1 PRESENTATION DU GROUPE AIR FRANCE 2 2 STRATEGIE D AIR FRANCE 14 3 ANALYSE FINANCIERE 20 4 MESURE DE LA CREATION DE LA VALEUR 37

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 PRESENTATION DU GROUPE AIR FRANCE 2 2 STRATEGIE D AIR FRANCE 14 3 ANALYSE FINANCIERE 20 4 MESURE DE LA CREATION DE LA VALEUR 37"

Transcription

1 1 PRESENTATION DU GROUPE AIR FRANCE Profil du Groupe Historique Structure de l actionnariat Gouvernement d entreprise Activités Chiffres clés Réseau et flotte Alliance Sky-Team Lexique 11 2 STRATEGIE D AIR FRANCE Le transport aérien Le groupe Air France 17 3 ANALYSE FINANCIERE Compte de résultat et bilan consolidé au 31 mars Diagnostic Etude du bilan fonctionnel Etude de la rentabilité économique et financière Etude du bilan patrimonial Analyse dynamique du risque de défaillance 33 4 MESURE DE LA CREATION DE LA VALEUR L indice de performance de Jensen Le ratio Q de Tobin Le ratio de Marris Economic Value Addes (EVA) et Marcket Value Added (MVA) 38 5 ANALYSE BOURSIERE Généralités sur l action Air France Evolution du titre Air France Distribution de dividendes Analyse de l action 42 CONCLUSION 43

2 1. PRESENTATION DU GROUPE AIR FRANCE 1-1 Profil du groupe Avec 17,6% de part de marché en 2003 contre 16,9% en 2002, Air France est maintenant la première compagnie européenne. Troisième compagnie mondiale en terme de transport de passagers internationaux et première compagnie européenne en termes de trafic, Air France a transporté 42,9 millions de passagers au cours de l exercice dans 83 pays en assurant la desserte de 198 destinations. Avec une flotte de 360 avions en exploitation au 31 Mars 2003, dont 111 dans la flotte régionale, le groupe Air France opère environ vols quotidiens. Air France est également la quatrième compagnie aérienne mondiale pour le transport international de fret et le deuxième prestataire mondial de maintenance aéronautique. La compagnie a fait une nouvelle fois la preuve de sa capacité de résistance aux situations de crise, et affiche des résultats positifs pour la sixième année consécutive. Au cours de l exercice 2002/2003, le groupe a réalisé un chiffre d affaires de 12,69 milliards d euros (+1,3%) et a dégagé un résultat net part du groupe de 120 millions d euros (- 21.6%). Le groupe Air France emploie salariés. 1-2 Historique 1933 : Naissance d Air France par le regroupement de cinq compagnies aériennes françaises : Nationalisation d Air France 1946 : Ouverture de la ligne Paris - New York en DC4 avec un temps de trajet de 23 heures 45 minutes : Mise en service des premières Caravelle et des premiers Boeing 707, ces derniers permettant de réduire la durée du trajet Paris New York à 8 heures. 2

3 1976 : Mise en service de Concorde, d abord sur Paris Rio, Paris Caracas et Paris Washington puis l année suivante sur Paris New York, reliant les 2 villes en 3 heures 45 minutes : Acquisition d UTA, créée en : Fusion d Air France et d UTA. Air France détient ainsi 72% d Air Inter en cumulant la participation d UTA avec la sienne : Air Inter devient Air France Europe : Fusion- absorption d Air France et d Air France Europe : Succès de l ouverture du capital d Air France avec la participation de 2,4 millions de particuliers, d institutionnels internationaux et de 72% des salariés. Première cotation sur le Règlement Mensuel le 22 février : Lancement de SkyTeam et de Skyteam Cargo, les alliances dont Air France est membre fondateur avec Aeromexico, Delta et Korean. Création du pôle régional avec l acquisition de Régional Airlines, Flandre Air, Proteus, Brit Air et City Jet : Accord de «ciel ouvert» entre la France et les Etats-Unis. Alliance et CSA rejoignent SkyTeam : SkyTeam est la seule alliance du monde à bénéficier de l immunité anti-trust sur ses lignes transatlantiques et transpacifiques : Air France fête ses 70 ans. Rapprochement avec KLM. 1-3 Structure de l actionnariat Ces deux graphiques mettent clairement en évidence la répartition du capital au niveau structurel et au niveau géographique. Le capital a été ouvert aux particuliers, aux 3

4 investisseurs ainsi qu aux salariés de la compagnie en La part de détention de l état a donc été fortement réduite même si celui-ci reste majoritaire. 4

5 1-4 Gouvernement d entreprise Conseil d administration au 31 Mars 2003 Le Conseil d Administration comprend 21 membres : - 6 représentants de l Etat nommés par décret - 5 «personnalités qualifiées» choisies en raison de leurs compétences particulières et nommées par décret - 2 représentants des actionnaires autres que l Etat et les salariés nommés par l Assemblée générale des actionnaires - 2 représentants des salariés actionnaires nommés par l Assemblée générale des actionnaires sur proposition de sections de salariés actionnaires - 6 représentants des salariés dont i. 1 élu par le personnel navigant technique ii. 1 élu par le personnel navigant commercial iii. 4 élus par les autres salariés dont 1 représentant des cadres Le Président du Conseil d administration est Jean Cyril Spinetta. Jean Cyril Spinetta en quelques dates Naissance à Paris ENA Promotion «Charles de Gaulle» Chef du Service d Information et de Diffusion (SID) du Premier ministre Pierre Mauroy Directeur de cabinet de Michel Delebarre, successivement ministre du Travail, des Affaires sociales, des Transports, de l Equipement PDG d Air Inter Conseiller de François Mitterrand PDG d Air France. Les administrateurs représentants de l Etat : Jean-Pierre Aubert Pierre Mathieu Duhamel Bruno Fareniaux Michel Guyard Jean-Pierre Jouyet Gilles Ricono Les administrateurs «personnalités qualifiés» Jean Cyril Spinetta Patricia Barbizet Jean-Marc Espalioux Francesco Mengozzi Pierre Weill 5

