Lésions du segment postérieur de l œil associées à la cataracte : étude échographique chez 106 chiens ( )

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lésions du segment postérieur de l œil associées à la cataracte : étude échographique chez 106 chiens (1999-2003)"

Transcription

1 Lésions du segment postérieur de l œil associées à la cataracte : étude échographique chez 106 chiens ( ) A. PONCHET, B. CANTALOUBE, G. CAZALOT et A. RÉGNIER* Département des Sciences Cliniques, Ecole Nationale Vétérinaire, 23 chemin des Capelles, B.P , Toulouse Cedex 3, France * Auteur chargé de la correspondance : RÉSUMÉ L objectif de cette étude était d évaluer la prévalence des lésions du segment postérieur de l œil pouvant être présentes lors de cataracte chez le chien. Les dossiers cliniques de 106 chiens ayant une cataracte immature, mûre ou hypermûre (n = 175 yeux) et qui avaient fait l objet d une échographie oculaire lors de la consultation, ont été retenus pour cette étude. Ces animaux avaient été présentés à la clinique d ophtalmologie de l Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse entre septembre 1999 et mars 2003 pour être opérés de leur cataracte. Avant décision opératoire, des échographies des globes oculaires ont été réalisées en mode B avec une sonde de 10 MHz, après anesthésie locale de la cornée, et selon des plans sagittaux et horizontaux. Au total, des modifications échographiques du segment postérieur de l oeil ont été décelées chez 34,8% (61/175) des yeux atteints de cataracte. Ces images échographiques anormales ont caractérisé un décollement de rétine dans 16,6% (29/175) des cas, une dégénérescence du vitré dans 16,6% (29/175) des cas, un vitré primitif hyperplasique dans deux cas (1,1%), et un lenticône postérieur dans un cas (0,6%). Aucune corrélation significative (P > 0,05) n a été trouvée entre le stade d évolution de la cataracte et l incidence du décollement de rétine. La dégénérescence du vitré s est matérialisée par des corps flottants vitréens (13,7% des cas = 24/175), ou un décollement postérieur du vitré (2,8% des cas = 5/175). Le décollement de rétine et la dégénérescence vitréenne étaient associés dans 3 cas (1,7%). Ces résultats confirment que des lésions vitréo-rétiniennes, constituant des contre-indications ou des risques potentiels d échec pour la phacoexérèse, peuvent être présentes lors de cataracte chez le chien. Ils soulignent de ce fait, la place majeure de l échographie oculaire dans le bilan décisionnel à la chirurgie de la cataracte chez le chien. Mots-clés : échographie - cataracte - décollement de rétine - dégénérescence du vitré - chien. SUMMARY Ultrasonographic findings in the posterior segment of canine eyes with cataracts : 106 cases ( ). By A. PONCHET, B. CANTA- LOUBE, G. CAZALOT and A. RÉGNIER. The present study was aimed at evaluating the incidence of echographic abnormalities in the posterior segment of canine eyes with cataracts. Data were collected from medical records of 106 dogs with immature, mature or hypermature cataract, representing 175 eyes. These animals were seen for potential cataract surgery at the Ophthalmology Clinic of the National Veterinary School of Toulouse between September 1999 and March Prior to surgical decision, ocular ultrasonography was peformed on each eye using a real-time, B-mode ultrasound system and a 10 MHz mechanical sector scanner, under topical anesthaesia. Overall, ultrasonographic abnormalities were identified in 34.8% (61/175) of the eyes with cataracts. Retinal detachment was observed in 16.6% (29/175) of the eyes, and was bilateral in 10 cases. No significant relationship (P > 0.05) was found between the stage of cataract maturation and the incidence of retinal detachment. Vitreous degeneration was also present in 16.6% (29/175) of the eyes examined. The vitreous degeneration appeared as vitreous opacities (13.7 % = 24/175) or posterior vitreous detachment (2.8 % = 5/175). Retinal detachment and vitreous degeneration were both present in three cases (1.7%). Persistent hyperplasic primary vitreous was observed in two cases of congenital cataract (1.1 %) and posterior lenticonus was identified in one case (0.6 %). These results confirm that vitreoretinal abnormalities, which can complicate or obviate the need for cataract surgery, may be present in canine eyes with cataracts. Thus, they emphasize the role of ultrasonography to evaluate the posterior segment of the eye prior to cataract surgery. Keywords : ultrasonography - cataract - retinal detachment - vitreous degeneration - dog. Introduction Certaines affections oculaires représentent une contreindication relative ou absolue à la chirurgie de la cataracte chez le chien. Les affections du segment antérieur de l œil, telles les kératites ou les iridocyclites, ainsi que le glaucome peuvent être aisément identifiées lors de l examen ophtalmologique [1]. En revanche les affections du vitré ou de la rétine ne peuvent être observées cliniquement lorsque le fond d œil est totalement masqué par l opacité du cristallin [1,9]. Deux examens complémentaires s avèrent alors nécessaires : l échographie oculaire, qui visualise l état du vitré ainsi que la position de la rétine, et l électrorétinographie, qui évalue la fonction rétinienne [9, 10]. Etablir un bilan complet, par l examen ophtalmologique et les examens complémentaires, est donc indispensable à une décision opératoire raisonnée et offrant les meilleures chances de réussite pour la chirurgie du cristallin. Lorsque ces règles sont suivies, le taux de réussite de l opération de la cataracte chez le chien est de 80-95% à un an et de l ordre de 70% après un an [2,9]. Le but de cette étude était d une part, d évaluer l incidence des modifications du segment postérieur de l œil détectées à l échographie chez des chiens à cataracte présentés pour être opérés de cette affection, et d autre part d étudier les liens possibles entre ces modifications et le stade d évolution de la cataracte ainsi que leur potentielle association avec l uvéite phacolytique, c est-à-dire induite par la cataracte [16, 18]. Matériel et méthodes Les dossiers des chiens présentés pour une cataracte à la clinique d ophtalmologie de l Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse de septembre 1999 à mars 2003, ont été analysés. Seuls ont été retenus, les dossiers des animaux présen-

