. A l instar de ce qui se passe au sein du secteur bancaire et du secteur des assurances, le dispositif de service de Centrelink fonctionne sur la base du principe que la majorité de nos clients auront avec l agence une relation durable. Si l on constate un roulement assez important des bénéficiaires s agissant de certains types de prestations individuelles, une grand partie de nos clients continueront de toucher des prestations pendant plusieurs années. On peut par exemple partir du principe que le bénéficiaire type de prestations familiales recevra pour chaque enfant une aide plus ou moins importante pendant une période allant jusqu à 16 ans. Le bénéficiaire type d une pension de vieillesse recevra des paiements pendant les quinze années suivantes; une personne handicapée pourrait quant à elle être cliente pendant cinquante ans ou plus. De surcroît, même dans le cas des prestations par rapport auxquelles on constate un roulement relativement important celles liées au chômage, par exemple bon nombre de clients qui cessent de bénéficier des paiements déposeront à une date ultérieure une nouvelle demande, pour cette même prestation ou pour une autre. Si la majorité de ces clients auront avec nous un niveau d interaction relativement faible, limité à la réception du paiement sur leur compte en banque tous les quinze jours, une grande partie de nos clients auront besoin de maintenir avec nous un contact régulier, au fur et à mesure que leur situation se modifie. Un contact suivi entre Centrelink et ses clients est habituellement motivé par l une des raisons suivantes: changement d adresse, nouvelles coordonnées bancaires, etc.; obligation de signaler, sur une base bi-mensuelle, tout changement au niveau du revenu; nécessité de prouver que l application des règles concernant la recherche d emploi et autres activités inscrites dans le cadre de l approche "d obligation mutuelle" a été respectée; tout événement (p. ex. modification du statut marital, début ou fin d études, ou naissance d un enfant) susceptible d affecter l ouverture des droits tant à la prestation de base qu aux différents "suppléments" (par exemple études, soins aux enfants et aide au logement). Au cours de ces dernières années, Centrelink a tenté de simplifier ces transactions pour les clients, par exemple en recourant massivement aux centrales d appel. Pour faire en sorte que les clients n aient à expliquer leur situation qu une fois, par exemple, chaque client dispose d un unique dossier (électronique) contenant en moyenne entrées (items) par client. Les dispositifs qui permettent à bon nombre de ces transactions d être effectuées en self-service via Internet ou par téléphone sont aujourd hui extrêmement populaires. Le compte client (Customer Account) est l un de ces nouveaux dispositifs qui permettent aux clients de rapidement vérifier les paiements et autres données. Le fait de fournir aux clients un accès aisé aux informations les concernant leur donne davantage de contrôle sur leur relation avec Centrelink et renforce leur confiance en la fiabilité des données communiquées. Les clients utilisent actuellement les services en ligne de Centrelink pour signaler les changements intervenus dans leur revenu, déposer une demande de carte et effectuer d autres transactions courantes. La gamme des transactions pouvant être menées à bien via le compte client sera progressivement élargie. Nombreux sont les clients de Centrelink qui n ont pas accès à Internet. Ils ont toutefois en général accès à des téléphones, en particulier des téléphones mobiles ou cellulaires. Il y a en fait aujourd hui en Australie davantage de téléphones mobiles que de lignes fixes. C est