6 Les administrateurs représentant les actionnaires autres que l Etat et les salariés : Jean-François Dehecq Pierre Richard Les Administrateurs représentant les actionnaires salariés : Christian Magne Christian Paris Les administrateurs représentant les salariés : Hugues Gendre Paul Laprévote Daniel Mackay Marie Ramon Pascal Mathieu Yvon Touil Les Comités Le Comité d audit Créé en 1999, il composé de 6 administrateurs dont 2 élus par les salariés. Les missions du comité sont l examen des comptes consolidés, des principaux risques financiers, des résultats des travaux d audit interne ainsi que l examen du programme des travaux, des conclusions et recommandations des Commissaires aux comptes. Il doit veiller également à la qualité des procédures permettant le respect des réglementations boursières. Le Comité de stratégie Créé en 1999, ce Comité est composé de 8 administrateurs. Les attributions de celui-ci sont l étude des orientations stratégiques concernant l activité du groupe, les évolutions de son périmètre en matière de flottes ou de filiales, l acquisition ou la cession d actifs aériens ou non aériens, la politique de sous-traitance aérienne et d alliance. Le comité de rémunération Créé en 2001, il est composé de 3 administrateurs. Il est chargé notamment de formuler des propositions quant au montant et à l évolution de la rémunération du PDG. La rémunération totale versée par Air France à Jean Cyril Spinetta au cours de l exercice s est élevée à euros ( euros pour l exercice ). Il n est pas versé de jetons de présence aux administrateurs, ni de rémunération spéciale aux membres des comités d audit, de stratégie et de rémunération. 6

7 1-5 Activités Passage L activité passage (le transport de passagers) représente plus de 80% du chiffre d affaires d Air France. L offre se mesure en SKO (Siège Kilomètre Offert) et le trafic en PKT (Passager kilomètre Transporté). Le transport de passagers au 31 mars 2003 Chiffre d'affaires passage 10,52MdE Croissance du CA passage +1,4% Offre en SKO +2,7% Trafic en PKT +2,9% Coefficient d'occupation 76,2% Recette unitaire (PKT) -0,6% Le fret Le fret représente une activité significative pour Air France qui propose un large éventail de produits à ses clients. Air France Cargo occupe 11,6% du chiffre d affaires du groupe en avec une progression de 2,1 % sur un an. C est la 4ème compagnie mondiale pour le transport international du fret. L'activité fret au 31 mars 2003 Chiffre d'affaires fret 1,48MdE Croissance du CA fret +2,1% Offre en TKO +5,3% Trafic en TKT +6,4% Coefficient de remplissage 65,3% Recette unitaire (TKT) -1,7% 7

8 1-5-3 Industrie Depuis sa création, Air France a fait le choix d assurer elle-même l entretien de ses avions. Sous la marque commerciale Air France Industries, l entreprise propose un savoir-faire et un outil industriel à plus de 100 compagnies dans le monde. L activité représente pour l exercice , 540 millions d Euros de chiffre d affaires Autres Les autres activités représentent 141 millions d Euros pour l exercice Elles sont en retrait de 8,4% notamment du fait de la cessation d activité de la Société d Exploitation Aéropostale. Air France assure une activité d avitaillement et reste également le principal actionnaire d Amadeus, l un des premiers systèmes de distribution de voyages au monde. 1-6 Les chiffres clés Air France, dans un environnement économique particulièrement difficile, a fait preuve de sa capacité de résistance. En effet, le groupe a été confronté, au cours de l exercice , à la crise internationale, la guerre en Irak, les grèves internes et externes et l épidémie de pneumopathie atypique. Il a également dû provisionner l arrêt du Concorde. Cependant, grâce aux bons résultats des 9 premiers mois réalisés dans un contexte perturbé, le groupe a dégagé un résultat net bénéficiaire de 120 millions d euros. 8

9 En millions d'euros Chiffre d'affaires Résultat net Endettement Ratio dettes/fonds propres , , , , , Répartition du chiffre d affaires par activité (En milliards d'euros) Le chiffre d affaires consolidé affiche une progression de 1,3% par rapport à l exercice précédent, tiré par les activités transport de passagers et de fret Contribution des activités au résultat d exploitation (En millions d'euros) * impact provisions Concorde : 59 m Les 3 principales activités contribuent positivement au résultat d exploitation. La 4 ème, «Autres», est affectée par la provision de 59 millions d euros sur Concorde. 9

10 1-6-3 Evolution de la dette Les capitaux propres s élèvent à 4,03 milliards et l endettement net à 2,86 milliards. Le groupe disposait au 31 Mars 2003 d une trésorerie nette d un milliard d euros et d une ligne de crédit disponible d un milliard d euros Effectifs Le Groupe emploie environ personnes dont 75% travaillent au sol. Effectifs* % Personnel au sol ,0 PNT (personnel navigant technique) , 9 PNC (personnel navigant commercial) ,1 s/total personnel navigant ,0 Total , Investissements * effectifs moyens annuels pondérés Le Groupe Air France a adapté sa politique de financement au contexte économique. 10