2 ECHOGRAPHIE DE L ŒIL À CATARACTE CHEZ LE CHIEN 387 tant une cataracte suffisamment évoluée pour justifier une intervention chirurgicale et chez lesquels une échographie oculaire avait été réalisée. Pour chaque chien, les yeux ont été examinés à la lampe à fente (portable slit lamp SL-14 TM, Kowa Company), avant et après dilatation de la pupille, et la pression intraoculaire a été mesurée par tonométrie à aplanissement (Tonopen XL TM, Mentor), après anesthésie locale de la cornée (Novésine, MSD-Chibret). Les cataractes retenues pour cette étude étaient suffisamment denses pour empêcher l observation du fond d œil par ophtalmoscopie indirecte, et elles appartenaient à l un des stades d évolution suivants : cataracte immature, cataracte mûre et cataracte hypermûre, incluant celle de Morgagni. Ces stades ont été caractérisés selon les standards habituels [1, 10, 11]. L examen ophtalmologique s est également attaché à rechercher la présence d une éventuelle uvéite phaco-antigénique. Son diagnostic était basé sur l existence d un ou plusieurs des signes suivants : injection cilaire, myosis, effet Tyndall, pression intraoculaire (P.I.O.) inférieure à 10 mmhg, retard à la mydriase pharmacologique, et pigmentation de l iris [10, 16, 18]. L anesthésie de surface effectuée préalablement pour la mesure de la P.I.O. a servi également pour l échographie oculaire, réalisée sur l animal vigile dont la tête était maintenue immobile par un aide. L examen échographique a été fait avec une sonde de 10 MHz, en mode B, et réglée à 40 mm (B-Scan Compact 201 TM, Quantel Médical). La sonde, enduite d un gel échographique stérile, était placée directement sur la cornée. Le globe oculaire était exploré selon des coupes verticales puis horizontales. Un cliché de chaque coupe était imprimé et classé dans le dossier de l animal. L interprétation des images échographiques a été faite selon les standards définis dans la littérature [4, 6, 7, 12]. L analyse statistique des données a été réalisée avec le logiciel SAS software version 8.1. Le test d association du χ 2 a été utilisé pour étudier la corrélation entre les différents stades de la cataracte, la présence d uvéite phaco-antigénique, et l existence d un décollement rétinien ou d une dégénérescence vitréenne. Le seuil de signification a été fixé à P <0,05. cas. Des symptômes d uvéite phacolytique ont été observés sur 44% (77/175) de l ensemble des yeux examinés, et selon une fréquence de 41,7% (15/36) pour les cataractes immatures, 41,3% (45/109) pour les cataractes mûres, et 56,7% (17/30) pour l ensemble des cataractes hypermûres et de Morgagni. Il n a pas été trouvé de différence significative (P>0,05) entre ces différents fréquences. Des images échographiques anormales ont été identifiées dans le segment postérieur de 34,8% (61/175) des yeux à cataracte inclus dans l étude. Ces images correspondaient à un décollement de rétine dans 16,6% (29/175) des cas. Parmi ceux-ci, 10 décollements étaient bilatéraux et 19 unilatéraux. Ils se présentaient sous forme de décollement partiel (Figure 1) ou total (Figure 2). Un décollement de rétine existait avec 11,1% (4/36) des cataractes immatures, 14,7% (16/109) des cataractes mûres, et 30,0% (9/30) des cataractes hypermûres incluant celles de Morgagni. Malgré l augmentation de fréquence du décollement rétinien avec les stades d évolution de la cataracte, il n a été trouvé de relation statistiquement significative (P = 0,01) entre ces deux paramètres que pour le stade de cataracte hypermûre. La dégénérescence vitréenne a été observée avec la même incidence globale que le décollement de rétine (16,6% = 29/175), et elle était associée à ce dernier dans 3 cas (1,7%). Elle s est matérialisée dans 5 cas (2,8%) par un décollement postérieur du vitré apparaissant comme une ligne fine en avant de, et parallèle à la rétine (figure 3), et dans 24 cas (13,7%) par une organisation vitréenne sous forme d échos ponctiformes régulièrement répartis ou en amas (figure 4). La dégénérescence du vitré était présente chez 13,9% (5/36) des cataractes immatures, 16,5% (18/109) des cataractes mûres, et 20,0% (6/30) des cataractes hypermûres, incluant celles de Morgagni. Il n a pas été trouvé de corrélation significative (P > 0,05) entre le stade d évolution de la cataracte et l existence d une dégénérescence vitréenne. Une image de vitré primitif hyperplasique a été observée dans deux cas de cataracte congénitale (1,1% = 2/175). Dans un cas, la cataracte était immature et dans l autre elle était hypermûre et associée à un décollement de rétine. Enfin, un lenticône postérieur (0,6% = 1/175) a été diagnostiqué dans un cas de cataracte juvénile. Une uvéite phacolytique a été diagnostiquée chez 44,1 % Résultats (graphe 1) Sur 157 dossiers analysés, seuls 106 cas correspondaient aux critères d inclusion définis pour cette étude. Vingt-sept races canines étaient représentées dans l échantillon de population sélectionné. Les caniches (27,4%), les chiens croisés (16%) et les cockers anglais (8,5%) étaient les races les plus représentées. L échantillon étudié comprenait 52 femelles et 54 mâles. L âge des chiens s échelonnait de 1,5 à 15 ans, avec une moyenne de 7,7 ans, et une médiane de 8 ans. Onze animaux (soit 10,4%) avaient un diabète sucré. Les 106 chiens retenus dans l étude, représentaient 175 yeux atteints de cataracte justifiant une échographie. Ces cataractes se répartissaient en 36 cataractes immatures (20,6%), 109 cataractes mûres (62,3%) et 30 cataractes hypermûres comprenant celles de Morgagni (17,1%). La cataracte était bilatérale dans 80 cas et unilatérale dans 15 GRAPHE 1. Incidence (en pourcentage) du décollement de rétine et de la dégénérescence du vitré en fonction du stade d évolution de la cataracte (nombre total = 175 yeux).

3 388 PONCHET (A.) ET COLLABORATEURS FIGURE 1. Echographie en mode B d une cataracte avec un décollement partiel de la rétine. FIGURE 2. Echographie en mode B d une cataracte avec un décollement total de la rétine. FIGURE 3. Echographie en mode B d une cataracte avec un décollement postérieur du vitré se traduisant par une fine ligne hyperéchogène en avant de, et parallèle à la rétine. (64/114) des yeux à cataracte sans anomalie du segment postérieur, 37,9% (11/29) des cas de cataracte avec décollement de rétine et 34,5% (10/29) des cataractes avec dégénérescence vitréenne. Il n y avait pas de différence significative (P > 0,05) entre les fréquences de l uvéite phaco-antigénique observées dans ces différents groupes. Discussion FIGURE 4. Echographie en mode B d une cataracte avec une organisation vitréenne matérialisée par des échos multiples punctiformes. L échantillon des cataractes sélectionnées pour notre étude comprenait 20,6 % de cataractes immatures, 62,3 % de cataractes mûres et 17,2 % de cataractes hypermûres. Seuls ces stades évolutifs de l opacité cristallinienne avaient nécessité un examen échographique du segment postérieur de l œil puisque ce dernier ne pouvait être examiné correctement par ophtalmoscopie. Cet échantillonnage correspond à ceux publiés dans deux précédentes études ayant le même objectif que le notre, et pour lesquelles la cataracte mûre était également le stade d évolution le plus représenté, avec respectivement 51 % [5] et 44 % [14] des cas. Dans notre échantillon, 44% de l ensemble des yeux à cataracte présentaient des symptômes d uvéite phacolytique, et cette complication a été observée avec une fréquence équivalente pour les trois stades d évolution de l opacité du cristallin. Cette constatation est en accord avec les données de la littérature [16, 18]. La prévalence globale de l uvéite phacolytique au sein de notre échantillon est proche de la valeur de 39,6% observée dans une étude américaine portant sur l examen échographique de 277 yeux à cataracte [17]. Dans la présente étude, une anomalie échographique siégeant dans le segment postérieur de l œil a été observée dans 34,8% des 175 yeux à cataracte. Cette évaluation est identique à celle de 34% publiée dans l étude américaine précédemment citée [17]. Les modifications du segment postérieur qui ont été identifiées sont principalement le décollement de rétine et la dégénérescence du vitré. La prévalence

