Modèles pour l intégration de services financiers et d une éducation financière pour les jeunes :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Modèles pour l intégration de services financiers et d une éducation financière pour les jeunes :"

Transcription

1 Modèles pour l intégration de services financiers et d une éducation financière pour les jeunes : Retour d expérience de l Initiative de Microfinance intégrée pour les jeunes (AIM Youth)

2 Modèles pour l intégration de services financiers et d une éducation financière pour les jeunes : Retour d expérience de l Initiative de Microfinance intégrée pour les jeunes (AIM Youth) RAPPORT TECHNIQUE FREEDOM FROM HUNGER MAY 2014 par Rossana Ramírez et Candace Nelson 2014 Freedom from Hunger Tout texte extrait de cette publication peut être copié ou adapté pour répondre aux besoins locaux sans obtenir la permission préalable de Freedom from Hunger, à condition d être distribué gratuitement ou à but non lucratif. Prière dans ce cas de faire référence à Freedom from Hunger et au titre du document : «Impact des services financiers intégrés pour les jeunes au Mali : un rapport d étude complet pour le Projet de Microfinance intégrée pour les jeunes (AIM Youth) de Freedom from Hunger». Pour toute reproduction commerciale, merci d obtenir la permission préalable de : Freedom from Hunger 1644 DaVinci Court Davis, California USA Tel.:

3 Table des matières Liste des acronymes ii Remerciements iii Résumé analytique iv Introduction 1 Portée et limites de ce rapport 1 Présentation générale du Modèle d intégration de services de Freedom from Hunger 2 Description du projet 3 Pays, partenaires de mise en œuvre et calendrier 3 Profil des jeunes ciblés 6 Description des services intégrés 8 Modèle d intégration et stratégie de diffusion en Équateur 10 Modèles d intégration et stratégies de diffusion 18 Suivi du projet et méthodologie de l étude 19 Résultats du programme et chiffres d impact 21 Résultats du programme 21 Chiffres d impact 26 Viabilité de la fourniture de services intégrés 32 Viabilité des services financiers formels 32 Viabilité des services non formels 34 Leçons apprises sur les différents modèles de services intégrés 36 Recommandations pour l intégration de l épargne des jeunes et l éducation financière 38 Conclusion 39 Annexe A. 41 Annexe B. 44 Annexe C. 45 Annexe D. 47 Annexe E. 49 Notes de bas de page 54 Modèles pour l intégration de services financiers et d une éducation financière pour les jeunes i

4 Liste des acronymes AIM Youth CAEB CERCAD CYFI EF FFH PSF CEG CEI IMF ONG EpC SMB GEJ Microfinance intégrée pour les jeunes (AIM Youth) Conseils et Appui pour l Éducation à la Base Centre d Études, de Recherche, de Communication et d Animation pour le Développement Child and Youth Finance International Éducation financière Freedom from Hunger Prestataire de services financiers Compte d épargne de groupe Comptes d épargne individuels Institution de microfinance Organisation non gouvernementale Épargner pour le changement San Miguel de los Bancos (coopérative d épargne et de crédit en Équateur) Groupe d épargne de jeunes Modèles pour l intégration de services financiers et d une éducation financière pour les jeunes ii