11 1.7 Réseau et flotte Aujourd hui, Air France dessert 198 destinations dans 83 pays et opère plus de 1800 vols par jour. Depuis 3 ans, Air France est entré dans un processus significatif de rationalisation de sa flotte. Cinq principes président à ce mouvement et déterminent les nouveaux choix d'avions : simplicité, profitabilité, flexibilité, modernité, crédibilité. C'est d'ailleurs cette flexibilité qui a permis l'adaptation de l'offre aux nouvelles conditions du marché suite aux attentats du 11 septembre, à la guerre en Irak et à l'épidémie de SRAS. Au total, Air France exploite 360 avions, dont 111 dans la flotte régionale, qui est constituée principalement de petits modules. Récente, la flotte d Air France est sans cesse renouvelée par les derniers-nés de l industrie aéronautique, comme les airbus A318, A , A et le boeing B777. Le succès de la plate-forme de Roissy-CDG2 et les perspectives de développement qui l accompagnent, orientent les choix de la compagnie vers des appareils longs-courriers à très 11

12 long rayon d action tels que l Airbus A et l A Ceux-ci appartiennent à la même famille, sont pilotés par les mêmes équipages et entretenus par les mêmes techniciens de maintenance, permettant des économies d échelles importantes. De même, pour les vols moyen-courriers, Air France privilégie les Airbus de la famille A320. Cette politique permet de rationaliser et de moderniser la flotte avec les avantages qui y sont liés : réduction de la consommation, réduction des coûts, réduction des nuisances. Près des trois quarts du plan d investissement des 5 prochaines années seront consacrés à cette modernisation et cette rationalisation. Il s agit notamment de limiter le nombre de modèles d avions utilisés, dans un souci de rentabilité et de plus grande souplesse. 1.8 Alliance Sky-Team SkyTeam est l'alliance mondiale initiée et lancée par Air France, Delta, AeroMexico et Korean Air à l'été La compagnie tchèque CSA les a rejointes le 1er avril 2001 et Alitalia le 27 juillet Les plate-formes de correspondance (hubs) de chacun des partenaires sont mises en liaison pour réduire tous les temps de correspondance et offrir plus de dessertes et de fréquences de vols aux passagers. SkyTeam place résolument le client au coeur de sa stratégie, en proposant des programmes de fidélisation intégrés (SkyTeam Elite et Elite Plus) et de nombreux services. 1.9 Lexique Pour mieux comprendre les données relatives au Groupe Air France, il nous semble indispensable de connaître quelques notions spécifiques au secteur aérien. AEA - Association of European Airlines. Association des compagnies aériennes européennes. Aéroport coordonné - Aéroport pour lequel l attribution des créneaux horaires est effectuée par un coordonnateur selon des règles établies à l avance. Tous les grands aéroports de l Union Européenne sont coordonnés. Cellule - Avion sans les moteurs. Classe avant - Partie avant de l appareil (ou pont supérieur sur un Boeing B747), où sont situées les classes «à haute contribution», type classe affaires ou première classe. Coefficient d occupation - Passagers kilomètre transportés (PKT) divisés par les sièges kilomètres offerts (SKO). Coefficient de remplissage - Tonnes kilomètre transportées (TKT) divisées par les tonnes kilomètres offertes (TKO). 12

13 Combi - Avion dont le pont principal est équipé à la fois pour transporter des passagers et du fret. Le fret est logé à l arrière de l appareil et est accessible par une porte de cargo spécialement aménagée. Commissions interlines - Commissions reversées par une compagnie aérienne à une autre lorsque cette dernière a effectué une vente pour le compte de la première. Dry lease - Location d un avion seul, son exploitation (équipage, entretien ) étant entièrement à la charge du preneur. Exercice IATA - Exercice social de nombreuses compagnies aériennes, dont Air France, débutant le 1er avril et s achevant le 31 mars de l année suivante. Ces exercices permettent de mieux suivre l évolution de l activité en fonction des «saisons définies» par l IATA, à savoir une saison d hiver et une saison d été Hub - Terme utilisé dans le sens de plate-forme de correspondance où les départs et les arrivées sont programmés pour réduire au maximum le temps de transit. Le hub d Air France à Roissy Charles-de-Gaulle est organisé en six vagues successives d arrivées et de départs par jour pour multiplier les possibilités de correspondance pour les clients de la compagnie IATA- International Air Transport Association. Libertés aériennes - Droit dont dispose une compagnie aérienne, par le biais d un traité bilatéral, d opérer dans l espace aérien et sur le territoire d un Etat autre que son Etat d origine. Passagers kilomètre transportés (PKT) - Nombre total de passagers transportés multiplié par le nombre de kilomètres parcourus. OACI - Organisation de l Aviation Civile Internationale. Recette par passager au kilomètre - Recette pour un passager payant transporté sur un kilomètre. Recette par tonne au kilomètre - Recette pour une tonne transportée sur un kilomètre. Saison d été - Définie par I IATA comme la période allant du dernier samedi de mars au dernier samedi d octobre. A la saison d été correspond un programme de vols sur 7 mois. Saison d hiver - Définie par IATA comme une période allant du premier dimanche qui suit le dernier samedi d octobre au vendredi précédant le dernier de mars. A la saison d hiver correspond un programme de vols d hiver de 5 mois. Sièges kilomètre offerts (SKO) - Nombre total de sièges disponibles pour le transport de passagers multiplié par le nombre de kilomètres parcourus. Sous-flotte - Ensemble des avions d un même type ayant exactement les mêmes caractéristiques techniques et commerciales (moteurs, configuration cabine ). Tonnes kilomètre offertes (TKO) - Nombre total de tonnes disponibles pour le transport de fret multiplié par le nombre de kilomètres parcourus. Tonnes kilomètre transportées (TKT) - Nombre total de tonnes transportées multiplié par le nombre de kilomètres parcourus. Trafic point à point - Trafic entre deux aéroports à l exclusion des passagers prolongeant leur voyage par une correspondance. Tronçon - Sur un vol ayant plusieurs escales, section du vol entre deux escales. Sur un vol bi-tronçon, il y a une escale entre le point de départ et le point d arrivée. 13