4 ECHOGRAPHIE DE L ŒIL À CATARACTE CHEZ LE CHIEN 389 de 16,6 % (29/176) estimée pour le décollement de rétine est légèrement supérieure à celle de 11 % précédemment rapportée dans l étude portant sur 277 cas [17]. A l image de cette étude [17], nous avons observé que l incidence du décollement de rétine a augmenté avec les stades évolutifs de la cataracte. Toutefois, l analyse statistique de nos résultats a montré que la relation entre stade évolutif et décollement de rétine était seulement significative pour la cataracte hypermûre. Une dégénérescence du vitré a été vue à l échographie chez 16,6% (29/176) des yeux étudiés. Elle était présente chez 13,9%, 16,5% et 20,0% des yeux avec respectivement une cataracte immature, mûre et hypermûre. Cette apparente augmentation de l incidence de la transformation vitréenne avec le stade d évolution de la cataracte n a toutefois pas été confirmée statistiquement. Dans l étude portant sur 277 cas, précédemment citée [17], la prévalence de la dégénérescence du vitré a été évaluée à 23 % (63/277). De même que dans notre étude, l incidence de la dégénérescence du vitré n a pas été statistiquement corrélée à l évolution de la maturation de la cataracte. Dans une étude menée à Zurich [5], et associant l examen échographique en modes A et B de 124 yeux à cataracte, la présence d une dégénérescence du vitré a été diagnostiquée dans 77% (95/124) des cas. Cette différence avec nos résultats et ceux de l étude américaine [17] est probablement liée à l utilisation du mode A qui, de par son mode de représentation graphique sous forme de pics, peut plus aisément distinguer les modifications de l organisation du gel vitréen. Dans l étude susnommée [5], il a également été trouvé que l incidence de la dégénérescence du vitré augmentait significativement avec le stade d évolution de la cataracte, pour atteindre 100% avec les cataractes hypermûres. Nos observations concernant la coexistence possible d une cataracte et d un décollement de rétine ou d une dégénérescence vitréenne chez le chien, sont en accord avec des études cliniques précédemment publiées [3, 5, 17]. D un point de vue pratique, il est difficile, voire impossible, de déterminer la genèse et la chronologie de ces associations, mais plusieurs hypothèses pathogéniques existent. La plupart mettent en avant le rôle déterminant de la dégénérescence du vitré qui peut être physiologiquement lié à l âge ou secondaire à une inflammation, ou hyalite [15]. Cette dernière pourrait être une complication de l uvéite phacolytique, et elle pourrait avoir pour conséquence de créer des brides de traction vitréorétiniennes ou d entraîner une synérèse, c est-à-dire une liquéfaction, du vitré. Dans le premier cas, la hyalite pourrait être responsable de décollement de rétine par traction, et dans le second de décollement rhegmatogène [13, 14]. En effet, la synérèse liée à la dégradation de l acide hyaluronique et des fibrilles de collagène constituant le vitré, crée des espaces remplis d un liquide proche de l humeur aqueuse. [13,15]. Les déplacements du vitré liquéfié, provoqués par des mouvements brusques de l oeil ou de la tête, entraînent des tractions sur la rétine qui peuvent aboutir à sa déchirure. La liquéfaction du vitré peut aussi conduire à sa rétraction, qui permet à la membrane hyaloïde qui limite le vitré de se détacher de la rétine (décollement postérieur du vitré). Celle-ci n étant plus attachée qu à la base du vitré, il s exerce dans cette zone des tractions telles que la neurorétine peut se déchirer lors des mouvements du vitré [13]. Dans les deux cas, la déchirure rétinienne va aboutir à un décollement rhegmatogène si le vitré liquéfié s engouffre dans l espace sous-rétinien et décolle la neurorétine [13, 15]. Dans la présente étude, nous n avons pas observé de déchirure rétinienne associée aux décollements. Cette lésion a pu toutefois échapper à l examen échographique si elle se trouvait en périphérie de la rétine. Même si l on n a jamais mis en évidence de corrélation statistiquement significative entre l existence d une uvéite phacolytique et la présence d un décollement de rétine ou une dégénérescence du vitré lors de cataracte chez le chien [5, 17], on peut faire l hypothèse que si la cataracte est primitive et s accompagne d une uvéite phacolytique, cette dernière pourrrait favoriser la dégénérescence du vitré qui pourrait ensuite créer un décollement de rétine rhegmatogène ou par traction. A l inverse, il est également envisageable qu un décollement de rétine, qu elle qu en soit l origine, puisse se compliquer secondairement de cataracte [15]. Dans un cas comme dans l autre, l important pour le clinicien est d identifier par l échographie le décollement de rétine car il constitue une contre-indication à la chirurgie de la cataracte, qu il soit partiel ou total [1, 9]. La contre-indication à la chirurgie de la cataracte devient relative si l échographie oculaire identifie une dégénérescence de vitré sans décollement de rétine. En effet, cette modification du vitré peut, par les mécanismes précédemment évoqués, favoriser l apparition du décollement de rétine après la phaco-exérèse, surtout s il existe une uvéite post-chirurgicale. Si l opération de la cataracte est décidée pour un chien ayant une dégénérescence vitréenne, la chirurgie doit être accompagnée d une rétinopexie transclérale au laser diode ou à la cryode afin de prévenir les déchirures rétiniennes périphériques [14]. Notre étude a également montré que l échographie a permis de visualiser des anomalies congénitales, comme le vitré primitif hyperplasique ou le lenticône postérieur qui représentent des situations particulières si la chirurgie de la cataracte est décidée, car le chirurgien doit systématiquement prévoir de réaliser un capsulorhexis postérieur et une vitrectomie [8]. En conclusion, ces résultats montrent que des lésions acquises ou congénitales du segment postérieur de l œil peuvent être présentes sur les yeux à cataracte. L échographie oculaire faite en phase de décision pré-opératoire permet de les identifier et de déterminer la pertinence d une intervention chirurgicale ou les conditions de sa réalisation. Remerciements Les auteurs remercient Xavier Lescure, Société Dioptrix (31240 l Union) pour son aide matérielle. Références bibliographiques 1. ADKINS E.A., HENDRIX D.V. : Cataract evaluation and treatment in dogs. Compend. Cont. Educ. Pract. Vet., 2003, 25, BAGLEY L.H., LAVACH J.D. : Comparison of postoperative phacoemulsification results in dogs with and without diabetes mellitus: 153 cases ( ). J. Am. Vet. Med. Assoc., 1994, 205, BELTRAN W., JEGOU J.P. : Décollement rétinien associé à une