5 Remerciements Le projet AIM Youth a véritablement été le fruit d une collaboration entre de nombreux intervenants, et beaucoup d entre eux doivent être remerciés pour leur contribution, leur inlassable travail auprès des jeunes, leurs efforts de coordination et leur soutien technique. Tout d abord, je souhaite remercier la Fondation MasterCard, partenaire de Freedom from Hunger, pour la mise en œuvre de ce projet. Je tiens de même à remercier tout le personnel de nos partenaires d exécution. En Équateur, je suis particulièrement redevable envers la direction et le personnel de terrain de nos partenaires de la Phase I (Cooperativa San José et Cooperativa Santa Ana), qui ont persévéré dans ce projet et ont continué à offrir des services aux jeunes en dépit des difficultés initiales rencontrées. Je suis aussi très reconnaissante des partenaires de la Phase II (Cooperativa San Miguel de los Bancos et Cooperativa Cooprogreso) qui ont été ouverts à l idée d essayer de nouvelles technologies. En ce qui concerne le Mali, je resterai éternellement impressionnée par le dévouement du personnel du CAEB, Le Tonus et Nyèsigiso, pour les services qu ils continuent de proposer en dépit d une période politique et économique très instable. Je suis également très reconnaissante de tous les membres du personnel de Freedom from Hunger qui ont contribué de manière significative à la conception, la mise en œuvre, la recherche et la documentation de ce projet, y compris Bobbi Gray, Megan Gash, Perth Rosen, Jessie Tientcheu, Cassie Chandler et Marja Sainio. J adresse un remerciement très spécial à notre personnel sur le terrain pour son dévouement professionnel : en Equateur, Amelia Kuklewicz et Rocio Chavez et au Mali, Nadège Gbaguidi et Yvonne Gaba. Sans leurs efforts infatigables et leur persévérance contre toute attente, ce projet n aurait jamais abouti. Un merci spécial aux anciens membres du personnel de Freedom from Hunger : Maazou Oumarou, Mamadou Diallo, Lisa Kuhn- Fraioli, Chris Dunford, Laura Fleischer-Proaño, et Jessica Chin Foo. Également, mille mercis aux membres du personnel de Freedom from Hunger qui ont travaillé dans les coulisses de nombreux aspects de ce projet : Julie Uejio, Brent Farrar, Jessica Delgado, Conan Wickham, Ron Forrest et Dana Mueller. Je tiens à remercier mes collègues qui ont passé en revue ce document pour s assurer de son intérêt littéraire: Ruth Dueck-Mbeba de la Fondation MasterCard ; Kathleen Stack et Bobbi Gray de Freedom from Hunger ; Jennifer Denomy de MEDA ; Jennefer Sebstad de l USAID ; Chris Dunford et Lisa Kuhn Fraioli. Pour finir, j adresse mes remerciements à tous les jeunes qui ont participé à ce projet. L atteinte de résultats positifs n a été possible que grâce à la volonté des jeunes à participer aux activités, à tirer le meilleur parti des services offerts et à travailler dur pour mettre en place les «briques» qui leur serviront à se bâtir un avenir meilleur. Je dédie enfin ce rapport à José Guillén, directeur général de la Cooperativa San José, qui a perdu son combat contre le cancer avant la fin de ce projet. Sans son dévouement à offrir des services aux jeunes, nous n aurions pas eu autant de succès dans notre projet. Que son âme repose en paix. Ce rapport présente le point de vue et l analyse des auteurs et ne reflète pas nécessairement leurs opinions. Les personnes qui ont passé en revue ce document et leurs organisations ne soutiennent pas forcément la totalité du contenu de ce rapport. Rossana Ramírez Mai 2014 Modèles pour l intégration de services financiers et d une éducation financière pour les jeunes iii