14 Type d avion - Avions d un même modèle. Exemple : le boeing B747 est un type d avion composé de sous-types B , B , B , B Wet lease - Location d un avion avec l équipage, l entretien et l assurance fournis par le bailleur. Généralement, ce type de location est facturé à l heure de vol. 14

15 2. STRATEGIE D AIR FRANCE Cette partie va s attacher à situer la stratégie du groupe dans l environnement actuel du transport aérien. 2-1 Le transport Aérien Un secteur fortement réglementé Pendant longtemps, ce secteur a été protégé : jusqu à il y a dix ans, la majorité des compagnies aériennes étaient publiques ; de plus la demande était relativement faible ce qui expliquait une rentabilité faible et un besoin de subventions de l Etat. La privatisation des compagnies aériennes a débuté en 1983 aux Etats-Unis et au début des années 90 en Europe. Organisation du transport aérien Une association internationale délivre les autorisations de vol et déterminent les couloirs aériens : IATA (Association Internationale du Transport Aérien). Toutes les compagnies ne font pas partie de l IATA : celles qui n en font pas partie ne peuvent pas accéder aux aéroports internationaux tandis que celles qui y adhèrent bénéficient d avantages divers tels que des vols réguliers internationaux, des vols charters, la possibilité d embarquer et de débarquer des passagers des pays autres que son pavillon, et enfin, l appui de l IATA pour la délivrance de billets uniformes. L IATA est également partie prenante pour toute enquête quand un accident a lieu sur un vol international. D un point de vue national on trouve d autres organismes régulateurs : - ATAF (Association du Transport Aérien Français) : définit pour les compagnies françaises les couloirs aériens de l espace français. - DGAC (Direction Générale de l Aviation Civile) : définit, sur le territoire national, toutes les implantations des compagnies aériennes (slots, droits d escales, ) - Chambres Consulaires (CCI) : sont chargées du support technique et logistique, ainsi que de la gestion des aéroports Les conventions internationales - La convention de Varsovie (1929). Cette convention a créé la première structure internationale et a défini les règles d assistance dans le transport aérien. Elle a été remplacée en novembre 2003 par la Convention de Montréal qui modifie le régime de responsabilité des transporteurs aériens à l égard des voyageurs. 15

16 - La convention de Guatemala Ciudad (1960). Elle fixe les plafonds d indemnisation en cas d accident. - La convention Européenne (1992). Elle pose les bases de la libéralisation du transport aérien en Europe Un secteur en pleine croissance Evolution récente du secteur Les flux aériens de passagers sont aujourd hui énormes et en constante croissance. On estime les flux actuels à 1,5 milliards de passagers et ils seront trois fois plus nombreux dans vingt ans. Ceci pose comme problèmes actuels l encombrement de l espace aérien et la saturation des aéroports qui nécessiteraient la multiplication des vols de moyenne capacité et le développement d avions très gros porteurs. Cette explosion du trafic s explique principalement par la dérégulation des compagnies aux Etats-Unis en 1978 et en 1990 pour l Europe ainsi que par le vaste mouvement de concentration induit de cette évolution. En effet, la dérégulation a entraîné un effondrement des tarifs et donc une forte hausse des passagers transportés et les alliances commerciales ainsi que les mouvements de Fusions- Acquisitions ont permis, entre autres, une amélioration de l offre. Le consommateur Qui est le consommateur de produits aériens? Il n y a pas de profil type : de 7 à 77 ans, tout le monde prend l avion. Il se différencie juste selon le contexte dans lequel il souhaite utiliser ce moyen de transport : voyage d affaires, de tourisme, court, moyen ou long courrier, On peut tout de même distinguer les caractéristiques suivantes : - Plus le voyage est court, moins le client s attache au niveau de service, mais plus il recherche un vol au prix le plus bas. - A l inverse, plus le voyage sera long, plus le client recherche un niveau de service maximal, et moins le prix pose problème. - Tous les clients recherchent un service minimal : accès à des bornes automatiques, mise en place d un accueil personnalisé, points d enregistrement suffisamment nombreux, bref, une véritable aide au voyage, une assistance lors des déplacements, des facilités pour une continuité professionnelle pendant le voyage 16

17 Impact des NTIC sur le secteur On observe une évolution spectaculaire des réseaux de distribution des produits aériens. Dans les années 70, les compagnies aériennes ont connu des problèmes pour rendre leur offre plus accessible auprès de leurs revendeurs. Les Systèmes Globaux de Distribution (GDS) ont permis de mettre en réseau et de centraliser toute l offre des producteurs. 1990/ Cible Les particuliers et les voyageurs d affaires - Réseau de distribution long : intermédiaire des agences de voyages en échange d une commission de 9%. - Réseau court : par les bureaux de vente des compagnies aériennes. - Développement des Systèmes Globaux de Distribution (GDS). - Vente par les agences en baisse. - Bureaux de vente de plus en plus rentables. - Hausse des NTIC et notamment Internet. - Développement des logiciels de réservation de billetterie aérienne directement disponibles chez le consommateur final. L introduction des NTIC permet notamment de réduire les coûts de billetterie aérienne, d assurer plus de souplesse au voyageur, de diversifier les tarifs grâce au yield management et ainsi améliorer le taux de remplissage des avions. Le développement d Internet a contribué à l émergence de nouveaux acteurs comme les agences de voyage en ligne ainsi qu à l évolution du comportement du consommateur dans sa recherche du meilleur prix. L impact le plus visible est l information et la promotion Un secteur fortement concurrencé L apparition et le développement des compagnies aériennes à bas prix ont fortement bouleversé le secteur aérien ces dernières années. Le trafic des compagnies à bas-coûts a littéralement explosé en augmentant de 44% en 2001 et de 85% en Depuis 1999 il a pratiquement quadruplé et dépasse actuellement le chiffre de cinq millions de passagers. Les deux principaux acteurs de ce secteur en Europe sont les compagnies Easyjet et Ryanair. Leurs stratégies se fondent sur des politiques de prix agressives mises en avant par de grandes campagnes de communication. Ce positionnement leur est possible grâce à une politique de distribution des billets via Internet et «call center», l utilisation d aéroports secondaires peu encombrés, un taux d utilisation élevé des avions ainsi que par une optimisation poussée des coûts fixes de la compagnie. Par ailleurs, les ciels et aéroports nationaux font l objet de nombreuses convoitises et les compagnies nationales tentent de les protéger en freinant la libéralisation des «landing slots». 17