5 390 PONCHET (A.) ET COLLABORATEURS cataracte unilatérale. Point Vét., 2001, 216, BERGES O., TORRENT M. : Echographie de l œil et de l orbite. Paris, Edition Vigot ; DIETRICH U.M., SPIESS B.M. : Ultrasonographic examination of the eyes of dogs with cataracts using the combined B-mode/vector- A-scan system. American College of Veterinary Ophthalmogists, 29th Annual Meeting, Seattle 1998, p DUCASSE A., BONNET-GAUSSERAND F., MENANTEAU B., MARCUS C., REYNAL C. : Imagerie du globe oculaire. Encycl Med Chir (Paris-France), Ophtalmologie A-20, 1995, 9p. 7. DZIEZYC J., HAGER D.A., MILLICHAMP N.J. : Two dimensional real time ocular ultrasonography in the diagnosis of ocular lesions in dogs. J. Am. Anim. Hosp. Assoc., 1987, 23, GEMENSKY-METZLER A.J., WILKIE D.A. Surgical management and histologic and immunohistochemical features of a cataract and retrolental plaque secondary to persistent hyperplastic tunica vasculosa lentis/persistent hyperplastic primary vitreous (PHTVL/PHPV) in a bloodhound puppy. Vet. Ophthalmol., 2004, 7, KEIL S.M., DAVIDSON H.J. : Canine cataract : a review of diagnostic and treatment procedure. Vet. Med., 2001, 96, GELATT K.N. : The canine lens. In : Veterinary Ophthalmology, 2 nd edition (ed. Gelatt K.N.), Philadelphia, Lea and Febiger 1991: PLAYTER R.F. : The development and maturation of cataract. J. Am. Anim. Hosp. Assoc., 1977, 13, RESTORI M. : Diagnostic ultrasound in vitreoretinal disease. In Text Atlas of the Retina (eds. A.M.P. Hamilton, R. Gregson and G.E. Fish). London, Martin Dunitz, 1998 : SCHEPENS C.L., FREEMAN H.M. : The vitreous in peripheral retinal breaks and rhegmatogenous retinal detachment. In : Vitreoretinal Disorders, Diagnostics and Management. Philadelphia, WB Saunders Co. 1976, SCHMIDT G.M., VAINISI S.J. : Retrospective study of prophylactic random transscleral retinopexy in the Bichon Frise with cararact. Vet. Ophthalmol., 2004, 7, SMITH P.J. Surgery of the canine posterior segment. In Veterinary Ophthalmology, 3 rd edition (ed. K.N. Gelatt), Philadelphia, Lippincott Williams & Wilkins, 1999, VAN DER WOERDT A., NASISSE M.P., DAVIDSON M.G. : Lensinduced uveitis in dogs : 151 cases ( ). J. Am. Vet. Med. Assoc., 1992, 201, VAN DER WOERDT A., WILKIE D.A., MYER W. : Ultrasonographic abnormalities in the eyes of dogs with cataracts : 147 cases ( ). J. Am. Vet. Med. Assoc., 1993, 203, VAN DER WOERDT A. : Lens-induced uveitis. Vet. Ophthalmol., 2000, 3,

Cataracte & Chirurgie de la Cataracte

Cataracte & Chirurgie de la Cataracte Cataracte & Chirurgie de la Cataracte Qu est ce que la Cataracte? On trouve à l intérieur de l œil de tous les animaux une lentille appelée cristallin. Il s agit d une structure volumineuse, disposée au

Plus en détail

Utilisations du Laser Diode

Utilisations du Laser Diode Académie Vétérinaire de France 20 Janvier 2011 Utilisations du Laser Diode en ophtalmologie vétérinaire Frédéric GOULLE AQUIVET Service d Ophtalmologie Bordeaux Eysines Utilisations du Laser Diode en ophtalmologie

Plus en détail

Introduction. L ophtalmologie à l ECN

Introduction. L ophtalmologie à l ECN Introduction. L ophtalmologie à l ECN Statistiques ECN Depuis 2004, il n y a eu que 3 années «sans ophtalmologie» à l ECN. Toutes les autres années la spécialité était présente, soit sous forme de question

Plus en détail

La Catarate. Définition. Epidémiologie

La Catarate. Définition. Epidémiologie La Catarate La Catarate Définition La cataracte est une affection se traduisant par une opacification du cristallin de l œil, qui est normalement transparent. Elle peut toucher la totalité du cristallin

Plus en détail

UTILISATION DU LASER INFRAROUGE EN OPHTALMOLOGIE VÉTÉRINAIRE USE OF INFRA-RED LASER IN VETERINARY OPHTHALMOLOGY

UTILISATION DU LASER INFRAROUGE EN OPHTALMOLOGIE VÉTÉRINAIRE USE OF INFRA-RED LASER IN VETERINARY OPHTHALMOLOGY 04_goulle_C2-Bastien 08/12/11 15:36 Page217 UTILISATION DU LASER INFRAROUGE EN OPHTALMOLOGIE VÉTÉRINAIRE USE OF INFRA-RED LASER IN VETERINARY OPHTHALMOLOGY Par Frédéric GOULLE (Communication présentée

Plus en détail

CHIRURGIE DE DECOLLEMENT DE RETINE

CHIRURGIE DE DECOLLEMENT DE RETINE SPECIALITES CHIRURGICALES OPHTALMOLOGIE CHIRURGIE DE DECOLLEMENT DE RETINE Docteur WILLIAMSON Docteur AILEM Février 2010 4 Bd Hauterive 64046 PAU Cedex Tel. : 05 59 92 47 17 (secrétariat ouvert de 9 h

Plus en détail

Traitements du glaucome par laser

Traitements du glaucome par laser Traitements du glaucome par laser Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié. Veuillez

Plus en détail

La cataracte est l opacification de tout ou partie

La cataracte est l opacification de tout ou partie cataracte 58 - CATARACTE Ce qu il faut savoir 1. Connaître les signes d appel d une cataracte 2. Connaître les étiologies et pouvoir orienter le bilan clinique et paraclinique. 3. Pouvoir expliquer au

Plus en détail

OPHTALMOLOGIE IFSI Pathologies du vieillissement CATARACTE

OPHTALMOLOGIE IFSI Pathologies du vieillissement CATARACTE OPHTALMOLOGIE IFSI Pathologies du vieillissement CATARACTE CATARACTE : DEFINITION Opacifica'on totale ou par'elle du cristallin Mécanisme de vieillissement du cristallin Évolution du cristallin avec l

Plus en détail

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des

Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des Chapitre 4 LE DIAGNOSTIC Plusieurs intervenants peuvent jouer un rôle dans l évaluation et le suivi des problèmes oculaires et optiques, mais seul l ophtalmologiste peut détecter la présence d une DMLA.

Plus en détail

LA RÉFRACTION OBJECTIFS

LA RÉFRACTION OBJECTIFS CHU Dr Benbadis Constantine le 12/04/2011 Service d Ophtalmologie/Module d ophtalmologie. Dr Z.Berkani-Kitouni :Maître de conférences, Chef de Service. LA RÉFRACTION OBJECTIFS : 1- Savoir définir l œil

Plus en détail

CENTRE LASER VICTOR HUGO. Au service de votre vue depuis 1997

CENTRE LASER VICTOR HUGO. Au service de votre vue depuis 1997 CENTRE LASER VICTOR HUGO Au service de votre vue depuis 1997 Le centre laser Historique Localisation Accès Infrastructures Le matériel et les techniques Matériel d examen Traitement du kératocône Lasers

Plus en détail

Le Laser Blended Vision

Le Laser Blended Vision Zoom sur La chirurgie de la presbytie avec le logiciel Laser Blended Vision (LBV) Principe, mode d emploi et résultats n Dans la pratique de la chirurgie réfractive, le traitement de la presbytie représente