6 Résumé analytique La période de transition entre l adolescence et l âge adulte peut s avérer délicate, à mesure que les jeunes essaient de s orienter dans un océan de nouvelles responsabilités et d affirmer leur indépendance. Pour les jeunes vivant dans la pauvreté, une telle transition est encore plus difficile, car elle est caractérisée par des tensions croissantes entre des pressions financières d une part et un accès limité à des ressources et opportunités d autre part. Ces facteurs peuvent recréer un cercle vicieux de la pauvreté pendant la période où ces jeunes grandissent et fondent leurs propres familles. Pour cette raison, les stratégies de réduction de la pauvreté accordent maintenant plus d importance à une prise en charge de leurs problèmes financiers au début de leur vie. Freedom from Hunger estime que le fait d offrir aux jeunes une combinaison de connaissances, de compétences et d instruments financiers pratiques pour les aider à gérer leurs ressources limitées pourrait renforcer leurs capacités financières au cours de cette période de transition et leur donner un tremplin solide pour assurer leur avenir. Pour évaluer l impact et l efficacité de cette combinaison des services dans différents contextes, Freedom from Hunger a établi un partenariat avec la Fondation MasterCard pour lancer l initiative Microfinance intégrée pour les jeunes (AIM Youth) en Freedom from Hunger s est fixé pour objectif d offrir, à travers AIM Youth, des services financiers et une éducation financière à des jeunes âgés de 13 à 24 ans au Mali et en Équateur. Pour concrétiser cette initiative, Freedom from Hunger a collaboré avec des partenaires de mise en œuvre à la conception de services adaptés à la population cible et tenant compte de cette phase de leur vie et de leurs ressources. De nombreuses autres organisations visant à renforcer les capacités financières et à promouvoir l inclusion financière des jeunes ont adopté une approche intégrée dans laquelle l éducation financière est associée à un service financier. 1 Toutefois, quand ils cherchent le bon modèle d intégration, les praticiens se retrouvent confrontés à des questions en lien avec les programmes de microfinance à valeur ajoutée. 2 Auxquels des nombreux besoins des jeunes le programme doit-il répondre? Quelle est la combinaison de services financiers et non financiers la plus efficace? Quelles sont les implications opérationnelles d une fourniture de services intégrés? Qui fournit les différents services? Quel est l impact de ces services? Comment les services non financiers peuvent-ils être maintenus dans la durée? Au travers de son initiative AIM Youth, Freedom from Hunger a cherché à répondre à ces questions et a tiré de précieux enseignements à mesure que l organisation a été confrontée aussi bien à des difficultés qu à des succès. La théorie du changement de l initiative AIM Youth visait principalement à comprendre dans quelle mesure la combinaison de ces services pour les jeunes pourrait renforcer leur capacité socio-financière 3, leur aptitude à faire face aux événements du cycle de vie, leur confiance en soi et leur autonomisation, leur capital social et leurs connaissances ainsi que leurs attitudes dans la gestion de l argent sur le court terme. Les changements positifs dans les résultats à court terme devraient ensuite aboutir à une amélioration de l engagement économique et civique, ainsi qu à un meilleur accès et à une meilleure utilisation de l alimentation sur le long terme. Cette théorie du changement a été testée grâce à un programme de recherche utilisant plusieurs méthodes et incluant des données qualitatives et quantitatives. De plus, des données de suivi régulières ont été collectées sur les services fournis pour évaluer l efficacité de chaque approche dans la réalisation des résultats visés. Ces données, combinées à des visites de suivi et des discussions régulières avec les partenaires de terrain ont permis d apporter de précieux éclairages sur la viabilité opérationnelle et financière de chaque approche. Avec AIM Youth, Freedom from Hunger a conçu et testé trois modèles différents de fourniture de services financiers et d éducation financière à des jeunes au Mali et en Équateur. Pour que les résultats et les chiffres d impact du projet soient plus utiles à de futurs programmes pour les jeunes à faibles revenus, nous avons Modèles pour l intégration de services financiers et d une éducation financière pour les jeunes iv

7 évalué les conclusions principalement en fonction de l aptitude de chaque modèle à améliorer la capacité financière des jeunes et de son efficacité pour l intégration et la fourniture de ces services. En somme, nous avons trouvé des éléments qui démontrent que la combinaison des services a permis une amélioration des comportements d épargne et des connaissances financières avec différents modèles, mais l efficacité dans l intégration était variable selon le modèle. Comptes d épargne individuels (CEI) et éducation financière En Équateur, une approche différente a été mise en œuvre par le biais de coopératives d épargne et de crédit : le personnel de terrain a animé des séances d éducation dans les écoles et a fait la promotion d une adoption volontaire des CEI. Les jeunes dans les écoles ciblées ont fait part d améliorations dans leur épargne totale et dans leur épargne d urgence et indiqué qu ils étaient satisfaits des montants d épargne et étaient plus motivés à épargner. Si les jeunes ont amélioré leurs connaissances financières et leurs comportements d épargne, ceux qui ont participé à l éducation financière n ont pas tous ouvert un compte d épargne. En revanche, de nombreux autres jeunes de la communauté, principalement âgés de plus de 18 ans, ont ouvert des comptes d épargne de jeunes. Les résultats indiquent que l éducation financière seule était probablement surtout efficace dans le changement des attitudes, des motivations et des perceptions relatives à la situation financière personnelle, mais n était pas suffisante pour surmonter les difficultés liées à l accès aux services financiers formels. Cette approche est susceptible d être durable sur le long terme si elle est financée indirectement par des autres produits financiers plus rentables, auxquels les jeunes et leurs réseaux pourraient accéder au fil du temps. Mais l inconvénient de cette approche est qu elle se traduit par une offre d éducation financière plus restreinte. Comptes d épargne de groupes de jeunes (CEG) et éducation financière Une approche de groupe a été mise en œuvre par le biais d une fédération de coopératives d épargne et de crédit au Mali avec le modèle conçu pour permettre aux jeunes d épargner sur un compte d épargne formel. 4 Avec cette approche, les jeunes ont augmenté leur épargne totale, mais n ont pas fait la preuve d une amélioration aussi forte de leurs connaissances financières, puisque les niveaux étaient déjà élevés à l origine (probablement parce que l approche attirait des jeunes plus âgés qui avaient peut-être plus d expérience des services financiers). Le modèle, mis en œuvre dans un contexte urbain, était confronté à beaucoup plus de difficultés pour réunir des jeunes, et en particulier pour assurer une parité homme-femme. Au final, les jeunes hommes ont été plus nombreux que les jeunes femmes à ouvrir des comptes, puisque les comptes ont été proposés à un plus grand nombre de jeunes hommes. Mais tout comme le Groupe d épargne de jeunes (GEJ), ce modèle de groupe s est aussi avéré efficace pour fournir une offre intégrée de services d épargne et d éducation, et éliminer les principaux obstacles aux services d épargne formels. Cependant, sa mise en œuvre nécessitait beaucoup plus de ressources, ce qui a limité la diffusion, et il était plus difficile de parvenir à sa viabilité financière sans subventions externes. Groupes d épargne de jeunes (GEJ) et éducation financière Au Mali, une approche d épargne a été adaptée aux jeunes dans les régions rurales et mise en œuvre par le biais d ONG de développement communautaire. Le modèle a enregistré des résultats significatifs en termes à la fois de diffusion et d impact : il a été particulièrement efficace dans la fourniture des services aux adolescentes. Malgré un coup d État qui a eu lieu pendant la durée du projet, les jeunes participants ont connu une amélioration de leur épargne totale (en incluant la valeur du bétail), des améliorations de leurs attitudes par rapport aux questions financières, de leurs connaissances financières et de leur capacité à maintenir ces changements positifs au fil du temps. L approche de groupe s est avérée aussi très efficace pour la fourniture de services intégrés, en permettant d avoir un lieu et un horaire uniques pour les composantes à la fois financières Modèles pour l intégration de services financiers et d une éducation financière pour les jeunes v