18 Dans cette optique, l environnement concurrentiel voit apparaître la mise en place de grandes alliances telles ONE WORLD, STAR ALLIANCE et SKY TEAM (Air France). Elles ont pour principaux objectifs de réaliser des économies, de contrer de nouvelles concurrences et de s introduire sur de nouveaux marchés, elles sont néanmoins limitées par les lois anti-trust. 2-2 Le groupe Air-France Cette présentation du secteur aérien nous permet de mieux le comprendre afin d évaluer l évolution du groupe Air-France dans son environnement. En ce sens, l analyse du secteur fait apparaître un certain nombre de facteurs clés de succès : o l atteinte d une taille critique ; o une certaine maîtrise des plates-formes aéroportuaires; o un circuit de distribution performant o la maîtrise des coûts de maintenance o une offre conséquente L actualité stratégique d Air France est fortement marquée par l Offre Publique d Echange (OPE) sur son homologue néerlandais KLM. Cette fusion, qui conduira à la création du premier groupe européen de transport aérien, s appuiera sur la force et la complémentarité des marques, des hubs, et des réseaux des deux compagnies. Avec 6,5 milliards d euros de chiffre d affaires en 2003, KLM est la septième compagnie mondiale en termes de trafic. Les activités du groupe KLM sont articulés autour de quatre grands métiers : le transport de passager, le transport de fret, la maintenance et l exploitation de vols charters et de vols réguliers à bas tarifs à travers ses filiales Transavia, KLM et City Hopper. Les 19,4 millions de passagers transportés vers 142 destinations dans plus de 70 pays placent KLM au quatrième rang mondial pour le transport de passagers internationaux. L activité passagers représente à elle seule 68% du chiffre d affaires total du groupe. L activité Cargo représente 16% du chiffre d affaires et place KLM au onzième rang mondial de fret aérien. KLM est le troisième opérateur mondial de maintenance aéronautique affilié à une compagnie aérienne et se place en leader sur certains marchés spécifiques. La société néerlandaise est en perte depuis deux ans et fait face à un endettement important. Afin de baisser durablement ses coûts, elle a lancé un plan d économies 18

19 structurelles. Grâce à ce plan, KLM a pour objectif d améliorer son résultat d exploitation de plusieurs centaines de millions d euros à compter du 1 er Avril Cette stratégie de rapprochement entre les deux compagnies nationales répond simultanément à des motifs offensifs, défensifs et de recherche de synergies. - Les motifs stratégiques défensifs L industrie du transport aérien est aujourd hui très fragmentée et sa structure compétitive actuelle, autour des compagnies aériennes nationales, est un héritage du passé. Cette situation conduit à une faible rentabilité et ne permet qu une création de valeur limitée. Il est aujourd hui reconnu que de profonds changements structurels et une consolidation du secteur sont nécessaires. Cependant, les obstacles réglementaires et politiques s y opposent encore. L évolution de la réglementation européenne, avec notamment la décision de la cour de justice européenne de novembre 2002 et le mandat donné en juin 2003 à la commission européenne pour négocier les accords «ciels ouverts» avec les Etats-Unis sur un plan européen crée désormais un environnement plus favorable à un rapprochement capitalistique créateur de valeur comme celui de Air France KLM. La possibilité d atteindre ainsi une taille critique va permettre au nouveau groupe de se développer plus sereinement sans être soumis outre mesure à l éventualité d une OPA hostile d un concurrent mondial. - Les motifs stratégiques offensifs La réunion des deux marques à fortes notoriété va notamment permettre au nouvel ensemble d accroître son pouvoir de domination et d influence dans un contexte d élargissement du marché unique européen, qui accueillera bientôt 455 millions d habitants. Cette fusion va également mettre à la disposition de ce nouveau leader européen deux des quatre principaux hubs européens, en l occurrence Charles De Gaulle et Amsterdam Schiphol. La possibilité de capter ces ressources spécifiques parmi les plus efficaces d Europe et bénéficiant d un potentiel de croissance important, représente un avantage concurrentiel non négligeable notamment face à la concurrence des compagnies à bas prix. - Synergies Les synergies attendues lors d un rapprochement tel que celui d Air France KLM peuvent être aussi bien des synergies de coûts liées aux effets de volume, liées au partage des ressources ou encore des synergies de croissance. 19

20 Les synergies attendues de la mise en commun des réseaux de ventes et de distribution sont parallèlement des synergies de coûts et de croissance. Grâce à la coordination de leurs forces de vente, le nouveau groupe aura une présence combinée améliorée à travers le monde et sera en mesure de cibler un nombre plus important de passagers potentiels. Des économies de coûts pourront être réalisées en coordonnant les structures de ventes des deux compagnies. Une position de négociation commune vis-à-vis de leurs partenaires dans la restauration et l assistance au sol pourra également générer des économies supplémentaires. Dans le même ordre d idées la convergence des systèmes informatiques des deux groupes pourra également générer des économies de coûts significatives à moyen terme. En terme de maintenance, les deux groupes pourront mettre en commun les achats de pièces détachées et créer des centres d excellence afin d optimiser l utilisation des platesformes actuelles. Pour l activité cargo, le nouveau groupe pourra offrir de meilleurs services grâce à un réseau plus étendu, ce qui, ajouté à la coordination des plannings, pourra améliorer sensiblement le chiffre d affaires. De plus, une meilleure utilisation des hubs devrait générer des économies de coûts. 20