Plus en détail

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire

Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Recommandations mai 2011 RECOMMANDATIONS Antibioprophylaxie en chirurgie oculaire Sommaire L infection nosocomiale en chirurgie oculaire 2 Objectif de l antibioprophylaxie 2 Patients à risque 3 Recommandations

Plus en détail

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie

LE GLAUCOME. Questions et réponses en vue d une chirurgie. Pour vous, pour la vie LE GLAUCOME Questions et réponses en vue d une chirurgie Pour vous, pour la vie Cette brochure contient des informations générales sur la chirurgie que vous devrez subir. Votre chirurgien pourra vous donner

Plus en détail

OCT et MYOPIE. Jacques Chofflet Hôpital Saint Roch, Nice Prof. Gastaud Cabinet d Ophtalmologie d Antibes

OCT et MYOPIE. Jacques Chofflet Hôpital Saint Roch, Nice Prof. Gastaud Cabinet d Ophtalmologie d Antibes OCT et MYOPIE Jacques Chofflet Hôpital Saint Roch, Nice Prof. Gastaud Cabinet d Ophtalmologie d Antibes OCT & Myopie «OCT has had the largest clinical impact in ophthalmology.» Fujimoto, 2001. «OCT has

Plus en détail

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE

10/12/2009 DIABETE. Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE DIABETE Dr LEVEZIEL CHU HENRI MONDOR SERVICE DU PR SOUIED FRANCE 1 Diabète Définition: Augmentation du taux de glucose dans le sang Dépistage: 1,20 g/l (6,7 mmol/l) si prélèvement plus de 2 heures après

Plus en détail

L'ophtalmologie est la branche de la médecine chargée du traitement des maladies de l'oeil et de ses annexes. C'est une spécialité médicochirurgicale.

L'ophtalmologie est la branche de la médecine chargée du traitement des maladies de l'oeil et de ses annexes. C'est une spécialité médicochirurgicale. DEFINITION DES PATHOLOGIES ET DES INTERVENTIONS [OPHTALMOLOGIE]. Présentation de l'ophtalmologie : L'ophtalmologie est la branche de la médecine chargée du traitement des maladies de l'oeil et de ses annexes.

Plus en détail

INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE

INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE 1 INFORMATION SUR LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE Qu est-ce que la rétinopathie diabétique? On appelle rétinopathie diabétique les lésions du fond d œil causées par le diabète. En effet, l excès de sucre dans

Plus en détail

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions L opération de la cataracte Des réponses à vos questions Qu est-ce que la cataracte? Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération de la cataracte. Définition

Plus en détail

GLAUCOME. Les traitements non-médicamenteux du glaucome en questions. Docteur Yves Lachkar

GLAUCOME. Les traitements non-médicamenteux du glaucome en questions. Docteur Yves Lachkar GLAUCOME Les traitements non-médicamenteux du glaucome en questions Docteur Yves Lachkar Professeur au collège de Médecine des Hôpitaux de Paris Chef du service d ophtalmologie et directeur de l Institut

Plus en détail

AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Wilfried Minvielle

AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Wilfried Minvielle AJO/ BJO/ Retina Oct 2014 Par Service du Professeur E. Souied Ophtalmologie Centre Hospitalier Intercommunal de Creteil Objectif Déterminer l inocuité du laser diode micropulse transfovéolaire dans l'œdème

Plus en détail

Campagne Nationale de Dépistage du Glaucome. Preservez votre vue! Édité par le Comité de Lutte contre le Glaucome avec le concours des laboratoires

Campagne Nationale de Dépistage du Glaucome. Preservez votre vue! Édité par le Comité de Lutte contre le Glaucome avec le concours des laboratoires Preservez votre vue! Édité par le Comité de Lutte contre le Glaucome avec le concours des laboratoires Sommaire Glaucome : Une menace pour la vision p.3 Le fonctionnement de l œil p.4 Les différentes formes

Plus en détail

La rétinopathie diabétique Professeur Michel MOUILLON Juillet 2005

La rétinopathie diabétique Professeur Michel MOUILLON Juillet 2005 La rétinopathie diabétique Professeur Michel MOUILLON Juillet 2005 Pré-requis : Connaissances de base La circulation rétinienne Pré-acquis sémiologique Sémiologie du fond d'oeil L'angiographie fluorescéinique

Plus en détail

LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE. Comment se déroule la chirurgie de la cataracte?

LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE. Comment se déroule la chirurgie de la cataracte? LA CHIRURGIE DE LA CATARACTE Comment se déroule la chirurgie de la cataracte? Une intervention de routine En France, plus de 500 000 chirurgies de la cataracte sont réalisées chaque année. L intervention

Plus en détail

de troubles de la vision dus à un œdème maculaire associé à un diabète ayant endommagé les vaisseaux sanguins.

de troubles de la vision dus à un œdème maculaire associé à un diabète ayant endommagé les vaisseaux sanguins. EMA/92475/2015 EMEA/H/C/002392 Résumé EPAR à l intention du public aflibercept Le présent document est un résumé du rapport européen public d'évaluation (EPAR) relatif à. Il explique de quelle manière

Plus en détail

Le glaucome est une maladie de l œil qui, en l absense de traitement peut rendre aveugle.

Le glaucome est une maladie de l œil qui, en l absense de traitement peut rendre aveugle. Qu est-ce que le glaucome? Le glaucome est une maladie de l œil qui, en l absense de traitement peut rendre aveugle. Le glaucome est attribuable à un mauvais écoulement du liquide intraoculaire (liquide

Plus en détail

Référentiel CPAM pour le double codage - Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité :

Référentiel CPAM pour le double codage - Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité : Référentiel CPAM pour le double codage - Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité : OPHTAMOLOGIE ADC - Acte de chirurgie BAFA006 1 0 Exérèse non transfixiante d'une lésion d'une paupière Notes

Plus en détail

ACTUALITÉ DES TRAITEMENTS PHYSIQUES ANTI-GLAUCOMATEUX. Eric SELLEM (Centre Ophtalmologique Kléber Lyon)

ACTUALITÉ DES TRAITEMENTS PHYSIQUES ANTI-GLAUCOMATEUX. Eric SELLEM (Centre Ophtalmologique Kléber Lyon) ACTUALITÉ DES TRAITEMENTS PHYSIQUES ANTI-GLAUCOMATEUX Eric SELLEM (Centre Ophtalmologique Kléber Lyon) PNEUMOTRABÉCULOPLASTIE TRABÉCULOPLASTIE SÉLECTIVE CYCLOCOAGULATION AUX U.S. -I- LA PNEUMOTRABÉCULOPLASTIE

Plus en détail

Instructions d utilisation

Instructions d utilisation Instructions d utilisation Lentilles intraoculaires acryliques monofocales réfractives hydrophiles stériles préchargées destinées à une implantation dans le sac capsulaire Ces instructions d utilisation

Plus en détail

Comparaison des résultats visuels et réfractifs des traitements myopiques Zyoptix Asphérique versus Zyoptix Tissue Saving : une étude rétrospective

Comparaison des résultats visuels et réfractifs des traitements myopiques Zyoptix Asphérique versus Zyoptix Tissue Saving : une étude rétrospective Comparaison des résultats visuels et réfractifs des traitements myopiques Zyoptix Asphérique versus Zyoptix Tissue Saving : une étude rétrospective Pilly B. 1, MD, Farpour B. 1,2, MD, Von Gunten S. 2,