6 5 pour cela que les solutions téléphoniques self-service proposées par Centrelink s avèrent si populaires. Grâce à ce service, les clients peuvent obtenir des informations concernant leur compte en tapant leur code NIP personnalisé et, en suivant les instructions d une voix produite par ordinateur, mener à bien diverses transactions. Le système a initialement été conçu pour le crédit-travail (working credit) une initiative qui encourage les clients à accepter le travail occasionnel tout en continuant de recevoir des prestations, et qui nécessite une déclaration bi-mensuelle de revenu. La reconnaissance vocale automatique aide le client à signaler tout revenu perçu, suite à quoi la voix produite par ordinateur lui communiquera toute modification dans le paiement des prestations. Sur le nombre des ayants droit à l outil d incitation crédit-travail, près de la moitié recourt aux options selfservice. Aidez-moi La plupart des clients prennent pour la première fois contact avec Centrelink par téléphone. C est pourquoi Centrelink a développé un réseau intégré de 27 centrales d appel à travers le pays. Les appels peuvent être déviés n importe où sur le réseau, et le fait que ces centrales soient réparties sur différents fuseaux horaires contribue à l allongement des heures d ouverture. Lorsque les citoyens font appel à Centrelink que ce soit par téléphone par d autres biais ils ne connaissent en général pas toute la gamme des services à leur disposition, ou ne savent pas quelle solution répondrait le mieux à leurs besoins. Ils savent seulement qu ils ont besoin d aide. Centrelink se sert d un schéma contenant les "événements du cycle de vie" pour mettre en correspondance les services disponibles et les raisons pour lesquelles les clients sollicitent une assistance. Le schéma des événements du cycle de vie se sert d une série de questions basées sur ce que les clients disent en général lorsqu ils nous contactent ils cherchent du travail, par exemple, ou viennent d avoir un enfant pour créer un pont vers les services et prestations spécifiques auxquels ils pourraient avoir droit. Le site Web de Centrelink classe les services destinés aux clients sur la base des onze événements du cycle de vie contenus dans le schéma. De même, le manuel électronique des lignes directrices et procédures à l intention du personnel, connu sous le nom de "eréférence", est articulé par rapport au schéma des événements du cycle de vie. Une fois que notre personnel a défini la gamme des services qui pourraient intéresser le client, l étape suivante consiste à déterminer l admissibilité et le profil dudit client, afin de cibler avec précision l assistance et les services offerts tant par Centrelink que par d autres agences. Lors du premier appel, des informations sont fournies concernant les services auxquels le client pourrait avoir droit, et des réponses sont apportées à ses questions. Une évaluation initiale de l offre de service adaptée est avancée, et le client est confié à un responsable du service à la clientèle spécialisé dans la prestation ou le service concerné. Les données-clé concernant le client peuvent être entrées directement dans le système informatique pour l ouverture du compte client et, le cas échéant, rendez-vous peut être pris pour une entrevue (face à face) pour dépôt de demande. Les données enregistrées conduisent à différentes options potentielles. Deux des objectifsclé du processus de "démarrage" consistent, d une part, à identifier les services additionnels

7 6 que Centrelink peut fournir au client ou vers lesquels elle peut l aiguiller et, d autre part, à déterminer quels clients ont besoin pour remplir leurs obligations d un niveau de service plus ciblé. Lors de l entrevue pour dépôt de demande, le responsable du service à la clientèle vérifie que les données préalablement enregistrées sont correctes et procède à une vérification de l identité, du revenu et des avoirs du client, ainsi que de toute autre information pertinente le concernant et, autant que faire se peut, il s attache à répondre à tous les critères fixés. Un calculateur de taux est intégré au système principal, ce qui permet au client de quitter l entrevue, sauf dans les cas les plus complexes, en ayant été informé du niveau de paiement dont il bénéficiera, et de la date du premier paiement à venir. Le principal frein à la rapidité du traitement de chaque dossier réside dans le fait que les clients doivent fournir des documents attestant par exemple de leur niveau d instruction, des raisons qui les ont poussés à quitter leur travail et de leurs ressources. Bon nombre de ces procédures de vérification sont actuellement en cours d automatisation, afin d alléger encore le processus de recours aux prestations, et afin de réduire la charge administrative qui incombe aux autres institutions et entreprises. Dans une large mesure, les systèmes de traitement de Centrelink fonctionnent au moyen de procédures de back-office automatisées, grâce auxquelles les demandes des clients peuvent être traitées avec une extrême rapidité. La création du compte client permet à l essentiel des procédures de front-office de passer de "aidez-moi" à "je vous laisse faire", les clients se chargeant eux-mêmes de l insertion des données. "Communiquez avec moi" Cette automatisation accrue signifie qu il est d une importance vitale de déterminer si, et à quel stade, les clients nécessitent effectivement un soutien personnel plus important. Attendu qu un nombre croissant de clients effectuent leurs transactions courantes grâce au self-service, Centrelink recourra désormais toujours davantage aux informations glanées par l intermédiaire de ces transactions pour procéder à des recoupements automatiques. Si une personne change d adresse plusieurs fois sur une courte période, par exemple, cela peut signifier qu elle est sans domicile fixe et nécessite une assistance spécialisée. Traditionnellement, la fonction des agences de sécurité sociale comme Centrelink a été de fournir des prestations de soutien au revenu aux citoyens y ayant droit. On constate cependant que cela n est toujours plus souvent plus le cas. Par exemple, Centrelink est chargée d évaluer la capacité des bénéficiaires de prestations en âge de travailler à participer au marché du travail ou à des activités de préparation au travail, et de les diriger vers les services appropriés pour les aider à réintégrer la population active. Elle emploie des travailleurs sociaux, des psychologues et d autres spécialistes pour aider ses clients à faire face à la situation souvent difficile dans laquelle ils se trouvent. Les systèmes de Centrelink sont en cours d élargissement, afin de permettre que les recoupements entre ces différents services se fassent de manière plus efficace, et de manière complètement imperceptible pour le client. Les conseillers personnels (Personal Advisers) de Centrelink, par exemple, conduisent des entrevues poussées avec certains client afin de développer un "plan de participation". Les entrevues consistent en général en une série de questions pointues qui sont entrées dans