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PERIODE DU 1 ER AVRIL AU 31 DECEMBRE 2004-1 - COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Période du 1 er avril au 31 décembre 2004 2003 2003 Exercice clos le Notes Pro forma 31 mars 2004

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Documents de synthèse Regroupements

Documents de synthèse Regroupements Documents de synthèse Regroupements Pré-requis : o Connaitre les documents de synthèse (bilan et tableau de résultat) selon les trois systèmes : Système de base, Système abrégé, Système développé. Objectif

Plus en détail

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion

L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion L analyse de la trésorerie : Thèmes de réflexion 1. Rappel : la trésorerie dans l analyse fonctionnelle Au 31/12/N, la SA Unibois présente les comptes synthétiques suivants : Bilan au 31 décembre N (en

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS DE L ETAT TOURISME & HOTELLERIE ENTREPRISE DE GESTION HOTELIERE CHAINE EL AURASSI SOCIETE PAR ACTIONS AU CAPITAL DE 1.500.000.000

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

DISCOURS PRONONCE PAR MONSIEUR J.C. SPINETTA LORS DE LA CEREMONIE DE REMISE DES DIPLOMES DE LA PROMOTION 2004 DU MBA AEROSPACE

DISCOURS PRONONCE PAR MONSIEUR J.C. SPINETTA LORS DE LA CEREMONIE DE REMISE DES DIPLOMES DE LA PROMOTION 2004 DU MBA AEROSPACE DISCOURS PRONONCE PAR MONSIEUR J.C. SPINETTA LORS DE LA CEREMONIE DE REMISE DES DIPLOMES DE LA PROMOTION 2004 DU MBA AEROSPACE Mesdames et Messieurs Chers collègues 27 octobre 2004 Je tiens tout d abord

Plus en détail

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21%

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 mai 2015 Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Leader sur le marché de

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Recueil de formules. Franck Nicolas

Recueil de formules. Franck Nicolas Recueil de formules Nous avons répertorié dans cette section, les différentes formules expliquées tout au long de cet ouvrage, afin de vous permettre de trouver rapidement l opération que vous souhaitez

Plus en détail

Communiqué de presse 5 mars 2015

Communiqué de presse 5 mars 2015 RESULTATS ANNUELS 2014 : DYNAMIQUE DE CROISSANCE CONFIRMEE Accélération de la croissance organique des ventes Nouvelle progression du résultat opérationnel courant de +10,6% Hausse du résultat net des

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel

Fiche. L analyse fonctionnelle du bilan. 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan. fonctionnel L analyse fonctionnelle du bilan Fiche 1 1 les travaux préparatoires à l établissement du bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel permet une lecture directe de l équilibre financier du bilan. Le retraitement

Plus en détail

GROUPE TXCOM 10 AV DESCARTES ZI DU PETIT CLAMART 92350 LE PLESSIS ROBINSON

GROUPE TXCOM 10 AV DESCARTES ZI DU PETIT CLAMART 92350 LE PLESSIS ROBINSON Tel : 33 (0)1 30 83 91 70 Fax : 33 (0)1 30 83 91 71 7, rue du Parc de Clagny 78000 Versailles FRANCE 10 AV DESCARTES ZI DU PETIT CLAMART 92350 LE PLESSIS ROBINSON COMPTES CONSOLIDES Arrêté au 30 juin 2012

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre

SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre Communiqué de presse 27 mai 2003 SWISS limite les pertes à 200 millions de CHF au premier trimestre La compagnie aérienne SWISS a réalisé un chiffre d affaires de 1 044 milliards de francs suisses au cours

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS

FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS FINANCEMENT D'UN INVESTISSEMENT ÉTUDE SUR 7 ANS S.A.R.L DANLE TP Bill NEEDMONEY 22 Rue de la Chaussée 49000 ANGERS Tél : 02 40 456 789 Fax : 02 23 234 432 E-mail : contact@danle-tp.fr Cabinet Expert Atlantique

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan

Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière. Plan Chapitre 3 - L'interprétation des documents financiers et la planification financière Plan Le bilan - présentation et signification des postes Structure en grandes masses - Le BFR Les ratios de structure

Plus en détail

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 SOCIETE DE TAYNINH 2013 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 B. Etats financiers au 30 juin 2013 C. Rapport des commissaires aux comptes

Plus en détail

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013

RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 COMMUNIQUE D INFORMATION Sète, le 17 avril 2013-17h45 RESULTATS DU 1 ER SEMESTRE 2012-2013 GILBERT GANIVENQ, PRESIDENT, ET OLIVIER GANIVENQ, DIRECTEUR GENERAL «Groupe Promeo a engagé depuis plusieurs mois

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS

LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS R Cordier LE BUDGET DE TRÉSORERIE ET LES ÉTATS FINANCIERS PRÉVISIONNELS 1 ) Le bouclage de la construction budgétaire Chaque entreprise se doit d'anticiper ses flux financiers afin d'assurer sa solvabilité

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT - 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Approfondissement du tableau de financement : Pré-requis : variation du Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.) ; variation du Besoin

Plus en détail

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Paris, le 14 février 2014 8h Information réglementée C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Indicateurs clés : Loyers IFRS à 43,3 M (+12,1%)

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

Activité et Résultats annuels 2014

Activité et Résultats annuels 2014 Activité et Résultats annuels 2014 Simon Azoulay Chairman and Chief Executive Officer Bruno Benoliel Deputy Chief Executive Officer Paris, le 25 février 2015 AVERTISSEMENT «Cette présentation peut contenir

Plus en détail

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son

Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son Et si l on revenait aux fondamentaux? Réunion APAI du 10/02/2014 Rappel du rôle de la Bourse Quand investir en actions? Quel montant de son patrimoine y investir? Choisir les types de support adaptés à

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Dossier prévisionnel Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Société TEST 24 cours de la brocante BP 45 44100 NANTES Tel : 0240256767 Fax : 0240789029 Email : infos@test-sa.fr Monsieur

Plus en détail

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés.