Plus en détail

LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE LES OPTOMÉTRISTES : LEUR FORMATION, LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE

LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE LES OPTOMÉTRISTES : LEUR FORMATION, LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE ordre des optométristes du québec LES OPTOMÉTRISTES : LEUR FORMATION, LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE LES OPTOMÉTRISTES : LEUR FORMATION, LEURS SERVICES ET LEUR CADRE DE PRATIQUE VOIR QUI AU

Plus en détail

L expérience LASIK QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? CHOISIR UN CHIRURGIEN

L expérience LASIK QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? CHOISIR UN CHIRURGIEN L expérience LASIK I QUI PEUT BÉNÉFICIER DU LASIK? Pour être éligible au LASIK, vous devez avoir au moins 21 ans, avoir des yeux en bonne santé et être en bonne santé générale. Votre vision ne doit pas

Plus en détail

Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada

Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada Énoncé de la SCO relativement aux valeurs des services non assurés au Canada Introduction Un certain nombre de services de santé pour les yeux qu offrent des médecins ne sont pas considérés médicalement

Plus en détail

4 ème journée de la. Société Algérienne du Glaucome 2012. Dr A.ACHELI Pr O.Ouhadj Pr M.T.Nouri CHU Beni Messous

4 ème journée de la. Société Algérienne du Glaucome 2012. Dr A.ACHELI Pr O.Ouhadj Pr M.T.Nouri CHU Beni Messous 4 ème journée de la Société Algérienne du Glaucome 2012 Dr A.ACHELI Pr O.Ouhadj Pr M.T.Nouri CHU Beni Messous INTRODUCTION Glaucome et cataracte sont deux maladies oculaires distinctes mais sont fréquemment

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES...

SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES... ENVIE DE VOIR CLAIR SANS LUNETTES ET SANS LENTILLES... INTRODUCTION : Vous présentez une anomalie de la réfraction et souhaitez remédier à cette anomalie par le biais d une intervention chirurgicale. Cette

Plus en détail

Guide pour les Glaucomes II ème Edition

Guide pour les Glaucomes II ème Edition Guide pour les Glaucomes II ème Edition ISBN: 88-87434-33-6 Editrice DOGMA S.r.l. Via Cadorna Pal. 3B 17100 Savona - Italy Imprimé en Février 2004 Copyright European Glaucoma Society - 2003 Il est interdit

Plus en détail

Troubles de la réfraction. Définition. Epidémiologie

Troubles de la réfraction. Définition. Epidémiologie Troubles de la réfraction Troubles de la réfraction Définition Pour nous permettre une vision nette, les rayons lumineux provenant des objets vers lesquels nous orientons notre regard traversent successivement

Plus en détail

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques

Chapitre II. Étude de risques spécifiques. Risques optiques Chapitre II Étude de risques spécifiques Risques optiques L exposition maximale permise (E.M.P.) est le niveau maximal auquel l œil peut être exposé sans subir de dommage immédiat ou à long terme. Cette

Plus en détail

entilles e contact Corrections visuelles possibles

entilles e contact Corrections visuelles possibles entilles e contact Corrections visuelles possibles Les lentilles de contact ouvrent les yeux d un public de plus en plus grand. Lunettes L invention des verres correcteurs fut un progrès culturel majeur

Plus en détail

Vous allez être opéré(e) de Membrane Epimaculaire

Vous allez être opéré(e) de Membrane Epimaculaire Vous allez être opéré(e) de Membrane Epimaculaire HÔPITAL LARIBOISIERE Service d'ophtalmologie 2 rue Ambroise Paré 75475 Paris cedex 10 tel : 33 (0)1 49 95 64 88 La rétine est constituée de cellules visuelles

Plus en détail

La prestation des soins oculaires commence par l examen

La prestation des soins oculaires commence par l examen Guide de pratique clinique factuelle de la Société canadienne d ophtalmologie pour l examen oculaire périodique chez les adultes au Canada Comité d experts du Guide de pratique clinique* La prestation

Plus en détail

Activité scientifique et recherche :

Activité scientifique et recherche : L INSTITUT DE L ŒIL Notre Mission: L Institut de l Œil de Montréal a pour mission d offrir à chaque patient, une évaluation individuelle de l état de santé de ses yeux, qui tient compte de l ensemble de

Plus en détail

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques

Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques Artéfact en queue de comète à l échographie hépatique: un signe de maladie des voies biliaires intra-hépatiques T Smayra, L Menassa-Moussa, S Slaba, M Ghossain, N Aoun Hôtel-Dieu de France, Université

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

INDEX T - APPAREIL VISUEL. Omnipraticiens. Page

INDEX T - APPAREIL VISUEL. Omnipraticiens. Page Omnipraticiens INDEX INDEX Page Globe oculaire................................................... T-2 Cornée........................................................ T-2 Sclérotique.....................................................

Plus en détail

GLAUCOME CHRONIQUE. Rappels physiopathologiques OBJECTIFS. Item 82

GLAUCOME CHRONIQUE. Rappels physiopathologiques OBJECTIFS. Item 82 Item 82 GLAUCOME CHRONIQUE Anna Francoz, Pr Alain Bron Service d ophtalmologie, CHU de Dijon, France alain.bron@chu-dijon.fr RR OBJECTIFS DIAGNOSTIQUER un glaucome chronique. ARGUMENTER l attitude thérapeutique

Plus en détail

Dégénérescence maculaire liée à l âge

Dégénérescence maculaire liée à l âge Dégénérescence maculaire liée à l âge LUC-09-02/10-6087 - 1 - Dégénérescence maculaire liée à l âge Sommaire 1. Introduction 2. Qu est-ce que la dégénérescence maculaire liée à l âge? 3. Forme sèche et

Plus en détail

La cataracte est l opacification de tout ou partie

La cataracte est l opacification de tout ou partie cataracte 58 - CATARACTE Ce qu il faut savoir 1. Connaître les signes d appel d une cataracte 2. Connaître les étiologies et pouvoir orienter le bilan clinique et paraclinique. 3. Pouvoir expliquer au

Plus en détail

Comprendre l OMD : un guide

Comprendre l OMD : un guide OMD Œdème maculaire diabétique Comprendre l OMD : un guide Table des matières Œdème maculaire diabétique (OMD) 3 Présentation de l OMD 7 Quels sont les facteurs de risque de l OMD? 9 Quels sont les symptômes

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

En février 2013, l Institut a été félicité par Agrément Canada pour avoir atteint les normes d excellence nationales en soins de santé.

En février 2013, l Institut a été félicité par Agrément Canada pour avoir atteint les normes d excellence nationales en soins de santé. INSTITUT DE L ŒIL DE MONTRÉAL MONTREAL EYE INSTITUTE L INSTITUT Fondée en 1984, La Clinique de l œil de Montréal est devenue, à la suite d'une importante expansion, l Institut de l œil de Montréal, un

Plus en détail

On vo i t c o m m e o nr e s p i r e: s a n syp e n s e r, e tp o u rt a n t...