8 et non financières. Le fait de ne pas avoir d argent à épargner et l émigration ont cependant constitué les principaux obstacles pour accéder aux services financiers et les utiliser. Bien qu on ne sache pas clairement pendant combien de temps les GEJ vont continuer de se réunir sur le long terme, les groupes fonctionnent comme une plate-forme qui permettra de renforcer la capacité financière et la résilience des jeunes. Le Tableau 1 présente la diffusion totale des trois modèles utilisés pendant la mise en œuvre du projet, segmentée en fonction de la participation des jeunes aux séances d éducation et à l épargne des jeunes (par le biais d un compte d épargne ou dans le cadre d un GEJ). Tableau 1 : Indicateurs de la diffusion par un modèle intégré (au 31 décembre 2013) Équateur Mali Mali CEI + CEG + GEJ + Éducation Éducation Éducation TOTAL financière financière financière Jeunes avec épargne Jeunes avec éducation financière Remarque : En raison de la conception des services au Mali, les jeunes qui ont participé à une approche d épargne de groupe n ont pas tous pu recevoir l éducation pendant la durée du projet. Dans le cas de l Équateur, les données sur la diffusion des services d épargne et d éducation financière ont été obtenues via deux bases de données différentes. Le retour d expérience global issu de la recherche et du suivi du projet nous apprend notamment que : La fourniture aux jeunes d un accès à des services financiers intégrés peut les aider à renforcer leur capacité financière. L éducation financière n aboutit pas automatiquement à des ouvertures de comptes d épargne. Les approches de groupe qui sont basées initialement sur l épargne sont très efficaces pour la fourniture de services intégrés. Les jeunes apprécient l éducation financière, mais cela ne leur suffit pas pour répondre à leurs besoins financiers ; ils ont notamment besoin d une formation et d une assistance dans les activités génératrices de revenus et l accès au crédit. Les parents jouent un rôle essentiel dans la vie financière de leurs enfants, surtout pour les jeunes les moins âgés, pour l accès et l utilisation des services financiers. La technologie offre des possibilités d adoption plus large et plus efficace des services. L offre d éducation financière par des institutions financières doit correspondre aux capacités, ressources et stratégies des institutions. La conception du projet peut aider à surmonter certains des obstacles pour l accès aux services financiers formels, mais il serait probablement plus efficace d avoir un secteur des services financiers plus compétitif. Bien que l on ne puisse isoler l effet de chaque service de façon indépendante, l intégration de l éducation financière dans une stratégie d épargne est prometteuse dans le domaine du développement. Avec ce rapport, nous formulons des conclusions basées sur des données probantes et nous proposons des recommandations aux organisations qui souhaitent renforcer la capacité financière et promouvoir l inclusion financière des jeunes grâce à la fourniture de services d épargne et d une éducation financière. Modèles pour l intégration de services financiers et d une éducation financière pour les jeunes vi

9 Introduction La jeunesse figure actuellement parmi les secteurs de développement prioritaires, en grande partie du fait de la convergence de l explosion démographique des jeunes («youth bulge», une situation démographique dans laquelle la proportion de jeunes dans la population atteint un pic) et des niveaux élevés de chômage des jeunes, ce qui aggrave les niveaux de pauvreté. 5 Constatant la complexité de la réponse à apporter aux différents besoins et difficultés des jeunes vivant dans la pauvreté, le secteur du développement perfectionne actuellement des stratégies pluridisciplinaire destinées aux jeunes, et intègre les jeunes dans différentes sortes de programmes de développement. 6 Le cumul d épargne et d actifs est une approche qui suscite un intérêt croissant en raison de sa capacité à améliorer le bien-être économique des personnes vivant dans la pauvreté. 7 Bien que l épargne ne suffise pas à elle seule à sortir les jeunes de la pauvreté, elle peut renforcer leur résilience pour faire face à de graves problèmes financiers, en les aidant à constituer des actifs (même sous la forme d une petite épargne), assez tôt dans leur vie, avant qu ils soient confrontés à des responsabilités financières et sociales plus importantes à l âge adulte. Cependant, les jeunes sont confrontés à de nombreuses difficultés pour épargner, notamment parce qu ils ont des montants d épargne petits et irréguliers, n ont que peu ou pas d accès à des instruments d épargne, ne peuvent respecter les exigences liées à l ouverture d un compte d épargne, ne ressentent pas de sentiment d urgence à épargner et ont des connaissances limitées sur l importance d épargner pour l avenir et pour faire face à des difficultés financières. 8 En réponse à certaines de ces difficultés, on observe une tendance de plus en plus forte à fournir aux jeunes une éducation financière en même temps que des instruments d épargne. Ceci se base sur la théorie que l éducation peut aider à renforcer la capacité financière des jeunes en concrétisant leurs connaissances financières. 9 Freedom from Hunger, avec son expérience dans la fourniture de services à valeur ajoutée dans le secteur de la microfinance savait que l intégration de services financiers et d une éducation financière devrait revêtir différentes formes pour répondre correctement aux différents contextes et besoins des populations de jeunes ciblées. En 2009, Freedom from Hunger a établi un partenariat avec la Fondation MasterCard pour lancer l initiative Microfinance intégrée pour les jeunes (AIM Youth), visant à tester et documenter une combinaison adaptée au contexte de services financiers (principalement sous la forme d une épargne) et d une éducation financière au Mali et en Équateur pour des jeunes âgés de 13 à 24 ans. L intégration de ces services est cohérente avec l approche suggérée par un récent rapport de la Banque mondiale sur l inclusion financière, dans lequel les auteurs concluent que «la combinaison de programmes d éducation financière ciblés et d autres interventions est particulièrement utile dans les foyers pauvres, qui sont souvent confrontés à des contraintes multiples pour accéder à l épargne ou à d autres activités financières.» 10 En établissant des partenariats avec différents types de prestataires dans des contextes variés, AIM Youth a servi de laboratoire d apprentissage qui permet d orienter non seulement diverses approches de renforcement de la capacité financière des jeunes, mais aussi d apporter des éclairages sur les stratégies efficaces d intégration des services financiers et non financiers et de promotion de l inclusion financière des jeunes. Portée et limites de ce rapport Ce rapport rend compte de l expérience acquise par Freedom from Hunger et ses partenaires de mise en œuvre dans la fourniture de trois offres différentes intégrant des services financiers et une éducation financière, et de leur impact sur la capacité financière des jeunes participants. Le rapport résume les résultats obtenus à partir de systèmes de suivi qualitatif et quantitatif et des données de recherche obtenues sur quatre ans de mise en œuvre en Équateur et au Mali. Ce rapport technique est principalement destiné aux institutions Modèles pour l intégration de services financiers et d une éducation financière pour les jeunes 1

10 qui s intéressent au renforcement de la capacité financière et à la promotion de l inclusion financière des jeunes en fournissant à la fois des services financiers et une éducation financière. Parmi les institutions intéressées peuvent figurer aussi bien des prestataires de services financiers (PSF) qui offrent des produits d épargne formels comme des comptes d épargne et des prêts, des organisations communautaires (OC) et des organisations au service des jeunes (OSJ) qui peuvent animer des programmes financiers communautaires comme des Groupes d épargne. Les services financiers formels qui ont été testés dans le cadre de l initiative AIM Youth ont exclusivement été fournis par le biais de coopératives d épargne et de crédit, qui ont une philosophie et une structure différentes de celles des banques commerciales ou des institutions de microfinance (IMF). Les coopératives d épargne et de crédit sont détenues par leurs membres et, de ce fait, entretiennent généralement des liens très forts avec les communautés dans lesquelles elles travaillent. 11 Par conséquent, leur intérêt et leur approche de la fourniture des services intégrés traduit en partie la vision et la mission de leur institution. Cependant, une partie des connaissances acquises grâce à leur expérience pourrait être appliquée à d autres types d institutions financières dotées d une solide mission sociale. Ce rapport ne vise pas à fournir des recommandations détaillées pour la conception et la mise en œuvre de produits d épargne de jeunes ou d une éducation financière. Il vise principalement à fournir des recommandations et à formuler des considérations importantes pour toutes sortes d approches de fourniture d un service financier, principalement sous la forme d épargne, intégrée avec une éducation financière pour les jeunes vivant dans la pauvreté. Les recommandations fournies dans ce rapport peuvent compléter les informations fournies par d autres organisations qui documentent le processus de développement de produits pour les services financiers destinés aux jeunes, notamment le SEEP, 12 Women s World Banking, 13 le MEDA 14 et le FENU. 15 Enfin, nous n avons pas cherché à tester les mêmes approches dans deux contextes différents et nous ne savons donc pas avec certitude si une approche fonctionnerait dans un contexte différent. Cependant, les approches testées, qu elles concernent des services financiers formels ou non formels, reflètent largement le contexte culturel, géographique et économique et étaient adaptées au profil de la population de jeunes ciblée. Présentation générale du Modèle d intégration de services de Freedom from Hunger Au cours des dix dernières années, en réaction à la fois aux mauvais résultats associés à la microfinance (notamment le surendettement) et à un engagement de plus en plus fort en faveur des performances sociales, des clients ont bénéficié de services complémentaires fournis par de multiples sources. En outre, du fait de la diversité croissante des prestataires comme des produits, il est apparu nécessaire que l éducation renforce la capacité du client à choisir et utiliser efficacement les nouvelles options financières. Freedom from Hunger est reconnu comme un expert et un partisan de la fourniture de services intégrés dans la microfinance depuis la fin des années L organisation a notamment mis en œuvre des mécanismes innovant intégrant la microfinance et des services non financiers, comme des services de protection de la santé ainsi qu une éducation financière et sur la gestion d entreprise. La stratégie de Freedom from Hunger démarre généralement avec des groupes. Les réunions de groupes régulières offrent un moyen d apprentissage, de soutien mutuel et de renforcement de la confiance en soi. Pour ses services d éducation, Freedom from Hunger utilise des formations basées sur le dialogue qui ne nécessitent pas que les membres soient alphabétisés. L apprentissage est partagé et encouragé par les membres des groupes. Modèles pour l intégration de services financiers et d une éducation financière pour les jeunes 2

11 Freedom from Hunger a élaboré un cadre de travail qui est maintenant couramment utilisé et cité en référence dans le secteur pour comprendre les options de fourniture de services intégrés (voir Tableau 2). 16 Tableau 2. Options pour la fourniture de services intégrés Type En lien En parallèle Unifié Description Deux institutions ou plus fournissent des services spécialisés différents ; une institution peut par exemple organiser des groupes pour l épargne et le crédit, alors qu une autre s appuie sur ces groupes pour fournir un autre service (par ex. éducation à la santé, vulgarisation agricole, etc.). Un personnel distinct dans la même institution fournit des services différents. Tous les services sont fournis par le même personnel de la même institution. Par exemple, l animateur au Mali qui crée et forme les Groupes d épargne fournit aussi une éducation sur le paludisme à ces groupes. Freedom from Hunger est conscient du fait que ces options de fourniture ne sont pas rigides, car il peut y avoir des versions hybrides. Pour son programme AIM Youth, Freedom from Hunger et ses partenaires de mise en œuvre ont choisi des versions du modèle unifié afin d optimiser l efficacité et de tirer parti de leur expertise dans les services intégrés. Le concept sous-jacent est que la synergie entre l éducation financière et les services financiers permet à un seul employé de gérer assez facilement les deux aspects. De plus, Freedom from Hunger considère le modèle unifié comme l approche la plus durable, car elle est souvent la moins coûteuse ; 17 l implication d une deuxième institution dans la fourniture des services peut accroître les coûts et nuire à la durabilité. Néanmoins, le modèle unifié doit faire l objet d une attention particulière. Il faut en effet répartir la charge de travail du personnel car il y a une limite dans le nombre de sujets ou de responsabilités distinctes qu un seul employé peut gérer efficacement. Description du projet AIM Youth est mis en œuvre en Équateur et au Mali depuis L approche globale dans les deux pays consiste à proposer aux jeunes une série de séances d éducation financière participatives et dynamiques, basées sur le dialogue, ainsi qu un mécanisme d épargne qui peut les aider à appliquer les concepts et les objectifs financiers établis pendant l éducation financière. Cette section donne une brève description des pays et partenaires sélectionnés, du groupe ciblé, des services proposés et des différents modèles qui ont été testés. Pays, partenaires de mise en œuvre et calendrier Freedom from Hunger a choisi de mettre en œuvre AIM Youth au Mali et en Équateur pour plusieurs raisons. Tout d abord, dans ces deux pays, il existe une forte proportion de la population qui est jeune, qui vit dans la pauvreté ou qui vit dans des zones rurales (voir Tableau 3). Freedom from Hunger a traditionnellement concentré son travail sur les populations rurales en raison de leur vulnérabilité par rapport à la faim chronique. 18 De plus, Freedom from Hunger dispose déjà d une expérience considérable de travail dans ces pays et dans la gestion de bureaux locaux. Modèles pour l intégration de services financiers et d une éducation financière pour les jeunes 3

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE

LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE LES SERVICES DE CRÉDIT ET D ÉPARGNE SONT-ILS EFFICACES CONTRE LA FAIM ET LA MALNUTRITION? REVUE BIBLIOGRAPHIQUE ET ANALYSE Barbara MkNelly et Christopher Dunford Février 1996 Freedom from Hunger Article

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Compte rendu provisoire 11-1

Compte rendu provisoire 11-1 Conférence internationale du Travail Compte rendu provisoire 104 e session, Genève, juin 2015 11-1 Quatrième question à l ordre du jour: Les petites et moyennes entreprises et la création d emplois décents

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre

Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Une voie à suivre Agir en faveur de ceux qui souffrent de la pauvreté et de la faim dans le monde Institut international de recherche sur les politiques alimentaires www.ifpri.org Actualisé le 27 octobre 2007 Préoccupé

Plus en détail

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009. Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.21 Directive Soutien à la formation militaire et de police préalable au déploiement

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance

L Elaboration d un plan stratégique pour un réseau/une association de microfinance L Elaboration d un plan stratégique pour un Développé comme partie du Programme de renforcement institutionnel, par Citi Première édition Mai, 2008 L Elaboration d un plan stratégique pour un La planification

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

COUP D ŒIL SUR LE FIDA

COUP D ŒIL SUR LE FIDA Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté COUP D ŒIL SUR LE FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

ACTIVITE 1 ACTIVITE 2 SECTION III UNITE 6. Introduction. Soutien actuel. Durée : 5 minutes

ACTIVITE 1 ACTIVITE 2 SECTION III UNITE 6. Introduction. Soutien actuel. Durée : 5 minutes Appels de fonds : mobiliser des ressources Notes générales La capacité à mobiliser des ressources représente une compétence importante pour les réseaux de plaidoyer. En effet, l accès aux ressources financières

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17

PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 PROGRAMME DE TRAVAIL DE L IHP+ POUR 2016-17 Optimiser la coopération au développement pour atteindre les ODD concernant la santé 1. Introduction Le programme de travail du Partenariat international pour

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01)

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) OBJECTIF PREPARE PAR : SECRETARIAT DE LA, 21 MARS 2015 Fournir au d Application (CdA) une opportunité de mettre à

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal

COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal COMMUNIQUE : APPEL A ACTION Quatrième conférence internationale africaine sur le développement de la petite enfance 10-12 novembre 2009 Dakar, Sénégal Plus de 500 délégués venant de 44 pays africains et

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL

Cent huitième session. Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Août 2011 F COMITÉ DU PROGRAMME Cent huitième session Rome, 10 14 octobre 2011 FINANCEMENT DES ÉVALUATIONS - MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DU CONSEIL Résumé Le présent document fait suite à une demande formulée

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09

Conseil d administration Genève, novembre 2007 PFA POUR DÉCISION. Budgets proposés pour les comptes extrabudgétaires en 2008-09 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/PFA/4/2 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION QUATRIÈME QUESTION

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/5/6 ORIGINAL : anglais DATE : 18 mai 2000 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION COMITÉ PLÉNIER Cinquième session Genève,

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE

LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE LA POSITION DE L IFAC SUR LA REGULATION PROFESSIONNELLE Introduction 1. L économie et la société bénéficient des performances de haute qualité des experts-comptables qui contribuent à l imputation et à

Plus en détail

RAPPORT SUR LA DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE AVEC LA VERIFICATION BIOMETRIQUE DANS LE SITE DE DEPLACEMENT DE LAC VERT 9 JUIN 2015

RAPPORT SUR LA DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE AVEC LA VERIFICATION BIOMETRIQUE DANS LE SITE DE DEPLACEMENT DE LAC VERT 9 JUIN 2015 RAPPORT SUR LA DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE AVEC LA VERIFICATION BIOMETRIQUE DANS LE SITE DE DEPLACEMENT DE LAC VERT 9 JUIN 2015 Après avoir conduit l enregistrement biométrique des personnes déplacées

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

MOPAN. Note de synthèse. L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) COUNTRY MULTILATERAL D O N O R MOPAN Réseau d évaluation de la performance des organisations multilatérales (MOPAN). Note de synthèse L Office du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR)

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Réponse du Congo ANNEXE I

Réponse du Congo ANNEXE I Réponse du Congo ANNEXE I QUESTIONNAIRE SUR LES BESOINS ET PRIORITÉS NATIONAUX EN MATIÈRE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ET DE CRÉATION DE CAPACITÉS, AFIN D APPUYER LA MISE EN OEUVRE DU PROTOCOLE DE NAGOYA

Plus en détail

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est

Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est Bienvenue. J ai le grand plaisir aujourd hui d approfondir un sujet que nous avons commencé à explorer l année dernière. L an passé, Manuvie s est penchée ce que nous pourrions faire pour aider nos clients

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01)

MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) MISE À JOUR SUR LES PROGRÈS CONCERNANT L ÉVALUATION DES PERFORMANCES (RÉSOLUTION 09/01) PREPARE PAR : SECRETARIAT DE LA CTOI, 27 MARS 2013 OBJECTIF Fournir au d Application (CdA) une opportunité de mettre

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Institut de formation et de coopération technique STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Stratégie d apprentissage progressif de l OMC

Plus en détail

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009 Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 ET PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 Les appellations employées dans ce document et la présentation des données

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS 1 SÉANCE 4: CHAMP D APPLICATION DES EXIGENCES QUALITÉ Présentateur: Emile K. AIFA Date: 4 Mai 2015 Lieu: Ouagadougou I RÔLE, STRUCTURE

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

«L intégration des questions relatives aux jeunes» Kassoum Coulibaly Bureau de l UNESCO à Bamako Addis Ababa, 27 200 june 2006 k.coulibaly@unesco.

«L intégration des questions relatives aux jeunes» Kassoum Coulibaly Bureau de l UNESCO à Bamako Addis Ababa, 27 200 june 2006 k.coulibaly@unesco. «L intégration des questions relatives aux jeunes» Kassoum Coulibaly Bureau de l UNESCO à Bamako Addis Ababa, 27 200 june 2006 k.coulibaly@unesco.org L intégration des questions relatives aux jeunes dans

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

NEWS AIM Youth. ces jeunes à l avenir. Rapports définitifs Activités AIM Youth au Mali et en Équateur

NEWS AIM Youth. ces jeunes à l avenir. Rapports définitifs Activités AIM Youth au Mali et en Équateur NEWS AIM Youth Advancing Integrated Microfinance for Youth Une publication de Freedom from Hunger FreedomfromHunger.org Dernière édition - Printemps 2014 «Si vous plantez un arbre aujourd hui, il ne portera

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009

COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME. EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009 COMITE EXECUTIF DU PROGRAMME DU HAUT COMMISSAIRE Distr. RESTREINTE EC/60/SC/CRP.13 29 mai 2009 COMITE PERMANENT FRANCAIS 45 e réunion Original : ANGLAIS QUESTIONS RELATIVES A LA SURETE ET A LA SECURITE

Plus en détail