- 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1. charges calculées et charges décaissées, produits calculés et produits encaissés. - 04 - GESTION DE LA TRESORERIE D EXPLOITATION PARTIE 1 Objectif(s) : o Evaluation de la variation de la trésorerie d'exploitation ; o Encaissements et décaissements. Pré-requis : o Etre capable de distinguer

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

Le chapitre traite de l analyse du bilan, structure et équilibre financier, point 5.2 du programme : En étudiant les notions suivantes :

Le chapitre traite de l analyse du bilan, structure et équilibre financier, point 5.2 du programme : En étudiant les notions suivantes : L analyse du bilan Chapitre 18 Introduction Le chapitre traite de l analyse du bilan, structure et équilibre financier, point 5.2 du programme : En étudiant les notions suivantes : - Les cycles d exploitation,

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

RAPPORT D ANALYSE FINANCIERE. Pyrus

RAPPORT D ANALYSE FINANCIERE. Pyrus RAPPORT D ANALYSE FINANCIERE Pyrus 1. DESCRIPTION DE L ENTREPRISE : L objet de financement : Financer une phase technique pour valoriser des vieux arbres fruitiers issus de vergers afin de les transférer

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 :

Au second semestre 2010 : Sur l année 2010 : Perspectives 2011 : 11.05 Valeo : résultat net de 365 millions d euros en 2010, soit 3,8 % du chiffre d affaires ; performance opérationnelle en avance sur le plan stratégique présenté en mars 2010 Au second semestre 2010

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

Exercices & cours de Gestion en vidéo - BTS MUC. Liste des formules. (Consultez également «Liste des tableaux»)

Exercices & cours de Gestion en vidéo - BTS MUC. Liste des formules. (Consultez également «Liste des tableaux») Liste des formules (Consultez également «Liste des tableaux») Table des matières LES CALCULS COMMERCIAUX... 4 Le coefficient multiplicateur... 4 Montant de TVA... 4 TVA collectée... 4 TVA déductible...

Plus en détail

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Bilan Compte de résultat Tableau des flux de trésorerie Variation des capitaux propres Annexe aux comptes consolidés 1 Transition aux normes IFRS 2 Principes et

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE

DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE DOSSIER DE CANDIDATURE HOTEL D ENTREPRISE 1 Le dossier de candidature proposé par l Ecopôle Périgord Aquitaine ne constitue pas un cadre rigide et doit bien entendu être adapté au projet de votre entreprise.

Plus en détail

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie

Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie Chapitre 6 L analyse comptable des flux : Les tableaux de flux de trésorerie 1 Plan (Chapitre 13 de l ouvrage de référence) Introduction Le tableau des flux de trésorerie : principes généraux Méthodologie

Plus en détail

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010 F D C N FDC COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010. ACTIF. PASSIF. RESULTAT 2 BILAN ACTIF CONSOLIDATION durée de l'exercice 12 mois Brut Am.& Prov. ACTIF IMMOBILISE Immobilisations

Plus en détail

Analyse financière. DUT GEA, 2 èm e année option PMO, 2005-2006

Analyse financière. DUT GEA, 2 èm e année option PMO, 2005-2006 L article suivant est tiré du journal «L Entreprise» (n 236, juillet-août 2005). Il est intitulé «Comment la banque vous juge» : Avant de vous accorder un financement ou un prêt, votre banquier examine

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Ratios sectoriels. Dossier exemple. Dossier exemple-caroline. Références du dossier : Date : 24/09/2012 Auteur : Caroline

Ratios sectoriels. Dossier exemple. Dossier exemple-caroline. Références du dossier : Date : 24/09/2012 Auteur : Caroline Ratios sectoriels Dossier exemple Références du dossier : Date : 24/09/2012 Auteur : Caroline Dossier exemple-caroline 1 P a g e SOMMAIRE LE BENCHMARKING SECTORIEL 5 RENTABILITE & PRODUCTIVITE 6 PRODUCTION

Plus en détail

ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON

ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON RAPPORT DE GESTION SUR LES OPERATIONS DE L'EXERCICE CLOS

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS FONDATION D ENTREPRISE CHANEL 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS Exercice du 18 juin 2011 au 31 décembre 2012 SOMMAIRE COMPTES ANNUELS ANNEXE 6 1. Faits caractéristiques

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA

ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA Sommaire Partie 1 : Analyse des documents de synthèse Cours 1 - Soldes Intermédiaires de Gestion... 3 Cas 1-1 : Marie (SIG sans retraitement)...