On vo i t c o m m e o nr e s p i r e: s a n syp e n s e r, e tp o u rt a n t... On vo i t c o m m e o nr e s p i r e: s a n syp e n s e r, e tp o u rt a n t... Savoir prévenir les dommages ultérieurs de la vision Assureurs, Prévention, Santé ASSOCIATION DES SOCIÉTÉS D ASSURANCE Les

Plus en détail

Lasik Xtra: Résultats cliniques. Dr Philippe Charvier Dr David Donate Thaëron Rozenn (optometriste) Lyon, France

Lasik Xtra: Résultats cliniques. Dr Philippe Charvier Dr David Donate Thaëron Rozenn (optometriste) Lyon, France Lasik Xtra: Résultats cliniques Dr Philippe Charvier Dr David Donate Thaëron Rozenn (optometriste) Lyon, France Introduction Lasik Xtra : Lasik combiné à un cross-linking cornéen accéléré Traitement de

Plus en détail

La rupture du ligament croisé crânial chez le chien. Traitements. Pronostic. Page 4-5

La rupture du ligament croisé crânial chez le chien. Traitements. Pronostic. Page 4-5 La rupture du ligament croisé crânial chez le chien Matthieu Gatineau, DMV, IPSAV, MSc, Dipl. ACVS-ECVS, ACVSMR Juin 2013 Symptômes Diagnostic Page 1-3 Traitements Pronostic Page 4-5 Convalescence Page

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. L ophtalmologie en 2014 : Performance et sur mesure!

DOSSIER DE PRESSE. L ophtalmologie en 2014 : Performance et sur mesure! DOSSIER DE PRESSE 120 ème Congrès de la Société Française d Ophtalmologie 10 au 13 mai 2014 Palais des Congrès Porte Maillot www.sfo.asso.fr L ophtalmologie en 2014 : Performance et sur mesure! Les sujets

Plus en détail

PREVENTION OF MSL FOR VDT USERS IN A LARGE SERVICE ORIENTED BUSINESS

PREVENTION OF MSL FOR VDT USERS IN A LARGE SERVICE ORIENTED BUSINESS INTERVENTION POUR PRÉVENIR LES TMS CHEZ LES UTILISATEURS DE TEV DANS UNE GRANDE ENTREPRISE DE SERVICE ROBERT ALIE Régie régionale de la santé et des services sociaux de la Montérégie 12, rue Beauregard,

Plus en détail

FICHE D INFORMATION SUR LE

FICHE D INFORMATION SUR LE FICHE D INFORMATION SUR LE LASER EXCIMER DE SURFACE (PRK OU PARK) 1. QU EST-CE QUE LA PHOTOKERATECTOMIE REFRACTIVE DE SURFACE (PRK OU PARK)? 2. LES LIMITES DE LA PRK 3. COMPARAISON TRAITEMENT DE SURFACE

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout!

EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout! EST-CE UN RÊVE DE POUVOIR BIEN VOIR SANS LUNETTES OU VERRES DE CONTACT? Pas du tout! Grâce à nos techniques avant-gardistes, des milliers de gens sont en mesure d oublier, à jamais, qu ils ont déjà eu

Plus en détail

Prise de position de la Société suisse d'ophtalmologie (SSO) sur l'utilisation de différents moyens d'examen par les opticiens

Prise de position de la Société suisse d'ophtalmologie (SSO) sur l'utilisation de différents moyens d'examen par les opticiens Prise de position de la Société suisse d'ophtalmologie (SSO) sur l'utilisation de différents moyens d'examen par les opticiens La mise en évidence (Diagnostic) et le traitement (Thérapie) de maladies,

Plus en détail

Pratique médico-militaire

Pratique médico-militaire Pratique médicomilitaire Activité d ophtalmologie au Groupement médicochirurgical de Kaboul en 007. R. Vignal. GMC Bouffard, SP 850 008 Armées. Article reçu le 9 janvier 008, accepté le 5 août 009. Résumé

Plus en détail

OEIL ET DIABÈTE. S POMMIER Sve Pr RIDINGS

OEIL ET DIABÈTE. S POMMIER Sve Pr RIDINGS OEIL ET DIABÈTE S POMMIER Sve Pr RIDINGS Ref: Pr Philippe Gain, Dr Gilles Thuret RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE 1- Généralités dans les pays à haut niveau de vie, d une des principales causes de cécité légale

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 08 février 2011 CONCLUSIONS

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 08 février 2011 CONCLUSIONS COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 08 février 2011 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles

Plus en détail

Coup d oeil sur la chirurgie réfractive

Coup d oeil sur la chirurgie réfractive Coup d oeil sur la chirurgie réfractive Dr Jean-Pierre Chartrand, MD Q et R La chirurgie réfractive au laser excimer pratiquée par les ophtalmologues est l une des deux procédures chirurgicales les plus

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

LIFTING ( Source SOFCPRE www.plasticiens.org )

LIFTING ( Source SOFCPRE www.plasticiens.org ) LIFTING ( Source SOFCPRE www.plasticiens.org ) 1 LIFTING Cette fiche d'information a été conçue sous l égide de la Société Française de Chirurgie Plastique Reconstructrice et Esthétique (SOFCPRE) comme

Plus en détail

LE PLUS GRAND PLATEAU D OPHTALMOLOGIE DE LA CÔTE D AZUR

LE PLUS GRAND PLATEAU D OPHTALMOLOGIE DE LA CÔTE D AZUR LE PLUS GRAND PLATEAU D OPHTALMOLOGIE DE LA CÔTE D AZUR L ophtalmologie est une discipline médico-chirugicale de pointe au sein du réseau Domus Cliniques. Avec des plateaux techniques à la pointe du progrès,

Plus en détail

187 - ANOMALIES DE LA VISION D APPARITION BRUTALE. Ce qu il faut savoir

187 - ANOMALIES DE LA VISION D APPARITION BRUTALE. Ce qu il faut savoir anomalies de la vision d apparition brutale 187 - ANOMALIES DE LA VISION D APPARITION BRUTALE Ce qu il faut savoir 1. Savoir énumérer les étiologies des baisses brutales de la vision : - en cas d œil blanc

Plus en détail

Remodelage cornéen (RMC) : quelle incidence sur l architecture de la cornée?

Remodelage cornéen (RMC) : quelle incidence sur l architecture de la cornée? p13cdo92 24/04/06 16:18 Page 13 Remodelage cornéen (RMC) : quelle incidence sur l architecture de la cornée? Brigitte Lutcher*, Michel Puech**, Bernard Barthélémy***, Adil El Maftouhi**, Christophe Baudouin*

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Le kératocône. La maladie. Qu est-ce que le kératocône? Combien de personnes sont atteintes de kératocône?

Le kératocône. La maladie. Qu est-ce que le kératocône? Combien de personnes sont atteintes de kératocône? Le kératocône La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur, Cette fiche est destinée à vous informer sur le

Plus en détail

Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005)

Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005) Conduite à tenir devant une morsure de chien (213b) Professeur Jacques LEBEAU Novembre 2003 (Mise à jour mars 2005) Pré-Requis : Anatomie faciale Principes de traitement des plaies Principes d'antibiothérapie

Plus en détail

Vices de réfraction: quand faut-il implanter une lentille?

Vices de réfraction: quand faut-il implanter une lentille? Vices de réfraction: quand faut-il implanter une lentille? Raimund Spirig Augentagesklinik Dr. Spirig, St. Gallen Quintessence P Le domaine de dioptries pouvant être traité par laser est limité à env.

Plus en détail

Item 79 (item 293) : Altération de la fonction visuelle Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 79 (item 293) : Altération de la fonction visuelle Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 79 (item 293) : Altération de la fonction visuelle Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Examen... 3 2. Baisse d'acuité visuelle

Plus en détail

Un comparatif de rétinographes non mydriatiques

Un comparatif de rétinographes non mydriatiques Un comparatif de rétinographes non mydriatiques Xavier Zanlonghi L es rétinographes non mydriatiques (RNM), qui, dans leur conception d origine n étaient pas destinés aux ophtalmologistes, ont depuis fait

Plus en détail

La dysplasie de hanche chez le chien

La dysplasie de hanche chez le chien La dysplasie de hanche chez le chien La dysplasie de hanche est une des conditions orthopédiques les plus fréquentes chez le chien. La dysplasie de la hanche est une condition qui se développe chez le

Plus en détail

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique

Decherney et al., 1981 ). La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique La décroissance du taux d HCG après traitement cœlioscopique conservateur de la grossesse extra-utérine J. L. POULY, G. MAGE, H. MANHES, Françoise GACHON Ginette GAIL- LARD M. A. BRUHAT Service de Gynécologie-Obstétrique,

Plus en détail

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris

PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM. Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris PLACE DE L IRM DANS LE BILAN D EXTENSION DU CANCER DU RECTUM Professeur Paul LEGMANN Radiologie A - Cochin Paris Cancer du rectum France : 15000 décès/an : 1ère cause. Pronostic souvent réservé Métastases

Plus en détail

Laser Assisted In-Situ Keratomileusis (LASIK)

Laser Assisted In-Situ Keratomileusis (LASIK) Laser Assisted In-Situ Keratomileusis (LASIK) Note importante pour le patient : L utilisation de ces méthodes médicales ou chirurgicales requiert une discussion attentive avec un médecin qualifié. Cette

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DESTINE AUX VETERINAIRES ET AUX RESPONSABLES DE CLINIQUE VETERINAIRES

QUESTIONNAIRE DESTINE AUX VETERINAIRES ET AUX RESPONSABLES DE CLINIQUE VETERINAIRES SNVEL - France QUESTIONNAIRE DESTINE AUX VETERINAIRES ET AUX RESPONSABLES DE CLINIQUE VETERINAIRES QUESTIONNAIRE FOR VETERNARY SURGEONS AND PERSONS IN CHARGE OF VETERNARY CLININCS Ce questionnaire a été

Plus en détail

La chirurgie réfractive de l œil. Corriger les défauts visuels grâce au laser

La chirurgie réfractive de l œil. Corriger les défauts visuels grâce au laser La chirurgie réfractive de l œil Corriger les défauts visuels grâce au laser Introduction Pour que notre système visuel puisse capter et interpréter ce que nous regardons, les images doivent se réfléchir

Plus en détail

Malgré l avènement des dernières

Malgré l avènement des dernières : quand faut-il opérer? Résumé : Malgré l enrichissement de notre arsenal thérapeutique médical depuis vingt ans, il est encore souvent nécessaire de proposer une intervention chirurgicale hypotonisante.

Plus en détail

Cloud Computing: de la technologie à l usage final. Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis

Cloud Computing: de la technologie à l usage final. Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis Cloud Computing: de la technologie à l usage final Patrick CRASSON Oracle Thomas RULMONT WDC/CloudSphere Thibault van der Auwermeulen Expopolis ADOPTION DU CLOUD COMPUTING Craintes, moteurs, attentes et

Plus en détail

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI?

Qui et quand opérer. au cours du traitement de l EI? Qui et quand opérer au cours du traitement de l EI? Gilbert Habib Département de Cardiologie - Timone Marseille 7es JNI Bordeaux, 8 juin 2006 Université de la Méditerranée Faculté de Médecine de Marseille

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE. 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6

INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE. 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6 INFORMATIONS SUR LA CHIRURGIE REFRACTIVE 1. L ŒIL ET LES DIFFERENTS DEFAUTS VISUELS....p 2-5 2. ETES-VOUS CONCERNES PAR UNE OPERATION DE CHIRURGIE REFRACTIVE?...p 6 3. EXAMEN PRE OPERATOIRE... p 6 4. L

Plus en détail

Avis de sécurité urgent

Avis de sécurité urgent AMO Germany GmbH Telefon +49 7243 729-0 Rudolf-Plank-Straße 31 Telefax +49 7243 729-100 D-76275 Ettlingen www.abbottmedicaloptics.com Postfach 10 01 34, D-76255 Ettlingen AMO EAM FSN2011-02 (S4IR 522 OUS)

Plus en détail

La cataracte - votre intervention

La cataracte - votre intervention La Cataracte:Mise en page 1 7/12/11 17:08 Page 1 - Docteur François CHATENOUD Chirurgie oculaire Centre Ophtalmologique Kléber 50 Cours Franklin Roosevelt 69006 Lyon 04 72 83 49 05 Informations La cataracte

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000

FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE. Norme 8861-2000 FEDERATION INTERNATIONALE DE L AUTOMOBILE Norme 8861-2000 NORME FIA CONCERNANT LA PERFORMANCE DES DISPOSITIFS D'ABSORPTION D'ÉNERGIE À L'INTÉRIEUR DES BARRIÈRES DE PNEUS DE FORMULE UN Ce cahier des charges

Plus en détail

FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK)

FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK) FICHE D INFORMATION SUR LE LASIK 1 - QU EST-CE QUE LE LASIK? 2 - LES LIMITES DU LASER 3 - COMPARAISON LASIK ET TRAITEMENT DE SURFACE (PRK/PARK) 4 - INDICATIONS 5. HISTOIRE 6. EFFET DU LASER EXCIMER SUR

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Votre santé visuelle :

Votre santé visuelle : Votre santé visuelle : on peut faire plus! Votre santé visuelle : on peut faire plus! Votre santé visuelle : on peut faire plus! Droit d auteur 2007, INCA ISBN 978-0-921122-27-6 Titre : Votre santé visuelle

Plus en détail

Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION

Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION Gelsoft Plus LA SEULE PROTHESE VASCULAIRE AU MONDE EN POLYESTER A STRUCTURE TRICOTEE KOPER IMPREGNEE DE GELATINE, RESISTANT A LA DILATATION Structure tricotée Köper exclusive offrant: - une dilatation

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE. 1. La puissance de réfraction d un œil correspond à sa capacité à focaliser une image sur la rétine. 277

Synthèse SYNTHESE. 1. La puissance de réfraction d un œil correspond à sa capacité à focaliser une image sur la rétine. 277 Synthèse Les déficits visuels du jeune enfant posent en France un véritable problème de santé publique : en effet, un grand nombre d entre eux ne sont pas détectés du fait de la latence d apparition des

Plus en détail

CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE

CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE CHIRURGIE REFRACTIVE AU LASER FEMTOSECONDE Votre rendez-vous est prévu : Le Au centre Aix Laser Vision 44 Av de Lattre de Tassigny 13090 AIX EN PROVENCE Tel: 04 42 99 09 81 Docteur OPHTALMOLOGISTE Ancien

Plus en détail