8 7 l ordinateur au fur et à mesure que l entrevue progresse. Les réponses à ces questions, à leur tour, permettent à l ordinateur d émettre des suggestions quant aux activités susceptibles de convenir à la personne. Si le client est intéressé, le système peut alors créer un lien vers une liste de prestataires de service possibles, et un rendez-vous avec une agence de placement ou un institut d études, par exemple, peut être fixé sur le champ. Conclusion La technologie a joué un rôle central en Australie dans le développement de la fourniture de services en sécurité sociale. L agence Centrelink, qui réunit plus de 130 services gouvernementaux et qui les propose à 6,3 millions de clients, a bâti ses capacités sur des fondations technologiques solides. Notre présent et notre futur dépendent de l évolution, voire de la révolution, de la technologie et ce non seulement pour être à la hauteur des attentes et des connaissances plus poussées de nos clients et prestataires de services, mais également pour satisfaire aux exigences du gouvernement concernant des services de sécurité sociale qui ont dépassé il y a longtemps déjà le simple soutien au revenu.

Financement des études postsecondaires et régimes d épargne pour les étudiants autochtones

Financement des études postsecondaires et régimes d épargne pour les étudiants autochtones Financement des études postsecondaires et régimes d épargne pour les étudiants autochtones Par Domenic Natale, vice-président, Services aux Autochtones, Services fiduciaires, Gestion de patrimoine TD Fier

Plus en détail

Le Cisco Smart Business Communications System

Le Cisco Smart Business Communications System Le Cisco Smart Business Communications System Smart Business Brochure Le Cisco Smart Business Communications System Aujourd hui, les petites entreprises sont confrontées à une concurrence accrue. Une

Plus en détail

Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions

Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions Plan d action du gouvernement du Canada pour réformer l administration des programmes de subventions et de contributions Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le président du Conseil

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant 03 Pour un avenir de classe Permettre à un jeune d obtenir une éducation de qualité, qu il s agisse d études universitaires, collégiales

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Rapport annuel d activité2012 des Prestations Familiales et Assurance Chômage. Protection Sociale et Espace Santé

Rapport annuel d activité2012 des Prestations Familiales et Assurance Chômage. Protection Sociale et Espace Santé Rapport annuel d activité2012 des Prestations Familiales et Assurance Chômage Protection Sociale et Espace Santé > SOMMAIRE 3 Le responsable 4 Le risque chômage 7 Le risque famille 9 Le Supplément Familial

Plus en détail

Highlights Points saillants Ministry of Finance Ministère des Finances

Highlights Points saillants Ministry of Finance Ministère des Finances LES BONS CHOIX : RÉDUIRE LES IMPÔTS POUR CRÉER DES EMPLOIS Pour diffusion immédiate Le 27 mars 2003 Le budget de 2003 reflète la grande priorité qu accorde le gouvernement de Ernie Eves aux réductions

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Faire le bon choix. Desjardins & Cie SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes

Faire le bon choix. Desjardins & Cie SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes Desjardins & Cie Faire le bon choix Aide-mémoire à l intention des employeurs Produits d épargne-retraite collective

Plus en détail

Vu la loi du 15 janvier 1990 relative à l institution et à l organisation d une Banque- Carrefour de la sécurité sociale, notamment l article 15 ;

Vu la loi du 15 janvier 1990 relative à l institution et à l organisation d une Banque- Carrefour de la sécurité sociale, notamment l article 15 ; CSSS/07/045 DÉLIBÉRATION N 07/018 DU 24 AVRIL 2007 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL À LA SOCIÉTÉ FLAMANDE DES TRANSPORTS DE LIJN EN VUE DE LA DISTRIBUTION D ABONNEMENTS À CERTAINES

Plus en détail

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi

Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi Directives du Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées - directives pour le soutien de l'emploi 5.1 Financement du soutien de l emploi Sommaire de la directive Décrire le cadre de financement

Plus en détail

Faire le bon choix SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes

Faire le bon choix SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE. Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes SOLUTIONS D ÉPARGNE-RETRAITE COLLECTIVE Laissez-vous simplement guider par nos spécialistes Faire le bon choix Aide-mémoire à l intention des employeurs Solutions d épargne-retraite collective Appuyés

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg

Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Bienvenue chez Altraplan Luxembourg Luxembourg Introduction à Altraplan Luxembourg La compagnie Altraplan Luxembourg est une compagnie d assurances créée en 1996, se targuant d une expertise inégalée dans

Plus en détail

Payment Services. La solution Retail. pour grands magasins et groupes multinationaux

Payment Services. La solution Retail. pour grands magasins et groupes multinationaux Payment Services La solution Retail pour grands magasins et groupes multinationaux Une solution globale pour les détaillants Table des matières SIX Payment Services 04 L expérience client 05 La solution

Plus en détail

FERR RRQ CRÉDITS D IMPÔT

FERR RRQ CRÉDITS D IMPÔT FERR Fonds enregistré de revenu de retraite RRQ Régime de rentes du Québec SV Programme fédéral de la Sécurité de la vieillesse CRÉDITS D IMPÔT FERR. Page 03 RRQ....Page 06 SV...Page 13 Crédits d impôts..

Plus en détail

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite

Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Quand arrive la retraite La rente de retraite du Régime de rentes du Québec et les autres sources de revenu à la retraite Tout sur le Web Les renseignements contenus dans ce document se trouvent également

Plus en détail

Selon les prévisions actuelles,

Selon les prévisions actuelles, Qui épargne pour la retraite? Karen Maser Selon les prévisions actuelles, près de 23 % de la population aura 65 ans ou plus en 2031, ce qui représente une nette progression par rapport au pourcentage de

Plus en détail

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada?

QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX. Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? QUESTIONS AUX PARTIS POLITIQUES FÉDÉRAUX Que nous réserve-t-on pour les aînés du Canada? 31 mars 2011 0 À l annonce du déclenchement des élections fédérales 2011, le Réseau FADOQ se fait la voix des aînés

Plus en détail

Ministère de la Sécurité publique

Ministère de la Sécurité publique 4 Ministère de la Sécurité publique 1 LA GESTION DES RISQUES : UNE DISCIPLINE QUI S IMPOSE La gestion des risques est aujourd hui utilisée dans de nombreux domaines où les risques représentent une préoccupation

Plus en détail

Rapport annuel d activité Des Prestations Familiales et de l Assurance Chômage

Rapport annuel d activité Des Prestations Familiales et de l Assurance Chômage Rapport annuel d activité Des Prestations Familiales et de l Assurance Chômage 2011 > S O M M A I R E 1 2 3 5 8 Le responsable Le risque famille Le risque chômage Le Supplément Familial de Traitement 2

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

La protection sociale en Europe - ITALIE 1

La protection sociale en Europe - ITALIE 1 ITALIE Les dépenses de protection sociale en Italie représentent 25,2% du PIB. Le système italien est devenu récemment beveridgien. La principale réforme récente concerne le système de retraite. 1. Principes

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Le rôle du courtier principal

Le rôle du courtier principal AIMA CANADA SÉRIE DE DOCUMENTS STRATÉGIQUES Le rôle du courtier principal Le courtier principal (ou courtier de premier ordre) offre aux gestionnaires de fonds de couverture des services de base qui donnent

Plus en détail

LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER

LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER LES AVANTAGES FISCAUX ET SOCIAUX EN FAVEUR DU PARTICULIER Les particuliers qui ont recours à des services visés à l article L.129-1 du Code du travail, fournis par une association ou une entreprise, ou

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Pour un avenir de classe Conçu pour vous aider à financer des études postsecondaires à temps plein ou à temps partiel, le REEE vous donne

Plus en détail

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin Le projet propose une approche intégrée du développement du secteur des TIC considérée sous trois aspects différents : promouvoir l accès aux TIC, favoriser

Plus en détail

trouvent; Le FERR est plus possible facteur assujetti

trouvent; Le FERR est plus possible facteur assujetti Fonds enregistrés de revenu de retraite Fonds enregistréss de revenu de retraite La plupart des Canadiens connaissent le régime enregistré d épargne-retraite (REER). Ils sont nombreux à s en servir pendant

Plus en détail

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins.

La Sécurité sociale. 3. Les bénéficiaires Le salarié doit avoir cotisé selon certaines conditions qui s apprécient à la date des soins. La Sécurité sociale a) Généralités La Sécurité sociale a été créée en 1945, suite à la seconde guerre mondiale. L équilibre du système français de protection sociale est actuellement une des préoccupations

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

SERVICES A LA PERSONNE ETRE PARTICULIER. Les activités des services à la personne

SERVICES A LA PERSONNE ETRE PARTICULIER. Les activités des services à la personne S A LA PERSONNE ETRE PARTICULIER EMPLOYEUR Les activités des services à la personne Famille Enfants, soutien scolaire, aide administrative ou informatique Vie quotidienne Ménage, bricolage, jardinage,

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Pour les Canadiens atteints d un handicap. Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI)

Pour les Canadiens atteints d un handicap. Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Pour les Canadiens atteints d un handicap Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Fonds d investissement BMO 1 Découvrez les avantages du REEI Le régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) offre

Plus en détail

Bienvenue chez Private Estate Life

Bienvenue chez Private Estate Life Bienvenue chez Private Estate Life Introduction à Private Estate Life La compagnie Private Estate Life est une compagnie d assurance-vie établie à Luxembourg depuis 1991 dont l objectif est de devenir

Plus en détail

A) S opposant à l augmentation de l âge légal de départ à la pension de 65 à 67 ans à l horizon 2030, cette mesure ne se justifiant pas ;

A) S opposant à l augmentation de l âge légal de départ à la pension de 65 à 67 ans à l horizon 2030, cette mesure ne se justifiant pas ; Page 1 sur 6 Proposition de résolution visant à lier étroitement politiques de pension et d emploi, et à encourager le relèvement du taux d emploi des 55-64 ans par des mesures incitatives qualitatives.

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-35 DU 25 MARS 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Manuvie. vous souhaite la bienvenue! Le fournisseur de services de votre programme de retraite collectif de Cargill

Manuvie. vous souhaite la bienvenue! Le fournisseur de services de votre programme de retraite collectif de Cargill Manuvie vous souhaite la bienvenue! Le fournisseur de services de votre programme de retraite collectif de Cargill Cargill a choisi Manuvie à titre de nouveau fournisseur de services pour son programme

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Le budget 2014 réserve bien peu de surprises

Le budget 2014 réserve bien peu de surprises Le budget 2014 réserve bien peu de surprises Février 2014 Introduction Le 11 février 2014, le ministre des Finances, Jim Flaherty, a déposé son dixième budget fédéral et celui-ci ne prévoit aucune hausse

Plus en détail

Les recettes de la journée de solidarité 2014

Les recettes de la journée de solidarité 2014 Dossier 20 mai 2015 Les recettes de la journée de solidarité 2014 Depuis son instauration en 2004 et jusqu en 2014, la journée de solidarité, initialement fixée au lundi de Pentecôte, a rapporté au total

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

Pour les Canadiens atteints d un handicap

Pour les Canadiens atteints d un handicap BMO Fonds d investissement Régime enregistré d épargne-invalidité (REEI) Pour les Canadiens atteints d un handicap Le REEI met à la disposition des personnes handicapées un instrument d épargne et de placement

Plus en détail

Document d information n o 6 sur les pensions

Document d information n o 6 sur les pensions Document d information n o 6 sur les pensions Régimes de pension des milieux Partie 6 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Régime de rentes du Québec

Régime de rentes du Québec En cas d invalidité Régime de rentes du Québec Pour en savoir plus sur les prestations d invalidité du Régime de rentes du Québec. Ce document n a pas force de loi. En cas de conflit d interprétation,

Plus en détail

Guide d administration Intégration à un système de paie RÉGIME VOLONTAIRE D ÉPARGNE-RETRAITE (RVER) RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ COLLECTIF (RPAC)

Guide d administration Intégration à un système de paie RÉGIME VOLONTAIRE D ÉPARGNE-RETRAITE (RVER) RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ COLLECTIF (RPAC) Guide d administration Intégration à un système de paie RÉGIME VOLONTAIRE D ÉPARGNE-RETRAITE (RVER) RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ COLLECTIF (RPAC) Gestion de votre RVER/RPAC Vous avez eu raison de mettre en

Plus en détail

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE GARDE D ENFANTS Tout savoir sur la PAJE Sommaire Qu est-ce que la PAJE? Page 2 La prime à la naissance ou à l adoption Page 3 L allocation de base Page 4 Le complément de libre choix du mode de garde Page

Plus en détail

L accueil familial en faveur des Personnes agées

L accueil familial en faveur des Personnes agées I VOLET 3 L accueil familial en faveur des Personnes agées 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux personnes âgées. Il contribue

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE

REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE 1 REMBOURSEMENT DES FRAIS DE SANTE Sommaire 1 - AFFILIATION...2 2 - COTISATIONS...3 3 - GARANTIES...4 31 - Contenu des garanties...4 32 - Bénéficiaires des garanties...4 33 - Prise d effet des garanties...5

Plus en détail

Évolution de l assuranceemploi

Évolution de l assuranceemploi Évolution de l assuranceemploi au Canada Zhengxi Lin L assurance-emploi (appelée auparavant assurance-chômage) fut instaurée au Canada en 1940. En près de 60 ans, le régime a fait l objet de nombreuses

Plus en détail

Conférence de Presse Tendances Epargne & Retraite Entreprises

Conférence de Presse Tendances Epargne & Retraite Entreprises Conférence de Presse Tendances Epargne & Retraite Entreprises 20 septembre 2011 10 ANS Méthodologie! 10 ème édition du baromètre annuel Tendances Epargne et Retraite Entreprises (TE&RE), réalisé conjointement

Plus en détail

- Communiqué de Presse -

- Communiqué de Presse - Paris, le 7 janvier 2010 - Communiqué de Presse - L Union Financière de France lance GPS - Gestion Pilotée et Suivi : un concept de gestion innovant en adéquation avec les attentes de la clientèle patrimoniale,

Plus en détail

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers

Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers LIGNES DIRECTRICES DU CCBE EN VUE D UNE APPLICATION HOMOGÈNE PAR LES ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DES PRINCIPES ÉNONCÉS PAR LE RÈGLEMENT

Plus en détail

ENTENTE CANADA NOUVELLE-ÉCOSSE SUR LE DÉVELOPPEMENT DU MARCHÉ DU TRAVAIL

ENTENTE CANADA NOUVELLE-ÉCOSSE SUR LE DÉVELOPPEMENT DU MARCHÉ DU TRAVAIL ENTENTE CANADA NOUVELLE-ÉCOSSE SUR LE DÉVELOPPEMENT DU MARCHÉ DU TRAVAIL TABLE DES MATIÈRES ARTICLE PAGE Préambule...2 1 Interprétation... 3 2 But et portée... 6 3 Prestations et mesures de la Nouvelle-Écosse...

Plus en détail

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service Solutions de gestion des actifs et services Au service de vos objectifs d entreprise Optimisez vos processus informatiques, maximisez le taux de rendement de vos actifs et améliorez les niveaux de service

Plus en détail

LE BARÈME DU PRÉCOMPTE PROFESSIONNEL (à partir du 1 er janvier 2015)

LE BARÈME DU PRÉCOMPTE PROFESSIONNEL (à partir du 1 er janvier 2015) LE BARÈME DU PRÉCOMPTE PROFESSIONNEL (à partir du 1 er janvier 2015) 1. COMMENT UTILISER LE BARÈME FISCAL?... 4 2. RÉDUCTION POUR ENFANTS À CHARGE ET AUTRES CHARGES FAMILIALES... 5 2.1. Réduction pour

Plus en détail

Les défis du marketing des services financiers

Les défis du marketing des services financiers Le marketing des services financiers Guide d auto-apprentissage PREMIÈRE LEÇON Les défis du marketing des services financiers Objectif: Présenter les bases du marketing, en particulier les concepts d information

Plus en détail

Trois solutions au paradoxe des retraites

Trois solutions au paradoxe des retraites Extrait de : Panorama des pensions 2011 Les systèmes de retraites dans les pays de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2011-fr Trois solutions au paradoxe

Plus en détail

EMPLOIS PERSPECTIVES CANADIENS POUR LES

EMPLOIS PERSPECTIVES CANADIENS POUR LES EMPLOIS PERSPECTIVES POUR LES ET CANADIENS LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2012 SOUTENIR LA CRÉATION D EMPLOIS Pour améliorer la croissance économique à long terme du Canada, il faut qu un plus grand nombre

Plus en détail

LA PROCHAINE PHASE DU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA DES IMPÔTS BAS POUR STIMULER LA CROISSANCE ET L EMPLOI

LA PROCHAINE PHASE DU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA DES IMPÔTS BAS POUR STIMULER LA CROISSANCE ET L EMPLOI LA PROCHAINE PHASE DU PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DU CANADA DES IMPÔTS BAS POUR STIMULER LA CROISSANCE ET L EMPLOI LE DISCOURS DU BUDGET Le ministre des Finances l honorable James M. Flaherty, c.p., député

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier

Prévoyance professionnelle. Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle Ce qu il faut savoir du 2 e pilier Prévoyance professionnelle obligatoire (LPP) en Suisse Etat: janvier 2012 Table des matières Le 2 e pilier dans le système suisse de prévoyance

Plus en détail

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages Sommaire Pages.. Qu est-ce que la PAJE 02.. La prime à la naissance ou à l adoption 03.. L allocation de base 04.. Le complément de libre choix du mode de garde Vous en bénéficiez quels que soient vos

Plus en détail

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance

Titre 1 : Les Règles générales de l assurance Introduction L assurance est une technique qui repose sur un contrat, le contrat d assurance, en vertu duquel un assureur s engage, en contrepartie du versement régulier d une prime, d indemniser les sinistres

Plus en détail

DONNEZ UNE AUGMENTATON À VOS CLIENTS, BIEN APRÈS LEUR DÉPART À LA RETRAITE

DONNEZ UNE AUGMENTATON À VOS CLIENTS, BIEN APRÈS LEUR DÉPART À LA RETRAITE DONNEZ UNE AUGMENTATON À VOS CLIENTS, BIEN APRÈS LEUR DÉPART À LA RETRAITE Le Compte de retraite Élite Une stratégie faisant appel à l assurance-vie exonérée. La situation Robert, âgé de 45 ans, est le

Plus en détail

Programme d épargne-retraite collectif. Régime enregistré d épargne-retraite et régime de participation différée aux bénéfices

Programme d épargne-retraite collectif. Régime enregistré d épargne-retraite et régime de participation différée aux bénéfices Programme d épargne-retraite collectif Régime enregistré d épargne-retraite et régime de participation différée aux bénéfices Étape vers l avenir MD est une solution d épargneretraite collective novatrice,

Plus en détail

La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier

La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier Les petits déjeuners de l ADP 19 juin 2015 Florence DELOGNE Directrice adjointe du Ministre des Pensions 1 L accord de gouvernement prévoit

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION DEMANDE D ALLOCATIONS EN TANT QUE JEUNE SORTANT DES ETUDES (avec une carte de contrôle C3A) C3A36 QUE DEVEZ-VOUS FAIRE?

DOCUMENT D INFORMATION DEMANDE D ALLOCATIONS EN TANT QUE JEUNE SORTANT DES ETUDES (avec une carte de contrôle C3A) C3A36 QUE DEVEZ-VOUS FAIRE? DOCUMENT D INFORMATION DEMANDE D ALLOCATIONS EN TANT QUE JEUNE SORTANT DES ETUDES (avec une carte de contrôle C3A) document d information Version 1 01.04.2015 C3A36 Cette feuille info vous offre un aperçu

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger,

PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger, SEŃAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2014-2015 PROPOSITION DE LOI visant a réformer la Caisse des Français de l étranger, PREŚENTEÉ Par Jean-Yves Leconte, Hélène Conway-Mouret, Claudine Lepage et Richard Yung

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE GUIDE DU DEMANDEUR

PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE GUIDE DU DEMANDEUR PROGRAMME D AIDE FINANCIÈRE GUIDE DU DEMANDEUR Guide sur le programme d aide financière aux participants des camps de jour artistiques du Camp des Arts Créations Etc... WWW.CREATIONS-ETC.ORG Programme

Plus en détail

QUESTIONS SOCIALES DIVERSES

QUESTIONS SOCIALES DIVERSES SOCIAL N 24 SOCIAL N 10 En ligne sur le site www.fntp.fr / extranet le 25 février 2003 QUESTIONS SOCIALES DIVERSES Plusieurs lois, décrets et arrêtes viennent de modifier ponctuellement des dispositifs

Plus en détail

premium banking Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04

premium banking Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04 premium banking Conseil Anlageberatung, financier global Vermögensverwaltung, Finanzierung Banque Migros SA www.banquemigros.ch Service Line 0848 845 400 MBW 2031/2013-04 Se poser en partenaire solide

Plus en détail

Accord de sécurité sociale entre le Japon et le Canada. DÉSIREUX de réglementer leurs rapports mutuels dans le domaine de la sécurité sociale,

Accord de sécurité sociale entre le Japon et le Canada. DÉSIREUX de réglementer leurs rapports mutuels dans le domaine de la sécurité sociale, Accord de sécurité sociale entre le Japon et le Canada Le JAPON et le CANADA, DÉSIREUX de réglementer leurs rapports mutuels dans le domaine de la sécurité sociale, SONT CONVENUS DES DISPOSITIONS SUIVANTES:

Plus en détail

Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir.

Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir. La solidarité : UNE RICHESSE POUR LE QUÉBEC Agir auprès des personnes, soutenir ceux qui aident, préparer l avenir. Depuis la Révolution tranquille, l État québécois a grandement contribué à bâtir une

Plus en détail

2.1 Clientèle individu admissible à l offre de service d emploi

2.1 Clientèle individu admissible à l offre de service d emploi 2.1 Clientèle individu admissible à l offre de service d emploi Table des matières 1. CLIENTELE INDIVIDU ADMISSIBLE A L OFFRE DE SERVICE D EMPLOI... 3 1.1. Conditions générales d'admissibilité des individus

Plus en détail

La campagne Generation Squeeze

La campagne Generation Squeeze La campagne La campagne est menée par un vaste réseau de partenaires déterminés à faire en sorte que les jeunes générations aient la possibilité de faire face à divers enjeux, comme les salaires plus bas,

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Régie des rentes du Québec 2006. En cas

Régie des rentes du Québec 2006. En cas Régie des rentes du Québec 2006 En cas Profitez de nos services en ligne Le relevé de participation au Régime de rentes du Québec ; SimulRetraite, un outil de simulation des revenus à la retraite ; La

Plus en détail

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013

MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 MODIFICATIONS AU RÉGIME DE TAXATION QUÉBÉCOIS DONNANT SUITE AUX ENGAGEMENTS D HARMONISATION AU RÉGIME DE TAXATION FÉDÉRAL APPLICABLES EN 2013 Afin d atteindre une plus grande harmonisation du régime de

Plus en détail

Créer votre propre emploi? Relevez le défi!

Créer votre propre emploi? Relevez le défi! Créer votre propre emploi? Relevez le défi! chapitre 5 Créer son propre emploi. Beaucoup en rêvent mais peu en font une réalité. Pourtant, devenir indépendant peut être un moyen de créer son emploi. Les

Plus en détail

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant Accueil et modes de garde Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013 J adopte un enfant 1 2 J adopte ou j accueille un enfant en vue d adoption La prime à l adoption 4 J élève mon enfant L

Plus en détail

IFA Services. HSBC IFA Assurance

IFA Services. HSBC IFA Assurance IFA Services HSBC IFA Assurance 2 L assurance vie, pour répondre à l ensemble de vos exigences Dans tous les cas, le conseil d un professionnel est indispensable pour vous aider à faire les bons choix.

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL

PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL PERSONIA DOSSIER DE PRESSE Paris, le mardi 14 février 2006 PERSONIA : ENSEIGNE CREE A L INITIATIVE DE L ADMR D AG2R ET DU CREDIT MUTUEL PERSONIA propose, depuis le début du mois, une gamme de services

Plus en détail

Résumé du budget fédéral 2015

Résumé du budget fédéral 2015 RÉSERVÉ AUX CONSEILLERS Résumé du budget fédéral 2015 Un large éventail de mesures fiscales a été annoncé dans le plus récent budget fédéral, alors que le gouvernement conservateur approche des élections

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Belfius inaugure sa 500ème agence ouverte à Arlon

Belfius inaugure sa 500ème agence ouverte à Arlon Belfius inaugure sa 500ème agence ouverte à Arlon Rencontre avec la presse Daniel Menu, Directeur Commercial Région Sud-Est Xavier Thomas, Administrateur SCRL Belfius Sud Luxembourg Arlon, le 24/10/2013

Plus en détail

Analyses et propositions CGT par rapport au projet employeurs

Analyses et propositions CGT par rapport au projet employeurs Projet global d accord Direction Les employeurs et les fédérations syndicales de la branche professionnelle des industries électrique et gazière veulent poser les fondements d un pacte social renouvelé.

Plus en détail

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip)

Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Règlement J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (SaraFlip) Mars 2014 Règlementt Le présent règlement se fonde sur l art. 2 des statuts de J. Safra Sarasin Fondation de libre passage (désignée ci-après

Plus en détail

GroupNet. services. soutien. solutions. Pour les groupes comptant plus de 35 participants

GroupNet. services. soutien. solutions. Pour les groupes comptant plus de 35 participants GroupNet Services en ligne pour l administration de régimes et pour les participants de régime services soutien solutions Pour les groupes comptant plus de 35 participants Les services en ligne GroupNet

Plus en détail

Guide de commercialisation de l assurance par méthode autre qu`en personne

Guide de commercialisation de l assurance par méthode autre qu`en personne Guide de commercialisation de l assurance par méthode autre qu`en personne Guide pour les agences et conseillers indépendants qui vendent de l assurance vie par téléphone ou par Internet sans rencontrer

Plus en détail

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Conseil en investissement (fiduciary management) La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Les besoins des clients institutionnels, et en particulier ceux des fonds de pension, sont

Plus en détail