Plus en détail

Le besoin en fonds de roulement (BFR) et la trésorerie

Le besoin en fonds de roulement (BFR) et la trésorerie Mois AAAA Mois décembre AAAA 2009 mise à jour décembre 2010 Préambule Les associations du secteur social et médico-social qui gèrent un ou plusieurs établissements ou services et proposent des prestations

Plus en détail

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière

Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Carrefour : Résultats annuels 2012 Hausse du chiffre d affaires et du résultat net part du Groupe Renforcement de la structure financière Chiffres clés 2012 Croissance des ventes du Groupe : +0,9% à 76,8

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Sèvres, le 28 avril 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Sèvres, le 28 avril 2015 Progression de la croissance Internet à +4,1%, chiffre d affaires consolidé en légère baisse et renforcement des partenariats avec les grands acteurs du web

Plus en détail

Exercices. financière. d analyse. 5 e édition 2010-2011. avec corrigés détaillés. Béatrice et Francis Grandguillot

Exercices. financière. d analyse. 5 e édition 2010-2011. avec corrigés détaillés. Béatrice et Francis Grandguillot Exercices d analyse financière avec corrigés détaillés Béatrice et Francis Grandguillot 5 e édition 2010-2011 Béatrice et Francis GRANDGUILLOT sont professeurs de comptabilité-gestion et de fiscalité dans

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 13 mars 2012 RESULTATS ET ACTIVITE 2011 DE LA BANQUE POSTALE Bonne résistance du PNB et du RBE en 2011, solidité financière confirmée, poursuite de la dynamique de développement

Plus en détail

SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDES SUR LE DERNIER ARRETE INTERMEDIAIRE

SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDES SUR LE DERNIER ARRETE INTERMEDIAIRE SOMMAIRE COMPTES CONSOLIDES SUR LE DERNIER ARRETE INTERMEDIAIRE - Bilan consolidé - Compte de résultat consolidé - Tableau de flux - Annexe simplifiée 1 SOMMAIRE DE L ANNEXE SIMPLIFIEE 1 EVENEMENTS SIGNIFICATIFS

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT 3 PLACE ARNOLD BILAN ET COMPTE DE RESULTAT - Bilan actif-passif - Compte de résultat - Détail des comptes bilan actif passif - Détail compte de résultat C.D. 63 B.P. 4 67116 STRASBOURG-REICHSTETT 03 88

Plus en détail

RAPPORT COMPLET D EXPERTISE

RAPPORT COMPLET D EXPERTISE RAPPORT COMPLET D EXPERTISE 1 1 e partie : RAPPORT D'ANALYSE FINANCIERE 2 SOMMAIRE DU RAPPORT SYNTHESE DES FORCES ET FAIBLESSES... 4 FORCES de l'entreprise... 4 FAIBLESSES de l'entreprise... 4 COMMENTAIRES

Plus en détail

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier.

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier. Dossier Financier Ce dossier complète notre dossier économique en apportant un éclairage financier sur notre projet. Il s appuie sur l organisation que nous avons mise en place et sur l expérience de démarrage

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2015 1 er trimestre : Résultats en ligne avec les objectifs annuels Solide croissance organique de 3,3% EBITDA en hausse de 1,5% Résultat net multiplié par 3,3 Perspectives

Plus en détail

Strasbourg 8 décembre 2014. A la rencontre de nos actionnaires

Strasbourg 8 décembre 2014. A la rencontre de nos actionnaires Strasbourg 8 décembre 2014 A la rencontre de nos actionnaires Air France-KLM : quatre secteurs d activité Chiffre d affaires 2013 Transport de passagers 21,1 mds 82% Transport de cargo Maintenance aéronautique

Plus en détail

Etats Comptables et Fiscaux

Etats Comptables et Fiscaux adps 18 bis rue de bruxelles 75009 paris Etats Comptables et Fiscaux 31/12/2014 Téléphone : Etats Financiers Bilan Actif adps Edition du 17/03/15 RUBRIQUES BRUT Amortissements Net (N) Net (N-1) 31/12/2014

Plus en détail

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008 Résultats Semestriels 2008 Paris, le 1er octobre 2008 ALTEN ALTEN reste fortement positionné sur l Ingénierie et le Conseil en Technologie (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d études pour

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

Financement et rentabilité des investissements

Financement et rentabilité des investissements Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Financement et rentabilité des investissements Maximiser les revenus des investissements Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3252-0

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE INNATE PHARMA ANNONCE SES RESULTATS POUR 2006 : FORTE CROISSANCE DE L ACTIVITE DE RECHERCHE ET DEVELOPPEMENT (+75%), ET NOTAMMENT DE LA CLINIQUE Marseille, le 20 mars 2007 Innate Pharma SA (la «Société»),

Plus en détail

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA )

- Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) Le Groupe Ecobank présente de très bons résultats en 2014 : - Produit net bancaire : +14% à 2,3 milliards $EU ( 1 134 milliards FCFA ) - Résultat avant impôt : +134% à 519,5 millions $EU ( 258 milliards

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

Comptes Consolidés 30/06/2014

Comptes Consolidés 30/06/2014 Comptes Consolidés 30/06/2014 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010

EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010 1 EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010 S O M M A I R E COMPTES CONSOLIDES Bilan consolidé...4 Compte de résultat consolidé...6 Tableau de flux de trésorerie consolidé...7 NOTES ANNEXES

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Bourgogne Sud 3 avenue de Chalon 71380 Saint-Marcel Adresse postale : B.P. 51-71103 Chalon-sur-Saône Cedex France

ABCD KPMG Entreprises Bourgogne Sud 3 avenue de Chalon 71380 Saint-Marcel Adresse postale : B.P. 51-71103 Chalon-sur-Saône Cedex France KPMG Entreprises Bourgogne Sud 3 avenue de Chalon 71380 Saint-Marcel Adresse postale : B.P. 51-71103 Chalon-sur-Saône Cedex France Téléphone : +33 (0)3 85 42 80 80 Télécopie : +33 (0)3 85 42 80 60 Site

Plus en détail

Résultats du premier trimestre 2012 1

Résultats du premier trimestre 2012 1 Résultats du premier trimestre 1 Luxembourg, 9 mai Faits marquants Taux de fréquence 2 en matière de santé et sécurité de 1,0 au 1 er trimestre contre 0,3 au 4 ème trimestre Expéditions de 433 milliers

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013

COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013 COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013 1, cours Xavier Arnozan 33000 BORDEAUX BILAN ACTIF 31/12/2013 31/12/2012 Brut Amort.dépréciat. Net Net Capital souscrit non appelé ACTIF IMMOBILISE

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail